DISCOURS D AUDIENCE DE RENTREE 2010 TGI de ROCHEFORT Monsieur le Premier Président, Monsieur le Député, Mesdames et Messieurs les Elus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISCOURS D AUDIENCE DE RENTREE 2010 TGI de ROCHEFORT Monsieur le Premier Président, Monsieur le Député, Mesdames et Messieurs les Elus"

Transcription

1 DISCOURS D AUDIENCE DE RENTREE 2010 TGI de ROCHEFORT Monsieur le Premier Président, Madame le Procureur Général Monsieur le Député, Mesdames et Messieurs les Elus Messieurs les Généraux Mesdames et Monsieur les Prts et Procureurs Monsieur le directeur départemental de la sécurité publique et Monsieur le commandant de groupement de gendarmerie de charente maritime Monsieur le commissaire, Monsieur le commandant de compagnie Mesdames et Messieurs les représentants des autorités civiles, militaires et religieuses, Madame le Prt du Ceil des prud hommes Messieurs les Bâtonniers, Mesdames et Messieurs les avocats Mesdames et Messieurs,

2 Je tiens tout d abord à m associer aux propos de Monsieur Le président et à vous remercier sincèrement de votre présence. Je vous adresse, également, personnellement, et au nom des magistrats et fonctionnaires du parquet de Rochefort nos meilleurs voeux pour cette nouvelle année Avant d aborder l activité pénale du Tribunal et de commenter nos principales statistiques, il me semble indispensable d évoquer quelques uns des principaux bouleversements qui sont intervenus cette année. Mais je ne puis démarrer mon propos sans rendre publiquement hommage à olivier QUERARD, qui a officié au sein de ce parquet durant six années, avant de prendre en septembre dernier les fonctions de Procureur de la république de Bressuire, promotion ô combien méritée. Son passage ici a été marquant et il laisse le souvenir d'un grand professionnel, doté en outre de qualités humaines appréciées de tous. Ce fût pour moi à la fois un plaisir et une source d'enrichissement d'avoir pu travailler avec lui un an et demi. La première des actualités de l'année 2009 fût bien sûr la deuxième étape de la réforme de la carte judiciaire. L année 2009 s est en effet achevée, au premier janvier dernier, par le rattachement du Tribunal d instance de Marennes Oléron au Tribunal d instance de Rochefort. Je tiens à cet égard à saluer tout particulièrement les directeurs de greffe, l ARE, les services de la DDE, Mme GRANGER, avocat général déléguée à l équipement, les chefs de cour, le SAR et sa directrice, ici présente, pour leur engagement constant, qui a permis que cette fusion s opère

3 dans de bonnes conditions matérielles. Tous les dossiers ont été traités jusqu au dernier jour. Le tribunal d instance de rochefort hérite ainsi d une situation saine et dispose à ce jour, en dépit des quelques retards habituels, de locaux adaptés et fonctionnels, qui permettront au tribunal d instance de fonctionner correctement. La réorganisation inévitable des services a en outre été précédée d une concertation avec les services du greffe qui devrait permettre aux personnels du TI de Marennes de trouver leur place dans cette nouvelle juridiction. Un chantier se ferme qu un autre déjà s ouvre. Dans douze mois, le TGI de rochefort sera fusionné, absorbé par celui de la rochelle. Nous avons bien entendu déjà commencé à œuvrer. Au niveau immobilier, nos collègues de La Rochelle sont déjà mobilisés depuis plusieurs mois par les travaux immobiliers réalisés sur les trois sites de la future juridiction. Les chefs de juridictions et de greffe du TGI de Rochefort sont bien évidemment associés aux principales réunions. Une telle fusion de deux juridictions ne peut cependant se résumer à de simples travaux immobiliers. Les services de la chancellerie avaient insisté lors de l'annonce de cette réforme sur le fait que devaient être envisagées et créées de véritables nouvelles juridictions, avec pour corollaire un projet de juridiction défini, ensembles, par les chefs de juridiction et de greffe, projet associant bien entendu les magistrats et fonctionnaires. C'est dans cet esprit que nous nous sommes résolument engagés, dès le début de l'année 2009.

