Lesfinancespubliquesde l Union européenne Quatrième édition

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lesfinancespubliquesde l Union européenne Quatrième édition"

Transcription

1 KV FR-C Lesfinances publiques Pour plus d informations sur les finances de l Union européenne: Budget de l Union européenne: CommissaireDalia Grybauskaitė: Direction générale du budget: Pour plus d informations et pour toute question à propos de ce livre: ISBN Lesfinancespubliquesde l Union européenne Quatrième édition de l Union européenne Quatrième édition Commission européenne

2 Publications payantes: Comment vous procurer les publications de l Union européenne? sur le site de l EU Bookshop: chez votre libraire, en lui donnant le titre, le nom de l éditeur et/ou le numéro ISBN; en contactant directement un de nos agents de vente. Vous obtiendrez leurs coordonnées en consultant le site: ou par télécopie au numéro suivant: Publications gratuites: sur le site de l EU Bookshop: auprès des représentations ou délégations de la Commission européenne. Vous obtiendrez leurs coordonnées en consultant le site: ou par télécopie au numéro suivant:

3 Commission européenne Les finances publiques de l Union européenne Quatrième édition

4 Europe Direct est un service destiné à vous aider àtrouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union européenne. Un numéro unique gratuit (*): (*) Certains opérateurs de téléphonie mobile ne permettent pas l accès aux numéros ou peuvent facturer ces appels. De nombreuses autres informations sur l Union européenne sont disponibles sur l internet via le serveur Europa (http://europa.eu.int). Une fiche bibliographique figure àlafindel ouvrage. Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 2009 ISBN doi: /57298 Communautés européennes, 2009 Reproduction autorisée, moyennant mention delasource Photo delacouverture: Corbis Printed inluxembourg IMPRIMÉ SUR PAPIER BLANCHI SANS CHLORE

5 Avant-propos Bienvenuedans cettequatrièmeédition du livre Lesfinances publiquesde l Union européenne. Celle-ci vous offre une vision complète et actualisée des évolutions budgétaires et financières dans l UE, en particulier sur ces vingt dernières années où lesmodalités de miseàdisposition des ressources au budget communautaireetles procédures financières et budgétairesont étéréformées en profondeur.ces changementsont accompagné et facilité l approfondissement de l intégration européenne. Avec une Union qui compte maintenant 27 pays, cette nouvelle édition paraît à un moment où le besoind efficacité dans la gestionfinancière et budgétaire n ajamais été aussi fort. Les deux premières éditions de l ouvrage couvraient l évolution budgétaire et financière des années 90. C est au cours de l application du cadre financier que le traité sur l Union européenne a été adopté et que trois nouveaux États membres, l Autriche, la Finlande et la Suède, sont entrés dans l UE,en1995. La troisième édition, quicouvraitlecadre financier négocié dans le contexte de l Agenda 2000,nous a amenés jusqu à la période de programmation Sur cette période, la question des finances de l UE a joué un rôle d autant plus crucial qu il fallait préparerleterrain au plus vasteetspectaculaire élargissement qu a connu l Union, qui est passée à25états membres en Outre qu elle jette un regard neuf sur ces importants jalons du passé, cette nouvelle édition présente le nouveau cadre financier et examine son incidence sur le budget communautaire, en tenant dûment compte de l adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie en 2007 ainsi que des derniers changements institutionnels. Parallèlement àces évolutions politiquesetbudgétairesmajeures, lacommission européenneaintroduit d ambitieusesréformesdeses procédures et mécanismes internes.grâce à la modernisation et à la simplification de la gestion budgétaire et financière,

6 4 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE les procédures financières ont gagné en efficience et en efficacité, avec notamment des paiements plus rapides. Les réformes administratives contribuent également à assurer une meilleure adéquation entre les activités qui sont réalisées et les ressources qui leur sont allouées. Je suis convaincue que la présente publication offrira une vue détaillée et utile del univers des finances publiques communautaires, et j espère aussi que tous ceux qui s intéressent aux questions budgétaires communautaires y trouveront un ouvrage de référence solide. Les finances de l Union européenne sont en constant devenir. Le système qu elles forment est àlafois unhéritage del histoire cequi explique en partie sa complexité et le produit d un effort permanent d amélioration et d adaptation.de nouveaux changements seront encore nécessaires dans les années àvenir. Le budget est le levier financier grâce auquel l UE peut mettre en œuvre ses politiques et atteindre ses objectifs. La présente publication devrait fournir au lecteur l information dont il a besoin pour mieux comprendre les aspects financiers qui sous-tendent la construction d une Europe compétitive et plus prospère. Tel est mon souhait. DaliaGrybauskaitė Membre de la Commission européenne, chargée delaprogrammation financière et du budget

7 Table des matières Introduction 11 Partie 1 Laformation du système financier de la Communauté 13 Chapitre 1 La constitution d un système financier original ( ) Le mouvement vers l unification des instruments budgétaires Le progrès vers l autonomie financière Le développement des politiques communes La recherche d un équilibre interinstitutionnel Le premier élargissement des Communautés européennes 21 Chapitre 2 La crise des finances communautaires ( ) Le climat conflictuel des relations entre les institutions La question des déséquilibres budgétaires L inadaptation des ressources aux besoins croissants de la Communauté Les élargissements des Communautés européennes 34

8 Chapitre 3 La réforme des finances communautaires: le paquet Delors I( ) Des propositions dupaquet Delors I(février 1987) aux décisions dejuin Les grandes lignes delaréforme financière delacommunauté : premier bilan de la réforme 47 Chapitre 4 La consolidation delaréforme de 1988: le paquet Delors II ( ) Les propositions delacommission Le Conseil européen d Édimbourg et l adoption du paquet financier L application du cadre financier Chapitre 5 La stabilisation budgétaire dans laperspective del élargissement de l Union européenne: lepaquet Agenda 2000 ( ) Les propositions delacommission Les résultats de la négociation L application du cadre financier Chapitre 6 Les défis politiques etles moyens budgétaires de l Union élargie: le cadre financier pluriannuel Les propositions delacommission Les résultats de la négociation Les premières années d application: les débats budgétaires pour les exercices 2007 et Le réexamen du budget

9 Partie 2 Les caractéristiques du système financier actuel 125 Chapitre 7 Le dispositif juridique Les dispositions financières des traités Les dispositions dedroit dérivé Les dispositions prises par voie d accord entre les institutions L évolution des finances publiques de l Union européenne dans le cadre du débat institutionnel 137 Chapitre 8 L autonomie financière del Union européenne: le système des ressources propres Les caractéristiques essentielles dusystème actuel des ressources propres Bilan et perspectives d évolution 152 Chapitre 9 Le cadre deladépense communautaire Le plafonnement des dépenses dans le cadre financier L application du cadre financier pluriannuel Les implications du cadre financier 169 Partie 3 L établissement du budget général 175 Chapitre 10 Les principes généraux régissant lebudget communautaire Le principe d unité Le principe de vérité Le principe d universalité Le principe d annualité Le principe d équilibre 195

10 6. Le principe de spécialité Le principe d unité de compte Le principe de transparence Le principe de bonne gestion financière L évaluation des actions communautaires et de la bonne gestion financière Lecontrôle interne etlabonne gestion financière 219 Chapitre 11 La procédure budgétaire annuelle Remarques préalables Le déroulement de la procédure budgétaire Les budgets rectificatifs Les lettres rectificatives Le rejet dubudget et ses conséquences Les dispositions del accord interinstitutionnel pour l amélioration de la procédure budgétaire 244 Partie 4 Lastructure du budget communautaire 249 Chapitre 12 Les recettes Aperçu général Les ressources propres Les autres recettes La logique budgétaire du financement de l Union européenne 262 Chapitre 13 Les dépenses par rubrique Introduction Les rubriques 270

11 3. Les autres instruments ne relevant pas du cadre financier Les organismes créés par lacommission et dotés delapersonnalité juridique 298 Partie 5 Exécution etcontrôle externe 303 Chapitre 14 L exécution dubudget L attribution des compétences d exécution L exécution des dépenses Le système deperception des ressources propres La gestion de la trésorerie 331 Chapitre 15 Les comptes annuels consolidés de l Union européenne Le contenu des états financiers Les principes comptables Le règlement financier et les règles comptables Les méthodes comptables La comptabilité budgétaire La modernisation des méthodes comptables des Communautés européennes 347 Chapitre 16 Le contrôle interne etlecontrôle externe du budget Principes Le contrôle interne au sein de la Commission Le contrôle externe exercé par la Cour des comptes européenne Le contrôle politique exercé par le Parlement européen 368

12 Partie 6 Opérations hors budget général 383 Chapitre 17 Les opérations d emprunts etdeprêts de la Communauté Présentation générale et évolution de l activité de prêt Les caractéristiques des instruments d emprunts et de prêts L octroi de la garantie du budget général delacommunauté àdes opérations d emprunts L articulation entre lebudget général etles opérations d emprunts, de prêts etdegarantie de prêts 393 Chapitre 18 Le Fonds européen dedéveloppement Le Fonds européen dedéveloppement et les accords avec les pays ACP (Afrique, Caraïbes etpacifique) Les moyens du FED Le régime financier du FED 401 Annexes Dispositions budgétaires des traités Décision 2000/597/CE, Euratom duconseil du 29 septembre 2000 relative au système des ressources propres des Communautés européennes Décision 2007/436/CE, Euratom duconseil du 7juin 2007 relative au système des ressources propres des Communautés européennes Accord interinstitutionnel du 17 mai 2006 sur la discipline budgétaire et la bonne gestion financière 439

13 Introduction Ce document est divisé en six parties qui traitent des différents aspects des finances publiques de l Union européenne. La partie 1intitulée «La formation du système financier de la Communauté» présente l histoire des réformes successives menées tout au long de la construction européenne, dont la superposition a conduit au système actuel. Cette histoire est marquée, à partir de l élaboration d un système original (chapitre 1), par lacrise traversée par les finances communautaires (chapitre 2)et par la rénovation profonde qui s en est suivie à la fin des années 80 (chapitre 3). Les trois chapitres suivants traitent des cadres financiers pluriannuels ultérieurs (chapitres 4à6). La partie 2 intitulée «Les caractéristiques du système financier actuel» présente à grands traits l assise juridique des finances communautaires (chapitre 7), le système de financement des dépenses de l Union (chapitre 8)et le dispositif adopté depuis 1988 pour se doter d un cadre financier pluriannuel (chapitre 9). La partie 3 intitulée «L établissement du budget général» décrit les principes généraux auxquels doit se conformer le budget communautaire (chapitre 10) et qui, avec le souci de l équilibre des prérogatives entre les institutions, sous-tendent le déroulement de la procédure budgétaire annuelle (chapitre 11). La partie 4 intitulée «La structure du budget communautaire» détaille les grands types de recettes et de dépenses de l Union européenne. Si le système definancement repose sur un panier de ressources simple (quatre principales catégories), son fonctionnement effectif se caractérise par une complexité technique certaine, tenant notamment aux dispositions qui ont été introduites pour corriger certains déséquilibres dans la position nette des États membres (chapitre 12). Quant aux dépenses, elles sont ici

14 12 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE présentées suivant les rubriques retenues par le cadre financier pluriannuel (chapitre 13). Une fois votés, les montants inscrits au budget doivent être dépensés de façon à la fois régulière et efficace. Les différents mécanismes qui assurent le respect de ces impératifs sont détaillés dans la partie 5 intitulée «Exécution et contrôle externe». Le chapitre 14 présente les règles qui président à l exécution du budget. Sont ensuite exposées les grandes lignes de la comptabilité de l Union (chapitre 15), puis les modalités ducontrôle interne ausein delacommission etdes contrôles externes exercés par la Cour des comptes et le Parlement européen sur la dépense communautaire (chapitre 16). Enfin, la partie 6intitulée «Opérations hors budget général» présente des mécanismes financiers auxiliaires: les opérations d emprunts etdeprêts (chapitre 17) et le Fonds européen de développement (chapitre 18). Cettequatrième éditioncomprenddeuxnouveauxchapitres (les chapitres 6 et 13 sur le cadre financier ). Plusieurs chapitres ont fait l objet d une révision approfondie par rapport aux éditions précédentes. Le chapitre 5enparticulier comporte uneanalyse desincidencesbudgétaires liées à l élargissement de La nouvelle décision (2007) relative aux ressources propres est abordée dans les chapitres 8 et 12. Le chapitre 15, sur les comptes consolidés, et le chapitre 16, sur le contrôle interne et externe, ont été presque entièrement réécrits.

15 Partie 1 LA FORMATION DUSYSTÈME FINANCIER DE LA COMMUNAUTÉ Chapitre 1 Laconstitution d un système financier original ( ) Chapitre 2 La crise des finances communautaires ( ) Chapitre 3 La réforme des finances communautaires: le paquet Delors I( ) Chapitre 4 La consolidation de la réforme de 1988: le paquet Delors II( ) Chapitre 5 Lastabilisation budgétaire dans la perspective de l élargissement de l Union européenne: le paquet Agenda 2000 ( ) Chapitre 6 Les défis politiques etles moyens budgétaires de l Union élargie: le cadre financier pluriannuel

16

17 Chapitre 1 La constitution d un système financier original ( ) Les vingt premières années du système financier communautaire ont été marquées par plusieurs évolutions importantes: le mouvement vers l unification des instruments budgétaires; le progrès vers l autonomie financière de la Communauté; le développement des politiques communes; la recherched un équilibreinterinstitutionnel dans l exercicedu pouvoir budgétaire; le premier élargissement des Communautés européennes. Ces évolutions sont examinées les unes après les autres. 1. Le mouvement vers l unification des instruments budgétaires Lacoexistencedeplusieurs budgetsséparéspourles politiques européennes résultedelacréation, en quelques années,delacommunautéeuropéenne du charbon et de l acier (CECA), de la Communauté économique européenne(cee)et de la Communauté européenne de l énergie atomique (CEEA).

18 16 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE 1 Le traité CECA de 1951 ( )établit un budget administratif et un budget opérationnel. En 1957, letraité CEE( 2 )établit un budget unique. Le traité CEEA (traité Euratom) de 1957 crée un budget administratif et un budget de recherche et d investissement. Par la suite, d importants efforts ont été réalisés pour unifier et simplifier les institutions européennes et, notamment, leurs budgets. Le traité de fusion des exécutifs de1965 intègre dans le budget CEE les budgets administratifs CECA etceea. Ce traité aremplacé les trois Conseils deministres (CEE, CECA etceea), les deux Commissions (CEE, CEEA) et la Haute Autorité (CECA) respectivement par un seul Conseil et une seule Commission. L institution d un budget opérationnel unique est venue compléter cette fusion administrative. Le traité de Luxembourg de 1970 intègre enfin le budget de recherche et d investissement CEEAdanslebudgetgénéral.Cetraitéremplacele système par lequel les Communautés recevaient des contributions des États membres en plus de leurs propres ressources. Il instaure également un budget unique pour les Communautés. L expiration du traité CECA en 2002 afavorisé lasimplification du budget des institutions communautaires. Entre 1970 et2002, deux budgets coexistaient: le budget général et le budget opérationnel de la CECA. Les règles du traité instituant la Communauté européenne s appliquent au commerce du charbon et de l acier depuis l expiration du traité CECA. Le protocole relatif aux conséquences financières de l expiration du traité CECA et au fonds de recherche du charbon et de l acier figure en annexe du traité de Nice (2001). Il prévoit le transfert ( 1 ) Letraité instituant lacommunauté européenne ducharbon et de l acier aété signé à Paris le 18 avril 1951 et est entré en vigueur le 24 juillet 1952, avec une période de validité limitée àcinquante ans. Le traité aexpiré le23juillet 2002 après avoir été modifié plusieurs fois. ( 2 ) Les «traités de Rome» ont été signés àrome enmars Le premier traité établissait la Communauté économique européenne(cee)etlesecondlacommunautéeuropéenne de l énergie atomique, plus connue sous le nom d Euratom. Ces deux traités entrèrent en vigueur le1 er janvier 1958.

19 LA CONSTITUTION D UN SYSTÈME FINANCIER ORIGINAL ( ) 17 de tous les éléments du patrimoine de la CECA à la Communauté européenne ainsi que l affectation de la valeur nette de ce patrimoine à la recherche dans les secteurs liés à l industrie du charbon et de l acier. 2. Le progrès vers l autonomie financière 2.1. La CECA L autonomie financière de la CECA fut acquise dès le traité de Paris de 1951.L article49dutraitédisposait:«la HauteAutorité esthabilitéeàse procurer les fonds nécessaires à l accomplissement de sa mission: en établissant des prélèvements sur la production de charbon et d acier; en contractant des emprunts.» D autres dispositions du traité CECA précisaient quelles dépenses pouvaient être réalisées avec les prélèvements. Le traité stipulait que les prélèvements devaient être assis annuellement sur les divers produits en fonction de leur valeur moyenne et que le taux y afférent ne devait pas «excéder 1%,sauf autorisation préalable du Conseil prise à la majorité des deux tiers». Le traité indiquait également: «Les conditions d assiette et de perception doivent être fixées, enévitant dans lamesure dupossible les taxations cumulatives, par une décision générale de la Haute Autorité prise après consultation du Conseil»( 1 ). Ainsi, la Haute Autorité disposait d une autonomie étendue pour les décisions concernant les prélèvements, dans les limites définies par le traité. Depuis le traité de fusion de 1965, le budget administratif CECA a été intégré dans le budget général. Seul le budget opérationnel était encore négocié séparément jusqu à ce que le traité expire en Toutefois, sur le plan pratique, cette exception a progressivement perdu de son importance avec le rendement décroissant des recettes du prélèvement. ( 1 ) Voir l article 50 du traité CECA.

20 18 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE 2.2. Le budget général De 1958 à 1970, le budget CEE et le budget CEEA (ainsi que, depuis 1965, le budget administratif CECA) ont été financés par un régime de contributions étatiques. Outre l obligation d équilibrer les budgets, le traité CEE a établi une «clé de répartition» applicable aux contributions financières des États membres (28 %pour l Allemagne, lafrance etl Italie, 7,9%pour la Belgique et les Pays-Bas, et 0,2%pour le Luxembourg),indépendamment de touteautre recette. Au même moment,une clé de répartitiondifférente a été appliquée pour financer le Fonds social européen (créé en 1957 par le traité de Rome et réformé ensuite en 1971). Ces clés de répartition ne pouvaient être modifiées qu à l unanimité. Le traité indiquait également que la Commission devait soumettre des propositions au Conseil pour remplacer les contributions des États membres par les ressources propres de la Communauté, «notamment par des recettes provenant du tarif douanier commun» ( 1 ). La décisiondu21avril 1970 ( 2 )aintroduit le systèmedes ressources propres pour le budget général à partir de 1971, avec le remplacement progressif «des contributionsfinancièresdes Étatsmembres pardes ressources propres aux Communautés». Ces ressources propres comprenaient: les droits dedouane, dont la perception communautaire aété progressivement mise en place entre 1971 et 1975; les prélèvements agricoles, perçus intégralement par la Communauté depuis 1971; les recettes basées sur lataxe sur la valeur ajoutée (TVA) (avec un prélèvementinitial plafonné à1%), la ressourcetva communautaire gagnant en importance au fur et à mesuredes progrès en matière d harmonisation de l assiette TVA (sixième directive de 1977 et neuvième directive de 1979). ( 1 ) Voir les articles 200, 201 et suivants du traité CEE (1957). ( 2 ) JOL94du , p. 19.

21 LA CONSTITUTION D UN SYSTÈME FINANCIER ORIGINAL ( ) 19 Jusqu à l introduction complètedecenouveau système, lesétatsmembres restaient tenus de verser les contributions financières nécessaires pour assurer l équilibre du budget des Communautés. L article 4 de la décision précisait néanmoins qu «à partir du 1 er janvier 1975, le budget des Communautés [était], sans préjudice des autres recettes, intégralement financé par des ressources propres aux Communautés». Cela impliquait notamment de fixer le taux applicable à la TVA «dans le cadre delaprocédure budgétaire», c est-à-dire annuellement etdonc avec un risque de modifications fréquentes. Dans le cas où le taux n aurait pas été adopté en début d exercice, la décision prévoyait également que le taux fixé antérieurement resterait applicable jusqu à l entrée en vigueur du nouveau taux. Cette décision sur les ressources propres, non modifiable sans l unanimité du Conseil, a ainsi créé un fondement stable pour le financement de l Union. Le budget généralnedépendait plus désormaisdes contributions des États membres, susceptibles demettre lacommunauté enétat de dépendance budgétaire et politique par rapport à ceux-ci. L applicationdes dispositions de la décisiondu21avril 1970 acommencé en 1971 et a été complète à partir de Sur la période , les États membres ont versé des contributions transitoires pour équilibrer le budget général, puis de minimes contributions résiduelles de 1979 à1981 et des avances remboursables et non remboursables exceptionnellement en 1984 et 1985 avantque l équilibragepar desressourcespropresbasées sur le produit national brut (PNB)/revenu national brut (RNB) ne soit introduit en 1988 (voir le chapitre 3). 3. Le développement des politiques communes Les premières grandes étapes ont été successivement: la création du Fonds européen d orientation et de garantie agricole (FEOGA) enavril 1962; la politique de la recherche, fondée initialement sur le traité Euratom (et donc limitée au début au domaine nucléaire), mais qui s est progressivement étendue à de nombreux autres domaines;

22 20 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE le renforcement en 1971 du Fonds social européen (FSE), créé par le traité de Rome; la création du Fonds européen dedéveloppement régional (FEDER) en mars Il est frappant de noter que les successeurs de ces programmes initiaux occupent toujours une place prépondérante dans le budget communautaire actuel. 4. La recherche d unéquilibre interinstitutionnel 4.1. Le budget CECA En vertu du traité de Paris de 1951,le pouvoir de décision budgétaire relevait exclusivement de la Haute Autorité, et un commissaire aux comptes était nommé aux fins de contrôler le budget. Le traité de Bruxelles de 1975 a ensuite attribué le pouvoir de contrôle budgétaire à la Cour des comptes Le budget général En vertu des traités de Rome de 1957, le pouvoir de décision budgétaire pour la CEE et la CEEAétait de la compétence exclusive du Conseil, seule autorité budgétaire. En pratique, les différentes étapes de la procédure budgétaire relevaient respectivement de la compétence des institutions suivantes: établissement de l avant-projet de budget: la Commission; arrêt du budget: le Conseil, sur avis consultatif du Parlement; exécution dubudget: la Commission; décharge: leconseil. Quant au pouvoir de contrôle, il était confié à un organe autonome: la commission de contrôle.

23 LA CONSTITUTION D UN SYSTÈME FINANCIER ORIGINAL ( ) 21 Le traité de Luxembourg de 1970 a apporté les modifications suivantes au pouvoir de décision budgétaire: l instauration de la distinction entre dépenses obligatoires (DO) et dépenses non obligatoires (DNO); le pouvoir d arrêter le budget était attribué au Parlement européen, mais sans aller jusqu à lui reconnaître un pouvoir de décision(«dernier mot») sur les dépenses non obligatoires; la décharge budgétaire relevait d une décision conjointe Conseil- Parlement. Le traité de Bruxelles de 1975 a marqué une étape supplémentaire et fixé les principales règles encore en vigueur actuellement( 1 ): le pouvoir de décision budgétaire est partagé entre le Conseil et le Parlement, qui constituent désormais les deux branches de l autorité budgétaire. Dans cenouveau cadre juridique, leparlement aledernier mot sur les DNO, peut rejeter le budget et octroie seul la décharge; le contrôle du budget est exercé par la Cour des comptes, qui a remplacé lacommission decontrôle depuis Le premier élargissement des Communautés européennes Le premier élargissement est intervenu le 1 er janvier 1973 lorsque trois nouveaux États membres, ledanemark, l Irlande etleroyaume-uni, ont rejoint les Communautés. La Norvège, qui avait pris part aux négociations d adhésion etmême signé le traité d adhésion ( 2 ), afinalement refusé d adhérer; ils agissait deson premier refus( 3 ). L élargissement a coïncidé avec la mise en œuvre progressive de la première décisionsur lesressourcespropresdontles dispositions s imposaientaussi ( 1 ) Lechapitre 7aborde les modifications susceptibles d être introduites par un traité révisé. ( 2 ) JOL73du ( 3 ) Lamême situation s est produite lors del élargissement de1995.

24 22 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE auxnouveauxétats membres.toutefois,ils n ontacquittélemontanttotal des versements dus qu à partir de 1978, après une montée en puissance progressive (45 %en 1973, 56 %en 1974, 67,5 %en 1976 et 92%en 1977). La correction en faveur du Royaume-Uni a été progressivement introduite à partir de 1976, après une première correction négociée en 1975 (voir le chapitre 2). Au cours de ces années, les paiements se composaient uniquement des ressources propres traditionnelles et des contributions financières versées par les États membres pour équilibrer le budget, plus quelques autres contributions spécifiques finançant certains programmes supplémentaires.laressource propre baséesur la TVAaété verséepourlapremière fois en 1979 comme décrit aupoint 2.2 ci-dessus.

25 Chapitre 2 La crise des finances communautaires ( ) L équilibre juridique, politique et institutionnel du régime financier de la Communauté, tel qu il s était réalisé au début des années 70, s est trouvé progressivement battu en brèche au cours de la décennie suivante. Cette période a en effet été marquée par des tensions de plus en plus vives parmi les États membres et entre institutions européennes qui ont progressivement engendré une situation de crise. Il en est résulté, entre 1980 et 1988, un fonctionnement extrêmement difficile du processus de décision budgétaire, marqué par de nombreux incidents: multiples recours contentieux devant la Cour de justice, présentés, alternativement ou parfois de façon croisée, par le Conseil, la Commission ou certains États membres; retards dans l adoption du budget; rejet du budget par le Parlement; recours à des expédients, comme des avances ou des contributions spécifiques pour permettre le financement des dépenses. C est ainsi que les budgets des années 1980, 1985, 1986 et 1988 n ont pu être arrêtés que bien après le début de l exercice concerné, rendant nécessaire le recours au régime des douzièmes provisoires pendant des périodes de cinq àsix mois. Trois types de difficultés ont été à l origine de cette situation: le climat conflictuel desrelations entreles institutions; la question desdéséquilibres budgétaires; l inadaptation desressourcesaux besoins croissants de la Communauté.

26 24 LES FINANCES PUBLIQUES DE L UNION EUROPÉENNE 1. Le climat conflictuel des relations entre les institutions Le dispositif institutionnel mis en place à partir de 1975 pour organiser le partage des compétences entre le Conseil et le Parlement s est avéré d une application difficile, principalement pour deux raisons: premièrement, certains des critères retenus ne sont pas définis de façon suffisamment précise, se prêtent àdes interprétations différentes oupermettent mal de s adapter aux évolutions du budget communautaire. C était le cas par exemple pour la distinction entre les dispositions relevant des dépenses obligatoires ou des dépenses non obligatoires. De surcroît, aucune procédure spécifique n est prévue pour surmonter les conflits éventuels moyennant des mécanismes de conciliation ou des solutions qui s imposeraient par défaut en l absence d accord. En outre, la légitimité et l influence accrues que le Parlement européen a tirées de sonélectionausuffrageuniverselenjuin1979(acte de Bruxelles de septembre 1976) ont introduit un facteur supplémentaire de tension politique dans ses relations avec leconseil. Un dialogue a néanmoins pu s instaurer entre les institutions concernées pour tenter de surmonter ces difficultés, aboutissant notamment à la «déclaration commune du Parlement européen, du Conseil et de la Commission du 30 juin 1982 relative à différentes mesures visant à assurer un meilleur déroulement de la procédure budgétaire» ( 1 ). Ces tentatives, qui constituaient une préfiguration du premier accord interinstitutionnel qui sera conclu en 1988 ( 2 ), se sont avérées toutefois encore assez précaires Les enjeux deladistinction entre dépenses obligatoires (DO) et dépenses non obligatoires (DNO) L article 272, paragraphe 4, du traité instituant la Communauté européenne (traité CE) définit comme obligatoires «les dépenses découlant obligatoirement du traité ou des actes arrêtés en vertu de celui-ci», les autres dépenses étant considérées a contrario comme non obligatoires. Une telle distinction peut s avérer utile, et se trouve effectivement retenue ( 1 ) JOC194 du , p. 1. ( 2 ) Voir lechapitre 3.

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

financier pluriannuel 2014-2020 budget 2014 de l UE

financier pluriannuel 2014-2020 budget 2014 de l UE Cadre financier pluriannuel 2014-2020 budget 2014 de l UE et Synthèse chiffrée Budget Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376 PROPOSITION Origine: Commission européenne En date du: 8 octobre 2008 Objet: Proposition de

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM DMED_PV(2010)1202_1 PROCÈS-VERBAL de la réunion du 2 décembre 2010

Plus en détail

PC en bref Comment s impliquer dans le 7 e programme-cadre de recherche de l Union européenne

PC en bref Comment s impliquer dans le 7 e programme-cadre de recherche de l Union européenne Recherche communautaire idées coopération personnes euratom capacités Le 7 e PC en bref Comment s impliquer dans le 7 e programme-cadre de recherche de l Union européenne Un guide de poche pour néophytes

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

Règlements Consolidés pour les Fonds structurels

Règlements Consolidés pour les Fonds structurels Documentation juridique FSE Règlements Consolidés pour les Fonds structurels Période de programmation 2007-2013 (CE) 1083/2006, (CE) 1081/2006, (CE) 1828/2006 DOCUMENTATION JURIDIQUE FSE REGLEMENTS CONSOLIDES

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Intervention économique novembre 2013 - JB

Intervention économique novembre 2013 - JB Il confirme les prévisions de croissance de 0,1 % et un déficit public de 4,1% du PIB en 2013, en baisse de 0,7 point de PIB par rapport à 2012, grâce à un effort structurel historique de 1,7 point de

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.9.2014 COM(2014) 560 final Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relative à la mobilisation du Fonds européen d ajustement à la mondialisation,

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

Guide de préparation au virement SEPA pour les PME

Guide de préparation au virement SEPA pour les PME Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Modernisation du système comptable de l UE

Modernisation du système comptable de l UE Modernisation du système comptable de l UE Une meilleure gestion de l information et une transparence accrue Votre guide du nouveau système d information financière de l UE COMMISSION EUROPÉENNE Une meilleure

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES COLLECTION RENCONTRES EUROPÉENNES UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES Éditeur : Catherine FLAESCH-MOUGIN 2 0 0 9 ISBN 978-2-8027-2696-8 D / 2009 / 0023 / 34 2009 Etablissements

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PROGRAMMATION DES DÉPENSES MILITAIRES n LC 174 Juillet 2007 - 3 - LA PROGRAMMATION DES DÉPENSES MILITAIRES Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE...

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

Compte rendu. Mercredi 8 juillet 2009 Séance de 9 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire

Compte rendu. Mercredi 8 juillet 2009 Séance de 9 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Mercredi 8 juillet 2009 Séance de 9 heures Compte rendu n 108 Examen de la proposition de résolution sur l avant-projet

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 Introduction En application de l ordonnance n 2009-866 du 15 juillet 2009 relative

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE

GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE (mis à jour en janvier 2015) Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle GENÈVE

Plus en détail

CONTRAT N. (Type d INSTRUMENT)

CONTRAT N. (Type d INSTRUMENT) The English version of the Decision C(2003)3834 adopted on 23 October 2003 modifying the model contract for FP6 adopted on 17 March 2003 and modifying the model contracts for human resources and mobility

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE NOTE D INFORMATION : Joëlle Garriaud-Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE A un mois et demi

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

1950 La Déclaration Schuman

1950 La Déclaration Schuman Chapitre 3 31 Du Marché commun à l Union monétaire En mai 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l Europe est en ruine. La crainte qu un tel drame ne se reproduise inspire aux hommes politiques

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance «Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance Présentation détaillée du plan «Action 2016» le mardi 13 décembre 2011 Perspectives financières : o Pertes opérationnelles

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle?

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle? Pratique d experts 9 Assemblées générales 2014 (sociétés cotées et sociétés non cotées) Toutes les nouveautés pour la préparation de vos assemblées générales : rapports à présenter, décisions à prendre,

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail