La théorie de la catégorisation : un concept de psychologie cognitive en marketing.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La théorie de la catégorisation : un concept de psychologie cognitive en marketing."

Transcription

1 La théorie de la catégorisation : un concept de psychologie cognitive en marketing. Aurore INGARAO CERMAT IAE de Tours Université de Tours La théorie de la catégorisation : un concept de psychologie cognitive en marketing. Résumé : Face à une offre de produits et de marques de plus en plus abondante, consommateurs et acheteurs ont recours, de façon consciente ou inconsciente, à des stratégies de simplification des informations et de l environnement. La catégorisation, un concept qui trouve son origine dans les sciences de psychologie cognitive est alors exploitée en marketing et permet une meilleure compréhension de l organisation des connaissances. Mots-clés : connaissance ; catégorie ; typicalité ; familiarité. Categorization Theory : Concept of Cognitive Psychology in Marketing. Resumed: Facing an offer of products and brands more and more abundante, consumers and buyers turn to, in a conscious way or not, simplification strategies of information and environment. Categorization, a cognitive psychological theory, is therefore exploited in marketing and helps to a better understanding of knowledge organization. Key-words: knowledge; categorization; typicality; familiarity. 1

2 Acheter un ordinateur portable pour travailler tout en restant mobile...nombreux sont les étudiants qui cherchent un tel outil de travail pour débuter leur année scolaire. Afin d optimiser leur achat, l aspect tarifaire sera l un des premiers critères de sélection du produit retenu. Il s agit alors pour le consommateur de comparer d une part les différents prix proposés par divers distributeurs, mais également de confronter les différents prix d une même catégorie de produit. Il serait en effet incohérent, voire absurde, pour un individu de comparer des ordinateurs portables et des lecteurs DVD lorsqu il souhaite acquérir un ordinateur portable! Dès lors, afin de ne pas dupliquer indéfiniment des processus de sélection complexes, certains mécanismes sont utilisés. Ainsi, lorsqu un individu cherche à évaluer un objet, la catégorisation des connaissances joue un rôle important. En effet, un produit est classé dans une catégorie, cette dernière spécifiant les produits auxquels il sera mesuré. La façon dont le produit sera évalué est donc déterminée essentiellement par la catégorisation qui permet de réduire le temps de traitement de l information et de simplifier l environnement de l individu. Si l acquisition des connaissances résulte de l expérience directe des individus avec le produit, du bouche-à-oreille ou encore de la communication réalisée autour du produit, il convient de s interroger sur l organisation des connaissances. Face à un produit nouveau, les consommateurs utilisent leurs connaissances préexistantes dans les catégories leur étant familières. En effet, lorsqu un individu évalue un objet ou une situation, il formule un jugement qui traduit la manière dont cet objet ou cette situation, se place sur une échelle ou sur une norme (Richard, 1990, in Huvé- Nabec, ). Dès lors, ce jugement s appuie sur les informations détenues par le consommateur, ce dernier disposant d informations en interne (mémoire) ou en externe (informations véhiculées par le marché) (Engel, Blackwell et Miniard, ). Il est ainsi fait référence à la structure cognitive du consommateur, cette dernière étant elle-même constituée d un ensemble de connaissances factuelles relatives aux produits (ou croyances) et de la manière dont ces croyances sont organisées dans l esprit du consommateur (Alba et Hutchinson, ; Cohen et Basu, ). Il existe un écart certain entre la réalité objective des choses et la manière dont elles sont perçues par les individus. Costermans (1998) 5 souligne que la représentation du problème par l individu détermine en très grande partie le développement des activités cognitives telles que la prise de décision ou la résolution de problèmes. Ces processus concernent bien plus le problème tel que l individu se le pose à lui-même que le problème tel qu il est délivré par l environnement. Ainsi, dès lors que l on s interroge sur le comportement du consommateur, les opérations cognitives engendrant la construction des représentations et leur transformation sont à considérer. Une interdépendance fonctionnelle entre catégories cognitives et jugement du consommateur a été mise en évidence (Ladwein, ). Face à la masse d informations véhiculées chaque jour, étudier le comportement du consommateur et de l acheteur implique de comprendre les processus participant à la gestion et 1 Richard J.-F. (1990), Les activités mentales, Paris, Armand Collin, in Huvé-Nabec L. (1998), "L'évaluation des extensions de circuit de distribution par le consommateur: le rôle des représentations respectives de la marque et de l'enseigne dans la mémoire du consommateur", Actes de la 3ème Journée de Recherche en Marketing de Bourgogne, 26 décembre, Dijon, pp Engel J.F., R.D. Blackwell et P.W. Miniard (1995), Consumer Behavior, Dryden Press Ed., Orlando, FI, USA, 8ème edition. 3 Alba J. et J. Hutchinson (1988), «Dimensions of Consumer Expertise», Journal of Consumer Research, 13, mars. 4 Cohen J. et K. Basu (1987), «Alternative Models of Categorization : Toward a contingent Processing Framework, Journal of Consumer Research, 13, mars. 5 Costermans J. (1998), Les activités cognitives. Raisonnement, décision et résolution de problèmes, De Boeck Université, 225 pages. 6 Ladwein R. (1995), «Catégories cognitives et jugement de typicalité en comportement du consommateur», Recherche et Applications en Marketing, 10(2),

3 l organisation des connaissances des individus afin que ces derniers y accèdent facilement. C est ainsi que l on utilise le concept de catégorisation, développé à l origine en psychologie cognitive, qui est défini comme le regroupement d objets ou de produits non identiques dans des catégories permettant à l individu de simplifier et de structurer sa perception de l environnement. De nombreuses implications stratégiques sont liées à la catégorisation des produits, telles que le positionnement du produit, l identification des concurrents, l exemplarité du produit et enfin, la localisation des produits. Après avoir brièvement rappelé les origines du concept de catégorisation, les principaux modèles d organisation des connaissances seront présentés et permettront d aborder la catégorisation et ses divers aspects (principe, nature, formation, ). Enfin, quelques lignes traitant de l utilisation des connaissances permettront de noter l importance du processus de catégorisation. 1/ UN BREF RAPPEL DES ORIGINES DU CONCEPT DE CATEGORISATION Le concept de catégorisation émerge des sciences humaines et sociales. En effet, les premières applications de ce concept trouvent pour cadre des disciplines telles que la psychologie (Miller, 1956), la socio-psychologie ou encore l économie (Lancaster, 1966). C est sur une certaine conception de la raison humaine que s appuie la théorie classique de la catégorisation. La pensée est supposée logique au sens philosophique du terme et modélisable mathématiquement. De plus, l esprit est considéré comme le reflet de la nature, c'est-à-dire qu il utilise des symboles abstraits qui se révèlent être la représentation interne de la réalité externe. Puis, à partir de 1955, Kelly développe la notion de personnal construct, dans le domaine de la psychologie clinique, et anticipe la notion de catégorie perceptive. Cette notion a été oubliée en psychologie cognitive mais se retrouve plus tard dans le concept de catégorisation prototypique. En psychologie cognitive et en sociologie, l étude des perceptions a fait l objet d une attention particulière. En effet, de nombreux auteurs se sont intéressés à l influence des perceptions interpersonnelles, c'est-à-dire comment la manière dont un individu est perçu peut influer sur le comportement et les attitudes du percevant à son égard. Le mécanisme de perception est défini comme le «processus de catégorisation dans lequel en suivant une logique d inférence, les individus utilisent des signaux reçus pour construire une identité catégorielle» (Bruner, 1957). En apprenant à percevoir, «les individus apprennent les relations entre les propriétés des objets et des événements rencontrés ; ils apprennent à prédire et à vérifier quoi va avec quoi» (Bruner, 1957). De nombreuses contributions enrichissent le concept de catégorisation depuis plus de trente ans (Brisoux, 1980 ; Jolivot, 1998). Howard (1963) est ainsi le premier chercheur a fournir une modélisation du concept et c est à la suite des recherches de March et Simon (1964) qu il est utilisé la première fois en marketing. Selon ces auteurs, la mémoire humaine se compose de deux parties. A un moment donné, pour un choix précis, une partie de la mémoire joue un rôle décisif et influence directement le choix alors que la seconde reste neutre. On parle alors d ensemble évoqué. Il s agit des marques ayant un probabilité non nulle d être achetées. En économie par exemple, ce construit est utilisé afin de mieux comprendre les limites des capacités de traitement de l information (Lancaster, 1966). La notion de catégorie sémantique naturelle est apparue dans les travaux de psychologie d Eleonor Rosch au début des années Par la suite, diverses directions orientent l évolution de cette notion et, notamment, elle permet l élaboration de la théorie des processus psychologiques de 7 Rosch E. (1973), «Cognitive Reference Points», Cognitive Psychology, 7,

4 catégorisation, aboutissant à l émergence des concepts de prototype et de typicalité (Dubois et Resche-Rigon, ). 2/ LES PRINCIPAUX MODELES D ORGANISATION DES CONNAISSANCES Afin de structurer les informations disponibles dans leur environnement, les individus recourent à des jugements leur permettant de se localiser dans cet environnement, de noter ce qui est acceptable, de classer les stimulations auxquelles ils se trouvent exposés ou encore de situer des informations par rapport à celles dont ils disposent (Ladwein, ). Deux modèles principaux exposent le processus d organisation des connaissances des individus : le premier modèle postule que les connaissances sont organisées sous la forme de catégories hiérarchisées. Le second modèle est basé sur les réseaux sémantiques (Barsalou, 1985 ; Ladwein, 1995). 1er modèle : l organisation hiérarchique des informations stockées en mémoire L organisation en catégories hiérarchiques, également nommées taxonomiques : les connaissances sont regroupées en catégories cognitives. Ces catégories cognitives sont hiérarchisées, c'est-à-dire que chaque catégorie est incluse dans la catégorie d ordre supérieur. Les catégories les plus abstraites et les plus génériques correspondent aux catégories les plus englobantes (Collins et Quillian, 1969). En marketing, la manière dont les connaissances relatives aux produits sont représentées et organisées en mémoire représente les catégories cognitives (Ratneswhar et Shocker, 1991). Ainsi, plus la catégorie est englobante, plus elle est générique et abstraite. Ces catégories de connaissances regroupent généralement de nombreuses autres catégories qui sont imbriquées dans les précédentes. Chaque catégorie se caractérise ainsi par un ensemble d éléments lui appartenant et par des éléments partagés par tous les éléments de la catégorie. Le but des catégories cognitives dévoilées par ce modèle d organisation des connaissances est la réduction du temps de traitement des informations. C est ainsi que Collins et Quillian (1969) soulignent que l on met moins de temps à décider qu un élément appartient à une catégorie qu à vérifier qu il possède les attributs spécifiques de la catégorie. Au sein de cette catégorisation, différents niveaux existent : - le niveau de base (ou niveau de référence) utilisé prioritairement dans le traitement des informations, - les catégories super-ordonnées, - les catégories supra-ordonnées. 8 Dubois D. et P. Resche-Rigon (1995), «De la naturalité des catégories sémantiques : des catégories d objets naturels aux catégories lexicales», Intellectica, 20(1), Ladwein R. (1999), Le comportement du consommateur et de l acheteur, Economica. 4

5 Vêtement Pantalon Pull Veste Jeans Velours Ville Figure 1 : La hierarchisation des catégories de connaissances, in Ladwein R. (1999), Le comportement du consommateur et de l acheteur, Economica, pp nd modèle : structuration des informations en réseau L organisation en réseau, quant à elle, admet que les connaissances ne peuvent pas être dissociées et «rangées» dans des catégories indépendantes. Elles sont toutes liées les unes aux autres par des relations d intensité variable (Quillian, 1969 ; Ladwein, 1995). Ce second modèle basé sur les réseaux sémantiques s oppose au modèle hiérarchique des connaissances. Ainsi, Collins et Loftus (1975) 10 suppose que les informations stockées en mémoire sont reliées entre elles et sont structurées en graphes ou en réseaux. Les nœuds du graphe, qui constituent les concepts, sont éloignés par des distances variables. Selon McClelland et Rumelhart (1986), plus les informations disposent d affinités et d une forte proximité sémantique, plus les concepts sont proches. Ce modèle de propagation de l activation ne fait plus de différence entre les catégories, les éléments en faisant partie et les attributs les définissant. En effet, l individu active un concept au sein du réseau et appelle en mémoire les informations lui étant directement liées, ce qui se fera d autant plus facilement que les distances sémantiques sont faibles. Le modèle de propagation de l activation permet également d expliquer le fonctionnement associatif de la mémoire. Par la suite, les modèles connexionnistes de traitement des informations sont venus complétés l approche par les réseaux sémantiques. 10 Collins A.M. and E.F. Loftus (1975), A Spreading Activation Theory of Semantic Processing, Psychological Review, 82, pp

6 Douceur Fruit Poire Dessert Pomme Manger Table Figure 2 : Schématisation d un réseau sémantique, in Ladwein R. (1999), Le comportement du consommateur et de l acheteur, Economica, pp Parallèlement à ce double paradigme, Barsalou (1983) 11 souligne qu il existe des catégories naturelles (ou taxonomiques) qui obéissent à l organisation hiérarchique, et des catégories «ad hoc», dont la structure tend à s approcher des réseaux, regroupant des éléments issus de différentes catégories naturelles mais répondant à un même but. Les membres de ces catégories ont pour point commun la satisfaction d un même but de consommation mais ne partagent pas forcément des caractéristiques physiques. Les éléments similaires ainsi que les connaissances leur étant associées sont regroupées dans les catégories cognitives. La littérature (Alba et Chattopadhyay, 1985 ; Ladwein, 1993) met en évidence l effet principal de ces regroupements qui est de simplifier la façon dont les informations sont organisées et stockées en mémoire. 3/ QU EST-CE QUE LA CATEGORISATION? Les principes de la catégorisation Les principes de la catégorisation régissent les connaissances organisées en mémoire et certains auteurs (Berger et Bonthoux, 2000) soulignent son utilité dans un but de simplification de la complexité de l environnement Il existe différents types de catégories, des plus précises au plus abstraites : la catégorisation est ainsi un concept multidimensionnel, les différents niveaux de catégorie étant hiérarchisés par une structure interne (Dubois, 1991). Il s agit alors de stocker l information en la structurant de manière mémorisable et opérante (Ladwein, 1995). Selon l approche logique, une catégorie est définie sur la base d une relation d appartenance permettant de dire si oui ou non un élément appartient à une catégorie (Piaget, 1972). Selon Mervis et Rosch (1981), la catégorisation se révèle être une activité cognitive consistant à regrouper des objets ou des événements non identiques dans des catégories, une catégorie cognitive étant un ensemble d objets «considérés comme équivalents» par l individu. Dès lors, les catégories cognitives ne facilitent pas seulement le stockage et l organisation des connaissances en mémoire, elles jouent 11 Barsalou L.W. (1983), Ad Hoc Categories, Memory and Cognition, 11(3),

7 aussi un rôle essentiel dans le processus d évaluation des objets. En effet, l organisation catégorielle des connaissances permet de réduire la complexité de l information à laquelle l individu est confronté, et ainsi d améliorer l efficience du traitement de l information (Cohen et Basu, 1987). La catégorisation permet ainsi de faciliter la classification de nouveaux éléments, ainsi que l utilisation ultérieure de l information (Brucks, 1985 ; Sujan, 1985 ; Alba et Hutchinson, ) dans les prises de décisions, les jugements d évaluation, le choix (Nedungadi et Hutchinson, 1985) et la production de nouvelles connaissances (Brucks, 1985 ; Sujan, 1985). Afin de simplifier une réalité de plus en plus complexe, l individu fabrique des catégories, ou structures. Chaque catégorie est constituée d éléments différents, ces derniers étant associés. Plusieurs étapes du processus de décision permettent aux individus de catégoriser un produit (Bruner, 1957) : - La catégorisation primitive ou premier contact avec un événement qui n a pas encore de signification précise pour l individu ; - La recherche d indices ou phase pendant laquelle l individu balaie son environnement afin d y trouver des données qui lui serviront d indices pour la catégorisation du produit ; - La confirmation et la vérification du placement ou tentative de catégorisation conduisant à la recherche des éléments supplémentaires pour justifier le placement du produit ; - La finalisation de la confirmation, phase au cours de laquelle les individus deviennent moins réceptifs aux signaux additionnels et éliminent les informations qui leur paraissent cohérents. La catégorisation apparaît ainsi en tant que processus de simplification permettant au consommateur d étudier plus facilement un système plutôt qu une somme d éléments disparates. La nature de la catégorisation Concernant la nature de la catégorisation, cette dernière se révèle à la fois état et processus (Filser, ). Lorsqu elle répond à l organisation des marques autour de catégories de produits et de besoins d une manière hiérarchisée, la catégorisation se manifeste en tant qu état. Cependant, le consommateur étant fréquemment conduit à réapprécier la pertinence de sa catégorisation et à concevoir une hiérarchie nouvelle, la catégorisation se présente également en tant que processus. Filser (1994) précise deux processus de catégorisation. Tout d abord, lorsque le consommateur se trouve face à un produit nouveau, il va rattacher le produit à un besoin, et le situer par rapport aux autres catégories de produits déjà associées à ce besoin. En effet, par définition, ce nouveau produit est le premier de sa catégorie. Le consommateur ne peut donc pas l adjoindre à une catégorie déjà existante. Ensuite, lorsque le consommateur est face à une nouvelle marque, mais dans une catégorie de produit déjà existante, il cherche à préciser la catégorie à laquelle la marque doit être reliée, et à apprécier les bénéfices de la marque par rapport aux marques déjà évaluées. Par analogie, si le consommateur est confronté à une marque existante dans une nouvelle formule de 12 Alba J.W. et J.W. Hutchinson (1987), Dimensions of Consumer Expertise, Journal of Consumer Research, 13, mars, Filser M. (1994), Comportement du consommateur, Editions Dalloz, Paris. 7

8 distribution, il s agira de déterminer à quelle catégorie la formule de distribution doit être adjointe puis spécifier les bénéfices de cette formule par rapport aux formules de distribution déjà considérées. La formation des catégories Selon Pinto (1999) 14, «les catégories se définissent en fonction des relations entre ses membres.» Pour le consommateur, les catégories peuvent être conceptualisées avec les concepts de similarité, de substituabilité et d un point de vue plus global avec le concept de complémentarité. La substituabilité La notion de substituabilité a été précisée de diverses manières. Si, selon Pinto (1999) la substituabilité correspond à la capacité qu ont deux produits à satisfaire le même besoin au sein d un marché donné, cette notion a également été définie par Day, Schoker at Srivastava (1979) : «deux produits sont substituts s ils offrent les mêmes ensembles de bénéfices attendus pour une situation d usage particulière.» Aurier (1993) 15 défini la substituabilité de façon plus large : «deux alternatives sont substituables quand elle présentent des combinaisons de caractéristiques qui les rendent acceptables à des niveaux identiques pour un contexte d utilisation particulier.» La complémentarité Si la notion de complémentarité reste peu étudiée et utilisée en marketing, Pinto (1999) considère que «deux objets sont complémentaires s ils sont consommés conjointement afin de satisfaire un besoin particulier.» La similarité Le concept de similarité est défini comme «une fonction positive des attributs communs de deux objets A et B et négative de leurs caractéristiques distinctives. La similarité est fondée sur la représentation cognitive d objets comme ensemble d attributs» (Tversky, ). Un processus de comparaison des similarités contribue à la formation des catégories (Gerbet-Hyvernat, ). En effet, l appartenance d une instance à la catégorie va dépendre de sa similarité avec le concept de la catégorie ou avec les autres instances de la catégorie.un regroupement des instances présentant le plus de caractéristiques communes et le moins de caractéristiques distinctives sera effectué par l individu au moment de la formation de la catégorie cognitive. La similarité entre deux objets peut être définie comme une fonction de leurs caractéristiques communes et de leurs caractéristiques distinctives (Tversky, 1977). Ainsi, dans un 14 Pinto M.-P. (1999), «Les univers de consommation : application du principe de catégorisation», Décisions Marketing, 17, Mai-Août, Aurier P. (1993), «Analyse de la structure des marchés : réflexions et propositions théoriques sur la relation entre deux alternatives de choix», Recherche et Applications en Marketing, 8(1), Tversky A. (1977), «Features of Similarity», Psychological Review, 84(4), Gerbet-Hyvernat C. (2003), Analyse du contenu de l ensemble de considération : une approche par la proximité des marques, Thèse de doctorat, Université Paris IX Dauphine, UFR Sciences des Organisations, DMSP, sous la direction du Professeur D. Merunka. 8

9 but de formation d une catégorie cognitive, les instances présentant le plus de caractéristiques communes et le moins de caractéristiques distinctives seront regroupées par les individus. Certaines recherches soulignent que lorsque le consommateur a peu d expérience avec un produit, en l attribuant à une catégorie comprenant des éléments plus familiers, l individu peut réaliser des inférences et des jugements évaluatifs sur ce nouvel élément en effectuant des comparaisons (Cohen et Basu, 1987). Le phénomène de catégorisation permet ainsi de prendre des décisions en situation d incertitude et d améliorer le traitement des informations. Dès lors, pour effectuer des comparaisons de caractéristiques, le consommateur adopte de façon consciente ou inconsciente, un des modèles de catégorisation suivants (Cohen et Basu, 1987) : - Le modèle classique : chaque catégorie peut-être caractérisée par un ensemble d attributs nécessaires et suffisants. Tout élément possédant ces attributs devient membre de la catégorie, et tous les membres sont équivalents. Le consommateur compare des attributs du nouvel élément et de ceux des catégories existantes. L élément est alors affecté à la catégorie avec laquelle il a le plus grand nombre d attributs en commun. - Le modèle prototype : la catégorie est organisée autour d un élément central (fictif), le prototype, résumé de la catégorie qui représente la tendance centrale. L appartenance d un objet à la catégorie est déterminée par sa similitude au prototype. Le consommateur affecte une catégorie par comparaison entre le nouvel élément et le prototype de la catégorie. - Le modèle de l exemplaire : la catégorie est organisée autour d un de ses membres (réel), l exemplaire, définissant le mieux, aux yeux de l individu, la catégorie. La similitude d un objet à l exemplaire détermine l appartenance de l objet à sa catégorie. Le consommateur affecte une catégorie par comparaison entre le nouvel élément et des exemplaires de la catégorie. Huvé-Nabec (2001) appuie que dans le processus d évaluation d un objet, la catégorisation des connaissances joue un rôle explicatif déterminant. Ainsi, au regard des recherches en psychologie cognitive, et notamment des trois modèles proposés ci-avant, le consommateur peut évaluer les informations qui lui parviennent, et les catégoriser, par une stratégie holistique ou analytique. En effet, selon le modèle prototypique des catégories cognitives de Rosch et Mervis (1975) 18, la catégorisation des connaissances est holistique : elle repose sur les jugements de typicalité. Pour d autres, le consommateur peut catégoriser le stimulus par une stratégie analytique, en se basant, selon le modèle classique, sur la présence de certains attributs nécessaires et suffisants (Rosch, 1972), ou selon le modèle dit de l exemplaire, sur la similarité entre les caractéristiques associées au stimulus et aux catégories cognitives existantes (Medin et Schaffer, ). Au sein de ces deux derniers modèles, les processus de classification peut être holistique (processus global de similarité et de typicalité) ou analytique (comparaison des configurations d attributs) (Changeur et Chandon, ) : La catégorisation holistique : Rosch et Mervis (1975) ont proposé le modèle prototypique des catégories cognitives. Le consommateur évalue l extension en se fondant sur la typicalité ou la similarité. Dans ce cas, l évaluation ne se fait pas par le biais d une analyse de différents attributs mais selon un processus global. Le lien existant entre la marque et l enseigne est 18 Rosch E. et Mervis C. (1975), «Family Ressemblances : Studies in the Internal Structure of Categories», Cognitive Psychology, 7, Medin D.L. et M.M. Shaffer (1978), Context theory of classification learning, Psychology Review, 85, Changeur S. et J.-L. Chandon (1995), «Le territoire-produit : étude des frontières cognitives de la marque», Recherche et Applications en Marketing, 10(2),

10 estimé par le consommateur. Les deux éléments (la marque et l enseigne) sont alors considérées dans leur globalité. Dans le cadre de la stratégie d évaluation holistique, le rôle des jugements de typicalité relatifs à la marque et à l enseigne prend une importance certaine. En effet, les recherches en marketing indiquent que les jugements de typicalité exercent un rôle explicatif des activités mentales du consommateur (Huvé-Nabec, 2001). Si le concept de typicalité a été en premier lieu appliqué à la marque, sa transposition à l enseigne a été assez vite suggérée par les chercheurs (Ladwein, 1995). La catégorisation analytique, quant à elle, s appuie sur deux modèles. Selon le modèle classique, cette catégorisation considère que le consommateur ordonne le stimulus sur la présence de certains attributs nécessaires et suffisants (Rosch, 1972). Selon le modèle de «l exemplaire», la catégorisation s appuie sur la similarité entre les caractéristiques associées au stimulus et aux catégories cognitives existantes (Medin et Schaffer, 1978). Il s agit de comparer directement les attributs et non plus de recourir à un processus global. Dans la mémoire des consommateurs, il s agit d attributs tangibles du produit, d attributs intangibles liés à la marque, de bénéfices fonctionnels, expérientiels et symboliques ou encore d attitudes et de prédispositions comportementales (Keller, ). Plusieurs éléments peuvent également intervenir : la cherté ou prix relatif, le contexte de consommation, la clientèle, les personnages célèbres attachés la marque, les traits de personnalité de la marque (Aaker, ). Un certain nombre d observations peuvent être formulées à l égard des catégories (Gerbet- Hyvernat, 2003) : 1. Tout d abord, certaines instances sont de meilleurs exemples que d autres de la catégorie ; ainsi le moineau est un meilleur exemple de la catégorie oiseau que l autruche (Barsalou, 1983). 2. Ensuite, l appartenance de certaines instances à la catégorie est incertaine. Ainsi, une radio fait-elle partie de la catégorie meuble? (Barsalou, 1983) 3. Enfin, les non-membres de la catégorie varient dans leur similarité au concept de la catégorie. Une machine à écrire n appartient pas à la catégorie «équipement stéréo» ; cependant, elle est plus similaire au concept de cette catégorie qu un chien (Barsalou, 1983). Ces trois remarques permettent de souligner que si certains membres d une catégorie sont considérés comme «appartenant plus» à leur catégorie, les membres d une catégorie ne sont donc pas tous équivalents. Intervient alors le concept de typicalité qui permet de positionner tous les éléments de la catégorie les uns par rapport aux autres selon leur capacité à représenter la catégorie (Rosch et Mervis, 1975). La typicalité La catégorisation servant à faciliter le traitement de l information, la typicalité a été démontrée comme accélérant la vitesse de traitement de l information. Nedungadi et Hutchinson (1985) soulignent que plus les éléments sont représentatifs d une catégorie et plus le traitement de l information est court. Ainsi, la typicalité facilite l acquisition d informations sur un produit surtout si le consommateur est peu familier de la catégorie de produit. On parle alors d inférence : il s agit de la construction de sens au-delà de l information donnée explicitement. L appartenance à 21 Keller K.L. (1993), "Conceptualizing, Measuring, and Managing Customer-Based Brand Equity", Journal of Marketing, 57, January, Aaker D.A. (1991), Le management du capital marque, Edition Dalloz, Paris. 10

Le jugement de typicalité comme heuristique de choix: approche comparative

Le jugement de typicalité comme heuristique de choix: approche comparative Le jugement de typicalité comme heuristique de choix: approche comparative www.culture-materielle.com First International Rsearch Seminar on Marketing Communications and Consumer Behavior, Aix en Provence,

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

Une nouvelle typologie de l image de marque

Une nouvelle typologie de l image de marque Une nouvelle typologie de l image de marque Michaël Korchia Programme Doctoral ESSEC ATER à l université de Cergy-Pontoise, IUT de Sarcelles Actes du 16ème congrès international de l'association Française

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Gamme de produits, concept de marque et catégories cognitives Une approche exploratoire

Gamme de produits, concept de marque et catégories cognitives Une approche exploratoire Gamme de produits, concept de marque et catégories cognitives Une approche exploratoire www.culture-materielle.com 20 séminaire international de recherche marketing Lalonde les maures, 1993, 263-283 12

Plus en détail

L image-prix de la gamme de produits: jugement du prix moyen et mémorisation des prix

L image-prix de la gamme de produits: jugement du prix moyen et mémorisation des prix L image-prix de la gamme de produits: jugement du prix moyen et mémorisation des prix www.culture-materielle.com 11 Congrès de L AFM, Reims, 1995, 945-963 Richard LADWEIN Maître de Conférences EREM, IAE

Plus en détail

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL La fidélité des clients dans le milieu bancaire par Carine DUMINIL Résumé... La banque a longtemps été un organisme financier qui se contentait de créer des produits de plus en plus performants ; elle

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS A LA MARQUE ET LE CAPITAL MARQUE Etude exploratoire du marché de la téléphonie mobile en Algérie.

LES ASSOCIATIONS A LA MARQUE ET LE CAPITAL MARQUE Etude exploratoire du marché de la téléphonie mobile en Algérie. LES ASSOCIATIONS A LA MARQUE ET LE CAPITAL MARQUE Etude exploratoire du marché de la téléphonie mobile en Algérie. MERABET Amina Etudiante en doctorat, Université Abou Bakr Belkaid Tlemcen BENHABIB Abderrezak

Plus en détail

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Le tableau de bord On peut le définir comme la présentation synoptique d indicateurs relatifs au suivi d une bibliothèque, d un projet, d un service.

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

L apprentissage automatique

L apprentissage automatique L apprentissage automatique L apprentissage automatique L'apprentissage automatique fait référence au développement, à l analyse et à l implémentation de méthodes qui permettent à une machine d évoluer

Plus en détail

Impact de la marque de service et des associations à la marque sur le processus de tangibilisation des services : proposition de recherche

Impact de la marque de service et des associations à la marque sur le processus de tangibilisation des services : proposition de recherche Impact de la marque de service et des associations à la marque sur le processus de tangibilisation des services : proposition de recherche Christophe Sempels Université catholique de Louvain Institut d

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

LES PARTICULARITES DU PROCESSUS DECISIONNEL D ACHAT SUR LE MARCHE D ASSURANCES 511

LES PARTICULARITES DU PROCESSUS DECISIONNEL D ACHAT SUR LE MARCHE D ASSURANCES 511 LES PARTICULARITES DU PROCESSUS DECISIONNEL D ACHAT SUR LE MARCHE D ASSURANCES 511 Petrescu Marian Faculté de Commerce Ioncică Maria Faculté de Commerce Petrescu Eva-Cristina Faculté de Marketing Ioncică

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes CLEAR CHANNEL MONITOR ou L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes Mieux comprendre le média, réussir vos campagnes! Fort de partenaires référents dans

Plus en détail

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix.

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix. LA VALEUR PERCUE DE LA CUSTOMISATION DE MASSE : PROPOSITION ET TEST D UN MODELE CONCEPTUEL INTEGRATEUR Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante Guide d exploration de métiers et de professions Approche orientante Document rédigé par Yves Jutras Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal, 2012 Exploration de métiers et de professions

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

UNE INVESTIGATION EMPIRIQUE DES ATTITUDES, COMPORTEMENTS ET PERCEPTIONS ENVERS LES PRODUITS ET LES POINTS DE VENTE

UNE INVESTIGATION EMPIRIQUE DES ATTITUDES, COMPORTEMENTS ET PERCEPTIONS ENVERS LES PRODUITS ET LES POINTS DE VENTE UNE INVESTIGATION EMPIRIQUE DES ATTITUDES, COMPORTEMENTS ET PERCEPTIONS ENVERS LES PRODUITS ET LES POINTS DE VENTE Par Blandine Antéblian-Lambrey - CREGO-LATEC IAE de Dijon et Gérard François GERME - ESA,

Plus en détail

ANALYSE DU BESOIN. L ANALYSE FONCTIONNELLE par Jean-Marie VIRELY & all (ENS Cachan) Cette présentation décrit l outil «Analyse du Besoin».

ANALYSE DU BESOIN. L ANALYSE FONCTIONNELLE par Jean-Marie VIRELY & all (ENS Cachan) Cette présentation décrit l outil «Analyse du Besoin». -- Cette présentation décrit l outil «Analyse du Besoin». AA-GC-CL-JMV Page mis à jour le oct 00 L'objectif L'Analyse du Besoin est une méthode qui permet de caractériser le besoin exprimé -- L objet est

Plus en détail

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous.

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous. Qu'est-ce qu'un stéréotype? (by Krystyna Szymankiewic) Stéréotype : idée ou image populaire et caricaturale que l'on se fait d'une personne ou d'un groupe, en se basant sur une simplification abusive de

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

" La démarche stratégique :

 La démarche stratégique : ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures. Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004).

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Résumé Ce texte a pour but, dans un premier temps, de présenter un modèle de la

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

POUVOIR ET LEADERSHIP

POUVOIR ET LEADERSHIP POUVOIR ET LEADERSHIP 1- Introduction sur les notions de pouvoir et de leadership Le pouvoir et le leadership sont deux concepts extrêmement liés. Nous traiterons ici essentiellement du second, le premier

Plus en détail

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? Analyse Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? À découvrir dans cette analyse Sans motivation, il n y a pas d apprentissage. Et l un des

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management Introduction L a succession des crises économiques et financières, la possible crise écologique et climatique, ou encore les crises sociales (augmentation de la pauvreté, vieillissement de la population)

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

L image en marketing : cadre théorique d un concept multidimensionnel

L image en marketing : cadre théorique d un concept multidimensionnel Centre de Recherche en Gestion L image en marketing : cadre théorique d un concept multidimensionnel Michel RATIER Novembre 2002 Cahier de recherche no. 2002 152 IAE de Toulouse Place Anatole France 31042

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Les dessous des moteurs de recommandation

Les dessous des moteurs de recommandation Les dessous des moteurs de recommandation La personnalisation est un enjeu majeur du e-commerce aujourd hui. Elle réveille l esprit commerçant dans les boutiques en ligne en remettant le visiteur au cœur

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

web Ergonomie 3 e édition Pour des sites web efficaces Boucher Amélie Préface de d Élie Sloïm

web Ergonomie 3 e édition Pour des sites web efficaces Boucher Amélie Préface de d Élie Sloïm Amélie Boucher Ergonomie web Pour des sites web efficaces 3 e édition Préface de d Élie Sloïm Groupe Eyrolles, 2007, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-13215-1 chapitre4 François Camille Paul Définir votre internaute

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Brand content : les écarts entre l offre et la demande

Brand content : les écarts entre l offre et la demande 2014 Edition Spéciale 4 Intelligence Applied Les consommateurs sont de plus en plus nombreux, dans le monde, à se montrer très friands de brand content, et la plupart des marques sont prêtes à satisfaire

Plus en détail

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome ENNAJI Mourad LASC université de Metz Ile du Saulcy B.P 80794 57 012 METZ Ennaji@lasc.sciences.univ-metz.fr Résumé Cet

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Université de Mons UMONS Institut d Administration Scolaire. Direction Générale des Enseignements

Université de Mons UMONS Institut d Administration Scolaire. Direction Générale des Enseignements Ce fascicule a été réalisé dans le cadre d une recherche-action commanditée par la Province de Hainaut intitulée «Implémentation de l approche orientante au sein de l enseignement secondaire provincial».

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

2 Alliances de marque et stratégie de co-branding

2 Alliances de marque et stratégie de co-branding 2000-02 Co-branding : clarification du concept et proposition d un modèle d évaluation Jean-Jack Cegarra* et Géraldine Michel** * Professeur à l IAE de Lyon ** Maître de Conférences à l IAE de Paris Résumé:

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail