Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris"

Transcription

1 Point sur la situation en Espagne LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles Paris 13 avril 2012

2 Depuis trois semaines, les marges de crédit de l Espagne sont sous pression Plusieurs événements ont pesé sur la confiance : Début mars, l annonce unilatérale par le gouvernement d une révision de l objectif de déficit public 2012 de 4,4% à 5,8% a commencé à semer le doute. Le 25 mars, le parti populaire est arrivé en tête des élections locales en Andalousie, mais sans obtenir de majorité absolue. Le 30 mars, l Eurogroup a annoncé que le plafond du FESF/MES serait porté à 700 Mds EUR alors que certains attendaient plus. L échec partiel d une adjudication d obligations à dix ans le 4 avril a également pesé sur la confiance. Le spread par rapport à l Allemagne a augmenté de 70 points de base depuis la fin du mois de mars. La courbe des taux est plus pentue qu elle ne l était début décembre 2011 avec la partie courte de la courbe qui reste sur des niveaux raisonnables. Cela signifie que les inquiétudes sont sans doute davantage liées à l équilibre financier de long terme du pays qu à un risque imminent de faillite. 2 Point sur la situation en Espagne

3 Les déséquilibres extérieurs sont en cours de résorption Le déficit courant s est nettement réduit en L amélioration a été progressive depuis. La dégradation des derniers mois provient de la composante revenu net, par nature très volatile. L amélioration de la balance des biens et services est en revanche plus régulière. La balance du tourisme étant restée à peu près stable, l essentiel de l amélioration provient du reste. En quatre ans, la part des exportations dans le PIB a progressé de 4 points de PIB, celle des importations a baissé de 4. Sur la période, les exportations ont progressé de 12% en volume, les importations ont baissé de 20%. 3 Point sur la situation en Espagne

4 Les collectivités locales expliquent l essentiel du dérapage en 2011 L administration centrale a déjà réduit son déficit de quatre points de PIB entre 2009 et Le déficit des administrations régionales a été stable à 2,9% du PIB alors que le budget prévoyait une réduction pour atteindre 1,6%. Une loi va être passée dotant le gouvernement de pouvoirs d ingérence dans la gestion des collectivités locales et de sanctions (limogeage des fonctionnaires). 4 Point sur la situation en Espagne

5 Le budget 2012 repose sur une réduction du déficit de 8,1% à 5,3% du PIB Après avoir annoncé des mesures représentant près de 1,5% du PIB fin décembre 2011, le gouvernement a présenté fin mars le budget de l administration centrale pour l exercice Des mesures de réduction des dépenses et d augmentation des ressources ont été présentées pour un montant total de 27 Mds EUR. Les réductions de dépenses portent essentiellement sur les dépenses courantes et les investissements avec une réduction moyenne de 17% des enveloppes ministérielles (environ 13,4 Mds EUR), et d environ 20% des crédits d investissement (environ 1,3 Mds EUR). Les salaires de la fonction publique sont gelés, des crédits d investissement et de R&D sont supprimés. Côté ressources, les impôts sont augmentés d environ 12 Mds EUR mais seulement 8,5 Mds EUR iront dans les caisses des administrations centrales, le solde étant redistribué aux collectivités locales. Le gouvernement a choisi de ne pas augmenter la TVA, ce qui laisse une marge de manœuvre éventuelle, le taux actuel étant de 18% contre une moyenne européenne à 21%. De nombreux produits bénéficient de plus d un taux réduit. Les impôts sur les sociétés devraient être augmentés de 5,3 Mds EUR par la suppression de diverses réductions, un projet d amnistie fiscale devrait permettre de faire rentrer 2,5 Mds EUR et les impôts sur le revenu devraient être augmentés de 4,1 Mds EUR. Dans l ensemble, sous réserve de bonne exécution, ces mesures devraient permettre à l administration centrale de remplir son objectif de réduction du déficit de 1,6 point de PIB pour Point sur la situation en Espagne

6 Les collectivités locales constituent la partie la plus sensible du plan de réduction Les collectivités locales ont contribué aux deux tiers du dérapage budgétaire de Les ressources des régions sont pour l essentiel constituées par une quote-part des différents impôts perçus au niveau central (50% de la TVA, 50% des impôts sur le revenu, 100% des taxes sur l électricité et une partie des taxes sur l alcool et le tabac). Un mécanisme de péréquation permet d assurer un niveau similaire de service fondamental pour les habitants. Les régions fixent en partie le niveau des taxes sur leur territoire. Une partie des augmentations d impôts décidées au niveau central devrait donc avoir un impact sur le déficit des régions (environ 0,3%-0,4% du PIB). Les dépenses de santé, d éducation et de services sociaux sont en grande partie à la charge des régions et représentent entre 80 et 90% de leurs dépenses totales. Un niveau minimum de service est fixé par la loi rendant ainsi une grande partie de la dépense publique locale incompressible, sauf modification de la loi. Les dernières déclarations du gouvernement (10 avril 2012) laissent anticiper 10 Mds EUR de réduction des dépenses de santé et d éducation. Ces baisses devraient notamment intervenir au travers d une réduction des minimums légaux de service pour faciliter la réduction du déficit par les collectivités locales. Début mai, les budgets régionaux doivent être étudiés par le conseil sur les politiques fiscales. Ceci devrait permettre d assurer une coordination par le gouvernement des efforts de rigueur. 6 Point sur la situation en Espagne

7 Contraction modérée de l activité pour le moment Les indices PMI sont cohérents avec une contraction de l ordre de 1,0% annualisé du PIB. Le budget du gouvernement est calé sur une contraction du PIB de l ordre de 1,7% en Cette hypothèse suppose une contraction moyenne de l ordre de 2,4% annualisé d ici la fin de l année. Le PMI composite devrait donc redescendre vers 40 pour valider cette hypothèse. Les destructions d emplois sont toujours importantes compte tenu de la baisse d activité. 7 Point sur la situation en Espagne

8 Le niveau d endettement (67%) laisse une marge de manœuvre au gouvernement Déception chronique + récession plus forte en 2012 et 2013 ( -3,7% et -2,5%) Solde budgétaire inférieur de 1% en permanence par rapport au scénario de base Croissance inférieure de 1% par rapport au scénario de base Taux d emprunt moyen restant à 4,5% Réduction du déficit à 5,3% en 2012, 3,3% en 2013, puis de 1% par an jusqu en 2015 puis stable Contraction de 1,7% en 2012 puis retour progressif à une croissance potentielle de 2% en 2016 Taux d emprunt moyen à 4,5% puis normalisation à 3,5% à partir de Point sur la situation en Espagne

9 Le Trésor a couvert 40% de son besoin de financement moyen/long terme pour 2012 L objectif publié au début de l année était de 86 Mds EUR d émissions brutes pour les obligations à moyen et long terme, dont 36 Mds EUR d émissions nettes. Les émissions nettes à ce jour représentent 33 Mds EUR mais une grosse échéance tombera fin avril (12 Mds EUR). D après les données de la BCE, les banques espagnoles ont acheté près de 39 Mds EUR d obligations d Etat sur les deux premiers mois de l année. 9 Point sur la situation en Espagne

10 En cas de dégradation de l appréciation des marchés, quelles sont les forces de rappel? Les pays de la zone euro se sont mis d accord sur la révision du plafond global des dispositifs d aide. Celui-ci est porté de 500 Mds EUR à 700 Mds EUR, avec un cumul temporaire des moyens du FESF et du MES. Le FESF poursuivra le financement des plans qu il assure actuellement et pourra être utilisé jusqu à la mi-2013 pour porter la capacité de nouveaux prêts à 500 Mds EUR en attendant que le MES soit pleinement opérationnel après le versement de la dernière tranche du capital à la mi Par ailleurs, les pays de la zone euro se sont engagés à apporter 150 Mds EUR de financement supplémentaire au FMI. Les autres pays du G20 doivent annoncer le montant qu ils sont prêts à apporter à l instance internationale. Globalement, il serait envisageable d assurer un plan d aide à l Espagne couvrant les besoins de financement sur les deux prochaines années, mais il est peu probable que de nouveaux moyens soient mis en œuvre au-delà de ce qui a été annoncé. La capacité de l Espagne à se financer sur le marché reste donc essentielle, ce qui rend l évolution des taux de marché cruciale pour permettre au pays de restaurer ses finances publiques. Or on ne peut pas totalement exclure un scénario de forte remontée de l aversion au risque, causée par des problèmes purement espagnols ou par autre chose, s autoentretenant dans un cercle vicieux. En pareil cas, la capacité de la BCE à agir reste sujette à discussion. Quel serait l effet d une nouvelle opération de LTRO? Le précédent grec ayant établi la séniorité de fait de la BCE sur tous les autres porteurs, les achats de dette dans le cadre du programme SMP est une arme à double tranchant. Au final, la BCE reste capable d inventer un nouveau dispositif. 10 Point sur la situation en Espagne

11 Possible renflouement du secteur bancaire par l Etat mais impact modeste Le secteur des caisses d épargne poursuit sa consolidation avec la constitution de 15 groupes à partir des 45 caisses préexistantes. En février, le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures destinées à nettoyer les bilans bancaires des expositions problématiques au secteur résidentiel. Ces mesures s appliquent au stock détenu au 31/12/ % des expositions au secteur de la construction et aux promoteurs immobiliers sont considérées comme problématiques (175 Mds EUR). Il s agit de mettre en place des provisions couvrant le risque de dégradation des expositions saines (10 Mds EUR), des provisions spécifiques pour les actifs problématiques (25 Mds EUR) et des surcharges de capital pour répondre aux incertitudes sur la valorisation des terrains et des maisons en construction (15 Mds EUR). Celles-ci viennent s ajouter aux 105 Mds EUR de provisions qui ont déjà été passées par les banques depuis janvier Concrètement, les provisions sur les prêts pour l achat de terrains doivent passer à 60% de la valeur du prêt et celles sur les maisons en construction doivent passer à 46% de la valeur. Le surplus de capital doit permettre de faire passer la couverture des prêts liés à des terrains à 80 % et celle des prêts liés à des chantiers en cours à 65%. Compte tenu des ratios prêt / valeur d actifs des portefeuilles, les provisions permettraient d absorber une baisse de 80% du prix du collatéral. Les banques ont jusqu à la fin 2012 pour se mettre en règle sauf en cas de rapprochement où elles disposent alors d un délai supplémentaire. Si les banques ne se conforment pas à ces nouvelles règles, le gouvernement, via le FROB (Fonds de Restructuration des Banques), rentrera à leur capital. Il est donc possible que la mise en œuvre de ce plan entraîne des besoins de financement supplémentaires pour le gouvernement. Par ailleurs, les banques seront touchées par la dégradation supplémentaire des conditions macroéconomiques, avec notamment une augmentation des créances douteuses. Même si l intégralité de la provision doit être assumée par le gouvernement, cela ne représenterait qu une augmentation du ratio d endettement de l ordre de 5%. 11 Point sur la situation en Espagne

12 Conclusion L évolution plus favorable du spread italien montre l importance que revêt l appréciation portée par les marchés sur la crédibilité des dirigeants politiques. Le gouvernement espagnol vient d annoncer des mesures de réduction du déficit pour un montant d environ 27 Mds EUR. Une partie non négligeable repose sur des baisses de dépenses dont l exécution devra être surveillée. Les régions doivent fournir un effort de réduction du déficit qu elles n ont pas encore été en mesure de faire. L attention portée aux dépenses de santé et d éducation, à la charge des collectivités locales, devrait permettre une amélioration sur ce plan. Sur un plan macroéconomique, le pays poursuit son rééquilibrage après les excès des années Pour l instant, les indicateurs décrivent une activité en contraction, mais à un rythme inférieur à la baisse implicite dans les prévisions du gouvernement. Toutefois les mesures annoncées pèseront sur l activité. Comme toujours dans les questions de consolidation fiscale, au delà des annonces faites par le gouvernement, l essentiel sera de surveiller la mise en œuvre des mesures annoncées par le gouvernement, à vérifier dans les données d exécution budgétaire à venir. Compte tenu du niveau actuel d endettement de l Espagne, il est peu probable que le ratio de dette atteigne un niveau justifiant une restructuration. Même en incluant une recapitalisation importante du secteur bancaire (environ 5% du PIB) et en dégradant les prévisions de croissance et d exécution budgétaire, le niveau resterait soutenable. Autant les fondamentaux sont rassurants, autant la perception qu en auront les marchés, et donc l évolution des taux à court terme, est difficile à prévoir et l on ne peut pas totalement exclure une nouvelle hausse de l aversion au risque et des taux espagnols. Néanmoins l exemple du Portugal depuis la fin janvier montre qu une amélioration ne nécessite pas d événement déclencheur particulier. Par ailleurs, le mouvement de tension se concentre sur les maturités les plus longues, les taux courts restant bas : le surcoût de financement reste à ce jour modeste. 12 Point sur la situation en Espagne

13 Annexes : données d activité 13 Point sur la situation en Espagne

14 Annexes : spreads des pays de la zone euro à dix ans 14 Point sur la situation en Espagne

15 Avertissement au lecteur Ce document n'a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d information. Il fait état d analyses ou descriptions préparées par Lazard Frères Gestion SAS sur la base d informations générales et de données statistiques historiques de source publique. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. De plus, les instruments ou valeurs figurant dans ce document sont soumis aux fluctuations de marché et aucune garantie ne saurait être donnée sur leur performance ou leur évolution future. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d achat ou de vente, ni une incitation à l investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans ce document ne constitue pas une approche exclusive et Lazard Frères Gestion SAS se réserve la faculté d utiliser toute autre méthode qu elle jugera appropriée. Ces présentations sont la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. Par ailleurs, certains services rendus/et ou placements figurant dans ce document peuvent présenter des risques particuliers et ne sont pas nécessairement adaptés à tous les investisseurs. Il appartient donc à toute personne de mesurer de façon indépendante les risques attachés à ces services et/ou placements avant tout investissement.tout investisseur est tenu de se reporter aux conditions proposées par Lazard Frères Gestion SAS à sa clientèle afférent aux services et/ou placements figurant dans ce document. 15 Point sur la situation en Espagne

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PARTICIPATION DE LA FRANCE AU DÉSENDETTEMENT DE LA GRÈCE

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PARTICIPATION DE LA FRANCE AU DÉSENDETTEMENT DE LA GRÈCE PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PARTICIPATION DE LA FRANCE AU DÉSENDETTEMENT DE LA GRÈCE Version du 07/10/2014 à 08:46:15 PROGRAMME 795 : VERSEMENT DE LA FRANCE À LA GRÈCE AU TITRE

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Mise à jour risque pays

Mise à jour risque pays Mise à jour risque pays Espagne 14 novembre 2012 1 Résumé analytique L économie espagnole se contractera en 2012 et en 2013 Le durcissement des conditions de crédit pose problème à de nombreuses entreprises

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire

Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire Le gouvernement grec a annoncé un plan de rigueur qui prévoit notamment de baisser le déficit public à 8,7% en 2010 avant de le ramener dans les limites

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Université de Technologie de Compiègne. 27 mars 2013. Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10

Université de Technologie de Compiègne. 27 mars 2013. Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10 Exposé Aurélien DUMAINE Marie KAZÉRONI Université de Technologie de Compiègne 27 mars 2013 Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10 Étude de documents Documents 12 et 13 page 41 Thématique Le commerce

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 15, 13 avril 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La crise redémarre en Europe Création des OAT futures, le 16 avril Profitez

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2012 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2012 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 5 mars 2013 RESULTATS ET ACTIVITE 2012 DE LA BANQUE POSTALE Appuyée sur des résultats solides, La Banque Postale poursuit avec confiance le développement de ses activités

Plus en détail

Lettre aux communes 1/2012. Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique

Lettre aux communes 1/2012. Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique Lettre aux communes 1/2012 Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique En 1990, les recettes et les dépenses cumulées de l ensemble des communes suisses représentaient respectivement

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne EUROVALYS Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement

Plus en détail

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur Inflation + 2020 Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur, Crédit Agricole CIB Un horizon de placement

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

régime de retraite supplémentaire 1,24%

régime de retraite supplémentaire 1,24% rapport de gestion 2011 CCPMA Prévoyance régime de retraite supplémentaire 1,24% CCPMA Prévoyance, auprès de vous à chaque instant Le 1,24% en chiffres 271 502 5 175 cotisants entreprises adhérentes 108

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 31 MARS 2010 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE DU 13 MAI 2010 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 31 MARS 2010 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE DU 13 MAI 2010 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR TERMINÉ LE 31 MARS CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE DU 13 MAI FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR MISE EN GARDE Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs concernant le Fonds de placement immobilier

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE R E S S O U R C E S DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE Finances PR/MB CONSEIL MUNICIPAL 5 décembre 2011 Par délibérations des

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Cette note est la suite d une première note sur la crise de la Grèce. Une prochaine note sera consacrée au plan d aide à la Grèce et à ses conséquences (suppression

Plus en détail

Une solution politique pour sauver une monnaie «politique»?

Une solution politique pour sauver une monnaie «politique»? Flash Stratégie juin 2015 Une solution politique pour sauver une monnaie «politique»? Jean Borjeix Paris, le 29 juin 2015 La communauté européenne n arrive pas à conclure un accord avec la Grèce alors

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

SEMINAIRE TECHNIQUE UMF Malte, le 23 novembre 2012

SEMINAIRE TECHNIQUE UMF Malte, le 23 novembre 2012 SEMINAIRE TECHNIQUE UMF Malte, le 23 novembre 2012 Novembre 2012 - Malte SOMMAIRE SITUATION DES MARCHES Immobiliers Financiers ACTUALITES REGLEMENTAIRES EXEMPLE D UNE OPTIMISATION D ENVELOPPE BUDGÉTAIRE

Plus en détail

Pour aller plus loin Guide de réponse au client

Pour aller plus loin Guide de réponse au client Assurance vie Pour aller plus loin Guide de réponse au client AXA Life Europe Limited Membre du Groupe AXA. Siège social : Wolfe Tone House, Wolfe Tone Street, Dublin 1, Irlande. Immatriculée sous le n

Plus en détail

Optimisation de la gestion de trésorerie

Optimisation de la gestion de trésorerie Optimisation de la gestion de trésorerie Problématiques financières et solutions de placements Marie BUCKWELL Guillaume DE LAMAZE 1- Optimiser la gestion des excédents trésorerie Principe de base : tendre

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2014. Vendredi 2 mai 2014

Résultats du premier trimestre 2014. Vendredi 2 mai 2014 Résultats du premier trimestre 2014 Vendredi 2 mai 2014 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de Boursorama.

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires Lettre aux actionnaires Comptes du Groupe au 30 juin 2010 Message des présidents Mesdames, Messieurs, L actualité économique du premier semestre a été marquée par la crise d endettement dans certains pays

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

L Union Economique et Monétaire (UEM) - Vers un effondrement ou une intégration renforcée de la zone euro?

L Union Economique et Monétaire (UEM) - Vers un effondrement ou une intégration renforcée de la zone euro? L Union Economique et Monétaire (UEM) - Vers un effondrement ou une intégration renforcée de la zone euro? L avenir de l Europe passe probablement par un renforcement accru de l union politique et budgétaire.

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015 Priorité au développement : Korian accélère PARIS 17 SEPTEMBRE 2015 1 Un leader européen bien en place Leader du Bien Vieillir implanté dans des pays à fort potentiel BELGIQUE 55 établissements 6 176 lits

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

La crise de la dette dans la zone euro vue par l Association suisse des banquiers (ASB)

La crise de la dette dans la zone euro vue par l Association suisse des banquiers (ASB) La crise de la dette dans la zone euro vue par l Association suisse des banquiers (ASB) A. Questions relatives aux répercussions pour la Suisse 1 Dans quelle mesure la Suisse est-elle touchée par la crise

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-05

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-05 May 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-05 Les coûts et l impact des plans de secours aux pays en détresse de la périphérie de la zone euro Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG School of

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES. Le 29 janvier 2015

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES. Le 29 janvier 2015 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES Le 29 janvier 2015 James V. Continenza Président exécutif du conseil d administration 2 James M. Lopez Président et chef de la direction 3 Avis de non-responsabilité

Plus en détail

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE APPRENDRE A TENIR SA Module 1 : Préparer des états comptables Personnes devant tenir la comptabilité d une entreprise 3 jours Connaître les documents commerciaux nécessaires à la production des états comptables

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail