LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA RETIENT DU "RÈGNE" COLONIAL FRANÇAIS UN "GENOCIDE" ET DES "FOURS" LE MONDE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA RETIENT DU "RÈGNE" COLONIAL FRANÇAIS UN "GENOCIDE" ET DES "FOURS" LE MONDE 11.05.2005"

Transcription

1 LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA RETIENT DU "RÈGNE" COLONIAL FRANÇAIS UN "GENOCIDE" ET DES "FOURS" LE MONDE L'Etat français et les colons installés en Algérie peuvent-il être assimilés aux nazis? Ont-ils, eux aussi, par leur comportement, mené un "génocide"? Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, semble le penser, qui a fait lire, vendredi 6 mai, par son ministre des anciens combattants, Mohammed Chérif Abbas, un long texte passionné et sans nuance devant les participants à un colloque sur les "massacres du 8 mai 1945". Ce dernier s'est tenu à l'université Ferhat-Abbas, à Sétif, dans l'est du pays, à l'occasion du 60e anniversaire des tueries dans le Nord-Constantinois. Le chef de l'etat n'y est pas allé par quatre chemins. "Les commandos de mort, écrit-il, à propos des auteurs des massacres commis à Sétif et dans sa région qui ont fait, selon les sources, de à morts, ont exécuté par centaines et milliers les citoyens sur les places publiques, stades et autres buissons. Les corps gisaient sur le sol, en proie aux animaux. Qui ne se souvient des fours de la honte installés par l'occupant dans la région de Guelma, au lieu-dit "El Hadj- Mebarek", devenu lieu de pèlerinage (...) Ces fours étaient identiques aux fours crématoires des nazis." Et le président d'ajouter, selon la traduction de ses propos par l'agence de presse algérienne : "Nous ne pouvons oublier les centaines de massacres commis auparavant et les nombreux fours installés dans notre pays. Le four le plus célèbre est celui du mont Dahra, oeuvre des bourreaux Bugeaud et Pélissier. De telles pratiques se sont multipliées, notamment durant la deuxième moitié du XIXe siècle (...). L'occupation a foulé la dignité humaine et commis l'innommable à l'encontre des droits humains fondamentaux (...) et adopté la voie de l'extermination et du génocide qui s'est inlassablement répétée durant son règne funeste." En conclusion de son intervention, le président Bouteflika demande à la France "un geste qui libérerait sa conscience". Arrivé lundi soir en Algérie pour une visite de trois jours, le secrétaire d'etat aux affaires étrangères, Renaud Muselier, s'est gardé de commenter les propos présidentiels, préférant mettre l'accent sur la "volonté" de Paris et d'alger de "concrétiser le traité d'amitié" que les deux pays devraient signer avant la fin de l'année. La presse algérienne n'a pas davantage relevé les propos présidentiels. Recours France, une association de rapatriés d'afrique du Nord, se montre autrement véhémente. "Nous déplorons profondément la perte de sang-froid et les propos insultants que le président de la République algérienne a tenus à l'égard de la France", écrit-elle, dans une lettre adressée, mardi, au président Chirac. Et l'association d'exprimer, dans un autre courrier adressé au chef de la diplomatie française, Michel Barnier, son "vif mécontentement de voir la France laisser salir son oeuvre civilisatrice outre-mer", même s'il y a eu, préciset- elle, "quelques erreurs". Le parallèle fait par le président Bouteflika entre le comportement des colons et celui des nazis vient probablement de l'incinération dans des fours à chaux de cadavres de musulmans massacrés au cours des événements de Sétif. Quant à la référence aux "bourreaux" Bugeaud et Pélissier, elle renvoie à un épisode précis : le 19 juin 1845, alors que Bugeaud, partisan d'une "guerre acharnée" était le gouverneur d'une Algérie encore partiellement insoumise, le général Pélissier n'avait pas hésité à faire enfumer des habitants d'une tribu favorable à l'émir Abd El-Kader qui s'étaient réfugiés dans des grottes. Quelque 760 personnes avaient péri, parmi lesquelles des femmes et des enfants. Dans une lettre, un officier français présent sur les lieux avait précisé que les soldats en faction devant l'entrée des grottes enfumées n'avaient pas hésité à tirer sur ceux qui, profitant de la nuit, avaient tenté de s'enfuir. «Dès le 1er mai 45, les forces d'occupation avaient l'intention de perpétrer des massacres contre le peuple algérien», écrit le chef de l'etat algérien dans un discours lu en son nom par le ministre des Moudjahidines (Anciens combattants), Mohamed Cherif Abbas. «La manière avec laquelle l'etat français a fait face à ces événements (de Sétif, ndlr) est somme toute barbare et traduit clairement le mépris de l'occupant pour la vie des Algériens et son dénigrement de leurs droits en les livrant à ses avions, ses chars et ses canons et en faisant 1

2 d'eux des proies aux colons comme dans une partie de chasse. (...) «Qui ne se souvient des fours de la honte installés par l'occupant dans la région de Guelma au lieu dit «El hadj Mebarek» (...) Ces fours étaient identiques aux fours crématoires des nazis. (...) «De telles pratiques se sont multipliées notamment durant la deuxième moitié du 19e siècle sans oublier les affres endurées par la population durant la guerre de libération, l'ennemi ayant perfectionné ses moyens de torture, d'extermination et de destruction faisant de l'algérie un gigantesque camp de la mort et de la torture ceint de fils barbelés et de champs de mines. (...) «L'occupation a foulé la dignité humaine et commis l'innommable à l'encontre des droits humains fondamentaux et au premier plan le droit à le vie et adopté la voie de l'extermination et du génocide qui s'est inlassablement répétée durant son règne funeste. (...)«Les massacres du 8 mai 45 étaient-ils la récompense des Algériens pour avoir défendu héroïquement la France, un héroïsme que l'histoire a retenu et que les historiens du colonisateur ont euxmêmes reconnu? L'Etat français qui a essuyé un échec cuisant en quelques semaines devant le nazisme cherchait-il une victoire illusoire sur des innocents et des opprimés? (...)». Saluant les propos de l'ambassadeur de France en Algérie, Hubert Colin de Verdière, qui en février avait qualifié les massacres de Sétif de «tragédie inexcusable», Abdelaziz Bouteflika dit toutefois attendre «un geste plus probant» de la France. «Un geste qui libérerait la conscience française des cauchemars de la longue nuit coloniale et des remords du monde», une démarche nécessaire selon le président algérien «pour voir s'ouvrir de larges et nouvelles perspectives d'amitié et de coopération entre deux peuples» Voilà ce qu écrit le grand quotidien algérien EL MOUDJAHID en réalité : ---- L ALGERIE COMMÉMORE AUJOURD HUI LES EVENEMENTS DU 8-MAI 45 Bouteflika : Le peuple algérien attend de la France un geste qui libérerait la conscience française Par : EL MOUDJAHID Le : samedi 07 mai 2005 Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé, hier, un message aux participants au colloque international sur les massacres du 8 mai 45, organisé à l université Ferhat Abbas, à Sétif, dans le cadre des festivités de commémoration du 60e anniversaire de ces massacres. Le message, dont voici la traduction APS, a été lu par M. Mohamed Chérif Abbas, ministre des Moudjahidine : Au nom de Dieu, le clément, le miséricordieux, Que le salut de Dieu soit sur son prophète, sa famille et ses compagnons L histoire ne cesse de raviver la mémoire blessée en souvenir des massacres du 8 mai 45, survenus il y a soixante ans et qui ont plongé le peuple algérien dans un bain de sang, lui ont ravi ses enfants et dilapidé ses biens, son seul tort ayant été d être sorti dans la rue pour participer aux festivités marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale, une guerre destructrice et meurtrière, oeuvre du nazisme et du fascisme et résultante de conflits d intérêts et de courses d influence entre les puissances de l époque. "Dirigées par l avant-garde du mouvement national, les masses populaires de notre pays avaient, à cette date, brandi des banderoles appelant l Etat colonial français à honorer ses promesses de réformes et revendiquant la liberté et la souveraineté du pays et la libération des dirigeants détenus. Les manifestants ont également brandi les drapeaux des Etats qui ont vaincu le nazisme et le fascisme et libéré le monde de leurs atrocités. "Quoi qu on dise du courant nationaliste en ce temps-là et sa responsabilité pour avoir appelé à ces manifestations qui se sont transformées par la suite en une sorte de soulèvement, toutes les données historiques et les témoignages vivants affirment le caractère pacifique des revendications et de la célébration de l événement. Dès le 1er mai 45, les forces d occupation avaient l intention de perpétrer des massacres contre le peuple algérien, prenant appui sur la pseudo-provocation pour attiser le feu de la discorde, tirant sur les citoyens dans une manifestation pacifique tuant outrageusement un grand nombre d innocents, provoquant ainsi la colère des masses populaires qui ont, cependant, su tempérer leur ardeur et calmer leurs frayeurs en ne répondant pas à la provocation. "Il n a pas été prouvé que les organisateurs des manifestations dont le but était de fêter la victoire sur le nazisme et le fascisme avaient, au départ, recouru à la force, mais uniquement après que les 2

3 ordres aient été donnés aux commandements des armées françaises d ouvrir le feu, en utilisant les forces terrestres, navales et aériennes et incité les colons à réprimer les manifestants et à poursuivre les citoyens jusqu aux villes, villages et autres hameaux. "Si les massacres les plus sanglants ont essentiellement touché de nombreux villages et villes à l Est du pays, c est que les organisateurs des manifestations ont voulu éviter l épisode du 1er mai 45 dans d autres villes et ont, de ce fait, épargné les régions où les forces d occupation ont tué des manifestants notamment à Alger et Oran. "La manière avec laquelle l Etat français a fait face à ces événements sur orientation de ses dirigeants dont le premier responsable d alors, qui a soutenu que "La volonté de la France victorieuse ne tolère rien qui puisse nuire à sa souveraineté en Algérie", est somme toute barbare et traduit clairement le mépris de l occupant pour la vie des Algériens et son dénigrement de leurs droits en les livrant à ses avions, ses chars et ses canons et en faisant d eux des proies aux colons, comme dans une partie de chasse, n épargnant ni grands ni petits, fussent-ils manifestants ou non. "Les commandos de la mort exécutaient par centaines et milliers les citoyens sur les places publiques, stades et autres buissons. Les corps gisaient sur le sol en proie aux animaux. "Qui ne se souvient des fours de la honte installés par l occupant dans la région de Guelma au lieu-dit "El hadj Mebarek", devenu lieu de pèlerinage où la mémoire conte les secrets de la victime et du bourreau et des pratiques similaires à "kaf el bouma". Ces fours étaient identiques aux fours crématoires des nazis. "En parlant des massacres du 8 mai 45 nous ne pouvons oublier les centaines de massacres commis auparavant et les nombreux fours installés dans notre pays. Le four le plus célèbre est celui du mont Dahra, oeuvre des bourreaux Bugeaud et Pélissier. De telles pratiques se sont multipliées, notamment durant la deuxième moitié du 19e siècle sans oublier les affres endurées par la population durant la guerre de Libération, l ennemi ayant perfectionné ses moyens de torture, d extermination et de destruction faisant de l Algérie un gigantesque camp de la mort et de la torture ceint de fils barbelés et de champs de mines. L occupation a foulé la dignité humaine et commis l innommable à l encontre des droits humains fondamentaux et au premier plan le droit à le vie et adopté la voie de l extermination et du génocide qui s est inlassablement répétée durant son règne funeste. Le paradoxe des massacres du 8 mai 45 est qu au moment où les armées de combattants héroïques algériens revenaient des fronts d Europe, d Afrique et autres où elles défendaient l honneur de la France et ses intérêts et oeuvraient au sein des armées alliées à défendre les valeurs de la République et la liberté dans le monde et affrontaient la machine de guerre nazie, dans une guerre qui ne les concernait pas, l administration française tirait, au même moment sur des manifestants pacifiques. En ces temps-là, l armée française brûlait les villages et pillait les biens des enfants du peuple algérien qui n ont connu que misère et famine durant les années de guerre du fait de la crise mondiale d une part et de la domination des colons, la spoliation de leurs biens et la forte imposition qui leur était appliquée du fait des lois indigènes scélérates, d autre part. "Les massacres du 8 Mai 45 étaient-ils la récompense des Algériens pour avoir défendu héroïquement la France, un héroïsme que l histoire a retenu et que les historiens du colonisateur ont eux-mêmes reconnu? "L Etat français qui a essuyé un échec cuisant en quelques semaines devant le nazisme cherchait-il une victoire illusoire sur des innocents et des opprimés, afin de revigorer le moral de ses troupes qui était au plus bas et rétablir la confiance et la crédibilité perdues au sein de la société française entre résistants et collaborateurs avec les nazis? "Ou bien était-ce le vrai visage de tout occupant et toute violation dans l histoire quels qu en soient les motivations et les objectifs, les époques et les lieux? "En dépit de ce qui a été dit et écrit sur le sujet, nous pensons qu il est de la responsabilité des historiens algériens en premier lieu et de la responsabilité des historiens de l autre rive de dévoiler en toute objectivité, honnêteté et esprit scientifique et en toute neutralité, les ambiguïtés qui entourent ces massacres et d autres. "Notre vision de réconciliation dans sa dimension prospective globale augure d une décolonisation de l histoire après la décolonisation de la terre de l occupation directe. "Les peuples, selon la logique du développement sain, sont condamnés à coexister et à coopérer. La coexistence ne se réalise qu avec la paix et cette paix repose sur des soubassements. La stabilité et la prospérité ne peuvent, en aucune manière, régner ni la coopération positive s établir entre les peuples tant que dans la conscience d une quelque 3

4 partie que ce soit demeure la haine et la rancoeur, alimentées par l entêtement et l indifférence, la dissimulation des vérités et l obstination à demeurer dans l erreur. "Cette méthode qui refuse la vérité et la clarté consacre le péché de l assassinat de l histoire par deux fois. Oui son assassinat par deux fois. "Nous sommes une nation porteuse d un message de paix. Nous sommes des partisans de la paix et des bâtisseurs de civilisation. "Grand est notre souhait de transcender ce passé dont nous avons été les victimes, oui les victimes. Nous voulons le transcender, nous voulons que les autres le transcendent avec nous en affrontant la vérité avec courage et sens de responsabilité et non par la fuite vers l inconnu afin de donner les plus grandes chances possibles à un dialogue historique et civilisationnel. Un dialogue qui désamorce le champ des mines et fait disparaître à jamais les images de l horreur et de l atrocité. "Nul doute que la force engendre la force, que la frustration provoque l implosion et que l injustice mène à la révolte. Celui qui est en position de force peut réunir les conditions à même de créer un état de fait précis, ou une situation socio-économique telle qu il la voudrait afin de changer un état donné dans un pays donné, mais il ne peut nullement prévoir les conséquences de telle ou telle situation. Ne dit-on pas "qui mal veut, mal lui tourne". "Le peuple algérien a accueilli favorablement les propos de son Excellence l ambassadeur de France, M. Hubert Colin de Verdière, le 27 février 2005 à l université de Sétif à l occasion de la signature d un accord d association entre l université Clermont-Ferrand et l université Ferhat Abbas à Sétif. Des propos qui laissaient croire à des tentatives de reconnaissance par les commanditaires et les auteurs des massacres du 8 Mai "Toutefois, le peuple algérien en entier attend encore de la France, qui a mis des décennies à reconnaître la Guerre d Algérie et à stigmatiser les formes de torture pratiquées à l époque de l aveu même de leurs auteurs y compris ceux qui ont jeté des civils dans la Seine en 1961 que les déclarations de l ambassadeur de France soient suivies d un geste plus probant. Un geste qui libérerait la conscience française des cauchemars de la longue nuit coloniale et des remords du monde et effacerait ainsi cette tache noire dans le cours d une histoire étincelante. "Le peuple algérien n a eu de cesse d attendre de la France une reconnaissance de tous les actes commis durant la période de colonisation y compris la guerre de Libération pour voir s ouvrir de larges et nouvelles perspectives d amitié et de coopération entre deux peuples. Des peuples qui se respectent et respectent les Bernier/Strasbourg 4 spécificités, l identité, l indépendance et la souveraineté de l autre. Un respect dans lequel les intérêts mutuels sont réciproquement préservés. C est là une demande logique et réalisable comme en témoigne la démarche louable du pape Jean-Paul II et qui lui a valu davantage d admiration. L Italie en a fait de même en faveur de la Libye et de l Ethiopie qui se sont vues restituer toutes les oeuvres d arts et les pièces historiques spoliées. La France elle-même s est excusée par la voix du Président Jacques Chirac pour les dépassements de l Etat français à l époque sinistre de Vichy. Plus évocateur encore, le cas de l Afrique du Sud qui a réussi à assainir le climat entre le peuple africain, voire tous les peuples africains et la minorité blanche dont la mainmise était étendue sur toute la partie sud du continent. Le peuple algérien qui a souffert des guerres et du colonialisme, connu l immixtion étrangère et subi le chantage aussi bien direct qu indirect, ce peuple qui a eu à vivre le drame du nouveau siècle, en endurant les affres d un terrorisme barbare et qui a su, durant sa longue histoire, ancienne et moderne, faire preuve de courage et de persévérance, doit savoir que le prix de la renonciation au triomphe est plus cher que celui payé pour la consécration même de ce triomphe. "Aussi, la paix civile, l entraide sociale et l adaptation des mentalités à la culture de la paix et de la concorde, la libération sereine des esprits et l évitement des dérapages et dangers, sont-ils l option stratégique pour atteindre l objectif de l amnistie. Cette amnistie qui constitue aux yeux de tous l arche salvatrice de Noé qui sauvera du naufrage certain. "Nous oeuvrerons, avec l aide de Dieu, à effacer les traces de cette sombre étape et à en éradiquer les racines grâce aux efforts de tous, les efforts des Algériennes et des Algériens. Nous nous devons d accorder une importance toute particulière à l étape de l après-terrorisme, en étudiant ses causes sociales, économiques, morales et psychologiques, car les résultats ne peuvent être appréhendés sans connaissance des causes. La paix à laquelle nous appelons n est pas au détriment de la justice et la dignité, encore moins au détriment du progrès et de la prospérité mais c est une paix qui consacre toutes ces valeurs, une paix émanant de la valeur 4

5 intrinsèque dans toute sa dimension civilisationnelle qui dévoile la noblesse et la magnanimité propres à la nature de l homme. L homme, souverain qui a pu se libérer de l injustice, de l égoïsme et de l arrogance et qui a su prendre conscience que son bonheur réside dans le bonheur de l autre, et que son progrès économique et commercial, son bien-être social et sa souveraineté passent par le partage équitable avec son prochain. "Notre pays est appelé à connaître des échéances décisives et à ouvrir des chantiers qui seront, avec l aide de Dieu, couronnés de succès. "La conscience qui doit caractériser le citoyen algérien, travailleur, fonctionnaire, cadre et responsable, même si elle existe déjà, doit prendre avec sérieux et sens de responsabilité cette réalité dans nos relations diverses à la fois entre nous et avec l autre. Cette conscience doit également permettre de passer de la culture du possible, de l éventuel et du probable à celle de la réalité concrète qui fera de nous une force, plus en mesure de maîtriser les rouages de la vie moderne en tant que partenaire économique compétent à tous les niveaux. Le colonialisme ne doit pas, à mon sens, être intégré toujours dans la logique de la conspiration, mais plutôt dans celle de la faiblesse, de la passivité et même de la colonisabilité de certains. En effet, ce qui est, à nos yeux, conspiration pourrait être perçu par l autre comme projet de prospérité ou de consolidation de sa position géostratégique. Aussi, devons-nous, pour avoir, dans ce sens, une approche commune des concepts, des valeurs et des normes, réaliser l équilibre de force avec l autre au plan économique et scientifique. Il s agit également de réaliser la force de la cohésion sociale sur la base de la citoyenneté, du respect mutuel, de la garantie des libertés, du respect du travail et de l adhésion à l esprit du siècle. La noblesse, l altruisme, la conscience des valeurs de liberté, de souveraineté, de fierté et de dignité, immortalisées par nos vaillants martyrs interpellent en nous le sens de la responsabilité et de la fidélité au serment, pour ne jamais renoncer à nos droits et nos devoirs. J implore Dieu le Tout-Puissant, d accorder Sa Sainte Miséricorde à nos martyrs et de les accueillir en Son Vaste Paradis, d accorder longue vie à nos moudjahidate et moudjahidine et de guider nos pas sur la voie de la réalisation de la gloire et la fierté de la nation. 5

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE 1 AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE Allocution prononcée par S.E.M. Jacques KABALE, Ambassadeur de la République du Rwanda en France à l occasion de la 21 ème Célébration de la Journée de

Plus en détail

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre.

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Elle s'est déroulée quand j'avais entre 4 et 11 ans. J'ai

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides 1 Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais Hôtel national des Invalides Lundi 2 juin 2014 Monsieur le Secrétaire d État, Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Gouverneur, Mesdames,

Plus en détail

«Avec l expression de nos hommages les plus déférents»

«Avec l expression de nos hommages les plus déférents» IN.A.M. / a.s.b.l. INITIATIVE POUR L AVENIR MEILLEUR Association de Promotion et de Défense des Droits Humains «Pour nous chacun compte dans la société» Bukavu / R.D.Congo E-mail : inamasbl@yahoo.fr Tél.

Plus en détail

Allocution de M. François ROCHEBLOINE, Député de Loire, Président du Groupe d amitié France-Arménie à l Assemblée nationale

Allocution de M. François ROCHEBLOINE, Député de Loire, Président du Groupe d amitié France-Arménie à l Assemblée nationale Commémoration du 24 avril 1915 Saint-Chamond Allocution de M. François ROCHEBLOINE, Député de Loire, Président du Groupe d amitié France-Arménie à l Assemblée nationale Mme la représentante du Comité du

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

MEMOIRE SELECTIVE OU VICTIMES OUBLIEES : Quels mécanismes collectifs pour briser les silences? Synthèse

MEMOIRE SELECTIVE OU VICTIMES OUBLIEES : Quels mécanismes collectifs pour briser les silences? Synthèse (enaρ Centre d Alerte et de Prévention des Conflits MEMOIRE SELECTIVE OU VICTIMES OUBLIEES : Quels mécanismes collectifs pour briser les silences? Synthèse En partenariat avec Bujumbura, Burundi, Mars

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES ****

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une Foi SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR MACKY SALL, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président de la République, 66, AVENUE DES CHAMPS ELYSEES 75008 PARIS FRANCE «PRESIDENCE INTERNATIONALE DE L ONG CNRJ» FRANCE : + 33 6 18 27 78 19 SUISSE : + 41 77 223 51 54 INFO@CNRJ.ORG WWW.CNRJ.ORG Monsieur le Président de la

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015

Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015 Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015 Débat public sur " Le coût humain du transfert illicite, de l accumulation

Plus en détail

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie Introduction Colonisation française vers 1900 en Afrique L indépendance en Algérie 1962 (photo de Marc Riboud) Que révèlent ces photos

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat,

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Excellences Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, Madame la déléguée générale de la Cité, Madame la

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC ENTRETIEN AVEC NAIMA BENWAKRIM * Les Marocains sont en train de vivre une période charnière de leur histoire. En effet, le travail mené dans

Plus en détail

CEREMONIE DE REMISE DU PRIX KEBA MBAYE POUR L ETHIQUE 2012. Samedi 13 avril 2O13 à 10 :00 au Grand Théâtre National de Dakar

CEREMONIE DE REMISE DU PRIX KEBA MBAYE POUR L ETHIQUE 2012. Samedi 13 avril 2O13 à 10 :00 au Grand Théâtre National de Dakar CEREMONIE DE REMISE DU PRIX KEBA MBAYE POUR L ETHIQUE 2012 Samedi 13 avril 2O13 à 10 :00 au Grand Théâtre National de Dakar Discours Président de la Fondation Kéba Mbaye Mamadou Wahab Talla Excellence

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère Introduction Un diplomate est une personne qui réfléchit à deux fois avant de ne rien dire. F. Sawyer Qu est-ce que la diplomatie? Qu est-ce qu un diplomate? Que fait un ambassadeur? À quoi sert-il? Beaucoup

Plus en détail

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN 1/ EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN Salle Mandela, siège de l Union africaine Addis-Abeba, Éthiopie Le 28 juillet 2015 Les propos du président ont été regroupés par thèmes.

Plus en détail

Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996

Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996 Témoins Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996 Communauté de Notre-Dame de l Atlas (Fès, 20-28 novembre 1995 Tibhirine, 12-19 janvier 1996) Chers Frères, L élément essentiel d une Visite Régulière

Plus en détail

Le pape FRANÇOIS en AFRIQUE

Le pape FRANÇOIS en AFRIQUE Le pape FRANÇOIS en AFRIQUE Apparemment, le pape François a voulu montrer, par son voyage en Afrique, que la fraternité restait possible entre communautés chrétienne et musulmane. Que ce soit au Kenya,

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2011 *** Histoire-Géographie. Série : Sciences et Technologies de la Gestion. Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2

Baccalauréat Technologique. Session 2011 *** Histoire-Géographie. Série : Sciences et Technologies de la Gestion. Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 Baccalauréat Technologique Session 2011 *** Histoire-Géographie Série : Sciences et Technologies de la Gestion Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II AUDITION PARLEMENTAIRE 2008 AUX NATIONS UNIES New York, 20 21 novembre Document de travail : séance II VIOLENCE SEXUELLE A L ENCONTRE DES FEMMES ET DES ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMES 1 Il est désormais

Plus en détail

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES Article premier : Les États membres de l'organisation de l'unité africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

ENTRETIEN DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. Avec l Agence Presse des Emirats Arabes Unis (WAM) Lundi 25 mai 2009

ENTRETIEN DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. Avec l Agence Presse des Emirats Arabes Unis (WAM) Lundi 25 mai 2009 ENTRETIEN DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Avec l Agence Presse des Emirats Arabes Unis (WAM) Lundi 25 mai 2009 1. Quelles sont les objectifs de votre visite et quelles sont les sujets que vous allez

Plus en détail

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon DISCOURS Prononcé par son Excellence Monsieur Jean Claude BOUYOBART Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

Plus en détail

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud»

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Le pont transbordeur, Musée d'histoire de Marseille, photo W. Govaert Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Marseille, en ce début du XX ème siècle, est marquée par l inauguration du pont transbordeur,

Plus en détail

Témoignage devant le Comité. Comité permanent du patrimoine canadien

Témoignage devant le Comité. Comité permanent du patrimoine canadien Témoignage devant le Comité Comité permanent du patrimoine canadien Projet de loi S-219 : Loi instituant une journée nationale de commémoration de l'exode des réfugiés vietnamiens et de leur accueil au

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------- Unité Travail Progrès ------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble!

contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble! contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire. Déclaration d Ensemble Assemblée des

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN Il existe des périodes dans l histoire où les peuples sont appelés à faire des choix décisifs. Pour nous Européens, le début du XXI ème siècle en est une. Nous

Plus en détail

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 LES «BOULÈGUE» EN CHIFFRES 10 rendez-vous 450 personnes rencontrées 200 photos 30 verbatims Thématiques abordées 40% 31% 29% Réponse de l'europe

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

L extermination du parti Sawaba du Niger. Amis anticolonialistes,

L extermination du parti Sawaba du Niger. Amis anticolonialistes, L extermination du parti Sawaba du Niger Amis anticolonialistes, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa et Thomas Deltombe ont publié cette année un ouvrage «Kamerun», présenté lors de la semaine coloniale, qui

Plus en détail

«Se mobiliser pour que prévale la paix sur les facteurs de guerre»

«Se mobiliser pour que prévale la paix sur les facteurs de guerre» La Fondation Chirac, lancée en 2008 au musée du quai Branly, avec la mission de «poursuivre le plaidoyer de Jacques Chirac en faveur de l accès aux droits fondamentaux pour chaque être humain, ainsi que

Plus en détail

4 - LA DISCRIMINATION BLANC/NOIR, UNE PEUR ENFANTINE? LA DISCRIMINATION CHRÉTIEN/MUSULMAN, UNE AFFAIRE DE FAMILLE?

4 - LA DISCRIMINATION BLANC/NOIR, UNE PEUR ENFANTINE? LA DISCRIMINATION CHRÉTIEN/MUSULMAN, UNE AFFAIRE DE FAMILLE? Cycle d audioconférences Lutter contre les discriminations Présentée par le CAFOC de Besançon 4 - LA DISCRIMINATION BLANC/NOIR, UNE PEUR ENFANTINE? LA DISCRIMINATION CHRÉTIEN/MUSULMAN, UNE AFFAIRE DE FAMILLE?

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

BELGIQUE. New York, le 27 septembre 2008. Vérifier au prononcé

BELGIQUE. New York, le 27 septembre 2008. Vérifier au prononcé BELGIQUE Discours de S.E. Monsieur Karel De Gucht, Ministre des Affaires étrangères du Royaume de Belgique, lors de la 63 ème Assemblée Générale des Nations Unies New York, le 27 septembre 2008 Vérifier

Plus en détail

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS LIVRET DE BAPTEME REMERCIEMENTS Nous vous remercions tous chaleureusement, d avoir été présents pour partager notre joie en ce jour inoubliable et de fête : parrain, marraine, parents, grands-parents,

Plus en détail

Le Musée canadien de la guerre

Le Musée canadien de la guerre 1, place Vimy Ottawa (Ontario) K1R 1C2 www.museedelaguerre.ca Le Musée canadien de la guerre Instruire. Préserver. Commémorer. Voilà le mandat du Musée canadien de la guerre (MCG), le musée national canadien

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

En 2005, Nancy fête ses noces d or avec la ville de Karlsruhe

En 2005, Nancy fête ses noces d or avec la ville de Karlsruhe Introduction Les liens entre les villes de Nancy et Karlsruhe, qui comptent parmi les premiers tissés entre l Allemagne et la France, datent de 1955. A cette date, le Conseil de l Europe instituait le

Plus en détail

JANVIER 2015 RÉSUMÉ PAYS. Mali

JANVIER 2015 RÉSUMÉ PAYS. Mali JANVIER 2015 RÉSUMÉ PAYS Mali Si la situation politique au Mali s est stabilisée en 2014, de multiples attaques par divers groupes armés partisans du gouvernement ou opposés à celui-ci dans le nord du

Plus en détail

Amnesty International

Amnesty International Amnesty International DOCUMENT PUBLIC HALTE A LA VIOLENCE CONTRE LES FEMMES! RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Le combat d une femme en quête de justice Index AI : AFR 62/001/2004 ÉFAI Résolue à défendre

Plus en détail

Baccalauréat STL : Chapitre H.1 : La démocratie Française de 1848 à nos jours. ANALYSE DOC. n 9 Bienfaits, symbole et tableau républicain

Baccalauréat STL : Chapitre H.1 : La démocratie Française de 1848 à nos jours. ANALYSE DOC. n 9 Bienfaits, symbole et tableau républicain Baccalauréat STL : Chapitre H.1 : La démocratie Française de 1848 à nos jours. ANALYSE DOC. n 9 Bienfaits, symbole et tableau républicain AUTEUR : E. PICHOT affiche réalisée par E. Pichot, imprimeur à

Plus en détail

HOTEL KING FAHD PALACE - DAKAR, LE 2-4 JUIN 2015

HOTEL KING FAHD PALACE - DAKAR, LE 2-4 JUIN 2015 REPUBLIC OF SENEGAL HOTEL KING FAHD PALACE - DAKAR, LE 2-4 JUIN 2015 ALLOCUTION DE M ABDOULAYE MAR DIEYE, ADMINISTRATEUR ASSISTANT & DIRECTEUR BUREAU REGIONAL PNUD POUR L AFRIQUE Excellence, Monsieur le

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

22eme Conférence Régionale Afrique

22eme Conférence Régionale Afrique Discours d ouverture Par Mme. Mireille BALLESTRAZZI Présidente d INTERPOL 22eme Conférence Régionale Afrique 10 septembre 2013 Oran, Algerie Monsieur le Général-Major, Directeur général de la Sureté Nationale

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens (Telle que préparée)

Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens (Telle que préparée) Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens Prononcée dans le cadre des Vendredis de SupdeCo Conseil économique, social et environnemental Vendredi 31 mai 2013 15h30

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

AVANT-PROJETS DE CONSTITUTION EN TUNISIE

AVANT-PROJETS DE CONSTITUTION EN TUNISIE AVANT-PROJETS DE CONSTITUTION EN TUNISIE TABLEAU COMPARATIF Texte en bleu : suppression Texte en rouge : ajout Texte en violet : reformulation Traduction de l'avant projet 1 (Version d'août 2012) Traduction

Plus en détail

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION Une période de grands bouleversements Les rébellions de 1837-1838 L acte constitutionnel de 1791 a modifié l organisation de la société. S il a permis de régler certains

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

LE LIEN ARMEE NATION. Réflexions et production du Trinôme de Créteil. Michel Gauvin, délégué de l association Paris Ile-de-France des Auditeurs

LE LIEN ARMEE NATION. Réflexions et production du Trinôme de Créteil. Michel Gauvin, délégué de l association Paris Ile-de-France des Auditeurs LE LIEN ARMEE NATION Réflexions et production du Trinôme de Créteil Michel Gauvin, délégué de l association Paris Ile-de-France des Auditeurs de l IHEDN Le trinôme de Créteil : un pilote Journées de formation

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

EXPERIENCES DE TERRAIN DE L ASBL NDUWAMAHORO-LE NON VIOLENT ACTIF

EXPERIENCES DE TERRAIN DE L ASBL NDUWAMAHORO-LE NON VIOLENT ACTIF 1 SEMINAIRE ATELIER SUR L ETAT DES LIEUX DE L EDUCATION A LA PAIX AU BURUNDI Bujumbura, Hôtel Novotel, 25-28 Mai 2004 EXPERIENCES DE TERRAIN DE L ASBL NDUWAMAHORO-LE NON VIOLENT ACTIF Par Barthélemy NTAKARUTIMANA

Plus en détail

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Paris le 14 avril 2008 Egalité sociale, égalité politique Intervention

Plus en détail

Communauté française d Abu Dhabi

Communauté française d Abu Dhabi Communauté française d Abu Dhabi Prononcé Mesdames, Monsieur les élus, Monsieur l ambassadeur, Mesdames, Messieurs les officiers, Mesdames, Messieurs, Chers amis, C est un grand plaisir d être parmi vous

Plus en détail

Voir l homélie de ce dimanche. 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015

Voir l homélie de ce dimanche. 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015 Voir l homélie de ce dimanche 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015 Thème : faire advenir le royaume Président :Bruno Demers; Chantre : Claude-Marie; Organiste : Sylvain (Les textes :

Plus en détail

Afriques. Raymond Depardon. micro-expo 02. exposition du 11 mars au 13 avril 2013 vernissage dimanche 10 mars - 16h00. institut du natobho

Afriques. Raymond Depardon. micro-expo 02. exposition du 11 mars au 13 avril 2013 vernissage dimanche 10 mars - 16h00. institut du natobho Afriques Raymond Depardon exposition du 11 mars au 13 avril 2013 vernissage dimanche 10 mars - 16h00 micro-expo 02 institut du natobho 89 avenue de Saxe - 69003 Lyon Maintenant, tout est violence. Rien

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Monsieur l Ambassadeur, Mesdames les élues, Chers compatriotes,

Plus en détail

33 ème Congrès des Maires francophones. - Assemblée générale de l Association internationale. des maires et responsables des capitales

33 ème Congrès des Maires francophones. - Assemblée générale de l Association internationale. des maires et responsables des capitales DISCOURS 2013 33 ème Congrès des Maires francophones Assemblée générale de l Association internationale des maires et responsables des capitales et métropoles partiellement ou entièrement francophones

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Dimanche xx 2015 Eglise de XX. Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe :

Dimanche xx 2015 Eglise de XX. Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe : Dimanche xx 2015 Eglise de XX Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe : Accueil Le célébrant (prêtre ou diacre) interroge les parents : Vous présentez votre enfant au baptême, pourquoi? Que demandez-vous

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972

Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972 Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972 P H O T O D E P R E S S E EPREUVE D HISTOIRE DES ARTS Brevet 2011 ANGLAIS PERSONNAGE ET CONTEXTE 1. Dans quel pays s est produit cet évènement? Dans

Plus en détail

DISCOURS POUR L INAUGURATION DE LA STELE DEDIEE AUX VICE AMIRAUX DARTIGE DU FOURNET ET DARRIEUS 23 OCTOBRE 2015

DISCOURS POUR L INAUGURATION DE LA STELE DEDIEE AUX VICE AMIRAUX DARTIGE DU FOURNET ET DARRIEUS 23 OCTOBRE 2015 DISCOURS POUR L INAUGURATION DE LA STELE DEDIEE AUX VICE AMIRAUX DARTIGE DU FOURNET ET DARRIEUS 23 OCTOBRE 2015 Monsieur le Préfet Maritime sans votre soutien cette cérémonie n aurait pas pu avoir lieu,

Plus en détail

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION 5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE --------- ALLOCUTION DU COMMISSAIRE EN CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE DE LA COMMISSION

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail