«Berlin, hier et aujourd hui Un exemple de réconciliation»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Berlin, hier et aujourd hui Un exemple de réconciliation»"

Transcription

1 «Berlin, hier et aujourd hui Un exemple de réconciliation» par Stephan Martens Recteur de l académie de la Guadeloupe Conférence Mercredi 21 octobre 2013 MGEN section Guadeloupe Madame la Directrice de la MGEN, Monsieur le Président de la section départementale de la MGEN, Monsieur le vice-président, Madame la responsable du club des retraités, Mesdames et Messieurs les membres du club, Madame Blanche Barbat, qui nous a sollicités, Bonjour, Guten Tag, Buongiorno, permettez-moi tout d abord de remercier Madame Josy-Anne Arekian, ma directrice de cabinet, pour ses mots introductifs, ainsi que Monsieur Jérôme Pelé, son assistant, qui assure la «logistique». Je me propose de vous tracer une «petite» histoire de Berlin petite, car nous ne disposons pas de beaucoup de temps de 1945, «heure zéro» pour la capitale allemande, jusqu à nos jours avec l essor impressionnant de cette ville, au point que certains journalistes ont parlé de l avènement de la «République de Berlin». Rappel du contexte historique : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le peuple allemand avait atteint un degré d épuisement et de désarroi sans précédent dans son histoire. 3 millions de civils et 4 millions de soldats sont morts, des millions de soldats sont prisonniers. La plupart des grandes villes allemandes sont détruites à plus de 50 %. On parle de Trümmerlandschaft : paysages de ruines et les Trümmerfrauen (femmes des décombres / des ruines), particulièrement valeureuses à Berlin (détruite à 80 %), vont dégager plus de 400 millions de mètres cube de débris. 7,5 millions d Allemands se retrouvent sans possibilité de logement. 20 % de sites de production, 40 % des infrastructures de communication, 50 % des écoles sont détruits. Par dessus tout, il y avait le poids de la culpabilité : la dictature nazie avait plongé l Europe et le monde dans un conflit mondial effroyable, avec la mort de 55 millions d hommes entre 1939 et millions de Juifs et 1 million de Tsiganes ont été assassinés dans les camps d extermination. Les Alliés (Américains, Soviétiques, Britanniques et Français) veulent

2 «punir» l Allemagne, en démembrer l épicentre (la Prusse) et décident ainsi d occuper le pays et Berlin en se partageant 4 zones d occupation. Mais très vite, l Allemagne devient, sous le signe de la guerre froide, un champ clos où s affrontent les Etats-Unis et l Union Soviétique. Naissent alors la République fédérale d Allemagne (RFA), à l Ouest, et la République démocratique allemande (RDA), à l Est. Berlin Ouest est sous contrôle américain, britannique et français, Berlin Est est sous contrôle soviétique. Plus ou moins libre, plus ou moins unie, la ville était en outre plus qu une ville. C était aussi le symbole de l Allemagne, ou plutôt de l Allemagne passée et peut-être de l Allemagne à venir. Cette capitale qui n en était plus une (bien que la RDA eût illégalement fait de Berlin sa capitale), cette ville occupée, c était l Allemagne abaissée et divisée. Mais aussi pour ceux qui voulaient y croire, la promesse de l unité allemande, «Die deutsche Hauptstadt im Wartestand», comme le disait le chancelier Willy Brandt, la capitale de l Allemagne en attente, la future capitale de la future Allemagne. Le Mur à la fois écarte et rapproche les deux Allemagnes, cimente la division et marque le point de départ des relations interallemandes et d une politique du rapprochement, des petits pas, de l apaisement jusqu à la «chute» du Mur le 9 novembre Le Mur de Berlin. De 1949 à 1961, date de la construction du Mur, près de 2,7 millions de personnes fuient la RDA, attirés par le «miracle» économique ouest-allemand et la liberté. Le 13 août 1961, le régime est-allemand décide d arrêter définitivement l hémorragie humaine : le «Mur», qui cimente la partition pour 28 ans, interrompt du jour au lendemain toutes les liaisons routières vers l Ouest. Si les Berlinois, touchés dans leur vie ou dans leurs amitiés, réagissent avec colère ou avec désespoir à la construction du Mur, les pays occidentaux ne réagissent pas. Personne ne pensé mourir pour Berlin! Le Mur va traverser la ville et la frontière avec la RFA devient un «couloir de la mort». Jusqu à la chute du Mur, plus de personnes ont trouvé la mort en tentant de traverser la frontière entre la RDA et la RFA, dont 136 furent tués près du Mur : la mort de Peter Fechter (âgé de 18 ans), le 17 août 1962, va frapper les opinions publiques allemande et mondiale : les gardes frontières est-allemands, après lui avoir tiré dessus, le laisseront se vider de son sang après une agonie de 45 minutes. Il n empêche que citoyens est-allemands réussiront à fuir la RDA entre 1961 et Ce que les Allemands de l Est et de l Ouest n osaient imaginer se passe vraiment : sous la pression de la population, la RDA ouvre les postes frontères vers l Ouest dans la nuit du 9 novembre. Une nuit qui est entrée dans l histoire : quelques heures ont suffi pour changer la marche du monde. Peu après les premières dépêches sur l ouverture de la frontière, un nombre croissant de Berlinois afflue vers les postes frontières. Les gardes frontières est-allemands les ouvrent, sans en avoir expressément reçu l ordre. Des citoyens de l Est et de l Ouest qui ne se connaissent pas s embrassent en riant et en pleurant. Les gens danseront sur le Mur jusqu au petit matin. L Allemagne entière pleure de joie. Cet aboutisssment a été rendu possible par une révolution de «velours» de plusieurs mois, voire années : les réformes du président Mikhaïl Gorbatchev et les mouvements de démocratisation en Hongrie et en Tchécoslovaquie. Mais aussi par le soutien des Américains aux Allemands de l Ouest : «Ich bin ein Berliner» s exclamait John F. Kennedy devant le Mur, en «M. Gorbatchev, ouvrez cette porte! M. Gorbatchev,

3 abattez ce Mur!», déclarait Ronald Reagan face à ce Mur, en Grâce aussi, et d abord, à la volonté des Allemands eux-mêmes de se «retrouver». En dehors du conflit idéologique et de la guerre froide, les Allemands de l Est et de l Ouest étaient des «frères», personne n oublie que ce sont des millions de familles qui ont été séparées malgré elles. L intérêt des dirigeants allemands était donc de toujours apaiser les tensions dans l espoir qu un jour un contexte favorable leur permette d envisager une réunification. Ce contexte favorable, c est l avènement à la tête de l Union Soviétique de M. Gorbatchev. Le chancelier Helmut Kohl («père» de la réunification en 1990) comprit que dame Fortune lui souriait lors d une douce soirée de juin 1989 : à Bonn, assis sur un muret au bord du Rhin, à côté de M. Gorbatchev. Il raconte l épisode dans ses Mémoires. Il est plus de minuit, les deux hommes s entretiennent seuls, juste accompagnés d un interprète. Le chancelier dit à son invité : «Regardez ce fleuve. Il symbolise l Histoire, elle n est pas statique. Vous pouvez contrarier un barrage. Mais l eau va se répandre sur les rives et trouvera un autre moyen de gagner la mer. Il en va de même de l unité allemande et de l unité europénne». A la grande surprise de H. Kohl, le Russe l écoute et ne trouve ensuite rien à lui objecter. De cet aparté inouï pour l époque, H. Kohl en tirera la conclusion que l homme fort de Moscou devait être aidé dans sa volonté de réformer l Union Soviétique et qu il était prêt, le moment venu, à laisser les Allemands déterminer eux-mêmes leur destin Comme H. Kohl l avait prédit, l eau du fleuve avait fini par déborder le barrage. Et M. Gorbatchev ne fit rien pour l empêcher. Le 3 octobre 1990, même pas un an après la chute du Mur, l Allemagne fête sa réunification! Après le Mur D abord, que reste-t-il de ce Mur de la «honte»? Depuis sa chute, le Mur, d abord symbole de l oppression, est devenu l emblème d un combat non violent pour la liberté. Il représente aussi l échec du communisme. Tout de suite après le 9 novembre 1989, un trafic florissant de morceaux du Mur voit le jour. Le Mur de Berlin devient même la marchandise la plus exportée de ce qui subsiste de la RDA. 95 % de l ancienne muraille sont désormais détruits, seul 1,5 km du Mur sont réparis à divers endroits de la ville de Berlin. Les autres segments reposent aujourd hui dans le monde entier. On peut contempler de nombreux bouts du Mur dans différents lieux et musées à New York, à Londres, au Vatican, au Guatemala, en Australie, en Afrique du Sud ou encore en Corée du Sud où il trône sur le «Berliner Platz», à la frontière de la Corée du Nord communiste, comme une anticipation de la chute! Plus sobrement, des tonnes du Mur ont été réduites en fragments de roche de 6,5 millimètres destinés à être utilisés comme matériau de soubassement pour la reconstruction de routes : c est ainsi que le Mur comme un dernier triomphe contre la volonté des dirigeants est-allemands gît sous forme de gravillons en dessous du réseau ferroviaire qui relie les anciennes et les nouvelles régions du pays. Au-delà, Berlin (redevenue capitale en 1999) est devenue une ville vivante, créative. Berlin est dans le vent, capitale des noctambules et des fêtards. Avec 3,4 millions d habitants, c est la plus grande ville de l Union européenne, après Londres. La culture y tient une place essentielle (Berlin a été totalement «desindustrialisée» après la Seconde guerre mondiale). Dans aucune autre métropole il n y a davantage de manifestations. Des personnes de 190 nationalités vivent dans la capitale allemande. La plus grande fête organisée en Allemagne pour fêter le nouveau millénaire, le 31 décembre 1999, se déroule naturellement à Berlin : plus de 2 millions de personnes venues d Allemagne

4 et du monde entier se réunissent à la Porte de Brandebourg pour acceuillir le XXI e siècle. En 2006, l Allemagne organise les championnats du monde de football. Elle ne sera pas championne, mais le pays tout entier est en fête : les Allemands n organisent pas seulement des championnats parfaits, ils s amusent aussi dans les villes, devant la Porte de Brandebourg surtout, avec une convivialité chaleureuse qui surprend beaucoup d étrangers. Alors, vive l Allemagne? D emblée, l économiste et essayiste Alain Minc le reconnaît : son histoire familiale «Quatre grands parents engloutis dans l Holocauste» ne le conduisait pas naturellement à faire l éloge de l Allemagne. C est pourtant chose faite dans un petit livre (Vive l Allemagne!, Grasset, 2013) où l auteur écrit comme s il rendait les armes devant l icroyable retour d une démocratie exemplaire dans un pays qui, il n y a finalement pas si longtemps, s abandonnait aux pires barbaries. Passé et réconciliation. Il faut se rappeler que pour de nombreux Allemands, le 9 novembre est une date «fatidique», parce que toute une série d événements représentant de garnds tournants se sont déroulés ce jour-là. La première République allemande a été proclamée à Berlin le 9 novembre Vingt ans plus tard, toujours le 9 novembre, la dictature nazie entama avec les pogromes de novembre sa persécution ouverte des Juifs en Allemagne. Le 9 novembre 1989, enfin, le jour où tombe le Mur de Berlin, qui marque le moment le plus heureux de l histoire allemande. Pour en arriver à ce jour «heureux», les Allemands ont du se confronter sérieusement à leur passé. La divison de l Allemagne et de Berlin était la conséquence directe de douze années de dictature nationale-socialiste. L Allemagne nazie avait entraîné l Europe dans la guerre et assassiné des millions d êtres humains. Les Allemands ont du mener un travail de mémoire approfondi, faire preuve de patience afin de se rapprocher de l Etat d Israël, de s ouvrir vers les pays d Europe centrale et orientale, en vue de tendre la main, pour tenter, moins de se faire pardonner, que de normaliser les relations. La réconciliation avec tous les pays qui ont souffert de la domination et de l oppression allemandes a été le produit d un processus extrêmement long et qui a exigé, de la part des Allemands, la reconnaissance du caractère unique de la Shoah. De même, il a fallu reconnaître que la responsabilité historique et morale est au cœur de l identité de l Etat allemand. L Allemagne nation mémorielle par excellence! Et Berlin est au cœur de ce travail de mémoire. Aujourd hui, il ne subsiste plus grandchose du Berlin dans lequel on découvrait (surtout dans la partie orientale) à tous les coins de rue les blessures de la Seconde Guerre mondiale et les nouvelles façades peintes ne portent plus les traces des salves des mitrailleuses! En revanche, de nombreux lieux de commémoration et sites mémoriels ont été érigés et s inscrivent désormais dans l urbanisme du centre ville de Berlin : il s agit, notamment, de l impressionnant Mémorial de l Holocauste aux Juifs d Europe assassinés (avec ses 2700 stèles, entre le Potsdamer Platz et la Porte de Brandebourg), du centre de documentation «Topographie de la Terreur», à l emplacement de l ancien siège central de la SS et de la Gestapo, ou encore du Nouveau musée juif. La nouvelle capitale est devenue le laboratoire actif d une mémoire tragique et multiple car si la culpabilité due aux atrocités nazies ne s est en rien estompée, derrière elle, le passé de la RDA interroge : l histoire qui aujourd hui pose problème n est plus seulement celle du nazisme, mais aussi celle de la «seconde dictature allemande», perçue à la fois

5 comme objet de rejet, comme énigme à élucider, comme histoire à assumer. Ainsi, un organisme fédéral conserve les archives de la Stasi, la police secrète de la RDA et les met à la dispostion de personnes privées, d institutions et du public dans un cadre réglementaire strict bien sûr. N oublions pas que des milliers de couples, de ménages, se sont déchirés après l ouverture des archives, on découvrit que des maris espionnaient leurs épouses et que la Stasi avait même réussi à recruter des adolescents pour espionner leurs parents. Quels sens pour la Guadeloupe? Les années 1990 sont largement marquées par l impact économique et social de la réunification et de la reconstruction de l ex-rda. L Etat allemand a adopté un «Pacte de solidarité» pour compenser les différences issues de 40 ans de partition. Une taxe de «solidarité» existe depuis 1991, c est un impôt supplémentaire affecté à la reconstruction de l ex-rda. Car il a fallu assainir tout l environnement et tout reconstruire : routes, chemins de fer, appareil industriel, logements. Les transferts publics nets vers les nouvelles régions de l Est sont, depuis 1991, en moyenne annuelle, d environ 70 milliards d euros (le tiers du budget fédéral, 4 % du PIB annuellement). Dans le monde entier, il n existe pas de programme d aide plus vaste que celui de l aide à la reconstruction de l ex-rda. Mais on on estime qu une bonne dizaine d années seront encore nécessaires pour que le niveau de vie représente 70 % à 80 % de celui de l Allemagne de l Ouest! Plus grave : un Mur dans les «têtes» subsiste. Les mentalités, voire les modes de vie, ne sont pas les mêmes d Est en Ouest. L arrogance des Allemands de l Ouest, au début des années 1990, vis-à-vis de leurs compatriotes de l Est, a laissé des traces. Le processus d unification allemand n est donc pas un passé achevé dont la fin serait marquée par la chute du Mur, mais plutôt une tâche continuelle. L on voit, à travers l unification «berlinoise», que même à l intérieur d un pays, supprimer l écart économique et surtout intégrer les membres d une société est une tâche difficile et qui prend beaucoup de temps. Quelles leçons peut-on en tirer de cette réconciliation germano-allemande et entre Allemands et peuples qui ont souffert sous le joug nazi, pour la Guadeloupe? Si un antagonisme latent entre développement économique et affirmation identitaire divise la population gaudeloupéenne, il faut bien envisager désormais des rapports nouveaux entre descendants d esclaves et descendants de colons, leurs destins étant forcément liés. Il s agit, bien sûr, de commencer par «dépassionner» les débats sur le passé. On ne viendra jamais au bout d un passé, quel qu il soit, mais il faut l étudier de manière critique, afin de mieux l accepter, l appréhender et l assumer. Le devoir de mémoire n apaise pas le malaise à l égard de l histoire et de l oubli. Il faut travailler sur le passé, et seule la connaissance historique permet de ne pas banaliser le passé. S il existe des problèmes propres aux Guadeloupéens et que les souffrances dues à la traite des Noirs et à l esclavage sont encore réelles se traduisant le plus souvent par des clivages socio-économiques qui perdurent, il faut aussi aller de l avant en vue de construire ensemble l avenir. Il est nécessaire de s engager dans un processus long, de franchir un certain nombre d étapes : reconnaître d abord les inconvénients de vivre dans les rancoeurs du passé ; reconnaître les fautes et les crimes commis par les oppresseurs et bourreaux d antan, car si aujourd hui personne ne doit plus se sentir responsable, il s agit bien de transmettre aux générations futures le sentiment d une responsabilité morale. Pour mener à bien un processus de réconciliation, il faut également que le pardon

6 soit combiné à l exigence de vérité et il faut reconnaître des intérêts communs en vue de bâtir un projet concret porté par les acteurs politiques et les membres de la société civile. Il faut aussi trouver des symboles forts, il faut découvrir des lieux de mémoire qui interpellent nous l avons vu pour Berlin le «Mémorial Acte» (Centre caribéen d expression et de mémoires de la traite et de l esclavage) en construction en Guadeloupe pourra bien incarner l idée d un passé houleux, tragique, mais partagé. Conclusion. Aller de l avant a été une nécessité pour les Berlinois (et les Allemands en général) : ni refouler, ni ruminer, telle a été la donne pendant plus d un demi-siècle pour ne pas tomber dans une névrose paralysante et pour, bien au contraire, se réconcilier avec les voisins et avec eux-mêmes! Aller de l avant est une nécessité pour la société guadeloupéenne et, pour cela, il faut également «s ouvrir» aux autres, à d autres vécus, à d autres expériences. Cette «ouverture» permet justement de dépasser une mémoire «pathologique», pour se projeter plus en avant. Il ne s agit pas de relativiser le passé de l esclavage, mais en ayant conscience que dans d autres parties du monde se sont déroulés, et se déroulent hélas toujours, des drames et des événements tragiques, on peut trouver des voies de sortie qui permettent de construire un «vivre ensemble» apaisé. Sans avoir la prétention de vouloir donner des leçons d histoire, j espère que ma «petite» histoire de Berlin aura permis de faire avancer, un tout petit au moins, votre réflexion sur le passé, la mémoire et l avenir de nos sociétés celle de la Guadeloupe en premier lieu. Merci pour votre attention. Stephan Martens

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin Le mur de Berlin Activités pédagogiques et ateliers Sommaire Le mur de Berlin I. Rappels historiques Pourquoi a-t-on construit un mur à Berlin? Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

FICHE-PROFESSEUR. 1. Démarche : 2. Séquence d histoire. Objectifs : Il s agit de montrer que les arts populaires peuvent s emparer de tout objet,

FICHE-PROFESSEUR. 1. Démarche : 2. Séquence d histoire. Objectifs : Il s agit de montrer que les arts populaires peuvent s emparer de tout objet, FICHES D HISTOIRE DES ARTS (3 ème ) : LE MUR DE BERLIN (Séquence d histoire) Auteur : Béatrice Legris, professeur d histoire-géographie, Collège Denis-Diderot, 95 Deuil la Barre FICHE-PROFESSEUR 1. Démarche

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

Cérémonie - Lancaster JB 139 Mardi 5 août 2014. Allocution de Philippe Paul, sénateur-maire de Douarnenez

Cérémonie - Lancaster JB 139 Mardi 5 août 2014. Allocution de Philippe Paul, sénateur-maire de Douarnenez Cérémonie - Lancaster JB 139 Mardi 5 août 2014 Allocution de Philippe Paul, sénateur-maire de Douarnenez Mesdames et Messieurs les Elus, Mesdames et Messieurs les Représentants des autorités civiles, militaires

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET SESSION 2013 Polynésie Toutes options BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Aucun Le sujet comporte 4 pages L annexe A est

Plus en détail

Soirée de Gala. Vendredi 20 novembre 2015 à 17 h Théâtre Ducourneau

Soirée de Gala. Vendredi 20 novembre 2015 à 17 h Théâtre Ducourneau Soirée de Gala Vendredi 20 novembre 2015 à 17 h Théâtre Ducourneau Monsieur le Président de Sud Management, Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie, Mesdemoiselles et Messieurs les

Plus en détail

Monsieur le directeur de l'établissement, Vincent Rousset, Mesdames Messieurs les representants de la famille Thiollier,

Monsieur le directeur de l'établissement, Vincent Rousset, Mesdames Messieurs les representants de la famille Thiollier, Mesdames, Messieurs, les parents d'élèves, Monsieur le directeur de l'établissement, Vincent Rousset, Mesdames Messieurs les representants de la famille Thiollier, Madame Kahn, Monsieur Alexandre Chemetoff,

Plus en détail

Assemblée générale annuelle du Souvenir Français

Assemblée générale annuelle du Souvenir Français Assemblée générale annuelle du Souvenir Français Déroulé : Vendredi 17 Avril 2015 Accueil à l hôtel de Ville - SDF 14h30 Acceuil Républicain de Monsieur le Ministre de la défense 15h Allocution du MinDef

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION 5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE --------- ALLOCUTION DU COMMISSAIRE EN CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE DE LA COMMISSION

Plus en détail

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Barbara Wurster Chef du service Politique européenne de la jeunesse Ministère fédéral

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 3 ème Période historique : XXème siècle Moment choisi : Guerre de Corée Thématique : Arts, Etats, pouvoir Sujet : Guerre froide Domaine artistique : Art du visuel Œuvre : Massacre

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012

CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012 CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012 PARTIE HISTOIRE Doc. 1 : Montrez quelle est la situation particulière de Berlin par rapport à la coupure entre l Est et l Ouest, et montrez la fragilité

Plus en détail

De la co-existence pacifique au bord du gouffre : La fragilité du système international (1953-1962)

De la co-existence pacifique au bord du gouffre : La fragilité du système international (1953-1962) De la co-existence pacifique au bord du gouffre : La fragilité du système international (1953-1962) 2. La mort de Staline (mars 1953) : Une nouvelle ère? 3. Nikita Khrouchtchev (1894-1971) La succession

Plus en détail

DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004. ÉPREUVE ORALE (0h30)

DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004. ÉPREUVE ORALE (0h30) DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004 ÉPREUVE ORALE (0h30) EXERCICE 1 - IDENTIFICATION D ÉLÉMENTS SIGNIFICATIFS LIÉS À LA PRONONCIATION, À L INTONATION OU À L USAGE DES REGISTRES DE

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

Deuxième Guerre mondiale

Deuxième Guerre mondiale Musée de la Défense aérienne de Bagotville Premier cycle du primaire Nom : Deuxième Guerre mondiale FICHES D HISTOIRE Cher élève, Je m appelle Charles. Je vis au Canada avec ma soeur Charlotte et nos parents.

Plus en détail

Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant, le parcours d une famille juive, les Adoner.

Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant, le parcours d une famille juive, les Adoner. http://clio-texte.clionautes.org/ensemble-d-archives-tentant-de-retranscrire-de-l-origine-de-larafle-au.html Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant,

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

DISCOURS DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA

DISCOURS DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission DISCOURS DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA A L OCCASION DE LA SIGNATURE DE L ACCORD DE DON

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

Le sort des Juifs de Saint-Amand-Montrond, été 44

Le sort des Juifs de Saint-Amand-Montrond, été 44 Le sort des Juifs de Saint-Amand-Montrond, été 44 Saint-Amand-Montrond - Bourges - Savigny-en-Septaine (Les puits de Guerry) Dans la nuit du vendredi au samedi 22 juillet j ai été réveillée violemment

Plus en détail

A propos de la future Maison diocésaine et de son implantation

A propos de la future Maison diocésaine et de son implantation Diocèse de Nantes A propos de la future Maison diocésaine et de son implantation Dossier de presse Service communication du diocèse communication@nantes.cef.fr Tel. : 02 40 74 37 97 Historique du projet

Plus en détail

Des élèves de Terminale découvrent Strasbourg

Des élèves de Terminale découvrent Strasbourg Des élèves de Terminale découvrent Strasbourg Les élèves de Terminale STG «Communication et Gestion des Ressources Humaines» ont eu la possibilité de participer à un déplacement dans la région de Strasbourg

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Partenaire de votre projet local Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Ufcv 10 Quai de la Charente 75019 PARIS Téléphone : 01 44 72 14 14 L UFCV s enracine dans

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir!

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! DOSSIER DE PRESSE Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! 11 novembre 1934 11 novembre 2014 80 ans

Plus en détail

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard pour le devoir de mémoire Pour moi un monument aux morts c est se souvenir des personnes qui se sont sacrifiées pour notre vie, et cela dans des conditions

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Atelier C09. Le live de la cellule de crise

Atelier C09. Le live de la cellule de crise Atelier C09 Le live de la cellule de crise Atelier C09 : le live de la cellule de crise Ordre de Jour Ouverture Introduction Simulation de crise : Cuba 1962 Présentation des résultats Questions / Discussion

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Ma solution de la 560 (MrMagoo)

Ma solution de la 560 (MrMagoo) Ma solution de la 560 (MrMagoo) Je ne donne ci-dessous que l essentiel de ma solution, parce qu il y a des éléments annexes que je ne tiens pas à révéler. En plus, je veux essayer de faire court, pour

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?... Table des matières Préface, Clémentine Autain... 9 Préambule... 13 1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC. Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers participants,

DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC. Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers participants, DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers Votre présence remarquée dans cette salle me procure une joie et une satisfaction

Plus en détail

Introduction. Souvenirs lancinants

Introduction. Souvenirs lancinants Introduction Souvenirs lancinants L importance tragique de l islam dans le souscontinent indien m est apparue pour la première fois à l automne 1965, lors de la deuxième guerre indo-pakistanaise. Je commençais

Plus en détail

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide?

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? 1. Doc. 1. Que représente le personnage? Le personnage représente les Etats-Unis. Doc. 1. Affiche pour le Plan Marshall,

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

LE BLEUET DE FRANCE LE BLEUET DE FRANCE

LE BLEUET DE FRANCE LE BLEUET DE FRANCE 1 LE BLEUET DE FRANCE LE BLEUET DE FRANCE La «Grande Guerre» laisse plus de 20 millions de blessés et d invalides dont certains, gravement mutilés, ne peuvent plus travailler. La Nation reconnaissante

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

1 L historien et les mémoires

1 L historien et les mémoires JE RÉVISE 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale A. L historien a mis en évidence une première période où la mémoire de la guerre est volontairement incomplète Après la Seconde Guerre

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish Natalia Krynicka Pourquoi est-ce si important de créer une bibliothèque virtuelle en yiddish d une envergure mondiale? Prenons un chercheur italien qui

Plus en détail

The Art of Hospitality, vendredi 20 juin 2014 World Refugee Day

The Art of Hospitality, vendredi 20 juin 2014 World Refugee Day The Art of Hospitality, vendredi 20 juin 2014 World Refugee Day M. le représentant du HCR, Mme la représentante de l OIM, M. Le représentant du PAM Chers collègues, Chers amis, Mesdames et Messieurs, Je

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

Histoire de l OSE - Les grandes figures

Histoire de l OSE - Les grandes figures Histoire de l OSE - Les grandes figures Jenny MASOUR-RATNER Odessa (Ukraine) 1895-1983 29 décembre 1895 : naissance d Eugénie (Jenny) Masour à Odessa (Empire russe, Ukraine actuelle), dans une famille

Plus en détail

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR / S. Aguilar UNHCR / S.Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR, Bureau pour l Europe, Bruxelles, Belgique

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

DW Radio «Learning By Ear» Emploi et Formation Infirmière. Deutsche Welle Radio «Learning By Ear» Emploi et Formation 1 : infirmière

DW Radio «Learning By Ear» Emploi et Formation Infirmière. Deutsche Welle Radio «Learning By Ear» Emploi et Formation 1 : infirmière Deutsche Welle Radio «Learning By Ear» Emploi et Formation 1 : infirmière Texte : Richard Lough, Kenya Rédaction : Ulrich Neumann, Maja Dreyer Traduction : Julien Méchaussie 1 Narrateur 1 Voice-over :

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Formation Coaching N 4

Formation Coaching N 4 Formation Coaching N 4 JOUIR DE SA VIE Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Aparté personnelle Il n y a pas de délai dans ce Coaching Chacun est libre de juger ce qui est bon pour lui Vous êtes

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Compte rendu de l Exposition. Paris-Montparnasse. Montparnasse-Tbilissi, les années 20, Hélèné Akhvlediani et Vera Pagava.

Compte rendu de l Exposition. Paris-Montparnasse. Montparnasse-Tbilissi, les années 20, Hélèné Akhvlediani et Vera Pagava. Compte rendu de l Exposition Paris-Montparnasse Montparnasse-Tbilissi, les années 20, Hélèné Akhvlediani et Vera Pagava. Musée du Montparnasse le 26 juin 2008 Les origines du projet. Après 3 années de

Plus en détail

Dorigny, le 17 juillet 2012

Dorigny, le 17 juillet 2012 Dorigny, le 17 juillet 2012 Equipe qui s est rendue aux 14 èmes Championnats du Monde Universitaires de Golf à Liberec (Tchéquie) du 2 au 7 juillet 2012 ( de gauche à droite : Coach Diego Zepettella, Chef

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail