L anesthésiste et le réanimateur. Faut-il craindre le principe de précaution? (p. 7)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L anesthésiste et le réanimateur. Faut-il craindre le principe de précaution? (p. 7)"

Transcription

1 Faut-il craindre le principe de précaution? (p. 7) N 44-1er juin 2004 L anesthésiste et le réanimateur La réforme de l assurance maladie fait l objet d un clivage de fond. Plan d économies payé par les usagers pour le gouvernement. Refonte d ensemble du système de santé pour les socialistes. Notre dossier sur les cinq volets qui font la différence. Groupe socialiste - Assemblée nationale

2

3 Tribunes socialistes N 44-1er juin 2004 Editorial 5 Principes de précaution, par Jean-Marc AYRAULT Actualités 7 Les scories d un droit, par Christophe CARESCHE 11 «Le principe de précaution oblige à l innovation», interview d Olivier GODARD 15 La confusion nucléaire, par François DOSÉ 19 Les compléments énergétiques, par Christian BATAILLE 21 Les bernés de l An II (de la décentralisation), par Augustin BONREPAUX 23 Polynésie : l écroulement du système Chirac, par René DOSIÈRE Décryptages 29 Projets comparatifs, par Jean-Marie LE GUEN 33 Arrêtons de saigner le malade, par Alain VIDALIES 37 Le médecin pivot, par Gérard BAPT 39 L hôpital public que j aime servir, par Catherine GÉNISSON 41 Prévention(s), par Pascal TERRASSE Libre approche 45 Pour répondre à Lionel, par Gaëtan GORCE Propositions projets pour l Union, par Dominique STRAUSS-KAHN Questions au gouvernement 56 Mardi 25 mai : Polynésie française ; éducation nationale ; assurance maladie. 59 Mercredi 26 mai : Constitution européenne ; situation des agriculteurs ; OGM. Portrait 63 Gilbert LE BRIS, député du Finistère Biblio 65 «Rapport sur l état de l Union européenne 2004» sous la direction de Jean-Paul Fitoussi et Jacques Le Cacheux Courrier 68 Loi sur l énergie En bref 69 Ils l ont dit... Tribunes Socialistes 3 XIIème Législature

4 En séance Mardi 1er juin matin : questions orales sans débat ; après-midi : questions au gouvernement ; projet de loi constitutionnelle relative à la Charte de l environnement : explications de vote et vote par scrutin public ; projet de loi d orientation sur l énergie : explications de vote et vote par scrutin public projet de loi du Sénat concernant l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; soir suite de l ordre du jour de l après-midi. Mercredi 2 juin après-midi : questions au gouvernement ; suite de l ordre du jour de la veille ; soir : suite de l ordre du jour de l après-midi. Questions au gouvernement Ordre de passage des groupes Mardi 1er juin UMP - SOC - UDF - CR Mercredi 2 juin SOC - UDF - CR - UMP Jeudi 3 juin matin : éventuellement CMP sur le projet de loi de communication audiovisuelle ; après-midi : suite de l ordre du jour du matin ; soir : suite de l ordre du jour de l après-midi ; Vendredi 4 juin matin et après-midi : projet de loi d octroi de mer ; Tribunes Socialistes 4 XIIème Législature

5 Editorial Principes de précaution par Jean-Marc AYRAULT, Président du groupe socialiste Notre débat public a une fâcheuse tendance à se laisser dicter son rythme et son contenu par les modes et les médias. On l a vu sur la question du mariage homosexuel. On le constate sur le projet présidentiel d inscrire la charte de l environnement dans la Constitution. Sur ces deux sujets de société, les politiques sont sommés de se prononcer pour ou contre sans prendre le temps de la réflexion, de l expertise et du débat. En tant que responsable du groupe socialiste, je récuse cette approche simpliste. Je revendique pleinement, pour moi et pour mon groupe, le droit au temps, au doute, à la complexité sans être taxé d homophobe ou de productiviste archaïque. J ai en mémoire trop de lois bâclées dans l urgence de l actualité qu il a fallu corriger ou changer parce qu elles provoquaient plus d incertitudes qu elles n apportaient de normes ou de nouveaux droits pour les citoyens. Une telle approche ne saurait être assimilée à une quelconque frilosité. Comme j ai eu l occasion de l écrire dans ces colonnes (voir TS n 43), le groupe de réflexion que nous avons mis en place sur le mariage homosexuel abordera l ensemble des questions qu il soulève sans tabou, ni préjugés. Mais c est seulement au terme d un véritable travail d auditions et d information que nous déciderons s il y a lieu d aller plus loin qu une simple amélioration du PACS. Pas dans l improvisation. De la même manière, l inscription du droit à un environnement de qualité dans notre loi suprême est une évolution que nous défendons. Des marées noires à la vache folle, de Tchernobyl au réchauffement de la planète, chacun mesure les dégâts d un développement Le principe de précaution commence par la matière législative. Mieux travaillé, ce texte intéressant aurait eu notre approbation. Dans le doute, nous préférons nous abstenir. non maîtrisé. La régulation en ce domaine est un combat permanent des socialistes, comme elle l est en matière économique ou sociale. Comment pourrions nous refuser qu elle figure dans la Constitution au même titre que le droit au logement ou à la santé? Notre interrogation porte sur le principe de précaution qui figure à l article 5 de la Charte. Jusqu où va ce principe? Qui le définit concrètement? Ne risquet-il pas de stériliser la recherche ou de faire peser l épée de la justice sur la décision politique? Ces questions ne sont pas minces. Elles engagent pour longtemps la manière de gouverner. On a vu dans le débat parlementaire sur les lois bioéthiques que des mauvaises raisons politiques pouvaient s abriter derrière le principe de précaution Tribunes Socialistes 5 XIIème Législature

6 pour interdire la recherche sur les cellules souches alors qu elle peut aider au traitement de certaines maladies génétiques. Assimiler nos interrogations à «un revirement» ou à «un abandon» de notre engagement écologique est le type même du faux procès. Nul n a demandé la suppression de ce principe. Nous avons au contraire bataillé (en vain) pour qu une loi définisse précisément le cadre et l application de ce principe. Nous avons même tenté d introduire la notion essentielle de pollueur/payeur qui aurait donné une traduction concrète à cette volonté de précaution en pénalisant ceux qui portent directement atteinte à l environnement. Là encore, le gouvernement s y est opposé. Mais à quoi servent des beaux principes s ils ne sont jamais applicables? Notre démocratie médiatique gagnerait beaucoup à sortir du simplisme et de l affichage. Le principe de précaution commence par la matière législative. Mesurer les conséquences de ce que l on vote. Mieux travaillé, ce texte intéressant aurait eu notre approbation. Dans le doute, nous préférons nous abstenir. Tribunes Socialistes 6 XIIème Législature

7 Actualité La Charte de l environnement Les scories d un droit Car l incertitude joue dans les deux sens. Certains peuvent craindre une interprétation volontariste de la Charpar Christophe CARESCHE, député de Paris L inscription du droit à l environnement dans notre Constitution est attendue et espérée par de nombreux Français. Ils ont conscience que les menaces qui pèsent sur l environnement et donc sur l homme imposent des réponses fortes à la hauteur des enjeux. La France a pris du retard dans ce domaine. D abord, dans sa politique de préservation de l environnement : elle donne le sentiment de courir après les difficultés plutôt que de les anticiper. Elle a pris également du retard sur le plan juridique. En effet, de nombreux pays ont déjà introduit le droit à l environnement dans leur constitution ; de nombreux textes internationaux et européens s y réfèrent. La France dispose d un droit de l environnement qui s est constitué sur des bases disparates par des ajouts successifs, ajouts législatifs certes mais aussi et surtout réglementaires. Il lui manque cette consécration constitutionnelle qui lui donnera à la fois la reconnaissance symbolique mais aussi une force inégalée. La constitutionnalisation du droit à l environnement est une étape importante et positive qui rencontre notre adhésion. Plusieurs députés socialistes, je pense en particulier à Ségolène Royal, je pense aussi à Victorin Lurel, ont d ailleurs déposé des propositions de loi et des amendements en ce sens. Cependant, la Charte de l environnement telle qu elle nous est présentée par le président de la République suscite des interrogations et des inquiétudes. Quelle sera la véritable portée de cette Charte? Quelles seront ses conséquences juridiques? Comment seront conciliés les principes contenus dans la Charte avec les autres principes reconnus par La France dispose d un droit à l environnement qui s est constitué sur des bases disparates par des ajouts successifs. Il lui manque cette consécration constitutionnelle qui lui donnera une force inégalée. le Conseil constitutionnel? (Je pense par exemple à la liberté de la Recherche). Ces questions, nous devons nous les poser, comme législateurs et en l occurrence comme Constituants. Nous n examinons pas un texte comme les autres. Il s agit de modifier le préambule de la Constitution qui ne l a jamais été depuis son adoption par voie de référendum. Nous ne pouvons, quelles que soient nos convictions en matière d environnement, entériner un texte dont la marque serait l incertitude juridique. Ce n est pas une question qui oppose la droite et la gauche, les défenseurs et les opposants au droit à l environnement. Tribunes Socialistes 7 XIIème Législature

8 te, d autres peuvent s inquiéter d une interprétation restrictive. Il n est pas en effet certain que le juge constitutionnel mais aussi administratif, voire civil et pénal, adopte un point de vue ambitieux en matière d environnement. Le problème posé par la Charte n est pas tant de savoir si elle va trop loin ou pas assez, que de savoir où elle va. Pourquoi cette incertitude? Elle tient selon moi à deux éléments : Le premier, c est la démarche, singulière choisie par le président de la République : une charte adossée au Préambule de la Constitution. Dans les faits, cette démarche donne au juge constitutionnel mais aussi ordinaire un grand pouvoir d interprétation. Le deuxième élément, qui vient renforcer le premier, c est le refus par le Président de la République de permettre au législateur de modifier, de préciser le contenu de cette charte. Chacun a bien compris que ce texte était «à prendre ou à laisser». Cette attitude vient renforcer le dessaisissement du législateur. Il est doublement écarté : il l est par la démarche constitutionnelle qu on lui impose, il l est aussi par le choix politique qui consiste à lui refuser la possibilité de corriger et d amender le texte qui lui est soumis. Dans ce scénario, le législateur est un figurant sommé d entériner son dessaisissement. Peut-on l accepter? Non, au regard des compétences qui sont celles des parlementaires dans le processus de révision constitutionnelle. Non plus, au regard des incertitudes en matière de contentieux que fait peser l adoption de la Charte de l Environnement en l état. Les rapporteurs ne s attardent pas beaucoup (pour ne pas dire «pas du tout») sur les débats auxquels ont donné lieu le choix de la démarche constitutionnelle de la Charte de l Environnement. Ces discussions ont d abord eu lieu au sein de la Commission Coppens. Plusieurs possibilités ont en effet été envisagées pour constitutionaliser le droit à l environnement : La première, celle qui a été pratiquée dans tous les pays qui ont constitutionnalisé le droit à l environnement, consiste à introduire ce droit dans le texte même de la Quel sera le pouvoir scientifique habilité à constater une probabilité de risque suffisamment précise pour que les pouvoirs publics mettent en oeuvre une procédure d interdiction? Constitution (et non pas dans le préambule) et de renvoyer à la loi, au législateur, le soin de préciser les principes permettant de décliner cet objectif. Cette solution n a pas été retenue par la Commission Coppens car elle n était pas considérée comme suffisamment ambitieuse. L autre solution consistait à accompagner la reconnaissance dans le préambule du droit à l environnement, d une loi organique qui aurait précisé certaines règles et principes considérés comme essentiels pour la protection de l environnement. Cette solution avait, selon la Pr. Yves Jegouzo, l un des deux juristes membres de la Commission, je le cite : «assez nettement la préférence de la Commission Coppens». Aucune de ces deux solutions n a été retenue. Le décalage entre l action («l inaction» devrais-je dire) de ce gouvernement en matière d environnement et «l ambition» que constitue la Charte de l Environnement s explique par le fait que cette Charte est avant tout un texte d affichage, «un élément de Tribunes Socialistes 8 XIIème Législature

9 la mise en scène prévue par le pouvoir politique» comme l écrit Yves Jegouzo. Le choix de la démarche constitutionnelle n ayant pas été guidé par des considérations juridiques, il en résulte un certain nombre d interrogations : La première porte sur la valeur constitutionnelle de la Charte. L «adossement» est bien un objet constitutionnel non identifié. Il appartiendra de fait au juge constitutionnel de dire si la Charte fait partie intégrante du bloc de constitutionnalité. La deuxième interrogation concerne la portée normative de la Charte. Cette interrogation essentielle a été soulevée par de nombreux juristes. Tous déplorent une rédaction insuffisamment précise qui laissera en réalité une très grande latitude au juge. Je ne citerai ici que M. Laurent Fonbaustier, professeur de droit public à l Université de Rennes I qui écrit dans les cahiers du Conseil constitutionnel : «Même si la Charte prend le soin d apporter quelques précisions utiles, une claire distinction entre les éléments symboliques, moraux et juridiques du texte est, pour l heure, difficile à établir. La clarification dépendra pour une large part de l attitude du juge constitutionnel.» ( ) «La Charte se contente de mentionner des devoirs. Si la connotation morale de ces derniers est évidente, leur traduction juridique l est en revanche beaucoup moins» ( ) «Son interprétation doit éviter le risque de la reconnaissance de droits incertains et vagues qui, par la liberté qu ils laissent au juge, sont source d une grande insécurité juridique et qui, par la lecture subjectiviste qu en font certains, peut faire naître de vrais espoirs qui se traduiront par autant de revendications et de contentieux». Certains, comme M. Guy Carcassonne, ont d ailleurs considéré que la Charte comportait en l état un risque sérieux de subdélégations en chaîne. Suivant quelle expertise technique, en effet, le Conseil constitutionnel appréciera la portée de tel ou tel principe? En l absence de cette expertise, il fera appel à des laboratoires scientifiques indépendants, de sorte que le choix de ce qui est possible ou impossible en matière d environnement pourrait glisser du L insuffisante précision de la Charte, l absence de hiérarchisation entre les principes qui y figurent, laissent une grande marge d interprétation par excès ou par défaut. Constituant à des expertises privées. Cette incertitude concerne également l application qui sera faite du principe de précaution. Cette question a beaucoup focalisé les débats. Peut-être à tort, car ce principe figure déjà dans notre droit. Je ne pense pas, pour ma part, qu il puisse fonder une responsabilité pénale comme certains le redoutent. Le problème n est pas tant son introduction dans la Charte qui me semble justifiée que son insuffisant encadrement procédural. De nombreux juristes insistent en particulier sur le statut de l expertise. Quel sera le pouvoir scientifique habilité à constater une probabilité de risque suffisamment précise pour que les pouvoirs publics mettent en œuvre une procédure d interdiction ou de suspension? Michel Prieur qui est pourtant un fervent partisan de la Charte ne dit pas autre chose quand il écrit : «La reconnaissance scientifique est souvent incertaine, aussi peut-on se demander qui déterminera que le degré d incertitude a atteint le seuil Tribunes Socialistes 9 XIIème Législature

10 de déclenchement du principe de précaution» (Les Cahiers du Conseil constitutionnel). Et de suggérer des garanties procédurales intéressantes pour définir ce statut de l expertise. Malheureusement ces garanties ne figureront pas dans la Charte alors que le principe est d application directe. C est le juge qui, en réalité, les précisera. Espérons qu il lira Michel Prieur! On le voit, l insuffisante précision de la Charte, l absence de hiérarchisation entre les principes qui y figurent laissent une grande marge d interprétation par excès ou par défaut. Ce qui la caractérise, c est à bien des égards son indétermination. Le refus de permettre au législateur de modifier la Charte accentue les risques d insécurité juridique. Face à ce constat, il appartenait au législateur qui est aussi, pour la circonstance, Constituant, de lever les ambiguïtés liées à la rédaction de la Charte. Toujours, selon Guy Carcassonne, «il suffit de laisser les assemblées faire leur travail, mais il le faut». Il était possible et nécessaire de reprendre certaines rédactions, de préciser la portée des droits et des devoirs, toutes choses qui nous ont été largement suggérées, qui pouvaient se faire sans drame et qui auraient permis d aboutir à un texte convenable. La Rapporteure, Nathalie Kosciusko-Moriset a procédé à de nombreuses auditions mais on ne peut pas dire qu elles l aient beaucoup inspirée. On a eu le sentiment qu elle était postée là, comme une sentinelle, destinée à dissuader les incursions, les velléités et non pas comme l animatrice d un travail collectif. Manifestement, les consignes étaient strictes et elle les a respectées à la lettre. Pratiquement aucun de nos amendements n a été retenu. Ce verrouillage a ainsi empêché l inscription du principe pollueur/payeur dans la charte. Moment de vérité. Notre amendement visait à traduire concrètement le principe de précaution en exigeant que le pollueur répare intégralement les dégâts qu il a occasionnés sur l environnement. Le gouvernement et sa majorité l ont rejeté au motif fallacieux qu il aurait institué un «permis de polluer». En réalité, ils voulaient s en tenir à un texte d affichage qui ne contraigne ni les entreprises, ni les pouvoirs publics. Ce faisant, ils n ont pas rendu service au travail parlementaire bien évidemment, ni surtout à la défense de l environnement. Car, malgré les défauts de naissance de la Charte de l Environnement, il était possible de l améliorer, réduire les incertitudes qu elle comporte, minimiser son insécurité juridique. En refusant ce travail, qui est pour le législateur un devoir, le gouvernement confirme que seul l affichage compte. Cette démarche créera beaucoup de désillusion et de confusion. Tribunes Socialistes 10 XIIème Législature

11 Actualité La Charte de l environnement «Le principe de précaution oblige à l innovation» Interview d Olivier GODARD*, directeur de recherche au CNRS, professeur à l école polytechnique Tribunes socialistes : le principe de précaution est au centre de la charte de l environnement bientôt adossée à la Constitution. Ce principe est beaucoup plus complexe qu il n y paraît. Comment le définir? Olivier Godard : la principale idée est que les autorités publiques ne doivent pas attendre de disposer de certitudes scientifiques avant de commencer à gérer un risque grave et irréversible. Exiger la précocité dans la prise en charge d un risque potentiel est le principal apport du principe de précaution. La loi Barnier de 1995 apporte quelques repères supplémentaires : les mesures prises doivent être effectives, en rapport avec le risque. Celles qui n auraient pour but et pour effet que de rassurer l opinion n entrent pas dans le cadre du principe de précaution. Elles doivent être surtout proportionnées, et c est sans doute la notion la plus importante. On ne met pas en œuvre en toutes circonstances les mesures les plus extrêmes, c est-à-dire l interdiction. La proportionnalité s évalue en fonction du niveau de sécurité visé par les autorités, du niveau de gravité anticipé des risques (les risques liés aux poulets à la dioxine sont différents de ceux générés par le changement climatique), aux coûts qu elles comportent et enfin à la plausibilité scientifique des hypothèses de risques. Entre l ignorance et les connaissances scientifiques avérées, il existe un grand espace qui va de la simple conjecture au faisceau d éléments convergents. Ces situations ne peuvent pas être traitées de la même manière. C est d ailleurs le rôle de l expertise scientifique que de situer les niveaux de plausibilité scientifique des risques. TS : peut-on faire le parallèle entre le principe de précaution et le fameux «dans le doute abstiens-toi» pour lequel milite le bon sens populaire? OG : Il s agit de deux idées très différentes. Le principe de précaution n est pas une règle d abstention. Le risque est partout. Si l on devait s en tenir à ce dicton, on ne ferait plus rien, on n entreprendrait plus rien. Tous les Français prennent des risques dans leur vie quotidienne, en prenant leur voiture, en allant sur les pentes enneigées, en se faisant soigner dans les hôpitaux, etc. Le risque zéro n existe pas, comme tout le monde le répète. Le principe de précaution ne constitue en rien une garantie qu il n y aura pas de dommage. Çà n empêche pas certains politiques, en situation de crise, de vouloir faire croire à la sécurité totale, comme s ils étaient en mesure d atteindre le risque zéro. Mais ce n est pas ce que demande le principe de précaution. Il faut également distinguer le principe de précaution de la notion de prévoyance qui date du XIXe siècle. La prévoyance est un concept selon lequel chacun est responsable de ce qui va lui arriver et doit faire face Tribunes Socialistes 11 XIIème Législature

12 aux aléas de la vie. Elle relève de la culture individuelle qui dit : «Quand vous avez des problèmes, c est votre faute». Le principe de précaution vise des risques collectifs ; ce sont les autorités publiques qui sont en première ligne pour l appliquer. TS : le principe de précaution a ses détracteurs. Ceux-là avancent notamment que le principe de précaution sclérose la recherche scientifique. L Académie des sciences redoute même que la constitutionnalisation du principe de précaution le transforme en principe anti-sciences. OG : cet argument repose sur un contre-sens. Le principe de précaution se traduit notamment par une obligation de recherche. Cela est bien illustré par le développement des recherches sur la climatologie en relation avec les problèmes de l ozone stratosphérique et de l effet de serre. Cette obligation a même un contenu juridique dans le cadre des engagements de la France au sein de l Organisation Mondiale du Commerce. Ainsi, un Etat qui soupçonne un risque lié à l importation de tel ou tel produit pouvant affecter la santé humaine, animale ou végétale peut prendre des mesures de blocage à ses frontières. L OMC reconnaît que les Etats peuvent prendre de telles mesures mêmes lorsqu ils ne disposent pas de preuves scientifiques de dangerosité, mais seulement d éléments scientifiques permettant de suspecter cette dangerosité. En revanche, les mesures sont provisoires et l Etat doit mener des recherches visant à lever les incertitudes sur ce dossier et ce, dans un délai raisonnable. Un exemple récent vient confirmer ce mode de fonctionnement. Lorsque l Europe a refusé l importation de viande en provenance des Etats-Unis sous prétexte que les bovins avaient été élevés aux hormones de croissance, les autorités américaines ont porté le dossier devant l OMC en dénonçant une mesure protectionniste. Et l Europe a d abord été condamnée car son dossier scientifique était insuffisant et qu elle n avait pas engagé les recherches suffisantes visant à prouver les risques pour la santé humaine liés à ces hormones. TS : le président du Medef frémit à l idée qu on instaure dans le pays un climat de précaution plutôt qu un climat d innovation. Partagezvous ses craintes? OG : M. Seillière a tous les moyens d être bien informé et sa déclaration semble éminemment politique. Ce qu il dit est faux, je pense qu il le sait, mais ça ne l empêche pas de le dire. Vis-àvis de l innovation, le principe de précaution agit de deux manières. Comme un filtre pour écarter les innovations dangereuses pour la santé et l environnement. Mais aussi comme un formidable stimulant. Pour réaliser un développement durable, nous avons besoin d un énorme effort en matière de recherche et d innovation. Le gouvernement français a indiqué qu à l horizon 2050, la France devait avoir divisé par quatre ses émissions de CO2. Cet objectif suppose une transformation majeure de notre système énergétique, en particulier pour les transports aujourd hui captifs du pétrole. Cela est inconcevable sans une innovation massive. L application du principe de précaution au problème du climat de la planète, qui justifie ces objectifs de diminution drastique d émission de gaz à effet de serre, va par conséquent déclencher un effort considérable dans le domaine de l innovation, si ces objectifs sont pris au sérieux. Les avancées concrètes à réaliser pour atteindre un développement durable appellent un formidable développement des connaissances et des techniques. C est ce que proclame le projet de charte dans son article 9 : «La recherche et Tribunes Socialistes 12 XIIème Législature

13 l innovation doivent apporter leur concours à la préservation et à la mise en valeur de l environnement.» Encore une fois, principe de précaution ne signifie pas «prendre des précautions, voire être précautionneux à l extrême». Il s agit d une exigence de prise en compte précoce des risques, mais assortie de mesures proportionnées. En aucun cas, on ne doit tirer prétexte de l insuffisance de connaissances scientifiques pour ignorer des risques qui peuvent être graves. Lorsque le principe de précaution est compris correctement il ne consiste pas à interdire chaque fois qu il y a doute, il ne peut plus être présenté comme un obstacle au développement des connaissances et de l innovation. Au contraire, il en est devenu la condition dans une société qui pourrait être tentée par une logique du refus si ses interrogations légitimes ne faisaient l objet que d un déni. TS : Les opposants à l introduction du principe de précaution dans la Constitution évoquent le risque d une «judiciarisation» de la société. On verrait se multiplier des procès pour «défaut de mise en œuvre du principe de précaution». OG : La réponse est une fois de plus négative. Dans notre droit, les incriminations pénales doivent être décrites dans une loi pénale. Or, le délit de défaut de mise en œuvre du principe de précaution n existe pas. On ne peut pas exclure qu un jour les députés veuillent l instaurer mais, à ce jour, la charte de l environnement ne le fait pas et ne remplace pas une loi pénale. Les craintes en la matière sont donc sans fondement. Aucune des condamnations récentes dans les affaires que tout le monde connaît (sang contaminé, hormones, ) n a été prononcée en ayant pour fondement le principe de précaution. Naturellement, lorsque le principe de précaution sert de fondement au législateur pour définir des règles et des obligations précises s adressant par exemple à l industrie agroalimentaire, le non respect de ces règles peut être sanctionné. TS : Le droit envisage en revanche la notion de «mise en danger d autrui» OG : Certes, mais la mise en danger d autrui fait référence à un danger immédiat et certain alors que le principe de précaution, lui, concerne des risques différés et incertains. Il semble donc impossible de s abriter derrière la notion de mise en danger d autrui pour donner une expression pénale au principe de précaution. TS : L introduction d une charte de l environnement dans la Constitution est-elle seulement d ordre symbolique? OG : Il s agit d un acte symbolique fort, mais d un point de vue plus technique, elle aura des conséquences certaines. Prenons le cas de «l écotaxe» sur les émissions de CO2 qu avait souhaité le gouvernement Jospin. La mesure avait été censurée par le Conseil Constitutionnel qui évoquait en particulier une rupture de l égalité devant l impôt. Cette charte permettrait de réintroduire une taxation du carbone sans être soumis à la censure constitutionnelle, en faisant de la protection de l environnement et de la poursuite d un développement durable des objectifs de valeur constitutionnelle. * O. Godard, «Charte de l environnement : pour le principe de précaution», Futuribles, (297), mai 2004 O. Godard, C. Henry, P. Lagadec, E. Michel-Kerjan, Traité des nouveaux risques Précaution, crise, assurance. Folio-Actuel 100, 2002 Tribunes Socialistes 13 XIIème Législature

14 Tribunes Socialistes 14 XIIème Législature

15 Actualité Loi d orientation sur l énergie La confusion nucléaire par François DOSÉ, député de la Meuse Chacun sait précisément ou ressent confusément qu une des caractéristiques de ce texte-ci est liée à la mesure du temps plus exactement, permettez-moi cette facilité à la démesure de ce temps-là! Déjà des engagements internationaux, dans ce domaine, rythment les futures décennies ; puis certains investissements suggérés s inscriront grosso modo pour un siècle (études préalables ; réalisation, durée de vie et démantèlement), enfin d autres éléments je pense à la gestion des déchets de longue durée et haute activité de la filière nucléaire nécessitent d inscrire nos hypothèses à l aune des millénaires. A cette première difficulté, l appréhension du «juste temps», s ajoutent la multiplicité des domaines concernés et la diversité des acteurs, privés ou publics, nationaux ou pas, parfois contraints, souvent libérés par des accords internationaux ratifiés, ébauchés ou espérés. Ainsi, ce projet de loi d orientation énergétique aborde, dans la globalité de son traitement, les problématiques liées aux transports, à l habitat, au développement économique (donc à la recherche), à l environnement, à l aménagement du territoire, aux solidarités sociale, territoriale et générationnelle sans se soustraire à certaines obligations éthiques. Ne laissons pas croire qu il s agit d organiser les complémentarités : en investissant l ensemble des activités humaines, les énergies nous contraignent à la gestion complexe de contradictions ou d intérêts conflictuels et donc «in fine» à la hiérarchisation de nos choix. A la recherche de la durée En investissant l ensemble des activités humaines, les énergies nous contraignent à la gestion complexe de contradictions ou d intérêts conflictuels et donc à la hiérarchisation de nos choix. pertinente, du territoire pertinent, du partenaire pertinent, ce projet de loi semble une gageure. L est-il vraiment? Je ne le crois pas. Connaître les limites d un défi nous invite au contraire à l esquisser sans retard. Il était donc juste d initier ce débat parlementaire! Un débat public tronqué La phase préparatoire à nos travaux parlementaires mérite un commentaire. En effet, rares trop rares sont les projets de loi introduits par des rencontres et débats préalables pour ne pas signaler cette bonne intention des deux ministères concernés. Notre démocratie fragilisée ces dernières années ici par des abstentions massives, là par des arguments ou des arguties passionnelles, enfin par des choix sectaires Tribunes Socialistes 15 XIIème Législature

16 gagnerait, chaque fois que faire se peut, à inviter nos concitoyens à participer aux débats publics. Mais pour que cette invitation soit crédible, il eut fallu veiller à la diversité des intervenants, susciter les expressions contradictoires et respecter ce temps d écoute et de partage : l annonce par Mme Fontaine, au 4ème trimestre 2003 tandis que les débats décentralisés sur les énergies n étaient pas achevés que l E.P.R. serait rapidement réalisé en France discrédita une démarche qui, sur le fond, ne manquait pas d intérêt : on souhaitait susciter la confiance par les échanges on récolta la méfiance voire la défiance. La citoyenneté mérite quelques égards! «L esprit de Mai» (non pas celui du 1er Ministre mais le nôtre) nous autorise à résumer ainsi cette occasion gâchée «consultation, piège à cons!». Un calendrier parlementaire inadmissible Certes il était urgent de se saisir de la problématique énergétique mais l urgence n excuse pas la précipitation. De plus, la rédaction de ce texte ne simplifie pas la gestion de notre temps. En effet, si colères et agacements permirent de réintégrer d importantes annexes dans l article 1, l examen tardif et trop rapide des amendements fut insatisfaisant et laisse le goût amer d un travail bâclé. Cette sévérité est confortée par la déclaration d urgence prononcée par M. le Premier Ministre. A l évidence, cette procédure exceptionnelle était inadaptée à la crédibilité d une loi d orientation. Permettez-moi d émettre une explication à ce manque évident de reconnaissance démocratique. En réalité le gouvernement a instrumentalisé ce texte «projet de loi sur les énergies» en le réduisant à «un projet de loi sur l électricité» avec deux obsessions : apaiser la communauté entrepreneuriale EDF/GDF avant de remettre, dès juin, en cause le périmètre financier et la gouvernance de ces deux entreprises, susciter par avance l intérêt des futurs actionnaires. L ouverture du capital fit force de loi. Le processus démocratique encadrant les choix énergétiques redevable de 30 années d insuffisance méritait mieux que cette Refusons le tout nucléaire sans revendiquer la «sortie du nucléaire». En méprisant ou condamnant l une ou l autre de ces techniques, nous fragilisons notre capacité scientifique et industrielle. marche à pas forcés. Les chantiers du possible non hiérarchisés Confrontés à un panel de suggestions variées, nous ne devinons pas les urgences. Nous, socialistes, proposons de hiérarchiser immédiatement «les chantiers du possible» dans chaque domaine et de privilégier : la sobriété énergétique et les applications dans le domaine de la maîtrise des énergies l efficacité énergétique en améliorant le rendement des productions et des distributions, la diversification des sources, notamment par un développement sans précédent des énergies renouvelables (éolien, hydraulique et biomasse, solaire et bois ). Analysons à l occasion de cette loi d orientation tous les secteurs d activités «énergétivores» (transports activités tertiaires bâti résidentiel activités économiques production électrique ). Ne réduisons pas la problématique énergé- Tribunes Socialistes 16 XIIème Législature

17 tique à la production électrique. Privilégions, en urgence, la maîtrise des consommations énergétiques dans tous les domaines. Le gâchis énergétique est une injustice économique, territoriale (Nord/Sud), sociale (les charges en HLM!) et générationnelle. Favorisons la diversification. Développons les énergies dites renouvelables, sans les cantonner à l appoint. Refusons le tout nucléaire sans revendiquer la «sortie du nucléaire». En méprisant, condamnant ou atrophiant l une ou l autre de ces techniques, nous fragilisons notre capacité scientifique et industrielle pour aujourd hui et pour les prochaines décennies. Respectons a minima à la date prévue la directive du 27/09/2001 (21 % de notre consommation électrique par des énergies renouvelables en 2010). Faire mieux n est pas une utopie! Sans oublier de réduire les gaz à effet de serre dans les autres activités déjà citées. Fixons-nous des objectifs (des «quotas»?) par filière notamment dans la perspective du renouvellement des centrales nucléaires civiles Actuellement, 80% de l électricité est en France produite grâce à la technologie électronucléaire. Or, si a minima nous tendons à 21 % d énergies renouvelables, si nous valorisons la cogénération, le gaz, le charbon propre, etc Dimensionnons le parc nucléaire à sa juste contribution. «In fine» - dans les prochaines décennies - restera-t-il 2/3 ou 60 %? Ne diabolisons pas le nucléaire mais ne méprisons pas les autres sources d énergie. Préférons la difficulté de la diversité à la facilité de l hégémonie. Dans ces perspectives aujourd hui, en France la construction d un E.P.R. n est ni inéluctable, ni souhaitable. En effet, le problème du financement d un tel modèle de centrale dès lors que l Etat est dans l incapacité d honorer la nouvelle donne financière perturbera la situation financière d E.D.F. et reportera de fait à plus tard, à trop tard, nos efforts de recherche et de développement en faveur des énergies renouvelables. Traitons sans tabou, mais sans partialité, les nuisances inhérentes aux différentes techniques de production. Le problème du financement de l EPR perturbera la situation financière d EDF et reportera à plus tard nos efforts de recherche et de développement en faveur des énergies renouvelables. Hiérarchisons-les, au cœur et à la périphérie de nos problématiques : ici les déchets radioactifs de haute activité et de longue durée là, l émission de CO² et d autres gaz à effet de serre mais encore les mâts des éoliennes dans le paysage, la gestion des eaux concernées (barrages ou centrales nucléaires). Ne biaisons pas avec les contradictions : les biocarburants mais les intrants, le bois mais les importations? Obsédé par la nouvelle gouvernance, le financement et les rendezvous sociaux avec EDF et GDF (dont les turpitudes sont, pour une grande part, liées au projet gouvernemental), ce texte fondateur est atrophié dans son amplitude. Hier, M. le Ministre d Etat nous rappela ces mots de St- Exupéry : «nous n héritons pas de la terre de nos parents, nous l empruntons à nos enfants». Evidemment avis partagé. Tout le problème est donc dans la juste connaissance du capital d aujourd hui et des intérêts pour demain. Seulement voilà : ce débat ne fut pas ouvert! Tribunes Socialistes 17 XIIème Législature

18 Tribunes Socialistes 18 XIIème Législature

19 Actualité Loi d orientation sur l énergie Les compléments énergétiques par Christian BATAILLE, député du Nord Il y a une dizaine d années encore, il subsistait une controverse sur la réalité du changement climatique et sur ses causes. Aujourd hui, les études scientifiques, les observations les plus documentées, ne laissent que peu de doute : l activité humaine entraîne un réchauffement climatique dont on n est pas encore capable de mesurer précisément l ampleur et le rythme. Le changement climatique est une énorme affaire pour l avenir du monde et la mobilisation a sonné pour atteindre les objectifs du protocole de Kyoto. Il faut espérer que la Russie, par une ratification prochaine fasse du continent européen un exemple. Toutefois, les objectifs de Kyoto n auront de sens que si l on réussit à remettre les Etats-Unis autour de la table pour s associer aux efforts planétaires. Cette situation nouvelle nous oblige à tout mettre en œuvre pour limiter la consommation des énergies fossiles qui produisent de l effet de serre par des rejets de gaz carbonique. Le charbon est désormais très peu utilisé dans notre pays ; la consommation pétrolière, à cause des transports routiers, continue d augmenter de façon inquiétante ; enfin, le gaz, qui génère lui aussi de l effet de serre, ne peut être un substitut de masse pour produire de l électricité et doit rester une énergie de complément. Ce ne sont pas les forces du marché qui doivent arbitrer la production d énergie. En effet, une politique libérale de laisserfaire ignore le long terme, la prévision et aussi les conséquences environnementales de notre consommation quotidienne d énergie. La France doit donc, par une politique volontariste, orienter nos choix énergétiques dans deux directions : Une politique libérale de laisser-faire ignore le long terme, la prévision et aussi les conséquences environnementales de notre consommation quotidienne d énergie. les énergies renouvelables et l énergie nucléaire. Une politique industrielle ambitieuse doit s imposer dans le secteur des énergies renouvelables. L éolien doit se développer mieux, par une meilleure maîtrise, notamment grâce aux schémas régionaux. La politique actuelle de développement anarchique et d absence de transparence des coûts n est pas satisfaisante. Par ailleurs, l industrie française doit mieux tirer partie d investissements qui, pour l instant, bénéficient surtout aux leaders mondiaux danois et allemands. L énergie photovoltaïque et le solaire thermique doivent être développés par un plan «toits solaires» ambitieux, des règles de construction mieux adaptées et une meilleure formation des artisans. Tribunes Socialistes 19 XIIème Législature

20 En matière de géothermie, nous devons valoriser l expérience acquise à Bouillante en Guadeloupe pour la production d électricité et encourager les réseaux de chaleur fondés sur cette énergie. Enfin, en matière d électricité hydraulique, il est faux de dire que la France est arrivée à un plafond qu elle ne saurait dépasser car il subsiste un potentiel important de développement de la petite hydroélectricité et de la micro-hydroélectricité. La base de notre production électrique doit rester l énergie nucléaire, filière dont le potentiel doit être préservé, notamment par le remplacement dans l avenir des centrales existantes. Comme toute énergie, l énergie nucléaire secrète des déchets ; leur gestion est bien engagée et pour ce qui concerne les déchets à haute activité, les recherches et le calendrier prévus par la loi du 30 décembre 1991 doivent continuer à s appliquer. Si la préservation de la filière nucléaire est décisive quant à l environnement et au réchauffement climatique, elle représente aussi un enjeu qui, dans un contexte de croissance, peut contribuer à redynamiser notre industrie. On a pu considérer qu une de forme de bien-pensance en matière énergétique ignorait les réalités économiques, on peut aujourd hui ajouter qu une telle approche de notre avenir est tout aussi discutable dans le domaine environnemental. Tribunes Socialistes 20 XIIème Législature

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES RENCONTRES DÉPARTEMENTALES DÉPARTEMENT: SEINE-SAINT-DENIS SYNTHÈSE DES DÉBATS Rencontre départementale du 24 septembre 2012, organisée par : Mmes et MM. Aline Archimbaud, Vincent Capo-Canellas, Claude

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal)

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Commentaire Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013 M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel le 17 avril 2013 (décision

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Examen de la proposition de résolution sur le renforcement de la régulation financière (n 1512)...2 Information relative à la Commission...7

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie?

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? SITUATION PROBLEME 1: La loi de réforme des collectivités territoriales de 2010 Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? Compétences du socle commun

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs? Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif,

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique 302 (2015-2016) N 2 302 (2015-2016) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET abrogeant l assimilation de bpost à l État en matière de fiscalité régionale wallonne, prévue

Plus en détail

POINT SUR LA REFORME DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

POINT SUR LA REFORME DES COLLECTIVITES TERRITORIALES POINT SUR LA REFORME DES COLLECTIVITES TERRITORIALES UN ENCHEVETREMENT DE REFORMES Plutôt que de parler de LA réforme des collectivités territoriales, il est plus approprié de parler DES réformes territoriales.

Plus en détail

L AVIS N 002-ACC-SVC/15 DU 17 SEPTEMBRE 2015 DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE : UNE FORFAITURE HISTORIQUE. par Mme Rébecca Quionie BOWAO, Magistrat

L AVIS N 002-ACC-SVC/15 DU 17 SEPTEMBRE 2015 DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE : UNE FORFAITURE HISTORIQUE. par Mme Rébecca Quionie BOWAO, Magistrat L AVIS N 002-ACC-SVC/15 DU 17 SEPTEMBRE 2015 DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE : UNE FORFAITURE HISTORIQUE par Mme Rébecca Quionie BOWAO, Magistrat Présidente de l Association Mibeko Membre de la Commission

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

Obligations des sociétés du groupe

Obligations des sociétés du groupe 4 Obligations des sociétés du groupe 76 Le processus d élaboration d une intégration fiscale se réalise en deux temps. Dans une première étape, chaque société, y compris la société mère, va devoir : déterminer

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi?

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Rédacteur : Frédéric GERARD, Directeur de mission Bureaux

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire 2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire ( Direction Régulation Urbaine) (BMO du 22/08/2005, p. 1395) Rapporteur : M. TETE Etienne

Plus en détail

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs, Intervention de M. Thierry REPENTIN Ministre délégué en charge des Affaires européennes Ouverture des Entretiens d Enghien sur le thème «Où va l Europe?» Samedi 8 mars 2014 Monsieur le Maire, (Philippe

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada

Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada 1. Définitions Dans les présentes règles, «appel» désigne toute demande d examen d une question ou d une décision prise au cours du processus

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

N 616 SÉNAT TROISIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1993-1994

N 616 SÉNAT TROISIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1993-1994 N 616 SÉNAT TROISIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1993-1994 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 13 juillet 1994. Enregistré à la Présidence du Sénat le 14 septembre 1994. PROPOSITION DE

Plus en détail

Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010. Société PLOMBINOISE DE CASINO

Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010. Société PLOMBINOISE DE CASINO Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010 Société PLOMBINOISE DE CASINO Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC)

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

QUELLE EST LA COMPOSITION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL?

QUELLE EST LA COMPOSITION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL? Plaquette_citoyenne.qxd:Avril_2009-BAT 9/04/09 20:20 Page 1 QU EST-CE QUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL? Le Conseil constitutionnel est l institution indépendante chargée de veiller au respect de la Constitution,

Plus en détail

CONTRAT DE VIE SCOLAIRE

CONTRAT DE VIE SCOLAIRE CONTRAT DE VIE SCOLAIRE Préambule Les familles, les élèves et les personnels sont priés de prendre connaissance très attentivement du contrat de Vie scolaire de l établissement. Il est constitué par l

Plus en détail

Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR

Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR Le rapport de la commission Champsaur préconise le maintien, à l aval du système

Plus en détail

Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées

Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées Rapport au Premier Ministre sur l expérimentation locale du droit au logement opposable Note de Synthèse Octobre 2006 Le Premier Ministre a annoncé

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative)

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) Première partie : Protection générale de la santé Livre I er Protection des personnes en matière de santé Titre I er Droits des personnes malades

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Préambule : Le développement durable est défini par la capacité des générations présentes à satisfaire leurs besoins sans compromettre l aptitude des générations futures à couvrir

Plus en détail

Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion

Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion I. La préparation de la séance du conseil municipal II. La séance du conseil municipal III. Les comptes

Plus en détail

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE Introduction générale Qu est ce qu une Constitution? Les Institutions de la République Française Introduction : Rappels sur l histoire constitutionnelle de la

Plus en détail

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE 30 juin 2014 Cette note présente le bilan des discussions du groupe

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS

Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS par Dori Nissan Chef de projet en charge de la Commission de Normalisation AFNOR "Qualité et Management" Qu est-ce que l enquête publique et

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le lundi 20 avril 2015 500 territoires à énergie positive pour la croissance verte et pour le climat

Plus en détail

Poitou-Charentes Nature

Poitou-Charentes Nature Poitou-Charentes Nature 14 rue Jean Moulin 86240 FONTAINE LE COMTE Poitiers, le 6 juin 2012 Objet : Législatives 2012 et environnement Mesdames, Messieurs, Suite à votre courrier du 24 mai dernier, je

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR. Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES REGLEMENT INTERIEUR Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la constitution du 20 janvier 2002 et de la loi organique

Plus en détail

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Audition Commission sur la réforme territoriale Intervention de M. Claude Bartolone Jeudi 15 janvier 2009 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres de la Commission, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

1 Respecter l environnement

1 Respecter l environnement 1 Respecter l environnement «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants.» Antoine de Saint-Exupéry Aujourd hui, il devient nécessaire à toute entreprise industrielle

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux, R É P U B L IQ U E FR A N Ç A IS E LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ SERVICE DES AFFAIRES EUROPÉENNES Le Directeur Paris, le 24 janvier 2014 Discours de M. Jean-Pierre BLOCH, Directeur du Service des Affaires

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

N 1678 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1678 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1678 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 mai 2009. PROPOSITION DE LOI visant à supprimer le retrait de points

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Harris Interactive 23/03/2014 Sommaire Méthodologie de l enquête P.3 1. Intérêt et attitude

Plus en détail

Urgence : démantèlement de l Etat de droit

Urgence : démantèlement de l Etat de droit DJS JDS GDS Demokratische Juristinnen und Juristen der Schweiz Schwanengasse 9 Juristes Démocrates de Suisse 3011 Bern Giuristi e Giuriste Democratici Svizzeri Tel 031 312 83 34 Giuristas e Giurists Democratics

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec

Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec Présenté dans le cadre de la Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec par Le 365 rue Saint-Louis Joliette J6E 7N3 Mars

Plus en détail

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique COLLOQUE DE L ACA-EUROPE 15-17 JUIN 2014 2 ème table ronde : Le contrôle de la régulation économique par le juge administratif suprême R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES 2016. Conférence de presse Intervention de Christian ECKERT, Secrétaire d Etat chargé du Budget

PROJET DE LOI DE FINANCES 2016. Conférence de presse Intervention de Christian ECKERT, Secrétaire d Etat chargé du Budget PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 Conférence de presse Intervention de Christian ECKERT, Secrétaire d Etat chargé du Budget Bercy Mercredi 30 septembre 2015 Je souhaiterais, pour ma part, apporter quelques

Plus en détail

1. Objectifs. 2. Autres fiches en lien FICHE-MESURE

1. Objectifs. 2. Autres fiches en lien FICHE-MESURE FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 2C10 Restriction d activités collectives : spectacles, rencontres sportives, foires et salons, grands rassemblements, limitation des activités cultuelles, limitations

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D ANTHROPOLOGIE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT DE DIDACTIQUE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D HISTOIRE... 3

ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D ANTHROPOLOGIE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT DE DIDACTIQUE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D HISTOIRE... 3 LES PROFESSEURS ET PROFESSEURS DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ET LE MOUVEMENT CONTRE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ RÉSOLUTIONS ADOPTÉES PAR LES ASSEMBLÉES DE DÉPARTEMENT AU PRINTEMPS 2012 ASSEMBLÉE DU

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs

Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs CONFERENCE COMMENT PENSER LA GAUCHE SANS LA CROISSANCE? Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs Après les interventions fortes et passionnantes de Guillaume Duval et Patrick Viveret, il me revient

Plus en détail

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats 1 L élection au Conseil des Etats Le système majoritaire favorise

Plus en détail

Compte rendu. Mardi 23 avril 2013 Séance de 12 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire

Compte rendu. Mardi 23 avril 2013 Séance de 12 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Mardi 23 avril 2013 Séance de 12 heures Compte rendu n 83 Examen, pour avis, d un projet de décret d avance et d annulation,

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles.

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. 4 ème assises de la protection de l enfance 28 et 29 juin 2010 Version définitive du 25 juin 2010 Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. Damien Mulliez,

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste

Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste Mercredi 21 Mars 2012 Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste En préambule nous remercions les nombreux maires qui par leur parrainage, ont

Plus en détail

Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015

Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015 Plan Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015 Introduction générale I. La région II. Le département III. Le bloc local Introduction

Plus en détail

PLATE FORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET DE LOI DE PROGRAMME POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA PROMOTION DE L EXCELLENCE OUTRE MER»

PLATE FORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET DE LOI DE PROGRAMME POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA PROMOTION DE L EXCELLENCE OUTRE MER» PLATE FORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET DE LOI DE PROGRAMME POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA PROMOTION DE L EXCELLENCE OUTRE MER» LA REUNION, LE 09 JUIN 2008 1 PLATEFORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Marrakech, 29-30 mars 2012. Citoyenneté et démocratie participative au Maroc, les conditions de la construction d un modèle.

Marrakech, 29-30 mars 2012. Citoyenneté et démocratie participative au Maroc, les conditions de la construction d un modèle. Marrakech, 29-30 mars 2012 Citoyenneté et démocratie participative au Maroc, les conditions de la construction d un modèle Présentation par M. Tarik ZAIR, professeur à la Faculté de Droit de Kénitra 1

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/CAL/VI/2 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 1996 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ DES

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008.

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. LA SANCTION D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. Comment se règle la question du rapport à la loi et de la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

Atelier 11 Concilier libéralisation et politique énergétique locale

Atelier 11 Concilier libéralisation et politique énergétique locale Atelier 11 Concilier libéralisation et politique énergétique locale Pierre SOULAIROL, Gaz de France Peut-on établir des règles du jeu local? Quel est le cadre légal? Quels sont les obstacles? L énergie

Plus en détail