Colloque. Les Actes du. Les parcs naturels et l Union pour la Méditerranée. La Garde 10 & 11 juin Organisé par Parcs nationaux de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque. Les Actes du. Les parcs naturels et l Union pour la Méditerranée. La Garde 10 & 11 juin 2010. Organisé par Parcs nationaux de France"

Transcription

1 La Garde 10 & 11 juin 2010 Organisé par Parcs nationaux de France Avec le parrainage de l Union pour la Méditerranée Les Actes du Colloque Les parcs naturels et l Union pour la Méditerranée

2

3 Colloque «Les parcs naturels et l Union pour la Méditerranée» - La Garde - 10 & 11 juin 2010 Edito Jean-Pierre Giran Président de Parcs nationaux de France Espaces naturels et vivre ensemble en Méditerranée Le Sud, terre de fraternité, de contestation, de métissage, de mélancolie L e Sud qui, de Giono à Camus, se situe toujours, où qu il se trouve, par rapport au Nord, ce Nord qui fait certes référence mais qui est trop souvent dominant. Pour nous, le Sud, c est la Méditerranée, ce grand carrefour dont parlait Braudel, peuplé de plusieurs mers, doté de plusieurs peuples, creusé de multiples civilisations. Mais une Méditerranée, définie par un territoire, un littoral, un climat qui nourrissent, sinon une unité, du moins une communauté de destins. Car, comment ne pas constater que cette mer fermée nous reste accueillante et propre que si aucun de ses bords ni de ses membres ne prend le risque de la salir et de la polluer? Comment ne pas observer que la population s y masse sur ses côtes afin d y vivre ou simplement pour la visiter? Car rien n est plus attractif que les espaces où la mer commence quand la terre finit. C est ce constat affectif et objectif que 13 pays de la Méditerranée ont fait lors du colloque parrainé par Chantal Jouanno, Secrétaire d Etat à l Ecologie, que nous avons organisé à La Garde (Var), les 10 et 11 juin dernier, sur le thème «Les parcs naturels et l Union pour la Méditerranée». Le Liban, l Israël, la Jordanie, la Turquie, la Croatie, l Albanie, la Macédoine, l Algérie, le Maroc, la Tunisie, l Italie, l Espagne et la France et les Parcs français ont trouvé là une application vertueuse de l initiative du Président de la République de réunir les peuples situés sur les deux rives. Mettre en place un tourisme durable, préserver une biodiversité commune et des espèces qui ne connaissent pas les frontières, appliquer une gouvernance partagée dont la France a démontré lors du Grenelle de l environnement l efficacité ont été à l ordre du jour des débats. Convaincus de leur avenir solidaire et de leurs intérêt communs, les parcs méditerranéens se sont d ores et déjà donnés rendez-vous pour 2011 afin d organiser un nouveau colloque au Maroc ou en Tunisie sur le thème «Nature et culture en Méditerranée». Ce projet, soutenu par l Union pour la Méditerranée est la nouvelle ambition de Parcs nationaux de France. Jean-Pierre GIRAN Président de Parcs nationaux de France Député du Var

4 Colloque «Les parcs naturels et l Union pour la Méditerranée» - La Garde - 10 & 11 juin 2010 Sessionpleniere11juin Sommaire Ouverture p.5 Jean-Pierre Giran, Président de Parcs nationaux de France Jean-Louis Masson, Maire de La Garde La Méditerranée, une communauté p.9 de nature et de destin Les territoires face aux défis méditerranéens p.9 Hubert Falco, Secrétaire d Etat à la Défense, Président de l agglomération Toulon Provence Méditerranée, Maire de Toulon Hugues Parant, Préfet du Var Marie Bouchez, Conseillère régionale en charge des parcs naturels Michel Peltier, Directeur adjoint du cabinet de Chantal Jouanno Abderrahmen Gannoun, Directeur du CAR/ASP L unité du vivant en Méditerranée p.21 Henri-Luc Thibault, Directeur du Plan Bleu Charles-François Boudouresque, Président du Conseil Scientifique du Parc national de Port-Cros Jean-Yves Perrot, Président-Directeur Général d IFRE- MER Jacques Blondel, Directeur de recherche au CNRS Raphaël Liogier, Professeur de sociologie à l IEP d Aix L unité de destin p.33 Mahir Kücük, Secrétaire d Etat adjoint au Ministère turc de l environnement et de la forêt Renaud Muselier, Président du Conseil culturel de l Union pour la Méditerranée Philippe de Fontaine Vive, Vice-Président de la BEI Jean-Pierre Nicol, Vice-Président du réseau MEDPAN Nejib Benessaiah, Coordinateur du réseau MEDWET Alain Jeudy De Grissac, Manager du programme pour la conservation marine à l UICN Nejib Benessaiah, Coordinateur du réseau MED WET Les parcs naturels, vecteurs d intégration pour les pays de l Union Européenne p.44 Message d Henri Guaino, Conseiller spécial du Président de la République, par Gilles Pennequin, Mission Interministérielle de l Union pour la Méditerranée Christophe Barbier, Directeur de la Rédaction de l Express Tables rondes p.55 Le tourisme durable et l accueil du public dans les parcs naturels de la Méditerranée p.56 L agropastoralisme dans les parcs naturels de la Méditerranée p.60 L impact des changements globaux sur les écosystèmes méditerranéens p.68 La gouvernance des espaces protégés de la Méditerranée p.74 Conclusions p.82 Jean-Luc Chiappini, Vice-Président de la Fédération des parcs naturels régionaux de France Jean-Pierre Giran, Président de Parcs nationaux de France Ateliers preparatoires 10 juin Atelier «Impact des changements globaux sur les écosystèmes méditerranéens» p.88 Atelier «La gouvernance dans les aires protégées de la Méditerranée» p.106 Atelier «L agropastoralisme dans les parcs naturels de la Méditerranée» p.123 Atelier «Le tourisme durable dans les aires protégées de la Méditerranée» p.138 Annexes p.158 Etude «Les parcs nationaux de la Méditerranée» Les réseaux et bailleurs des espaces naturels méditerranéens

5 Colloque «Les parcs naturels et l Union pour la Méditerranée» - La Garde - 11 juin 2010 Session Plénière Ouverture du colloque p.5 La Méditerranée, une communauté de nature et de destin p.9 Les territoires face aux défis méditerranéens p.9 L unité du vivant p.21 L unité de destin p.33 Les parcs naturels, vecteurs d intégration pour les pays de l Union européenne p.44 Tables rondes p.55 Le tourisme durable dans les parcs naturels de la Méditerranée p.56 L agropastoralisme dans les parcs naturels méditerranéens p.60 L impact des changements globaux sur les écosystèmes méditerranéens p.68 La gouvernance des aires protégées méditerranéennes p. 74 Conclusions p.82

6 Ouverture Jean-Jacques Fresko Rédacteur en chef de Terre Sauvage Animateur du colloque 6 Parce que cette année 2010 est l année internationale de la biodiversité, mais aussi parce que nous célébrons le cinquantième anniversaire des parcs nationaux français, c est donc un quinquagénaire fringuant et plein de projets qui vous accueille pour ce colloque. Je m appelle Jean-Jacques Fresko, je suis journaliste, je suis le rédacteur en chef de Terre Sauvage, qui est un mensuel français consacré à la nature et aux relations de l homme et la nature. J aurai jusqu à ce soir le redoutable privilège d être l animateur et j espère le facilitateur de vos travaux. À ce titre, je serai aussi le gardien de l horloge. Nous avons un programme extrêmement chargé pendant toute cette journée et je demande comme un service à tous les intervenants de veiller à m épargner le crève-cœur d avoir à les interrompre dans leurs propos, si jamais ils dépassaient leurs temps de parole. Et pour avancer tout de suite dans la voie de cette bonne pratique à laquelle je vous demande de veiller, je cède la parole à Jean-Louis Masson, maire de La Garde qui nous accueille sur son territoire, et après lui, Jean-Pierre Giran, député du Var et Président de Parcs nationaux de France donnera le coup d envoi de nos travaux de la journée. Jean-Louis Masson B onjour à tous. Je salue avec beaucoup d amitié le ministre, Hubert Falco, Monsieur le Député, Monsieur le Préfet Maritime, Monsieur le Préfet, Monsieur le Sénateur Blanc, Amiral ainsi que l ensemble des participants. Je salue tous les représentants des délégations des treize pays qui sont représentés. Deux mots sur la ville de La Garde. La Garde compte près de habitants, c est la première zone industrielle du Var, avec une implantation de la faculté de Toulon, et c est un littoral doté du cross Méditerranée qui permet de coordonner les secours en mer depuis la frontière espagnole jusqu à la frontière italienne. La ville de La Garde est très impliquée dans le cadre de vie, dans tout ce qui à trait au développement durable, et ce, depuis dix ans, puisque mon premier programme électoral pour les élections il y a Maire de La Garde 10 ans était la «Charte du développement durable, acte I». Aujourd hui, nous entamons l acte II qui envisage des initiatives dans de nombreux domaines et en particulier la préservation d une plaine méditerranéenne sensible de 800 hectares, sur laquelle un parc de découverte est en cours et qui sera un lieu d exception en matière de découverte de la nature, doté d une Maison de la nature. Je ne développerai pas plus avant les initiatives qui sont celles de la commune, mais en tout cas, je vous souhaite une excellente journée de restitution des travaux à laquelle on assistera tous avec le plus grand intérêt. Je pense d ailleurs parler sous le contrôle de chacun d entre vous, les organisateurs, bien sûr le Président des Parcs nationaux, les administrateurs, Monsieur le Sénateur, mais aussi tous les personnels, le Directeur et tous ses collaborateurs qui ont organisé ce colloque. Merci à toutes et à tous et une excellente journée de travail. Session plénière

7 Jean-Pierre Giran Président de Parcs nationaux de France 7 M onsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Amiral, Mesdames, Messieurs, mes chers collègues. l Express, nous dira, de façon un peu décalée, comment les grands médias s intercalent dans ce dialogue entre le citoyen et les responsables. Le colloque auquel vous convie Parc nationaux de France est né de la rencontre d une grande ambition et d un anniversaire. La grande ambition, vous la connaissez, c est l Union pour la Méditerranée. C est une ambition qui est portée par le Président de la République et qui vise à faire de la Méditerranée un territoire de dialogues, d échanges, de prospérité et de paix. Belle ambition, vieille ambition, mais qui méritait d être affirmée et renouvelée. L anniversaire, c est d abord le fait que 2010 est l année internationale de la biodiversité, et c est aussi pour nous le cinquantième anniversaire des Parcs Nationaux qui ont été créés en L objectif de ce colloque est d étudier s il peut exister un modèle qui permette de gérer les espaces naturels méditerranéens ou, tout du moins, si des convergences fortes et des échanges d expériences utiles peuvent intervenir. Pour ce faire, il convenait de mieux connaître l attitude et l ambition des territoires face aux défis méditerranéens, et je remercie notamment Hubert Falco de nous indiquer comment le département du Var et Toulon Provence Méditerranée s inscrivent dans cette perspective. Je remercie également la représentante de Michel Vauzelle de nous indiquer comment la région, elle aussi, a cette stratégie. Et puis je salue le Directeur du CAR/ASP, Monsieur Gannoun qui a la responsabilité de tous les espaces protégés exceptionnels en Méditerranée dans le cadre de la Convention de Barcelone. Il fallait aussi ce colloque sans doute pour mieux appréhender l unité du vivant. Des spécialistes de la biodiversité marine et terrestre de tous ces pays viendront témoigner et nous dire leurs points de vue. Il fallait également apprécier la communauté de destin. C est vrai, c est un terme qu on emploie souvent, mais je crois que cette dimension culturelle existe véritablement en Méditerranée. Et là, Renaud Muselier qui préside le Conseil culturel de l Union pour la Méditerranée nous en parlera ainsi que Monsieur Kücük, Secrétaire d Etat à l Environnement et à la Forêt en Turquie. En début d après-midi, Christophe Barbier, le Directeur de la rédaction de L après-midi sera consacrée à quatre tables rondes qui seront la poursuite des ateliers qui se sont tenus hier dans la journée. Elles réuniront des acteurs et des experts en matière de tourisme durable, d agropastoralisme, des changements globaux, notamment climatiques et des problèmes de gouvernance qui sont, je crois, au cœur de la réflexion sur les espaces naturels et qui étaient si présents dans une loi de 2006 sur les parcs nationaux que j ai eu à connaître. Si les éléments que je viens d évoquer étaient relativement convergents, je crois que l on pourrait créer un réseau des espaces naturels en Méditerranée et en tous les cas, chaque année, organiser un colloque d approfondissement sur des thèmes choisis. Nous pensons avant même la fin de ces travaux qu un thème «nature et culture» dans les espaces naturels de Méditerranée serait le bienvenu, tant il est vrai que la dimension culturelle dans nos espaces est particulière du fait des héritages divers que la Méditerranée a connu. Nous réfléchissons encore, mais je crois que la Tunisie «Etudier s il peut exister un modèle qui permette de gérer les espaces naturels méditerranens» ou le Maroc pourraient utilement nous accueillir. Alors merci à tous les participants, Jean-Louis Masson, qui a la gentillesse de nous accueillir à La Garde. Je salue tout particulièrement les représentants d Albanie, d Algérie, de Croatie, d Israël, de Jordanie, du Liban, de Macédoine, du Maroc, de Turquie, d Espagne et d Italie; mais également tous les parcs nationaux français notamment les parcs de la région Provence-Alpes-Côte d Azur, le Parc national de Port-Cros, qui a apporté sa collaboration à la réalisation de cette manifestation, le Parc national du Mercantour, très présent, le futur Parc national des Calanques, dont on espère qu il verra le jour fin 2010 ou début 2011, mais aussi le Parc national des Ecrins, dont il faut se rappeler qu il est pour moitié dans la région Provence-Alpes-Côte d Azur, et puis les parcs naturels régionaux très représentés. Mes remerciements également au Président de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France ainsi que les représentants des Parcs naturels régionaux du Verdon, des Alpilles, du Luberon, de Corse et de Camargue. Session plénière

8 Madame Chantal Jouanno, qui a dû remplacer Monsieur Borloo à un conseil des ministres de l environnement à Bruxelles, sera représentée par son directeur de cabinet, Michel Peltier. Je salue également Monsieur Pennequin qui représentera Monsieur Guaino. Avant de laisser la parole à Hubert Falco, permettez-moi de faire deux réflexions à haute voix sur les raisons pour lesquelles nous avons organisé ce colloque à La Garde et les raisons pour lesquelles je suis relativement optimiste quant à ses résultats. Pourquoi La Garde? D abord par amitié, parce qu on nous offrait cette magnifique salle et parce qu il y a une vocation et une politique de qualité en matière d environnement dans la cité. Mais il y a également d autres raisons, même si le choix était plus difficile que d organiser à l Assemblée Nationale, parce qu à l Assemblée Nationale, Chantal Jouanno, avant de partir à Bruxelles, aurait ouvert le colloque et Henri Guaino, en revenant de Toulouse, l aurait clôturé. Mais je me suis dit qu il valait mieux, comme on dit en philosophie, ne pas faire de l écologie en «chambre». Pour défendre la Méditerranée et l environnement, c est au plus près des problèmes qui se posent qu il faut essayer de les gérer et c est le choix qui a été fait. D autant plus qu il y a parfois, et je le dis très simplement, un écart entre les discours que nous tenons tous collectivement à Paris et qui font que nous pouvons être unanimes dans la loi sur le Grenelle I, unanimes dans la loi sur les parcs nationaux, et les anathèmes, que l on entend ici et là, plus localement, parce qu il y a un certain nombre d autres contraintes et d autres raisons qui font que l application est plus difficile. Et parfois dans une sorte de schizophrénie assez étonnante, la même personne peut être dithyrambique à Paris et critique localement. Alors, c est vrai que d autres l ont dit beaucoup mieux que moi avant, je pense à Pascal: «Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà». Je crois qu il faut donc que nous menions le combat de la conviction sur le terrain parce que c est là que les problèmes se posent. C est sur le terrain par exemple, que l on subit et que l on vit les pressions démographiques, les pressions touristiques, que l on doit gérer ce dilemme redoutable entre attractivité et fragilité d un espace exceptionnel. La ligne de crête est parfois difficile à trouver et les débats sont nécessairement nourris. C est également sur le terrain que se pose le problème de la définition des responsables et de la propriété. Je me suis un peu interrogé sur ce sujet: qui est propriétaire de la nature? J y ai pensé lorsque j étais à Chamonix pour la conférence nationale de la biodiversité, en regardant le Mont Blanc. Le Mont Blanc n appartient à personne, c est un bien de l humanité qui appartient à tout le monde. La question se pose également pour la nature. Est-elle uniquement à celui qui en a l acte de propriété, estelle a celui qui en a l usage ancestral, est-elle encore a celui qui la visite et qui l aime? Je crois qu il y a en matière d urbanisme, et je parle sous le contrôle de personnes plus compétentes que moi, des commodo et incommodo qui empêchent, même sur son terrain, de construire très haut et de cacher la vue. C est donc bien qu elle n appartient pas uniquement à celui qui détient juridiquement la parcelle. Cela rend les choses plus complexes et appelle une gouvernance sans doute très partagée. Qui est responsable? Bien sûr les élus qui ont une légitimité sur un territoire, les financeurs qui ne sont pas toujours les élus, les experts et pourquoi pas aussi l usager dans certains cas. Cela montre la grande complexité de la nature qui n est pas une marchandise comme les autres. Cet objet politique non identifié mérite sans doute cette approche globale que le gouvernement français a su inventer. C était une révolution dans le Grenelle de l environnement. J ai eu l honneur de participer à la commission biodiversité, et ce fut étonnant que de voir la FNSEA, les syndicats, les ONG, les élus, parler, aboutir et converger. Mais il faut du temps et c est parfois compliqué. Le temps, justement, est un des autres problèmes que nous connaissons. Le temps politique, c est le temps de l échéance électorale et c est aussi un temps du pouvoir. Le temps économique, c est le temps de la rentabilité et le temps du profit, et le temps écologique, c est le temps de l infini et celui de l humanité. Il y a parfois une concurrence un peu déloyale, du point de vue de l écologie car comme le rappelait utilement Keynes en son temps «à long terme nous seront tous morts»! Ce qu il faut donc sans doute, c est que chacun d entre nous, avec beaucoup d humilité, essaie d introduire le plus d éthique possible et de résister le plus possible aux pressions et aux envies auxquelles nous sommes confrontés dans le court terme. En tous les cas, il faut avoir l humilité d être conscients que nous sommes simplement de petits maillons d une très longue chaîne, qui n est rien d autre que la chaîne de l évolution. «Il faut que nous menions le combat de la conviction sur le terrain» La deuxième réflexion, c est que l on peut être optimiste pour la Méditerranée, pour le Sud parce qu être du Sud, ce n est pas simplement un mot mais c est une réalité plus profonde. Le Sud, c est plus qu un climat, me semble-t-il c est une atmosphère, un style de vie. Alors la passion, le contact physique, l informel, l au- 8 Session plénière

9 thenticité, parfois l excès, sont au cœur des relations humaines. Quand nous allons parler de gouvernance, il faut savoir qu entre hommes du Sud, cela prend une certaine dimension. Le Sud, c est une organisation sociale un peu particulière qui est fondée sur des solidarités, mais sur des solidarités originales, où la famille, le clan, la tribu ont parfois une prééminence sur les règles internes et le droit, ce qui rend les choses compliquées. Parfois la population, au lieu de considérer l Etat comme le père de sa propre patrie, le considère, sinon comme un adversaire, parfois comme un personnage inquiétant. Pas toujours comme un prédateur, mais en tous les cas une méfiance persiste. C est un réflexe qu il faut dominer, mais qui est pourtant une réalité. Le Sud, c est aussi un métissage, un mélange des civilisations. Et je crois que ce qui fait notre unité, c est peut-être ce métissage et curieusement cette diversité. Comment ne pas solliciter Fernand Braudel quand on parle de ce métissage, la phrase est trop belle. En effet, il disait: «La Méditerranée, c est mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais plusieurs civilisations superposées» et il concluait: «la Méditerranée, c est un carrefour antique». Mesdames et Messieurs, je crois que vous avez compris le sens de mon engagement et je salue Renaud «Ce qui fait notre unité, c est ce métissage» Muselier, notre ami qui a la gentillesse de venir parler ce matin de la culture en Méditerranée. Si j ai pris l initiative de ce colloque avec d autres, c est que j avais l intime conviction que nous étions capables tous ensemble, même s il y a parfois des difficultés de court terme, de dégager une philosophie commune pour les espaces naturels en Méditerranée, et peut-être même une pratique commune de la gouvernance, et qu en tout cas nous pouvions ainsi utilement servir la nature et le Sud. C est en tous les cas mon espoir et je vous remercie d y contribuer. 9 Jean-Jacques Fresko Merci, Monsieur le Président. La Méditerranée c est donc kilomètres du Nord au Sud, d Est en Ouest, 27 pays riverains, 3 continents, 3 religions, sans compter les filiales. C est également une immense diversité de culture, de niveaux de développement et de langues évidemment. Une succession d empires et de civilisations qui se sont combattus, mais aussi fécondés. En dépit de ces différences, c est le sentiment d une unité, du moins d une identité partagée et d une convergence d intérêts. Cette identité partagée est en partie liée aux paysages et aux espèces qui structurent ces paysages: le chêne vert, le pin, l olivier... Rédacteur en chef de Terre Sauvage Animateur du colloque Cette communauté de nature détermine t-elle pour nos territoires une communauté de destin? C est autour de cette question que vont s articuler nos réflexions de la matinée. Communes, départements, régions, Etats, coopérations internationales,... Comment les territoires qui tissent les pourtours de la Méditerranée, de la Mare Nostrum, affrontent-ils les défis communs de la Méditerranée? Le premier à intervenir sur ce point est Hubert Falco, maire de Toulon, Président de l agglomération toulonnaise, qui a présidé, jusqu en 2002, aux destinées du Conseil général du Var. Précisons qu à Paris, Monsieur Falco est aussi secrétaire d Etat à la Défense nationale, mais, aujourd hui, je pense que c est avant tout l élu varois, l élu méditerranéen qui est avec nous. Session plénière

10 La Méditerranée, une communauté de nature et de destin Les territoires face aux défis méditerranéens Hubert Falco Messieurs les Ministres, mon ami Jacques Blanc, mon ami Renaud Muselier, Monsieur le Préfet maritime, Monsieur le Préfet, mes chers collègues élus, mon cher Jean-Pierre Giran, Monsieur le Député, Monsieur le Président. Oui, heureuse initiative que d organiser ce colloque, ô combien essentiel et important, ici à La Garde. Monsieur le Maire de La Garde, je suis toujours heureux d être chez vous, et je voudrais saluer mes nombreux collègues maires qui sont dans la salle. La Méditerranée nous rassemble, j ai l habitude de dire que nous sommes tous des enfants de la Méditerranée et les territoires sont essentiels. Je voudrais excuser ma collègue Chantal Jouanno qui devait ouvrir ce colloque et qui a été dans l obligation de représenter son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo. Les territoires, c est fondamental. On peut dire qu au fil du temps, la Méditerranée a patiemment édifiée sur ses côtes des civilisations qui ont, chacune à leur manière, façonné le monde. Je vais également citer Fernand Braudel, comment ne pas citer dans un tel colloque celui qui compte parmi les historiens ayant consacré leurs plus grands efforts à ce territoire, et qui est arrivé à une conclusion d une simplicité déconcertante: «La Méditerranée, c est une mosaïque, c est mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais plusieurs civilisations superposées». Braudel avait raison, la Méditerranée est un carrefour. Il y a de nombreux avantages à habiter un carrefour: c est le lieu de toutes les rencontres et de tous les échanges possibles. C est le lieu où les hommes et les civilisations, à force de se côtoyer, finissent par apprendre à se connaître, par apprendre à vivre ensemble et si 10 Secrétaire d Etat à la Défense Président de l agglomération Toulon Provence Méditerranée Maire de Toulon vous me le permettez finissent même, parfois, à s aimer. Un carrefour, c est aussi le lieu de tous les dangers, les commerces peuvent devenir des trafics, les rencontres entre les hommes peuvent se muer en affrontements. La diversité de l espace méditerranéen est sa plus grande chance, sa plus grande spécificité, et c est aussi peut-être sa plus grande faiblesse et son plus grand risque. Rien n est jamais acquis en Méditerranée et le grand défi qui se pose à chaque génération est de donner toutes leurs chances aux échanges et au développement plutôt que de courir le risque du choc et du déséquilibre. Le choc des civilisations est toujours possible, mais la rencontre l est tout autant et c est la tâche des responsables publics que nous «La diversité de l espace méditerranéen est sa plus grande chance et sa plus grande faiblesse» sommes, que de repousser l un pour favoriser l autre. Les déséquilibres et les inégalités sont certainement le propre de l espace méditerranéen. Je ne vois pas beaucoup d autres régions au monde où, suivant les pays et les territoires, les différences économiques sont aussi importantes. Je ne vois pas beaucoup d autres parties du monde où les ferments de division, sont hélas aussi présents. La diversité des religions, la diversité des langues, la difficulté des cultures peut représenter, vous l avez très bien compris, un risque de conflit. Un risque d autant plus grand, Mesdames et Messieurs, que l espace méditerranéen ne présente pas de grande cohésion économique et sociale. C est le constat que nous pouvons faire aujourd hui. Les 430 millions d habitants qui vivent autour de la Méditerranée, dont nous faisons partie avec grand plaisir, représentent 7% de la population mondiale et les territoires sur lesquels ils vivent concentrent tous les enjeux qui se présentent à l échelle mondiale. À cela viennent s ajouter d autres problématiques qui concernent l ensemble des territoires médi- Session plénière

11 terranéens: la concentration excessive des hommes et des activités sur le littoral, la désertification de certaines zones de montagnes et des îles méditerranéennes, la question de la gestion des risques, les énergies renouvelables, l accès aux ressources naturelles, l eau qui devient de plus en plus rare, la fragilité des écosystèmes et la mise en péril des activités qui leur sont liées. Ces problématiques, auxquels tous les territoires méditerranéens, sans exception, sont confrontés, ne doivent pas être des ferments supplémentaires d opposition et de division. Ils doivent au contraire nous rassembler, nous rapprocher et nous unir. Nous connaissons toutes les coopérations décentralisées, nous en connaissons également leur efficacité et leur nécessité dans l espace méditerranéen. Mais, j ai vraiment la conviction qu il faut aujourd hui aller encore plus loin. L absence totale d outils, de normes communes ne nous permet, ni de partager des analyses, ni de coordonner, et c est ce qui est important, nos politiques publiques. Or, nos territoires méditerranéens ont besoin d une vision globale de l espace. Ils ont besoin d une véritable politique méditerranéenne. La mutualisation de nos moyens d expertise, notamment en matière d énergie, de développement du transport maritime, du transport ferré, de la gestion commune des risques et particulièrement des incendies et des inondations, et de e travail sur les paysages, est nécessaire. Ce sont là autant de défis qu aucun de nos territoires ne pourra relever s il reste seul et isolé. Nous avons tout simplement besoin, aujourd hui, d inventer un modèle méditerranéen. Ce nouveau modèle doit être celui de la coopération et du développement entre tous les territoires. Nous devons inventer un nouveau modèle de gouvernance, un modèle économique aussi bien qu écologique, un modèle de sécurité collective également. Il y a vraiment urgence, d où la nécessité et la bonne idée d organiser ce type de colloque pour qu ensemble nous puissions aborder ces problèmes. Il y a une urgence qui est dictée par le contexte: la question de l eau. En Espagne, cela devient une priorité absolue que nos voisins espagnols ne pourront pas régler seuls, une urgence qui est également dictée par la terrible crise que nous traversons. Réinvestir aujourd hui dans la Méditerranée constitue un véritable enjeu pour tous les pays européens, s ils veulent assurer leur développement et leur avenir. La crise ne doit pas être pour l Europe un motif pour se replier sur elle-même, mais tout au contraire un mobile pour s ouvrir vers son Sud. Ce 11 modèle méditerranéen dont l Union pour la Méditerranée porte le projet, ne consiste pas simplement à organiser un espace. Chaque pièce de cette mosaïque en compose le visage coloré que l on reconnaît entre tous dans un monde qui devient, quant à lui, de plus en plus anonyme. La mondialisation n a pas de visage. L espace Méditerranée, lui, en a un! Et ce visage, c est le territoire. Là où le grand large, les vastes horizons nous offrent des disparités, des inégalités, le territoire est porteur des solidarités naturelles. Dans une certaine mesure, il compense et il répare les méfaits de la globalisation. Nous sommes tous enracinés sur ce territoire méditerranéen qu on y soit né ou qu il soit tout simplement devenu notre territoire d accueil, c est le lieu du développement et de la solidarité. C est également un lieu où l on a prise sur le cours des choses, où l on peut agir concrètement et trouver des solutions adaptées à chaque défi qui se pose. C est le lieu «Nous devons développer une approche contractuelle et partenariale» où l on peut construire un réel développement collectif, mes chers collègues maires, un développement fondé sur une approche stratégique normative. Il faut des plans, des schémas directeurs, c est-à-dire une vision cohérente tournée vers l avenir et surtout anticiper celui-ci. À mon sens, nous devons développer une approche contractuelle et partenariale. Faire bouger un territoire ne s improvise pas, ne se décrète pas, cela se fait ensemble, c est-à dire avec tous les acteurs locaux, publics aussi bien que privés. C est la démarche que nous avons conduite pour créer le pôle mer de niveau mondial, Toulon Provence Méditerranée. C est la démarche que nous avons eu, il y a quelques années, en 2002, où nous avons bien compris qu ensemble, nous étions beaucoup plus efficace que seuls, sans perdre pour cela l identité de chacune de nos communes. Le Conseil Général met en œuvre ces initiatives tout au long de l année, avec des conférences territoriales, des contrats de territoires. C est aussi la voie que doit suivre notre université qui a besoin d une nouvelle impulsion ouverte sur la Méditerranée. C est aussi dans cet esprit que nous travaillons avec nos partenaires économiques pour construire le Var de demain en lui permettant d occuper toute sa place dans l espace méditerranéen. Cette approche stratégique et partenariale dont nous en avons fait l expérience dans le département du Var a montré ses effets bénéfiques. De grands phénomènes semblent marcher aujourd hui comme des forces contraires: la mondialisation d abord, le repli sur le local ensuite. Dans ce contexte, la Méditerranée constitue un point Session plénière

12 d équilibre entre ces deux forces contraires. La Méditerranée peut nous protéger des grands vents de la mondialisation, mais également nous protéger de quelque chose qui nous serait préjudiciable: le repli sur soi. Plus que jamais, nos territoires ont besoin d une véritable conscience méditerranéenne. Elle est le gage de notre ouverture, comme de notre développement. Intégrer la dimension méditerranéenne à toutes nos politiques territoriales, voilà l enjeu qui s ouvre pour nous demain. Cette dimension est source de cohérence naturelle, historique aussi. Se retourner sur son histoire, c est aussi préparer l avenir. Un pays qui n a ni mémoire ni histoire, est un pays qui n a pas d identité. Et nous, en Méditerranée, nous avons une histoire et une identité très forte. 12 Souvent, cette dimension historique et culturelle est négligée. Elle est aujourd hui à notre disposition et le grand défi de nos territoires consiste à redécouvrir leur vocation méditerranéenne, à redécouvrir cette chance exceptionnelle qu est la Méditerranée. À partir d elle, pour nous, tout a commencé et nous en sommes fiers. Je suis certain, au-delà des hommes, à partir de la Méditerranée, que demain tout se poursuivra. Hugues Parant Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les parlementaires, Amiral, et à travers vous les autorités militaires, Mesdames et Messieurs les élus et surtout chers participants à ce colloque. Préfet du Var Vous le savez, le protocole compte en France et il est assez inhabituel qu un préfet parle après un ministre, surtout lorsque ce ministre est un ministre membre du gouvernement, mais également le chef d une des grandes collectivités de son propre département. Et pourtant, Hubert Falco a souhaité que je le fasse. Je vous remercie, Monsieur le Président, de m avoir invité à cette ouverture, de même que je remercie le maire de La Garde d avoir naturellement voulu accueillir dans cette commune, si proche d un des grands parcs français, mais surtout du seul parc maritime français dont nous disposons, à savoir le Parc national de Port-Cros. Je vous remercie, Président, d avoir voulu organiser ce colloque dans un contexte qui ne peut pas être protocolaire et c est le sens qu il faut donner au souhait de Monsieur Falco. En effet, il ne peut pas être protocolaire parce que le sujet ne peut pas l être. Nous sommes dans un échange et, Monsieur le Ministre vous l avez dit, dans un échange comme les Méditerranéens savent le faire, c est-à-dire une tradition bimillénaire. Et puis nous sommes aussi dans un échange international et évidemment nos règles locales ont une vertu et une valeur, mais en tout cas certainement pas celle de faciliter les discours de nations qui se côtoient, mais qui ne sont pas forcément totalement sur le même axe. Par conséquent, en l absence de protocole, j espère que cette volonté dominera la journée qui sera la vôtre. Monsieur le président, l absence de protocole m autorise à prendre la parole, mais bien évidemment, je vais la prendre de façon non-protocolaire, et simplement vous apporter deux témoignages, l un que je vis aujourd hui et l autre que j ai vécu par le passé mais qui, Monsieur le Président, Monsieur le Député, sont au cœur de votre thématique d aujourd hui. La première thématique dont je voudrais porter témoignage et c est naturellement à la fois la présence de l Amiral Tandonnet, Président du Parc national de Port-Cros, mais aussi de tous ceux qui s intéressent aux parcs naturels français qui m y amène et qui m y conduit, c est évidemment le caractère tout à fait particulier de ce qui vous rassemble, à savoir les îles. Nous avons des parcs nationaux, en France mais nous n avons qu un seul parc naturel maritime et, il faut bien le dire, nous n avons qu un seul parc naturel méditerranéen. Ce caractère tout-à-fait spécifique que nous entrevoyons à travers la gestion de la problématique du Parc national de Port-Cros, cette difficulté que nous avons à harmoniser à la fois des élus qui sont volontaires, mais aussi des cadres, tout aussi motivés, tout aussi responsables, mais dont la vocation est de préserver, cette difficulté d aménager les uns et les autres, existe dans tous les parcs naturels. Elle est plus particulièrement exacerbée par le caractère méditerranéen et par le caractère îlien. On est au cœur de votre sujet et Monsieur le Président qui gérez l ensemble des problématiques des parcs Session plénière

13 nationaux français, je crois qu il faut avoir conscience que les sujets que vous allez aborder aujourd hui sont toutà-fait particuliers. D une part, le caractère îlien exacerbe inévitablement les oppositions, parce que le monde est forcément restreint et les personnes se côtoient dans un univers clos, et d autre part, le caractère méditerranéen fait que vous êtes soumis à des contraintes auxquelles les espaces montagneux, les espaces de collines ou de plaines sont beaucoup moins confrontés. Je vous rappelle que cet espace méditerranéen îlien est, certes, une des premières concentrations urbaines au monde, mais qu il est à coup sûr la première concentration touristique du monde. Nous avons, depuis un siècle, dans cette Méditerranée maritime, la concentration de toutes les aspirations de tous les touristes du monde. Certes, l Asie est en train de se réveiller et d autres destinations se révèlent peu à peu, mais cela n a rien à voir avec ce qui existe, depuis presque un siècle, dans notre mer Méditerranée. Je voulais insister sur cette caractéristique d exacerbation des difficultés et cette nécessité absolue de concilier des terres de développement, y compris touristique, à la volonté de préservation de la nature qui est plus difficile dans les îles Méditerranéennes. Pourtant, elle est plus nécessaire que jamais parce qu effectivement, et cela va être ma deuxième thématique, le tourisme, s il n est pas organisé, peut tuer l environnement îlien méditerranéen protégé. 13 Mon deuxième témoignage porte sur le tourisme. Je me souviens d une époque pendant laquelle, avec le sénateur Jacques Blanc, président à l époque de la Fédération Régionale des Comités du Tourisme, nous servions des responsabilités dans le même ministère et nous nous occupions, pour ma part en tout cas, du tourisme (son champ à lui était beaucoup plus large). Tout cela pour dire qu à l époque en matière de développement du tourisme et de protection de la nature, nous étions dans des postures d oppositions complètes, et particulièrement vives sur les domaines de montagnes et sur les îles. Je tenais à l époque des discours, et j étais accompagné en cela par la plupart des élus qui s occupaient d espace rural. Le député Couve ou le sénateur Blanc avaient tous deux menés des expériences de préservation de la nature grâce à cette réhabilitation de la vie, qui elle-même dépendait du tourisme, ce qui montrait que ce n était pas inconciliable. J essayais alors d expliquer à tous les naturalistes, les protecteurs de la nature que le moment où les gens vont dans un parc avec une pédagogie suffisante, le moment où on les alerte sur l air qu ils respirent, la nature qu ils voient, la beauté des paysages et la fragilité des équilibres, est un moment de pédagogie active «Eduquer à l environnement pour faire des visiteurs des ambassadeurs de la conservation» «Il faut éviter l hyperconservation» parmi les plus efficaces qui soit sur nos concitoyens. Lorsque vous éduquez correctement les gens à ce à quoi tiennent tout ceux qui protègent l environnement, vous avez l assurance que ce seront demain des ambassadeurs de la conservation et d un équilibre de la biodiversité. A partir de ce moment-là, on comprend bien que la conservation pour la conservation n a aucun sens et que dans un monde aussi contraint que celui de la Méditerranée, nous sommes condamnés les uns et les autres à concevoir des modes pédagogiques qui permettent de tenir compte de ces flux, de s ouvrir aux autres et d éviter l hyper conservation, c est-à-dire la mise sous cloche. Elle sera de toute façon dans notre Méditerranée vouée à un échec certain. Toutes les formules de découverte, de pédagogie, d aménagement de ce temps qui fait qu un touriste, ou un résident d ailleurs occasionnel, prend conscience de la richesse de cette biodiversité, permettent ensuite d avoir des comportements de développement durable, qui se diffusent dans notre société. C est par là que je terminerai, je ne peux pas oublier, Monsieur le Président, que vous mettez le doigt sur un sujet compliqué, les îles. Et encore plus compliqué les îles méditerranéennes. Néanmoins, n oublions pas de dire que, si la mer Méditerranée est la première destination du monde, c est notamment parce que la Méditerranée est la première destination urbaine du monde et que ce qui menace les îles, ce sont les villes. Vous avez là un concentré de problèmes et il ne faut pas ignorer la nécessité pour tous ceux qui seront des visiteurs, de diffuser cette culture ailleurs, parce que les villes méditerranéennes en ont vraiment besoin pour protéger vos îles. Merci. Session plénière

14 Jean-Jacques Fresko Rédacteur en chef de Terre Sauvage Animateur du colloque 14 Merci Monsieur le Préfet. De la frontière italienne jusqu au Rhône, le pourtour Méditerranéen relève de la juridiction de la région Provence-Alpes-Côte d Azur, qui compte: 5 parcs naturels régionaux et un en cours de création, 3 parcs nationaux et un en cours de création. Comment cette région, l une des plus vastes de France, assume ses responsabilités d acteur de la Méditerranée? Marie Bouchez Conseillère régionale Provence-Alpes-Côte d Azur en charge des parcs naturels Permettez moi, au préalable de remercier et de saluer Monsieur le Secrétaire d Etat à la Défense, Monsieur le Député et Président des Parcs nationaux de France, Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du Parc national de Port-Cros, Monsieur le Maire de La Garde, Mesdames et Messieurs les Présidents élus et représentants du monde socioprofessionnel et associatif, mesdames et messieurs. Au nom du Président Michel Vauzelle, empêché ce jour, et en ma qualité de déléguée aux Parcs naturels régionaux, j ai le plaisir de vous accueillir dans notre belle région Provence-Alpes-Côte d Azur et je tiens à vous exprimer toute ma satisfaction d être présente parmi vous aujourd hui. Quel meilleur choix pour évoquer les espaces naturels en Méditerranée que notre région qui abrite trois, bientôt quatre, de nos neufs parcs nationaux, cinq bientôt dix de nos quarante-cinq parcs naturels régionaux. Il s agit d une région dont la biodiversité est la plus riche de France métropolitaine, une région dont la beauté n a d égal que sa fragilité. Une fragilité liée d abord aux risques naturels, mais aussi aux risques technologiques, qui se conjuguent ici comme nul par ailleurs, une fragilité également liée à une pression urbaine, touristique sans cesse croissante et qui n a pas toujours été, par le passé, gérée convenablement. L urbanisation a ici trop souvent défiguré les paysages remarquables, plus particulièrement sur le littoral. Elle a détérioré ces espaces naturels et entrainé la régression des espèces, notamment des espèces endémiques de notre région. Ces blessures dont notre région garde les traces ont bien souvent fait perdre leur fonctionnalité d échange et leur dynamisme aux corridors et autres continuum écologiques. Si vous permettez, j aimerais en cet instant évoquer devant l ensemble des personnalités et des hautes autorités de l état, deux sujets qui nous préoccupent grandement en région. Le premier est lié à un espace: la Camargue. Un espace exceptionnel, dont le classement en Parc naturel régional date de 1970 et qui en fait l un des plus anciens parcs naturels. Un parc dont le label est aujourd hui menacé par le non-vote, ou en tout cas par une attitude obstinée de non-explication d une des communes et qui entraîne donc de lourdes conséquences pour ce territoire. Car, en refusant de voter ou d approuver la nouvelle charte, elle entraîne un défaut, un délai supplémentaire et donc peut-être une mise en danger réelle du renouvellement de la charte de ce territoire exceptionnel. La commune des Saintes Marie de la Mer, en effet, en nous obligeant à attendre impatiemment ce vote le 28 juin, met ce territoire dans une situation très délicate. Nous espérons vivement que nous saurons tous trouver les mots pour qu il y ait de la responsabilité, de l humilité vis-à-vis de l objectif de ce territoire pour la protection et le développement, différent et différencié, lié à ce territoire de Camargue. «L urbanisation a défiguré les paysages remarquables, en particulier sur le littoral» Le second sujet qui nous concerne tous, plus particulièrement ici dans le département du Var, est lié à l articulation entre parcs naturels régionaux et parcs nationaux. Michel Vauzelle a alerté le ministre Jean-Louis Borloo sur un point de droit qui interdit à une commune d avoir une partie de son territoire Session plénière

15 dans un parc national et une autre dans un parc naturel régional. Cette interdiction, dont la justification nous échappe, pose de nombreux problèmes, que ce soit pour le Parc national de Port-Cros ou pour celui en construction, le futur Parc national des Calanques. Elle est en effet de nature, là encore, à mettre en péril le travail effectué sur ces territoires de cohérence. La réponse qui nous a été apportée reste trop sujette à questions pour notre part, et là encore, permettezmoi de profiter de votre présence pour qu une solution réglementaire soit rapidement mise en œuvre. Donc pour revenir au choix de notre région Provence-Alpes-Côte d Azur pour la tenue de ce colloque, comment ne pas évoquer la politique offensive en matière de coopération décentralisée à l échelle du bassin méditerranéen que mène notre région. Michel Vauzelle a souvent pu saluer l initiative de l Union pour la Méditerranée, tout en exprimant ses craintes que ce chantier, qui suscite un formidable espoir, ne se heurte aux mêmes écueils que le processus de Barcelone. La région Provence-Alpes-Côte d Azur a plus de dix accords d opérations décentralisées avec les régions de la plupart des pays qui bordent la Méditerranée: Espagne, Italie, Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Autorités Palestiniennes, Israël, Liban, Syrie et Turquie. Ce sont des accords, dont les questions gouvernementales ne sont pas exclues, loin de là, qu il s agisse des espaces naturels ou de la ressource en eau. Nous avons été, en partenariat avec la Fédération des parcs naturels régionaux de France, à l initiative de rencontres des parcs en vue de la constitution d un réseau des espaces naturels protégés méditerranéens terrestres et littoraux, organisé à l instar du réseau alpin ALPARC avec les 23 pays du bassin. Ce réseau complètera MEDPAN mis en place pour les aires marines protégées. La région soutient aux côtés de l Etat, l initiative concernant les trames vertes et bleues à travers 15 une étude sur l acceptabilité et la faisabilité d une trame verte et bleue dans notre région, portée et reconnue pour sa méthode par nos cinq parcs naturels régionaux, dont je salue la présence de quelques éminents représentants techniques et politiques. Cette trame verte et bleue est un élément structurant de notre volonté de mettre en place une stratégie régionale de la biodiversité. Après les rencontres de Marseille en juin 2008, je suis certaine que ce colloque permettra de gravir un nouvel échelon pour une dynamique intégrée et globale entre les 23 pays du bassin méditerranéen. En effet, l actualité dramatique récente au Proche-Orient nous a montré, une nouvelle fois, la fragilité de cet espace pourtant uni dans une communauté de destin, comme vous le rappeliez tout à l heure. Et je forme le vœu que les parcs naturels régionaux et les parcs nationaux apportent leur pierre, aussi modeste soit-elle, dans l édifice de paix que nous espérons tous en Méditerranée. C est en tout cas à cela, à l heure où les régions elles-mêmes sont inquiètes sur leur avenir ou sur leurs capacités futures d action, que nous travaillons quotidiennement pour que vive une démocratie de proximité qui rapproche le citoyen du décideur politique et qui, par là-même, réconcilie nos concitoyens avec la démocratie et la vision d une république universaliste heureuse et pour qu enfin, ici dans notre région comme chez nos peuples frères de Méditerranée, renaisse l espoir d un monde plus juste, plus solidaire, plus humain et porteur d un changement et de transformations indispensables pour un avenir commun. «Vers une dynamique intégrée et globale entre les pays du bassin méditerranéen» Jean-Jacques Fresko Merci Marie Bouchez pour ces propos qui nous font entrer de plein pied dans la thématique des travaux d aujourd hui. Vous nous avez Rédacteur en chef de Terre Sauvage Animateur du colloque expliqué comment la Région intervient. Et l Etat, comment intervient-il dans ces dossiers méditerranéens? On l a déjà mentionné, Chantal Jouanno Session plénière

16 est retenue aujourd hui à Bruxelles. Nul doute qu elle aurait préféré être avec nous. C est Michel Peltier, son directeur-adjoint de cabinet qui la représente. 16 Michel Peltier Directeur-adjoint du Cabinet de Chantal Jouanno, Secrétaire d Etat à l Environnement Merci beaucoup. Je continue peut-être dans le non-protocolaire pour, au nom de Chantal Jouanno, vous saluer tous et remercier vivement le Président Giran de l avoir conviée à ce colloque qui, je crois, fera date. Comme l a souligné monsieur le Ministre, je crois qu il n y a pas de mauvaises occasions pour se réunir et parler de Méditerranée. Alors permettez-moi chers amis de vous lire un message de Chantal Jouanno qui a dû se rendre à Bruxelles où se tient aujourd hui le Conseil des ministres de l environnement, à l occasion duquel seront discutés notamment des sujets relatifs aux OGM. Vous savez que ce sujet la passionne tout particulièrement. Ce Conseil abordera également la question délicate et difficile de la réduction des émissions de gaz à effet de serre avec cette problématique du pourcentage acceptable, 20 ou 30 % à l horizon Si vous me le permettez, j ouvre les guillemets et je prends la forme et la voix de Chantal Jouanno. «Chers amis, je regrette vivement de ne pouvoir être parmi vous aujourd hui à La Garde et je salue Monsieur le Maire de bien vouloir vous accueillir. Je regrette d autant plus que cet instant constituerait pour moi un moment de convivialité et aussi un moment d exception. Un moment de convivialité, car ce colloque réunit notamment tous ceux qui ont les responsabilités et le privilège d appartenir à une famille, à la famille des espaces protégés de Méditerranée. Je voudrais remercier Jean-Pierre Giran, le président de Parcs nationaux de France qui vous accueille aujourd hui dans sa circonscription et Monsieur Jean-Marie Petit, le directeur de Parcs nationaux de France, pour avoir été les maîtres d œuvre de cette manifestation, ainsi que Monsieur le Maire de La Garde. Moment d exception, car ce colloque va vous donner, je crois, l occasion de réfléchir sur les solidarités écologiques, culturelles, sociales, économiques, historiques, existantes et à venir autour des modèles originaux et variés de protection et de gestion de la nature que sont les espaces protégés de Méditerranée. En proposant de créer l Union pour la Méditerranée, le Président de la République a souhaité promouvoir une coopération accrue entre les pays des deux rives, dans des domaines stratégiques comme l environnement, les transports et l énergie et je suis fière que la politique menée en faveur de la protection du patrimoine naturel soit au cœur d une approche innovante d intégration pour les pays Méditerranéens et au centre des débats de ce jour. La Méditerranée n est pas seulement l un des berceaux de l humanité, mais c est aussi l un des 34 «hot spots» mondiaux de la biodiversité. Ce qui veut dire que la biodiversité, en cette année internationale de la biodiversité, y est particulièrement exceptionnelle, mais aussi, malheureusement, y est menacée. L ensemble des pays qui bordent notre mer, la «Mare Nostrum» romaine, a entrepris de nombreuses opérations de sauvegarde des milieux terrestres, comme marins. Mais les pressions sur la biodiversité sont de plus en plus fortes: disparition et fragmentation des milieux, surexploitation des ressources naturelles, espèces invasives, pollutions de diverses natures. Malheureusement, les moyens pour agir sur ces pressions restent limités, les menaces deviennent de plus en plus globales, diffuses et le changement climatique vient rajouter de la complexité. C est pourquoi, il m apparaît «Echanger, mutualiser des expériences acquises, concevoir des stratégies partagées» ici judicieux d échanger, de mutualiser des expériences acquises et de concevoir des stratégies partagées. Un mot pour commencer sur l exemple français. Face aux menaces, la France est dotée de plusieurs outils, vous l avez rappelé, s appliquant sur les territoires. Parmi les statuts les plus emblématiques, citons les parcs nationaux, les parcs naturels régionaux et les parcs marins. Cette politique nous concerne tous: l Etat, ses établissements publics, les collectivités territoriales, les socioprofessionnels, Session plénière

17 les associations de protection de l environnement, les scientifiques et les citoyens eux-mêmes. A cet égard, les espaces protégés constituent des laboratoires de gouvernance et des lieux privilégiés pour développer de véritables projets de territoire et c est peut-être là l essentiel. Les parcs nationaux sont sans doute l exemple le plus révélateur et, en présence du rapporteur de la loi de 2006, je tiens à saluer le modèle original de gouvernance qu a institué cet acte fondateur, reprenant les axes du rapport, les principes de cette réforme conduisent à allier national et local. La politique des parcs nationaux, la politique de l Etat doit associer les différents partenaires locaux à la gestion de ces territoires d exception. Protection et développement durable, le ministre Falco l a rappelé, cette loi a finalement cherché à mieux intégrer l outil Parc national dans son territoire. Cet espace exceptionnel n est pas synonyme de territoire d exclusion (même si je retiens la proposition que je transmettrai à Chantal Jouanno d un «péage», je ne sais pas comment l appeler, d un droit d entrée, même si on doit le concevoir comme étant un droit symbolique, proposition de Monsieur le Préfet Parant). De ce fait, la composition du conseil d administration du parc a été revue et fait désormais plus de place aux élus locaux et je crois que c était nécessaire. De même, afin d associer les usagers aux orientations fixées pour ce territoire et à côté d un conseil scientifique toujours aussi précieux dans ses avis, a été créé un conseil économique social et culturel qui rassemble toute la société civile. Désormais avec ces nouvelles structures, le dialogue est enrichi et les objectifs du parc sont mieux partagés. A côté de la zone du cœur du parc national, une zone optimale d adhésion est instaurée, dans laquelle les collectivités peuvent s inscrire. Cette zone d adhésion s inspire du succès grandissant des Parcs naturels régionaux qui allient développement durable et protection de la biodiversité au travers d un projet de territoire, qui se traduit dans une charte. Les Parcs naturels régionaux allient une approche concrète des enjeux de proximité du terrain. Dans le cadre de vos échanges à venir, je souhaiterais souligner quelques éléments de cette politique publique qui me paraissent essentiels. D abord, des territoires habités et vivants qui ont choisi de s organiser autour d un projet concerté de développement durable, fondé sur la protection, mais également, je tiens à insister sur 17 ce point, sur la mise en valeur de leurs richesses naturelles et culturelles. C est aussi, l expression d une volonté locale formalisée par les collectivités qui prend corps dans l élaboration, puis la mise en œuvre de la charte, dont l expression d engagement explique en grande partie la force et le succès des parcs naturels régionaux. Et puis, il faut une évaluation régulière mais également de l innovation et une expérimentation qui sont au cœur même de la vie des parcs naturels régionaux et doivent permettre de tester de nouvelles politiques publiques, de nouvelles techniques et surtout assurer le transfert vers les autres espaces ruraux. L expérience acquise dans le partenariat avec de nombreux pays étrangers, je pense au Brésil, à l Uruguay, pourrait ainsi utilement être mobilisé dans le cadre méditerranéen. Enfin, la France a pris des engagements forts en matière d aire marine protégée. Ici au bord de la Méditerranée, la protection de la mer est un défi important. L outil parc naturel marin, instauré par la loi de 2006, est un élément de réponse essentiel pour sauvegarder la diversité biologique marine. En mer, je crois que l approche réglementaire est souvent bien entendue utile, mais elle est probablement insuffisante. Un parc marin est piloté par un conseil de gestion dans lequel l Etat, là aussi, s associe aux collectivités territoriales et aux usagers. Il s agit de mettre un cadre à la fois souple et mobilisateur en prenant en compte les préoccupations et les contraintes de toutes les activités en mer. Je pense aujourd hui particulièrement au projet de Parc naturel marin de la côte catalane, connue aussi sous le nom de Côte vermeille, adossée au domaine des Pyrénées Orientales, frontalier avec l Espagne, dont je crois les travaux progressent à un bon rythme. Vous savez probablement que Jean-Louis Borloo sera en Sardaigne, mardi prochain, avec son homologue italienne, pour signer une déclaration d intention à propos de la création du Parc national marin des Bouches de Bonifacio. «S organiser autour d un projet de développement durable, fondé sur la protection mais aussi sur la mise en valeur de richesses naturelles et culturelles» Cet exemple s inscrit dans les ambitions portées par le Grenelle de l environnement. Ambitions qui ont été rehaussées par le Grenelle de la mer. Ces deux exercices successifs ont établi le constat, je crois partagé par tous, que la mer constitue une source considérable de richesses mais aussi un milieu particulièrement fragile et particulièrement agressé par un certain nombre de pressions que sont notamment: les pollutions d origine terrestre, l acidification des océans du fait des limites que l océan atteint pour absorber le gaz carbonique, Session plénière

18 la surexploitation des espèces marines. Je pense que vous êtes au cœur du sujet avec la récente décision de la Commission européenne sur la suspension de la pêche au thon rouge, la dégradation des écosystèmes. C est ainsi que des engagements ont été pris en faveur de la biodiversité marine, du développement des aires marines protégées pour atteindre 10% des eaux sous juridiction française d ici 2010, et 20% d ici 2020, dont la moitié en réserve de pêche. Voici quelques pistes évoquées rapidement pour la Méditerranée. La France est très impliquée dans le processus politique de l Union pour la Méditerranée, dont, je suis convaincu qu il pourra aboutir à une union respectueuse des peuples et de leurs identités, porteuse de développement et de paix. Nous ne ménagerons aucun effort pour soutenir cette initiative qui, en reposant sur des projets concrets, peut répondre aux attentes des populations. Ce colloque qui nous réunit ici, Monsieur le Président, en sont l illustration. La situation des écosystèmes et des espèces n est, bien sûr, pas partout la même. Accroissement des surfaces forestières au détriment des milieux ouverts ici, régression des forêts ailleurs, les exemples de ce type sont probablement nombreux, mais si vous êtes ici c est que votre volonté d agir est commune. La mise en réseau des aires protégées, de leurs gestionnaires, est une piste méritant d être explorée. Lorsque la Convention de Ramsar relatives aux zones humides a été adoptée, elle avait pour but la sauvegarde des oiseaux d eau migrateurs qui, pour certains, relient le grand Nord européen à l Afrique subsaharienne. Ces populations dépendent pour leurs survies de l état de conservation des zones humides du bassin méditerranéen. Les étangs, les lagunes, la côte méditerranéenne, les îles, sont des maillons indispensables à la conservation des espèces. La loi Grenelle 2, qui est en cours d adoption par le Parlement, instaurera une trame verte et bleue, destinée à renforcer la solidarité écologique entre les territoires, pour, enfin, parler de biodiversité ordinaire, et également pour s adapter aux modifications climatiques. Cette connectivité évidemment, ne s arrête pas aux frontières des états, et je crois que ce sont vos efforts conjugués qui assureront la sauvegarde du tissu du vivant. 18 Ce réseau d espaces protégés doit aussi être complété en Méditerranée et nous avons mis à l étude la création d un nouveau parc national, pour préserver le paysage exceptionnel des Calanques et la biodiversité qui s y trouve. Le projet de Parc national des Calanques me tient particulièrement à cœur. Il est novateur sous plusieurs aspects. Il est situé dans une zone périurbaine aux portes de la ville de Marseille avec des caractéristiques propres, qui justifient de trouver des solutions innovantes, conciliables avec l enjeu de préservation de ce territoire d exception. Il s agira également du premier parc national d interface mer-terre avec une telle superficie en cœur, un espace marin, ainsi que du premier nouveau parc pour lequel les dispositions découlant de la loi de 2006, s appliqueront. Quelques mots pour conclure ces propos et surtout vous laisser travailler. Protéger la nature en Méditerranée, c est-à-dire, en l occurrence, recourir et faire vivre des espaces protégés qui permettent à l Etat, aux collectivités, aux populations locales de poursuivre ensemble une gestion soutenable de ce territoire, c est aussi faire preuve d humanisme en dessinant, pour reprendre les termes du programme, une unité de destin et une unité du vivant. Je tiens à vous remercier tous pour votre participation à ce colloque et pour les travaux que vous allez entreprendre. Je remercie également l ensemble des réseaux impliquant notamment les gestionnaires des espaces protégés, MEDPAN, EUROPARC, ALPARC, je ne peux pas tous les citer, pour leurs actions précieuses. Il ne peut en effet y avoir de politique efficace de protection du patrimoine naturel sans mise en synergie des acteurs. Je ne peux dès lors que vous encourager à poursuivre le partage de vos expériences, à les promouvoir pour une coopération accrue de l ensemble des acteurs du pourtour Méditerranéen. Merci de votre attention et bons travaux». «Il ne peut y avoir de politique efficace de protection du patrimoine naturel sans mise en synergie des acteurs» Session plénière

19 Jean-Jacques Fresko Rédacteur en chef de Terre Sauvage Animateur du colloque 19 E ntre guillemets, merci Madame la Ministre, et sans guillemets merci Michel Peltier. Vous venez d évoquer l importance des réseaux d espaces protégés. Participer à l élaboration de stratégies interrégionales de création et de gestion d aires protégées, c est la mission du Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées, le CAR/ASP. Comment le CAR/ASP remplitil cette mission? Abderrahmen Gannoun, directeur du CAR/ASP va nous l expliquer. Abderrahmen Gannoun Directeur du Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) Mesdames et messieurs, chers collègues, je voudrais d abord, au nom de la Convention pour la protection du milieu marin et du littoral méditerranée, de la Convention de Barcelone et du Plan d Action pour la Méditerranée (PAM), remercier Parcs nationaux de France d avoir invité le Plan d Action pour la Méditerranée et en particulier le CAR/ ASP à ce colloque. Je voudrais aussi remercier les autorités locales, nationales et régionales françaises pour le chaleureux accueil et pour leur hospitalité. Ma présentation va être brève, elle est structurée de la façon suivante: je vais rappeler très brièvement l organisation du Plan d Action pour la Méditerranée et sa stratégie de travail pour les années à venir. J aborderai ensuite les menaces qui pèsent sur la biodiversité en Méditerranée, et en troisième partie, les moyens pour relever les défis qui se posent en matière de biodiversité en Méditerranée. Donc, je vais commencer par donner un aperçu très sommaire sur le Plan d Action pour la Méditerranée. Comme vous le savez peut-être, le Plan d Action pour la Méditerranée a été adopté par les parties contractantes à la Convention de Barcelone en 1975 et en La Convention de Barcelone a été adoptée par 21 pays méditerranéens C était juste quelques années après le premier Sommet de la Terre en 1972 à Stockholm. Ensuite, cette convention a été dotée, au fur et à mesure, de sept protocoles thématiques spécifiques. Chaque protocole traite d un sujet et généralement ce thème est confié à un centre ou à une unité du Plan d Action pour la Méditerranée pour sa mise en œuvre. Le protocole sur la biodiversité est un protocole assez ancien qui date de 1982, mais qui a été révisé en 1995 et qui est en vigueur. Le CAR/ASP est chargé de sa mise en œuvre, mais aussi d assister les pays à respecter leurs engagements dans le cadre de ce protocole. Quelques éléments sur la structure du PAM. Elle est constituée de six centres d activités régionales répartis sur le pourtour méditerranéen, de deux programmes spécifiques (un programme pour la dépollution, un programme pour les sites historiques), d une unité de coordination pour coordonner tout cela, installée à Athènes, et d une commission qui soutient tout cet ensemble, la Commission Méditerranéenne de Développement Durable. «Outre sa richesse culturelle, la Méditerranée est un hotspot de biodiversité» Quelques mots sur les spécificités de la Méditerranée en matière de biodiversité et en matière d écosystème marin. Il est connu que l écosystème marin méditerranéen peut être constitué de plusieurs sous-écosystèmes. Il a été convenu que la Méditerranée pouvait être divisée en quatre sous-régions: une région occidentale, une région centrale, une région orientale, mais aussi une région du côté de l Adriatique. Les écosystèmes méditerranéens sont soit marins à 100 %, soit côtiers, soit mixtes. C est une mer pratiquement fermée, d une superficie très réduite (elle ne représente que 0,8 % de la superficie de l ensemble des océans) mais elle abrite à elle seule 8 % de la biodiversité mondiale. Outre sa richesse culturelle, c est un «hot spot» de la biodiversité. Session plénière

20 Quelles sont les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité en Méditerranée? La pression urbaine et humaine est une menace réelle pour la biodiversité en Méditerranée. La population des pays méditerranéens va être bientôt de d habitants avant l horizon 2020 et avec le flux touristique, étant la première destination mondiale touristique, la Méditerranée est aussi soumise à une pression sur le plan touristique: pression humaine, génération de déchets, surexploitation de ressources La deuxième menace est la pollution sous toutes ses formes, qu elle soit tellurique, maritime ou atmosphérique. Les invasions biologiques deviennent aujourd hui une troisième menace réelle pour la Méditerranée. On recense à peu près en moyenne une espèce envahissante qui rentre en Méditerranée tous les dix à quinze jours. La quatrième menace est la surexploitation des ressources et en particulier la surexploitation des ressources halieutiques. Les techniques de pêche qui ne respectent pas les environnements, font que cette ressource est en cours d érosion. Enfin, différentes études, ont prouvé que la Méditerranée, était un «hot spot» du changement climatique. Il y a certainement d autres menaces, mais je vous ai exposé les principales. Sans entrer dans les détails des impacts, toutes ces menaces ont comme impacts communs la détérioration des écosystèmes, la perte de la biodiversité et la détérioration de la qualité de la vie. Le Plan d Action pour la Méditerranée s est investi sur la stratégie à mener pour relever les défis. Il a identifié trois défis essentiels qui sont : Comment améliorer et renforcer la gouvernance de la Méditerranée? Comment maintenir les services rendus par les écosystèmes? Comment lutter contre les effets du changement climatique.? Ce sont les trois défis que le PAM a décidé de relever pendant les cinq prochaines années. Un programme «Les aires protégées sont un des outils les plus efficaces dans la protection de la biodiversité» «Il est nécessaire de développer les aires protégées et d appliquer une approche systémique» 20 stratégique a été mis en place pour relever ces défis. Il est basé autour de systèmes prioritaires, le renforcement de la gouvernance et la gestion intégrée des zones côtières. Ces zones côtières constituent un espace très sensible en Méditerranée parce que toutes les activités économiques sont concentrées sur le littoral. Dans certains pays ce pourcentage peut atteindre 50 à 70 % des activités économiques qui sont concentrées sur le littoral. Le troisième thème de travail prioritaire est la protection de la diversité. Vous pouvez donc constater que la protection de la diversité est parmi les priorités du Plan d Action pour la Méditerranée et, étant dans l année mondiale pour la biodiversité, je pense, et le Plan d Action pour la Méditerranée le confirme, que les parcs nationaux, les aires marines protégées et les aires spécialement protégées, marines et côtières, sont un outil des plus efficaces pour la protection de la biodiversité. Le quatrième thème prioritaire est relatif à la prévention et la maîtrise de la pollution sous toutes les formes qu elles soient accidentelle ou provoquée par les activités humaines terrestres. Et puis, le cinquième thème prioritaire, c est la production et la consommation durable. C est une activité qui contribue également énormément à la préservation de la biodiversité et cela a été prouvé. Enfin, le dernier thème est la lutte contre les effets des changements climatiques. Ce sont donc des systèmes prioritaires et chaque thème prioritaire fait l objet d un groupe d activités confié aux différents centres du PAM pour pouvoir réaliser ces activités et relever des défis. Il est impératif de développer les aires protégées marines et cotières en Méditerranée. Comment? Actuellement, nous avons précisément 342 aires protégées marines et côtières, une superficie qui ne dépasse pas les km2 en Méditerranée. L objectif est de développer ces aires protégées tant en nombre qu en surface. La deuxième action consiste à protéger les espèces en danger ou menacées. Pour cela, nous disposons, au niveau de la Convention de Barcelone, d une liste d espèces menacées qui est l équivalent de la liste rouge de l UICN. C est une liste qui figure dans l annexe du protocole et qui identifie toutes les espèces qui sont menacées ou dont l exploitation doit être organisée. Session plénière

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM

Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM Luigny, 22 Mars 2013 Inauguration du Centre d ARCHIV SYSTEM à Luigny 22 Mars 2013 Page 2 Discours d Alain TAIEB, Président du Groupe Mobilitas

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS AM101f-Y 1 M. Harris Georgiades Président du Conseil des gouverneurs de la BERD Assemblée annuelle, Tbilissi 15-16 mai 2015 Discours d ouverture

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Audition Commission sur la réforme territoriale Intervention de M. Claude Bartolone Jeudi 15 janvier 2009 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres de la Commission, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN),

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN), 1/8 Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer Congrès annuel de l Union Sociale pour l Habitat (USH) Mardi 22 septembre 2015 MONTPELLIER Monsieur le Président du l USH (Cher Jean-Louis

Plus en détail

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise :

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise : 1 Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, Dans la tempête, il faut garder le cap, corriger le chemin. Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir l instant celui

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Vendredi 30 janvier 2015. Inauguration espace ainés «La Maison Bleue» Président de la PAC

Vendredi 30 janvier 2015. Inauguration espace ainés «La Maison Bleue» Président de la PAC Vendredi 30 janvier 2015 Inauguration espace ainés «La Maison Bleue» Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Président de la PAC Monsieur le Président du Sénat, Cher Gérard

Plus en détail

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Philippe MARTIN, Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le jeudi 6 février 2014 Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues, v040708 Intervention de Jean Marc BOURNIGAL Directeur Général de l Alimentation Séminaire sur la modernisation de l inspection sanitaire en abattoir Lyon 7-11 juillet 2008 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Procès-verbal de la Commission Europe Jeudi 26 juin à 15h00

Procès-verbal de la Commission Europe Jeudi 26 juin à 15h00 Procès-verbal de la Commission Europe Jeudi 26 juin à 15h00 Présent(e)s : Mme. PAPON Monique MM. BEAUMLER Jean-Pierre, BATEUX Jean-Claude, BLESSIG Emile, CHAUMONT Jacques, DELMAR Pierre, DROUIN René, DUBERNARD

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux, R É P U B L IQ U E FR A N Ç A IS E LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ SERVICE DES AFFAIRES EUROPÉENNES Le Directeur Paris, le 24 janvier 2014 Discours de M. Jean-Pierre BLOCH, Directeur du Service des Affaires

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

COMPTE RENDU DE REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

COMPTE RENDU DE REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTE RENDU DE REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION Vendredi 8 octobre 2010 de 14h à 17h Salle de réunion Château MORARD Les Arcs Ordre du jour : - Point sur le dossier. - Préparation de la concertation

Plus en détail

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Monsieur le Commissaire européen, Monsieur le Premier ministre Jomaa, Mesdames, Messieurs, Chers

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013 PREMIER MINISTRE Pôle Stratégie, Médias et Communication Hôtel de Matignon, le 17 juin 2013 Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17

Plus en détail

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Seul le prononcé fait foi Mes cher(e)s collègues, Dimanche, les Parisiens m ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris. Ce choix m'honore et m'oblige.

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Séance du mardi 17 juin 2014

Séance du mardi 17 juin 2014 Séance du mardi 17 juin 2014 Interventions de Jean-Claude Blanchard, conseiller communautaire à la CARENE Seul le prononcé fait foi. Délibération 15 Finances - Fonds national de péréquation des ressources

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis,

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l occasion du lancement du comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE REMISE DE DIPLÔMES Dakar,

Plus en détail

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel "La Colline"

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel La Colline Compte-rendu du CONSEIL d ADMINISTRATION du Mardi 31 mars 2015 Présents : Excusés : Absents : Mesdames BEAUDENON, BEAUFORT-LANCELIN, COIFFIER, CUBERA, FRAIGNEAU, GAILLARD, HATTRAIT, OUDIN, PREVOT, ZAYANI

Plus en détail

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Madame la Ministre, chère Valérie, Monsieur le député Anciaux, Madame la présidente

Plus en détail

(Cotonou, le 18 Juillet 2013)

(Cotonou, le 18 Juillet 2013) République du Bénin ************** Ministère de l Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l Insertion des Jeunes (MESFTPRIJ) **************** Ministère

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

MISSION PARLEMENTAIRE SUR LA POLITIQUE TRANSFRONTALIERE. Mission confiée par le Premier Ministre M. François Fillon

MISSION PARLEMENTAIRE SUR LA POLITIQUE TRANSFRONTALIERE. Mission confiée par le Premier Ministre M. François Fillon R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E MISSION PARLEMENTAIRE SUR LA POLITIQUE TRANSFRONTALIERE Mission confiée par le Premier Ministre M. François Fillon à M. Etienne Blanc, député de l Ain, à Mme Fabienne

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Le 4 février 2012, à l Isle-Adam (95290), Maison de l Amitié, 44, avenue de Paris, les membres de l association «Initiatives et Actions

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Berne, le 9 janvier 2012 Ce que la Banque nationale suisse (BNS) a pu accomplir depuis ma nomination

Plus en détail

SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013

SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013 SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013 Cergy-Pontoise REPLAY* D UN ENTRE DEUX À UN TERRITOIRE DU GRAND PARIS : LA PLAINE DE PIERRELAYE BESSANCOURT * Innover, comprendre, inventer, renouveler, régénérer,

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013 République du Bénin ---------- Assemblée Nationale ---------- Sixième Législature ---------- DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE Possotomé,

Plus en détail

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne,

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne, Premier comité de pilotage du projet de Gestion durable des zones côtières de la COI (GDZC-COI) Allocution du Secrétaire général de la Commission de l océan Indien, Jean Claude de l Estrac 1 er avril 2015,

Plus en détail

AGENDA 21 de Morne-à-l eau

AGENDA 21 de Morne-à-l eau AGENDA 21 de Morne-à-l eau Compte-rendu du COPIL 2 Vendredi 12 juillet 2013 Introduction M. Edmond Marcel : Bonjour mesdames et messieurs, ce comité de pilotage est un comité de préparation du Forum 21

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Discours introductif du directeur du département. Mesdames Messieurs les professeurs, Mesdames Messieurs, Cher collègues, cher étudiants

Discours introductif du directeur du département. Mesdames Messieurs les professeurs, Mesdames Messieurs, Cher collègues, cher étudiants CP du 18 février 2013 Etaient présents: voir feuille de présence ci jointe Discours introductif du directeur du département. Mesdames Messieurs les professeurs, Mesdames Messieurs, Cher collègues, cher

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS (APPA) 30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA CEREMONIE D OUVERTURE SOLENNELLE DES TRAVAUX Discours de Son excellence ETIENNE DIEUDONNE

Plus en détail

CLIPSAS. COLLOQUE et ASSEMBLEE GENERALE 2015. Hasbrouk Heights (New Jersey) 28-31 mai 2015

CLIPSAS. COLLOQUE et ASSEMBLEE GENERALE 2015. Hasbrouk Heights (New Jersey) 28-31 mai 2015 CLIPSAS COLLOQUE et ASSEMBLEE GENERALE 2015 Hasbrouk Heights (New Jersey) 28-31 mai 2015 Henri SYLVESTRE Grand Secrétaire aux Affaires Extérieures Adjoint 00 33 6 86 36 66 18 hd.sylvestre@wanadoo.fr Association

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TELECOMMUNICATIONS DE L INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT CABINET DU MINISTRE DISCOURS DE LA MINISTRE DES TELECOMMUNICATIONS, DE L

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail