Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013"

Transcription

1 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013

2 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer afin de se conformer aux exigences du Bureau du surintendant des institutions financières Canada (le «BSIF»), en particulier les Exigences de divulgation en vertu du troisième pilier, entrées en vigueur en novembre 2007 suivant la nouvelle version de Bâle II, Convergence internationale de la mesure et des normes de fonds propres Dispositif révisé, publiée par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire en juin Bâle II comporte trois piliers : Premier pilier : Exigences minimales de fonds propres Deuxième pilier : Processus de surveillance prudentielle Troisième pilier : Discipline de marché Le troisième pilier vient compléter les deux autres en établissant des exigences de divulgation qui permettent aux acteurs du marché d évaluer d importants renseignements, comme le champ d application, les fonds propres, l exposition aux risques ainsi que les procédures d évaluation des risques, et sur la suffisance des fonds propres de la Banque. Les montants présentés dans ce document correspondent aux valeurs comptables inscrites au bilan faisant partie des états financiers de la Banque, lesquels ont été préparés conformément aux Normes internationales d information financière (les «IFRS») émises par le Conseil des normes comptables internationales (le «CNCI»), ainsi qu aux conventions comptables décrites dans ceux-ci. Sauf indication contraire, ces montants n ont pas été audités et sont libellés en milliers de dollars canadiens. 1. CHAMP D APPLICATION La Banque est une banque à charte aux termes de la Loi sur les banques (Canada). Son siège social est situé au , rue Railway SE, Calgary (Alberta) T2H 2V6. Elle est une filiale en propriété exclusive du Mouvement Desjardins, par l entremise de Desjardins Société financière inc. («Desjardins»), elle-même filiale en propriété exclusive de la Fédération des caisses Desjardins du Québec. Avant le 1 er décembre 2013, la Banque était une filiale en propriété exclusive de Western Financial Group inc., elle-même filiale en propriété exclusive de Desjardins. La Banque ne détient aucune filiale ni entité aux fins de consolidation. La Banque offre des services bancaires aux particuliers et aux petites et moyennes entreprises dans l Ouest canadien. 2. STRUCTURE DES FONDS PROPRES Les fonds propres réglementaires de la Banque comprennent son capital-actions, ses bénéfices non répartis, et les plus-values et moins-values latentes de ses titres disponibles à la vente. La Banque est soumise aux normes de fonds propres régies par le BSIF en fonction des normes publiées par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (le «CBCB») de la Banque des règlements internationaux. Au premier trimestre de 2013, la Banque a adopté la nouvelle ligne directrice sur les normes de fonds propres du BSIF établie en fonction des normes publiées par le CBCB, communément appelées «Bâle III». Bâle III distingue deux catégories de fonds propres. La première regroupe deux composantes, les fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires et les autres éléments de fonds 1

3 propres de catégorie 1, et la deuxième regroupe des instruments de fonds propres complémentaires. Le total des fonds propres équivaut à la somme de ces deux catégories. Les fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires englobent les actions ordinaires, les bénéfices non répartis et les autres éléments du résultat étendu. La Banque ne détient actuellement aucun autre élément de catégories 1 et 2. Par conséquent, ses fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires correspondent au total des fonds propres de catégorie 1 ainsi qu au total des fonds propres réglementaires. Structure des fonds propres de la Banque 2013 Actions ordinaires Déficit (10 394) Autres éléments du résultat étendu, nets d impôt (503) Fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires Fonds propres de catégorie Total des fonds propres réglementaires La Banque est autorisée à émettre un nombre illimité d actions ordinaires sans valeur nominale. Au 31 décembre 2013, il y avait au total actions ordinaires émises et en circulation. 3. SUFFISANCE DES FONDS PROPRES La Banque gère ses fonds propres conformément à la ligne directrice du BSIF. Celui-ci exige des institutions de dépôt qu elles respectent un certain seuil de fonds propres réglementaires en fonction du risque de crédit et du risque opérationnel (et du risque de marché, lorsque les activités de négociation sont considérables). Les actifs sont pondérés en fonction de chacun de ces risques, puis additionnés. Cette méthode de calcul est prescrite par le BSIF. La Banque utilise l approche standard pour ce qui est du risque de crédit, et l approche indicateur de base pour le risque opérationnel. Bâle III prévoit trois principaux ratios pour l évaluation de la suffisance des fonds propres : le ratio de fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires, le ratio de fonds propres de catégorie 1 et le ratio total de fonds propres. On obtient ces ratios en divisant ces différentes valeurs de fonds propre par une valeur pondérée des actifs. Le BSIF a établi que les institutions de dépôt devaient maintenir un ratio total de fonds propres d au moins 10,5 % et un ratio de fonds propres de catégorie 1 d au moins 7 %. Il peut également prescrire des cibles plus élevées lorsque les circonstances le justifient. En plus des ratios de fonds propres réglementaires, le BSIF exige des institutions de dépôt qu elles réussissent un test de levier financier. On obtient le ratio actif/fonds propres en divisant l actif brut rajusté par le total des fonds propres. 2

4 Fonds propres réglementaires de la Banque Composantes et ratios 2013 Actifs pondérés en fonction du risque Risque de crédit Risque opérationnel Total des actifs pondérés en fonction du risque Ratio de fonds propres Ratio de fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires 49,3 % Ratio de fonds propres de catégorie 1 49,3 % Ratio total de fonds propres 49,3 % Ratio actif/fonds propres 2,3 En 2013, le ratio de fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires, le ratio de fonds propres de catégorie 1 et le ratio total de fonds propres de la Banque étaient supérieurs aux cibles minimales internes; et le ratio actif/fonds propres était largement inférieur à la cible maximale interne. La Banque a respecté les normes de fonds propres du BSIF tout au long de l année. 4. RISQUE DE CRÉDIT Le risque de crédit s entend du risque de pertes financières découlant du manquement d un emprunteur ou d une contrepartie à ses obligations contractuelles. Il s agit du risque le plus important pour la Banque. La plus grande part de risque de crédit de la Banque se trouve dans son portefeuille de prêts, soit l actif le plus important de son bilan. Le Banque est aussi exposée au risque de crédit de ses titres disponibles à la vente et des dépôts qu elle conserve auprès d autres institutions financières. L exposition de la Banque au risque de crédit est surveillée par la haute direction, le sous-comité de gestion du risque de crédit du comité d audit et de gestion des risques et ultimement par le conseil d administration. Ce dernier est chargé de réviser les politiques de gestion du risque de crédit et les pratiques d octroi du crédit, de vérifier et d approuver les prêts dont le montant dépasse les limites déléguées, de surveiller la défaillance de tout type de prêt et de vérifier la suffisance de la provision pour pertes sur créances. Le processus d approbation du crédit est centralisé. Toutes les demandes de crédit sont soumises à un groupe d autorisation indépendant du groupe à l origine des demandes. Les pouvoirs d approbation sont attribués en fonction du montant de crédit demandé. Dans certains cas, la demande doit être soumise à l approbation du sous-comité de gestion du risque de crédit ou du conseil d administration. Pour atténuer le risque de concentration dans les portefeuilles de crédit, la Banque surveille le total des prêts accordés auprès d un même emprunteur, d un même groupe d emprunteurs apparentés, d un même secteur, d une même région ou d un produit donné. Chaque emprunteur commercial se voit attribuer une cote de risque suivant l évaluation de son crédit par la Banque. Cette cote, déterminée à l approbation initiale d une facilité, est réévaluée et modifiée au besoin en fonction de la situation financière ou des clients potentiels de l emprunteur. 3

5 Le processus de réévaluation est continu; il dépend des mouvements économiques en général et de certains clients potentiels du secteur. La cote de crédit sert de base à l évaluation du risque que présente l emprunteur et à l établissement de sa cote de risque. Celle-ci est révisée régulièrement et modifiée au besoin par le groupe de gestion du crédit de la Banque en fonction des nouveaux renseignements disponibles. Pour réduire ou atténuer le risque de crédit, la Banque adopte des politiques et des procédures d évaluation et de gestion des sûretés financières et non financières (garanties). Elle surveille aussi son portefeuille de façon active ainsi que ses activités de recouvrement. Les prêts sont habituellement adossés à des sûretés non financières, comme des immeubles commerciaux ou résidentiels, des véhicules et de l équipement. La Banque possède également un portefeuille de liquidités (titres disponibles à la vente) composé essentiellement d instruments émis par le gouvernement du Canada et de fonds négocié en bourse, soit une sélection largement diversifiée d obligations de catégorie investissement du gouvernement fédéral, de gouvernements provinciaux, de sociétés et de municipalités. La politique de gestion du portefeuille de placements et de titres de la Banque exige que ces placements soient majoritairement de très grande qualité afin que le risque de perte de capital soit minime. La Banque atténue le risque de crédit associé aux dépôts conservés auprès d autres institutions financières en confiant les fonds à des institutions ayant d excellentes cotes de crédit de haute qualité L exposition de la Banque au risque de crédit est surtout concentrée dans l Ouest canadien. Son exposition maximale, dans le cas où une autre partie manque à ses obligations, est indiquée cidessous. Le calcul ne tient compte d aucune garantie détenue, et l exposition maximale aux pertes est jugée égale à la valeur comptable inscrite au bilan. Le montant qui rend le plus justement l exposition maximale de la Banque au risque de crédit, sans tenir compte des garanties détenues ni des rehaussements de crédit, correspond à la somme des 2013 Actifs financiers inscrits au bilan Engagements de crédit - Exposition maximale au risque de crédit actifs financiers inscrits au bilan et des engagements de crédit. Prêts en souffrance Un prêt est classé en souffrance lorsque l emprunteur omet d effectuer un paiement à la date prévue au contrat. Prêts douteux En général, un prêt pour lequel le remboursement du capital ou le paiement des intérêts est en souffrance depuis 90 jours (aux termes du contrat) est automatiquement jugé douteux, à moins qu il ne soit entièrement garanti ou en voie de recouvrement. Les prêts garantis ou assurés par le gouvernement (fédéral ou provincial) ou un organisme gouvernemental du Canada sont jugés 4

6 douteux uniquement lorsque les paiements sont en souffrance depuis 365 jours aux termes du contrat. Provisions spécifiques La Banque surveille constamment son portefeuille de prêts. Une provision spécifique est établie pour les pertes sur créances lorsqu il existe une indication objective de dépréciation et qu un prêt est jugé douteux par la Banque. En général, un prêt pour lequel le remboursement du capital ou le paiement des intérêts est en souffrance depuis 90 jours (aux termes du contrat) est automatiquement jugé douteux, à moins qu il ne soit entièrement garanti ou en voie de recouvrement. Les prêts garantis ou assurés par un gouvernement ou un organisme gouvernemental du Canada sont jugés douteux uniquement lorsque les paiements sont en souffrance depuis 365 jours aux termes du contrat. L indication objective de dépréciation peut être des difficultés financières importantes, une défaillance ou un signe de faillite imminente. Si la dépréciation est évidente, le montant des pertes est calculé d après la différence entre la valeur comptable du prêt, y compris les intérêts courus, et la valeur actualisée des flux monétaires futurs estimés, actualisée au taux d intérêt initial réel du prêt. La valeur comptable du prêt est réduite au moyen d une provision spécifique, et les pertes sont comptabilisées à l état des résultats dans la provision pour pertes sur créances. En date du bilan, tous les prêts douteux sont révisés pour que soit rajustée au besoin la valeur des flux monétaires futurs estimés, actualisée au taux d intérêt initial réel du prêt. Tout rajustement des pertes est comptabilisé en tant que tel dans le compte des provisions, et le revenu en est débité (ou crédité) au moyen de la provision pour pertes sur créances. Provision collective Les prêts évalués individuellement qui ne sont pas jugés douteux sont regroupés en fonction de caractéristiques de crédit similaires, puis évalués collectivement au moyen d un modèle statistique. Une provision collective est établie pour les pertes pour les prêts qui n ont pas fait l objet d indication objective de dépréciation en date du bilan, mais qui n ont pas encore été établies par une évaluation individuelle des prêts. La méthode de provision collective se fonde sur des facteurs à la fois quantitatifs et qualitatifs. Les facteurs quantitatifs comprennent la probabilité de défaillance, l exposition en cas de défaillance, les pertes en cas de défaillance et la période estimative pendant laquelle les pertes existantes seront identifiées et une provision sera établie. Le montant estimé selon ces facteurs quantitatifs est ensuite ajusté selon des facteurs qualitatifs, comme l évaluation du montant des pertes par la direction, qui compare l historique des pertes avec celles les plus récentes en date du bilan; cette évaluation tient compte des tendances actuelles en matière de qualité du crédit, des concentrations du portefeuille, des facteurs d atténuation du risque, des affaires, des conditions macroéconomiques, des changements de politiques et de procédures et d autres facteurs connexes. 5

7 Prêts bruts en souffrance et douteux, nets des provisions pour pertes sur créances (par type de prêt) Prêts bruts ni Prêts bruts en Prêts en souffrance souffrance bruts Provisions Provision Prêts Au 31 décembre 2013 ni douteux (non douteux) douteux spécifiques collective nets Prêts hypothécaires résidentiels Prêts personnels (128) Prêts commerciaux et gouvernementaux (94) Provision collective (825) (825) (222) (825) Le 1 er janvier 2014, la Banque a vendu des prêts et crédits-bails commerciaux et agricoles d une valeur comptable de $ à la Caisse centrale Desjardins. La transaction a été conclue à la juste valeur estimative des prêts, c est-à-dire leur valeur comptable nette au 31 décembre RISQUE DE MARCHÉ Le risque de marché correspond au risque de variation de la juste valeur d instruments financiers découlant d une fluctuation des paramètres affectant cette valeur, notamment les taux d intérêt, les écarts de crédit et leur volatilité. La Banque n effectue pas d activités de négociation et n est pas exposée de façon importante au risque de change, au risque lié aux produits de base et au risque de variation de cours des actions. Sa principale source de risque de marché est la structure des taux d intérêt de son portefeuille d intermédiation bancaire. Le risque lié à la structure des taux d intérêt est le risque relatif au revenu net d intérêts découlant d écarts entre les dates d échéance et de réévaluation des actifs et des passifs. Ce risque est géré conformément aux politiques et aux limites approuvées par le conseil d administration, lesquelles visent à refréner les effets négatifs sur le revenu net d intérêts et la valeur économique des capitaux propres. La limite relative au revenu net d intérêts mesure l effet de divers «scénarios-chocs» sur le revenu net d intérêts sur douze mois (bénéfices à risque), et la limite relative à la valeur économique, sur la valeur actualisée de l actif net de la Banque (valeur économique à risque). Les limites globales pour les bénéfices et la valeur économique à risque sont établies en fonction de déplacements parallèles immédiats et soutenus d environ 100 points de base de la courbe des taux. La Banque calcule aussi le décalage de duration (différence entre la durée des actifs et celle des passifs), qui mesure la sensibilité des actifs et des passifs (selon leur valeur au marché) aux fluctuations de taux d intérêt. Le conseil d administration a nommé le comité de gestion de l actif et du passif responsable de surveiller les activités courantes de gestion du risque lié à la structure des taux d intérêt. Ce comité révise les positions de taux d intérêt de la Banque, calculées tous les mois. Le conseil reçoit régulièrement des rapports sur le risque lié aux taux d intérêt et le respect des limites approuvées, et révise et approuve chaque année les politiques et les limites connexes. Selon les positions de taux d intérêt de la Banque, on estime qu une augmentation immédiate et soutenue de 100 points de base ferait baisser le revenu net d intérêts de 48 $ sur douze mois. Au contraire, une réduction immédiate et soutenue de 100 points de base ferait augmenter le revenu net d intérêts de 48 $ sur douze mois. 6

8 6. RISQUE OPÉRATIONNEL Le risque opérationnel, inhérent à toute entreprise, se définit comme le risque de pertes résultant de carences ou de défauts attribuables aux procédures, au personnel et aux systèmes internes ou aux événements extérieurs (ex. : catastrophes naturelles). Cette définition inclut le risque juridique, mais exclut les risques stratégiques et d atteinte à la réputation. Le risque opérationnel peut entraîner notamment des pertes financières, une perte de position concurrentielle ou des mesures d application réglementaires. Pour pondérer les actifs en fonction du risque opérationnel, la Banque utilise l approche indicateur de base. 7. RÉMUNÉRATION À la Banque, la rémunération dépend d objectifs de rendement collectifs et individuels. Elle est structurée de manière à inciter les employés à atteindre des objectifs d affaires stratégiques conformément à l appétit pour le risque approuvé par le conseil d administration et aux lois applicables. La structure de rémunération de la Banque est régie par le comité de gouvernance, d éthique et des ressources humaines du conseil d administration. Ce comité, dont les membres sont nommés annuellement par le conseil, est composé d au moins quatre administrateurs, dont au moins deux sont indépendants; aucun d entre eux ne doit être un dirigeant ni un employé de la Banque. Le président du comité est sélectionné chaque année parmi les administrateurs indépendants. Le comité se réunit au moins deux fois l an. Le programme de rémunération comprend un salaire de base, un régime d intéressement à court terme et, pour les cadres, un régime d intéressement à long terme. Le salaire de base de tous les employés est révisé annuellement, et ponctuellement lorsque les conditions du marché l exigent. Les primes d intéressement du régime à court terme, un élément central du programme de rémunération, sont payables une fois l an aux employés admissibles, à condition que certains objectifs soient atteints. Ce régime a pour but de motiver les employés à atteindre des objectifs annuels, financiers ou autres, et de les récompenser. Le comité de rémunération a reçu le mandat de réviser et d approuver ce régime. Le régime d intéressement à long terme vise à motiver les cadres à augmenter la valeur pour l actionnaire. Il prévoit des primes sous forme de rémunération différée. Le rapport prime-salaire de base est représentatif de l échelon, du rôle et des responsabilités du cadre concerné. Rémunération payée ou payable aux principaux membres de la direction (y compris le président et chef de la direction et les vice-présidents) 2013 Salaires et avantages sociaux Prestations de départ

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016 BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III 1. APERÇU DE LA BANQUE ZAG La Banque Zag (la «Banque») est une banque à charte fédérale de l annexe I

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

exigences de Bâle II Pilier 3

exigences de Bâle II Pilier 3 Renseignements ents sur la rémunération de 23 et 24 conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3 La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Basel II Pillar III Disclosures President s Choice Bank Page 1 de 14 Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES AU PILIER III DE L ACCORD DE BÂLE II 31 décembre 2012 Basel II Pillar

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Basel II Pillar III Disclosures President s Choice Bank Page 1 de 12 Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES AU PILIER 3 DE L ACCORD DE BÂLE II 30 septembre 2012 Basel II Pillar III

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

COMPAGNIE DE FIDUCIE PEOPLES. DIVULGATION PUBLIQUE (TROISIÈME PILIER) Au 31 décembre 2012

COMPAGNIE DE FIDUCIE PEOPLES. DIVULGATION PUBLIQUE (TROISIÈME PILIER) Au 31 décembre 2012 COMPAGNIE DE FIDUCIE PEOPLES DIVULGATION PUBLIQUE (TROISIÈME PILIER) Au 31 décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Politique de divulgation... 1 Emplacement et vérification... 1 Contexte... 1 Énoncé de la propension

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 2015 et 2014 (non audités et non examinés par les auditeurs indépendants) États consolidés intermédiaires

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15, Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 septembre 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat États financiers consolidés intermédiaires résumés Comptes consolidés de résultat (non audité) trimestres clos les 30 juin semestres clos les 30 juin (en milliers de dollars canadiens, sauf les nombres

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15 # Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 31 mars 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU ET

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique Personne-ressource : Paige Ward Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM BULLETIN N o 0494 P Le 3 octobre 2011 Politique Aux

Plus en détail

Corporation Ressources Nevado. États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre 2012 (en dollars canadiens)

Corporation Ressources Nevado. États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre 2012 (en dollars canadiens) États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre (en dollars canadiens) États intermédiaires de la situation financière (Non audités) (en dollars canadiens) Note

Plus en détail

Banque Amex du Canada. Renseignements importants relatifs au pilier III des normes de Bâle Le 31 décembre 2012

Banque Amex du Canada. Renseignements importants relatifs au pilier III des normes de Bâle Le 31 décembre 2012 . Le 31 décembre 2012 Table des matières 1 Portée de l application 3 2 Structure et adéquation du capital 4 3 Gestion du risque de crédit 6 4 Gestion actif-passif 12 Risques liés aux taux d intérêt structurels

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15 Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 juin 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU ET

Plus en détail

La norme IFRS 7 cible les informations à fournir au sujet des instruments financiers.

La norme IFRS 7 cible les informations à fournir au sujet des instruments financiers. Ligne directrice Objet : Déclaration des instruments dérivés Catégorie : Comptabilité N o : D-6 Version initiale : octobre 1995 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux banques,

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Caisse Desjardins Des Rivières de Québec

Caisse Desjardins Des Rivières de Québec Caisse Desjardins Des Rivières de Québec Numéro de transit : 20359 Au 31 décembre 2010 Service de vérification Table des matières Rapport de l auditeur indépendant États financiers Bilan... 1 États des

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

La Banque Walmart du Canada. Communication Pilier 3 Bâle III En date du 31 mars 2015

La Banque Walmart du Canada. Communication Pilier 3 Bâle III En date du 31 mars 2015 La Banque Walmart du Canada Communication Pilier 3 Bâle III En date du 31 mars 2015 1 TABLE DES MATIÈRES APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ PUBLIANT LES ÉTATS FINANCIERS... 3 LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS...

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Politique de placement de l encaisse

Politique de placement de l encaisse Politique de placement de l encaisse SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2013-05-21 CA-2013-0188 Date de modification : N

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État de l actif net disponible pour le service des prestations

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 DÉCEMBRE 2013 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 Introduction La plupart des organismes sans but lucratif (OSBL)

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE GESTION DES RISQUES Le comité de gestion des risques (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

Exigences de divulgation du troisième pilier de Bâle II Au 31 décembre 2012

Exigences de divulgation du troisième pilier de Bâle II Au 31 décembre 2012 Exigences de divulgation du troisième pilier de Bâle II Au 31 décembre 2012 1. Champ d application Divulgations qualitatives Le présent document porte sur les exigences de divulgation du troisième pilier

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Rapport des vérificateurs

Rapport des vérificateurs Rapport des vérificateurs Aux membres de la Caisse d'économie solidaire Desjardins, Nous avons vérifié, en vertu de l article 139 de la Loi sur les coopératives de services financiers, le bilan de la Caisse

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

Second Quarter 2013 Interim Report. Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2015. Αβχ

Second Quarter 2013 Interim Report. Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2015. Αβχ Banque HSBC Bank HSBC Canada Canada Second Quarter 2013 Interim Report Rapport intermédiaire du premier trimestre de Αβχ Rapport intermédiaire du premier trimestre de Profil La Banque HSBC Canada, filiale

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

FONDATION DES CLUBS GARÇONS ET FILLES DU CANADA

FONDATION DES CLUBS GARÇONS ET FILLES DU CANADA États financiers de la FONDATION DES CLUBS GARÇONS ET FILLES DU KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11 RAPPORT FINANCIER INTERMÉDIAIRE ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Résultats 1 Bilan 2 Déficit et surplus d apport 3 Flux de trésorerie 4 Notes afférentes aux états financiers 5-11 1 RÉSULTATS CONSOLIDÉS POUR

Plus en détail

Troisième trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 30 septembre 2015

Troisième trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 30 septembre 2015 Troisième trimestre 3 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 30 septembre Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Caisse d'économie Desjardins des employés en Télécommunication

Caisse d'économie Desjardins des employés en Télécommunication Caisse d'économie Desjardins des employés en Numéro de transit : 92239 Au 31 décembre 2009 Service de vérification Table des matières Rapport des vérificateurs États financiers Bilan... 1 États des résultats

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

GESTION DU RISQUE RAPPORT DE GESTION GESTION DU RISQUE. La gestion efficace du risque repose sur une gouvernance efficace du risque.

GESTION DU RISQUE RAPPORT DE GESTION GESTION DU RISQUE. La gestion efficace du risque repose sur une gouvernance efficace du risque. GESTION DU RISQUE La gestion efficace du risque est essentielle au succès de la Banque et représente l une des cinq priorités stratégiques de la Banque. Par conséquent, la Banque Scotia possède une culture

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

Rapport trimestriel 30 septembre 2001

Rapport trimestriel 30 septembre 2001 F O N D S D E P L A C E M E N T I M M O B I L I E R C O M I N A R Rapport trimestriel 30 septembre 2001 Message aux porteurs de parts Au nom des fiduciaires, des dirigeants et du personnel du Fonds de

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Rapport des vérificateurs

Rapport des vérificateurs Rapport des vérificateurs Aux membres de la Caisse populaire Desjardins de Blanc-Sablon, Nous avons vérifié, en vertu de l article 139 de la Loi sur les coopératives de services financiers, le bilan de

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Rapport des vérificateurs

Rapport des vérificateurs Rapport des vérificateurs Aux membres de la Caisse d'économie Honoré-Mercier, Nous avons vérifié, en vertu de l article 139 de la Loi sur les coopératives de services financiers, le bilan de la Caisse

Plus en détail

Rapport des vérificateurs

Rapport des vérificateurs Rapport des vérificateurs Aux membres de la Caisse d'économie des employés de la S.T.C.U.M., Nous avons vérifié, en vertu de l article 139 de la Loi sur les coopératives de services financiers, le bilan

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015 (Instruction

Plus en détail

Ligne directrice sur la suffisance du capital

Ligne directrice sur la suffisance du capital 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets de combustible nucléaire. États financiers 31 décembre 2014 (en dollars canadiens)

Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets de combustible nucléaire. États financiers 31 décembre 2014 (en dollars canadiens) Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets États financiers 31 décembre 2014 Le 5 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Au fiduciaire de Fiducie d Hydro-Québec pour la gestion des déchets

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Exigences en matière de divulgation publique au titre du ratio de levier de Bâle III. Comptabilité et communication de renseignements

Exigences en matière de divulgation publique au titre du ratio de levier de Bâle III. Comptabilité et communication de renseignements Ligne directrice Objet : Catégorie : Exigences en matière de divulgation publique au titre du ratio de levier de Bâle III Comptabilité et communication de renseignements No : D-12 Date : Septembre 2014

Plus en détail

Caisse populaire Desjardins du Nord du Lac-Abitibi

Caisse populaire Desjardins du Nord du Lac-Abitibi Caisse populaire Desjardins du Nord du Lac-Abitibi Numéro de transit : 80019 Au 31 décembre 2010 Service de vérification Table des matières Rapport de l auditeur indépendant États financiers Bilan... 1

Plus en détail

Fiducie Desjardins inc. Informations financières et inhérentes à la gestion des risques

Fiducie Desjardins inc. Informations financières et inhérentes à la gestion des risques Fiducie Desjardins inc. Informations financières et inhérentes à la gestion des risques Troisième trimestre 30 septembre 2013 TABLE DES MATIÈRES PAGES Remarques à l'intention du lecteur... 2 État du résultat

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail