WEBTV.COOP WEBTV.COOP COOPERATIVE AMBASSADRICE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "WEBTV.COOP WEBTV.COOP COOPERATIVE AMBASSADRICE 2013-2014"

Transcription

1 WEBTV.COOP WEBTV.COOP COOPERATIVE AMBASSADRICE La coopérative de solidarité WEBTV a reçu en mars 2013 le prix de la COOPERATIVE AMBASSADRICE décerné à une coopérative exemplaire pour la qualité de sa gestion, l importance de sa contribution dans le milieu et la profondeur de son engagement dans les valeurs d intercoopération. WebTV.Coop, 4543 rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada, H2J 2L4 Tél. : Courriel : Portail :

2 Contenu Historique et mission... 3 Les tenants et les aboutissants de WEBTV.COOP... 5 L économie sociale : un mouvement en déficit médiatique Les conséquences de la sous médiatisation... 5 Un début de réponse à la sous-médiatisation historique... 6 Une solution d avenir intégrant l international... 6 Une mutation en profondeur des médias... 8 Le fonctionnement de WEBTV.COOP... 9 L approche et la philosophie Le public de WEBTV.COOP Le directeur général Yvan Dubuc Les membres du Conseil d administration Les services Service de production de contenu vidéo et de diffusion sur Internet Service de webdiffusion d'événement Service de conférence internationale Service de webdiffusion et d'interconnexion de réunions distantes Service de webdiffusion de conférence de presse Service de débat et de table ronde Service de formation à distance Service d hébergement vidéo Service de vote sécurisé en ligne Service d enquête d opinion en ligne Service de visioconférence Le marché On entend par «économie sociale», l ensemble des activités économiques réalisées à des fins sociales dans le cadre des entreprises dont les activités consistent notamment en la vente ou l échange de biens ou de services et qui sont exploitées conformément aux principes suivants : 1 l entreprise a pour but de répondre aux besoins de ses membres ou de la collectivité; 2 l entreprise n est pas sous le contrôle décisionnel d un ou de plusieurs organismes publics au sens de la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels (chapitre A-2.1); 3 les règles applicables à l entreprise prévoient un processus de prise de décision démocratique; 4 les règles applicables à l entreprise interdisent la distribution des surplus générés par ses activités ou prévoient une distribution de ceux-ci aux membres au prorata des opérations effectuées entre chacun d eux et l entreprise [ ] Est une entreprise d économie sociale, une entreprise dont les activités consistent notamment en la vente ou l échange de biens ou de services et qui est exploitée, conformément aux principes énoncés au premier alinéa, par une coopérative, une mutuelle ou un organisme à but non lucratif. (Projet de loi n 27 Loi sur l économie sociale, article 3, page 4, Éditeur officiel du Québec, 2013) 3

3 Historique et mission La coopérative de solidarité WEBTV a été fondée en La coopérative est née indirectement de la rencontre entre Cooptel et CAM Internet. En effet, CoopTel, fondée en 1944, a absorbé en 2005 le premier fournisseur grand public de service Internet de Montréal, un OBNL, Communications accessibles Montréal, mieux connu sous l acronyme de CAM qui lui était entré en activité dès 1992 et regroupait plus de membres et des centaines d organismes communautaires de la région de Montréal. Les services qu offraient CAM au milieu de l économie sociale ont donc été transférés chez CoopTel. Parmi ceux-ci, figurait depuis 1997 la webdiffusion. D abord offerte aux radios communautaires de Montréal (CIBL, CISM et CKUT), le service sera étendu par la suite afin de webdiffuser des événements organisés par le milieu de l économie sociale. Ainsi, voilà plus d une décennie, en collaboration avec CIBL, CAM réalisait la première (à l époque en audio seulement) webdiffusion d un colloque à Montréal. Lors de la fusion avec CoopTel, cette expertise a été transférée à la coopérative. Des discussions ont alors été entreprises afin d en améliorer l offre de service. Constatant que la meilleure combinaison consistait à associer à des experts en télécommunication d autres experts en communication (caméraman, monteur, réalisateur), un projet a été formulé. La coop de solidarité WebTV est alors née, tissant un partenariat solide avec CoopTel. Il s agit donc du seul webdiffuseur appartenant au milieu de l économie sociale et, de surcroît, dédié à le desservir. Contrairement à You Tube, LifeStream, UStream ou DailyMotion qui sont toutes des entreprises capitalistes étrangères et dont la majorité s approprie le contenu qui est déposé sur leurs serveurs, la coop de solidarité WebTV appartient au milieu de l économie sociale. Depuis sa création, la coopérative a produit plus de documents vidéos dont sont toujours en ligne. La coopérative a pour mission de faire la promotion des valeurs et des réalisations de l économie sociale en lien avec les pratiques culturelles émergentes et les mouvements citoyens. Elle dispense ses services dans le champ des Technologies de l Information et des Communications ainsi que du Web 2.0, Première et seule télévision internet coopérative au monde entièrement contrôlée par l économie sociale, la coopérative offre une gamme de services de communication qui sont habituellement offerts par des entreprises privées (généralement des multinationales américaines) différentes : Vidéo sur demande (You Tube), audio sur demande (My space), photos (Instagram), webdiffusion en direct (You Stream), visioconférence (Skype). Depuis l été 2014, WEBTV.COOP diffuse en haute définition (HD), la bande passante s ajustant automatiquement au débit utilisé par les internautes, et sur tous les appareils, téléphones intelligents, tablettes et ordinateurs fonctionnant sous ios, Apple OS, Android ou Windows. Plateforme éthique, le site WEBTV. COOP ne comporte aucune publicité et ne commercialise aucune information personnelle sur les comportements Internet de ses visiteurs. Plateforme haute performance, WEBTV.COOP génère dans les catégories de vidéos diffusées sur son site de 2 à 5 fois plus de visionnement que You Tube. WEBTV.COOP a créé sur Internet, un lieu de rencontre, une place publique, une agora virtuelle où les acteurs de changement et les forces de progrès et de démocratie à l œuvre dans les sociétés peuvent se regrouper, échanger entre elles et prendre connaissance de leurs évolutions (mouvement citoyen, économie sociale, pratiques culturelles émergentes). 4

