Première mention d un loup en Estrie depuis plus de 100 ans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Première mention d un loup en Estrie depuis plus de 100 ans"

Transcription

1 Première mention d un loup en Estrie depuis plus de 100 ans Hélène Jolicœur Introduction Au début du XIX e siècle, les loups étaient encore présents en Estrie et en Montérégie et causaient bien des maux de tête aux éleveurs de bétail, assez pour qu on veuille les exterminer. En effet, les plus anciennes mentions de loups dans ces régions remontent au 17 février 1831 alors que des citoyens bien en vue, habitant le canton de Brome et les seigneuries de Lacolle et De Lery, sont entendus devant la «Chambre d Assemblée de la province du Bas-Canada» (Anonyme, 1831a). Voici le témoignage de Robert Hoyle, écuyer : Il y a un grand nombre de Loups dans les dernières Concessions des Seigneuries de La Colle et de De Léry, ainsi que dans les nouveaux établissements; ils font de grands ravages parmi les moutons et quelques fois dévorent de jeunes animaux et de jeunes poulains. On m a informé et je crois cette information correcte, que dans les Comtés de Clinton et de Franklin, dans l État de New-York, adjoignant la ligne de la Province et les Comtés de l Acadie et de Beauharnois, une Prime de vingt Piastres était donnée par l État de New York, autrefois, et de dix Piastres dans ce moment, pour chaque Loup tué, et je crois qu une Prime de dix Piastres serait suffisante pour engager les Chasseurs à prendre et à détruire les Loups, et que ce n est que par ce moyen qu on pourra parvenir à les chasser de la Province. Les ravages causés par les Loups ont découragé plusieurs de nos meilleurs fermiers de garder autant de moutons qu ils le pourraient et pour protéger ceux qu ils gardent, ils sont obligés de les enfermer toutes les nuits; ce qui devient préjudiciable, et souvent fatal. De surcroît, ces grands prédateurs ne manquaient pas de donner, à l occasion, une bonne frousse aux habitants de ces régions. On rapporte ainsi, qu en 1847, un jeune homme aurait été poursuivi par une meute de loups dans le canton de Brome (comté de Shefford) le forçant à trouver refuge pour la nuit sur un rocher (Taylor, 1908). À la même époque, le loup parcourait encore les forêts du nord-est américain non loin de la frontière du Québec et y harcelait également les éleveurs de moutons. Charles Darwin, en 1859, dans son célèbre livre «L origine des espèces» mentionne l existence de deux types de loups dans les monts Catskill (New York) et les dégâts que ceux-ci causent : I may add according to Mr. Pierce, there are two varieties of wolf inhabiting the Catskill Mountains in the United States, one with a light greyhound-like form, which pur- sues deer, and the other more bulky, with shorter legs, which more frequently attacks the shepherds flocks. Cette action déprédatrice ne pouvait rester longtemps impunie. Peu après l audition des écuyers venus témoigner devant la chambre de l Assemblée de la province du Bas-Canada, le gouvernement de l époque adopta, pour la province, «l Acte pour encourager la destruction des loups» (Anonyme, 1831b). Une somme de «deux livres et 10 chelins» était alors accordée pour chaque loup «tué à une distance n excédant pas six milles d aucun lieu habité» (Guay, 1983). Cette loi resta en vigueur jusqu en 1869, mais aucune statistique d attribution de primes ne nous permet de documenter l ampleur de la destruction. L énoncé des ravages causés par les loups aux animaux domestiques, de part et d autre de la frontière du Québec et des États-Unis, semble, à première vue, tout à fait plausible, car l élevage était une des premières sources de revenus de ces anciennes seigneuries. Peu propices à la culture, ces territoires peuplés d environ âmes comptaient sur près de têtes de bétail, particulièrement des moutons, pour assurer la subsistance de leur population (Bouchette, 1815, 1831). Mais, pour que les loups s intéressent de cette façon au bétail, faut-il peut-être voir là un signe que le gibier sauvage se faisait de plus en plus rare. En effet, bien plus que les campagnes d éradication menées contre ce prédateur, c est probablement l incidence de la colonisation sur la faune sauvage, par la récolte directe et par la modification majeure de l habitat, qui contribua le plus efficacement à l élimination de ce grand prédateur au sud du Saint-Laurent. D après Martin (1980), l exploitation de la grande faune à des fins domestiques et commerciales y fut telle, au tournant de la deuxième moitié du XIX e siècle, qu elle provoqua presque l extermination de plusieurs espèces de grand gibier : Dans les Cantons de l Est, l Outaouais, Charlevoix, la Baie des Chaleurs, les populations d orignaux, de caribous et d ours, qui avaient survécu à deux siècles de présence périodique d Européens, eurent à subir une quasi-guerre d extermination : le cerf de Virginie disparut de Brome et de Missisquoi, le caribou se raréfia dans les Appalaches et les Monts Notre-Dame, se retirant au cœur des Shicks-Shocks, l ours se vit plus rarement, alors qu on en Hélène Jolicœur est biologiste à la Société de la faune et des parcs du Québec, Direction du développement de la faune. 40 LA SOCIÉTÉ PROVANCHER D HISTOIRE NATURELLE DU CANADA

2 comptait un par 16 milles carrés dans les territoires non défrichés et enfin, même l orignal risquait de disparaître, n eût été l alerte donnée par la Natural History Society de Montréal vers et qui mena enfin à l engagement des premiers gardes-chasse de la province en La date exacte de la disparition du loup au sud du Saint-Laurent n est pas connue avec précision, mais on la situe quelque part entre 1850 et 1900 (Peterson, 1966). Pour être sûr que le loup ne reprenne pas du «poil de la bête», le ministère des Terres, des Mines et des Pêcheries instaura à nouveau, dès 1903, une loi pour encourager la destruction des loups (Anonyme, 1903). Il suffisait alors que le requérant présente la tête avec la peau et les oreilles entières à un juge de paix pour obtenir une récompense de cinq piastres (Anonyme, 1903 ; Banville, 1981). Pendant près de 50 ans, les habitants de ces régions n eurent plus à se plaindre du loup. Mais comme la nature a horreur du vide, le sud du Québec fut bientôt envahi par un nouveau prédateur, le coyote (Canis latrans), mieux adapté aux paysages forestiers et agroforestiers de ces régions et aux proies de taille moyenne. L arrivée de cette espèce fut même confondue avec le retour en force du loup dans ces contrées (Deyglun et Cognac, 1962) : À titre d exemple et pour prouver que le loup n habite pas nécessairement les forêts éloignées du Nouveau-Québec, sachez qu on a tué des loups à moins de 25 milles de Montréal! En 1948, coup de théâtre à Saint- Hilaire sur Richelieu : 4 loups furent abattus et un cinquième capturé vivant. Au cours des années 49 et 50, on signala des loups un peu partout dans les Cantons de l Est et plus particulièrement dans le comté de Bagot. [ ]. Le loup reviendrait-il à ses lieux d origine? Va-t-on assister à une migration de l espèce au sud? La vérité est beaucoup plus simple et plus gênante que ça C est que le loup n a jamais complètement quitté les régions où il s était installé. Depuis l arrivée du coyote, aucune mention dûment vérifiée de la présence du loup n a été rapportée dans cette portion du territoire québécois. Les perspectives de son retour n étaient même pas envisagées tant son absence du sud du Québec avait été longue et l habitat essentiel à sa survie se trouvait modifié irrémédiablement. La capture au collet d un loup en janvier 2002, en Estrie, plus précisément à Sainte-Marguerite-de-Lingwick ( N / ,5 O), et son identification certaine un an plus tard, ont donc causé une grande surprise parmi la population locale et les gestionnaires de la faune. Cet événement est ainsi venu nous rappeler bien humblement que les prévisions sont faites pour être démenties et que, dans le domaine de la faune sauvage, toute certitude est faite pour être ébranlée. Dès sa capture, le trappeur, M. Laurent Cloutier, qui a été agent de la protection de la faune avant de prendre sa retraite en février 2002, savait qu il était en présence d un sujet hors du commun (figure 1). Pour cet homme aguerri, l identification de l animal ne faisait aucun doute. Il s agissait bien d un loup. Mais avant de confirmer l avènement d un cas aussi exceptionnel, la Société de faune et des parcs du Québec a voulu procéder à une expertise complète de l animal. En raison de la présence fréquemment signalée de chiens errants en Estrie, la possibilité d être en présence d un hybride ne pouvait être écartée. Grâce à la collaboration de monsieur Cloutier, qui a soumis la carcasse et le crâne de l animal à notre examen, nous avons pu procéder à différentes comparaisons avec des mesures contenues dans nos banques de données en attendant les résultats de l analyse génétique. Figure 1. Monsieur Laurent Cloutier avec le loup (à droite) qu il a capturé à Sainte-Marguerite-de-Lingwick. La taille de cet animal peut être appréciée en le comparant avec le gros coyote (20 kg) suspendu à sa gauche. Étape de l identification Mesures morphométriques Treize mesures extérieures ont été prises sur ce spécimen (tableau 1) et ont été comparées, sans utiliser de calculs statistiques particuliers, à des mesures de même type provenant de loups adultes et juvéniles (1,5 an) de la réserve faunique de Papineau-Labelle (loup de petite taille) et de la réserve faunique des Laurentides (loup de taille moyenne). Les loups de la réserve faunique de Papineau-Labelle sont probablement les représentants les plus purs du loup de l Est (Canis lupus lycaon), une des deux sous-espèces de loup présentes au Québec avec le loup du Labrador (Canis lupus labradorius). Les loups de la réserve faunique des Laurentides présentent, quant à eux, un mélange, en proportions variables, de gènes de loup de l Est et de loup du Labrador, ce qui explique leur taille plus forte. Les mesures prises sur le canidé de l Estrie ont également été comparées à celles de coyotes adultes et juvéniles provenant en grande majorité des régions JEAN-JACQUES DUBOIS LE NATURALISTE CANADIEN, VOL. 127 N o 2 ÉTÉ

3 Tableau 1 : Mesures (en cm) prises sur le canidé de l Estrie et sur d autres canidés sauvages du Québec (mâles adultes seulement). Les loups ont été capturés en hiver et les coyotes en début d automne. Les valeurs ombrées indiquent celles qui sont les plus rapprochées des valeurs du canidé de l Estrie. Mesures morphométriques Le canidé de l Estrie Laurentides (n = 9) Loups Coyotes Adultes Juvéniles Adultes Juvéniles Papineau- Labelle (n = 33) Laurentides (n = 9) Papineau- Labelle (n = 9) (n = 18) (n = 5) Poids (kg) 29,1 43,4 28,7 29,3 23,3 15,0 12,9 Longueur MQ 1 157,0 179,9 154,1 167,7 151,6 137,3 135,7 Longueur MV 1 152,0 169,7 142,4 157,0 142,1 128,8 126,8 Longueur MB 1 110,0 128,5 111,3 119,1 106,7 94,1 93,5 Circonférence du cou 43,0 46,2 36,8 39,3 37,8 29,8 28,7 Circonférence de la poitrine 64,0 79,5 61,0 67,9 74,0 51,6 47,5 Longueur patte arrière 24,0 29,0 26,0 28,4 24,6 21,0 20,2 Hauteur au garrot 65,5 82,7 74,3 74,9 71,5 60,5 57,4 Canine supérieure droite 23,0 27,1 21,2 23,7 20,0 19,1 18,4 Canine inférieure droite 22,1 22,5 20,0 21,2 20,0 18,6 16,9 Longueur du pied (A) 7,3 9,0 (12) 2 8,5 (6) 8,6 (7) 8,2 (1) 6,7 (4) Largeur du pied (B) 5,3 7,2 4,5 6,1 7,3 4,4 Largeur du coussinet (C) 3,8 5,2 3,6 4,8 4,6 3,4 1. MQ = Longueur totale prise du museau au dernier poil de la queue ; MV= Longueur totale prise du museau à la dernière vertèbre de la queue ; MB = Longueur totale prise du museau à la base de la queue. 2. Taille échantillon pour les mesures de pieds seulement. du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie Îles-de-la-Madeleine. Pour les comparaisons, seuls les spécimens de même sexe, de même catégorie d âge et capturés à la même période de l année que le canidé de l Estrie ont été utilisés comme animaux de référence. Par contre, les coyotes dans notre banque de données ont été capturés au début de l automne. Comme les canidés prennent du poids durant l hiver, il faut donc considérer les poids et les mesures de coyotes comme légèrement sous-estimées. Mesures crâniennes Au total, 14 mesures crâniennes ont été prises sur le crâne du spécimen en suivant le protocole suggéré par Lajoie et al. (en préparation). Ces mesures ont été comparées avec des valeurs moyennes de crânes de coyotes et de loups de différentes provenances (tableau 2). Le degré de fermeture de la suture occipito-sphénoïde, située entre les bulbes tympaniques, a été utilisé comme critère pour déterminer si l animal était un jeune (< 1 an) ou un adulte ( 1 an). La largeur du prémaxillaire a servi, de son côté, à classer le canidé de l Estrie soit parmi les loups ( 27 mm) soit parmi les coyotes (< 27 mm ; P.H. Fontaine, comm. pers.). Pour distinguer les deux espèces de canidés sauvages et le produit de leur hybridation avec le chien domestique (Canis familiaris), nous avons eu recours à deux critères : le calcul des proportions maxillaires (Howard, 1949) et l angle orbitaire (Iljin, 1941). Pour le premier critère, représenté par le rapport entre la longueur des dents jugales (A) et la largeur palatine (B), les valeurs-seuils ont été les suivantes : coyote = rapport A/B 3,1 ; chien = rapport A/ B 2,7 ; hybride coyote-chien = rapport A/B entre 2,7 et 3,1. De son côté, l angle orbitaire, pris à la hauteur de l apophyse postorbitaire, permet d établir une distinction spécifique entre un loup (< 45 ), un chien (> 53 ) et un hybride loupchien (entre 45 et 53 ). Analyse génétique Un échantillon de chair provenant du muscle temporal a été expédié, en février 2002, au «Wildlife Forensic DNA Laboratory» dirigé par le D r Paul Wilson, de l Université Trent en Ontario, une sommité sur l identification génétique des canidés en Amérique du Nord. Résultats Allure générale L animal, un mâle, avait un pelage typique de celui d un coyote ou d un loup. La couleur de la fourrure était plutôt beige pâle parsemée de longues jarres noires et comportant des nuances peu prononcées de fauve derrière les 42 LA SOCIÉTÉ PROVANCHER D HISTOIRE NATURELLE DU CANADA

4 Tableau 2 : Mesures crâniennes (en mm) du canidé de l Estrie comparées à des valeurs moyennes de mâles adultes de différentes provenances. Les valeurs ombrées indiquent celles qui sont les plus rapprochées des valeurs du canidé de l Estrie. Mesures crâniennes Le canidé de l Estrie Coyotes (n = 24) Loups Laurentides (n = 45) Loups Papineau-Labelle (n = 24) Longueur totale 235,0 198,7 251,1 223,0 Largeur zygomatique 112,1 106,2 139,7 121,3 Longueur des dents jugales (A) 77,8 70,9 86,7 78,1 Diamètre maximum du palais 65,9 58,8 80,4 69,8 Largeur palatine entre P1 23,0 21,0 31,0 25,0 Largeur des apophyses postorbitaires 58,1 50,3 65,2 56,7 Hauteur entre la base de la M1 et l orbite 32,6 27,3 39,1 32,6 Hauteur de l arcade zygomatique 15,7 13,3 19,3 15,6 Longueur de la P4 23,2 20,4 25,6 22,8 Largeur de la M2 12,8 11,9 14,3 13,4 Longueur palatine 107,1 95,9 120,4 107,6 Longueur condylo-basale 220,0 187,3 232,8 208,9 Largeur du prémaxillaire 28,6 23,2 33,2 27,5 Largeur palatine entre canines (B) 22,6 19,4 28,3 23,1 Rapport de Howard (A/B) 3,44 3,7 3,1 3,4 Angle orbitaire 48,3 45º 45º 45º oreilles et sur les pattes (figure 2). À première vue, le cou nous a semblé plutôt massif, mais cela pouvait être attribuable à l enflure causée par le collet. De plus, l animal avait l air bas sur pattes. Ses pieds étaient beaucoup plus larges que ceux d un coyote et ses griffes étaient épaisses et peu recourbées, ce qui le rapprochait du loup. De façon générale, l animal ressemblait à un loup adulte de petite taille ou encore à un louveteau (figure 3). MARC-ANDRÉ GRENIER Mesures morphométriques De par ses mesures extérieures, le canidé de l Estrie se rapprochait d un loup adulte de type Papineau-Labelle ou encore d un loup juvénile de type Laurentides (tableau 1). Les mesures qui s éloignaient le plus de ces deux catégories concernaient le tour du cou et la canine inférieure, qui étaient plus proches du gabarit d un adulte de type Laurentides et, à l opposé, la hauteur au garrot et la longueur de la patte arrière, qui rappellent les mesures d un loup juvénile de type Papineau-Labelle. Ces mesures confirment finalement l impression générale qui se dégageait des observations faites à l œil nu, c est-à-dire que l animal avait l allure d un petit loup court sur pattes avec un cou très massif. Mesures crâniennes L examen du crâne de l animal nous a permis de constater que la suture occipito-sphénoïde était bien soudée, ce qui confirme que la croissance de l animal était terminée et Figure 2. Vue latérale du canidé capturé en Estrie. Comparé aux mesures effectuées sur d autres loups, son cou est massif et ses pattes plutôt courtes. qu il s agissait d un adulte. Dans tous les cas, les mesures du canidé de l Estrie étaient supérieures à celles des coyotes et inférieures à celles de loups de type Laurentides (tableau 2). Elles se rapprochaient beaucoup de celles d un loup de type Papineau-Labelle. Par rapport aux mesures de ce type de loup, les mesures du crâne du spécimen soumis étaient inférieures ou comparables, à l exception de la longueur totale et de la longueur condylo-basale qui étaient supérieures. Le LE NATURALISTE CANADIEN, VOL. 127 N o 2 ÉTÉ

5 Figure 3. Vue de face du canidé de l Estrie. À première vue, l animal ressemblait plus à un petit loup ou à un louveteau qu à un coyote. crâne était donc semblable au crâne moyen d un loup adulte de type Papineau-Labelle, mais il était légèrement plus long (12 mm de plus sur la longueur totale et 11,1 mm de plus sur la longueur condylo-basale) et plus étroit (9,2 mm de moins au niveau de la largeur de l arcade zygomatique ; figure 4). La largeur du prémaxillaire était de 28,6 mm, donc plus élevée que la valeur-seuil de 27 mm qui sépare les loups des coyotes. Cette dernière mesure confirmait que le spécimen étudié était plutôt un loup qu un coyote. À l opposé, le calcul des proportions maxillaires (rapport A/B = 3,44) associait le canidé de l Estrie au coyote et l angle orbitaire (48,3 ) à un hybride loup-chien. Analyse génétique Le rapport du D r Paul Wilson, en date du 24 janvier 2003, a confirmé, finalement, que le canidé capturé en Estrie était bel et bien un loup, plus précisément un loup de l Est (C. l. lycaon) et que son profil génétique était semblable à 95 % à celui des loups de l Est provenant du parc Algonquin. Sample L has a mtdna consistent with C. lycaon/c. latrans and the microsatellite genotype shows 95,0% ancestry with eastern timber wolves (C. lycaon) from Algonquin Provincial Park. This sample has a DNA profile consistent with an eastern timber wolf (C. lycaon). MARC-ANDRÉ GRENIER d un loup de type Papineau-Labelle, nous devons cependant admettre l existence de quelques notes discordantes qui auraient pu nous amener à penser que l animal soumis pour examen n était pas de sang pur. En effet, l angle orbitaire, qui était de 48,3, tombe, selon les valeurs de Iljin (1941), dans le registre des hybrides loups-chiens et le rapport de Howard (1949), qui était de 3,44 semblait plutôt laisser croire, de son côté, que l animal était un coyote. La faible largeur de l arcade zygomatique est probablement à l origine de l anomalie observée au niveau de l angle orbitaire. Quant au rapport de Howard, il s applique probablement aussi bien aux loups qu aux coyotes bien que l auteur n ait documenté que les coyotes, dans son étude. L origine géographique du spécimen trouvé en Estrie n est pas connue, et ne le sera probablement jamais, ce qui n empêche pas les hypothèses d aller bon train pour tenter d expliquer son arrivée à Sainte-Marguerite-de-Lingwick. A-t-il traversé le fleuve? Et, si oui, à quelle hauteur? A-t-il pu être introduit? Et si oui, qui aurait intérêt à poser un tel geste? Est-il venu par le sud de l Ontario en traversant la plaine agricole et les zones densément peuplées qui s y trouvent? La mention du parc Algonquin dans le rapport du D r Wilson ne donne pas nécessairement de pistes en ce sens. La référence à ce parc provincial ontarien, situé non loin de la réserve faunique de Papineau-Labelle, veut simplement dire que le canidé capturé en Estrie montre des ressemblances génétiques avec la population de loups de cet endroit qui sert, au D r Wilson, de population de référence pour identifier le loup de l Est. HÉLOÏSE BASTIEN Discussion Bien que la majorité des mesures morphométriques et crâniennes prises sur le canidé de l Estrie le rapprochent du loup et, plus précisément, Figure 4. Trois crânes de mâles adultes. Au centre, le crâne du canidé de l Estrie, entre un crâne d un gros coyote (à gauche) et un crâne de loup provenant de la réserve faunique de Papineau-Labelle (à droite). Les arcades zygomatiques du canidé de l Estrie sont un peu plus étroites que celles des deux autres canidés sauvages. 44 LA SOCIÉTÉ PROVANCHER D HISTOIRE NATURELLE DU CANADA

6 Figure 5. Carte illustrant l habitat potentiel pour le loup sur la rive sud du Saint-Laurent. La découverte de ce spécimen soulève d autres questions auxquelles il sera peut-être plus facile de répondre un jour. Est-ce que d autres loups, de même type que le canidé de l Estrie, sont déjà établis au sud du Saint-Laurent? Si oui, auront-ils tendance à se regrouper pour former des meutes ou s hybrideront-ils avec des coyotes pour constituer une génération de supercanidés? Qu arrivera-t-il au coyote à la suite de l intrusion de son territoire par le loup? Une chose est cependant certaine, c est que contrairement à ce qu on a toujours pensé, il existe encore des habitats favorables pour le loup au sud du Saint-Laurent. En effet, des modèles statistiques développés à partir des caractéristiques de l habitat du loup présent dans les régions de l Ouataouais, des Laurentides et de Lanaudière (Rateaud et al., 2001), ont été appliqués à toute la portion du territoire québécois délaissée par le loup depuis plusieurs décennies (Jolicœur et Hénault, 2002). Dans ce territoire qui couvre km 2, il existerait entre et km 2 d habitat, surtout localisés dans les Appalaches et le long de la frontière américaine, qui pourrait accueillir de façon permanente ce prédateur (Jolicœur et Etcheverry, en préparation ; figure 5). Cet habitat favorable est entouré d une autre bande de territoire, un peu moins boisée et sauvage que la précédente, qui pourrait, sur une superficie de à km 2, constituer un habitat de dispersion où le loup serait présent de façon occasionnelle. D après les modèles prédictifs, seulement à km 2 de territoire, principalement situés dans les Basses-Terres du Saint-Laurent, seraient trop dégradés pour accueillir le loup d une quelconque façon (Jolicœur et Etcheverry, en préparation). Un exercice semblable, effectué dans les États de la Nouvelle-Angleterre, a démontré l existence d une immense superficie d habitat favorable pour le loup dans le nord du Maine et, une autre, de plus petite dimension, dans l État de New York, plus précisément dans les monts Adirondacks (Harrisson et Chapin, 1997). La présence de cet habitat favorable, mais non occupé présentement par le loup, a suscité, auprès de certains groupes environnementaux américains, maints espoirs d assister prochainement au retour du loup en Nouvelle-Angleterre. Si le projet de restauration du loup dans les forêts du nordest américain venait à se concrétiser (USFW, 1992), l habitat favorable au loup, que nous avons identifié dans les Appalaches et le long de la frontière américaine, pourrait très facilement trouver preneur. La présence de meutes de loups organisées constituerait une menace pour le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, déjà aux prises avec des épaisseurs de neige records, ainsi que pour le caribou (Rangifer tarandus) de la Gaspésie, désigné espèce menacée. LE NATURALISTE CANADIEN, VOL. 127 N o 2 ÉTÉ

7 Conclusion L arrivée inopinée du loup dans un secteur où on le croyait disparu à jamais n a pas encore soulevé de controverse dans les régions du sud du Québec, car le cas du canidé de l Estrie est considéré, pour le moment, comme un fait isolé. Cette situation risque de s inverser rapidement advenant la découverte prochaine d un autre loup ou d un hybride. La Société de la faune et des parcs du Québec se montre présentement vigilante et enjoint les trappeurs et les chasseurs de lui signaler tous les cas de canidés atypiques qu ils pourraient capturer dans les régions sises au sud du Saint-Laurent. Un programme d échantillonnage de canidés (loup et coyote) est présentement en cours pour établir le profil génétique des différentes espèces de canidés et sous-espèces de loups au Québec et pour constituer des banques de références complètes qui faciliteront les futures identifications génétiques. REMERCIEMENTS Mes plus sincères remerciements vont à M. Laurent Cloutier, trappeur et ex-agent de la protection de la faune de l Estrie, qui a fait preuve d une grande disponibilité et d une collaboration empressée pour que je puisse examiner tout à mon aise son spécimen de canidé. Merci également à M. Bernard Bergeron, directeur de la Direction de l aménagement de la faune de l Estrie et à son personnel, en particulier M. Michel Morin, pour le support technique et logistique. J ai aussi apprécié les échanges d information sur l histoire de la grande faune en Estrie que j ai eus avec M. Réal Carbonneau, directeur de la protection de la faune de cette région. Je ne saurais passer sous silence la contribution de MM. Cyrille Barrette et Pierre-Henri Fontaine pour les connaissances qu ils m ont transmises sur l identification des canidés par les crânes. Les photographies sont de MM. Jean-Jacques Dubois, de la Direction de l aménagement de la faune de l Estrie, de Marc-André Grenier, de la compagnie Photomag, ainsi que de M me Héloïse Bastien, de la Direction du développement de la faune. La carte de l habitat potentiel du loup est une réalisation de M. Yves Lachance, de la Direction du patrimoine écologique et du développement durable du ministère de l Environnement du Québec. Références ANONYME. 1831a. Minutes des témoignages pris devant le Comité spécial auquel a été référée la Pétition de divers Propriétaires de la Paroisse de St.-Timothée, Seigneurie de Beauharnois, relativement aux Écoles, aux Lois des Chemins et aux Grands-Voyers, aux taux excessifs auxquels les terres y sont concédées, à l Agriculture, à une récompense pour la destruction des Loups, et à la Taxe sur le Bois qui passe par le Sault St.-Louis. Rapport du 21 février Appendice du XL e Volume des Journaux de la Chambre d Assemblée de la province du Bas-Canada. Première session du quatrième parlement provincial. ANONYME. 1831b. Acte pour encourager la destruction des Loups. Les statuts provinciaux du Bas-Canada. Quatorzième volume, chapitre VI. ANONYME Prime pour la destruction des loups. Statuts refondus de la province de Québec passés dans la troisième année du règne de sa Majesté le roi Edouard VII et dans la troisième session de la dixième législature. BANVILLE, D Le contrôle des prédateurs du gros gibier au Québec de 1905 à Québec, ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Direction générale de la faune. Série Faune du Québec, Rapport spécial n o p. BOUCHETTE, J Description topographique de la province du Bas- Canada avec des remarques sur le Haut-Canada et sur les relations des deux provinces avec les États-Unis de l Amérique. W. Faden (éditeur). Londres. 664 p. BOUCHETTE, J A topographical dictionnary of the province of Lower Canada. Henry Colburn et Richard Bentley (éditeurs). Londres, non paginé. DARWIN, C On the origin of species by means of natural selection, or the preservation of favoured races in the struggle for life. John Murray, Londres. 689 p. DEYGLUN, S. et M. COGNAC Guerre aux loups! Éditions Marcel Cognac. 40 p. GUAY, D Histoires vraies de la chasse au Québec. VLB éditeur. 224 p. HARRISSON, D.J. and T.G. CHAPIN An assessment of potential habitat for eastern timber wolves in the Northeastern United States and connectivity with occupied habitat in Southern Canada. A summary report and position paper prepared for the Wildlife Conservation Society. Wildlife Conservation Society, New York. 12 p. HOWARD, W.E A means to distinguish skulls of coyotes and domestic dogs. J. Mammal., 30 : ILJIN, N.A Wolf-dog genetics. J. Genetics, 42 : JOLICŒUR, H., et M. HÉNAULT Répartition géographique du loup et du coyote et estimation de la population de loups au Québec. Société de la faune et des parcs du Québec, Direction du développement de la faune et Direction de l aménagement de la faune des Laurentides. 51 p. JOLICŒUR, H. et P. Etcheverry (en préparation). Habitat potentiel pour le loup sur la rive sud du Saint-Laurent. Société de la faune et des parcs du Québec, Direction du développement de la faune. LAJOIE, A., A. Philibert et H. JOLICŒUR (en préparation). Guide de prises de mesures crâniennes pour des fins de taxonomie et d identification des canidés. Société de la faune et des parcs du Québec, Direction du développement de la faune. MARTIN, P.-L Histoire de la chasse au Québec. Les éditions du Boréal Express. Montréal. 279 p. PETERSON, R.L The Mammals of Eastern Canada. Oxford University Press. Toronto. 465 p. RATEAUD, W., H. JOLICŒUR et P. ETCHEVERRY Habitat du loup dans le sud-ouest du Québec : occupation actuelle et modèles prédictifs. Société de la faune et des parcs du Québec, Direction du développement de la faune et Ministère de l Environnement, Direction du patrimoine écologique et du développement durable. 56 p. TAYLOR, E.M History of Brome County. John Lovell & Son, Montréal, 288 p. U.S. FISH AND WILDLIFE SERVICE Recovery plan for eastern timber wolf. Twin Cities, Minnesota. 73 p. 46 LA SOCIÉTÉ PROVANCHER D HISTOIRE NATURELLE DU CANADA

«Le loup n est qu un chien sauvage.»

«Le loup n est qu un chien sauvage.» «Le loup n est qu un chien sauvage.» Il n y a pas plus de différence entre un chien et un loup qu entre un Français et un Anglais. Robert Wayne, cité par Libération, 13 avril 1994 Non seulement il est

Plus en détail

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments 23B Grange étable située au 18 21, rang des Lacs, Notre Dame des Monts. Patri Arch, 2011 INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST Le positionnement des bâtiments Décembre 2011 Le

Plus en détail

Standard FCI N 248 / 09/08/1999. CHIEN DU PHARAON (Pharaoh Hound)

Standard FCI N 248 / 09/08/1999. CHIEN DU PHARAON (Pharaoh Hound) Standard FCI N 248 / 09/08/1999 / F CHIEN DU PHARAON (Pharaoh Hound) TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud. ORIGINE : Malte. PATRONAGE : Grande Bretagne. DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D ORIGINE EN VIGUEUR

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D EXTINCTION (CITES)

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D EXTINCTION (CITES) FORMULAIRE DE DEMANDE DE CERTIFICAT DE CIRCULATION PROVISOIRE POUR importer, exporter ou réexporter temporairement des animaux vivants, des plantes vivantes ou des parties d animaux, des parties de plantes

Plus en détail

Sentier national au Québec

Sentier national au Québec Sentier national au Québec est un bulletin d information qui a pour but de rapprocher tous les intervenants qui oeuvrent à l achèvement du Sentier national au Québec. Il est distribué par courriel à plus

Plus en détail

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 1 LES ABATTOIRS DE BOVINS AU QUÉBEC Sous inspection fédérale:

Plus en détail

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1).

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). Complétez les deux copies et faites les parvenir à l éleveuse de qui vous adoptez votre chiot. Si vous adopté un chiot

Plus en détail

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec 555, boul. René-Lévesque O. 9 e étage Montréal (Québec) H2Z 1B1 CANADA (514) 861-0809 Télécopieur (514) 861-0881 Internet info@zba.ca Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec Rapport final

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Les indicateurs du Cégep@distance

Les indicateurs du Cégep@distance Les indicateurs du Cégep@distance Caractéristiques de la population étudiante et cheminement scolaire Tableaux de bord 2004-2005 et 2005-2006 Mars 2007 Recherche et rédaction Lyne Forcier et Mireille Laforest

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens SONDAGE LÉGER On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens Laval, le 25 février 2014. C est ce que révèle une toute nouvelle étude 1 réalisée dans le cadre

Plus en détail

Fiche d information le loup. shutterstock. 50 ans. à vous montrer la faune et la flore le loup x Canis lupus

Fiche d information le loup. shutterstock. 50 ans. à vous montrer la faune et la flore le loup x Canis lupus le loup shutterstock 50 ans à vous montrer la faune et la flore le loup x Canis lupus le loup faits rapides x Canis lupus Cet animal : n est aussi nommé loup gris, loup commun, loup du Canada, loup de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N o 10

FICHE TECHNIQUE N o 10 Comité Zone d Intervention Prioritaire Date d'ouverture du dossier : 01/04/2003 FICHE TECHNIQUE N o 10 Thématique : Projet : Localisation : Protection et restauration écologique des milieux naturels Aménagement

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! Portrait économique Une économie diversifiée et positionnée!

Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! Portrait économique Une économie diversifiée et positionnée! 1 Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! La région de la Montérégie Est est bordée au nord par le fleuve St-Laurent, au sud par les États de New York et du Vermont, à l est par

Plus en détail

La lettre des chasseurs charentais N 4

La lettre des chasseurs charentais N 4 La lettre des chasseurs charentais N 4 LE MOT DU PRESIDENT Amies chasseresses, Amis chasseurs, Après décision unanime de votre conseil d administration, l information régulière des chasseurs fait partie

Plus en détail

CHIEN D ARRET ALLEMAND A POIL DUR (Deutsch Drahthaar)

CHIEN D ARRET ALLEMAND A POIL DUR (Deutsch Drahthaar) Standard F.C.I. N 98 / 08.06.2001 / F CHIEN D ARRET ALLEMAND A POIL DUR (Deutsch Drahthaar) TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet. ORIGINE : Allemagne. DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D ORIGINE

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

Le 8 mai 2015. Bonjour,

Le 8 mai 2015. Bonjour, Le 8 mai 2015 Bonjour, En janvier, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers (Manuvie) a annoncé la conclusion de l acquisition des activités canadiennes de la Standard Life. Je souhaite vous informer

Plus en détail

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires La trousse d identification des mandataires La Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ)

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE -A- Accessoire électronique Voir Récupération et valorisation des produits par les entreprises

INDEX ANALYTIQUE -A- Accessoire électronique Voir Récupération et valorisation des produits par les entreprises INDEX ANALYTIQUE -A- A new tape reagent for the determination of hydrogen sulphide in air, Q-2, r. 38 : 9 al. 1f) A Simple Reliable Method for the Determination of Airborne Hexavalent Chromium, Q-2, r.

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

Sarcelle d été. Anas querquedula

Sarcelle d été. Anas querquedula Sarcelle d été Anas querquedula Neil Fifer Sarcelles d été Hong Kong. R.P de Chine Principaux caractères spécifiques La sarcelle d été est un canard de petite taille, un peu plus massif que la sarcelle

Plus en détail

VOLUME 4 JANVIER 2010. Projets FTGQ L

VOLUME 4 JANVIER 2010. Projets FTGQ L FTGQ FTGQ Express VOLUME 4 JANVIER 2010 Projets FTGQ L Projet 2 : Amélioration du matériel de formation PGAF es projets déposés en décembre ont été acceptés et sont actuellement en cours de réalisation.

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

LES AIRES PROTÉGÉES MULTICLASSES ET LA CATÉGORIE VI DE L UICN. De nouvelles perspectives de conservation à l échelle régionale

LES AIRES PROTÉGÉES MULTICLASSES ET LA CATÉGORIE VI DE L UICN. De nouvelles perspectives de conservation à l échelle régionale LES AIRES PROTÉGÉES MULTICLASSES ET LA CATÉGORIE VI DE L UICN De nouvelles perspectives de conservation à l échelle régionale INTRODUCTION: Une petite perspective internationale CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Développement du secteur de chevreau de boucherie

Développement du secteur de chevreau de boucherie Consultants en économie, spécialisés en agriculture, en agroalimentaire et en énergie Développement du secteur de chevreau de boucherie Rapport final présenté au Syndicat des producteurs de chèvres du

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le monitoring de la qualité

Le monitoring de la qualité SÉDIMENTS RIVES RESSOURCES BIOLOGIQUES 3 e édition Le monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Cap Piailleur, Îles-de-la-Madeleine Photo : Martin Rodrigue, Environnement

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

Petit guide pédagogique

Petit guide pédagogique Petit guide pédagogique des 1. Peux-tu résoudre cette énigme? Mon premier se trouve dans un musée; mon deuxième est le petit de la biche; mon troisième a six faces et est utile dans un jeu; mon quatrième

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

LE LANGAGE DU CHIEN:

LE LANGAGE DU CHIEN: LE LANGAGE DU CHIEN: L une des raisons qui font des chiens de bons animaux de compagnie est leur capacité à communiquer avec nous. En fait, ils nous comprennent souvent mieux que nous ne les comprenons

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de et de services sociaux Présenté le 11 novembre 2003 Principe adopté le 10 décembre

Plus en détail

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste ÉCOLE AFROCENTRISTE EN ONTARIO Pour diffusion immédiate PAGE 1 DE 5 Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste La vaste majorité des répondants sont d accord

Plus en détail

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec Pêches et Océans Canada Sciences Fisheries and Oceans Canada Science MPO Sciences Région Laurentienne Rapport sur l état des stocks C-2 (21) 5 16B 16A 17A-C D 16C 16D 16E YZ E-X A-C Le Crabe commun des

Plus en détail

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177 La corruption à la Ville de Montréal II Le Journal de Montréal Projet 11679-177 1 er novembre 2012 2 La présente étude a été réalisée par le biais d un sondage Internet auprès de 629 Montréalais, âgés

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance Transformation de l assurance la perspective canadienne kpmg.ca/assurance 2 Transformation de l assurance La perspective canadienne Lors de la 23 e Conférence annuelle de KPMG sur l assurance, nous avons

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

Nathalie Juteau. Nathalie Juteau CONSEIL D ADMINISTRATION 2006-2007. Juillet 2007

Nathalie Juteau. Nathalie Juteau CONSEIL D ADMINISTRATION 2006-2007. Juillet 2007 Juillet 2007 http://www.spg.qc.ca/aqgp Volume 12, numéro 3 CONSEIL D ADMINISTRATION 2006-2007 Présidente Nathalie Juteau (450) 962-5589 Parasi-Tech Vice-Présidente Sylvie Morin (450) 436-1779 Extermination

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Grand sondage régional Étude quantitative 25 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

Le domaine de la ferme Moore, Gatineau

Le domaine de la ferme Moore, Gatineau Le domaine de la ferme Moore, Gatineau Une propriété agricole devenue un domaine équestre De la famille Wright aux Parker-Moore, 150 ans d histoire Rapport synthèse Janvier 2006 Michelle Guitard MG Historienne-conseil

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Héron. branché NOUVEAUTÉ CET AUTOMNE! 22 octobre au 2 novembre

Héron. branché NOUVEAUTÉ CET AUTOMNE! 22 octobre au 2 novembre Le petit Héron branché Infolettre pour les professionnels de l éducation www.heritagestbernard.qc.ca Volume 3 Numéro 3 AUTOMNE 2012 NOUVEAUTÉ CET AUTOMNE! 22 octobre au 2 novembre Le À lire dans cette

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU XXI E SIÈCLE : AU-DELÀ DU PRÊT DE LIVRES

LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU XXI E SIÈCLE : AU-DELÀ DU PRÊT DE LIVRES PLAN DE LA PRÉSENTATION Bref historique des bibliothèques publiques québécoises Quelques comparaisons au fil du temps La bibliothèque du XXIe siècle Le troisième lieu Le Learning Center Le FabLab LA BIBLIOTHÈQUE

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 3 février 2004 Gala de

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

CHIEN DE BERGER DES SHETLAND (Shetland Sheepdog)

CHIEN DE BERGER DES SHETLAND (Shetland Sheepdog) 23.08.2013 / FR FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) Standard-FCI N 88 CHIEN DE BERGER DES SHETLAND (Shetland Sheepdog) M.Davidson,

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

bouchons? Choisir ou des descoquilles

bouchons? Choisir ou des descoquilles PROTECTION INDIVIDUELLE Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail Secteur fabrication de produits en métal et de produits électriques L exploitant d un établissement doit se conformer

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET 1 ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET Introduction L Internet a révolutionné notre façon d échanger des idées, des informations et des marchandises. Tout naturellement, cette technique

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Observer dans la durée les atteintes aux voitures

Observer dans la durée les atteintes aux voitures Observer dans la durée les atteintes aux voitures I. Une baisse continue À l échelle nationale 1, le seul indicateur qui permette de suivre l évolution des atteintes aux véhicules sur le long terme est

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

BRAQUE HONGROIS A POIL COURT (VIZSLA) (Rövidszörü Magyar Vizsla)

BRAQUE HONGROIS A POIL COURT (VIZSLA) (Rövidszörü Magyar Vizsla) Standard F.C.I. N 57 / 13.09.2000 / F BRAQUE HONGROIS A POIL COURT (VIZSLA) (Rövidszörü Magyar Vizsla) TRADUCTION : Dr. J-M. Paschoud et Prof.RTriquet. ORIGINE : Hongrie. DATE DE PUBLICATION DU STANDARD

Plus en détail

PREMIER RAPPORT COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS. Deuxième session de la. 55 e législature. Nouveau-Brunswick. le 16 décembre 2004

PREMIER RAPPORT COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS. Deuxième session de la. 55 e législature. Nouveau-Brunswick. le 16 décembre 2004 PREMIER RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS Deuxième session de la 55 e législature du Nouveau-Brunswick le 16 décembre 2004 MEMBRES DU COMITÉ M. Carr, président M. Betts, vice-président

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique 45% des Canadiens sont d accord pour dire que les actions sérieuses en matière de changements

Plus en détail

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!!

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!! Mythe : Le chien est un omnivore C'est faux!! Les chiens sont des carnivores et non des omnivores. La théorie selon laquelle les chiens sont omnivores reste à être prouvée, alors que le fait que les chiens

Plus en détail

La Coalition des associations de consommateurs du Québec

La Coalition des associations de consommateurs du Québec La Coalition des associations de consommateurs du Québec Lauréate du prix 2009 de l Office de la protection du consommateur pour sa campagne de sensibilisation au crédit et à l endettement «Dans la marge

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Admissibilité. Renseignements sur le notaire/l avocat. Renseignements de base. Renseignements sur la propriété

Admissibilité. Renseignements sur le notaire/l avocat. Renseignements de base. Renseignements sur la propriété Police d assurance-achat TitrePLUS MD Formulaire de demande pour le Québec Veuillez remplir le formulaire et l envoyer par télécopie à notre représentant d assurances : HUB International Québec Limitée

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

2. LES COMITÉS DE L UNION QUI TRAVAILLENT SUR CE DOSSIER

2. LES COMITÉS DE L UNION QUI TRAVAILLENT SUR CE DOSSIER PROJET ÉNERGIE EST 1. BRÈVE DESCRIPTION DU PROJET Le projet Énergie Est de la Société TransCanada vise la construction d un nouvel oléoduc qui permettra d acheminer du pétrole brut de l Alberta et de la

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

TIRAGE AU SORT 2015 PERMIS SPÉCIAUX DE CHASSE RENSEIGNEMENTS

TIRAGE AU SORT 2015 PERMIS SPÉCIAUX DE CHASSE RENSEIGNEMENTS RENSEIGNEMENTS Concernant les tirages au sort : 1 800 665-6527 (sans frais) sepaq.com/tirages Concernant les certificats du chasseur et la réglementation : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Plus en détail

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT:

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT: Panneaux de terrasse TimberStar Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2 Veuillez lire l intégralité de la notice de pose avant de commencer le montage! Les panneaux de terrasse TimberStar peuvent être sciés,

Plus en détail

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires!

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! COUVERT Atelier 10 Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! Thème La chauve-souris Cycle visé : 1 er cycle du secondaire Résumé de l atelier Permettre aux élèves d approfondir leurs connaissances

Plus en détail

Morcellement du paysage

Morcellement du paysage Morcellement du paysage L indicateur «Morcellement du paysage» montre comment le paysage en dessous de 100 mètres est morcelé par des barrières artificielles telles que des routes ou des zones d habitation.

Plus en détail

Inspection du pont de Québec. Jean-Pierre Blondin, ing., M.ing.

Inspection du pont de Québec. Jean-Pierre Blondin, ing., M.ing. Inspection du pont de Québec Jean-Pierre Blondin, ing., M.ing. Roche ltée, Groupe-conseil 33, rue Saint-Jacques, 2e étage Montréal (Québec) Canada H2Y 1K9 Introduction et historique Pour de nombreuses

Plus en détail

Démêler la Toile : les activités du U.S. Fish and Wildlife Service pour lutter contre le trafic d espèces sauvages sur Internet

Démêler la Toile : les activités du U.S. Fish and Wildlife Service pour lutter contre le trafic d espèces sauvages sur Internet Démêler la Toile : les activités du U.S. Fish and Wildlife Service pour lutter contre le trafic d espèces sauvages sur Internet Les autorités en charge de l application de la loi sur les espèces sauvages

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Veuillez indiquer votre numéro de dossier attribué par la Régie 13- Veuillez remplir le tableau suivant et le retourner avec le formulaire dûment rempli et

Plus en détail

Le Canada en faits. L histoire du Canada. Les premiers postes coloniaux

Le Canada en faits. L histoire du Canada. Les premiers postes coloniaux Le Canada en faits L histoire du Canada Empruntant une bande de terre qui unissait alors la Sibérie à l Alaska, les Autochtones seraient arrivés d Asie il y a des milliers d années; certains se sont installés

Plus en détail