4 Une mise en commun de toutes nos statistiques d'activité est déjà intervenue, qui nous a permis de définir les grandes lignes des futurs services. Au niveau des types et modes de réponses pénales, même s'il subsistera jusqu'à la fin quelques spécificités à la marge, des efforts ont été faits pour que les nouveaux projets soient réalisés en commun, parfois même au niveau départemental (signature de la convention départementale de recueil des informations préoccupantes en matière d'enfance en danger, mise en place de l'observatoire départemental de l'enfance en danger, mise en oeuvre des stages de sensibilisation aux dangers de l'usage de stupéfiants, projet à venir de protocole en matière d aménagement de peines ab initio). Un dialogue fructueux s'est par ailleurs engagé entre les deux Procureurs pour définir quelles réponses pénales spécifiques à la juridiction rochefortaise pourront être maintenues: je pense ici aux interventions sur site des délégués du procureur, aux médiations pénales conduites par l'aem, à la possibilité éventuelle de maintenir quelques audiences de proximité dans nos locaux, aux auditions «des mineurs victimes» diligentées dans le cadre de L'UMJS, implantée à l'hôpital de Rochefort, l accueil de cette structure innovante étant d ores et déjà prévu dans les nouveaux locaux de l hôpital de Rochefort, qui seront inaugurés concomitamment à notre fermeture,. Reste bien évidemment à conclure tout cela et à définir notamment l'organigramme fonctionnel de la future juridiction, en définissant des profils de poste, en recueillant les souhaits et voeux de l'ensemble des fonctionnaires, pour parvenir à ce que les futurs services fonctionnent et que

5 chacun y trouve sa place. Sous l'égide et l'impulsion des Chefs de Cour, une journée de formation est intervenue à l'automne pour définir une méthodologie, élaborer un planning d'action. Les principales étapes ont été décidées en commun et devraient pouvoir nous permettre d'avoir une idée plus claire de cet organigramme à la fin du printemps Je manquerai à mon devoir d'exhaustivité en oubliant d'évoquer un autre aspect de la réforme: la création d'un tribunal pour enfants à Saintes. Cette création va nous conduire à engager un autre travail de concertation avec nos homologues du TGI de saintes puisque le TPE de Rochefort sera en effet scindé entre celui de La Rochelle et le futur TPE de Saintes. Là encore, a débuté un travail de recueil des données d'activité, de définition d'un planning de transfert des dossiers pour que tout soit en état de marche en décembre prochain. Travail supplémentaire certes mais je pense que tous ceux qui sont intéressés par la juridiction des mineurs doivent se féliciter de cette décision de création. La configuration du département, l'exigence particulière de justice de proximité en cette matière, commandait qu'il y ait une présence judiciaire sur cette partie du département, Saintes, Jonzac, St Jean d'angély, arrondissements qui représentent les deux tiers des dossiers qui étaient traités par les juges des enfants de Rochefort pour l'aspect assistance éducative. J'en aurai fini avec les principales innovations de cette année 2009 en évoquant la mise en place de notre nouveau logiciel Cassiopée dans les premiers jours de Juillet La presse s'est récemment et largement fait l'écho des difficultés que cela avait pu engendrer dans certaines juridictions.

6 Rochefort n'a pas été épargné dans les premières semaines. Mais je souhaiterais également évoquer les gains que nous devrions pouvoir en tirer. La philosophie de ce nouveau logiciel est: de rationaliser le travail du greffe en permettant que chaque donnée saisie soit exploitable et disponible pour l'ensemble de la chaîne pénale, de permettre à terme à la justice de bénéficier des données déjà enregistrées par les services de police et de gendarmerie de permettre enfin à chaque magistrat de consulter sur un bureau d ordre désormais national l'historique des dossiers enregistrées dans l'ensemble des TGI. La prise de décision en sera affinée. C est une avancée capitale lorsque l on sait que près de 40% des réponses pénales, constituées par les alternatives aux poursuites, ne sont pas mentionnées sur le casier judiciaire. C'est un projet ambitieux, qui était je le crois attendu et qui devrait apporter à terme une réelle plus value. Il s'est déjà amélioré au fil des versions successives qui ont été livrées aux TGI mais il est vrai que la tache d'enregistrement pesant sur le greffe est plus lourde et que l'ergonomie nouvelle du système demande que l'on se l'approprie. Je crois cependant pouvoir dire aujourd'hui que le pire a été évité. Une réorganisation profonde des services de greffe est intervenue dès l'implantation du logiciel pour que le bureau d'ordre, qui enregistrait jusqu à lors l'ensemble des procédures soit déchargé d'une partie de cette tache. L'organisation traditionnelle de la chaîne pénale, qui correspondait à une

7 vision quelque peu tayloriste et segmentée du travail, a été renouvelée en introduisant le principe de verticalisation, qui conduit certains fonctionnaires à être en charge d'une procédure, de son arrivée jusqu'à la décision finale et à son exécution le cas échéant. L'attribution d'une vacataire par la cour, affectée au bureau d'ordre, a par ailleurs permis de résorber le retard qui avait été pris. Hier, le stock de procédure en attente d'enregistrement était de 150, soit l'équivalent de moins de trois jours d'enregistrement. Je ne voudrais pas cependant en annonçant ces chiffres, satisfaisants, envoyer un message subliminal et scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Je puis en effet vous assurer que sans l'affectation de ces vacataires, la situation n'aurait pas pu être redressée. Il nous apparaît donc primordial et essentiel que ces vacataires soient maintenus, puisqu il n est plus question de nommer en 2010 de nouveaux fonctionnaires aux postes vacants. * L audience solennelle de rentrée est l occasion pour le Tribunal de rendre compte publiquement de son action et donc quelque part de rendre des comptes à tous ceux aux noms desquels les magistrats rendent la justice. Je sacrifierai bien entendu à cette tradition républicaine qui est d autant plus d actualité que l ensemble de nos institutions doivent désormais s inscrire dans un processus global d évaluation de leur action. L implantation du logiciel cassiopée ayant entraîné quelques difficultés dans la collecte

8 de nos données statistiques, sur certaines de nos réponses pénales, pour le second semestre 2009, nous n'avons pas été en mesure de vous livrer comme l'an dernier des diagrammes précis sur chaque type de réponse pénale, notamment pour les alternatives aux poursuites, qui représentent 41% des réponses pénales. Nous disposons toutefois des principales données qui me permettent de vous éclairer sur les grands équilibres de l activité pénale et sur la structuration de la réponse pénale. L ACTIVITE DU PARQUET POUR L ANNEE 2009 Au niveau du volume d affaires reçues, nous pouvons noter une stabilité avec affaires traitées et environ affaires dites poursuivables (ce sont pour mémoire la totalité des procédures reçues avec infraction caractérisée, auteur identifié et absence d'obstacle juridique à l engagement de poursuites). Le taux de réponse pénale s établit à près de 92%, en légère augmentation et supérieur au taux de réponse pénale national, ce qui signifie que le parquet de Rochefort s attache à continuer à apporter une réponse à chaque infraction qui est soumise à son appréciation L analyse de la structuration de ces réponses pénales révèle que les évolutions engagées depuis quelques années se poursuivent avec quelques points particuliers que je souhaite mettre en exergue :

9 - la répartition poursuites/alternatives aux poursuites reste stable : 1150 poursuites en 2009 pour 1131 en J avais indiqué l an dernier que la forte diminution des poursuites témoignait que nous avions certainement atteint un effet de seuil, ce qui semble en effet se confirmer. Le taux de poursuites s'établit ainsi à un étiage stable d'environ 30% du total des affaires poursuivables. Cette baisse me semble une bonne chose car beaucoup des affaires qui nous sont soumises ne méritent pas forcément la comparution devant une juridiction et peuvent trouver une réponse plus adaptée au travers d alternatives ou de compositions pénales - D'un autre côté, la structuration de ces poursuites continue de connaître une évolution sensible. A côté des poursuites classiques devant le tribunal statuant en audience publique, la part des poursuites diligentées dans le cadre des CRPC (le plaider coupable) se maintient à un niveau élevé (216, soit 18 %), tandis que les ordonnances pénales délictuelles (150) sont en forte augmentation (13% des poursuites). Cette augmentation des ordonnances pénales devrait se poursuivre dans la mesure où des audiences de notification ont été mises en place depuis novembre dernier et permettent de remédier à l aspect par trop administratif que revêtait jusqu à lors ce mode de réponse pénale qui donnait lieu à une décision notifiée par lettre recommandée, avec pour corollaire une mise à exécution de la peine différée, en rupture avec l exigence d une exécution rapide et efficace des sanctions pénales. Désormais les auteurs primo-délinquants d infractions routières, notamment CEA, CSP et défaut d assurances qui représentent près de 50% des infractions que nous avons à traiter, sont convoqués dans un délai oscillant entre 15 jours et un mois et demi

10 après l infraction et sont reçus par le Procureur et son délégué. Ils reçoivent à cette occasion, comme c est le cas en audience, un message axé à la fois sur les conséquences potentielles de leur passage à l acte pour eux mêmes et pour autrui, sur les conséquences pénales d une éventuelle récidive, sur les problématiques d'addictions, sur les réseaux locaux susceptibles de leur apporter une aide ; Ils sont dans la foulée reçus par un fonctionnaire du greffe qui assure à la fois la mise à exécution et l explication de la décision, sans discontinuité avec les suspensions préventives du permis de conduire décidées par le préfet. Le bilan de ces premières audiences s avère particulièrement positif en associant rapidité de la réponse pénale, efficacité de celle-ci, compréhension par l auteur des faits de la sanction et du risque afférent à une récidive. Ce sont ainsi 30% du total des poursuites qui sont exercées sous une forme simplifiée et qui évitent la saisine d une juridiction, dans son acception classique, laquelle peut ainsi se concentrer sur les affaires contestées ou générant un trouble tel qu une audience publique s avère indispensable. - Enfin, l intégralité des décisions, qu elles concernent des poursuites ou des décisions d alternatives, sont prises en temps réel après contact entre l enquêteur et le magistrat du parquet. Les citations directes, qui consistent à déléguer à un huissier le soin de convoquer l auteur d une infraction, sans assurance qu il puisse être joint, sont réduites à la portion congrue (0,2% des modes de convocation) et ne concernent désormais que les auteurs dont on sait qu ils ne pourront être localisés par un service d enquête.

11 C est à cette double condition, redéfinition de la place de l'audience classique et fluidité dans l'orientation des procédures, qu ont pu être maintenus des délais d audiencement particulièrement courts. Quasiment toutes les affaires reçoivent une réponse pénale, je vous l ai dit, et l intégralité de celles-ci sont mises en œuvre dans un délai extrêmement rapide. Les procédures qui nous sont soumises aujourd hui sont en effet audiencées ainsi qu il suit : - Pour les audiences juge unique concernant le contentieux routier : 2 Mars Pour les audiences juge unique dites de «droit commun» (vols, violences, dégradations etc ) : 2 Mars Pour les audiences collégiales : 23 février 2010, en ce compris les dossiers traités par le juge d instruction, qui sont affectés dès leur clôture à une audience - pour les audiences de plaider coupable: 9 février pour les audiences de notifications d'ordonnances pénales: 4 février 2010 A ce jour, aucun dossier terminé n est en attente d orientation au parquet de Rochefort, en dépit d un taux d affaires par magistrat du parquet et du siège supérieur à la moyenne nationale, et tout cela dans un délai d audiencement oscillant entre 4 et 7 semaines Cette structuration et diversification de la réponse pénale obéit à deux objectifs qui sont aussi prioritaires l'un que l'autre:

12 1/ La maîtrise des délais et des flux, qui constitue pour les chefs de juridictions un double enjeu : - elle est en soi un élément incontournable de la qualité de la justice rendue, qui ne saurait s accommoder en matière pénale de retards importants, qui sont difficilement admissibles pour les victimes et qui amoindrissent pour les auteurs l efficacité de la réponse pénale - mais cette maîtrise des délais et des stocks est également un devoir qui s impose à nous dans la perspective de la réforme de la carte judiciaire. Dans un peu moins de douze mois, les deux TGI de Rochefort et de La Rochelle seront regroupés. Cette fusion sera par nature délicate à mettre en œuvre. La logique de la RGPP, qui concerne tous les ministères, devrait en effet conduire à ce que cette fusion ne soit pas accompagnée d un transfert à La Rochelle de l intégralité des postes actuellement pourvus au TGI de ROCHEFORT. Il importe en conséquence pour sauvegarder la qualité de la justice rendue que la situation demeure aussi saine que possible autant qu il nous sera donné les moyens humains de continuer à traiter le contentieux. Il faut en pratique que nous conservions ces brefs délais de jugement pour basculer sur La Rochelle nos convocations le plus tard possible, a priori pas avant le mois de novembre 2009, sans quoi la juridiction de la Rochelle se trouvera immanquablement confrontée à un phénomène d'engorgement.

13 2/ le second objectif est celui du choix de la réponse pénale la plus adaptée Ce choix est gouverné par une alchimie complexe de données qui doivent être toutes prises en compte - problématique personnelle de l auteur des faits - gravité intrinsèque de l infraction, - intérêt de la victime - analyse du risque de récidive et des moyens les mieux à même de le diminuer Le parquetier doit ainsi, au delà de son rôle classique de directeur d enquête et de garant des libertés individuelles en amont de sa décision, se muer en stratège pour choisir en aval, au moment de la décision d action publique, l orientation susceptible de répondre le mieux possible à ces divers impératifs Pour ce faire, il convient d'utiliser pleinement toutes les voies procédurales qui nous sont désormais offertes. Qui nous permettent par exemple Dans le domaine de la police de l eau, qui est dans notre ressort un enjeu important, (je pense ici aux remblais en zone humide, aux travaux d'excavation en zone protégée). D obtenir de multiples régularisations par le biais de nos délégués du Procureur après un processus de concertation entre l auteur des faits et les administrations compétentes et ce sans doute plus efficacement que si un jugement de condamnation était intervenu

14 Je pense également aux violences conjugales Pour lesquelles il y a certes de nombreuses condamnations, parfois sévères, mais également des stages que nous proposons parfois, dans le cadre de compositions pénales, aux auteurs de violences conjugales, animés par un délégué du procureur et un psychologue. Mis en place depuis deux ans, ils ont été officialisés et ont fait l objet d un protocole signé le mois dernier entre les chefs de juridiction et l AEM, qui anime ce stage, en présence de la presse locale. Ils sont une sanction, clairement posée comme telle, aux frais de l auteur, mobilisant deux jours de sa vie, mais dont la philosophie est basée sur une appropriation par l auteur des violences de la réponse pénale, avec pour objet de l amener à réfléchir sur les causes du passage à l acte et sur les conséquences intra-familiales de ceux-ci Ce sont des réponses pénales à part entière, avec un contenu original, qui font l objet d une évaluation, par l AEM, le procureur et les stagiaires eux mêmes, ce qui est une nouveauté dans la culture judiciaire. Un seul stagiaire sur trente a par ailleurs récidivé Nous pourrions aussi enfin évoquer l action de nos délégués et médiateurs en faveur des victimes Pour lesquelles, chacun le sait, la qualité de la réponse de l institution judiciaire est souvent mesurée à l aune de la réparation de leur préjudice. J ai demandé à ce titre depuis un an et demi aux DPR et médiateurs de chiffrer les Dommages et Intérêts recouvrés, qui avoisinent pour l année 2009 la somme de euros, remis là encore à bref délai aux victimes.

15 Je clôturerai mon propos par des considérations plus générales sur le ministère public et l évolution de ses missions. Le Procureur de la République, et ses substituts, sont des magistrats au terme de la constitution. Ils sont à ce titre membres à part entière de l'autorité judiciaire et donc garants des libertés individuelles en application des dispositions de l article préliminaire du CPP. Il sont soumis aux même règles déontologiques que les magistrats du siège A ce titre, le parquet a traditionnellement la charge de la direction de la police judiciaire. Il est le «juge de l'enquête», avec la responsabilité considérable de veiller à la régularité de la procédure, à la proportionnalité des moyens d'enquête engagés, à la loyauté de cette enquête, qui doit être impartiale et équilibrée. Il a à ce jour le quasi monopole de l orientation des affaires pénales, charge lourde que je viens de décrire. Il met désormais en oeuvre lui- même une large partie de ces réponses pénales (41% des alternatives + 11% des compositions pénales + 30% des poursuites exercées par voie de CRPC ou de notification d'ordonnances pénales). Il est présent encore au stade de l'exécution des peines. Le parquet est également investi d une mission de protection des personnes, qui lui a valu d'être désigné par le législateur pour intervenir dans bien d autres champs de compétence :

16 L année 2009 a vu ainsi sa montée en puissance dans le domaine des majeurs protégés : Depuis le 1er janvier 2009, le juge des tutelles ne peut plus se saisir d office et le parquet a été instauré en filtre unique des demandes de mises de protection. Cela s'est traduit concrètement pour le parquet de Rochefort par 167 demandes de mises sous protection, qu'il a fallu instruire de bout en bout avec demandes de renseignements complémentaires, mise en état du dossier, expertise psychiatrique, formalisation des requêtes adressées au Juge des tutelles, création d un secrétariat dédié. S'ajoute à cette tâche nouvelle l'obligation faite au juge des tutelles de renouveler au terme d'un débat contradictoire l'ensemble des mesures de protection de leur cabinet, ce qui représente environ trente à quarante dossiers communiqués par mois par le Juge des Tutelles au parquet pour étude et réquisitions. Ces missions sont nobles, exaltantes. Elles entrent toutes dans notre champ de compétence. Elles sont néanmoins particulièrement prenantes Mais voilà que d autres missions nous guettent déjà à l'orée de cette nouvelle année: Tout d abord avec La nouvelle loi pénitentiaire adoptée en novembre dernier: Le principe est désormais posé par l'article du code pénal du caractère subsidiaire de l'incarcération sans aménagement. Dès lors que le condamné bénéficie...

17 «de l'exercice d'une activité professionnelle, d'un stage, d'une assiduité à un enseignement, une formation ou à la recherche d'un emploi de la participation essentielle à la vie de famille de la nécessité de suivre un traitement médical de l'existence d'efforts sérieux de réadaptation sociale résultant de son implication dans tout autre projet caractérisé d'insertion ou de réinsertion de nature à prévenir les risques de récidive» Ce sont désormais les termes de la loi....la peine de prison devra a priori s'exercer sous le régime d'une semi-liberté, d'un placement sous surveillance électronique, d'un placement extérieur. Cela devra je crois nous conduire, nous qui saisissons le juge, à imaginer et à mettre en place des dispositifs de collectes de renseignements, des enquêtes de personnalité, en lien avec le SPIP, pour mettre les magistrats du siège en capacité d'appliquer cette nouvelle loi et de décider ab initio de la possibilité d'aménager les peines fermes prononcées. Cette réforme ne s'arrête pas là. Dès que les décrets d'application seront publiés, tous les détenus subissant un reliquat de peine inférieur à quatre mois devront voir leur situation examinée par le SPIP, qui devra soit leur notifier le refus d'envisager un aménagement, soit le leur proposer avant de le soumettre à l'appréciation du parquet, qui se voit là confiée une nouvelle mission qui était jusqu'à lors dévolue au JAP. Pour mémoire 80% des détenus de la MA de Rochefort sont dans cette situation. *

18 A côté de cela, figure bien évidemment au programme de 2010 le projet de réforme de la procédure pénale avec la disparition des juges d instruction et l attribution au Parquet, sous le contrôle d un magistrat du siège, des enquêtes qui leur étaient confiées. Il ne s'agit nullement ici de discuter du bien fondé de cette réforme, dont l'appréciation de l'opportunité appartient au seul législateur. Notre modèle n'est bien entendu pas le seul valable et force est de constater que de nombreux pays démocratiques fonctionnent différemment de nous. Je souhaiterais seulement souligner que cette réforme présente un double enjeu, pratique et de principe. Les procédures confiées aux juges d'instruction représentent certes uniquement 3 à 4 % du volume global des affaires poursuivables mais ce sont les plus complexes, les plus coûteuses en temps. Elles étaient jusqu'à lors suivies et contrôlées, impulsées par un magistrat à temps plein, assisté d'un greffier à temps plein. Elles faisaient une part importante au travail d'audition, de confrontation, en dehors de temps de garde à vue, avec l'assistance d'un avocat. Il faudra donc impérativement, si ces enquêtes nous sont confiées, que nous ayons la possibilité d'y consacrer le temps nécessaire et de bénéficier de personnels de greffe chargés d'assurer le suivi du dossier. Sur le plan des principes, notre statut, contrairement à ce qui se dit parfois, le serment que nous avons prêté nous permettent d accomplir cette mission dignement, avec impartialité et loyauté, comme nous le faisons pour toutes les autres enquêtes. En revanche, force est de reconnaître qu'au fil

19 des réformes intervenues depuis de nombreuses années, la procédure d'instruction était devenue, n en déplaise à certains, le champ de la procédure pénale où pouvaient s'exprimer totalement les droits de la défense et des parties en général: Accès au dossier, assistance des avocats aux auditions, possibilité de poser des questions, de solliciter des actes, de compléter la mission des experts, de contester les refus de leurs demandes devant un second degré de juridiction. C'était un édifice complexe mais équilibré qui s'était mis en place. L'enjeu est à cet égard énorme. Il faudra en effet au législateur imaginer un nouveau système où soit maintenu, au moins pour les enquêtes les plus graves, l'ensemble de ces droits sans paralyser ni complexifier inutilement le fonctionnement global de l'activité pénale. Le parquetier le plus vertueux ne peut donner que ce qu il a. Nous sommes bien entendu prêts à appliquer et à faire vivre cette nouvelle architecture avec diligence et loyauté mais il est indispensable qu'elle soit conçue avec cohérence et pragmatisme, qu elle nous permette de conduire efficacement les enquêtes dans le respect du droit des parties. * Le temps est venu de clôturer mes réquisitions pour cette dernière audience solennelle de rentrée, en formulant un dernier vœu. L absence de ceux qui ont fait vivre cette juridiction depuis des décennies, fonctionnaires, une partie des auxiliaires de justice, laisse un goût amer d inachevé. J espère à cet égard profondément que puisse lui succéder dans un peu moins de douze mois un moment de convivialité, une «réunion informelle de fermeture», où nous pourrons nous réunir une dernière fois.

20 Je requiers, Monsieur le Président, qu il soit satisfait aux dispositions de l article R du code de l organisation judiciaire, que soit déclarée close l année judiciaire 2009, et ouverte l année judiciaire Le 8 Janvier 2010 Pierre ARNAUDIN Procureur Rochefort

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 87 PROPOSITIONS CONCRETES CREER «L AUDIENCE DES ANNEES 2000» 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 2) Pour les condamnés absents lors de leur jugement, débuter cette exécution

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la législation pénale générale Circulaire du 2 septembre 2004 Date d application

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE Cour d'appel de Nancy Tribunal de Grande Instance de Nancy Jugement du : 11/04/2013 CHAMBRE JUGE UNIQUE ROUTE-NA Nô minute : N parquet : Plaidé le 21/03/2013 Délibéré le 11/04/2013 JUGEMENT CORRECTIONNEL

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi Centre socio-médico-judiciaire, Juge de l application des peines Juridiction régionale de la rétention de sûreté Rétention de sûreté Surveillance de sûreté Surveillance électronique mobile Circulaire de

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN Le citoyen au coeur du service public de la Justice 15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN citoyen au coeur du service public de la Justice UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

- DOSSIER DE PRESSE -

- DOSSIER DE PRESSE - - DOSSIER DE PRESSE - Journée nationale du Travail d'intérêt Général en Saône-et-Loire 27 novembre 2013 à 9h30 Les partenaires institutionnels du Ministère de la Justice organisent 27 novembre 2013 la

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Introduction : La déesse grecque de la justice se nomme Thémis, elle aurait reçu de Zeus un glaive et une balance afin de peser le pour et le contre,

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

PREPA ENM 2013 / 2014

PREPA ENM 2013 / 2014 1 www.lautreprepa.fr PREPA ENM 2013 / 2014 DROIT PENAL Loi du 27 mai 2014 relative au droit à l'information dans le cadre des procédures pénales Fiche synthétique rédigée par Céline Garçon Le 27 mai dernier

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

Le budget. de la. Justice

Le budget. de la. Justice Le budget de la Justice 2009 Ministère de la Justice, 13 place Vendôme, 75001 Paris Maquette : Secrétariat Général - SDAC - DICOM Crédits photographiques : Caroline Montagné (DICOM) - Pierrette Nivet (SCERI)

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 19 décembre 2014 de présentation des dispositions applicables à compter du 1 er janvier 2015 de la loi n 2014-535 du 27 mai 2014 portant transposition de la directive 2012/13/UE du Parlement

Plus en détail

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT Chargé de cours 1 ère chambre AS, 8 avril 2015 RG 14/07853 L article 98 2 du décret du 27 novembre 1991 dispense de la formation théorique et pratique et du certificat d

Plus en détail

L INFORMATIQUE ET LA COMMUNICATION ÉLECTRONIQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ DE LA JUSTICE

L INFORMATIQUE ET LA COMMUNICATION ÉLECTRONIQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ DE LA JUSTICE L INFORMATIQUE ET LA COMMUNICATION ÉLECTRONIQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ DE LA JUSTICE Paris 29 septembre 2005 Mettre les procédures judiciaires et les process technologiques au service d une Justice de

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur,

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur, Fiche n 4 Procédure de licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi dans les entreprises en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire Les entreprises en procédure

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992 7 avril 2005 Procureurs généraux près les cours d'appel - Procureurs de la République près les tribunaux de grande instance - Directeurs régionaux des services pénitentiaires - Directeur régional, chef

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D N 1202461 SCI DU PONT DE CABOURG M. Lauranson Rapporteur M. Cheylan Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Caen

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr 1 Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr 3 LA MISE EN PLACE DE L ORDONNANCE DE PROTECTION PAR LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE SOMMAIRE

Plus en détail

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON COUR DES COMPTES ----------- CHAMBRES REUNIES ----------- Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON Arrêt en appel d'un jugement de la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, après cassation

Plus en détail

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 COUR D'APPEL DE LYON TROISIÈME CHAMBRE CIVILE SECTIONA ARRÊT DU 30 Novembre 2006 Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 N

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil

Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil PL Projet présenté par les députés: Mme et M.Roger Deneys, Loly Bolay, Antoine Droin Date de dépôt: Février 2010 Messagerie 2 Projet de loi Projet de loi constitutionnellle

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L.

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2 2 mai 2014 Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Références de publication : - http://www.legalis.net La décision : La société Pharmodel est un groupement d officines

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Rencontre des hautes juridictions de France et d Israël. Séminaire du 23 mai 2011 à la Cour de cassation. L exécution des décisions de justice

Rencontre des hautes juridictions de France et d Israël. Séminaire du 23 mai 2011 à la Cour de cassation. L exécution des décisions de justice 1/36 Rencontre des hautes juridictions de France et d Israël Séminaire du 23 mai 2011 à la Cour de cassation L exécution des décisions de justice L EXECUTION DES DECISIONS PENALES Dans son Traité des délits

Plus en détail

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Rappel : Le devoir d'alerte concerne tous les fonctionnaires et pas expressément les comptables. En aucun cas, sous couvert de ce principe,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

1. Informations générales 124

1. Informations générales 124 L Accès au droit, LE recours et LES requêtes 122 11_4 4 Contrôles extérieurs des conditions de détention Le Comité de prévention de la torture et des traitements inhumains et dégradants (CPT) Le CPT est

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 20 mars 2015 de présentation du décret n 2015-282 du 11 mars 2015 relatif à la simplification de la procédure civile, à la communication électronique et à la résolution amiable des différends

Plus en détail

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT :

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT : A.10/00346 Rép. :1255 Date: 14.03.2011 œpie NON Sk3NEE ast 79'.2 C, Exemption citi droit d'ex An. 2$0 2 du. cc* déle droite crenspyorreern 1 LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT

Plus en détail

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau.

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. CIRCULAIRE N 12

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL.

LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL. LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL. 1/ Le rôle de l'avocat. 2/ Le roulage /police d'assurance en protection juridique ou défense en Justice. 3/ La constitution de partie civile devant

Plus en détail

N 2425 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2425 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 5 juillet 2005 N 2425 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 29 juin 2005. RAPPORT

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

Justice, quels métiers?

Justice, quels métiers? Justice, quels métiers? Justice, quels métiers? Guide pratique genevois Les métiers du Palais de justice 2 Edition et réalisation Groupe Communication-information du Palais de justice Collaboration Office

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail