un gratuit qui se lit N 62 - du 10/04/13 au 15/05 /13

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "un gratuit qui se lit N 62 - du 10/04/13 au 15/05 /13"

Transcription

1 un gratuit qui se lit N 62 - du 10/04/13 au 15/05 /13

2

3 Politique culturelle Polémique Israël en France, Syndeac 4 Nanotechnologies 5 Forum euromedinculture 6 La Fabric, le C et l P13 7 Camille Claudel, le Vélo Théâtre 8 arseille-provence 2013 Le FRC 10 Villa éditerranée, Pavillon 11 GR This is not music, Festins de éditerranée 13 Salon de Provence, Quartiers créatifs, 14 Générik Vapeur La Folle histoire, Opératour 15 Picasso céramiste, Château de Servières 16 ntretien avec Bernar Venet 17 appamundi, Pavillon Vendôme 18 Voies Off, VitaNONnova 19 Critiques Théâtre 20 à 23 Jeune public/cirque 24, 25 Danse 26, 27 usique 28 à 35 u programme Théâtre 36 à 41 Jeune public 42, 43 Cirque 44 Danse 46 à 49 usique 50 à 55 Cinéma 56 à 61 rts visuels 62 à 64 Rencontres 64 à 65 Littérature Rencontres 66 à 70 Livres 72 à 74 Conférences 75 Sciences 76 Patrimoine 78, 79 Bon appétit messieurs Parfois, lorsqu un juge met l ancien chef de l État en examen, lorsqu un ministre ment effrontément devant l ssemblée nationale, lorsqu un conseil général vote la prise en charge des frais de justice d un président accusé d association de malfaiteurs, le seul refuge pour la pensée reste la littérature Ô ministres intègres! Conseillers vertueux! Voilà votre façon De servir, serviteurs qui pillez la maison! Donc vous n avez pas honte et vous choisissez l heure, L heure sombre où l spagne agonisante pleure! Donc vous n avez ici pas d autres intérêts Que remplir votre poche et vous enfuir après! Soyez flétris, devant votre pays qui tombe, Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe! essieurs, en vingt ans, songez-y, Le peuple, j en ai fait le compte, et c est ainsi! Portant sa charge énorme et sous laquelle il ploie, Pour vous, pour vos plaisirs, pour vos filles de joie, Le peuple misérable, et qu on pressure encor, sué quatre cent trente millions d or! t ce n est pas assez! L état s est ruiné dans ce siècle funeste, t vous vous disputez à qui prendra le reste! Ce grand peuple espagnol aux membres énervés, Qui s est couché dans l ombre et sur qui vous vivez, xpire dans cet antre où son sort se termine, Triste comme un lion mangé par la vermine! Tous pourris? Non. ais 175 ans après Ruy Blas, on aimerait avoir un peu avancé Il n y a pas de République sans vertu, disait ontesquieu avant Hugo. Dont acte, enfin? GNÈS FRSCHL ensuel gratuit paraissant le deuxième mercredi du mois dité à exemplaires imprimés sur papier recyclé dité par Zibeline SRL 76 avenue de la Panouse n arseille Dépôt légal : janvier 2008 Directrice de publication Rédactrice en chef gnès Freschel Imprimé par Rotimpress iguaviva (sp.) photo couverture La Villa éditérranée gnès ellon photographeagnesmellon.blogspot.com RetrouveZ Zibeline et vos invitations sur notre site Secrétaires de rédaction Dominique arçon Delphine ichelangeli rts Visuels Claude Lorin Livres Fred Robert usique et disques Jacques Freschel Thomas Dalicante Dan Warzy Cinéma nnie Gava Élise Padovani Philosophie Régis Vlachos Sciences Christine ontixi Polyvolantes Chris Bourgue aryvonne Colombani Gaëlle Cloarec arie-jo Dhô arie Godfrin-Guidicelli nne-lyse Renaut aquettiste Philippe Perotti Directrice commerciale Véronique Linais La Régie Jean-ichel Florant Collaborateurs réguliers : Frédéric Isoletta, Kévin Derveaux, Yves Bergé, Émilien oreau, Christophe Floquet, Pierre-lain Hoyet, Clarisse Guichard, Christine Rey

4 04 P O LI T I Q C LT R L L Faut-il boycotter les artistes Israéliens? À la suite de la publication par le consulat d Israël à arseille d une saison Israël en scènes, sorte de catalogue d une quarantaine d artistes Israéliens présents dans les événements de P2013, un collectif s est créé pour s opposer à ce qui est apparu comme une récupération. Pas en notre nom, qui a recueilli plus de 300 signatures d artistes, s émeut du «Culture washing» que pratique l État d Israël : pour faire oublier une politique colonialiste internationalement impopulaire l État hébreu montre qu il subventionne les arts et mène une véritable politique culturelle, message allant de pair avec celui qu il est «la seule démocratie de cette région du globe». C est oublier qu une démocratie ne se mesure pas seulement à l exercice d élections libres, mais qu un régime qui occupe des territoires en dépit des résolutions internationales, qui n assure pas une citoyenneté égale, qui exerce la force à l encontre d hommes maintenus prisonniers sur leurs terres ne peut se prétendre une démocratie. Faut-il pour autant boycotter ses artistes? La vigilance est de rigueur pour contrecarrer l opération de culture washing, mais nombre d artistes Israéliens ne sont pas en accord avec la politique menée par l État où ils vivent. Il n y a qu à regarder leurs œuvres : la création de Guy Carrara dans le cadre de cirque en capitales avec la Cie Orit Nevo (voir Zib 61) mettait en scène l horreur du mur de Gaza, par la danse d hommes se heurtant à des portes fermées, par de longs plans vidéos du mur. Cette œuvre-là, même si elle est subventionnée par Israël, ne pourrait que desservir toute tentative de propagande. Pourtant le collectif Pas en notre nom a raison de prôner la vigilance : visiblement des structures associées par le consulat au programme Israël en scène n ont pas été mises au courant! insi la Friche a demandé le retrait de son logo, le photographe Patrick Zachmann, qui sera exposé au uc, refuse de faire partie de cette «saison» où il s est retrouvé associé sans son avis. De fait, cette «programmation» regroupe des artistes subventionnés par l État d Israël, d autres à qui il a simplement payé les billets d avion, d autres encore qui sont citoyens israéliens mais n ont pas perçu d aides financières, d autres encore comme Zachmann qui sont Français mais ont simplement travaillé sur la mémoire juive. Qui n appartient pas à l État d Israël. Quant à bsalon, il est certes Franco Israélien, mais est mort depuis 20 ans. Difficile donc de savoir s il aurait aimé figurer dans ce programme. Israël en scène est donc une opération de communication menée étrangement Pas en notre nom a su souligner la récupération, il ne faudrait pas que sa vigilance ne s exerce qu à l égard de l État hébreu, et qu il oublie de regarder comment est financé le Festival russe (la politique de la Russie en Tchétchénie est-elle plus acceptable?), le Cirque de Pékin (au Tibet?), et dans tous les régimes plus ou moins dictatoriaux du monde. Les artistes qui vivent dans ces pays-là doivent ils refuser l argent de leur gouvernement et ne plus exercer leur art sur les scènes internationales? t ne peut-on leur faire crédit, tout en restant attentif au message politique de leurs œuvres, sur leur capacité à représenter un contre-pouvoir? GNÈS FRSCHL Qu ils crèvent les artistes C est par ces mots de Tadeus Kantor que le SYNDC PC (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles) commence son communiqué de presse du 2 avril. Qui passe en revue les baisses de budget des collectivités en 2013 : de 6 à 12% pour la Région, 12% pour le CG des Hautes-lpes, de 10 à 50% pour les compagnies varoises, de 10% pour le CG 13 (en dehors de l opéra de arseille), et de 4.3% pour le ministère de la Culture. Les artistes de notre région ne sont plus seulement menacés : la catastrophe est là, ils ne pourront plus vivre. Le SYNDC rappelle qu on ne peut demander à un secteur exsangue, qui va de baisses alarmantes en sabrages successifs depuis des années, de participer à un effort demandé à chacun à cause de la crise. Il a raison : on ne prive pas de pain ceux qui meurent de faim, et les artistes, hors quelques-uns qui raflent toute la mise, sont devenus par des politiques d exclusion successives les derniers bénéficiaires des dépenses culturelles, qui vont aux festivals et événements prestigieux, puis aux bâtiments, puis au fonctionnement matériel des lieux, puis à la diffusion, puis à la création si il reste quelque chose. Les artistes ont au mieux des salaires de misère, la plupart du temps le RS ou de maigres indemnités, ou vivent d autre chose n tous les cas ils n ont depuis plusieurs années déjà plus les moyens de produire. Priver aujourd hui les entreprises culturelles de 10 à 15% de leurs subventions reviendrait à assécher totalement la part que celles-ci peuvent encore consacrer à la production. Sans artistes, les théâtres seront-ils amenés à ne produire que des conférences, les cinémas à ne projeter que du répertoire ou des blockbusters, les musées à vivre de leurs fonds sans pratiquer la commande publique, les salles de concert à diffuser de la musique enregistrée? st-ce la fin de la culture VIVNT? Combien de temps tiendrons-nous avec des conserves, quand les artistes seront morts? Tenez vos engagements! Toutes les collectivités de la Région s étaient engagées à ne pas baisser leurs subventions à la culture durant l année Capitale. Toutes les ont sabrées. Pas par plaisir, mais parce que leurs ressources diminuent Non seulement elles ont financé leur participation en puisant sur leur budget courant sans l augmenter, ce qu elles avaient toutes promis, très officiellement, de ne pas faire, mais encore aujourd hui elles tranchent avec une brutalité jamais égalée dans les subventions lors même que chacun sait que la culture est un facteur de développement économique, ce qui prouve que, en plus de trahir leurs engagements, elles sont capables d agir dans l affolement immédiat contre leur intérêt à moyen terme. Ces coupes dans les budgets de la culture ne sont pas une fatalité : les (vraies) dépenses culturelles sont une goutte d eau dans l océan des dépenses publiques, et il suffirait d une volonté politique pour décréter que ces secteurs sont préservés. urélie Filippetti a courageusement coupé dans des dépenses concentrées à Paris et sur de grands projets, pour «sanctuariser» la création. Il faut désormais se battre pour que nos collectivités territoriales, qui voient leurs budgets généraux sabrés, conservent les moyens de mener d une politique culturelle qui compense un peu l insupportable centralisation des dépenses publiques, qui va contre les principes d égalité de notre république..f.

5 Les nanos à la l upe Depuis quinze ans déjà, une révolution est en marche : les nanotechnologies et les nanosciences partent à la conquête de l infiniment petit en étudiant, fabriquant et manipulant des structures à l échelle de quelques nanomètres (soit un millionième de millimètre). Les techniques se perfectionnent à grande vitesse dans des domaines scientifiques variés (électronique, mécanique, chimie, optique, biologie) et promettent de bouleverser notre quotidien par l apport de nouveaux matériaux, de nouveaux procédés industriels, de nouveaux traitements médicaux Ce qui n est pas sans soulever de nombreuses questions éthiques dans un espace normatif encore à définir. ais quel est donc cet étrange «nanomonde»? D un point de vue économique la réponse est simple : un immense réservoir de profit. n effet la technologie des nanoparticules manufacturées a généré 147 milliards de dollars sur l année 2008 avec des prévisions à court terme tablant sur 3000 milliards de dollars. utant dire que l industrie a vite intégré cette discipline de l infiniment petit, les avancées très sensibles des moyens actuels de communication constituant la partie visible d un iceberg dont la partie immergée reste à étudier et à développer industriellement, notamment en nanomédecine. On peut dès lors se demander, comme toujours lorsque de tels volumes économiques sont en jeu, si les intérêts de l homme et de la société conditionnent seuls le transfert entre recherche et développement ou si les profits industriels exercent une pression majeure sur les choix opérés. insi ces nanotechnologies pourraient profiter à des secteurs entiers de l économie avant d envahir notre quotidien Pourtant ils constituent une réelle rupture technologique, comme le fut la microtechnologie avec les microprocesseurs dans les années , ce qui n est pas sans conséquences : les nanoproduits font débat, suscitant des craintes légitimes et soulevant également des questions éthiques. n haut risque multiple, pour tous Comme toute activité humaine, les nanotechnologies comportent des risques ; la difficulté, pour mesurer ces risques et s en prémunir, réside d abord dans la capacité à recenser les nanoparticules manufacturées, à développer des méthodes de mesure de ces particules aujourd hui difficilement détectables par des moyens simples, vu leur taille. Ce qui complique l évaluation du rapport bénéfices/ risques engendré par leur développement : peu de données sont aujourd hui disponibles quant à leurs effets sur l homme ou les écosystèmes. Or leur rapport surface/volume et leur taille permettent un dépassement des barrières biologiques par une diffusivité augmentée à très petite échelle. Les risques «classiques» de la chimie du vivant seraient donc accrus. C est bien ce qui inquiète les associations de citoyens. De plus, au-delà de ces risques physiologiques, des problèmes sociétaux se posent, en particulier celui du non-respect de la liberté individuelle : est-il tolérable d être soumis à notre insu à ces particules invisibles, en l absence d une maîtrise fiable de la filière de production, d études sérieuses sur leurs effets biologiques, en l état actuel des connaissances parcellaires? Il est en effet crucial que face à cette révolution des nanosciences, poussant la matière dans ses derniers retranchements, les scientifiques et les décideurs poursuivent leurs travaux dans le respect de la personne. Ici, le rôle du débat citoyen prend tout son sens, car permettre une plus grande couverture médiatique doit faciliter la mise en œuvre d un cadre réglementaire, même s il ne faut pas tout attendre de la réglementation : une fois les risques sur la santé humaine contenus (et ceux-ci ne le sont pas), le risque pour l Homme n en sera pas pour autant maîtrisé. Les progrès opérés grâce à la miniaturisation dans le domaine des biotechnologies sont un exemple flagrant à cet égard : les «laboratoires sur puce» (lab on chip) permettent, même si leur développement reste du domaine de la recherche, un diagnostic génétique beaucoup plus rapide et moins coûteux qu avec les outils actuels. Quelle maîtrise aura-t-on sur l utilisation de cette information génétique rendue facilement accessible? Les fichages les plus complets seront possibles, et la tentation d un eugénisme correctif. n débattre ne s improvise pas! À l heure où la culture scientifique et technique va devenir une compétence obligatoire des conseils régionaux, il semble urgent que tous les partenaires (éducatifs, politiques) s emparent de la question de la formation à l éthique pour que le débat dépasse les peurs irraisonnées. Le premier forum les nanos dans la peau qui a été proposé aux citoyens le 19 mars à l Hôtel de région constitue bien un engagement dans ce sens. Il s agit aujourd hui de faire entendre à tous qu une révolution technologique à hauts risques est en route. CHRISTIN ONTIXI 05 P O LI T I Q C LT R L L xtraits du rapport du ministère de l Écologie et du Développement durable, 2006 Les perspectives économiques justifient les considérables efforts de recherche et développement sur les nanotechnologies. Le contraste n en est que plus frappant avec le caractère encore très limité des études d impact sanitaire des nanotechnologies, de leur production à leur destin final (déchets) et la proposition très insuffisante des enveloppes budgétaires destinées à ce type d investigation. Cet impact peut être de nature strictement sanitaire, mais aussi social et éthique. [ ] Les conséquences possibles de la mise en œuvre des nanotechnologies sont pour l essentiel imprévisibles [ ]. Néanmoins, certaines applications ou usages devraient susciter une particulière vigilance : ainsi les processus de séparation isotopique de radioéléments pourraient être grandement facilités par les nanotechnologies. ne interprétation possible est que la fabrication d armes nucléaires va s en trouver simplifiée. [ ] La population professionnelle exposée par la fabrication, la mise en œuvre et l usage des nanoparticules va croître rapidement, de façon dispersée et peu identifiable. L exposition des consommateurs croîtra également rapidement, soit par utilisation explicite et contrôlée des nanoparticules (cosmétiques, nouveaux médicaments), soit par relargage de celles-ci à partir de substances dont elles visent à modifier les propriétés, sans que le consommateur soit averti de leur présence. De même, l exposition des riverains d installations productrices ou utilisatrices [ ] Il existe de multiples arguments convergents obtenus à partir des diverses approches expérimentales (études cellulaires, tissulaires chez l animal, mais aussi études chez l homme) pour affirmer l existence d une réactivité biologique particulière des nanoparticules. Les nanoparticules peuvent donc représenter un danger pour l homme. Néanmoins il n existe pas actuellement suffisamment de données ni de méthodologies adaptées pour évaluer les risques pour la santé de l homme. Rapport complet disponible :

6 Des modèles en crise u Théâtre Liberté de Toulon se tenait, du 21 au 23 mars, le Forum euroméditerranéen du réseau euromedinculture : l occasion de tables rondes, ateliers et spectacles autour des politiques culturelles dans cet espace géographique dense et divers. La première rencontre de ce forum qui s attachait à interroger les «nouveaux modèles économiques pour les arts et la culture», fit voir, de façon flagrante, la différence des réalités économiques d une rive à l autre, mais aussi une certaine inadéquation des cadres d intervention des financements, avec les réalités locales. n llemagne ce sont les régions et les villes qui financent la culture expliqua Herta Pietsch-Zuber, responsable de la culture de la Ville de unich. Celle-ci, qui «a pleinement conscience que la culture est un vecteur de développement» lui consacre 5.2% de son budget, soit 160 millions, tandis que le Land de Bavière lui alloue plus de 300 millions! lle note pourtant que ces moyens stagnent depuis des années, alors que les charges s accroissent considérablement, que financer les équipements et troupes salariées dans un pays comme l llemagne a un coût plus élevé qu ailleurs : «le système est en danger de basculer, les fonds vont vers les institutions installées, et les projets indépendants ne parviennent plus à émerger.» Ricardo Vasquez (directeur de la culture du Var qui cofinançait le forum) qualifia le système français de monarchique. «C est l État qui décide de ce qui est bon ou ne l est pas. Ses budgets sont en baisse, il s est déchargé du paiement des artistes par le régime de l intermittence, ou du RS pour les plasticiens. ais cela n empêche pas l hypercentralisation de ses financements : presque tout va à Paris, il faut faire partie des cercles approuvés pour tourner dans les réseaux nationaux. ujourd hui on enlève des moyens fiscaux aux collectivités territoriales, et cela va déboucher sur une véritable crise du financement de la culture, majoritairement assumé par les communes, même si l État continue d attribuer des labels et de décider des directions comme si il était le principal payeur.» arina Barham, modératrice (Palestine), confirma que le système français était perçu en urope comme opaque, fondé sur une compétition permanente qui nécessitait d appartenir à des cercles Bien sûr, la réalité de la Jordanie est tout autre : même si le Royaume est un modèle de stabilité dans la région, expliqua Lina ttal (King Hussein Foundation), les budgets alloués à la culture sont minimes, et les acteurs culturels doivent «tricher» pour obtenir des financements internationaux au nom des droits de l homme : la culture ne fait pas partie des préoccupations nationales, en dehors de l attrait touristique. t en Tunisie «la culture sert à décorer le politique» explique Rochdi Belgasmi, chorégraphe. ais une scène indépendante se construit grâce à la liberté nouvelle, et au soutien du peuple qui participe bénévolement, achète des produits dérivés, s implique Se dessine donc le paysage paradoxal d une urope figée dans d anciens systèmes en crise, et de pays plus pauvres faisant feu de tout bois. Pour quel modèle? GNÈS FRSCHL

7 La Fabric enchantée? 10 mois après le début du chantier, le gros œuvre de La Fabric est achevé. L ensemble architectural de 9000m 2 imaginé par aria Godlewska, sous la maîtrise d ouvrage du Festival d vignon, sera livré le 7 juin. Pari tenu pour le nouveau lieu de répétitions et de résidence, qui sera inauguré (gratuitement et en extérieur) le 5 juillet en ouverture de la 67 e édition avec une Topofiction du Groupe F, et visitable par le public toute la journée du 6. Nicolas Stemann baptisera la salle modulable avec Faust I + II, 8 heures durant, du 11 au 14, et Krzysztof Warlikowski, qui ouvre également à Varsovie un lieu de création, prendra le relais du 19 au 25 avec un Cabaret Varsovien. Le «rêve de Vilar» devient donc réalité et offre à Hortense rchambault et Vincent Baudriller une sortie de piste «historique», Olivier Py leur succédant à la direction en Lors de la présentation de la 67 e édition, les représentants des institutions ayant financé le projet (10 partagés à part égale entre État, Ville d vignon, Département de Vaucluse, Région PC) s accordaient à louer la nécessité de cet outil qui permettra au «plus grand festival de théâtre du monde» de «trouver son ancrage dans le XXI e siècle». Quant à son ancrage dans la région la question de l opportunité d un tel investissement des collectivités locales, pour un Festival qui s attache trop ponctuellement à soutenir la création des territoires qui le financent, et semble viser essentiellement une reconnaissance parisienne et internationale, ne fut pas soulevée. La Fabric changera-t-elle quelque chose à l impression de «colonisation» estivale que vivent beaucoup de Vauclusiens? ura-t-elle le même rôle de pôle régional de création que la Scène nationale de Cavaillon par exemple, qui à l heure actuelle se meurt faute de financements locaux? Les publics du territoire ne seront quant à eux pas oubliés. La Fabric est née à la croisée des chemins entre créations et actions de sensibilisation, qui permettent au Festival de lever le voile «sur les mystères de la création» et de s ancrer dans un quartier périphérique plutôt moribond, quasiment déserté par le tissu associatif et culturel, sur le terrain d un ancien collège ZP entre onclar et Champfleury. Ce lieu dédié à la création (salle de répétition aux dimensions de la Cour transformable pour accueillir 600 spectateurs, espace de résidence avec 18 logements, ateliers techniques, foyer) assoit la volonté de développement culturel et d éducation artistique dans les quartiers. Il s agit même d une «opération à tiroir» selon la aire arie-josée Roig, puisqu est prévu en 2015 l installation sur le même terrain de l École d rt qui laisse son hôtel particulier pour l extension de la Collection Lambert. ais «ce formidable outil permanent de démocratisation culturelle» ne soignera pas tout seul les carences éducatives, sociales et culturelles envers une population en situation d exclusion. Hortense rchambault rappelait avec justesse que «les collectivités devront prendre en compte la nécessité de rouvrir un centre social et penser l aménagement urbain pour la réussite du projet». ichèle ddala, qui œuvre dans les quartiers d vignon, souvent dans l ombre, depuis plus de 25 ans avec la cie ises en Scène, en témoignera, à sa manière, en créant La parabole des papillons, une pièce mêlant acteurs et amateurs, issue d ateliers de parole menés auprès de femmes. lles auront dans cette édition leurs mots à dire, enfin! Car si La Fabric permet à des femmes et à des compagnies d ici d être financées et entendues durant le Festival, et pas seulement dans des manifestations périphériques, Hortense rchambault et Vincent Baudriller auront vraiment accompli quelque chose! DLPHIN ICHLNGLI La conférence de presse de la 67 e édition du Festival d vignon, qui se tiendra du 5 au 26 juillet, a eu lieu le 18 mars à la Salle Benoit XII, vignon La Fabric, mars 2013 D. l'exposition Cet art de m'entreprendre, P 13, devant Les Pingouins de Gilles illaud, collection ac arseille X-D.R Ouvrir le fonds public À l heure des baisses budgétaires généralisées, les institutions publiques voient d un bon œil le rapprochement de l art et des entreprises et espèrent que ces frottements déboucheront sur des projets communs, sans influencer les contenus artistiques. Vœu pieu? Comme le usée d art contemporain qui «s est laissé entreprendre» par l P13 : «c est important que le ac s inscrive dans la dynamique de la ville car le public des chefs d entreprises est celui qui a le potentiel économique». n pragmatisme contagieux puisque le Fonds départemental des Nouveaux collectionneurs au collège (3 juin/1 er août), le Fonds communal d art contemporain de la Ville de arseille (12 août/18 octobre) et le Frac (4 novembre/27 janvier 2014) jouent le jeu de l exposition Cet art qui m entreprend, dévoilant ainsi aux acteurs privés une partie de leurs collections publiques. ne véritable malle aux trésors dans laquelle il a fallu opérer un choix draconien : 600 pièces au ac, 1800 au Fonds communal créé en 1949, 80 aux Nouveaux collectionneurs et 960 au Frac! Comme l opération vise à susciter d autres mécénats, l P13 a pris soin d éclairer les œuvres par des textes didactiques et des visites commentées, ultime «service après-vente» pour le commissaire d exposition Bernard untaner qui espère «que les expositions entreprendront l entrepreneur pour qu il entreprenne l art». Premier volet donc, avec u bord de l eau, auquel écènes du sud s associe en sélectionnant 4 artistes-lauréats sur la thématique «Donnez-nous de vos nouvelles». essage reçu!.g.-g. et 07 P O LI T I Q C LT R L L

8 Camille Claudel, l immortelle 08 P O LI T I Q C LT R L L Vieil aveugle chantant, bronze posthume, Camille Claudel 1894 D. 70 ans après sa disparition, un siècle après son internement à l Hôpital de ontfavet (ancien asile de ontdevergues), Camille Claudel reçoit hors du musée Rodin l hommage qui est dû à son talent immense. n montant l exposition De la grâce à l exil au musée des rcades, dans le centre hospitalier où elle agonisa 30 ans jusqu à sa mort, la commissaire d exposition ireille Tissier, psychologue clinicienne, renverse l histoire en y faisant revenir l artiste «non par la folie, mais par la création», et en ouvrant au public les portes de l hôpital psychiatrique. «Être une femme sculptrice au XIX e n était pas aisé mais Camille ne s inscrivait pas dans une lutte féministe. lle sculptait parce que c est là qu elle apaisait son être. Créer lui permettait de satisfaire une jouissance insatiable» explique-t-elle. 12 œuvres de la collection particulière de sa petite nièce Reine-arie Paris sont alignées dans des box de verre, et le théâtre intérieur de l artiste et sa puissance de travail opèrent. Du cri du Vieil aveugle chantant à la sensualité de La Valse, malgré des reflets lumineux (ou grâce), nous tournons autour de ses bronzes pour goûter aux détails, pris dans le mouvement de la chair exaltée, découvrant la force de son œuvre autobiographique, en grande partie détruite, de sa fascination pour le corps, l abandon, la vieillesse. n miroir sont exposées les fascinantes œuvres des patients actuels, issues des ateliers de psychothérapie à médiation créatrice. Le psychiatre René Pandelon, responsable des ateliers, est convaincu que «l art-thérapie améliore la condition des patients», rappelant «l extermination douce des malades psychiatriques pendant la guerre. On n aura plus la nécessité de faire ce travail de mémoire pour taire le remords. Les «fous» sont des gens qui souffrent, qui peuvent créer et enrichir la société.» Le thème, décliné en trois axes, la femme, la folie la création, est lié à un projet scientifique et culturel : colloque avec psychiatres, agrégés de lettres et historiens de l art (26 avril), parcours mémorial Sur les pas de Camille, spectacles danse (Lettres de Camille, mai) et théâtre (Camille d Honores, 31 mai- 1 er juin), livre d étude, documentaire. À l issue de cette célébration, la Collection Lambert et le Palais des Papes présentent du 9 juin au 11 nov Les Papesses. 30 œuvres de la sculptrice (l Âge mûr, le buste de Rodin) croisées à celles de Louise Bourgeois, Berlinde De Bruyckere, Kiki Smith et Jana Sterbak, 2013, l année Claudel et des femmes-artistes! D.. Camille Claudel. De la grâce à l exil du 30 mars au 2 juin usée des rcades, centre hospitalier de ontfavet Voir dans Zib 61, la critique du film Camille Claudel 1915 Sur les chemins du Vélo Depuis que la Cie Vélo Théâtre, fondée par Charlot Lemoine et Tania Castaing, a investi en 1991 une friche industrielle à pt, baptisée du même nom, la culture sur le bassin aptésien a un vrai p tit vélo dans la tête. Soutenu par la Ville, la Région et le Département, le Vélo Théâtre est depuis 2002 Pôle régional de développement culturel (et Pôle départemental depuis 2006), avec un projet lieu/compagnie autour de l aménagement culturel du territoire mêlant création et accueil d artistes (15 cies en résidence cette saison, 12 de la région). C est aussi grâce à la reconnaissance, internationale de la compagnie qu il s est vu missionné en 2009 par le ministère de la Culture comme Lieu de compagnonnage marionnette et théâtre d objets, le seul en Paca. près le théâtre ntrouvert, le Collectif T de N+1 est associé. Ce laboratoire de rencontres et de diffusion mise sur l accès à l art pour tous et le décloisonnement, malgré un contexte financier incertain. Si le Vélo reçoit une aide globale au fonctionnement, la compagnie n a pas d aide à la création. «Notre rôle est de garantir à la population une proximité avec les formes Cie Bout d'om, festival Greli Grelo Velo Theatre artistiques, maintenir le niveau d aide aux autres et nous autoproduire un équilibre difficile à tenir» explique Sébastien Lauro-Lillo, délégué général. De fait, loin de toute logique marchande, la compagnie a une douzaine de spectacles à son répertoire en tournée, ne produit pas tous les ans, et sa dernière création La Grenouille au fond du puits croit que le ciel est rond (les 14 et 15 mai au théâtre Durance, voir p42.) a creusé le déficit. ais pas question pour le Vélo de s endormir sur ses doutes, en attendant de savoir si les dotations de l État auprès des Régions seront maintenues, «sachant qu on est dans un territoire reculé avec une vision du milieu rural appauvrie malgré une vraie richesse culturelle». insi, 3000 spectateurs ont suivi du 1 er au 9 mars le 6 e festival jeune public Greli Grelo (www.velotheatre.com/greli-grelo/). Sept compagnies locales, régionales, européennes ont joué dans 5 communes, en écoles, crèches, sous un chapiteau dans un quartier, à une politique tarifaire volontariste (3 ). Cette démocratisation de l offre culturelle, avec un aller retour entre local et international et une mixité sociale intergénérationnelle, fait référence en Vaucluse! DLPHIN ICHLNGLI Vélo Théâtre, pt

9

10 10 P rtefacts et puis s en vont Il y avait du monde, et du beau, lors de l inauguration! Cécile Helle, vice-présidente à la Culture de la Région, présidente du Fonds Régional d rt Contemporain, a loué le «symbole de ce FRC nouvelle génération», a rappelé que «depuis l impulsion donnée par Jack Lang, les FRC constituent aujourd hui la 3 e collection française d art contemporain.» C est bien le paradoxe de cette institution, assise sur des sacs d or qu elle ne peut vendre : l art contemporain est un investissement que les spéculateurs connaissent bien, capable de rapporter très rapidement, pour peu qu on ait du nez, et les FRC en ont, 400% de bénéfice. ais 2.45 d euros de budget de fonctionnement c est assez peu pour remplir toutes ses missions : expositions dans ses murs et sur le territoire, acquisitions, entretien et restauration, pédagogie, diffusion, résidence d artistes, programmation d événements artistiques et conférences, production théorique ttentive à cette diversité d objectifs, urélie Filippetti a surtout évoqué «la diffusion de l art contemporain», parlant avec une émotion sensible de la visite de lycéens dans l après-midi. ichel Vauzelle, quant à lui, en profita pour interpeller sur la «beauté de bâtir», réfutant l idée qu en cas de crise il fallait réduire les investissements culturels «outils indispensables à la démocratie». Des discours généreux mais qui cachent mal les problèmes qu ils évoquent en creux : les «efforts budgétaires» évoqués par la ministre aboutissent à ce que le budget d acquisition, c est-à-dire ce qui revient en bout de course à acheter des œuvres aux artistes, soit réduit à une part plus que congrue : euros (70% Région, 30% État), soit moins de 10% du fonctionnement, l équivalent de ce que la Région peut donner, seule, à un long métrage (voir p 61). Comment veut-on que les plasticiens vivent? Quant au bâtiment, situé dans l hyper centre, il semble avoir été fini à la hâte et à l économie : béton blanchi, verre, métal enduit de gris confèrent aux espaces d exposition une esthétique industrielle sans originalité. Seul l emblématique mur rideau extérieur y échappe, et les espaces de repos entres les salles d expo, terrasse et jardins ustérité contagieuse xposition inaugurale, La Fabrique des possibles s inscrit comme naturellement dans cet écrin austère. L art s est inspiré en maints endroits de l univers scientifique et technique. Fernand Léger s émouvait de la beauté de la culasse d un canon, les Futuristes louaient les nouvelles technologies de leur temps, Duchamp instillait de la mécanique dans son œuvre et Tinguely y prenait un plaisir destructeur. Bien d autres poursuivent cet élan aujourd hui. Des artistes présentés plusieurs ont bénéficié de résidences et partenariats avec des laboratoires scientifiques 1. Ce Yannick Papailhau, Rack, ateriaux divers, bois, inox. 5 x 3 x 2.75m. Production FRC PC C. Lorin/Zibeline rapprochement, parfois fécond comme pour Bettina Samson, propose une muséographie et des objets souvent rudes au regard du visiteur. Car le choix du directeur Pascal Neveux s est porté sur une dimension expérimentale et exploratoire qui caractériserait la démarche du FRC. Pour une expo inaugurale ouverte au plus grand nombre la posture est hardie! Plans, maquettes, croquis, notes et intentions, documents en vitrines composent avec les œuvres exposées un itinéraire complexe, suggèrent des cheminements qui devraient s expliciter dans le catalogue à venir. ais plutôt qu une démonstration didactique, l exposition propose un background où interfèrent art et pensée scientifique : apparaissent alors des utopies, de la poésie au cœur de la technique, de la technologie. insi des hybridations d nthony Duchêne, l imposant dispositif à panneaux combinatoire (référence aux systèmes des réserves muséales) de Yannick Papailhau. L intérêt de la posture artistique serait-elle contenue dans le détournement de l univers des sciences, concept, process, low/high tech? D après Nadège Laneyrie-Dagen 2, l esprit scientifique est né dans les prospections artistiques au tournant du oyen-âge à la Renaissance, celles qui ont délaissé la représentation symbolique pour l exploration du réel, un temps où «les artistes agissent comme de précoces savants». Vinci lâche la peinture «lorsqu il veut décrire des phénomènes précis [ ] lui préfère le dessin et les commentaires écrits pour exposer les causes». Comment appréhender alors les croquis, les images annotées de Klein, Baquié, Rottier ou Fuller? À choisir entre l art ou la science nul n est tenu, l intérêt résidant dans leurs métissages. Quitte à rajouter un peu de poésie et de la couleur s il en reste dans les réserves? CLD LORIN T GNÈS FRSCHL 1 implantés à la Technopole de Château Gombert 2 Nadeije Laneyrie-Dagen, L invention de la nature, Flammarion, 2008 La Fabrique des Possibles jusqu au 26 mai FRC PC, arseille

11 n mois d Le Pavillon poursuit son ouverture permanente, toujours plus fréquenté, par des habitants et des touristes qui viennent y chercher de l information immédiate, mais aussi par des gens qui viennent assister aux micro événements, regardent les expo et les performances (Street art le 12 avril, Yacine Hachani le 19 avril de 10h à 15h ), s attardent aux Before, aux Colos du samedi (voir zib 61), aux propositions du P tit m (une demi-heure à 11h30, 15h et 16h30 tous les samedis, avec au programme Ben Colibri pour une performance de live-painting le 13 avril, la Cie les Déclownes le 20, les humoristes multitâches le 28 ) Les musées de arseille continuent de présenter leurs Trésors exquis issus de chaque collection (voir Zib 61), en s attachant le 17 avril à accompagner les enfants, avec goûter offert! (de 14h à 17h). P2013 présente ses Rencontres capitales tous les jours de la semaine à 15h : Levers de rideau sur la programmation, teliers de l uroméditerranée, les artistes et les programmateurs expliquent leurs choix, et on peut ce mois-ci y croiser Bernar Venet, nne Guiot qui racontera la Folle Histoire des arts de la rue, Julie de uer qui parlera du GR2013 Le Conseil Général 13 s est installé dans les 400m 2 de la mezzanine pour tout le mois d avril, pour une programmation d événements non stop autour du numérique : ateliers, spectacles, conférences s y succèdent de 11h à 17h, autour de l éducation culturelle, de l écriture en réseau... La parole est donnée à nombre d associations culturelles et éducatives, patrimoniales aussi, et des spectacles jeune public ont lieu trois fois par semaine, les mercredis, samedis et dimanches à 11h. vec la Baleine qui dit «vagues» (voir p 69), le Groupe maritime de théâtre pour Jeunesse de Conrad (les 20 et 21 avril) Bref, on pourrait aisément y passer toutes ses journées, s il ne fallait pas travailler!!.f. Vers un parlement euroméditerranéen? ichel Vauzelle ne pouvait rêver mieux, pour inaugurer «sa» Villa, que ce premier sommet des Présidents des Parlements nationaux de l nion pour la éditerranée : les 42 pays étaient présents, ont dialogué, pris semble-t-il quelques résolutions, et décidé d une «déclaration conjointe». ne première depuis 2008 et surtout, comme le soulignait artin Schulz, Président du Parlement européen qui dirigeait également ce sommet des PP, la première fois qu aucun représentant d une dictature n était présent dans leurs rangs! n «signal fort» que ces «42 parlements librement élus», qui sont parvenus à discuter de problèmes concrets, écologiques et économiques, voire politiques. «C est une chance historique, sans précédent, de créer une zone de coopération interrégionale. Nous sommes des voisins, nous devons résoudre ensemble les problèmes de la migration en éditerranée, décider de modes d agriculture durable, trouver un développement économique harmonieux qui ne plonge pas la rive sud et le sud de l urope dans la désespérance, résoudre le chômage des jeunes par des mesures pratiques.» ême si le conflit Israélo Palestinien a été évité («nous voulions résoudre des problèmes, et là la solution ne nous appartient gnès ellon pas»), la position de l llemagne et de l urope du Nord a clairement été remise en cause : «Les régions les plus riches de cette zone de coopération doivent travailler à ne plus accepter le déséquilibre économique, et le désespoir intégral du chômage des jeunes. L union européenne doit tenir la promesse de la coopération économique et politique chez elle, et avec l P.» ne Villa culturelle? À l issue de ce sommet, on comprend le rôle que ichel Vauzelle, désormais Chargé de mission du Président de la République pour la éditerranée, veut faire jouer à sa Villa : c est évidemment le lieu idéal, et artin Schulz l a souligné, pour que se tiennent de grands forums politiques internationaux. ais il s agit également d un bâtiment culturel, au sens large : dès cette première manifestation 1200 jeunes de tous les pays ont eu la parole, et ont exprimé leurs inquiétudes, qui ont été prises en compte par les politiques. «La Villa éditerranée c est là, disait ichel Vauzelle en désignant la mer et l esplanade, et le président ici c est vous tous.» n rêve qu il faudra concrétiser par une programmation culturelle et artistique ambitieuse : l équipement en a les moyens, à l heure où le secteur culturel est mis à mal avec une violence inédite (voir p4). Si l on ne peut que saluer l investissement dans un tel bâtiment si beau et d ores et déjà utile, il est regrettable que son inauguration coïncide avec une baisse notable des subventions culturelles de la Région, et ce pendant l année de la Capitale Culturelle uropéenne. GNÈS FRSCHL À venir n raison de problèmes techniques imprévus, un certain nombre d événements culturels ont dus être reportés, mais non annulés! Le prochain grand rendez vous, public celui-là, est un grand Forum du quotidien Libération, pour ses quarante ans. spérons que Nicolas Demorand et son équipe y feront preuve de moins d ironie désinvolte que lors de leur précédent forum, à la Friche, sur la presse (voir Zib 61). Il sera question cette fois d lger, de réinventer le commerce éditerranéen, de la «Tragédie» Syrienne, des révolutions et de la jeunesse, dans les pays rabes mais aussi en Grèce et en spagne. Il y sera question également du traitement de l information, en Israël et à Tunis, et d l-jazeera. Des journalistes et sociologues seront présents, mais aussi des artistes, des politiques, des militants. Huit grands débats variés sur la éditerranée au présent, pour y faire avancer l exercice de la démocratie. Forum Libération les 19 et 20 avril Villa éditerranée, arseille 11 P

12 12 P Pourquoi un GR? Le GR2013 est une des productions de la capitale culturelle. n sentier de grande randonnée qui relie tout le territoire, et met en relief sa diversité : littoral, étang, collines, paysages urbains souriants ou rudes, la richesse des perspectives et la diversité des habitants y est traversée Inauguré en plusieurs lieux du 22 au 24 mars (voir ci-dessous) par des marcheurs enthousiastes suivis par GPS, guidés par endroits par des conteurs du paysage, accompagné par des fanfares et des batucadas, le GR2013 a donc vu le jour, entreprise qui n aurait pu avoir lieu sans la capitale culturelle, tant elle nécessite une concertation complexe La promenade initiée par Hendrik Sturm intitulée «Le plateau d rbois : au centre du GR2013» en est une parfaite démonstration. L artiste-promeneur nous entraîne dans sa lecture des lieux, sculptant les espaces. ne carte IGN, un GPS de poche, de vieilles photographies, un tableau permettent une approche du terrain particulière : les traces -livres abandonnés, sacs oubliés, vieux papiers, fragments de moteur fondus en formes étranges- sont confrontées aux documents, aux savoirs, aux hypothèses. Hendrik Sturm est une mine de renseignements, d anecdotes, de dates, de récits! C est à l humain qu il s intéresse, et cet artiste marcheur ne parle botanique ou géologie, mais nous entraîne dans un exercice d archéologie contemporaine où les alentours de la gare de l rbois livrent leurs secrets, de la prostitution aux techniques de compostage à grande échelle au centre de retraitement des ordures du Pays d ix, avec les ruines d habitats qui s animent par les relevés du cadastre Ou plus étonnant encore, les vestiges du camp américain qui y séjourna de 44 à 47, doté d un immense théâtre qui vit se produire arlène Dietrich! des pouvoirs publics... On peut se demander si cet aménagement du territoire nécessitait un tel investissement, humain et économique, sur des budgets culturels, qu on aurait pu employer à des productions artistiques. On peut aussi s interroger sur certains parcours ou, comme à la Viste, les traceurs volontaires ont essuyé des tirs de cailloux. Le jour de l inauguration ce ne fut pas le cas. t immédiatement, malgré le temps pluvieux, des centaines de marcheurs ont pris la route, dans un pays où la randonnée se pratique en famille, à la découverte d une nature et d une culture ancrées dans les pierres, les fossiles, les strates de À l'arrivee, à iramas Do.. civilisation, les odeurs si particulières. Tout est culture? archer, en tous les cas, nous relie au monde. GNÈS FRSCHL Nous lisons les paysages avec le filtre de nos attentes. insi en est-il des sentiers balisés de nos promenades. ais le nouveau sentier de Grande Randonnée se permet des chemins de traverse, des excroissances délicieuses où l on joue avec les frontières délimitées par les traces rouge et orange. Buissonner sur l rbois Sur le plateau de l'rbois.c. Le paysage prend alors une épaisseur nouvelle, se reconstruit par la vertu de cette nouvelle poétique de la marche. dans l urbain Nul besoin de campagne pour randonner! La découverte de arseille par les petites rues et les espaces verts permet un regard nouveau. insi, partant du rond-point de azargues pour finir à la Vierge de la Garde, des marcheurs bien urbains ont bravé le ciel gris et pluvieux. Le trajet traverse le Parc Bortoli puis le C, pour repartir vers le Parc Borély, longer les plages du Prado et remonter à travers le Roucas blanc et ses belles échappées vers la mer. nfin la vue magnifique depuis la colline virginale récompense les efforts de la montée... autour de l étang Partis vers 9h du Port des Heures Claires, à Istres, les marcheurs se sont retrouvés entre terre et mer, redécouvrant des points de vue remarquables malgré le temps couvert. Pour arriver jusqu à iramas, où avait lieu le relais avant de repartir à Grans, le trajet empruntait le sentier du littoral, entre collines et restanques, avant de rejoindre le bas de iramas-levieux À l arrivée à 13h25 à iramas, une batucada rythmait leur pas. ne pause rapide, puis les marcheurs-relayeurs reprenaient leur route, passant par le plan d eau Saint-Suspi pour rejoindre Grans par l intérieur des terres, où l arrivée était prévue vers 15h. Le GR est en marche!.c., C.B. T DO.. Le GR2013 s est inauguré du 22 au 24 mars, sur tout le territoire de P2013 Les temps près le week-end inaugural, l année capitale est ponctuée de six temps forts sur le territoire, offrant des moments de découvertes festifs sur les 365 kms du tracé. Le sentier métropolitain pédestre a inspiré des artistes-marcheurs qui ont créé des œuvres éphémères et originales pour une approche renouvelée du paysage. Premier rendez-vous en Pays de artigues, du 12 au 14 avril, avec des randonnées atypiques, l inauguration du sentier du littoral de Port-de-Bouc, des balades urbaines avec Nicolas emain, spécialiste de l improvisation promenadologique, un pique-nique point de vue avec le collectif SFI. Geoffrey athieu et Bertrand Stofleth entraineront des photographes amateurs pour constituer un Observatoire Photographique du Paysage, l gence Touriste proposera un atelier de carnets de voyage de l errance, le Collectif Par ce Passage ffranchi partira à l exploration du Golfe de Fos et de l Étang de Berre et Julie de uer & Radio Grenouille présenteront leurs Promenades sonores. À Salon-de-Provence, les 27 et 28 avril, écouteurs sur les oreilles, ces récits balades (à télécharger

13 This is not women forts sur conçus spécialement pour les paysages entre ville et nature partiront du point accueil GR 2013 à 14h. Parmi les randonnées autour du patrimoine historique et industriel de la ville, découvrez le feuilleton cartographique Échelle 1 :1 la carte qui coule de Jean-Luc Brisson (le 28 à 14h30). Troisième temps fort au Pays d ubagne et de l toile, du 7 au 12 mai, dans le cadre du 5 e festival de Randonnées avec des balades artistiques, les Promenades sonores, l installationperformance Landmarks de Luce oreau et un pique-nique point de vue (le 12). Prochains rendez-vous : Vitrolles et Pays d ix du 24 au 26 mai, Istres du 28 au 30 juin et arseille du 12 au 15 septembre. D.. Les réservations sur les balades et ateliers sont recommandées artigues Salon ubagne La dernie re vague, Tom Sachs, Quaterpipe, 2008, bronze, 102x178x201 cm. Courtesy de l'artiste et Galerie Thaddaeus Ropac, Paris-Salzburg L événement This is (not) usic envahit les m 2 de La friche pour montrer comment l art et la musique ont été contaminés par une nouvelle culture underground, inspirée des sports de la glisse. alheureusement, cette culture jeune est aussi terriblement masculine, comme si nos mères s étaient battues pour rien! Pour cette occasion, le nouveau centre d art, Le Panorama, accueille l exposition La dernière Vague, titre qui fait référence à la peur des surfeurs de ne plus pouvoir glisser. ne véritable addiction que connaissent les passionnés de skate, moto-cross ou BX. Tout comme les sportifs, les artistes testent leurs limites et trouvent de nouveaux moyens d expressions grâce à cette Board Culture. 60 artistes seront exposés, dont 4 femmes. Parmi eux, le célèbre photographe Larry Clark, le graffeur Tilt ou encore l américain ike Giant. L exposition se prolongera à l extérieur de la Friche avec la réalisation, parfois en live, d œuvres créées à l aide de pinceaux, bombes, pochoirs ou d un marteau-piqueur! Des «spots naturels» comme le street park seront ouverts pour les adeptes de skate ou BX et pour les démonstrations de professionnels comme Koston Chomp, Julien Benoliel ou Chris Pfanner. Côté musique, de nombreux artistes sont programmés comme Fortunato D Orio proposant un récital de piano rythmé par des vidéos de skate. Les spécialistes de la soul musique, Cody Chesnutt, Oy et Selecter The Punisher, seront les premiers à se produire le 25 avril. Des hommes, encore et toujours Car le plus terrible dans l écrasante domination masculine sur les scènes et dans les arts est qu elle s accentue notablement quand l âge des artistes et des publics descend alors même que les écoles anger ensemble Le partage du repas serait-il devenu une culture de gauche? C est ce qu on pouvait légitimement se demander lors de la conférence de presse des Festins de méditerranée, le «G8» comme s appellent tendrement entre eux les responsables de la culture de Port-de-Bouc/artigues, ubagne, rles, Salon, Gardanne, Saint-Rémy et Istres... La palette s étale du rose franc au rouge carmin, mais ils assurent qu une marie P aurait été bienvenue dans leur fête culinaire! Il s agit de mettre en œuvre «la rencontre entre excellence artistique et culture populaire», dans l esprit des rts et festins que Gardanne organise depuis 13 ans : un grand chef propose un véritable festin, thématique, racontant le patrimoine culinaire méditerranéen, pour 15 euros (plus le vin) ; le repas pris en commun par 600 convives (inscrivez-vous!) s accompagnent de spectacles, concerts, lectures, rencontres autour de la nourriture, avant, pendant et après le repas ; les enfants festoient aussi, autour de senteurs, de goûts, de jeux et de contes ; des ateliers de jardinage et de cuisine, de dégustation, sont proposés pour tous les âges ; et l on s interroge sérieusement sur l avenir de la nourriture, autour de tables rondes sur l agriculture bio et la pêche, la consommation et la santé, la cantine et la collectivité, le temps de la cuisine, la transmission des savoir-faire, avec des chefs, des philosophes, des élus, le président de Slow food, un représentant des P dans le pays où les premières furent créées (ubagne). n bémol? La ville de Gardanne est la seule à avoir fait appel à des chefs au féminin, comme si là aussi les «grands» n étaient que des hommes ais enfin, quoi de plus culturel que la cuisine? Quand en plus la pensée et l art s en mêlent, le festin est bien un acte Capitale. GNÈS FRSCHL d art et de musique sont bourrées de filles! stce là la culture de demain? les programmateurs verront-ils un jour combien ce déséquilibre prive une génération d artists de tout avenir, et le public d œuvres potentielles auxquelles ils ne donnent pas les moyens d éclore? Sans compter que tout cela enferme les jeunes filles dans une passivité de regardante, loin de l idée que la parole est aussi à elles NN-LYS RNT Prochaine programmation musicale : 26 avril : Concert Rock / Tommy Guerrero (création skateband), Blundetto, DVNO, Dj Falcon 27 avril : Concert Rock / The ndertones, Splash acadam Concert DJ Set / Sound Pellegrino Thermal Team 2 mai : Concert Hip Hop / Dope D.O.D 3 mai : Concert Rock / Peter Doherty 7 mai : soirée électro / Surkin, Para One, Bobmo This is (not) usic Du 25 avril au 9 juin La Friche, arseille Christophe Dufau (Les Bacchanales, Vence) le 4 mai, ubagne Jour de fête Georgiana Viou (L telier de Georgiana) ina Rouabah-Roux (inakouk, arseille) du 18 au 20 mai, Gardanne ntre terre et mer Sébastien Richard (La table de Sébastien, Istres) Guillaume Sourieu (L épuisette, arseille) Kamal ouzawak (Le Souk el tayeb, Beyrouth) le 25 mai, Istres Retour de pêche Fabien orréale (Le Garage, artigues) lexandre azzia (Le ventre de l architecte, arseille) David Toutain les 21 et 22 juin, Port-de-Bouc Le bonheur est dans le pré Francis Robin (Le mas du Soleil, Salon) Les producteurs Salonnais le 7 juillet, Salon La guinguette des Deltas rmand rnal (La Chassagnette, Le Sambuc) frique en Vie le 3 août, rles n dimanche sous les oliviers Conservatoire des Cuisines Grand Sud le 13 oct, St-Rémy 13 P

14 14 P2 Changer 0 13 les signes Le Tunnel des ille signes, Tunnel Be ne dit, Frederic Clave re Sam ertens Le centre ville marseillais est coupé en deux par la voie de chemin de fer. Deux tunnels routiers, nauséabonds et bruyants, sont les seuls moyens pour rejoindre à pied les 1 er et 3 e arr. d une ville qui n en a pas fini de panser ses clivages. Les Quartiers Créatifs, actions de participation citoyenne inventés par la Capitale culturelle, professent le regard artistique comme (un) remède aux plaies sociales. Dans le cas des tunnels Bénédit et National l initiative artistique de la capitale, relayée par La Friche, a réussi à intégrer les habitants, et à forcer l implication des collectivités dont dépendent les équipements urbains : si les tunnels restent pollués et sonores, s il y pleut encore, l éclairage est moins glauque, ils sont nettoyés et en partie repeints. Le port du masque n est plus obligatoire, les asthmatiques sont admis et il faut désormais y ouvrir les yeux! Car les artistes offrent aux regards de quoi s occuper le temps de la traversée. Voire de quoi y flâner! Dans le Tunnel Bénédit des panneaux aux ille signes offrent leurs pictogrammes au jeu du décryptage Fréderic Clavère amuse ainsi les passants avec un jeu d énigme, un habillage aux couleurs attractives, agrémenté de quelques messages subversifs. Boulevard National le tunnel est plus solennel, très haut, chargé d histoire tragique puisque les bombardements alliés y causèrent en 44 des centaines de morts. Philippe ouillon & aryvonne rnaud l ont transformé en cathédrale laïque garnie d x-voto, vœux des citoyens dont un œil, une main une bouche cadrés disent le besoin de respect, de réussite, d air, de vie, en des slogans mis en boîtes élégantes. Le 30 mars quelques manifestations festives, concert d élèves, tarte aux pommes, caramel et petit train touristique accompagnaient, depuis la Friche, cette originale rénovation d un territoire. ais l essentiel reste aujourd hui à faire, sans quoi cet investissement artistique, modeste mais capital, manquera son but : la rénovation urbaine doit avoir lieu jusqu au bout, dans l intérêt concerté des habitants du quartier le plus pauvre de France. GNÈS FRSCHL De la vapeur au générique! Pour P2013, la cie de théâtre de rue Générik Vapeur est présente sur plusieurs projets. vec Les grandes Carrioles de la Friche, elle devient «créateur de l extraordinaire» dans l hommage rendu aux kiosques de rue des grands marchés de la éditerranée, pour un Barbecue-mer en duo avec Pierre Berthelot et le chef Christian rnst (en tournée sur le territoire à partir d avril dans de nombreux projets : GR 2013, Transhumance, Festins de éditerranée, La nuit des Suds ). Inaugurée le 12 avril (jusqu au 21 sept) sur le parvis du J1, la Clepsydre, en lien avec les Savonneries du idi et du Fer à Cheval, est une installation monumentale proche de l rt Brut en savon de arseille. ne sculpture de 3x3m qui permet de mesurer le temps par la disparition, la transformation de la matière que génère l eau sur le savon. Du 10 au 15 mai sur l esplanade du J4, une autre œuvre monumentale et éphémère, 17 e arrondissement-cité utopique, une cité de containers en bord de mer, abritera les interventions d une cinquantaine d artistes de France, du Chili, de Chine et d llemagne. t dans le cadre de la Folle Histoire des arts de la rue, le 17 mai, Générik Vapeur initiera la soirée oteurs! organisée par l ensemble des Habitants de la Cité des rts de la rue, puis le 19 mai au J4 le spectacle de nuit grand format Waterlitz. DLPHIN ICHLNGLI Waterlitz Lady Taktak Salon, savon, cavalcade et voltige La participation de Salon-de-Provence à la Capitale Culturelle représente une opportunité vivifiante pour le maire de Salon et son adjoint à la Culture. La dynamique créée a permis l aménagement d un nouveau lieu d exposition pérenne, l space Robert de Lamanon, pour la somme de euros. Il accueillera du 10 avril au 16 juin le travail de Taysir Batniji, artiste palestinien, notamment la pièce faite de 154 carrés de savon intitulée L homme ne vit pas seulement de pain # 2, élaborée à la Savonnerie arius Fabre durant un atelier de l uroméditerranée. ne autre exposition lui succèdera, unique et singulière, du 5 juillet au 30 sept : celle d un artiste-artisan, Raymond Reynaud, enfant du pays. Le Château de l mperi, quant à lui, accueillera du 24 mai au 1 er déc l étonnante proposition de Felice Varini qui, séduit par les toits de la ville, proposera une création monumentale faite de surfaces colorées et autocollantes sur les façades. Salon accueillera aussi la TransHumance, des Centaures anolo et Camille qui investiront le Domaine du erle, seule école de bergers transhumants de France. nfin un événement inédit le 26 mai : un duo d avions extra 300 chorégraphié par Kitsou Dubois, spécialiste de l apesanteur, suite à une collaboration avec l rmée de l air lors d un autre atelier de l uroméditerranée. La chorégraphe a introduit une dramaturgie dans la virtuosité des figures, considérant que les avions sont le prolongement du corps des pilotes CHRIS BORG L homme ne vit pas seulement de pain #2 (Detail), Taysir-Batniji, 2012_ DGP Paris 2013 Clementine Crochet

15 ai en folie! La Folle histoire des rts de la Rue a commencé en 2008, année de la désignation de la Capitale européenne ; ce qui instaure d emblée un lien entre P2013 et les rts de la Rue. Cette 4 e édition élargit le territoire et le nombre des interventions pour un budget total de 2,5 d, apporté à 40% par P 2013 et 33% par le Conseil Général 13. Soit une cinquantaine de spectacles programmés par Karwan, des compagnies d urope et de éditerranée, 46% de compagnies locales, 11 créations dont 4 in situ, plus de 200 artistes, et près de 300 bénévoles dans 6 villes dont arseille, durant 18 jours. De quoi mettre animer le département! n spectacle tout feu tout flamme ouvre les festivités à arseille les 3 et 4 mai : la Cie Carabosse va déployer une stupéfiante scénographie sur le plan d eau du Vieux-Port avec quelques 6000 pots de terre enflammés et un ponton à l emplacement du mythique Pont transbordeur. Puis, les 10 et 11 mai, deux créations : la Cie otion house et son ballet de tractopelles sur la plage du Prado, le BN avec Sport Fiction sur l splanade St Charles (voir p 46). Le 17 mai, le Théâtre de l nité présentera un spectacle culinaire et amoureux au sein de l entreprise Descours & Cabaud, puis oteurs! à La Cité des rts de la Rue offrira une nuit effervescente de créations collectives avec la complicité des entreprises de la zone d activités rnavant. Lambesc et arignane accueilleront la Cie Thé à la Rue et le Danse Théâtre inimi de Finlande ; Charleval découvrira Les 3 ousquetaires de la Cie suisse Les batteurs de pavés, spécialisée dans la revisitation des grands classiques ; Port-Saint-Louis suivra l errance Cie rtonik, the color of time Tayseer-Getty curieuse de la Cie grecque ekuipoiz, La faim des apôtres d Ilotopie et La collection des six pièces chorégraphiques de la Cie Pernette, également présentée à ureille où No Tunes International reprendra ses émouvantes digressions. xplosion finale avec Dream City-Voyage à l staque par l rt Rue de Tunisie dont les créations permettront de découvrir des lieux insoupçonnés et d apprécier le talent courageux des artistes tunisiens plongés dans une société instable. nfin les 19 et 20 mai deux spectacles de clôture : Générik Vapeur présente Waterlitz et son totem de métal de 19 mètres (voir ci-contre), et rtonik proposera de changer de peau et de couleur dans l allégresse sur le Bd de Paris! Sachez que vous pourrez durant ces manifestations visiter le Porte-Folie, camion-expo tout rouge qui déambulera sur les différents lieux avec vidéos, témoignages sur l histoire de cette Folle Histoire. t que toutes les manifestations sont gratuites! CHRIS BORG La Folle histoire des arts de la Rue du 3 au 20 mai Département des BdR 15 P Juste à côté, ici-même «Ralentir le temps», c est l ambition du collectif d artistes Ici-même en résidence au Théâtre du erlan. Leur méthode consiste à proposer un certain nombre de rendez-vous «intimistes, lents, à la dimension presque artisanale» : écouter les yeux fermés un «concert de sons de ville», marcher la nuit, dormir le jour dans un lit à 50 places, monter une «agence de conversation» ou acquérir un morceau d œuvre d art. ystère, mystère... Il est vrai qu il est difficile de transposer en mots une expérience sensorielle, et c est bien ce qui fait la particularité de leur travail. Reste donc pour le public à se laisser guider dans les «chemins de traverse» en faisant confiance aux intervenants. Ce qui n empêche pas le journaliste chargé d informer ses lecteurs de se poser un certain nombre de questions concrètes, auxquelles il ne faut surtout pas répondre, de Gael Guyon peur de «dévoiler la surprise». On se rabat donc sur l observation de chaque partie prenante dans ce projet, dont les démarches semblent se croiser, et converger parfois. Les membres d Ici-même revendiquent le fait de ne pas chercher à drainer les habitants du quartier vers leurs propositions artistiques : «On les invite plutôt à aller vivre cette expérience dans d autres secteurs, l objectif étant de déplacer les regards.» Pour le erlan, c est un impératif, car «le Théâtre du erlan n est pas le théâtre des quartiers nord, c est la Scène nationale implantée dans les quartiers nord». Quant au «voisin du dessus», le responsable de l énorme centre commercial partenaire du projet, il insiste : «Je me bats surtout pour revaloriser mes employés, dont la plupart vivent alentour ; c est un combat fatigant.» Dans l ensemble, tout le monde a l air satisfait, surtout le délégué de la Poste, autre partenaire : «On a passé le cap de l interrogation. Vous vous êtes fondus dans la plateforme de courrier, nous avons pu continuer à travailler et apprécié votre présence. Je suis impatient de voir le résultat à présent.» Nous aussi, car le suspens est soigneusement entretenu! GËLL CLORC Opératour Ici-ême [Tous travaux d art] du 12 avril au 25 mai Divers lieux, arseille

16 16 P Picasso, précurseur de la céramique contemporaine Picasso céramiste et la méditerranée est le fruit du mariage exceptionnel entre la Chapelle des Pénitents noirs d ubagne et le usée national de la céramique de Sèvres. n effet les deux villes sont sur un territoire commun : celui de la «terre». ais l événement est double, puisqu il donne aussi le coup d envoi du Grand atelier du idi (13 juin-13 octobre), exposition diptyque comprenant De Van Gogh à Bonnard au musée des Beaux-arts de arseille et De Cézanne à atisse au musée Granet à ix-en-provence, à laquelle s associe Raoul Dufy, de artigues à l staque au musée Ziem à artigues. Ce parcours inédit débutera donc le 27 avril, dans le nouveau centre d art aubagnais, chapelle patrimoniale devenue un bel espace muséal contemporain. L histoire de Picasso céramiste est particulière : elle s ancre à la fois à Sèvres, où il fut invité par des artisans catalans dans les années 1936/38, et à Vallauris où il fit des expériences singulières, d ordre artisanal et intime, plongeant dans le geste et le contact avec la matière après la Seconde Guerre mondiale. Pour évoquer cette production marquée par l obsession méditerranéenne, les commissaires d exposition Joséphine atamoros 1 et Bruno Gaudichon 2 ont opté pour une démarche pédagogique. t conçu une exposition à caractère patrimonial qui mêle sources antiques (prêts du Louvre), vaisselles produites à Vallauris (ou comment l artiste s en empare), évoque la prégnance de la tauromachie, du drame espagnol, de la figure du faune, et explique comment la céramique a nourri l imaginaire pictural et sculptural de Picasso. ussi les pièces, pour la plupart inédites, sontelles enrichies de matrices et de modèles anciens qui sont autant de référents de son travail. Plats en terre cuite à décor peint à l émail, vases à col évasé en terre cuite rouge, gravée et peinte à l engobe, plaque rectangulaire en terre cuite et autres Tanagras en terre cuite blanche tournée et modelée témoignent de son appétence pour la terre sous toutes ses formes, et pour les couleurs révélées à la cuisson : «Ce qui est formidable pour Picasso, souligne Bruno Gaudichon, c est la part de risque contenue dans la céramique». Cette part de risque qui fait que Picasso a tout tenté, ouvrant la voie aux artistes d aujourd hui par cette production d objets qui n est pas accessoire dans son œuvre de peintre, mais une forme essentielle de son esthétique. RI GODFRIN-GIDICLLI 1 Conservatrice honoraire du Patrimoine 2 Directeur du musée d art et d industrie ndré Diligent - La Piscine à Roubaix du 27 avril au 13 oct Chapelle des Pénitents noirs-centre d art, ubagne Chouette sur tête de faune Vase zoomorphe dessiné par Picasso, terre cuite blanche (éléments tournés, modelés et assemblés), peinte aux oxydes et à l engobe, sous couverte partielle 58 x 48 x 40 cm. Pièce unique. Coll. part. Successions Picasso 2012 aurice eschimann Penser, oublier, jouir, partir, neons et transformateurs, Nicolas Gilly et Laurent Le Forban, 2013 Vies de château 22 artistes marseillais sont en escale au Château de Servières pour un retour aux origines place des Compagnons Bâtisseurs. ntre nostalgie et petits bonheurs L expérience aura duré près de vingt ans. De 1988 à 2006, le centre social installé dans la Bastide des quartiers nord sous l impulsion de Régine Dottori expérimentait un espace d art contemporain intégré à sa mission auprès des habitants. Sur le principe d une galerie associative ouverte aux artistes de arseille et sa région, après la fermeture du centre, celle-ci a trouvé refuge boulevard Boisson dans les teliers de la ville de arseille toujours sous la direction de artine Robin. Le ythe du retour signe donc un come back temporaire aux origines avec les artistes qui fréquentèrent le lieu sur les hauteurs de la ville, alors que la directrice ambitionne une programmation spécifique pour la suite de cette année Dans la variété des propositions nous retrouvons des œuvres anciennes et plusieurs réalisées pour cet évènement, interpelant le plus souvent les dimensions du temps et du voyage. arc Quer disperse valises et autres objets délaissés, le train de Koki Watanabé tourne en rond en traversant les murs Penser, -, jouir, partir de Nicolas Gilly et Laurent Le Forban suggère un revenir avec un brin de nostalgie. Celle-ci relèverait d une double portée : le retour (nostos) allié à la douleur (albos) dont nous aurions retenu surtout le premier dans l inquiétude du déracinement 1. À l autre bout de la ville iguel Palma restructurant entièrement les ateliers Boisson en un labyrinthe transpercé de projections lumineuses (issues d une résidence avec Voyons Voir) s ingénie à perdre le visiteur à travers un théâtre de l errance entre visible et aveuglement. lysse rejoint Dédale. Souhaitons-leur un bon retour. CLD LORIN 1 La Nostalgie, Barbara Cassin, d utrement, 2013 Le mythe du retour jusqu au 29 juin Château de Servières, La Bastide, arseille

17 Forcément monumental! Pour sa première exposition à arseille, Désordre, Bernar Venet a choisi les jardins verdoyants du Pharo sur fond de ciel et de mer. Bleu de préférence. Zibeline : n quelques mots, quelle est la genèse de cet imposant Désordre?! Bernar Venet : L histoire a commencé lorsque j ai découvert l esplanade du David : j ai fait quelques photos et je me suis dit que ce serait bien de faire un jour une exposition à arseille. C était bien avant la capitale européenne de la culture t puis l association l rt prend l air 1 est venue me voir en m expliquant son projet d exposition collective. Je n étais pas contre, mais j avais déjà l idée d une exposition de groupe de mes sculptures! On travaille ensemble depuis quatre ans et finalement on y est : c est l installation. Sur quels critères avez-vous choisi les jardins du Pharo? ntre-temps, j ai visité plusieurs lieux avec Juliette Laffon 2, certains étaient trop éloignés, d autres n étaient pas parfaits. n jour, j ai trouvé qu ici c était l idéal parce que surélevé et Bernar Venet au Palais du Pharo a l'occasion de la depose de son oeuvre Desordre Florence Loussier - L'rt prend l'air qu il y a deux couleurs, le bleu et le vert. t l architecture j imagine! Comme vous le voyez toutes mes œuvres sont en courbe, et, au contraire de cette architecture tellement symétrique et géométrique, j ai travaillé sur le désordre. Ce contraste est très intéressant car j ai abandonné l idée de présenter plusieurs pièces, il y a une seule installation composée de douze groupes d arcs. près le repérage, avez-vous réalisé des croquis ou de nouvelles photos? J ai fait quelques photos montages uniquement à l attention des décideurs de la Ville qui avaient des responsabilités par rapport à mon projet. t quand je suis revenu, j ai pensé à une installation physique qui tienne l espace : en réalité, ce sont trois œuvres séparées que j ai mises ensemble pour créer une œuvre unique. Pourquoi exposer dans un espace public aussi accessible que l on peut enjamber les arcs ou même s asseoir dessus? xposer des œuvres c est l objectif numéro un. Dans un musée c est formidable, mais il y aussi une autre réalité : mes sculptures sont monumentales et se prêtent bien à l espace public. Je crois que l art doit être montré à tout le monde : certains y seront allergiques, d autres les trouveront peut-être intéressantes. n jour ils tomberont sur un livre ou un article et apprendront ce qu est la sculpture moderne. nfin, la mienne. près Versailles, Le Pharo : c est la même manière d appréhender les deux projets? C est à peu près pareil. À arseille je suis le premier à exposer dans ce lieu qui s y prête vraiment. ais Versailles a un tel prestige qu il n a pas le même impact : on a eu 6 millions de visiteurs, c est énorme! Chaque endroit a son intérêt et arseille est la grande ville d une région où je suis né et où je vis, je suis donc ravi d y exposer. C est important pour moi. PROPOS RCILLIS PR RI GODFRIN-GIDICLLI À découvrir jusqu au 27 septembre 1 Françoise Bunan et Florence Loussier 2 Commissaire de l exposition Ici, ailleurs à la Tour-Panorama de la Friche la Belle de mai (12 janvier/31 mars) 17 P

18 18 P Toulon abat ses cartes C est à Guillaume onsaingeon que l on doit «l atterrissage à Toulon d une exposition présentée à Lisbonne, et qui ne pouvait être neutre au regard des spécificités de la ville». Du coup la version toulonnaise de appamundi, art et cartographie a évolué et s est enrichie de nouveaux éléments. Comme la commande passée à la plasticienne Céline Boyer qui a réalisé une série de portraits photographiques d habitants du Var, mpreintes, exposés sur les grilles extérieures de l Hôtel des arts et publiés chez Parenthèses. Comme le workshop de l artiste marcheur Hendrick Sturm avec les étudiants de l École supérieure d art de TP, objet d une coédition avec le Frac (Toulon undi Termes géographiques). Ou encore la rencontre avec les auteurs et les artistes à la librairie Contrebandes. Épicentre de cette cartographie varoise, l Hôtel des arts dément l opinion de Stevenson selon laquelle les gens n aiment ni les cartes, ni la géométrie, ni les maths, avec cette exposition savante mais joyeuse, aux grilles de lecture multiples, conçue autour d une idée forte : «la carte comme terrain de jeu». Dès l atrium Cristina Lucas donne le ton : ses deux globes colorés undo asculino, undo Femenino, illuminés la nuit, servent d icône à l exhibition. Son idée de frontières arbitraires se distille jusque dans les trois sections qui découpent l espace : «le corps» ou comment les cartes possèdent une matérialité propre dans laquelle les artistes réinjectent leurs souffrances, leurs affects (dans Highland Dress, Susan Stockwell reproduit le monde en recréant les volumes du corps, Qin Ga évoque sur son corps tatoué la Longue arche de ao) ; «le combat», car la carte est un outil de l Histoire au pouvoir symbolique et réel, et une arme de contrepouvoir (Nelson Leirner choisit le kitch et la dérision pour dénoncer le monde de Disney) ; «le conte», quand elle est une échappée belle hors du réel, un outil de fictions. «n système de rêves comme la littérature» pour Guillaume onsaingeon qui les fréquente assidument. À l instar de Nicolas Bouvier, Jérémy Wood, ateo até, David Reimondo, Chris Kenny ou Rosana Ricalde, dont les œuvres se moquent des contours institutionnels, réinventent les lignes de partage, Nelson Leirner, P 2, 2009, Tirage photo encadree, 114 x 155 cm, Courtesy Galerie Gabrielle aubrie brisent les frontières, créent un monde onirique, déplacent l espace des corps, détournent le sens des légendes et distordent les échelles. C est dire si les cartes sont une arme inépuisable au service de la dérive imaginaire! RI GODFRIN-GIDICLLI jusqu au 12 mai Hôtel des arts, Toulon Cousu main! Si les artistes contemporaines se réapproprient le textile, ce n est pas pour attendre le retour de leur bien-aimé C est pour tisser des récits singuliers en rapport à l intime ou au lien social ; pour repenser la matière, la couleur, l espace, la lumière à travers leur pratique de la broderie, du découpage, du collage, de la photographie, de l image vidéo. Vaste corpus fictionnel qui emprisonne dans sa toile d araignée des bribes de leurs histoires. u fil du temps est la première parenthèse de l exposition Tisser des liens conçue par Crystel Roy et Caroline Clément sur le temps et la mémoire, bientôt suivie d une Carte blanche à ïcha Hamu (29 juin/29 septembre) et de À fleur de peau autour de la présence du corps, voilé/dévoilé, de l identité et de l intime (12 octobre/31 décembre). Dans les salons de l hôtel particulier au parfum suranné, la figure de Neptune peint au plafond est une merveilleuse source d inspiration pour arie Ducaté qui réalise une œuvre en miroir en résille de calque synthétique découpé à la main : «n vrai travail de Pénélope! vec ce matériau, je peux imaginer chaque fois des choses différentes et concevoir des œuvres in situ.» D où cette impression, paradoxale, d avoir toujours été là. Du sur mesure encore, avec l installation vidéo et rétroprojection d nne-arie Pécheur, Rose Rose, qui joue des anamorphoses de la lumière et des couleurs pour dire combien les roses sont éphémères. De fil en aiguille Carole Benitah envahit le dessus de cheminée, les Isa Barbier, La chambre du secret, 2013 X-D.R vitrines et les murs de ses photographies rebrodées de soie rouge qui «neutralise la forme, gomme les silhouettes», met sous globe des sculptures en cheveux considérés comme des «fétiches, des objets de plaisir». Évocation voilée d une enfance tourmentée Les deux Toison d or de ichèle Sylvander se font face, antichambre à la ville utopique de ïcha Hamucomposée de 23 modules de jardins suspendus, tandis que dans La chambre du secret, Isa Barbier chuchote aux oreilles de Louis et Lucrèce, les amants du Pavillon de Vendôme..G.-G. Tisser des liens Dans le cadre d lysses, itinéraire d art contemporain jusqu au 16 juin Pavillon de Vendôme, ix

19 bris sans fortune er, mythe, épopée et sirènes ne riment pas forcément avec bonne fortune confrontés au principe de réalité. Pour preuve la série Shelter de Henk Wildschut à la galerie Voies Off Passer la mer ou faire la manche? Dans la continuité d un premier reportage sur les campements d urgence suite aux tremblements de terre au Pakistan, le photographe néerlandais entame en 2005 un projet sur les émigrés illégaux de Calais. Il en sera tiré un livre et un film objets de plusieurs récompenses. ne sélection d une quinzaine de photographies de grand format nous est présentée, appliquées directement sur les murs de la galerie, vouées ainsi à disparaître. Parti pris clair et cohérent en regard du sujet tout empreint des problèmes de précarité. Henk Wildschut, Calais, France, Fevrier 2009 L auteur témoigne sans misérabilisme ni sensationnalisme du vernis de l imagerie photographique. Quand nombre des projets sur la jungle calaisienne s attachent aux personnes (arion Osmont, Des hommes vivent ici, voir Zib 60), la majorité des clichés de Wildschut se passe de leur présence. Ses images semblent dire j étais là, j ai vu. vec la bonne distance. n témoin et martyr. Car un martyr c est à la fois celui qui témoigne et celui qui subit (du grec μάρτυς/ mártus «témoin»). Journaliste comme martyr, refusant d abjurer sa foi en son rôle d informateur, de témoin, c est celui qui rend compte du martyre de ses semblables. C est aussi une façon de concevoir une forme nouvelle au travail sensible du photo-reportage en une période où ce domaine subit une profonde crise. Ou une mutation. Ces cabanes d urgence de bric et de broc prennent une valeur universelle, renvoyant à toutes les formes de précarité. Ce sont celles aussi de l enfance mais bien plus gravement celles que l on subit qu on soit indigène ou en exil. Shelter, abri de fortune. L expression française prise à lettre induit un terrible oxymore. Il n y a pas de châteaux à Calais. Les images de Henk Wildschut en témoignent. CLD LORIN Henk Wildschut : Shelter jusqu au 9 juin Galerie Voies Off, rles P VitaNONnova Power Films, exposition photo, sculptures et performances, Polyptych Bobby Seale est l élément final de VitaNONnova, un cycle de créations du collectif marseillais LFKs consacré à l histoire du Black Panther Party et du Black Power. Ce troisième épisode rend hommage à Fred Hampton, président du Black Panther Party de Chicago, assassiné par une unité spéciale de police le 4 décembre 1969 et au «Chicago 8», un procès dans lequel le leader national Bobby Seale a comparu bâillonné et enchainé à une chaise. Deux personnalités devenues les symboles de l injustice inouïe et de la violence extrême exercées par les autorités américaines sur la population afro-américaine. Ces épisodes ont été la source d inspiration des Booby Seale Got His 9 VitaNONnove#3 tribute to Fred Hampton, rles-chicago artistes présents dans la grande Halle des teliers SNCF de rles. D où la présence d un matelas ensanglanté sur son chevalet ; d une grille de sécurité abimée posée sur un socle de bois ; de mystérieux petits livres bleus, fidèles copies du Petit livre rouge de ao, dans la chapelle Le spectateur-visiteur doit tourner autour de ces sculptures et en chercher le sens. Pour Jean-ichel Bruyère, le fondateur du collectif LFKs, «La sculpture c est cela : la découverte par le déplacement du corps d un ensemble de signes déployés dans l espace et se transformant toujours tandis que le regard l encercle.» Ces œuvres sont toutes implicitement liées à la bande son et la voix live du «performer» du film Bobby Seale Got His 9 qui résonne dans toute la halle grâce à un dispositif sonore colossal. Projeté sur cet écran gigantesque, ce film, tourné à Chicago pendant l été 2012, est évidemment le fil conducteur de l installation et crée volontairement le lien entre les paroles de ces révolutionnaires du passé et le monde actuel! NN-LYS RNT Polyptych Bobby Seale Jusqu au 5 mai Grande halle, Parc des ateliers, rles

20 20 T H É Â TR Funny games h le théâtre! on va voir bu Roi et on se retrouve dans son salon -à une moulure près- à écouter France Inter égrener les turpitudes d un certain Jérôme C. Il faut dire que la scénographie de Nick Ormerod est aux mises en scène de Declan Donnelan ce que sont les cartes à l art de la guerre et ici le champ de bataille est d un raffinement exquis. D abord, l idée lumineuse que le regard-laser bien vert d un ado sur Pa et a, qui reçoivent leurs amis à dîner, contient une puissance destructrice dont le jeune Jarry aurait fait un festin de cruauté ; la pièce se construit sur deux niveaux qui s emboîtent à merveille : le «merdre» inaugural se tient au bord de la cuvette des wc filmée par un fils vacant, et du babil bio du repas entre amis se lève «l hénaurme» tempête verbale et gesticulatoire de la farce. Il faut bien du talent Cecile Leterme, Camille Cayol, Vincent de Bouard Baba au Rom La grande création de acha akeïeff à la Criée s appuie intelligemment sur une relecture du conte persan, li Baba, pour le nourrir de nos images d Orient contemporaines, celui qui jouxte nos frontières, ou avec lequel on cohabite à arseille. Ses ille et une nuits sont du aghreb et de nos quartiers, ont l accent de Fernandel, la faconde acrobatique de breakers, habitent à la belle étoile comme nos Roms, ferrailleurs et usuriers de nos légendes, mais tout près de containers des docks comme les immigrés récents que nous sommes. Le symbole est juste, le choix du conte judicieux, la métaphore universelle : qu arrive-t-il au marchand qui trahit son frère, au pauvre sur qui tombe la fortune, au fils qui voit son père changer? La fable est rendue par une distribution bigarrée qui danse, chante, joue et trahit avec enthousiasme. On peut regretter que deux des trois rôles féminins soient travestis et que la seule femme danse du ventre et joue peu (lorsqu on vous disait que les femmes aussi programment peu de femmes ), mais il est rare d avoir sur nos plateaux des acteurs de cette diversité d origine, hors les musiques du monde Ce propos sur la diversité est servi par une scénographie fourmillant de détails et de trouvailles, très élégante dans ses fausses références à la vie de bohême, ou de souk. Trappes où les accessoires s échangent et les regards espionnent, rideaux et lointain où le jeu se prolonge en projections, portes ouvrant sur des lieux qui restent imaginaires, l espace dramaturgique est finement travaillé. ais le temps l est beaucoup moins : par manque d attention aux équilibres sonores les voix des acteurs, le soir de la première, s échappaient dans les volutes de la musique et les acteurs, drôles parfois, à l abattage certain, semblaient combler un enchainement dramatique incertain avec des petites danses, chant, numéros, et des dialogues bien écrits, mais mal calibrés dans le temps. Des questions de rythme qui se règleront sûrement au fil des représentations, en resserrant une matière trop peu consistante pour les deux heures et demies du spectacle. GNÈS FRSCHL li Baba a été joué à La Criée, arseille, du 13 au 29 mars, et du 5 au 7 avril au Théâtre Liberté à Toulon À venir le 3 mai Théâtres en Dracénie, Draguignan Brigitte nguerand Finalement consensuel Le problème avec l humoriste, c est la distance à soi-même et à la salle -quelles que soient les dimensions- toujours trop proche de la scène : «1 mètre 50» évalue approximativement Xavier drien Laurent au début de son dialogue ininterrompu avec le public et l artiste dramatique qu il incarne. alaise donc : de qui parle la personne en scène? de ce personnage inquiet qui accueille le spectateur à l entrée par une poignée de mains de condoléances anticipées et le remerciera gentiment service fait? de ce comédien qui a bien des malheurs entre les vers qui résistent à l emphase, les exercices abscons du conservatoire et la pub pour le loto qui lui colle son image à la peau, n est-ce pas lui? Le savoir-faire déployé (le gag de la chaise-téléphone fait rire comme un gag... tout va bien) dans la mise en abyme ou la désacralisation du jeu - hop le premier rang mis à contribution et le gentil monsieur appelé sur scène pour dire le «vide»- n a-t-il pas pour fonction d exposer les souffrances du métier pour se faire consoler par un public en empathie totale? Du rassurant sur toute la ligne : en convoquant Baudelaire, Hugo, Verlaine, Rimbaud et khénaton sur la pelouse de l O, et en les mêlant aux rires, on se rapproche encore et on se serre les coudes contre ceux qui voudraient peut-être que la poésie ne soit pas en vers ou ne contienne pas tous les plus beaux sentiments du monde les parisiens peut-être, les intellectuels bien sûr! Spectacle de tradition qui faisant mentir son slogan d accroche fera bien voir la culture «comme avant» sans la moindre délocalisation intérieure. ttention artiste pas méchant et qui ne mord pas! RI JO DHO rtiste Dramatique écrit par Xavier drien Laurent et mis en scène par Hervé Lavigne a été présenté au Café-Théâtre de l ntidote, arseille, du 19 au 30 mars aux comédiens, Christophe Grégoire et Camille Cayol en tête, pour habiter les deux registres ; en parfaits acteurs shakespeariens frenchy, tous ont la fluidité et l intelligence de leur double jeu. t c est un massacre jubilatoire qui va souiller, renverser, détruire en toute démesure potache : le gigot et sa sauce tomate se retrouvent naturellement dans l énucléation sanglante du capitaine Bordure et les ustensiles de cuisine façon dada sont des armes redoutables (mixer oulinex et cervelle font bon ménage!). Le salon bourgeois est soufflé, le spectateur aussi, par la déflagration d enfance, de burlesque Grand-Guignol qui pulvérise les barrières... et pif et paf quelle efficacité! Réglé par le désir de ne pas faire dire plus à ce texte que sa jeunesse transgressive, ce spectacle atteint sans doute ce qu il y a de plus profond en chacun..j.d. bu Roi d lfred Jarry dans la mise en scène de Declan Donnellan a été donné à La Criée, arseille, du 3 au 6 avril

21 Patrimonial! Le Piccolo teatro de ilano + duardo de Filippo + les frères Servillo : on ne peut rêver meilleurs ambassadeurs d une culture italienne que l on dit fragilisée par les temps qui courent. Rien à craindre ici! La création au théâtre du Gymnase de Le Voci di Dentro a donné tous les signes de l aisance confortable d un théâtre les pieds sur terre sinon bien assis ; seul le surtitrage, le soir de la première, a peiné à suivre la coulée continue du dialecte napolitain jamais refroidi mais fermer les yeux n est pas déplaisant quand les oreilles sont ainsi comblées. Comédie grinçante qui s ouvre sur un corps lourdement pris dans le sommeil et se clôt par un monologue debout d une amertume décapante, ces voix du dedans sont celles qui peuplent un immeuble d après-guerre et tissent une conversation permanente où il est question de savon et de chandelle, de macaronis réchauffés, de chômage humiliant ou de prostitution camouflée; ce sont peut-être surtout les voix intérieures -le diable probablement- qui poussent lberto Saporito (savoureux Toni Servillo, immense acteur de cinéma qui assure aussi la mise en scène) et son frère (fort à propos Peppe Servillo) à dénoncer à la police la famille voisine pour un assassinat... vu en rêve. Dérèglement dans les étages et délation généralisée : duardo de Fillipo n a pas son pareil pour donner des dimensions cosmiques à une tragédie de cuisine et c est ce que jouent talentueusement les acteurs dans les règles de l art ; expressivité haut de gamme, fluidité des déplacements et du verbe haut. Que dire? ne bonne soirée?... voilà! RI JO DHO Le Voci di Dentro d duardo de Filippo, mis en scène par Toni Servillo a été créé au théâtre du Gymnase, arseille, le 20 mars 2013 ncore schyle Son gamemnon l accompagne depuis des années. ireille Guerre le triture, lui donne les traits d lain Fourneau obsédé lui aussi, puis d un autre, se laissant emporter par la lyrique traduction de Judet de la Combe, préservant bruts les passages les plus archaïques, les confiant à des corps et des voix typées, contemporaines, qui disent la brutalité en se Thomas Fourneau Fabio sposito gardant de l hystérie. Là pour cette version, L homme de son lit, elle s est concentrée autour du drame familial. Du meurtre. gamemnon le premier qui tue sa fille pour du vent, mais surtout Clytemnestre, dont Cassandre ne semble que l écho, comme si édée s était scindée en sorcière étrangère, et en épouse vengeresse. L inéluctable de la tragédie se joue sans suspens, tout se déplace vers son but et les comédiens, chacun dans son genre, semblent les jouets d un destin décidé ailleurs, et dont on ne fait qu observer les corps perdus dans les rouages. Pascale Bongiovanni, maître des lumières, ouvre la cérémonie avec une justesse de Coryphée retrouvé GNS FRSCHL L Homme de son lit a été joué aux Bernardines, arseille, jusqu au 29 mars

22 22 T H É Â TR Tri sélectif Tout l art du théâtre Le Costume, tiré d une nouvelle de Can Themba écrite juste avant l partheid, et de quelques textes des années 70 qui impriment le recul historique nécessaire, dit l oppression sans y toucher, par la misère. Car la ségrégation est déjà à l œuvre dans cette frique du sud des années 50, mais prend ici la forme d un drame bourgeois : un mari trompé, une femme qui subit sans mot dire sa vengeance, et en meurt. Peter Brook reprend ce texte, qu il avait monté en français 1999, en anglais cette fois, avec des acteurs sud africains, une splendide chanteuse, divine actrice, et trois musiciens. La simplicité de la scénographie, fondée sur deux chaises, une petite table, trois portants qui délimitent l espace, tient de l épure miraculeuse. Sophiatown est là, pas encore township mais déjà misérable, et l espace privé d un couple, un bar clandestin, un arrêt de bus, un club culturel où l esprit un instant croit s échapper d un réel qui court vers une omniprésente catastrophe. Pris au piège d une cruauté qu il subit et fait subir le mari désespéré se transforme en bourreau de sa femme. L partheid est là, en filigrane, dans ce bonheur bourgeois désiré et impossible. Les comédiens sont d une justesse rarement atteinte. D un geste, un cou qui s affaisse, d une position dans un bus imaginaire, d un silence juste un peu trop pesant ils parviennent à communiquer littéralement au public, qui l éprouve, l effondrement des rêves, l angoisse, la noirceur, puis la mort qui happe. ne subtilité constante achemine chaque spectateur vers une émotion V. rbelet Johan Persson u diable la philosophie dans le boudoir et bienvenue au bonheur, toujours une idée neuve dans ce monde sans Lumières. On se prend à rêver à la scène d après, celle qui suivrait la dernière de Que Faire? le retour qui nous promet de sacrés illuminations et surtout un Boum en avant plus radical que celui de Charles Trenet! n voilà une soirée qui relance la machine -façon nostalgie c est vrai mais avec des trucs de théâtre pas grippés à bricoler son monde de vigueur, de rigueur et de fantaisie! Si Lénine est dans son mausolée, sa question court encore sur les jambes de François Chattot et artine Schambacher dont l immense talent consiste à littéralement rajeunir sur scène dans la liberté suprême de leurs corps : mais que font-ils donc justement dans cette cuisine de vieux couple? lle ramène du marché les éditations métaphysiques de Descartes pendant qu il démonte un réveil ; du fond du cabas, l injonction à détruire les anciennes opinions que Benoît Lambert dans une mise en scène époustouflante prend au pied de la lettre : les livres valsent au gré de «on garde» «on jette» et les grands textes dans la bouche de nos deux héros dansants retrouvent une saveur oubliée. ickeymousing ou music-hall à paillettes façon Nina Hagen, performances conceptuelles parodiques (Semiotics in the Kitchen et son alphabet décapant ; Joseph Beuys, son feutre et son coyotte) chansons tendres de nos années, tout est bon pour dire et provoquer le plaisir de penser ensemble à deux ou à dix mille. Traiter les idées avec tendresse et les spectateurs avec respect est donc encore possible : merci de l avoir rappelé avec un tel brio! RI JO DHO Que faire? le retour a été présenté par les TP d ix-en-provence et joué au Théâtre ntoine Vitez les 2 et 3 avril intense, tout en ménageant des temps délicieux de détente, de rire, de complicité, de chants et de musique À 87 ans, Peter Brook est au sommet de son art, immense. GNÈS FRSCHL The Suit, créé en 2012, était au Jeu de Paume, ix, du 19 au 23 mars L auberge italienne lle a le verbe haut et la robe froufroutante, sourire aux lèvres et idée dans la tête Car si irandolina est courtisée par tous les hommes qui logent dans son auberge, c est surtout celui qui résiste à son charme, un chevalier misogyne qui s est juré de ne jamais donner son cœur à une femme, qu elle cherchera à mettre à genou. n piège brillamment orchestré dans lequel elle tombera aussi, victime des sentiments avec lesquels elle aura imprudemment joué. La mise en scène simple et efficace de arc Paquien laisse libre cours au jeu des comédiens qui évoluent dans une scénographie réduite à l essentiel, quelques meubles déplacés par les comédiens eux-mêmes transformant la salle commune en chambre ou buanderie, par simple transposition d actions. Dans les rôles-titres, Dominique Blanc, éblouissante de malice et rouerie, et ndré arcon, touchant dans le doute, sont implacables de précision, s affrontent tandis qu autour virevoltent le marquis et le comte, cocasses amoureux transis, mais ignorés. La supplique ultime du Chevalier amoureux ne saura faire basculer la raison de cette femme libre, en apparence seulement... DOINIQ RÇON La Locandiera a été joué le 12 mars à L Olivier, Istres, du 25 au 27 mars au Théâtre de Nîmes À venir le 30 avril Palais des Congrès, Saint-Raphaël les 21 et 22 mai Théâtre de Grasse les 30 et 31 mai Théâtre Liberté, Toulon Pascal Victor

23 Émoi picard Le Théâtre Durance a eu la bonne idée de faire venir en Provence ce spectacle à l accent d ailleurs : ce monologue écrit et interprété par Bernard Crombey, salué partout où il a été représenté, a peu tourné par ici. Il repose sur un fait divers transposé au cinéma par Doillon dans la Drôlesse, adapté dans le roman Le Ravisseur de Paul Savatin, et porté ici par le talent d un comédien hors du commun. Le monologue retrace par anamnèses successives l histoire de cet homme simple, sans sexualité, qui avait abrité une petite fille maltraitée dans son grenier durant un mois, sans abuser d elle, mais en l enlevant. Depuis sa prison il raconte, bouleversant, et nous plongeons dans sa psyché d homme ému, impuissant à résister aux demandes d mandine, envahi d angoisse et d affects jamais exprimés. L acteur, emprisonné comme son personnage dans un espace de 9m 2, devant sa otobécane suspendue comme un souvenir, incarne son personnage avec une vérité désarmante, dans un parler picard recréé, marqué mais toujours compréhensible. ne performance d écriture et de jeu impressionnante, par son humanité sensible, ses choix dramatiques, et l inventivité langagière de ce dialogue intérieur, transcription d un parler qui sonne vrai GNÈS FRSCHL otobécane s est joué le 29 mars au Théâtre Durance, Château-rnoux Candidature imposée n flash. Le son d un générateur en recharge. Dos au mur, la comédienne (Lena Chambouleyron), l impétrante, se prépare à la mise à nu de l audition. n passage en chambre obscure pour combler le désir d un réalisateur, puis le sien, démultiplié dans un larsen de reflets. «Ce que je veux c est ce que je suis dans ma tête mais ce que je ne suis pas encore dans la vie.» Danse de la mort pour avoir le rôle, l angoisse, l affolement. Puis la chute et la pellicule qui brûle. Jouer, est-ce se donner corps et âme? Devant elle, assise, l autre figure féminine (Sharmila Naudou), l alter ego, qui écoute l actrice «par où passe le monde» avant de lui opposer ses questionnements existentiels, dans un monologue à la déclinaison alphabétique. Gueule du rôle, physique de l emploi, profil type? Chacune coincée dans sa posture et son rapport au monde, sa réalité ou sa fiction, entre nondits et solitude. ise en scène par Olivier Barrere et en scénographie par rick Priano, pour la Cie rt 27, la pièce d nzo Cormann tente une définition du désir et des limites de l intime. «Qui voudrait tourner un film sur une fille qui voudrait tourner dans un film?» épineuse question qui reste suspendue aux fils de l expérience des protagonistes. DLPHIN ICHLNGLI Le dit de l impétrance s est joué du 28 au 31 mars au théâtre des Carmes, vignon X-D.R.P Déplacé Shakespeare ne se doutait certainement pas qu en terminant Othello, le aure de Venise il avait écrit un vaudeville! Car c est un (mauvais) vaudeville que Razerka Ben Sadia-Lavant et anuel Piolat-Soleymat ont commis en adaptant l une de ses plus remarquables tragédies! À croire qu ils n ont retenu de la pièce qu une banale intrigue amoureuse, minimisant les ambitions déçues, l imposture, la lâcheté, l échec. La chute du héros et sa descente aux enfers. Bien sûr, chez Shakespeare la farce n est jamais totalement absente, et ses héros tragiques ont la faiblesse des hommes simples. Leur âme se noie dans de viles bassesses ais fallait-il pour autant affubler les acteurs de déguisements criards (au croisement d une pièce du répertoire et du cabaret), intégrer des saynètes dansées absconses, confier à Sapho les intermèdes musicaux et faire vociférer Othello du début à la fin? Poussif et sans modulation, Disiz demeure brut de forme, dégrossi comme un bloc de marbre. Sans oublier l intrusion bruyante d un groupe d amateurs qui viennent gonfler les allées du marché nocturne et de la fête : parfois, l évocation plutôt que l illustration est le meilleur des choix Il manque à cet Othello la finesse et l ironie que requiert cette farce politique, et l interprétation de Denis Lavant n y change rien : il faut des nerfs solides pour endurer le spectacle pendant 2h45... RI GODFRIN-GIDICLLI Les amours vulnérables de Desdémone et Othello fut joué les 26 et 27 mars au Théâtre Liberté, Toulon Jean-Claude zria 23 T H É Â TR

24 24 J N P BL I C R Je suis pas mal comme personne Qui est Cendrillon? Le mythe, nous répond Pommerat, le conte connu de chacun, peut subir une transposition, et apparaître comme une histoire contemporaine, dérangeante et réjouissante, parlant de notre psyché, de nos culpabilités post freudiennes. t théâtrale jusqu au bout, dans la représentation des peurs et des joies. Cendrillon (Deborah Rouach, époustouflante et troublante) est une enfant obstinée, à la répartie cinglante, qui s inflige d elle-même des punitions qui, pense-t-elle, lui correspondent. Les tâches ingrates du ménage ne la rebutent pas, au contraire, elle ne mérite que ça, victime consentante, soumise à une promesse faite à sa mère mourante. ne parole mal interprétée, qui orientera toute sa vie, gâchant toute chance d épanouissement. utour d elle, comme dans le conte, l horrible belle-mère ; les deux sœurs, teigneuses à souhait ; le père inconsistant ; la fée, personnage hilarant, fatiguée de devoir vivre n réalité bik est un spectacle créé au plus près des adolescents : aux Salins où il a été repris, ou au Théâtre Durance qui l a également coproduit, les lycéens impliqués dans le projet ont apprécié l univers représenté, proche de nombreuses fables cinématographiques : il est question d un monde virtuel où un homme jeune est emprisonné, sans contact réel avec la vie. Il va apprendre à peu à peu éprouver les choses bik met donc en scène, par des procédés techniques très habiles qui mêlent corps réel et projections, écrans et transparences, la vanité d un monde où tout contact est factice, et dans lequel nombre d adolescents passent plus de temps que dans le réel qui les entoure. L intention est louable et le spectacle se tient, malgré des dialogues qui sonnent mal et un comédien, Yoan ourlès, à l aise dans la danse mais moins dans le dialogue qu il entretient avec lui-même : l ubiquité, propos même de la Cie Nomade Village, repose trop grandement sur ses seules épaules!.f. bik, mise en scène Philippe Domengie, a été joué aux Salins, artigues, les 27 et 28 mars et le 2 avril Cici Olsson éternellement et archi nulle en magie ; le prince, petit garçon perdu qui attend depuis 10 ans le retour de sa mère décédée... Dans la réécriture de Joël Pommerat tout est étonnant et fascinant, des multiples variations qui rendent l histoire fictionnelle complètement réelle aux décors grandioses auxquels s adjoint le X-D.R magnifique travail sur la lumière d ric Soyer. DOINIQ RÇON Cendrillon a été joué du 19 au 21 mars à L Olivier, Istres, du 26 au 29 mars à la Scène nationale de Cavaillon, du 3 au 6 avril à Châteauvallon, Ollioules Prenez et mangez... n ce début d avril les pprentis de la FI-R, école de formation des rts de la Rue, ont rassemblé le public autour d une célébration, celle du pain et de l amitié. Rien de sacré cependant dans la forme ; c est l humour et la fantaisie qui ont soutenu le propos. Les 14 pprentis se couvrent de farine le visage, les cheveux et le corps avec frénésie et délectation, allant jusqu à en proposer à pleines mains aux spectateurs, provoquant de grands remous dans le public qui n avait pas particulièrement envie de s y faire rouler! Pourtant des caresses très douces étaient offertes aux audacieux... Car au final un conseil judicieux nous est donné : pour faire un bon repas entre amis, le meilleur ingrédient c est... les amis! Limpide. près la sirène des pains sont offerts et partagés... CHRIS BORG À table! s est donné le 3 avril sur la place de l Opéra À venir Venue d ailleurs Valentin Clastier et Hervé Birolini avec le G le 8 mai à midi Vincent Lucas

25 Trois truies! Les trois petits cochons sont en fait des filles! Qui ont de l énergie à revendre. arion Lévy s est attachée à actualiser le conte traditionnel du XVIII e siècle adapté par Disney en 1933, le transformant en parabole sur l apprentissage de la liberté et de l indépendance. t cela ne va pas sans quelques écueils... Très soudées mais avec des personnalités différentes, les trois cochonnes affirment leur volonté d autonomie dans une danse rythmée, avec des enroulements de bras et des déhanchements généreux, dans un ensemble impeccable. ttachée au dialogue entre texte et danse, arion Lévy a sollicité arion ubert pour tout récrire. insi la louve rock and roll ne se contente pas de vouloir les dévorer, et les incite à s affranchir de l enfance et à suivre leur chemin. Les trois maisons vont se construire, et la plus solide est un blockhaus avec des miradors. st-ce vraiment ça la vie? Ne vaut-il pas mieux courir quelques risques? D autant que le loup attaque avec artillerie lourde, fumigènes, musique infernale Lève-toi et marche Camélia! Recréé à chaque tournée avec des résidents de maisons de retraite, Camélia laisse des traces d humanité précieuses. Stimulés, investis, les seniors reprennent leur place sur la photo en partageant l aventure avec la vieillissante marionnette Camélia qui, projetée dans le corps des artistes du Boustrophédon, avant d «apprendre à devenir vieille» gravira des montagnes de verre, rompra ses chaines, voltigeuse en grâce ou danseuse rhumatisante. Observateurs attentionnés de ses prouesses, eux aussi accomplissent des exploits, poussant la chansonnette et créant des valses jubilatoires «parce que c est pas fini chez les vieux le goût de l autre». Les 3 circassiens-musiciens dans un lien visible, sans doute difficile à défaire, font rire d émotion et pleurer de dérision, et conjurent en l évoquant la peur de la mort. n face-à-face avec la vieillesse qui sonne juste et nécessaire. Car si les 14 personnes âgées n ont pas quitté leurs chaises roulantes ce soir-là, elles se sont pourtant levées et ont marché! ne intense et tendre leçon de vivre-ensemble. D. Camélia s est joué à l uditorium de Vaucluse, Le Thor, le 30 mars D. Lucas Durey n magnifique travail, souligné par la scénographie aux couleurs changeantes et au dispositif astucieux. CHRIS BORG Willi Filz Dans le ventre du loup s est donné au Pôle jeune public, Le Revest, les 12 et 13 mars, au assalia, arseille, du 17 au 19 et à La Passerelle, Gap, le 22 u royaume du sans «sans» Il était une fois un roi qui s est réveillé un matin sans lit, sans château, sans reine : tout son royaume s était envolé! Seule sa couronne était encore sur sa tête. Voici qu il parcourt le monde avec allégresse, suivant le vent, à la recherche de son hymne national ; en chemin, il croise un chat noir sacrément malin, un cerf prétentieux aux manières efféminées, et d étonnants personnages. bsurdes comme ces deux douaniers, incongrus comme ces trois rameurs. Le tout dans des saynètes sans queue ni tête (pas étonnant pour un «royaume sans sans»!). uréolé de prix en Belgique, Le roi sans royaume de la compagnie gora Theater est un spectacle musical, sonore et vocal, où les musiciens jouent la comédie et dansent. La narration est le maillon faible, à l instar de la chorégraphie. Il reste d excellents multi-instrumentistes et une manière astucieuse d enrober les jeunes spectateurs dans leur équipée d un jour. RI GODFRIN-GIDICLLI Le roi sans royaume a été joué les 4 et 5 avril au PJP, Le Revest, et au assalia, arseille du 9 au 12 avril 25 J N P BL I C RetrouveZ sur notre site ces critiques spectacles et découvrez les autres! - La danse indienne des Gleizes - Journée Fair ar -Hans was Heiri à Châteauvallon

26 26 D N S (rt)mez vous! Interprète privilégié de Preljocaj et de Jan Fabre, Olivier Dubois a été nommé parmi les 25 meilleurs danseurs du monde. Il aurait pu se satisfaire de cette réussite mais chacune de ses pièces est un manifeste engagé. insi Révolution, premier volet d un cycle autour de l humanité appelé tude critique pour un trompe-l œil. Sur scène, douze danseuses en noir pivotent autour d une barre de «pole dance». Synchronisées, elles suivent cet axe, et entament une marche répétitive et éprouvante sur le rythme du Boléro de Ravel. lles semblent prisonnières, comme enchaînées à ce symbole du striptease et de la domination sexuelle. Silencieuses et solidaires, elles partagent leurs efforts avec le public qui doit lui aussi patienter et commence à ressentir l effet de la répétition, de l inaction de l absence d évolution. La sueur des danseuses se mêle à la chaleur des anxieux (certains sortent de la salle). Puis l une d entre elles tente de se révolter, de s écarter de la barre. Le geste est brutal et épuisant, un appel à la résistance. D autres la suivent, elles tentent de trouver ensemble de nouveaux mouvements qui les extraient du geste commun, qui soient à elles. ais sans véritable engagement, le changement est impossible. vec cette création, Olivier Dubois met en scène la prise de parole de la femme, sa force physique et mentale, ses asservissements. Il administre une piqûre de rappel brutale, sur le caractère oppressif de notre société! NN-LYS RNT Révolution a été joué les 28 et 29 mars à l Odéon, Nîmes Tommy Pascal Jean-Luc Beaujault étamorphose cyclonique Troublant personnage, transgenre, fascinant d étrangeté, qui s offre à nous dans Vortex. mpaquetée de lourdeur sous de multiples couches asphyxiantes, Phia énard opère une performance-métamorphose totalement hypnotisante et très signifiante. La chrysalide débute sa prestation dans une féerie virevoltante de danseurs de (sac) plastique, happés par 24 ventilateurs calibrés au millimètre près encerclant une arène. lle nous entraine dans le tourbillon infernal de sa propre mue. Si Debussy ouvre en douceur les hostilités musicales, la bande son qui en découle ne laisse aucune échappatoire, angoissante et possessive. u gré de l air propulsé, ses encombrantes peaux de latex et de nylon s envolent pour un ballet aérien dans des sculptures hallucinantes de beauté, développant des images de combat et de corps-à-corps majestueux. Poupées gonflables dont l artiste réussit à se débarrasser pour atteindre sa liberté d être, tirant de ses entrailles d infinis cordons ombilicaux et des fantômes de souffrance. n accouchement frénétique pour recréer son propre cocon, choisir son corps et son identité, pour une renaissance assumée et magnifiée par l art. DLPHIN ICHLNGLI Vortex a été joué du 3 au 5 avril à la Scène nationale de Cavaillon La danse en partage Just to Dance créé avec des danseurs du Congo, du Japon, du CCN de Caen, le multi instrumentiste Camel Zekri et la soprano Dominique Chevaucher, c est l idée du «vivre ensemble» par l expérience du «danser ensemble». Sous un titre ludique, Héla Fattoumi et Éric Lamoureux convoquent leurs singularités pour chanter un hymne à la diversité des corps, des cultures, des langues et des imaginaires. bstraite, puis narrative, cette composition «symphonique» sur l altérité est avant tout philosophique ne mêlée reptilienne parcourt l obscurité lunaire, la danse doucement se met en place dans un melting-pot de peaux, de couleurs : chacun s échappe de la masse tournoyante pour dire son nom, chacun tente d apprivoiser l autre. t Laurent Philippe quand la rencontre est possible c est l explosion de joie! Élancements, circulations complexes entre les plots de bois, sauts frénétiques, déhanchements comiques et saugrenus : tous se pavanent comme des coqs dans un poulailler et se lancent dans des numéros incongrus. Ils font les beaux et elles font les belles, électrisés par la voix de ucarré Rudolf litch Ikoli N Kazi coiffé d un casque colonial... Ce monde riche de ses électrons libres et disparates disjoncte dans un show décoiffant. Puis l effervescence laisse place à une danse d ensemble complexe, addition de chorégraphies individuelles, de duos, puis de trios, pour composer un mouvement unique. Car, nous dit Just to Dance, il faut «abandonner l idée que les différences c est ce qui oppose». RI GODFRIN-GIDICLLI Just to Dance... a été donné le 29 mars au CNCDC Châteauvallon, Ollioules

27 La fusion du Trocadéro Don Quichotte du Trocadéro de José ontalvo démontre avec brio la nécessité vitale du divertissement. Combien nous est nécessaire cet art, regardé avec mépris par les conceptuels, avec condescendance par les tenants de la cruauté, et constamment dévoyé par les coucous des écrans (vous savez, ces habitants des lucarnes télévisuelles qui, quand ils sont placardisés, viennent occuper les nids des alouettes en tuant leur descendance). Dans ce sublime Don Quichotte tout est constamment virtuose, au-delà du parfait : les vidéos, leur montage, les couleurs, mais surtout les danseurs, si époustouflants, chacun dans leur genre, qu il faudrait inventer des superlatifs pour vous en donner une idée. t le plus étonnant n est pas là, dans leurs performances personnelles classiques ou néo, hip hop ou orientales, africaines, claquettes ou flamenca. Le plus épatant est à quel point les treize interprètes parviennent à danser ensemble, dans une fusion des genres qui laisse à chacun sa singularité mais ne se permet aucun décalage, à une vitesse folle, avec une ampleur incroyable, une souplesse d un autre monde, et des placements parfaits. C est-à-dire toutes les qualités de toutes les danses, pour la première fois sans doute réunies à ce point dans des numéros communs. jouter à cela un humour d un raffinement extrême, reposant sur la mémoire de la danse Patrick Berger revisitée ; une autodérision délicieuse, grâce à Patrice Thibaud qui campe un Don Quichotte au second degré absolument hilarant, commentant tout, exécutant des numéros entre danse et mime qui vous laissent sans voix tant ses gestes d escamoteur sont rapides ; un sens du rythme qui permet qu aucun numéro ne soit trop court ou trop long, et que leur enchaînement vous conduise vers plusieurs climax de rire savamment orchestrés pour vous laisser reprendre votre souffle ; un propos intelligent enfin, qui affirme mine de rien que l énergie vitale de notre société est dans la mixité, la rencontre, que nous pouvons la vivre sans rien y perdre, et que les quêtes d absolu se dénichent au fond de nos stations de métro, qui abritent nos rêves GNÈS FRSCHL Don Quichotte du Trocadéro a été créé en janvier au théâtre de Chaillot, joué à la Criée, arseille, du 14 au 16 février, au Théâtre de Nîmes les 20 et 21 mars À venir les 3 et 4 mai Théâtre Liberté, Toulon D N S 100 ans de Sacres! La version revisitée du Sacre du printemps par Roger Bernat, en hommage à Pina Bausch, prônait la liberté de la gestuelle du danseur qui l avait majestueusement adapté en Pour ce spectacle du créateur catalan, un dispositif interactif surprenant a été mis en place. n entrant dans la salle, il n y a ni chaises, ni scène, ni même de danseurs! n simple casque audio est mis à disposition de chaque spectateur. ne voix électronique et anonyme plante avec délicatesse le décor composé d un pré printanier entouré de collines et de la forêt. De mystérieuses instructions surgissent dans l oreille du public, l assemblée se déplace de manière harmonieuse, et au fur à mesure, chacun trouve sa place dans le ballet! La mutation opère et le spectateur se métamorphose en interprète. Pas de brutalité, pas d obligations, pas de performances ou de jugements, le rôle est donné à qui le souhaite et l interprète comme il le ressent. Rythmé par la Le sacre du Printemps par Roger Bernat X-D.R. musique d Igor Stravinsky, la ligne directrice est donnée avec humour par cette voix malicieuse et tout aussi amusante. ais sur scène, c est lui qui agit, ce spectateur/ danseur, timide, expressif ou maladroit peu importe Ce spectacle sera unique, quel privilège! ne autre version de cette œuvre majeure du siècle dernier a été proposée par Dominique Brun. Les archives de la chorégraphie originale ayant disparu, la créatrice a décidé de s inspirer des dessins de Valentine Gross-Hugo. Pour cette cent-quatre-vingt-dixseptième version (#197), elle restructure totalement la danse mais aussi la musique originale qui est mixée, saccadée, décomposée et par instant, chantée par la sublime mezzo-soprano, Isabel Soccoja. Six danseurs parmi lesquels François Chaignaud, mmanuelle Huynh, Sylvain Prunenec entrent en harmonie, et même en transe, avec les fibrations de la musique électronique. La source qui l a inspirée module toute la mise en scène grâce à cette décomposition et ces temps d arrêts liés au caractère immobile du dessin. ne véritable exploration artistique, innovante, dont il est malheureusement difficile pour le spectateur de saisir les enjeux. Dominique Brun entamera l année prochaine une seconde partie du Sacre du printemps. C est un fait, cette œuvre magique perdurera jusqu à son bicentenaire! NN-LYS RNT Le printemps «des sacre(s)»! a eu lieu du 21 au 26 mars au théâtre d rles

28 Babel ed, l adoubement populaire spectateurs ont envahi les 4 espaces pour découvrir 36 formations issues de 45 pays 28 S I Q La 9 e édition du forum marseillais des musiques du monde confirme la curiosité d un public grandissant. À se demander si Babel ed usic ne serait pas en train de devenir une deuxième Fiesta des Suds. Nos coups de cœur. ashrou Leila. u-delà d un charisme déroutant, le leader de ce groupe libanais invente un rock indie qui assume les influences occidentales (jazz, blues, funk) d une jeunesse proche-orientale habitée par la soif de vivre et la révolte. À suivre. Baloji. Ce Congolais de Belgique, tantôt crooner tantôt slameur, a ensorcelé le public avec sa rumba congolaise aux accents afro-funk, hiphop et soul. Le mélange de likembés, balafons et guitares électriques crée un univers spatiotemporel indéfini. blaye Cissoko et Volker Goetze. L un à la kora, l autre à la trompette, ce mariage afro-européen entre free jazz et musique mandingue est un dialogue de sonorités, tout en murmures. Taksim trio. Sur des bases très traditionnelles, la clarinette de Hüsnü Senlendirici, accompagnée d un quanûn et d un luth baglama use avec grâce d improvisations flirtant avec le jazz, et nous rappelle la nature hybride d une Turquie refusant de choisir entre Orient et Occident. ohammad otamedi. Bercé par la musique savante persane, ce jeune prodige iranien renouvelle la tradition millénaire du radif qu il chante avec modernité et exaltation. ariem Hassan. ne voix envoûtante, un engagement -celui de la lutte pour l indépendance du Sahara Occidental-, cette chanteuse de blues mandingue émeut par le lancinement de ses complaintes partagées entre joie et déchirement. Coetus. mmené par liseo Parra, ce grand orchestre de percussions ibériques (panderos cuadrados, cajas, tamboris, pandereta, tabal, chicoten) donne vie une à un patrimoine musical espagnol inédit en réunissant dans une même formation des instruments traditionnels de régions différentes habituellement utilisés de manière séparée. The laev Family. Trois générations de musiciens qui font vivre la culture tadjik en Israël. ne musique frénétique sous forme d éloge de la fête qui met en évidence le lien entre les sonorités ottomane, indienne et tsigane. Tiloun / Gren Seme. n programmant deux groupes de La Réunion, Babel ed a pris le pari de montrer la mutation en cours dans ce coin de l Océan Indien. Imprégnés de maloya, épuré pour l un, évolutif pour l autre, Tiloun et Gren Seme se rejoignent sur la prise en compte des ashrou' Leila X-D.R problématiques de la société réunionnaise d aujourd hui. Wanlov and the fro Gypsy Band. Si, musicalement, le résultat n est pas convaincant, le concept est assez inédit. Né d une mère roumaine et d un père ghanéen, le très «looké» Wanlov et son african gypsy music assemblent hip life (son ghanéen mêlant highlife, rap et dance hall), tambours africains et violons de Transylvanie. ne audace qui lui a valu le prix ondomix Hoba Hoba Spirit. Ceux que l on surnomme les «Clash marocain» pour leur verve contestataire sévissent depuis une quinzaine d années. Bêtes de scène, les Hoba Hoba associent rock, sonorités urbaines et ganouis, français, arabe et anglais. Les créations Watt. Propositions de P2013, ces résidences nous auront laissés sur notre faim. xplorant des pistes certes intéressantes (particulièrement les cuivres et beatboxers de «Watt a nine brass room» et la transe urbaine de «Wilaya 49»), les projets entre artistes marseillais et d autres rivages de la éditerranée se sont révélés inaboutis. THOS DLICNT Babel ed usic a eu lieu du 21 au 23 mars au Dock des Suds, arseille Sadat et C min, 100COPIS Studio, Le Caire 2012 X-D.R You say «Watt»! Babel ed, ses rencontres, ses créations, ses découvertes, échappe un soir à arseille pour une escapade au Bois de l une à ix avec le luxe de deux concerts en une soirée : deux univers différents, mais animés par la même fougue, une incontestable qualité musicale, et une même absence totale de femmes. n plateau de cuivres de rêve avec les Nine spirit accompagnés par les quatre beatboxers d nder Kontrol, champions du monde de leur discipline, véritables batteries humaines qui s emportent dans des improvisations stupéfiantes et rythment le concert avec un tempo de métronome. Les solos des trombonistes, trompettistes, saxophones se mêlent aux compositions virtuoses de Cyril Benhamou et de Raphaël Imbert. À cela, ajoutez une guitare et des claviers, de l humour, le bonheur palpable de faire de la musique ensemble, avec un blues en hommage à artin Luther King, le Hip Hop des Kids pour lequel la salle bondée s enflamme, ou, annonçant la performance suivante, le grand tube Égypt Strut de Salah Ragab, aux accords orientalisants. Le jazz, langage devenu universel, intègre les modes des musiques actuelles, leur apportant son esprit de liberté. La fête musicale se poursuit sur un autre mode avec Zamalek, eux aussi en résidence à l initiative de P2013. Les nappes sonores des guitares soulignent la poésie de la flûte de Laïth Suleiman, la guitare superbe de Jeff Kellner, le phrasé expressif de min (l Général) et Sadat, deux «icones» de la jeunesse égyptienne, pour la première fois en France, entre rap, hip hop, dub. hmad Compaoré à la batterie et percussions sait fondre les influences du jazz, du rap de l électro-chaabi en un tout cohérent et inventif. asculin? RYVONN COLOBNI Le 21 mars Bois de l une ix

29 Camus en lame de fond bd l alik dit avoir trouvé chez Camus «un grand frère» et ressenti le même «élan dans la façon d habiter l écriture». Comment ne pas voir qu ils partagent la même brûlure quand il slame «le soleil est un royaume tragique»? Dans L art et la révolte, le rappeur s est réapproprié L envers et l endroit en injectant entre les nouvelles des textes de son meilleur cru. ais le spectacle n est pas une lecture mise en espace, c est une forme hybride qui tient du tour de chant, du concert de rap mâtiné de jazz et d électro pop, de la déclamation poétique et théâtrale. Gibraltar, titre ambigu qui fait l apologie du retour au pays, trouve ici un écho poignant : «parce qu on a la éditerranée en L'art et la revolte gnes ellon Garcia-Fons donne des ailes à son instrument imposant, lorsque sa contrebasse se fait violon, guitare, percussion, traverse tous les styles, du baroque au flamenco, en passant par le jazz, le rock. La musique renaît, décloisonnée, vivante, populaire et pourtant si savante de sciences diverses La variété des timbres, des improvisations, est mue par une virtuosité charnelle. Renaud Garcia-Fons (Deutscher uzikpreis Jazz du meilleur instrumentiste international 2010 et 2011!) crée son style propre en croisant mille influences, pari osé avec sa seule contrebasse à 5 cordes. Fort de ses origines catalanes, il transmet avec fougue, grâce, exigence, une musique puissante et sensuelle. u Théâtre des Salins, il a donné un merveilleux récital, tiré de l extraordinaire album solo The arcevol Concert : invitation au voyage imaginaire, de la Catalogne (arcevol évoquant ce Prieuré en pays catalan) à l Iran d Ostad lahi Sheikh miris, le maître iranien du tambûr, en passant par hommage à tahualpa Yupanki, jusqu à Pilgrim qui nous ramène en Irlande. On ferme les yeux, on entend Paco de Lucia, Piazzolla, Savall, Grappelli, lan Stivell, partage, j ai écrit Gibraltar» ; Les Chutes, interprété au piano par ichael Karagozian, est accompagné par le danseur iguel Nosibor, décevant par sa prestation fragile. ais c est surtout musicalement que L art et la révolte reste peu inventif, le gros son hyperpulsé dominant dans la première partir hip hop comme dans la deuxième plus soul De fait l originalité du projet, et sa réussite, est de faire entendre à toutes les générations la langue engagée de l écrivain et la sienne, effilée comme une lame Contrebasse nomade Nguyên Lê, Doudou N Diaye, Ray Brown! Pourtant les samples qui sortent des hauts parleurs sont issus de sa seule contrebasse, gérés par l artiste au sol: arco, pizzicato, col legno, appuis percussifs comme un djembé sur la table : impressionnant! t dire que pendant des décennies on associait la contrebasse à l léphant de Camille Saint-Saëns! YVS BRGÉ Renaud Garcia-Fons s est produit au Théâtre Les Salins, artigues, le 16 mars Il était aussi programmé à Grasse, dans le cadre des usiques Sacrées du onde, dans Le Cantique des cantiques, le 24 mars de couteau. Il explose, susurre, enrage «qu il n y a pas d amour de vivre, non, sans désespoir (des espoirs?) de vivre». Poignant quand il évoque sa mère, son quartier, ses origines, il est lui aussi un homme révolté. RI GODFRIN-GIDICLLI L art et la révolte a été créé le 12 mars au Grand Théâtre de Provence, ix, en tournée au Théâtre Liberté à Toulon le 19 mars et au Théâtre de Cavaillon le 22 mars Renaud Garcia-Fons X-D.R Jeu sans frontières Depuis une trentaine d années, le métissage, la fusion des styles sont devenus une constante stylistique dans la musique, aussi bien «savante» que «populaire» : Steve Turre dans l album Rhythm within, ou encore Kronos Quartet dans le CD Pieces of frica en sont quelques représentants. n concert au Forum de Berre l tang le 22 mars, le World Kora Trio, composé du compositeur et violoncelliste électrique américain ric Longsworth, du batteur et percussionniste aux doigts de fée Jean-Luc Di Fraya, et du virtuose malien à la Kora Cherif Sourano, ont distillé une musique vivante, rythmée, inspirée, riche en couleurs, mêlant inspirations de la musique traditionnelle d frique de l Ouest et compositions originales. Construites sur des éléments simples, ostinatos mélodico-rythmiques, grounds ces pièces, d obédience modale, furent l occasion pour ces musiciens qui respirent la joie de vivre et l envie de transmettre leur art, de transcender ce matériau et d en tirer la quintessence pour amener le public à un état de transe. Jubilatoire! CHRISTOPH FLOQT 29 S I Q RetrouveZ sur notre site ces critiques musique et découvrez les autres! - Ouverture ves le Temps - ai-diterrané, au fil des voix au Toursky -Sébastien Tellier à Six-Fours - Wax Tailor au oulin -Réouverture de l Intermédiaire -Radio Babel à la Cité de la musique -festival Indo-persan à la èson -Robin ac Kelle au Gymnase

30 30 S I Q ()ore à mort Christian Dresse 2013 Le Verdi imaginé par Nadine Duffaut est gris! Ces deux-là, leur improbable amour, font tache! Dans le décor stylisé d mmanuelle Favre, lle s efface au souffle des trois derniers baisers intemporel, les pans de murs, colonnes angulaires, sont lisses, anthracite, les costumes nos joues du dos de la main. déchirants comme des larmes qu on biffe sur d esprit Renaissance de Katia Duflot se dessinent dans le même ton, plus clair : matière Impérieux Vladimir Galouzine : dans le rôle- Phénomènes vocaux! grise d Iago, habile à penser le al! Tout titre, il est puissant, sombre, émouvant, héroïque, Chypre semble envenimée par sa parole manipulatrice, monochrome d où deux êtres émergent. baryton, mordant à pleins décibels dans son rare Impressionnant Seng-Hyoun Ko : fort u rouge : Otello! Son visage est argile, sa vêture un clin d œil au «éphisto» de Boito toute une palette de timbres. Leurs duos cou- maléfique Credo ; excellent acteur, il joue sur (musicien/librettiste qui, en 1887, adapte Shakespeare) : incarnat, symbole de son amour pour parvient à rester légère, aérienne, à faire aussi pent le souffle! Impeccable Inva ula : elle Desdémone, du sang invoqué en châtiment, claironner son soprano face à un excellent de l enfer où le conduit la jalousie. u blanc : Orchestre (dir. Friedrich Pleyer) volontiers sa jeune épouse, pure, injustement soupçonnée. Comment le ore peut-il ne pas croire à Pierre Iodice) ajoutent leur part à la réussite «sonophage»! t les artistes du Chœur (dir. son innocence? Le Démon n est sans doute de ce Verdi qui restera dans les mémoires. pas là où on l entend : s il cède au fiel d Iago, JCQS FRSCHL c est que le Diable est déjà en lui, dès l ouverture-éclair, comme son spectre mortuaire figé Otello de Verdi a été joué jusqu au 5 avril sur le gaillard d un navire en pleine tempête, à l Opéra de arseille avant son victorieux «sultate»! Évocation andalouse Jouer en intégralité Iberia d lbéniz est une performance pianistique : difficulté acrobatique des rythmes, subtilité des variations de couleurs, équilibre délicat entre une facture classique et l évocation d une certaine couleur locale avec les échos des différents genres musicaux populaires de l ndalousie. Les quatre cahiers écrits entre 1905 et 1908 nous entraînent du port de Sainte arie de la Province de Cadix, au quartier gitan l lbaicin de Grenade puis dans une auberge, ritaña, aux abords de Séville, où l on entend l air d une procession. ux lieux aimés correspondent les parfums de musiques traditionnelles, lmeria, Ronda, l Polo, flamenco, ou les mélodies de Jerez de alaga Jean-François Heisser nous emmène de ses doigts dans ce voyage où les tableaux de genre se conjuguent, avec une élégante légèreté, à de douces rêveries peuplées d instant méditatifs, de retournements calmes, d interrogations étonnées, d échos de fêtes. Le quatrième cahier, le plus ardu, permet au virtuose une interprétation éblouissante. Cet hymne à l spagne se complétait de la présence de la guitare flamenca de Chaparro de alaga, et des colpas de la chanteuse ntonia Contreras : le jeu perlé de la guitare qui sonne parfois comme une mandoline, la voix rauque de la chanteuse, particulièrement belle quand elle s intériorise, renforçaient l ancrage populaire de ces pages, sans en trahir l écriture savante, en remontant à sa source. n bis un Gracias a la vida façon flamenco a clos ce concert du partage RYVONN COLOBNI Iberia a été joué le 25 mars au Théâtre du Jeu de Paume, ix Crime et châtiment troce scelus nefas que celui de la Sacristine qui tue le propre enfant de sa fille, Jenufá, avant de plonger dans une culpabilité qui la rongera jusqu à la folie. Le roman de Gabriela Preissova est une histoire familiale tragique, sous fond de tares héréditaires, d alcoolisme, de relations quasi incestueuses ; Steva, père de l enfant, est le cousin de Jenufá et le frère de Laca, autre prétendant à sa cousine! Tragédie familiale typique d un naturalisme fin de siècle (le XIX e ) qui transpirait jusqu à l opéra! Ce sujet complexe fut l occasion pour Janácek, dans cet opéra composé en 1903, de poser des traits d écriture qui définiront son style dans les œuvres suivantes, telles que les deux Quatuors ou la Petite Renarde Rusée : la technique de la segmentation, l utilisation de motifs rythmiques très courts (xylophone dans le premier acte), la prolifération d idées mélodiques qui se substitue à la notion classique de développement, d où la difficulté à retenir des mélodies, les sonorités abruptes autant de déviations de la syntaxe musicale dominante, qui a créé le langage très particulier de Janácek qui lui a valu d être à la fois rejeté par les hommes de son temps, puis par les «contemporains» qui suivirent comme trop tonal. Balàzs Kocsàr, à la tête de l Orchestre et du Chœur de l Opéra d vignon, eut du mal, du fait de cette écriture complexe, à trouver un équilibre entre l orchestre et les chanteurs, voire à rendre perceptible cette formidable palette sonore présente dans l orchestration. La distribution, comme très souvent à vignon, était en revanche très bonne : Christina Carvin dans le rôle principal, et les deux ténors, artin iller, Laca, et Florian Laconi, Steva, insufflèrent à cette tragédie toute leur énergie. Quant à la mère diabolique, Géraldine Chauvet, elle fut un peu en-deçà au niveau de la puissance, mais à fond dans l incarnation de son rôle. Glaçant! CHRISTOPH FLOQT Jenufà a été donné le 17 mars à l Opéra-Théâtre d vignon Cedric Delestrade - C Studio - vignon

31 Où sont les femmes? Par la grâce d une élégante et discrète mise en scène, les interprètes du Concert Privé à L Ospedale Immaginario ont rendu un vibrant hommage aux femmes innombrables qui ont peuplé durant l époque Baroque ces mêmes édifices vénitiens. Constitué pour la plupart d orphelines, ces vénérables institutions où officièrent d illustres compositeurs, à l image du fameux Vivaldi, offraient à la gent féminine une formation musicale de haut vol. Étrange paradoxe lorsqu on sait que les femmes étaient alors interdites de scène par l glise catholique elle-même, vocalement mises à l index et remplacées de la manière la plus barbare qui soit par des castrats. Pour ce concert inaugural du Festival Présences Féminines, à l exception du violoncelliste tienne angot présent sur scène, touchant lui aussi de délicatesse, le plateau musical était exclusivement composé d interprètes féminines. u continuo et des claviers, Claire Bodin, la fondatrice du Festival, dirigeait l ensemble Les Bijoux Indiscrets. Le timbre rond et chaleureux de la soprano nne agouët était magnifiquement mis en valeur, interrompu parfois par des lectures envoûtantes en forme de courriers intimes imaginaires par la comédienne Véronique Dimicoli. u final, on regrettera juste que dans ce beau moment de poésie suspendue à la gloire de ces femmes oubliées, preuve que l histoire de la musique est un long chemin entaché de machisme, plusieurs ouvrages aient été encore d origine masculine. ais la suite du festival a fait entendre Clara Schuman et Louise Farrenc, qui composèrent malgré les hommes! ÉILIN OR Ce concert a eu lieu le 15 mars au Théâtre liberté, Toulon Veronique Dimicoli X-D.R 31 S I Q sprit des Lumières Pas un bémol pour le récital de musique de chambre de l nsemble Pythéas, donné le 17 mars à Notre-Dame du ont! Nonobstant, si leur prestation n en mérite pas, les partitions à l affiche, pour clarinette, signées ozart ou Haydn, en comportaient de fait des bémols à la clé! C est que ce tuyau d ébène s accordait naturellement, à l époque classique, aux tonalités de si ou mi bémol majeur. Linda mrani, belle anche virtuose, a enfilé des guirlandes de sons, suaves ou brillants, à l envi, sautillant, rebondissant telle une funambule solidement encordée par un beau trio d archets : Yann Le Roux-Sédes (violon), Pascale Guérin (alto) et Xavier Chatillon (violoncelle). Le programme exposait une pertinente unité viennoise, avec aussi Beethoven ou Hoffmeister, contemporain méconnu de cette première «école» qui fonda, sur le Danube, l esthétique classique, ses formes et ses genres, tout en clarté, élégance, sens du jeu n esprit épris des Lumières fort bien transmis par le quatuor de musiciens. JCQS FRSCHL L'ensemble Pytheas X-D.R Irmeli Jung Tour de force La venue pour le Festival de usique de Toulon d un artiste tel que Giovanni Bellucci, pianiste peu médiatisé en nos contrées, a bien mérité le concert de louanges qui auréole ses prestations tant il a fait preuve de maestria en interprétant deux des plus grands monuments du piano romantique. u programme figuraient des transcriptions de Franz Liszt d œuvres de ozart et Verdi où l on pouvait déceler une virtuosité contenue. Haute technicité qui fut confirmée dans la Sonate n 2 opus 35 de Chopin où le piano semblait à peine supporter la charge acoustique que lui imposait la puissance du pianiste! ais l apogée fut incontestablement atteint lorsque résonnèrent les premières notes de l impressionnante Sonate en Si mineur du hongrois. Le mélange d ombres et de lumières qu offre la partition était traduit avec une rare intensité : les pianissimo semblaient fragiles et dérisoires aux côtés des passages fortissimo tonitruants! L impression fut confirmée avec une Rhapsodie hongroise généreusement offerte en bis. agistral, somptueux, explosif, merveilleux, sublime, fantastique, transcendantal une démonstration en quelque sorte. ILIN OR Ce concert a eu lieu au palais Neptune, Toulon, le 4 avril

32 32 S I Q Textures, ironie et airs à boire! Dans le cadre de la programmation atins Sonnants, usicatreize présentait les œuvres de compositeurs vivants : le libanais Zad oultaka et le grec lexandros arkeas. Ikhtifa (disparition) et Cadavres exquis de oultaka. Ikhtifa évoque deux tableaux (bac et De Staël) sur des poèmes d l-aari, en deux parties, lisse puis striée, et une désintégration progressive. Le chœur alterne silences et mots fractionnés dans une boucle sonore, sur un dispositif électroacoustique puissant. Dans Cadavres exquis, clin d œil aux joutes surréalistes, le son l emporte sur le sens, en une texture harmonique insolite où chaque mouvement est le souvenir tuilé du précédent. Travail extrême sur la résonance des sons sur laquelle se posent des mots épars Le grec arkeas nous ramène, avec Wall Street Lullaby, aux financiers agressifs qui nous bercent d illusions, puis à la mère grecque qui endort son enfant pour mieux le protéger «dors, chut». Les voix explorent des registres extrêmes, crescendi subits ou allongements des sons sur le souffle, et l ironie est désabusée : «ami, fais confiance à tes désirs!». Dionysos, le vin, le sang propose lexandros arkeas X-D.R en une variété de tableaux tout l univers de la littérature bachique, vin gai ou tragique, mélodies traditionnelles, des terrifiantes bacchantes aux airs à boire. Sur des enregistrements très évocateurs, électro et concrets, et voix traitées numériquement, Roland Hayrabedian semble le maître des couleurs. ne belle invitation croisée, initiée par le Gmem, pour un matin sonnant si bien. YVS BRGÉ Ce matin sonnant a eu lieu le 10 mars à l Opéra de arseille ux portes de l nfer Le «théâtre musical» pose un concept : le «musical» commande et justifie le «théâtral». auricio Kagel ( ) fut l un de ses principaux artisans. Il envisageait l idée d une «théâtralisation» du geste instrumental, pensait l expression corporelle du musicien comme un véritable «jeu» d acteur. Dans La Trahison Orale ( ), sa «geste» originale est portée par une suite de textes populaires évoquant le Diable. L opus propose un espace de liberté aux interprètes, au scénographe, quant à la répartition des voix instrumentales et des textes parlés Du coup, chaque production invente sa propre forme. Sur la scène du Gymnase, le GRI (scène musicale de ontévidéo) et Hubert Colas, ont fait le choix, hormis quelques interventions parlées (mais malhabiles) des musiciens, d un mélodrame à une voix. Bernard Bloch (au faciès diabolique!) enchaîne, avec une verve certaine, les textes, récits et contes sur les figures du Démon ; un tapis instrumental se tisse autour de lui, composé de violon, cymbalum, guitare électrique, harpe ou saxophone On aurait pu adhérer à ce bastringue de cirque triste, fanfare macabre, réminiscence sarcastique de Kurt Weill, aux cloches en percussions pour messe noire, à quelque violon rappelant le pacte démoniaque de l Histoire du soldat de Stravinsky, à la course à l abime, au songe de Sabbat ais on est resté aux portes de cet nfer auquel il a manqué, outre du public, un lien organique entre les impulsions théâtrale et instrumentale, peu endiablée et un brin de flamme musicale! JCQS FRSCHL Pierre Gondard lodie Hercouet Comprovisations u piano, ça tourne autour de quelques sons : mode andalou, «cante jondo» orné qui s entête, secondes mineures et augmentées qui s emmaillent, avant qu un clavier additif, électro-synthétique, cloche et décroche, siffle, persiffle Le compositeur lexandros arkeos aime «tous les pianos» il y passe : fouille dans le ventre de la caisse, sonde le silence, tombe dans les cordes en mémoire de John Cage, s accroche aux double-cordes qui grondent, s accorde aux double-croches qui claquent, au tempo d une habanera déglinguée aux triples qui s étripent... lors son piano-orchestre s imagine en gamelan préparé! Le filetage crisse et crie, lance des miaulements liquides Le discours se construit, au fil de l impro ; les résonances se brouillent... hasard prémédité?... pour une heure de poésie sonore! JCQS FRSCHL Piano caméléon, un récital d lexandros arkeas donné le 13 mars Salle usicatreize, arseille La Trahison orale a été jouée au Gymnase, arseille, les 14 et 15 mars

33 De l intime à l épique Le festival Les usiques s éclate en 2013 dans l espace, le temps et par sa programmation plurielle! n deux jours, on passe du laboratoire intime de création que constitue, encore aujourd hui, le quatuor à cordes, à une fresque sonore frôlant la démesure. Éternel quatuor Le 4 avril à La Friche, avec Jonathan Harvey (2003), on plonge aux origines du son, quand le frottement de l archet n est encore qu un souffle, avant qu il ne se fonde en fréquences qu un dispositif électronique, étendant le rôle traditionnel du quatuor en superpositions et boucles, projette dans l espace. Chez Saed Haddad et sa création irage, émoire, ystère, le violon supérieur assume son leadership, chante, murmure par bribes au-dessus d une palette homogène, soignée, où l émotion trouve sa place. Défendu par les Quatuors Tana et Ictus String, le double programme jette un regard rétrospectif vers deux chefs-d œuvre de Bartok (4 e Quatuor) et Janacek (Lettres intimes) : leur modernisme intrinsèque pose des bases, dès 1928, pour une littérature à venir. ême l électron libre John Cage cèdera en 1949 à la tentation d une forme statuaire qui réinvente obsessionnellement ses codes Oratorio homérique! Les 6 et 7 avril, le vaisseau du erlan est prêt pour L Odyssée 2013 mise en musique par Oscar Stranoy sur un livret d lberto anguel. Parfait luth! Le luth est, à la Renaissance, considéré comme un symbole de perfection lié à la Création : harmonie du monde réduite dans l arrondi de sa caisse, la consonance de ses doubles-cordes un jeu mystérieux de Nombres dont les maîtres-luthiers étaient dépositaires! C est sur ce principe, pimenté de «résonances orientales» (La clé de Grenade par Saïd Chraïbi à La Criée), que s appuient les récitals (Paul O Dette dans Dowland) et la conférence (Du oud au luth de Dinko Fabris) prévus autour de l instrument, par Jean-arc ymes, au cœur du festival ars en Baroque. n remplacement d ugène Ferré, indisponible pour raisons de santé, c est au pied levé que Ce projet, porté au long cours par usicatreize, trouve son aboutissement en l année Capitale! Impressionnant : des choristes partout! Près de 250 chanteurs encadrent le dispositif instrumental original (orgues/synthés, bois, timbales, wood-blocks), le public, jusque dans son dos Tout est millimétré dans la mise en espace de Jeanne Roth, le travail accompli, sur une partition difficile pour des amateurs, par la pléiade de chefs de chœur qui relayent les gestes de Roland Hayrabedian. L œuvre est bâtie sur une structure antique alternant solistes et chœurs, une narration portée par un récitatif moderne et l universalité des langues. Tout y est d Homère : de la guerre de Troie à l interminable retour, du Cyclope à Calypso et Circé, Pénélope ou Télémaque, autant de rôles assumés avec brio par les solistes de usicatreize. Seul, le héros maudit manque à la distribution, s échappe sans cesse, errant, regretté Les tableaux sonores évitent l effet facile, s emboitent par taches étales qui dévoilent l épopée, en tuilages chorals spatialisés, parlés/chantés, dont le chœur des Sirènes et sa touche française constituent un sommet. JCQS FRSCHL Le Festival les usiques se poursuit jusqu au 15 mai (voir p 51) L'odyssee 2013 Frederic Demesure Pascale Boquet a assumé l ouverture du cycle Cousins de éditerranée au Temple Grignan le 21 mars. La musicienne a offert un beau moment de douce intimité autour Du mignard luth et de la guitare renaissance, une «cousine» un peu «pincée», mais à la sonorité mordante. u gré de chansons harmonisées, ornées de délicates diminutions du tempo, de danses ternaires ou binaires venues de France et d Italie, on a songé au plaisir (au martyr?) de l attente amoureuse, aux regrets de l abandon, comme à son délice Tout un voyage vers les origines de l art instrumental européen, à la source d une exquise poétique! J.F. Joel Suhubiette Francois Passerini Sacrés affects! «Heu mihi! filia mea» le chef-d œuvre de Carissimi se fige dans ces mots : ceux d un père au supplice! Victorieux des mmonites, Jephté doit, au nom d un pacte passé avec Yahvé, sacrifier la première personne qu il rencontre à son retour : mais c est sa fille unique, dansant au son du tambour, qui s approche! «Pater mi» avec quelle innocence, en trois notes candides, elle accepte son destin! On n est pas loin du théâtre avec cet oratorio qui fixe un modèle au cœur du XVII e siècle : les solistes alternent récits et airs, reliés au chœur par un narrateur le tout soutenu par le continuo. C est cet art baroque de la représentation et des passions qu ont prodigué avec talent, sobriété et subtilité, l nsemble Jacques oderne (dir. Joël Suhubiette) et Concerto Soave (dir. Jean-arc ymes) le 26 mars aux Salins à artigues pour la clôture du festival ars en baroque. Portée par de magnifiques solistes, Furio Zanasi, ténor au timbre clair et à la déclamation experte (formidable Orphée par ailleurs), aria-christina Kiehr, si singulière et émouvante, cet opéra spirituel a révélé ses couleurs originelles. Les solos tirés du chœur de chambre, comme les fabuleuses déplorations finales ont fait vibrer le public. n première partie, on a découvert également quelques Histoires sacrées de Domenico azzocchi, continuateur du style de onteverdi. Bourrées de figuralismes, expressions en musique du sommeil, des pleurs ou de la paix (superbe trio avec tenue), les œuvres offraient de surcroit quelques pertinentes contiguïtés avec le temps pascal, la mort et la Résurrection, les figures de Lazare ou arie-adeleine. JCQS FRSCHL 33 S I Q

34 Joyeuses Pâques! 34 S I Q Le Festival de Pâques est bien, artistiquement et musicalement parlant, un Festival «hors norme» Renaud Capuçon et Dominique Bluzet, les initiateurs du projet, ne cessent de le répéter en exergue de chaque concert, se félicitant de la présence «d interprètes hors norme». ais cette réussite, liée bien entendu à la qualité des artistes présents durant ces deux semaines, est également à mettre sur le compte d une programmation intelligente, équilibrée et éclectique. Trois événements, proposés dans la foulée au Théâtre du Jeu de Paume, semblent révélateurs de cet esprit. Samedi, le démoniaque Daniil Trifonov, jeune prodige russe longiligne auréolé de titres internationaux, proposa, dans la lignée des grandes joutes virtuoses du XIX e siècle, un concert diabolique, se débattant avec les forces méphistophéliques de la Sonate en si m de Liszt, enchaînant avec des Variations sur un thème de Chopin op 22 de Rachmaninov, avant de tirer sa révérence après quatre bis dantesques! n concert ébouriffant qui semble poser comme thèse que la musique est un art de la démonstration. Le lendemain, antithèse! Le génialissime Gidon Kremer avec la superbe Khatia Buniatishvili au piano et l excellente Giedre Dirvanauskaite au violoncelle, démontrèrent, au contraire, sans ostentation, que la musique est affaire d intériorité, de poésie, de sublimation, d élévation spirituelle. vec l audace que de débuter le concert par une pièce de Stevan Kovacs Tickmayer, œuvre contemporaine tout en élégance, fruit d un travail méticuleux sur le timbre, l introspection sonore étant au cœur de ce Trio con echi da onteverdi. Les deux trios qui suivirent de Franck et de Tchaïkovski, furent un exemple d intelligence de lecture d œuvre Gidon Kremer, Khatia Buniatishvili et Giedre Dirvanauskaite Caroline Doutre et d interprétation ; c est peut être cela la maturité musicale! t de maturité, de finesse, de clairvoyance il fut question avec la conférence lumineuse du maître, lfred Brendel, sur un thème approprié pour un 1 er avril : «La musique pure peut-elle faire preuve d humour?». Savamment éclairé par des références à Kant, Goethe mâtiné d extraits d Haydn de Beethoven proposés sur CD ou, en direct au piano, malicieusement joués, le propos pensé, amené, dispensé pour le coup, avec beaucoup d humour, combla un public éclectique, composé de mélomanes, d amateurs éclairés, mais également d étudiants qui, grâce à des tarifs cette fois abordables, purent profiter des lumières de cet immense musicien qu est Brendel. Daniil Trifonov Caroline Doutre Le prix et l humour Car le seul véritable bémol de ce festival exceptionnel fut le prix pratiqué certains soirs, raisonnable par rapport à certaines salles de concert parisiennes, mais que l on a peu l habitude de voir pratiquer dans la région en dehors du Festival d ix. Il est dommage que nombre de mélomanes pauvres, et il y en a, nombre d élèves du Conservatoire d ix par ailleurs conviés généreusement à des master class n aient pu assister aux concerts d orchestre, à 66 la place, tandis que le tarif réduit des concerts de chambre ne descendait pas, sauf pour les jeunes enfants, en dessous de 22. ne politique tarifaire qui, en dépit du mécénat généreux de la CIC, tendrait à confirmer que la musique «classique» veut se réserver à une élite économique. insi peu d étudiants pour le Concerto pour deux pianos en rém de Francis Poulenc, dévergondé par le jeu fantasque des pétillantes sœurs Labèque, proposé le lendemain au GTP! Pourtant il n aurait pas détonné dans la conférence de la veille, tant l humour est au centre de cette pièce tout en brillance et spontanéité! Œuvre emblématique de la période néo-classique, ce concerto explosa sous les doigts des membres du Chamber Orchestra of uropa! Quant à l interprétation de L Inachevée de Schubert et de la Jupiter de ozart avec, à la direction, l immense chef Semyon Bychkov, un seul qualificatif s impose : sublime! Profitons que la boîte à laudatifs est ouverte, pour discerner également à tous les interprètes présents sur scène pour «La carte blanche à Renaud Capuçon» le même éloge : Franck Braley, Gérard Causse Jörg Widmann, clarinettiste surdoué mais également compositeur avec un morceau crée le soir même pour l occasion, concentrés sur un programme très dense autour des compositeurs de la deuxième école de Vienne, mais également de Brahms, ahler ont apporté une réponse cinglante à Brendel : cette musique ne peut pas faire preuve d humour! ais elle peut vous élever à des hauteurs insoupçonnées jusqu au scintillement des étoiles d insi la nuit, musique intemporelle, baignée de poésie, ocellée de grappes d accords irisant l espace, dans l éclat solaire des étaboles, lieu de métamorphoses sonores permanente. De Bertrand Chamayou, magnifique, Henri Demarquette, inspiré et lumineux, au Quatuor Zaïde, d une grâce toute féminine, à un Valery Gergiev au sommet de son art à la tête du somptueux Orchestre du théâtre ariinsky, autant d immenses artistes au talent exceptionnel présents pour célébrer un des plus grands compositeurs français : Henri Dutilleux. Trifonov (1991 ), Dutilleux (1916 ) : dans ce grand écart, entre jeunes interprètes et compositeurs phare du XXe siècle, réside la force de ce Festival de Pâques. n sommet a déjà été atteint pour une première ; on attend maintenant un Festival de l scension, pour aller toujours plus haut! CHRISTOPH FLOQT xceptions Combien de temps a duré le silence après l ultime Lied de La Belle eunière? Nul ne peut le dire précisément! Long, très long Dans le trouble immédiat du cycle schuber-

35 Pas de deux tien, le public, suspendu au battement d un cil du chanteur, tout entier encore dans le monde romantique du «Wanderer» et de la «Sehnsucht», attend de manifester son émoi : à ix, il vit un moment rare, comme on en connait seulement à Vienne, Salzbourg, au et On acclame! Les artistes moissonnent les rappels Dans l écrin idéal du Jeu de Paume, le 3 avril, atthias Goerne a joué au sculpteur, modelant sa pâte vocale comme un plasticien malaxe une argile fraîche, allégeant, assombrissant à l envi son baryton soyeux, au gré d une narration élégante et d un souffle formidablement maîtrisé. L usage aiguisé de la voix mixte dans le haut médium, dès les premières notes, a rendu une jeunesse opportune à l entame du premier grand cycle de Schubert. Puis, au fil des poèmes, s appuyant sur le piano «orchestral» de Pierre-Laurent ymard contrôlant en sorcier l alchimie clavier/voix, à l écoute des silences, le duo a conduit le public vers une approche rapsodique et sombre de la seconde partie, une douleur sourde à chavirer les âmes... Capitales u dernier concert on vient de loin pour la belle Hélène, nfant de retour au Pays d ix, ilhaud, t de arseille aussi où la fille Grimaud pprit ses gammes auprès de Barbizet On regrette un peu que malgré la bombarde Tombée de Paris sur nos chefs provençaux, Telle une Sainte Raison précédant Pentecôte, Notre région attende encor l adoubement capital Pour naître Capitale et Culturelle. Qu en terre de Puget, Daumier, rtaud, Rostand, Campra, «xception» rime toujours avec «Parisianisme»! La jauge est un peu grande, le 7 avril au GTP pour le duo chambriste, malgré l ardeur sonore du roi Renaud, au violon, la splendeur lumineuse d un rvo Pärt glaciaire, une flamme fraternelle dans Brahms ou Schumann, un chant aérien terriblement vibrant t Ravel : piano-sortilège et violon de cristal! Talent d artistes au faîte de leur art u final, on offre un instrument fabriqué pour l occasion par les luthiers Barthel et Bonet. Geste généreux pour jeune violoniste : Bilal vient de Syrie, exilé de sa famille et sa patrie en guerre, Prix du conservatoire d ix. Il se voit confier une copie du Guarneri que joue Capuçon et jouait Stern avant lui. Belle transmission! JCQS FRSCHL Concerts donnés au GTP et au Théâtre du Jeu de Paume, ix, du 26 mars au 7 avril Pierre laurent imard et atthias Goerne Caroline Doutre gnes Pyka et Jan Talich X-D.R Jan Talich est un prince du violon. Son père lui légua, outre son propre prénom, la direction du Quatuor dont il fut le fondateur il y a près de cinquante ans. C est toute une lignée de musiciens de Bohême qui vibre dans les cordes du premier violon des «Talich», fleuron de la musique de chambre internationale! Il y a près de six ans eut lieu, entre gnès Pyka (fondatrice de l ensemble Des quilibres) et le musicien tchèque, une «rencontre musicale et humaine» qui s est matérialisée, fin 2012, par un enregistrement des 44 duos pour violons de Bartok (voir Zib 59). Le Hongrois composa, en 1931, cette suite de tableaux sonores inspirés de danses, mélodies ou chansons traditionnelles magyares, des Carpates ou des Balkans, dans un but tout autant pédagogique qu ethnographique. ais c est leur valeur singulièrement artistique qui frappe, au concert, le 22 mars à la Villa agalone à arseille, alors que les lignes se croisent, se confondent, s interrogent et s aimantent, se heurtent en tensions éphémères On vibre au ballet des archets, à ce folklore magnifié, art majeur entendu comme tel par Bartok, tissé de bourdons et d échos, de cadences évoquant des scènes paysannes, au rythme des saisons, d une berceuse à apaiser les cœurs ou d une danse «à faire tourner les filles» et nos têtes! JCQS FRSCHL 35 S I Q RetrouveZ sur notre site ces critiques musique et découvrez les autres! - La Passion de l mour à l église des Réformés, arseille - Les cent vierges à l Odéon - Bernard Chamayou à Toulon - Lamentations baroques à Vauvenargues -Le pianiste aux 50 doigts au Comoedia - Francis Poulenc à l lcazar - Semaine sainte à rles - La messe de Pâques de Gounod à l église St-Cannat, arseille

36 36 P R O GR T H ÉÂ T R Rituel pour... Ce devrait être un des grands moments de théâtre labellisé par la capitale culturelle, qui en manque près le Piccolo teatro di ilano (voir p 21) c est au tour de la Comédie Française de créer, au Gymnase, un conte oriental du Syrien Saadallah Wannous, mis en scène par le Koweïtien Sulayman l-bassam. Ce sera la première pièce de langue arabe traduite et inscrite au répertoire de la Comédie Française. L histoire d une femme qui s émancipe de la domination masculine et défie le pouvoir du mufti. vec quelques monstres sacrés sur scène : Sylvia Bergé, Thierry Hancisse, Hervé Pierre, Denis Podalydès Rituel pour une métamorphose du 29 avril au 7 mai Le Gymnase, arseille Beaucoup de bruit... Sulayman l-bassam yham Dib ntonia Bozzi Le tourbillon Dans De toutes beautés, les habitantes d un vieil immeuble vivaient au rythme des épisodes de leur feuilleton Dans le tourbillon de l amour. dmonde Franchi dévoile à présent les dessous de cette soap production en suivant quatre comédiens qui y jouent : tableau hilarant que cette production de seconde zone, qui dénonce, avec la verve coutumière d monde Franchi, l exploitation au travail, la bêtise, la mondialisation Le tourbillon de l amour les 12 et 13 avril Le Toursky, arseille De. Le isanthrope Trois comédiens pour prendre en charge le texte de olière : Dominique Sicilia en Climène, mais aussi en prude rsinoé, Patrick Ponce en lceste et Oronte, et Bruno Bonomo dans une multitude de personnages Dans un décor dont tous les éléments sont suspendus et interchangeables, avec musique électro à l appui, le Cartoun Sardines Théâtre digère et revisite l œuvre de prodigieuse façon. les 3 et 4 mai Le Toursky, arseille Detanico-Lain et galerie artine boucaya ric Rondepierre Solaris François ichel Pesenti lit l étrange texte de Stanislas Lem, dans une installation d ngela Detanico et Rafael Lain. Il cherche «une dissolution du sens commun des choses», pour «nous rendre à l étrangeté de notre existence». Poser les masques, retirer les pelures, pour atteindre le fond cruel : une recherche qu il mène depuis plusieurs décades avec sa cie du Point aveugle. les 19 et 20 avril Les Bernardines, arseille Vie de Jean Nicoli C est une version joyeuse et irrévérencieuse de Shakespeare que Clément Poirée met en scène. Le double jeu amoureux, couple tragique couple comique, ne nous dit-il pas aussi la tapageuse vanité de l état amoureux? Cette version, créée en 2011, transpose la comédie sans la trahir, pour mieux l éclairer d un jour baroque, et la sortir des interprétations romantisantes Beaucoup de bruit pour rien du 15 au 18 mai La Criée, arseille Louise Bruyere Noël Casale s attache à la vie de Jean Nicoli, résistant communiste corse exécuté par les fascistes en 1943, rédacteur d un Journal d frique dénonçant âprement la colonisation au Soudan C est par l intermédiaire des lettres et écrits de sa femme, incarnée par dith erriau, que le parcours de cet homme engagé est retracé. du 29 avril au 4 mai Les Bernardines, arseille

37 Spectacles étudiants La section théâtre de l niversité d ix(arseille) propose 4 créations. arie Vayssière met en scène Witkiewicz qui, en 1934, propose une histoire où des Cordonniers, férus de philosophie, parlent du travail, du sexe, d rt, du Grand Soir aussi. Lorsqu ils prendront le pouvoir, seront-ils à la hauteur de leurs aspirations? La réponse du dramaturge polonais, entre réalité et utopie, oscille entre humour et désespoir. Les mamelles de Tirésias, seule pièce d pollinaire sera mise en scène par Danielle Bré, et joué par les acteurs de la fac aixoise jusqu à Paris III lors d un colloque à propos du centenaire d lcools. Sur un fond de projection d images, la lecture du drame surréaliste sera rythmée par des bruitages, des chansons. Humour et enthousiasme au rendez-vous pour une œuvre dont les thèmes ne vieillissent guère! Louis Dieuzayde met en scène L espace cte Vincent Franchi avec la Cie Souricière met en scène une pièce de Lars Norèn, huis clos où un médecin soigne une jeune femme condamnée à la prison à perpétuité pour des actes de terrorisme. La visite de contrôle médical dérape vite sur un affrontement où chacun essaie de convaincre l autre, dans une parabole de la réponse politique apportée par les démocraties au terrorisme. du 16 et 27 avril Le Lenche, arseille Paradis sans retour La Cie nited égaphone nous entraîne dans une quête du bonheur à travers les textes d auteurs aussi dissemblables que aeterlink, Cioran, les Pink Floyd, Sœur mmanuelle, Paul uster, Pessoa ou Schopenhauer! Quatre personnages, candidats au bonheur, mélangent ainsi les codes, les genres. Le bonheur ne se décrit pas, mais nous passons notre temps à le rechercher. du 7 au 11 mai Le Lenche, arseille RL furieux, où Valère Novarina se livre à un démantèlement de la langue, la retournant, la peuplant de néologismes, de barbarismes et autres fantaisies ludiques, créant par agglutination de nouveaux termes imagés. ensonges? Peut-être dans la réalité, mais jamais au théâtre, lieu d accord entre texte et acteur. Le théâtre se voit poussé dans ses retranchements dans cette production des ateliers de création de l université d ix-arseille. arion ubert, auteure et arion Guerrero, metteure en scène trouvent leur inspiration tant auprès des dramaturges contemporains que des spectateurs. lles s interrogent ici sur les frontières entre l intime et le narcissique, prenant un paradoxe de Roland Barthes comme base de création : Tant qu il y aura des scènes de ménage, il y aura des questions à poser au monde. L exercice du pouvoir Émilie Rajat, metteur en scène et fondatrice de la Cie Le Chantier, cherche à catalyser le réel par le biais des mots, elle. Sa pièce évoque une femme d affaires, Lise, une perfectionniste qui va se trouver dans une situation où on lui demande de dépasser ses limites. Parallèlement, des interviews dans la rue, le texte de La Boétie Discours sur la servitude volontaire, permettent de tisser des liens entre l utopie et le réel. le 14 mai Théâtre Vitez, ix Odyssée 2013 C est dans la belle traduction du poète helléniste Philippe Jaccottet que lors d un fantastique marathon de lecture les vers de l Odyssée d Homère seront lus par des comédiens professionnels et des lecteurs amateurs, préparés lors d ateliers organisés par le théâtre des teliers, par lain Simon et Syméon Fieulaine. Des musiciens et des danseurs du groupe Bernard enault accompagneront cette épique performance le 3 mai de 18h à 5h du matin devant la Halle aux Grains, une proue de navire symbolisant cet archétype du voyage du retour. le 3 mai Théâtre des teliers, ix X-D.R lian Bachini Les Cordonniers les 8 et 9 mai La Friche, arseille Les mamelles de Tirésias le 11 avril L espace furieux du 23 au 27 avril Tant qu il y aura des scènes de ménage du 8 au 10 mai Théâtre Vitez, ix ffaires et Peines Créé au festival de poésie les Voix de la éditerranée en 2011, ffaires et Peines, seul livre en prose du poète tunisien naouar Smadah, revient sur scène avec la Cie lzhar dans une mise en scène de Jeanne Poitevin. Lectures, danse, poésie, musique se conjuguent sur les textes poétiques et engagés du poète disparu en 1988, qui plaidait pour un «art au service de la pensée utile pour la société». le 18 avril Cinéma 3 Casino Gardanne Sur le chemin près le Bourgeois gentilhomme et Roméo et Juliette, et avant l Cid (voir p 38), Philippe Car s attache à l histoire tragique d ntigone et envoie son clown favori, Valérie Bournet, en raconter l histoire Détourner sans trahir, raconter en s appropriant, et mettre l accent sur un discours de résistance intemporel, c est tout le talent de l gence de Voyages Imaginaires Sur le chemin d ntigone le 3 mai Cinéma 3 Casino, Gardanne P R O GR T H ÉÂ T R

38 38 P R O GR T H ÉÂ T R Princesses La cie La Variante reprend les textes de lfriede Jelinek, prix Nobel de Littérature. Les contes de fées sont passés à la moulinette d un humour cruel qui renverse les codes. Qui sont les Princes charmants d aujourd hui? à quoi rêvent Blanche-Neige ou la Belle au Bois Dormant? C est drôle, emporté par la plume incisive d une auteure au verbe sec. Féministe? Cette coproduction du Bois de l une avec P2013 est inscrite dans le cadre du projet Princesses et citoyennes Blanche Neige/ La Belle au bois dormant les 22 et 23 mai Bois de l une, ix Loin d eux Le collectif Les Possédés s empare du premier roman de Laurent auvignier, Loin d eux. Seul sur scène, Rodolphe Dana offre une lecture dans laquelle il devient les six personnages de cette famille traversée par le silence, légué de génération en génération, jusqu au départ, jusqu à la mort. n théâtre intimiste où se reconstruit la langue particulière de l écrivain, éclatante dès sa première œuvre. les 14 et 15 mai Bois de l une, ix X-D.R nne Bauge L écran de fumée ou le cabaret du mensonge heureux est le dernier fait d armes du théâtre du aquis. Déjanté, délirant, le spectacle enchaîne les numéros qui portent un regard critique et jovial sur nos travers intimes et sociaux. On rit beaucoup, les acteurs se glissent dans la peau des différents personnages souvent hauts en couleurs. ne approche des frontières entre vérité et mensonge, où le langage s en donne à cœur joie. les 11 et 12 mai Bois de l une, ix Voyage sur place Le théâtre des teliers reprend le texte savoureux d lain Reynaud. Lecture à deux voix d lain Simon et d lain Reynaud pour une délicieuse remontée dans le temps où couleur locale et souvenirs s enlacent. Du Tour de France au Jeu des mille francs de Lucien Jeunesse, ce voyage tendre et plein d humour évoque l achat de la première voiture, le charme des majorettes, la vie d un petit village de l rdèche dans les années n plaisir rare, à savourer comme une madeleine de réminiscences! le 30 avril Salle Émilien Ventre, Rousset D. Pincet X-D.R ême si tu m aimes Simon et arie veulent sauver leur couple et entreprennent une thérapie à deux. Travail mouvementé, qui leur permettra de se transformer. ne histoire vraie écrite à quatre mains, devenue une véritable pièce de théâtre qui joue du rire et des larmes, dans une mise en scène de Julien Boisselier. le 2 mai Salle Émilien Ventre, Rousset Délires d initiés La crise financière de 2009 a inspiré Florence Bardon et Simon Leblond qui ont reçu pour ces Délires d initiés en 2010 au Festival d vignon le prix Saltimbanque, qui récompense les comédies traitant des thèmes du développement durable et de la mondialisation. La satire s exerce ici sur l inépuisable sujet du démon de l argent et de ses vices. le 3 mai space Nova, Velaux Témoignage crit et joué par Louis-mmanuel Blanc, sous le regard artistique de Sarah Lamour, ce spectacle est né à la suite des interventions du comédien-professeur au Centre Pénitentiaire de Toulon-La Farlède. n journal de bord qui témoigne des parcours et des visages rencontrés, des expressions entendues, et fait entendre, de l intérieur, «une vision honnête, réaliste et sincère de la prison». Témoignage d un professeur de théâtre en prison le 12 avril space des rts, Le Pradet Le Voyageur sans... À la fin de la Première guerre mondiale, Gaston est retrouvé amnésique. Il est cependant réclamé par des familles, dont la famille Renaud dont il semble être le fils. Le gentil, et riche, Gaston découvre alors avec horreur qu il est un personnage cynique, violent, sans scrupules Gwendoline Hamon et lain Fromager adaptent et mettent en scène le chef-d œuvre de Jean nouilh, avec Frédéric Diefenthal dans le rôle-titre. Le voyageur sans bagage le 11 avril Théâtre de l Olivier, Istres le 12 avril Théâtres en Dracénie, Draguignan

39 Nanine... n prince tombe amoureux d une paysanne... Si l histoire fait sourire aujourd hui, elle était à l époque où l écrivit Voltaire réellement subversive : alors que la monarchie absolue commençait à trembler sur ses bases inégalitaires, Voltaire posait la question de la naissance, de l égalité, des privilèges et de leur abolition... Laurent Hatat fait triompher l amour, avec six jeunes actrices qui jouent tous les rôles, masculins comme féminins. Nanine ou comment faire avec les filles pauvres quand elles sont belles le 14 mai Théâtre de l Olivier, Istres Nanine Carlotta Forsberg L École des femmes Depuis une dizaine d années, Jean Liermier met en scène des pièces du répertoire, notamment arivaux et usset. Dans cette adaptation de olière, il met l accent sur rnolphe (Gilles Privat), bourgeois despote et cynique qui choisit sa femme alors qu elle n est qu une enfant et la maintient volontairement dans l isolement et l ignorance. Jusqu à ce qu elle éprouve un sentiment amoureux... pour Horace! le 30 avril Théâtre de l Olivier, Istres X-D.R L affaire Dussaert Le spectacle de Jacques ougenot épingle le snobisme de certaines avant-gardes. n spectacle-conférence sur le peintre Philippe Dussaert, dont le parcours artistique est passé d un près la Joconde sans la Joconde, à un près Radeau de la éduse sans ses passagers, pour finir par un près tout, dans une salle unique, vide où rien n est exposé ntre satire et comédie, la critique paraît saine... le 12 avril space Robert Hossein, Grans Haïm La comédienne nouk Grinberg raconte la vie qui traverse le siècle des extrêmes et le destin hors du commun du violoniste Haïm Lipsky qui survécut au camp d uschwitz grâce à la musique. Il a transmis sa passion à ses enfants et petits-enfants, devenus pour la plupart des musiciens de renommée internationale. Le rôle du grand-père est tenu par le violoniste virtuose Naaman Sluchin, accompagné par trois autres musiciens classiques et klezmer, qui un voyage musical dans le temps et la mémoire. Haïm-à la lumière d un violon les 14 et 15 mai Théâtre d rles X-D.R Ledroit-Perrin Tout mon amour Dirigé par Rodolphe Dana, le Collectif Les Possédés présente sa nouvelle création en tant qu artistes associés au théâtre de Nîmes, un huis clos tragi-comique d après un texte de Laurent auvignier spécialement écrit pour eux. Dix ans que leur fille avait disparu. Le retour de l enfant tant aimée chez ses parents réveille les fantômes d un drame familial non résolu et offre sur le plateau une explosion d émotions bouleversantes. du 16 au 18 avril Théâtre de Nîmes Jean-Louis Fernandez Histoires parallèles Dans le cadre de la manifestation Histoires parallèles : pays mêlés proposée depuis le 7 mars par le chorégraphe lain Buffard, en écho à la Galerie d ethnographie du uséum d Histoire naturelle de Nîmes, trois rendez-vous traversant différentes pratiques sont à suivre. Comme on choisit un livre dans un catalogue d ouvrages, La bibliothèque de Fanny de Chaillé invite le public à choisir une personne qui lui délivrera son histoire en tête à tête (les 19 et 20 avril au Carré d rt-bibliothèque, le 21 au uséum d Histoire naturelle). u théâtre de Nîmes, deux sensibilités à l unisson duo dans Chamber usic avec le joueur de kora Ballaké Sissoko et le violoncelliste Vincent Segal (19 avril). À l Odéon, la danseuse Nadia Beugré, dans Quartiers libres, explore et révèle les espaces tabous, les lieux interdits pour une vaine et violente quête de liberté (20 avril). Histoires parallèles : pays mêlés jusqu au 28 avril uséum d Histoire naturelle, Nîmes Carré d rt, Nîmes L Odéon, Nîmes P R O GR T H ÉÂ T R

40 40 P R O GR T H ÉÂ T R Festival Émergence(s) Portée par Surikat Production, la 3 e édition du Festival de la jeune création artistique, local au préalable, s ouvre aux compagnies de tous horizons. vec l émergence comme fer de lance, des tarifs diminués (de 5 à 10 ) et, sans aucun doute, l exigence comme priorité de programmation. L space Vaucluse reçoit l exposition étempsychoses de Catherine Duchêne, Johann Fournier et Simo agadi. Première étape théâtrale avec les Corps de passage, au Balcon, pour une réflexion sur la résistance dans Tout ce dont nous avons besoin. À la Chartreuse, la cie Strophe présente l mour de Phèdre mêlant danse, vidéo et musique à la tragédie revisitée par Sarah Kane. À l ntrepôt, sept écrans diffuseront l installation vidéo/performance va de Coretechs nterprise. Danse hip hop & jazz et devoir de mémoire autour de la Shoah avec Les voix sourdes par Havin Fun au théâtre Golovine. ux Doms, sortie de résidence de la cie belge Les 2 Frida et lecture musicale du roman de Paolo Giordano La Solitude des nombres premiers ; aux Carmes, sur un texte de Jean-Yves Picq, les Cordes pas sages jouent Doberman ; au Laurette théâtre, Le 13 e Cri adapte le Chagrin des Ogres de Fabrice urgia. De la musique (ywa et Badala Foly à l espace Folard) à la danse de rue (ain d œuvre par le Ballet des Zigues) jusqu à la littérature avec la revue Le chant du monstre (éditions Intervalles), en mai, l émergence fait ce qui lui plait! Émergence(s) du 10 au 20 mai Divers lieux, vignon, Villeneuve-les-vignon, orières Tout ce dont nous avons besoin Corps de passage L apprentie... daptée du roman de Karen Cushman par Philippe Crubézy, mise en scène par Félix Prader, la pièce endossée brillamment, à travers une vingtaine de personnages, par Nathalie Bécue, raconte le chemin initiatique d une enfant sans nom. n conte-spectacle, sans décor, disposant quelques objets du 17 e siècle pour supports de cette fable qui verra cette lice, sous la férule d une sage-femme revêche, prendre sa place dans le monde. L apprentie sage-femme les 11 et 12 mai Les Halles, vignon le 14 mai Salle Émilien Ventre, Rousset Le cœur cousu Quatre acteurs pour une traversée dans le roman de Carole artinez, embarqués dans la mémoire familiale de Soledad, dans les secrets et les superstitions qui se transmettent de mères en filles, où la magie se mêle des destins dans une langue chatoyante. ne odyssée féminine littéraire inoubliable, qu on a hâte de découvrir sur le fil du théâtre. les 12 et 13 avril Les Carmes, vignon Bruno Steffen 84 Charing cross road L histoire vraie, émouvante et drôle d une correspondance de plus de 20 ans entre une écrivaine sans le sou et un libraire, sur fond d mérique et d urope d après guerre. u 84 Charing cross road, à Londres, une librairie spécialisée en ouvrages d occasion ; c est là qu Helen Hanff adresse son courrier, avant qu un certain F.P.D pour arks & co lui réponde ans de passion littéraire et d amour des livres mis en scène par Bernars Yerlès. le 3 mai Théâtre Durance, Château-rnoux Oncle Vania Incluant les spectateurs dans l espace de jeu, les comédiens du collectif Les Possédés transforment la scène en ring dans une interprétation du chef-d œuvre de Tchékhov. ne proximité qui interdit les approximations et les tricheries, et rend plus réels encore les tensions et l énergie du texte du dramaturge russe. Dans un espace presque cinématographique, une succession de gros plans captivants happés par la fièvre de ces relations houleuses. les 29 et 30 avril Théâtre La Passerelle, Gap Jean-Louis Fernandez L Œuf, la poule... Si elle cumule les Prix depuis 2011 ce n est pas par hasard. Nicole Ferroni est très drôle, de ces humoristes-nés qui ne peuvent passer outre ce talent qui allège les soucis et déride les zygomatiques. Car cette «jeune» comédienne fut prof de biologie, avant de se lancer dans un seule-en-scène qui décortique le quotidien avec dinguerie et émotion. L œuf, la poule ou Nicole les 12 et 13 avril Forum de Berre l Étang

41 La maison d os nne-laure Liégeois s accompagne du grand Pierre Richard (ainsi que Sharif ndoura, Sébastien Bravard, Olivier Dutilloy, gnès Pontier et des comédiens amateurs), qui a troqué blondeur et chaussure noire pour s engouffrer dans l œuvre multiforme de Roland Dubillard. Dans le rôle monstre du maître, l acteur traverse lieux improbables et irréels pour une fantastique énigme, foisonnante d images et d allégories autour des rapports de force dominants/dominés avec ses quarante valets. Drôle et déroutant. les 14 et 15 mai Théâtre de Cavaillon ntigone del Hakim met en scène la pièce de Sophocle avec les acteurs du Théâtre National Palestinien, en y entrelaçant la poésie de ahmoud Darwich et la musique du trio Joubran. ntigone se dresse encore, fidèle au mythe tragique, dans son refus du mensonge et des compromis. n spectacle qui tisse en filigrane, par ses propres thèmes, des échos avec la situation actuelle. le 7 mai Théâtre Liberté, Toulon La Naïve À Naples, dans un contexte de chômage et de misère sociale, nna, simple couturière, fait vivre à bout de bras sa famille, des ingrats qui lui font payer sa naïveté et sa gentillesse. Face aux problèmes, sa confiance en l autre va-t-elle la perdre ou la sauver? ne comédie humaine, burlesque et tragique à la fois, jouée par le Carrozzone Teatro. le 14 mai Le Rocher, La Garde Nabil Boutros Laurent Rodes John Wayne près Cité Babel et n jour j irai à Vancouver, Rachid Bouali offre un troisième volet de cette saga sociale en racontant ses souvenirs d enfance. n volet est marqué par les voyages, son départ de la maison familiale, le jour où il a découvert l lgérie, la première machine à laver de sa mère Il y a les exploits des mères de son quartier, pour que leurs enfants aient une vie digne. Par-dessus, le talent de conteuse de la sienne, qui savait si bien évoquer ses rêves. Le jour où ma mère a rencontré John Wayne le 11 avril Théâtre arélios, La Valette Le Porteur d histoire n carnet manuscrit découvert le jour où il enterre son père va entrainer artin artin dans une aventure rocambolesque. Il parcourt les continents et l Histoire, avec un grand H. Cinq comédiens dirigés par lexis ichalik endossent une myriade de rôles, dans un récit à la structure de poupées russes. le 4 mai Théâtre arélios, La Valette Rachid Bouali Simon Wyffels Julien Lemore X-D.R Level 4 no levator La journée d une femme, par quatre fois réitérée, dans des scénographies différentes. Supports musicaux, images numériques, vidéo, danse, arts plastiques, tout ensemble cherche à cerner, en variant les formes de représentation, la réalité intime du quotidien. Le projet mis en scène par Nicolas Geny pour la Cie de l imprimerie est soutenu par la Cie lain Timar. le 6 mai Théâtres en Dracénie, Draguignan De. L huitre 30 ans de mariage, Bernard doute : sa femme, Viviane, l aime-t-elle encore? fin de s en assurer il choisit le stratagème cher au boulevard : il feint de la tromper. Bien sûr, les complications et les rebondissements propres au genre permettront aux sentiments sincères d éclore. ne comédie mise en scène par Didier Caron. le 20 avril La Croisée des rts, Saint-aximin P R O GR T H ÉÂ T R

42 42 P R O GR J N P BL I C L enfant sauvage S appuyant sur le récit du docteur Itard et sur le film de Truffaut, Bruno Castan raconte l histoire de Victor de l veyron, enfant sauvage élevé par des loups au XIX e siècle, de façon sensiblement différente, s adressant aux enfants. Car Victor apprend à devenir humain. ne création de arie Provence, à partir de 9 ans. les 14 et 15 mai Jeu de Paume, ix Slums La cie Notoire plonge au cœur des «slums», des «bidonvilles». La criminalité y fait rage et la mort est omniprésente. Pourtant, les rires des enfants continuent de résonner dans ces quartiers. Thierry Bedard donne les clefs aux adultes et aux adolescents pour comprendre comment vivre au milieu de cette folie. À partir de 15 ans. du 15 au 18 mai Le assalia, arseille Poucet Jeanne Béziers livre une version musicale du conte Charles Perrault en montrant la fabrication du théâtre, les bruitages, et l utilisation de la musique de artin Béziers, jouée en direct, comme vecteur d émotions. n Petit Poucet qui fait appel à l invention, à l imagination, et rebondit au sens propre du terme en chaussant les bottes de l ogre. le 17 avril Théâtre Comoedia, ubagne Corinne allet La Barbe bleue Barbe bleue est entièrement bleu (Klein), et poilu. Il possède des hélicoptères et des Ferrari, vit dans une grande maison dont il ne faut pas ouvrir la porte interdite L adaptation de Perrault par Jean-ichel Rabeux prend des détours surprenants pour conter cette histoire d amour atypique. Car oui, les protagonistes sont amoureux l un de l autre, ce qui change quelque peu le cours de l histoire le 13 avril Théâtre des Salins, artigues Rolland Thenadey Le rêve de... t si la Joconde avait disparue? ona Lisa rêve de liberté et va vivre une véritable épopée en partant à la rencontre des personnages «des grands tableaux d art». lle se faufile partout, emprunte les moustaches de Dali et goute la pomme verte de agritte. Gilles Debenat met en scène un théâtre de marionnettes dynamique associant de nombreuses techniques d animation d images. Dès 3 ans. Le rêve de la Joconde le 23 avril Le Sémaphore, Port-de-Bouc Velo Theatre Stephane Negrin Caroline Bigret La grenouille onsieur Brin d voine a passé sa vie à construire quatre cents maisons! Pourtant, aucune ne lui plaît totalement. Il cherchait en fait, inconsciemment, sa maison natale! Pour construire ce spectacle, la cie Vélo théâtre (voir p 8) a travaillé sur le sens symbolique de cet espace pour l enfant, un lieu intime et sécurisé, vécu comme une extension du corps maternel. À partir de 6 ans. La grenouille au fond du puits croit que le ciel est rond le 15 mai Théâtre Durance, Château-rnoux Deux Pierres Tout droit sortis d un tiroir d objets oubliés, ses pinces à linges rouillés, bouts de ficelles et cailloux de toutes tailles reprennent vie grâce aux mains presque «magiques» de ichel Laubu. vec humour et dérision, il crée et articule quatre courtes histoires alliant l image à poésie dans un petit espace insolite tenant dans la paume d une main! Dès 7 ans. les 3 et 4 mai La Passerelle, Gap

43 Bête dans... Joué pour la première en France, ce spectacle belge de Frank Dierens et ark Verstraet mêle drame et folie. L histoire d une jeune fille obligée d obéir à sa marâtre de belle-mère suite au décès de sa mère. lle se sent délaissée par un père démuni et se pose des questions sur cette démence qui la guette. Bête dans la tête le 11 avril PôleJeunePublic, Le Revest Traversée n récit en deux langues (langue des signes et français) autour de l histoire de Nour, entendante, et Youmna, sourde, qui l élève depuis que sa mère est partie lui construire un avenir, loin. n récit qui évoque la situation des migrants, les héritages inconscients, la filiation. Jessica Buresi et Noémie Churlet dialoguent dans leur langue et laissent place, aussi, au langage du corps. le 14 mai PôleJeunePublic, Le Revest Phile Deprez Danica Bijeljac X-D.R À pas contés La chorégraphe Christine Fricker aime raconter des histoires. lle projette la danseuse Yendi Nammour dans un conte initiatique qui raconte les peurs enfantines, pour mieux les contourner : peur d être abandonné, de se perdre, d être dévoré La danseuse dialogue avec son alter ego filmé, révélateur de son envie d émancipation. À pas contés dans la forêt les 11 et 12 avril Salle des fêtes, Venelles Herve illiard Dorothy L espace 233 propose une version «hip hop» du agicien d Oz, librement inspirée du film de Victor Fleming. ne création moderne et audacieuse du chorégraphe nthony géa, dans laquelle il mêle les pas effrénés du hip hop à l imagerie numérique. n univers futuriste sublimé par le talent de la danseuse milie Sudre. le 4 mai space 233, Istres gnès ellon X-D.R Le 4 e souffle Clown et danse hip hop ne feront qu un pendant cette représentation à Port-Saint-Louis. L un fait son show pendant que les autres dansent, et inversement! Le public assiste à la construction du spectacle dans lequel les membres du collectif 4 e souffle découvrent sous le regard du public le savoir-faire de chacun d entre eux. le 3 mai space Gérard-Philipe, Port-Saint-Louis l Cid près Sophocle et olière, L gence de Voyages Imaginaires adapte les amours de Rodrigue et Chimène, avec humour, et toujours dans le respect de l auteur. près un voyage de 3 mois sur les routes d spagne et du aroc, sur les lieux de l action du Cid, la pièce s est enrichie d un métissage culturel riche et violent, un périple qui a nourrit de toutes ses influences ce spectacle hors norme. le 30 avril Théâtre de Fos n fil à la patte C est un classique du répertoire, un vaudeville, un Feydeau, avec portes qui claquent, quiproquos à gogo, courses effrénées et personnages caricaturaux La cie de l squisse relève le défi des trois décors, avec 11 comédiens sur scène, pour jouer l histoire de Fernand de Bois d nghien qui n ose pas avouer son mariage à sa maîtresse le 12 avril space Gérard Philippe, Port-Saint-Louis P R O GR J N P BL I C

44 Petit cirque Imagine-toi Philippe Cibille Philippe Cibille Damien Bouvet est un clown-orchestre. vec ses mains et quelques objets de bric et broc, il redonne vie au monde du cirque et de la corrida. Ingénieux, créatif et drôle, ce magicien de la mise en scène emmène petits et grands dans un univers simple et merveilleux fait de petits riens. Petit cirque et les petits toros le 2 mai Théâtre d rles Bach en balles Raphael Kahn X-D.R vec tendresse et émotion, Julien Cottereau, ancien du Cirque du Soleil, crée ce personnage unique qui ne s exprime qu avec des sons, des onomatopées et des acrobaties. n clownmime-show universel et burlesque dans lequel monstres, princesses chiens et moustiques déambulent dans une sphère imaginaire dont seul l artiste a le secret. le 5 mai Théâtre Le Forum, Saint-Raphaël Courts-miracles Quand l humour devient essentiel à la survie La cie Le Boustrophédon associe l énergie du cirque et la tendresse des marionnettes pour évoquer la guerre. Dans un camp de rescapés, un orchestre de fortune s organise. L humanité et le rire se mêlent à la monstruosité ambiante. La vie doit continuer, et en un court instant, l espoir renait Dès 7 ans. les 11 et 12 avril Théâtre de Grasse Les deux artistes de la cie Chant de Balles, ric Bellocq, au luth, et Vincent de Lavenère, jongleur, content une histoire sans mot, où les doigts du luthiste sont des personnages et les balles du jongleur des notes de musique. n voyage poétique et musical qui «donne à voir ce qu on entend et écouter ce qui se voit». le 30 avril Théâtre en Dracénie, Draguignan Cuerdo La cie La Loggia emporte le public dans le monde de Karl Stets! Sur scène, il transforme une corde en une vipère légèrement effrayante, et des souricières servent à animer un numéro de fakir original. ntre manipulation d objets, cirque et marionnettes, ce spectacle ludique est rythmé par de nombreuses surprises. Dès 4 ans. le 30 avril Théâtre de Grasse

45

46 46 P R O GR Les Nuits JC Carbonne À louer Herman Sorgeloos Sport fiction Cela fait longtemps que la mise en danse du sport lui tourne dans la tête! Ce rapport au corps dans la performance et la victoire, les petits et grands mythes de l histoire du sport, la compétition, la défaite, la blessure et leur médiatisation. Frédéric Flamand crée ses fictions sportives avec le Ballet National de arseille dans le cadre de la Folle Histoire des arts de la rue à la gare saint Charles, puis le reprendra en salle, à la Criée. les 10 et 11 mai, splanade de la Gare st Charles BN, arseille Ballet d urope D N S lles ne seront pas ille et ne, mais il s agira bien de celles de Shéhérazade Le succès de Blanche Neige a révélé l intérêt qu ngelin Preljocaj porte au conte, Siddhârta ou ldorado, son appétence pour un certain Orient, plutôt oyen. ais ses Nuits renouent surtout avec son discours sur la sensualité et la chair, omniprésente dans ces histoires variées qui toutes dévoilent ou voilent d intenses désirs d amours, d horizons nouveaux, de possession les 29 et 30 avril GTP, ix Grupo Corpo La cie brésilienne présente deux pièces de Rodrigo Pederneiras, O Corpo et Sans oi, reposant toutes deux sur l énergie et la belle virtuosité de cette troupe contemporaine à la physicalité impressionnante. étissée, rythmée, fondée sur le contact, la souplesse et l ampleur du mouvement, les deux pièces contrastent par leurs univers musicaux (Carlos Nuñez ou rnaldo ntunes) mais toutes deux emportent du 10 au 12 avril GTP, ix Jose Luis Pederneiras Tout est à louer proclame la cie Belge Peeping Tom, et tout est éphémère. Dans un décor somptueux qui joue sur des perspectives tordues rappelant les manoirs hantés, les danseurs de la compagnie évoluent dans les ambiances morbides de peur, de rêve ou de cauchemar dans lesquelles s immisce la réalité. n imaginaire nourri d émotion et de talent. les 15 et 16 mai Pavillon Noir, ix Siwa ichel Kelemenis crée, sur le plateau de la Criée, un quatuor pour hommes sur la minéralité, inspiré par l oasis de Siwa, image d un den persistant. Pour cette coproduction du G dans le cadre de son festival, les quatre danseurs sont accompagnés par un quatuor issu de l ensemble C Barré, pour une création d Yves Chauris (commande G) et L quatuor à cordes de Debussy. le 4 mai La Criée, arseille Complicités gnès ellon gnès ellon Le ballet d urope s installe pour deux soirées aux Salins, avec les 3 dernières créations de Jean-Charles Gil. Dans un premier temps, Comme un souffle de femmes et Complicités : la première rend hommage aux femmes méditerranéennes maintenues dans l ombre, avec la voix de aria Farantouri qui transmet les poèmes oniriques de Dionyssis Karatzas ; dans la deuxième se succèdent duos et trios qui racontent la complexité des rapports humains. Le lendemain, dans H 2 O, créée en collaboration avec Luc Long, le découvreur du buste de César, 12 danseurs du Ballet d urope et 6 danseurs de break dance s unissent pour symboliser une rencontre entre deux mondes méditerranéens qui doivent fusionner pour retrouver le sens de cet élément essentiel : l hydrogène léger, l oxygène tourbillonnant, qui partiront ensuite pour une visite marine du passé antique immergé dans le fleuve Comme un souffle de femmes et Complicités le 3 mai H 2 O-émoires de l eau le 4 mai Théâtre des Salins, artigues

47

48 48 P R O GR D N S Temps danse II Comme chaque année, ubagne ménage quelques belles surprises pour son temps de danse d avril : soutenant la création, les cies régionales, et offrant de beaux spectacles aux habitants de l toile, l équilibre est parfait Cela commence par Kubilaï Khan Investigations : Franck icheletti, avec 5 danseurs, tente d attraper le présent dans There is no satellite (le 10 avril à la Distillerie). Puis Jean-Claude Gallotta fait revivre Daphnis é Chloé, un sublime trio amoureux créé en 1982, et repris en 2012 par trois jeunes danseurs sublimes (le 12 avril au Comoedia). nfin Christine Fricker dresse un Inventaire des corps mouvementés, en installant ses danseurs au dehors, dans des endroits inhabituels où le mouvement induit la surprise, et le léger décalage qui permet d interroger le réel (le 13 avril, 11h30 et 18h, esplanade De Gaulle). Tendance? Du 10 au 13 avril ubagne Des défis à relever La nouvelle création d Hamid Ben ahi est un défi chorégraphique unique : sa cie Hors série souhaite rendre corps aux textes d lain Bashung à travers un concert corporel. n spectacle liant subtilement la parole du corps à la poésie grâce au contraste de deux cultures, la musique rock et la danse hip hop. le 3 mai Théâtre de Fos C. oreau Daphnis e Chloe Guy Delahaye iracle Inspiré par iracle à ilan de Vittorio de Sica, la cie les Gens du quai, dans une chorégraphie d nne Lopez, interprète un joli conte chorégraphique et musical. Des clochards trouvent «miraculeusement» du pétrole sur leur propre terrain. ne aventure trépidante commence pour ces drôles de vagabonds. ais seront-ils assez forts pour faire face à l avidité des puissants? le 14 mai Théâtre de Nîmes repulsion / duo Compositeur, vidéaste et chorégraphe virtuose, Hiroaki meda a réalisé une nouvelle pièce d ensemble et un solo en travaillant sur les impressions sonores et visuelles de la danse hip hop, et en y introduisant les motifs du reflet, de l illusion. La gestuelle mécanique du hip hop se fond dans la problématique du danseur face à son image, perdu entre le réel et le virtuel. les 11 et 12 avril Théâtre de Nîmes Ces deux-là Francois Lopez Dieter Hartwig «Depuis plusieurs années, j assiste à l évolution du mouvement hip-hop Plus qu une mode, c est un vrai mouvement qui s est installé tout autour de nous.» L énergie et le vocabulaire de cette danse fascine Jacques Fargearel, chorégraphe contemporain. n langage qu il a choisi pour réaliser traiter de la relation fraternelle. le 24 avril Festival Cultures urbaines, Berre L tang Delphine ichelangeli Variations... Herve illiard y God! Version finale du deuxième opus des Onstap, dirigé par la metteure en scène gnès Régolo qui se fait chorégraphe en entraînant Hassan Razak et ourad Boulhali dans un pas de deux réglé comme du papier à musique. Dialogue spirituel, surréaliste et drôle pour un questionnement métaphysique dans lequel le duo se fait «poil à gratter», déportant leur corps de percussionnistes corporels vers l outrance clownesque, la valse ou le ballet. ne nouvelle création qui confirme leur talent d interprètes et leur liberté de penser. t de danser. le 7 mai Théâtre des Hivernales, vignon Temps Danse Clôture de saison au théâtre du Briançonnais avec un Temps Danse décliné sur 2 jours. Le 3 mai, Josette Baïz et la compagnie Grenade présentent Grand Hôtel, mêlant un premier espace surréaliste et immaculé pour une danse souple et éthérée, à une version plus terrestre et réaliste. Le 5, Isabelle azuel et ses élèves de la Fédération Française de Danse reprennent la pièce phare de Jean-Claude Gallotta. nfants, adultes et seniors boucleront la boucle de la transmission. Grand Hôtel Variations autour de Trois générations les 3 et 5 mai Théâtre du Briançonnais, Briançon

49 Ce que j appelle oubli Créée à la Biennale de Lyon, la pièce intègre à la chorégraphie le texte de Laurent auvignier, lu de bout en bout sur scène, qui bouleverse et révolte. La danse, en contrepoint, dit l ambiguïté de la violence, sa beauté et son plaisir, et l écœurement. ne veine sociale qu on ne connaissait pas à Preljocaj, mais qui porte pourtant, magnifiquement, sa marque. le 15 mai Théâtres en Dracénie, Draguignan JC Carbonne cuéadarte Voyage entre Orient et Occident avec la charismatique danseuse de flamenco va Luisa, accompagnée de quatre musiciens au tempérament de feu (dont ntonio oya, figure emblématique de la guitare flamenco). ne invitation à se souvenir de cet art ancré dans la mémoire collective dans un hommage puissant, sensuel, fiévreux et allègre. cuéadarte (souviens-toi!) le 27 avril Carré Léon Gaumont, Sainte-axime Éloge près le Sacre du printemps en 2005 ou ais le diable marche à nos côtés en 2010, nouvel opus de l insaisissable chorégraphe Heddy aalem. Il sera accompagné par la puissance gestuelle d interprètes du bout du monde, Jigsaw aka Twin Tiger et ses krump dancers, le break-dancer Camerounais lexandre tanga tanga et la Finlandaise Solie Voima. Éloge du puissant royaume les 10 et 11 mai Théâtre de Grasse Stephanie Griguer

50 50 P R O GR S I Q Vénus C est de sa faute, prétendent Hélène ichaïlides (soprano), Benjamin lexandre (haute-contre) et Jean-Jacques Tournebise-Ceruti (pianiste, compositeur et récitant) Peutêtre bien! RSILL. Le 12 avril à 20h30. Chapelle St Joseph (14 e ). ntrée libre Vadim Tchijik Oscar Laurent près Jan Talich (voir p.34), Des quilibres invite un nouveau violoniste dans deux programmes : français (Poulenc, Vierne, ilhaud) et plus divers (Bach, ozart, Paganini, Honegger). RSILL. Le 12 avril à 20h30. Bastide la agalone TOLON. Le 13 avril à 20h30. glise St-Louis Quintettes romantiques Deux Quintettes de Dvorak et Franck par lexandre medro et Frédéric Ladame (violons), Xavier Franck (alto), Odile Gabrielli (violoncelle) et Olivier Lechardeur (piano). RSILL. Le 13 avril à 17h. Foyer Opéra Orphée aux enfers près La Périchole, un nouvel opéra-bouffe d Offenbach est joué par la Troupe Lyrique éditerranéenne (dir. ikhael Piccone) : une jeunesse qui monte! RSILL. Les 13 avril à 20h et le 14 avril à 15h. Théâtre du Lacydon ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// «ille Chœurs pour un regard». Concerts caritatifs au profit de Retina France avec urielle Tomao (mezzo), Jean-Christophe Born (ténor) et Christophe Guida (orgue). RSILL. Les 13 et 14 avril à 16h. Églises de St Barnabé puis Notre Dame du ont «ntre pierre et mer» 2 Deuxième concert du cycle par Les Voix animées (6 voix a cappella) dirigé par Luc Coadou. Gaudeamus : polyphonies liées au Concile de Trente de Palestrina, Victoria TOLON. Le 13 avril à 20h30. glise de l Immaculée Conception L THORONT. Le 14 avril à 18h45. bbaye Journée piano Georges Pludermacher joue Falla, Debussy et Stravinsky, un programme autour des Ballets russes (Le Tricorne, Prélude à l après-midi d un faune, Le Sacre de printemps à 11h). ikhaïl Rudy lui succède dans oussorgski (Tableaux d une exposition à 15h). RLS. Le 14 avril. éjan ikhail Rudy X-D.R. ichel Gaechter Le pianiste dans «pisodes de la vie d un artiste» pour le bicentenaire Wagner. NTRIGS SR L SORG. Le 16 avril à 20h15. La Courroie CNIPL Récitals des jeunes chanteurs du Centre National d rtistes Lyriques (http://www.cnipal.fr/). RSILL. «L heure du Thé». Les 18 et 19 avril à 17h15. Foyer de l Opéra ntrée libre. Réservation CNIPL : VIGNON. «pér Opéra». Le 20 avril à 17h. Foyer Opéra TOLON. «L heure exquise». Le 25 avril à 19h. Foyer Campra ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Trio Bhuwana ne création de Philippe Boivin pour usicatreize (dir. Roland Hayrabedian) et le gamelan balinais Bitang Tiga (dir. Gaston Sylvestre). RSILL. Le 19 avril à 20h. Salle usicatreize France-ali Ballake Sissoko et Vincent Segal Claude Gassian Histoires parallèles par le joueur de kora Ballaké Sissoko et le violoncelliste Vincent Segal. NÎS. Le 19 avril à 20h. Théâtre nne Queffélec La pianiste joue le Concerto n 23 de ozart avec l Orchestre Symphonique de l Opéra de Toulon (dir. Daniel Klajner) qui interprète également la Symphonie «Réformation» de endelssohn et une œuvre contemporaine : Rush de Jonathan Leshnof. TOLON. Le 19 avril à 20h30. Opéra Stéphanie d Oustrac La mezzo-soprano dans un beau programme réunissant Poulenc et Cocteau : La Voix humaine, La Dame de onte-carlo et Lis ton journal. ise en scène Vincent Vittoz, avec Pascal Jourdan (piano). VIGNON. Le 19 avril à 20h30. Opéra «Causerie» par Philippe Gut à 18h. Foyer (entrée libre) «Sacrée soirée» Concert pour voix (Christelle Simiac, Dominque Denis) et orgue (Bernard Gely), avec Jean-arc Regoli (trompette). IX. Le 20 avril à 20h30. glise du St-sprit lexandre Tharaud Le pianiste joue Grieg, Schumann, Ravel et Beethoven. ne affiche pour «mailomanes»! RSILL. Le 20 avril à 20h30. uditorium du Pharo ou

51 «Flûtes en fête» Des pièces baroques pour trois ou quatre flûtes à bec par les Festes d Orphée. IX. Le 30 avril à 20h30. Chapelle des Oblats Filetta L ensemble polyphonique (dir. Jean-Claude quaviva) dans Di Corsica Ripuso, Requiem pour deux regards, en ouverture du 18 e Festival de usique Sacrée de arseille RSILL. Le 20 avril à 20h30. glise St-ichel Réservations Opéra de arseille Filetta Didier D. Darwin-K design Barbe Bleue près le succès des Cent Vierges de Lecocq, l Odéon met en scène un grand Offenbach, certes moins représenté que La belle-hélène, La Périchole, Orphée aux enfers ou La grande Duchesse de Gérolstein, mais d une grande veine artistique et comique. Le conte de Perrault, revisité avec fantaisie, est mis en scène par Jean-Jacques Chazalet. RSILL. Les 20 et 21 avril à 14h30. Théâtre de l Odéon Rencontre à l lcazar. Le 13 avril à 17h. Salle de conférence Concerto Soave près le festival ars en baroque (voir p.33), on retrouve Jean-arc ymes (claviers) et aria-christina Kiehr (soprano) dans un programme baroque nous conduisant «de Naples à arseille» grâce à Chalabeuil, Loüet ou Pergolèse. RSILL. Le 26 avril à 20h30. glise St-ichel 18 e Festival de usique Sacrée de arseille Jean-arc ymes et Cristina Kiehr Catherine Peillon ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Impasse Invaders #4 Invasion de musicos à ontévidéo! Larry Ochs & Don Robinson (duo free : sax & percus) précèdent Fanny Paccoud (violons) et Jean- arc ontera (guitares) pour une rencontre atypique. RSILL. Le 30 avril à 20h30. Impasse ontévidéo Les usiques (suite) La deuxième partie du Festival claté du G (voir p.33) débute avec O ensch, cycle de poèmes de Nietzsche chantés par le baryton de Pascal Nigl (le 30 avril à 20h30.La Criée), se poursuit avec des performances de la soprano Donatienne ichel-dansac autour d opus de Georges perghis (le 2 mai à 17h. lcazar - les 3 et 4 mai à 19h. La Criée - le 5 mai à 11h. Foyer de l Opéra), un concert de l ensemble C Barré dans Dusapin, Ligeti ou Xenakis (le 3 mai à 21h. La Criée), un ballet de ichel Kelemenis (Siwa le 4 mai à 21h. La Criée), pour se conclure avec une création de Lionel Ginoux d après édée (le 15 mai à 19h. BD Gaston Defferre). Les usiques 2013, un festival éclaté 26 e édition. Jusqu au 15 mai Donatienne ichel-dansac ikael Libert Laure Favre-Kahn La pianiste dans un programme éclectique allant d Haendel à Piazzolla en passant par Liszt, Chopin, Debussy ou Bartok! IX. Le 2 mai à 20h30. Théâtre du Jeu de Paume ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Rolando Villazón Rolando Villazon Felix Broede près la parenthèse exceptionnelle du Festival de Pâques (voir p.34) le Grand Théâtre aixois retrouve l exception! Le ténor chante Verdi, pour son bicentenaire, avec l Orchestre Symphonique Tchèque. IX. Le 2 mai à 20h30. GTP Requiem de ozart Les Voix de Phocée et l Orchestre philharmonique Giocoso dans la messe des morts. RSILL. Le 2 mai à 21h. bbaye de St-Victor space Culture Laurent Stewart Le claveciniste dans Couperin et Froberger! NTRIGS SR L SORG. Le 3 mai à 20h15. La Courroie Cap Vert L OLRP dirigé par arc-olivier Dupin accompagne la chanteuse capverdienne ariana Ramos (coproduction symphonique avec Tremplin Jazz). VIGNON. Le 3 mai à 20h30. Opéra arseille, ville andoline Sérénades urbaines par des mandolinistes et guitaristes marseillais avec anu Théron (à 14h. Place René Sarvil derrière la bibliothèque) Concert-conférence avec Vincent Beer-Demander (mandolines) et ses invités : Joël Versavaud (saxophones) Frederic Isoletta (piano) et le Nov mandolin-ensemble. RSILL. Le 4 mai à 15 h et 17h. Salle de conférence. ntrée libre P R O GR S I Q

52 52 P R O GR S I Q aria-joao Pires La pianiste joue le 2 ème concerto de Chopin avec l Orchestre de chambre de Bâle (dir. Trevor Pinnock) qui interprète également Siegfried Idyll de Wagner et la 41 ème symphonie «Jupiter» de ozart. IX. Le 4 mai à 20h30. GTP Cosi fan tutte Six chanteurs et piano pour un ozart aménagé par la Compagnie L nvolée Lyrique. u programme : chants, danses, combats, masques IRS. Le 4 mai à 20h30. Théâtre la Colonne La Clémence de Titus près le triomphe d Otello (voir p.31), on retrouve un sujet classique tiré de étastase et de Cinna de Corneille : un grand opéra de ozart, contemporain de La Flûte enchantée, écrit à la veille de sa mort. Cette coproduction de l Opéra de arseille avec le Festival d ix et le Capitole de Toulouse, est mise en scène par David c Vicar, dirigée par ark Shanahan, avec Paolo Fanale (Tito), manda chalaz (Vitellia) et Kate ldrich (Sesto) RSILL. Les 4, 7, 10 mai à 20h. Le 12 mai à 14h30. Opéra Conférence Opéra. Le 27 avril à 15h. Foyer Opéra Rencontre à l lcazar avec chanteurs et plateau technique. Le 3 mai à 17h. Salle de conférence. ntrée libre Paolo Fanale X-D.R are Nostrum Richard Galliano (accordéon), Paolo Fresu (trompette) et Jan Lundgren (piano) croisent leur langage et se retrouvent sur les bords de la «mer du ilieu» dans une ancienne Criée aux poissons jouxtant le Lacydon. RSILL. Le 6 mai à 20h. La Criée n partenariat avec arseille Concerts ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Trotignon & ngelich Les deux pianistes dans un mélange des genres, classique & jazz, en compagnie de l Orchestre National de Bordeaux quitaine. IX. Le 7 mai à 20h30. GTP Sonates de ozart Jouées dans un esprit baroque par lice Pierrot (violon) et Jean-arc ymes (clavecin Concerto Soave). RSILL. Le 9 mai à 20h. Salle usicatreize Partition, interprète, auditeur Conférence illustrée de Guy Laurent. IX. Le 9 mai à 18h30. space Forbin Foliephonies #29 Polo & Vincent Laubeuf (duo d ordinateurs) avec Orian Batigne, jeune compositeur. RSILL. Le 13 mai à 20h30. uditorium rue Bernard Dubois Vivaldi Jean-Louis Beaumadier (piccolo) et le Concert Buffardin dans des opus du «Prêtre roux». CRRY. Le 14 mai à 20h30. space Fernandel L Histoire du soldat L étrange épopée de Stravinsky et Ramuz par les musiciens de T+ (dir. Laurent Cuniot) mise en scène par Jean-Christophe Saïs. IX. Le 14 mai à 20h30 et le 15 mai à 15h. GTP La flûte enchantée Chef-d œuvre mozartien mis en scène par Robert Fortune, dirigé par Wolfgang Doerner avec Sophie Karthaüser (Pamina), ndrew Kennedy (Tamino), Kathryn Lewek (la Reine de la nuit), William Berger (Papageno) ou Sergeii agera (Sarastro) TOLON. Les 14, 17 et 21 mai à 20h, le 19 mai à 14h30. Opéra Salon baroque la découverte de pièces pour flûte d nna Bon de Venezia par Valérie Balssa & Jean-Pierre Pinet au traverso (Les Bijoux Indiscrets dir. Claire Bodin)! TOLON. Le 16 mai à 19h. Foyer Opéra ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// La mort marraine ne musique par Raoul Lay, poétique et puissante, et des harmonies inquiétantes, tendrement dissonantes! lles accompagnent le conte des Grimm. n spectacle pour tous publics qui poursuit sa belle aventure depuis cinq ans! Ceux qui ne l ont jamais vu (ou désirent le revoir) profitent de son passage à La Belle de ai. La comédienne gnès udiffren reprend le rôle de conteuse dans cet étrange récit aux nombreux degrés de lecture, secondée par les instruments virtuoses de l nsemble Télémaque. RSILL. Le 16 mai à 19h15 (14h30 scolaire). Théâtre Gyptis Jordi Savall Jordi Savall Philippe Roca n voyage en compagnie d Hespèrion XXI vers Istanbul : La Sublime Porte ( ) et des sources ottomanes, grecques, sépharades, arméniennes IX. Le 16 mai à 20h30. GTP Sonates de Bach n programme Concerto Soave avec Sylvie oquet (viole de gambe) et Jean-arc ymes (clavecin). RSILL. Le 17 mai à 20h. Salle usicatreize Petite messe solennelle n délicieux péché de vieillesse signé Rossini interprété par l Orchestre et le Chœur de l Opéra de arseille (dir. Paolo rrivabeni) et un beau quatuor de solistes. RSILL. Le 17 mai à 20h30. glise St-ichel 18 e Festival de usique Sacrée de arseille

53

54 54 P R O GR S I Q IX rchives départementales : oires et ouvances par meylia Saad Wu (2/5) Bois de l une : New Cabaret par les Ibis du Cercle d Or de Venelles (26/4) Grand Théâtre de Provence : ngelich-trotignon avec l Orchestre National de Bordeaux (7/5) Pasino : Pascal Obispo (12/4), Benjamin Biolay (18/4), Pink artini (19/4), The Rabeats (2/5) Seconde Nature : Dave ju + lysée (12/4), Lefto + ars Blackmon (19/4), Jin Choi + aayan Nidam (26/4), ndromakers + Harold bstraxion (3/5), otor City drum ensemble + Occult69 (10/5), idi Night avec L amateur (17/5) Théâtre et Chansons : alvina chante avec les loups (12 au 14/4), Jeanne Garraud (4/5) RLS Cargo de nuit : Bambounou + Boston Bun (12/4), elissa Laveaux (20/4), line + Dissonant Nation (3/5), Soirée label ndalou (10/5) BGN scale : Finale nationale Buzz Booster (13/4), Dolfy & friends (18/4), Litte Groovy world (26/4), onalisa + Psyché + Hangovers (27/4), Dissonant Nation + line + Les Robertes (4/5), Clair de lune (16/5) Comoedia : Concert du Cefedem (7/5) VIGNON JI : Daniel rdmann & Samuel Rohrer 4tet (12/4), Jam Session #7 (18/4), Charmasson Jaume Gress Rainey 4tet (19/4), Jazz Story #4 Joe Harriot (25/4), Kris Davis trio (3/5), Présentation des teliers de l JI (16/5) ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Passagers du Zinc : Radio Campus fête ses 3 ans avec Skrabble + We ake Believe + XVI rtist + Ozarm + Dubfaya + Dj Chaase d Ô (12/4), Capleton (15/4), Oxmo Puccino + Féfé à la salle polyvalente de ontfavet (19/4), Benjamin Biolay + athis Gardel à la salle de l étoile de Châteaurenard (20/4), Godisdead + Little Vicious onkeys (25/4), Hilight Tribe + Fedayi Pacha à l espace Folard de orières (4/5), Stephan icher à Châteaurenard (16/5) Salle polyvalente ontfavet : Les Forbans avec le Chœur France Provence (14/4), ltrasong de Spectacul rt + Watt Cham (11/5) BONT de PRTIS Festival Les Sons du Lub 9e éd : Free Beans-Gamac + Junky onkeys- Nell Sin + Ottilie(B) + Raoul Petite + ScareCrow + Solsista + Temenik lectric + Thomas Shoeffler Jr + nderplane + Vlad-Kaliange Sisters + Orchestre Phil Intercomm du Luberon + Sandrine Devester-Bruno & Vincent Calemard + B..B + Famille aestro et Lina nd au Château de Clapier à irabeau (19/5) CRNOX édiathèque lbert Camus: Yochk o Seffer xpo + Concert Chromophonie (4/5) CHÂTNF-D-GDGN kwaba : Slam n Jam jeunes (11/4), First Step avec Taiki & Nulight + Dub- 4 + Trichomes Syndicate + BRK + C Gossip (13/4) CORNILLON-CONFOX Les Floralies : Tom Sawyer and co (28/4) DIGN Centre culturel René Char : Carine Bonnefoy quintet (12/4), Hyphen Hyphen et finalistes du 16 e Tremplin Jeunes usiciens (4/5) DRGIGNN Théâtres en Dracénie : Le Cor de la Plana (17/5) ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// NTRIGS sur SORGS La Courroie : ichel Gaechter (16/4), Laurent Steward (3/5) GP La Passerelle : Opus Néo 1 (12/4) Le cabaret pop : Nicolas Son (12 et 13/4) HYÈRS Théâtre Denis : Faveurs de Printemps avec Bumcello + Red Rum Orchestra + Baden Baden + vening Hymns + Gablé + The Luyas + Julien Pras + Narrow Terence + Flip Grater (18 au 20/4) ISTRS L sine : Psy4 de la Rime + Jibs (12/4), Du rock pour udrey avec Road Runner + Kiko albos + Jam en co (27/4), oussu T e lei Jovents (4/5), Richard Kolinka ven If + Temenik lectric (10/5), Didier Super (17/5) L CIOTT Théâtre du Golfe : Quartet Sylvie Clément (20/4) L SYN SR R Fort Napoléon - rtbop : Virginie Teychené 4tet (12/4), Julie Benoliel 5tet (17/5), Tuomas Turunen trio (31/5) L PRDT space des rts : Drôles d oiseaux (3/5), Des beaux chants (4/5), Festival Scène du onde avec Livia Lucas + Barrio Chino (10 et 11/5) L THOR uditorium de Vaucluse : RFI Berlioz Fantasy (19 et 20/4), Peter Pan par l OLRP (20/4), La diagonale des ers avec Vertigo + arthe Vassallo (28/4), Festival Ciné-Concerts avec etropolis par l rfi + L homme à la caméra par rchipass + Georges élies par arie-hélène & Lawrence Léhérissey (15 au 17/5) ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Sonograf : Bob argolin & ike Sponza (11/4), Cotton Belly s (18/4), JC Brooks & The ptown Sound (2/5), Jean-arie cay (8/5) LS PNNS-IRB La Capelane : Zor l Pacha avec Lionel Damei et Guillaume Saurel (12/4) RSILL Cabaret léatoire : artha High (12/4), saf vidan & Band + Joe Bel (18/4), bony Bones + Black Strobe + Ok Bonnie + ir Solid + alin (19/4), att Black Coldcut (20/4), Cody Chesnuut + Oy + Selecter the Punisher (25/4), The ndertones + Splash acadam (27/4), Dope D.O.D (2/5), Peter Doherty (3/5), Para One + Surkin + Bobmo (7/5), os Def (9/5), ajor Lazer + irsolid vs. John Boy et DB-4 (11/5) Caravelle : Nafas (12/4) Cité de la usique : Safar Project (12/4), mel athlouthi (13/4) Creuset des rts : lert O Jazz (28/4), Jean arc Dermesropian (12/5) Cri du Port : Cédric Chauveau trio invite Craig Handy(11/4), ichel Benita + anu Codjia Ramblin (23/5), Yaron Herman + mile Parisien 4tet (16/5), Isabelle Olivier (23/5), Diego Imbert 4tet (30/5) Dan Racing : The Zebra Skies (12/4), Space Radiation + Jaraguai (13/4), Wetsho trio (19/4), zkhor + Otherside (20/4), Sigma (26/4), Distracks + Hell s Dicks (27/4), Who s ike + Collectif Kowabunga (3/5), N + The Plectres (4/5), Coffee Pop (10/5), ary s Insayne (11/5) Dock des Suds : Colloque à Tanger (12/4), Distropunx Party (13/4), arseille Dub station 23 (20/4), Boombass Party #10 (27/4), La nuit rouge (17 et 18/5)

55 space Julien : Kabbalah + Yom & the wonder Rabbis (11/4), Human Toys + The Rippers + Binaire (12/4), Finale nationale Buzzbooster avec Ladea et RDK (13/4), La ltima + Cathy Heiting (18/4), Disquaire Day avec Iraka + Temenik lectric + aniacx (20/4), Tight Club (20/4), ekanik Kantatik (24/4), Les nuits de la pieuvre 2013 (25/4), See you + Human et Crew (26/4), Havana de Primera (30/4), tienne de Crecy + Bakermat +Shook + Letournedisque (7/5), Brodinsky + Gramatik + Cherokee + Kartell + Cezaire (8/5), Popof + HOSH + Nicole Braemer + Celsius (9/5), edine (10/5), La cumbia chicharra (11/5) space usical Culturel des ccates : Philgood (11/4), Sucré Salé (12/4), Watson Five (18/4), Scène Ouverte (18/4), arie Jo (20/4), Wato (25/4), Blue Turtle (30/4), Scène Ouverte Sonia Biancotto (3/5), ndy Thuss achine & Lizzie Gayle (7/5), Kevin (10/5), ariannick Saint Céran (16/5), Scène Ouverte (17/5) Grim ontévidéo : Sonic Protest #9 avec The Dead C + Torturing Nurse (19/4), Impasse Invaders #4 avec Larry Ochs & Don Robinson + Fanny Paccourd & Jean-arc ontera dans le cadre de P2013 (30/4) Inga des Riaux : New Benjazz 4tet (12/4), Phocea Trio (19/4), Godfathers (25/4), Note de Swing (26/4) Nomad Café : Rebecca Dry (19/4) La achine à Coudre : Climates + Wake the dead (11/4), Hoax Hoax (12/4), Crimson uddle + Fillette + Filthy Charity (13/4), Concours jeunes talents Les Inrocks Lab (16/4), anu Theron & nge B (19/4), The arl Grey + Sail to north + Go away Pirate (20/4), Complications (23/4), ntonio Negro et ses invités (25/4), Bendir a Votz + Jagdish (26/4), Frozen Yellow spot + Jostle (27/4) La eson : Tablao Flamenco avec arie-carmen Fernandez (13/4) et Kuky Santiago (4/5), telier chansons françaises (27 et 28/4 et 11 et 12/5), Carte blanche à arion Rampal PF Blanchard Linda Wise Los T rt song ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// (3/5), Wladimir nselme + cart + Iraka (5/5) Le Dôme : Sexion d ssaut + Dry (30/4), -- (15/5), arc Lavoine (16/5) dome.marseille.fr Latté : 4 Bandy s latino tous les mercredis, Cabaret tous les jeudis, Jazz les Vendredis ichel Dinard (11/4), Daniel Roure trio (27/4), Cavalerie trio swing manouche (12/4), Fado- Rebetiko (13/4), Duo Drai & bdy (18/4), Oat (20/4), Doodlin (26/4) Le oulin : Puggy (12/4), Takfarinas (14/4), Capleton (18/4), Harmonic Generator (19/4), z3kiel xtended (25/4), Zaho (27/4), Deluxe (10/5), Danzo Jones (12/5) Le Poste à Galène : Soirée assi Lia avec Neramex + Hide way + Salut c est cool (11/4), erwam Rim (12/4), Fredrika Sthal (13/4), Jack de arseille + James Taylor (19/4), n Pierlé (25/4), The agnets + Belly Button + Departure kids (26/4), The Liminanas (27/4), Canardo (30/4), arkize + ind (3/5), riane offatt (4/5) Le Silo : Benjamin Biolay (19/4) L mbobineuse : Sightings (17/4), R. Stevie oore (21/4), Sebkha- Chott postures de dance avant de se pendre (26/4), Phono undial #7 + eridian Brothers (30/4), Zs (4/5), Paint Fumes + Bazooka + Les Robertes (7/5) Roll Studio : Black Brothers (13/4), Tzwing (20/4), nnie Bucchini 4tet (27/4), Benoit Paillard Julien Baudry duo (4/5), Là Y Kà Quatuor(11/5), Pacific Jazz 4tet (18/5), JFB 4tet (25/5) ou Rouge : Henri voit Rouge : Djezzire (11/4), Kristin arion 4tet (12/4), Quintête à Gospel (18/4), JFB s New quartet & Cclaire arlange (19/4), frica xpress 5tet (25/4), Duo ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Heitting Soucasse (2/5), lectric Lady Band 5tet (16/5), usika Grazia (21/5) Station lexandre : Soirée Léonard Bernstein (3/5) Toursky : XXIIIe Festival ai-diterranée Semaine Slovaque avec PaCoRa Trio et ensemble Bashavel (14/5) RTIGS Théâtre des Salins : Incisif #2 avec Casey & artin ey (11/4) BC La Gare : Répercussions + Ottilie [B] (19/4) IRS Théâtre la Colonne : Cosi Fan Tutte (4/5) NIS Paloma : ass Hysteria + Didier Wampas & The Bikini achine + Verdun (12/4), Psy4 de la Rime + The Pharcyde + Phoebe Jean (13/4), Kid Congo Power & The Pink onkey Birds (14/4), lpha Blondy & The solar system (18/4), Folies d spagne et d ailleurs (19/4), Finale de la bourse des jeunes talents (20/4), Chilly Gonzales Solo Piano II (20/4), The Vaccines + n Pierlé (24/4), lectric Rescue + Cebb & Sandy + Reno & Klem + Sylvain Du Roc (27/4), Public nemy (30/4), Local Heroes #6 (3/5), Sanseverino (4/5), ike Stern (10/5), Dub Invaders + OBF (11/5) Théâtre de Nîmes : Ciné-Concert Biques et Piafs par Label Caravan (17/4), Chamber usic de Ballaké Sissoko & Vincent Segal (19/4) PORT-D-BOC Le Sémaphore : Le bonheur des uns par la Fédération et le quatuor Debussy (12/4) ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// SINT-XIIN Croisée des rts : Trio ercy (13/4), Les Poulettes (4/5) SINT-XI Le Carré : ozart llington (13/4), Duo Varnerin (19/4) SLON-D-PROVNC IFP - Salon de usique : Olivier Bogé 4tet (30/4) Portail Coucou : Divine Paiste + Little D Big B (13/4), Hyphen Hyphen + Honey Pony (26/4), La caravane passe + Dj Grounchoo (8/5) ST Scène Nationale : Le bonheur des uns par le quatuor Debussy (19/4), Taraf Goulamas (6 et 7/5) SIX-FORS space alraux : elody Gardot (19/4), Oxmo Puccino + Greg Frite (20/4), Chilly Gonzales (21/4), Sepultura + Hammercult (2/5), Salif Keita (8/5) Richard Bona (16/5) La Vague : Jazz Club Jam sessions les jeudis TOLON Oméga Live : Wishbone sh + the rgus Show (12/4), Twinkle Brother + Pupa Orsay backed by Jah love music (25/4), Carte blanche à Cosimo & Co Blues band (27/4), Fills onkey (7/5) VNLLS Salle des fêtes : Comparses & sons (13/4), Ottilie (4/5) VITROLLS oulin à Jazz : Daniel rdmann & Samuel Rohrer 4tet (13/4) Théâtre Fontblanche : Vincent Peirani 5tet Living Being (27/4), Laurent ignard Pocket 4tet (11/5), Sylvain Beuf (18/5) P R O GR S I Q

56 56 C I N L été froid de l année 53 d leksandr Prochkine Ludmil ngelov X-D.R É Remontée dans le temps russe Le XVIII e Festival russe au Toursky s est décliné comme chaque année sur plusieurs modes, cinéma, théâtre, musique, arts plastiques, et par-dessus tout cela, une convivialité tangible lors des présentations de spectacles, avec les invités, cinéastes, représentants officiels, ou les cabarets russes qui succèdent à chaque spectacle. Le Festival a permis également d inaugurer la nouvelle salle Léo Ferré, enfin construite après 20 ans de démêlés, qui permet d accueillir expos, cabarets, petites formes, et à l avenir de nombreux concerts de toutes les musiques. n moyen pour le Toursky de satisfaire son public, et d en attirer un autre! Loin des clichés Paradoxalement, l exposition de photographies, Russie d aujourd hui, proposée par l lliance Franco-Russe de arseille dans cet espace, propose une vision éloignée des clichés sur la Russie. La jeune fille assise sur un banc lors d une fête populaire est en vêtements légers et banals, l église orthodoxe avec ses clochetons est à l ombre d une barre d immeuble Les photographes instaurent, par leurs choix, une distance entre les représentations stéréotypées du pays, et ce quotidien dénué d apprêts qu ils offrent aux regards. La programmation cinématographique est plus tragique. Le Retour (2003) d ndreï Zviaguintsev s attache à une histoire avec étapes initiatiques : voyage en barque pour atteindre une île déserte, ascension de tours (plongeoirs ou observatoires), tentation du vide. Deux enfants (14 et 12 ans) doivent accompagner pour une partie de pêche un père qu ils n ont pas vu depuis 11 ans. Ce dernier, peu loquace, bourru, est perçu comme un héros par l aîné, un être injuste par le cadet. Photographies sépia, cadrages de tableaux, jeu entre plans fixes et travellings, couleurs fondues, situent l œuvre entre réalisme et rêve. Les gestes semblent relever de l ordre du symbolique, dans le cadre dépouillé où les éléments sont eux aussi acteurs du drame. Comptant 64 millions de spectateurs dès sa première année, L été froid de l année 53 (1988) d leksandr Prochkine est déjà un classique. Il évoque un sujet encore censuré à l époque, et c est sur un tout autre scénario que son financement avait été accepté par l nion soviétique finissante. Le tournage en Carélie connaît des journées denses d improvisation, de modifications journalières, pour déboucher sur une œuvre qui parle de l année 53. nnée durant laquelle Béria, main droite de Staline et artisan des grandes purges, souhaitant alors lui succéder, fait libérer un million de détenus de droit commun, qui étaient bien mieux traités que les prisonniers politiques. Ils vont répandre une vague de terreur dans tout le bloc soviétique, et terroriser le petit village du film. Les paysans seront défendus par les deux prisonniers politiques assignés à résidence. Bouleversant, le film émeut le public, nombreux, et ceux qui ont vécu cette période -le Festival Russe les réunit chaque annéel évoquent avec des larmes dans la voix. Le réalisateur reprend leurs témoignages : «Le pouvoir de cette époque était criminel en luimême, d où une certaine compréhension avec les bandits.» Quant à la peur «lle était l instrument de pouvoir par excellence, il n y avait pas de vie normale au XX e siècle. C était l époque des loups, avec la destruction méthodique des personnes les plus brillantes La peur déforme les gens. Tous les personnages du film sont malheureux à leur façon.» Retour en Russie Les compositeurs russes, et soviétiques, sont présents chaque saison dans un concert classique de haute tenue. Le public musical, toujours nombreux dans ce quartier pourtant nord, a été particulièrement gâté cette année, avec la venue d un très grand interprète. Le pianiste Ludmil ngelov n a pas en France la notoriété qu il mérite. C est un immense technicien doublé d un musicien sensible, profondément original. Il proposait un voyage à travers des opus à la lumière glacée signés Scriabine ou une série de Préludes de Rachmaninov. On a cheminé, en sa compagnie, le long de routes balayées par un souffle d une grande puissance virtuose. Sa propre transcription, quasi-inhumaine, de L Oiseau de feu de Stravinsky fut impressionnante, autant par le fracas percussif de l infernale danse de Kastchei, que par le chant grave et berceur figurant le basson, volatile originel à l orchestre. Les bis furent un couronnement: on n avait pas entendu, depuis longtemps, le Prélude en do dièse mineur (posthume) de Chopin, joué avec autant de liberté suspensive, de nuances et d émotion L âme russe? nfin, le Théâtre National de la Jeunesse sur la Fontanka de Saint-Pétersbourg présentait une pièce du père du théâtre russe, lexandre Ostrovski, Les méandres de l amour. Triangle amoureux, passion, cynisme, cas de conscience lena aime un aristocrate pauvre et se marie avec un riche marchand amoureux à la folie. ntre la sincérité de l un, les fourberies de l autre, la belle devra choisir Dans cette pièce sans génie, marivaudage tardif, le thème est vieilli, la façon, souvent désuète. ais le talent des acteurs réussit à transporter tout cela, jouant avec humour des lourdeurs et des images convenues. Peu de théâtre donc cette année! ais en novembre prochain, à l occasion du jumelage entre arseille et Saint-Pétersbourg, se tiendra le XIX e Festival russe avec quatre pièces au programme RYVONN COLOBNI T JCQS FRSCHL Le Festival russe s est déroulé du 12 au 24 mars au théâtre Toursky, arseille

57

58 58 C I N É n Pennsylvanie Du 15 au 25 mars, Scènes et Cinés a proposé un Panorama du cinéma américain indépendant. Les cinéphiles, de Port-Saint- Louis à Istres et iramas, n ont eu que l embarras du choix : 32 films de tous genres dont 3 en avant-première parmi lesquels, le 17 mars au cinéma l Odyssée de Fos, Promised Land, le dernier film de Gus Van Sant qui y a retrouvé, quinze ans après Will Hunting, att Damon, l un des coscénaristes et acteurs avec John Krasinski. Le thème est très actuel puisqu il concerne l exploitation du gaz de schiste par la méthode de fracturation, dont les dangers sont expliqués de manière très pédagogique par deux opposants au projet dans une communauté rurale de Pennsylvanie qui souffre de la crise économique. C est d ailleurs pour cela qu un commercial d une grande société, Steve Butler (att Damon) et sa collègue (Frances cdormand) parviennent assez aisément, au départ, à convaincre des fermiers de leur accorder le droit de forage sur leurs terres. Steve qui a grandi à la campagne et a connu dans son enfance les dommages de la crise quand l usine Caterpillar de sa ville natale a fermé, est convaincu de la nécessité de l exploitation du gaz de schiste et il promet aux habitants qu ils vont devenir riches. La résistance s organise peu à peu On ne vous dévoilera pas la fin. Gus Van Sant a réussi à faire un portrait intéressant de cette communauté rurale, à Promised Land de Gus Van Sant mettre en scène des moments de vie quotidienne, à nous montrer comment on prend des décisions importantes pour l avenir ; les acteurs sont bons, att Damon ainsi que John Krasinski, un «écologiste», ainsi que Rosemarie DeWitt dans le rôle d lice, l institutrice. ais le film ne décolle pas vraiment, peut-être à cause d un scénario prévisible -sauf le coup de théâtre final-. On est loin du Gus Van Sant d lephant, mais on en retiendra cependant de belles images et des moments musicaux intéressants. NNI GV Le Panorama du cinéma américain indépendant s est déroulé du 15 au 25 mars dans les salles de Scènes et Cinés Ouest Provence Le film Promised Land sortira en salles le 17 avril Les Brésil de Walter Invité de l scale 5 des Écrans Voyageurs, Walter Salles était à l lhambra du 20 au 24 mars, présentant ses films, discutant aussi bien dans la salle que dans le hall autour d un verre avec les spectateurs répondant avec simplicité aux questions des lycéens qui venaient de voir jeudi matin Carnets de voyage. vec ce périple sur une vieille moto, à travers l mérique latine, des deux jeunes rgentins lberto Granado et rnesto Guevara, certains découvraient que Le Che n était pas qu une icone publicitaire! L après-midi, avec ne Famille Brésilienne, réalisé en 2008 avec Daniela Thomas, les lycéens ont partagé la vie, pas souvent rose, de quatre frères nés de pères différents, à Sao Paulo. Chacun a l espoir d échapper à la misère, rêve d un au-delà, comme la mère, tout à la fois «père et mère» -Sandra Corveloni, prix d interprétation féminine à Cannes- de nouveau enceinte et qui espère avoir une fille, cette fois-là! n film superbe, tourné avec de jeunes acteurs et des non-professionnels, dont le montage en parallèle, tout en soulignant le Terre lointaine de Walter Salles et Daniela Thomas désir d appartenance à la famille, crée un effet de tension permanent. n film en état d urgence pour décrire une société sur le fil. «u Brésil, les gens ne se regardent plus entre classes sociales.» ne réalité différente de son premier long métrage de fiction coréalisé avec Daniela Thomas en 1995, Terre lointaine, lié au contexte du Brésil qui sortait de 25 ans de dictature : de 1989 à 1994, aucun film n a été réalisé au Brésil. «C est un film fait par des gens qui voulaient retrouver l amour du cinéma!» On sent bien cet amour du Cinéma Novo de la Nouvelle Vague, on pense à Wim Wenders, à ntonioni, on retrouve la 404 d À Bout de souffle Tourné en noir et blanc, en montage parallèle, Terre lointaine nous emmène du Brésil au Portugal et malgré l histoire tragique, procure un vrai plaisir esthétique. Ceux qui ne connaissaient de Walter Salles que Central do Brasil ou son dernier opus, Sur la route, ont pu ainsi découvrir l œuvre d un cinéaste très sensible, généreux et talentueux. À l lhambra, qui apprend inlassablement à regarder les images et le monde, dans une réalité sociale parfois pas si éloignée du Brésil.G. Voir entretien avec Walter Salles sur

59 Sous le ciel d Italie C est dans la bonne humeur et en musique qu ont démarré, le 19 mars, les 23 e Rencontres Cinématographiques de Salon avec le trio I Canzonieri et ses chants populaires transalpins. Normal car cette édition est aux couleurs de la Sicile avec une Carte Blanche donnée au Festival de Sciacca dont le directeur artistique, Sino Caracappa, était présent, ainsi que Nello Correale qui présentait La Voce di Rosa le 20 et Pasquale Scimeca dont le film alavoglia, d après le roman de Verga, était projeté le 21. n ouverture, Tutti I santi Giorni a été projeté en avant-première au cinéma Les rcades dans une salle comble. Cette comédie adaptée du roman La generazione de Simone Lenzi, écrivain et compositeur interprète, est le dernier film de Paolo Virzì à qui on doit notamment Catarina va en ville et La prima cosa bella. Tutti I santi Giorni, qui sortira en France sous le titre Chaque jour que Dieu fait, renvoie au récit que Guido fait chaque matin, en rentrant de son travail de portier de nuit, à sa compagne, ntonia, hôtesse d accueil dans une agence de location : il lui raconte, avant qu ils fassent l amour, la vie du saint du jour. Guido (Luca arinelli) est doux, passionné d hagiographie tandis qu ntonia, impétueuse et peu cultivée, compose de jolies chansons et les chante parfois dans des bars où personne ne l écoute. Tout semble les opposer ; mais ils s aiment même s ils ne parviennent pas à avoir d enfant. Commence alors un parcours, traité avec légèreté par le cinéaste, et qui nous vaut des Tutti I santi Giorni de Paolo Virzi scènes très drôles comme la séquence de relaxation «shanta» pieds nus dans la neige ou la course éperdue des hommes dans les couloirs de la clinique où va se faire la FIV, pour arriver le premier dans les toilettes. La comédie s essouffle durant les vingt dernières minutes mais Paolo Virzì a montré son sens du rythme, sa verve et son humour pour traiter un sujet un peu délicat. Le public, qui semblait charmé par le film, a été invité à rejoindre la salle de concert du Portail Coucou pour finir en musique avec Renato Tonin, James Sadras et Yannick Boudruche du trio I Canzonieri. ne soirée très conviviale. NNI GV Les Rencontres Cinématographiques ont eu lieu du 19 au 26 mars à Salon C I N É

60 60 P R O GR C I N É xplorations postcoloniales Ben Barka de Simone Bitton Le 10 avril à 18h30, à l lcazar, dans le cycle xplorations - postcoloniales, le département Civilisation et Cinémémoire, en partenariat avec la Cinémathèque de arseille propose Ben Barka : l équation marocaine de Simone Bitton. Le film recueille, pour la première fois, les témoignages et les archives qui racontent le parcours exceptionnel d un enfant de la médina passionné de mathématiques et de politique, qui fut l un des leaders de la lutte pour l indépendance de son pays, le fondateur de la gauche marocaine, et l un des dirigeants les plus en vue du mouvement tiers-mondiste des années 60. Cinémémoire, arseille Écrans d flam Le 11 avril à 14h et 19h, à la aison de la Région, dans le cadre des Écrans d flam, Courts en herbe!, une collection de courts métrages sortis des écoles et ateliers : Black out de l Égyptienne ayye Zaye, ahragan d Omar l Shamy, Zahra de la arocaine Houda Lakhdar, pnée de ahassine l Hachadi et L étang d zzam l ehdi. ntrée libre. flam, arseille Zahra de Houda Lakhdar ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Écrans voyageurs 7 Du 11 au 13 avril : scale 7 des Écrans Voyageurs à Salon-de-Provence avec le duo burlesque Fiona Gordon et Dominique bel. Les réalisateurs-comédiens seront là, accompagnés par Vincent Thabourey, rédacteur de Positif pour présenter La Fée (2011), Rumba (2008), L Iceberg (2005). vant chaque séance, projection d un court métrage d bel et Gordon et, le 13, de celui des lycéens des classes cinéma de Craponne. Cinémas Les rcades et Le Club, Salon u nom de la terre Des abeilles et des hommes de arkus Imhoof Le 12 avril à 18h30 soirée environnement et développement durable : projection du film de arkus Imhoof Des abeilles et des hommes et à 21h 30, Pierre Rabhi, au nom de la terre de D Dhelsing. Les films seront accompagnés par aurice Jacquot de CCFD - Terre solidaire ; Jean-arc Buzon, apiculteur ; Philippe Dragon, avocat, accompagnement juridique d écoprojets et Josette mor, spécialisée dans la finance solidaire. Cinéma Les Lumières, Vitrolles La meglio gioventu Nos meilleures annees de arco Tullio Giordana Les 16, 23 et 30 avril se tiendra un cycle de 3 rencontres autour du film, La meglio gioventu (Nos meilleures années) de arco Tullio Giordana, qui nous permet de parcourir l histoire de l Italie des années 60 à nos jours. Rencontres animées par zzura affei. ntrée libre, adhésion obligatoire à IIC. Istituto Italiano di Cultura, arseille ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Jean-Pierre Thorn On n'est pas des marques de vélo de Jean-Pierre Thorn Le 18 avril à 20h30 au cinéma Lumière, Film Flamme, en collaboration avec le Pôle cinéma de la Ville de La Ciotat propose Je t ai dans la peau, tourné à arseille en 1988 par Jean-Pierre Thorn. La projection sera suivie d une rencontre avec le réalisateur qui sera présent aussi le 19 avril à 19h30 pour la projection en plein air à la Cité de l beille, dans le cadre d un Quartier Créatif de P2013, de On n est pas des marques de vélo, un portrait chorégraphié d un jeune danseur de hip hop. Film Flamme, La Ciotat L space d un homme Le 18 avril à 18h, l association écologiste CLP 73 vous invite à la projection en avantpremière de L space d un homme d Hervé Nisic, un film consacré à lexandre Grothendieck, mathématicien de génie -médaille Fields en 1966 et Prix Crawford en et précurseur de l écologie. La projection sera suivie d un débat en présence du réalisateur, ainsi que de Jean-Paul alrieu, physicien, Jérôme anuceau, mathématicien et Céline Pessis, historienne. Cinéma Variétés, arseille Bollywood Le 19 avril à 19h, le cinéma Les Variétés et La Jnoun Factory proposent une soirée Bollywood kitch délirant : projection de Jusqu à mon dernier souffle, une romance de Yash Chopra. Samar, personnage mystérieux et introverti, rejoint l armée indienne pour fuir sa vie passée à Londres. u Cachemire, il rencontre kira, une jeune journaliste qui tombe éperdument amoureuse de lui À partir de 22h, la soirée continue au bar La Jetée. Cinéma Variétés, arseille Jusqu'à mon dernier souffle de Yash Chopra

61 vril enchanté Du 17 avril au 5 mai, Le Château de la Buzine présente vril enchanté, un hommage au film musical, aux S d abord, de l âge d or de la comédie musicale avec n américain à Paris de Vincente innelli jusqu à Dirty Dancing d mile dolino, le film-culte des années 80, en passant par New York, New York de Scorsese et Cabaret de Bob Fosse. Puis un tour du monde : Brésil avec Opera do malandro de Ruy Guerra ; spagne avec Carmen de Carlos Saura, ustralie avec Ballroom dancing de Baz Luhrman, Grande- Bretagne avec Les chaussons rouges de ichael Powell sans oublier Swing de Tony Gatlif, Opéra Jawa de l Indonésien Garin Nugroho ou encore l ssoiffé de l Indien Gurut Dutt et Devdas de Sanjay Leela Bhansali. Pour les plus jeunes, ary Poppins de Robert Stevenson et Charlie et la chocolaterie de Tim Burton. La Buzine, arseille n americain à Paris de Vincente innelli Cinéma russe Du 26 au 28 avril rt et essai Lumière en partenariat avec l lliance franco-russe de arseille propose au cinéma Lumière, 3 jours avec le cinéma russe des années 2000 : lena d ndrey Zviaguintsev, une histoire de famille et d héritage ; Baboussia de Lidiya Bobrova, un long périple à travers la Russie ; Le vilain petit canard de Garri Bardine, une fable politique inspirée du conte d ndersen et Schizo de Guka Omarova qui nous entraîne au Kazakhstan, au début des années 90. Les films seront accompagnés par Luc Thauvin, réalisateur et responsable du cinéclub de l lliance franco-russe ainsi que par Tatiana Gribkova, fondatrice du ciné-club. rt et ssai Lumière, La Ciotat Otto Preminger Laura d'otto Preminger Du 8 au 26 mai, l Institut de l image propose de revoir en copies neuves quelques-uns de ses grands films noirs : Laura, n si doux visage, Crime passionnel, un film historique mbre, Carmen Jones, longtemps invisible en France, ou encore Sainte Jeanne, Bonjour tristesse, les tout premiers rôles de Jean Seberg et d autres chefs-d œuvre Institut de l Image, ix Cinépage Le 16 mai à 20h, Cinépage, en partenariat avec le Cinéma Pathé adeleine, propose Jerichow de Christian Petzold. Renvoyé de l armée et averti du décès de sa mère, Thomas retourne à Jerichow, une petite ville du nord-est de l llemagne. Il souhaite rénover la maison familiale et démarrer une autre vie, mais il n y a pas de travail dans cette région exsangue. Sa route croise celle d li, entrepreneur solitaire et méfiant, marié à Laura. Cinépage, arseille Jerichow de Christian Petzold 40 films pour 10 bougies Depuis 10 ans la Région Paca soutient la création et la production cinématographique, par un fonds spécifique. 3 millions d euros annuels sont dédiés à ce fonds, 3 autres millions allant à la diffusion, aux festivals, à l éducation au cinéma. Lorsque la Région soutient un long métrage, elle lui alloue jusqu à , et demande que 50 % du tournage s effectue en PC. Cette somme se situe très au-dessus des aides à la création du spectacle vivant, à l édition, aux arts plastiques. Pourtant cette politique de soutien reste essentielle : elle permet de boucler les budgets de films d une grande qualité artistique qui ne pourraient voir le jour, comme Être là de Régis Sauder (le 19 avril à 12h15), Pieds nus sur les limaces (le 30 avril à 12h15) de Fabienne Berthaud, La trahison de Philippe Faucon (le 8 avril à 12h15) ou encore dernièrement le documentaire historique engagé de Lam Lê, Cong Binh. Ses choix ont souvent été très inspirés comme pour n Prophète de Jacques udiard (le 19 avril à 19h). ais d autres sont contestables. L Italien avec Kad erad, d une qualité artistique pour le moins discutable, le Renoir récent, ou öbius de Rochant avec Dujardin ont-ils besoin de subventions publiques? t la série policière Caïn? Cela ne représente «rien» dans leur budget, mais une part non négligeable d aides à la création régionale en forte baisse (voir p. 4). Ces productions solides devraient pouvoir se passer de cet argent public. ais la Région investit aussi dans le cinéma pour ses retombées économiques, en termes touristiques, et d image. t le cinéma rapporte en ce sens, fait marcher les hôtels et les petites entreprises régionales ais est-ce le rôle de subventions culturelles en berne d aider ces secteurs? Reste que parmi les 40 films proposés gratuitement au public beaucoup sont de grande qualité, ce qui n est pas un hasard : malgré quelques dérives, les choix sont, jusqu à présent, éclairés par le souci de la qualité plutôt que de la rentabilité. spérons qu ils le restent. GNÈS FRSCHL La Région fait son cinéma Jusqu au 30 avril aison de la Région, arseille P R O GR C I N É RetrouveZ sur notre site ces critiques cinéma et découvrez les autres! - Rencontres du cinéma sud-américain SPS - Courant d ir Image de ville -ntretien avec Walter Salles - Festival Éco-citoyen de Gardanne

62 arseille vue par La Bibliothèque départementale tire un portrait unique de arseille à travers cent photographies prises par des artistes venus des quatre coins du monde. Sélectionnés par ntoine d gata, cofondateur de l telier de Visu, les regards singuliers de ces hommes et femmes de passage dans la cité phocéenne s assemblent dans une mise en scène urbaine originale. -L.R arseille vue par 100 photographes du monde du 18 avril au 20 juillet BD Gaston Defferre, arseille P R O GR RT S V IS L S Patrick Zachmann (France) L art renouvelle Pour la 16 e année un courant d art bruisse dans les établissements scolaires à arseille, Cassis et La Ciotat grâce au Passage de l art. Des expositions en cascade, des rencontres, un colloque pour apprivoiser l art contemporain. Thème choisi : «Les âts de arseille : la verticalité de l espace ; mâts, totems et autres statues verticales»..g.-g. L art renouvelle le lycée, le collège, la ville et l université jusqu au 14 juin Passage de l art, arseille 7 e ros et Thanatos 40 artistes en prennent pour 20 ans! : deux décennies pour la Galerie eyer, nourries aux œuvres de notre temps dans leurs formes les plus singulières, iconoclastes, hybrides ou hors limites, qui jouent les décloisonnements. Ça se fête aussi afin que les histoires de l art vivant continuent à arseille. C.L. jusqu au 11 mai Galerie eyer, arseille ats, JC Legouic X-D.R Katharina Scharer, XYZ ros 017, 2013 arina ars Serge ssier Double shoot! vec un hommage à son ami René Char et leur complicité où se rencontrent littérature et photographie, vernissage le 26 avril à 18h. Face au Pavillon quatre containers seront ouverts sur nvers, Barcelone, arseille et Rabat qui fait aussi l objet d un livre en autoédition. C.L. Rabat, Quatre rives et un regard Serge ssier Travaux Communs du 27 avril au 27 mai space Culture, arseille Quatre rives et un regard du 1 er au 31 mai splanade Villeneuve Bargemon, arseille

63 ne saison, une aube À chaque saison, une aube filmée de Caroline Duchatelet est présentée dans une «chambre noire-miroir» conçue et réalisée par les architectes marseillais anon Gaillet et Sylvain Bérard. n cube de 3 x 3 m dans lequel on s isole pour vivre cette expérience à l abri des clameurs extérieures Le premier film, inédit, dimanche 2 mai (vidéo de 9 40, ) est visible aux heures d ouverture de la maison des ventes..g.-g. Vue de la «chambre noire-miroir» pour la projection des aubes filmées de Caroline Duchatelet Timothe Leszcynski - Leclere-aison des ventes Damien Leclere, arseille 6 e Feuilleté d'écriture, ax Sauze X-D.R ax Sauze près la galerie Vincent Bercker à ix, il expose en plein air cinq Feuilletés d écriture (livres effeuillés page à page sur socle de métal soudé), que la pluie ou le soleil amélioreront au fil du temps Des œuvres présentées dans le cadre du Printemps de Paper rt Project organisé par l association Gudgi, regroupement de galeries indépendantes basées à ix et sa région..g.-g. du 12 avril au 25 mai Hôtel de Châteaurenard, ix P R O GR RT S Sm art Le cru 2013 met à l honneur deux artistes, Hervé Di Rosa et Ivan essac, et deux courants : l un «modeste», l autre narratif. vec eux, quelque 200 plasticiens, sculpteurs, photographes, designers et vidéastes se sont donné le mot pour pique-niquer au parc Jourdan transformé en jardin d art contemporain, le temps des expositions, rencontres et débats..g.-g. V IS L S 8 e salon d art contemporain du 2 au 6 mai Parc Jourdan, ix Ivan essac, Bus T17 Richard Baquie dagp, Paris, 2013 De main en main La Provence terre de sculpteurs depuis Puget ou Franscesco Laurana? Convoquant les œuvres de Dominique ngel, Richard Baquié, Judith Bartolani, César, Toni Grand, ndré asson, Richard onnier, Germaine Richier et rnaud Vasseux, l exposition interroge les coïncidences, influences, emprunts et interactions entre ces artistes installés au idi. -L.R du 5 avril au 9 juin Galerie d art du CG13, ix

64 64 P R O GR RT S V IS L S La fondation s expose! D un artiste à l autre, d un pays à l autre, depuis 10 ans la Fondation Blachère a mis sous les feux de la rampe la production artistique du continent africain. Pour cet anniversaire, deux rétrospectives feront revivre fragmentairement les temps forts, les expositions, les rencontres. Selon des dispositifs scénographiques offrant des lectures critiques et esthétiques..g.-g. 1 er volet jusqu au 16 juin Fondation Blachère, pt e salon Pour cette année capitale Phocal porte deux expositions sous label arseille-provence merican Puzzle de l invité d honneur Jean-Christophe Béchet jusqu au 12 mai et arseille en scènes : 30 regards, 30 histoires, projet collectif à l sine électrique nouveau pôle multiculturel, jusqu au 16 juin. Plusieurs expos dans la ville et soirée porte ouverte jeudi 25 avril avec signature du livre arseille, ville natale par J.C. Béchet. C.L. 47 e salon photographique d llauch Vieux Bassin et divers lieux, llauch Vue de l'exposition La Fondation s'expose X-D.R merican Puzzle Jean-Christophe Bechet Libraires du sud /Libraires à arseille Rencontres : avec Charles bguy pour son recueil de poèmes Feuillets de temps froissé, poèmes (Harmattan) le 10 avril à 18h45 à la librairie vadné les Genêts d or (vignon) avec Claude Chalabreysse autour des écrivains voyageurs et de son livre Sensations voyageuses (Paulo Ramand) le 10 avril à 17h à la librairie aupetit (arseille) avec Hélène Bracco pour son livre L utre face ; uropéens en lgérie indépendante (Non Lieu) le 11 avril à 18h30 à la librairie harmonia undi (ix) avec any Camara autour de l ouvrage Tombouctou, terre de rencontres (Patrimoines et médias) le 12 avril à 18h30 à la librairie Harmonia undi (rles) avec Janine Gerson-Père pour son livre Bella, itinéraire mémoriel (dilivre) le 12 avril à 18h30 à la librairie La Carline (Forcalquier) avec arie Sabine Roger pour son livre Bon rétablissement (Rouergue) le 12 avril dès 19h à la librairie ux Vents des mots (Gardanne) avec José D rrigo pour arseille mafias (Le Toucan) le 13 avril entre 15h et 18h à la librairie de Provence (ix) avec Danièle Simon pour une conférence sur Stress, comment s en faire un allié (2c edias), le 13 avril à 17hà la librairie aupetit (arseille) avec arc Bernardot autour de son livre Captures (Croquant) le 13 avril à 16h à la librairie aupetit (arseille) avec lie Boissin pour son livre arseille : du mythe à la réalité (Le Temps qui passe) le 15 avril à 18h à la librairie aupetit (arseille) avec les poètes de La Revue des rchers pour la sortie de leur dernier numéro le 18 avril à 18h30 à la librairie postille (arseille) avec Claude artel qui a dirigé la rédaction de l ouvrage Le canal de anosque (lpes de Lumière) le 19 avril à 19h à la librairie Le Poivre d Âne (anosque) avec Rozenn Guilcher pour son livre Futura (Sulliver) le 20 avril entre 16h et 18h à la librairie de Provence (ix) avec Jérôme Garcin pour son livre Bleus horizons (Gallimard) le 20 avril à 16hà la librairie aupetit (arseille) avec Jean-Loup Chifflet pour Dictionnaire amoureux de l humour (Plon) et tienne de ontety pour ncore un mot (Chiflet et Cie) le 24 avril à 18h30 à la librairie asséna (Nice) avec arie-hélène Prouteau, dans le cadre de la fête de la librairie indépendante, pour ses deux livres paru aux éditions La Part commune, Les Blessures fossiles (2008) et Les Balcons sur la Loire (2012) le 27 avril toute la journée à la librairie La Carline (Forcalquier) avec Boualem Sansal, dans le cadre de la fête de la librairie indépendante, pour une rencontre animée par son éditeur Jean-arie Laclavetine le 27 avril à 11h à la librairie asséna (Nice) avec arion Brunet et Guillaume Guéraud, durant laquelle se tiendra une exposition de reproductions d illustrations de la collection Série B des éditions Sarbacane le 27 avril dès 15h30 à la librairie aupetit (Nice) avec Xavier-arie Bonnot, dans le cadre de la fête de la librairie indépendante, pour son roman Premier homme (ctes Sud) le 27 avril dès 15h à la librairie aupetit (arseille) avec Gilles artin-raget pour son livre De arseille en Provence (Crès) le 27 avril dès 16h à la librairie aupetit (arseille) avec Nelson onfort pour son ouvrage Le roman de Charles Trenet (éd. du Rocher) le 30 avril dès 17h à la librairie Prado Paradis (arseille) Itinérances littéraires : Présentation des éditions Zulma en présence de Laure Leroy, directrice des éditions, le 13 avril à 9h30 à la librairie lpine (Gap), à 12h à la librairie u coin des mots passants (Gap), à 16h à la librairie Davagnier (Gap), à la librairie La Loupiote (Gap) IX Office du Tourisme e édition des Rencontres du 9 e art : rencontres, tables rondes, expos, ateliers, dédicaces, en présence d une cinquantaine d auteurs. Du 12 au 14 avril. 3bisf SP Perspective Nevski / Petites réductions absurdes de l expérience humaine : présentation du travail en cours, le 11 avril à 19h et le 12 avril à 15h. PT Le Vélo Théâtre Les Cris poétiques, des poètes sur la scène : Ce jour reste isolé au milieu des mots, avec axime H. Pascal et Claude Held, le 12 avril à 20h30. RLS telier rchipel

65 xposition des œuvres d rnaud Vasseux, jusqu au 12 mai. ssociation Bulles d rles e édition de rles fait ses bulles : rencontres, dédicaces, remise de prix, expositions Du 15 avril au 15 mai. BRNTS ditions du Toulourenc e édition de Le goût des pages, salon des éditeurs indépendants et leurs auteurs : lecture, conférence, dictée décalée, dédicaces Le 5 mai. CBRIÈS Centre commercial vant Cap Salon des artistes : exposition, animations et performances en direct. Du 23 avril au 5 mai. ISTRS Ivres de livres e édition de Ivres de livres : rencontres d auteurs et d illustrateurs, ateliers, animations avec Bénédicte Guettier, nne Cortey, arcel Zaragoza, Pascale Breysse, Vincent Bourgeau, Tania Sollogoub, lice De Porcheville, Nathalie Brisac, Pierrick Bisinski et arion Di ino (Yayo) et Hugues Beaujard. Du 2 au 5 mai au collège Coutarel. L VLTT space d art Le oulin xposition Cadere / la barre de bois rond et ses avatars, conçue par Hervé Bize, jusqu au 27 avril. N Salagon, musée et jardins xposition n loisir érudit. Le arquis François de Ripert-onclar, photographe amateur ( ), jusqu au 30 juin. RSILL BD Gaston Defferre L cadémie de France à Rome et la culture européenne du Grand Tour : colloque international d histoire de l art et d esthétique, sous la dir. scientifique d milie Beck Saeillo et Jean-Noël Bret. Les 3 et 4 mai. BVR l lcazar émoire et identité : conférence de Tzvetan Todorov, dans le cadre de arseille spérance, le 11 avril à 17h30. Laïcité, athéisme et liberté de conscience : conférence de Jean Baubérot, dans le cadre de arseille spérance, le 16 mai. Couleurs cactus teliers d écriture nomade pour tous les adultes à partir de 16 ans : sther Salmona, auteure et paysagiste donnera les consignes. Les 13, 20, 27 avril, le 11 mai et le 1 er juin. ne restitution finale aura lieu le 15 juin dans le cadre du festival du livre de la Canebière. ssociation Sur la Place e édition des Rencontres de l illustration : expositions, tables rondes, ateliers, projections, dédicaces... en présence d artistes du livre. Du 15 au 17 mai. L telier des rts Le Storie du Italo, solo joué et dansé par arco Becherini. Le 12 avril à 20h30. Librairie Histoire de l œil Présentation des nouvelles publications du cip dans le cadre du Colloque à Tanger : présentation-lectures avec mmanuel Ponsartpour une présentation générale et pour la présentation des livres de Bernard Heidsieck et de Jean-ichel spitallier ; avec Gérard Goerges Lemaire pour la présentation du nouveau numéro de CCP consacré à la Beat Generation et de la nouvelle édition du Colloque de Tanger ; avec Philippe Pigeard pour la présentation de Je m appelle une ville ; Lola Créïs pour Dix-sept portraits de mes oncles ; avec François Lagarde pour Sans Légende, Hors collection cip ; avec arie-laure Dagoit pour une présentation de la boîte Beat Generation des éditions Derrières la Salle de Bain ; avec lena Prentice et Gustave de Staël pour la présentation des éditions Khbar Bladna (Tanger). Le 13 avril à partir de 11h30. La Friche Prélude : exposition photographique et vidéo de Philippe Charles, dans le cadre de la programmation 2013 du ZINC. Du 13 avril au 12 mai, vernissage le 13 avril à partir de 19h. arseille Objectif danse Performances en résidence : Divide by Zero, courts duos de Daniel Lepkoff et Sakura Shimada. Le 13 avril à 19h et le 14 avril à 17h. ssociation Lumin rts e édition de la manifestation Des Calanques et des bulles : dédicaces, match d impro dessiné, confé-rence, quizz BD Les 27 et 28 avril. CRDP ix-arseille e édition du salon des éditeurs : présentation de ressources pédagogiques à destination des enseignants du primaire (maternelle, élémentaire), et secondaire (collèges, lycées d enseignement général et professionnel). Le public pourra découvrir les manuels scolaires de demain (numériques et interactifs), des produits multimédias pour apprendre, des albums pour la jeunesse... Le 15 mai. CIP Le Colloque à Tanger : hommage à Brion Gysin & William Burroughs, colloque, expositions, films, documentaires, performances, lectures, publications Du 11 au 14 avril. Villa xposition des œuvres de Texereau, jusqu au 13 avril. aison de vente aux enchères Leclere Conférences présentées par Jean- Noël Bret, à 18h : n peintre et son musée : Fernand Léger, par Diana Gay, dir. du musée Fernand Léger à Biot, le 13 mai. RTIGS usée Ziem xposition Résonnances, jusqu au 21 avril. Stage de pratique artistique pour les enfants à partir de 6 ans, découverte et approfondissement de ce qu est l art contemporain. Du 15 au 19 avril de 10h à 11h30. TOLON Théâtre Liberté Les paysages de Don Quichotte : exposition des photographies de Juan anuel Castro Prieto, jusqu au 31 mai. VISON-L-ROIN ssociation CL e édition de Vason-la-Nouvelle invite le polar : concours de nouvelles, résidences d écriture, lectures publiques, ateliers, et rencontres d auteurs en présence de Pierre Bondil, Pascal Dessaint, Jean-Hugues Oppel, arin Ledun, arcus alte, Roger artin, Claude esplède, Jean-Hugues Oppel, Danielle Thiéry, arc Villard... Du 13 au 21 avril. CONCORS ppel à projets Identité, Parcours & émoires. Thèmes d actions prioritaires : la connaissance des réalités et des expressions des populations issues de l immigration et des territoires ; la valorisation de la mémoire, de l histoire et des patrimoines culturels migratoires ; la sensibilisation de la société aux enjeux de la diversité culturelle et du patrimoine commun. Le caractère innovant de la demande sera apprécié sous plusieurs angles : artistique, culturel, patrimonial et pédagogique. Date de clôture de réception des dossiers : le 30 avril. Dossier de demande de subvention téléchargeable sur le site de la DRC, celui de la Direction régionale de la jeunesse, et sur celui de la mission d appui Teknicité, Culture & Développement, L association Polly aggoo, organisatrice des 7 e Rencontres Internationales Sciences et Cinémas (RISC), lance un appel à candidatures : sont éligibles tous les films - documentaires, fictions, films expérimentaux, art vidéo, animation - dont le sujet est directement lié à des thématiques scientifiques. La date limite d inscription est fixée au 15 avril html Images et Paroles ngagées organisent les 3 e Rencontres Régionales des Vidéos rbaines du 10 au 12 octobre et lancent un appel à films autour de émoires des villes, mémoires des villages, mémoires de ports ; films en vidéo réalisés à arseille, dans les Bouches-du- Rhône ou en PC. L appel à projet dure jusqu au 31 juillet. Règlement, charte et fiche sur le site / P R O GR R N CO N TR S

66 66 P R O GR R N C O N TR S Printemps latino-arabe Depuis 2008, le festival CoLibriS pose un regard original sur la littérature latino américaine contemporaine, arpentant les frontières d un continent très divers ou donnant la parole, comme l an dernier, aux «voix indigènes». Pour sa sixième édition, qui se déroulera fin avril à arseille et dans la région, le festival croise les perspectives et les élargit. Regards latino-arabes, ainsi s intitule l édition à venir. n parti-pris inédit, justifié par les trois entrées choisies par les organisateurs. Les mouvements humains d abord. igrations et origines familiales font que certains des écrivains invités sont à cheval sur les deux mondes, ntonio ngar par exemple, né en Colombie mais résidant à Jaffa et marié à une écrivaine palestinienne ; ou Walter Garib et iguel Littin, dont les familles d origine arabe ont émigré au Chili. Les filiations littéraires ensuite : les grandes œuvres latino américaines ont souvent puisé aux sources de la mystique et des contes arabes, tandis que des écrivains comme Gamal Ghitany, figure phare de la scène culturelle égyptienne actuelle, s inspirent du réalisme magique cher méricaines échappées Craig Johnson lisabeth Roger près le Chili en 2011 et l Italie au printemps dernier, la troisième édition des scapades Littéraires, organisée à Draguignan par l association Libraires du Sud, propose d explorer cette année les grands espaces américains et de rendre hommage au célèbre romancier du Sud ark Twain. Durant tout le week-end, l mérique sera à l honneur avec des films, des concerts, des ateliers pour enfants, et surtout des rencontres avec des écrivains de choix. Tables rondes, lectures, buffet littéraire (dimanche midi, réservations au ), rencontres individuelles, autant d occasions de retrouver des auteurs que nous admirons, comme Percival verett, Richard Russo, Iain Levison ou David Vann (on se souvient de son superbe et terrifiant Suckwann Island). D en découvrir : Rick Bass, qui place souvent ses fictions dans le Sud profond ou le ontana cher à Jim Harrison ; Craig Johnson, auteur d une saga célèbre autour du shérif Walt Longmire (qui interviendra en direct du Wyoming!) ; dam Novy, dont le premier roman La cité des oiseaux (paru aux.. en 2011) a été salué outre-tlantique Des éditeurs seront là aussi : Olivier Cohen, fondateur de la maison de L Olivier qui fait une large place à la littérature anglo-saxonne, et Oliver Gallmeister, dont la jeune maison (il l a créée en 2006) ne publie que de la littérature américaine ; il est d ailleurs l éditeur à l honneur cette année. Seront également présents Claro et Bernard Hoepffner, qui arpentent et traduisent depuis longtemps cette littérature. Être américain aujourd hui, Quelles littératures américaines en France, Verticales cités : Interroger la ville américaine et Les grands espaces américains : telles sont les thématiques principales autour desquelles les invités échangeront. La BD ne sera pas oubliée : nthony Pastor et arcvoline débattront de comic et de graphic avec l méricain Gilbert Shelton. n festival éclectique, à l image de la mosaïque nordaméricaine. F.R. NB : Senna Danzy est la seule femme parmi 16 écrivains invités. Soit 6 % de femmes écrivaines? La programmation habituelle de Libraires du Sud ne tombe pas souvent dans de tels déséquilibres... S grands espaces scapades littéraires les 3, 4 et 5 mai Chapelle de l Observance, Draguignan Carlos Liscano Louis onier aux auteurs sud-américains. Le rôle de l écrivain face au pouvoir enfin, souvent assez similaire dans ces deux parties du monde où injustice et dictatures poussent à l engagement. De nombreux invités venus du monde arabe (aïssa Bey, Khaled Osman ) comme d mérique latine (Carlos Liscano, duardo Halfon, Santiago Gamboa ) seront donc présents pour des lectures et des tables rondes qui promettent cette année encore d être passionnantes. On retrouvera aussi avec plaisir l écrivain baroudeur Christian Garcin (voir Zib 60). Quant à l éditeur invité, ce sera L telier du Tilde. FRD ROBRT du 24 au 30 avril La Friche, arseille Face au cap nègre La 25 e édition du Printemps du Livre de Cassis, qui se tiendra du 27 avril au 5 mai dans l écrin magnifique de la Fondation Camargo, est placée cette année sous le thème des «Horizons multiples». La formule ne change pas : au sein de l mphithéâtre Jérôme Hill se succèdent les auteurs invités, pour des rencontres privilégiées animées par Serge Koster et ntoine Spire. Danièle ilon, aire de Cassis et Présidente d honneur de l association, à l origine de la manifestation, reste très exigeante sur la spécificité de la manifestation : «Les écrivains passent environ deux heures avec leurs lecteurs. Ceux-ci ne cessent de poser toutes sortes de questions. Le dialogue s installe. Ils se dévoilent, expliquent leurs motivations, leurs techniques d écriture. Ils parlent ainsi de façon très intime. Les lecteurs aussi se dévoilent et partagent.» Cette année seront présents, entre autres, Paul Nizon (Les Carnets d un coursier, ctes Sud) pour des rrances Helvétiques, Olivier Rolin (Circus 1 et Circus 2, Le Seuil) sur La littérature comme voyage, arcel Rufo (Grands-parents, à vous de jouer, nne Carrière) pour Histoire familiale et transmission, ona Ozouf (La cause des livres, Gallimard) pour ne vie dans les livres, Tobie Nathan (thno-roman, Grasset) pour Littérature et ethnopsychiatrie... La manifestation accueille programme aussi un cycle de cinéma autour du thème : Claude Lelouch est cette année le réalisateur invité, du 29 avril au 3 mai au Centre culturel de Cassis. nfin, et pour la 10 e année, sera remis le Prix du Printemps du Livre de Cassis, placé sous la présidence de Jean-Paul Kauffman et la présidence d honneur de Patrick Poivre d rvor. ne pluie de stars habituées de la manifestation, qui sait attirer les foules, pour des dialogues pas toujours vains. DO.. Le Printemps du Livre de Cassis du 27 avril au 5 mai

67

68 68 L I V R S Les vies d Idriss Parmi les nombreux artistes invités lon. n texte volontairement désolidarisé des images, comme dans le au dernier Week-end ade in Friche, il y avait rno Bertina, venu livre. Car, insiste Bertina, «le texte présenter Numéro d écrou n est pas là pour souligner ; les photos tout juste paru aux éditions du bec ne sont pas là pour illustrer». Les en l air. Bertina est un habitué des deux voix divergentes se complètent lieux : il a été récemment en résidence d auteur à La arelle et c est terrain. Le travail documentaire en ne jouant pas sur le même le quatrième ouvrage auquel il collabore avec Fabienne Pavia au sein taires dont elle accompagne ses d nissa ichalon et les commen- de la collection Collatéral, une photos mettent en évidence la collection que Zibeline suit depuis violence subie par les migrants, longtemps et qui associe texte et soumis à la double pression de leurs photographie (voir la chronique de familles restées au pays (une vingtaine de personnes vivent de Lit national, p. 74). Numéro d écrou est né du travail de longue l argent envoyé par un travailleur haleine que la photographe nissa émigré) et du pays dans lequel ils ichalon a mené auprès de l importante communauté malienne de papiers, condamnés à l évitement arrivent (la plupart sont sans ontreuil. lle a photographié les perpétuel des contrôles, à des tâches hommes dans les foyers de la banlieue parisienne ; elle a également vie précaires). Bertina montre lui sous-payées et à des conditions de effectué plusieurs voyages au ali, aussi ce désarroi et la sensation de rapportant des clichés de leurs plus en plus prégnante d enfermement dans laquelle s enlise le villages, de leurs familles restées au pays, des maisons imposantes que migrant. ais en plaçant Idriss au leur argent si difficilement gagné cœur de la fiction, il lui donne la permet de construire là-bas. C est parole. L occasion, enfin, de devenir ainsi qu elle a fait la connaissance sujet de son histoire, et pas seulement un numéro d écrou. d Idriss, dont le livre relate l «histoire tragiquement exemplaire», FRD ROBRT comme l a rappelé rno Bertina au début de la rencontre. rno Bertina La rencontre avec rno Bertina au et nissa ichalon se sont connus Week-end ade in Friche a eu en 2004, leur projet a germé assez lieu le 16 mars, vite, mais jusqu en , il ne à arseille savait pas quelle forme donner à son récit. C est à lger qu il a eu le Numéro d écrou déclic ; l hospitalité algérienne est d ailleurs devenue un des leitmotive rno Bertina du court roman qu il a imaginé (texte), nissa autour d un Idriss fictif devenu narrateur. Dans un Petirama plongé (photographies) ichalon dans l obscurité, la rencontre s est Le bec en l air, déroulée en deux temps. Pendant collection une trentaine de minutes, Bertina a Collatéral, lu des extraits de son texte, avant de 14,90 laisser «parler» les photos de icha- rno Bertina Charlotte Dupenloup mmanuel Lepage à arseille X-D.R aître improvisateur ussi loin qu il s en souvienne, il a toujours voulu faire de la bande dessinée. lors, depuis plus de vingt-cinq ans, il écrit et dessine des histoires. On lui doit, entre autres, La terre sans mal, les deux tomes de uchacho, lex Clément est mort (dont l action se déroule à arseille), ainsi que deux Fragments d un voyage, Brésil et merica, parus au début des années ais c est pour son magnifique Voyage aux îles de la désolation qu mmanuel Lepage était de passage en mars à arseille. Cet album édité en 2011 est en effet en lice pour la sélection BD du Prix littéraire des lycéens et apprentis de la région PC. Lepage était à ce titre invité au lycée Périer puis à la librairie La réserve à bulles. Répondant aux questions de Richard G, il a d abord rappelé la genèse du projet qui lui a permis d embarquer sur le arion Duquesne à destination des TF (Terres ustrales Françaises), d en revenir avec des dessins, des croquis, sortes de notes graphiques, et de réaliser ce «livre hybride qui s est construit au fur et à mesure» en moins de six mois, dans un état de «jubilation» intense. Pourquoi tant de plaisir et une telle rapidité d exécution? Parce qu il a lâché la bride à son désir d improvisation. Parce qu il a accepté de travailler «sur une matière en perpétuel mouvement». Parce qu il a trouvé dans cet album la juste distribution entre les dessins exécutés pendant l expédition (et insérés sans retouches) et le rythme narratif d une véritable histoire en images. De fait, cette BD documentaire est encore plus foisonnante qu un carnet de voyage. Variété des techniques (lavis, pastel, crayon gras, encre, aquarelle ) et des cadrages (de la simple vignette noir et blanc à l illustration double page couleurs), organisation dynamique et souvent surprenante des planches, c est une superbe odyssée de l image que ce maître dessinateur offre au lecteur. Il revient tout juste d un voyage de deux mois en ntarctique. On espère déjà l opus à venir. F.R La rencontre à La réserve à bulles a eu lieu le 19 mars Voyage aux îles de la désolation mmanuel Lepage Futuropolis, 24,40 (album sélectionné pour le Prix littéraire des lycéens et apprentis de la région PC) Voir sur la chronique n printemps à Tchernobyl, du même auteur

69 Jusqu au bout de la nuit en toute liberté : de partir, de s endormir sur un conte et se réveiller sur un autre. Dans les méandres des ille et une nuits, flux d histoires enchâssées dans lequel il pioche librement, et auquel il a soin d ajouter quelques aventures de Nasreddine, et des anecdotes personnelles, Jihad Darwiche, conteur d origine libanaise que les habitués de La Baleine qui dit «Vagues» connaissent bien, a ouvert La nuit du conte proposée à La Criée dans le cadre du caravansérail d li Baba. ne nuit blanche à savourer les histoires de Shéhérazade, portées par la voix inspirée du conteur, son accent délicieux et son sens du rythme répétitif, cyclique. Sur le flot ensorcelant de sa parole, on se laisse voguer et les sessions d une heure trente filent. Des quelque cent soixante spectateurs de tous âges, plus du quart ont passé la nuit dans le petit théâtre, dont la scène s est peu à peu transformée en salon oriental avec tapis, coussins, poufs, afin d accueillir confortablement les enragés d histoires. Jusqu à sept heures du matin ils sont restés. Quant au conteur, il adore ce genre de performance. Il aurait même, dit-on, le projet d organiser sept nuits Jihad Darwiche Tomasz ysluk blanches consécutives. ne semaine entière dans les contes? ne histoire à suivre FRD ROBRT La nuit du conte s est déroulée le 23 mars à La Criée (arseille), en partenariat avec La Baleine qui dit «Vagues» 69 L I V R S Quand une Zibeline croise une Baleine Créée en 1996, La Baleine qui dit «Vagues» est désormais incontournable pour qui s intéresse aux arts de la parole. Salle de spectacles, lieu de résidence, centre de ressources, elle n en finit pas de grandir et d évoluer, allant souvent nager dans d autres eaux. Pour que ce genre prétendument mineur et destiné aux enfants soit mieux connu de tous les publics. Car, comme le disent lisabeth et Laurent Daycard, «le conte apporte des leçons mais ne les impose pas» et chaque relecture «répond à nos questions du moment». Zibeline : Vous venez d organiser une nuit du conte à La Criée. Sortez-vous souvent de votre espace du Cours Julien? La Baleine : De plus en plus, car nous souhaitons élargir notre public, et promouvoir le genre dans la région. Grâce à cette nuit, de nouvelles personnes ont rencontré le conte. Cette saison, nous avons collaboré cinq fois avec La Criée. n plus de la nuit, nous avons proposé quatre séances de contes du monde à destination d un public familial. Nous sommes aussi au Pavillon le mercredi matin. Comme nous appartenons au Réseau National du Conte et des rts de la Parole et que nous sommes missionnés par la DRC, nous participons très régulièrement à des journées professionnelles dans toute la région. Nous accompagnons également des projets scolaires, municipaux. ais nous proposons aussi des événements dans nos murs et dans le quartier. Lesquels, pour ces prochaines semaines? Les 19 et 20 avril à 20h30, nous recevrons Salim Hatubou pour Kara. Salim était en résidence à La Baleine l an dernier ; il a collecté des récits et en a fait une «épopée comorienne», dont il donnera ici la version contée. t aux beaux jours, ce sera la cinquième édition des Oralies, le festival que nous proposons sur le Cours Ju, histoire de sortir le conte des salles obscures et d aller à la rencontre d un public mixte, pas uniquement composé de spécialistes. Il s ouvrira cette année sur une journée de contes en continu (une grande histoire, un seul conteur) le 19 mai. t nous espérons pouvoir le clôturer le 22 juin par une nuit au Frioul, comme nous le faisions autrefois. PROPOS RCILLIS PR FRD ROBRT La Baleine qui dit «Vagues»

70 Roman-feuilleton, troisième 70 L I V R S C est encore une femme qui a œuvré le mois dernier, ajoutant un très graphique troisième épisode aux ystères de la Capitale, le roman-feuilleton publié chaque vendredi dans La arseillaise depuis le début de l année près aylis de Kérangal et Jakuta likavasovic, Zeina birached était donc invitée au J1, afin d évoquer sa résidence à ix et plus généralement son travail. Répondant aux questions d un amateur passionné, Boris Henry, la jeune bédéiste libanaise, qui dit avoir appris le français dans les bulles de BD, a déclaré s être lancée «sans préméditation» dans ce mode de narration qui s est imposé à elle au début des années 2000, lorsqu elle a senti l urgence à effectuer un travail de mémoire sur son pays alors en pleine amnésie. Cela a donné Beyrouth catharsis puis Le jeu des hirondelles, l émouvant album autobiographique qui a rendu célèbre son graphisme noir et blanc si particulier, tout en volutes, en recherche sur les vides et les pleins. Noir et blanc au sens propre, sans gris. n graphisme inspiré de la calligraphie arabe, que Zeina a d abord utilisé, dit-elle modestement, «pour soutenir la faiblesse du dessin». ais qui est vite devenu un parti-pris esthétique, et sa marque de fabrique. On l a évidemment retrouvé sur les doubles pages réalisées durant sa résidence. La dessinatrice a accepté avec joie d y faire revivre la mémoire de certains lieux emblématiques de la ville et des alentours : l Opéra, la anufacture des allumettes (devenue Cité du Livre), les carrières de Bibémus, la fondation Vasarely lle a même revisité l invention du calisson, et la peste. Les planches, projetées sur grand écran pendant la rencontre et largement commentées par Boris Henry, affirment son goût pour les strips horizontaux, les effets d échos visuels, les motifs récurrents ; autant de choix graphiques qui font sens et lient subtilement la forme et le fond. n attendant la sortie de son prochain roman graphique (une fiction cette fois, mais toujours située à Beyrouth), on peut voir les dessins de Zeina birached et ceux de ichèle Standjofski au Centre aixois des rchives départementales dans le cadre de l exposition La France et le Liban, Parcours entre archives et bandes dessinées (jusqu au 8 juin). FRD ROBRT Zeina biracheb.g Nous remercions vivement Zeina biracheb pour ce dessin exclusif arrivé si gentiment de Beyrouth ourir partir revenir Le jeu des hirondelles Zeina biracheb Cambourakis 20 La rencontre a eu lieu au J1, arseille le 31 mars dans le cadre de P2013, en partenariat avec La arseillaise et Libraires du Sud Zeina biracheb sera également présente aux 10 e Rencontres du 9 e art à la Cité du Livre d ix du 12 au 14 avril

71

72 72 L I V R S Conscience humaniste On ne classe pas ontaigne parmi les penseurs politiques. On sait qu il fut maire de Bordeaux pendant 4 ans, qu il avait ses entrées à la cour de Paris et qu il servit souvent de négociateur entre elle et le futur Henri IV dont il était proche ; mais on le perçoit davantage comme un sceptique, réfugié le plus souvent dans sa tour, précurseur en cela du romantique Vigny. ais elle n est pas d ivoire pour ontaigne! lle est faite de livres, de sentences gravées sur les poutres de sa «librairie». t son étude de soi tend à l universel puisque «chaque homme porte la forme entière de l humaine condition». Biancamaria Fontana apporte un regard nouveau sur l auteur des ssais, en la passant au crible de l histoire, en contextualisant l écriture dans une étude précise et érudite. S appuyant sur l évolution des textes, elle montre à quel point la pensée de ontaigne est impliquée dans l histoire de son temps, bouleversée par les guerres de Le récit de Furukawa Hideo, magnifiquement traduit chez Picquier par Patrick Honnoré, approche avec une immense subtilité du cœur de la catastrophe. Né dans la province de Fukushima, absent lorsqu elle a été ravagée, le romancier figé dans un présent incompréhensible raconte comment il est retourné quelques jours après dans son pays dévasté, comment il s est irradié de son réel, pour comprendre ce qui était advenu. Sa démarche est telle que pas à pas on le suit, on s imprègne à son rythme de cette mort absolue, sans s y engloutir, parce que son récit est fait d allers retours entre ses propres romans et le présent, entre souvenir et brusques surgissements du réel, entre ce qu il s attend à découvrir et ce qui est, brut, et qui nous fait comprendre chaque fois, comme autant d épiphanies, l insondable. ne tranchée dans le béton explosé comme un château de sable. n arrêt dans le paysage brisé. n silence absolu, religion qui servent les intérêts de chefs de guerre sans scrupules. On sent, à relire les additions successives des essais, la corruption grandissante du discours public, la distorsion de la vérité, la confiance abolie. Par la fréquentation intime des textes de l antiquité et de ses contemporains, par ses engagements et sa constante réflexion sur son temps, ontaigne est bien un penseur politique : il n érige pas de système, semble préférer la République, mais réfléchit sur les pratiques politiques et le pouvoir royal, souligne l imbrication des responsabilités individuelles et des vertus. Son travail s attache à démonter les mécanismes du principe d autorité ainsi que ceux qui régissent l opinion. insi Fontana voit en ontaigne et son indépendance de pensée, sa conscience individuelle qui est aussi politique, une préfiguration des Lumières, plutôt que d isolement romantique! lle nous incite à revenir aux textes de ontaigne, qui s avèrent u cœur nucléaire de nos actes comme si le son avait été coupé, parce que les animaux ne sont plus. Des chevaux que l on ne peut plus approcher, symboles d une cette province oubliée, domptée puis rendue à la sauvagerie. Des bateaux entassés loin des côtes comme par une main géante. Des corbeaux, infiniment. t, partout, lorsqu ils restent, des hommes hagards, vidés par la disparition absolue de tout ce qui avait fait leur réel. Pour les habitants de Fukushima le souvenir d avant est impossible, sans réalité, sans appui géographique, physique, parce tout a disparu jusqu aux êtres, jusqu aux murs, jusqu au tracé même des paysages. Le roman peut-il encore s écrire se demande Furukawa au long de sa traversée? La fiction même, les mythes emportés par la vague? Ô Chevaux, la lumière est pourtant innocente. Des ferments de révolte sont là. Parce que cette province oubliée, qui a toujours fourni nourriture et énergie au reste d un pays riche, doit trouver La prétérition de Cassandre La lecture de Karl Kraus fait l effet d un coup de poing ; parce que, à la suite de l annonce programmatique en forme de prétérition Je n ai aucune idée sur Hitler, sont annoncés les prémices de l apocalypse que déclenche le IIIe Reich. Quelle impitoyable lucidité de ce texte, écrit en 1933! gone édite ici la version abrégée, adaptée à la scène par José Lillo (voir Zib 28), de La Troisième nuit de Walpurgis (gone 2005) écrite en référence au Second Faust de Goethe. Ce véritable pamphlet pratique une cinglante ironie. Écrivain et journaliste, Kraus oppose la presse qui apparaît comme un organe de propagande, mensonger, abrutissant, à la solde d un pouvoir qui va d ailleurs l écraser et la littérature, seule forme d expression libre, visionnaire, capable d analyse. Il entrelace ses propos d extraits du Faust de Goethe ou du acbeth de Shakespeare. Terribles sont les renversements immondes, où le bourreau se pose en victime et la victime en bourreau, la destruction systématique des intellectuels, la volonté d abrutissement de la population par un lavage de cerveau à grande échelle (temps de cerveau disponible?), enfin, la capacité incroyable d aveuglement alors que les premiers camps fonctionnent, que les commerces tenus par des Juifs sont détruits, que les jeunes filles allemandes qui sortent avec un Juif ont la tête rasée tout ceci, déjà, en 33. Comment oser dire que l on ne savait pas! Les mécanismes de l installation de la dictature et de la terreur sont démontés, les exactions dénoncées À lire absolument, pour apprendre à être attentifs aux signes..c. d une stupéfiante actualité, dans leur description de la conscience individuelle en prise avec une société en crise RYVONN COLOBNI ontaigne en politique Biancamaria Fontana traduit de l anglais par Françoise Stonborough gone, coll. Banc d essais, 24 une voix. ais celle-ci est aussi brisée que le récit, qui ne peut envisager la moindre bribe de linéarité, entre l impuissance de l imprécation contre la vague, et la révolte impossible contre un état lointain qui remettra les centrales en route. GNÈS FRSCHL Ô chevaux, la lumière est pourtant innocente Furukawa Hideo Philippe Picquier, 17,50 Je n ai aucune idée sur Hitler Karl Kraus gone, 10

73 rrêt sur images Le dernier livre de ichèle Lesbre commence par un drame : à la station de métro un vieil homme, «anonyme et fugace», sourit à la narratrice puis se jette sous le métro qui arrive. Celle-ci, au lieu de se rendre à la gare, part alors à la dérive dans les rues de Paris. Pourtant son amant l attend à l hôtel des mbruns, au bord de la mer où ils se retrouvent régulièrement. ne nuit de déambulation, de doutes, entrecoupée des fulgurances de souvenirs d enfance ou d amours passées, commence pour elle qui nous entraîne à sa suite. Dans un bar argentin elle danse le tango aux sons voluptueux du bandonéon, boit un café au petit matin et se perd sous l orage dans les rues. C est Promenades littéraires Le GR 2013 vient d être inauguré (voir p.12). De nombreuses associations proposent des balades urbaines, souvent littéraires. On peut aussi choisir, en cette année capitale, d arpenter la ville seul sur la trace de ses passants (plus ou moins) célèbres. Pour ce faire, il suffit de se laisser entraîner par «le piéton de arseille», ichéa Jacobi. uteur d un «carnet de promenades» illustré, paru en 2011 sous le titre Le piéton chronique, et plus récemment d un délicieux éloge des Walking class heroes (voir Zib 58), ce marcheur invétéré persiste et signe aujourd hui arseille en toutes lettres, une anthologie qu il voit plutôt comme «un guide littéraire» à destination de «personnes qui aiment à marcher et à se souvenir Trop de mémoire On ne peut s empêcher en lisant le premier roman d un traducteur reconnu -Khaled Osman a été récompensé à plusieurs reprises pour ses traductions de Naguib ahfouz ou Gamal Ghitany- de guetter l imprégnation de la langue des «autres», ceux dont il est le passeur talentueux. Pour contrer cette lecture un brin perverse, l auteur qui semble avoir tout prévu (ce n est pas le moindre défaut de ce récit suréquipé) construit une narration trouée de réminiscences littéraires et cinématographiques qui sont autant de fragments non dissous, flottant parfois maladroitement à la surface de l amnésie partielle du personnage central. Victime d un malaise dans le taxi qui le ramène au centre du Caire sa ville d origine, l homme venu de France pour se retrouver, perd tout et surtout son identité ; il à son amant qu elle s adresse, comme une répétition de ce qu elle lui dira, peut-être, le lendemain au téléphone. Lui l a attendue en vain à la gare, s est endormi. Soucieux ou fâché? lle sait que sa défection peut provoquer un virage dans leur relation ; cependant elle ne peut agir autrement. L accident la met dans une situation de suspension et de turbulences, provoquant une épreuve qu elle qualifie de «salutaire ou fatale». On retrouve dans ce court roman la voix et le rythme de ichèle Lesbre qui nous font naviguer entre passé et présent, traçant à l aquarelle paysages et personnages sur les bords de mer ou l Italie, évoquant des photographies, notamment celles que plusieurs écrivains les ont précédées, ont regardé ce qu elles voient et ont tâché de l écrire». ux «touristes littéraires» ce fin connaisseur des spectacles grandioses ou dérisoires de la ville, de ses beaux quartiers comme de ses zones propose donc quatorze promenades qui toutes reviennent en son cœur, le Vieux-Port. Des promenades guidées par les mots des innombrables écrivains qui, depuis l ntiquité, ont parcouru la ville, les bords de mer et les collines alentour ; par ses mots à lui également, qui donnent à ces déambulations leur fil directeur. Cela en fait des tours, cela en fait du monde! Évidemment, impossible de les faire figurer tous. Certains sont à peine cités, d autres sont évoqués en apostille, le but n étant pas d être devient Nassi «l Oublieux» pour la chaleureuse compagnie (tous formidables, pas de traitre à signaler) de la pension de famille qui le recueille généreusement ; galerie de portraits couronnée par la mère de substitution Sett Baheya, figure si souvent approchée dans les arrière-boutiques des maîtres cités plus haut. Panorama de la grande culture égyptienne et heureusement loin des nouveaux clichés déployés à partir de la place Tahrir, Le Caire à corps perdu peine à sortir de l écriture «littérature de jeunesse» avec ses dialogues appliqués et ses bons mauvais sentiments. Trop apprêté, empesé pour l examen de passage... Vite comme le héros toujours sans nom à la fin du roman, il faut donner «un vigoureux coup de pieds dans la couche de joncs et de lichens qui tapissent le lit du fleuve» pour reprendre un peu de l amant photographe qui préfère les images aux mots qu il ne trouve pas toujours «à la hauteur». CHRIS BORG Écoute la pluie ichèle Lesbre Sabine Wespieser, 14 exhaustif mais d inciter les lecteurs à lâcher cette anthologie pour se frayer leur propre passage vers les œuvres. FRD ROBRT arseille en toutes lettres, une anthologie littéraire ichéa Jacobi avec 30 photographies originales de Henryk Vierny Parenthèses, 22 d air frais, comme nous y invite la collection Vents d ailleurs aux si belles jaquettes. RI JO DHO Le Caire à corps perdu Khaled Osman Vents d ailleurs, 18 Le romancier/traducteur est invité du 24 au 30 avril dans le cadre de la manifestation CoLibriS «littérature latino-arabe» à La Friche (voir p. 66) 73 RL I NV CR O S N TR S RetrouveZ nos chroniques livres, cd, rencontres et conférences et découvrez les autres! -Comprendre l art moderne de Sam Phillips -mpreintes de Céline Boyer -appamundi, art et cartographie de Guillaume onsaingeon -DVD Jacques Hérold -CD/DVD editerraneo de Christina Pluhar -CD lkan œuvres pour piano de Pascal moyel -CD/livret VD Gallo usiques sacrées -CD Verdi de Placido Domingo -BD n printemps à Tchernobyl d mmanuel Lepage -La Vengeance du Roi-Soleil de Jean Contrucci -Western Girl d nne Percin -Rencontre «la transition énergétique» aux BD

74 74 L I V R S On the road rengaine «Voilà ce que c est de voyager : offrir des histoires dans une cuisine inconnue très loin de chez soi.» lexandre, jeune parisien, écrit des histoires dans un magazine pour enfants. Sa compagne est partie vivre avec un autre, à arseille. lors, pour fuir la douleur insupportable de la séparation, il quitte tout : ville, travail, amis, téléphone, et part rejoindre celle qu il aime à arseille, à pieds. Le roman tient dans le récit de ce parcours, où la direction est plus importante que le but : fatigue de la marche, forêts profondes ou autoroutes longeant les tracés de TGV, nuits d hôtels ou dortoirs, rencontres de fortune, d où se détachent les visages solitaires de Nina, la jeune mère célibataire et Giovanni, solide compagnon de route truculent comme un clown triste et insouciant. Le randonneur devient La BD de Lionel Richerand nous entraîne mine de rien dans les mythes fondateurs. Le récit est nourri d imaginaires qui nous hantent, la forêt obscure, dévoratrice et protectrice tout à la fois, les êtres hybrides, les crapauds avides de baisers, la poupée qui parle, le grand cerf des bois, l enfant-loup, les vœux exaucés, les promesses qui enchaînent Cette fable initiatique nous narre l histoire d une petite fille nna, qui vit dans un grand domaine perdu au milieu des bois. lors qu un nouveau régisseur fait son apparition et cherche à accaparer la propriété par les moyens les plus retors, l enfant est appelée une nuit par sa poupée enlevée par une bande de crapauds. lle sera confrontée au secret de sa naissance, devra choisir sa voie les objets de l enfance qui l entourent prendront alors leur véritable signification. La nature face vagabond, et la solitude est traversée par la spontanéité de ces rencontres éphémères. Puis l espace se rétrécit au centre-ville de arseille, où il débusque la jeune fille sans l aborder. La reconquête amoureuse se double d une quête initiatique, d une expérience intérieure de détachement et de dénuement offerte à celle qu il aime. C est un récit simple, qui évite avec bonheur les considérations philosophiques ou touristiques sur l errance, même s il en retrouve tous les clichés, et qui préfère à l expression de la douleur amoureuse celle de la ferveur d un don de soi total. ais à force d être simple, l argument est mince, pour ne pas dire inconsistant, et le paysage bien plat. D FNLO ntre Lilith et la cryptozoologie à la rapacité humaine et ses forces de destruction trouve dans sa révolte une puissance supérieure capable de surmonter les petitesses. La BD qui commence comme un roman de mœurs, est irriguée de fantastique, jonglant entre l onirisme et l exploitation des mythes. Les terreurs enfantines sont portées par les images de Lilith ou de la «Grande Boueuse». Le graphisme d une grande finesse oscille entre réalisme et fantastique, usant d une subtile palette d ocres et de sépias. n bestiaire fantastique complète l ouvrage, lui apportant de nouvelles clés. Pendant le festival de BD d ix-en-provence, cette collection investit le uséum d Histoire Naturelle (voir Zib 61) vec de telles planches de bestiaire, la rencontre s annonce palpitante! RYVONN COLOBNI Le temps d arriver urélien anya Gallimard/L rpenteur, 17,50 Dans la forêt Lionel Richerand Soleil, collection étamorphose, 17,95 Comme on fait son lit Dans le cadre d une résidence d écriture, Joy Sorman a passé plusieurs mois dans une entreprise de literie de Seine-Saint-Denis. Celle-ci a également ouvert ses portes au regard fureteur de Frédéric Lecloux. ujourd hui paraît, fruit de ces deux expériences, Lit national (du nom de l entreprise), un émouvant récit en images et en mots. ne histoire de lits, de sommeil et de mort. Dans la chambre où repose Louise, sa grand-mère, qui vient de mourir à quatre-vingt neuf ans dans son lit et dans son sommeil (un exploit de nos jours!), la narratrice laisse filer ses pensées. Le lien est fort qui les unissait. Or, quand sa mère lui annonce qu elle héritera du lit de la défunte, un lit extraordinaire, 160 par 190, matelas en laine, garanti à vie, c est la panique S ensuit une méditation effilochée en apparence -bribes de la vie saine et organisée de Louise, fragments plus chaotiques de celle de la narratrice, réflexions sur l insomnie, sur les divers lits possibles, les chambres, la nuit et les rêves, les multiples postures des dormeurs, évocation de contes célèbres - qui tisse pourtant adroitement le fil narratif. Car de ce legs, que faire? Comment dormir dans le lit d une morte? Comment faire le deuil d une grand-mère chérie? À l introspection intimiste de Joy Sorman répondent les photographies. Dans la grande entreprise de literie où l on coud encore à la main l étiquette de la marque sur les matelas finis, Frédéric Lecloux semble traquer les détails (bobines de fil, amas de laine, ressorts abandonnés) ; des humains qui travaillent ici ne restent que les mains, ou des uniformes sur des cintres. Comme si elle aussi était sur son lit de mort. Saisissant. FRD ROBRT Lit national Joy Sorman (texte), Frédéric Lecloux (photographies) Le bec en l air, coll. Collatéral, 14,90

75 arseille, ouvre-toi! Connu pour être l un des pionniers de la vogue du polar marseillais des années 90, François Thomazeau est aussi éditeur (L Écailler), libraire, journaliste sportif, rédacteur de guides «bistronomiques» et du Guide du arseille insolite. Était-il possible de réunir toutes ces passions? L entreprise est réussie pour celui qui rêvait d écrire «L livre sur arseille». On y retrouve l intrigue du polar, son amour pour la ville phocéenne et l attention aux faits du journaliste. Persuadé que arseille possède une âme, l écrivain invite son lecteur à le suivre dans ses investigations. Tout commence lors une promenade improvisée avec son amie artha, dans le Vieux Saint-arcel. C est entre les collines du massif de Saint-Cyr Qui a dit que la science n intéresse pas le grand public? Le 12 mars dernier, l auditorium de l lcazar était archicomble lors de la conférence d Olivier Oullier intitulée Émotion et prise de décision. Précisons que cet orateur est familier des grands rassemblements, ayant été désigné Young global leader au Forum de Davos en nseignant-chercheur à l niversité d ix- arseille, son travail consiste à étudier les liens entre les caractéristiques du cerveau et le comportement des individus. À comprendre «comment l émotion et la rationalité jouent l une contre l autre, la distinction entre les deux étant de plus en plus difficile à établir, car les décisions sont biaisées par la subjectivité». Tout est question de contexte : devant un dilemme moral, on ne réagit pas de la même manière lorsqu on est impliqué affectivement (si votre amoureux est dans un avion détourné par des terroristes, que l on vous demande d abattre pour éviter qu il ne s écrase sur une ville, par exemple) ou à distance (les réactions des soldats manipulant des drones sont attentivement analysées). Les applications de ce type d études? Olivier Oullier donne «moins de deux ans» à la justice pour s appuyer sur des tests de neuropsychologie et l imagerie cérébrale avant de rendre ses décisions! Évidemment, «les experts vont se battre sur la question de la fiabilité». ais le fonctionnement du cerveau passionne avant tout le marketing, qui base ses profits sur l exploitation du circuit de la récompense, et cherche son Graal : la prédictibilité comportementale. Le jeune homme explique en souriant que les progrès de la technologie peuvent être utilisés aussi bien pour soigner que pour vendre, et il pose la question : «Le privé paye ses chercheurs énormément plus que le secteur et les contreforts du massif du Garlaban qu une étrange apparition se produit. Puis disparaît. Qu est ce que c était? Qui, de quelle époque, quelle religion? Il retourne sur la butte des Baous de Saint-arcel Sur son chemin, il croisera le «vicomte» Brémond, le vieux pêcheur ichel, Pierre l ouvrier italien, d autres encore Des gardiens de l histoire qui réveillent par leurs récits les fantômes qui ont vécu sur cette «frontière» marseillaise. Des Ségobriges à la riche famille Forbin en passant par arie Deluil-artiny et même Éric Cantona, tous ces personnages deviennent des clefs secrètes pour comprendre le mystère de cette ville partagée entre terre et mer, aussi protectrice qu insoumise. NN-LYS RNT Cerveau et marketing Conférence Olivier Oullier G.C public devinez qui se consacre à quoi?» On commence à avoir des doutes sur sa position dès l interrogation suivante : «Pourquoi donc les marchands de soda nous vendent-ils un monde meilleur, et la santé publique du cholestérol?» Peut-être parce que les uns vendent un produit, alors que le storytelling ne fait pas vraiment partie des missions de l autre? Sa conclusion, qui nous ramène vers la psychologie constructiviste, laisse dubitatif : être intelligent, c est être adapté à son environnement. Voilà une affirmation qui se discute aujourd hui, dans un environnement saturé de signes manifestement pathogènes. GËLL CLORC La conférence du 12 mars était organisée par l association Cerveau Point Comm dans le cadre de la Semaine du Cerveau, sous l égide de la Société Française des Neurosciences arseille, une biographie François Thomazeau Stock, 19,75 Le terreau de la religion Dans le cadre des Grandes rencontres de l niversité, le site de la Canebière accueillait le 19 mars Raphaël Liogier, directeur de l Observatoire du religieux. Sa conférence intitulée Identités et religions dans un monde sans frontières portait principalement sur un constat : loin de connaître le «rouleau compresseur de rationalité» prédit jadis par certains sociologues, notre monde globalisé est traversé par de forts courants religieux. Trois phénomènes majeurs se développent, que l on peut étudier de manière intéressante sous l angle social et économique : sectes et spiritualités apparues essentiellement après la 2 de guerre mondiale dans les sociétés les plus riches, mouvements évangéliques en très forte progression dans les pays pauvres, et fondamentalisme réactionnel des populations ayant subi une grave blessure narcissique (colonisation, déportation...). On constate alors «que les différences entre ces tendances croisent de très importants points communs» : elles sont toutes globalisées (à l échelle continentale a minima, d l Qaïda à la Scientologie), extrêmement adaptables, et difficilement maîtrisables par les États-Nations. Cette grille théorique souple présente l avantage de mettre en évidence les stratégies plus géopolitiques que spirituelles qui permettent aux religions de se déployer, et aussi de saisir plus finement les raisons pour lesquelles un catholique pourrait se sentir plus proche d un bouddhiste que d un chrétien charismatique, ou un protestant préférer dialoguer avec un adepte du soufisme plutôt qu un pentecôtiste G.C. À lire Souci de soi, conscience du monde. Vers une religion globale? rmand Colin, RC O N C FÉ O NR TR N C S S

76 La science pour tous 76 S C I N C S C est la couleur rouge évoquant les terres argileuses des environs qui a été retenue pour le Souk des sciences de Gardanne le 3 avril : sur les étals de ce marché un peu spécial, on trouve donc entre autres propositions de la betterave et de la bauxite. L objectif de la manifestation étant de rendre la culture scientifique accessible à tous les publics, le chaland passe avec curiosité de la reconnaissance olfactive des essences méditerranéennes aux reliques des télécommunications d antan, en quête d hébergement muséal. Chaque stand est animé par de souriants chercheurs faisant assaut de pédagogie car, la représentante d ix-arseille niversité le déplore : «ntre ceux qui ont quitté le système scolaire précocement, et les filières littéraires, un grand nombre de gens n ont pas eu d enseignement scientifique au lycée.» Sensibiliser la population aux enjeux de la science, c est aussi une préoccupation du maire, Roger eï, à l heure où la commune accélère sa transition énergétique : Souk des sciences Gardanne Gaelle Cloarec géothermie, parc photovoltaïque, biogaz, autant de mesures qui permettront bientôt à Gardanne de produire autant d énergie qu elle en consomme. Son adjoint renchérit : «arseille- Provence 2013 sert de période de préfiguration sur le long terme. Nos partenariats avec l ni-- versité, les labos de recherche appliquée et les industries vont se poursuivre.» Pour les 10 ans du Souk, son fondateur Hassan Bitar rayonne : l anniversaire est prometteur! GËLL CLORC À venir Le Souk des sciences se tiendra le 10 avril, le 15 mai à ix et le 22 mai à arseille GND IX-N-PROVNC Le 11 avril à 19h, conférence de Jean-arc né, du Commissariat à l Énergie tomique et aux Énergies lternatives : L énergie des étoiles, un des futurs de l énergie sur Terre? Planétarium RLS Café des Sciences le 11 avril à 20h30. Jean- François Cholley et ntoine Lleberia : L évolution de la photographie de Daguerre au numérique. Café alarte VIGNON L adaptation des plantes cultivées au changement climatique, le 18 avril à 18h. Conférence-débat avec Inaki Garcia de Cortazar, du Centre INR PC. Épicurium ISL-SR-L-SORG L association Pesco Luno propose Des Stars dans le ciel, les supernovae, conférence d lain azure le 19 avril à 19h. space de création artistique N Petit déjeuner sous l herbe, botanique et littérature avec Claude arco, le 5 mai de 10h à 12h. 10. usée départemental ethnologique, Prieuré de Salagon RSILL Conférence en anglais, le 26 avril à 18h, par Rolf-Dieter Heuer directeur général du CRN : The search of a deeper understanding of our universe at the Large Hadron Collider: the world s Largest particle ccelerator. Inscription en ligne uditorium du Parc Chanot e Édition du Printemps des chercheurs, du 8 au 27 avril. Découvertes récentes, sujets d actualité, ateliers et mise en résonance artistique. n programme varié et abondant, de la paléoclimatologie à l art science en passant par le quinoa et la biorobotique. Pour tous, des enfants aux spécialistes. Fac Saint Charles, lcazar, Bibliothèque Saint ndré Les petits débrouillards s installent dans les quartiers de la Rose, de Saint-Joseph et du centre ville pour proposer des animations scientifiques. Du 13 au 29 avril. P2013 t le 30 avril à 18h30, Café Science : Les boues rouges, quels impacts? Quels enjeux? Point de Bascule Les Jeudis du CNRS : La grotte Cosquer : 20 ans de recherche sur un site exceptionnel en cours de disparition, conférence de Luc Vanrell, le 2 mai à 18h. CNRS L association ndromède organise une conférence le 3 mai à 20h30 : Galaxies de toutes les couleurs: des âges sombres de l nivers à aujourd hui par Denis Burgarella, astronome au Laboratoire d strophysique de arseille. ncien Observatoire de arseille Le Souk des sciences s installe dans le 15 e arrondissement toute la journée du 10 avril, avec la couleur verte comme thématique. Parc François Billoux

77

78 Troublants face à face 78 P TR I OI N Trois années de préparation pour cette exceptionnelle exposition, Rodin, La lumière de l antique, qui s inscrit dans la continuité du travail amorcé avec Ingres et l antique ( ) au musée archéologique d rles. Le montage en fut complexe, les œuvres provenant du monde entier Pascale Picard, commissaire générale de l exposition, présente avec une grande finesse, nourrie d anecdotes et de précisions historiques, la scénographie de l exposition. Ni lourde ni didactique, elle fournit en quelques grands panneaux les informations nécessaires à la situation des faits, de leurs enjeux esthétiques. Rodin, explique-t-elle, au contraire des artistes de la Renaissance (qui vont aussi l inspirer, particulièrement ichel- nge), ne copie pas, mais continue la manière des artistes de l antiquité gréco-romaine. L objectif est d atteindre leur virtuosité, dans leur invention et leur représentation de la nature. L œuvre, comme chez les Grecs, est destinée aux dieux. insi, la première version de L homme qui marche était montée sur une colonne de 2m50 : les gens ne la voyaient pas! Soulignant cette continuité, l exposition ne se coupe pas des collections permanentes du musée, qui auraient passionné le sculpteur : ce sont de grandes toiles de tulle qui par leur transparence permettent au regard de s évader, d appréhender la porosité des genres, des époques. Le parcours de l exposition s orchestre en trois thèmes, L atelier sacré, La beauté tranquille de l antique : d phrodite à Ève, L ombre de l antique. vec en perspective l Homme qui marche et le Penseur, un ensemble d œuvres issues de la collection classique de Rodin sont assemblées, du Togatus de type impérial aux têtes d théna. rpenteur inlassable des musées, Rodin était un boulimique d antiquités : sa collection personnelle comprendra pièces (dont gréco-romaines) qui couvrent l histoire de l art de l Orient à l Occident. Trois fois refusé aux Beaux-arts, il s est formé par le regard, fréquentant le Louvre, le British useum. anquant d argent pour se procurer le matériel nécessaire à la peinture, il passe de longues heures à reproduire les statues : pour cela un crayon et du papier suffisent! Les statues antiques étant pour la plupart tronquées, il sculpte la tête de l Homme au nez cassé qui par son infirmité les évoque. Refusée au Salon, elle ouvre l exposition en forme de revanche posthume! Continuité et relecture Les œuvres sont installées dans une perspective qui permet leur confrontation, à travers quelques principes simples : Rodin reprend le découpage en 4 plans (jambes, hanches, torse, tête) de l art antique dont il admire la sérénité L homme qui marche, uguste Rodin, Bronze, 1905, RF.4094, 213x161x72 cm, usee d Orsay, Paris RN Grand Palais (musee d'orsay) Herve Lewandowski et la maîtrise. insi, le Diadumène (jeune athlète se ceignant du bandeau de la victoire) trouvé à Vaison, donne une nouvelle perspective à l Âge d airain, dont la perfection avait fait dire aux détracteurs de Rodin qu il s agissait d un moulage! L étude du mouvement voit son accomplissement dans l Homme qui marche. Rodin met en œuvre une esthétique de l inachèvement, le non finito de ichel-nge, pour signifier les remuements de l âme, la perpétuelle tension vers la perfection. Il accorde aux formes une vision allégorique, et relit l antique à travers l héritage judéo-chrétien : phrodite est transcrite en Ève, et la figure sereine prend un visage tourmenté. La scénographie installe avec humour l Ève de Rodin, humble, derrière la magnifique Vénus d rles, revenue dans sa région d origine le temps de l exposition. ne série de dessins, des photographies, jalonnent le couloir qui mène à l entrée de la pièce plongée dans un clair-obscur d où émergent les formes des statues, grands groupes mis en perspective, le monument à Victor Hugo avec le Laocoon. n éblouissement! utour, des formes plus petites, merveilles de finesse, comme la Centauresse, le jeune Pan retirant une épine du pied d un satyre. n écho la vidéo du théâtre du Centaure dans l atrium Cette exposition sait à la fois transcrire la pensée d un sculpteur majeur, et combler le visiteur par sa disposition qui joue avec humour de celle des grandes collections du XIXe. RYVONN COLOBNI Rodin, La lumière de l antique Jusqu au 1 er septembre d, rles Journées de l ntiquité Gaëlle Viard, maître de conférences en langue et littérature latines à l université d ix-arseille, et présidente de l J (association pour les Journées de l ntiquité), a concocté un nouveau programme passionnant : ces visites patrimoniales, conférences, et ateliers, qui ont obtenu la labellisation arseille 2013, sont une des rares manifestations qui parviennent à allier les régions PC et Languedoc-Roussillon! n ensemble de manifestations variées, érudites, régulières, ouvertes à tous dont on retrouve le détail et le calendrier sur le site :

79 Notre patrimoine religieux L association Cathédrale Vivante organise à ix dans la Cave aux Huiles un cycle de conférences érudit, les Samedis de Saint-Sauveur. L essentiel du public semble venir y chercher des points d ancrage à sa foi, mais ce patrimoine religieux appartenant aussi à l état laïc, il devrait faire le bonheur de tous! insi le 9 mars dernier c est un professeur émérite en linguistique, arie-christine Hazaël-assieux, qui consacrait son exposé à Saint-ugustin. À partir des textes et de leur contextualisation, elle a mis en évidence l originalité du personnage, dans l histoire de l église et l Histoire, son humour, la richesse de ses images, son sens de l humain. Grand spirituel, il ne concevait pas la foi comme une adhésion à une doctrine, mais comme une recherche de ce qui dépasse l homme, et encouragea la recherche scientifique. Sa nouvelle traduction permet de mieux entendre son style direct, et même parfois, au détour d une formule, quelques expressions berbères, langue de sa mère, Sainte-onique. près les textes le témoignage des pierres : Xavier Delestre, Conservateur de l archéologie à la Drac, présente un état des fouilles d Hippone, épiscopat de Saint-ugustin de 396 à 430, qui devint Bône, puis nnaba. scale pour les navires au cours de la période carthaginoise, point de départ du blé pour Rome, Hippone, ville portuaire, était opulente. Sur une superficie de 60 ha dont 15 seulement ont été fouillés, on retrouve des thermes, des citernes, des bassins d agrément, des fontaines, un théâtre, des villas, de superbes mosaïques. ais dès les premières fouilles en 1833 les erreurs s accumulent, on reconstruit pour donner un côté monumental aux ruines, on n effectue pas de relevés précis des lieux ni des objets, si bien que les indices permettant de déterminer la fonction des bâtiments sont perdus! «Fouiller, c est détruire», rappelle Xavier Delestre. insi rwan arec, en 1957, accomplira un travail considérable mais partial : il pense avoir découvert la basilique de Saint-ugustin, triture la documentation scientifique, détruit et reconstruit des murs pour que les vestiges corroborent ses intuitions! Le sable coquillier qu il utilise le trahit aujourd hui, il n est pas antique! Xavier Delestre insiste sur la difficulté des missions, sur le paradoxe aussi de la notoriété du lieu, due à l importance de Saint-ugustin, qui excède la quantité des vestiges. t comme dans tous les pays où les religions se sont succédées, une étrange destinée des objets : c est dans la mosquée d nnaba que l on trouve aujourd hui les chapiteaux corinthiens RYVONN COLOBNI Cette double conférence a eu lieu le 9 mars à ix Vue generale de la Basilique Saint-ugustin Robledo

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Fiche Collection Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Une collection de livres concrets et amusants pour se repérer dans le monde des grands. SOMMAIRE Introduction p. 1 Fiche 1 L Europe p. 2 Fiche

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture 100 suggestions d activités pour la Fête de la culture Voici quelques suggestions pour vous aider à planifier vos activités de la Fête de la culture. Ces exemples ont été tirés des quelque 7 000 activités

Plus en détail

MARSEILLE-PROVENCE 2013 une année CAPITALE!

MARSEILLE-PROVENCE 2013 une année CAPITALE! MARSEILLE-PROVENCE 2013 une année CAPITALE! Sommaire 1. Capitale Européenne de la Culture, un événement d envergure internationale 2. Que se passera t-il en 2013? 3. Quelles perspectives pour les entreprises?

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE

PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE 2014 2020 ÉDITO Madame, Monsieur, Le projet de politique d action culturelle de Garges-lès-Gonesse que nous vous présentons est le fruit d une étude menée au sein

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Clémentine Crochet PARTENARIATS 2011/2012. Arts et territoires numériques. Baptiste Brentot

Clémentine Crochet PARTENARIATS 2011/2012. Arts et territoires numériques. Baptiste Brentot Clémentine Crochet PARTENARIATS 2011/2012 Baptiste Brentot Arts et territoires numériques Baptiste Brentot Arts et territoires numériques Acteur des arts et cultures numériques en France, Seconde Nature

Plus en détail

Reprise d un espace de travail, de création et de résidences d artistes

Reprise d un espace de travail, de création et de résidences d artistes Reprise d un espace de travail, de création et de résidences d artistes Objet : «conduire un projet artistique autour de résidences d artistes» Lieu : «La Voilerie Danses» (association Son Icône Danse)

Plus en détail

Les espaces urbains comme ressource artistique

Les espaces urbains comme ressource artistique Café-débat «L art et la ville» 5 décembre 2013 L art est acteur de la fabrication de la ville. Quel rôle joue-t-il exactement? Pour la fabrication de quelle ville? Les intervenants Vincent Prieur et Clara

Plus en détail

Dossier de sensibilisation

Dossier de sensibilisation Le grand jeté! Dossier de sensibilisation Contact administratif Annick Boisset : 06 80 54 64 04 / administration@legrandjete.com Contact artistique Frédéric Cellé : 06 72 98 42 50 / artistique@legrandjete.com

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

«Comment développer le partenariat entre associations et entreprises sur le territoire de la métropole Lilloise?»

«Comment développer le partenariat entre associations et entreprises sur le territoire de la métropole Lilloise?» «Comment développer le partenariat entre associations et entreprises sur le territoire de la métropole Lilloise?» UNE EXEMPLE D ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF TRANS-SECTORIEL (CBE Roubaix Tourcoing et CBE Lille

Plus en détail

La charte régionale des manifestations sportives de nature

La charte régionale des manifestations sportives de nature La charte régionale des manifestations sportives de nature Le texte et la fiche d adhésion à remplir par le signataire La réussite d une manifestation sportive de nature n est possible que si un certain

Plus en détail

COUP DE POKER COMPAGNIE. Un spectacle d une richesse foisonnante. Le Dauphiné Vaucluse. Drôle, émouvant. Les comédiens sont remarquables.

COUP DE POKER COMPAGNIE. Un spectacle d une richesse foisonnante. Le Dauphiné Vaucluse. Drôle, émouvant. Les comédiens sont remarquables. Un spectacle d une richesse foisonnante. Le Dauphiné Vaucluse Drôle, émouvant. Les comédiens sont remarquables. Avignews Une mise en scène délicieusement fantastique et pleine d invention. Les Trois Coups

Plus en détail

LA MAISON DE LA BARTHE

LA MAISON DE LA BARTHE NOUVEL ESPACE MUNICIPAL LA MAISON DE LA BARTHE La nature en cœur de ville DOSSIER DE PRESSE Dossier de Ouverture presse décembre mars 2014 2013 www.dax.fr www.dax.fr SOMMAIRE Le poumon vert du cœur de

Plus en détail

DIVISION DES PERSONNES HANDICAPÉES

DIVISION DES PERSONNES HANDICAPÉES Du 12 janvier au 31 décembre 2013 PAVILLON M Place Villeneuve- Bargemon Quai du Port 13002 Plateforme d information, le Pavillon «M» offre un concentré de la programmation Structure éphémère de 3000 m²,

Plus en détail

M A R S E I L L E - P R O V E N C E 2 0 1 3 une a n n é e C A P I T A L E!

M A R S E I L L E - P R O V E N C E 2 0 1 3 une a n n é e C A P I T A L E! M A R S E I L L E - P R O V E N C E 2 0 1 3 une a n n é e C A P I T A L E! Sommaire 1. Point d avancement sur la préparation de la Capitale Européenne de la Culture 2. Quel impact touristique pour les

Plus en détail

4 E ÉDITION. En centre-ville : > Samedi 14 juin (12h30-19h30) : place Graslin + cours Cambronne + cinéma le Katorza + espace Cosmopolis

4 E ÉDITION. En centre-ville : > Samedi 14 juin (12h30-19h30) : place Graslin + cours Cambronne + cinéma le Katorza + espace Cosmopolis SPOT 4 E ÉDITION APPEL À PROJETS SPOT est un événement jeunesse porté par la Ville de Nantes dont l ambition est de valoriser l engagement, les talents, la créativité et l innovation en favorisant l expression

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle»

Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle» Plan-relief de Marseille, dit Plan Lavastre, 1848 1850, musée d'histoire de Marseille photo W. Govaert Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle» Les lendemains

Plus en détail

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 M le Président directeur général de l Ifremer, M. le Directeur de l INSU, Mesdames et Messieurs les délégués nationaux

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Les racines de l entreprise sont ses valeurs, qui donnent un sens à son développement. Guy Finley

Les racines de l entreprise sont ses valeurs, qui donnent un sens à son développement. Guy Finley Les racines de l entreprise sont ses valeurs, qui donnent un sens à son développement Guy Finley -2- Le patrimoine immatériel de votre entreprise : ses valeurs. Dans un monde en crise où la concurrence

Plus en détail

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin Rénovation hôtel Biron Dossier de presse p.2 Rénovation du musée Rodin 2012-2015 Des travaux à partir de 2010 et un plan de financement de 15,5

Plus en détail

Proposition artistique : Cie T. Public, association d idées.

Proposition artistique : Cie T. Public, association d idées. Proposition artistique : Cie T. Public, association d idées. Projet culturel de création en quatre phases, et quatre actes en accompagnement du programme de requalification urbaine de la ville de Saint-Quentin,

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales Le jeu des Zoolalas ou des inégalités mondiales et nationales Objectif : L objectif de cette animation est de faire comprendre aux participants les inégalités qui existent entre les différents habitants

Plus en détail

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE Animations pédagogiques 2014-2015 TANINGES - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3 «Située à Taninges, au cœur de la vallée du Giffre, la Maison du Patrimoine vous emmène dans une rue reconstituée pour découvrir,

Plus en détail

Quoi? Une friche industrielle réhabilitée. Les anciens établissements Cannelle

Quoi? Une friche industrielle réhabilitée. Les anciens établissements Cannelle Quoi? Une friche industrielle réhabilitée Les anciens établissements Cannelle En 1945, la famille Cannelle, originaire du territoire de Belfort, décide de s installer en bord de Loire port des Noues, afin

Plus en détail

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE 30 ans de Génie, 30 ans d invention, d expériences, de créativité, dans des espaces nouveaux, inattendus, divers et variés. Cette recherche incessante et nécessaire, c est celle de l Utopia, c est à dire

Plus en détail

PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON

PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON Juin 2011 Préambule : «L éducation populaire c est l association inédite, originale et formidablement féconde de trois projets ; Un projet éducatif, qui est celui

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

# DOSSIER DE PRESSE #

# DOSSIER DE PRESSE # La troupe de théâtre engagé du CAC SUD 22, Les poules qui lèvent la tête Présente # DOSSIER DE PRESSE # Cette pièce mérite d être vue par un maximum de gens, elle est même d utilité publique Guy, un spectateur

Plus en détail

EXPOSITIONS PHOTO BENOIT PELLETIER

EXPOSITIONS PHOTO BENOIT PELLETIER UN ALBUM EN PLUSIEURS LIEUX POUR UNE IMMERSION DANS L UNIVERS PHOTOGRAPHIQUE DE BENOÎT PELLETIER. WWW.BENOITPELLETIER.COM REIMS 51100 RUNGIS 94150 LA CARTONNERIE 12 SEP > 21 DÉC 2013 LES HALLES BOULINGRIN

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Licence Professionnelle Conception de Projets et Médiation Artistique et Culturelle

Licence Professionnelle Conception de Projets et Médiation Artistique et Culturelle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Conception de Projets et Médiation Artistique et Culturelle Université Bordeaux Montaigne Vague A 2016-2020 Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Dimanche 25 septembre. La Région fête les parcs naturels régionaux : Lagnes accueille la fête du Parc du Luberon

Dimanche 25 septembre. La Région fête les parcs naturels régionaux : Lagnes accueille la fête du Parc du Luberon D O S S I E R D E P R E S S E Dimanche 25 septembre La Région fête les parcs naturels régionaux : Lagnes accueille la fête du Parc du Luberon sur le thème «L eau, ressource vivante» Contact presse : Solgne

Plus en détail

Guide de découverte de Quiberon accessible à tous 2013

Guide de découverte de Quiberon accessible à tous 2013 Guide de découverte de Quiberon accessible à tous 2013 Auteur F. Henry 19 février 2013 Sommaire 1/ L Office du tourisme Horaires d ouverture page 1 Nos services page 2 Animations page 2/3 2/ Patrimoine

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT EMERGENCE(S) 2012 Festival de la jeune création artistique locale - Théâtre - - Musique - - Danse - - Jeune public - - Rue - - Photographie - - Arts plastiques - PRESENTATION DE

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne.

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION La commune de Flagy Mai 2014 département de Seine-et-Marne Hôtel du Département CS 50377 77 010 Melun cedex tél. : 01 64 14 77 77 seine-et-marne.fr

Plus en détail

Progression en éducation musicale au cycle 3

Progression en éducation musicale au cycle 3 Progression en éducation musicale au cycle 3 BO n 3 du 19 juin 2008 : «à la fin du cycle 3, l'élève est capable de: Interpréter de mémoire une chanson ; participer avec exactitude à un jeu rythmique ;

Plus en détail

Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org

Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org APPEL A PROJET JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE 2015 «Le patrimoine du XXIè siècle, une histoire d avenir» En Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Merville-Franceville. passe au durable!

Merville-Franceville. passe au durable! Du 23 mars au 7 avril Merville-Franceville passe au durable! Contact presse : Virginie QUENTRIC Tél. 02 31 30 43 27 vquentric@cpievdo.fr 1/10 Du 23 mars au 7 avril : Merville-Franceville passe au durable!

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

Organisations présentes dimanche 27

Organisations présentes dimanche 27 Kit d accueil des organisations d Alternatiba Paris Le Village des Alternatives Organisations présentes dimanche 27 Quartiers Eau, Energie, Zero déchet, Migrations et solidarités mondiales, Transport et

Plus en détail

Les régions, les citoyens et l Europe 16 novembre 2012

Les régions, les citoyens et l Europe 16 novembre 2012 Les régions, les citoyens et l Europe 16 novembre 2012 La conférence, modérée par Aurélien CARON, Président des Jeunes Européens-France, rassemblait les intervenants suivants : - Mercedes BRESSO, Vice-Présidente

Plus en détail

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU Améliorons ensemble la santé en Pays de la Loire. Santé publique Prenez la parole! SYNTHÈSE RENCONTRE PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Informez-vous - Participez

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Intervention du Premier ministre, François FILLON. - Sauveterre-de-Guyenne, mardi 8 septembre 2009 -

Intervention du Premier ministre, François FILLON. - Sauveterre-de-Guyenne, mardi 8 septembre 2009 - PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Intervention du Premier ministre, François FILLON - Sauveterre-de-Guyenne, mardi 8 septembre 2009 - Hôtel de Matignon 57, rue de Varenne 75007 PARIS Mesdames et messieurs

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN. Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS

RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN. Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS Vous pouvez aussi trouver ou chercher des musiciens : sur le site de la Cité

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Dossier de presse d Alternatiba Paris Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept.2015 à Paris http://alternatiba.eu/paris 15 septembre 2015 Contacts Alternatiba

Plus en détail

La Maison du Lac de Grand-Lieu, 1 an, une réussite inscrite dans le territoire et une foule de projets!

La Maison du Lac de Grand-Lieu, 1 an, une réussite inscrite dans le territoire et une foule de projets! Bouaye, le 9 octobre 2015 La Maison du Lac de Grand-Lieu, 1 an, une réussite inscrite dans le territoire et une foule de projets! Alors que la Maison du Lac de Grand-Lieu vient de souffler sa première

Plus en détail

Cent jours pour la culture

Cent jours pour la culture NOTE n 134 - Fondation Jean-Jaurès - 22 mai 2012 - page 1 Les GRECs* * Groupes d études et de recherches sur la 1 Pourquoi cent jours? Parce que de ces cent jours dépendent les mille qui suivront. 2 A

Plus en détail

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS UN ÉVÉNEMENT Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS CP02 - PARIS - SOUS EMBARGO JUSQU AU 2 AVRIL 2015 Culture Air Sports Tour Paris 2015 : Faire du 1 er Arrondissement de Paris le plus

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE FAITES VOS JEUX! AV E C SAINT- H ONORÉ-LES-BAIN S. infos www.bibracte.fr. Exposition photographique jusqu au 1 er septembre 2010

DOSSIER DE PRESSE FAITES VOS JEUX! AV E C SAINT- H ONORÉ-LES-BAIN S. infos www.bibracte.fr. Exposition photographique jusqu au 1 er septembre 2010 AV E C FAITES VOS JEUX! SAINT- H ONORÉ-LES-BAIN S DOSSIER DE PRESSE Exposition photographique jusqu au 1 er septembre 2010 Rencontres autour de Bibracte du 15 juin au 24 août 2010 infos www.bibracte.fr

Plus en détail

de et avec Emilie Trasente,

de et avec Emilie Trasente, de et avec Emilie Trasente, Aide à la mise en scène : Laure Meurisse Création sonore et musicale : Massimo Trasente Spectacle de clown et marionnette A partir de 4 ans / Durée 40 minutes Production Contact

Plus en détail

Coupe du Monde de Cascade de Glace. Vendredi 31 Janvier et Samedi 01 Février 2014 Champagny-en-Vanoise (73) Dossier de partenariat

Coupe du Monde de Cascade de Glace. Vendredi 31 Janvier et Samedi 01 Février 2014 Champagny-en-Vanoise (73) Dossier de partenariat Coupe du Monde de Cascade de Glace Vendredi 31 Janvier et Samedi 01 Février 2014 Champagny-en-Vanoise (73) Dossier de partenariat Bonjour et bienvenue! Un accueil chaleureux qui brise la glace Suite à

Plus en détail

Maison et jardins de. Claude Monet. carnet de jeux 5/8. ans. Ce carnet appartient à : ... J ai... ans Date de ma visite à Giverny : ...

Maison et jardins de. Claude Monet. carnet de jeux 5/8. ans. Ce carnet appartient à : ... J ai... ans Date de ma visite à Giverny : ... Maison et jardins de Claude Monet carnet de jeux 5/8 ans Ce carnet appartient à :.............................................................. J ai.................... ans Date de ma visite à Giverny

Plus en détail

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com 7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com Notre approche Riofluo, studio de création visuelle et d événementiel artistique, spécialisé en Street Art, développe une démarche

Plus en détail

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 BILAN Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 Présentation de la démarche Faire de la prospective paysagère avec les habitants Dans le cadre du plan Paysage et Biodiversité de la plaine

Plus en détail

YEAR BOOK 2015 KIT ANNONCEUR

YEAR BOOK 2015 KIT ANNONCEUR YEAR BOOK 2015 KIT ANNONCEUR DEPUIS 1985 LE CONFORT MODERNE Désir, plaisir et indépendance Fonderie, Confort 2000 (magasin d électroménager) puis lieu culturel, le Confort Moderne est une enclave industrielle

Plus en détail

Soutenez notre Festival, Communiquez de façon originale! Mairie de Lanton Pôle Animation

Soutenez notre Festival, Communiquez de façon originale! Mairie de Lanton Pôle Animation Soutenez notre Festival, Communiquez de façon originale! Mairie de Lanton Pôle Animation www.les-toiles-de-mer.fr Le mot du Maire Ancré chaque année début du mois d avril à Lanton, selon une tradition

Plus en détail

Projet disciplinaire d ouverture culturelle en Lettres Histoire. «Paris ville cosmopolite, citoyenne et de diversités culturelles»

Projet disciplinaire d ouverture culturelle en Lettres Histoire. «Paris ville cosmopolite, citoyenne et de diversités culturelles» Lycée Professionnel Jules MICHELET 1, rue Jules Michelet 94120 FONTENAY SOUS BOIS Tél. : 01.48.75.64.85 Fax : 01.48.75.80.87 Projet disciplinaire d ouverture culturelle en Lettres Histoire THEME «Paris

Plus en détail

CROZON / MORGAT. Du 16 au 25 Octobre 2015. 2 Week-End d animations. Venez partager l événement Mondial de cette fin d année

CROZON / MORGAT. Du 16 au 25 Octobre 2015. 2 Week-End d animations. Venez partager l événement Mondial de cette fin d année CROZON / MORGAT Du 16 au 25 Octobre 2015 Crédit Photo : Py'cs photographie/ Pierre-Yves Baraër Conception Graphique : JT / Aloha Attitude Coupe du Monde de Windsurf Discipline VAGUE Presqu île Paddle Race

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

«Ose Ton Village» Les foyers ruraux 1946-2016

«Ose Ton Village» Les foyers ruraux 1946-2016 «Ose Ton Village» Les foyers ruraux 1946-2016 Ce deuxième numéro nous accompagnera plus avant vers le Village Ephémère dont l architecture se précise de jour en jour, grâce aux pierres que chacun des participants

Plus en détail

LA COMPAGNIE INTENTION

LA COMPAGNIE INTENTION Création Août 2013 Mise en scène : Cédric Le Stunff Comédiens marionnettistes : Ludovic Harel et Jérôme Guillot Création musicale : Stéphane Babiaud Création lumière : Cyril Lepage Costumes : Eva Malmasson

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATION

CATALOGUE DE PRESTATION UN AUTRE REGARD SUR LA NATURE CATALOGUE DE PRESTATION Présentation Nos prestations Conditions tarifaires Contacts ASSOCIATION GRANDEUR NATURE - PRATS HAUTS - 05350 CHATEAU VILLE VILLE 06 99 52 55 05 -

Plus en détail

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat,

Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Monseigneur, Monsieur le recteur, chancelier des universités de Paris, Monsieur le ministre d Etat, Excellences Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, Madame la déléguée générale de la Cité, Madame la

Plus en détail

VISUEL AFFICHE FESTEJADES 2015 DOSSIER INSCRIPTION & REGLEMENT

VISUEL AFFICHE FESTEJADES 2015 DOSSIER INSCRIPTION & REGLEMENT CONCOURS VISUEL AFFICHE FESTEJADES 2015 DOSSIER INSCRIPTION & REGLEMENT Les Festéjades, cela vous inspire? Que vous soyez artiste amateur, professionnel, plasticien, laissez parler votre imagination et

Plus en détail

VIVRE ENSEMBLE À TRAVERS LE QUÉBEC MONTREAL/QUÉBEC/CHARLEVOIX

VIVRE ENSEMBLE À TRAVERS LE QUÉBEC MONTREAL/QUÉBEC/CHARLEVOIX VIVRE ENSEMBLE À TRAVERS LE QUÉBEC MONTREAL/QUÉBEC/CHARLEVOIX Dans le cadre du Vivre ensemble en français, enjeu essentiel de la planification stratégique 2014-2018 de la CSMB, le volet Vivre ensemble

Plus en détail

TOUT L MONDE DEHORS 2014

TOUT L MONDE DEHORS 2014 TOUT L MONDE DEHORS 2014 VILLE DE LYON DIRECTION DES EVENEMENTS ET DE L ANIMATION ORIENTATIONS GENERALES 2014 Après 12 ans d existence, Tout l monde dehors continuera à proposer, dans les 9 arrondissements

Plus en détail

LE CANNET. des expositions. Catalogue. Paysage naturel - Paysage construit

LE CANNET. des expositions. Catalogue. Paysage naturel - Paysage construit Catalogue Sur les pas de Bonnard au Cannet... Catalogue de l exposition des travaux en arts plastiques des élèves du Cannet Paysage naturel - Paysage construit des expositions LE CANNET Année Scolaire

Plus en détail

LES MEDIATHEQUES ET BIBLIOTHEQUE DE TALENCE UN RESEAU OUVERT A TOUS

LES MEDIATHEQUES ET BIBLIOTHEQUE DE TALENCE UN RESEAU OUVERT A TOUS Editorial 2 LES MEDIATHEQUES ET BIBLIOTHEQUE DE TALENCE UN RESEAU OUVERT A TOUS En permettant un libre accès aux livres et autres sources documentaires, ce service public contribue aux loisirs, à l information,

Plus en détail

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE Le MuséAl a ouvert ses portes au début du mois d Octobre 2013. Il permet d accueillir les élèves dans un cadre contemporain

Plus en détail

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 BIENVENUE A L ECOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 1 re année du 1 er cycle du secondaire ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 1 re secondaire Informations École secondaire des Patriotes

Plus en détail

Le Musée de la Banque nationale de Belgique

Le Musée de la Banque nationale de Belgique Chapitre Le Musée de la Banque nationale de Belgique Le Musée se veut ouvert au plus grand nombre. Il s intègre dans la politique de communication de la Banque nationale, tournée vers le grand public et

Plus en détail

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE VALLET. Septembre SEPTEMBRE > >DÉCEMBRE. www.cc-vallet.fr

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE VALLET. Septembre SEPTEMBRE > >DÉCEMBRE. www.cc-vallet.fr COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE VALLET 2015 2014 Septembre SEPTEMBRE > >DÉCEMBRE Décembre agenda AGENDA www.cc-vallet.fr Contes jeune public «Le Petit Son a disparu» Avec Bruno Millischer, conteur et Patrick

Plus en détail

Festival de la Camargue - Du 13 au 19 mai 2015 A la découverte des sites classés de Camargue Gardoise

Festival de la Camargue - Du 13 au 19 mai 2015 A la découverte des sites classés de Camargue Gardoise La biologie des chauves-souris - Du 13 au 19 mai 2015 FILM de Tanguy Stoecklé: «UNE VIE DE GRAND RHINOLOPHE» Contexte : Le festival de la Camargue est le rendez-vous incontournable des amoureux des oiseaux

Plus en détail

Ça se passe à Marseille Du 6 Août au 12 Août

Ça se passe à Marseille Du 6 Août au 12 Août VISITES GUIDEES A PIED Inscription obligatoire à l Office de Tourisme Tarif : 7, 9 ou 12 euros / enfant de 12 ans gratuit Vieux Marseille Quartier du Panier Lundi 6 et samedi11 août rdv à 10h30 à l Office

Plus en détail

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 2015 Répertoire culturel Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 La culture, un art de vivre à Eastman Nul doute que la notoriété d Eastman comme village de culture n

Plus en détail

ÉVALUATION DES ASPECTS PUBLICITAIRES DU MATÉRIEL DIDACTIQUE

ÉVALUATION DES ASPECTS PUBLICITAIRES DU MATÉRIEL DIDACTIQUE ÉVALUATION DES ASPECTS PUBLICITAIRES DU MATÉRIEL DIDACTIQUE Enseignement primaire et secondaire Ministère de l Éducation Direction des ressources didactiques Bureau d approbation du matériel didactique

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 MUSEE DES BEAUX-ARTS Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 Découvrir le musée en s amusant, apprendre à regarder les œuvres d art et les objets, créer en toute liberté dans l atelier toutes

Plus en détail

Edito. Mercredi 16 septembre Cher(e)s ami(e)s, Pour leur 32e édition, les Journées européennes du patrimoine PROGRAMME

Edito. Mercredi 16 septembre Cher(e)s ami(e)s, Pour leur 32e édition, les Journées européennes du patrimoine PROGRAMME PROGRAMME Edito Mercredi 16 septembre Cher(e)s ami(e)s, Pour leur 32e édition, les Journées européennes du patrimoine (JEP) nous invitent à redécouvrir les trésors du passé, à nous replonger dans les œuvres

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

contemporanéité Grèce habitation

contemporanéité Grèce habitation Photos George Fakaros. 1. Une magnifique maison en Grèce comme celles qui font tant rêver. 2. La nuit, la belle demeure scintille et se révèle aux regards. Tradition et contemporanéité A Anavyssos, entre

Plus en détail

www.culture-a-vie.com

www.culture-a-vie.com DOSSIER DE PRÉSENTATION Une solution contre la NON-TRAITANCE des personnes âgées Voir le clip www.non-traitance.com De l ambition culturelle et de loisirs pour les aînés Contact informations Carine Jondeau,

Plus en détail

Discours. Dammarie-les-Lys, lundi 16 janvier 2012

Discours. Dammarie-les-Lys, lundi 16 janvier 2012 Discours Discours de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l'occasion de la présentation du rapport de la mission de réflexion sur les méthodes d apprentissage

Plus en détail