«Berlin, hier et aujourd hui Un exemple de réconciliation»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Berlin, hier et aujourd hui Un exemple de réconciliation»"

Transcription

1 «Berlin, hier et aujourd hui Un exemple de réconciliation» par Stephan Martens Recteur de l académie de la Guadeloupe Conférence Mercredi 21 octobre 2013 MGEN section Guadeloupe Madame la Directrice de la MGEN, Monsieur le Président de la section départementale de la MGEN, Monsieur le vice-président, Madame la responsable du club des retraités, Mesdames et Messieurs les membres du club, Madame Blanche Barbat, qui nous a sollicités, Bonjour, Guten Tag, Buongiorno, permettez-moi tout d abord de remercier Madame Josy-Anne Arekian, ma directrice de cabinet, pour ses mots introductifs, ainsi que Monsieur Jérôme Pelé, son assistant, qui assure la «logistique». Je me propose de vous tracer une «petite» histoire de Berlin petite, car nous ne disposons pas de beaucoup de temps de 1945, «heure zéro» pour la capitale allemande, jusqu à nos jours avec l essor impressionnant de cette ville, au point que certains journalistes ont parlé de l avènement de la «République de Berlin». Rappel du contexte historique : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le peuple allemand avait atteint un degré d épuisement et de désarroi sans précédent dans son histoire. 3 millions de civils et 4 millions de soldats sont morts, des millions de soldats sont prisonniers. La plupart des grandes villes allemandes sont détruites à plus de 50 %. On parle de Trümmerlandschaft : paysages de ruines et les Trümmerfrauen (femmes des décombres / des ruines), particulièrement valeureuses à Berlin (détruite à 80 %), vont dégager plus de 400 millions de mètres cube de débris. 7,5 millions d Allemands se retrouvent sans possibilité de logement. 20 % de sites de production, 40 % des infrastructures de communication, 50 % des écoles sont détruits. Par dessus tout, il y avait le poids de la culpabilité : la dictature nazie avait plongé l Europe et le monde dans un conflit mondial effroyable, avec la mort de 55 millions d hommes entre 1939 et millions de Juifs et 1 million de Tsiganes ont été assassinés dans les camps d extermination. Les Alliés (Américains, Soviétiques, Britanniques et Français) veulent

2 «punir» l Allemagne, en démembrer l épicentre (la Prusse) et décident ainsi d occuper le pays et Berlin en se partageant 4 zones d occupation. Mais très vite, l Allemagne devient, sous le signe de la guerre froide, un champ clos où s affrontent les Etats-Unis et l Union Soviétique. Naissent alors la République fédérale d Allemagne (RFA), à l Ouest, et la République démocratique allemande (RDA), à l Est. Berlin Ouest est sous contrôle américain, britannique et français, Berlin Est est sous contrôle soviétique. Plus ou moins libre, plus ou moins unie, la ville était en outre plus qu une ville. C était aussi le symbole de l Allemagne, ou plutôt de l Allemagne passée et peut-être de l Allemagne à venir. Cette capitale qui n en était plus une (bien que la RDA eût illégalement fait de Berlin sa capitale), cette ville occupée, c était l Allemagne abaissée et divisée. Mais aussi pour ceux qui voulaient y croire, la promesse de l unité allemande, «Die deutsche Hauptstadt im Wartestand», comme le disait le chancelier Willy Brandt, la capitale de l Allemagne en attente, la future capitale de la future Allemagne. Le Mur à la fois écarte et rapproche les deux Allemagnes, cimente la division et marque le point de départ des relations interallemandes et d une politique du rapprochement, des petits pas, de l apaisement jusqu à la «chute» du Mur le 9 novembre Le Mur de Berlin. De 1949 à 1961, date de la construction du Mur, près de 2,7 millions de personnes fuient la RDA, attirés par le «miracle» économique ouest-allemand et la liberté. Le 13 août 1961, le régime est-allemand décide d arrêter définitivement l hémorragie humaine : le «Mur», qui cimente la partition pour 28 ans, interrompt du jour au lendemain toutes les liaisons routières vers l Ouest. Si les Berlinois, touchés dans leur vie ou dans leurs amitiés, réagissent avec colère ou avec désespoir à la construction du Mur, les pays occidentaux ne réagissent pas. Personne ne pensé mourir pour Berlin! Le Mur va traverser la ville et la frontière avec la RFA devient un «couloir de la mort». Jusqu à la chute du Mur, plus de personnes ont trouvé la mort en tentant de traverser la frontière entre la RDA et la RFA, dont 136 furent tués près du Mur : la mort de Peter Fechter (âgé de 18 ans), le 17 août 1962, va frapper les opinions publiques allemande et mondiale : les gardes frontières est-allemands, après lui avoir tiré dessus, le laisseront se vider de son sang après une agonie de 45 minutes. Il n empêche que citoyens est-allemands réussiront à fuir la RDA entre 1961 et Ce que les Allemands de l Est et de l Ouest n osaient imaginer se passe vraiment : sous la pression de la population, la RDA ouvre les postes frontères vers l Ouest dans la nuit du 9 novembre. Une nuit qui est entrée dans l histoire : quelques heures ont suffi pour changer la marche du monde. Peu après les premières dépêches sur l ouverture de la frontière, un nombre croissant de Berlinois afflue vers les postes frontières. Les gardes frontières est-allemands les ouvrent, sans en avoir expressément reçu l ordre. Des citoyens de l Est et de l Ouest qui ne se connaissent pas s embrassent en riant et en pleurant. Les gens danseront sur le Mur jusqu au petit matin. L Allemagne entière pleure de joie. Cet aboutisssment a été rendu possible par une révolution de «velours» de plusieurs mois, voire années : les réformes du président Mikhaïl Gorbatchev et les mouvements de démocratisation en Hongrie et en Tchécoslovaquie. Mais aussi par le soutien des Américains aux Allemands de l Ouest : «Ich bin ein Berliner» s exclamait John F. Kennedy devant le Mur, en «M. Gorbatchev, ouvrez cette porte! M. Gorbatchev,

3 abattez ce Mur!», déclarait Ronald Reagan face à ce Mur, en Grâce aussi, et d abord, à la volonté des Allemands eux-mêmes de se «retrouver». En dehors du conflit idéologique et de la guerre froide, les Allemands de l Est et de l Ouest étaient des «frères», personne n oublie que ce sont des millions de familles qui ont été séparées malgré elles. L intérêt des dirigeants allemands était donc de toujours apaiser les tensions dans l espoir qu un jour un contexte favorable leur permette d envisager une réunification. Ce contexte favorable, c est l avènement à la tête de l Union Soviétique de M. Gorbatchev. Le chancelier Helmut Kohl («père» de la réunification en 1990) comprit que dame Fortune lui souriait lors d une douce soirée de juin 1989 : à Bonn, assis sur un muret au bord du Rhin, à côté de M. Gorbatchev. Il raconte l épisode dans ses Mémoires. Il est plus de minuit, les deux hommes s entretiennent seuls, juste accompagnés d un interprète. Le chancelier dit à son invité : «Regardez ce fleuve. Il symbolise l Histoire, elle n est pas statique. Vous pouvez contrarier un barrage. Mais l eau va se répandre sur les rives et trouvera un autre moyen de gagner la mer. Il en va de même de l unité allemande et de l unité europénne». A la grande surprise de H. Kohl, le Russe l écoute et ne trouve ensuite rien à lui objecter. De cet aparté inouï pour l époque, H. Kohl en tirera la conclusion que l homme fort de Moscou devait être aidé dans sa volonté de réformer l Union Soviétique et qu il était prêt, le moment venu, à laisser les Allemands déterminer eux-mêmes leur destin Comme H. Kohl l avait prédit, l eau du fleuve avait fini par déborder le barrage. Et M. Gorbatchev ne fit rien pour l empêcher. Le 3 octobre 1990, même pas un an après la chute du Mur, l Allemagne fête sa réunification! Après le Mur D abord, que reste-t-il de ce Mur de la «honte»? Depuis sa chute, le Mur, d abord symbole de l oppression, est devenu l emblème d un combat non violent pour la liberté. Il représente aussi l échec du communisme. Tout de suite après le 9 novembre 1989, un trafic florissant de morceaux du Mur voit le jour. Le Mur de Berlin devient même la marchandise la plus exportée de ce qui subsiste de la RDA. 95 % de l ancienne muraille sont désormais détruits, seul 1,5 km du Mur sont réparis à divers endroits de la ville de Berlin. Les autres segments reposent aujourd hui dans le monde entier. On peut contempler de nombreux bouts du Mur dans différents lieux et musées à New York, à Londres, au Vatican, au Guatemala, en Australie, en Afrique du Sud ou encore en Corée du Sud où il trône sur le «Berliner Platz», à la frontière de la Corée du Nord communiste, comme une anticipation de la chute! Plus sobrement, des tonnes du Mur ont été réduites en fragments de roche de 6,5 millimètres destinés à être utilisés comme matériau de soubassement pour la reconstruction de routes : c est ainsi que le Mur comme un dernier triomphe contre la volonté des dirigeants est-allemands gît sous forme de gravillons en dessous du réseau ferroviaire qui relie les anciennes et les nouvelles régions du pays. Au-delà, Berlin (redevenue capitale en 1999) est devenue une ville vivante, créative. Berlin est dans le vent, capitale des noctambules et des fêtards. Avec 3,4 millions d habitants, c est la plus grande ville de l Union européenne, après Londres. La culture y tient une place essentielle (Berlin a été totalement «desindustrialisée» après la Seconde guerre mondiale). Dans aucune autre métropole il n y a davantage de manifestations. Des personnes de 190 nationalités vivent dans la capitale allemande. La plus grande fête organisée en Allemagne pour fêter le nouveau millénaire, le 31 décembre 1999, se déroule naturellement à Berlin : plus de 2 millions de personnes venues d Allemagne

4 et du monde entier se réunissent à la Porte de Brandebourg pour acceuillir le XXI e siècle. En 2006, l Allemagne organise les championnats du monde de football. Elle ne sera pas championne, mais le pays tout entier est en fête : les Allemands n organisent pas seulement des championnats parfaits, ils s amusent aussi dans les villes, devant la Porte de Brandebourg surtout, avec une convivialité chaleureuse qui surprend beaucoup d étrangers. Alors, vive l Allemagne? D emblée, l économiste et essayiste Alain Minc le reconnaît : son histoire familiale «Quatre grands parents engloutis dans l Holocauste» ne le conduisait pas naturellement à faire l éloge de l Allemagne. C est pourtant chose faite dans un petit livre (Vive l Allemagne!, Grasset, 2013) où l auteur écrit comme s il rendait les armes devant l icroyable retour d une démocratie exemplaire dans un pays qui, il n y a finalement pas si longtemps, s abandonnait aux pires barbaries. Passé et réconciliation. Il faut se rappeler que pour de nombreux Allemands, le 9 novembre est une date «fatidique», parce que toute une série d événements représentant de garnds tournants se sont déroulés ce jour-là. La première République allemande a été proclamée à Berlin le 9 novembre Vingt ans plus tard, toujours le 9 novembre, la dictature nazie entama avec les pogromes de novembre sa persécution ouverte des Juifs en Allemagne. Le 9 novembre 1989, enfin, le jour où tombe le Mur de Berlin, qui marque le moment le plus heureux de l histoire allemande. Pour en arriver à ce jour «heureux», les Allemands ont du se confronter sérieusement à leur passé. La divison de l Allemagne et de Berlin était la conséquence directe de douze années de dictature nationale-socialiste. L Allemagne nazie avait entraîné l Europe dans la guerre et assassiné des millions d êtres humains. Les Allemands ont du mener un travail de mémoire approfondi, faire preuve de patience afin de se rapprocher de l Etat d Israël, de s ouvrir vers les pays d Europe centrale et orientale, en vue de tendre la main, pour tenter, moins de se faire pardonner, que de normaliser les relations. La réconciliation avec tous les pays qui ont souffert de la domination et de l oppression allemandes a été le produit d un processus extrêmement long et qui a exigé, de la part des Allemands, la reconnaissance du caractère unique de la Shoah. De même, il a fallu reconnaître que la responsabilité historique et morale est au cœur de l identité de l Etat allemand. L Allemagne nation mémorielle par excellence! Et Berlin est au cœur de ce travail de mémoire. Aujourd hui, il ne subsiste plus grandchose du Berlin dans lequel on découvrait (surtout dans la partie orientale) à tous les coins de rue les blessures de la Seconde Guerre mondiale et les nouvelles façades peintes ne portent plus les traces des salves des mitrailleuses! En revanche, de nombreux lieux de commémoration et sites mémoriels ont été érigés et s inscrivent désormais dans l urbanisme du centre ville de Berlin : il s agit, notamment, de l impressionnant Mémorial de l Holocauste aux Juifs d Europe assassinés (avec ses 2700 stèles, entre le Potsdamer Platz et la Porte de Brandebourg), du centre de documentation «Topographie de la Terreur», à l emplacement de l ancien siège central de la SS et de la Gestapo, ou encore du Nouveau musée juif. La nouvelle capitale est devenue le laboratoire actif d une mémoire tragique et multiple car si la culpabilité due aux atrocités nazies ne s est en rien estompée, derrière elle, le passé de la RDA interroge : l histoire qui aujourd hui pose problème n est plus seulement celle du nazisme, mais aussi celle de la «seconde dictature allemande», perçue à la fois

5 comme objet de rejet, comme énigme à élucider, comme histoire à assumer. Ainsi, un organisme fédéral conserve les archives de la Stasi, la police secrète de la RDA et les met à la dispostion de personnes privées, d institutions et du public dans un cadre réglementaire strict bien sûr. N oublions pas que des milliers de couples, de ménages, se sont déchirés après l ouverture des archives, on découvrit que des maris espionnaient leurs épouses et que la Stasi avait même réussi à recruter des adolescents pour espionner leurs parents. Quels sens pour la Guadeloupe? Les années 1990 sont largement marquées par l impact économique et social de la réunification et de la reconstruction de l ex-rda. L Etat allemand a adopté un «Pacte de solidarité» pour compenser les différences issues de 40 ans de partition. Une taxe de «solidarité» existe depuis 1991, c est un impôt supplémentaire affecté à la reconstruction de l ex-rda. Car il a fallu assainir tout l environnement et tout reconstruire : routes, chemins de fer, appareil industriel, logements. Les transferts publics nets vers les nouvelles régions de l Est sont, depuis 1991, en moyenne annuelle, d environ 70 milliards d euros (le tiers du budget fédéral, 4 % du PIB annuellement). Dans le monde entier, il n existe pas de programme d aide plus vaste que celui de l aide à la reconstruction de l ex-rda. Mais on on estime qu une bonne dizaine d années seront encore nécessaires pour que le niveau de vie représente 70 % à 80 % de celui de l Allemagne de l Ouest! Plus grave : un Mur dans les «têtes» subsiste. Les mentalités, voire les modes de vie, ne sont pas les mêmes d Est en Ouest. L arrogance des Allemands de l Ouest, au début des années 1990, vis-à-vis de leurs compatriotes de l Est, a laissé des traces. Le processus d unification allemand n est donc pas un passé achevé dont la fin serait marquée par la chute du Mur, mais plutôt une tâche continuelle. L on voit, à travers l unification «berlinoise», que même à l intérieur d un pays, supprimer l écart économique et surtout intégrer les membres d une société est une tâche difficile et qui prend beaucoup de temps. Quelles leçons peut-on en tirer de cette réconciliation germano-allemande et entre Allemands et peuples qui ont souffert sous le joug nazi, pour la Guadeloupe? Si un antagonisme latent entre développement économique et affirmation identitaire divise la population gaudeloupéenne, il faut bien envisager désormais des rapports nouveaux entre descendants d esclaves et descendants de colons, leurs destins étant forcément liés. Il s agit, bien sûr, de commencer par «dépassionner» les débats sur le passé. On ne viendra jamais au bout d un passé, quel qu il soit, mais il faut l étudier de manière critique, afin de mieux l accepter, l appréhender et l assumer. Le devoir de mémoire n apaise pas le malaise à l égard de l histoire et de l oubli. Il faut travailler sur le passé, et seule la connaissance historique permet de ne pas banaliser le passé. S il existe des problèmes propres aux Guadeloupéens et que les souffrances dues à la traite des Noirs et à l esclavage sont encore réelles se traduisant le plus souvent par des clivages socio-économiques qui perdurent, il faut aussi aller de l avant en vue de construire ensemble l avenir. Il est nécessaire de s engager dans un processus long, de franchir un certain nombre d étapes : reconnaître d abord les inconvénients de vivre dans les rancoeurs du passé ; reconnaître les fautes et les crimes commis par les oppresseurs et bourreaux d antan, car si aujourd hui personne ne doit plus se sentir responsable, il s agit bien de transmettre aux générations futures le sentiment d une responsabilité morale. Pour mener à bien un processus de réconciliation, il faut également que le pardon

6 soit combiné à l exigence de vérité et il faut reconnaître des intérêts communs en vue de bâtir un projet concret porté par les acteurs politiques et les membres de la société civile. Il faut aussi trouver des symboles forts, il faut découvrir des lieux de mémoire qui interpellent nous l avons vu pour Berlin le «Mémorial Acte» (Centre caribéen d expression et de mémoires de la traite et de l esclavage) en construction en Guadeloupe pourra bien incarner l idée d un passé houleux, tragique, mais partagé. Conclusion. Aller de l avant a été une nécessité pour les Berlinois (et les Allemands en général) : ni refouler, ni ruminer, telle a été la donne pendant plus d un demi-siècle pour ne pas tomber dans une névrose paralysante et pour, bien au contraire, se réconcilier avec les voisins et avec eux-mêmes! Aller de l avant est une nécessité pour la société guadeloupéenne et, pour cela, il faut également «s ouvrir» aux autres, à d autres vécus, à d autres expériences. Cette «ouverture» permet justement de dépasser une mémoire «pathologique», pour se projeter plus en avant. Il ne s agit pas de relativiser le passé de l esclavage, mais en ayant conscience que dans d autres parties du monde se sont déroulés, et se déroulent hélas toujours, des drames et des événements tragiques, on peut trouver des voies de sortie qui permettent de construire un «vivre ensemble» apaisé. Sans avoir la prétention de vouloir donner des leçons d histoire, j espère que ma «petite» histoire de Berlin aura permis de faire avancer, un tout petit au moins, votre réflexion sur le passé, la mémoire et l avenir de nos sociétés celle de la Guadeloupe en premier lieu. Merci pour votre attention. Stephan Martens

CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012

CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012 CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012 PARTIE HISTOIRE Doc. 1 : Montrez quelle est la situation particulière de Berlin par rapport à la coupure entre l Est et l Ouest, et montrez la fragilité

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

L histoire temporelle de la montre de la paix de Berlin

L histoire temporelle de la montre de la paix de Berlin L histoire temporelle de la montre de la paix de Berlin Elle mesure trois mètres, pèse plus de deux tonnes, se meut grâce à un ancien mouvement d horlogerie bénédictin, ses colonnes de marbre qui éclosent

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945.

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. 1 Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. TITRE PREMIER : LES RELATIONS EST-OUEST. * Notion d'impérialisme*. I. Le climat général des relations entre les " Alliés ". (s'interroger ). Parcourir

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

Otto, autobiographie d un ours en peluche

Otto, autobiographie d un ours en peluche Otto, autobiographie d un ours en peluche Présentation de l ouvrage Titre : Otto, autobiographie d un ours en peluche Auteur : Tomi Ungerer Editeur : Ecole des Loisirs Genre : album, fausse autobiographie

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Discours d ouverture de Sem Alassane Ouattara

Discours d ouverture de Sem Alassane Ouattara Discours d ouverture de Sem Alassane Ouattara Monsieur Daniel Kablan Duncan, Premier Ministre de la République de Côte d Ivoire, Madame Hélène Conway, Ministre des Français de l Etranger de la République

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008 DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE Varsovie Mercredi 28 mai 2008 Monsieur le Maréchal de la Diète, Monsieur le Maréchal du Sénat, Mesdames et Messieurs les Députés et

Plus en détail

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 28 avril 2015 Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 Table des matières 1 Les débuts de la construction européenne 3 1.1 Un projet

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

N 3818 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3818 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3818 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 18 octobre 2011. PROPOSITION DE LOI portant diverses mesures de reconnaissance

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation

Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation Comment l action humaine est essentielle à la reconnaissance et à la garantie des droits et libertés aujourd hui comme à l époque de la

Plus en détail

La Libération du Nord-Pas de Calais

La Libération du Nord-Pas de Calais La Libération du Nord-Pas de Calais I Une Libération éclair : 1 er au 5 septembre 1944 A La libération de la région et de la Belgique en 5 jours, du 1 er au 5 septembre : une ruée fulgurante des Alliés,

Plus en détail

243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire >Luc Barbé chercheur-associé à Etopia. barbe@telenet.be Le fait que les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki aient été

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Tiken Jah Fakoly : Je dis non!

Tiken Jah Fakoly : Je dis non! Tiken Jah Fakoly : Je dis non! Paroles et musique : Tiken Jah Fakoly / Tiken Jah Fakoly Barclay / Universal Music Thèmes L Afrique et ses problèmes. Objectifs Objectifs communicatifs : Repérer les rimes

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc.

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Allocution de Serge Leclerc Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Deuxième conférence annuelle de L Association de Planification Fiscale et Financière (APFF) Sur le thème

Plus en détail

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion.

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion. Sommaire 3 Historique 4 L identité Ludi Le jeu de la Belote est apparu en France dans les années 1920 et a connu un grand succès. Longtemps considérée comme le «jeu de cartes du peuple», la belote a conquis

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil

Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil PL Projet présenté par les députés: Mme et M.Roger Deneys, Loly Bolay, Antoine Droin Date de dépôt: Février 2010 Messagerie 2 Projet de loi Projet de loi constitutionnellle

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité

L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité Par Jean-François NIORT CAGI-GREHDIOM (UAG) SHG Jérémy RICHARD CERHIIP (Aix-Marseille III) et

Plus en détail

Kétèls Sophie 6LS Le 10 février 2010 Van Melkebeke Mary 6LG3. Le génocide des Hereros

Kétèls Sophie 6LS Le 10 février 2010 Van Melkebeke Mary 6LG3. Le génocide des Hereros Le génocide des Hereros 1 Introduction Avant de commencer à parler du génocide des Hereros, peut-être vaudrait-il la peine de définir ce qu est un génocide. Un génocide vise à l'extermination d une minorité

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation Les nouveaux programmes de l él primaire Projet soumis à consultation primaire Les nouveaux programmes sont plus courts : environ 36 pages format BO contre 104. Ils sont écrits dans un langage clair sans

Plus en détail

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société?

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Le vrai visage de l assurance Qu en est-il vraiment? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010-2 Le vrai visage de l assurance

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail