Lesfinancespubliquesde l Union européenne Quatrième édition

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lesfinancespubliquesde l Union européenne Quatrième édition"

Transcription

1 KV FR-C Lesfinances publiques Pour plus d informations sur les finances de l Union européenne: Budget de l Union européenne: CommissaireDalia Grybauskaitė: Direction générale du budget: Pour plus d informations et pour toute question à propos de ce livre: ISBN Lesfinancespubliquesde l Union européenne Quatrième édition de l Union européenne Quatrième édition Commission européenne

2 Publications payantes: Comment vous procurer les publications de l Union européenne? sur le site de l EU Bookshop: chez votre libraire, en lui donnant le titre, le nom de l éditeur et/ou le numéro ISBN; en contactant directement un de nos agents de vente. Vous obtiendrez leurs coordonnées en consultant le site: ou par télécopie au numéro suivant: Publications gratuites: sur le site de l EU Bookshop: auprès des représentations ou délégations de la Commission européenne. Vous obtiendrez leurs coordonnées en consultant le site: ou par télécopie au numéro suivant:

3 Commission européenne Les finances publiques de l Union européenne Quatrième édition

4 Europe Direct est un service destiné à vous aider àtrouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union européenne. Un numéro unique gratuit (*): (*) Certains opérateurs de téléphonie mobile ne permettent pas l accès aux numéros ou peuvent facturer ces appels. De nombreuses autres informations sur l Union européenne sont disponibles sur l internet via le serveur Europa (http://europa.eu.int). Une fiche bibliographique figure àlafindel ouvrage. Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 2009 ISBN doi: /57298 Communautés européennes, 2009 Reproduction autorisée, moyennant mention delasource Photo delacouverture: Corbis Printed inluxembourg IMPRIMÉ SUR PAPIER BLANCHI SANS CHLORE

5 Avant-propos Bienvenuedans cettequatrièmeédition du livre Lesfinances publiquesde l Union européenne. Celle-ci vous offre une vision complète et actualisée des évolutions budgétaires et financières dans l UE, en particulier sur ces vingt dernières années où lesmodalités de miseàdisposition des ressources au budget communautaireetles procédures financières et budgétairesont étéréformées en profondeur.ces changementsont accompagné et facilité l approfondissement de l intégration européenne. Avec une Union qui compte maintenant 27 pays, cette nouvelle édition paraît à un moment où le besoind efficacité dans la gestionfinancière et budgétaire n ajamais été aussi fort. Les deux premières éditions de l ouvrage couvraient l évolution budgétaire et financière des années 90. C est au cours de l application du cadre financier que le traité sur l Union européenne a été adopté et que trois nouveaux États membres, l Autriche, la Finlande et la Suède, sont entrés dans l UE,en1995. La troisième édition, quicouvraitlecadre financier négocié dans le contexte de l Agenda 2000,nous a amenés jusqu à la période de programmation Sur cette période, la question des finances de l UE a joué un rôle d autant plus crucial qu il fallait préparerleterrain au plus vasteetspectaculaire élargissement qu a connu l Union, qui est passée à25états membres en Outre qu elle jette un regard neuf sur ces importants jalons du passé, cette nouvelle édition présente le nouveau cadre financier et examine son incidence sur le budget communautaire, en tenant dûment compte de l adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie en 2007 ainsi que des derniers changements institutionnels. Parallèlement àces évolutions politiquesetbudgétairesmajeures, lacommission européenneaintroduit d ambitieusesréformesdeses procédures et mécanismes internes.grâce à la modernisation et à la simplification de la gestion budgétaire et financière,

6 4 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE les procédures financières ont gagné en efficience et en efficacité, avec notamment des paiements plus rapides. Les réformes administratives contribuent également à assurer une meilleure adéquation entre les activités qui sont réalisées et les ressources qui leur sont allouées. Je suis convaincue que la présente publication offrira une vue détaillée et utile del univers des finances publiques communautaires, et j espère aussi que tous ceux qui s intéressent aux questions budgétaires communautaires y trouveront un ouvrage de référence solide. Les finances de l Union européenne sont en constant devenir. Le système qu elles forment est àlafois unhéritage del histoire cequi explique en partie sa complexité et le produit d un effort permanent d amélioration et d adaptation.de nouveaux changements seront encore nécessaires dans les années àvenir. Le budget est le levier financier grâce auquel l UE peut mettre en œuvre ses politiques et atteindre ses objectifs. La présente publication devrait fournir au lecteur l information dont il a besoin pour mieux comprendre les aspects financiers qui sous-tendent la construction d une Europe compétitive et plus prospère. Tel est mon souhait. DaliaGrybauskaitė Membre de la Commission européenne, chargée delaprogrammation financière et du budget

7 Table des matières Introduction 11 Partie 1 Laformation du système financier de la Communauté 13 Chapitre 1 La constitution d un système financier original ( ) Le mouvement vers l unification des instruments budgétaires Le progrès vers l autonomie financière Le développement des politiques communes La recherche d un équilibre interinstitutionnel Le premier élargissement des Communautés européennes 21 Chapitre 2 La crise des finances communautaires ( ) Le climat conflictuel des relations entre les institutions La question des déséquilibres budgétaires L inadaptation des ressources aux besoins croissants de la Communauté Les élargissements des Communautés européennes 34

8 Chapitre 3 La réforme des finances communautaires: le paquet Delors I( ) Des propositions dupaquet Delors I(février 1987) aux décisions dejuin Les grandes lignes delaréforme financière delacommunauté : premier bilan de la réforme 47 Chapitre 4 La consolidation delaréforme de 1988: le paquet Delors II ( ) Les propositions delacommission Le Conseil européen d Édimbourg et l adoption du paquet financier L application du cadre financier Chapitre 5 La stabilisation budgétaire dans laperspective del élargissement de l Union européenne: lepaquet Agenda 2000 ( ) Les propositions delacommission Les résultats de la négociation L application du cadre financier Chapitre 6 Les défis politiques etles moyens budgétaires de l Union élargie: le cadre financier pluriannuel Les propositions delacommission Les résultats de la négociation Les premières années d application: les débats budgétaires pour les exercices 2007 et Le réexamen du budget

9 Partie 2 Les caractéristiques du système financier actuel 125 Chapitre 7 Le dispositif juridique Les dispositions financières des traités Les dispositions dedroit dérivé Les dispositions prises par voie d accord entre les institutions L évolution des finances publiques de l Union européenne dans le cadre du débat institutionnel 137 Chapitre 8 L autonomie financière del Union européenne: le système des ressources propres Les caractéristiques essentielles dusystème actuel des ressources propres Bilan et perspectives d évolution 152 Chapitre 9 Le cadre deladépense communautaire Le plafonnement des dépenses dans le cadre financier L application du cadre financier pluriannuel Les implications du cadre financier 169 Partie 3 L établissement du budget général 175 Chapitre 10 Les principes généraux régissant lebudget communautaire Le principe d unité Le principe de vérité Le principe d universalité Le principe d annualité Le principe d équilibre 195

10 6. Le principe de spécialité Le principe d unité de compte Le principe de transparence Le principe de bonne gestion financière L évaluation des actions communautaires et de la bonne gestion financière Lecontrôle interne etlabonne gestion financière 219 Chapitre 11 La procédure budgétaire annuelle Remarques préalables Le déroulement de la procédure budgétaire Les budgets rectificatifs Les lettres rectificatives Le rejet dubudget et ses conséquences Les dispositions del accord interinstitutionnel pour l amélioration de la procédure budgétaire 244 Partie 4 Lastructure du budget communautaire 249 Chapitre 12 Les recettes Aperçu général Les ressources propres Les autres recettes La logique budgétaire du financement de l Union européenne 262 Chapitre 13 Les dépenses par rubrique Introduction Les rubriques 270

11 3. Les autres instruments ne relevant pas du cadre financier Les organismes créés par lacommission et dotés delapersonnalité juridique 298 Partie 5 Exécution etcontrôle externe 303 Chapitre 14 L exécution dubudget L attribution des compétences d exécution L exécution des dépenses Le système deperception des ressources propres La gestion de la trésorerie 331 Chapitre 15 Les comptes annuels consolidés de l Union européenne Le contenu des états financiers Les principes comptables Le règlement financier et les règles comptables Les méthodes comptables La comptabilité budgétaire La modernisation des méthodes comptables des Communautés européennes 347 Chapitre 16 Le contrôle interne etlecontrôle externe du budget Principes Le contrôle interne au sein de la Commission Le contrôle externe exercé par la Cour des comptes européenne Le contrôle politique exercé par le Parlement européen 368

12 Partie 6 Opérations hors budget général 383 Chapitre 17 Les opérations d emprunts etdeprêts de la Communauté Présentation générale et évolution de l activité de prêt Les caractéristiques des instruments d emprunts et de prêts L octroi de la garantie du budget général delacommunauté àdes opérations d emprunts L articulation entre lebudget général etles opérations d emprunts, de prêts etdegarantie de prêts 393 Chapitre 18 Le Fonds européen dedéveloppement Le Fonds européen dedéveloppement et les accords avec les pays ACP (Afrique, Caraïbes etpacifique) Les moyens du FED Le régime financier du FED 401 Annexes Dispositions budgétaires des traités Décision 2000/597/CE, Euratom duconseil du 29 septembre 2000 relative au système des ressources propres des Communautés européennes Décision 2007/436/CE, Euratom duconseil du 7juin 2007 relative au système des ressources propres des Communautés européennes Accord interinstitutionnel du 17 mai 2006 sur la discipline budgétaire et la bonne gestion financière 439

13 Introduction Ce document est divisé en six parties qui traitent des différents aspects des finances publiques de l Union européenne. La partie 1intitulée «La formation du système financier de la Communauté» présente l histoire des réformes successives menées tout au long de la construction européenne, dont la superposition a conduit au système actuel. Cette histoire est marquée, à partir de l élaboration d un système original (chapitre 1), par lacrise traversée par les finances communautaires (chapitre 2)et par la rénovation profonde qui s en est suivie à la fin des années 80 (chapitre 3). Les trois chapitres suivants traitent des cadres financiers pluriannuels ultérieurs (chapitres 4à6). La partie 2 intitulée «Les caractéristiques du système financier actuel» présente à grands traits l assise juridique des finances communautaires (chapitre 7), le système de financement des dépenses de l Union (chapitre 8)et le dispositif adopté depuis 1988 pour se doter d un cadre financier pluriannuel (chapitre 9). La partie 3 intitulée «L établissement du budget général» décrit les principes généraux auxquels doit se conformer le budget communautaire (chapitre 10) et qui, avec le souci de l équilibre des prérogatives entre les institutions, sous-tendent le déroulement de la procédure budgétaire annuelle (chapitre 11). La partie 4 intitulée «La structure du budget communautaire» détaille les grands types de recettes et de dépenses de l Union européenne. Si le système definancement repose sur un panier de ressources simple (quatre principales catégories), son fonctionnement effectif se caractérise par une complexité technique certaine, tenant notamment aux dispositions qui ont été introduites pour corriger certains déséquilibres dans la position nette des États membres (chapitre 12). Quant aux dépenses, elles sont ici

14 12 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE présentées suivant les rubriques retenues par le cadre financier pluriannuel (chapitre 13). Une fois votés, les montants inscrits au budget doivent être dépensés de façon à la fois régulière et efficace. Les différents mécanismes qui assurent le respect de ces impératifs sont détaillés dans la partie 5 intitulée «Exécution et contrôle externe». Le chapitre 14 présente les règles qui président à l exécution du budget. Sont ensuite exposées les grandes lignes de la comptabilité de l Union (chapitre 15), puis les modalités ducontrôle interne ausein delacommission etdes contrôles externes exercés par la Cour des comptes et le Parlement européen sur la dépense communautaire (chapitre 16). Enfin, la partie 6intitulée «Opérations hors budget général» présente des mécanismes financiers auxiliaires: les opérations d emprunts etdeprêts (chapitre 17) et le Fonds européen de développement (chapitre 18). Cettequatrième éditioncomprenddeuxnouveauxchapitres (les chapitres 6 et 13 sur le cadre financier ). Plusieurs chapitres ont fait l objet d une révision approfondie par rapport aux éditions précédentes. Le chapitre 5enparticulier comporte uneanalyse desincidencesbudgétaires liées à l élargissement de La nouvelle décision (2007) relative aux ressources propres est abordée dans les chapitres 8 et 12. Le chapitre 15, sur les comptes consolidés, et le chapitre 16, sur le contrôle interne et externe, ont été presque entièrement réécrits.

15 Partie 1 LA FORMATION DUSYSTÈME FINANCIER DE LA COMMUNAUTÉ Chapitre 1 Laconstitution d un système financier original ( ) Chapitre 2 La crise des finances communautaires ( ) Chapitre 3 La réforme des finances communautaires: le paquet Delors I( ) Chapitre 4 La consolidation de la réforme de 1988: le paquet Delors II( ) Chapitre 5 Lastabilisation budgétaire dans la perspective de l élargissement de l Union européenne: le paquet Agenda 2000 ( ) Chapitre 6 Les défis politiques etles moyens budgétaires de l Union élargie: le cadre financier pluriannuel

16

17 Chapitre 1 La constitution d un système financier original ( ) Les vingt premières années du système financier communautaire ont été marquées par plusieurs évolutions importantes: le mouvement vers l unification des instruments budgétaires; le progrès vers l autonomie financière de la Communauté; le développement des politiques communes; la recherched un équilibreinterinstitutionnel dans l exercicedu pouvoir budgétaire; le premier élargissement des Communautés européennes. Ces évolutions sont examinées les unes après les autres. 1. Le mouvement vers l unification des instruments budgétaires Lacoexistencedeplusieurs budgetsséparéspourles politiques européennes résultedelacréation, en quelques années,delacommunautéeuropéenne du charbon et de l acier (CECA), de la Communauté économique européenne(cee)et de la Communauté européenne de l énergie atomique (CEEA).

18 16 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE 1 Le traité CECA de 1951 ( )établit un budget administratif et un budget opérationnel. En 1957, letraité CEE( 2 )établit un budget unique. Le traité CEEA (traité Euratom) de 1957 crée un budget administratif et un budget de recherche et d investissement. Par la suite, d importants efforts ont été réalisés pour unifier et simplifier les institutions européennes et, notamment, leurs budgets. Le traité de fusion des exécutifs de1965 intègre dans le budget CEE les budgets administratifs CECA etceea. Ce traité aremplacé les trois Conseils deministres (CEE, CECA etceea), les deux Commissions (CEE, CEEA) et la Haute Autorité (CECA) respectivement par un seul Conseil et une seule Commission. L institution d un budget opérationnel unique est venue compléter cette fusion administrative. Le traité de Luxembourg de 1970 intègre enfin le budget de recherche et d investissement CEEAdanslebudgetgénéral.Cetraitéremplacele système par lequel les Communautés recevaient des contributions des États membres en plus de leurs propres ressources. Il instaure également un budget unique pour les Communautés. L expiration du traité CECA en 2002 afavorisé lasimplification du budget des institutions communautaires. Entre 1970 et2002, deux budgets coexistaient: le budget général et le budget opérationnel de la CECA. Les règles du traité instituant la Communauté européenne s appliquent au commerce du charbon et de l acier depuis l expiration du traité CECA. Le protocole relatif aux conséquences financières de l expiration du traité CECA et au fonds de recherche du charbon et de l acier figure en annexe du traité de Nice (2001). Il prévoit le transfert ( 1 ) Letraité instituant lacommunauté européenne ducharbon et de l acier aété signé à Paris le 18 avril 1951 et est entré en vigueur le 24 juillet 1952, avec une période de validité limitée àcinquante ans. Le traité aexpiré le23juillet 2002 après avoir été modifié plusieurs fois. ( 2 ) Les «traités de Rome» ont été signés àrome enmars Le premier traité établissait la Communauté économique européenne(cee)etlesecondlacommunautéeuropéenne de l énergie atomique, plus connue sous le nom d Euratom. Ces deux traités entrèrent en vigueur le1 er janvier 1958.

19 LA CONSTITUTION D UN SYSTÈME FINANCIER ORIGINAL ( ) 17 de tous les éléments du patrimoine de la CECA à la Communauté européenne ainsi que l affectation de la valeur nette de ce patrimoine à la recherche dans les secteurs liés à l industrie du charbon et de l acier. 2. Le progrès vers l autonomie financière 2.1. La CECA L autonomie financière de la CECA fut acquise dès le traité de Paris de 1951.L article49dutraitédisposait:«la HauteAutorité esthabilitéeàse procurer les fonds nécessaires à l accomplissement de sa mission: en établissant des prélèvements sur la production de charbon et d acier; en contractant des emprunts.» D autres dispositions du traité CECA précisaient quelles dépenses pouvaient être réalisées avec les prélèvements. Le traité stipulait que les prélèvements devaient être assis annuellement sur les divers produits en fonction de leur valeur moyenne et que le taux y afférent ne devait pas «excéder 1%,sauf autorisation préalable du Conseil prise à la majorité des deux tiers». Le traité indiquait également: «Les conditions d assiette et de perception doivent être fixées, enévitant dans lamesure dupossible les taxations cumulatives, par une décision générale de la Haute Autorité prise après consultation du Conseil»( 1 ). Ainsi, la Haute Autorité disposait d une autonomie étendue pour les décisions concernant les prélèvements, dans les limites définies par le traité. Depuis le traité de fusion de 1965, le budget administratif CECA a été intégré dans le budget général. Seul le budget opérationnel était encore négocié séparément jusqu à ce que le traité expire en Toutefois, sur le plan pratique, cette exception a progressivement perdu de son importance avec le rendement décroissant des recettes du prélèvement. ( 1 ) Voir l article 50 du traité CECA.

20 18 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE 2.2. Le budget général De 1958 à 1970, le budget CEE et le budget CEEA (ainsi que, depuis 1965, le budget administratif CECA) ont été financés par un régime de contributions étatiques. Outre l obligation d équilibrer les budgets, le traité CEE a établi une «clé de répartition» applicable aux contributions financières des États membres (28 %pour l Allemagne, lafrance etl Italie, 7,9%pour la Belgique et les Pays-Bas, et 0,2%pour le Luxembourg),indépendamment de touteautre recette. Au même moment,une clé de répartitiondifférente a été appliquée pour financer le Fonds social européen (créé en 1957 par le traité de Rome et réformé ensuite en 1971). Ces clés de répartition ne pouvaient être modifiées qu à l unanimité. Le traité indiquait également que la Commission devait soumettre des propositions au Conseil pour remplacer les contributions des États membres par les ressources propres de la Communauté, «notamment par des recettes provenant du tarif douanier commun» ( 1 ). La décisiondu21avril 1970 ( 2 )aintroduit le systèmedes ressources propres pour le budget général à partir de 1971, avec le remplacement progressif «des contributionsfinancièresdes Étatsmembres pardes ressources propres aux Communautés». Ces ressources propres comprenaient: les droits dedouane, dont la perception communautaire aété progressivement mise en place entre 1971 et 1975; les prélèvements agricoles, perçus intégralement par la Communauté depuis 1971; les recettes basées sur lataxe sur la valeur ajoutée (TVA) (avec un prélèvementinitial plafonné à1%), la ressourcetva communautaire gagnant en importance au fur et à mesuredes progrès en matière d harmonisation de l assiette TVA (sixième directive de 1977 et neuvième directive de 1979). ( 1 ) Voir les articles 200, 201 et suivants du traité CEE (1957). ( 2 ) JOL94du , p. 19.

21 LA CONSTITUTION D UN SYSTÈME FINANCIER ORIGINAL ( ) 19 Jusqu à l introduction complètedecenouveau système, lesétatsmembres restaient tenus de verser les contributions financières nécessaires pour assurer l équilibre du budget des Communautés. L article 4 de la décision précisait néanmoins qu «à partir du 1 er janvier 1975, le budget des Communautés [était], sans préjudice des autres recettes, intégralement financé par des ressources propres aux Communautés». Cela impliquait notamment de fixer le taux applicable à la TVA «dans le cadre delaprocédure budgétaire», c est-à-dire annuellement etdonc avec un risque de modifications fréquentes. Dans le cas où le taux n aurait pas été adopté en début d exercice, la décision prévoyait également que le taux fixé antérieurement resterait applicable jusqu à l entrée en vigueur du nouveau taux. Cette décision sur les ressources propres, non modifiable sans l unanimité du Conseil, a ainsi créé un fondement stable pour le financement de l Union. Le budget généralnedépendait plus désormaisdes contributions des États membres, susceptibles demettre lacommunauté enétat de dépendance budgétaire et politique par rapport à ceux-ci. L applicationdes dispositions de la décisiondu21avril 1970 acommencé en 1971 et a été complète à partir de Sur la période , les États membres ont versé des contributions transitoires pour équilibrer le budget général, puis de minimes contributions résiduelles de 1979 à1981 et des avances remboursables et non remboursables exceptionnellement en 1984 et 1985 avantque l équilibragepar desressourcespropresbasées sur le produit national brut (PNB)/revenu national brut (RNB) ne soit introduit en 1988 (voir le chapitre 3). 3. Le développement des politiques communes Les premières grandes étapes ont été successivement: la création du Fonds européen d orientation et de garantie agricole (FEOGA) enavril 1962; la politique de la recherche, fondée initialement sur le traité Euratom (et donc limitée au début au domaine nucléaire), mais qui s est progressivement étendue à de nombreux autres domaines;

22 20 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE le renforcement en 1971 du Fonds social européen (FSE), créé par le traité de Rome; la création du Fonds européen dedéveloppement régional (FEDER) en mars Il est frappant de noter que les successeurs de ces programmes initiaux occupent toujours une place prépondérante dans le budget communautaire actuel. 4. La recherche d unéquilibre interinstitutionnel 4.1. Le budget CECA En vertu du traité de Paris de 1951,le pouvoir de décision budgétaire relevait exclusivement de la Haute Autorité, et un commissaire aux comptes était nommé aux fins de contrôler le budget. Le traité de Bruxelles de 1975 a ensuite attribué le pouvoir de contrôle budgétaire à la Cour des comptes Le budget général En vertu des traités de Rome de 1957, le pouvoir de décision budgétaire pour la CEE et la CEEAétait de la compétence exclusive du Conseil, seule autorité budgétaire. En pratique, les différentes étapes de la procédure budgétaire relevaient respectivement de la compétence des institutions suivantes: établissement de l avant-projet de budget: la Commission; arrêt du budget: le Conseil, sur avis consultatif du Parlement; exécution dubudget: la Commission; décharge: leconseil. Quant au pouvoir de contrôle, il était confié à un organe autonome: la commission de contrôle.

23 LA CONSTITUTION D UN SYSTÈME FINANCIER ORIGINAL ( ) 21 Le traité de Luxembourg de 1970 a apporté les modifications suivantes au pouvoir de décision budgétaire: l instauration de la distinction entre dépenses obligatoires (DO) et dépenses non obligatoires (DNO); le pouvoir d arrêter le budget était attribué au Parlement européen, mais sans aller jusqu à lui reconnaître un pouvoir de décision(«dernier mot») sur les dépenses non obligatoires; la décharge budgétaire relevait d une décision conjointe Conseil- Parlement. Le traité de Bruxelles de 1975 a marqué une étape supplémentaire et fixé les principales règles encore en vigueur actuellement( 1 ): le pouvoir de décision budgétaire est partagé entre le Conseil et le Parlement, qui constituent désormais les deux branches de l autorité budgétaire. Dans cenouveau cadre juridique, leparlement aledernier mot sur les DNO, peut rejeter le budget et octroie seul la décharge; le contrôle du budget est exercé par la Cour des comptes, qui a remplacé lacommission decontrôle depuis Le premier élargissement des Communautés européennes Le premier élargissement est intervenu le 1 er janvier 1973 lorsque trois nouveaux États membres, ledanemark, l Irlande etleroyaume-uni, ont rejoint les Communautés. La Norvège, qui avait pris part aux négociations d adhésion etmême signé le traité d adhésion ( 2 ), afinalement refusé d adhérer; ils agissait deson premier refus( 3 ). L élargissement a coïncidé avec la mise en œuvre progressive de la première décisionsur lesressourcespropresdontles dispositions s imposaientaussi ( 1 ) Lechapitre 7aborde les modifications susceptibles d être introduites par un traité révisé. ( 2 ) JOL73du ( 3 ) Lamême situation s est produite lors del élargissement de1995.

24 22 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE auxnouveauxétats membres.toutefois,ils n ontacquittélemontanttotal des versements dus qu à partir de 1978, après une montée en puissance progressive (45 %en 1973, 56 %en 1974, 67,5 %en 1976 et 92%en 1977). La correction en faveur du Royaume-Uni a été progressivement introduite à partir de 1976, après une première correction négociée en 1975 (voir le chapitre 2). Au cours de ces années, les paiements se composaient uniquement des ressources propres traditionnelles et des contributions financières versées par les États membres pour équilibrer le budget, plus quelques autres contributions spécifiques finançant certains programmes supplémentaires.laressource propre baséesur la TVAaété verséepourlapremière fois en 1979 comme décrit aupoint 2.2 ci-dessus.

25 Chapitre 2 La crise des finances communautaires ( ) L équilibre juridique, politique et institutionnel du régime financier de la Communauté, tel qu il s était réalisé au début des années 70, s est trouvé progressivement battu en brèche au cours de la décennie suivante. Cette période a en effet été marquée par des tensions de plus en plus vives parmi les États membres et entre institutions européennes qui ont progressivement engendré une situation de crise. Il en est résulté, entre 1980 et 1988, un fonctionnement extrêmement difficile du processus de décision budgétaire, marqué par de nombreux incidents: multiples recours contentieux devant la Cour de justice, présentés, alternativement ou parfois de façon croisée, par le Conseil, la Commission ou certains États membres; retards dans l adoption du budget; rejet du budget par le Parlement; recours à des expédients, comme des avances ou des contributions spécifiques pour permettre le financement des dépenses. C est ainsi que les budgets des années 1980, 1985, 1986 et 1988 n ont pu être arrêtés que bien après le début de l exercice concerné, rendant nécessaire le recours au régime des douzièmes provisoires pendant des périodes de cinq àsix mois. Trois types de difficultés ont été à l origine de cette situation: le climat conflictuel desrelations entreles institutions; la question desdéséquilibres budgétaires; l inadaptation desressourcesaux besoins croissants de la Communauté.

26 24 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE 1. Le climat conflictuel des relations entre les institutions Le dispositif institutionnel mis en place à partir de 1975 pour organiser le partage des compétences entre le Conseil et le Parlement s est avéré d une application difficile, principalement pour deux raisons: premièrement, certains des critères retenus ne sont pas définis de façon suffisamment précise, se prêtent àdes interprétations différentes oupermettent mal de s adapter aux évolutions du budget communautaire. C était le cas par exemple pour la distinction entre les dispositions relevant des dépenses obligatoires ou des dépenses non obligatoires. De surcroît, aucune procédure spécifique n est prévue pour surmonter les conflits éventuels moyennant des mécanismes de conciliation ou des solutions qui s imposeraient par défaut en l absence d accord. En outre, la légitimité et l influence accrues que le Parlement européen a tirées de sonélectionausuffrageuniverselenjuin1979(acte de Bruxelles de septembre 1976) ont introduit un facteur supplémentaire de tension politique dans ses relations avec leconseil. Un dialogue a néanmoins pu s instaurer entre les institutions concernées pour tenter de surmonter ces difficultés, aboutissant notamment à la «déclaration commune du Parlement européen, du Conseil et de la Commission du 30 juin 1982 relative à différentes mesures visant à assurer un meilleur déroulement de la procédure budgétaire» ( 1 ). Ces tentatives, qui constituaient une préfiguration du premier accord interinstitutionnel qui sera conclu en 1988 ( 2 ), se sont avérées toutefois encore assez précaires Les enjeux deladistinction entre dépenses obligatoires (DO) et dépenses non obligatoires (DNO) L article 272, paragraphe 4, du traité instituant la Communauté européenne (traité CE) définit comme obligatoires «les dépenses découlant obligatoirement du traité ou des actes arrêtés en vertu de celui-ci», les autres dépenses étant considérées a contrario comme non obligatoires. Une telle distinction peut s avérer utile, et se trouve effectivement retenue ( 1 ) JOC194 du , p. 1. ( 2 ) Voir lechapitre 3.

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2 TABLEAU COMPARATIF ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct Acte de 1976 Article premier Article premier Les représentants, au Parlement européen, des peuples

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PÊCHE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL SUÈDE

SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PÊCHE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL SUÈDE SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PÊCHE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL SUÈDE Intitulé du programme Instrument financier d orientation de la pêche (IFOP) Objectifs du programme Contribuer à réaliser

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.12.2001 COM(2001) 759 final 2001/0290 (ACC) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion d'un accord sous forme d'échange de lettres

Plus en détail

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3.1. RELEVANT DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE Approbation des comptes 2014 et affectation du résultat Par le vote

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014.

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014. Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014 22 mai 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par le Gouvernement

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 juillet 2007 (OR. en) 11814/07 Dossier interinstitutionnel: 2007/0139(ACC)

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 juillet 2007 (OR. en) 11814/07 Dossier interinstitutionnel: 2007/0139(ACC) CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13 juillet 2007 (OR. en) 11814/07 Dossier interinstitutionnel: 2007/0139(ACC) CH 26 UD 77 AGRI 234 ELARG 81 PROPOSITION Origine: Commission européenne En date

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 16.07.2008 C(2008) 3473 final Objet: Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE

Plus en détail

- 1 - M. Bernard Angels, rapporteur spécial PRINCIPALES OBSERVATIONS DE VOTRE RAPPORTEUR SPÉCIAL... 2

- 1 - M. Bernard Angels, rapporteur spécial PRINCIPALES OBSERVATIONS DE VOTRE RAPPORTEUR SPÉCIAL... 2 - 1 - MISSION «GESTION ET CONTRÔLE DES FINANCES PUBLIQUES» ET COMPTES SPÉCIAUX «AVANCES À DIVERS SERVICES DE L ÉTAT OU ORGANISMES GÉRANT DES SERVICES PUBLICS» ET «PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

E 3589 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2006-2007

E 3589 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2006-2007 E 3589 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2006-2007 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 juillet 2007 le 20

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : RDFF1519825D et RDFF1519826A Intitulé des textes : Décret n 2010-676 du 21 juin 2010 instituant une prise en charge partielle du prix des titres d'abonnement

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Schola Europaea Bureau du Secrétaire général. Réf.: 2011-05-D-30-fr-3 Orig.: DE Version: FR. Approuvé par procédure écrite n 2011/26 le 8 juillet 2011

Schola Europaea Bureau du Secrétaire général. Réf.: 2011-05-D-30-fr-3 Orig.: DE Version: FR. Approuvé par procédure écrite n 2011/26 le 8 juillet 2011 Schola Europaea Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf.: 2011-05-D-30-fr-3 Orig.: DE Version: FR Adaptation des rémunérations des chargés de cours et du personnel auxiliaire recruté sur la

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7)

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite relativement au financement et à la restructuration

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 469/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Florence HENNART, Attachée Ministère de la Région Wallonne Direction de la Politique Economique Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Plan Contexte européen Cadre belge et

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Décision de la Commission instituant l Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» (14 janvier 2005)

Décision de la Commission instituant l Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» (14 janvier 2005) Décision de la Commission instituant l Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» (14 janvier 2005) Légende: Décision de la Commission du 14 janvier 2005 instituant l Agence exécutive «Éducation,

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Il comporte 3 phases successives :

NOTICE EXPLICATIVE. Il comporte 3 phases successives : service de pilotage du dispositif de sortie des emprunts a risque NOTICE EXPLICATIVE Vous avez déposé avant le 30 avril auprès du représentant de l Etat dans votre territoire un ou plusieurs dossier(s)

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

COM (2015) 148 final

COM (2015) 148 final COM (2015) 148 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 avril 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015 BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 2 octobre 215 Le concordat de la CDIP sur les bourses L octroi d allocations de formation est une tâche qui relève de la compétence des cantons. Avec le

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2012-1366 du 6 décembre 2012 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne-temps et

Plus en détail

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale du Le Conseil fédéral suisse, Vu l art., al., de la loi fédérale du 6 octobre 006 sur la politique régionale,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 DIRECTION DE LA

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne L 129. Législation. Actes législatifs. 57 e année. Édition de langue française. 30 avril 2014.

Journal officiel de l'union européenne L 129. Législation. Actes législatifs. 57 e année. Édition de langue française. 30 avril 2014. Journal officiel de l'union européenne L 129 Édition de langue française Législation 57 e année 30 avril 2014 Sommaire I Actes législatifs RÈGLEMENTS Règlement (UE) n o 421/2014 du Parlement européen et

Plus en détail

Intervention économique novembre 2013 - JB

Intervention économique novembre 2013 - JB Il confirme les prévisions de croissance de 0,1 % et un déficit public de 4,1% du PIB en 2013, en baisse de 0,7 point de PIB par rapport à 2012, grâce à un effort structurel historique de 1,7 point de

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

DELIBERATION relative aux bureaux d information touristique

DELIBERATION relative aux bureaux d information touristique République Française ASSEMBLEE SECRETARIAT GENERAL N 32 2005/APS Du 1 er décembre 2005 AMPLIATIONS HC 1 Com Del 1 Gouvernement 1 Congrès 1 APS 40 SGPS 2 Trésorier 1 Directions 11 JONC 1 DELIBERATION relative

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 23 février 2005 Taxud E1 MH/

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376 PROPOSITION Origine: Commission européenne En date du: 8 octobre 2008 Objet: Proposition de

Plus en détail

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr)

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr) Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr) Dossier interinstitutionnel: 2015/0906 (COD) 14306/15 NOTE DE TRANSMISSION Origine: Destinataire: Objet: 737 INST 411 COUR 62 CODEC

Plus en détail