blog.degroof.be

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.degroof.be blog.degroof.be"

Transcription

1 12 Rapport annuel

2 La Banque Degroof est la première banque privée et d affaires indépendante de Belgique avec des performances reconnues dans tous les domaines où elle est active. Depuis plus de 140 ans, elle offre à ses clients privés et institutionnels ainsi qu aux entreprises une gamme complète de solutions sur mesure et de services intégrés: gestion de patrimoine, marchés financiers, corporate finance, credit & structured finance, constitution et administration de Sicav, activités immobilières et analyse financière. Présente dans sept pays, la Banque compte un millier de collaborateurs gestionnaires d avenirs.

3 Table des matières Rapport annuel 04 Message du conseil d administration 07 Chiffres clés 11 Faits marquants 15 Corporate governance 23 RAPPORT DE GESTION 33 Comptes consolidés 117 comptes sociaux 126 Adresses de Contact

4 Message du conseil d administration Dans un contexte économique marqué par de fortes incertitudes qui ont incité les investisseurs à la prudence, la Banque Degroof a réalisé des résultats satisfaisants. Le bénéfice net courant s établit à EUR 71,4 millions par rapport à EUR 60,4 millions l exercice précédent et le résultat net publié à EUR 55,5 millions. Le résultat global total s élève quant à lui à EUR 87,7 millions par rapport à EUR 45,5 millions en Le résultat global total est celui qui, tel que le recommandent les règles comptables IFRS, reflète le mieux le résultat économique de l exercice puisqu il inclut les variations de l ensemble des plus- ou moins-values latentes, que celles-ci soient, comptabilisées par le compte de résultats ou par les fonds propres. Les actifs en gestion s élèvent à EUR 26,2 milliards en fin d exercice par rapport à EUR 24,2 milliards l exercice précédent, soit une progression de 8,4 %. Les revenus de la Banque sont en hausse par rapport à l exercice précédent, grâce notamment à l activité de transformation qui a su tirer parti de la baisse des taux et des spreads de crédit sur risques souverains tout en maintenant un stricte contrôle des risques. Les revenus de l activité de gestion de patrimoines privés et institutionnels sont, quant à eux, plus faibles en raison d une allocation d actifs plus prudente. Les autres activités de la Banque que sont le corporate finance, le crédit, l administration de fonds et la vente conseil aux institutionnels sont toutes en progression. La Banque disposait au 30 septembre 2012 de fonds propres comptables de EUR 573,9 millions après dividende relatif à l exercice et affichait un ratio CRD (après dividende) de 15,66 % et un ratio Tier 1 de 12,62 % largement supérieur aux exigences réglementaires. 04 Rapport annuel 2012

5 Le début de l exercice reste marqué par un environnement incertain quoique sensiblement meilleur que l exercice précédent en raison de la dissipation, sans encore parler de résolution, de certaines incertitudes. Les taux d intérêt devraient rester faibles, ce qui impactera négativement nos revenus de transformation alors qu une meilleure tenue des marchés si elle se confirme, et les efforts commerciaux devraient permettre une progression de nos actifs en gestion et dès lors de la rentabilité de l activité de gestion de patrimoine. Nous espérons voir se concrétiser début 2013 nos projets de fusion de Degroof Banque Privée en Suisse avec Landolt & Cie, banque privée créée en 1780, et de rapprochement de Banque Degroof France et d Aforge au sein d une seule entité, Compagnie Financière Degroof. Nous tenons cette année encore à remercier nos clients de leur fidélité et de la confiance qu ils nous accordent, et nos collaborateurs pour leur professionnalisme et leur motivation à œuvrer dans l intérêt de la clientèle et de l institution. Regnier Haegelsteen Président du comité de direction Alain Siaens Président du conseil d administration Banque Degroof 05

