Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs"

Transcription

1 Fiche 8. DROITS DES ENFANTS Droits des enfants Les principes énoncés dans le cadre international des droits de l'homme s'appliquent à la fois aux enfants et aux adultes. Les enfants sont explicitement mentionnés dans plusieurs instruments de défense de ces droits ; les normes sont spécifiquement modifiées ou adaptées lorsque les besoins et les conditions qui entourent un droit ne sont pas les mêmes pour les enfants. La Convention relative aux droits de l'enfant rassemble en un seul document les droits formulés dans d'autres instruments internationaux. Elle en donne une définition plus complète et énonce un ensemble de principes directeurs qui ont une influence fondamentale sur la conception que nous avons des enfants. Cette compilation et cette clarification des droits de l'enfant définissent les conditions et les mesures nécessaires pour permettre à tout être humain de réaliser tout son potentiel. Outre qu'ils posent les principes fondateurs sur lesquels repose le respect de tous les droits, les articles de la Convention identifient les ressources spécifiques, les compétences et les contributions requises pour que les enfants puissent survivre et se développer au mieux de leurs capacités. Ces articles exigent aussi la prise de mesures qui visent à protéger les enfants de la négligence, de l'exploitation et des mauvais traitements. Tous les enfants ont les mêmes droits. Tous les droits sont liés en eux et ont une importance égale. La Convention insiste sur ces principes et rappelle que les enfants doivent respecter les droits des autres, notamment ceux de leurs parents. De même, la compréhension qu'ils peuvent avoir des questions soulevées dans la Convention variera en fonction de leur âge. Aider les enfants à comprendre leurs droits ne veut pas dire que les parents doivent les pousser à faire des choix dont ils ne peuvent pas saisir toutes les conséquences, en raison de leur jeune âge. Juridictions de droit commun pour les mineurs Le tribunal pour enfant. La chambre spéciale de la cour d'appel. La Cour d'assise des mineurs. Législation, éthique et déontologie 2012, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 42

2 Intervenants auprès des enfants (représentants de la loi) 8 Le juge des affaires familiales Ses missions sont diverses. Il auditionne le mineur et nomme un administrateur Ad Hoc dans le cadre de la loi n du 8/01/93. De plus, il intervient lors de conflits au sein de la famille légitime, comme des litiges concernant l'autorité parentale, la délégation de l'autorité parentale, les relations de l'enfant avec les grands parents ou autres personnes, des litiges quant au prénom de l'enfant ou son nom, l'obligation d'entretien. Le juge des tutelles Il intervient avec les mêmes pouvoirs que lorsqu'il intervient pour les majeurs. C'est un juge du tribunal d'instance dont la compétence relève de l'article L du code de l'organisation judiciaire. Ses fonctions concernent l'émancipation, l'administration légale et la tutelle des mineurs, le placement sous sauvegarde de justice, la curatelle, la tutelle ( cf. chapitre suivant), la tutelle aux prestations sociales, la tutelle des pupilles de la nation. Le juge des enfants Il est choisi parmi les juges du tribunal de grande instance au sein duquel siège le tribunal pour enfants. Sa nomination est effective pour trois ans renouvelables. Son rôle est de sanctionner le mineur délinquant en tentant d'agir sur sa trajectoire et de prévenir une aggravation du comportement délictuel mais aussi de protéger le mineur contre les atteintes extérieures et parfois même les parents. Le juge des enfants a été créé par l'ordonnance du 2 février Sur le plan civil, il a à sa disposition un certain nombre de mesures sur le plan de l'observation, du placement, de la rééducation en milieu ouvert ou non (internat) et doit toujours s'efforcer avant toute chose d'obtenir l'adhésion des parents. C'est lui qui ordonne les mesures d'assistance éducative. Sur le plan pénal, le juge des enfants a pour mission de chercher à découvrir la vérité sur les faits reprochés, à connaitre la personnalité du mineur et à déterminer les moyens de rééducation nécessaires. Il peut pour ce faire ouvrir une information judiciaire ou procéder à une enquête officieuse. 43 Droits de l'homme

3 8 À la fin de l'enquête, le juge adresse le dossier au ministère public et décide soit de juger lui-même l'affaire en chambre de conseil soit de la renvoyer sur le tribunal pour enfants. Autorité parentale, mise en danger et protection de l'enfant Autorité parentale L'autorité parentale se définit comme l'ensemble des droits et des devoirs des parents à l'égard des enfants mineurs, destinés à les protéger, les entretenir et les éduquer. Elle concerne la personne de l'enfant mineur, sa santé et son éducation, mais aussi ses biens et son administration. Les litiges autour de l'autorité parentale ont été confiés au juge des affaires familiales depuis la loi du 8 janvier Art. 371 du code civil : «l'enfant à tout âge, doit honneur et respect à ses père et mère». Art du code civil : «il reste sous leur autorité jusqu'à sa majorité». Art du code civil : «l'autorité appartient aux père et mère pour protéger l'enfant dans sa sécurité, santé et moralité. Ils ont à son égard droit et devoir de garde, de surveillance et d'éducation». Art : «l'enfant ne peut, sans permission des père et mère, quitter la maison familiale et ne peut en être retiré que dans les cas de nécessité que détermine la loi». On définit l'autorité conjointe (art. L du code civil) pour une présomption d'accord pour les actes courants (comme lors d'intervention chirurgicale bénigne). La perte de l'autorité parentale intervient dès lors que le parent qui en est titulaire n'est plus en état de l'exercer (il est alors frappé d'incapacité). On parle de mineur en danger, lorsqu'un mineur non émancipé est en danger pour sa santé, sa sécurité, ou sa moralité ou encore que son éducation est gravement compromise. C'est le cas par exemple des mineurs battus, privés de soins pour des raisons sociales ou médicales. Des mesures éducatives peuvent alors être ordonnées en justice, par le juge des enfants du lieu où demeurent les parents ou la personne (ou service) à qui l'enfant a été confié. Protection de l'enfant Le juge des enfants est saisi par la requête des pères, mères, personnes ou service auxquels l'enfant a été confié, tuteur, enfant luimême ou ministère public. 44

4 Le juge va alors aviser le Procureur de la République de la procédure et va auditionner toute personne qu'il considère comme utile à l'instruction, ainsi que le mineur lui-même (sous réserve d'un âge trop jeune ou si son état ne le permet pas pourrait s'aggraver au décours de cette dernière). Le mineur ainsi que les autres parties intéressées peuvent se faire représenter d'un avocat. Le juge pourra demander d'office, sur demande d'une ou de l'autre partie, du ministère public d'une étude de la personnalité du mineur via une enquête sociale, examens médicaux, psychologiques psychiatriques ou examens d'orientation professionnelle. Les mesures prises peuvent être une OPP (ordonnance de placement provisoire) sur demande du juge et en cas d'urgence ordonner la remise de l'enfant à un centre d'accueil ou d'observation, chez un parent (dont il n'avait pas sa résidence habituelle, une personne digne de confiance, un établissement sanitaire, ou un service départementale d'aide sociale à l'enfance. Sauf en cas d'urgence ces mesures ne peuvent être prises qu'après audition des pères, mères ou représentants. En cas d'urgence, ces mesures peuvent être ordonnées par le procureur de la république du lieu où le mineur demeure. La décision sur le fond intervient dans les 6 mois suivants la mesure provisoire. Principes du contenu des mesures : le juge doit s'efforcer au maximum d'obtenir l'adhésion des parents quant à la mesure envisagée. Il doit aussi dans la mesure du possible s'efforcer de maintenir le mineur en danger dans son milieu actuel avec si nécessaire la mise en place d'une mesure éducative en milieu ouvert (AEMO), qui a donc comme mission d'aider de conseiller et d'améliorer les difficultés de la famille et du mineur. La personne en charge de la mesure devra faire des rapports réguliers au juge (éducateur en général). Le juge fixe la durée de la mesure mais ne peut excéder deux ans, qui par contre peuvent être renouveler. Toutes les mesures d'assistances éducatives peuvent être modifiées par le juge (d'office ou sur requête d'une des personnes concernées). Ordonnance de placement provisoire (OPP) L ordonnance de placement provisoire est une mesure décidée par le juge des enfants ou le juge d'instruction ordonnant le placement provisoire du mineur non émancipé dans certains types d'établissements. Exceptionnellement, elle peut être prononcée par le procureur de la république Droits de l'homme

5 8 Le placement provisoire est ordonné dans deux cas de figures : cadre d'une assistance éducative si le mineur est en danger ou cadre d'une infraction commise par le mineur. Le mineur sera confié à un établissement sanitaire ou d'éducation, ordinaire ou spécialisé, ou à un service département de l'aide sociale à l'enfance (ASE) (art L du code civil). Sauf en cas d'urgence, le placement n'est ordonné qu'après audition des parents. La décision sur le fond intervient dans les 6 mois suivant le placement provisoire. L'établissement de placement exerce sur l'enfant un droit de garde provisoire qui peut entrainer la mise en œuvre de sa responsabilité civile s'il connait un défaut de surveillance (fugue par exemple). Durant la mesure, le père et la mère conservent néanmoins sur l'enfant leur autorité parentale. Ils conservent un droit de correspondance et de visite dont le juge peut décider que l'exercice de ces droits ou de l'un d'eux, sera provisoirement. Les établissements de placements : ils sont privés ou publics, habilités (décret n du code 6/10/1988). Émancipation Le mineur est émancipé de plein droit par le mariage (art. 476 du code Civil). Mais, il peut aussi être émancipé dès qu'il a atteint l'âge de 16 ans par décision du juge, sur demande des parents ou après avis du conseil familial. Le juge auditionne le mineur et prononce l'émancipation si elle est fondée sur de justes motifs. De fait, l'émancipation met fin à l'autorité parentale sans pour autant supprimer l'obligation d'entretien du père et de la mère. Administration légale et tutelle des mineurs Il existe trois régimes de protection du mineur : l'administration légale pure et simple, l'administration légale sous contrôle judiciaire, la tutelle. La tutelle Elle s'adresse aux mineurs dont les deux parents sont décédés, ou lorsqu'aucun des deux n'exerce l'autorité parentale (parents déchus de l'autorité parentale, parents incapables d'exprimer leur volonté, parents condamnés pour abandon, parents tous les deux sous tutelle). Le tuteur a les pouvoirs des parents exerçant l'autorité parentale et gère les biens du mineur. 46

6 L'administration légale pure et simple Elle s'exerce quand les deux parents ont l'autorité parentale. Le juge autorise l'accomplissement de certains actes comme des actes de disposition en cas de désaccord entre les parents, la gestion de biens. L'administrateur légal (parents) est placé sous le contrôle du juge, qui le peut convoquer, lui adresser des observations ou des injonctions. Cette mesure peut être aggravée en tutelle. L'administration légale sous contrôle judiciaire Elle s'exerce quand un enfant n'a plus qu'un parent (divorce, séparation, perte de l'autorité parentale, un des parents n'ayant pas reconnu l'enfant). Le parent titulaire de l'autorité parentale est l'administrateur légal et le juge exerce des pouvoirs de contrôles plus étendus que la mesure précédente. 8 Droits de l'homme 47

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières"

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré Les Grandes Hières Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières" Entre d'une part, le Département des Vosges, 8 rue

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET N 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991

ARTICLE 90 DU DECRET N 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 Pour les missions achevées à compter du 1er janvier 2011, le droit de plaidoirie est à la charge du bénéficiaire de l'aide juridictionnelle (article 40 de la loi n 91-647 du 10 juillet 1991). Les droits

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9326) sur la commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients (K 3 03) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Titre I Dispositions

Plus en détail

Le juge est là pour me protéger

Le juge est là pour me protéger Le juge est là pour me protéger Guide à l usage des enfants et adolescents pour se repérer dans une procédure judiciaire Ce guide appartient à : NOM :... Prénom :... Date de naissance : / / Sommaire Est-ce

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/dane... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/dane... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:22 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York DANEMARK Le Danemark est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat?

Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat? Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat? Article juridique publié le 30/05/2009, vu 54113 fois, Auteur : coolover Le système de l'aide juridictionnelle a pour objet de prendre

Plus en détail

TABLEAU DES JURIDICTIONS «Quel tribunal pour quelle affaire?»

TABLEAU DES JURIDICTIONS «Quel tribunal pour quelle affaire?» TABLEAU DES JURIDICTIONS «Quel tribunal pour quelle affaire?» JURIDICTIONS DE L ORDRE JUDICIAIRE JURIDICTION Juridiction de proximité (civile et pénale) La juridiction de proximité disparait le 1 er janvier

Plus en détail

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE Annexe à la convention relative aux Actions Educatives à Domicile CAHIER DES CHARGES DE L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE dans le Département des Vosges - 2012 Préambule Le service de l'aide Sociale à l'enfance

Plus en détail

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE Vous souhaitez solliciter l ouverture d une mesure de protection judiciaire, avant de faire cette démarche,

Plus en détail

LOI N 2007-023 du 20 août 2007. sur les droits et la protection des enfants. (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158)

LOI N 2007-023 du 20 août 2007. sur les droits et la protection des enfants. (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158) LOI N 2007-023 du 20 août 2007 sur les droits et la protection des enfants (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance respective en date du 21 juin 2007

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1982 N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif aux chambres régionales des comptes et modifiant

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 MON ENFANT À CAUSÉ UN DOMMAGE À AUTRUI : SUIS-JE RESPONSABLE?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 MON ENFANT À CAUSÉ UN DOMMAGE À AUTRUI : SUIS-JE RESPONSABLE? MON ENFANT À CAUSÉ UN DOMMAGE À AUTRUI : SUIS-JE RESPONSABLE? Si un enfant mineur cause des dommages à autrui, la responsabilité du ou des parents chez qui il réside est engagée. En effet, selon l'article

Plus en détail

Loi d'application d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) du 11 février 2009

Loi d'application d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) du 11 février 2009 - 1 - Loi d'application d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) du 11 février 2009 Le Grand Conseil du canton du Valais vu l'article 46 alinéas 1 et 2 de la Constitution fédérale; vu le

Plus en détail

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 Textes de référence I. Code de l action sociale et des familles p.2 II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 III. Loi n 2010-625 du 9 juin 20010 relative à

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Responsable : alain-christian monkam, avocat à la cour. Mardi 14 octobre 2014. Intervenants : Marie-Claire Sparrow. Barrister

Responsable : alain-christian monkam, avocat à la cour. Mardi 14 octobre 2014. Intervenants : Marie-Claire Sparrow. Barrister Commission ouverte PARIS - LONDRES Responsable : alain-christian monkam, avocat à la cour Mardi 14 octobre 2014 Droit de la famille international International Family Law Divorce Divorce rules Garde d'enfants

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/norve... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/norve... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:25 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York NORVEGE La Norvège est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Loi sur l'organisation de la protection de l'enfant et de l'adulte

Loi sur l'organisation de la protection de l'enfant et de l'adulte 3. Loi sur l'organisation de la protection de l'enfant et de l'adulte Projet du 3 décembre 0 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 440 et suivants du Code civil suisse ), vu

Plus en détail

Avis rendus par l'assemblée générale du Conseil d'etat. N 346.893 - Mme LAROQUE, rapporteur (section de l'intérieur) séance du 27 novembre 1989

Avis rendus par l'assemblée générale du Conseil d'etat. N 346.893 - Mme LAROQUE, rapporteur (section de l'intérieur) séance du 27 novembre 1989 CULTES Aumônerie militaires. Création Port par les élèves de signes d appartenance à une communauté religieuse.- Principe de laïcité.- Organisation et fonctionnement de l école publique.- Sanctions DROITS

Plus en détail

Loi d'application du code de procédure civile suisse (LACPC)

Loi d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) - - Loi d'application du code de procédure civile suisse (LACPC) du février 009 Le Grand Conseil du canton du Valais vu l'article 46 alinéas et de la Constitution fédérale; vu le code de procédure civile

Plus en détail

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007 DECRETS D APPLICATION LOI du 5 mars 2007 1 Décret n 2008-1486 2 La MJAGBF (article 375-9-1 du code civil) s est subsituée au dispositif judiciaire de tutelle aux prestations sociales «enfants». Cette mesure

Plus en détail

Les différents cas de divorce et les procédures applicables. Le divorce par consentement mutuel :

Les différents cas de divorce et les procédures applicables. Le divorce par consentement mutuel : Les différents cas de divorce et les procédures applicables Les différents cas de divorce et les procédures applicables L'article 229 du Code Civil énumére quatre cas de divorce : - Le consentement mutuel

Plus en détail

ETAT-CIVIL > MARIAGE :

ETAT-CIVIL > MARIAGE : ETAT-CIVIL > MARIAGE : En France deux personnes peuvent se marier à condition qu'elles soient âgées d'au moins 18 ans, (sauf dispense d'âge pour "motifs graves" accordée par le Procureur de la République)

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations jeunesse

Plus en détail

Myriam JOYAUX, Juge, Juge aux Affaires Familiales, Assistée de Carole GENOT, Greffier. née le Août 19 à BORDEAUX (Gironde)

Myriam JOYAUX, Juge, Juge aux Affaires Familiales, Assistée de Carole GENOT, Greffier. née le Août 19 à BORDEAUX (Gironde) TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BORDEAUX CHAMBRE DE LA FAMILLE CABINET JAF 25 27F RGN jonction avec RGN M.S Minute n : DU AFFAIRE : Ï01Ï Aujourd'hui Myriam JOYAUX, Juge, Juge aux Affaires Familiales, JUGEMENT

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art.

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art. Nouvelle réglementation du droit d'entretien Réflexions professionnelles de la CSIAS sur le projet du DFJP mis en consultation Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile

Plus en détail

LES MANDATS SUCCESSORAUX

LES MANDATS SUCCESSORAUX Promotion Jacques de Maleville du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, janvier 2013 LES MANDATS SUCCESSORAUX

Plus en détail

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous-directionde l enfance et de la famille Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption Colloque de la Mission de l adoption internationale

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne accueillie

Charte des droits et libertés de la personne accueillie Charte des droits et libertés de la personne accueillie Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l'article L. 311-4 du code de l'action

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DE LA PERSONNE ------------ Centre de Formation du Barreau. 1 ère partie ------------

LA PROTECTION JURIDIQUE DE LA PERSONNE ------------ Centre de Formation du Barreau. 1 ère partie ------------ LA PROTECTION JURIDIQUE DE LA PERSONNE ------------ Centre de Formation du Barreau 1 ère partie ------------ Intervention de M-H. ISERN-RÉAL Avocat au Barreau de PARIS Spécialiste en droit des personnes

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

N 3426 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3426 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3426 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 janvier 2016. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-1288

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs 1 Toute personne est légalement reconnue «capable» de tous les actes de la vie civile à 18 ans. Quoique majeures,

Plus en détail

Le placement judiciaire des mineurs

Le placement judiciaire des mineurs 46 Dossier forum 205 Le placement judiciaire des mineurs Âperçu de la procédure Le placement fait partie de l arsenal des mesures que peut prendre le tribunal de la jeunesse à l égard des mineurs. L article

Plus en détail

Annexe n 1 : liste des pièces justificatives

Annexe n 1 : liste des pièces justificatives Annexe n 1 : liste des pièces justificatives Dans chaque situation, il convient de produire les pièces justificatives (document lisible) détaillées ci-après afin d éviter des suspensions de versements

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat)

CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) Section 2 : Emploi des enfants dans les spectacles et les professions ambulantes - Emploi des enfants comme mannequins et dans la publicité

Plus en détail

Protection des majeurs vulnérables

Protection des majeurs vulnérables Protection des majeurs vulnérables Frédérique CLAUDOT Maître de Conférence des Universités Praticien Hospitalier Service de Médecine Légale et Droit de la Santé Faculté de Médecine Légale Responsable des

Plus en détail

Le Directeur des Lycées et Collèges. Le Directeur des personnels d'inspection et de Direction

Le Directeur des Lycées et Collèges. Le Directeur des personnels d'inspection et de Direction MINISTERE DE LA JUSTICE MINISTERE DE L' EDUCATION NATIONALE CONVENTION relative à la création d'unités pédagogiques régionales en milieu pénitentiaire, sur le territoire des Directions régionales des services

Plus en détail

Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo

Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo SOMMAIRE 1. Mot d accueil 2. La situation sur le pays de

Plus en détail

I EXISTENCE D'UN OU PLUSIEURS SYNDICATS SECONDAIRES

I EXISTENCE D'UN OU PLUSIEURS SYNDICATS SECONDAIRES C.N.E.C. - Brève... janvier 2011 Commission relative à la copropriété - Recommandation n 13 bis modifiant la recommandation n 13 relative au conseil syndical (cas particuliers) - Janvier 2011 La présente

Plus en détail

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque ASSOCIER LES ENFANTS AUX PROCEDURES LES CONCERNANT Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque NOTE DE SYNTHESE I. LA CONVENTION DE NEW YORK En droit estonien on considère,

Plus en détail

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance)

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) Livre VI - Des difficultés des entreprises Titre Ier - De la prévention des difficultés des entreprises Chapitre Ier - De la prévention des difficultés

Plus en détail

N 236 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 4 mars 1997. PROJET DE LOI

N 236 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 4 mars 1997. PROJET DE LOI N 236 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 4 mars 1997. _ PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE, portant diverses

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle concernant l article 232 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Louvain.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle concernant l article 232 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Louvain. Numéro du rôle : 2298 Arrêt n 30/2002 du 30 janvier 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 232 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Louvain. La

Plus en détail

Publication : 15-04-1965 Entrée en vigueur : 01-09-1966 Dossier numéro : 1965-04-08/03

Publication : 15-04-1965 Entrée en vigueur : 01-09-1966 Dossier numéro : 1965-04-08/03 8 AVRIL 1965. - Loi relative à la protection de la jeunesse. - (NOTE : Pour la conversion en euro voir L 2000-06-26/42) - (NOTE : ce texte est modifié pour la région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS LE METIER DE JUGE DES ENFANTS Penser le juge des enfants comme un métier, alors qu il s agit d une des fonctions qui s offrent aux magistrats, renvoie à une conception humaniste de ce rôle et sous-entend

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION L'AN DEUX MIL QUATORZE et le Monsieur Philippe CREISSEN né le 4 juillet 1969 à Saint-Mandé (Val de Marne)de nationalité française,

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

Recherches dans les fonds d archives judiciaires

Recherches dans les fonds d archives judiciaires Recherches dans les fonds d archives judiciaires Parmi l ensemble des fonds d archives judiciaires conservés, les Archives départementales détiennent les jugements rendus par les diverses cours depuis

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA GARDE A VUE

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA GARDE A VUE CE QUE VUS DEVEZ SAVIR SUR LA GARDE A VUE Presque tout le monde est concerné. En effet, dès l'âge de 13 ans, toute personne soupçonnée d'avoir commis ou tenté de commettre une infraction, punie par une

Plus en détail

Amendements proposés par Anticor au projet de loi organique parquet financier

Amendements proposés par Anticor au projet de loi organique parquet financier 30 05 13 Amendements proposés par Anticor au projet de loi organique parquet financier 1. Nominations : prévenir tout soupçon par des modalités de nomination des procureurs financiers alignées sur celles

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO)

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Strasbourg, le 22 juin 2015 DH-BIO/INF (2015) 7 COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Document de travail relatif à la protection des droits de l Homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

Mandat de protection future

Mandat de protection future N 13592*02 LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE NE PEUT PRENDRE EFFET QUE LORSQU IL EST ETABLI QUE LE MANDANT NE PEUT PLUS POURVOIR SEUL A SES INTERETS Mandat de protection future (Articles 477 à 488 et 492

Plus en détail

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE S/C/N/15

ORGANISATION MONDIALE S/C/N/15 ORGANISATION MONDIALE S/C/N/15 DU COMMERCE 1er mars 1996 (96-0763) Conseil du commerce des services Original: anglais NOTIFICATION AU TITRE DE L'ARTICLE VII:4 DE L'ACCORD GENERAL SUR LE COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Le Tribunal Administratif

Le Tribunal Administratif Thème : Le tribunal administratif Le Tribunal Administratif I. Les textes de référence : Les dispositions concernant le tribunal administratif et les autres juridictions de l'ordre administratif figurent

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Introduction Le Secrétariat National de la Ligue Démocratique des Droits des Femmes (LDDF)

Plus en détail

LOI SUR LE BARREAU TARIF D'HONORAIRES DES AVOCATS. (L.R.Q., c. B-1, a.125) (L.R.Q., c. C-26, a.95)

LOI SUR LE BARREAU TARIF D'HONORAIRES DES AVOCATS. (L.R.Q., c. B-1, a.125) (L.R.Q., c. C-26, a.95) B-1, r.13 LOI SUR LE BARREAU TARIF D'HONORAIRES DES AVOCATS (L.R.Q., c. B-1, a.125) (L.R.Q., c. C-26, a.95) SECTION I CLASSES D'ACTIONS 1. La classe d'action est déterminée suivant la demande dont la somme

Plus en détail

Notre Groupe a déposé 10 amendements que vous trouverez ci-après et que je vous propose de cosigner.

Notre Groupe a déposé 10 amendements que vous trouverez ci-après et que je vous propose de cosigner. R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E R O U P E D U R A S S E M B L E M E N T D E M O R A T I Q U E E T S O I A L E UROPEEN Paris, le 7 avril 2011 Ma hère ollègue, Mon her ollègue, Le Sénat examinera à

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

Opposable à tous, ce règlement se veut être à la fois un document d'information pour :

Opposable à tous, ce règlement se veut être à la fois un document d'information pour : Le mot du Président Conformément aux dispositions de l'article 34 de la loi n 83-663 du 22 juillet 1983, codifié à l article L.121-3 du code de l action sociale et des familles, l assemblée départementale

Plus en détail

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979.

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. Règlement numéro 2 Code de procédures des assemblées du Conseil d administration Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. En vigueur le 4 décembre 1979. Modifié par le Conseil d'administration

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES ET PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LA RÉGIE INTERNE DU COMITÉ DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIÈRS AUXILIAIRES DU CSSS CLÉOPHAS-CLAVEAU

RÈGLEMENTS POLITIQUES ET PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LA RÉGIE INTERNE DU COMITÉ DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIÈRS AUXILIAIRES DU CSSS CLÉOPHAS-CLAVEAU RÈGLEMENTS POLITIQUES ET PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LA RÉGIE INTERNE DU COMITÉ DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIÈRS AUXILIAIRES DU CSSS CLÉOPHAS-CLAVEAU Émis le : Date de révision : 3 mai 2007 Destinataires : Personnes

Plus en détail

Demande d'aide juridictionnelle

Demande d'aide juridictionnelle N o u s s o m m e s l à p o u r v o u s a i d e r n 51036#02 Demande d'aide juridictionnelle Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour rédiger votre demande d'aide juridictionnelle

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION TUTELLE

NOTICE D INFORMATION TUTELLE TRIBUNAL D INSTANCE DE TOURS 35/39 rue Edouard Vaillant CS 54335 37043 TOURS CEDEX 1 02.47.60.27.58 NOTICE D INFORMATION TUTELLE Vous venez d être nommé(e) tuteur d une personne placée sous tutelle. Vous

Plus en détail

Règles de conservation

Règles de conservation Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la culture Archives de l Etat du Valais Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Kultur Staatsarchiv Wallis

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 51 - Texte de la proposition de loi n 85 (2006-2007) Conclusions de la commission. de loi n 86 (2006-2007)

TABLEAU COMPARATIF - 51 - Texte de la proposition de loi n 85 (2006-2007) Conclusions de la commission. de loi n 86 (2006-2007) - 51 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative aux contrats d assurance de protection juridique Proposition de loi visant à réformer l assurance de protection juridique Proposition de loi portant

Plus en détail

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes 1 L école face aux conflits parentaux 2 La coéducation : une complémentarité entre l école et les familles En entrant à l école, l enfant devient un élève ; son père et sa mère deviennent des parents d

Plus en détail

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives 2 Vous attendez un enfant? Ce petit guide pratique vous renseigne sur les démarches d état civil (délais et documents à fournir) à effectuer avant

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

L Assistant de Prévention : rôle, nomination et formation

L Assistant de Prévention : rôle, nomination et formation L Assistant de Prévention : rôle, nomination et formation Avec la modification, en début d année 2012, du décret n 85-603 relatif à l hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu à la médecine professionnelle

Plus en détail

La gestion des fins de disponibilité discrétionnaire (accordée sous réserve des nécessités de service)

La gestion des fins de disponibilité discrétionnaire (accordée sous réserve des nécessités de service) Fiches statut 1/30/MA Direction Expertise statutaire et ressources humaines 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr La gestion des fins de disponibilité discrétionnaire (accordée sous réserve des nécessités de

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 6 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention bilatérale MAROC Textes de référence : - Le code de statut personnel et des successions ou Moudawana du 18 décembre 1957. - Loi

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DIRECTION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE N 06/SP/DGFP/2010 Alger, le 05 mai 2010 Mesdames

Plus en détail

AHIERS La fonction d accueil

AHIERS La fonction d accueil CAHIERS techniques La fonction d accueil de l'assistant familial accueillant un jeune confié au service de l'aide sociale l'enfance Préambule «Être famille d accueil c est accompagner un enfant séparé

Plus en détail

COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II

COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II TRAVAUX DES COMMISSIONS OUVERTES COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II Auteur : Marie-Helene Isern-Real Date : mercredi 4 mars 2009 LES NOUVEAUX POUVOIRS DU JUGE DES TUTELLES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) 3 Circulaires de la direction des affaires civiles et du sceau Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2005 Décret

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE. Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI. pénitentiaire.

ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE. Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI. pénitentiaire. PROJET DE LOI adopté le 13 octobre 2009 N 2 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI pénitentiaire. Le

Plus en détail

Le travail de l expert et objectif de la mission

Le travail de l expert et objectif de la mission Désignation d un expert-comptable pour les licenciements dans le cadre d un plan de sauvegarde de l emploi (PSE) Mission dans le cadre de la procédure de licenciement L'intervention de l'expert-comptable

Plus en détail

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par :

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par : PROTOCOLE RELATIF A LA PROTECTION ET A L'ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET A LA PREVENTION DE LA RECIDIVE PAR LE TRAITEMENT PENAL ET SOCIAL DES MIS EN CAUSE Entre : L'État représenté

Plus en détail

QUATRIÈME PARTIE: SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE VI: INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION

QUATRIÈME PARTIE: SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE VI: INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION Partie législative nouvelle QUATRIÈME PARTIE: SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE VI: INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION TITREIer:COMITÉD'HYGIÈNE,DESÉCURITÉETDES CONDITIONS DE TRAVAIL Chapitre Ier:

Plus en détail

CODE DE L ACTION SOCIALE

CODE DE L ACTION SOCIALE CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES PARTIE LEGISLATIVE Dernière modification parue au Journal Officiel le 28 juin 2005 Article L. 211-1 Ont le caractère d associations familiales au sens des dispositions

Plus en détail

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique BP 80046 59587 Bondues cedex colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr Projet de Charte déontologique Charte de Déontologie Préambule Les présentes dispositions s appliquent aux membres de la

Plus en détail

STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III

STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III Dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale (Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée) Dernière MAJ : la loi n 2014-1554 du 22 décembre

Plus en détail

La protection juridique du jeune majeur

La protection juridique du jeune majeur La protection juridique du jeune majeur Alexandra GREVIN Avocat à la Cour PARIS Journées D étude CRAIF, 7 Et 8 Mars 2014 Choix difficile, lourd. Mon objectif, aujourd hui : Vous informer, vous donner des

Plus en détail