4 Les tenants et les aboutissants de WEBTV.COOP Le Mouvement coopératif au Québec représente emplois, plus de coopératives et mutuelles, et un chiffre d affaires de 26 $ milliards. 1 Plus largement, l'économie sociale avec entreprises regroupe une multitude d'activités allant des services domestiques aux personnes âgées jusqu'aux centres de la petite enfance en passant par les entreprises de récupération et recyclage, les médias communautaires, les camps de vacances et près de la moitié des entreprises culturelles. 2 Ces statistiques sont impressionnantes, mais l économie sociale ne se réduit pas à ces chiffres. Elle incarne une réalité sociale, culturelle et économique infiniment plus vaste et complexe. L économie sociale, c est tout d abord une réponse née de notre histoire et de nos valeurs à une exclusion sociale et économique. C est l expression d une volonté d échapper à la pauvreté, du désir de s approprier notre place dans le monde et de construire un avenir et des outils de développement pour nous et nos enfants. Sans l apport historique du Mouvement coopératif, des compétences qu il a su développer, des talents qu il a révélés et des valeurs qu il a fait partager, jamais le Québec moderne et ses institutions ne seraient nés dans la forme que nous leur connaissons. Notre richesse et notre société se sont construites sur les valeurs, le dévouement, le travail et la vision de ces bâtisseurs d avenir L ECONOMIE SOCIALE : UN MOUVEMENT EN DEFICIT MEDIATIQUE. Pourtant malgré sa réussite économique et la profondeur de son enracinement culturel, l économie sociale, ses valeurs et ses manières de faire n accèdent que très difficilement et que de façons épisodiques au monde de la représentation médiatique. L économie sociale au Québec est en déficit de représentations médiatiques et lorsqu elle est représentée, ses caractéristiques, ses manières de faire et ses particularités sont passées sous silence ou sont estompées. Il semble que la logique des médias de masse actuels (née et ancrée dans les lois de l économie de marché) n arrive que très difficilement à faire cohabiter ses valeurs et son fonctionnement avec la transmission réelle des valeurs et des manières de faire de l économie sociale... Cette situation conduit notre société à ce paradoxe où notre plus importante force d intégration sociale et de développement économique se voit reléguer à la marginalité médiatique, quand ce n est pas tout simplement ignoré. LES CONSEQUENCES DE LA SOUS MEDIATISATION Cette situation n est pas sans répercussions dans nos sociétés hyper-médiatisées, où les médias déterminent dans l esprit de la population la valeur des personnes, des entreprises, des idées et confirment leurs importances dans le monde. Dans notre société, ne pas être représenté, c est ne pas exister 1 Conseil québécois de la coopération et de la mutualité, 2 Le Soleil, Économie, lundi 29 décembre 2003, p. C1 5

5 Cet état de sous-médiatisation historique, affecte l image de toutes les entreprises de l économie sociale, dévalorise leurs rôles et gomme leurs spécificités : elle réduit la dynamique des interactions possibles entre ses acteurs et les citoyens. Elle restreint le champ du pensable en masquant la disponibilité des ressources sociales mobilisables. Elle ralentit le rythme de croissance des entreprises et des services, freine l émergence de nouvelles initiatives, la création de nouvelles entreprises, ainsi que la production de richesses collectives. Pour remédier à cette situation, certains acteurs de l économie sociale tout en créant des sites Internet pour informer le public, ont tentés d assurer un minimum de présence médiatique en finançant des actions ponctuelles auprès du grand public, sous la forme de cahiers spéciaux dans des quotidiens, d émissions de radio ou de reportages dans des émissions télévisées. Malgré la valeur irremplaçable de ces initiatives, le caractère ponctuel des interventions, l absence de réflexion sur la nature des supports utilisés, de planification dans le développement des contenus, de continuité dans l action ne peuvent constituer une politique de médiatisation à la mesure de l importance que l économie sociale occupe dans notre société. UN DEBUT DE REPONSE A LA SOUS-MEDIATISATION HISTORIQUE Le projet WEBTV.COOP a vu le jour en 2007 pour tenter d apporter un début de réponse à cette problématique et doter l économie sociale d un outil permanent de communication de masse vers ses partenaires et le grand public. Il est né à ce moment précis de l histoire des médias où nous assistons à la fin du règne des toutes puissantes télévisions traditionnelles et aux glissements des auditoires vers les nouvelles télévisions par Internet. Ce déplacement des auditoires est amorcé massivement au sein des nouvelles générations. Il touche aujourd hui toutes les couches de la société et il s apprête à modifier radicalement la distribution des acteurs dans le paysage médiatique des prochaines décennies. En prenant pied maintenant dans ce nouvel espace des télévisions par Internet, l économie sociale résout non seulement en partie son problème de sous médiatisation chronique; mais elle se dote, dans un secteur où les places au sommet sont restreintes, d une position stratégique qui lui permet d être un interlocuteur majeur de ce nouveau paysage médiatique sans frontières et de devenir le tout premier promoteur de l économie sociale sur la scène internationale. En créant cet instrument, les acteurs de l économie sociale fondent un lien médiatique direct et permanent vers le grand public et se dotent d un cadre de concertation et d intervention où les principaux intervenants du milieu peuvent déterminer les orientations et planifier les contenus informatifs à développer auprès de la population. UNE SOLUTION D AVENIR INTEGRANT L INTERNATIONAL Disponible en accès libre et gratuit, le projet WEBTV.COOP ouvre un lien de communication permanent vers la population québécoise et vers les citoyens du monde. Au niveau québécois, WEBTV.COOP permet de communiquer avec toutes les couches de la population, sur tout le territoire, de vulgariser les contenus de l économie sociale, de promouvoir ses manières de faire, de susciter les initiatives et de dynamiser son développement pour le mieux-être de tous 6

6 Au niveau international, WEBTV.COOP permet de communiquer avec les citoyens de toute la planète. Il consolide la position du modèle d économie sociale québécois sur la scène internationale, multipliant ainsi les échanges entre les acteurs d ici et des partenaires extérieurs, ainsi que les opportunités dans la mise en place de nouveaux partenariats et de modèles alternatifs à la mondialisation... «WEBTV-COOP m'est apparu comme une idée lumineuse, porteuse de beaucoup d'avenir. On sent tout de suite que le projet est indispensable. Peut-être qu'il vous faudra du temps et des efforts pour le faire lever, mais je crois que vous allez y arriver sans trop de difficultés.» Fernand Dansereau, réalisateur 7

7 Une mutation en profondeur des médias Une des principales raisons de la montée du pronétariat et de l influence croissante des média des masses est la crise de confiance des lecteurs et des utilisateurs vis-à-vis des mass média traditionnels. Au cours des trente dernières années, la presse écrite a perdu de sa crédibilité, au point que certains se demandent aujourd hui si les média écrits ne représentent pas un mode de communication dépassé. Il en est de même pour la télévision et parfois pour la radio. Le résultat le plus frappant de cette crise de confiance est la baisse alarmante de la diffusion des journaux, en particulier des quotidiens, même si d autres phénomènes y concourent. [ ] De nouvelles technologies vont rendre irréversible la profonde mutation que va subir la télévision dans les prochaines années. Un phénomène analogue au podcasting va en effet se produire pour le média des média. 3 Écrit il y a 8 ans, ce constat paraît déjà dépassé. Ainsi, en 2006, on estimait le nombre total des vidéos visionnées au cours de l année à 31 milliards. En 2007, You Tube diffusait à lui seul 84 milliards de vidéos et accueillait 200 millions de visiteurs uniques chaque mois. En 2008, le nombre de vidéos visionnées dans l année doublait. En 2011, plus de la moitié du trafic Internet provenait de la diffusion vidéo. Évidemment, pour réussir dans ce nouvel espace médiatique, deux conditions apparaissent nécessaires. La première concerne la qualité des productions qui sont rendues accessibles aux Internautes. Il ne s agit pas seulement de pouvoir mettre en ligne des vidéos, il faut surtout susciter l envie que celles-ci soient visionnées. Pour évaluer le potentiel de succès de productions vidéos, il faut donc évaluer leurs factures, l originalité de leur réalisation, l accessibilité et l intérêt du contenu. Par ailleurs, une captation qui aurait l air d être effectuée par l équivalent d une caméra de surveillance statique n intéressera personne, mais une captation de qualité prise avec plusieurs caméras et comportant un aiguillage de celles-ci en régie par un réalisateur d expérience saura autrement susciter l intérêt. La deuxième condition concerne l accès à un service de webdiffusion permettant de fournir à un nombre possiblement élevé d Internautes le «contenu vidéo sur Internet» 4 (streaming video). Or, contrairement à la diffusion générale (broadcasting), la diffusion systématique sur la toile (netcasting ou webcasting) entraîne des coûts croissant en fonction de son succès. En diffusion générale, que l antenne de diffusion arrosant une région ne soit captée que par 100 ou par personnes ne change rien. Par contre, les coûts en sont multipliés par mille pour la webdiffusion. Qui plus est, les équipements et la bande passante disponible doivent devenir pléthoriques. C est pour cette raison que les sites connaissant un fort succès d achalandage n ont eu d autres choix que d être hébergés ou associés à des entreprises de télécommunication possédant les infrastructures requises pour répondre à la demande. 3 De Rosnay, Joël (2005), La révolte du pronétariat, 4 Production thématique numérisée de type vidéo, accessible au moyen d'un serveur, et dont les données sont transmises à travers le réseau sous forme compressée à un poste client muni du logiciel de décompression (le lecteur de contenu) qui permettra de les lire en temps réel lors de leur transmission (http://www.granddictionnaire.com) 8

8 Le fonctionnement de WEBTV.COOP Le principe de fonctionnement est totalement différent de celui des télévisions traditionnelles ou câblées. Il fait appel à une technologie de diffusion très légère : un portail Internet capable de diffuser des vidéos en direct ou en différé, grâce à une bande passante à haut débit et disponible en tout temps. Le fonctionnement du portail repose sur un gestionnaire de contenu multimédia qui ajoute de nombreuses fonctionnalités. WEBTV.COOP est un site Internet qui offre au milieu de l économie sociale d être à la fois «solitaires et solidaires». Solidaires, en réunissant ces réseaux afin de permettre à chacun d entre eux d être en lien avec les autres acteurs sociaux qui historiquement ont été des agents de développement de l économie sociale; solitaires, en favorisant l identification de ces mêmes réseaux coopératifs au sein d une plateforme commune dans laquelle leurs spécificités pourront être mises en évidence. Bref de sortir d un accès en silo. Il s agit d accroître les partenariats entre les entreprises de l économie solidaire que celles-ci soient des coopératives ou des OBNL par la création d espaces virtuels communs contrant ainsi la tendance au développement en silo de leurs activités. En ce qui concerne l offre sectorielle de services, les organisations sont de diverses natures, par exemple comme dans le milieu de l environnement, il convient donc de fédérer leurs expertises en un site où les internautes après avoir pu prendre connaissance du travail réalisé par les uns pourront tout autant avoir accès à celui effectué par les autres. Le site de WEBTV.COOP déployé à partir d un système spécialisé en gestion du contenu regroupe les expertises autour de grands thèmes fédérateurs décloisonnant d autant les activités de ces entreprises de l économie solidaire et favorisant les partenariats. Un deuxième objectif vise le renforcement des pratiques démocratiques des organisations du milieu de l économie sociale en offrant une gamme de services issus des nouvelles technologies de l information favorisant la participation des membres et l accès du public aux services offerts. Plusieurs entités associatives couvrent de vastes territoires où il devient difficile pour les collectivités desservies de participer aux activités. Les outils de vidéoconférence et de visioconférence développés par WEBTV.COOP permettent (1) de tenir des réunions en plusieurs endroits simultanément comme une assemblée générale où les membres regroupés en plusieurs villes différentes participent à la même assemblée générale par webdiffusion; (2) de proposer des sessions de formation, les étudiants pouvant suivre la formation en entrant dans une salle virtuelle de classe où tous les outils de formation sont disponibles, sans avoir ni à se déplacer sur de grandes distances, ni même à être disponible à la date prévue du cours. Un troisième objectif concerne la réduction des frais de déplacement pour des rencontres de travail tant pour des motifs économiques qu écologiques. Celles-ci peuvent être remplacées par des réunions virtuelles permettant à tous d échanger sur des plateformes donnant accès tant au partage de document qu à l audiovisuel. Les organismes de l économie sociale tiennent annuellement une multitude de réunions, tables sectorielles, rencontres de comités de travail, réunions des instances, qui coûtent cher en frais directs et indirects, tout en générant leur quote-part de gaz à effet de serre. Or, les services offerts présentement ne répondent pas aux besoins du milieu de l économie solidaire, soit que les coûts leur restent prohibitifs, soit que les services sont insuffisants (ex. conférence téléphonique). D ici à l été 2015, le service de visioconférence de WEBTV.COOP 5 développé en partenariat avec le Centre de recherche 5 Voir 9

9 informatique de Montréal permettra de relier dans une même salle virtuelle plusieurs dizaines de participants, par webcams en diffusion simultanée, sans problème de bande passante, en offrant une qualité vidéo et audio maximale pour tous les participants. Il n exigera l apprentissage d aucun logiciel spécialisé et fait appel dans le cadre de vos séances de travail collaboratif aux logiciels que possèdent déjà les internautes et qu ils utilisent à chaque jour dans leur poste de travail. 10

10 L approche et la philosophie Pour remplir sa mission, WEBTV.COOP présente une approche intégrée de la pratique de l économie sociale en contextualisant son développement dans le paysage culturel et social québécois. Par cette approche, WEBTV.COOP inscrit la pratique de l économie sociale comme un élément essentiel de l identité québécoise et l enracine au cœur de sa réalité sociétale. WEBTV.COOP situe ainsi son action dans les trois champs fondamentaux (organisation économique, création culturelle, vie sociale) dont les interactions déterminent l évolution et l avenir de toutes les sociétés. Cette approche sociétale de la coopération et de l économie sociale vise à dynamiser la fréquentation de WEBTV.COOP, à enraciner son contenu dans la réalité sociale et à favoriser l identification de la population aux valeurs de l économie sociale. WEBTV.COOP s inscrit également dans les nouvelles pratiques de production démocratique de l information et de la culture (c.-à-d. le web 2.0 ou le web social), en offrant des fonctionnalités issues des réseaux sociaux, que ce soit des espaces de discussions, blogues, forums ou de partage sur de multiples plateformes. En créant cette fenêtre de diffusion libre, WEBTV.COOP marque sa volonté de s inscrire dans les pratiques démocratiques de production de l information issues d Internet et assume sa mission de construire des liens identitaires entre les entreprises de l économie solidaire et la société québécoise actuelle. WEBTV.COOP n entend cependant pas être une plateforme web commercialisant les liens sociaux des individus et servant de prétexte à la marchandisation des contenus. Aussi, aucune publicité n y apparaît. Le public de WEBTV.COOP Le public de WEBTV.COOP peut être de tous les âges et de tous les profils. C est avant tout chaque homme et chaque femme en tant que spectateur qui réside sur le territoire, qui vient voir les vidéos quand il le désire, reste le temps qu il veut, et peut revenir à volonté, soit volontairement (car habitué ou intéressé directement par un reportage, une manifestation à laquelle il a assisté), soit au hasard de la navigation Internet (parce qu il recherchait une information sur un sujet, un lieu, un événement). Mais, c est aussi chaque homme et chaque femme en tant qu acteur (8,8 millions de coopérateurs au Québec) membre d une coopérative (3 300 coopératives), d un OBNL (3 900 OBNL), d une association, ou participant actif à un débat ou à une manifestation et qui veut retrouver sur Internet ou faire voir autour de lui ce qui s est passé. C est également un public international, qui se trouve n importe où dans le monde, qui a un lien particulier avec le Québec, un intérêt spécifique pour l économie sociale incluant le coopératisme (1 milliard de coopérateurs à travers le monde) ou qui arrive là tout à fait par hasard. Aujourd hui, l informatisation croissante du public, le développement d Internet, des sites web et de l accès haute vitesse permettent de concrétiser le projet d une télévision qui repose sur l idée et la nécessité de créer une communication active et régulière, avec et au service des acteurs locaux de l économie sociale ainsi que des hommes et des femmes qui la constituent. Au Québec, WEBTV.COOP s adresse donc tant aux 8,8 millions d adhérents aux coops, qu à l ensemble de la population qu elle soit membre ou non d une entreprise de l économie 11

11 sociale. Mais sous peu WEBTV.COOP internationalisera ses services par l ajout de nouvelles fonctionnalités permettant de classer les contenus sur une base géographique régionale, nationale, continentale ainsi que linguistique. WEBTV.COOP offre ainsi un nouvel outil de communication. Il propose un espace complémentaire non concurrent des autres supports d information et de communication. Il utilise les technologies modernes et rend accessibles des contenus vidéos, audio, picturaux, écrits accessibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept, visibles du monde entier, en accès gratuit. WEBTV.COOP, par son enracinement dans ces nouvelles pratiques d informations, affirme sa volonté de relever le défi de l avenir et de tisser des liens vers les nouvelles générations, ainsi que de rejoindre tous les groupes sociaux afin qu ils deviennent des agents actifs de développement qu ils soient au Québec, au Canada, dans les Amériques ou à travers le monde... 12

12 Le directeur général YVAN DUBUC Scénariste, réalisateur, producteur, son premier film : La bête lumineuse, scénariste et assistant-réalisateur, sera Sélection officielle de la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes en 1982 et recevra le prix du meilleur documentaire au Festival de Mannheim en Allemagne. En 1988, à titre de secrétaire-exécutif, il fonde sous la direction de son conseil d administration, l Institut national de l image et du son (INIS). En 1992, il est un des dix lauréats du concours Francofiction et il reçoit à Montréal et à Paris une formation en écriture de scénario de fiction télévisuelle. En 1995, il participe à l ouverture de canal D, scénarise plus de 40 heures de documentaires pour Pixcom et réalise des reportages pour l émission Prenez un numéro de Télé-Québec. En 1997, il produit le premier album d une jeune auteure française et développe pour le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec une campagne nationale sur les liens parents-enfants et un coffret de formation/animation pour les professionnels de la naissance. De 1998 à 2007, il s établit en France pour faire rayonner sur l ensemble de la francophonie européenne (France, Suisse, Belgique) le projet du Ministère de la Santé. Il réalise pour les villes de Vannes et de Lorient ainsi que pour le Ministère de la Famille d importants programmes d animations culturelles sur le thème de la «parentalité». Au cours de son séjour en France, il produira 5 albums, créera pour chacun d eux un spectacle, réalisera des vidéos et d importants programmes d animation culturelle par l art portant sur les liens parents-enfants, l intégration des personnes handicapées dans la société française et la protection des milieux naturels. Il vient de coréaliser avec Carole Poliquin le documentaire, L empreinte, présenté en première mondiale au FCIAT en octobre Yvan Dubuc est détenteur d une maîtrise en communication et il a suivi une formation en gestion d organismes culturels aux HEC. Les membres du Conseil d administration Pierre-Alain Cotnoir, président Cyrille Wenceslas Yeni, secrétaire-trésorier Michel Desjardins Renaud Lapierre Claude Normandin Isabelle Gareau Michel Bouchard Les services SERVICE DE PRODUCTION DE CONTENU VIDEO ET DE DIFFUSION SUR INTERNET WEBTV.COOP peut réaliser et produire tout type de contenu vidéo (documentaire, reportage, dramatique, publicité, formation, document promotionnel, webvidéo, rapport d'activités, etc.) et planifier leurs diffusions sur Internet. WEBTV.COOP peut rendre cette information interactive et participative et la rendre disponible en permanence auprès de tous les internautes. SERVICE DE WEBDIFFUSION D'EVENEMENT WEBTV.COOP offre un service de webdiffusion d'événement (assemblée générale, colloque, gala, conférence, etc.) à 1, 2 ou 3 caméras favorisant la participation de tous vos 13

13 membres quelques soient leurs contraintes de temps ou de disponibilités. Votre webdiffusion peut être réservée à des audiences choisies par mot de passe sécurisé ou rendue disponible à travers le monde. Elle peut permettre la participation à distance par clavardage ou par webcam. Archivée et mise en ligne sur Internet vous pouvez multiplier par 10 l'impact de votre manifestation et la circulation de l'information au cours de l'année qui suit. SERVICE DE CONFERENCE INTERNATIONALE WEBTV.COOP offre un service de production et de webdiffusion de conférence distante en provenance de la plupart des pays du monde soit vers des assemblés par vidéo projection soit vers des audiences privées par mot de passe sécurisé, soit vers le grand public. SERVICE DE WEBDIFFUSION ET D'INTERCONNEXION DE REUNIONS DISTANTES WEBTV.COOP peut assurer des webdiffusions entre des assemblées distantes. Nous pouvons interconnecter et assurer par vidéoprojection l'interrelation entre des assemblées qui se tiennent simultanément dans divers lieux géographiques dans le but de favoriser les échanges, la concertation et la prise de décision dans les groupes distants. SERVICE DE WEBDIFFUSION DE CONFERENCE DE PRESSE WEBTV.COOP offre un service de webdiffusion de conférence de presse pouvant être diffusée en direct : à toute la population et/ou à des groupes de journalistes, et pouvant ensuite être mise en ligne pour être consultable en tout temps. Ces conférences de presse peuvent être visionnées sur ordinateur. Elles peuvent être rendues interactives par clavardage et webcam afin de permettre la participation du public ou des journalistes. Elles peuvent être accompagnées d'un lien Internet donnant un accès immédiat à une banque de données offrant de la photo, du texte et de la vidéo et des baladodiffusions aux fins de diffusion par la presse écrite, par la presse parlée et par la télévision. SERVICE DE DEBAT ET DE TABLE RONDE WEBTV.COOP offre un service de tournage à trois caméras permettant la tenue de débat et de table ronde en direct ou en différé sur Internet. Ce service de débat peut être ouvert à la participation du public par clavardage ou par WEBCAM. SERVICE DE FORMATION A DISTANCE WEBTV.COOP offre un service de production vidéo et de diffusion sur Internet par mot de passe sécurisé de vos formations. Réservées à votre clientèle, disponible en tout temps et en tous lieux par simple clic, vos formations sur vidéo peuvent être accompagnées de matériel pédagogique téléchargeable et être liées à un forum pédagogique où tous vos apprenants peuvent interagir. Ces formations peuvent donner lieu selon l'approche que vous privilégiez à des séances d'encadrement interactives par clavardage et par webcam via Internet. SERVICE D HEBERGEMENT VIDEO WEBTV.COOP offre un service d hébergement multimédia sur demande (vidéo, audio, photo, document) offrant toutes les fonctionnalités WEB 2.0 (documents associés, commentaires, expédier à un ami, permalien, lien d incorporation). SERVICE DE VOTE SECURISE EN LIGNE WEBTV.COOP offre aux organisations un service de vote sécurisé en ligne basée sur le logiciel LimeSurvey par invitation (Ticket) et par témoin (cookie) permettant une sécurisation avancée du processus de consultation. Ce vote peut être à caractère consultatif ou décisionnel selon la volonté des organisations. 14

14 SERVICE D ENQUETE D OPINION EN LIGNE WEBTV.COOP, en partenariat avec la coopérative de solidarité ADAPTE, offre un service d enquête d opinion en ligne et d analyse statistique vous permettant de sonder des clientèles choisies sur tout sujet pouvant concerné votre entreprise. Ces enquêtes d opinion peuvent être associées aux besoins à l évaluation de webdiffusion, de document vidéo ou de matériel promotionnel. SERVICE DE VISIOCONFERENCE WEBTV.COOP inaugure en septembre une plateforme de visioconférence permettant le travail collaboratif et la tenue de réunion à distance. Cette plateforme résout le problème fondamental de la disponibilité de la bande passante pour les participants à ce type de réunion. Les tests actuellement en cours ont permis de relier jusqu à 40 webcams à partir de forfait Internet de base sans problème de bande passante. WEBTV.COOP déploiera une version Beta de ce service sur sa plateforme au cours des prochaines semaines pour une évaluation de la qualité de ce service par sa clientèle. 15

15 Le marché WEBTV.COOP est la première plateforme sociale WEB 2.0 coopérative née pour répondre à l appropriation des liens sociaux et des réseaux d échange économique réalisé par les médias sociaux privés. Créée par le milieu coopératif, pour assurer la promotion des valeurs de l économie sociale, sa plateforme éditoriale réunie dans le même espace média les acteurs sociaux et historiques qui ont assuré le développement de l économie sociale soit : les organisations coopératives, les syndicats, les mouvements culturels émergents et les mouvements citoyens. Sa politique éditoriale vise à désenclaver la pensée et les valeurs coopératives en la partageant avec tous les acteurs de changements. Sa performance média pour des thèmes identiques et des vidéos similaires est actuellement 3 fois supérieure à la performance de You Tube et de Facebook réunis. La plateforme compte actuellement 2000 documents vidéo en ligne et génère plus de visites par mois. 6 Les services de webdiffusion offerts par WEBTV.COOP visent la tenue d événements comme des assemblées générales, congrès, tables rondes et colloques. En permettant à un plus grand nombre de participants d assister, sans avoir à se déplacer, à de telles rencontres ou en offrant la possibilité d en visionner les moments les plus importants (conférences, débats, etc.) en différé, nous multiplions la portée de ces réunions. La webdiffusion comporte de nombreux avantages : elle permet d augmenter en moyenne de 50% la participation du public à travers le Web lors du déroulement d une activité; elle pérennise cette information, la rendant accessible sans contrainte d horaires ou de lieux; elle décuple, sinon centuple, la portée d un événement en rendant son contenu permanent et accessible en tout temps et tout lieu. Pourquoi choisir la webdiffusion? La durée de vie d un article publié dans un journal est d au plus quelques jours. Celle d un article dans un périodique ne dépasse pas quelques semaines. Elle est de plus restreinte à la possession du support matériel (journal ou revue), limitant ainsi sa diffusion. La production d information radio est évanescente, tandis que la production télévisuelle traditionnelle est non seulement évanescente, mais surtout hors de prix. L accès à l information sur des supports numériques en réseau permet d en multiplier le partage en tout temps et en tout lieu, son accès devenant universel. Les contenus de WEBTV.COOP s inscrivent dans cette nouvelle pratique. Un contenu vidéo peut ainsi être visionné sur une tablette, un téléphone intelligent, un ordinateur portatif ou de bureau, mais également sur une télévision HD numérique dont les nouvelles générations sont pourvues d un accès internet. WEBTV.COOP utilise ces technologies afin de donner un caractère permanent à cette information à un coût abordable pour les acteurs du milieu de l économie sociale. En effet, les coûts de webdiffusion de WEBTV.COOP sont de 3 à 4 fois inférieurs aux coûts des webdiffuseurs commerciaux. WEBTV.COOP est la seule organisation coopérative à offrir actuellement des services intégrés de webdiffusion en direct et de production de contenu tablant sur le développement d un accès direct par le public à travers Internet. Comme cité précédemment, la plateforme WEBTV.COOP génère pour des médias portant sur le thème de l économie sociale et des mouvements citoyens 3 fois plus de visionnements que ceux qui sont générés par les plateformes You Tube et Facebook réunies. Cette 6 Mostert, Dominique (juin 2011) Plan de commercialisation, p. 4. Les statistiques présentées ont été réactualisées en date du 5 juin

16 performance tient à la politique éditoriale de la plateforme WEBTV.COOP qui regroupe les forces sociales et les acteurs historiques qui ont assuré le développement de l économie sociale soit : les coopératives existantes, les mouvements culturels émergents et les mouvements citoyens. La clé déterminante du succès d une vidéo sur Internet tient, à sa facture, à l intérêt de son contenu et au phénomène de la longue traîne : soit aux nombres de fois qu une vidéo est reprise et intégrés sur d autres sites créant ainsi de nouvelles fenêtres de diffusion vers de nouveaux auditoires. Les plateformes gratuites comme You Tube ne sont gratuites qu en apparence. Elles tirent leurs revenus de la publicité et de la vente des informations personnelles, du profilage et du pistage des comportements des internautes qui visitent leur plateforme. Ce dernier point génère des revenus considérables et certaines plateformes ont commencé depuis peu à payer les Internautes qui acceptent qu on commercialise ces informations. Sur WEBTV.COOP, il n y a aucune publicité et aucune commercialisation des informations concernant les internautes qui visitent le site. WEBTV.COOP contrairement à You Tube qui n accueille que des documents de 10 minutes pour réduire ses frais, accueille des documents de durée illimitée. WEBTV.COOP accepte également en hébergement des vidéos soumis par ses clients et produits par des maisons extérieures, quand la valeur de production de ces vidéos équivaut à la valeur des productions déjà réalisées avec ces clients. À charge du client de préserver et de maintenir cet équilibre essentiel à la survie économique de la coopérative. Par cette politique WEBTV.COOP reste ouvert à des apports extérieurs tout en préservant les assises économiques qui lui permettent de faire vivre une plateforme sans revenu publicitaire dédiée à la promotion de l économie sociale. 17

WEBTV.COOP WEBTV.COOP COOPERATIVE AMBASSADRICE 2013-2014

WEBTV.COOP WEBTV.COOP COOPERATIVE AMBASSADRICE 2013-2014 WEBTV.COOP WEBTV.COOP COOPERATIVE AMBASSADRICE 2013-2014 La coopérative de solidarité WEBTV a reçu en mars 2013 le prix de la COOPERATIVE AMBASSADRICE 2013-2014 décerné à une coopérative exemplaire pour

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Loi sur l économie sociale

Loi sur l économie sociale PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 27 Loi sur l économie sociale Présentation Présenté par M. Sylvain Gaudreault Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

GUIDE DU PARTICIPANT. à des activités de formation

GUIDE DU PARTICIPANT. à des activités de formation GUIDE DU PARTICIPANT à des activités de formation Ce guide vise à informer les membres de l Ordre des règles entourant la participation à des activités de formation, aux fins de l obligation de formation

Plus en détail

Le guide du Webinaire

Le guide du Webinaire Le guide du Webinaire P A N O R A M A C O N C E P T : p a n o r a m a c o n c e p t @ f r e e. f r Page 1 S ommaire 1. Qu est-ce qu un Webinaire? 2. Webinaire ou visio-conférence? 3. Quand et pourquoi

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Futurs profs: Des ressources pour la formation à l'utilisation des TIC pour les enseignants futurs et actuels du réseau collégial

Futurs profs: Des ressources pour la formation à l'utilisation des TIC pour les enseignants futurs et actuels du réseau collégial Futurs profs: Des ressources pour la formation à l'utilisation des TIC pour les enseignants futurs et actuels du réseau collégial Bruno Poellhuber et Réjean Jobin Présentation au réseau des reptic le 29

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Solution de surveillance média. tout-en-un

Solution de surveillance média. tout-en-un Solution de surveillance média tout-en-un TÉLÉVISION ET RADIO La pleine puissance d une surveillance en direct à MÉDIAS SOCIAUX PRESSE RÉPERTOIRES ET RÉFÉRENCES Une vision sans angles morts : un contenu

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES

RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES www.nexuscomm.com 454, rue Gabrielle-Roy St-Nicolas (Québec) G7A 3L2 Tél. : (418) 951-1204 COMMUNICATION La réussite d un événement requiert des moyens de communication efficaces à toutes les étapes, de

Plus en détail

MON ÉDUCATION FINANCIÈRE

MON ÉDUCATION FINANCIÈRE une étape facile. MON ÉDUCATION FINANCIÈRE Mise en contexte Au cours des dernières années, des études* ont révélé que de nombreux canadiens ne possédaient pas les connaissances requises pour prendre de

Plus en détail

Invest your knowledge

Invest your knowledge Invest your knowledge Une solution complète de webcasting Klewel propose une solution complète de webcasting (diffusion sur le web) incorporant une station d enregistrement audiovisuel associée à une plateforme

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice Animatrice : Evelyne Bévort, Directrice déléguée du CLEMI Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice De nos jours Internet constitue une

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Médias sociaux: gare aux conclusions rapides

Médias sociaux: gare aux conclusions rapides Présentation dans le cadre de la 73 e édition du Congrès annuel de la FQM Médias sociaux: gare aux conclusions rapides Pierre Veilleux, président 26 septembre 2014 Petite histoire Le 3 avril 1973, Martin

Plus en détail

MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015

MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015 MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015 Révisé le 03 janvier 2013 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DU PLAN DIRECTEUR... 3 MISSION... 4 VISION... 4 VALEURS... 5 ORIENTATIONS

Plus en détail

PROJET NOMAD 2005-2008

PROJET NOMAD 2005-2008 PROJET NOMAD 2005-2008 1. CONTEXTE DU PROJET L apport des technologies de l information et de la communication (TIC) pour l apprentissage des adultes. En 2005, il n était plus nécessaire de justifier l

Plus en détail

Suivi continu, recherche et connaissance

Suivi continu, recherche et connaissance Suivi continu, recherche et connaissance Symposium international sur le développement durable du tourisme Mars 2009 La mission du Réseau R de veille en tourisme Repérer, collecter, analyser et diffuser

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Programme d aide au développement

Programme d aide au développement Programme d aide au développement Le Fonds TELUS finance le développement de contenu exceptionnel qui peut contribuer à divertir et intéresser les Canadiens et les éclairer quant à leurs choix en matière

Plus en détail

Programme d aide à la production

Programme d aide à la production Programme d aide à la production Le Fonds TELUS finance la création de contenu exceptionnel qui a le potentiel de divertir, d intéresser les Canadiens et les éclairer quant à leurs choix en matière de

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Les moyens de la communication parlementaire

Les moyens de la communication parlementaire Les moyens de la communication parlementaire Quels moyens humains, techniques, financiers et organisationnels pour une politique de communication parlementaire? L expérience de l Assemblée nationale française

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence!

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence! Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004 L édition 2004 offrira aux 4 000 visiteurs attendus La 132 e Conférence annuelle des Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC) Plus

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

EN LIGNE Clavardage le jeudi 5 mai 2016 Ouvert du 5 au 13 mai 2016

EN LIGNE Clavardage le jeudi 5 mai 2016 Ouvert du 5 au 13 mai 2016 EN LIGNE Clavardage le jeudi 5 mai 2016 Ouvert du 5 au 13 mai 2016 Qu est-ce que c est? Une plateforme en ligne qui reproduit en 3D l environnement d un salon traditionnel et met en contact des exposants

Plus en détail

Historique. l'organisation internationale de la Francophonie.

Historique. l'organisation internationale de la Francophonie. Historique La réalisation du site Franc-parler.org a été commandée suite au rapport remis en décembre 1998 par le député Patrick Bloche au Premier ministre Lionel Jospin - Le désir de France : La présence

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC

PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC INTRODUCTION: documents consultés pour établir le plan : - plan d action FCQ 2004-2008 - plan d action FCQ 2009-2013 - plan stratégique CLA 2012-2016

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité FONDS ÉMERGENCE FÉ Le Fonds émergence vise à soutenir la préparation de projets d entreprise ou les activités nécessaires à la concrétisation de projets afin de diversifier et développer l économie locale.

Plus en détail

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité dans le cadre du 12 e Congrès national de Metropolis Immigration

Plus en détail

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Service des ressources informatiques Cybersavoir 2.0 Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Dernière révision : 23 juin 2010 Responsabilité du Projet Cybersavoir2.0 : Robert Gendron,

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

ComVideo. contact@comvideo.fr - 09 50 08 31 60

ComVideo. contact@comvideo.fr - 09 50 08 31 60 ComVideo 2013 contact@comvideo.fr - 09 50 08 31 60 ComVideo produit, réalise, commercialise et héberge tous vos produits audiovisuels. Bénéficiant de solides références, notre structure réunit depuis 15

Plus en détail

Vous proposez une franchise

Vous proposez une franchise Vous proposez une franchise L une de vos principales problématiques de communication est de réussir à allier : communication «globale» : Avec un impact fort, elle permet de maîtriser l image globale de

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Vademecum marketing Un site pour découvrir le français 1er juillet 2013

Vademecum marketing Un site pour découvrir le français 1er juillet 2013 Le présent vademecum a pour vocation de synthétiser les atouts et principales caractéristiques de Parlons français, c est facile!, des pistes d exploitation du site, ainsi qu un mode d emploi du kit marketing

Plus en détail

Présentation du site Internet du Ministère des Transports

Présentation du site Internet du Ministère des Transports Présentation du site Internet du Ministère des Transports Luxembourg, le 16 juillet 2007 Page d entrée «A la Une» avec les dernières actualités 1 Les objectifs et caractéristiques du projet Dépassant de

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE?

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE? Cet équipement combine les technologies de l audiovisuel, de l informatique et des télécommunications pour permettre à des personnes situées dans des lieux différents de dialoguer, de se voir et éventuellement

Plus en détail

Campagne Moins de déchets Titre du document

Campagne Moins de déchets Titre du document Campagne Moins de déchets Titre du document Présentation Programme d éducation à l environnement et au développement durable www.jeunesreporters.org Table des matières PRESENTATION DE LA CAMPAGNE MOINS

Plus en détail

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement Utilisez les médias sociaux Pour rayonner plus largement Web 2.0 ou Web Social, qu est-ce que c est? Nouvelle génération du web Internaute = acteur Forte interaction Conversation Création de contenu Proximité

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL.

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL. Quel statut choisir? es partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SED. es associations des pouvoirs locaux et régionaux, ainsi

Plus en détail

Tâches pour volontaires avec expertise

Tâches pour volontaires avec expertise Projet de couverture pastorale du CEI 2008 Tâches proposées pour les volontaires Version 1.3 Ce document à pour but de présenter de façon non exhaustive, les tâches que des volontaires pourraient effectuer

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

TROUSSE D OUTILS MARKETING

TROUSSE D OUTILS MARKETING TROUSSE D OUTILS MARKETING POUR LES MÉDIAS SOCIAUX Trousse d outils marketing pour les médias sociaux 1 INTRODUCTION Les médias sociaux sont là pour durer. C est une bonne chose puisqu ils peuvent vous

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb DESCRIPTION DU PROJET Programme AMBASSADEURS

Plus en détail

Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants

Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants 12 novembre 2015 Les inspirations d ailleurs et la réflexion

Plus en détail

Principaux objectifs et public cible :

Principaux objectifs et public cible : Plan de commandites 2015 DE L INTERNET À LA WEBTÉLÉ JUSQU AU WEBFEST MONTRÉAL... Internet est aujourd hui introduit dans la majorité des foyers du monde. Il est essentiel pour communiquer, avoir des relations

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

c est en moyenne 112 875

c est en moyenne 112 875 FUGUES.com D abord version web du magazine Fugues, dont la marque et la notoriété sont reconnues depuis 30 ans, Fugues.com est devenu le plus important portail de nouvelles LGBT pour le Canada francophone

Plus en détail

Vous aussi, ne passez pas à côté de cet outil pour dynamiser votre activité. Voici donc plusieurs avantages qui vous expliquent pourquoi :

Vous aussi, ne passez pas à côté de cet outil pour dynamiser votre activité. Voici donc plusieurs avantages qui vous expliquent pourquoi : Les Avantages de la Vidéo pour votre Communication Le Développement des nouvelles technologies, et la démocratisation des équipements numériques depuis plusieurs années, réduit les coûts de production

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE FUTURE

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE FUTURE À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE FUTURE Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie future est une récompense annuelle créée par les dirigeants des

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

Consulting Communication des organisations

Consulting Communication des organisations Nicolas Roux Master 2 Ingénierie des Médias Année 2006 / 2007 Consulting Communication des organisations Stage réalisé du 29 janvier au 30 juin 2007 Tuteur de stage : M. Christophe Queval Enseignante tutrice

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Security Center Plate-forme de sécurité unifiée

Security Center Plate-forme de sécurité unifiée Security Center Plate-forme de sécurité unifiée Reconnaissance automatique de plaques d immatriculation Vidéosurveillance Contrôle d accès Solutions innovatrices Tout simplement puissant. Le Security Center

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012.

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. * Du CLD de L Érable Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. 2 *Pour le CLD de L Érable, le développement économique et social passe par la réalisation concrète de projets menés par

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX Page 4005-1 1.0 Contexte Présents depuis quelques années tant dans notre vie personnelle que dans notre vie professionnelle, les médias sociaux ont été très rapidement adoptés par les jeunes et les moins

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Mai 2014 Introduction Contexte L auto-évaluation d Unicom entre en résonance avec deux autres projets: Le concept de communication qui fixe la stratégie

Plus en détail

Demande de soutien sélectif

Demande de soutien sélectif SÉRIE TV D ANIMATION OU SPÉCIAL TV Soutien au développement Dossier 2016 Version octobre 2015 Demande de soutien sélectif Vous trouverez dans ce document le règlement du soutien sélectif de Ciclic au développement

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

le 8 octobre 2004 Monsieur le Président,

le 8 octobre 2004 Monsieur le Président, le 8 octobre 2004 M. Claude Bédard Président du groupe de travail chargé de l examen de Télé-Québec Ministère de la Culture et des Communications Direction des médias, de l audiovisuel et des télécommunications

Plus en détail