LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse"

Transcription

1 LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de l enfance Direction régionale de santé publique Le projet de loi 125 a été adopté le 15 juin 2006 et mis en vigueur le 9 juillet Dans ce texte, je vais rappeler en première partie les différentes étapes de l intervention de la DPJ, en indiquant certaines des modifications entrainées par la nouvelle loi. La deuxième partie va traiter d autres nouveautés dans la loi, selon les six objectifs visés par le législateur. Sur les 155 articles de la LPJ, 90 ont été modifiés. Je me limite ici volontairement aux seules modifications qui m apparaissent pertinentes pour le milieu médical. 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse Étape 1 : Réception et traitement des signalements La fonction RTS est exercée 24 heures par jour et 365 jours par année, pour permettre de signaler la situation d un enfant en tout temps. Un intervenant analyse l ensemble des faits recueillis en vue de déterminer si la situation correspond à l un des alinéas de l article 38 de la LPJ. Si le signalement est retenu, l intervenant établit l ordre de priorité d intervention en fonction du code suivant : - code 1 : immédiatement - code 2 : en dedans de 24 heures - code 3 : en dedans de 4 jours Le signalant est avisé de la rétention ou non de son signalement. Si le signalement n est pas retenu, les renseignements sont conservés pour une période de 2 ans, au lieu de 6 mois comme avant.

2 Mesures de protection immédiate et entente provisoire Dès la réception du signalement du signalement et tout au cours de l évaluation, des mesures de protection immédiate peuvent s appliquer pour protéger l enfant, y compris un retrait temporaire de son milieu familial. La DPJ peut retirer un enfant de son milieu familial pour une période de 48 heures au lieu de 24 heures, sans avoir besoin de l autorisation du tribunal. Une entente provisoire peut prolonger jusqu'à 30 jours cette mesure de protection, si les parents et l enfant de 14 ans et plus sont d accord. Sinon, le tribunal peut l ordonner. Étape 2 : Évaluation Un intervenant procède à l évaluation de la situation en contactant d abord le signalant pour obtenir le maximum d information sur les raisons du signalement. Il contacte ensuite toutes les personnes impliquées et obtient au besoin le dossier médical de l enfant. Il doit statuer sur la matérialité des faits signalés, ainsi que sur la compromission éventuelle de la sécurité ou du développement de l enfant. L appréciation de la gravité des faits rapportés se fait en fonction des critères suivants : - faits rapportés (nature, sévérité, fréquence) - vulnérabilité de l enfant (âge, caractéristiques personnelles) - capacités parentales et volonté de mettre fin à la situation - ressources du milieu En l absence de compromission, le dossier est fermé. Même si le dossier est fermé, les renseignements sont conservés pour 5 ans au lieu d un an comme avant. Étape 3 : Orientation S il y a compromission, l intervenant qui a procédé à l évaluation décide du choix du régime et des mesures nécessaires pour mettre fin à la compromission et prévenir sa récidive. Le régime volontaire est indiqué lorsque les parents reconnaissent l existence d un problème, qu ils consentent aux mesures proposées et qu ils ont la capacité et la motivation pour collaborer aux mesures recommandées. 2

3 Le régime judiciaire s applique dans les situations contraires ou lorsque la loi le prescrit. Certains dossiers d abus physiques ou sexuels et de négligence seront traités judiciairement, même si les parents reconnaissent la problématique et sont d accord avec les mesures (cela en raison de la gravité des gestes posés). C est alors le juge de la Chambre de la jeunesse de déterminer les mesures qui vont s appliquer et ce, en tenant compte des recommandations du DPJ. Même si le juge décide que la sécurité et le développement ne sont pas compromis, le dossier est gardé pour 5 ans, au lieu d un an comme avant. Étape 4 : Application des mesures Une personne autorisée de la DPJ élabore et réalise un plan d intervention pour que s applique les mesures déterminées dans l entente sur mesures volontaires ou dans l ordonnance du tribunal. Les activités à ce niveau comprennent de l aide à l enfant et à ses parents, ainsi que des mesures de surveillance. Les buts poursuivis sont d accroître les compétences parentales et de réduire les conséquences du problème identifié sur la sécurité et le développement de l enfant. Pendant cette période, selon la gravité de la situation, l enfant peut demeurer dans son milieu familial ou être placé en milieu substitut. Étape 5 : Révision Ceci se fait un mois habituellement avant la fin des mesures de protection. Le règlement prévoit des révisions au 6 mois dans certaines situations (abus physiques et sexuels). Une révision s impose également lorsque des faits nouveaux peuvent entraîner la modification d une mesure. Le réviseur est responsable de faire un bilan sur l évolution de la situation et de convenir des orientations à prendre. Il décide de maintenir, de modifier ou de mettre fin aux mesures de protection. Étape 6 : Fin de l intervention L intervention cesse dès qu il est établi que la situation de compromission n existe plus, ou que le jeune atteint l âge de 18 ans. Le dossier est gardé pendant 5 ans après une mesure de protection. Toutefois, le dossier est détruit lorsque le jeune atteint l âge de 18 ans. 3

4 Étape 7 : Liaison avec les ressources d aide La fin de l intervention de la DPJ ne signifie pas que les parents ou l enfant n ont plus besoin d aide. L intervenant impliqué a donc la responsabilité d accompagner les parents ou le jeune, avec leur autorisation, vers les ressources appropriées du réseau de la santé et des services sociaux. 2. Objectifs des modifications à la LPJ 2.1 S assurer du caractère exceptionnel de l intervention d autorité de l État dans la vie des familles La LPJ étant une loi d exception, il est primordial de faire la distinction entre le besoin d aide et le besoin de protection d un enfant. L article 38 de la loi a été modifié pour rendre plus clairs les motifs de signalement (voir annexe 1). Les mauvais traitements psychologiques deviennent un motif de signalement spécifique. Dans les cas de négligence, d abus sexuel ou physique, on ne doit pas signaler seulement pour des événements survenus, mais on doit aussi le faire en cas de risque sérieux que des événements se produisent. De plus, on doit signaler toutes les situations de maltraitance, même si les parents prennent les moyens pour protéger l enfant. 2.2 Promouvoir la participation active de l enfant et de ses parents aux décisions et au choix des mesures L enfant et les parents devront être consultés pour les mesures les concernant. Dans certains cas, une conciliation judiciaire sera possible pour éviter le processus judiciaire. Elle sera présidée par un juge qui ne pourra entendre la cause cependant, si la conciliation s avére un échec. 2.3 Favoriser la continuité et la stabilité pour les enfants Le principe du maintien de l enfant dans son milieu familial, lorsque c est possible, est réaffirmé. S il faut le retirer, un placement auprès de personnes significatives sera privilégié et on favorisera l implication des parents. Désormais, il y aura une durée maximale de placement : - 12 mois, si l enfant a moins de 2 ans - 18 mois, si l enfant est âgé de 2 à 5 ans - 24 mois, si l enfant est âgé de 6 ans et plus 4

5 Passé ce délai, le juge prendra une décision sur un projet de vie permanent pour l enfant. Dans certaines situations, le directeur de la protection de la jeunesse pourra nommer un tuteur pour un enfant jusqu à sa majorité et mettre alors fin à son intervention. Toutefois, les dispositions concernant la tutelle ne sont pas encore en vigueur. 2.4 Concilier la protection des enfants et le respect de la vie privée La nouvelle loi reconnaît que la protection de l enfant a préséance sur le principe de confidentialité. En conséquence, les intervenants hospitaliers doivent fournir verbalement à un délégué du DPJ toute information ayant un lien avec la situation de compromission présumée, concernant un enfant, ses parents ou une autre personne mise en cause, suite à un signalement pour l un ou l autre des motifs mentionnés à l article 38, le tout sans autorisation préalable de la personne concernée. Le délégué du DPJ peut obtenir le dossier médical d un enfant dont la situation a été signalée, quelle que soit le motif du signalement. Par contre, il doit obtenir une ordonnance du tribunal pour avoir accès au dossier médical des parents ou d une autre personne mise en cause. Un registre provincial sera établi pour tous les enfants signalés au Québec, afin de favoriser l accès à l information des DPJ, dans les cas de familles qui déménagent d une région sociosanitaire à l autre. Ce registre n est pas encore opérationnel. 2.5 Baliser le recours exceptionnel à l hébergement dans une unité d encadrement intensif Cette méthode sera limitée aux situations où il y a un risque sérieux d un danger pour l enfant ou pour autrui. 2.6 Moderniser le processus judiciaire Il y aura désormais possibilité d une seule enquête commune dans les cas d enfants issus d un même parent. Ce n est pas automatique, bien que la pratique à Québec aille dans ce sens. Ce le juge qui décide, en tenant compte de l intérêt des enfants et de l opinion des parties. De nouvelles règles sont prévues pour le témoignage d un enfant. Ainsi, il ne sera plus obligatoire que ses verbalisations soient corroborées pour faire preuve des faits qui y sont allégués, pourvu que ces verbalisations présentes des garanties suffisamment sérieuses pour pouvoir s y fier. 5

6 Annexe 1 Motifs de signalement 38. Pour l application de la présente loi, la sécurité ou le développement d un enfant est considéré comme compromis lorsqu il se retrouve dans une situation d abandon, de négligence, de mauvais traitements psychologiques, d abus sexuels ou d abus physiques ou lorsqu il présente des troubles de comportement sérieux. 38 a) Abandon : Lorsque les parents d un enfant sont décédés ou n en assument pas de fait le soin, l entretien ou l éducation, et que, dans ces deux situations, ces responsabilités ne sont pas assumées, compte tenu des besoins de l enfant, par une autre personne. 38 b) Négligence : 1. Lorsque les parents d un enfant ou la personne qui en a la garde ne répondent pas à ses besoins fondamentaux : i. soit sur le plan physique, en ne lui assurant pas l essentiel de ses besoins d ordre alimentaire, vestimentaire, d hygiène ou de logement compte tenu de leurs ressources; ii. soit sur le plan de la santé, en ne lui assurant pas ou en ne lui permettant pas de recevoir les soins que requiert sa santé physique ou mentale; iii. soit sur le plan éducatif, en ne lui fournissant pas une surveillance ou un encadrement approprié ou en ne prenant pas les moyens nécessaires pour assurer sa scolarisation. 2. Lorsqu il y a un risque sérieux que les parents d un enfant ou la personne qui en a la garde ne répondent pas à ses besoins fondamentaux de la manière prévue au sous-paragraphe c) Mauvais traitements psychologiques : Lorsque l enfant subit, de façon grave ou continue des comportements de nature à lui causer un préjudice de la part de ses parents ou d une autre personne et que ses parents ne prennent pas les moyens nécessaires pour mettre fin à la situation. Ces comportements se traduisent notamment par de l indifférence, du dénigrement, du rejet affectif, de l isolement, des menaces, de l exploitation, entre autres si l enfant est forcé à faire un travail disproportionné par rapport à ses capacités, ou par l exposition à la violence conjugale ou familiale. 6

7 38 d) Abus sexuels : 1. Lorsque l enfant subit des gestes à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, de la part de ses parents ou d une autre personne et que ses parents ne prennent pas les moyens nécessaires pour mettre fin à la situation. 2. Lorsque l enfant encourt un risque sérieux de subir des gestes à caractère sexuel avec ou sans contact physique, de la part de ses parents ou d une autre personne et que ses parents ne prennent pas les moyens nécessaires pour mettre fin à la situation. 38 e) Abus physiques : 1. Lorsque l enfant subit des sévices corporels ou est soumis à des méthodes éducatives déraisonnables de la part de ses parents ou de la part d une autre personne et que ses parents ne prennent pas les moyens nécessaires pour mettre fin à la situation. 2. Lorsque l enfant encourt un risque sérieux de subir des sévices corporels ou d être soumis à des méthodes éducatives déraisonnables de la part de ses parents ou d une autre personne et que ses parents ne prennent pas les moyens nécessaires pour mettre fin à la situation. 38 f) Troubles de comportement sérieux : Lorsque l enfant, de façon grave ou continue, se comporte de manière à porter atteinte à son intégrité physique ou psychologique ou à celle d autrui et que ses parents ne prennent pas les moyens nécessaires pour mettre fin à la situation ou que l enfant de 14 ans et plus s y oppose. 7

Activité réservée 3.6.5

Activité réservée 3.6.5 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines : la personne au premier plan Évaluer une personne dans le cadre d une décision du Directeur de la protection de la

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2010/E4/130 ASSEMBLEE DE CORSE 4 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Protocole d intervention en situation de crise

Protocole d intervention en situation de crise Protocole d intervention en situation de crise École : Date : 20 1) Personnes répondantes au protocole Personnel régulier Substituts 2) Nom de code 3) Lieux pouvant accueillir l élève en difficulté 4)

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

MANUEL DE GESTION AGRESSION SEXUELLE DIRECTIVE 1. RAISON D ÊTRE DSC-DIR-05-03

MANUEL DE GESTION AGRESSION SEXUELLE DIRECTIVE 1. RAISON D ÊTRE DSC-DIR-05-03 ANNEXE 1 DSC-DIR-05-03 MANUEL DE GESTION TITRE : AGRESSION SEXUELLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Directeur des services à la clientèle Destinataire : Tout le personnel et les

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention La loi n 2008-582 du 20 juin 2008 impose à tout propriétaire ou détenteur d un chien de 1 ère ou de 2 ème catégorie l obtention d un permis de détention

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

EMPLOYÉS / STAGIAIRES GUIDE DE PRATIQUE. Évaluation, orientation et traitement en protection de la jeunesse

EMPLOYÉS / STAGIAIRES GUIDE DE PRATIQUE. Évaluation, orientation et traitement en protection de la jeunesse EMPLOYÉS / STAGIAIRES GUIDE DE PRATIQUE Évaluation, orientation et traitement en protection de la jeunesse Août 2008 Table des matières Table des matières... i Liste des formulaires... v Liste des annexes...

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

Personnes actuellement protégées. Dorénavant

Personnes actuellement protégées. Dorénavant Personnes actuellement protégées Les personnes majeures pour cause de: maladie mentale, faiblesse d esprit, ivrognerie, inconduite, prodigalité, mauvaise gestion, faiblesse sénile, infirmité, inexpérience

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie Document sur les conditions de travail applicables aux ressources humaines alternatives 29 mars 2006 Direction générale du personnel réseau et ministériel PANDÉMIE RESSOURCES HUMAINES ALTERNATIVES Conditions

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION SECTEUR RESSOURCES HUMAINES IDENTIFICATION 5231-04-01 POLITIQUE RELATIVE AU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

RECUEIL DE GESTION SECTEUR RESSOURCES HUMAINES IDENTIFICATION 5231-04-01 POLITIQUE RELATIVE AU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE 1. RÉFÉRENCE Loi sur les normes du travail (en vigueur le 1 er juin 2004, art. 81.18) 2. DÉFINITIONS 2.1 Comportement se manifestant soit par des paroles, des actes ou des gestes répétés, à caractère vexatoire

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives

Plus en détail

ENGAGEMENTS DU PSYCHOLOGUE

ENGAGEMENTS DU PSYCHOLOGUE Important : Ce document a pour but d apporter des informations autour de la création et le développement de centre de consultations psychologiques en situation interculturelle. Ce document est proposé

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION ADMINISTRATIVE DES ENSEIGNANTS ET DES ENSEIGNANTES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DIRECTION DES ÉTUDES

POLITIQUE D ÉVALUATION ADMINISTRATIVE DES ENSEIGNANTS ET DES ENSEIGNANTES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DIRECTION DES ÉTUDES 100, rue Duquet, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 971-7883 Internet : http://www.clg.qc.ca CA 404.07.01 POLITIQUE D ÉVALUATION ADMINISTRATIVE DES ENSEIGNANTS

Plus en détail

Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Bilan annuel 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Période du 1er avril 2014 au 31 mars 2015 Présenté par Yvan Roy

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements Mission des infirmières de l Éducation Nationale Cadre général «S inscrit dans la politique générale de l Education nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants, elle concourt

Plus en détail

Aptitude vs Inaptitude

Aptitude vs Inaptitude LA VALIDITÉ DU CONSENTEMENT EN FIN DE VIE OU «VITE! VITE! NOTAIRE mon père va mourir, faut faire son testament!!!» Introduction La capacité d une personne n est pas envisagée de la même manière par le

Plus en détail

10900, rue des Montagnards Beaupré (QC) G0A 1E0 Tél : 418-827-4193 Fax : 418-827-6856. Règlements Généraux

10900, rue des Montagnards Beaupré (QC) G0A 1E0 Tél : 418-827-4193 Fax : 418-827-6856. Règlements Généraux CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA PELUCHE 10900, rue des Montagnards Beaupré (QC) G0A 1E0 Tél : 418-827-4193 Fax : 418-827-6856 Règlements Généraux Adoptés par le conseil d administration du 17 janvier 2013

Plus en détail

ANNEXE n 3-8-2. Accueillants familiaux employés par des personnes morales de droit public ou de droit privé

ANNEXE n 3-8-2. Accueillants familiaux employés par des personnes morales de droit public ou de droit privé ANNEXE n 3-8-2 Accueillants familiaux employés par des personnes morales de droit public ou de droit privé CONTRAT TYPE D ACCUEIL DE PERSONNES AGEES OU ADULTES HANDICAPEES PREAMBULE L'accueil à titre onéreux,

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014 Le 2 juillet 2014 Arrêté du 19 février 2013 encadrant la certification des prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux et mettant à jour des fonctionnalités du téléservice «reseaux-et-canalisations.gouv.fr»

Plus en détail

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs 1 Toute personne est légalement reconnue «capable» de tous les actes de la vie civile à 18 ans. Quoique majeures,

Plus en détail

CONSERVATION DES REGISTRES

CONSERVATION DES REGISTRES CONSERVATION DES REGISTRES DOSSIERS DES ENFANTS Paragraphe 6(1) Le titulaire de licence tient des registres à jour contenant les renseignements relatifs à chaque enfant inscrit et sa famille pendant la

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Les règles de procédure applicables en cas de poursuites disciplinaires contre des élèves ou étudiants

FICHE PRATIQUE. Les règles de procédure applicables en cas de poursuites disciplinaires contre des élèves ou étudiants FICHE PRATIQUE Les règles de procédure applicables en cas de poursuites disciplinaires contre des élèves ou étudiants INTRODUCTION 3 Le respect des règles de procédure à suivre ne vaut que pour les mesures

Plus en détail

Nous sommes parmi vous, pour vous

Nous sommes parmi vous, pour vous Droits des usagers Nous sommes parmi vous, pour vous Tél. : 514 890-8191 Téléc. : 514 412-7070 www.cuchum.ca info@cuchum.ca Table des matières Droit à l information... 3 Droit aux services..........................................................

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE GUIDE DESTINÉ AUX PROCHES, AUX INTERVENANTS ET AUX PROFESSIONNELS 1 Pourquoi obtenir un consentement? Lors

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT ET DES PARENTS SUR LES DOSSIERS QUI CONCERNENT L ENFANT : EXPOSÉ DESCRIPTIF

LES DROITS DE L ENFANT ET DES PARENTS SUR LES DOSSIERS QUI CONCERNENT L ENFANT : EXPOSÉ DESCRIPTIF Cat. 2. 176.5 LES DROITS DE L ENFANT ET DES PARENTS SUR LES DOSSIERS QUI CONCERNENT L ENFANT : EXPOSÉ DESCRIPTIF M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification

Plus en détail

Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour des étrangers et du droit d asile Version du 18 décembre 2005

Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour des étrangers et du droit d asile Version du 18 décembre 2005 O BSERVATOIRE DU DROIT A LA SANTE DES ETRANGERS C/o Sida Info Service, 190 Bd de Charonne, 75020 PARIS http ://www.odse.eu.org et e-mail : odse@lalune.org Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour

Plus en détail

UN OUTIL DE RÉFÉRENCE À LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE

UN OUTIL DE RÉFÉRENCE À LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE LA NOTION D EXPLOITATION AU SENS DE LA CHARTE UN OUTIL DE RÉFÉRENCE À LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE par Zakaria Lingane Direction de la recherche, de l Éducation-Coopération

Plus en détail

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains 12.03.28.10 12.11.27.09 13.06.12.08 Préambule La présente politique traduit l engagement du Cégep à promouvoir et à faire respecter les règles

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction des libertés publiques et des affaires juridiques Direction des affaires générales MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives Présenté le 20 octobre

Plus en détail

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque ASSOCIER LES ENFANTS AUX PROCEDURES LES CONCERNANT Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque NOTE DE SYNTHESE I. LA CONVENTION DE NEW YORK En droit estonien on considère,

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES)

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES) Title: COMMISSION SCOLAIRE GESTION DES DOSSIERS DE L ÉLÈVE EASTERN TOWNSHIPS Source: Archives Secrétaire générale Adopted: ETSB05-02-124 En vigueur à compter de Février 2005 Reference Number: P002-1 VOIR

Plus en détail

Regroupement des écoles de pêche francophones (REPF)

Regroupement des écoles de pêche francophones (REPF) Regroupement des écoles de pêche francophones (REPF) Statuts juridiques adoptés lors de l Assemblée générale constitutive et spéciale du Regroupement des écoles de pêche francophones», tenue à l Institut

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-86 DU 11 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

LA MEDIATION FAMILIALE ET LES ESPACES DE RENCONTRE FAMILIALE

LA MEDIATION FAMILIALE ET LES ESPACES DE RENCONTRE FAMILIALE MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS LA MEDIATION FAMILIALE ET LES ESPACES DE RENCONTRE FAMILIALE NOTE DE SYNTHESE ESPAGNE, ITALIE, PAYS-BAS, PORTUGAL, SUISSE

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations jeunesse

Plus en détail

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE L Autorité Parentale Information réalisée par le service social et l Officier Juriste. Le 20 septembre 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION I/ PRINCIPES GENERAUX II/ LES PRINCIPES APPLIQUÉS AU LYCÉE III/ CAS D UN

Plus en détail

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique BP 80046 59587 Bondues cedex colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr Projet de Charte déontologique Charte de Déontologie Préambule Les présentes dispositions s appliquent aux membres de la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS HAUT-COMMISSARIAT À LA JEUNESSE Direction

Plus en détail

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015.

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015. Tribunal fédéral 5A_46/2015 Newsletter septembre 2015 II ème Cour de droit civil Arrêt du 26 mai 2015 (f) Garde des enfants, entretien, revenu Résumé et analyse hypothétique Proposition de citation : Olivier

Plus en détail

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un 2012-2013 GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un code vestimentaire ou d un uniforme scolaire.

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS

REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Etat au 07 octobre 2015 Nos 1 Article concerné / thème abordé Date d entrée en vigueur Date d'intégration

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Charte des voyages et sorties scolaires

Charte des voyages et sorties scolaires Charte des voyages et sorties scolaires Vu la circulaire n 2011-117 du 3 août 2011 modifiée par la circulaire n 2013-106 du 16 juillet 2013 portant sur les modalités d organisation des sorties et voyages

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE LA FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES. Projet de Convention version 19 juin 2004

FONDS D INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE LA FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES. Projet de Convention version 19 juin 2004 1 FONDS D INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE LA FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES Projet de Convention version 19 juin 2004 Entre les associations étudiantes concernées Et La Faculté des sciences sociales Et L Université

Plus en détail

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038 Procédure administrative : Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves Numéro : PA 7.038 Catégorie : Administration des écoles Pages : 6 Approuvée : le 3 mars 2008 Modifiée

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières

Commission scolaire des Hautes-Rivières Commission scolaire des Hautes-Rivières SERVICE : RESSOURCES HUMAINES CODE : RHCG 01 DATE D APPROBATION : 9 février 2009 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 09.02.09-016 ENTRÉE EN VIGUEUR : 9 février 2009 SUJET : CADRE

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de l exercice, de la déontologie et du développement professionnel continu (RH2) Personne chargée

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DÉAQ-03 POLITIQUE FAVORISANT UN CLIMAT DE TRAVAIL SAIN ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF MANUEL DE POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF Code : Politique 1.1 Date d entrée en vigueur : Le 25 novembre

Plus en détail

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES Normes du Conseil de l Europe L égalité de genre est capitale pour la protection des droits de l homme, le fonctionnement de la démocratie, le respect de l État de

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

CONSEIL SUR LA PRATIQUE

CONSEIL SUR LA PRATIQUE CONSEIL SUR LA PRATIQUE TRAVAILLER EFFICACEMENT AVEC LES MANDATAIRES SPÉCIAUX: LOI ET CONSENTEMENT DATE: 2012 Par Alexandra Carling-Rowland, Ph.D., Inscr. OAOO Directrice de pratique professionnelle et

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées Administration pénitentiaire Communication téléphonique Ecoute téléphonique Restriction téléphonique Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 269102 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Martin, président M. Thomas Andrieu, rapporteur M. Olléon, commissaire du gouvernement SCP ROGER,

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie *

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * (Loi sur les professions de la psychologie, LPsy) 935.81 du 18 mars 2011 (Etat le 1 er septembre 2013) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Convention (n o 139) concernant la prévention et le contrôle des risques professionnels causés par les substances et agents cancérogènes

Convention (n o 139) concernant la prévention et le contrôle des risques professionnels causés par les substances et agents cancérogènes Texte original Convention (n o 139) concernant la prévention et le contrôle des risques professionnels causés par les substances et agents cancérogènes 0.832.329 Adoptée à Genève le 24 juin 1974 Approuvée

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

LA LOI DE LA RUE no.9 IMMIGRATION

LA LOI DE LA RUE no.9 IMMIGRATION LA LOI DE LA RUE no.9 9-1 IMMIGRATION Statut Les individus présents au Canada ont souvent un «statut» d immigration. À titre d exemple, l individu peut être un citoyen canadien, un résident permanent,

Plus en détail

L assujettissement à une peine applicable aux adultes. Pierre Hamel, avocat

L assujettissement à une peine applicable aux adultes. Pierre Hamel, avocat L assujettissement à une peine applicable aux adultes Pierre Hamel, avocat Critères prévus à la LSJPA Facteurs dont le tribunal doit tenir compte gravité de l infraction des circonstances de sa perpétration

Plus en détail

Cat. 2.700-131.1 L'EXÉCUTION PAR LE DIRECTEUR DE LA PROTECTION DE LA JEUNESSE DES JUGEMENTS RENDUS HORS QUÉBEC

Cat. 2.700-131.1 L'EXÉCUTION PAR LE DIRECTEUR DE LA PROTECTION DE LA JEUNESSE DES JUGEMENTS RENDUS HORS QUÉBEC Cat. 2.700-131.1 L'EXÉCUTION PAR LE DIRECTEUR DE LA PROTECTION DE LA JEUNESSE DES JUGEMENTS RENDUS HORS QUÉBEC Avril 1997 Recherche et rédaction : M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de

Plus en détail

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification 1. Objet Le présent document définit les règles d instruction des demandes faites par des

Plus en détail

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique CONFEDERATION FRANÇAISE DU COMMERCE DE GROS ET DU COMMERCE I NTERNATION AL Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique Licenciement économique p.1 Harcèlement

Plus en détail