Le Pays, les Peuples, les Langues, I* Hàstoire, les Civilisations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Pays, les Peuples, les Langues, I* Hàstoire, les Civilisations"

Transcription

1 ..... ;,,:*! \.. ;, ; :.' 1 '. ;,. :! \ -,..:i / (Soudan Françaig).:,:,.; '..(a('; i :\~$(irs d'ktuder publides sous la direction de M. le Gouverneur CLOZEL. Le Pays, les Peuples, les Langues, I* Hàstoire, les Civilisations PAR MAURICE DELAFOSSE Administrateur en chef des Colonies Chargé de cours à l'école Coloniale et à l'école des Langues Orientales PrBPaoe de M. Ie Gouuerneu~ CLOZEL 80 illustrations photographiques, 22 cartes dont une carte d'ensemble au I : 5.ooo.000. Bibliographie et lndex I I l L'Histoire. ÉMILE LAROSE, LI BRAIRE-ÉDITEUR '..,.,?.:.::.;'. :.> - I 1, Rue Victor-Cousin, I I 1912 Y

2 (Soudan Français) nmiymrim PRBMI~RE S$RIE 1

3 SOUS PRESSE : DBUXI~ME SÉRIE GéogrupJie économique Voies de communication. - Faune sauvage. - Productions forestibres, - Productions agricoles. - Elevage des bovidés et des ovidbs. - Elevage des Bquidés. - Industries indigénes. - La question des mines d'or. - Commerce intérieur. - Commerce extérieur. - La politique Bconomique & suivre). Par JACQUB~ MENIAUD Ouvrage illwtrè de nombreuses photographies et de cartes documentaires TROIB~&A!E EÉRIE Ze Territoire pnilituire du Niger

4 d'études publiées sous la direction M. le Gouverneur CLOZEL ' Le Puy, les Peuples, les Langues, Z'i%ktoire, les Càuilisato'o~s PAR MAURICE DELAFOSSE Administrateur de ire classe des Colonies Charge de cours à l'école Colonfale et à ~'bco~e des Langues Orientales 80 tllusîrafions photograpbtques, 22 carte8 dont uns carte üensemble au r : 5.000,ooo. Bibtfograpkte et Ldex TOME II L'Histoire BMI LE LAROSE, LI BRAIRE-BDITEUR r 1, Rue Victor-Cousfn, I I

5 ERRATA DU DEUXI~ME VOLUME Pogo Gl, noto 1, 01 pago 83, no10 1, ligne 5, au lieu de : ScliolSo~~, liia : Scliol'or. Pngo 149, no10 2, ligno 3, aic lieu (le: soligui, litse : buttligtcl. I1ago 170, lignu 2, au lieu de : non loin de sa victolro, liir : non loin (lu lioii do sa victolro. Pago 179, ligno 7, au lieu de : do B6lddougou, lirse : du Bdlbdougou. Pa60 927, lignos 9 ot 13, au lieu (le : Mohainmcd 11, lftv :Molian~rnotl III. Pago 960, cntro los lignes 16 ot 17, intei.caleta : 10 bis DIotiamtnod~Guo, fioro rl'lsslhak. Pngo 277, note 1, ligno 4, au lieu (le r Ganoua, lire : Ganaouca. Page SBO, ligne 22, au lieu de : le son aioul, litle : de son a~oul. Pago 376, ligno 27, au lieu de : Anddoud, lire r Audbourl. I'age 877, ligno 98, au lieu de : Maklrfir, lita : hiaglifai3. Page 378, ligno 8, au lieu de : 0uld-Omar, litr : Ould-Ainaib. J'ugo 420, ligno O, an lieu (le: h lin ttnalld, lire : un trait6 h.

6 Cl/chd Bortchol Fia. ag. - Groupe de Maures du Hodh. 'te *y Fia Groupe de Maures, d Itayes.

7 FIG Type de Jeune Maure. -- FIG Métisse de Ma- et de femme noire

8 Planche XVII Clfchë From#nt FIO Groupe de Touareg, B Bamba, YeJ FIB Cavaliers SongaY, prés de Say. ~1icir.4 Promrnt

9 Planche XVlII Fio, Un marché B Tombopctou, Clfcad Pnultn Fio Marche au bois B Tombouctou. Clfchd Parilln

10 ~ ~ L A P O S S ~ Planche XIX Clichl Froment Fro Griots et chefs Mossi, h Ouagadougou. Clkhd F~oment Fio Musiciens et danseurs Mossi, B Ydko

11 Planche XX Cllehl Frorcnl FIO Cavaliers Touareg exdcutnni ilnc charge de pnrndc conivc Ic vnpcur Ibis, A Hnmbn.

12

13 Planche XXII Ctlchl l+o~nent FIB, Une daiise Tombo, B Bandiagara. Fro Danseurs Tombo, $ Bandiagara. Cllohl Rron~rt~:

14 Planche XXIII Cllchd Froment Fia Kabara; vue prise B bord d'un vapeur.

15 Planche XXIV Clfcnl Pnt1ltn FIG Vue prise au marche de Baguindb (Tombouctou), Clfchd Paelrn RG Vue d'ensemble du march6 de Baguindé (Tombouctou).

16 Planche XXV Clichl Fromrtrl FIB Résideiice de l'administrateur, h Ségou.

17 Planche XX\'I FIO Tombouctou, vue géndrale. Clùhl Pntill#i 't?,.y Fio Ides restes de l'ancien fort de Médine, prés de Kayes.

18 Planche XXVlI Fio Maison habit& par René CAII.LI~, A Tombouctou. Fio Maison habit& pur BARTH, A Tombou~tou. CWA Forfier

19 Planche XXVIII Fia Posto de Gaoun. Ctlchd Delafsrri

20 Planche XXlX Clichl Purlitr I:IB klopti, In Muisoii dcs 13ussagcrs. \*. ClWC IPromrtll P~B BANTCIIANDB, roi des Gourmantché.

21 QUATRIÈME PARTIE.,. '..:,;!:2..., - V A ;..!.' L'histoire '. :,.,: '.,!.',.42,<,....

22 CHAPITRE PREMIER Le Soudan oooidental avant notre Bre. L'histoire proprement dite des pays du Soudan qui constituent aujourd'hui la colonie civile du Haut-Sénégal-Niger ne coinmonce qu'au dbbut de notre Bre, et encore est-il bien difficile de la retracer jusque-lil avec quelque exactitude. Entre la naissance de J.-C. et l'liégire, c'est-à-dne pour les six premiers siècles, nous n'avons pour nous guider que leg traditions orales des indigdnes, et j'ai dit déj& le peu de foi qu'il convenait dc leur accorder. Pour les &&es précbdant l'ère chrétienne, c'cd le iiéant ; je n'oserais meme pas dire que ce soit la préhistoire, car, au Soudan, la prdbi~toire n'est éclairée que par des hypothbses, sans, pour ainsi dire, aucun fait mathriellement prouvh sur lequel ces hypothbses puissent trouv,er un point d'appui solide., Le plus ancien docunient écrit parlant du Soudan Occidental que nous poss6dons à l'heure actuelle date du x0 sibclo de notre hre : c'est la relation de voyag6 d'ibn-haoukal. Je no veux pas dire qu'avant cotte date des auteurs n'aient pas parlé des NBgres de l'afrique Occidentale ; mais ils ne nous ont rien'dit sur leur pays, qu'ils ignoraient, ni naturellement sur leur histoire. Et ceux qui nous ont livré leurs impressions sur la race noire ne l'avaient étudiée quo dans la personne des esclaves vivant auprès d'eux, en Europe ou danu le Nord de l'afrique. Tel Galien (11. sihcle ap. J.-C,), dont I'appréciiition sur les NBgres a 6th souvent roproduite, en particulier par Ibn-Sad, et, d'aprbs ce dernier, par Aboulféda ; pour le célébre médecin grec de

23 I'antiquitb, les NBgres se distinguaient des Blancs par dix caractbres principaux : leurs cheveux crépus, leur barbe maigre, leurs narines larges, leurs lèvres épaisses, leurs dents aigues, leur peau mal odorante, leur couleur noire, l'écartement de leurs doigts et de leurs orteils, la longueur de leur membre viril et leur grand amour des réjouissanaea. Ce portrait succinct ii'est pas mal tracé et n'a pas perdu de sa valeur en vieillissant, mais il ne suffit pas 8 nous éclairer sur l'état du Soudan au temps de Galien. Tout au plus peut-on glaner, par-ci par-18, dans les auteurs de l'antiquité un vague renseignement se rapportant aux populations de l'extrginie Nord du Soudan. IvIais, en dehors de maigres indications relatives 9. quelques tribus berbères du Sahara, de donnees geographiques vagues ou erronées, il n'y a rien à tirer, je crois, en ce qui concerne le Soudan Français, des historiens grecs et latins, pas plus que des papyrus de l'ancienne Egypte. Tout ce que nous apprennent ces sources d'information, c'est que, avant J.-C. comme depuis, le Soudan a approvisionne d'esclaves et de poudre d'or les pays mediterraneens. Mais nous ne savons mdme pas conlment ces deux produits parvenaient en Europe ni mgime dans le Nord do l'afrique, ni quelle population allait les cliercher. Hérodote nous dit bien (1) que les Carthaginois se rendaient par mer en un pays situe au-deltl des colonnes d'hercule, dans le but d'y acheter de l'or aux indigbnes : il est vraisemblable que ce pays, decouvert sans doute par Hannon, était situ6 entre le Maroc actuel et le Sén6- gal, peut-&tre mgime 8 l'embouchure de ce dernier fleuve ; mais il est peu probable que les Carthaginois aient jamais quitté leurs vaisseaux pour s'avancer dans I'interieur des terres et qu'ils aient penetré dans la région que nous appelons aujourd'hui le Soudan. D'ailleurs leurs proc6d6s commerciaux, qu'a décrits Hérodote, ne permettent pas de supposer qu'ils aient eu un contact quelconque avec les indigbnes, mgime avec ceux do la cdte : dbs leur arrivée, les Carthaginois tiraient de lours vaisseaux les marchandises apportées de leur pays, les rangeaient (4) Livre IV, CXCVI. I

24 le long du rivage, remontaient ensuite sur leurs navires et allumaient des feux dont la fumée servait & signaler leur présence aux naturels de la contrée ; ceux-ci alors s'approchaient du bord de la mer et disposaient des petits tas de poudre d'or é. cbté des paquets de marchandises, puis s'dloignaient. Les Carthaginois, continue Hérodote, sortent alors de leurs vaisseaux, examinent la quantité d'or quel'on a apportde, et, si elle leur parait rdpondre au prix de leurs marchandises, ils l'emportent et s'en vont. Mais, s'il n'y en a pas pour leur valeur, ils s'en retournent sur leurs vaisseaux, oh ils restent tranquilles. Les autres reviennent ensuite, et ajoutent quelque chose, jusqu'à ce que les Carthaginois soient contents. Ils ne se font jamais tort les uns aux autres. Les Carthaginois ne touchent point à l'or, & nioins qu'il n'y en ait pour la valeur de leurs marchandises ; et ceux du pays n'emportent point les marchandises avant que les Carthaginois n'aient enlevé l'or.» Un tel systbme de troc faisait assurément le plus grand honneur il la loyautd et au bon sens commercial des Carthaginois comme des Berbbres ou des Nbgres cdtiers, mais il ne devait gubre permettre aux premiers de se.documenter sur les seconds, surleurs institutions et leur histoire. Il est fort probable que les Noirs du Soudan étaien: aussi en relations par terre avec les Carthaginois, les Cyr6ndéns et les Egyptiens. Peut-Btre des Egyptiens ou d'autres gens du Nord se rendaientrils au, Soudan pour y ohercher de l'or : quelques traditions que j'ai recueillies autrefois à la Cbte d'ivoire tendraient h le prouver, mais elles ne constituent qu'un argument bien faible. Il est peu vraisemblable par contre que des Nbgres se soient jamais avancés de leur propre volonté jusqu'aux bords do la Méditerranéo. Mais on a parfaitement le droit de supposer qu'autrefois comme aujourd'hui des caravanes s'organisaiopt dans le nord de l'afrique et, traversant le Sahara, allaient porter nu Soudan des tissus, du cuivre, des verroteries (l), etc., (!) La présence en Afrique Occidentale de perles de verre, de fabrication phénicienne OII égyptienne remontant h une hnute anli.quilé, a été signalbe h maintes reprises, ainsi que celle de perles en ngtlie oit corna-

25 pour s'y procurer en échange de l'or et des esclaves. Sans doute cclleg de ces caravanes qui se dirigaient vers les pays du Niger et du Haut-Sénégal se composaient surtout de Berbéres, voyageant soit pour leur propre compte, soit pour celui de commcrçants puniques, grecs ou égyptiens. Mais i-ien no peut nous fixer exactement ù. cet égard. Il parait bien certain que les changements politiques survenus dans l'afrique du Nord n'ont pas eu de répercussion sensible au Soudan, en dehors de quelques exodes détermines par certains de ces changements et dont il n été question datis la deuxitime partie de cet ouvrage. Les Egyptiens ont pu constituer leurs différentes dynasties ; les Assyriens, les Chaldéens, les Médes et les Perses ont pu guerroyer dans l'afrique du Nord, les Phéniciens et les Grecs y fonder des colonies florissantes, les Roniains s'emparer du pouvoir sur les Carthaginois et les Berbéres : il ne semble pas que 1'Echo de ces bouleversements ait traverse le Sahara. Si les colonnes romaines se sont avancées jusque dans le Sud du Maroc avec Sudtonius Paullinus, dans lo Fezzan et au-delà avec Cornelius BalBus et Septimim Flaccus, si elles ont même atteint I'AYr avec Julius Matornus, ces reconnaissances ne furent janiais poussdes jusqu'd la rdgion qui nous occhpe prbsenternent, et les renseignements rdcoltés par les officiera latins - ou tout au moins ceux d'entre ce$ renseignements qui nous sont parvenus - ne jettent aucun jour sur 1'6tat du Soudan h cette Bpoque reculée. Si niaintenaat nous deitiandons B l'archéologie et à l'épigraphie les indications que l'histoire no peut nous fournir, nous 11011s trouvons en prbsence d'un pareil ridant. On a découvert, il est vrai, en plusieurs points de l'afrique Occidentale - en Guinée, dans le bassin du Haut-Séndgd, dans la boucle du Niger, h la CBte d'ivoire, au Sahara soudanaiéi et ailleurs, - des gisements nomb~eux d'udten$iles en piorre polie ou taillbe et meme des grottes aux parois constel- line dolit l'origine paratt étre également mbditerrandenne, mais relativement plus récente.

26 INSTRUfilENTS EN PIERRE 7 lees de dossins divers. Mais il est absolument impossible, ju~qu'h présent, d'assigner en général (1) une date quelconque h ces ustensiles et 1 ces dessins, dans de$ rhgions oh certaines peuplndes appartenaient hier encore <I l'tlge do la pierre polie et oh d'autres y appartiennent encore aujourd'hui dans une certaine niesure : ces stations, qu'on les appelle palqolithiques ou néolithiques, peuvent remonter & sent ans aussi bien qu'6 trois ou quatre mille ans. Il n'est pas démontré non plus que les objets trouv6s dans une station n'y aient pas 8té apportes d'ailleurs : plusieurs Europbens - entre autres M. Vuillet, directeur du service de l'agriculture 6 Koulouba - ont rencontré dans lit boucle du Niger des forgerons qui, sans les avoir fabriques eiix-mbmes, utilisent dans la pratique de leur métier des instruments en pierre ; Lenz a signalé que les Nbgres d'hraouhn se servent, pour les travaux du menage, d'outils en pierre polie qu'ils rapportent de TaodBni. Et d'autre part, dans plusieurs contrees du H~ut-Sénégal-Niger et du Sahara soudanais, on fabrique eiicore de nos jours, en meme tempe que des ustensiles en fer, des objets en pierre tels qu'anneaux de bras, ornements de lbvres, boules servant & Qcraser le tabac ou les arachides, marteaux pour frapper les Qcorces de certainii ficus, etc. ; j'ai pu, pour nia part, assister dans le cercle de Gaoua 9. la fabrication de ces objets divers, ainsi qu'au forage de perles en pie~re. Les ruines nous apprennent moins enoore : sauf, je crois, cllez los Tombo des falaises, on ne b&tit au Soudan qu'avec de l'argile et du bois. Seule, les' soubtlssements des murs sont souvent en pierres brutes, maçonnbes avec de la boue. Aussi les ruines que l'on peut rencontrer ltont fatalement rbcentes : j'estime qu'au bout de deux sibcles au maximum, nulle trace ne (4) Je dis u en général», car je ne voudrais trop affirmatif. Ainsi il est constant que les haches en pierre polie sont considbrbes presque partout, par les indigbnes actuels du Soudan, coiurne des pierres tombées du ciel ; on retend que, lorsque la foudre iombe, c'est une de ces ~ierres qui cause! es dbghts, Cette interpi+dintion tendrait h prouver l'antiquite des haches en plerre u'oli trouve au Soudan, puisque les indigbnes actuels attribuent leur orlg y ne h irn ph8noriibne naturel.

27 peut subsister d'une cité soudanaise ; tout au plus pourra-t-on reconnattre, par la présence de certains arbres, l'emplacement d'un village disparu, et encore sera-&il impossible d'assigner une date 9. la disparition de ce village, car les arbres actuels peuvent provenir des graines de ceux que l'homme avait plantés. Les plus importantes des villes soudanaises dont nous ont parlé les auteurs arabes du moyen-&ge ne se composaient, au dire de ces auteurs eux-mêmes, que de huttes cylindriques aux murs d'argile surmontés d'une toiture en paille, exception faite des maisons de Ghana qui avaient parfois des murs en pierre ; il semble, comme je l'ai dit prdcédemment, que les premieres maisons 8 terrasse n'ont fait leur apparition au Soudan qu'au xrve sibcle : il y a bien des chances pour que les habitations antérieures 8 notre Bre n'aient pas été autrement construites et pour que, par conséquent, il soit absolument impossible aujourd'hui d'en retrouver les restes. Il y a bien, il est vrai, les débris de poteries et d90steos~les divers que l'on peut exhumer des tttzulà ou des emplacements des villes disparues. Mais que prouvent ces débris? Tous ceux que l'on a trouvés jusqu'h présent ne se distinguent pas des poteries et ustensiles fabriqués de nos jours au Soudan ; tout au plus a-t-on trouve en telle ou telle des débris ne répondant pas au type actuellement en usage dans cette région mais rdpondant 8 un type encore en usage dans une contree voisine : comme, de tout temps, des échanges ont existe entre les divers pays du Soudan et mdme entre le Soudan et les pays méditerranéens, cela mdme ne peut fournir matiere 8. aucune déduction certaine (1). Restent les fameuses ruines du Lobi. On trouve prbs de Gaoua, ainsi qu'entre Gagouli ou Galgouli et Lorhossa, des ruines de constructions en pierres maçonnées dont on ignore l'origine. Ce qui les caraotérise surtout, c'est la rectitude et le (4) On m'a ilemis une fois, dan^ la basse CBte d'ivoire, comme un échantillon de l'ancienne industrie du pays, une sorte de manche de slylet en cuivre qui représentait uu mousqueîaire et une dame du temps de Rict~elieu. Si cet objet Btait de fabrication relativement ancielme, il Btait plus manifestemenl encore de fabrication europdenne.

28 parfait alignement des murs ; ces murs, généralement en latérite, se prbsentent sous l'aspect d'une enceinte rectangulaire, dans laquelle est parfois inscrite une seconde enceinte parallble à la preinibre, comme c'est le cas pour les ruines de Gaoua et celles de Karankasso (prbs de Lorhosso) ; à Tioboulouma (A l'ouest de Gagouli), on aperçoit mbme les ruines p'une véritable maison en pierres qui possédait un étage et qui présente encore dos traces d'embrasures de portes et de fendtres en pierres apparemment taillées. Quelle peut Btre l'origine de ces ruines? Sont-elles les vestiges d'établissements qu'auraient installés dos chercheurs d'or portugais des xve OU xvle siacles? Il semble peu.probable que les Portugais se soient avancés aussi loin dans l'intérieur des terres : Gagouli en effet est & plus de cinq cents kilombtres du point le plus proche de la cdte (dans l'esphce Grand-Bassam) et à plus de kilonldtres de l'enibouchure du Rio Grande. Ces constructions furent-elles l'œuvre d'une population indig&ne aujourd'hui disparue? En dehors du fait, insolite au Soudan, qu'elles ont été bhties en maçonnerie, le parfait alignement de leurs murs et la roctitude des angles pa~aissent difficilement conciliables avec le génie architectural de la race noire, Seraient-ce les restes d'une poussée vers le Sud do quelques peuples méditerranéens? Cette dernihre hypothhse me semble aussi invraisemblable que les autres ; elle aurait besoin en tout cas, pour se p uvoir soutenir, de quelques Bléments supplémen- 91 taires d'information. Les indigbnes qui habitent actuellement les régions oh se trouvent ces ruines - Lorho, Gan, Lobi, Birifo - affirment tous n'btre pas autochtones ; ils affirment également tous que, lors de l'arrivée de leurs ancbtres, ces ruinos existaient d6jh dans leur état actuel, sans que les autochtones d'alors - IA oh il s'en trouvait - en connussent l'origine. Ces,déclarations permettraient de faire remonter la oonstruction de ces batiment# au-delà du xi0 sihcle de notre Bre (1), mais c'est tout ee. (I) Nous avons vu que les dates probables de leur arrivbe dans le pays sont la fin dii XII? sibcle pour les Lorho, la fin du xiiie OUI* les Gan, le xive pour les Lobi et la fin du %vite pour les Birifo.

29 qu'on en peut conclure avec quelque raison. On peut encore espérer que des fouilles exécut8es methodiquoment nous rév6- leront quelque jour, au inoins en partie, l'origine de ces ruines du Lobi : pour le monierit elles demeurent un mystére inexpliqué et ne nous fourilissent aucun renseignement. Quant aux iiiscriptions relevees dans le Haut-Senégal-Niger, eues ne nous apportent aucune indication de quelque importance, au moins en ce qui concerne l'dpoque ancienne. Les dessins et signes divers decouverts dans les grottes n'ont pas encore la plupart d'ailleurs ressemblent singuliérement aux dessins et signes ornementaux tracés. de nos jours sur les murs des habitations et sur certains rochers et ils peuvent être l'œuvre, non lias d'anciens troglodytes, mais de modernes indigbnes du Soudan, de chasseurs notamment, qui vont se rhfugier dans ces grottes pour y dormir oui s'y abriter de la pluie et qui ont yu les décorer pour tromper leur desauvrementmomentan0 ; d'autres semblent avoir une origine et une signification religieuses, mais il est impossible absolument de leur donner une date; rien mbme ne prouve que ces dessins soient contemporains des objets en pierre trouves dans quelques-unes de ces grottes. Les inscriptions en ti/hat*h sont rares, le plus souvent indechiffrables et ne portent point de date. Onn'en a d'ailleurs rencontre aucune, jusqu'd present, dans le Soudan proprement dit ; elles sont localisees aux pays qu'occupent ou ont bcoupes les Berbéres (Mauritanie, Sahara soudanais et surtout Sahara propre) (1). Les inscriptions arabes soat'plus nombreuses ; on en a trouve en particulier une quantite considerable 8. Bentia, & Gao et en d'autres points voidins du Niger : toutes celles qui ont pu 8tre' déchiffrbes sont. des inscriptions funbraires, graudes sur des (4) Si ies inscriptions arabes trouvees au Soudan sont ndcessairement récentes, au moins relativement, il n'en est pas fatalement de m4me des inscriptions en bifinarh : cet alphabet etait en efet en usage d8s l'an 1800 avant J.-CG, ainsi que le prouveraient des decouvertes faites Gnosse, où l'on butait trouve dés caractbres analogues au tipnarh employes dans la figuration des comptes des scribes du mi Minos.

30 INSCRIPTIONS 11 pierres tombales. La plupart sont datées et les plus anciennes ne remontent pas au-delà du xrve siacle; comme d'autre part clles ne contiennent pas autre chosc que le noin du défunt, la date dc sa nioit et quelques fornlules pieuses, l'intér6t qu'elles offrent n'est que fort secondairc : elles montrent seulement qu'il y avait des musulmans éhblis dans la région de Gao rl partir du xivo siocle au moins, ce que nous savions déjà d'autre part (1). Et c'est ainsi que, de tout ce chapitre une seule certitude se dégage : c'est que nous ne sitvons rien de l'histoire du Haut- Sénégal-Niger antérieure aux premiers sibcles de notre Bre et que nous n'avons que bien peu de probabilités d'6tre mieux informus dans l'avenir sur cette ob~cure période. (I) M. le lieutenant Marc a rnpporlé cette aiin6e en France plusieurs pierres tombales de Bentia, choisies parmi celles dont les inscriptions soiit encore lisibles. Des estampages et des copies d'antres pierres grnvbes de meme provennnce ont été recueillis pal' cet officier; M. le cnpitaiiie Pigret en a photographié de soi1 cd16 et M, de Gironcourt a copié plusieurs inscriptions au cours de son dernier voyage. Mo Houdas, qui a eu entre les mains ces divers clocumenl.s, n'a relevé. auciine inscription présentant un caractére historique et n'en ii'n ptis trouvé. une senle qu'oii puisse dire Btr6 nntérieuige ail xive siécle.

31 CHAPITRE II L'empire de ahana (IVe au Xllle sl&oles). II est materiellement impossible d'exposer dans son ensemble,. par tranches synchroniques, l'histoire des divers pays qui constituent aujourd'hui la colonie du Haut-Sénegal-Niger, ces pays n'ayant jamais forme un tout. J'ai pense que la meilleure methode consisterait 8. examiner l'un aprbs l'autre les principaux Etats indigénes qui se sont succéde ou ont coexisté dans les diffdrentes regions du Soudan Français et, comme il faut bien adopter un ordre quelconque, je placerai les monographies de ces Etats selon la date 9. laquelle chacun d'eux est apparu pour la premihre fois sur la scbne de l'histoire. C'est ainsi que je me trouve debuter par l'empire de Ghana (1). Aind que je l'ai dit en parlant des origines des Peuls et des Soninke, la ville ancienne de Ghana &ait située d l'extrbme Nord du Bagana, dans I'Aoukar, non loin des localités actuelles de NBma et de Oualata, dont la premihre sans doute fut contemporaine de Ghana et dont la seconde suocbda d celle-ci comme mdtropole du Soudan saharien. Je crois qu'en plaçant Ghana A l'est légbrenient Sud de Néma et sur la ligne joignant Oualata (1) Voir la carte de I'oncien empire de Ghana, page 57.

32 à Bassikounou, on doit se rapprocher autant qu'il est possible de la vérité. Ibn-Haoukal, qui visita Gliana au xn sibcle et parla le premier de cette ville (I), la situe à une distance de 10 à 20 journees de marche à l'est dlaoudaghost, que nous avons place (2) à une soixantttiiie de kilombtres au Nord-Est de Kiffa. Il ajoute, en donnant son itinéraire de Ghana au Fezzan par Koukaoua (Kouka), qu'on met presque un mois pour se rendre de Ghana à Srlf,aat en par Kaoga ou Gaoga (pour Gaogao) : si l'on identifie cette dernibre ville avec Gao et SAmat avec la localitb actuelle de Samet ou Saniit, sitube à 100 kilombtres environ à l'est-nord-est de Gao, - deux identifications trbs.waisemblables, - il se trouve que l'emplacement que j'assigne à Ghana se serait trouvé à environ 780 kilombtres à l'ouest de Samit, soit il 30 journées de 45 kilonlbtres chacune, ce qui correspond bien B 1'6valuation d'ibn-haoukal. Bekri XI^ sibcle) (3) est plus précis encore. Il nous a donné plusieurs itinéraires aboutissant & Ghana ou en partant ; l'un place cette ville à quatre jours du dernier village lterbbre en venant de l'oued Draa, village appelé Mouddobken et peuple de Zenaga, ce qui indique bien que Ghana se trouvait à l'extrdge limite septentrionale du pays des Nbgres ; un autre itinbraire, partant du Sbnégal, situe Ghana A 20 journées de SZllca qui, ainsi que je l'ai dit plus haut (4), était un peu àl'0uest de Bakel ; un troisibme la place à 18 jours de Gadiaru ou Gadiara, ville située à 12 milles du Sénégal prés de Yaressi ou Diaressi, c'està-dire dans le Guidimaka (6). Ailleurs Bekri nous dit que Ghana (4) Massoudi,, qui mou~~ut en 956, mentionrje simplement dans ses Prairiss f Or le nom de Ghana comme celui d'un Etat nhgre. (a) iep VO~., pilge M. (3) Abou-Obeld-Abdallah eldekri, nb en Espagne vers 1030 d'une famille3twpbg, mourut en 1094 ; il ne voyagea pas au Soudan, mais il eut h sa dispodition; h Cordoue, des documents fort circonstancibs émananl de divers voyageurs ; eii outre, il puisa largement dans les ouvrages de Mollammed-ibn-~oussof, qui ne nous sont pas parvenus. C'est vers 1070qu'il termina son livre sur SAfrique. (4) let vol., p. aea. (5) Voir meme page.

33 se trouvait dans un pays appelé Ao?cka.ar : ce terme, appliqué par les Berbércs et les Maures à plusieurs régions d'aspect chaotique, est en particulier le nom actuel du pays où sont baties Oualata et Néma. Le mdme auteur dit encore que les habitants de Ghana s'abreuvaient au moyen de puits, ce qui implique qu'aucun fleuve ni cours d'eau n'arrosait la ville. Enfin Bekri, decrivarit les chemins qui conduisaient de Ghana au Niger, dit que, si 1'8n quitte Ghana en marchant vers l'endroit où le soleil se léve, on suit une route qui traverse des habitations négres et qu'on arrive à un lieu appelé Aougâm, oh se trouvent des champs de mil ; de ce lieu (situé vraiseniblablement à proximité de Ghana et 1 la limite des plantations dépendant de cette ville), on arrive en quatre jours B Ras-el-Ma, où le Nil (Niger, représenté en la circonstance par la dérivation du Faguibine) commerice à, couler hors du pays des Noirs (polir arroser une région habitée par des Berbbres). En un autre passage, Belrri reproduit des renseignements qui lui avaient été fournis par le jurisconsulte Aboli-Mohammed Abd-el-Melekibn-Nakhkhtis el-sharfa, lequel avait voyage dans ces contrdes ; d'aprbs ce voyageur, Ras-el-Ma - que Belrri appelle cette fois Safongo pour Sabongo ou Issubongo, son nom songay -se trou- - vait séparé de Ghana par trois gîtes d'étape, c'est-$-dire qu'on s'y rendait de Ghana - ou plutôt d'aougbm, limite des d6pendances directes de Ghana - en quatre jours. Tous ces renseignements concordent d'une façon saisissante & placer Ghana dans le triangle Oualata-Néma-Bassikounou. Edrissi, qui écrivit vers sa compilation géographique, s'est inspire surtout de Bekri en ce qui concerne la partie occidentale du Soudan, mais il est beaucoup plus confus et ses donnees sont souvent contradictoires. Il place Gbana il 18 jours seulement (( à l'est» de Barissa ou Yaressi, dors que Bekri la situait à 18 ou 30 jours dumeme point et au Nord-Esd; il est il remarquer d'ailleurs qu'edrissi professo une singulibre affection pour le riombre douze : il indique 13 jours entre Tekrortr et Barissa, 18 jours entre Barissa et Aoudaghost, 19 jsurs entre Barissa et Ghana, 12 jours encore outre Mailel et Ghana, etc. Mais, ce qui est plus grave, il prétend que Ghana se composait '

34 GHANA D'APH~S EDI1IY8I ET YAKOUT 18 de deux villes à cheval sur «le fleuve )) et que son roi possédait (( sur le bord du Nil )> un chateau fortifié, bkti en 13 16, orné de sculptures et de peintures et mttni de fenbtres vitrées 1 Ce (( fleuve u ou «Nil a ne peut être que le Niger, d'après l'ensemble des indications d'edrissi, et la situation qu'il donne à Ghana ne pourrait correspondre qu'à celle de Sansanding ; mais comme d'autre part le mbme auteur place Gaoga (Gao) & l'est de Ghana - ce qui n'est exact que si Ghana se trouvait lb où la met Bekri - et au Sud de Koukaoua (Kouka) - ce qui constitue une erreur inexcusable -, comme il commet une foule de confusions faciles ù relever, nous devons nous méfier fortement de ses assertions ; la.description du luxueux palais du roi de Ghana suffirait d'ailleurs à nous mettre sur nos gardes. Il ne nous faut pas oublier du reste que, au temps d'edrissi, Ghana avait déjtl diminué beaucoup d'importance, ayant été saccagée vers la fin du siècle précédent par les Almoravides et ' ayant perdu uile bonna partie de sa population ; ce ne devait plus être un centre commercial bien achalandé et Edrissi n'a sans doute pas été renseigné sur cette ville, comme l'avait été Bekri, par des gens y ayant passé eux-mbmes : cette circonstance enlhve beaucoup de sa valeur h un récit qui ne fait que reproduire, plus ou moins exactement, des passages mal corn- pris d'ouvrages antérieurs, Il se pourrait aussi qu'entre l'époque de Bekri et celle d'edrissi une nouvelle ville se f~lt fondbe sur le Niger, 11 laquelle on aurait kgalement donné le nom de Ghana; le fait est fréquent au Soudan de localités naissantes auxquelles on donne le nom de la patrie de leurs fondateurs et il peut amener facilement des confusions. Cependant, ce que dit Edrissi de la situation conimerciale de sa Ghana correspond bien à oo que nous avaient appris Ibn-Haoukal et Bekri. Yakout (fin du xiio sihcle et coniniencement du xiiie), bien que léghrcment postérieur d- davantage créance, car il ne puisa en g8néral qu'h de bonnes sources les inathriaux de son dictionnaire géographique. (( Ghana, nous dit-il, est une grand6 ville situ68 à l'extrdmité méridionale du Maghreb et conti Ve au de^ Nbgres ; c'est le lieu de réunion des cornniergants qui, de cette cité, pkn2trent dans les déserts conduisant aux

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor Le songe de la statue du roi Nebucadonosor http://www.bibleetnombres.online.fr/nabuchod.htm (1 sur 6)2011-02-04 18:36:03 " [...] La seconde année du règne de Nebucadonosor, Nebucadonosor eut des songes.

Plus en détail

LES EVANGILES SYNOPTIQUES

LES EVANGILES SYNOPTIQUES TABLE / INTRODUCTION - 1 - De Saint-Marc jusqu'à Tertullien TOME IX LES EVANGILES SYNOPTIQUES TABLE / INTRODUCTION / AVERTISSEMENT 1 9 9 1 TABLE / INTRODUCTION - 2 TABLE DES CHAPITRES Page : Introduction

Plus en détail

III/REGARDS SUR L AFRIQUE (environ 10% du temps consacré à l histoire) KANTOU MOUSSA PART EN PELERINAGE

III/REGARDS SUR L AFRIQUE (environ 10% du temps consacré à l histoire) KANTOU MOUSSA PART EN PELERINAGE III/REGARDS SUR L AFRIQUE (environ 10% du temps consacré à l histoire) KANTOU MOUSSA PART EN PELERINAGE CONNNAISSANCES Une civilisation de l Afrique subsaharienne (au choix), ainsi que les grands courants

Plus en détail

Pour les jeunes Médium max. Amorce. 1. Les barrages. L attrape-rêves. Xavier-Laurent Petit

Pour les jeunes Médium max. Amorce. 1. Les barrages. L attrape-rêves. Xavier-Laurent Petit Pour les jeunes Médium max L attrape-rêves Xavier-Laurent Petit Amorce Louise vit en dehors du monde, dans une vallée perdue. Là, tout le monde subsiste grâce au travail du bois, jusqu au jour on apprend

Plus en détail

Stratégie 5: Se poser des questions en lisant

Stratégie 5: Se poser des questions en lisant Stratégie 5: Se poser des questions en lisant 4 e Se poser des questions en lisant, c est : demeurer en interaction avec le texte tout au long de ma lecture; anticiper ce qui est important dans ma lecture;

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB 5B112] Références du document 5B112 5B1121 Date du document 01/09/99 SECTION 2 Personnes domiciliées en France SOUS-SECTION 1 Personnes concernées A. DÉFINITION

Plus en détail

MARQUES TYPOGRAPHIQUES

MARQUES TYPOGRAPHIQUES MARQUES TYPOGRAPHIQUES l it SE TI\OUVE AUSSI Chez ( L. POTiER, Libraire, quai Malaquais, no 9. t J. TECHENER, Libraire, place du Louvre, ne' 20. PARIS. UU'RIMERΠIJE MAULIJE ET RE~Oli, RIlIt DE RnOLl,

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

RÈGLES D'INTERPRÉTATION

RÈGLES D'INTERPRÉTATION RÈGLES D'INTERPRÉTATION par WILLIAM MILLER RÉFÉRENCE TRADUITE : MWV1 20 1 24.2 [ Miller s Works. Volume 1. Views of the Prophecies and Prophetic Chronology ] RÈGLES D'INTERPRÉTATION EN étudiant la Bible,

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer Les trois brigands 1 Quel est le titre de ce livre? Qui est l'auteur de ce livre? Quelle est l'édition de ce livre? A ton avis, que peut raconter cette histoire? Les trois brigands 2 Il était une fois

Plus en détail

Aumônerie israélite des armées Septembre 2012/ Elloul 5772

Aumônerie israélite des armées Septembre 2012/ Elloul 5772 23 Les armes dans la bible Haïm Harboun La Bible explique que la paix constitue la profession de foi du peuple d Israël. Plus encore, la paix est, par excellence, la bénédiction des bénédictions, récurrente,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

Présentation de la leçon

Présentation de la leçon Branche : Eveil historique Sujet : Histoire de l écriture Situation de la leçon dans le programme : 734 p.143, 750 p.145 Compétences : 734 : Analyser de nombreux documents historiques ou autres et s entraîner

Plus en détail

ENVIRON 4000 ANS AVANT NOTRE ÈRE 1 PAR

ENVIRON 4000 ANS AVANT NOTRE ÈRE 1 PAR UNE VILLA ROYALE CHALDÉENNE ENVIRON 4000 ANS AVANT NOTRE ÈRE 1 PAR Léon IIeuzey A diverses reprises, j'ai indiqué déjà l'importance et le véritable caractère de tout un groupe de constructions et de monuments

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Sujet : l évolution des modes de paiement

Sujet : l évolution des modes de paiement Branche : Histoire Sujet : l évolution des modes de paiement Situation de la leçon dans le programme : 730, 734 p.143 ; 750 p.145 ; Compétences : 730 : Confronté à des traces du passé, s entraîner à: -

Plus en détail

Promenons-nous à travers le temps...

Promenons-nous à travers le temps... séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 10 La frise du temps e toir éhis r La P té iqui t L An Au temps des premiers hommes Au temps des Gaulois et des Romains Au temps des châteaux forts et des cathédrales Au temps

Plus en détail

III Les Sumériens ont inventé l écriture

III Les Sumériens ont inventé l écriture Qui a inventé l écriture? III Les Sumériens ont inventé l écriture Au IV e millénaire avant Jésus-Christ, les Sumériens, habitants de Mésopotamie, se mirent à tracer les plus anciens signes d écriture

Plus en détail

TABLE DES LIVRES ET DES INCIPIT. PROLOGUE... 7 Voici l homme...7 Voici l homme qui a appris...8 L homme ne cesse de regarder...9 Plonge ton visage...

TABLE DES LIVRES ET DES INCIPIT. PROLOGUE... 7 Voici l homme...7 Voici l homme qui a appris...8 L homme ne cesse de regarder...9 Plonge ton visage... TABLE DES LIVRES ET DES INCIPIT PROLOGUE... 7 Voici l homme...7 Voici l homme qui a appris...8 L homme ne cesse de regarder...9 Plonge ton visage...9 I L ABSOLU DE LA NEIGE... 11 Ces chemins qui ne mènent

Plus en détail

L ABBAYE DE FLOREFFE. Imprimé. L ABBAYE DE FLOREFFE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE. Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus.

L ABBAYE DE FLOREFFE. Imprimé. L ABBAYE DE FLOREFFE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE. Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus. Imprimé L ABBAYE, UN TABLEAU DU XVII e SIECLE L ABBAYE Au bout d un couloir, petit dialogue entre Priscus et Expeditus. E. C est un original ou une copie? P. Vous êtes souvent étonnés qu un «original»

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Par le frère Karim Zentici diplomé de l'université islamique de Médine

Par le frère Karim Zentici diplomé de l'université islamique de Médine 1 Par le frère Karim Zentici diplomé de l'université islamique de Médine 2 Sha bân Ô Allah! Bénis-nous les mois de Rajab et de Sha bân et fais-nous parvenir au mois du Ramadhan! Louange à Allah! Que les

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Une Rentrée en Images

Une Rentrée en Images Une Rentrée en Images Arles, inscrite au Patrimoine mondial de l UNESCO, est fortement marquée par son histoire depuis l Antiquité. Dans le cadre de la «Rentrée en images», nous vous proposons un parcours

Plus en détail

Les statistiques en biologie expérimentale : pourquoi? Comment? (première partie)

Les statistiques en biologie expérimentale : pourquoi? Comment? (première partie) Les statistiques en biologie expérimentale : pourquoi? Comment? (première partie) Au cours de ses études puis tout au long de sa carrière, un biologiste moléculaire ou un biochimiste est amené à apprendre

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Méthode de la carte de profondeur, le meilleur outil de conversion 2D à 3D!

Méthode de la carte de profondeur, le meilleur outil de conversion 2D à 3D! Méthode de la carte de profondeur, le meilleur outil de conversion 2D à 3D! Par: Shahrokh Dabiri, Téhéran, Iran. (Pour les utilisateurs de Photoshop) Traduction par Gérard Molinengault Presque tous les

Plus en détail

Les débuts de l islam

Les débuts de l islam Les débuts de l islam PBQ : Comment la religion musulmane, l islam, est-elle elle née et comment a-t-elle donné naissance à une brillante civilisation, l Islam? islam : Ensemble des croyances et des pratiques

Plus en détail

Le voyage du mansa Moussa

Le voyage du mansa Moussa Le voyage du mansa Moussa Template Mosquée de Djenné Mansa Moussa Magnard 2010 Qui est ce personnage? Justifie ta réponse. Le mansa Moussa, atlas catalan du XIVe siècle Belin 2010 Voici la correction.

Plus en détail

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR EN COMPAGNIE D ARISTOTE Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec QUELLE EST LA DÉFINITION DE LA BEAUTÉ, pour Aristote? À parcourir

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai?

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 1 www.jecrois.org Leçon 1-3 La Bible 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 2. La Bible est un très vieux livre qui a été sous la garde de beaucoup de personnes,

Plus en détail

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 1. Création d'un état... 2 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 4. Création d'un état avec plusieurs tables... 9 5. Modifier la structure d'un état...11

Plus en détail

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970.

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Madame Formentini, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Alexandre le Grand. 1-Alexandre et la conquête de son Empire. A-Alexandre le Grand, un stratège militaire

Alexandre le Grand. 1-Alexandre et la conquête de son Empire. A-Alexandre le Grand, un stratège militaire Alexandre le Grand Au IVe siècle avant J.-C., Alexandre succède à son père, le roi Philippe de Macédoine, conquérant de la Grèce. En 334 avant J.-C., Alexandre part à la conquête de l'asie et étend son

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

«Ne ressassez plus les choses d'autrefois» (Esaïe 43,18) Un surprenant regard deutéro-ésaïen sur le passé

«Ne ressassez plus les choses d'autrefois» (Esaïe 43,18) Un surprenant regard deutéro-ésaïen sur le passé «Ne ressassez plus les choses d'autrefois» (Esaïe 43,18) Un surprenant regard deutéro-ésaïen sur le passé Leçon inaugurale. Jean-Daniel Macchi 21 mars 2007 1 La question du deutéro-esaïe Esaïe 1-66 Ne

Plus en détail

Mathématiques Fiche pédagogique 1 / 5

Mathématiques Fiche pédagogique 1 / 5 Fiche pédagogique 1 / 5 Repères : Au Moyen Age, très peu de gens ont des notions de calcul, encore moins de géométrie ou d algèbre. Les mathématiciens grecs sont la référence ( Pythagore, Thalès ) pour

Plus en détail

Projet Prép. Préguidance Cours du professeur G. De Meur 2005. Système de numération : les principes de groupement et de position

Projet Prép. Préguidance Cours du professeur G. De Meur 2005. Système de numération : les principes de groupement et de position Ecriture formelle Système de numération : les principes de groupement et de position Ce qu est un système de numération Sur le plan de la REPRESENTATION des nombres, on s est vite rendu compte de la difficulté

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR FOCUSING: LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR Intervention d Eugène Gendlin à la 18eme conférence annuelle Internationale sur les traumatismes. Boston MA June 20-23 2007 Traduit par Brigitte Domas Bonjour, je

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

Mettre des PC en réseau

Mettre des PC en réseau 1 sur 8 25/03/2010 14:24 Mettre des PC en réseau Informations sur le tutoriel Auteur : ShigeruM Visualisations : 1 852 613 Salut les Zér0s! Plus d'informations Ici je vais vous apprendre à mettre deux

Plus en détail

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE 68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE Pêcheurs arabes dans leur petit voilier 378 La France allait être libérée ; je venais de me marier, à la date prévue depuis longtemps, et qui se trouva

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

NUMERATION BABYLONIENNE

NUMERATION BABYLONIENNE NUMERATION BABYLONIENNE tiré de http://histoired e chiffre s.fre e.fr/numeration/som m air e.htm Elle est apparue vers 1800 avant JC. Les Babyloniens ( de 5.000 ans avant JCjusqu'au début de notre ère)

Plus en détail

7, Chemin des Ormeaux 85 630 Barbâtre Tél : 09 54 25 74 15 courriel: fourage.devineau@free.fr

7, Chemin des Ormeaux 85 630 Barbâtre Tél : 09 54 25 74 15 courriel: fourage.devineau@free.fr 7, Chemin des Ormeaux 85 630 Barbâtre Tél : 09 54 25 74 15 courriel: fourage.devineau@free.fr Concours «Histoire et Patrimoine, Arts et Traditions» du Pays Challandais Avec le soutien de la Communauté

Plus en détail

TITRE Le zoo logique. AUTEURS Joëlle Jolivet Collection Editeur Seuil

TITRE Le zoo logique. AUTEURS Joëlle Jolivet Collection Editeur Seuil 1 TITRE Le zoo logique AUTEURS Joëlle Jolivet Collection Editeur Seuil 2 Présentation de l album Grand livre cartonné qui présente les animaux de façon «logique» c'est-à-dire sous forme de classements

Plus en détail

Initiation aux probabilités.

Initiation aux probabilités. Initiation aux probabilités. On place dans une boite trois boules identiques à l exception de leur couleur : une boule est noire, une est blanche, la troisième est grise. On tire une des boules sans regarder,

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

LES GRANDS NUMISMATES

LES GRANDS NUMISMATES 15 LES GRANDS NUMISMATES François Joyaux JULES SILVESTRE (1841 1918) Jules Silvestre fut le premier grand spécialiste français de la numismatique extrême-orientale. Sa carrière militaire et administrative

Plus en détail

«LE SEL VIENT DU NORD, L OR DU SUD ET L ARGENT DU PAYS DES BLANCS

«LE SEL VIENT DU NORD, L OR DU SUD ET L ARGENT DU PAYS DES BLANCS «LE SEL VIENT DU NORD, L OR DU SUD ET L ARGENT DU PAYS DES BLANCS MAIS LES PAROLES DE DIEU, LES CHOSES SAINTES, LES HISTOIRES SAVANTES ET LES CONTES POLIS, ON NE LES TROUVE QU A TOMBOUCTOU» (proverbe soudanais)

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 Nantas Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges La chambre que Nantas habitait depuis son arrivée de Marseille se trouvait

Plus en détail

Jacques Cœur. Marie Desmares

Jacques Cœur. Marie Desmares Jacques Cœur Iconographie du template Pierre l ermite menant la croisade populaire / Abreviamen de las Estorias Chevalier croisé / Commanderie de Cressac Observe cet extrait vidéo : est-ce un bâtiment

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Un conte de Mauritanie : le lièvre, le chameau et l hippopotame

Un conte de Mauritanie : le lièvre, le chameau et l hippopotame Un conte de Mauritanie : le lièvre, le chameau et l hippopotame Retrouvez ce conte et bien d autres sur www.conte-moi.net Texte du conte Un lièvre voulait cultiver son champ de mil, mais n'ayant pas la

Plus en détail

Droit matrimonial au Japon

Droit matrimonial au Japon Émile DURKHEIM (1905) Droit matrimonial au Japon Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Courriel: jmt_sociologue@videotron.ca

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Comment crypter des informations Informations destinées à l'enseignant

Comment crypter des informations Informations destinées à l'enseignant Informations destinées à l'enseignant 1/5 Mandat Objectif Sur l'internet, des tiers peuvent avoir accès à nos données (courriels ou fichiers virtuels en pièces jointes). Les élèves apprennent ici à utiliser

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée RESTRICTED ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée Original: anglais UNION DOUANIERE ENTRE L'UNION SUD-AFRICAINS ET LA RHODESIE DU SUD. Nouveau tarif douanier

Plus en détail

Quelques conseils pour préparer les examens de grec À l intention des étudiants

Quelques conseils pour préparer les examens de grec À l intention des étudiants Quelques conseils pour préparer les examens de grec À l intention des étudiants Avertissement Chers étudiants, Ce document a été rédigé dans le but de vous aider à mieux préparer vos examens, en explicitant

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit [Choisir la date] LA PETITE FILLE ET LES ALLUMETTES HANS CHRISTIAN ANDERSEN CONTES D ANDERSEN, 1876, P.157-161 TEXTE INTEGRAL Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit n était pas loin ; c était

Plus en détail

Genèse de l'édifice. Lieu :

Genèse de l'édifice. Lieu : Genèse de l'édifice. Ce chalet a été construit par Monsieur L. en 1962. Sur ce terrain n'était qu'un vaste champ. Cependant, cela fait environ 30 ans que Monsieur L n'y est point remonté. Seules Madame

Plus en détail

L'oeuf d'âne. pour ne pas se tromper. Un marchand qui le connaît s'approche : - Que regardes-tu Jacot?

L'oeuf d'âne. pour ne pas se tromper. Un marchand qui le connaît s'approche : - Que regardes-tu Jacot? 1. Il y a fort longtemps, vivait dans la campagne vaudoise, un vieux couple de paysans. Lui était connu au village pour être un peu sot. 2. Un jour, la paysanne dit à son mari : - Jacot, je me fais vieille.

Plus en détail

"Children and Childhood in Western Societies since 1500" et "The Children of the Poor" H. Cunningham

Children and Childhood in Western Societies since 1500 et The Children of the Poor H. Cunningham Séminaire: "L'enfant travailleur" "Children and Childhood in Western Societies since 1500" et "The Children of the Poor" H. Cunningham Hugh Cunningham est professeur d'histoire sociale à l'université de

Plus en détail

Article. «Lettre à Pauline : petit essai sur l écriture de Jacques Brault» Pascal Riendeau. Contre-jour : cahiers littéraires, n 7, 2005, p. 47-50.

Article. «Lettre à Pauline : petit essai sur l écriture de Jacques Brault» Pascal Riendeau. Contre-jour : cahiers littéraires, n 7, 2005, p. 47-50. Article «Lettre à Pauline : petit essai sur l écriture de Jacques Brault» Pascal Riendeau Contre-jour : cahiers littéraires, n 7, 2005, p. 47-50. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Faubourg Saint Médard

Faubourg Saint Médard Faubourg Saint Médard de 1860 à 1914 "Je m'informe donc je suis. J'agis donc j'existe" Dominos LA FONTAINE asbl À la recherche de l'histoire de notre local dans le cadre de nos activités d'éducation permanente

Plus en détail

Une extension compatible TRM, du jeu «la corbeille». cc-by-nc-sa http://www.valeureux.org/blog/offres/nos-outils/jeu-la-corbeille/

Une extension compatible TRM, du jeu «la corbeille». cc-by-nc-sa http://www.valeureux.org/blog/offres/nos-outils/jeu-la-corbeille/ La Corbeille tour TRM Avec Stéphane Laborde Version 3.5 à la date du 27/06/2014 Une extension compatible TRM, du jeu «la corbeille». cc-by-nc-sa http://www.valeureux.org/blog/offres/nos-outils/jeu-la-corbeille/

Plus en détail

Comment est né noue projett

Comment est né noue projett Toumicoton Comment est né noue projett Depuis le début de cette année scolaire, je me suis montrée particulièrement attentive à tout ce qui touchait l'identité de chaque enfant: chacun est unique et chacun

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde

5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde 5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde Le Saint-Esprit: le Dieu oublié Éphésiens 1.15-19 (Parole vivante) C est pourquoi moi aussi, ayant

Plus en détail

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour Luc Baptiste Le village et enfin Bleu autour À Édith et Jean Baptiste, mes parents À mon fils Enki image C est une femme dure et triste qui marche dans la cour d un domaine, comme on dit en Allier. Une

Plus en détail

Aurore et les treize princes

Aurore et les treize princes Aurore et les treize princes I. La princesse Aurore........................ 4 II. Le prince Redoutable....................... 6 III. Le prince Gourmand....................... 8 IV. Le prince Lecteur.........................

Plus en détail

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim.

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Entre-temps, je m étais enfilé le deuxième paquet de crackers que j avais

Plus en détail

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012 mai 2012 LEÇON En route pour Jérusalem Sabbat Fais l activité de la semaine, p. 38. Est-ce que ta famille a déjà déménagé dans un endroit inconnu? Quels étaient tes sentiments? Avais-tu peur, étais-tu

Plus en détail

Statue d Auguste dite «de Prima Porta» Fiche de synthèse Histoire des Arts

Statue d Auguste dite «de Prima Porta» Fiche de synthèse Histoire des Arts Statue d Auguste dite «de Prima Porta» Fiche de synthèse Histoire des Arts Nom : statue d Auguste dite de Prima Porta. Auteur : inconnu. Inspiration : Polyclète (sculpteur grec du Ve av. J. -C.) pour la

Plus en détail

Les civilisations amérindiennes et la colonisation

Les civilisations amérindiennes et la colonisation Les civilisations amérindiennes et la colonisation Les civilisations amérindiennes La voûte maya. Comme les Romains.. les Mayas édifièrent des monuments en forme d'arc de triomphe. Cette construction séparait

Plus en détail

BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT

BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT ÉTAIENT PRÉSENTS: Mme GISÈLE GALLICHAN, présidente M. JOHN HAEMMERLI, commissaire AUDIENCE PUBLIQUE SUR LE PROJET D AGRANDISSEMENT DU LIEU D ENFOUISSEMENT

Plus en détail

D Amboise, Marius Filles du roi 2

D Amboise, Marius Filles du roi 2 Les filles du roi N ous avons tous, un jour ou l autre entendu parler des filles du roi. La connaissance qu en a la plupart de nous est cependant très approximative et souvent, erronée. Qui étaient ces

Plus en détail

2 joueurs dès 8 ans But: pour les chèvres: encercler les 4 tigres; pour les tigres: manger 12 chèvres.

2 joueurs dès 8 ans But: pour les chèvres: encercler les 4 tigres; pour les tigres: manger 12 chèvres. PLACE DE MILAN 1 - Bagh Chal Jeu de stratégie - Népal - ASIE Le Bagh Chal est le jeu national du Népal. Il fait partie d une famille de jeux appelée jeux de chasse dans laquelle les joueurs n ont pas le

Plus en détail

L INDIEN QUI NE SAVAIT PAS COURIR. Une grille de mots

L INDIEN QUI NE SAVAIT PAS COURIR. Une grille de mots L INDIEN QUI NE SAVAIT PAS COURIR Une grille de mots En lisant l introduction du livre, complète les mots croisés. 1 Prénom de l enfant handicapé de cette histoire. 2 Autre nom donné aux Indiens appelés

Plus en détail

jusqu'à ce que les petits cailloux- se détachent de ses flancs trop roides. Le soleil alors parvient ciment de glace (lui les unit;

jusqu'à ce que les petits cailloux- se détachent de ses flancs trop roides. Le soleil alors parvient ciment de glace (lui les unit; 146 EXCURSIONS AUX ALPES. les surfaces environnantes s'abaissent par l'effet de l'évaporation et de la fonte, et il arrive par là peu à peu au niveau du reste de la surface, où il finit par former un cône

Plus en détail

ON LUI A VOLÉ LA VIE DE SON ENFANT ET ON LUI A AUSSI VOLÉ SA MORT!

ON LUI A VOLÉ LA VIE DE SON ENFANT ET ON LUI A AUSSI VOLÉ SA MORT! l'enfant et son père FÉDÉRATION DES MOUVEMENTS DE LA CONDITION PATERNELLE pour une responsabilité parentale égale en cas de séparation et de divorce F.M.C.P. - tél. 01 43 41 45 18 - fax. 01 40 04 94 95

Plus en détail

1 Tavaillons en France.

1 Tavaillons en France. Le chalet du Risoux Avec un nom aussi mythique que cela, il pourrait apparaître comme normal que ce chalet soit encore connu de tout un chacun. Raison supplémentaire, il n y eut jamais, à notre connaissance,

Plus en détail

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de La poste : La Missive des Archives N 10 Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883 La poste à cette époque se situait, place de l église dans la maison de Monsieur CAROUZET,

Plus en détail

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE Qui êtes-vous? Chaque année l'a.b.f. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés

Plus en détail

ANNEXE 21 : Exercice Les champs magnétiques

ANNEXE 21 : Exercice Les champs magnétiques LES CHAMPS Physique ANNEXE 21 : Exercice Les champs magnétiques Nom : Date : 1. Tu as en ta possession un aimant droit et un morceau de fer non magnétisé. Ces deux objets ont l'air identique. Comment pourrais-tu

Plus en détail