6

7 Chiffres clés

8 (en millions EUR) Répartition des produits d exploitation Gestion d actifs 180,1 197,4 181,2 Corporate Finance et Credit & Structured Finance 37,3 34,1 32,6 Marchés financiers 71,6 24,0 37,2 Return normalisé du portefeuille 15,5 23,2 18,9 d actions pour compte propre Total 304,5 278,7 269,9 Organismes de placements collectifs gérés (en milliards EUR) , , ,6 (en milliards EUR) Actifs sous gestion Clientèle privée 20,0 18,3 19,1 Clientèle institutionnelle 3,8 3,6 3,6 Tiers détenteurs de Sicav 2,4 2,2 2,1 Total 26,2 24,2 24,8 Chiffres clés consolidés IFRS Part du groupe Bénéfice publié Provisions et résultats exceptionnels Amortissements des fonds de commerce Réévaluation économique sur positions de taux (14.566) Rendement comptable du portefeuille Holding 3 (5.387) (4.915) (14.029) Bénéfice net courant Rendement normalisé du portefeuille Holding Bénéfice net normalisé Nombre d actions Nombre d actions ajusté pour jouissance Bénéfice net normalisé par action (en EUR) 10,83 10,43 10,45 Dividende brut par action 5 (en EUR) 5,50 5,25 5,25 ROE normalisé 6 (en %) 15,51 15,38 15,91 Ratio CRD (en %) 15,66 15,57 16,39 Cost income ratio 7 (en %) 71,13 63,42 67, % des capitaux gérés par les sociétés du groupe. 2 Réévaluation nette (non actée en comptabilité) relative aux composantes bilantaires de trésorerie faisant l objet d une couverture globale. 3 Ce montant correspond à la somme des résultats comptables IFRS du portefeuille-titres Holding groupe en actions et autres valeurs mobilières à revenu variable, après avoir retranché le coût administratif de gestion du portefeuille concerné. 4 Pour les exercices 2010 et 2011, le rendement normalisé du portefeuille-titres Holding correspond à 8,5 % de la valeur estimée en moyenne annuelle de ce portefeuille. Pour l exercice 2012, ce taux est réduit à 6 %. 5 Dividende au : sous réserve de l approbation de l assemblée générale des actionnaires au Rapport annuel 2012

9 millions EUR Produit net EUR 307,4 millions (+7 %) milliards EUR 7 Actifs sous gestion 1 EUR 26,2 milliards (+8,4 %) millions EUR Bénéfice net courant 8 EUR 71,4 millions (+18,2 %) milliards EUR Actifs en dépôt à découvert EUR 49,9 milliards (+15 %) millions EUR Bénéfice net normalisé 8 EUR 86,9 millions (+3,9 %) personnes Effectif personnes (+4,9 %) Structure du capital 1. Déclaration d agissement de concert Guimard Finance SA, Cobepa SA, CLdN Finance SA et familles Philippson, Siaens, Schockert et Haegelsteen Avant exercice stock option (en %) Après exercice stock option 64,94 64,24 2. Management & personnel Autres que rubrique 1 9,29 10,28 Total des rubriques 1 et 2 74,23 74,52 3. Partenaires financiers Parmafin NV (famille Theo Maes) 3,51 3,47 Marinvest SA (famille Luc Waucquez) 3,16 3,13 Levifin SA 4,45 4,40 Autres 9,29 9,18 Total de la rubrique 3 20,41 20,18 4. Autocontrôle 5,36 5,30 Total des rubriques 1, 2, 3 et 4 100,00 100,00 Nombre total d actions Bénéfice net normalisé groupe divisé par les fonds propres comptables (y compris les réserves AFS) en moyenne annuelle. 7 Cost income ratio calculé sur base d un produit net normalisé, c est-à-dire incluant le return normalisé du portefeuille Holding. Le cost income ratio calculé sur base du résultat comptable du portefeuille Holding est de 68,88 % en 2010, de 67,27 % en 2011 et de 73,29 % en L estimation du bénéfice net courant et du bénéfice net normalisé prend en compte pour la première fois une normalisation du risque de crédit avec effet rétroactif sur les exercices comparatifs 2011 et Banque Degroof 09

10

11 Faits marquants

12 Faits marquants gestion institutionnelle GESTION DE PATRIMOINE POUR LES CLIENTS PRIVÉS Excellentes performances de gestion qui ont permis à un portefeuille de risque medium de progresser de l ordre de 12 %. Introduction d une part de gestion asymétrique et de tiers dans les portefeuilles les plus défensifs afin de mieux maîtriser leur risque à la baisse. Collecte de nouveaux capitaux qui a largement compensé la consommation et l attrait pour l immobilier. Propositions d investissements dans du non-coté (obligations privées, immobilier, etc.) pour les portefeuilles qui peuvent se permettre ce type de risque. GESTION DE SICAV Création de Degroof Global Isis Medium Low qui vient compléter la gamme des fonds patrimoniaux Isis qui se décline désormais en deux compartiments défensifs (Isis Low et Isis Medium Low) et deux compartiments de croissance (Isis Medium et Isis High). Collecte de nouveaux capitaux dans la gamme obligataire qui a enregistré d excellentes performances. Regain d intérêt pour les fonds indexés à la faveur des bonnes performances boursières. Solides performances de gestion en 2012, particulièrement en ce qui concerne la gestion obligataire. Progression importante des actifs sous gestion et de l activité de risk management. Forte croissance de l activité de mise à disposition des services de société de gestion pour des promoteurs, gestionnaires ou conseillers tiers. évolutions réglementaires qui devraient favoriser le développement de l activité de risk management. CONSTITUTION ET ADMINISTRATION DE SICAV EUR 21,9 milliards d actifs sous administration au 30 septembre 2012, en progression de 15,80 %. Nombre de compartiments administrés en hausse de 8,96 %. Poursuite du développement en Asie. Clientèle présente dans 12 pays. DEGROOF CORPORATE FINANCE Rythme d activité soutenu avec 46 missions clôturées avec succès. Excellent niveau d activité en placements privés (essentiellement obligataires et immobiliers). Missions d études et conseils à un niveau comparable à celui des années antérieures. Tassement en M&A et en opérations primaires sur le marché des actions. Perspectives encourageantes. 12 Rapport annuel 2012

13 CREDIT & STRUCTURED FINANCE Stabilité du portefeuille de crédit grâce à l activité de crédits patrimoniaux. Contrôle rigoureux de la qualité du portefeuille de crédit, aussi bien en termes de suivi que de l octroi de nouveaux crédits. Levée de EUR 6 millions supplémentaires par le Green Fund II qui a procédé à son premier investissement. Importante plus-value réalisée par le Green Fund I à l occasion de la cession de sa participation dans le parc éolien de Ciney. MARCHÉS FINANCIERS Accélération du développement institutionnel en France et en Suisse. Participation à un nombre record de placements privés et d émissions obligataires. Sole-manager de l émission obligataire d ORES pour EUR 350 millions. Progression de notre activité institutionnelle en Belgique. Multiplicité des missions de conseil en Asset Liability Management (ALM) pour nos clients institutionnels dans le cadre de Solvency II. ACTIVITÉS IMMOBILIÈRES 11 missions très diverses réalisées avec succès. Lancement du certificat immobilier «Bassem» pour financer la construction d une résidence services de 108 appartements pour un montant de EUR 41 millions. Plusieurs missions en cours et perspectives encourageantes pour l exercice analyse financière 10 années d existence pour ESN (European Securities Network) dont la Banque Degroof est membre fondateur. Participation accrue à des séminaires et des roadshows de sociétés et d analystes à Londres, Francfort, Genève et Paris. Extension de la couverture de valeurs immobilières à la France et aux Pays-Bas. Présence renforcée des analystes financiers dans les medias et au sein de plusieurs organisations (CFA, ABAF, Vlerick School, UCL, Ichec). RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE DE L ENTREPRISE Création de la Pulse Foundation à l initiative de la Bank Degroof Foundation afin de promouvoir l entrepreneuriat et la création d emplois en Belgique. Structuration de l action philanthropique de l ensemble des membres d une grande famille européenne par le service de conseil en philanthropie. Création de «Generation Next» par la Bank Degroof Foundation: une communauté de 35 mécènes actifs dans l enseignement. Développement de partenariats en impact investing pour renforcer l offre aux clients de la Banque. organisation de deux forums de la philanthropie classic et d un forum pour les jeunes générations. Banque Degroof 13

14

15 Corporate governance

16 Corporate governance COMPOSITION DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de la Banque Degroof regroupe les administrateurs membres du comité de direction et les administrateurs non exécutifs. La composition du conseil d administration est déterminée sur base des règles suivantes: la composition d ensemble du conseil doit lui permettre de fonctionner de façon effective et efficace, dans l intérêt social; elle doit être basée sur une nécessaire diversité et une complémentarité d expériences et de compétences; les administrateurs chargés de fonctions de contrôle répondent par ailleurs individuellement à certaines exigences d expertise et d expérience financière contrôlées par la Banque nationale de Belgique; aucun groupe d administrateurs ou membre individuel ne peut dominer la prise de décision par le conseil; les administrateurs non exécutifs sont majoritaires; une personne morale nommée administrateur non exécutif désigne une personne physique en qualité de représentant permanent, chargée de l exercice du mandat au nom et pour compte de l administrateur personne morale. Ce représentant permanent ne peut être simultanément administrateur exécutif de la Banque. Le comité de nomination et de rémunération a pour mission de formuler périodiquement, et notamment lors des renouvellements de mandats, des recommandations au conseil d administration concernant la taille et la composition du conseil. Dans ses recommandations à l assemblée générale des actionnaires en vue de la nomination d administrateurs, le comité de nomination et de rémunération sera notamment attentif au respect des principes suivants: le comité de direction ne peut être majoritaire au conseil; le président du conseil d administration n exerce aucune fonction active dans le groupe; le conseil veille à garder à côté des administrateurs représentants d actionnaires suffisamment d administrateurs indépendants. Au cours de l exercice, les changements suivants sont intervenus dans la composition du conseil d administration et du comité de direction: L assemblée générale ordinaire du 27 février 2012 a nommé Monsieur Jacques-Martin Philippson et Monsieur Etienne de Callataÿ à la fonction d administrateur de la société. Le conseil d administration a par ailleurs décidé de nommer Monsieur Etienne de Callataÿ administrateur délégué membre du comité de direction. La même assemblée a renouvelé les mandats suivants: pour un terme de trois années, les mandats de Messieurs Alain Philippson et Alain Siaens; pour un terme d un an, le mandat de Monsieur Jean-Pierre de Buck van Overstraeten. 16 Rapport annuel 2012

17 et confirmé la nomination de la SPRL Christian Jacobs jusqu à l issue de l assemblée générale de l an Au 30 septembre 2012, le conseil d administration est composé comme suit: Échéance du mandat Président du conseil d administration 1 Alain Siaens 2 02/2015 Président du comité de direction - administrateur délégué Regnier Haegelsteen 2 02/2013 Administrateurs membres du comité de direction - administrateurs délégués Alain Schockert 2 02/2013 Pierre Paul De Schrevel 02/2013 Patrick Keusters 02/2013 Gautier Bataille de Longprey 02/2013 Jan Longeval 02/2013 Etienne de Callataÿ 02/2016 Administrateurs Baron Philippson 2 Administrateur de sociétés 02/2015 Damien Bachelot Administrateur de sociétés 02/2015 SPRL Christian Jacobs 3 (représentant Administrateur de sociétés 02/2015 permanent: Christian Jacobs) Theo Maes Administrateur de sociétés 02/2013 Luc Missorten 3 Administrateur de sociétés Corelio SA 02/2015 SA W. Invest (représentant Administrateur de sociétés Floridienne SA 02/2013 permanent: Gaëtan Waucquez) Jean-Pierre de Buck van Overstraeten Administrateur de sociétés 02/2013 Jean-Marie Laurent Josi Administrateur de sociétés Cobepa SA 2 02/2013 Frank van Bellingen Administrateur de sociétés CLdN Finance SA 2 02/2015 Jacques-Martin Philippson Administrateur de sociétés 02/2016 Le conseil d administration considère comme personnalités indépendantes ceux de ses membres qui répondent aux critères mentionnés à l article 526ter du Code des Sociétés. Il y a lieu de considérer comme 1 Depuis le 1 er octobre 2012, le Baron Philippson a remplacé Monsieur Alain Siaens à la présidence du conseil d administration. 2 Administrateurs et sociétés ayant déclaré un agissement de concert. 3 Administrateurs indépendants.» Banque Degroof 17

18 administrateurs indépendants, les personnes suivantes: Messieurs Luc Missorten et Christian Jacobs. Après avis du comité de nomination et de rémunération, le conseil d administration a décidé de proposer à l assemblée générale ordinaire du 25 février 2013 le renouvellement des mandats suivants: Échéance du mandat Regnier Haegelsteen 02/2016 Alain Schockert 02/2016 Pierre Paul De Schrevel 02/2016 Patrick Keusters 02/2016 Gautier Bataille de Longprey 02/2016 Jan Longeval 02/2016 SA W.Invest 02/2016 Jean-Pierre de Buck van Overstraeten 02/2016 Jean-Marie Laurent Josi 02/2016 Il sera également proposé à cette assemblée générale de nommer à la fonction d administrateur indépendant, pour un terme de six années, Madame Marina Maes. Enfin sur proposition du comité d audit, le conseil d administration proposera également le renouvellement du mandat du cabinet de révision Klynveld Peat Marwick Goerdeler comme commissaire pour un terme de trois années. Conformément aux dispositions légales applicables, ces propositions sont préalablement soumises à l approbation de la Banque nationale de Belgique. FONCTIONNEMENT Le conseil d administration est responsable de la définition de la stratégie et de la DU CONSEIL politique générale. D ADMINISTRATION Il veille à sa mise en œuvre par le comité de direction et détermine, sur base des propositions du comité de direction, les moyens nécessaires à cette fin. Il détermine la compétence et la composition du comité de direction et contrôle son action. Il veille à la mise en œuvre des moyens adéquats en vue d assurer la pérennité de l entreprise. Il délibère sur tous les sujets et matières relevant de sa compétence, dont notamment l arrêté des comptes annuels et des rapports de gestion ainsi que la convocation aux assemblées générales. Il reçoit lors de chaque réunion trimestrielle l information adéquate sur l évolution de la marche des affaires et les chiffres clés, tant pour la société elle-même que pour ses principales filiales. Il reçoit également le budget annuel. Le conseil d administration se réunit au minimum quatre fois par an. Il s est réuni cinq fois au cours de l exercice Le conseil d administration a examiné à la fin de chaque trimestre les résultats réalisés par le groupe. Il s est également prononcé sur les points suivants: une réflexion stratégique globale; les filiales en France, Espagne et Suisse: mise en œuvre progressive des modifications organisationnelles; une analyse du profil de risque de la Banque; un stock option plan sur actions existantes. 18 Rapport annuel 2012

19 Le conseil d administration ne délibère valablement que si la moitié au moins de ses membres est présente ou représentée. Chaque administrateur ne peut représenter plus de deux de ses collègues. Les résolutions sont prises à la majorité simple des voix. En cas de partage, la proposition est rejetée. Le total des rémunérations attribuées aux membres du conseil d administration figure à l annexe aux comptes sociaux (point XXIX, sous-rubrique A4). La version intégrale des comptes sociaux est disponible au siège de la société. GESTION JOURNALIèRE DU GROUPE COMITé DE DIRECTION Le conseil d administration a, conformément à l article 17 de ses statuts, constitué en son sein un comité de direction. Le comité de direction est compétent pour la gestion des activités de l établissement de crédit dans le cadre de la politique générale définie par le conseil d administration. à cet effet, le comité de direction est investi par le conseil d administration des pouvoirs de décision et des pouvoirs de représentation de la société dans ses relations avec le personnel, la clientèle, les autres établissements de crédit, l environnement économique et social et les autorités ainsi que des pouvoirs de décision quant à la représentation de la société auprès de ses filiales et auprès des sociétés dans le capital desquelles elle est intéressée. La composition du comité de direction est déterminée sur base des principes suivants: la prise en compte des critères moraux, déontologiques et éthiques applicables au sein du groupe; l adéquation de la pyramide d âge entre les membres du comité de direction; l évolution des besoins et l adéquation de la répartition des compétences entre les membres du comité de direction aux fins d assurer un équilibre entre les besoins commerciaux, organisationnels et de maîtrise des risques. Le comité de direction se réunit en principe quatre fois par mois. Il s est réuni 47 fois au cours de l exercice écoulé. COMITéS CRééS PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION Comité d audit Le comité d audit assiste le conseil d administration dans sa fonction de surveillance et plus spécifiquement dans les matières relatives: aux informations financières destinées aux actionnaires et aux tiers; au processus d audit; au fonctionnement du contrôle interne et à la maîtrise des risques encourus par la Banque. Membres au 30 septembre 2012 Christian Jacobs (président) Baron Philippson 1 Jean-Marie Laurent Josi Frank van Bellingen Tous sont administrateurs non-membres du comité de direction. Monsieur Christian Jacobs siège au conseil comme administrateur indépendant. Il répond à l ensemble des critères fixés par l article 526ter du Code des Sociétés. 1 Depuis le 1 er octobre 2012, Monsieur Alain Siaens a remplacé le Baron Philippson comme membre du comité d audit.» Banque Degroof 19

20 Le responsable de l audit groupe et le président du comité de direction, administrateur responsable de l audit, de même que les responsables du risk management et de l audit interne de Banque Degroof Luxembourg SA y sont invités sans en être membres. Le commissaire de la société participe aux réunions qui ont trait à l examen des comptes semestriels et annuels. Le comité d audit s est réuni cinq fois au cours de l exercice. Il a systématiquement fait rapport au conseil d administration de ses activités. Celles-ci ont porté principalement sur l examen des rapports d activité de l audit groupe, de l audit de Banque Degroof Luxembourg SA, de Banque Degroof France SA et de PrivatBank Degroof SAU, la planification des travaux d audit et l examen des situations semestrielles et comptes annuels. Le comité d audit a porté une attention particulière au suivi réalisé par le risk management. Le comité a pris connaissance des rapports d activités du compliance officer et de l inspection, du tableau des performances des fonds, du rapport d évaluation du comité de direction sur le contrôle interne et du suivi de la mise en œuvre des recommandations de l audit groupe. Le comité d audit s est par ailleurs penché sur les missions d inspection initiées par les autorités de contrôle en Belgique et à l étranger, l activité de crédit dans les filiales et sur les critères de sélection utilisés pour le stock picking au sein du groupe. Une séance particulière a également été consacrée à la fenêtre de liquidité Comité de nomination et de rémunération Le comité de nomination et de rémunération est consulté sur les questions relatives: à la politique de rémunération générale; à l enveloppe globale de rémunérations variables; à la rémunération des administrateurs membres du comité de direction; aux plans d intéressement des membres du personnel de la Banque; à la composition et à la taille du conseil d administration et du comité de direction; à la définition du profil des membres du conseil d administration et du comité de direction, et au processus de sélection; aux propositions de nomination et de réélection des administrateurs et membres du comité de direction; au processus de nomination et de réélection. Membres Baron Philippson (président) Alain Siaens Theo Maes Gaëtan Waucquez (représentant permanent de la SA W. Invest) Christian Jacobs (représentant permanent de la SPRL Christian Jacobs) Tous sont administrateurs non-membres du comité de direction. Monsieur Christian Jacobs siège au conseil comme administrateur indépendant. Il répond à l ensemble des critères fixés par l article 526ter du Code des Sociétés. Le président du comité de direction est invité aux réunions du comité de nomination et de rémunération sans en être membre, sauf pour les délibérations relatives à sa rémunération. 20 Rapport annuel 2012

21 Le comité de nomination et de rémunération s est réuni une fois au cours de l exercice écoulé. Au cours de cette réunion, il a examiné les points suivants: la politique de rémunération générale de la Banque; la nomination de nouveaux administrateurs; le renouvellement de mandats d administrateur; l enveloppe des rémunérations variables; la part variable attribuée aux membres du comité de direction; l octroi de stock options. COMITéS DéPENDANT DU COMITé DE DIRECTION POLITIQUE D AFFECTATION DES RéSULTATS Des comités spécifiques assistent le comité de direction dans les matières relatives aux sujets suivants: gestion quotidienne de la société mère Banque Degroof SA; politique des ressources humaines; gestion du portefeuille propre en actions; définition de la stratégie en gestion d actifs; engagements vis-à-vis des contreparties bancaires; crédits et engagements vis-à-vis de la clientèle; gestion des échéances des actifs et passifs du bilan (assets & liabilities management); mise en œuvre de la politique de gestion des risques au sein des filiales; coordination de la fonction compliance. Le dividende est déterminé en fonction de l évolution du bénéfice net consolidé, du report à nouveau et de la stratégie du groupe. MÉMORANDUM DE GOUVERNANCE La Banque Degroof a élaboré un mémorandum de gouvernance évaluant les caractéristiques de base de sa structure de gestion relatif: à l honorabilité et la santé financière des actionnaires significatifs; à une structure de gestion transparente favorisant une gestion saine et prudente; à la détermination des compétences et responsabilités de chaque segment de l organisation; au caractère collégial de la direction effective; aux fonctions de contrôle indépendantes; au profil adéquat et aux qualités de ses dirigeants; à la politique de rémunération de ses dirigeants; à la détermination des objectifs stratégiques et valeurs que s assigne la Banque; à la bonne connaissance de la structure opérationnelle et des activités par la direction; à la communication adéquate sur la gestion et le contrôle avec les différentes parties concernées. Cette information est transmise à la Banque nationale de Belgique et est périodiquement actualisée. Banque Degroof 21

22

23 RAPPORT DE GESTION

24 Rapport de gestion Les comptes consolidés sont établis conformément aux normes IFRS. 1. COMMENTAIRES SUR LES COMPTES Pour l exercice écoulé, la Banque Degroof SA a enregistré un bénéfice net social de EUR Le bénéfice net consolidé (part du groupe) s élève à EUR par rapport à EUR pour l exercice précédent. Le résultat global total consolidé (part du groupe) incluant en sus les variations annuelles des réserves AFS s établit à EUR contre EUR un an plus tôt. Lors de l exercice écoulé, la marge nette d intérêts, toutes activités confondues, a continué à bien progresser par rapport aux résultats affichés à la clôture de l exercice précédent, malgré un ralentissement au cours du dernier trimestre suite à la baisse accentuée des taux. Sur l ensemble de l exercice 2012, les résultats comptables de réévaluation et de réalisation des instruments financiers FVO dans le cadre de l activité de transformation de taux se sont améliorés par comparaison à ceux de l exercice 2011; et nonobstant la forte dégradation des conditions de marché au cours du premier trimestre de l exercice 2012, l évolution globale des spreads de crédits (relatifs aux risques souverains) de la période sous revue a contribué favorablement au résultat final des activités de trésorerie. Pour mieux appréhender l évolution progressive des composantes bilantaires en matière de gestion ALM, l ensemble des futures de couverture de l activité macro-hedge de trésorerie a été progressivement clôturé au cours du premier trimestre de l exercice 2012, avec un impact limité sur le compte de résultats. à la clôture de l exercice, les réévaluations Mark To Market non comptabilisées des postes bilantaires concernés présentent une très forte croissance suite au glissement graduel de la courbe des taux vers le bas. En ce qui concerne les résultats des autres activités de «Marchés», ceux concernant le desk obligations ont bien progressé par rapport à l an dernier; quant au desk actions, le faible résultat de l exercice reflète l arrêt des principales activités d arbitrage à Bruxelles depuis le début de l exercice. Par ailleurs, suite aux conditions de marché moins attractives, le chiffre d affaires de l intermédiation en produits structurés est en retrait par rapport à Au niveau des marges générées par le desk change, celles-ci représentent toujours une part importante dans les résultats d ensemble des activités de «Marchés» en Le revenu net comptable des commissions de l exercice clôturé est en retrait global de l ordre de 8 % (à périmètre constant) par rapport à l exercice précédent. La contraction des résultats concernés porte principalement sur les commissions relatives aux activités OPC dans le groupe, ainsi que sur les cour- 24 Rapport annuel 2012

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2015 S O M M A I R E 1. ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER... 4 2. RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITES... 5 2.1 FAITS MARQUANTS... 5 2.2 COMMENTAIRES SUR L ACTIVITÉ

Plus en détail

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable Communiqué Rabat, le 22 février 2008 Résultats consolidés au 31 décembre 2007 Forte hausse des résultats consolidés en 2007 o Chiffre d affaires : +21,7% o Résultat opérationnel : +21,8% o Résultat net

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales Présentation des RÉSULTATS ANNUELS 2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales 26 février 2014 32 Hoche - Paris Table des matières GROUPE BOUYGUES...2 Bilan consolidé...2 Compte de résultat consolidé...3

Plus en détail

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit 6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2008 89 Dettes envers la clientèle 6.8. Actifs financiers détenus jusqu

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Communiqué de presse 6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Le Groupe Crédit Coopératif a connu en 2014 une activité commerciale de bon niveau qui a permis d obtenir

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action COMMUNIQUE DE PRESSE OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action Un premier semestre riche de trois nouveaux investissements conclu le 31 juillet par

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 2) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 14 AVRIL 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 2) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 14 AVRIL 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément n 2 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Résumé du rapport annuel

Résumé du rapport annuel 09 Résumé du rapport annuel chiffres clés millions EUR 400 300 200 100 125 100 75 50 25 millions EUR 150 120 90 60 30 millions EUR PRODUIT NET EUR 250,4 millions (-21,6 %) BÉNÉFICE NET COURANT 1 EUR 66,1

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Exposé sommaire sur la situation de la Société au cours du 1 er semestre 2015 et de l exercice 2014 Comptes consolidés au 30 juin 2015 (Comptes arrêtés

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile - Maintien de l EBITDA à 200,2 millions d euros (199,6 millions d euros) - Résultat net part

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2013. IMMOBEL annonce un résultat en léger bénéfice, malgré le report début 2014 de la vente du projet Belair 1

RESULTATS ANNUELS 2013. IMMOBEL annonce un résultat en léger bénéfice, malgré le report début 2014 de la vente du projet Belair 1 Bruxelles, 27 mars 2014 17h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE RESULTATS ANNUELS 2013 IMMOBEL annonce un résultat en léger bénéfice, malgré le report début 2014 de la vente du projet Belair

Plus en détail

Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007

Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Rudolf Alves Responsable Vie collective Chère lectrice, cher lecteur,

Plus en détail

UN EXERCICE 2009 FORTEMENT AFFECTE PAR LA CRISE. Reprise progressive des niveaux d activité à partir du second semestre 2009

UN EXERCICE 2009 FORTEMENT AFFECTE PAR LA CRISE. Reprise progressive des niveaux d activité à partir du second semestre 2009 UN EXERCICE 2009 FORTEMENT AFFECTE PAR LA CRISE Reprise progressive des niveaux d activité à partir du second semestre 2009 Grenoble, France et Durham, Caroline du Nord, 26 mars 2010 MEMSCAP (NYSE Euronext:

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 S O M M A I R E ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 3 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR L INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE 2009 4

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

2013 : UN VIRAGE STRATEGIQUE REUSSI. - Chiffre d affaires annuel supérieur aux objectifs : 71,9 M, + 2,7% vs. 2012

2013 : UN VIRAGE STRATEGIQUE REUSSI. - Chiffre d affaires annuel supérieur aux objectifs : 71,9 M, + 2,7% vs. 2012 : UN VIRAGE STRATEGIQUE REUSSI - Chiffre d affaires annuel supérieur aux objectifs : 71,9 M, + 2,7% vs. - Maintien du taux de marge brute à un niveau élevé : 57,5% - Amélioration sensible du résultat opérationnel

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ANNONCE DES RÉSULTATS 2014 INFORMATION RÉGLEMENTÉE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ANNONCE DES RÉSULTATS 2014 INFORMATION RÉGLEMENTÉE COMMUNIQUÉ DE PRESSE INFORMATION RÉGLEMENTÉE COMMUNIQUÉ DE PRESSE: SIOEN INDUSTRIES - 27/02/2015 AVANT OUVERTURE DE LA BOURSE CONTENU 1. Synthèse de l état consolidé du résultat total 4 2. Commentaire

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

+2% -3,4% +2,6% -0,9% chiffres clés +0,5% produit net bancaire consolidé 39,9 39,1 50,2 48,5 22,4 21,8 3,2 3,1. Dépôts de la clientèle* (en mmdh)

+2% -3,4% +2,6% -0,9% chiffres clés +0,5% produit net bancaire consolidé 39,9 39,1 50,2 48,5 22,4 21,8 3,2 3,1. Dépôts de la clientèle* (en mmdh) S ENGAGER À VOS CÔTÉS Chiffres clés www.bmci.ma chiffres clés AU 31 décembre En dépit d une conjoncture économique peu porteuse, le Groupe BMCI marque une bonne résistance de ses activités opérationnelles,

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT COMMUNIQUE FINANCIER DE SALAFIN : RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat Net de 92 MDH - Maintien du niveau de rentabilité de 15% Progression des crédits distribués dans un marché en retrait. Poursuite de la

Plus en détail

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 La publie ci-dessous les états réglementaires concernant l adéquation des fonds propres selon

Plus en détail

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES 2. Les comptes 2009 du régime de retraite des agents titulaires de la Banque de France établis conformément aux dispositions des articles L.114-5 et suivants du Code de la sécurité sociale Banque de France

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Résultats Annuels 2008*

Résultats Annuels 2008* Paris, le 5 mars 2009, 21h45 Résultats Annuels 2008* Hausse de 16% des loyers Progression du résultat courant de 3,4% (à périmètre constant) Croissance de 34% du cash-flow opérationnel Augmentation de

Plus en détail

Une banque engagée et responsable

Une banque engagée et responsable Une banque engagée et responsable Chiffres clés juin 2014 www.bmci.ma C hiffres clés au 30 juin 2014 Un résultat avant impôt du premier semestre 2014 en progression par rapport au second semestre 2013

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

ETATS FINANCIERS 2014

ETATS FINANCIERS 2014 ETATS FINANCIERS 2014 IN ASPIRATION WE TRUST. IN TOMORROW. WE TRUST. IN EXPERTISE. WE TRUST. Member of Trust Group www.trustgroup.net TRUST BANK ALGERIA Etats Financiers 2014 Bilan au 31 12 2014 Annexe

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JUILLET 2014 Résultats semestriels 2014 PARIS, le 30 JUILLET 2014 - Le Directoire de Foncière de Paris s est réuni le 30 juillet 2014 et a arrêté les comptes semestriels de la société

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux 4/ ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux / 4.3 États financiers sociaux 4.3.1 BILAN Actif (en euros) Actif Immobilisé Immobilisations incorporelles 5 209 299 Participations dans entreprises liées

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15 Table des matières Préface 3 Avant-propos 5 Cadre général du droit comptable en Belgique 15 1. Le professionnel comptable et fiscal, le réviseur d entreprises : intervenants privilégiés de la société à

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

RESULTATS SEMESTRIELS 2015

RESULTATS SEMESTRIELS 2015 Communiqué de presse Paris, le 23 juillet 2015 RESULTATS SEMESTRIELS 2015 Activité immobilière soutenue et renforcement de la structure financière Rotation sélective du portefeuille et livraison des premières

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs les actionnaires, En application des dispositions de l article L. 225-37, alinéa 6, du Code de commerce,

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DES ETABLISSEMENTS DELHAIZE FRERES ET CIE LE LION (GROUPE DELHAIZE) SUR L EXERCICE 2003

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DES ETABLISSEMENTS DELHAIZE FRERES ET CIE LE LION (GROUPE DELHAIZE) SUR L EXERCICE 2003 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DES ETABLISSEMENTS DELHAIZE FRERES ET CIE LE LION (GROUPE DELHAIZE) SUR L EXERCICE 2003 Conformément au Code des sociétés et aux statuts de la société, veuillez trouver,

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

ANNEXE XII DESCRIPTION DES ELEMENTS INCLUS DANS LE DES COEFICIENTS DE SOLVABILITE ET A. Fonds propres réglementaires (modèle S1000) 1) Références réglementaires - Arts. 8 à 11 du règlement n 14-01 du 16/02/2014

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES

EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES Les chiffres relatifs à la déclaration de consommation de fonds propres selon la réglementation dite de Bâle II, ci-après, concernent l entité Banque Cantonale

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail