Génocide des Arméniens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Génocide des Arméniens"

Transcription

1 Génocide des Arméniens Charnier d Arméniens immolés par le feu, découvert par l armée russe dans une grange du village d Ali Zonan (province de Mouch, est de la Turquie), en FONDS ARAM Cent ans d un drame occulté D abord considéré comme un simple chapitre de la première guerre mondiale, nié par les autorités turques, le génocide de 1,5 million d Arméniens par l Empire ottoman a été injustement passé sous silence Les arrestations ont commencé au soir du 24 avril 1915, à Constantinople. Sur ordre de Talaat Pacha, le tout-puissant ministre de l intérieur ottoman, 250 intellectuels arméniens sont faits prisonniers. Des ecclésiastiques, des avocats, des professeurs, des journalistes et même quelques députés. La capture de ces hommes faisait partie d un plan établi, minutieusement élaboré, un mois plus tôt, par plusieurs responsables du Comité union et progrès, la branche politique des Jeunes- Turcs, et visant à décapiter une des plus importantes minorités de l empire pour mieux entreprendre sa déportation, préalable à son extermination. Deux mois plus tôt, les soldats arméniens de l armée impériale avaient été éloignés du front, puis désarmés. Tout était en place. La mécanique du génocide était enclenchée, rien ne pouvait plus l arrêter. Longtemps, le génocide des Arméniens de l Empire ottoman n a été considéré que comme un chapitre parmi d autres de l histoire de la première guerre mondiale. Il faut dire que l époque était riche en événements tragiques. Sur le front de l Ouest, deux jours avant ce tragique 24 avril 1915, dans les tranchées d Ypres, en Belgique, les armes chimiques venaient de faire leur toute première apparition, semant la terreur et la mort chez les poilus. Un point de bascule Et le lendemain, le 25, à un jet de pierre de Constantinople, sur les détroits des Dardanelles et du Bosphore, la sanglante bataille de Gallipoli entre le corps expéditionnaire allié et les troupes ottomanes battait son plein. L horreur était partout. Ce n est que plus tard, avec le recul, que le massacre des Arméniens est apparu comme une tragédie en soi, un point de bascule annonciateur de toutes les grandes tragédies du siècle. Ainsi, la plupart des victimes n étaient que des civils désarmés. Ils sont morts de privations ou ont été tués en plein désert, loin du front et des regards. «Le but de la déportation est le néant», affirmait Talaat Pacha, le grand architecte de l extermination. Ce crime de masse, qui a causé la mort d un million et demi de personnes, n est pas venu de nulle part. Il a été précédé de décennies de persécutions et de préparation des esprits, et servi par une propagande haineuse, à prétention scientifique, dans laquelle la disparition des Arméniens devenait une condition nécessaire à la survie des Turcs. En cela, il est l exemple parfait de ce crime absolu visant à la destruction d un peuple entier, que le juriste Raphael Lemkin, un Américain d origine polonaise, décida d appeler «génocide» en Et il ouvre la voie aux grands drames du XX e siècle, où la mort n est plus uniquement l affaire des seuls champs de bataille, mais s empare de sociétés entières. Alors qu on commémore les 100 ans du drame, et tandis que les autorités d Ankara persistent à nier le caractère génocidaire des massacres commis par l Empire ottoman, déployant tous les ressorts de la propagande, de plus en plus d intellectuels turcs acceptent de regarder en face les fantômes de leur histoire nationale, pour rompre enfin avec des décennies d amnésie collective. Leur combat pour la vérité est fondamental. Ne serait-ce qu à cause de la fièvre exterminatrice qui plane de nouveau dans cette région là même où eurent lieu les déportations et les massacres de , désormais soumise au régime de terreur des djihadistes de l Etat islamique. p jérôme gautheret Cahier du «Monde» N o daté Jeudi 23 avril Ne peut être vendu séparément

2 2 génocide des arméniens 0123 JEUDI 23 AVRIL 2015 Constantinople (Istanbul) Les 24 et 25 avril 1915, 600 notables arméniens de Constantinople sont arrêtés et déportés vers l est de l Empire et seront pour la plupart exécutés. BULGARIE Andrinople (Edirne) RUSSIE Mer Noire GÉORGIE Samsun Kastamonu Trabzon Artvin (Trébizonde) GRÈCE Unye Izmit Ordu Merzifon Adapazari Rodosto (Tekirdag) EMPIRE RUSSE Rize Giresun Oltu Bursa Amasya Chorum Eskisehir Kütahya Afyon Tokat Yozgat Sivas Erzinjan Kayseri Karapinar Eregli La tragédie des Arméniens Marash Aïntab Bozanti Tarsus Mersin Une minorité perçue comme «l ennemi de l intérieur» par le sultan de l Empire ottoman... Malatya Zeïtoun Adana Kilis POPULATION ARMÉNIENNE : 2 millions au début du XXe siècle CHYPRE Seghert Urfa Mardin PERSE Ras-Al-Aïn Djarablus Rakka Alep, plaque tournante Centre de tri des longs convois de déportés vers les déserts de Syrie et vers Bassora IRAK Hama Homs EMPIRE OTTOMAN SYRIE Tripoli Mer Méditerranée LIBAN Damas Haïfa Bagdad CISJORDANIE JORDANIE Jaffa Amman ph Jérusalem Eu GÉNOCIDE (AVRIL ) : 1, 5 million de victimes te ra Lieux de massacres (chiffres exacts non connus) Vers Bassora Camps de concentration et de déportation ÉGYP ÉGYPTE Routes de déportation Kirkouk Deir ez-zor, destination finale Lieu d'extermination des déportés arméniens. La ville est devenue un lieu de recueillement en mémoire du génocide arménien, comme Auschwitz l est pour la Shoah. Beyrouth... exterminée par le mouvement nationaliste et raciste des «Jeunes-Turcs» NOUVEAU MASSACRE D ARMÉNIENS : victimes Massacres d Adana (1909) un an après l arrivée au pouvoir des Jeunes-Turcs IRAN Mossoul T i g re MASSACRES D ARMÉNIENS : victimes Massacres hamidiens ( ) impulsés par le sultan Abdülhamid II Diyarbakir Adyaman Alexandrette (Iskenderun) Musa Dagh Van Bitlis Mus Mezre (Hadjin) Nidge majoritaire relativement majoritaire minoritaire Empire ottoman (1915) IRAN Pays actuels AZERB. Beyazit Kangal Saimbeyli Konya Erzurum Khnus EMPIRE OTTOMAN AZERBAÏD ZERBAÏDJAN ARMÉNIE Chabin Karahissar INFOGRAPHIE LE MONDE Bandirma Ankara ISRAËL ARABIE SAOUDITE Lieux de résistance Maan Cartographie : Sylvie Gittus et Delphine Papin 100 km Sources : Mémorial du génocide arménien, sous la direction H.Kevorkian, Seuil, 2015 ; Arméniens-Le temps de la délivrance, G. Minassian, CNRS Editions, 2015 ; Atlas historique de l Arménie, C.Mutalian et E. Van Lauwe, collection Atlas, éd. Autrement 2001 La destruction en marche Dès la fin du XIXe siècle, les massacres des Arméniens par l Empire ottoman témoignent déjà d une logique d extermination qui atteindra son paroxysme vingt ans plus tard C est une séance ordinaire au Palais-Bourbon. En ce soir du 3 novembre 1896, quelques députés catholiques ont porté à l ordre du jour une interpellation au gouvernement Méline ( ) sur les persécutions des chrétiens de l Empire ottoman. Les débats vont se terminer quand un député socialiste du Tarn demande la parole et, d une voix tonitruante et implacable, dénonce le silence français face à la «guerre d extermination» menée par Abdülhamid II contre les Arméniens : «Pas un cri n est sorti de vos bouches, pas une parole n est sortie de vos consciences, et vous avez assisté, muets et par conséquent complices, à l extermination complète.» Pour l orateur, peu suspect de sympathies envers l Eglise, le drame des Arméniens engage A la fin du XIXe siècle, l «homme malade de l Europe», l Empire ottoman, ressemble chaque jour un peu plus à un mort en sursis l humanité tout entière, et la passivité de la France face aux crimes commis depuis 1894 dans l Empire ottoman vaut complicité. Sans surprise, son interpellation est rejetée par 444 voix contre 53. Mais, à compter du lendemain, dans la presse comme dans l opinion, le ton a changé. Par la force de son verbe, Jean Jaurès, car c est de lui qu il s agit, vient de porter à la conscience de la France entière le calvaire des Arméniens. Ainsi donc, dès 1896, presque vingt ans avant le déclenchement du génocide, certains perçoivent déjà qu un drame singulier est en train de se nouer en Orient. Les informations en provenance de l empire existaient, et elles étaient relayées (non sans déformations) par les missionnaires, les diplomates et la presse. Mais elles n étaient que le bruit étouffé d un drame lointain. Il faut dire que l Empire ottoman de la fin du XIXe siècle n est plus que l ombre de la puissance arrogante qui avait fait trembler l Europe, anéantissant l Empire byzantin avant de pousser ses armées jusque sous les murs de Vienne, en 1529 et en Son recul territorial, entamé à la fin du XVIIe siècle, a pris, au cours du XIXe siècle, des allures de débâcle. La perte de la Grèce, en 1829, n a été que le prélude à celle de la majeure partie des Balkans, au terme du traité de San Stefano et du congrès de Berlin (1878). Dans le même temps, la Russie avançait dans le Caucase, la Grande-Bretagne mettait la main sur Chypre, puis sur l Egypte, tandis que la France s implantait en Algérie et en Tunisie En outre, la Sublime Porte a dû accorder aux puissances occidentales d importants privilèges économiques, qui restreignaient encore un peu plus sa marge de manœuvre, ainsi qu un droit de regard sur les affaires du gouvernement dans de nombreuses régions chrétiennes, dont le Liban. L «homme malade de l Europe» ressemble chaque jour un peu plus à un mort en sursis. Le mouvement de réforme des Tanzimat («réorganisation»), impulsé au début du XIXe siècle afin d introduire des éléments de modernité puisés dans l exemple français, n a pas résisté aux défaites militaires des années Quant à son corollaire, l ambition de créer une véritable «citoyenneté ottomane» impliquant une stricte égalité de droits entre les musulmans et les autres communautés, elle a vite tourné court. L heure est désormais au panturquisme. L empire reste un enchevêtrement de communautés dominé par les musulmans, et les rapports entre ces communautés se tendent chaque jour un peu plus. La place des Arméniens dans cette mosaïque est très délicate. Avec une population de plus de 2 millions d habitants, principalement répartie dans trois espaces, le plateau anatolien, non loin des frontières russes et iraniennes, la Cilicie (aussi appelée Petite-Arménie, dans le sud- est de la Turquie actuelle) et les grands centres urbains, ils sont au cœur des préoccupations de Constantinople. Leur cas avait été évoqué au congrès de Berlin, en 1878, et les puissances européennes avaient appelé à des réformes, suscitant chez les Arméniens un intense espoir de libération, vite déçu. Les communautés paysannes arméniennes d Anatolie étaient en butte aux razzias des tribus kurdes, et bientôt à la concurrence de populations de réfugiés musulmans, chassées du Caucase ou des Balkans et avides de revanche contre les chrétiens. Le sultan Abdülhamid II, arrivé au pouvoir en 1876, en pleine déroute dans les Balkans, tourne vite le dos à l esprit des Tanzimat pour suivre la voie de l autocratie et du renforcement des composantes musulmanes, seule voie, à ses yeux, à même de sauver l empire. En 1891, il crée des régiments kurdes de cavalerie légère sur le modèle des cosaques russes, les Hamidiyés. Son calcul est simple : il sait que les Kurdes, qui coexistent depuis des siècles avec les Arméniens, seraient les premiers perdants en cas d autonomie des provinces orientales. Ils seront donc les adversaires les plus acharnés de l émancipation arménienne. Lorsque, au printemps 1894, les habitants arméniens de la région de Sassoun (est) se révoltent contre la double taxation qu ils subissent ils doivent payer l impôt au sultan, mais aussi un tribut aux communautés kurdes locales en échange de leur «protection», les Hamidiyés mènent une répression d une violence inédite. Les troubles s étendent peu à peu et une manifestation de soutien, organisée par le parti arménien Hentchak le 30 septembre 1895, est réprimée dans le sang, sous les yeux des diplomates occidentaux. L émotion internationale est telle que le sultan se trouve contraint d annoncer, le 17 octobre, des réformes d ampleur dans les régions arméniennes. C est alors que l Anatolie entière se met à s embraser. Réaction «spontanée» d une population musulmane humiliée et lasse des diktats de l Occident, comme le prétend aussitôt le Palais? Massacres planifiés? Il reste très hasardeux de mesurer le degré d implication de l appareil d Etat dans ces massacres. A tout le moins, Abdülhamid était très bien informé, il ne s y est pas opposé et a même cherché à tirer profit des massacres pour ramener les Arméniens sur le chemin de l obéissance. Le bilan de ces tueries de masse est incertain mais effroyable : de à morts selon les historiens ; autres personnes ont été chassées, leurs biens spoliés, et les conversions forcées sont innombrables. S il n y a pas, cent vingt ans plus tard, de consensus sur le caractère génocidaire de ces massacres, il apparaît cependant évident que, dès cette date, la logique de l extermination à venir est en germe. La prise de pouvoir par les JeunesTurcs, en 1908, suscite un vif espoir chez les Arméniens, vite démenti : en 1909, dans le district d Adana, en Cilicie, le nouveau gouvernement ordonne une répression sauvage des manifestations arméniennes. Le bilan est effrayant : de à morts. Ainsi donc, par-delà l alternance politique, la marche vers la destruction semble inexorable. Les esprits y sont patiemment préparés. L historien Hamit Bozarslan distingue quatre registres de discours constitutifs de la «logique» de génocide à l œuvre dans l Empire ottoman : le darwinisme social (les Turcs ont vocation à dominer) ; la rhétorique inversée du dominant-dominé (les oppresseurs se disent victimes de discriminations et n ont pas d autre choix que la violence pour ne pas disparaître) ; la bataille démographique (il est indispensable de faire reculer le poids des minorités pour garantir la prééminence aux musulmans en Anatolie) ; et enfin, la dimension économique (par les spoliations, il s agit de reprendre le contrôle de pans entiers de l économie, aux mains des chrétiens). L Arménien est assimilé de plus en plus fréquemment, au début du XXe siècle, à un «microbe» qu il s agit d éradiquer. Le déclenchement de la première guerre mondiale fournira l occasion de passer à la pratique. Tandis que la presse jeune-turque se déchaîne contre l «ennemi intérieur», en mars 1915, le plan d extermination est élaboré. p jérôme gautheret

3 JEUDI 23 AVRIL 2015 génocide des arméniens 3 Tout a commencé le 24 avril 1915 A Constantinople, 250 personnalités arméniennes sont arrêtées cette nuit-là. Suivra l horreur des marches forcées et du carnage Quand les policiers l interpellent à son domicile, dans la nuit du 24 au 25 avril 1915, dans le quartier chrétien de Pera, à Constantinople, capitale de l Empire ottoman, Khatchadour Maloumian, alias Agnouni, est loin d imaginer qu il fait partie d une liste d intellectuels arméniens arrêtés cette nuit-là pour les déporter vers Ankara. Dirigeant politique arménien proche des autorités jeunes-turques, il a dîné la veille avec Talaat Pacha, le ministre de l intérieur du gouvernement du Comité union et progrès (CUP), le parti au pouvoir depuis le putsch des Jeunes-Turcs, le 23 janvier Il croit à un malentendu. Il ne sait pas encore que la rafle de 250 personnalités arméniennes de la capitale fait partie d un vaste plan d extermination des Arméniens de l Empire, décidé entre le 20 et le 25 mars 1915 lors de réunions du comité central du CUP. Les nouvelles du front ne sont pas bonnes pour l Empire ottoman depuis son entrée en Arméniens sont déportés en avril 1915, en mai, en juin, en juillet et en août guerre, le 2 novembre 1914, aux côtés de l Allemagne et de l Autriche-Hongrie. Après la défaite de Sarikamich en janvier 1915 face à la Russie, pouvoir et médias turcs accusent les 2 millions d Arméniens ottomans d être au service des Russes et les soupçonnent de «trahison» et de «complot contre la sécurité de l Etat». Les neuf membres de la direction du CUP, dont Mehmet Talaat Pacha et les docteurs Mehmet Nazim et Bahaeddine Chakir, profitent du contexte de guerre et de la débâcle de Sarikamich imputable au mauvais commandement du ministre de la guerre, Ismail Enver Pacha pour accélérer le processus d extermination des Arméniens et des Assyro-Chaldéo-Syriaques, un groupe ethnique chrétien originaire de Mésopotamie. Dès l hiver , au sud de Van (dans l est de l actuelle Turquie) et en Iran, où l armée turque a lancé plusieurs incursions, les populations arméniennes et syriaques locales sont massacrées par dizaines de milliers. En février 1915, sur ordre d Enver Pacha, les soldats arméniens de la III e armée, qui surveille le front caucasien, sont désarmés et forment des bataillons de travail. La plupart sont exécutés sur place et, fin mai, il ne reste plus de soldats arméniens dans l armée d Enver. Le gouvernement compte sur l Organisation spéciale (OS) pour remplir ces sales besognes. Créé en 1914, ce groupe paramilitaire dirigé par le docteur Bahaeddine Chakir représente une force de hommes : ce sont des Kurdes, des émigrés musulmans des Balkans et du Caucase et des criminels amnistiés (assassins, violeurs, psychopathes). Son quartier général se trouve au sein du siège du CUP dans la capitale et elle utilise 36 «abattoirs» répartis dans tout l Empire. Outre ces escadrons de la mort, le gouvernement jeune-turc s appuie sur la direction générale de l installation des tribus et des Carte postale datant de Inscrit au verso, «Soldats turcs avec leurs victimes arméniennes». FONDS ARAM migrants (DITM), chargée, dans les provinces, de la planification des déportations. Ces deux organisations respectent à la lettre le programme d extermination en deux phases des Arméniens concocté par la direction du CUP. La première phase, d avril à octobre 1915, consiste à vider les six provinces orientales (Bitlis, Van, Sivas, Erzurum, Diyarbakir, Mamuret ul-aziz) de leur population arménienne. Il s agit des territoires historiques arméniens, objets, depuis le traité de Berlin de 1878, d un vague projet de réformes visant à améliorer leur sécurité. Défendu par les puissances européennes, il ne sera jamais appliqué par le sultan. Sur le terrain, tout ne se passe pas comme prévu. A Van, après les massacres de d entre eux entre janvier et avril 1915, les Arméniens organisent leur défense et comptent sur l avancée des troupes russes pour les sauver. Malgré leur infériorité numérique, ils résistent jusqu à la libération de Van par l armée du tsar, en mai Les civils sont évacués vers le Caucase. A Constantinople, le gouvernement utilise le prétexte de cette rébellion qualifiée de «trahison» pour décapiter l élite arménienne. Dès la fin avril, dans la capitale et toutes les grandes villes de l Empire, intellectuels et notables arméniens sont arrêtés puis déportés et exécutés par petits groupes. A Constantinople et à Smyrne (aujourd hui Izmir, dans l ouest de la Turquie), les Arméniens sont toutefois épargnés, la Sublime Porte craignant une réaction diplomatique des puissances européennes. Dès le 24 mai 1915, la Triple Entente, alertée sur l ampleur des massacres dans l Empire, a mis en garde les autorités turques dans une déclaration commune : «La France, la Grande-Bretagne et la Russie tiendront pour personnellement responsables ceux qui auront ordonné ces crimes contre l humanité et la civilisation.» Mais trois jours après, le gouvernement jeune-turc leur répond par la provocation en légalisant la déportation des Arméniens. Alors que Arméniens sont déportés en avril 1915, les mois suivants, la cadence augmente fortement : déportations en mai, en juin, en juillet et en août. Jusqu à la fin de cette première phase, en octobre, et en tenant compte des convois en provenance de Cilicie (sud) et de la Cappadoce (centre), ce sont 1,2 million d Arméniens qui sont envoyés de force vers les déserts de Syrie et de Mésopotamie, conformément aux ordres du DITM. Certains déportés sont arrivés à Alep, dans le nord de la Syrie, par chemin de fer, raconte l historien britannique Arnold Toynbee dans son Livre bleu remis aux autorités britanniques en 1916 : «Ils étaient entassés dans des wagons à bestiaux, souvent répugnants et toujours bondés, et leur voyage était infiniment lent, car la ligne était congestionnée par leurs nombreux convois et par le transport des troupes ottomanes.» Au point de départ des déportations, les hommes, séparés de leur famille, sont liquidés sur place, alors que les femmes et les enfants sont voués à l enfer des longues marches forcées vers les camps d Alep, de Deir ez-zor (est de la Syrie) et de Mossoul (nord de l Irak). Seuls d entre eux arrivent à destination. La deuxième phase peut donc commencer. Elle s étend sur toute l année 1916 et ne répond qu à une seule question : que faire des déportés massés dans la vingtaine de camps de concentration ouverts en Syrie, en proie aux épidémies et vivant dans des conditions d hygiène effroyables? Le 22 février 1916, alors que les troupes russes ont pris la ville-garnison d Erzurum, cette ancienne capitale arménienne (Garine) totalement vidée de sa population chrétienne, le gouvernement turc ordonne la liquidation de tous les déportés. Les sites d Alep, Rakka, Ras-Al-Aïn, Deir ez-zor et Mossoul se transforment en camps d extermination, les fleuves Tigre et Euphrate sont les témoins silencieux d un crime sans précédent. Les membres de l OS redoublent de zèle et de cruauté, les bourreaux procèdent essentiellement à l arme blanche. En cinq mois, de juillet à décembre 1916, le préfet Salih Zeki, qui a remplacé Ali Souad, jugé trop mou par la direction du CUP, fait massacrer déportés regroupés à Deir ez-zor, qui deviendra le lieu symbolique de la destruction d une nation. Le 24 octobre 1916, près de orphelins rassemblés à Deir ez-zor par Ismail Hakki Bey, «inspecteur général» des déportations, sont attachés deux par deux puis jetés dans l Euphrate. En 1917, au moment où les armées turques s effondrent sur tous les fronts, les forces britanniques découvrent, lors de leur offensive victorieuse en Syrie et en Palestine, près de déportés arméniens vivant dans des conditions répugnantes. Il s agit d individus surtout originaires de Cilicie qui constitueront le premier noyau des communautés arméniennes de Syrie et du Liban sous mandat français. A la fin de la Grande Guerre, sur les 2 millions d Arméniens recensés en 1914 dans l Empire ottoman, près de 1,5 million ont été massacrés, auxquels il faut ajouter chrétiens d Orient (Assyro-Chaldéens, Syriaques). Les Arméniens rescapés des camps et des déportations ont connu différents destins. Certains se sont installés dans le Caucase russe avant d être intégrés dans l Union soviétique. D autres ont immigré en Europe et en Amérique avant d y devenir des citoyens à part entière. Enfin, une petite partie est restée à Istanbul, protégée par les clauses du traité de Lausanne signé en 1923 entre l Empire ottoman et les puissances alliées sur le droit des minorités religieuses. Sans oublier ceux qui ont été convertis de force à l islam ou placés sous la contrainte dans des familles musulmanes en Turquie. p gaïdz minassian Dans l ombre des victimes arméniennes Les Assyro-Chaldéo-Syriaques et les Grecs pontiques furent eux aussi massacrés par l Empire ottoman Dans son journal, Mary Schauffler Platt ( ), une missionnaire presbytérienne américaine en poste à Ouroumieh (nord-ouest de l Iran), écrit, à la date du 14 janvier 1915 : «A Ada, on en tua une centaine peut-être, des jeunes pour la plupart. On rapporte qu ils furent mis par les Kurdes en file indienne pour voir combien ils pouvaient en tuer en une seule balle.» Une page d horreur parmi tant d autres : ce témoignage sera publié quelques années plus tard aux Etats-Unis grâce au concours de l American Board of Commissioners for Foreign Missions, organisation missionnaire chrétienne des Etats-Unis. Les victimes ne sont pas des Arméniens, mais d autres sujets appartenant à des minorités chrétiennes de l Empire ottoman : les Assyro-Chaldéo-Syriaques. Héritiers d une vieille civilisation située entre les fleuves bibliques du Tigre et de l Euphrate, les Assyro-Chaldéo-Syriaques, descendants des Assyriens, Babyloniens, Chaldéens et Araméens, vivent principalement dans la région d Ouroumieh, dans la province de Mossoul (Irak) et en Anatolie orientale (notamment dans les villes de Van et de Mardin). C est là, dans ces zones difficiles d accès du sud-est de l Empire ottoman, notamment à Hakkari, au sud de Van et dans cette ancienne Mésopotamie historique, berceau de l humanité, qu en marge du génocide des Arméniens, plus de Assyro-Chaldéens et Syriaques sont assassinés entre décembre 1914 et juillet 1918, sous les yeux de quelques témoins comme Mary Schauffler Platt. Au nord de l Empire, le long de la mer Noire, ce sont près de Grecs pontiques descendants des populations hellénophones du pourtour de l ancien Pont Euxin qui sont à leur tour massacrés entre 1916 et Dans les deux cas, le mode opératoire est le même que pour les Arméniens : le régime jeune-turc s est lancé dans un vaste programme de turquification forcée des populations de l Empire, réduisant par le fer et le feu tous les groupes minoritaires chrétiens dans le processus de construction d un Etatnation. Les autorités turques n agissent pas seules. Pour accomplir leur entreprise génocidaire, elles s appuient sur des tribus kurdes, des groupes d immigrés musulmans originaires des Balkans et du Caucase et des prisonniers de droit commun, tous réunis dans des «bataillons de bouchers». Débats autour du génocide Au lendemain de la guerre, si les Grecs rescapés des massacres sont pour la plupart transférés en Grèce dans le cadre d échanges de populations avec les Turcs de Thrace, les chrétiens d Orient, comme les Assyro-Chaldéens, qui parlent l araméen, la langue de Jésus, sont partagés entre la Turquie, l Irak et la Syrie sans la moindre protection, si ce n est celle de leur autorité religieuse de tutelle. Des décennies après ces crimes contre l humanité, historiens et juristes internationaux ne s accordent toujours pas pour qualifier le massacre des Assyro-Chaldéens, des Syriaques et des Grecs pontiques de «génocide» ; seuls certains pays, comme la Suède en 2009, l Arménie en 2015 et quelques Etats fédérés américains l ont reconnu comme tel sur la base de sources écrites européennes et arabes. Cent ans après cette année 1915, dite de l Epée («seyfo» en néo-araméen), les minorités assyro-chaldéennes de Syrie et d Irak ainsi que les Kurdes yézidis sont massacrés par l Etat islamique, sans que l on puisse pour l instant évaluer l ampleur des pertes humaines. p ga. m.

4 4 génocide des arméniens JEUDI 23 AVRIL 2015 Gibets avec des victimes arméniennes dans une rue de Constantinople, en COLLECTION NICOLAIDES. PHOTO ORIGINALE, FONDS ARAM Des documents historiques rares I l existe peu d images du génocide des Arméniens. Les autorités turques ont menacé de mort toute personne qui s aventurerait à prendre des photographies des massacres. Cependant, outre les clichés pris par l armée russe lors de l offensive sur le front caucasien dès 1915, d autres sources existent, notamment les images d un officier de la Croix- Rouge allemande, Armin T. Wegner ( ). Ces photographes travaillant dans la clandestinité, la plupart des documents qui nous sont parvenus ne comportent ni date ni mention de lieu. L Association pour la recherche et l archivage de la mémoire arménienne (ARAM), basée à Marseille, recueille depuis 1997 tous les documents relatifs à l histoire du peuple arménien et au génocide. Elle met régulièrement en ligne sur son site, Webaram.com, des photographies, livres, journaux, témoignages et documents administratifs. En décembre 2014, Christian Artin, responsable d ARAM, reçoit d un Français d origine arménienne une carte postale de l image reproduite ci-dessus. Au verso, un message manuscrit en français décrit la scène : «Ceci n est pas un trucage mais une photographie qui date d avant l arrivée des Français à Constantinople [1918] et qui représente des Arméniens pendus sur une place publique. C est un contraste frappant, dans ce pays d Orient aux riches coloris, que des gens à l aspect assez débonnaires puissent avoir des mœurs si sanguinaires. Vous voyez les passants circuler comme si rien n était devant ces pendus, gratifiés d un écriteau, et continuer à vaquer à leurs occupations habituelles.» On ignore le nom de l auteur du message et celui de son destinataire. k Orphelins arméniens rescapés. MUSÉE DU GÉNOCIDE EREVAN, JOHN ELDER COLLECTION. k k Orphelins arméniens recueillis par l organisation caritative américaine Near East Relief. «STORY OF NEAR EAST RELIEF», J. L. BARTON, NEW YORK, FONDS ARAM k Bitlis (Turquie), 1915 : cadavres d enfants assassinés. SOURCES RUSSES. FONDS ARAM k k Réfugiés arméniens dans le désert de Syrie, FONDS ARAM

5 JEUDI 23 AVRIL 2015 génocide des arméniens 5 Dans la mémoire de la diaspora La médiatisation des horreurs de la Shoah a permis aux Arméniens en exil de se faire davantage entendre et d exiger à leur tour la reconnaissance du génocide de 1915 Se retrouver sur les Champs-Elysées en 1965 pour commémorer le génocide des Arméniens, c était un peu fou pour nous. Auparavant, on n osait pas descendre dans la rue pour afficher collectivement notre identité», se souvient Hraïr Torossian, membre du Comité de défense de la cause arménienne (CDCA), en évoquant la manifestation organisée à Paris, le 24 avril 1965, à l occasion du cinquantenaire de ce génocide. L espace d un jour, la guerre froide avait été mise de côté, indépendantistes et procommunistes arméniens défilaient ensemble. De Téhéran à Los Angeles en passant par Beyrouth, Paris, Marseille et Buenos Aires, les Arméniens du monde entier étaient descendus dans la rue pour rompre le silence autour du «grand carnage», en affichant publiquement Il a fallu attendre les années 1970 pour voir apparaître les premières études historiques sur le génocide arménien leur solidarité avec les victimes de ce crime oublié. Même ferveur à Erevan, la capitale de la jeune République soviétique d Arménie, où la manifestation, plus ou moins canalisée par le pouvoir post-stalinien, avait rassemblé plus de personnes venues réclamer «nos terres, nos terres» à la Turquie. Après la découverte des horreurs de la Shoah, le procès de Nuremberg, la convention de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide, les Arméniens exigent à leur tour, en descendant dans la rue, une reconnaissance officielle du crime de 1915 comme un génocide. «On était un peu romantiques», reconnaît, cinq décennies plus tard, Hraïr Torossian. Mais avaient-ils le choix? Pour éviter une mort identitaire inéluctable, il fallait passer du souvenir intime à une dynamique de reconnaissance publique, et faire comprendre au monde entier que le problème arménien existait bel et bien et attendait toujours une solution juste et durable. En 1967, Erevan inaugure le mémorial de Dzidzernagapert, où, depuis la chute de l URSS, en 1991, les chefs d Etat en visite officielle en Arménie viennent déposer une gerbe en hommage aux 1,5 million de victimes du premier génocide du XX e siècle. Trois ans plus tard, l image du chancelier allemand Willy Brandt, agenouillé devant le monument élevé en hommage aux martyrs du ghetto juif de Varsovie, marque les Arméniens. Depuis, ils cherchent leur Willy Brandt. Mais, dans les années 1960, personne ne parle du problème arménien. En France, l heure est plutôt à l intégration dans la République et au sauvetage d une identité fondée sur une langue, une culture et une religion à part. La République socialiste soviétique d Arménie existe mais ne rassemble pas : elle reste le symbole d une nation éclatée. Il faut attendre les années 1970 pour voir apparaître les premières études historiques sur le génocide, signées par Jean-Marie Carzou et Yves Ternon. Leur effet est limité. «On était au début du défrichement du problème et les archives turques étaient fermées», explique Yves Ternon. Ankara se mure dans le silence et transforme les ruines des églises en étables ou les utilise comme cibles lors de ses manœuvres militaires. Membre de l OTAN, la Turquie se trouve dans le camp occidental et les Arméniens ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Cette prise de conscience va doublement diviser les Arméniens. La deuxième génération, celle de l intégration, s oppose à la troisième, celle de la revendication, marquée par le militantisme qui émerge dans la foulée de Mai 68. La nouvelle génération ne se satisfait pas de la seule action légale auprès des Parlements nationaux et de l ONU, surtout quand la Turquie fait bloquer le dossier arménien en 1973 à la sous-commission des droits de l homme, à Genève. C en est trop pour la frange la plus radicale, qui décide de marcher sur les traces de l Arméno-Américain Kourken Yanikian, auteur du double assassinat en 1973 de deux diplomates turcs à Los Angeles, et ouvre ainsi la voie à une décennie de terrorisme arménien contre la Turquie. En 1975, les agences de presse annoncent la naissance à Beyrouth de l Armée secrète arménienne pour la libération de l Arménie (Asala), trois ans après celle des Commandos des justiciers du génocide des Arméniens (CJGA), auteurs du double assassinat des ambassadeurs de Turquie en Autriche et en France, les 22 et 24 octobre Le CJGA est d affiliation «dachnak» (Parti socialiste arménien) et préconise un terrorisme ciblé et mémoriel, alors que l Asala est d inspiration marxiste et opte en faveur d un terrorisme «publicitaire» et spectaculaire. Ces deux organisations revendiquent plusieurs centaines d attentats contre la Turquie et exigent d Ankara la reconnaissance du génocide et la restitution des territoires de l Arménie historique. Au fil des opérations, qui sont de plus en plus difficiles à monter en raison des politiques de sécurité des Etats et des opinions publiques hostiles, le terrorisme arménien bascule dans l horreur. L Asala revendique l attentat aveugle de l aéroport d Orly, le 15 juillet 1983, faisant 8 morts et plus de 50 blessés près du comptoir de la Turkish Airlines. La condamnation est unanime, la France démantèle sur son territoire tous les réseaux de l Asala. L organisation clandestine se scinde en deux branches : le canal radical, dirigé par Hagop Hagopian, un mercenaire affilié au terrorisme international, et le canal historique, incarné par l idéologue Alec Yenikomchian. «Némésis» : opération vengeance Choquées par l horreur d Orly, les communautés arméniennes cherchent une stratégie de sortie du terrorisme. «Il fallait casser cette dérive terroriste», explique le géostratège Gérard Chaliand, qui, avec d autres intellectuels comme Yves Ternon et Claire Mouradian, remet la question arménienne sur le terrain légal en proposant, en 1984, la convocation à Paris d un Tribunal permanent des peuples consacré au génocide des Arméniens avec le soutien du président de la République, François Mitterrand. Cette victoire symbolique annonçait d autres succès diplomatiques, notamment en 1987, lorsque le Parlement européen reconnaît le génocide de Le terrorisme arménien prend réellement fin avec l assassinat dans des conditions obscures de Hagop Hagopian, le 28 avril 1988, à Athènes, alors qu au même moment Erevan est le théâtre de gigantesques rassemblements en faveur de la réunification à l Arménie soviétique du Haut-Karabakh, une province majoritairement arménienne rattachée par Staline à l Azerbaïdjan en Une nouvelle ère s ouvre, celle de la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev, de la chute de l URSS et de l indépendance pour les pays de l Est, indépendance qui signifie pour les Arméniens un passage de la mémoire à l Histoire. p gaïdz minassian «Moi arménien, lui turc, pas de mal pour l Allemagne! Lâchez-moi, ça ne vous regarde pas», proclame Soghomon Tehlirian lors de son arrestation, le 15 mars 1921, après avoir exécuté d une balle dans la tête le grand vizir Talaat Pacha, à Berlin. A son procès, en juin, le jeune Arménien explique aux juges qu en tuant le principal responsable des massacres d Arméniens durant la Grande Guerre il a agi seul. Le procès se retourne contre la victime, Talaat Pacha, condamné à mort par contumace, en 1919, par une cour martiale ottomane, comme la plupart des dirigeants du parti Comité union et progrès (CUP), auteur de la révolution jeune-turque de 1908 et responsable des massacres des Arméniens. Soghomon Tehlirian est acquitté. En réalité, l exécution de Talaat Pacha n est pas un acte isolé. Le jeune Arménien est membre de l opération «Némésis» du nom de la déesse grecque de la vengeance mise en place en 1919 par son parti, la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA), affiliée à l Internationale socialiste et au pouvoir dans l éphémère République d Arménie, née en De Boston à Tbilissi en passant par Rome, Berlin et Istanbul, le réseau des justiciers du génocide commence la traque : Talaat Pacha figure en haut de la liste des personnes à exécuter. Entre 1921 et 1922, six responsables des massacres sont abattus dans différentes capitales européennes. La même année, l opération «Némésis» est dissoute faute de moyens financiers et à la suite de dissensions internes. En Turquie, le dogme de l amnésie Après une brève tentative de juger les responsables en 1918, la République turque s est construite sur la négation du génocide une fuite piteuse, sans gloire ni panache. Le 1 C est er novembre 1918, deux jours après l armistice de Moudros, par lequel l Empire ottoman a reconnu sa défaite écrasante, les ex-ministres Talaat Pacha, Enver Pacha et Djemal Pacha montent à bord d un croiseur allemand, la Lorelei. Leur but : Odessa, puis l Allemagne. Il y a encore quelques jours, ces hommes dirigeaient un empire. Ils ne songent plus désormais qu à se mettre à l abri. Ils savent que les Alliés entendent traduire en justice les commanditaires des «atrocités arméniennes» et que le gouvernement de transition mis en place à Constantinople tient, lui aussi, à mener contre eux un procès exemplaire. Dès le 4 novembre, deux députés demandent de traduire les criminels devant la Haute Cour. Le 21, le sénateur Reshid Akif, qui venait d'occuper brièvement le poste de président du conseil, expose au Sénat ce qu il a appris de la double mécanique des massacres : les directives officielles de Talaat Pacha mettant en place les déportations, les télégrammes secrets du comité central du Comité union et progrès (CUP, organisation politique des Jeunes-Turcs) à l Organisation spéciale ordonnant l extermination Le 13 décembre, le ministre de l intérieur déclare même : «Pendant la guerre, nos dirigeants ont appliqué ( ) la loi de déportation d une manière qui surpasse les forfaits des brigands les plus sanguinaires. Ils ont décidé d exterminer les Arméniens et ils les ont exterminés. Cette décision fut prise par le comité central du CUP et fut appliquée par le gouvernement.» Ainsi donc, dès la fin 1918, l ampleur et la spécificité du crime ont été exposées au grand jour. Comment, dès lors, la Turquie de 2015 peut-elle toujours occulter ce qui était admis un siècle plus tôt? Répondre à cette question implique de revenir aux premières heures de la république fondée sur les ruines de l Empire ottoman. La défaite de 1918 était celle d une famille politique, les Jeunes-Turcs, arrivés au pouvoir en 1908 avec la promesse de faire entrer l empire dans la modernité. Mais le discours universaliste des premiers temps a vite été supplanté par un panturquisme raciste et agressif, dont l aboutissement a été le génocide des Arméniens. L effondrement général du régime a porté au pouvoir, après l armistice, des responsables plus modérés, cherchant à obtenir quelques concessions des Alliés par une justice exemplaire. De fait, les trois procès qui se sont tenus à Constantinople en témoignent d une authentique recherche de vérité, et ils ont porté à la connaissance du public de nombreuses preuves décisives. Reste qu ils ont été loin de répondre à nombre d exigences minimales, se révélant très imparfaits dans leurs résultats (les peines les plus sévères ont touché des fugitifs ou quelques subalternes, tandis que plusieurs responsables étaient épargnés) et faussés par la décision britannique de transporter à Malte certains captifs dans l optique d un procès international qui ne vit jamais le jour. Deux facteurs extérieurs rendent le travail des juges de plus en plus vain : l intransigeance des Alliés, qui allait déboucher sur l humiliant traité de Sèvres, le 10 août 1920, et le mouvement de résistance impulsé depuis l Anatolie par Mustafa Kemal. Le traité imposé à l Empire ottoman comporte plusieurs articles consacrés à la mise en place d une «juridiction internationale». Les responsables ottomans s y engagent à «livrer aux puissances alliées les personnes réclamées par celles-ci comme responsables des massacres», de même qu est prévu le rattachement à l Arménie des six provinces d Anatolie orientale. Le mouvement de reconquête parti d Ankara aura raison de l une comme de l autre de ces dispositions. Au terme du traité de Lausanne, conclu le 24 juillet 1923, l Anatolie entière est reconquise. Il n est plus question de justice pour les Arméniens. L heure est à l effacement des traces du crime. Le sursaut kémaliste est passé par là, et les priorités ont changé. Un pays menacé de disparition a d autres préoccupations que la justice. Kemal, qui lui-même avait été proche des Jeunes-Turcs au début du siècle, n a eu aucun état d âme à enrôler dans sa lutte de nombreux responsables du CUP compromis. Alors qu il avait luimême qualifié d «acte honteux» le massacre des Arméniens, au sortir de la guerre, il organise bientôt l amnésie nationale. Le philosophe français Ernest Renan ( ) n affirmait-il pas que «l oubli et même l erreur historique sont Ankara est contrainte d adopter une position chaque jour plus subtile un facteur essentiel de la création d une nation»? La Turquie nouvelle se construit sur la négation du crime de L interprétation officielle de l histoire millénaire du peuple turc est fixée par le Nutuk, un discours fleuve de trente-six heures et demie prononcé par Kemal en Son bras armé est la Société d histoire turque, créée en Toute contestation de la vérité officielle est sévèrement punie par la loi. Jusqu aux années 1970, la position d Ankara est de nier en bloc les déportations et les massacres. La logique de guerre froide et la faiblesse des revendications arméniennes facilitent le statu quo. Mais la montée des revendications mémorielles exprimées par la diaspora et leur écho mondial forcent l Etat turc à imaginer une riposte : à partir du début des années 1980, le discours change. Ankara assure que les massacres ont eu lieu des deux côtés, dans un contexte de guerre civile. Le caractère génocidaire des tueries est nié, et l Etat turc tente même de faire passer les revendications arméniennes pour un moyen de relativiser la Shoah La multiplication des reconnaissances officielles du génocide hors de Turquie contraint Ankara à adopter une position chaque jour plus subtile, cherchant à transformer l exigence de justice arménienne en controverse scientifique. Les appels à la constitution de comités d historiens internationaux ou les «condoléances» exprimées aux victimes arméniennes en 2014 par Recep Tayyip Erdogan, alors premier ministre, ne doivent pas être compris comme une nouvelle étape vers la reconnaissance des crimes de , mais plutôt comme des manœuvres tactiques. Un siècle plus tard, il reste impossible pour Ankara de renoncer à un déni qui est le socle de la Turquie moderne. p jérôme gautheret

6 6 génocide des arméniens JEUDI 23 AVRIL 2015 Istanbul ou le silence du génocide Dans la ville des rives du Bosphore, où vit la majorité des Arméniens de Turquie, règne un climat d oubli. Mais quelques initiatives de la société civile font doucement bouger les lignes, et la mémoire reprend peu à peu ses droits istanbul - correspondante «En 2014, Recep Tayyip Erdogan nous a adressé un message de condoléances. Cela est sans précédent» zacharia mildanoglu journaliste à l hebdomadaire «Agos» AOsmanbey, non loin de la place Taksim, au cœur de la partie européenne d Istanbul, une bannière flotte au vent, repérable dès la sortie du métro. «Joyeuses Pâques à tous nos concitoyens chrétiens!», est-il écrit en turc, en grec, en arménien, en kurde et en arabe sur la bande de plastique tendue au-dessus de l avenue Ergenekon, toujours embouteillée. Le message est celui du Parti démocratique du peuple (HDP, prokurde). Soucieux d élargir sa base électorale à la veille des législatives du 7 juin, le HDP courtise les minorités susceptibles d être déçues par l opposition kémaliste. Traditionnellement, le quartier vote pour le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), la formation créée en 1923 par Mustafa Kemal Atatürk. Avec ses ateliers de confection en sous-sol, ses cantines, ses petits hôtels, ses travestis en goguette une fois la nuit tombée, Osmanbey est un quartier populaire dont rien ne laisse entrevoir qu il est le domaine des Arméniens, loin devant Kadiköy, Besiktas, Bakirköy et même Samatya, où se trouve le siège du patriarcat. Entre 1,2 et 2 millions d Arméniens vivaient dispersés dans l Empire ottoman en 1912, ils ne sont plus que aujourd hui, majoritairement concentrés dans la ville des bords du Bosphore. A Osmanbey, la présence arménienne reste discrète. Selim, la cinquantaine, Arménien de confession orthodoxe, aime la vie paisible du quartier telle qu il la voit depuis son échoppe de vendeur de fruits et légumes. «Je n ai aucun problème avec personne», assure-t-il entre deux clientes. L épicier en face est un Kurde, le tailleur à côté est de confession alévie (une branche de l islam), l électricien un peu plus loin est sunnite. Les relations sont cordiales, rythmées par les invitations à boire des petits verres de thé brûlant. Sans oublier les montées et descentes de paniers que les ménagères, installées dans les étages, font passer avec la liste des courses par une ficelle attachée au balcon. Ouverts de l aube jusqu à minuit passé, l épicier et le vendeur de primeurs sont attentifs au moindre désir de la clientèle. Les paniers remontent avec les commissions et la note, puis redescendent avec l argent : le va-et-vient est incessant. Selim n attend rien des commémorations du génocide des Arméniens prévues le 24 avril à Erevan, en Arménie, et aussi place Taksim, à Istanbul, où les représentants d ONG turques et de la diaspora se rassembleront le même jour. Il sait que la réconciliation prendra du temps. Difficile de se défaire des fantômes du passé, encore plus pour les gens de sa génération : «Tout petit, on me répétait que les Turcs étaient cruels.» Il évoque «un climat de méfiance, pas dans la vie de tous les jours mais par rapport à la citoyenneté». «Je me demande parfois si je suis vraiment un citoyen à part entière. Je vote, je paie mes impôts, mais je sais aussi que mon neveu ne pourra jamais devenir officier dans l armée ou chef de la police», confie-t-il avant de tirer le rideau de fer de sa boutique. Comme beaucoup de chrétiens, Selim a deux prénoms, turc pour un large public, arménien Sarkis dans le privé, «c est une facilité et une sécurité». La mémoire des pogroms des 6 et 7 septembre 1955, dirigés contre la minorité grecque d Istanbul, est encore vivace. La publication d un photomontage à la «une» du quotidien Istanbul Express dont le rédacteur en chef était Göksin Sipahioglu, futur fondateur de l agence Sipa suffit à mettre le feu aux poudres. La photo, truquée, représentait la maison natale d Atatürk à Thessalonique (Grèce) en train d être incendiée par des Grecs. Sur fond de tensions à Chypre, la colère monta. Istanbul Express tira ce jour-là à exemplaires au lieu de habituellement. «Les Arméniens ne furent pas épargnés les 6 et 7 septembre 1955», rappelle Zacharia Mildanoglu, 65 ans. Partisan du rapprochement, il écrit pour l hebdomadaire Agos («Le Sillon», en arménien), dont le rédacteur en chef, Hrant Dink, a été assassiné par un jeune nationaliste le 19 janvier La mort du journaliste, abattu de plusieurs balles dans le dos cet après-midi-là, mit la société civile en état de choc. Désormais, chaque 19 janvier, des dizaines de milliers de manifestants font le trajet de la place Taksim jusqu à la rédaction d Agos, avenue Halaskargazi. Une plaque a été scellée dans le pavé du trottoir, à l endroit précis où Hrant Dink s est écroulé. Les lettres de cuivre scintillent au soleil, rare accroc mémoriel dans un tissu urbain marqué par l amnésie. Qui se souvient aujourd hui du fait qu un vaste cimetière arménien occupait jadis tout l espace, de Taksim jusqu au musée militaire? Qui peut savoir que la présence arménienne dans le quartier date du XVI e siècle, quand Soliman le Magnifique offrit la place Taksim (le mot veut dire «partage») en cadeau à son cuisinier arménien, Manouk Karaseferian? «Le grand carnage» (Meds Yeghern en arménien) selon l expression consacrée pour éviter l emploi du terme «génocide» a débuté le 24 avril 1915 à Istanbul (alors Constantinople) par l arrestation de 250 intellectuels arméniens, incarcérés puis déportés vers l est, via la gare de Haydarpacha, sur la rive asiatique de la ville. Très peu en sont revenus. Cent ans ont passé, et l ancienne prison, située à deux pas de la Mosquée bleue, dans le quartier touristique de Sultanahmet, a fait peau neuve. Elle est devenue le Musée des arts turcs et islamiques, un bâtiment restauré de pied en cap, sans mention aucune de ce qui s y passa en L oubli prévaut aussi à Osmanbey. Pourtant, des dizaines d intellectuels arméniens y furent interpellés le 24 avril, notamment rue Papa- Roncalli nom de famille du pape Jean XXIII, où la rédaction d Agos vient juste de déménager. «A Istanbul, il y eut des arrestations et des déportations, mais pas de massacres, la ville étant sous les yeux des Occidentaux», explique Zacharia Mildanoglu. Les tueries, les pillages se produisirent dans l est et le sud du pays, avec les cohortes de femmes, de vieillards et d enfants chassés vers le désert mésopotamien. Le père de Zacharia avait 9 ans quand sa famille fut massacrée à Yozgat (Anatolie). Il dut son salut à un missionnaire qui l évacua vers Kayseri, à 150 km de là. «Jusqu à un âge avancé, il se souvenait de tout et le racontait», dit M. Mildanoglu. Dans le quartier, la plupart des noms de rue font écho au nationalisme turc : Ergenekon (le berceau mythique originel des Turcs), Türkbey, Bozkurt («loup gris», symbole des ultranationalistes), Savas («guerre») et même Talat Pasa (Talaat Pacha), en référence à l un des artisans du génocide des Arméniens. L ancienne rue grecque Tatavla a été rebaptisée Kurtulus («libération»). «Nous avons proposé à la municipalité de rebaptiser l avenue Ergenekon en Hrant Dink, sans succès», rapporte Zacharia Mildanoglu. Il veut croire qu une page a quand même été tournée grâce à l attitude pragmatique adoptée par l actuel gouvernement islamo-conservateur. «Des églises ont été restaurées, des terrains ont été restitués et, en 2014, Recep Tayyip Erdogan nous a adressé un message de condoléances. Tout cela est sans précédent.» Tout près de là, dans la rue Teyyareci Fehmi, la galerie Birzamanlar raconte l histoire de la communauté arménienne à travers une collection de vieilles cartes postales. Les clichés, datés du début du XX e siècle, montrent des entrepreneurs prospères dans leurs ateliers, des églises et des écoles, les pompiers de la rive européenne de Constantinople, dont le matériel est frappé à l effigie de la Vierge Marie. Des images montrent l accueil enthousiaste qui fut réservé au rétablissement de la Constitution ottomane, en 1908, quand Arméniens, Turcs, Grecs, Juifs défilèrent bras dessus, bras dessous dans les rues d Istanbul, à la gloire du parlementarisme. Un an plus tard, au moins Arméniens allaient être massacrés à Adana (Sud). Osman Köker, la soixantaine, éditeur et fondateur de la galerie, se décrit comme «un archéologue» qui exhume les vestiges du passé. En 2005, sa première exposition de cartes postales a vu passer « visiteurs en onze jours». Si les lignes ont bougé, «c est grâce à la société civile. Des militants courageux ont pris des risques, les représentants de l Etat ont pris acte, c est tout». Malgré la volonté d effacer cette mémoire, «elle a fini par reprendre ses droits», se réjouit l éditeur. Son refus du négationnisme et du nationalisme l a poussé «à s engager». Gökhan Diler, la trentaine, journaliste à Agos, salue les étapes franchies ces quinze dernières années. Désormais, la question arménienne fait débat, les chercheurs ne sont plus systématiquement pénalisés dès lors qu ils l abordent, la mémoire refait surface. Avec une inquiétude toutefois : «Ce gouvernement a l air de se préoccuper d avantage du sort des minorités que les précédents, mais, en réalité, il ne les considère pas comme des citoyens à part entière. Les Arméniens et d autres encore, tels les alévis [10 % de la population], n ont toujours pas de statut légal.» L espoir repose sur les jeunes générations, «plus intéressées», selon Gökhan Diler, à faire la lumière sur ce qui s est passé. p marie jégo Le martyre sans fin des Assyriens du Khabour Chassé de Turquie en 1915, ce peuple chrétien fuit aujourd hui le nord-est de la Syrie face aux exactions de l Etat islamique vallée du khabour (syrie) - envoyé spécial Bien que son église tienne encore debout, Oum Keif, comme les trente-quatre autres localités assyriennes de la vallée du Khabour, dans le nord-est de la Syrie, n a plus rien d un village et tout d une position militaire. C est sur cette enclave chrétienne adossée aux territoires kurdes que les combattants djihadistes de l Etat islamique (EI) ont lancé en février leur dernière offensive dans la région, occupant plusieurs villages et prenant en otage leurs habitants. Emportés une nouvelle fois dans une guerre décidée par d autres, les Assyriens, communauté chrétienne originaire de Mésopotamie, ont dû évacuer la petite colonie du Khabour, octroyée à leurs ancêtres au terme des vingt années de combats, d errance et de massacres qui ont suivi leur éviction définitive de leur patrie des hautes montagnes du Hakkari (sudest de l actuelle Turquie) par l Etat ottoman, il y a un siècle. Refusant la fatalité d un nouvel exode, d autres ont pris les armes aux côtés des combattants kurdes, comme Yosep, 24 ans (le nom a été modifié) : «Nous avons été chassés de Turquie, d Iran, puis d Irak. Nous devons combattre pour ne pas perdre le Khabour.» Sur son gilet de combat, il a accroché une balle de kalachnikov qu il a prévu de se loger dans le crâne s il se trouvait acculé par l ennemi. Comme beaucoup de ses camarades, il porte l antique couteau légèrement recourbé des guerriers du Hakkari, souvenir d un premier exil. Yosep et les siens voudraient rendre à cet objet, aujourd hui utilisé dans les danses traditionnelles assyriennes, sa vocation première : «Mon arrière-grandpère l avait quand il est arrivé ici, c est à mon tour de m en servir.» En ce printemps 2015, sur les bords du sillon fangeux qui signale l ancien cours de la rivière Khabour, les montagnes du Hakkari paraissent lointaines, perdues dans les brumes du mythe originel. C est pourtant là-bas, aux confins des Empires ottoman et perse, que sont nés les ancêtres de Yosep, dans un monde violent où les clans chrétiens et kurdes s alliaient et se combattaient au mépris de leur appartenance confessionnelle, n obéissant qu aux lois de la force et de l honneur et aux rythmes des transhumances et des hivernages. Sur un même territoire gouvernaient alors l émir kurde et le patriarche de l Eglise syrienne orientale, chef spirituel et temporel des chrétiens montagnards. Mar Simon Benjamin occupait ce poste en Désireux de s opposer à Constantinople, qui, entrée en guerre aux côtés des Empires germanique et austro-hongrois, s était lancée dans une campagne génocidaire contre les chrétiens de l Empire, le patriarche entraîne en mai 1915 les tribus chrétiennes dans une alliance avec la Russie. En réaction, les Ottomans et leurs alliés kurdes écrasent les insurgés et, malgré leur résistance tenace, dévastent leurs terres, les poussant sur le chemin d un exode qui se poursuit un siècle plus tard. Les Assyriens fuient le Hakkari à travers les montagnes pour rejoindre la ville perse d Ouroumieh, d abord sous contrôle russe, puis, après la révolution bolchevique de 1917, britannique. A son tour, Londres leur promet l indépendance Refusant la fatalité d un nouvel exode, certains ont pris les armes aux côtés des Kurdes pour qu ils participent à la guerre. Contraints de fuir devant l avancée ottomane vers la Mésopotamie anglaise (l actuel Irak), ils seront les oubliés des traités de paix qui décideront de l avenir des anciens territoires ottomans. En Irak, les Britanniques recrutent des réfugiés assyriens dans leurs troupes supplétives, les levies, avant de les abandonner à leur sort au moment où l Irak chemine vers son indépendance (acquise en 1932). Dans un geste punitif criminel et fondateur du nationalisme irakien, plusieurs milliers d Assyriens sont assassinés en août 1933 au nord du pays par l armée irakienne et les tribus kurdes. D autres tentent de traverser le Tigre pour se réfugier en haute Djezireh syrienne sous protectorat français. Abandonnés par toutes les puissances qui ont jugé bon de les utiliser au gré des circonstances et privés de toute perspective de retour au Hakkari par la Turquie de Mustafa Kemal ( ), les Assyriens sont pris en main par la Société des nations (SDN), qui envisage de les expédier en Guyane ou au Niger avant de juger plus raisonnable, en 1935, de les installer sur les rives du Khabour, dans cette Djezireh déserte que d autres réprouvés chrétiens et kurdes de l Empire ottoman viennent coloniser sous le patronage de la France. Les Assyriens, pasteurs seminomades et montagnards, sont invités à cultiver la plaine. «Nous étions prospères, mais nous ne pouvions vivre pour toujours sur des terres où on ne voulait pas de nous», raconte Yakob, un responsable politique local en parcourant les rues désertes de Tel Tamar, ancien chef-lieu de la colonie. Après l indépendance syrienne, en 1946, les écoliers assyriens sont punis s ils parlent leur langue, et leurs parents sont fortement incités à donner des noms arabes à leurs enfants. La communauté est victime de vols et autres exactions commis par le voisinage et parfois couverts par les autorités, tandis que la rivière se tarit jusqu à son assèchement complet en Les ponctions des populations arabes installées en amont par Damas et, au-delà, des installations hydrauliques turques ont transformé le Khabour, unique ressource de la région, en un chapelet de cloaques boueux. «On nous a tués à petit feu, conclut Yakob, l exil des gens du Khabour avait déjà commencé avant l arrivée de Daech. Ceux qui restent sont les tout derniers.» Saint-Georges, avec sa lance, peint sur les murs de plusieurs maisons abandonnées où de rares habitants viennent récupérer leurs biens dans le fracas intermittent des tirs qui s échangent au loin, paraît bien impuissant. La plupart des habitants ont pris le chemin de Kamechliyé, tout proche de la frontière turque, dont l aéroport contrôlé par le régime assure une liaison avec Damas, d où l on peut rejoindre Beyrouth en attendant de s envoler définitivement pour l Occident. Selam Keko, 65 ans, est l un de ces réfugiés. En attendant de partir, il occupe avec son épouse un appartement dont les occupants précédents ont déjà émigré. Un purgatoire avant l exil baigné dans la lumière grise d un néon. Il sourit légèrement en regardant une photographie ancienne montrant l installation de son grand-père sur les rives du Khabour en compagnie d un fonctionnaire français. Il l a emportée en quittant sa maison pour la dernière fois. «J ai toujours su que je ne mourrai pas dans mon village. Le Khabour est maintenant derrière nous», dit-il dans un souffle où se mêlent la déchirure du départ et un soupçon de soulagement. p allan kaval

7 JEUDI 23 AVRIL 2015 génocide des arméniens 7 Arméniens de Turquie «Même si nous sommes éparpillés pendant cent ans à travers le monde, l Arménie reste notre terre pour l éternité. Les maisons bâties par mes grands-parents sont toujours là, comme les arbres que nous avons plantés, les sillons dans les collines» La photographe Scout Tufankjian a 37 ans. Elle est née aux Etats-Unis et a documenté la diaspora arménienne dans vingt pays, avant de se rendre, en 2012, sur la «terre ancienne», comme l appelait sa grand-mère. Ruines des villages dévastés, plaines traversées par des milliers d Arméniens en fuite, églises rebâties, traditions retrouvées, Scout Tufankjian collecte les empreintes de l identité arménienne. Une partie de son travail est en ligne (Scouttufankjian.com) et elle vient de publier ses reportages sur le souvenir commun d un peuple disséminé dans le livre There Is Only the Earth. Images From the Armenian Diaspora Project (Melcher Media, 224 p., 28 $). Les monts Taurus près de Saimbeyli (Turquie). Avant 1915, la ville s appelait Hadjin et abritait une communauté de Arméniens. Moins de personnes y vivent aujourd hui. PHOTOS : SCOUT TUFANKJIAN/POLARIS IMAGES K Dans un café de Vakifli, le dernier village arménien de Turquie, près de la frontière syrienne. Au mur, un portrait de Mustafa Kemal Atatürk. K K Célébration du Vartavar, un rite de purification, sur l île de Kinaliada, à Istanbul. De nombreux Arméniens séjournent encore dans ce lieu de villégiature traditionnel de la communauté. Messe du dimanche de Pâques, en 2014 dans l église arménienne Saint Giragos, dévastée pendant le génocide et récemment restaurée, à Diyarbakir, en Turquie. SCOUT TUFANKJIAN/POLARIS IMAGES

8 8 génocide des arméniens JEUDI 23 AVRIL 2015 Chronologie Des touristes turcs devant l île d Akdamar (est), ancien centre religieux arménien, dont les moines furent massacrés en SCOUT TUFANKJIAN/ POLARIS IMAGES Guerre russo-turque, défaite de l Empire ottoman. Les traités de San Stefano (mars 1878) et de Berlin (juillet 1878) entérinent la perte de la majeure partie des Balkans et mentionnent la mise en place de réformes dans les provinces orientales de l empire. Début de la «question arménienne» Les massacres d Arméniens en Anatolie et à Constantinople font à morts Juillet Révolution jeune-turque, rétablissement de la Constitution ottomane et arrivée au pouvoir du Comité union et progrès (CUP) Mars-avril Le CUP massacre des Arméniens à Adana (sud) : entre et morts. «Pour les Turcs, reconnaître le génocide est une trahison» Selon l historien Edhem Eldem, le négationnisme d Etat peut s appuyer sur un siècle d endoctrinement nationaliste, même si la société commence à s émanciper de l histoire officielle Edhem Eldem enseigne l histoire à l université de Bogazici, à Istanbul. Spécialiste de l histoire économiste et sociale de l Empire ottoman au XIX e siècle, il a étudié les massacres d Arméniens à Istanbul en 1896 et a été membre du comité d organisation de la conférence organisée en 2005 à Istanbul sur le sort des Arméniens de l Empire ottoman. Que signifie commémorer aujourd hui en Turquie le centenaire du génocide des Arméniens? Pour ceux qui le font ils sont fort peu nombreux, il s agit d un devoir de mémoire, d un engagement moral et parfois d un défi politique. Pour la grande majorité de la population, la question ne se pose même pas puisque le génocide est nié. Le reconnaître et le commémorer équivalent par conséquent à une forme de trahison ou, au mieux, à des errements causés par un endoctrinement étranger. Il faut cependant signaler que la commémoration est désormais possible, alors qu elle était impensable il y a à peine une décennie. Sur le temps long de l histoire de l Empire ottoman, quelle est la particularité de la relation entre Turcs et Arméniens? Je ne suis pas sûr qu on puisse vraiment parler de Turcs dans un contexte ottoman. C est une appellation occidentale qui est reprise par le récit national et nationaliste turc qui s évertue à «turquifier» le passé ottoman. Cela étant dit, il est vrai que les Arméniens et les musulmans turcophones de l empire avaient des liens de proximité et de familiarité, telle la langue turque, très usitée par les Arméniens. Commun aussi aux «Turcs» et aux Arméniens, un profond ancrage dans le territoire anatolien où bon nombre d Arméniens sont de simples paysans. Même à Istanbul, le profil de l Arménien moyen se rapproche beaucoup de celui des musulmans. L élite ottomane se plaisait à appeler les Arméniens millet-i sadıka, la «nation fidèle». Venimeux et cynique compliment qui résume la dimension tragique du sort des Arméniens ottomans. Une population dont l écrasante majorité ne voulait pas concevoir son avenir hors de l empire, mais qui finit par être accusée de tous les maux d un système en déliquescence. Les Lumières ont-elles joué un rôle d accélérateur des tensions? Disons plutôt qu une certaine forme de modernité, dérivée des transformations politiques et idéologiques de l Europe, a fortement influencé l Etat et la société ottomans au XIX e siècle, notamment à travers l occidentalisation du système. L impact de cette modernité a été ambivalent. D une part, un aspect positif : une forme de rationalisation de la politique, une plus grande intégration avec le monde extérieur, une émancipation progressive de la société et notamment des non-musulmans. D autre part, le revers de la médaille : l écart se creuse entre les «modernes» et les autres, entre l élite et les laissés-pour-compte. Dans le cas des Arméniens, mais aussi des autres communautés non musulmanes, cette ambivalence est assez visible. Les réformes créent un système qui, sans être constitutionnel ou parlementaire, s ouvre à un certain degré de participation et de représentation au profit des non-musulmans. Mais le système bloque sur la notion d égalité entre musulmans et nonmusulmans. Le principe de base est l équité, qui permet de traiter les autres avec justice sans pour autant les considérer comme des égaux. C est hélas encore ainsi que fonctionne aujourd hui la société turque. Cela explique que, bien qu aucun texte ne l interdise, il est pratiquement impossible à un non-musulman d accéder à un poste dans l armée ou dans la fonction publique en dehors des secteurs «secondaires», comme l université. Au XIX e siècle, l élite et les classes moyennes arméniennes se développent rapidement, mais, si ce développement se traduit par des acquis sociaux, culturels et économiques, les droits politiques ne suivent pas au même train et il en découle des frustrations et des tensions importantes. Celles-ci, combinées avec la montée du nationalisme et la faillite de l empire, ont fini par créer un mélange explosif. L Europe en général et la France en particulier ont exprimé, dès le XIX e siècle, leur sympathie envers les Arméniens mais aussi leur soutien à l intégrité de l Empire ottoman. Pouvait-on concilier ces deux positions? Il suffit d observer l Europe et le Moyen-Orient aujourd hui pour voir à quel point la realpolitik et les politiques humanitaires peuvent se retrouver en porte-à-faux. Les Arméniens ottomans ne bénéficiaient d aucun véritable soutien international au-delà de quelques vœux pieux de réforme prononcés après le congrès de Berlin de 1878 et d une vague de compassion après que les massacres eurent pris de l ampleur dans les années Considérez-vous que les origines du génocide de 1915 remontent au XIX e siècle avec les massacres de ? Les massacres du règne d Abdülhamid II [sultan de 1876 à 1909] constituent un tournant décisif. Il s agit du passage des massacres «à l ancienne» localisés, sporadiques aux massacres «modernes», provoqués, organisés, et de toute évidence commandités par le souverain. Sous Abdülhamid II, le massacre devient l instrument d un terrorisme d Etat dirigé contre toute une communauté. Dès lors, il paraît impossible de ne pas faire un lien entre le caractère particulièrement systématique de cette vague de violence et la politique d annihilation et de destruction que mettront en place les Jeunes-Turcs. Vous avez été l un des artisans de la première conférence sur le génocide des Arméniens organisée sur le sol turc en Le négationnisme d Etat est-il indéboulonnable en Turquie? Le négationnisme est renforcé par près d un siècle d endoctrinement. Au moins trois générations ont grandi dans une sorte de vase clos, nourries d un discours combinant déni et victimisation. Ce «gel» de l Histoire rend la confrontation d autant plus pénible aujourd hui dans un pays où le nationalisme fait partie de la culture de masse. Un gouvernement osant aller dans ce sens serait assuré d une perte massive de voix [aux élections]. Pourtant, les choses ont bougé, notamment sous le gouvernement actuel. Un seuil a été franchi après la conférence de 2005 : il est désormais possible de parler et de publier à ce sujet, et le discours officiel s est transformé pour inclure un brin d empathie et reconnaître la souffrance de l autre. Rappelons aussi que certains acteurs politiques, notamment kurdes, parlent ouvertement de reconnaissance du génocide. Cette historiographie marginale que vous incarnez, à propos de 1915, va-t-elle prendre le pas sur le discours négationniste officiel? Le problème est beaucoup plus vaste et profond. L exploitation et la manipulation de l Histoire à des fins politiques sont à la base de l idéologie et de la politique turques depuis environ un siècle. Du point de vue de l historien, le négationnisme officiel rejoint d une part le mythe kémaliste des années 1930 de «nos ancêtres les Hittites», qui voulait que toutes les populations anatoliennes fussent turques, et, d autre part, les fantaisies néo-ottomanistes du gouvernement actuel, qui prétendent établir une continuité nationale entre le passé ottoman et le présent. C est ce qui m a fait écrire récemment qu il fallait «sauver l histoire ottomane des Turcs». Même si je reconnais de très sérieux progrès pendant ces deux dernières décennies, il me semble que, tant que l histoire restera otage de la politique et du populisme, la «bonne» histoire aura beaucoup de mal à sortir de cette marginalité. Le véritable défi est de faire de «l histoire solide» qui puisse se prêter à une vulgarisation intelligente sur ce sujet. Nous n y sommes pas encore, mais ce que j observe au sein d une jeune génération de chercheurs me donne de l espoir. Croyez-vous qu un jour la Turquie reconnaîtra le génocide des Arméniens? Ma réponse précédente traduit mon ambivalence à ce sujet. p propos recueillis par gaïdz minassian août Décret de mobilisation générale dans l Empire ottoman. Création de l Organisation spéciale, bras armé du CUP. Trois mois plus tard, le 2 novembre, l Empire ottoman entre en guerre aux côtés de la Triple Alliance. Fin décembre janvier 1915 Défaite ottomane à Sarikamich (nord-est). La III e armée d Enver Pacha est défaite, 80 % des soldats turcs sont tués février Enver Pacha signe un décret ordonnant le désarmement des soldats arméniens de la III e armée. Mars Réunions secrètes du CUP portant sur l élimination des Arméniens de l Empire ottoman. 24 avril Début de l arrestation et de l élimination de milliers d intellectuels arméniens à Constantinople et dans les autres villes de l empire. Avril-octobre Première phase du génocide : les Arméniens des six provinces orientales (Arménie historique) ainsi que de Cilicie et de Cappadoce sont déportés vers la Syrie et la Mésopotamie. 24 mai Déclaration commune de la Triple Entente (Russie, France, Grande-Bretagne) qui rappelle la pleine responsabilité de Constantinople dans ce «crime contre l humanité et la civilisation» Février-décembre Deuxième phase du génocide : les Arméniens détenus dans des camps en Syrie et Mésopotamie sont exterminés mai Proclamation de la République d Arménie. 30 octobre Signature de l armistice de Moudros (île de Lemnos, mer Egée) entre les Alliés et l Empire ottoman vaincu janvier Formation d une cour martiale extraordinaire pour juger les responsables des massacres des Arméniens. Le 5 juillet, les dirigeants du CUP Mehmet Talaat, Ismaïl Enver, Ahmed Djemal et le docteur Mehmet Nazim sont condamnés à mort par contumace août Signature du traité de Sèvres entre les Alliés et l Empire ottoman. Les six provinces orientales sont intégrées, sur le papier, à la République d Arménie L Arménie est intégrée à l URSS mars Assassinat à Berlin de l ancien grand vizir Talaat Pacha par le militant arménien Soghomon Tehlirian. Début de l opération «Némésis» visant à exécuter les responsables du génocide juillet Le traité de Lausanne annule les dispositions du traité de Sèvres et entérine la reprise de toute l Anatolie par la Turquie.

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

LE 24 MAI 2015 Centenaire de la Reconnaissance du Génocide des Arméniens. Le programme génocidaire des Jeunes-Turcs

LE 24 MAI 2015 Centenaire de la Reconnaissance du Génocide des Arméniens. Le programme génocidaire des Jeunes-Turcs LE 24 MAI 2015 Centenaire de la Reconnaissance du Génocide des Arméniens Le programme génocidaire des Jeunes-Turcs Le 8ème Congrès du parti dashnak en Juillet 1914 se tient à Erzeroum. Le congrès fait

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.»

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» «Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» Les Turcs, les Persans et autres Arabes musulmans (...) Extrait de lettre de lecteur au journal Le Monde À cette idée reçue, il faut opposer d emblée

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

Le 24 avril 1915, à Constantinople, capitale de l Empire ottoman, débutait le

Le 24 avril 1915, à Constantinople, capitale de l Empire ottoman, débutait le LE CENTENAIRE DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS OTTOMANS. Vincent Duclert* *Historien, chercheur à l École des hautes études en sciences sociales (Centre d études sociologiques et politiques Raymond-Aron), est

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : GUERRES MONDIALES ET RÉGIMES TOTALITAIRES CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) Pourquoi dit-on de la Première Guerre mondiale

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

UN CRIME IMPRESCRIPTIBLE OUBLIÉ

UN CRIME IMPRESCRIPTIBLE OUBLIÉ UN CRIME IMPRESCRIPTIBLE OUBLIÉ De l'arménie, on pourrait parler d'une culture vieille de trois millénaires, d'un royaume qui s'est étendu jusqu'aux rives de la mer Noire, de la Méditerranée et de la Caspienne,

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA !! BURUNDI ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA Bob Rugurika est le directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), la radio indépendante la plus populaire au Burundi. Lors de son passage à Genève en ce mois de

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 Table des matières Préface de Victor Karady... 7 Introduction... 17 Chapitre i La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 La «seconde patrie du monde instruit»... 34 Un marché universitaire

Plus en détail

IBUKA. Mémoire et Justice. Section suisse STATUTS

IBUKA. Mémoire et Justice. Section suisse STATUTS IBUKA Mémoire et Justice Section suisse STATUTS Fait à Lausanne, le 09 octobre 2010 Préambule Pendant la période coloniale et plus particulièrement vers la fin des années 50, une idéologie ethnique fut

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan OCCIDENT LAROUSSE. Ensemble des peuples habitant les pays de l'europe de l'ouest ; civilisation des peuples qui habitent ces pays (avec majuscule). Ensemble des États du pacte de l'atlantique Nord. Page

Plus en détail

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946 Cinq ans après avoir obtenu son indépendance des Forces françaises libres, en 1941, la Syrie se soustrait de la tutelle française. Ses dirigeants proclament l'indépendance le 17 avril 1946 alors que les

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Centre aéré (ancien moulin de Lavray)

Centre aéré (ancien moulin de Lavray) Centre aéré (ancien moulin de Lavray) ancien chemin de Saint-Jorioz à Saint-Eustache Lavray Saint-Eustache Dossier IA74001642 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants).

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). J utilise avec les élèves le manuel CE2 Histoire Géographie édité par Les ateliers Hachette (j adore cette collection). Les illustrations ci

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Alexandrie, métropole égyptienne

Alexandrie, métropole égyptienne Alexandrie, métropole égyptienne (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT) A la fin du XVIIIe siècle, lorsque Napoléon Bonaparte découvre la mythique cité antique fondée par Alexandre le Grand,

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs, Traduction Discours de Monsieur Joachim Gauck, président de la République fédérale d Allemagne, au Conseil des droits de l homme des Nations Unies le 25 février 2013 à Genève Madame la Haut-Commissaire,

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

Une brève histoire de la question arménienne

Une brève histoire de la question arménienne Une brève histoire de la question arménienne Extrait du livre Le Golgotha de l Arménie Mineure de J. Guréghian, éd. l Harmattan, 1999 Par deux fois, Dieu choisit comme Paradis terrestre... l'arménie! "

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel»

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Introduction : Au début des années 90, la Guerre Froide se termine avec l éclatement de l URSS. Un monde unipolaire, dominé par les États-Unis, accouche d un

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS «Charbonnier est maître chez soi. Nous traiterons comme nous l'entendons nos

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse La Nouvelle Controverse Pour sortir de l impasse controverse_001-176.indd 3 06/01/14 11:23 «La voie prise depuis deux siècles ne peut que conduire à une impasse tragique». Hans Jonas Le Principe Responsabilité.

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

TURQUIE SITUATION POLITIQUE ET ECONOMIQUE

TURQUIE SITUATION POLITIQUE ET ECONOMIQUE TURQUIE SITUATION POLITIQUE ET ECONOMIQUE Turquie France Superficie 783 562 550 000 km² Population 74 millions 65 millions d habitants PIB par habitant (source Banque Mondiale et FMI) 10 100 dollars (2010)

Plus en détail

LE CONTENU DU JEU : LA NOTATION :

LE CONTENU DU JEU : LA NOTATION : Dames Classiques Les jeux de pions et de plateau datent de la plus haute antiquité et furent trouvés notamment, dans des tombes en Egypte. Il semble donc logique de voir le jeu de dames comme un de leur

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie Manifestations-loisirs / Carnet de route Patagonie / extraits Page 1 / 7 Contenu : Patagonie ARGENTINE Glacier Perito Moreno / El Chalten Fitz Roy et Corre Torre Rédaction : Alain Krummenacher / entrepreneur

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton»

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton» Le scandale de «premier pocheton» La polémique enfle depuis le 1er mars, après la mise en ligne d une vidéo de rap aux paroles ultraviolentes et sexistes, où une dizaine de jeunes mineurs de Sarcelles

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT A LA LUMIERE DU PRINTEMPS ARABE Paloma Haschke* Le rôle «révolutionnaire» joué par les médias sociaux dans les événements du Printemps arabe semble évident. Ce phénomène

Plus en détail

Les symboles français

Les symboles français Fiche Pédagogique Les symboles français Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3-4 Fiche professeur.5-6 Transcription.7 Sources. 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR,

Plus en détail

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU NOTE n 7 - Fondation Jean- / 2014 année - 28 février 2014 - page 1 Benoît Kermoal* * Doctorant à l EHESS, enseignant en histoire au lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie Dans l Humanité du 7 mars 1914,

Plus en détail

Carnets d Orient POINTS FORTS. La série C

Carnets d Orient POINTS FORTS. La série C Carnets d Orient La série C arnets d Orient de Jacques Ferrandez est un ensemble d albums huit sont parus, deux sont encore à venir qui ont pour thème la présence française en Algérie, de la conquête à

Plus en détail

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008 DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE Varsovie Mercredi 28 mai 2008 Monsieur le Maréchal de la Diète, Monsieur le Maréchal du Sénat, Mesdames et Messieurs les Députés et

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

CONFERENCE DE L IEIM, UQAM 26 NOVEMBRE 2009. Obama l européen

CONFERENCE DE L IEIM, UQAM 26 NOVEMBRE 2009. Obama l européen CONFERENCE DE L IEIM, UQAM 26 NOVEMBRE 2009 Obama l européen Par Barthélémy Courmont Professeur invité à l Université du Québec à Montréal (UQAM), titulaire par intérim de la Chaire Raoul-Dandurand en

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style Séance 1 - Classe de 1 ère Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style I) Rappel définition d une figure de style A) Définition d une figure de style. - Le langage

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE. Le CICR dans la Première Guerre mondiale

L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE. Le CICR dans la Première Guerre mondiale L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE Le CICR dans la Première Guerre mondiale Août 1914. Le monde entre en guerre et, durant 52 mois, brutalité, violence et souffrances déchirent l humanité.

Plus en détail

Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium

Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium The President Barack OBAMA The White House 1600 Pennsylvania Avenue NW Washington, DC 20500 Etats Unis - USA Monsieur le Président, Je vous écris en tant qu

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION FRANÇAIS LANGUE SECONDE IMMERSION 12 EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION Comment le café est-il devenu une boisson très populaire? Petite histoire

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

RÉSEAUX SOCIAUX : UN DANGER POUR L IRAN?

RÉSEAUX SOCIAUX : UN DANGER POUR L IRAN? RÉSEAUX SOCIAUX : UN DANGER POUR L IRAN? PAR MONSIEUR SÉBASTIEN CACIOPPO DOCTORANT AU LID2MS, UNIVERSITÉ D AIX-MARSEILLE Merci Monsieur le Président. Je vais donc mettre la focale sur l État iranien qui,

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

L infrastructure Internet du Jihad Islamique Palestinien et ses webhosts Internet (Décembre 2005 1 )

L infrastructure Internet du Jihad Islamique Palestinien et ses webhosts Internet (Décembre 2005 1 ) 28 décembre 2005 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme L infrastructure Internet du Jihad Islamique Palestinien et ses webhosts Internet (Décembre 2005 1 ) Bannière de QudsWay, le principal

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Nous quitterons Annecy vers 7h45 pour nous rendre à Lyon. La visite du Mémorial de Montluc est prévue à 10h30. Si nous ne sommes pas retardés lors du trajet, nous

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail