QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE?"

Transcription

1 CRIAVS-LR FORMATION «MINEURS AUTEURS ET/OU VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES» 7/8 JUIN 2012 QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE? Marc TOUILLIER Doctorant, chargé d enseignement en droit à la Faculté de droit de Montpellier

2 Prolégomènes Délimitation du champ de l intervention Quelques données statistiques

3 Délimitation du champ de l intervention Interprétation juridique des mots-clés Sanctions pénales => Sanctions Violences sexuelles sexuelles => Atteintes

4 Quelques données statistiques Le dit : La violence sexuelle des mineurs en forte hausse (Le Figaro, 12 juin 2009) En 2007, les viols représentaient ¾ des crimes commis par les mineurs La ½ des mineurs de moins de 13 ans ont été mis en cause pour des faits à caractère sexuel Les non dits : Une augmentation à pondérer (Statistiques du Ministère de la Justice, ) Les condamnations de mineurs recensées en 2007 traduisaient une diminution de la proportion de viols parmi les crimes par rapport à 2005 (70 % contre 78 %) En 2006, les mineurs de moins de 13 ans représentaient 15 % des mineurs condamnés pour des infractions sexuelles et 1 % des mineurs condamnés pour viol.

5 Quelles sanctions pénales pour les mineurs auteurs d atteintes sexuelles? I - La spécificité des atteintes sexuelles II - La spécificité de la justice pénale des mineurs III - L «a-spécificité» des sanctions pénales pour les mineurs auteurs d atteintes sexuelles

6 - I - La spécificité des atteintes sexuelles

7 I - La spécificité des atteintes sexuelles Les atteintes sexuelles : une catégorie particulière d infractions sexuelles Les atteintes sexuelles : une catégorie ciblée par l inscription de l inceste dans le Code pénal

8 Les atteintes sexuelles : Une catégorie particulière d infractions sexuelles Typologie des atteintes sexuelles Un contact physique impudique Un contact appréhendé différemment selon qu il est consenti ou non Exclusion des autres infractions sexuelles Harcèlement sexuel (abrogé par Cons. const., 4 mai 2012, déc. n QPC) Exhibition sexuelle Messages outrageants (ex : exploitation pornographique de l image d un mineur) Proxénétisme, etc.

9 Typologie des atteintes sexuelles Les atteintes sexuelles commises sans le consentement de la victime = Les agressions sexuelles Les atteintes sexuelles commises avec le consentement de la victime = Les atteintes sexuelles sur mineur (à écarter)

10 Les agressions sexuelles Article du Code pénal (al. 1 er ) «Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise».

11 Les différentes formes d agression sexuelle Le viol Articles à CP Article : Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. Le viol est puni de 15 ans de réclusion criminelle. Le viol est un crime caractérisé par un acte de pénétration sexuelle non consenti. Exemples : fellation, sodomie NB : Les tribunaux exigent que le viol soit Les autres agressions sexuelles Articles à CP Article : Les agressions sexuelles autres que le viol sont punies de 5 ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Les autres agressions sexuelles sont des délits caractérisés par tout autre contact physique impudique non consenti. Exemples : attouchements, caresses, baisers

12 Les principaux cas de viol aggravé Nature de la circonstance aggravante - Mutilation ou infirmité permanente - Qualité de la victime : mineur âgé de moins de 15 ans ; personne vulnérable du fait de son âge, d une maladie, d une déficience - Qualité de l auteur : ascendant ou toute autre personne ayant une autorité de droit ou de fait ; conjoint, concubin ou partenaire pacsé - Mode opératoire : usage ou menace d une arme ; état d ivresse ou usage de stupéfiants Articles à CP Peines principales encourues 20 ans de réclusion criminelle - Mort de la victime 30 ans de réclusion criminelle - Tortures et actes de barbarie Réclusion criminelle à perpétuité

13 Les principaux cas d agression sexuelle aggravée Nature de la circonstance aggravante - Blessure ou lésion - Qualité de la victime : mineur âgé de moins de 15 ans ; personne vulnérable du fait de son âge, d une maladie, d une déficience - Qualité de l auteur : ascendant ou toute autre personne ayant une autorité de droit ou de fait ; conjoint, concubin ou partenaire pacsé - Mode opératoire : usage ou menace d une arme ; état d ivresse ou usage de stupéfiants - Combinaison de l une des qualités de la victime et de l une des autres circonstances aggravantes Articles à CP Peines principales encourues 7 ans d emprisonnement euros d amende 10 ans d emprisonnement euros d amende

14 Les atteintes sexuelles sur mineur Les atteintes sexuelles sur mineur de moins 15 ans Articles et CP Article : Le fait, par un majeur, d'exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d'un mineur de 15 ans est puni de 5 ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Les atteintes sexuelles sur mineur de 15 à 18 ans Article CP Article : Les atteintes sexuelles sans violence, contrainte, menace ni surprise sur un mineur âgé de plus de quinze ans et non émancipé par le mariage sont punies de 2 ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Il s agit d un délit caractérisé par tout acte de nature sexuelle consenti, à condition que l auteur soit majeur et la victime âgée de moins de 15 ans. => Pour être punissable, l infraction doit être commise par un ascendant, un individu ayant une autorité de droit ou de fait sur la victime ou un individu qui abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions. Impunité des relations sexuelles consenties entre mineurs

15 Les atteintes sexuelles = catégorie ciblée par l inscription de l inceste dans le Code pénal De l inscription de l inceste dans le Code pénal Une définition large Une définition sans conséquence à sa suppression par le Conseil constitutionnel Cons. const., 16 sept. 2011, déc. n QPC Cons. const., 17 févr. 2012, déc. n QPC

16 L inscription de l inceste dans le Code pénal Une définition large La loi n du 8 février 2010 avait prévu que les infractions d atteintes sexuelles seraient qualifiées d incestueuses lorsqu'elles sont commises au sein de la famille sur la personne d'un mineur par : un ascendant, un frère, une sœur ou toute autre personne, y compris s'il s'agit d'un concubin d'un membre de la famille, ayant sur la victime une autorité de droit ou de fait. Une définition sans conséquence La loi n du 8 février 2010 n avait prévu : aucune circonstance aggravante spécifique du fait de la qualification d inceste aucune sanction pénale spécifique du fait de la qualification d inceste

17 La suppression de l inceste du Code pénal Cons. const., 16 sept. 2011, déc. n QPC Cons. const., 17 févr. 2012, déc. n QPC «S'il était loisible au législateur d'instituer une qualification pénale particulière pour désigner les agissements sexuels incestueux, il ne pouvait, sans méconnaître le principe de légalité des délits et des peines, s'abstenir de désigner précisément les personnes qui doivent être regardées, au sens de cette qualification, comme membres de la famille ; que, par suite, sans qu'il soit besoin d'examiner l'autre grief, la disposition contestée doit être déclarée contraire à la Constitution».

18 - II - La spécificité de la justice pénale des mineurs

19 «Quand un enfant vole un vélo, ce n est pas au vélo qu'il faut s intéresser mais à l enfant». J. Chazal, L enfance délinquante, PUF, coll. Que sais-je?, 1983.

20 II - La spécificité de la justice pénale des mineurs Une spécificité reconnue : les principes directeurs de la justice pénale des mineurs Une spécificité contestée : le durcissement de la justice pénale des mineurs

21 Une spécificité reconnue : Les principes directeurs de la justice pénale des mineurs Les principes directeurs substantiels : Une responsabilité pénale conditionnée à la faculté de discernement du mineur Une responsabilité pénale atténuée en fonction de l âge du mineur Les principes directeurs formels : Des juridictions spécialisées pour les mineurs Une procédure appropriée à la vulnérabilité du mineur

22 Les principes directeurs substantiels Une responsabilité pénale conditionnée à la faculté de discernement du mineur Une responsabilité pénale atténuée en fonction de l âge du mineur

23 Une responsabilité pénale conditionnée à la faculté de discernement du mineur Le discernement constitue la condition préalable à l engagement de la responsabilité pénale du mineur : Cass. crim., 13 déc. 1956, Laboube : «La responsabilité pénale d'un tout jeune enfant ne peut être retenue si cet enfant ne possède pas le minimum de raison nécessaire pour comprendre la nature et la portée de l'acte qu'on lui reproche [ ]» Article CP (1992, modifié en 2002) : «Les mineurs capables de discernement sont pénalement responsables des crimes, délits ou contraventions dont ils ont été reconnus coupables [ ]» Aucun âge minimal n est donc retenu en droit français. En pratique, l âge de raison ( 7 ans) sert néanmoins de seuil au juge pénal En 2008, le rapport de la Commission Varinard a proposé de fixer un âge minimal de responsabilité pénale à 12 ans (à partir duquel le discernement de l enfant est donc présumé)

24 Une responsabilité pénale atténuée en fonction de l âge du mineur L atténuation de la responsabilité pénale du mineur en fonction de son âge et le primat de l éducatif sur le répressif = principes fondamentaux reconnus par les lois de la République (Cons. const., 29 août 2002, déc. n DC) Il en résulte une palette de sanctions variable en fonction de l âge du mineur : Mineur < 10 ans : mesures éducatives uniquement Mineur ans : mesures éducatives /sanctions éducatives Mineur ans : mesures éducatives / sanctions éducatives / peines (quantum obligatoirement réduit pour les ans)

25 Les sanctions pénales applicables aux mineurs Mineur non discernant Mineur < 10 ans ans Mesures éducatives (art. 8, 15 et 16 ord. 2 févr. 1945) OK OK Sanctions éducatives (art ord. 2 févr. 1945) Peines (art à 20-8 ord. 2 févr. 1945) Durée / montant obligatoirement réduit Irresponsabilité pénale OK Durée / montant facultativemen t réduit ans OK OK OK

26 Les principes directeurs formels Des juridictions spécialisées pour les mineurs Une procédure appropriée à la vulnérabilité du mineur

27 Des juridictions spécialisées pour les mineurs Le juge des enfants = magistrat professionnel En matière civile : assistance éducative En matière pénale : cumul des fonctions d instruction et de jugement Exception au stade de l instruction et du jugement s il s agit d un crime Exception au stade du jugement s il s agit d un délit ou d une contravention pour lequel le prononcé d une sanction éducative ou d une peine est envisagé Le tribunal pour enfants 1 magistrat professionnel (juge des enfants) + 2 assesseurs Compétence pour les crimes commis par les mineurs < 16 ans, les délits et contraventions de la 5 e classe lorsqu une peine ou une sanction éducative est envisagée La cour d assises des mineurs 3 magistrats professionnels (dont 2 juges des enfants en principe) + 6 jurés populaires Compétence pour les crimes commis par les mineurs âgés de 16 à 18 ans

28 Une procédure appropriée à la vulnérabilité du mineur Particularisme de la phase d enquête policière Impossibilité de retenir les mineurs < 10 ans Retenue judiciaire pour les mineurs de ans GAV pour les mineurs > 13 ans Particularisme de la phase d instruction Instruction obligatoire sauf pour les contraventions légères Placement sous contrôle judiciaire et en détention provisoire exclus pour les mineurs < 13 ans Particularisme de la phase de jugement Assistance obligatoire d un avocat Exclusion du «plaider coupable» et de l ordonnance pénale

29 Une spécificité contestée : Le durcissement de la justice pénale des mineurs Une responsabilité de moins en moins atténuée L exclusion facilitée du bénéfice de l excuse atténuante de minorité en cas de 1 ère récidive de certains crimes et délits (lois 5 mars et 10 août 2007) L exclusion automatique du bénéfice de l excuse atténuante de minorité en cas de 2 ème récidive de certains crimes et délits (loi 10 août 2007) Peines plancher applicables en cas de récidive (loi 10 août 2007) Une procédure ou des juridictions déspécialisées La création du tribunal correctionnel pour mineurs (délits punis d une peine 3 ans d emprisonnement commis par des mineurs de ans en état de récidive)

30 - III - L «a-spécificité» des sanctions pénales pour les mineurs auteurs d atteintes sexuelles

31 III L «a-spécificité» des sanctions pénales pour les mineurs auteurs d atteintes sexuelles Les sanctions pénales applicables Les sanctions pénales appliquées

32 Les sanctions pénales applicables Les sanctions pénales indépendantes de la nature des infractions Les mesures éducatives Les sanctions éducatives Les sanctions pénales liées à la nature des infractions Les peines applicables aux mineurs auteurs d atteintes sexuelles La modulation des peines applicables aux mineurs auteurs d atteintes sexuelles

33 Les sanctions pénales indépendantes de la nature des infractions Les mesures éducatives Les sanctions éducatives

34 Les mesures éducatives Caractéristiques principales Applicables dès le stade de l instruction (étape obligatoire en principe) Révisables à tout moment Cumul possible entre elles ou avec certaines peines Inscription au casier judiciaire Contenu

35 Les sanctions éducatives Caractéristiques principales Applicables uniquement au stade du jugement Cumul impossible avec des mesures éducatives ou des peines Inscription au casier judiciaire En cas d inexécution, placement possible dans l un des établissements précités Contenu : Sanctions éducatives Mesures éducatives Avertissement solennel Exécution de travaux scolaires Sanctions éducatives Peines Confiscation de l objet en cause Interdiction de paraître en certains lieux Mesure d aide ou de réparation Interdiction de rencontrer victime / coauteur(s) Placement dans un établissement habilité pour un travail psychologique, éducatif et social Placement en internat scolaire Interdiction d aller et venir seul dans la rue entre 23h et 6h Stage de formation civique

36 Les sanctions pénales liées à la nature des infractions Les peines applicables aux mineurs auteurs d atteintes sexuelles La modulation des peines applicables aux mineurs auteurs d atteintes sexuelles

37 Les peines applicables aux mineurs auteurs d atteintes sexuelles Peines encourues Peines principales Viol Réclusion criminelle Autres agressions sexuelles Emprisonnement Amende Peines complémentaires Suivi socio-judiciaire (peut être prononcé à titre de peine principale en matière correctionnelle) Interdiction / confiscation d une arme Stage de citoyenneté

38 La modulation des peines applicables aux mineurs auteurs d atteintes sexuelles L atténuation des peines : L atténuation obligatoire des peines privatives de liberté et d amende pour les ans L atténuation facultative des peines privatives de liberté et d amende pour les ans L aménagement des peines : Sursis simple en cas de condamnation à un emprisonnement 5 ans Sursis avec mise à l épreuve en cas de condamnation à un emprisonnement 5 ans (combinaison possible avec une mesure éducative ou un placement en CEF) Sursis-TIG pour les mineurs de ans Placement sous surveillance électronique

39 Les sanctions pénales appliquées => La place prépondérante accordée à la prison Condamnations pour crimes sexuels : prison dans 94 % des cas 37 % emprisonnement ferme (dont 1/4 < à 1 an) 56 % avec sursis total Condamnations pour délits sexuels : prison dans 58 % des cas 7 % emprisonnement ferme 51 % avec sursis total (dont 43 % de sursis simple et 56 % de SME) Les mesures éducatives représentent 37,5 % des condamnations Statistiques du Ministère de la Justice, 2007 pour l année 2006

40 Conclusion Quelle place pour les soins en prison? Ne faudrait-il pas développer d autres sanctions pénales que la privation de liberté pour traiter la délinquance sexuelle des mineurs?

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol.

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol. LE VIOL Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu il soit, commis sur la personne d autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. I - E L E M E N T L E G A L L article

Plus en détail

Quelques lois à connaître en matière de sexualité

Quelques lois à connaître en matière de sexualité Lexique juridique Par Armelle Nollet (CLER-Amour et Famille) Quelques lois à connaître en matière de sexualité I - Les interdits Ici sont réunis quelques éléments importants mais non exhaustifs à connaître

Plus en détail

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport Textes-clés tirés du code du sport (source Légifrance) Article L332-6 Lors d une manifestation sportive ou de la retransmission en public d une telle manifestation dans une enceinte sportive, le fait de

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

Angleterre/ Pays de Galles

Angleterre/ Pays de Galles Inscription du mot «inceste» dans le Code pénal France Allemagne Belgique Canada Pas infraction spécifique il s agit d une lorsqu il est commis par un ascendant légitime, naturel ou adoptif, ou par toute

Plus en détail

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION LA RECIDIVE La récidive est la principale cause qui permet au juge de dépasser le maximum normal de la peine. Le délinquant après avoir été condamné pour une première infraction en commet une seconde.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-356 QPC du 29 novembre 2013. M. Christophe D.

Commentaire. Décision n 2013-356 QPC du 29 novembre 2013. M. Christophe D. Commentaire Décision n 2013-356 QPC du 29 novembre 2013 M. Christophe D. (Prorogation de compétence de la cour d assises des mineurs en cas de connexité ou d indivisibilité) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-625 DC du 10 mars 2011

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-625 DC du 10 mars 2011 Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-625 DC du 10 mars 2011 Loi d orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI) La loi d orientation et de programmation pour

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL n LC 178 Octobre 2007 - 3 - LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL

Plus en détail

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique (Modification du code pénal, du

Plus en détail

CONCOURS EUROPEEN DES DROITS DE L HOMME RENE CASSIN. CAS PRATIQUE Procédure de sélection 2012-13

CONCOURS EUROPEEN DES DROITS DE L HOMME RENE CASSIN. CAS PRATIQUE Procédure de sélection 2012-13 CONCOURS EUROPEEN DES DROITS DE L HOMME RENE CASSIN CAS PRATIQUE Procédure de sélection 2012-13 1. Marie Marion et Martin Roméo sont des ressortissants de la République Syldave. La République de Syldavie

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Consommation de produits interdits ou règlementés (points législatifs)

Consommation de produits interdits ou règlementés (points législatifs) CLASSEUR LEGISLATION L aumônerie au quotidien F. Protection des mineurs 1. DROGUE, TABAC, ALCOOL Consommation de produits interdits ou règlementés (points législatifs) Drogues : Toute consommation de drogue

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 22 octobre 2014 de présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale de la loi n 2014-790 du 10 juillet 2014 visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale NOR :

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2233 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 152 25 juillet 2011 S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE

Plus en détail

La récidive. La récidive

La récidive. La récidive La récidive La récidive intéresse l efficacité du système pénal dans son ensemble, et singulièrement la capacité du traitement pénal à prévenir une rechute des individus déjà condamnés. Ainsi le débat

Plus en détail

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations jeunesse

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-204 QPC du 9 décembre 2011. M. Jérémy M. (Conduite après usage de stupéfiants)

Commentaire. Décision n 2011-204 QPC du 9 décembre 2011. M. Jérémy M. (Conduite après usage de stupéfiants) Commentaire Décision n 2011-204 QPC du 9 décembre 2011 M. Jérémy M. (Conduite après usage de stupéfiants) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 octobre 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle,

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Le suivi socio-judiciaire

Le suivi socio-judiciaire Le suivi socio-judiciaire Instauré en 1998 pour assurer un contrôle des personnes condamnées pour des infractions sexuelles et une assistance après leur peine, le SSJ (suivi socio-judiciaire) subit une

Plus en détail

Extraits du Code pénal du Sénégal

Extraits du Code pénal du Sénégal République du Sénégal, Code Pénal et Code des Contraventions avec en annexe le Tableau de concordance des articles du nouveau Code pénal avec ceux du Code précédemment en vigueur Rufisque, Imprimerie nationale,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage Table analytique des matières / 845 TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage Préliminaires... 1 I. Les intérêts du droit pénal spécial... 2 II.

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-501 QPC du 27 novembre 2015. M. Anis T.

Commentaire. Décision n 2015-501 QPC du 27 novembre 2015. M. Anis T. Commentaire Décision n 2015-501 QPC du 27 novembre 2015 M. Anis T. (Computation du délai pour former une demande de réhabilitation judiciaire pour une peine autre que l emprisonnement ou l amende) Le Conseil

Plus en détail

LES DROITS DE LA DEFENSE LORS DE L AUDITION «LIBRE» Sabrina Goldman Avocat au Barreau de Paris

LES DROITS DE LA DEFENSE LORS DE L AUDITION «LIBRE» Sabrina Goldman Avocat au Barreau de Paris LES DROITS DE LA DEFENSE LORS DE L AUDITION «LIBRE» Sabrina Goldman Avocat au Barreau de Paris La réforme de la garde-à-vue du 14 juin 2011 1, adoptée à la suite de plusieurs décisions du Conseil constitutionnel,

Plus en détail

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes 25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes «La violence faite aux femmes désigne tout acte de violence fondé sur l appartenance au sexe féminin, causant

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive?

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Article rédigé pour la revue «AJ-PENAL» (Les Editions Dalloz) Août 2005 Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Par Pierre V. Tournier 1 La recherche dont nous présentons ici

Plus en détail

Décision n 2010-40 QPC. Dossier documentaire

Décision n 2010-40 QPC. Dossier documentaire Décision n 2010-40 QPC Article 234-13 du code de la route Annulation du permis de conduire Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2010 Sommaire I. Dispositions législatives 4

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

DROIT PENAL DES MINEURS

DROIT PENAL DES MINEURS DROIT PENAL DES MINEURS OC Economie et droit Catherine Beez-Ducarroz/GYB Et les mineurs? (Délinquance juvénile) Evolution selon les chiffres officiels, en Suisse Selon l Office fédéral de la statistique

Plus en détail

La maltraitance des personnes âgées et/ou handicapées vue par le droit Comment le droit appréhende-t- il la maltraitance? Point important: la maltraitance ne constitue pas une notion juridique C est un

Plus en détail

FACULTE DE DROIT INSTITUT D ETUDES JUDICIAIRES

FACULTE DE DROIT INSTITUT D ETUDES JUDICIAIRES FACULTE DE DROIT INSTITUT D ETUDES JUDICIAIRES Correction NOTE DE SYNTHESE «Les droits du gardé à vue» Il y a garde à vue dès qu il y a maintien, à la disposition des enquêteurs, d une personne dont la

Plus en détail

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)*

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)* Nations Unies Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. générale 3 août 2010 Français Original: anglais CAT/C/SEN/Q/3 Comité contre la torture

Plus en détail

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité»

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité» OIJJ LONDRES 7.11.12 LES JEUNES, LA CRIMINALITE ET LA SOLIDARITE : LES IMPLICATIONS POUR LE CHANGEMENT par Madame Dominique ATTIAS Pour pouvoir exercer, le futur avocat se présente en robe devant le Premier

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 207 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, renforçant la lutte contre le système prostitutionnel,

Plus en détail

JORF du 5 mars 2002. Texte n 3. LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L

JORF du 5 mars 2002. Texte n 3. LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L Le 28 avril 2014 JORF du 5 mars 2002 Texte n 3 LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2016-261 du 3 mars 2016 relatif aux traitements automatisés du contrôle des personnes placées sous surveillance électronique

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques SÛRETE, SECURITE : Quelques précisions sémantiques SÛRETÉ SÉCURITÉ La signification attribuée aux termes «sûreté» et «sécurité» varie selon les métiers et les cultures professionnelles. Par exemple : La

Plus en détail

Quoi de neuf sur l ITT?

Quoi de neuf sur l ITT? Quoi de neuf sur l ITT? Patrick O BYRNE Service de Médecine Légale CHRU de Tours Hôpital Trousseau 37044 TOURS Cedex 9 46èmes Journées de FMC Département de FMC Faculté de Médecine de Tours 11 septembre

Plus en détail

BELGIQUE. Code pénal :

BELGIQUE. Code pénal : BELGIQUE Code pénal : Article I. Code Pénal Article II. Chapitre V Article III. De L'attentat à la Pudeur et du Viol. Art. 372. Tout attentat à la pudeur commis sans violences ni menaces sur la personne

Plus en détail

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Intervention du 2 juin 2009 Vincent CARON, Avocat associé cabinet FIDAL Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Directeur du pôle Santé et sécurité au

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

LE PROXENETISME HOTELIER

LE PROXENETISME HOTELIER LE PROXENETISME HOTELIER Le fait, par quiconque, agissant directement ou par personne interposée : 1 De détenir, gérer, exploiter, diriger, faire fonctionner, financer ou contribuer à financer un établissement

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire

L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire pour régler les litiges entre les simples justiciables (juridictions

Plus en détail

N o 3692 A S S E M B L É E N A T I O N A L E CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 avril 2002. PROPOSITION DE LOI tendant à renforcer

Plus en détail

N 736 (rectifié) ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 736 (rectifié) ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 736 (rectifié) ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 février 2013. PROJET DE LOI portant diverses dispositions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

LA COMPLICITE. L'acte de complicité n'est pas punissable en tant que tel. Il doit se rattacher à un fait principal punissable.

LA COMPLICITE. L'acte de complicité n'est pas punissable en tant que tel. Il doit se rattacher à un fait principal punissable. LA COMPLICITE L'infraction peut être le fait de plusieurs personnes qui seront selon les cas coauteurs, ou auteurs et complices. La complicité consiste en l'entente momentanée entre deux ou plusieurs personnes

Plus en détail

LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE

LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 : article 17. Décret n 72-355 du 4 mai 1972 modifié par le décre t n 2008-1551 du 31 décembre 2008. Sur les 8140

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE.

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 989 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 110 22 mai 2009 A N 85 6 mai 2013 S o m m a i r e S o m m a i

Plus en détail

Code pénal. Les infractions pénales sont classées, suivant leur gravité, en crimes, délits et contraventions.

Code pénal. Les infractions pénales sont classées, suivant leur gravité, en crimes, délits et contraventions. Code pénal Partie législative LIVRE Ier : Dispositions générales. TITRE Ier : De la loi pénale. CHAPITRE Ier : Des principes généraux. Article 111-1 Les infractions pénales sont classées, suivant leur

Plus en détail

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006 C o n s e i l c o n s t i t u t i o n n e l Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006 Demande tendant à la déchéance de plein droit de M. Jean-François MANCEL, Député Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 17 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 17 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 17 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA COHÉRENCE DANS LE PRONONCÉ DES PEINES (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

Agression sexuelle. Le Code pénal donne une définition large de. (Code pénal article 222-22).

Agression sexuelle. Le Code pénal donne une définition large de. (Code pénal article 222-22). Agressions sexuelles de l enfant et de l adolescente Aspects médicaux en pratique libérale Aspects juridiques et médico-légaux 5900 enfants / année en France 7 viols sur 10 intra-familiaux Aspect médiatique

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 juin 2015 Objet : Projet de loi n 6820 portant modification: 1) de la loi du 29 mars 2013 relative à l organisation du casier et aux échanges d informations extraites du casier judiciaire

Plus en détail

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3)

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3) (S04-J1-3) Parallèlement à l organisation des structures de la Police et de la Gendarmerie Nationales, à leurs enquêtes, existe une organisation de la justice pénale. Cette organisation repose sur un certain

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 308 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME

Plus en détail

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE.

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. Article juridique publié le 22/11/2013, vu 2393 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Il faut entendre par gérant de fait la personne qui se comporterait

Plus en détail

CONCOURS ENM 2015. Droit pénal. Cas pratique

CONCOURS ENM 2015. Droit pénal. Cas pratique 1 www.lautreprepa.fr CONCOURS ENM 2015 Droit pénal Cas pratique Enoncé : Le 20 avril 2015, trois individus : Paul (18 ans), Xavier (20 ans) et Kévin (16 ans), désoeuvrés et à cours d argent projettent

Plus en détail

Direction des Affaires Criminelles et des Grâces. La justice pénale Présentation à l adresse des maires

Direction des Affaires Criminelles et des Grâces. La justice pénale Présentation à l adresse des maires Direction des Affaires Criminelles et des Grâces La justice pénale Présentation à l adresse des maires Direction des affaires criminelles et des grâces Bureau de la justice pénale de proximité, des politiques

Plus en détail

INVALIDATION DU PERMIS: UNE ANNULATION ADMINISTRATIVE AUTONOME

INVALIDATION DU PERMIS: UNE ANNULATION ADMINISTRATIVE AUTONOME INVALIDATION DU PERMIS: UNE ANNULATION ADMINISTRATIVE AUTONOME Article juridique publié le 11/03/2011, vu 8564 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine L'invalidation du permis de conduire est une sanction

Plus en détail

311.0. Code pénal suisse. Livre 1 4. Dispositions générales. Champ d application. du 21 décembre 1937 (Etat le 1 er janvier 2015)

311.0. Code pénal suisse. Livre 1 4. Dispositions générales. Champ d application. du 21 décembre 1937 (Etat le 1 er janvier 2015) du 21 décembre 1937 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 123, al. 1 et 3, de la Constitution 1, 2 vu le message du Conseil fédéral du 23 juillet 1918 3,

Plus en détail

la probation en tant que peine autonome : les équivalents de la peine de contrainte pénale

la probation en tant que peine autonome : les équivalents de la peine de contrainte pénale R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E Avril 2014 NOTE sur la probation en tant que peine autonome : les équivalents de la peine de contrainte pénale Allemagne Canada Italie République tchèque Royaume-Uni

Plus en détail

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin Article juridique publié le 01/09/2015, vu 1538 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM De plus en plus, la toile est utilisée

Plus en détail

Réforme du droit d asile

Réforme du droit d asile LA SEMAINE DU DROIT L APERÇU RAPIDE ÉTRANGERS 903 Réforme du droit d asile À propos de la loi n 2015-925 du 29 juillet 2015 POINTS-CLÉS La loi relative au droit d asile a été publiée au Journal offi ciel

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Mineurs victimes de violences sexuelles

Mineurs victimes de violences sexuelles Mineurs victimes de violences sexuelles Du signalement à l examen du médecin légiste Docteur Rhizlane HAMMANI Médecin Légiste CHRU Montpellier, CRIAVS LR 2014 Les violences sexuelles sont un type de maltraitance

Plus en détail

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine J U L I E D E S R O S I E R S P R O F E S S E U R E F A C U L T É D E D R O I T U N I V E R S I T É L A V A L Plan

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice 4784 Circulaire du 3 juin 2003 Date d'application : immédiate Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice à 1. POUR ATTRIBUTION Mesdames et Messieurs les PROCUREURS GÉNÉRAUX Mesdames et Messieurs les PROCUREURS

Plus en détail

Evaluation Prévention. Sanctions

Evaluation Prévention. Sanctions Evaluation Prévention Traitement Sanctions Introduction Définitions Prévention des risques psychosociaux -> identification et évaluation -> les acteurs -> les outils Sanctions des atteintes psychosociales

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1. L émission... 19 2. L importation... 20 3. La détention en vue d émission... 20 LARCIER

TABLE DES MATIÈRES. 1. L émission... 19 2. L importation... 20 3. La détention en vue d émission... 20 LARCIER TABLE DES MATIÈRES PAGES CHAPITRE I. Le faux-monnayage... 7 Julien MOINIL INTRODUCTION... 15 SECTION 1. LA FAUSSE MONNAIE MÉTALLIQUE... 16 1. Éléments matériels de l infraction... 16 I. L objet de l infraction

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Formation continue Droit scolaire

Formation continue Droit scolaire AVERTISSEMENTS Ce document est un support créé pour les étudiants de la HEP et complété à l occasion d une journée pédagogique. Il ne peut pas être exhaustif de la réglementation, ni répondre à toutes

Plus en détail

i jbkqp=ab=jbprob= abp=sflibk`bp=bkqob=`lkglfkqp

i jbkqp=ab=jbprob= abp=sflibk`bp=bkqob=`lkglfkqp 16 etudes VC:Mise en page 1 10/10/07 15:20 Page 221 i jbkqp=ab=jbprob= abp=sflibk`bp=bkqob=`lkglfkqp national de la délinquance a présenté, pour la première fois dans L Observatoire son rapport annuel

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

Droit pénal- Procédure pénale- Application des peines

Droit pénal- Procédure pénale- Application des peines 1/2008 Droit pénal- Procédure pénale- Application des peines Numéro 1 Janvier 2008 La revue mensuelle est un outil de travail à usage strictement interne et exclusif des magistrats et fonctionnaires ayant

Plus en détail

Modèle de tableau d affichage (obligations minimales pour les petites entreprises) Mise à jour : Novembre 2015

Modèle de tableau d affichage (obligations minimales pour les petites entreprises) Mise à jour : Novembre 2015 Modèle de tableau d affichage (obligations minimales pour les petites entreprises) Mise à jour : Novembre 2015 Tableau d affichage Annexe 1 Egalité salariale hommes-femmes : Articles du Code du Travail

Plus en détail

L exigence du droit d appel de la partie civile en cas d acquittement ou de relaxe

L exigence du droit d appel de la partie civile en cas d acquittement ou de relaxe N 15 Avril 2011 L exigence du droit d appel de la partie civile en cas d acquittement ou de relaxe Une cohérence juridique Claude Mathon Claude MATHON, Avocat général à la Cour de cassation. Résumé En

Plus en détail

Jean-Baptiste le Dall & Rémy Josseaume

Jean-Baptiste le Dall & Rémy Josseaume Jean-Baptiste le Dall & Rémy Josseaume L assouplissement du permis à points La loi LOPPSI 2 Le CISR du 11 mai 2011 Le décret du 3 janvier 2012 Panorama rapide de jurisprudence 20 ans de permis à points

Plus en détail

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES DE L EDUCATION NATIONALE Les fonctionnaires ont des obligations en contrepartie desquelles ils bénéficient de certains droits fondamentaux. I. QUELS SONT LES TEXTES

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

L expérience de la France

L expérience de la France Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile des auteurs d infractions sexuelles Le dispositif électronique de protection anti-rapprochement L expérience

Plus en détail

QUELLES SANCTIONS POUR LES MINEURS AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES?

QUELLES SANCTIONS POUR LES MINEURS AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES? CRIAVS-LR FORMATION «MINEURS AUTEURS ET/OU VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES» 6 JUIN 2014 QUELLES SANCTIONS POUR LES MINEURS AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES? Marc TOUILLIER Maître de conférences à l Université

Plus en détail

Incompatibilité et interdiction de gérer

Incompatibilité et interdiction de gérer regionauvergne.biz / Incompatibilité et interdiction de gérer Source : Chambre de commerce et d'industrie de Paris - inforeg Date de mise à jour : 29/08/2013 Incompatibilité L'exercice de certaines professions

Plus en détail

TRIBUNAL CORRECTIONNEL

TRIBUNAL CORRECTIONNEL AI Liberté Égathl Fratorrelid RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE. LA JUSTICE www.justice.gouv.fr TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE SAINT-PIERRE ET MIQUELON EXPÉDITION TRIBUNAL CORRECTIONNEL RG N' 2012/000199

Plus en détail

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE Qu est-ce qu un aménagement de peine? Il s agit d une modalité d exécution d une peine d emprisonnement. Il existe plusieurs types de peines : emprisonnement

Plus en détail