Annexe. Les retraites dans le monde Mai N 19. Cartes et tableaux. à la Lettre de l Observatoire des Retraites N 19 AMERIQUE DU NORD EUROPE ASIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe. Les retraites dans le monde Mai 2013 - N 19. Cartes et tableaux. à la Lettre de l Observatoire des Retraites N 19 AMERIQUE DU NORD EUROPE ASIE"

Transcription

1 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites N 19 Les retraites dans le monde Mai N 19 Cartes et tableaux AMERIQUE DU NORD EUROPE ASIE AFRIQUE AMERIQUE LATINE OCEANIE

2 Sommaire Remarques préliminaires 1. Les cartes et la typologie des régimes de retraite 3 - Les systèmes d assistance 3 - Les systèmes de pensions universelles 3 - Les systèmes d assurances sociales 4 - Les systèmes de fonds de prévoyance 4 - Les systèmes de comptes individuels obligatoires 5 2. Les tableaux 6 - Origine et type des régimes de retraite 6 - Taux de couverture 6 - Champ des régimes 7 - Sources de financement 7 - Age et calcul de la retraite 7 Cartes et tableaux Monde : - Types de régimes 10 - Couverture de la population âgée 10 Continents : - Afrique 13 - Amérique du Nord 27 - Amérique latine 31 - Asie 43 - Europe 57 - Océanie 73 Le prix de l Observatoire des Retraites 79 Les dénominations employées et la présentation des informations sont tirées de différentes sources et n impliquent en aucun cas l expression d une quelconque opinion de la part de l Observatoire des Retraites quant à la délimitation des frontières et au statut juridique de tel ou tel pays, région ou territoire ou de leurs autorités. > REMARQUES PRÉLIMINAIRES Cette annexe à la lettre de l Observatoire des Retraites consacrée aux régimes de retraite dans le monde, rassemble des cartes et des indications et données statistiques sur les systèmes de retraite des différents pays, y compris certains territoires français d outre mer. Ces pays et territoires sont classées géographiquement par continent : Afrique, Amérique du nord, Amérique Latine, Asie, Europe et Océanie, selon la pratique des Nations unies. Les tableaux présentent quelques caractéristiques essentielles des systèmes de retraites : leur date d origine, leur type, leur mode de financement, la proportion des actifs et des personnes âgées couvertes, le champ des régimes, les conditions de liquidation des droits à retraite (âge légal et anticipation, durée minimale requise pour l ouverture des droits, condition de durée pour une pension complète, principe et mode de calcul de la pension de droit direct). Pour certains indicateurs, il existe des standards statistiques reconnus internationalement, qui permettent d obtenir des données harmonisées. En revanche les données collectées sur le champ des régimes ou les types de régime de retraite ne s appuient sur aucune norme comptable ou statistique. Ces tableaux ont été élaborés à partir des collectes de données statistiques réalisées par les organismes internationaux. La plupart de ces informations proviennent des bases de données de l AISS, du BIT, du CLEISS, du MISSOC, du MISSCEO et de l OCDE, ainsi que des documents du COR qui suit régulièrement un certain nombre de pays. Certaines informations ont également pu être tirées de diverses publications à caractères scientifique, universitaire ou journalistique. Les chiffres sont les plus récents disponibles, sauf lorsque le souci de cohérence entre les différents pays oblige à se contenter d informations plus anciennes mais comparables. 1

3 2

4 1 Les cartes et la typologie des régimes de retraite Les couleurs attribuées à chaque pays sur les cartes renvoient à une typologie de systèmes de retraite, typologie qui est rappelée dans le premier tableau. La première partie de la lettre (pages 11 et suivantes) montre à la fois le caractère national des régimes de retraite 1, aucun pays n ayant adopté exactement les mêmes règles, et l existence de quelques grands modèles qui reflètent des conceptions différentes de la société 2. Les systèmes nationaux évoluant et empruntant aux divers modèles, leur classement n échappe pas à un certain arbitraire. Nous nous appuyons sur la typologie utilisée par le Bureau International du travail, l Association Internationale de Sécurité Sociale et le Conseil d Orientation des Retraites. Les systèmes d assistance (ou «filets de sécurité») Ils garantissent un minimum de subsistance aux personnes âgées les plus pauvres. Les prestations sont donc soumises à condition de ressources, ont un caractère non contributif, sont généralement financées par l impôt et mettent en jeu la solidarité nationale. Ces prestations d assistance peuvent concerner : des personnes qui ne sont pas affiliées à la sécurité sociale institutionnelle, tels que les travailleurs de l économie informelle ; des personnes qui sont affiliées à la sécurité sociale institutionnelle, mais qui ne remplissent pas les conditions pour bénéficier d une pension, par exemple des travailleurs qui ne remplissent pas la condition de durée minimum d affiliation au régime ; des personnes dont les revenus sont inférieurs à un montant minimum garanti, par exemple le minimum vieillesse français, qui supplée l absence de revenu ou complète les faibles revenus. 1. Voir la citation de Jean-Claude Barbier page 25 de la lettre. 2. Par exemple la typologie de l économiste et sociologue danois Gosta Esping- Andersen, ou les analyses d André Masson présentées page 27 de la lettre. Les systèmes de pensions universelles (ou «beveridgiens») Le modèle «beveridgien» Sir William Beveridge, dans un célèbre rapport de 1942, prône un modèle de protection sociale dans lequel l Etat assure une pension forfaitaire et minimum à la population. on. En pratique, très peu de pays dans le monde ont adopté le modèle beveridgien à l état pur. Ainsi le Royaume-Uni, patrie de Beveridge, a créé un système de retraites forfaitaires, mais non universel dans la mesure où il ne couvre que ceux qui ont une activité professionnelle. Dans les pays où le régime de base verse des pensions forfaitaires d un montant faible, les retraites complémentaires jouent un rôle important. Elles assurent le maintien du niveau de vie une fois à la retraite et visent à répondre aux besoins spécifiques de certaines catégories de travailleurs, aussi bien pour le secteur public que pour le secteur privé. voir page 14 de la lettre Ils servent une pension de base forfaitaire, dépourvue de lien avec l activité professionnelle, attribuée à toute la population, et financée par une cotisation forfaitaire ou par l impôt. Ils obéissent au principe des trois «U» : universalité de la couverture sociale, uniformité de la prestation et unité du système de gestion. En pratique, la pension est limitée aux citoyens (par exemple au Népal) ou aux résidents, ou aux travailleurs. Dans ce cas, outre une éventuelle exigence de durée minimum de résidence, la pension est proportionnelle à la durée de résidence dans le pays (par exemple aux -Bas) ou à la durée d activité (par exemple au Royaume-Uni). De même, le financement, en répartition, est rarement forfaitaire. Il repose sur les revenus plafonnés aux -Bas, sur les revenus professionnels au Royaume-Uni. 3

5 (suite) Remarques préliminaires Les systèmes de type assurances sociales (ou «bismarckiens») Le modèle «bismarckien» Le chancelier Otto von Bismarck a créé dans l Empire allemand, dans les années 1880 et suivantes, un système de sécurité sociale de type «assurantiel» qui est considéré comme à l origine des régimes d assurances sociales. A la différence des pays «beveridgiens», dans lesquels la pension de base est gérée directement par l Etat, les régimes bismarckiens, organisés dans le cadre professionnel, sont gérés par des institutions distinctes de l Etat, auxquelles participent employeurs et salariés. Le caractère professionnel se traduit aussi par l existence de régimes de base différenciés par profession. Les pays bismarckiens connaissent ainsi un nombre plus ou moins important de régimes propres à certaines professions, la fonction publique en premier lieu, mais aussi les travailleurs indépendants et certains secteurs économiques. Dans ce modèle, les régimes complémentaires jouent un rôle marginal. Dès lors que la pension de base est élevée et assure plus ou moins le maintien du niveau de vie en activité, le besoin de retraite complémentaire, qu il soit assuré dans le cadre de l entreprise ou par un effort individuel d épargne se trouve réduit. voir page 11 de la lettre Ils assurent aux retraités une prestation en relation avec leurs revenus d activité. Les régimes de retraite, organisés sur une base professionnelle, parfois étroite, parfois très large, sont financés principalement par des cotisations sur les revenus professionnels et organisent une solidarité professionnelle, qui se traduit souvent par une condition de durée d appartenance à la profession pour avoir droit à la pension. Les pensions sont calculées selon une logique contributive plus ou moins poussée, c est-à-dire que les droits accordés sont déterminés en fonction des revenus qui ont servi de base aux cotisations. Mais ces régimes mettent en œuvre une solidarité qui se traduit par des redistributions compensant les conséquences de périodes d inactivité, maladie, chômage, maternité, ou de certaines aléas de carrière tels que des périodes de faibles salaires, ou de travail à temps partiel. Conçus à l origine pour fonctionner en capitalisation, ces régimes sont financés en répartition, parfois avec des réserves importantes. Les systèmes de fonds de prévoyance Il s agit d un système d épargne obligatoire, donc fonctionnant en capitalisation. Les cotisations des employeurs et/ou des salariés sont versées sur un compte individuel au fonds de prévoyance, organisme public national. Le montant de la prestation dépendra de ces versements et du rendement des placements réalisés. Le plus souvent, le fonds versera à l assuré un capital à l âge légal de la retraite. Mais des cas de déblocage anticipé sont très souvent prévus par la loi. Certains fonds proposent des sorties partiellement ou totalement en rente, mais rarement en rente viagère. Une partie du capital constitué est versée sous forme d une rente pendant une durée déterminée, quinze années par exemple, et le reste est perçu par l assuré en capital. Plusieurs configurations peuvent se rencontrer : le fonds fournit uniquement une prestation sous forme de capital, le fonds fournit uniquement une prestation sous forme de rente, le fonds offre la possibilité à l assuré d opter pour un capital ou une rente, le fonds fournit une prestation mixte: au moment de la retraite, une partie des sommes peut être retirée sous forme de capital et une partie sous forme de rente, avec généralement une part minimale en rente. 4 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

6 ANNEXE Mai N 19 Les systèmes de comptes individuels obligatoires (ou «chiliens» ou «Banque mondiale») Ces dispositifs regroupent les formes d assurance pour la retraite dans lesquelles le montant des prestations servies dépend strictement des contributions versées et du rendement des placements réalisés grâce à la capitalisation de ces contributions. Ils offrent une sortie en rente temporaire et rente viagère. Ils se distinguent ainsi des autres formes d épargne qui n ont pas pour objectif spécifique la couverture du risque vieillesse, même si elles aussi peuvent contribuer à procurer des revenus au moment de la retraite. Ces dispositifs sont organisés dans un cadre professionnel avec un financement à la charge des employeurs ou des salariés, ou partagé entre les deux. Ils peuvent donner lieu ou non à la mise en place de structures organisées dans un cadre conventionnel. La gestion des fonds peut être assurée : par des caisses de retraite publiques ou agréées par l Etat comme en Chine ou à Taïwan par exemple ; par des opérateurs privés, l employeur, une organisation professionnelle, ou un opérateur financier extérieur comme en Australie ou en Nouvelle Zélande. Le modèle «chilien» En 1980, le Chili innove en remplaçant les régimes publics de retraite par une obligation pour les actifs de cotiser à un compte individuel géré en capitalisation par un fonds de pension privé choisi par eux, avec la possibilité de changer de gestionnaire. A l âge de la retraite différents types de sortie en rente sont possibles et, si le compte est important, une partie peut être retirée en capital. voir page 16 de la lettre Le modèle «Banque mondiale» En 1994, la Banque mondiale publie un rapport intitulé La Crise du vieillissement. Mesures destinées à protéger les personnes âgées et à promouvoir la croissance, dans lequel elle prône un système à trois piliers, qui s inspire de l expérience chilienne : un pilier d assistance, type «filet de sécurité», ou forfaitaire type «beveridgien» ; un pilier d épargne obligatoire, de préférence sous forme de comptes individuels à gestion privée, comme dans le modèle «chilien» ; un pilier d épargne facultative. De nombreux pays d Amérique latine et d Europe centrale et orientale, ainsi que quelques pays asiatiques, dont la Chine, se sont inspirés de ce modèle. voir page 17 de la lettre 5

7 (suite) Note méthodologique 2 Les tableaux Origine et type des régimes de retraite (source AISS) Le premier tableau présente l origine, la date d indépendance du pays et le type de régime. La date d origine du système d assurance vieillesse correspond à la date à laquelle un pays a adopté la première loi instaurant un système institutionnel capable de couvrir une partie significative de la population contre l interruption ou la perte de revenu pour cause de vieillesse, et parfois d invalidité ou de qualité de survivant. Il peut s agir d un régime catégoriel qui ne concerne que certaines catégories de travailleurs (chemins de fer, commerce,etc.) ou d un régime couvrant toute la population. La date d indépendance correspond, sauf erreur, à l acquisition par un Etat de sa totale souveraineté politique. Certaines dates font l objet de divergences. Elles ne sont pas précisées pour l Europe. Elles permettent de situer la création des régimes de retraite par rapport à une éventuelle période coloniale. Le type de régime indique à quels grands modèles de retraite il est possible de rattacher le pays considéré. Voir la typologie supra. Taux de couverture de la population active et de la population âgée par un régime de retraite légalement obligatoire (source BIT) a) Le taux de couverture légale mesure la part des actifs concernés par un régime de retraite légalement obligatoire (contributif ou non contributif) par rapport à la population en âge de travailler La couverture légale est distincte de la couverture effective. Un groupe d individus peut être considéré comme légalement couvert par un régime de retraite s il y a des dispositions juridiques spécifiant que le groupe en question est concerné par un programme obligatoire : contributif : le groupe en question contribue à un programme qui fournira des prestations à un âge déterminé ; non contributif : le groupe en question recevra des prestations à un âge déterminé sans contrepartie de cotisations. Les chiffres correspondent au nombre de personnes couvertes par un régime de retraite légalement obligatoire contributif ou non contributif en pourcentage de la population en âge de travailler. Les prestations versées au titre d un régime de retraite complémentaire non légalement obligatoire sont exclues. Elles peuvent être attribuées sous condition de ressources ou non et peuvent provenir de régimes contributifs, universels, etc. b) Le taux de couverture effective mesure la part des actifs contribuant effectivement à un système de retraite légalement obligatoire (contributif ou non contributif) par rapport à la population en âge de travailler Les chiffres correspondent au nombre de personnes qui cotisent effectivement à un régime de retraite légalement obligatoire contributif ou non contributif en pourcentage de la population en âge de travailler. Les prestations versées au titre d un régime de retraite complémentaire non légalement obligatoire sont exclues. Elles peuvent être attribuées sous condition de ressources ou non et peuvent provenir de régimes contributifs, universels, etc. c) Le taux de couverture effective mesure la part de la population qui bénéficie effectivement d une prestation de retraite par rapport à la population ayant atteint l âge légal de la retraite. Les chiffres correspondent au nombre de personnes qui reçoivent effectivement une prestation au titre d un régime légalement obligatoire contributif ou non contributif en pourcentage des personnes âgées en âge de recevoir cette prestation. 6 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

8 ANNEXE Mai N 19 Il s agit des prestations en espèces visant à protéger le risque vieillesse, et parfois les risques d invalidité ou de survie (veufs et veuves, orphelins, et plus largement personnes liées au défunt). Les prestations versées au titre d un régime de retraite complémentaire non légalement obligatoire sont exclues. Elles peuvent être attribuées sous condition de ressources ou non et peuvent provenir de régimes contributifs, universels, etc. Champ des régimes de retraite (source AISS et CLEISS) Le champ des régimes de retraite correspond aux personnes concernées par un régime légalement obligatoire de retraite. Les salariés du secteur public s entendent de tous les salariés soumis au droit public de l Etat concerné (fonctionnaires de l Etat et des collectivités territoriales, militaires, salariés sous contrat de droit public, etc.). Les salariés du secteur privé s entendent de tous les salariés soumis au droit privé, c est-à-dire placés en situation de subordination envers un employeur privé. Les travailleurs indépendants s entendent des travailleurs qui ne sont pas placés en situation de subordination envers un employeur public ou privé (professions libérales, commerçants, artisans, exploitants agricoles, auto entrepreneurs, etc.). L adhésion volontaire est la possibilité, prévue par la loi, pour un individu non obligatoirement affilié à un régime de retraite de base, d adhérer volontairement à ce régime. Sources de financement : répartition travailleur, employeur et Etat (source AISS) Les tableaux sur les sources de financement des régimes de retraite correspondent au pourcentage du salaire affecté au financement d un régime légalement obligatoire de retraite. Les contributions du travailleur, de l employeur ou de l Etat sont exprimées en pourcentage du salaire que reçoit le travailleur. Pas de contribution : aucun versement. Discrétionnaire / irrégulière : pas d obligation légale de versement / pas de périodicité du versement. Il s agit généralement du régime de base, mais il est possible qu une partie des cotisations finance un régime complémentaire légalement obligatoire. Pour certains pays, les cotisations financent d autres risques que le risque vieillesse, invalidité ou survivant. Dans ce cas, le risque vieillesse, invalidité ou survivant est financé à plus de 50 % de la contribution totale. Par manque d information pour tous les pays, il n est pas fait référence à l assiette de cotisation. Celle-ci est le plus souvent plafonnée, à des niveaux très variables. Âge et calcul de la retraite (source AISS) Âge légal de départ à la retraite L âge légal de départ à la retraite indiqué est l âge minimum fixé par la loi pour l ouverture des droits à pension sans abattement pour anticipation. Au titre d un régime, il existe parfois plusieurs âges de départ à la retraite : c est le cas notamment quand l âge est fixé en référence à une durée de cotisations, l âge peut également varier en fonction du secteur d activité, de la résidence (ruraux/urbains), etc. Dans ce cas, l âge indiqué est le plus représentatif en termes de personnes couvertes. Retraite anticipée L âge légal de départ en retraite anticipée est l âge minimum fixé par la loi 7

9 (suite) Remarques préliminaires pour l ouverture des droits à pension avec coefficient d anticipation. La retraite anticipée peut parfois s entendre d une retraite anticipée dans des conditions spécifiques (invalidité, pénibilité). L âge de départ en retraite anticipée n est pas systématiquement indiqué pour tous les régimes, par manque d information. Conditions minimum de durée d assurance Les conditions minimales d assurance ou de cotisation sont les conditions minimales exigées pour l ouverture des droits à pension. Les durées d assurance, sans autre précision, s entendent des durées de cotisations versées et/ou d affiliation à un régime de retraite. Les conditions sont exprimées en durées. Selon les pays et les régimes, elles sont exprimées en années, trimestres, mois ou jours. Nous nous sommes efforcés de les ramener à des années pour faciliter les comparaisons, ceci au prix d approximation et, peut-être, de certaines erreurs. Par exemple, nous avons estimé que les jours de cotisations nécessaires pour obtenir une pension dans le régime marocain des salariés du secteur privé correspondaient à 15 années, alors que ce chiffre peut être atteint en moins, ou plus de temps. A noter qu il n existe pas forcément une stricte équivalence entre les durées validées et les durées effectives d assurance ou de cotisation. Exemples : en France, un trimestre d assurance est acquis dès le moment où l assuré a cotisé sur une rémunération égale à 200 fois la rémunération horaire minimum obligatoire. Au Portugal, il est exigé 120 jours de rémunérations enregistrées pour la validation d une année. Période de référence pour le calcul de la pension ( sauf tableau Europe) Il s agit du salaire de référence calculé à partir du salaire perçu par l assuré pendant une certaine période, exprimée en années sauf durée inférieure. Il peut s agir : d une certaine durée : salaire calculé sur toute la carrière, salaire des 10 dernières années, etc. des meilleures années : salaire des 10 meilleures années, salaire des 5 meilleures dans les 10 dernières, etc. Par manque d informations, les notions de salaire plancher ou de salaire plafonné n apparaissent pas. Conditions pour une pension complète ou à taux plein ( tableau Europe) Une pension complète ou une pension à taux plein correspond au montant forfaitaire maximum, ou au pourcentage de salaire maximum, pouvant être obtenu dans le régime. La notion de pension complète n a de signification que dans le cas des régimes à prestations définies. Un régime à prestations définies est un régime qui s engage à payer des prestations d un montant prédéterminé. Les prestations définies peuvent être calculées à partir d un pourcentage du salaire de référence accordé par année validée, ou à partir d un montant forfaitaire également attribué au prorata des années validées. Dans les régimes à cotisations définies, les affiliées acquièrent un stock de droits dont le montant dépend du rendement du régime, ce rendement n étant pas fixé à l avance. Dans ce cas, les prestations reçues sont forcément liées aux cotisations versées. Les durées requises pour l obtention d une pension complète sont composées : des périodes contributives, périodes durant lesquelles les affiliées versent effectivement des cotisations ; des périodes non contributives assimilées, ces périodes sont prises en compte bien qu elles ne donnent pas lieu au versement de cotisations. Ces périodes sont donc validées «gratuitement». Elles correspondent selon les régimes aux périodes de maladies, de chômage, de formation, de service militaire, de congé parental, maternité, etc ; des majorations de durée qui donnent lieu à des suppléments gratuits de durées d assurance ; ces majorations sont souvent liées au nombre d enfants élevés. Calcul de la pension La présentation des formules de calcul est le plus souvent simplifiée. La capitalisation peut correspondre selon les cas à un versement en capital, à une sortie en rente ou à un mélange des deux. Le calcul en annuités Dans un régime en annuités, formule retenue par la plupart des régimes de base en France, la pension est calculée à partir de la durée d assurance validée au régime et d un salaire de référence qui correspond à la moyenne des revenus d activité soumis à cotisation pendant un certain nombre d années. Chaque année, l assuré acquiert un montant de pension représentant un pourcentage (le taux d annuité) du salaire de référence. A la date de départ à la retraite, la pension est ainsi égale à une part du salaire de référence multipliée par la durée d assurance. Les régimes en annuités affichent un objectif de revenu de remplacement. 8 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

10 > LES RETRAITES DANS LE MONDE Le calcul en points Dans les régimes en points, l assuré acquiert chaque année des points en fonction du montant de ses cotisations. Ces points se cumulent durant toute sa carrière. La contrepartie monétaire de ces points n est connue qu à la date de liquidation, en fonction de la valeur de service du point à cette date. Le calcul en comptes notionnels Un régime en comptes notionnels est un régime en répartition qui assure l équilibre actuariel, pour chaque génération, entre les cotisations versées et les pensions reçues. Chaque assuré est titulaire d un compte individuel sur lequel sont enregistrés ses droits à retraite. Les cotisations versées chaque année au nom de l assuré créditent son compte et augmentent son capital virtuel qui correspond au cumul des cotisations versées dans le passé et revalorisées. Le capital est virtuel car le régime fonctionne en répartition (les cotisations collectées financent les dépenses de retraite de l année courante). Il n y a pas d accumulation financière pour provisionner les engagements du régime. Le compte ne sert que d intermédiaire de calcul. Le capital virtuel est revalorisé chaque année selon un indice fixé par les gestionnaires du régime. L évolution de cet indice doit refléter au mieux le rendement implicite que le régime en répartition est capable d offrir sans remettre en cause son équilibre financier sur le long terme (la croissance, ou la décroissance, du PIB, de la masse salariale ou, dans un contexte de stabilité de l emploi, du salaire moyen). Le montant de la pension est proportionnel au capital virtuel accumulé à la date de liquidation des droits à la retraite. Le coefficient de proportionnalité, appelé coefficient de conversion, dépend de l âge effectif de départ à la retraite et de l espérance de vie à cet âge de la génération à laquelle appartient l assuré, c est à dire du nombre d années restant à vivre au moment de la retraite. Il dépend également du taux de rendement escompté du capital virtuel. 9

11 > LE MONDE Carte selon le type de régimes Assurances sociales Pensions universelles Fonds de prévoyance Comptes individuels Assistance Aucune donnée Nota : type le plus caractéristique. Pour une approche plus précise, voir cartes et tableaux par continent présentés ci-après. Carte couverture de la population âgée Proportion des bénéficiaires d une pension parmi les personnes ayant atteint l âge de la retraite Moins de 20 pour cent Entre 20 et 50 pour cent Entre 50 et 90 pour cent 90 pour cent et plus Aucune donnée Source : socle de protection sociale pour une mondialisation juste et inclusive «rapport Bachelet», OIT, octobre 2011, page Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

12 11

13 > AFRIQUE TUNISIE MAROC ALGERIE LYBIE EGYPTE SAHARA OCCIDENTAL MAURITANIE MALI NIGER ERYTHREE SENEGAL GAMBIE GUINÉE BISSAU GUINEE BURKINA FASO BENIN NIGERIA TCHAD SOUDAN DJIBOUTI SOMALIE SIERRA LEONE CÔTE D'IVOIRE TOGO GHANA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ETHIOPIE LIBERIA CAMEROUN GUINEE EQUATORIALE SAO TOME & PRINCIPE CONGO OUGANDA KENYA GABON RWANDA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO BURUNDI TANZANIE ANGOLA MALAWI MOZAMBIQUE ZAMBIE ZIMBABWE MADAGASCAR NAMIBIE BOTSWANA Assurances Sociales Pensions Universelles Fonds de Prévoyance Comptes Individuels Privés Aucune donnée Régimes Mixtes Assurances Sociales / Comptes Individuels Privés AFRIQUE DU SUD LESOTHO SWAZILAND 12

14 > AFRIQUE (Annexe) 1. Origine et type des régimes de retraite Date d origine du régime d assurance vieillesse Date d indépendance Type Afrique du Sud pensions universelles + assistance Algérie assurances sociales Angola n.d n.d. Bénin assurances sociales Botswana pensions universelles Burkina-Faso assurances sociales Burundi assurances sociales Cameroun assurances sociales Cap-Vert assurances sociales Comores (Union des Comores) n.d n.d. (République du Congo ou Congo-Brazzaville) assurances sociales Congo (République Démocratique du Congo ou Congo-Kinshasa, ex Zaïre) assurances sociales Côte d Ivoire assurances sociales Djibouti n.d assurances sociales Egypte assurances sociales Erythrée n.d n.d. Ethiopie assurances sociales Gabon assurances sociales Gambie assurances sociales + fonds de prévoyance Ghana assurances sociales + comptes individuels privés Guinée assurances sociales Guinée-Bissau n.d n.d. Guinée Equatoriale assurances sociales Kenya fonds de prévoyance Lesotho n.d pensions universelles Libéria assurances sociales + assistance Lybie assurances sociales Madagascar assurances sociales Malawi comptes individuels 13

15 (suite) 1. Origine et type des régimes de retraite Date d origine du régime d assurance vieillesse Date d indépendance Type Mali assurances sociales Maroc assurances sociales Maurice (Île) pensions universelles + assurances sociales Mauritanie assurances sociales Mayotte département d outre-mer assurances sociales Mozambique n.d assurances sociales + assistance Namibie pensions universelles + assurances sociales Niger assurances sociales Nigéria comptes individuels (privés) + assurances sociales Ouganda fonds de prévoyance République Centrafricaine assurances sociales Réunion département d outre-mer assurances sociales Rwanda assurances sociales Sao Tomé-Et-Principe assurances sociales Sénégal assurances sociales Seychelles pensions universelles + assurances sociales Sierra Leone assurances sociales Somalie n.d assurances sociales Soudan assurances sociales Swaziland fonds de prévoyance + assistance sociale Tanzanie (Union du Tanganyika assurances sociales et de Zanzibar) Tchad assurances sociales Togo assurances sociales Tunisie assurances sociales Zambie assurances sociales Zimbabwe assurances sociales 14 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

16 AFRIQUE (Annexe) Mai N Taux de couverture de la population active et de la population âgée par un régime de retraite légalement obligatoire Couverture légale 1 Actifs participant à un régime de retraite Couverture effective 2 Actifs participant à un régime de retraite Couverture effective 3 Bénéficiaires d une prestation de retraite Afrique du Sud 100 n.d. 76,4 Algérie 33 37,3 31,7 Angola n.d. n.d. n.d. Bénin 4 4,2 2,6 Botswana 100 n.d. n.d. Burkina-Faso 2 2,4 1,6 Burundi 5 3,3 3,8 Cameroun 11 11,5 9,1 Cap-Vert 35 21,7 90 Comores (Union des Comores) n.d. n.d. n.d. Congo (République du Congo ou Congo-Brazzaville) 14 7,5 17 Congo (République Démocratique du Congo ou Congo-Kinshasa, Ex Zaïre) 4 10,5 17,7 Côte d Ivoire 12 9,1 9,5 Djibouti n.d. 8,4 12 Egypte 39 27,7 n.d. Erythrée n.d. n.d. n.d. Ethiopie 1 n.d. n.d. Gabon 13 n.d. n.d. Gambie 11 2,9 3 Ghana 51 9,2 3,8 Guinée 17 10,8 3,1 Guinée-Bissau n.d. 1,5 n.d. Guinée Equatoriale 15 n.d. n.d. Kenya 10 6,7 n.d. 1. Le taux de couverture légale mesure la part des actifs concernés par un régime de retraite légalement obligatoire (contributif ou non contributif) par rapport à la population en âge de travailler. 2. Le taux de couverture effective mesure la part des actifs contribuant effectivement à un système de retraite légalement obligatoire (contributif ou non contributif) par rapport à la population en âge de travailler. 3. Le taux de couverture effective mesure la part de la population qui bénéficie effectivement d une prestation de retraite par rapport à la population ayant atteint l âge légal de la retraite. 15

17 (suite) 2. Taux de couverture de la population active et de la population âgée par un régime de retraite légalement obligatoire Couverture légale Actifs participant à un régime de retraite Couverture effective Actifs participant à un régime de retraite Couverture effective Bénéficiaires d une prestation de retraite Lesotho n.d. 3,6 81,6 Libéria 68 n.d. n.d. Lybie 21 38,1 n.d. Madagascar 13 37,3 31,7 Malawi n.d. n.d. n.d. Mali 36 4,2 2,6 Maroc 22 n.d. n.d. Maurice (Île) 100 2,4 1,6 Mauritanie 24 9,4 9,3 Mayotte n.d. n.d. n.d. Mozambique n.d. 1,7 19,9 Namibie 100 6,1 86,6 Niger 1 1,2 5,2 Nigéria 13 1,2 n.d. Ouganda 10 9,3 0,9 République Centrafricaine 79 n.d. n.d. Réunion n.d. n.d. n.d. Rwanda 53 4,1 12,1 Sao Tomé-Et-Principe 40 n.d. n.d. Sénégal 5 4,5 10 Seychelles 100 n.d. n.d. Sierra Leone 53 3,8 0,2 Somalie n.d. n.d. n.d. Soudan 47 2,9 3,8 Swaziland 32 n.d. n.d. Tanzanie 73 3,3 3,2 Tchad 2 1,6 1,6 Togo n.d. 5,7 3,1 Tunisie 50 34,5 55,1 Zambie 47 8,8 7,7 Zimbabwe 22 14,5 6,2 16 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

18 AFRIQUE (Annexe) Mai N Champ des régimes de retraite Secteur public Salarié du secteur privé Indépendants Adhésion volontaire Couverture universelle Afrique du Sud régimes spéciaux sous condition de ressources Algérie régimes spéciaux Bénin régimes spéciaux Botswana régimes spéciaux pension forfaitaire à 65 ans Burkina-Faso régimes spéciaux Burundi régimes spéciaux pour les anciens affiliés Cameroun régimes spéciaux pour les anciens affiliés Cap-Vert + régimes spéciaux certains indépendants Comores n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Congo (République du Congo ou Congo-Brazzaville) Congo (République Démocratique du Congo ou Congo-Kinshasa, ex Zaïre) régimes spéciaux régimes spéciaux pour les anciens affiliés Côte d Ivoire régimes spéciaux Djibouti n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Egypte régimes spéciaux Erythrée n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Ethiopie régimes spéciaux Gabon régimes spéciaux Gambie régimes spéciaux Ghana Guinée régimes spéciaux pour les anciens affiliés Guinée-Bissau n.d n.d. n.d. n.d. n.d. Guinée Equatoriale Kenya régimes spéciaux Lesotho Libéria régimes spéciaux Lybie régimes spéciaux sous condition de ressources 17

19 (suite) 3. Champ des régimes de retraite Secteur public Salarié du secteur privé Indépendants Adhésion volontaire Couverture universelle Madagascar régimes spéciaux sauf les saisonniers agricoles Malawi régimes spéciaux Mali régimes spéciaux Maroc régimes spéciaux Maurice régimes spéciaux régime de base universel Mauritanie régimes spéciaux pour les anciens affiliés Mozambique Namibie Niger régimes spéciaux pour les anciens affiliés Nigéria + régimes spéciaux Ouganda régimes spéciaux Rwanda Sénégal régimes spéciaux pour anciens salariés âgés de 40 ans et ayant définitivement perdu leur emploi Seychelles Sierra Leone Somalie n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Soudan régimes spéciaux exclusion secteur agricole et travailleurs à domicile Tanzanie régimes spéciaux Tchad régimes spéciaux Togo régimes spéciaux pour les anciens affiliés Tunisie régimes spéciaux salariés non agricoles régimes spéciaux Zambie + régimes spéciaux Zimbabwe indépendants et anciens affiliés 18 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

20 AFRIQUE (Annexe) Mai N Sources de financement : répartition salariés/employeurs/etat Salariés Employeurs Etat Afrique du Sud pas de contribution pas de contribution prise en charge complète du système Algérie 7 10 pas de contribution Angola n.d. n.d. n.d. Bénin 3,6 6,4 pas de contribution Botswana pas de contribution pas de contribution prise en charge complète du système Burkina-Faso 5,5 5,5 pas de contribution Burundi 2,6 3,9 pas de contribution Cameroun 2,8 4,2 pas de contribution Cap-Vert 3 7 pas de contribution Comores (Union des Comores) n.d. n.d. n.d. Congo (République du Congo ou Congo-Brazzaville) 4 8 pas de contribution Congo (République Démocratique du Congo ou Congo-Kinshasa, ex Zaïre) 3,5 3,5 contribution discrétionnaire, irrégulière Côte d Ivoire 3,2 4,8 pas de contribution Djibouti n.d. n.d. n.d. Egypte contribution discrétionnaire, irrégulière Erythrée n.d. n.d. n.d. Ethiopie 4 6 pas de contribution Gabon 2,5 5 pas de contribution Gambie pas de contribution 15 pas de contribution Ghana 5 12,5 pas de contribution Guinée 2,5 4 pas de contribution Guinée-Bissau n.d. n.d. n.d. Guinée Equatoriale 4,5 21,5 contribution discrétionnaire, irrégulière Kenya 5 5 pas de contribution Lesotho n.d. n.d. n.d. Libéria 3 3 pas de contribution Lybie 3,75 10,5 contribution discrétionnaire, irrégulière Madagascar 1 9,5 pas de contribution 19

21 (suite) 4. Sources de financement : répartition salariés/ employeurs/état Salariés Employeurs Etat Malawi n.d. n.d. n.d. Mali 3,6 5,4 pas de contribution Maroc 3,96 7,93 pas de contribution Maurice (Île) 3 6 contribution discrétionnaire, irrégulière Mauritanie 1 2 pas de contribution Mayotte n.d. n.d. n.d. Mozambique n.d. n.d. n.d. Namibie n.d. n.d. n.d. Niger 1,6 2,4 pas de contribution Nigéria 7,5 7,5 pas de contribution Ouganda 5 10 pas de contribution République Centrafricaine 4 3 pas de contribution Réunion n.d. n.d. n.d. Rwanda 3 3 pas de contribution Sao Tomé-Et-Principe 4 6 pas de contribution Sénégal 5,6 8,4 pas de contribution Seychelles régime universel : assurance sociale : nd 1 nd 1 contribution (garantie de l Etat) Sierra Leone ,5 Somalie n.d. n.d. n.d. Soudan 8 17 pas de contribution Swaziland 5 5 pas de contribution Tanzanie pas de contribution Tchad 2 4 pas de contribution Togo 4 8 pas de contribution Tunisie 4,74 7,76 pas de contribution Zambie 5 5 pas de contribution Zimbabwe 4 4 pas de contribution 20 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

22 AFRIQUE (Annexe) Mai N Âge et calcul de la retraite Âge de départ Retraite anticipée Condition de durée minimum d assurance (années) Période de référence pour le calcul de la pension (années) Calcul Afrique du Sud 60 condition de résidence montant forfaitaire Algérie H : 60 F : 55 H : 50 F : meilleures ou 5 dernières 37,5 % (15 années d assurance) + 2,5 % par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Bénin (immatriculation) Botswana 65 condition de résidence Burkina-Faso Ouvriers : 56 Employés : 58 Cadres : meilleures années dans la carrière 15 dernières 30 % (15 années d assurance) + 2% par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) montant forfaitaire 30 % (15 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Burundi ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable 30 % (15 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire Cap-Vert H : 65 F : meilleures 30 % (15 années d assurance) + montant forfaitaire annuel par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Cameroun (immatriculation) 3 ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable Comores n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Congo (Congo-Brazzaville) (immatriculation) 3 ou 5 meilleures des 10 dernières 30 % (15 années d assurance) + 1% par année d assurance supplémentaire 40 % (20 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Congo (République Démocratique du Congo, ex Zaïre) H : 65 F : dans les 10 dernières 3 dernières 30 % (15 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire Côte d Ivoire meilleures 20 % (15 années d assurance) + 1,33 % par année d assurance supplémentaire (1,70 % après le 01/01/2012) 21

23 (suite) 5. Âge et calcul de la retraite Âge de départ Retraite anticipée Condition de durée minimum d assurance (années) Période de référence pour le calcul de la pension (années) Calcul Djibouti n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Egypte meilleures des 5 dernières 36 % (10 années d assurance) + 3,6 % pour chaque année d assurance (max : 36 ans) Erythrée n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Ethiopie à dernières 30 % (10 années d assurance) +1,25 % (civil) ou 1,6 % (militaire) par année d assurance supplémentaire Gabon (immatriculation) 3 ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable 40 % (20 années d assurance) + 1 % par année d assurance supplémentaire Gambie capital constitué (75 % rente/25 % capital) Ghana meilleures 37,5 % (15 années d assurance) + 0,9 % par année d assurance supplémentaire Guinée 3 cas : dernières 30 % (15 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire Guinée-Bissau n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Guinée Équatoriale dernières 40 % (10 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire Kenya 60 capital + intérêts Lesotho 70 montant forfaitaire Libéria 60 (max : 65) Lybie H : 65 F : dernières 25 % (10 années d assurance) + 1 % par année d assurance supplémentaire dernières 50 % (20 années d assurance) + 2% par année d assurance supplémentaire Madagascar H : 65 F : 60 H : 60 F : (affiliation) 10 dernières 20 % (10 années d assurance) + 1 % pour les suivantes (max : 60 %) Malawi n.d. capital constitué. 22 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

24 AFRIQUE (Annexe) Mai N 19 Âge de départ Retraite anticipée Condition de durée minimum d assurance (années) Période de référence pour le calcul de la pension (années) Calcul Mali dernières 26 % (10 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Maroc dernières 50 % (15 années d assurance) + 1 % par année d assurance supplémentaire (max : 70 %) Maurice n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Mauritanie H : 60 F : (immatriculation) 3 ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable 30 % (15 années d assurance) + 1,33 % par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Mozambique n.d. n.d n.d n.d n.d Niger H : 60 F : (immatriculation) 3 ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable 20 % (15 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire (max : 80%) Nigéria n.d capital constitué Ouganda n.d n.d capital constitué République Centrafricaine ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable 40 % (20 années d assurance) + 1 % par année d assurance supplémentaire (max : 70%) Réunion. régimes de base et complémentaires français Rwanda ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable 30 % (15 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire Sao Tomé et Principe H : 62 F : meilleures dans les 10 dernières 30 % (10 années d assurance) + 1 % par année d assurance supplémentaire, jusqu à 25, + 2 % pour les années au delà Sénégal points de retraite n.d points x valeur du point 23

25 (suite) 5. Âge et calcul de la retraite Âge de départ Retraite anticipée Condition de durée minimum d assurance (années) Période de référence pour le calcul de la pension (années) Calcul Seychelles rég.universel 63 ass. sociale 60 5 (précédent la retraite) 10 (précédent la retraite) ou 20 5 dernières forfaitaire % (4 classes) Sierra Leone meilleures 30 % (15 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire Somalie n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. Soudan dernières 40 % (20 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Tanzanie meilleures dans les 10 dernières 30 % (15 années d assurance) + 1,5 % par année d assurance supplémentaire Tchad (immatriculation) 3 ou 5 dernières en retenant la solution la plus favorable 30% (15 années d assurance) + 1,2 % par année d assurance supplémentaire (max : 80 %) Togo dernières 20 % (15 années d assurance) + 1,33 % par année d assurance supplémentaire Tunisie dernières 40 % (10 années d assurance) + 2 % par année d assurance supplémentaire Zambie n.d. n.d. Zimbabwe dernier mois 13,3 % (10 années d assurance) + 1 % par année d assurance supplémentaire 24 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

26 AFRIQUE (Annexe) Mai N 19 25

27 > AMÉRIQUE DU NORD GROËNLAND ÉTATS-UNIS CANADA ÉTATS-UNIS Assurances Sociales Pensions Universelles Régimes Mixtes Assurances Sociales / Pensions Universelles 26

28 > AMERIQUE DU NORD (Annexe) 1. Origine et type des régimes de retraite / province Date d origine du régime d assurance vieillesse Date d indépendance Type Canada 1927 : assistance 1951 : pensions universelle 1966 : Régime des pensions du Canada Québec 1936 : assistance 1951 : pensions universelle 1966 : Régime des rentes du Québec 1867 pensions universelles + assurances sociales pensions universelles + assurances sociales Etats-Unis assurances sociales 2. Taux de couverture de la population active et de la population âgée par un régime de retraite légalement obligatoire / province Couverture légale 1 Actifs participant à un régime de retraite Couverture effective 2 Actifs participant à un régime de retraite Couverture effective 3 Bénéficiaires d une prestation de retraite Canada et Québec ,5 90,5 Etats-Unis 73 72, Le taux de couverture légale mesure la part des actifs concernés par un régime de retraite légalement obligatoire (contributif ou non contributif) par rapport à la population en âge de travailler. 2. Le taux de couverture effective mesure la part des actifs contribuant effectivement à un système de retraite légalement obligatoire (contributif ou non contributif) par rapport à la population en âge de travailler. 3. Le taux de couverture effective mesure la part de la population qui bénéficie effectivement d une prestation de retraite par rapport à la population ayant atteint l âge légal de la retraite. 27

29 3. Champ des régimes de retraite / province Secteur public Salariés du secteur privé Indépendants Adhésion volontaire Couverture universelle Assistance Canada et Québec + régimes spéciaux. Etats-Unis + régimes spéciaux (secteur public) 4. Sources de financement : répartition salariés/ employeurs/état / province Régime Employeur Salarié Réserves État Canada et Québec Sécurité de la Vieillesse régime financé par l impôt Etats-Unis Régime des Pensions du Canada Régime des Rentes du Québec Old-Age, Survivors and Disability Insurance (OASDI) 4,95 4,95 5,025 5,025 n.d. 6,2 6,2 28 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

30 AMERIQUE DU NORD (Annexe) Mai N Âge et calcul de la pension de retraite Régime Âge de départ à la retraite Retraite anticipée Condition de durée (années) Base de référence pour le calcul de la pension (années) Calcul Canada et Québec Sécurité de la Vieillesse 65 (porté à 67 ans d ici 2029) années de résidence 417 /mois en /40 ème par année de résidence Régime des Pensions du Canada et Régime des Rentes du Québec 65 (porté à 67 ans d ici 2029) 60 1 année de cotisation moyenne des 34 meilleures années 25% pour 40 années de cotisations Etats-Unis Old-Age, Survivors and Disability Insurance (OASDI) 66 (porté à 67 ans d ici 2022) années de résidence moyenne des 35 meilleures années 90% jusqu à 21% du salaire moyen américain, 32 % de 22 % à 127 % du salaire moyen américain, 15 % de 128 à 253 % du salaire moyen américain 29

31 > AMERIQUE LATINE MEXIQUE CUBA RÉPUBLIQUE DOMINICAINE HAÏTI BELIZE HONDURAS JAMAÏQUE PORTO RICO GUATEMALA SALVADOR NICARAGUA COSTA RICA VENEZUELA PANAMA COLOMBIE GUYANA SURINAME GUYANE FRANÇAISE EQUATEUR PÉROU BRÉSIL BOLIVIE Assurances Assurances Sociales Sociales Pensions Comptes Universelles Individuelles PARAGUAY Comptes pension Individuels universelle Privés Aucune Aucune donnée donnée Régimes Régimes Mixtes Mixtes Assurances Sociales / Comptes Individuels Privés CHILI URUGUAY Régimes Mixtes Pensions universelles / Comptes Individuels Privés ARGENTINE 30

32 > AMERIQUE LATINE (Annexe) 1. Origine et type des régimes de retraite Date d origine du régime d assurance vieillesse Date d indépendance Type Antigua-et-Barbuda assurances sociales + assistance Antilles néerlandaises (Curaçao,Sint Maarten) n.d. n.d. Argentine 1904 à 1958 (plusieurs rég.) 1816 assurances sociales + assistance Aruba (-Bas) n.d. n.d. Bahamas assurances sociales + assistance Barbade assurances sociales + assistance Belize assurances sociales + assistance Bolivie assurances sociales + pension universelle Brésil assurances sociales + assistance Caïmans (Îles) (Royaume-Uni) n.d. n.d. Chili comptes individuels + assistance Colombie comptes individuels + assurances sociales Costa Rica comptes individuels + assurances sociales Cuba assurances sociales + assistance Dominicaine (République) comptes individuels + assistance Dominique assurances sociales Équateur assurances sociales + assistance Grenade assurances sociales Guadeloupe département d outre mer (France). assurances sociales Guatemala assurances sociales Guyana assurances sociales 31

33 (suite) 1. Origine et type des régimes de retraite Date d origine du régime d assurance vieillesse Date d indépendance Type Guyane département d outre mer (France). assurances sociales Haïti assurances sociales Honduras assurances sociales Iles vierges britanniques 1979 assurances sociales Jamaïque assurances sociales Martinique département d outre mer (France). assurances sociales Mexique comptes individuels + assistance Nicaragua assurances sociales Panama assurances sociales + comptes individuels Paraguay assurances sociales Pérou comptes individuels + assurances sociales Porto-Rico (associé aux USA) n.d. n.d. Sainte Lucie assurances sociales (El) Salvador comptes individuels St Vincent-et-les-Grenadines assurances sociales St, Kitts-et-Nevis assurances sociales + assistance Suriname n.d n.d. Trinité-et-Tobago assurances sociales + assistance Uruguay 1829 à 1954 (plusieurs rég.) 1825 comptes individuels + assurances sociales + assistance Venezuela assurances sociales + assistance 32 Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites Mai N 19

Fonds pour l environnement mondial COÛT ADMINISTRATIF DU PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES DU CONSEIL

Fonds pour l environnement mondial COÛT ADMINISTRATIF DU PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES DU CONSEIL Fonds pour l environnement mondial Conseil du FEM 8-10 novembre 2005 GEF/C.27/8 30 septembre 2005 Point 12 a) de l ordre du jour COÛT ADMINISTRATIF DU PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES DU CONSEIL Décision recommandée

Plus en détail

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 PRÉSENTATION CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 TOURS PRÉLIMINAIRES ER TOUR Equipe Match Equipe Aller Retour Liberia Lesotho 0 0 Kenya Comores 0 Madagascar Ouganda

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 10 avril 2014 fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des

Plus en détail

Produits des privatisations (Millions de dollars de 1995) Dépenses de l'administration centrale (% du PIB)

Produits des privatisations (Millions de dollars de 1995) Dépenses de l'administration centrale (% du PIB) Dépenses de l'administration centrale Part du PIB (%) Entreprises d'état Part de intérieur brut (%) Produits des privatisations ( de 1995) Dépenses militaires Commerce (% du PIB à la PPA) Flux nets de

Plus en détail

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) Article 1 : NOM REGLEMENT INTERIEUR Article 1.1 : Le nom de l organisation est «l IAALD Groupe Afrique», ci-dessous

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

Liste des pays soumis ou non à l obligation de visa pour entrer en République fédérale d Allemagne

Liste des pays soumis ou non à l obligation de visa pour entrer en République fédérale d Allemagne Liste des pays soumis ou non à l obligation de visa pour entrer en République fédérale d Allemagne États Afghanistan Afrique du Sud Albanie (5) Algérie Andorre (4) Angola Antigua-et-Barbuda Arabie saoudite

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT UNCTAD/ITE/IIT/2005/3 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT Genève COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT Études de la CNUCED sur les

Plus en détail

FÊTES NATIONALES Janvier Février Mars

FÊTES NATIONALES Janvier Février Mars FÊTES NATIONALES Janvier 1 er Andorre Fête de l'indépendance 1 er Cuba Fête de la libération 1 er Haïti Fête de l'indépendance (1804) 1 er Soudan Fête nationale 4 Myanmar Fête de l'indépendance (1948)

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

État de la Convention internationale sur l élimination de toutes les formes de discrimination raciale

État de la Convention internationale sur l élimination de toutes les formes de discrimination raciale Nations Unies A/63/473 Assemblée générale Distr. générale 8 octobre 2008 Français Original : anglais Soixante-troisième session Point 62 a) de l ordre du jour Élimination du racisme et de la discrimination

Plus en détail

TARIFS VOIP A LA MINUTES

TARIFS VOIP A LA MINUTES TARIFS VOIP A LA MINUTES Tarif vers mobiles France : 0,14 HT/min vers tous les Gsm en France 24h/24 & 7j/7. Afghanistan Afrique du Sud Albanie Algérie Allemagne Andorre Angola Anguilla Antarctique Antigua

Plus en détail

only ORANGE SRR non bloqué (mode libre)

only ORANGE SRR non bloqué (mode libre) Tableau de synthèse Comparatif Roaming Réunion 214 pays pour les forfaits non bloqués et 158 pays (voix et SMS) pour les forfaits bloqués. Offres soumises à conditions au 15/10/2012. Nécessite un mobile

Plus en détail

1 Indicateur du développement humain

1 Indicateur du développement humain 1 Indicateur du développement humain MESURER LE DÉVELOPPEMENT HUMAIN : ACCROÎTRE LES CHOIX... Taux Taux brut de Différence de d alpha- scolarisation Valeur de classement Espérance bétisation combiné (du

Plus en détail

Convention internationale sur lʼélimination de toutes les formes de discrimination raciale (CIEDR), 1966

Convention internationale sur lʼélimination de toutes les formes de discrimination raciale (CIEDR), 1966 Convention internationale sur lʼélimination de toutes les formes de discrimination raciale (CIEDR), 1966 (voir significations des couleurs et des dates en fin de tableau) CIEDR Afghanistan 6 juillet 1983

Plus en détail

DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT ETAT DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT. Rapport du Secrétaire général

DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT ETAT DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT. Rapport du Secrétaire général Distr. GENERALE E/CN.4/1994/83 30 novembre 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION DES DROITS DE L HOMME Cinquantième session Point 22 a) de l ordre du jour provisoire DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À L'AVIATION CIVILE INTERNATIONALE SIGNÉE À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 (Mise à jour au 11 octobre 2011)

CONVENTION RELATIVE À L'AVIATION CIVILE INTERNATIONALE SIGNÉE À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 (Mise à jour au 11 octobre 2011) CONVENTION RELATIVE À L'AVIATION CIVILE INTERNATIONALE SIGNÉE À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 (Mise à jour au 11 octobre 2011) Entrée en vigueur : La Convention est entrée en vigueur le 4 avril 1947. Situation

Plus en détail

POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS

POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS Préambule L AEENAP a pour mission de soutenir ses membres dans la réalisation de leur projet d études. La bourse pour stage non-rémunéré a été instituée

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 26 mars 2015 fixant par pays et par groupe les taux de l indemnité d expatriation,

Plus en détail

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d ozone

Amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d ozone Texte original Amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d ozone 0.814.021.3 Conclu à Montréal le 17 septembre 1997 Approuvé par l Assemblée fédérale le 6

Plus en détail

Fiche de synthèse sur Le Protocole de Montréal (mise à jour effectuée le 8 août 2005)

Fiche de synthèse sur Le Protocole de Montréal (mise à jour effectuée le 8 août 2005) INSTITUT INTERNATIONAL DU FROID Organisation intergouvernementale pour le développement du froid INTERNATIONAL INSTITUTE OF REFRIGERATION Intergovernmental organization for the development of refrigeration

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

Berne, les 9 et 10 novembre 2010 (de 9 h 30 à 12 h 30 et de 15 à 18 heures), salle Heinrich von Stephan. Prendre note du présent document.

Berne, les 9 et 10 novembre 2010 (de 9 h 30 à 12 h 30 et de 15 à 18 heures), salle Heinrich von Stephan. Prendre note du présent document. UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 3 2010.1 Doc 23 CONSEIL D'ADMINISTRATION Commission 3 (Finances et administration) Comptabilité Berne, les 9 et 10 novembre 2010 (de 9 h 30 à 12 h 30 et de 15 à 18 heures),

Plus en détail

ACCORDS MULTILATÉRAUX

ACCORDS MULTILATÉRAUX ACCORDS MULTILATÉRAUX Accord relatif à l échange d informations sur la surveillance radiologique en Europe du Nord (2001) Cet Accord a été conclu par l Allemagne, le Danemark, l Estonie, la Finlande, l

Plus en détail

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 A. Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l enseignement (Paris, le 14 décembre 1960) Groupe I (Parties à la Convention

Plus en détail

LA CONVENTION MULTILATERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA CIPRES

LA CONVENTION MULTILATERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA CIPRES Projet «Appui et conseil aux Administrations Publiques Africaines responsables des initiatives sur la Migration et le Développement dans la route migratoire de l Afrique de l Ouest» ATELIER DE PLAIDOYER

Plus en détail

Le poids économique des principaux espaces linguistiques dans le monde

Le poids économique des principaux espaces linguistiques dans le monde fondation pour les études et recherches sur le développement international Le poids économique des principaux espaces linguistiques dans le monde Ferdi, novembre 2014 Etude réalisée par Céline Carrère

Plus en détail

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda. Le Point sur les APE dans les régions Africaines Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.sn LES CONFIGURATIONS REGIONALES AFRICAINES NEGOCIANT UN APE Afrique de

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013 L atome pour la paix Conférence générale GC(56)/12 25 juillet 2012 Distribution générale Français Original : Anglais Cinquante-cinquième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(56)/1

Plus en détail

Statistiques. Statistiques économiques et sociales mondiales en rapport avec le bien-être des enfants.

Statistiques. Statistiques économiques et sociales mondiales en rapport avec le bien-être des enfants. Statistiques Statistiques économiques et sociales mondiales en rapport avec le bien-être des enfants. NOTE GÉNÉRALE SUR LES DONNÉES PAGE 76 EXPLICATION DES SIGNES PAGE 76 CLASSEMENT DES PAYS SELON LEUR

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

organisations internationales)f

organisations internationales)f 0BOrdonnance de 1989 sur le droit d auteur (conventions et * organisations internationales)f Citation (du 17 mai 1989) 1. La présente ordonnance peut être citée comme l ordonnance de 1989 sur le droit

Plus en détail

Rapport mondial de suivi sur l éducation pour tous

Rapport mondial de suivi sur l éducation pour tous 0 Rapport mondial de suivi sur l éducation pour tous Sergey Maximishin/Panos Une classe du village géorgien de Zartsem, en Ossétie du Sud, dévastée durant la guerre d août. 98 TABLEAUX STATISTIQUES Tableaux

Plus en détail

TARIFS PROFESSIONNELS Détail des zones tarifaires

TARIFS PROFESSIONNELS Détail des zones tarifaires TARIFS PROFESSIONNELS Détail des zones tarifaires Au 01 janvier 2012 TARIFS PROFESSIONNELS iliad TELECOM Généralités Tous les prix iliad TELECOM s'entendent en Euros Hors Taxe (HT) et par minute depuis

Plus en détail

Prix des appels à l international (après mise en relation de 0,10 par appel)

Prix des appels à l international (après mise en relation de 0,10 par appel) Prix des appels en France métropolitaine : Vers des portables 0,19 0,19 / min Vers la messagerie (1 2 3) Vers les numéros d'urgence (15, 112, 119, 115, 17 & 18) Prix des appels à l international (après

Plus en détail

Tarif Tarif Entreprises au départ d un téléphone fixe de La Réunion

Tarif Tarif Entreprises au départ d un téléphone fixe de La Réunion Tarif Tarif Entreprises au départ d un téléphone fixe de La Réunion Date : 1er octobre 2015 Les prix sont indiqués en euro hors taxes. La souscription à un contrat professionnel (Contrat Professionnel,

Plus en détail

Prix mobiles Proximus (cartes prépayées)

Prix mobiles Proximus (cartes prépayées) Prix mobiles Proximus (cartes prépayées) 01/07/2015 Les prix repris dans les tableaux ci-dessous sont exprimés TVA incl. en EUR/min, EUR/SMS, EUR/MB et EUR/MMS. A Appel émis SMS émis MMS Pays de l'union

Plus en détail

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Suède Merci de citer ce chapitre comme suit :

Plus en détail

Convention n o 138 concernant l âge minimum d admission à l emploi

Convention n o 138 concernant l âge minimum d admission à l emploi Texte original Convention n o 138 concernant l âge minimum d admission à l emploi 0.822.723.8 Conclue à Genève le 26 juin 1973 Approuvée par l Assemblée fédérale le 18 mars 1999 1 Instrument de ratification

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

CONSEIL. Cent cinquante et unième session. Rome, 23-27 mars 2015. État des contributions courantes et des arriérés au 16 mars 2015

CONSEIL. Cent cinquante et unième session. Rome, 23-27 mars 2015. État des contributions courantes et des arriérés au 16 mars 2015 Mars 2015 CL 151/LIM/2 Rev.1 F CONSEIL Cent cinquante et unième session Rome, 23-27 mars 2015 État des contributions courantes et des arriérés au 16 mars 2015 Résumé Le présent document fait le point de

Plus en détail

Appel vers un numéro de GSM

Appel vers un numéro de GSM Afghanistan 2,20 2,20 0,40 Afrique du Sud 2,20 2,20 0,40 Albanie 2,20 2,20 0,40 Algérie 2,20 2,20 0,40 Allemagne 1,05 0,75 0,40 Andorre 1,05 0,75 0,40 Angola 2,20 2,20 0,40 Anguilla 2,20 2,20 0,40 Antigua-et-Barbuda

Plus en détail

S. Bourgeat. Topo pour l agreg interne.

S. Bourgeat. Topo pour l agreg interne. 2. Découpages régionaux, nouveaux territoires et aménagement des territoires ( Réflexions appliquées aux sujets de l agrégation) Fichier préparatoire à la séance du 28 Septembre 2006 S. Bourgeat. Topo

Plus en détail

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE 14 ANNEXE IV DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE Je soussigné (e) (1). épouse Professeur des universités - Praticien hospitalier (2) Maître de conférences des universités - Praticien hospitalier (2) En

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES SOUS-DIRECTION DES ETRANGERS ET DE LA CIRCULATION TRANSFRONTIERE Bureau de la circulation transfrontière et des visas DLPAJ/ECT/2 B/AB/N Paris;

Plus en détail

CARTES À COMPLÉTER ET À ÉTUDIER

CARTES À COMPLÉTER ET À ÉTUDIER CARTES À COMPLÉTER ET À ÉTUDIER CANADA 1- Donne un titre à ta carte. 2- Colorie toutes les étendues d eau en bleu. 3- Situe et colorie de couleurs différentes les 10 provinces canadiennes sur la carte.

Plus en détail

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459 CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 49 e Réunion du Comité permanent Punta del Este, Uruguay, 1 er juin 2015 SC49 03 Surplus de fonds administratifs 2014, état du financement des délégués

Plus en détail

A) Liste des pays tiers dont les ressortissants sont soumis à l'obligation de visa pour franchir les frontières extérieures. 1.

A) Liste des pays tiers dont les ressortissants sont soumis à l'obligation de visa pour franchir les frontières extérieures. 1. Lists of third countries whose nationals must be in possession of visas when crossing the external borders and of those whose nationals are exempt from that requirement A) Liste des pays tiers dont les

Plus en détail

Bonn, Allemagne, 14-15 octobre 2015 EXÉCUTION DU BUDGET DE LA CMS AU COURS DE LA PÉRIODE DE JANVIER À AOÛT 2015

Bonn, Allemagne, 14-15 octobre 2015 EXÉCUTION DU BUDGET DE LA CMS AU COURS DE LA PÉRIODE DE JANVIER À AOÛT 2015 Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage Secrétariat assuré par le Programme des Nations Unies pour l Environnement 44 ème Réunion du Comité Permanent Bonn,

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

Moyens de locomotion Les bébés En vacance Les sports

Moyens de locomotion Les bébés En vacance Les sports Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 L alphabet L alphabet Quelques sons Les chiffres en lettres +, -, x, : Tableau vierge

Plus en détail

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre expertise en réponse à vos enjeux Nous accompagnons les opérateurs télécoms de la définition de leur stratégie à sa mise en œuvre sur l ensemble

Plus en détail

Informations et tarifs de Téléphonie IP pour les particuliers abonnés à Internet par le câble

Informations et tarifs de Téléphonie IP pour les particuliers abonnés à Internet par le câble Informations et tarifs de Téléphonie IP pour les particuliers abonnés à Internet par le câble Offre de Téléphonie soumise à condition, sous réserve de faisabilité technique et du paiement éventuel d un

Plus en détail

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Pays 2 Intérêts 3 Dividendes 4 Redevances

Plus en détail

Règlement du Contrôle Migratoire

Règlement du Contrôle Migratoire Règlement du Contrôle Migratoire Conditions requises par les autorités migratoires de la République du Costa Rica pour l'entrée des Étrangers - Être muni d'un Visa d'entrée, dans le cas où il est exigé,

Plus en détail

Taxe mensuelle Fr. 5. Appels vers les réseaux fixes en Suisse et les pays D, F, I, A, FL, ES et PT

Taxe mensuelle Fr. 5. Appels vers les réseaux fixes en Suisse et les pays D, F, I, A, FL, ES et PT M-Budget * Taxe mensuelle Fr. 5. Appels vers les réseaux fixes en Suisse et les pays D, F, I, A, FL, ES et PT Appels vers les mobiles en Suisse Fr. 0.03/min. Fr. 0.30/min. La facturation des communications

Plus en détail

LA CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) Cinquième Session de la Conférence des Parties contractantes Kushiro, Japon, 9-16 juin 1993

LA CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) Cinquième Session de la Conférence des Parties contractantes Kushiro, Japon, 9-16 juin 1993 LA CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) Cinquième Session de la Conférence des Parties contractantes Kushiro, Japon, 9-16 juin 1993 RESOLUTION 5.2 : SUR LES QUESTIONS FINANCIERES ET BUDGETAIRES

Plus en détail

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Les Etats doivent absolument avoir accès à des données sur les ressources à la disposition des systèmes de santé pour déterminer

Plus en détail

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger.

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger. 43 % Pourcentage d enfants de moins de 5 ans souffrant d insuffisance pondérale au Yémen. 87 % Pourcentage de décès aux USA dus à des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

MARTINIQUE, GUADELOUPE, ST-MARTIN, ST-BARTHÉLÉMY, GUYANE

MARTINIQUE, GUADELOUPE, ST-MARTIN, ST-BARTHÉLÉMY, GUYANE GUIDE DE L'OFFRE MARTINIQUE, GUADELOUPE, ST-MARTIN, ST-BARTHÉLÉMY, GUYANE Octobre 2014 DIGICEL.FR La BOX by Digicel est une offre de MEDIASERV S.A.S. au capital de 2 185 000. R.C.S. de Pointe-à-Pitre 351

Plus en détail

Chiffres clés Les engagements volontaires et solidaires à l international en 2014

Chiffres clés Les engagements volontaires et solidaires à l international en 2014 Chiffres clés Les engagements volontaires et solidaires à l international en 2014 1 L année 2014 a été marquée par une avancée historique en matière de reconnaissance du volontariat et de sa contribution

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 22 octobre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES Première session extraordinaire New York, 26 novembre 2007

Plus en détail

Cofinancement des vaccins

Cofinancement des vaccins Cofinancement des vaccins Foire aux questions Février 2015 1. Qu entend-on par cofinancement? Gavi définit le "cofinancement" comme les contributions des gouvernements nationaux à la prise en charge d

Plus en détail

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies Superficies cultivées 2002 cultivables Superficie en % des superficies cultivables () () (%) Nord 65 320 000 28 028

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

CONVENTION POUR LA RÉPRESSION D ACTES ILLICITES DIRIGÉS CONTRE LA SÉCURITÉ DE L AVIATION CIVILE SIGNÉE À MONTRÉAL LE 23 SEPTEMBRE 1971

CONVENTION POUR LA RÉPRESSION D ACTES ILLICITES DIRIGÉS CONTRE LA SÉCURITÉ DE L AVIATION CIVILE SIGNÉE À MONTRÉAL LE 23 SEPTEMBRE 1971 État CONVENTION POUR LA RÉPRESSION D ACTES ILLICITES DIRIGÉS CONTRE LA SÉCURITÉ DE L AVIATION CIVILE SIGNÉE À MONTRÉAL LE 23 SEPTEMBRE 1971 Entrée en vigueur : La Convention est entrée en vigueur le 26

Plus en détail

Extrait d'acte de naissance récent (moins de trois mois) traduit en français.

Extrait d'acte de naissance récent (moins de trois mois) traduit en français. F.40 Carte de Séjour Temporaire «Compétence et Talents» Première demande (introduction) -articles L.315-1 à 3, L.315-7 & R.315-4 du CESEDA Concerne le ressortissant étranger, qui réside hors de France,

Plus en détail

Règlement 2015. Festival International de Films de Fribourg. Sélection officielle Compétition internationale : Courts métrages

Règlement 2015. Festival International de Films de Fribourg. Sélection officielle Compétition internationale : Courts métrages Règlement 2015 Festival International de Films de Fribourg Sélection officielle Compétition internationale : Courts métrages Délai inscription : vendredi 19 décembre 2014 Délai envoi screener : vendredi

Plus en détail

LISTE DE PRIX TÉLÉCOMMUNICATIONS VoIP Etat septembre 2014 (en CHF inclus TVA)

LISTE DE PRIX TÉLÉCOMMUNICATIONS VoIP Etat septembre 2014 (en CHF inclus TVA) Page 1 de 5 Suisse Sous réserve d'erreurs ou d'omissions Witecom à Witecom 0.00 00 Arrondi du prix final au centime supérieur CH Fixe 0.03 CH Swisscom Mobile 0.25 Pas de frais d'établissement de la CH

Plus en détail

Samuel KINGUE Professeur de Médecine, FMSB, UY1 Directeur des Ressources Humaines, MINSANTE, Ydé.

Samuel KINGUE Professeur de Médecine, FMSB, UY1 Directeur des Ressources Humaines, MINSANTE, Ydé. MIGRATION DES PERSONNELS DE LA SANTE : DONNEES ACTUELLES, PROPOSITION DE SOLUTION Samuel KINGUE Professeur de Médecine, FMSB, UY1 Directeur des Ressources Humaines, MINSANTE, Ydé. LA MIGRATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Groupements géographiques 1

Groupements géographiques 1 ANNEXE 2 Groupements de pays utilisés dans cette évaluation Groupements géographiques 1 Continent Région Sous-région Pays et territoires inclus dans cette évaluation Afrique Afrique du Sud, Algérie, Angola,

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE. l assurance sociale comprend les régimes légaux d assurance maladie et pensions.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE. l assurance sociale comprend les régimes légaux d assurance maladie et pensions. RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Nomenclature SCC Contribution compensatoire de l Etat (State Compensation Contribution) Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes tchèques (CZK).

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

DANEMARK. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes danoises (DKK).

DANEMARK. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes danoises (DKK). DANEMARK Nomenclature AMU ATP Arbejdsmarkedsuddannelserne (Formations pour le marché du travail) Arbejdsmarkedets Tillægspension (Régime de retraite complémentaire du marché du travail) Unité monétaire

Plus en détail

PRESENTATION. La Fabrique des Cinémas du Monde au Festival de Cannes - 8ème édition

PRESENTATION. La Fabrique des Cinémas du Monde au Festival de Cannes - 8ème édition PRESENTATION La Fabrique des Cinémas du Monde au Festival de Cannes - 8ème édition La Fabrique des Cinémas du Monde est un programme développé par l Institut français pour favoriser l émergence de la jeune

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique TEXTE SIGNALE

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique TEXTE SIGNALE BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique TEXTE SIGNALE ARRÊTÉ fixant la liste des groupes d indemnité de résidence et modifiant les montants de l indemnité de résidence en application du décret

Plus en détail

Eléments de calendrier historique des droits familiaux et conjugaux. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Eléments de calendrier historique des droits familiaux et conjugaux. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 mars 2007 à 9 h 30 «Eléments de constat sur les droits conjugaux et familiaux en France et à l étranger, analyse juridique du principe d égalité

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement. Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture

Programme des Nations Unies pour l environnement. Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture NATIONS UNIES UNEP/FAO/RC/COP.4/22 RC Distr. : Générale 22 mai 2008 Programme des Nations Unies pour l environnement Français Original : Anglais Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l

Plus en détail

C/106/17. Original : anglais 6 octobre 2015 CONSEIL. Cent sixième session REACTUALISATION SUCCINCTE

C/106/17. Original : anglais 6 octobre 2015 CONSEIL. Cent sixième session REACTUALISATION SUCCINCTE Original : anglais 6 octobre 2015 CONSEIL Cent sixième session REACTUALISATION SUCCINCTE DU PROGRAMME ET BUDGET POUR 2015 TABLE DES MATIERES Introduction.... 1 Tableaux synoptiques...... 2 PARTIE I ADMINISTRATION..

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Situation du paludisme et indication de la chimioprophylaxie selon les pays et territoires.

Situation du paludisme et indication de la chimioprophylaxie selon les pays et territoires. 280 3 juin 2014 BEH 16-17 Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2014 Tableau 5 Situation du paludisme et indication de la chimioprophylaxie selon les pays et territoires. Afghanistan P. vivax

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

PARTIE 5 DÉTACHEMENT LE DÉTACHEMENT ÉTRANGER-FRANCE FINANCIERS FLUX MOUVEMENTS. page 125

PARTIE 5 DÉTACHEMENT LE DÉTACHEMENT ÉTRANGER-FRANCE FINANCIERS FLUX MOUVEMENTS. page 125 PARTIE 5 LE LE FLUX FINANCIERS ÉTRANGERFRANCE page 125 MOUVEMENTS MIGRATOIRES LE AVANT PROPOS 127 à 131 SYNTHÈSE 132 à 133 RÈGLEMENTS EUROPÉENS > Détachements et pluriactivités. 134 à 136 > Le détachement

Plus en détail

Racheter des trimestres de retraite

Racheter des trimestres de retraite Racheter des trimestres de retraite > > > > À défaut de justifier avoir cotisé suffisamment longtemps, le montant de la retraite est amputé par l application d une décote. Une des grandes innovations de

Plus en détail

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Elus locaux Note d information n 14-05 du 14 janvier 2014 Mise à jour du 03/04/2014 Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Références Article 18 de la loi de financement de

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

4. Avantage comparatif de la pisciculture en eau douce

4. Avantage comparatif de la pisciculture en eau douce 37 4. Avantage comparatif de la pisciculture en eau douce Dans la présente section nous appliquons l approche ACR dans le cadre d une évaluation régionale de l avantage comparatif des pays pour l élevage

Plus en détail

Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI

Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI INTERNATIONAL ELECTROTECHNICAL COMMISSION Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI Françoise Rauser Programme des Pays Affiliés à la CEI & Liaisons Internationales La CEI en Afrique:

Plus en détail