ogements Collectifs ésidentialisations spaces Publics Restructurés aisons Individuelles oies nouvelles structurantes Equipements Restructurés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ogements Collectifs ésidentialisations spaces Publics Restructurés aisons Individuelles oies nouvelles structurantes Equipements Restructurés"

Transcription

1

2 Equipements Restructurés spaces Publics Restructurés oies nouvelles structurantes ogements Collectifs aisons Individuelles ésidentialisations ogements Conventionnés quipements Restructurés aisons Individuelles aisons Individuelles

3 Protocole de collaboration dans le cadre du relogement et de l accompagnement social des habitants Quartier Jean Jaurès - Les Etangs - Libération de la Ville de Floirac 1. Préambule Le relogement des ménages concernés par le programme de démolition reconstruction du quartier Jean Jaurès Libération fait l objet d une préoccupation particulière. Il fait appel à un partenariat institutionnel actif avec d importants enjeux opérationnels et sociaux. Ainsi, l accompagnement social des familles est au centre de notre démarche et du partenariat organisé et construit avec les professionnels de l action sociale afin d assurer leur installation et l appropriation de leur nouveau logement. 2. Objet de la charte Ce protocole représente le document cadre du partenariat relogement. Il regroupe les éléments permettant d identifier l organisation partenariale pour la mise en œuvre d un relogement concerté et en adéquation avec les besoins des habitants. Sur le projet du quartier Jean Jaurès Libération, situé dans le Bas Floirac, le programme de démolition s effectue : A travers le relogement de la Cité Libération. Cinq cent trente deux logements seront démolis en deux phases. Une première s effectuera en 2008 avec la démolition de la résidence Jean Moulin et une partie de la résidence Jean St Marc (211 logements) puis une seconde en 2010 avec la démolition des résidences J. R. Guyon et Manon Cormier (321 logements). Il s agit, pour le bailleur Aquitanis, de proposer, par le biais d une série de rencontres individuelles, une trajectoire résidentielle pour les habitants, de concourir à une amélioration de leur situation individuelle mais, également, de les rendre acteurs de l évolution de leur commune. Concernant le relogement de la cité des Etangs (10 logements démolis), l enracinement des personnes logées sur ce site impose de mettre en place, de la part du bailleur «Habitation Economique», un suivi pour accompagner les actuels occupants dans leur déménagement. Il est à souligner que les opérations de relogement restent conditionnées par la réglementation en vigueur : De l ANRU, rendant obligatoire le relogement de 50 % des familles dans des logements neufs ou datant de moins de 5 ans, en fonction du nombre de logements subventionnés en PLUS CD.

4 3. Les objectifs Répondre de manière concertée et complémentaire aux attentes des résidents dans le cadre de leur relogement, définir les conditions d une évaluation partagée des besoins des locataires en vue de la mise en œuvre de la solution de relogement adaptée à chaque situation et des éventuelles mesures d accompagnement de ce relogement, Assurer une prise en charge des problématiques spécifiques relevant d un dispositif d aide, à partir des entretiens réalisés par le partenariat relogement, Partager les responsabilités et renforcer la complémentarité entre les signataires et les partenaires dans l objectif du relogement des habitants et dans les meilleures conditions possibles, Améliorer la complémentarité avec d autres partenaires non-signataires et devant être associés dans l examen de certaines situations compte tenu de leur rôle dans l accompagnement des habitants, Renforcer la communication et la concertation accompagnant le plan de relogement avec les locataires. 4. Les partenaires concernés Le groupe relogement : Les bailleurs sociaux : Aquitanis et Habitation économique Le Conseil Général avec la Maison Départementale de la Solidarité et de l Insertion (MDSI) La Caisse d Allocations Familiales de la Gironde La Commune de Floirac : services Politique de la ville et Logement Le Centre Communal d Action Sociale (CCAS) Le Centre social et culturel du bas Floirac. Il convient de préciser que la démarche partenariale engagée pour le relogement des familles du quartier Jean Jaurès Libération doit s effectuer dans l intérêt des publics concernés et dans le respect des règles déontologiques. Dans ce cadre, ce chapitre s attache à définir l engagement de chaque partenaire dans la mise en œuvre du relogement. 4.1 Aquitanis Sur le quartier Libération, Aquitanis est responsable du relogement des 532 ménages locataires des logements faisant l objet d une opération de démolition. Le plan de relogement s articule en deux phases, la première concerne les locataires de la résidence Jean Moulin et les entrées 1 et 7 de la résidence Jean Saint-Marc (211 logements), la seconde concerne les locataires des résidences Jean Raymond Guyon et Manon Cormier (321 logements).

5 Les dispositions mises en place par Aquitanis pour le relogement s appliquent à chaque phase dès que le démarrage officiel est donné par Aquitanis. Le plan de relogement a commencé le 1er janvier 2006 pour les locataires de la 1ère phase. A titre indicatif, le plan de relogement de la 2ème phase commencera en Un courrier de confirmation sera adressé aux locataires de cette phase en temps opportun. Afin de reloger les habitants, Aquitanis s engage plus spécifiquement sur : l affectation d un conseiller logement, chargé d assurer les entretiens individuels de concertation, l ouverture prioritaire aux habitants de l ensemble du parc locatif Aquitanis, soit logements situés principalement sur la CUB, le transfert du dépôt de garantie initialement versé sur le nouveau logement, sans supplément, avec remboursement de la différence si le dépôt de garantie du nouveau logement est inférieur à l ancien, la prise en charge des frais de déménagement des habitants en vue de leur relogement. Dans le cadre des opérations «tiroir» pour un retour sur site, Aquitanis prendra donc les deux déménagements à sa charge, la prise en charge forfaitaire, après étude au cas par cas et signature d un protocole particulier, des frais de déménagement hors patrimoine Aquitanis dès lors que leurs besoins ne pourraient pas être satisfaits dans le parc locatif d Aquitanis, sur présentation de la facture et à hauteur de 500 euros maximum, le remboursement des frais d installation engagés par ses locataires concernant l accès au gaz de Bordeaux, le transfert du courrier, le transfert de la ligne téléphonique, les frais d accès EDF et les frais d accès à l eau si le futur logement suppose un abonnement individuel. Dans le cadre d un relogement dans un logement neuf, le bailleur s occupera de souscrire les abonnements en lieu et place des locataires (Gaz, électricité, eau), à charge pour chaque famille de confirmer ses abonnements respectifs une fois entrée dans les lieux. Pour rappel, Aquitanis souhaite signer une convention spécifique avec Gaz de Bordeaux, qui prévoit la dispense des frais de dossier et du paiement du dépôt de garantie en cas d option pour la mensualisation, dans le cadre du nouveau contrat, la prise en charge des transferts du raccordement au câble au cas où le nouveau logement bénéficierait de ce service, les non-facturations des réparations locatives de l ancien logement, une aide au relogement : afin d aider les locataires à faire face aux différents frais auxquels ils peuvent être exposés, suite à leur déménagement, Aquitanis leur octroie une aide forfaitaire, versée mensuellement. La modalité de calcul est de 50 % de l évolution du loyer principal entre l ancien et le nouveau logement au moment du relogement, hors annexes, nette d APL et hors charges locatives. Cette aide viendra en minoration de la quittance du locataire (dans tous les cas, les charges relatives au nouveau logement seront dues par le preneur). Elle concerne les emménagements dans des résidences collectives neuves hors individuelles financées en PLUS ou PLUS CD, ou les emménagements dans un immeuble

6 ancien (collectif ou individuel) financé en HLMO, PLA ou PLUS, les résidences en locatif de type intermédiaire ou libre n étant pas comprises dans ce dispositif, pour des types de logements justifiés par la composition familiale des locataires (une chambre par enfant et au maximum une chambre par enfant connu et résidant permanent). Cette aide sera versée jusqu à résiliation du bail. un entretien renforcé des parties communes des résidences, pendant toute la phase préalable à la démolition des logements, notamment par un suivi spécifique réalisé par sa régie de travaux bâtiment, un temps nécessaire, lors de la remise des clefs du nouveau logement, aux explications et démonstrations complémentaires utiles, relatives aux équipements, la priorité de retour sur le site Jean Jaurès Libération pour les locataires qui en auront exprimé le souhait, formalisé par un protocole particulier lors de l entretien individuel avec le bailleur, dès que la construction sera terminée et dans les mêmes conditions de frais d installation et de déménagement que pour le premier relogement de transit, dès lors que leur départ est nécessaire au bon déroulement du plan de relogement, dans tous les autres cas, la priorité au retour reste offerte aux locataires sans aide particulière, une proposition écrite pour toute solution de relogement. Aquitanis accorde un délai de réflexion de 7 jours au bénéficiaire de la proposition. A défaut de réponse, positive ou négative, dans le délai imparti, Aquitanis retrouvera la libre disposition du logement pour une nouvelle commercialisation, un renouvellement de proposition, si cette dernière faisait l objet d un refus du locataire, pour un motif tels que les suivants : une attente ou un critère prioritaire n aurait pas été exprimé initialement par le locataire ou aurait été méconnu, ceci, au regard du principe de libre choix laissé aux habitants, l organisation d une rencontre avec la famille et l ensemble des partenaires (ville, Aquitanis, organismes sociaux), en cas de refus réitérés de propositions de relogement, faites dans les conditions ci-dessus énoncées afin de dégager une solution de relogement. Parallèlement Aquitanis a la possibilité de donner congé au locataire, conformément au formalisme requis par l article 180 de la loi SRU. 4.2 Habitation Economique Sur la cité des ETANGS, l Habitation Economique est l acteur principal du relogement de 10 familles, il devra être fait en deux phases en raison de l implantation, sur l aire de l existant, de la nouvelle construction, à savoir un relogement temporaire et un retour sur la nouvelle résidence construite aux ETANGS, pour les locataires qui le souhaitent. Afin de reloger les familles, l Habitation Economique s engage à rencontrer individuellement chaque famille afin de définir ses souhaits tant au niveau du relogement temporaire que de l éventuel retour sur site.

7 L Habitation Economique s engage ainsi pour les transferts à : prendre en charge les frais relatifs aux déménagements (commandés par le bailleur), rembourser aux locataires les frais afférents aux transferts d abonnements (EDF, Téléphone etc...) liés à chaque relogement en cas d opérations tiroir, à ne rien facturer pour les réparations locatives concernant les logements démolis, à ne pas exiger un quelconque délai de préavis, à transférer le dépôt de garantie sans supplément d une mutation à l autre si les relogements s effectuent au sein du patrimoine de l Habitation Economique, à rembourser au locataire dans les plus brefs délais le dépôt de garantie initial en cas de départ vers un logement n appartenant pas à l Habitation Economique, à donner une priorité de retour aux ETANGS pour les locataires qui en auraient exprimé le souhait dès que la construction sera terminée et dans les mêmes conditions de frais d installation et de déménagement que pour le premier relogement. 4.3 La commune de Floirac L action de la municipalité de Floirac s inscrit dans une démarche de coordination d acteurs. Avec l appui des services Politique de la ville et Logement, elle suit, anime et coordonne l action du groupe relogement et assure la transversalité avec les différentes instances thématiques initiées pour le pilotage du projet de renouvellement urbain (insertion et gestion urbaine de proximité). Dans cette optique, une coordinatrice relogement est recrutée par la ville au sein du service Politique de la ville. Elle a pour missions de : participer à la recherche de solutions pour un relogement adapté au besoin des ménages ayant des problématiques spécifiques, coordonner l accompagnement social avec l ensemble des partenaires, être un relais d information auprès de la population, animer les réunions du groupe technique relogement (constitué des professionnels de l action sociale et des bailleurs) et faire le lien entre tous ces partenaires. 4.4 Le Conseil Général Outre la subvention allouée aux bailleurs sociaux pour intervenir individuellement auprès des familles pour atténuer les frais inhérents à leur déménagement, et pour assurer la gestion et l entretien des immeubles durant la période des relogements, le Conseil général intervient directement auprès des familles dans le cadre des accompagnements sociaux réalisés par la MDSI de Floirac.

8 La MDSI s engage à participer aux groupes relogement pour contribuer à l accompagnement des familles concernées. Dans ce cadre, les travailleurs sociaux s attacheront à : être un relais d informations auprès de la population, accompagner les familles ayant déjà un suivi social individualisé à exprimer leurs besoins et à construire un projet de logement adapté à leur situation, ainsi qu à mettre en place toute forme d aide permettant leur adaptation et leur intégration dans leur nouveau logement et leur quartier, alerter les partenaires sur les situations particulières qui nécessiteraient un examen spécifique et une recherche de solution adaptée(cf. 8.2), aider les familles endettées à mettre à jour leur loyer en constituant, si nécessaire, un dossier F.S.L., participer à la recherche de solutions de relogement pour les familles qui se trouveraient en situation «d hébergement de solidarité» et qui ne pourraient donc entrer dans ce dispositif; dans ce cas la MDSI pourrait être amenée à solliciter les partenaires, contribuer, chaque fois que nécessaire, à l expression et au dialogue avec les habitants dans le cadre prévu à cet effet (cf. chapitre 6). 4.5 Le Centre Communal d Action Sociale Il s engage à participer aux groupes relogement. L action du CCAS s inscrit auprès des publics bénéficiaires du RMI (isolé ou couple sans enfant mineur) et les personnes âgées, et, en particulier les bénéficiaires de son action sociale. Ainsi, l équipe s attachera à : être un relais d informations auprès des personnes concernées, alerter les partenaires sur les situations particulières qui nécessiteraient un examen spécifique et une recherche de solution adaptée (cf. 8.2), aider les familles endettées à mettre à jour leur loyer en constituant, si nécessaire, un dossier F.S.L., participer à la recherche de solution de relogement pour les personnes en situation d hébergement, en lien avec le service logement de la mairie, les bailleurs sociaux et autres dispositifs. 4.6 La Caisse d Allocations Familiales La Caisse d Allocations Familiales s implique dans l accompagnement social des Opérations de Renouvellement Urbain dans l objectif : d aider les habitants à l élaboration d un projet de logement individuel adapté à leurs besoins, à leurs capacités contributives et d en garantir le respect,

9 de rendre les habitants acteurs de l évolution de leur logement et de son environnement en favorisant et en soutenant l expression de leurs attentes. Dans la perspective d insuffler plus de cohésion sociale pour le mieux vivre, tout en favorisant la dynamique des réseaux existants, elle s engage à : participer aux réunions partenariales dans le cadre de la conduite du projet Opération de Renouvellement Urbain, communiquer l information nécessaire à l avancée des projets individuels et collectifs, rencontrer les habitants qui le souhaiteront, en permanence, sur rendez-vous, en visite à domicile, en réunions collectives ou selon toutes modalités adaptées, accompagner les projets des ménages avec leur consentement ou sur leur demande. L assistante sociale assurera une fonction de veille sociale en observant l évolution des populations afin d anticiper les besoins, en partenariat avec les autres services. L intervention de l assistante sociale CAF est basée sur des pratiques et des valeurs de travail social. Ses missions sont définies par le Conseil d Administration de la CAF. La CAF, par l intermédiaire de son service social, s engage sur la durée de la présente Convention d Objectifs et de Gestion L intervention étant limitée dans le temps, l assistante sociale, avec les partenaires des institutions impliquées dans l Opération de Rénovation Urbaine, cherchera des relais afin de créer les conditions d une pérennisation de ce qui aura pu être mis en œuvre. 4.7 Le Centre Social Le Centre social et culturel du bas Floirac s engage à participer aux réunions du groupe relogement, son action au sein du partenariat s attachera à : être un relais d informations auprès des personnes concernées, alerter les partenaires sur les situations particulières qui nécessiteraient un examen spécifique et une recherche de solution adaptée (cf. 8.2), prévenir de l endettement des locataires par la mise en place d ateliers de sensibilisation autour des économies d énergies. 5. Les priorités du relogement La conduite des entretiens individuels et, à terme, des relogements opérés, doit donc se décliner suivant des priorités qui se définissent, d une part, sur la base de critères sociaux et personnels, d autre part, techniques. Le phasage de l opération : Afin d assurer la faisabilité de l opération qui se déroule en deux

10 phases, il est impératif de démolir en priorité la résidence Jean Moulin et les entrées 1 et 7 de la résidence Jean Saint Marc (211 logements, phase 1), pour reconstruire, sur cet emplacement, des logements destinés en partie au relogement des habitants des résidences Jean Raymond Guyon et Manon Cormier (321 logements démolis, phase 2). Sur-occupation du logement : Certains logements font l objet d une sur-occupation. Il est donc souhaitable de traiter prioritairement ce phénomène. Ce sera d ailleurs dans ce cadre que pourront être décelées et étudiées les nécessaires décohabitations à organiser. Sous-occupation des lieux : Certaines familles disposent d un logement trop grand et parfois trop cher. Elles désireraient donc bénéficier d une habitation plus adaptée et/ou moins onéreuse. Ancienneté dans la résidence : II apparaît cohérent de donner la priorité aux locataires qui semblent attachés à la commune de Floirac et à leur quartier. C est une manifestation de confiance qu il faut savoir reconnaître et préserver. Le respect des obligations du locataire : Le respect du paiement du loyer et des charges afférentes au logement est la première obligation du locataire. La situation des locataires défaillants doit être examinée individuellement et des solutions adaptées peuvent leur être proposées. Il est néanmoins indispensable que la recherche de solutions se fasse avec le concours des intéressés, de sorte qu ils démontrent leur implication. C est à cette occasion que la problématique globale du locataire doit être prise en compte. En tout état de cause, le règlement d une situation d impayés permettra aux familles défaillantes de repartir sur des bases saines, avec un nouveau contrat de location et une solution de logement adaptée à leurs besoins et à leurs moyens. Mutations : II est légitime de favoriser en priorité le relogement des locataires qui ont formulé, parfois depuis de nombreux mois, le souhait de quitter l une ou l autre des résidences concernées par le projet de démolition, d autant que les intéressés, d ores et déjà préparés à l idée du départ, ont une idée plus précise de leur parcours résidentiel. Relogement prioritaire des locataires isolés sur un palier : La vacance successive des logements génère un sentiment croissant d insécurité pour les habitants. La priorité sera donc donnée aux locataires isolés sur un palier. La scolarisation : Il est nécessaire de prendre en considération la scolarité des enfants dans le cadre du relogement des familles afin de prévenir l échec scolaire ou une déscolarisation. La santé : Les personnes ayant un handicap et les personnes âgées présentant des fragilités en terme de santé devront faire l objet d une préoccupation particulière dans le cadre de leur relogement. Par exception, les situations des familles pour lesquelles une urgence particulière et avérée devrait être prise en compte, pourront être étudiées au cas par cas. Enfin, d un point de vue général, la capacité propre à chaque famille locataire, à libérer plus ou

11 moins vite un logement, ne pourra être méconnue et, en ce sens, cet élément est susceptible de pondérer ou influer sur les priorités ci-dessus définies. 6. Le dialogue avec les habitants Dans le cadre du relogement des familles, le dialogue avec les habitants s effectuera par une procédure de concertation individuelle et collective. 6.1 Concertation Individuelle Les bailleurs sociaux s engagent dans une procédure de concertation individuelle afin de proposer, à chaque ménage, des offres de relogement permettant d aboutir à une solution librement négociée et acceptée. Cette procédure commence par : Des rencontres personnalisées auprès des locataires Le conseiller logement du bailleur est l interlocuteur privilégié du locataire ; il est chargé de rencontrer individuellement les familles. Le conseiller logement établit, sur la base des renseignements collectés (l histoire et le vécu de la famille, ses données socio-économiques, ses aspirations... ), un projet résidentiel adapté qui donnera lieu à une solution de relogement concertée. Cette première rencontre peut être suivie d autres qui viseront à proposer, puis valider, la solution de relogement à analyser, le cas échéant, les raisons des refus, etc Un bureau d accueil et des permanences Afin d être au plus proche des habitants et de leur permettre une bonne information, des locaux sont aménagés par Aquitanis au sein de la résidence Libération. Ce lieu d accueil permettra d exposer le projet urbain et les projets de constructions, au fur et à mesure de l état d avancement de l opération. Une permanence quotidienne sera assurée. Les horaires d ouverture seront adaptés aux besoins des habitants. 6.2 Concertation Collective Afin d accompagner le processus de relogement, des réunions de concertation avec les habitants seront organisées de façon collective. Elles viseront à présenter le projet global et le contexte, le rôle de chaque service intervenant, l opération de relogement ainsi que les calendriers et procédures. Cette démarche sera initiée en fonction des phases de démolition, de l avancement du relogement, organisée de manière transversale et en cohérence avec les actions ou réflexion des différents groupes thématiques mis en place dans le cadre du projet de rénovation urbaine.

12 7. L organisation du partenariat Il s organise autour de deux instances : Un groupe de pilotage, intitulé «groupe relogement», constitué des représentants institutionnels qui se réunit une fois tous les trois mois ou en fonction des besoins, pour les prises de décisions, faire l état d avancement du relogement et le point sur celui des familles faisant l objet d un suivi social. Ce groupe a également pour objectif de valider et de commenter les bilans qui seront fournis par le comité technique (comparaison des situations avant/après relogement, localisation des relogements...). Pour ce faire, le groupe de pilotage se dotera des indicateurs adéquats. Le but est de mesurer l impact du projet de renouvellement urbain sur le parcours résidentiel de la population, mais également de permettre d expliciter les données qui seront par la suite consolidées par le GIP à l échelle du GPV dans le cadre de l observatoire du relogement. Un groupe «technique relogement», constitué des professionnels de l action sociale.. Il se réunit une fois par mois afin d étudier, famille par famille, les propositions de relogement (type de logement, montant de loyer ). Ce groupe est un lieu d échanges d informations sur les difficultés rencontrées (informations nécessaires pour la réussite du projet logement avec l accord des intéressés), un lieu de recherche concertée d actions et de solutions effectives concourant au relogement. Les dossiers étudiés en groupe technique seront ensuite présentés en commission d attribution pour validation. 8. Le suivi des opérations de relogement 8.1 La plate forme de l habitat L observatoire du relogement A l échelle du Grand Projet de ville des Hauts de Garonne, un Observatoire du relogement est mis en place et suivi trimestriellement par le Groupement d Intérêt Public (GIP). Une grille de critères a été élaborée et testée par l ensemble des bailleurs. Elle permet de consolider le suivi des flux et des stocks par opération sur les quatre communes (Bassens, Lormont, Cenon et Floirac). Ce suivi des relogements est effectué sur trois niveaux d informations : - la destination des familles, - le type d habitat, - le taux d effort. A ce sujet, les bailleurs s engagent à fournir au GIP les éléments nécessaires à l élaboration de cette consolidation. 8.2 Un outil partagé pour l accompagnement des familles Afin de répondre de manière concertée et complémentaire aux attentes des habitants, le groupe relogement s est muni d un outil de suivi social des ménages accompagnés. Cet outil sera réalisé par la Mairie sur la base des données fournies par Aquitanis, ainsi, seront connues : -Les caractéristiques du logement du ménage avant et après (localisation, typologie, âge et nature du logement),

13 - Le rappel des différents souhaits exprimés lors de l entretien individuel du locataire, - Le statut avant et après (locataire ou propriétaire) du ménage, - Le taux d effort (avant et après) du ménage, - La structure familiale avant et après (situation des grandes familles) du ménage, - Les difficultés particulières pouvant ralentir le relogement du ménage (composition du ménage, présence d impayés ou de procédures contentieuses), - Le financement ou non pour partie du surloyer au niveau du loyer résiduel. Un point d avancement sera également fait pour indiquer les relogements non effectués et mettre en avant les propositions qui ont été faites et les motifs de refus. Cet espace de concertation permet d évaluer l opportunité d une démarche d accompagnement FSL et de définir le référent social le plus à même d apporter l accompagnement nécessaire aux problématiques spécifiques identifiées. Dans le cadre de ce suivi, le calcul du coût résiduel à charge s effectuera sur la base des simulations APL effectuées par le service prestations de la Caisse d Allocations Familiales. Annexes extraits de la convention avec l ANRU Reconstitution ou création de l offre locative sociale (PLAI ; PLUS, PLUS-CD, logement-foyer) Opération de construction/démolition de Libération Le projet du quartier Libération consiste en la démolition de 532 logements sociaux. Afin de pallier le déficit de logements sociaux sur l agglomération bordelaise, Aquitanis s engage à reconstituer l offre locative sur la base minimale de 1 logement reconstruit pour 1 logement démoli. En terme de relogement : 332 logements en PLUS CD seront construits par Aquitanis pour du relogement sur le Bas Floirac, représentant donc 62% des familles relogées. En outre, 10 PLAI en diffus seront réalisés également pour du relogement. Les programmes de construction sont les suivants : En 2006 (date de l ordre de service) : 49 logements PLUS CD seront réalisés sur les sites suivants : - 25 logements PLUS CD place de la République - 24 logements PLUS CD sur la ZAC des quais En 2007 : 166 logements PLUS CD seront réalisés sur les sites suivants : - 95 logements PLUS CD sur le site de Black Clawson - 5 PLAI en diffus non encore localisés - 34 logements PLUS CD sur le site des Etangs - 32 logements PLUS CD sur la ZAC des quais En 2008 : 122 logements PLUS CD seront réalisés sur les sites suivants : - 84 logements PLUS CD sur le site même du quartier Libération logements PLUS CD sur le site du Manoir/cuisines centrales - 28 logements PLUS CD sur la ZAC des quais En 2009 : 5 PLAI en diffus non encore localisés seront réalisés

14 En terme de reconstitution de l offre : Au-delà de ces 342 logements PLUS CD réalisés sur le Bas Floirac, 190 logements supplémentaires seront construits dans le cadre de la reconstitution de l offre de la manière suivante : pour la phase 1 : 25 PLUS sur la Ville de St Aubin (agglomération bordelaise) 10 PLUS CD sur le site de la 1ère phase de Libération/îlot 15 3 PLUS CD seront réalisés par Habitation Economique pour le compte d Aquitanis sur le site des Etangs 25 logements non encore localisés : ceux-ci réalisés prioritairement sur le territoire élargi de la Communauté Urbaine. Dans cet objectif, il est proposé de privilégier la création de logements sociaux dans les communes dites «SRU» qui n atteignent pas encore le pourcentage de 20% de logements sociaux suffisant. pour la phase 2 : 70 PLUS CD sur les ZAC de la Communauté Urbaine de Bordeaux 51 PLUS CD sur Bordeaux, Berges du lac 6 PLUS CD non encore localisés : ceux-ci devront être réalisés, à l instar des 26 logements de la phase 1, en priorité sur les communes dites «SRU». Au total, sur les 532 logements démolis, 491 logements dans le cadre de la reconstitution de l offre sont déjà programmés, représentant 92% des démolitions. Restent à localiser 41 logements (dont les 10 PLAI diffus) afin de satisfaire l obligation de reconstitution. Une modification dans l annexe 1 de la «note sur la reconstitution globale de logements locatifs sociaux en articulation avec le plan de cohésion sociale dans le cadre du Programme Local de l Habitat», interviendra dans un délai de 18 mois à compter de la signature de la présente convention afin de localiser la totalité de la reconstitution de l offre. Opération de construction/démolition de la cité des Etangs (Habitation Economique) Concernant la reconstitution de l offre liée au projet de démolition des 10 logements de la cité des Etangs, celle-ci sera réalisée par la création de 10 PLUS CD (financement 2006) sous maîtrise d ouvrage de l Habitation Economique sur le site des Etangs. Synthèse des deux sites Au total, l ANRU participera au financement de 532 logements PLUS CD et 10 logements PLAI.

15 Le Directeur Général d Aquitanis Jacques MAYOUX Le Directeur de l Habitation économique Jean Luc BRULARD Le Directeur de la Caisse d Allocations Familiales Alain ZIMMERMANN Le Président du COGESC François RABEAU Le Président du Conseil Général Philippe MADRELLE Le Maire Conchita LACUEY Députée de la Gironde

16

n tio a ic n u m m o c e ic rv e : s n tio p e c n o - c 5 0 0 r 2 rie v fé

n tio a ic n u m m o c e ic rv e : s n tio p e c n o - c 5 0 0 r 2 rie v fé GIRONDE HABITAT CHARTE DES OPÉRATIONS DE CONSTRUCTION DÉMOLITION février 2005 - conception : service communication - LA CHARTE de GIRONDE HABITAT Pour les OPERATIONS DE CONSTRUCTION/DEMOLITION Les opérations

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

ANNEXE 3 CONVENTION 2012 Au titre du Programme Local de l Habitat Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux et L ADIL 33 de la Gironde ENTRE LES SOUSSIGNES : Monsieur le Président de la Communauté Urbaine

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT

CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT Préambule : Conformément au IV de l article R441-9 du Code de Construction et de l Habitation, le Conseil d Administration de Sarthe Habitat définit

Plus en détail

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 1/ OBJET Le présent règlement a pour objet de préciser les règles d organisation

Plus en détail

Logements adaptés. Signature des conventions opérationnelles le lundi 8 avril 2013 à 10h15 Toulon

Logements adaptés. Signature des conventions opérationnelles le lundi 8 avril 2013 à 10h15 Toulon Logements adaptés Signature des conventions opérationnelles le lundi 8 avril 2013 à 10h15 Toulon Communiqué de synthèse Adapter le logement au vieillissement et au handicap, une démarche innovante pilotée

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer

Communauté d agglomération de Caen la mer Communauté d agglomération de Caen la mer Règlement transitoire précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières à la construction de logements

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

2 ème édition. guide de. l aide municipale individualisée (AMI) prenez vos nouveaux quartiers!

2 ème édition. guide de. l aide municipale individualisée (AMI) prenez vos nouveaux quartiers! guide de l aide municipale individualisée (AMI) 2 ème édition prenez vos nouveaux quartiers! ÉDITO adeline hazan maire de reims présidente de reims métropole L amélioration de l habitat et du cadre de

Plus en détail

Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine de Chambéry

Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine de Chambéry Barberaz Barby Bassens Challes-les-Eaux Chambéry Cognin Curienne Jacob-Bellecombette La Motte-Servolex La Ravoire La Thuile Les Déserts Montagnole Puygros Saint-Alban-Leysse Saint-Baldoph Saint-Cassin

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT PROJET CONVENTION DE PARTENARIAT APPEL A PROJET POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE STRUCTURE MULTI SERVICES DEDIEE A LA MOBILITE DURABLE SUR L AGGLOMERATION BORDELAISE Entre : - La Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville

CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville Charte Handicap de la Ville de Romainville Préambule La «Charte Handicap» de la Ville de Romainville vise à améliorer dans la cité, pour tous les citoyens, porteurs

Plus en détail

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre :

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre : Accord partenarial entre la Communauté Urbaine d ARRAS et l APAGL pour la mise en œuvre du dispositif de Garantie des Risques Locatifs (GRL) et la mobilisation du parc locatif privé Le présent accord est

Plus en détail

Comité de concertation associatif représentatif

Comité de concertation associatif représentatif Vendredi 21 Mars 2008 RENCONTRE AVEC MONSIEUR JEAN-FRANÇOIS VITOUX DIRECTEUR DE LA MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES DU PAS-DE-CALAIS Rencontre Monsieur VITOUX Vendredi 21 mars 2008 1 sur

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

ANNEXE QC-177. Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet

ANNEXE QC-177. Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet ANNEXE QC-177 Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet EXTENSION DE LA MINE AURIFÈRE CANADIAN MALARTIC ET DÉVIATION DE LA ROUTE 117 À L ENTRÉE EST DE LA VILLE DE MALARTIC PROCESSUS

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction Le management de l innovation dans le secteur du logement social Université d été 2012 Introduction INTRODUCTION : ENJEUX DE L INNOVATION DANS LE SECTEUR PROFESSIONNEL L innovation, constante dans l histoire

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC TERRITOIRE Maison relais Personnes en situation de précarité

Plus en détail

CONVENTION GLOBALE de DEVELOPPEMENT SOCIAL

CONVENTION GLOBALE de DEVELOPPEMENT SOCIAL CONVENTION GLOBALE de DEVELOPPEMENT SOCIAL Entre : Le Département de l Isère, représenté par son Président, André Vallini dûment habilité à signer la présente convention par la délibération de l Assemblée

Plus en détail

Politique d attribution des logements d Immobilière Podeliha

Politique d attribution des logements d Immobilière Podeliha Politique d attribution des logements d Immobilière Podeliha Préambule Conformément à l article R 441-9 du Code de Construction et de l Habitation, le Conseil d administration d IMMOBILIERE PODELIHA définit

Plus en détail

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Février 2013 Dossier de presse Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Sommaire : Communiqué de presse Favoriser l accession à

Plus en détail

EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ D ACCOMPAGNEMENT LES MESURES DES SIÈGES RELOCALISATION

EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ D ACCOMPAGNEMENT LES MESURES DES SIÈGES RELOCALISATION RELOCALISATION DES SIÈGES LES MESURES D ACCOMPAGNEMENT EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ "Si vous êtes dans le doute face à une action à entreprendre demandezvous si elle rendra service aux plus petits et

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ADHÉSION À LA PRESTATION «DOCUMENT UNIQUE» POUR L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE VENDÉE PAR LE CENTRE DE GESTION DANS L ÉLABORATION DE LEUR DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS SOMMAIRE Allocations page 3 Frais de voyage et de transport page 4 Assurance page 5 Hébergement page 5 Titre de séjour page 6

Plus en détail

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée.

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Mise en œuvre des secteurs de diversité sociale Inscrits au PLU Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux, représentée

Plus en détail

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS 1 Cahier des charges Le 24 février 2014 Préambule Le Fonds d'assurance Formation du Travail Temporaire

Plus en détail

Investissements d avenir

Investissements d avenir Investissements d avenir Aide à la rénovation thermique des logements privés «Avenant relatif à la mise en œuvre du programme Habiter Mieux» Programmes d Intérêt Général de la Communauté d Agglomération

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe TROISIEME CONCOURS EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU MERCREDI 17 OCTOBRE 2012 de 9 H 00 à 11 H 00 IMPORTANT

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3339 Convention collective nationale IDCC : 2603. PRATICIENS-CONSEILS DU RÉGIME

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE Approuvé par délibération du 15 juillet 2013 Préambule Le soutien aux opérations d accession sociale à

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

LA POLITIQUE DU LOGEMENT ET DE L HABITAT. DE LA CAF-Réunion. 1- NOV 2012 - N. de Bollivier

LA POLITIQUE DU LOGEMENT ET DE L HABITAT. DE LA CAF-Réunion. 1- NOV 2012 - N. de Bollivier LA POLITIQUE DU LOGEMENT ET DE L HABITAT DE LA CAF-Réunion 1- NOV 2012 - N. de Bollivier Le logement et l habitat : une mission dans laquelle la CAF-R investit légitimement les conditions de logement et

Plus en détail

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C ARIMC CENTRE DE MEYZIEU 112 rue de la République 69330 MEYZIEU Foyer d accueil médicalisé CONTRAT DE SEJOUR Dispositions législatives : loi 2002-2 rénovant l action sociale et médico-sociale et les décrets

Plus en détail

PROJET DE LA VILLE D ANGERS (Maine-et-Loire 49), Quartier : Verneau. Avenant n 8

PROJET DE LA VILLE D ANGERS (Maine-et-Loire 49), Quartier : Verneau. Avenant n 8 Annexe à la lettre du directeur général de l ANRU portant recommandation pour la préparation de l avenant à la convention à la suite de l examen du projet en comité d engagement du 07 juillet 2011 PROJET

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous. Questions / Réponses. F.A.Q Page 1 sur 7

La fibre optique arrive chez vous. Questions / Réponses. F.A.Q Page 1 sur 7 La fibre optique arrive chez vous Questions / Réponses F.A.Q Page 1 sur 7 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 Le réseau fibre optique... 3 Qu est-ce-que la Fibre optique?... 3 Qui est concerné par la Fibre?... 3 Les

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité 4 Action sociale Fiche Axe 3 Garantir la cohésion sociale, l'accès à la ville pour tous, intégrer les habitants et améliorer la qualité de vie Enjeux du développement durable Faire reculer la pauvreté

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 La loi n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs dispose que «toute personne majeure

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT CREDIT FONCIER DE FRANCE COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

CONVENTION DE PARTENARIAT CREDIT FONCIER DE FRANCE COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CONVENTION DE PARTENARIAT CREDIT FONCIER DE FRANCE COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Entre La Communauté urbaine de Bordeaux, dont le siège est Esplanade Charles de Gaulle, 33076 Bordeaux Cedex, représentée

Plus en détail

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS Délibération du 18 février 2013 Service Petite Enfance Année 2013 1 SOMMAIRE 1 LES CONDITIONS D ACCUEIL 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957)

Plus en détail

Ville d Aix-les-Bains. Rénovation Urbaine du quartier Sierroz - Franklin. Charte de relogement

Ville d Aix-les-Bains. Rénovation Urbaine du quartier Sierroz - Franklin. Charte de relogement Ville d Aix-les-Bains Rénovation Urbaine du quartier Sierroz - Franklin Charte de relogement SOMMAIRE PREAMBULE...p.2 I - DISPOSITIF REGLEMENTAIRE... p.3 II PLAN DE RELOGEMENT... p.3 A) Objectifs...p.3

Plus en détail

Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet)

Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet) Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet) NOUVEL ACCOMPAGNEMENT POUR LA POUR LA CRETION/REPRISE D'ENTREPRISE (NACRE) 7 CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI PLIE DE PARIS NORD-EST ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST «ATELIERS D EXPRESSION» Référence

Plus en détail

Le Projet de Rénovation Urbaine 2009 2016

Le Projet de Rénovation Urbaine 2009 2016 Le Projet de Rénovation Urbaine 2009 2016 C est un projet de réhabilitation à l échelle du quartier Pierre Loti, avec Construction, réhabilitation, démolition, renforcement des liaisons entre quartiers,

Plus en détail

PRÉFET DE LA REGION ILE-DE-FRANCE

PRÉFET DE LA REGION ILE-DE-FRANCE PRÉFET DE LA REGION ILE-DE-FRANCE DRIHL Service ALPE 09/01/2013 DISPOSITIF D'INTERMEDIATION LOCATIVE EN ILE-DE-FRANCE APPEL A PROJETS COMPLEMENTAIRE «SOLIBAIL» - VOLET GESTION LOCATIVE ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Plan Départemental de l Habitat - PDH Observatoire départemental Décembre 2014 N 1 La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Panorama de la demande en logement social dans la Loire O ffrir

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Charte relative aux diplômes en partenariat international et aux formations délocalisées

Charte relative aux diplômes en partenariat international et aux formations délocalisées Charte relative aux diplômes en partenariat international et aux formations délocalisées Considérant le développement rapide et récent des formations universitaires diplômantes conçues en réseau, national

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

Année 2016 Résidence à partir de juillet 2016

Année 2016 Résidence à partir de juillet 2016 20- rue Mirès 13003 Marseille Tél. : 04 13 31 83 08 Dispositif départemental de Résidences d écrivains, d Illustrateurs ou de Traducteurs Année 2016 Résidence à partir de juillet 2016 Date limite de dépôt

Plus en détail

9Engagements. pour vous reloger dans les meilleures conditions

9Engagements. pour vous reloger dans les meilleures conditions 9Engagements pour vous reloger dans les meilleures conditions Le projet de renouvellement urbain pour 2011-2015 va modifier profondément le site Petit Pré-Sablières Pour le Quartier Petit Pré-Sablières,

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Rappel : caractéristiques du Loi du 24/11/09 relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie Objectifs : Définir

Plus en détail

CONVENTION D IMPLANTATION DE CONTENEURS ENTERRES DESTINES A LA COLLECTE DES DECHETS SUR L OPERATION D AMENAGEMENT SITUE AU.. SUR LA COMMUNE DE..

CONVENTION D IMPLANTATION DE CONTENEURS ENTERRES DESTINES A LA COLLECTE DES DECHETS SUR L OPERATION D AMENAGEMENT SITUE AU.. SUR LA COMMUNE DE.. CONVENTION D IMPLANTATION DE CONTENEURS ENTERRES DESTINES A LA COLLECTE DES DECHETS SUR L OPERATION D AMENAGEMENT SITUE AU.. SUR LA COMMUNE DE.. Entre : Le SIOM, dont le siège est situé au Chemin départemental

Plus en détail

AIDE AU BAFA ANNEE DOSSIER DE DEMANDE DE BOURSE

AIDE AU BAFA ANNEE DOSSIER DE DEMANDE DE BOURSE AIDE AU BAFA DOSSIER DE DEMANDE DE BOURSE vous avez entre 17 et 21 ans vous voulez vous qualifier. Au-delà d une aide financière, le Point Information Jeunesse (PIJ) vous propose la mise à disposition

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité FORUM N 5 Président de séance : Christine GENET, Adjointe au Maire de Metz, Vice-Présidente de l UNCCAS. Intervenants : Jean Louis HAURIE, Directeur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PRESTATAIRES POUR UN ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF

CAHIER DES CHARGES APPEL A PRESTATAIRES POUR UN ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF Référence : 2015005- accompagnement collectif CAHIER DES CHARGES APPEL A PRESTATAIRES POUR UN ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF Accompagnement collectif IAE : Aide méthodologique à la décision, la définition d

Plus en détail

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Introduction : Ce document vise à présenter de manière chronologique les étapes d un projet de rénovation en copropriété. Vous y trouverez

Plus en détail

dans le cadre de l ordonnance 2005-649

dans le cadre de l ordonnance 2005-649 APPEL A PROPOSITION 2014 dans le cadre de l ordonnance 2005-649 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics FORMATION QUALIFIANTE METIERS

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LE DEVELOPPEMENT DU SERVICE DE LA LECTURE PUBLIQUE

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LE DEVELOPPEMENT DU SERVICE DE LA LECTURE PUBLIQUE CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LE DEVELOPPEMENT DU SERVICE DE LA LECTURE PUBLIQUE BIBLIOTHEQUE DE PROXIMITE La présente convention a pour objet de définir les règles de partenariat entre LE CONSEIL GENERAL

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

Atelier participatif. Cette journée est l occasion d échanger les points de vue et de définir les contours de ce projet de territoire.

Atelier participatif. Cette journée est l occasion d échanger les points de vue et de définir les contours de ce projet de territoire. Atelier participatif DOSSIER DE PRESSE Rénovation énergétique de l habitat en Cornouaille Organisé par l Espace Info Energie de Quimper Cornouaille Développement 7 novembre 2014 à Ergué Gabéric Dans le

Plus en détail

Publication des cartes. du «très haut débit»

Publication des cartes. du «très haut débit» Publication des cartes du «très haut débit» Bruno LE MAIRE ministre de l Agriculture, de l Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l Aménagement du territoire Eric BESSON Ministre chargé de l Industrie,

Plus en détail

Dossier de Candidature

Dossier de Candidature Dossier de Candidature BORDEAUX QUARTIER ST MICHEL 49 rue Carpenteyre PRESENTATION DU PROJET Préambule L opération du 49 rue Carpenteyre constitue un des éléments du programme développé sur cet ilot «Carpenteyre»,

Plus en détail

LES 4 PILIERS DE LA LOI

LES 4 PILIERS DE LA LOI ACCESSIBILITE QUESTIONS / REPONSES Loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées La loi a pour ambition de changer le regard

Plus en détail

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Les acteurs du handicap Fiche 11 Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le Comité d entreprise LeCEestconsultésurlesmesuresprisesenvuedefaciliterlamiseoularemiseautravaildesaccidentésdutravail

Plus en détail

Conventions d entreprise Page :

Conventions d entreprise Page : 1 TITRE 5 : MUTATIONS CHAPITRE 1 : GÉNÉRALITÉS 1. Principes L application des dispositions du présent Titre ne peut en aucun cas faire obstacle à l application des dispositions de la Convention Collective

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement Compte rendu de la deuxième réunion de travail - 3 octobre 2012 L atelier se déroule dans la salle du conseil municipal ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre Habitat - logement Madame Salfati, adjointe

Plus en détail

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL Document annexe au rapport n 14/162 Commune de Biscarrosse Commune de Gastes Commune de Luë Commune de Parentis-en-Born Commune de Sanguinet Commune de Sainte-Eulalie-en-Born Commune d Ychoux CONVENTION

Plus en détail