GOVERNING BODY CONSEIL D'ADMINISTRATION CONSEJO DE ADMINISTRACION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GOVERNING BODY CONSEIL D'ADMINISTRATION CONSEJO DE ADMINISTRACION"

Transcription

1 INTERNATIONAL LABOUR OFFICE BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO GOVERNING BODY CONSEIL D'ADMINISTRATION CONSEJO DE ADMINISTRACION GB.252/4/5 252e session Genève, 2-6 mars 1992 Quatrième question à l'ordre du jour RAPPORTDUCOLLOQUE TRIPARTITESURL'AVENIRDE LA SECURITESOCIALEDANSLES PAYSINDUSTRIALISES (Genève, octobre 1991) 1. Le Colloque tripartite sur l'avenir de la sécurité sociale dans les pays industrialisés s'est tenu à Genève du 28 au 31 octobre L' ordre du jour du colloque, tel qu' approuvé par le Conseil d' administration à sa 248e session (novembre 1990 et février 1991), était le suivant: "Examen des succès et des échecs des efforts entrepris en V'1.\e dé réformer la sécurité sociale et analyse des difficultésà surmonter peur parvenir à un consensus social à l'appui des changements souhaitables". ' 3. Six experts indépendants ont été nommés afin de préparer des docwnents de travail l sur les différents thèmes de 1'ordre du jour et de les présenter au colloque; trois autres experts indépendants ont été invités à participer aux débats, à titre d'intervenants. Le colloque a adopté un rapport sur ses travaux qui figure en annexe2. 4. Après un rappel du rôle directeur du BIT depuis 1919 et des succès rencontrés par la sécurité soc í.el e notanunent depuis les années quarante, le colloque a relevé que la sécurité sociale se trouvaitdésormais confrontée à de nouveaux défis: d "une part, l' inagai?tation ges,ystèmes actuels face à l' évolution économique et sociale des pays industrialisés, et notamment aux 1 ètass/1991/1 à6. 2 CTASS/1991/ G-v.2

2 - 2 - changements intervenus dans le domaine du travail et dans les structures familiale et démographique, et, d'autre part, la mise en place de nouveaux systèmes de sécurité sociale dans les économies en transition d'europe centrale et orientale. 5. Compte tenu des nouvelles données économiques et sociales qui seront évoquées plus loin, les participants au colloque se sont interrogés sur l'avenir de la sécurité sociale, ainsi que sur la teneur et l'opportunité des réformes à mettre en oeuvre. Les partenaires sociaux ont fait part des difficultés rencontrées et des priorités à établir. Si, de l'avis général, la sécurité sociale constituait un acquis des pays industrialisés et devait, dans ses grands principes, être conservée, des réformes plus ou moins profondes s'avéraient cependant nécessaires. 6. Pour ce qy.i est des pays d'ey.rope centrale et orien tale dont les économies sont en transition, il a été souligné que 1 'urgence de la mise en place d'un filet de protection minimum ne devait pas faire perdre de vue à ces pays la nécessité d 'appliquer autant que possible une politique cohérente à court ou à long terme. Il a été relevé que les changements à apporter à la sécurité sociale ne sauraient s'envisager en dehors du contexte de l'évolution économique, et que les contraintes budgétaires que connaissent les pays en question les obligeraient à cibler leurs dépenses en matière de prestations. 7. Dans les pays industrialisés, les modifications majeures enregistrées dans les trois domaines suivants expliquent la nécessité de réviser les systèmes actuels de sécurité sociale: Le marché du travail: Deux tendances se manifestent. D'une part, 1 'économie des pays occidentaux étant de plus en plus tournée vers les services, le marché de l'emploi requiert une grande souplesse et une grande adaptabilité tant de la part des employeurs que des travailleurs. A cet égard, l'importance prise par le chômage de longue durée met l'accent sur l'insuffisance d'une politique active du marché du travail, situation qui aboutit, par ailleurs, à faire peser des charges excessivement lourdes sur les employeurs et qui peut constituer en elle-même qn obstac~e à l'emploi. D'autre part, la substitution aux emplois "normaux" de nouvelles formes d'emploi dites "atypiques" (travail à temps partiel, occasionnel, à domicile, indépendant) remet en question le 'champ d'application de la protection sociale; le colloque a reconnu, en l'occurrence, que la protection de ces nouvelles catégories de travailleurs par la sécurité sociale était une priori té. En outre, les systèmes de protection sociale doivent tenir compte de la participation de plus en plus importante des femmes à la vie active, et faire bénéficier ces dernières des mêmes prestations que les hommes. La mutation des structure familiales et des modes de vie: L'éclatement de la structure familiale traditionnelle, ~r laqu~llese fondaient les prestations familiales et certains droits dérivés,,rend nécessaire la protection individuelle des personnes dépendantes (enfants et personnes âgées) par la sécurité sociale. En outre, des dispositions doivent être prises pour permettre aux parents de conjuguër leurs responsabilités familiales et professionnelles, en évitant toute discrimination entre les hommes et les femmes, par l'instauration, par exemple, de pêr í.odes de congés d'éducation ou de soins aux enfants dont bénéficieraient mères et pères sur un pied d'égalité G-v.2. Lastructure démqgraphiqy,e: La population des pays industrialisés est caractérisée par son vieillissement. Il en résulte un déséquilibre du rapport entre la population active et la population inactive~ ainsi qu'une augmentation des soins de santé, notamment des soinsde longue

3 - 3 - durée, qui sont extrêmement coûteux. De plus, la population inactive constitue désormais un élément politique non négligeable pour les gouvernements. Le rôle de l'immigration, en tant que facteur démographique et contreproids à cette évolution, a été souligné. L'accent a également été mis à cet égard sur l'importance de l'intégration sociale des immigrants, ainsi que sur la conservation de leurs droits acquis et en cours d'acquisition, conformément aux normes de l'oit en la matière. 8. Deux problèmes découlent de l'évolution décrite ci-dessus: l'alourdissement des dépenses par rapport au revenu des cotisations et l'insuffisance de la protection accordée par certains systèmes actuels face à de nouveaux besoins. Il a également été fait mention des problèmes liés à la création du marché intérieur au sein de la Communauté européenne, quientraîne une pression à la hausse du niveau des prestations. De même, l'internationalisation au niveau économique a été reconnue comme dangereuse lorsque le niveau social présente de trop grandes distorsions; dans ce contexte, le colloque s'est accordé sur l'importance d'une protection sociale universelle minimum. 9. Le colloque a étudié la possibilité de contenir 'les dépenses liées aux prestations sociales, et plusieurs participants ont insisté sur l'importance du "caractère judicieux" plutôt que du "juste niveau" des dépenses. Plusieurs suggestions ont été faites concernant la réorientation des dépenses, l'instauration de la concurrence entre les prestataires de soins, l'introduction d'une gestion' quasi privée dans le service public, 1'augmentation de 1'âge d 'admissibilité à la pension de vieillesse ou de la période de cotisation nécessaire pour avoir droit à une pension complète, etc. 10. Des divergences entre les participants sont apparues en particulier quant aux modes de financement. Certains pays privilégient la fiscalité, d'autres les cotisations spécifiques et l'on s'est interrogé sur la proposition optimale entre ces deux modes de financement ainsi que sur la répartition des cotisations entre salariés et employeurs. Des participants employeurs ont suggéré une redistribution des responsabilités personnelles et collectives, en s'appuyant sur une capacité et un désir accrus d'autonomie de la part des assurés qui pourraient exprimer leurs choix en tant que consommateurs. Ils se sont également montrés favorables à un renforcement du rôle joué par les régimes privés, en particulier pour ce qui est des systèmes de soins de santé caractérisés, selon certains, par leur manque d'incitation à 1'efficacité. Tout en acceptant la possibilité d 'un renforcement du rôle des régimes privés, les participants travailleurs ont néanmoins tenu à souligner certains dangers inhérents à ces reg1mes, n'admettant ceux-ci qu'à titre complémentaire. Les participants se sont accordés sur la nécessité d'une gestion plus efficace des services qui pourrait être assurée par un partenariat entre travailleurs et employeurs. 11. Quant au rôle à jouer par l'oit. le colloque a exprimé l'espoir que l'organisation ne perdrait pas le caractère précurseur qui fut le sien auprès des pays industrialisés dans la première moitié du XXe siècle. Le droit à la sécurité sociale étant avant tout une question pratique, il doit s'adapter aux conditions propres à chaque pays. Les difficultés qu'il y aurait à offrir un modèle commun aux pays développés et aux pays en développement ont été reconnues. D'aucuns ont estimé que, si les instruments actuels pouvaient être conservés, il faudrait néanmoins qu'un nouvel instrument, une recommandation par exemple, rende compte des besoins exprimés au cours de ce colloque afin qu'à l'avenir l'évolution de la sécurité sociale s'intègre dans un cadre conforme aux objectifs de l'oit. Les participants se sont également dit intéressés par la poursuite des échanges de vues dans le cadre tripartite de l'oit. 4089G-v.2

4 Comme il n'était pas mandaté pour le faire, le colloque n'a adopté ni conclusion ni recommandation. Le président et rapporteur, M. M. Laroque (France), a présenté, à titre personnel, une synthèse des questions soulevées durant la réunion; le colloque s 'est accordé à ce que cette synthèse soit jointe en annexe à son rapport. 13. Le Conseil d'administration voudra sans doute prendre note du rapport et: a) autoriser le Directeur général à le communiquer aux gouvernements des Etats Membres concernés et. par leur intermédiaire. aux organisations d'employeurs et de travailleurs intéressées. aux organisations intergouvernementales intéressées. ainsi qu'aux organisations internationales non gouvernementales ayant le statut consultatif et aux autres organes et organisations intéressés; b ) demander au Directeur général de tenir compte des échanges de vues qui ont eu lieu au sein de ce colloque lorsqu'il élaborera les propositions de programme futurs. Genève, 10 février POINT APPELANT UNE DECISION: Paragraphe 13. " 4089G-v.2

5 Organisation internationale du Travail CTASS/1991/13 Colloque tripartite sur l'avenir de la sécurité sociale dans les pays industrialisés Genève, 1991 RBCEIVED 1 9 FEV International Labour Office "-Q BIBL BIT Rapport Bureau international du Travail Genève

6 Copyright Organisation internationale du Travail 1992 Les publications du Bureau international du Travail jouissent de la protection du droit d'auteur en vertu du protocole n 2, annexe à la Convention universelle pour la protection du droit d'auteur. Toutefois, de courts passages pourront être reproduits sans autorisation, à la condition que leur source soit dûment mentionnée. Toute demande d'autorisation de reproduction ou de traduction devra être adressée au Service des publications (Droits et licences). Bureau international du Travail, CH-1211 Genève 22, Suisse. Ces demandes seront toujours les bienvenues. ISBN Première édition 1992 Les désignations utilisées dans les publications du BIT, qui sont conformes à la pratique des Nations Unies, et la présentation des données qui y figurent n'impliquent de la part du Bureau international du Travail aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. Les articles, études et autres textes signés n'engagent que leurs auteurs et leur publication ne signifie pas que le Bureau international du Travail souscrit aux opinions qui y sont exprimées. La mention ou la non-mention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n'implique de la part du Bureau international du Travail aucune appréciation favorable ou défavorable. Les publications du Bureau international du Travail peuvent être obtenues dans les principales librairies ou auprès des bureaux locaux du BIT. On peut aussi se les procurer directement, de même qu'un catalogue ou une liste des nouvelles publications, à l'adresse suivante: Publications du BIT, Bureau international du Travail, CH-1211 Genève 22, Suisse. Imprima par le 8ureau international du Travail, Genève. Suisse

7 TABLE DES MATIERES Introduction 1 Participants 1 Allocution d'ouverture 1 Election du président et rapporteur 2 La possibilité et/ou l'opportunité de réformer la sécurité sociale dans les pays industrialisés: le point de vue des partenaires sociaux 3 Adaptation à L'évolution économique: concilier la protection sociale et les économies de marché 10 Protection sociale et changement économique: les interactions 14 Page Le contexte.juridique: Evolution du droit dans un environnement en mouvement - Une approche comparative 25 Adoption du rapport 30 Annexe I: Synthèse 31 Annexe II: Liste des participants et observateurs... 39

8 COLLOQUE TRIPARTITE SUR L'AVENIR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LES PAYS INDUSTRIALISES (Genève, octobre 1991) RAPPORT Introduction 1. A sa 248e session (novembre 1990), le Conseil d'administration du Bureau international du Travail a décidé de convoquer un Colloque tripartite sur l'avenir de la sécurité sociale dans les pays industrialisés. La réunion s'est tenue à Genève du 28 au 31 octobre Participants 2. Vingt-quatre participants étaient invités au colloque. Cinq d'entre eux ont été nommés après consultation des gouvernements, cinq autres après consultation avec le groupe des employeurs et cinq après consultation avec le groupe des travailleurs du Conseil d'administration. Six experts indépendants ont été nommés afin de préparer des documents de travail sur les différents points à l'ordre du jour et de les présenter au colloque. Trois autres experts indépendants ont été invités à participer aux débats, à titre d'orateurs intervenants. 3. Des représentants de la Confédération internationale des syndicats libres, de la Fédération internationale des employés, techniciens et cadres, de la Fédération internationale des femmes diplômées des universités, de l'organisation internationale des employeurs, de l'association internationale de la sécurité sociale et de la Fédération syndicale mondiale assistaient également à la réunion en qualité d'observateurs. 4. La liste des participants figure en annexe au rapport. Allocution d'ouverture 5. M. Vladilen Morozov, Directeur général adjoint du BIT, a ouvert le colloque en souhaitant la bienvenue à l'ensemble des participants ainsi qu'aux observateurs et, en particulier, aux participants en provenance des pays d'europe centrale et d'europe de l'est. Il a souligné que la sécurité sociale avait un rôle essentiel à jouer dans l'évolution économique radicale que connaissent ces pays et a ajouté qu'une séance du colloque serait consacrée à ce sujet important.

9 Depuis l'adoption, en 1919, de la convention relative au chômage, le BIT a toujours joué un rôle actif dans les questions ayant trait à la sécurité sociale, procédant à l'adoption de normes qui ont servi non seulement de critères pour l'évaluation du développement de la sécurité sociale dans les pays industrialisés, mais aussi d'instruments visant à promouvoir une évolution similaire dans les autres pays du monde. L'expansion effective de la sécurité sociale s'est produite à la fin des années quarante et a connu des succès nombreux et indéniables au cours des décennies suivantes. Cependant, avec la réussite et la maturité, de nouveaux problèmes et de nouveaux défis sont apparus. Tels sont les principaux sujets sur lesquels les débats du colloque devraient porter. 7. M. Morozov a rappelé qu'en dernière analyse la solidité des systèmes de protection sociale dépendait de celle du consensus social sur lequel ils sont établis. Par conséquent, il conviendrait que tout débat sur l'avenir de la sécurité sociale s'ouvre, à l'instar de celui-ci, sur la question du consensus politique et social. L'orateur a exprimé le voeu que grâce à ce colloque l'oit apporterait une contribution utile dans ce domaine et a conclu en disant qu'il attendait avec intérêt les résultats des débats. Election du président et rapporteur 8. M. Michel Laroque, adjoint au directeur de la sécurité sociale, ministère des Affaires sociales, France, a été élu président et rapporteur à l'unanimité. 9. Prenant la parole, M. Colin Gillion, directeur du Département de la sécurité sociale, a fait quelques observations sur les objectifs du colloque. La question sous-jacente consistait à savoir si les systèmes de sécurité sociale devaient être réformés. En abordant cette question, il a estimé qu'il convenait de réfléchir sur les phrases introductives du document de travail de Mme Engelen-Kefer. L'idée qui y est exprimée est que, contrairement à ce que l'on prétend souvent, les systèmes de sécurité sociale dans les pays industriels n'ont pas besoin d'être réformés en profondeur. Cependant, certaines réformes sont néanmoins nécessaires pour faire face aux changements structurels et aux imperfections des systèmes de sécurité sociale eux-mêmes. Un message similaire semble se dégager des autres documents de travail dont le colloque est saisi. 10. Il est peu probable que les projections concernant l'avenir coïncident avec l'évolution réelle si elles sont uniquement l'extrapolation linéaire des tendances passées. De nombreux changements sont en train de se produire, tant dans le type de participation au marché du travail que dans la structure de la vie familiale et les tendances démographiques qui vont affecter le rôle de la sécurité sociale. Parmi les questions que les participants au colloque pourraient aborder, on peut mentionner celle qui consiste à savoir si la prévention et l'exercice de la responsabilité individuelle ne devraient pas jouer un rôle plus important non seulement en matière de santé, mais aussi dans d'autres domaines. Il ne s'agit pas tant pour l'etat de se débarrasser de ses responsabilités, mais d'établir des priorités. Car des priorités devraient être fixées, par exemple en ce qui concerne l'action visant à apporter des solutions au problème croissant de la pauvreté qui affecte les enfants. Pour relever ces défis, la sécurité sociale pourrait avoir à prendre de nouvelles orientations, qui diffèrent de la typologie traditionnelle du passé.

10 - 3 - La possibilité et/ou l'opportunité de réformer la sécurité sociale dans les pays industrialisés: le point de vue des partenaires sociaux 11. Tout en soulignant qu'il n'est pas nécessaire de procéder à des changements radicaux dans les systèmes de sécurité sociale des pays industrialisés, l'expert indépendant travailleur, Mme U. Engelen-Kefer, a estimé que certaines réformes doivent être entreprises, en tout cas dans les pays d'europe occidentale, afin de répondre aux changements structurels et de remédier aux imperfections actuelles de la protection sociale. Elle a reconnu que les conclusions de son exposé sont beaucoup moins révolutionnaires que celles de Mme Snelders et du professeur Van Langendonck. 12. Son document est centré sur trois domaines de l'évolution économique et sociale, à savoir la structure démographique, la structure de l'emploi et les modes de vie individuels. Le vieillissement de la population a des incidences considérables sur les services sanitaires et sociaux, compte tenu des besoins spécifiques des personnes âgées dans ces domaines. Mme Engelen-Kefer a ajouté qu'il faut toutefois être prudent quant aux prévisions alarmistes concernant l'effet du vieillissement des populations sur les dépenses en matière de pensions, notant que la poursuite de l'immigration de travailleurs en Europe occidentale et l'augmentation de la productivité pourraient aider à atténuer l'acuité de ce problème. En ce qui concerne la structure de l'emploi, on a pu constater une augmentation spectaculaire du chômage de longue durée, augmentation qui a conduit à une pauvreté accrue et, parallèlement, à une tendance à la substitution aux emplois "normaux", bénéficiant du plein emploi et de la protection sociale, de formes d'emploi précaire et moins bien rémunéré, telles que l'emploi partiel et temporaire, le travail à domicile et différentes formes d'emploi indépendant. S'agissant des modes de vie, les individus expriment la volonté d'avoir, dans la société dans laquelle ils vivent, une plus grande autonomie non seulement en ce qui concerne l'emploi, mais aussi la vie sociale et familiale: il en résulte des implications d'une portée considérable pour les systèmes de sécurité sociale encore fondés sur le schéma traditionnel, dans lequel l'homme est la source du revenu familial et la mère élève les enfants. 13. Mme Engelen-Kefer a passé en revue un certain nombre de réformes qui s'avèrent indispensables. La persistance d'un taux de chômage élevé rend nécessaire l'élargissement de la base sur laquelle sont prélevés les impôts destinés à financer l'assurance chômage. Un apport substantiel de fonds publics est également nécessaire pour mettre en oeuvre des politiques actives en matière de marché du travail. Les tendances démographiques constatées ainsi que l'éclatement des structures familiales traditionnelles exigent que la sécurité sociale assure aux personnes âgées et aux handicapés les soins à long terme dont ils ont besoin, y compris les mesures préventives et les services sociaux qui leur permettraient de vivre chez eux aussi longtemps que possible. Pour aider les parents qui conjuguent responsabilités familiales et travail, des dispositions plus efficaces devraient être prises, telles la validation en vue de l'obtention d'une pension ou de périodes de congé consacrées à élever leur enfants. Dans le même ordre d'idée, il faudrait aider également les parents qui continuent à travailler à prendre les mesures appropriées pour prendre soin de leurs enfants. Il existe un besoin urgent de protection sociale de base pour les personnes engagées dans des activités occasionnelles, temporaires ou à temps partiel, conformément aux dernières propositions présentées par la Commission européenne. Il est nécessaire de mettre en place un filet de protection minimum, financé par l'ensemble des contributions fiscales, afin d'aider ceux qui ne sont pas suffisamment couverts par le système actuel de sécurité sociale, notamment les chômeurs et les personnes âgées. Concernant la santé, il faut placer davantage l'accent sur les mesures de prévention non seulement en matière de soins de santé, mais aussi sur le

11 - 4 - lieu de travail et dans l'environnement. Faisant référence à la tendance à établir des régimes privés, Mme Engelen-Kefer a suggéré d'augmenter ou de supprimer le plafond du revenu servant de base aux cotisations, plafond qui, dans certains pays, exclut les catégories à plus hauts revenus des régimes de sécurité sociale. Enfin, elle a insisté sur le fait qu'il est nécessaire que les systèmes de sécurité sociale répondent mieux aux différents besoins des assurés et éliminent toute bureaucratie inutile. Il est particulièrement évident, si l'on se fonde sur l'expérience allemande des nouveaux lânder, que la participation des employeurs et des travailleurs est extrêmement efficace pour assurer le bon fonctionnement des services. 14. Le président a estimé qu'il serait utile que les débats soient organisés autour des thèmes principaux de l'emploi et du chômage, des tendances démographiques et de l'autonomie individuelle. Cependant, en premier lieu, plusieurs points d'ordre plus général ont été soulevés par plusieurs participants. Un représentant du gouvernement japonais a rappelé que les discussions sur la sécurité sociale ont généralement lieu dans un cadre tripartite mais a noté que plus de trois acteurs sont aujourd'hui engagés dans ces discussions, avec les gouvernements eux-mêmes, qui comptent parmi les principaux employeurs, et le secteur non structuré en pleine croissance, dont ne rendent compte que dans une faible mesure les organisations d'employeurs et de travailleurs traditionnelles. Il a demandé que le débat soit élargi afin de refléter ces divers intérêts. 15. Plusieurs orateurs ont fait référence à la valeur d'exemple plus ou moins importante que l'expérience des pays occidentaux sur laquelle est fondé l'exposé de Mme Engelen-Kefer peut avoir pour les autres pays industrialisés. La situation prévalant au Japon est similaire, et mention a été faite de la réforme du régime des pensions adoptée en Ainsi que l'a signalé un représentant des travailleurs, si la protection sociale est beaucoup plus large en Europe occidentale qu'aux Etats-Unis, les principes fondamentaux de la protection obligatoire, le financement sur une base plus générale et la solidarité qui sous-tendent le système sont les mêmes. Il a estimé que ces principes pourraient et devraient être appliqués aux nouvelles catégories de travailleurs et aux nouveaux risques auxquels ils sont confrontés, notant qu'une part de plus en plus importante de la population se trouve involontairement engagée dans des activités à temps partiel ou temporaires ou encore travaille à domicile et se trouve ainsi privée de protection sociale. 16. Un représentant des employeurs a souligné que le développement de nouvelles formes d'emploi constitue souvent la réponse des employeurs aux pressions de la concurrence et demande si le fait d'en faire l'objet d'une couverture sociale ne tend pas à réduire l'incidence de cette nouvelle forme d'emploi sur l'offre. Il s'est déclaré également vivement préoccupé par l'accroissement des coûts de sécurité sociale qu'implique le vieillissement de la population et a exprimé des doutes quant à la possibilité que l'augmentation de la productivité et de l'immigration puisse apporter une solution à ce problème. La question des coûts a été soulevée par Mme Snelders, expert indépendant employeur, qui a souligné que le coût élevé de la sécurité sociale aux Pays-Bas a créé des obstacles à l'emploi. 17. Un autre point abordé par Mme Snelders est que la sécurité sociale doit non seulement assurer des prestations en espèces en faveur des personnes sans emploi, mais aussi contribuer à les intégrer dans la population active. Mme Engelen-Kefer a répondu en insistant sur l'importance d'une politique active du marché du travail pour l'ensemble de la communauté et soutenu que la charge financière ne peut pas être supportée uniquement par les employeurs et les travailleurs. Le président a observé que des préoccupations du même ordre

12 - 5 - se manifestent en France, où des mesures ont été prises afin d'élargir la base du financement du système de la sécurité sociale. 18. Une observatrice de la Fédération internationale des femmes diplômées des universités a attiré l'attention du colloque sur la participation accrue des femmes à la vie active et a soutenu la nécessité de prendre des mesures en vue de garantir que les travailleuses bénéficient de prestations sociales identiques à celles des hommes. Certains décideurs continuent à associer les femmes à la garde des enfants, mais il faut bien se rendre compte que ce sont les enfants eux-mêmes qui ont besoin de soins et d'attention. La fiscalité jouant un rôle croissant dans le financement de la sécurité sociale, il faudra également veiller à ce qu'il n'y ait aucune discrimination en matière fiscale entre les hommes et les femmes. 19. Revenant à la question du coût de la sécurité sociale, un représentant des employeurs a observé que sur le plan historique l'accroissement de la productivité n'a jamais permis de compenser l'augmentation des dépenses, car les prestations ont augmenté au même rythme que les revenus et la productivité. Les employeurs craignent que de nouveaux investissements ne soient compromis. Les propositions qui visent à introduire de nouvelles prestations feraient augmenter le coût de la sécurité sociale et décourageraient la création d'emplois. S'agissant du facteur de l'immigration, il se demande si cette question ne concerne pas spécifiquement l'allemagne. 20. Un représentant des travailleurs a soulevé le problème du financement de la sécurité sociale sous un aspect différent, notant que le montant des cotisations est étroitement lié au niveau d'activité économique. Il a critiqué à la fois les politiques gouvernementales qui imposent à tort des restrictions sur la demande ainsi que les pressions des employeurs visant à limiter les salaires, car elles sont à l'origine de la récession actuelle et nuisent à la situation financière de la sécurité sociale. 21. En réponse à ces différentes remarques, Mme Engelen-Kefer a reconnu qu'il est impossible de continuer à augmenter les cotisations de sécurité sociale. Certaines de ses propositions ne font pas augmenter les coûts, les dépenses consacrées à des politiques actives du marché du travail étant par exemple compensées par des économies en matière d'allocation chômage. Il ne s'agit pas d'augmenter les dépenses, mais plutôt de les réorienter. En outre, elle souhaite modifier le système de façon à réaliser des économies, en luttant par exemple contre les prix excessifs appliqués par les entreprises pharmaceutiques, les médecins et les dentistes. Concernant l'accroissement des dépenses de sécurité sociale, elle a noté qu'en Allemagne le facteur essentiel n'a pas été le facteur démographique, mais plutôt l'augmentation du chômage. Elle admet que l'immigration a joué un rôle particulièrement important dans son pays, mais il en a été de même dans un certain nombre d'autres pays industrialisés, notamment la France, et il ne faut pas sous-estimer les apports éventuels de cette immigration, à condition bien sûr d'avoir pris les mesures adéquates pour garantir l'intégration sociale des immigrants. Elle conclut en suggérant que le BIT pourrait envisager d'entreprendre des études sur le thème des migrations et de la sécurité sociale. 22. En réponse à cette suggestion, M. Gillion, directeur du Département de la sécurité sociale, a fait remarquer que des travaux ont déjà été réalisés sur la question des migrations et de la sécurité sociale qui suggèrent que, pour modifier de façon sensible la structure démographique d'ici l'an 2020, il faudrait un nombre de migrants équivalant à environ 30 pour cent des naissances annuelles pendant les trente ans à venir. Il a poursuivi en notant que, s'il est facile de prévoir le nombre de personnes âgées dans le futur, il est beaucoup moins aisé de prévoir quelles seront les conditions sociales et économiques qui prévaudront alors, telles que la proportion de femmes dans la

13 - 6 - population active ou encore l'âge de la retraite, que certains gouvernements projettent d'augmenter. 23. Un représentant des travailleurs a fait référence à la décision des Etats-Unis de commencer à augmenter à partir de l'année 2002 l'âge d'admissibilité à pension de vieillesse. Il a souligné toutefois que l'âge effectif de la retraite ne tendait pas actuellement à s'élever car de nombreux travailleurs se voient contraints de ne plus travailler, et ce à un âge prématuré. Les actuaires de la sécurité sociale ne s'attendent pas non plus à ce que les mesures qui visent à augmenter l'âge d'admissibilité à pension conduisent à une retraite plus tardive, mais simplement à ce qu'elles fassent baisser le montant des prestations, à moins que la situation économique ne s'améliore considérablement. Il ne semble donc pas que cette voie soit suffisamment prometteuse pour constituer la marche à suivre pour d'autres pays. 24. Le président a observé que, dans son pays, on a réduit l'âge d'admissibilité à pension de vieillesse à 60 ans au début des années quatre-vingt. Bien qu'il ne soit pas question aujourd'hui d'élever cet âge, on envisage actuellement d'augmenter la période de cotisations nécessaire pour avoir droit à une pension à taux plein. Le représentant d'un gouvernement participant a noté que l'élévation de l'âge d'admission à la retraite était à l'ordre du jour au Japon. Dans ce pays, le vieillissement de la population fait l'objet de vives préoccupations non seulement du point de vue du coût des pensions de retraite, mais aussi du point de vue de ses incidences sur les soins de santé. En particulier, une attention croissante est portée au problème des personnes âgées qui sont incapables de subvenir à leurs propres besoins ainsi qu'à la nécessité, à cet égard, de promouvoir l'aide et les soins à domicile. 25. Dans ses remarques liminaires, Mme T. M. Snelders, expert employeur indépendant, a mentionné le développement historique de la sécurité sociale dans les pays industrialisés et les limites qu'il a atteintes au cours de ces dernières années. Elle a déclaré, en particulier, que le nombre de personnes prétendant à une prestation sociale s'est révélé beaucoup plus élevé que prévu et que la détérioration du rapport population active/population inactive allait compromettre les fondements financiers du système. Cette situation appelait des mesures pour accroître le taux d'activité. 26. Lorsque l'on examine si le système de sécurité sociale existant peut être maintenu, il convient de prendre en compte l'évolution du marché du travail et de la structure démographique. Le marché du travail a considérablement évolué, en même temps que l'économie est passée d'une production industrielle à haute intensité de main-d'oeuvre à une ère de production post-industrielle de plus en plus automatisée où les services fondés sur les connaissances jouent un rôle prépondérant. Ce nouvel environnement requiert une souplesse et une adaptabilité supérieures aussi bien de la part des travailleurs que des entreprises. Le vieillissement de la population rend nécessaire la définition de priorités au sein de la sécurité sociale, étant donné les limites de la charge financière qui pourrait être imposée à la population économiquement active. 27. Mme Snelders a signalé que la création du marché intérieur au sein de la Communauté européenne pourrait avoir un certain nombre d'incidences sur la sécurité sociale. Ce marché a notamment créé des pressions à la hausse sur le niveau des prestations. L'unification ou la normalisation des systèmes de sécurité sociale n'est pas encore à l'ordre du jour, bien qu'il soit recommandé qu'une convergence soit établie dans leurs objectifs et que les Etats membres garantissent un filet de protection minimum. L'égalité de traitement entre les hommes et les femmes constitue l'une des principales

14 - 7 - préoccupations de la Communauté européenne et elle a entraîné des coûts de sécurité sociale élevés. 28. A la différence de Mme Engelen-Kefer, Mme Snelders a estimé qu'un changement réel des systèmes de sécurité sociale était nécessaire et que leur simple adaptation n'est pas suffisante et que devait être recherché un contrôle des coûts plutôt qu'un accroissement des cotisations. La sécurité sociale est basée sur la responsabilité de l'individu et de l'etat. L'assurance collective a pratiquement remplacé l'épargne privée et, de ce fait, il était possible de se demander si les parts de responsabilité collectives et individuelles sont toujours équilibrées. Pour que la population d'un Etat providence ne soit plus contrainte de contribuer de manière excessive à son assurance, cela doit-il se réaliser d'une base individuelle ou collective? Une distribution différente des responsabilités ne serait-elle pas justifiée alors que la main-d'oeuvre est composée de travailleurs hautement qualifiés et en considérant les changements des modes de vie? (individualisme, foyers à double revenu professionnel, désir de flexibilité et de mobilité). L'Etat ne devrait-il pas se désengager de la sécurité sociale comme il l'a fait dans d'autres domaines? Les principes fondamentaux de la sécurité sociale, tels qu'énoncés au cours de la première séance par un participant travailleur, ne lui posent pas de problème particulier mais elle se demande dans quelle mesure les systèmes fondés sur ces principes devraient se substituer à l'initiative individuelle. Lorsque l'on entreprend la réforme de la sécurité sociale, les effets du système sur la participation au marché du travail devraient être examinés avec attention: le système en vigueur ne fait-il pas obstacle à cette participation, et un système réformé permettrait-il de la développer? 29. Les systèmes de sécurité sociale doivent demeurer accessibles. Au cours des années, de nombreux systèmes sont devenus excessivement complexes et difficiles à gérer en raison des nombreuses retouches dont ils ont été l'objet. Les systèmes devraient au contraire être simples, clairs et de facile application. Ils devraient aussi répondre au développement du marché et encourager le sens de la responsabilité des citoyens, travailleurs et employeurs. Gardant à l'esprit cet impératif fondamental, il convient de se demander s'il ne serait pas préférable de réviser le système conformément aux suggestions contenues dans son document, c'est-à-dire grâce à l'octroi par les pouvoirs publics de prestations forfaitaires de base, plutôt que d'être tenu par des contraintes financières de réduire systématiquement les prestations existantes. Mme Snelders reconnaît qu'il est difficile de modifier les régimes de sécurité sociale en vigueur, mais elle est d'avis qu'une telle décision doit néanmoins être prise. 30. Pour engager les débats, le président a indiqué que le thème de la responsabilité individuelle qui avait été laissé en suspens lors de la séance précédente a été repris par Mme Snelders et a proposé que d'autres participants s'expriment sur la portée d'une plus grande autonomie individuelle et d'une plus grande souplesse de la protection sociale. 31. Un participant travailleur a déclaré que, s'il approuve la description des tendances présentée par Mme Snelders, il ne lui paraît pas que la solution qu'elle propose soit la bonne. Il a estimé notajnment que des prestations de sécurité sociale uniformes seraient un retour en arrière. Un tel affaiblissement de la protection sociale conduirait à une forte augmentation de la pauvreté. 32. Un participant employeur s'est montré d'accord avec la thèse de Mme Snelders selon laquelle le financement des programmes sociaux crée de réels problèmes. Il s'est interrogé sur ce qui sous-tend l'augmentation des coûts du système en vigueur et s'est demandé s'il s'agit de la diminution de

15 - 8 - la responsabilité individuelle ou de l'impact négatif sur l'emploi des prestations de chômage et d'invalidité, ou des deux à la fois. De toute façon, les investissements étaient déjà fortement réduits et ce problème serait aggravé si les cotisations de sécurité sociale continuaient d'augmenter. 33. Cette question a été reprise par un participant travailleur qui a observé que l'argument avancé était largement utilisé aux Etats-Unis, en dépit du fait que les niveaux des cotisations et des prestations étaient bien inférieurs, dans ce pays, à ceux des systèmes de sécurité sociale d'europe occidentale. Il a noté que Mme Snelders a axé son argumentation sur l'accroissement de la population inactive par rapport à la population active, et que cependant la solution qu'elle proposait au problème consistait à modifier la sécurité sociale. L'orateur a estimé qu'il serait préférable de prendre des mesures directes pour modifier le rapport de dépendance, en créant des emplois pour les chômeurs et pour les travailleurs plus âgés. Ainsi, les coûts de sécurité sociale diminueraient alors sans qu'il soit nécessaire de réduire le niveau de protection. De plus, lors de l'examen des tendances démographiques il convient de tenir compte non seulement du rapport de dépendance des personnes âgées mais également du rapport de dépendance totale, car l'inclusion des enfants est un facteur important pour l'obtention d'un tableau équilibré de la situation. Enfin, pour ce qui a trait au problème de l'incitation au travail, l'intervenant s'est demandé s'il n'est pas dans l'intérêt de la société de protéger les individus contre la nécessité d'accepter des salaires qui les classent au-dessous du seuil de pauvreté. 34. Un participant travailleur s'est étonné qu'on puisse affirmer que l'application du principe de l'égalité de traitement pour les femmes entraînerait nécessairement des coûts plus élevés pour la sécurité sociale. Il convient de ne pas oublier que la participation croissante de la main-d'oeuvre féminine contribue à financer le système. Dans sa réponse, Mme Snelders a expliqué que des changements coûteux en ont résulté lorsque pour des raisons de respect du principe d'égalité des prestations ont été accordées dans des cas où il n'y avait pas de perte de revenu. Elle a également mentionné un jugement récent prononcé par la Cour européenne de justice selon lequel les pensions financées par les entreprises sont des salaires différés, ce qui offre aux hommes la possibilité de réclamer un droit à pension au même âge que les femmes. Les coûts potentiels de ce droit à pension sont extrêmement élevés pour les employeurs car aucun moyen de financement n'a été prévu dans ce cas. Dans sa réponse aux observations faites sur les mesures d'incitation au travail, Mme Snelders a précisé qu'aux Pays-Bas il aurait été beaucoup plus facile de lutter contre le chômage si le salaire minimum n'avait pas été aussi élevé. 35. Un participant employeur a noté que dans les rapports de dépendance les tendances négatives sont très répandues en Europe et que ces tendances se manifestent particulièrement par l'influence politique croissante de la population inactive qui représente un pourcentage de plus en plus important de l'électorat, ce qui a encouragé les gouvernements à rechercher des solutions impliquant des dépenses élevées. Il était donc important que le partage des responsabilités de gestion soit à l'image du partage des responsabilités financières. 36. Le président a fait remarquer que la proposition qui avait la faveur des participants employeurs, à savoir la mise en place d'un système de sécurité sociale de base servant des prestations uniformes, posait un certain nombre de problèmes. Par exemple, à quel niveau devrait être fixé le minimum? De plus, les employeurs ne seraient-ils pas les premiers à établir des régimes complémentaires, augmentant de ce fait leurs propres charges sociales? Il faut admettre que ces régimes serviraient davantage les intérêts des cadres supérieurs en les retenant au sein de l'entreprise à la différence de la

16 - 9 - sécurité sociale qui favorise les mesures égalitaires et la mobilité de la main-d'oeuvre. En ce qui concerne l'idée d'octroyer des prestations forfaitaires de base uniformes, y compris aux personnes qui n'ont pas cotisé, le président s'est demandé si cette mesure ne serait pas inutilement coûteuse et a soutenu qu'il serait approprié de les soumettre à une condition de revenu. Ses préoccupations sur le coût de l'extension du droit à prestations aux non-cotisants ont été partagées par un participant employeur. 37. M. Gillion a observé que la plupart des pays disposent à la fois d'une certaine forme de protection de base pour les pauvres et les chômeurs et adoptent également des politiques visant à la réinsertion des personnes exclues du marché du travail. Toutefois, la part des différents éléments varie d'un pays à l'autre. Mais le fait que dans certains cas l'accès aux prestations soit difficile pour ceux qui ont le plus besoin d'aide constitue une réelle préoccupation. L'orateur s'est référé à la discussion sur la désincitation au travail et sur l'idée que la sécurité sociale avait pour effet de faire augmenter le "salaire de réserve". Il a laissé entendre qu'il s'agissait principalement d'une question empirique. Enfin, il a observé que différents groupes sociaux devaient être appuyés par différentes sortes de soutien et a souligné l'importance de mieux les cibler. 38. Revenant à la question des régimes privés soulevée par le président, un participant travailleur n'a pas partagé l'avis de ceux pour qui de tels régimes pourraient assurer une sécurité sociale plus efficace que les systèmes publics. Le fait est que les régimes privés ne garantissent pas une sécurité suffisante. Par ailleurs, la sécurité sociale ne pourrait être modifiée que s'il existait un consensus d'ordre politique, ce qui ne s'applique pas aux régimes privés où les décisions peuvent être prises par les employeurs ou les compagnies d'assurance. Actuellement, aux Etats-Unis, les programmes privés, aussi bien en matière de pensions que de soins de santé, couvrent un moins grand nombre de travailleurs que par le passé. 39. Un participant employeur a reconnu que la situation évolue très rapidement et que la sécurité sociale doit s'adapter aux changements. Toutefois, il a soutenu que certains critères étaient nécessaires pour pouvoir juger à quel moment l'évolution de la sécurité sociale va au-delà de ce qui était sociable et économiquement désirable. Ces critères sont liés à la viabilité financière des systèmes, à l'équité entre les différentes catégories sociales et à l'efficacité dans l'affectation des ressources. 40. M. Cichon, expert du BIT, a rappelé les commentaires qui ont été faits lors de la première séance sur le fait que les dispositions actuelles de la sécurité sociale ne sont peut-être plus tout à fait adaptées à l'évolution des modes de vie et à la liberté de choix individuelle. Tout au long de cette discussion, l'accent a été placé en particulier sur le développement des régimes privés. Il demande s'il n'y aurait pas, à cet égard, une certaine contradiction, du fait que l'efficacité des prestations servies par les régimes privés dépend encore plus que dans les régimes généraux de la stabilité du mode de vie. Mme Snelders considère toutefois qu'il n'y a pas de contradiction car ses propositions comprennent des prestations réglementaires de base. 41. Un participant travailleur a fait référence au document présenté par M. Euzéby, qui décrit très bien les dangers que présente la privatisation de la sécurité sociale. Il mentionne la réforme du régime des pensions entreprise au Japon, où les syndicats ont particulièrement insisté pour que l'on n'envisage d'établir des régimes privés que pour compléter un régime public général étendu et qu'il ne devait en aucun cas s'y substituer. Il indique quels sont les inconvénients spécifiques des régimes privés, à savoir leur incapacité à garantir que les prestations tiennent compte de l'inflation ainsi

17 -loque l'absence de la solidarité qui caractérise les systèmes de sécurité sociale réglementaires. Un représentant du gouvernement japonais a ajouté que son pays avait finalement admis que les pensions servies par les pouvoirs publics constituent la source de revenus principale des retraités. Cependant, les décideurs politiques, considérant le vieillissement rapide de la population et excluant la prise en compte des intérêts provenant des fonds de réserve, n'avaient que trois options aussi impopulaires les unes que les autres: réduire les pensions, augmenter les cotisations ou augmenter l'âge de la retraite. 42. Un autre participant travailleur a également signalé que du fait que les régimes d'entreprises dépendent de la prospérité de celles-ci leurs prestations sont réparties de façon régressive. Par ailleurs, il souligne que la sécurité sociale permet davantage de flexibilité que les régimes privés. Le président conclut le débat en insistant sur la nécessité de parvenir à un équilibre judicieux entre les régimes privés et les régimes généraux. Adaptation à l'évolution économique: concilier la protection sociale et les économies de marché 43. Le professeur R. Holzmann a noté que la situation dans les pays dont les économies sont en transition (ETs) est différente de celle des pays industrialisés dans la mesure où, dans les premiers, on s'accorde généralement sur la nécessité d'une réforme substantielle de leurs systèmes de sécurité sociale. Le message essentiel contenu dans son document est qu'il est urgent d'établir un filet de protection sociale et qu'il est nécessaire, même au cours du processus de transition, qu'une restructuration de la sécurité sociale ait lieu. Il convenait de garder à l'esprit certaines caractéristiques des économies planifiées. Un pourcentage relativement important du PIB y avait été consacré à la sécurité sociale, de même qu'aux subventions aux prix. De ce fait, seuls 35 pour cent environ du PIB avaient été distribués en salaires, comparés aux 50 à 55 pour cent des pays occidentaux. Les prestations avaient été structurées de manière très progressive, ce qui créait un problème en matière d'incitations. On avait constaté une quasi-absence d'indexation des prestations. Le chômage, d'une manière générale, n'existait pas. Le système d'assistance sociale n'a pas été utilisé comme instrument de lutte contre la pauvreté, mais pour fournir des prestations à certains groupes spécifiques de la population, par exemple gitans et alcooliques, sans tenir compte de leur niveau de revenu réel. 44. Le professeur Holzmann a poursuivi en se penchant sur les contraintes économiques et fiscales auxquelles sont confrontées les économies en transition: la chute de la productivité et un taux élevé d'inflation se sont conjugués pour réduire les recettes budgétaires en termes réels, alors que, par ailleurs, pour des raisons de stabilisation économique, le déficit budgétaire devait être impérativement contenu. En l'absence de marchés financiers développés, le seul moyen de financer les déficits budgétaires est de battre monnaie, avec les effets négatifs qui s'en suivent en ce qui concerne la stabilité des prix. En conséquence, la situation financière de la protection sociale est extrêmement tendue et les prestations doivent être ciblées au maximum. Dans ces circonstances, la réponse la plus appropriée aux besoins des chômeurs et des pauvres est d'instituer des prestations de chômage uniformes et de mettre en place un système d'assistance sociale considérablement renforcé. De plus, pour des raisons budgétaires, il n'est pas possible de compenser entièrement les effets de l'inflation sur les prestations, et des augmentations uniformes des prestations minimums sont la solution que l'orateur préconise. En ce qui concerne l'octroi d'une assistance sociale, il convient que le statut des autorités locales soit fortement

18 ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL COLLOQUE TRIPARTITE SUR L'AVENIR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LES PAYS INDUSTRIALISES Genève, octobre 1991 Supplément statistique S" Ç <L Kfc ^<H

19 ET" O II * co in co CM y- co en i CM *» *r co in r^ co CM O O, * o o i T-: cri cb TT T- m CM CM co o SS» - S E 3 N» O " 00 i B* 2 3 «O U m» CM i«- oi ^ CM II;I s li I * ~ CM «H ": -(O rio CM CM CM " CO I CM y- y- CO 00 CM -r- 00 CM CM CM i- CM CM i- O g-»» m EL >- 3 co co co çp co en ^ >f «S S O N O f cri oo ci ivl in in CM»- T- CM r- CM»- i- I I» CM co»» W "o Q. 3 c = m» I? 0.! s. s.3 5 CM CD CO CO O CO CM in "9- CO C» TT ^ p oo o m CM i- o o lijliil? 3 WW W T> W AI 1> '"52 r>;<0(, 'CM6»- CO CO " Ê j : J: ^ ^. C Q O Q I L J O J o >. o E 01 O Ol OIOOI O) 3çp en oo co en oo co ^cncncncâcncno) (il o o s. 3 lil Tf CD CO Ul CD (O CM C0 *»- <J> I*- S ' 00 ^ ^ CÔ i CM (M >-» r - CO S. ^-s,2 '5 O* > 'i.s-2 â O C " ) T e» a, e 3 o» âz H 3> S..3CR.S o E 0) O) O 0) 3 si in CM I H) W O Bl U CO eo oo 0) oo ça oo L_ O O O) 0) O) O) - O o i ï S 2 s 1**3 8 ^ " = o -s S S S o> "" '«a :? S 21!- -.je fj S «2 5 o -g _- et ^ 2 o.2 E Q "o o - r: 2oc«8 C. C O ^. 3 E S «ï >, S o1 "1 - g s -0 e «o, o o o E ^ -!T <è > < g B c 2-1 ^S c o "" e-.e T- "S --S g o - c S 2 3 O - 2 * « ffiilffl iiih as P <D à_.p :p o.2. o E S c c o,i o ««m o 2 ï ^ c o - 7i ^ C CS C 3» O U J Q. 2 Ç O O Sfrio<»o - -g s g q F= F= w Z^CÛ W»- CM co v in ca

20 r- r- (O r- h»., co CO (O CO CO CO CO O) O) O) ffl O) ' Oî m» ««eo» 0 0)0) e = a o S «c * I r ««a 3 N N O O O N o co cq o> o b b ^ (d «s io co <n m Q. E LU o CO t_ < 03 U '"5 c CM _0J n co a I 3 2 cg I (0 *! (O CM 0) P3 ^ r O» «O Ol I? * e iri r* ai cb ' N^ (6 o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o t lo C0 03 W ^ N M t V O N m O r) co T- ^ o o» «T- OÏ w (o ^ r* T- CJ C0 CB O «(A CM CM CM O 0> CO ri CM CM CM CM»-»- CM (0 * «* s V 0) m CM o ri o CM n co 1- CO = fi I I v o»- co a» o) CM <b 6 -» co co en ^ co * ^ g o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o ; «1 N M O O O o m ^ CM co LO co a o co n n a n «- CO CM T- C0 CM CM * T- V II) N «0) o> d ri ici isi «ri o co co CM r- CM CM I I 0.! s. s a a u. ci o s II! lllffil a LU a o S. p S 3 tr a > > a 3 o e o o Œ o CD I Q. Œ I- 3 > i i! R 0) CD Cl = *- C Si => s 5 > i O) 6 Ol 0) *- ç rope la il M -I «T3 û P o S?^ W ^ CM co m I tr m tn c» 2 c o o 5 Q- ~ 'a U 4) Q) CD CD P Q Q

La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole

La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole 1 Introduction L'évaluation espagnole a porté sur la convention de 1997 conclue entre les partenaires

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3 UEM 133 ECOFIN 353 SOC 500 COMPET 263 ENV 476 EDUC 143 RECH 179 ENER 180 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet:

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire n 23/2012 Cl. C 451 / C 456 Colmar, le 05 juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

C.39. 1 Date d'entrée en vigueur : 8 novembre 1946.

C.39. 1 Date d'entrée en vigueur : 8 novembre 1946. C.39 CONVENTION N 39 Convention concernant l'assurance-décès obligatoire des salariés des entreprises industrielles et commerciales, des professions libérales, ainsi que des travailleurs à domicile et

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

LES REGIMES DE RETRAITE DANS DIFFERENTS CONTEXTES ECONOMIQUES, DEMOGRAPHIQUES ET POLITIQUES

LES REGIMES DE RETRAITE DANS DIFFERENTS CONTEXTES ECONOMIQUES, DEMOGRAPHIQUES ET POLITIQUES Organisation de Coopération et de Développement Economiques AWP 3.8 Fr Organisation for Economic Co-operation and Development Or. ang. DOCUMENTS DE TRAVAIL SUR LE VIEILLISSEMENT Préserver la prospérité

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

Marché du travail (2006-05-19)

Marché du travail (2006-05-19) Communiqué de presse du Conseil des Ministres Marché du travail (2006-05-19) Chantier politique relatif au marché du travail Le gouvernement et le groupe des 10 (partenaires sociaux) ont convenu : 1. Le

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.3/EM.10/2 1er novembre 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

Appui de la Ligue des droits et libertés

Appui de la Ligue des droits et libertés Montréal, le 13 mars 2006 À qui de droit, Objet : Appui de la Ligue des droits et libertés à la demande de résidence permanente pour considérations humanitaires de M. Abdelkader Belaouni (#ID : 5265-1093

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES Assurances Collectives Catalogue des produits 4. Expatriés 4.2 Protection sociale des expatriés PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES 2. Protection sociale des expatriés : Assurances à souscrire 2.1. Problématiques

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Editorial La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Michel Didier L'attentisme qui se prolonge depuis plusieurs trimestres pèse sur l'activité économique. L'hésitation des clients

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - Que peut demander le ce en février? Au mois de février le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - communication du bilan du travail à temps

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

A V I S A-2292/10-32. sur

A V I S A-2292/10-32. sur A-2292/10-32 A V I S sur le projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions générales relatives à l'exercice du télétravail dans la fonction publique Par dépêche du 26 mai 2010, Madame le Ministre

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Le 6 août 2009. Consultation sur le régime de rentes du Québec Notre dossier : 26410 - Référence: 138040. Monsieur le Président,

Le 6 août 2009. Consultation sur le régime de rentes du Québec Notre dossier : 26410 - Référence: 138040. Monsieur le Président, Monsieur Geoffrey Kelley Président Commission des affaires sociales Assemblée nationale Édifice Pamphile-Le May 1035, rue des Parlementaires, 3 e étage Québec (Québec) G1A 1A3 Objet : Consultation sur

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

--------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------- INTERNATIONAL LABOUR OFFICE BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO GB.249/PFA/ll/15 24ge session GOVERNING BODY CONSEIL D'ADMINISTRATION CONSEJO DE ADMINISTRACION Genève, Février-mars

Plus en détail

Octobre 2013. Food and. Agricultura. Organization of the United Nations. Cent cinquante et unième session. Rome, 11-15 novembre 2013

Octobre 2013. Food and. Agricultura. Organization of the United Nations. Cent cinquante et unième session. Rome, 11-15 novembre 2013 Octobre 2013 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Compte Epargne Temps (CET)

Compte Epargne Temps (CET) Compte Epargne Temps (CET) Décret FP n 2002-634 du 29 avril 2002. Arrêté Ministère de la Justice du 18 Avril 2003. Note PJJ n 189 du 15 mars 2004 Circulaire FP n 2147 du 6 novembre 2007 Décret n 2009-1065

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

Le droit syndical dans le privé. Extrait du code du Travail sur le droit syndical du privé

Le droit syndical dans le privé. Extrait du code du Travail sur le droit syndical du privé Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt F9 Le droit syndical dans le privé Créée le 15 novembre 2005 - Dernière modification le 19 février 2009 Extrait du code du Travail sur le droit syndical

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

Fondation collective Swiss Life Invest, Zurich. Règlement relatif aux placements. (fondation) Entrée en vigueur: 1er avril 2015

Fondation collective Swiss Life Invest, Zurich. Règlement relatif aux placements. (fondation) Entrée en vigueur: 1er avril 2015 Swiss Life SA, General-Guisan-Quai 40, Case postale, 8022 Zurich Fondation collective Swiss Life Invest, Zurich (fondation) Règlement relatif aux placements Entrée en vigueur: 1er avril 2015 web1497 /

Plus en détail

Conseil d' administration Genève, novembre 1994

Conseil d' administration Genève, novembre 1994 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB. 261 /PFA/6/13 261 session Conseil d' administration Genève, novembre 1994 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA SIXIÈME QUESTION À L'ORDRE DU

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur.

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur. Administration générale de la FISCALITE Services centraux Direction I/5B Circulaire n Ci.RH.241/608.543 (AGFisc N 27/2011) dd. 23.05.2011 Impôt des personnes physiques Revenu professionnel Prime d'ancienneté

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations Service hébergement, accès au logement, familles vulnérables. PRÉFET DE LA MAYENNE CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Chapitre 1: Dispositions générales Art. 1. Forme juridique et siège 1. La section vaudoise, membre de la Fédération suisse des aveugles

Plus en détail

L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants

L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants Qu'est-ce que l'assurance responsabilité civile? L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants (A&D) est

Plus en détail

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages www.qualityinternships.eu Préambule Etant donné que:! la passage des jeunes des études au marché de l'emploi devient de plus en plus compliqué

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail