Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014"

Transcription

1 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

2 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie du système immunitaire = Prévenir les infections Éradiquer les infections déclarées Les mécanismes = L immunité naturelle protection initiale L immunité adaptative défense tardive et plus efficace contre les infections. L immunité peut être induite par une infection ou un vaccin

3 Défenses immunitaires «Agent infectieux» (bactérie, virus, parasite) «Non soi» (greffe incompatible) «Soi modifié» (ex: cellule tumorale) Immunité innée - Cellules phagocytaires : (monocyte/macrophage, neutrophiles) - Cellules sécrétrices de médiateurs inflammatoires : (basophiles, éosinophiles, mastocytes) - Lymphocytes NK Immunité adaptative Cellules présentatrices d Ag Lymphocytes T Lymphocytes B Action retardée Action immédiate MEMOIRE

4 Définitions de l immunosénescence (1) Immunosénescence Remodelage complexe et continu du système immunitaire concomitant d une diminution de volume de tous les organes lymphoïdes avec l âge Réductions de certaines fonctions immunitaires et augmentation ou conservation d autres fonctions État de dysrégulation affectant différents niveaux de la réponse immunitaire Notion de vieillissement pathologique secondaire (immunosénescenceaccélérée) liée : Aux pathologies chroniques, infectieuses ou inflammatoires, leurs traitements, À l environnement, À la dénutrition protéino-énergétique

5 Facteurs de risques de l immunosénescence Autres facteurs contributifs de prédisposition aux infections des sujets âgés = Comorbidités : o diabète, o rhumatismes inflammatoires, o BPCO, o AVC.

6 Autres facteurs de risques de l immunosénescence (1) Carences en oligo-éléments et en vitamines : La vitamine A : rôle dans le maintien de l intégrité de l épithélium du tractus respiratoire et gastro-intestinal La vitamine E : antioxydant épuration des radicaux libres. Restaure les déclins de la fonction cellulaire des lymphocytes T, et rôle de régulateur dans la fluidité membranaire (une supplémentation en vitamine E réduction du risque d infection des voies respiratoires chez des résidents en Ehpad) La vitamine D : effet antimicrobien (une supplémentation en vitamine D renforce les défenses immunitaires contre la tuberculose) Le zinc : essentiel à l état de traces dans l organisme. Le déficit en Zinc réduit l immunité non spécifique (fonctions des PN neutrophiles, des cellules NK et l activité du complément), favorise la baisse des Lymphocytes T et B, l activité cytotoxique et la production d Anti-corps. : étude pilote de suivi de 12 mois une supplémentation en zinc chez le sujet âgé diminuerait l incidence des infections Le fer : la carence en fer associée à une baisse de l immunité à médiation cellulaire et une réduction des fonctions des PN neutrophiles baisse de l activité antibactérienne.

7 Autres facteurs de risques de l immunosénescence (2) Avec l âge les effets de l immunosénescence se cumulent avec ceux du vieillissement pathologique lié : A diverses maladies chroniques Au retentissement immunologique de leur traitement Aux agressions de l environnement + la sédentarité + la malnutrition protéino énérgétique Vieillissement du système immunitaire Gravité et fréquence des infections du sujet âgé Le doublement de l espérance de vie durant ce dernières 150 années oblige le système immunitaire à être efficace pendant une quarantaine d années de plus.

8 L immuno-déficience : conséquences Augmentation de la susceptibilité aux infections Diminution de la réponse vaccinale : (cf. âges extrêmes) Augmentation de la fréquence et la gravité des infections du sujet âgé Augmentation des phénomènes d auto-immunité Augmentation des pathologies cancéreuses Efficience du système immunitaire moindre

9 Déficit immunitaire : généralités Remodelage continu et complexe du système immunitaire Les différents niveaux de l immunité sont concernés (innée et adaptative) Diminution de volume des organes lymphoïdes Certaines fonctions immunitaires sont ainsi diminuées et d autres augmentées = état de dysrégulation touchant différents niveaux de la réponse immunitaire Augmentation de la susceptibilité des SA aux infections Diminution de leurs réponses vaccinales Phénomènes d auto-immunité Pathologies cancéreuses.

10 Mécanismes du déficit immunitaire : Altération des cellules souches hématopoïétiques et des cellules de l immunité innée et adaptative Les différents niveaux de la réponse immunitaire sont intimement liés Les altérations des barrières cutanéomuqueuses Anomalie des capacités de production de la moelle osseuse Anomalie de la maturationdes cellules souches hématopoïétiques au cours du vieillissement (diminution en nombre et en capacité d auto renouvellement) Altération de leur programme de différenciation hématopoïétique (diminution de leur capacité de s orienter vers la lignée lymphoïde, alors que le potentiel myéloïde est augmenté) La diminution en nombre des lymphocytes pro- B dans la moelle osseuse et de la capacité à se différencier en Lymphocytes pré-b La différenciation B est moins efficace (même si le nombre de cellules «mémoire» et de cellules B1 maintiennent la lymphocytose périphérique) La diminution de la coopération T/B dans les organes lymphoïdes secondaires

11 Involution thymique : Cette involution thymique = baisse progressive des Lymphocytes T naïfs Vers 50 ans 80% du thymus est composé de tissu adipeux non fonctionnel. diminution de la production de Lymphocytes T nouveaux. Cependant pas de déficit sévère de l immunité cellulaire chez le SA (mécanismes homéostasiques thymo-indépendants pour le maintien du pool des Lymphocytes T périphériques (lymphocytes T naïfs de durée de vie longue et renouvellement de lymphocytes T mémoire)) 40 % de cellules T à 20 ans 60 % de cellules T à 60 ans 90 % de cellules T à 80 ans L atrophie thymique physiologique est la cause majeure du déficit d immunocompétence des personnes âgées.

12 Homéostasie des cellules immuno compétentes : À l exception des cellules mémoires, les cellules immunocompétentes ont une durée de vie limitée dans l organisme état irréversible de sénescence (métaboliquement viable, mais incapable de se diviser) Chez le sujet âgé la répétition des stimuli antigéniques, notamment infectieux, aboutit à une expansion des cellules «mémoire» au détriment des lymphocytes naïfs Perte de la diversité du répertoire immunologique L'accumulation de cellules T mémoire remplit "l'espace immunologique". Le moindre renouvellement des cellules T naïves restreint les réponses immunes pour de nouveaux antigènes. Diversité du répertoire : maintenue jusqu à 65 ans brutale d un facteur 100 entre 65 et 75 ans

13 Immunité innéeet vieillissement (1) 1. Atteinte des barrières cutanéomuqueuses Le vieillissement lié à l altération des barrières épithéliales de la peau Des poumons Du tractus gastro-intestinal Du tractus génito-urinaire Ce qui favorise l invasion de ces tissus fragilisés par des microorganismes pathogènes Associé à des modifications des flores commensales favorisant ainsi les infections mais aussi peut interférer avec les autres rôles de la flore (ex malabsorption intestinale) Il existe une réduction des tissus lymphoïdes associés aux muqueuses réduction des réponses anticorps de type Ig A spécifiques d antigènes

14 Immunité innéeet vieillissement (2) : 2. Atteinte des cellules de l immunité innée : Diminution avec l âge de leurs capacités fonctionnelles : Phagocytaires Chimiotactisme Production de dérivés de l oxygène Les polynucléaires : rôle de l environnement Les macrophages : pas de modification de leur nombre au cours du vieillissement mais diminution d activité phagocytaire et chimiotactisme. Augmentation de la production de certaines cytokines pro-inflammatoires réponses inflammatoires prolongées. Statut pro-inflammatoire = état prédictif de morbidité et de mortalité chez le SA. Altération chez le SA de la capacité de différentiation des cellules dendritiques

15 Immunité adaptativeet vieillissement : Lymphocytes T et modifications de l immunité cellulaire Plus grande proportion de lymphocytes T CD 28 + et CD 57 + Une faible réponse proliférative Un rapport T CD 4 / T CD 8 bas ( 1) Une séropositivité CMV* * L infection à CMV est fréquente = 70 % des sujets sont immunisés après 65 ans Le CMV = l Ag le plus immuno dominant (nécessité de maintenir un répertoire antiviral large tout au long de la vie pour le contrôle de l infection) Des facteurs prédictifs de vieillissement immunitaire Séropositivité pour le CMV associée à mortalité élevée chez SA, à une réponse vaccinale contre la grippe diminuée et à un profil proinflammatoire Expansions oligoclonalesde Lymphocytes T CD 8 (CD 4 peu ou pas en cause) accumulation de T CD 8 très différenciées mémoires effectrices (peuvent représenter jusque 20 à 50 % des T CD 8 du SA de plus de 85 ans))

16 Immunité adaptativeet vieillissement : Lymphocytes B et modifications de l immunité humorale Dysrégulation : modifications du répertoire B Une baisse du nombre de L B2 = facteurs prédictifs de vieillissement du système immunitaire Avec le vieillissement de l immunité humorale stigmates de l autoimmunité chez 10 % à 20 % des sujets de plus de 60 ans La baisse de la production de l IL-2 avec l âge peut favoriser la baisse de la coopération des Lymphocytes T dans la production d anticorps par les Lymphocytes B

17 Conséquences chez le sujet âgé : Diminution de l'efficacité de l'immunosurveillance qui contribue à la susceptibilité des personnes âgées aux maladies infectieuses et possiblement aux cancers. Etude réalisée sur des sujets >80 ans : corrélation étroite entre les anomalies immunitaires et la morbidité ou la mortalité dues à des cancers ou des pneumopathies infectieuses. Khanna KV, et al. Clin. Infect. Dis. (1999) 28: Production anormale d auto-anticorps : en l'absence de manifestations cliniques correspondant à la spécificité de ces auto-anticorps (faible traduction clinique) Emergence d hémopathies lymphoïdes (en particulier LLC) et de gammapathies monoclonales (10% des sujets de plus de 80 ans).

18 Les infections chroniques : quel rôle dans ce vieillissement? Paradoxe gériatrique : Une diminution des défenses immunitaires liée à l âge persistance d infections chroniques pérennisent les réactions inflammatoires Susceptibilité accrue aux infections * *Mais certainement plus complexe..

19 Réponse vaccinale : Paradoxe gériatrique : Vaccination antigrippale chez le sujet âgé* : Bien que la réponse immune (efficacité anticorps) semble altérée, l efficience clinique est démontrée dans de nombreuses études épidémiologiques : Protection contre le virus grippal : 30 à 50 % de protection contre la maladie. Mais la vaccination diminue: o le risque de pneumonie de 50 à60 % o le risque de de mortalité et de complications sévères de 70 à 80 % o L incidence des hospitalisations de 50 à 60 % NB : Étude incluant personnes âgées institutionnalisées, on notait une réduction de 46 % de toutes les causes de mortalité chez les personnes vaccinées contre la grippe *la vaccination antigrippale des soignants permet de réduire significativement la mortalité de sujets âgés vivant en USLD (versus personnels non vaccinés). Efficacité de cette protection que si résidents aussi vaccinés

20 Marqueurs de vieillissement immunitaire «Phénotype à Risque Immunologique»(IRP) Inversion du rapport CD4/CD8 (<1) Augmentation des lymphocytes T sénescents (CD8+CD28-) Baisse des réponses prolifératives Séropositivité pour le CMV L IRP est un marqueur de fragilité et de mortalité Facteurs prédictifs d immuno-sénescence : Les altérations des barrières épithéliales et des flores commensales La séropositivité CMV associée à un taux CD4/CD8 bas La baisse des Lymphocytes B2 Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau

21 Le vieillissement du système immunitaire : en Bref Il se traduit par : Une moindre résistance aux infections Une diminution des réponses vaccinales Les cellules souches hématopoïétiques diminuent avec l âge La différenciation B est moins efficace avec l âge L atrophie thymique physiologique est la cause majeure de l immunodéficience des sujets âgés L incapacité des cellules immunocompétentes à se diviser L altération des barrières épithéliales et des flores commensales contribuent significativement à l immuno-sénescence La séropositivité CMV associée à un rapport TCD 4/ T CD 8 bas est un facteur prédictif de vieillissement Réactivations d infections : Virales chroniques (herpès, VZV) Tuberculose Mycoses, aspergillose Manifestations grippales sévères : Fréquence accrue des infections respiratoires (pneumocoque)

22 Conclusion : Vieillissement immunitaire = une réalité et non pas un mythe Mécanismes complexes Résultat d une stimulation antigénique chronique(auto-antigènes et Ag infectieux) Altération du répertoire T : o diminution cellules naïves, o accumulation des cellules «mémoires», o diminution des réponses immunitaires adaptatives Altération des «barrières» naturelles de l organisme Réduction des tissus lymphoïdes associés aux muqueuses Diminution des réponses vaccinales CMV séro + associé à une inversion CD4/CD8 = facteur prédictif de vieillissement immunitaire Susceptibilité accrue aux pathogènes et aux tumeurs

23 Autres sources bibliographiques : S.Le Gouvello, P. bongrand, G. Carcelin, A.Chevailler, E. Crétel, G. Sterkers «vieillissement du système immunitaire» A. K. Abbas, MBBS, A.A. Lichtman «les bases de l immunologie fondamentale et clinique»

24 Merci pour votre attention

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Vieillissement Immunitaire

Vieillissement Immunitaire Vieillissement Immunitaire Dr Florent Guerville Service de Gérontologie Clinique Service de Néphrologie CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164 «Composantes Innées de Réponse Immunitaire et Différenciation» 19 mars

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Guislaine Carcelain, Myriam Labalette, Mirjana Radosavljevic I-Introduction... 2 II-Caractéristiques d'une réponse-mémoire ou secondaire... 2 III-La mémoire

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

Développement du système immunitaire à la naissance

Développement du système immunitaire à la naissance Développement du système immunitaire à la naissance Sabine Le Gouvello Pierre Bongrand, Guislaine Carcelain, Alain Chevailler, Elodie Crétel, Ghislaine Sterkers. I.Introduction... 2 II.Immunité anti-infectieuse...

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles?

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Au cours du dernier congrès de la Société Française d Hématologie s est tenue une séance dédiée à

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Éviter une réponse inappropriée

Éviter une réponse inappropriée Une réponse immunitaire "efficace" Quelques rappels : Mécanismes de protection Implication du système immunitaire dans l homéostasie de l organisme Élimination de cellules en apoptose Relations potentielles

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE. Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte

VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE. Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte Généralités Prématurité : définition selon l'oms Naissance avant âge 37 semaines

Plus en détail

Le Vieillissement du Système Immunitaire

Le Vieillissement du Système Immunitaire Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière La Réponse Immune Non soi Substances étrangères Soi modifié Organisme altéré

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Système Immunitaire. Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière

Système Immunitaire. Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière I ère Partie: Le Système Immunitaire La Réponse Immune

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000.

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. La Pandémie du SIDA Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. Adultes Région/Pays infectés (%) afrique subsaharienne 8,57 antilles

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

Le Vieillissement du Système Immunitaire

Le Vieillissement du Système Immunitaire Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière I ère Partie: Le Système Immunitaire 1 La Réponse Immune Non soi Substances

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues Introduction Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées 1. La vaccination donne la grippe!? 2. La grippe, c est juste un gros rhume! 3. La vaccination contre la grippe est contreindiquée chez

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I Grippe saisonnière tout ce qu il faut savoir Monica Attinger - infirmière HPCI Forum HH /CHUV - 4 septembre 2007 La grippe saisonnière (Influenza) Infection virale du système respiratoire causée par les

Plus en détail

Actualités sur la Sclérose en Plaques

Actualités sur la Sclérose en Plaques Journée Rhône-Alpine de la Sclérose en Plaques Lyon, le 26 septembre 2015 Actualités sur la Sclérose en Plaques Pr. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

Manuel Assurance Qualité

Manuel Assurance Qualité Manuel Assurance Qualité Document énonçant la politique qualité et décrivant l'ensemble des procédures et autres composants organisationnels - Recommandations AFSSAPS (clinique) -Norme iso9001 (non-thérapeutique)

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Le monde Microbien : Partie 3 : La société microbienne : leur vie sur la terre, chez l homme

Le monde Microbien : Partie 3 : La société microbienne : leur vie sur la terre, chez l homme UE Pharmacie - Microbiologie Le monde Microbien : Partie 3 : La société microbienne : leur vie sur la terre, chez l homme Professeur Emmanuel DROUET Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Dysfonc(ons immunologiques persistantes chez les pa(ents VIH en succès thérapeu(que

Dysfonc(ons immunologiques persistantes chez les pa(ents VIH en succès thérapeu(que Dysfonc(ons immunologiques persistantes chez les pa(ents VIH en succès thérapeu(que Guislaine Carcelain Département d Immunologie, Hôpital Pi(é- Salpêtrière CIMI- Paris, UPMC- INSERM U1135 Viroteam, 10-12

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Coopération cellulaire et réponses effectrices Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Activation des lymphocytes T DC immature capture de l Ag dans les tissus cellule T activée

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 351 Principes et bases immunologiques de la vaccination GÉNÉRALITÉS DÉFINITION ET OBJECTIFS GÉNÉRAUX

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Actualités sur la vaccination grippale

Actualités sur la vaccination grippale Actualités sur la vaccination grippale Dr Christophe TRIVALLE Pôle Vieillissement, Réadaptation et Accompagnement Hôpital Paul Brousse, APHP, Villejuif christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins Formation Continue 2011 31 mars 2011 Maladies infectieuses - Immunologie & Allergie VIH & Immunité Traitements immunosuppresseurs: bilan initial, suivi et risques infectieux Pierre-Alexandre Bart Objectifs

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate UFR de Médecine de l Université de Bordeaux2 Hématologie - PCEM 2 Dr S LEPREUX 2013-2014 La moelle osseuse Introduction: L os en tant

Plus en détail

Maturation des Cellules T et des Cellules B

Maturation des Cellules T et des Cellules B Maturation des Cellules T et des Cellules B 1- Développement lymphocytaire (T & B) 2-Maturation thymique des Cellules T 3-Maturation des Cellules B dans la moelle osseuse (MO) 1-Le développement lymphocytaire

Plus en détail