Suivi de la Cartographie du Bruit 2012 du Grand Lyon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suivi de la Cartographie du Bruit 2012 du Grand Lyon"

Transcription

1 Université de Toulouse MASTER 2 GEOMATIQUE «Science de l Information Géoréférencée pour la Maîtrise de l environnement et l Aménagement des territoires» (SIGMA) RAPPORT DE STAGE Suivi de la Cartographie du Bruit 2012 du Grand Lyon DUBOIS Pierre-Henri Maître de stage : VALLET Julie Tuteur-enseignant : LE CORRE Sébastien Septembre 2012

2 Résumé Le bruit est un phénomène inhérent aux grandes agglomérations. Les citadins sont à la fois victimes et acteurs de leur environnement sonore. La cartographie stratégique du bruit est réalisée afin d identifier les populations soumises à des niveaux sonores trop élevés ainsi que les points noirs de bruit et zones de calme. Les documents produits serviront à informer et sensibiliser le grand public mais aussi à appuyer les décisions concernant la stratégie territoriale. L objectif principal de ce stage consiste à appuyer techniquement la Mission «Air, Bruit, Santé Environnement» du Grand Lyon dans sa révision de la cartographie du bruit à l échéance Cet appui se fera sous la forme d une expertise SIG, d études quant à la révision des méthodologies précédemment déployées et d automatisions des traitements. Le second objectif consiste à animer la gestion de projet et servir d appui et d interlocuteur pour les pôles de compétences pluridisciplinaires. Mots Clefs : Bruit, Santé, Cartographie, Grand Lyon, Acoucité, SIG, Cartographie Stratégique, Environnement Sonore Abstract Noise is inherent in large densely populated urban areas. City-dwellers are both exposed to and responsible for environmental noise. Strategic environmental noise mapping aims at identifying the populations exposed to unacceptably high levels of noise as well as areas of noise exceedance and areas of existing quiet. The documents produced will be used not only to inform the general public and make them aware of noise issues, but also as a basis for the adoption of noise action plans at territorial level. The main object of this training period has been to technically support the Air, Noise, Health and Environment Mission commissioned by «le Grand Lyon» - Greater Lyons - in revising noise mapping by This will be carried out in the form of an SIG expertise, assesssment of the revision methods previously in use and data processing automation. The second object of this training period is to animate the management of the project by acting both as a resource and an interlocutor for the multidisciplinary poles of competence. Key Words : Noise, Health, Mapping, Grand Lyon, Acoucité, Strategic Mapping, sound environments

3 Table des matières Résumé... 1 Remerciements... 4 Glossaire... 5 Introduction Contexte du projet Structure d accueil Contexte réglementaire Acteurs Organisateurs Fournisseurs Structures soumises à la cartographie Acteurs utilisant la cartographie Besoins du projet Conduite de projet Expertise technique Communication et valorisation des données Acteurs du projet «Cartographie du bruit 2012» Données nécessaires Technologies déployées Méthode de gestion Phase de lancement Choix de la méthode de gestion Phase de déroulement Construction des méthodologies et traitements Sources ferroviaires Train Tramway et Rhônexpress Sources routières Géométrie Trafic Données cibles : bâti et population Bâti Population Autres données : Absorption du sol... 31

4 3. Conduite de projet Plannings Planning prévisionnel Planning réel Indicateurs de gestion Identification des verrous Verrous internes au Grand Lyon Verrous externes Effets indésirables Discussion Conclusion Bibliographie Table des annexes Annexe I : Schéma de déroulement du projet... I Annexe II : Absorption du sol : table de correspondance... II Annexe III : Plannings détaillés... III

5 Remerciements Je tiens d abord à remercier ma responsable de stage au sein de la communauté Urbaine du Grand Lyon, Julie Vallet, pour sa confiance, son temps et son soutien accordé tout au long de ce stage. J en profite pour remercier l équipe du Service Ecologie, tout particulièrement Alison Grimond-Teste, Jocelyne Bera et Muriel Delabarre pour leur bonne humeur et leur soutien lors de la rédaction du mémoire. Un grand merci à mon tuteur enseignant, Sébastien Le Corre pour son soutien, ses conseils avisés, sa compréhension et sa bonne humeur. J en profite pour remercier toute l équipe enseignante du Master SIGMA pour la solide base de connaissances apportée m ayant permis d appréhender le monde professionnel en toute sérénité. Je remercie également l équipe de travail d Acoucité et tout particulièrement Valérie Janillon et Guillaume Gladieux pour leur écoute, leur confiance et les nombreuses séances de travail communes dans la bonne humeur. Je tiens aussi à remercier Bernard Miège du CETE le Lyon pour le partage de ses connaissances techniques et méthodologiques. Enfin, j adresse une attention particulière à mes proches m ayant soutenu tout au long de mon cursus universitaire et particulièrement pendant la période du stage.

6 Glossaire CIDB : Centre d Information et de Documentation sur le Bruit. CERTU : Centre d'etudes sur les Réseaux, les Transports, l Urbanisme et les constructions publiques. WG-AEN : Working Group Assessment of Exposure to Noise. CETE : Centre d'études Techniques de l'équipement. IGN : Institut National de l Information Géographique et Forestière [Anciennement «Institut Géographique National»]. OMS : Organisation Mondiale de la Santé. RFF : Réseau Ferré de France. INSEE : Institut National de la Statistique t des Etudes Economiques. DGDU : Direction Générale au Développement Urbain. DPPA : Direction de la Planification et des Politiques d Agglomération. DSIT : Direction des Systèmes d'information et des Télécommunications. OVD : Observation et Valorisation des Données. MOI : Management, Organisation et Informatique. EPCI : Etablissement Public de Coopération Intercommunale. RGE : Référentiel à Grande Echelle. IRIS : Ilots Regroupés pour l'information Statistique. TMJA : Trafic Moyen Journalier Annuel. ICPE : Installations classées pour la protection de l'environnement. PLU : Plan Local d'urbanisme. SCOT : Schéma de cohérence territoriale. PPBE : Plan de prévention du bruit dans l'environnement. SIG : Système d'information géographique.

7 Introduction «La santé n est pas seulement l absence de maladies mais un état de complet bien-être physique, mental et social.» [O.M.S. 1948] Le bruit est un phénomène omniprésent en agglomération. De nombreuses personnes sont soumises à une exposition trop élevée, qu il s agisse de bruits de forte intensité sur de courtes durées ou d une exposition continue. Les nuisances sonores sont à l origine de nombreux troubles comme les déficits auditifs, la perturbation du sommeil, l aggravation des troubles du système cardio-vasculaire ou l affectation du système nerveux [stress, changement de comportement etc.]. Ayant pris conscience de l impact de l environnement sonore sur la santé, l Union Européenne légifère en 2002 pour donner naissance à la directive 2002/49/CE relative à «l évaluation et la gestion du bruit dans l environnement». Cette directive vise l évaluation du niveau sonore à l échelle Européenne en privilégiant les axes bruyants et les grandes agglomérations. Dès 1995 le Grand Lyon envisage la création d un Observatoire de l Environnement Sonore. Ce dernier se concrétisera avec la création de l association Acoucité en Association créée à l initiative du Grand Lyon, Acoucité est un pôle de compétences pluridisciplinaire ayant en charge la gestion de l Observatoire de l Environnement Sonore Urbain. En 2002, le Grand Lyon, appuyé par Acoucité renforce ses actions de lutte contre le bruit en développant des outils permettant de répondre aux exigences de la directive lors du projet Européen GIpSynoise. La première cartographie du bruit sur l agglomération Lyonnaise a été réalisée en La législation oblige une reconduite du projet tous les cinq ans. C est dans ce contexte que j ai intégré l équipe de la Mission «Air, Bruit, Santé Environnement» du Service Ecologie du Grand Lyon. Ce stage est l aboutissement de mon cursus, mêlant Systèmes d Information Géographiques et environnement. Il s articule autour du projet «Révision de la cartographie du bruit du Grand Lyon à l échéance 2012». Cette nouvelle échéance implique de se positionner par rapport à un travail déjà effectué et des méthodologies déjà construites. Intégré dans une équipe dynamique, il m incombe de me positionner en qualité d expert SIG véhiculant une approche transversale nécessaire au bon fonctionnement de cette dernière. Cette expertise des technologies SIG est utilisée afin de consolider ou remanier les méthodologies mises en œuvre lors de la précédente échéance mais aussi afin d ouvrir de nouvelles perspectives concernant les actions de lutte contre les nuisances sonores menées par le Grand Lyon.

8 1. Contexte du projet 1.1. Structure d accueil Le Grand Lyon est un Etablissement Public de Coopération Intercommunale [EPCI] créé le premier janvier La structure est située dans la ville de Lyon, au cœur de la région Rhône-Alpes, un point stratégique de l Est Français [Figure 1]. La Communauté Urbaine compte aujourd hui 58 communes au cœur de l agglomération Lyonnaise [130 communes]. Deux autres communautés officient sur ce territoire : la communauté de communes de la Vallée du Garon [5 communes] et celle de l Est Lyonnais [6 communes]. En 2007 ont été rattachées les communes de Givors et Grigny, la commune de Lissieu l a été en Les communes de Jons et Millery sont en attente de leur intégration, prévue courant La communauté urbaine de Lyon c est aussi : - Plus de habitants. - Près de hectares. - Plus de 250 métiers. - Un budget de millions d euros pour l année Figure 1: Localisation de la Communauté Urbaine de Lyon 1

9 La communauté urbaine de Lyon [Grand Lyon] possède les compétences de propreté, voirie, eau potable et assainissement, urbanisme, développement économique et acquiert en 2004 les compétences «lutte contre les pollutions atmosphériques» et «lutte contre les nuisances sonores». J ai intégré la mission «Air, Bruit, Santé Environnement» au sein du Service Ecologie Urbaine de la Direction de la Planification et des Politiques d Agglomération [DPPA]. Cette direction est un sous ensemble de la Délégation Générale au Développement Urbain [DGDU] s occupant principalement de la stratégie urbaine et de l aménagement des territoires. Un organigramme schématisant cette hiérarchie est disponible en Figure 2. La mission air, bruit, santé-environnement travaille actuellement sur les projets suivants : - Air : Suivi du Plan de Protection de l Atmosphère, Etude de faisabilité de «Zones d Action Prioritaires pour l Air» - Bruit : Cartographie du bruit 2012, Réseau de mesure du bruit - Santé Environnement : Ilots de chaleur urbains, Santé et Environnement dans les documents d urbanismes, suivi des projets d Aménagements Sensibles, Suivi de la révision générale du PLU Figure 2 : Organigramme du Grand Lyon 2

10 1.2. Contexte réglementaire En France et en Europe les premières mesures antibruit datent des années 70. En France, le bruit de voisinage est encadré par divers textes [arrêtés préfectoraux et municipaux, règlement sanitaire départemental] permettant un constat des autorités [sans mesure acoustique] et une contravention de 3eme classe. Le 5 mai 1988 un décret pris en application du code de la Santé Publique permet aux autorités une mesure acoustique pouvant aboutir à une contravention. Ceci inclut le dépassement des valeurs limites mais aussi les comportements fautifs, qu il s agisse de négligence ou de volonté de nuire. Le 31 décembre 1992 est adoptée une loi qui servira de structure à toutes celles connues aujourd hui. Cette dernière a pour ambition de traiter de façon exhaustive le bruit, ses sources, ses conséquences et les moyens d y remédier. Un classement sonore par source d émission est réalisé [aéroports, routier, ferroviaire, industriel, chantiers, etc.]. De nombreuses mesures sont appliquées afin de prévenir les nuisances, qu il s agisse de réglementations et limitations concernant les activités bruyantes, de documents d urbanismes conditionnant le lieu de construction ou de normes ciblant l habitat. C est aussi la première réglementation qui impose la cartographie des voies bruyantes [plus de 5000 véhicules/jour]. Le 25 juin 2002 le parlement Européen adopte la directive 2002/49/CE relative à «l évaluation et la gestion du bruit dans l environnement». Cette directive vise l évaluation du bruit au niveau Européen. Cette évaluation sera réalisée entre autre par la création de cartographies stratégiques devant être fournies à l Europe dans l objectif d une mutualisation des données et de plans d actions coordonnés. Cette directive cible deux types de structures : - Les grandes infrastructures : o Routières de plus de 3 millions de véhicules par an. o Ferroviaires de plus de trains par an. o Aéroportuaires de plus de mouvements par an. - Les grandes agglomérations : o De plus de habitants pour l échéance o De plus de habitants pour l échéance Le 14 novembre 2004 cette directive est transposée dans le droit Français par l ordonnance Les agglomérations ciblées sont donc celles excédant habitants pour l échéance 2007 et pour l échéance Les agglomérations en question sont définies par l INSEE comme «Unité urbaine» à savoir : «La notion d'unité urbaine repose sur la continuité du bâti et le nombre d'habitants. On appelle unité urbaine une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu [pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions] qui compte au moins habitants.». L unité urbaine Lyonnaise compte 130 communes. Le Grand Lyon fait partie des structures d avant-garde. Elle créée en 1996 l association Acoucité chargée d assurer le suivi et la gestion de l Observatoire de l Environnement Sonore de la Communauté Urbaine. Ces deux entités travailleront conjointement au développement d un outil de cartographie du bruit répondant à la directive Européenne lors du projet «LIFE Environnement» : GIpSynoise. En juillet 2004 la communauté urbaine de Lyon acquiert la compétence en matière de «lutte contre les nuisances sonores» qui rend légitime la réalisation de la cartographie. 3

11 1.3. Acteurs La réalisation de la cartographie du bruit implique un grand nombre d acteurs pouvant être regroupés comme suit : - Les organisateurs. - Les fournisseurs de données. - Les structures soumises à la cartographie. - Les acteurs à qui est destinée cette cartographie Organisateurs Les organisateurs de la cartographie du bruit 2012 ne sont autres que les structures desquelles émanent les textes législatifs. L Union Européenne supervise l ensemble des productions au niveau des états et capitalise l ensemble des données. Les états doivent organiser la cartographie du bruit sur leurs territoires, coordonner les structures soumises à la cartographie afin de s assurer de fournir les données à l Union Européenne dans les délais impartis. Cependant l Etat Français entre aujourd hui en procédure de contentieux : seul un tiers des cartographies d agglomération de 2007 a été transmis. Il incombe aux préfets de surveiller le travail des communes et EPCI concernées Fournisseurs Les principaux fournisseurs de données sont les gestionnaires de structures «bruyantes» [aéroports, réseau ferroviaire etc.]. D autres données sont nécessaires à la cartographie du bruit, pas seulement les infrastructures. Les communes peuvent alors se tourner vers l IGN grâce à la nouvelle charte d utilisation du RGE ou vers des données libres d utilisation Structures soumises à la cartographie La cartographie des grandes infrastructures est réalisée par les services de l État, à savoir les Centres d Études Techniques de l Équipement [CETE]. Les structures soumises à la cartographie des agglomérations sont les communes ou les Établissements Publics de Coopération Intercommunale [EPCI] lorsqu il y a. Cette organisation de la cartographie des agglomérations pose plusieurs problèmes : - La disparité des moyens mis en œuvre. - La divergence des données utilisées par les communes ou EPCI. - La divergence des méthodes utilisées par les communes ou EPCI. - Les discordances que cela va produire aux frontières de chaque territoire. D autres structures réaliseront la cartographie du bruit, notamment les EPCI ayant un savoir-faire acoustique, qu il s agisse de bureaux d études ou d associations travaillant pour les communes. Dans le cas du Grand Lyon il s agit du partenaire Acoucité Acteurs utilisant la cartographie Le Grand Public est le premier acteur visé. Ces cartes ont pour but d informer et de sensibiliser. Il s agit de cartes dites «stratégiques», leur but premier est donc d accompagner la prise de décision urbanistique et architecturale. Les élus y voient une source d information pouvant appuyer une stratégie territoriale ainsi qu une aide à la construction du SCOT et du PLU. Enfin, les données doivent être fournies aux organisateurs [UE et État] pour être capitalisées. 4

12 1.4. Besoins du projet La cartographie du bruit est partiellement réalisée en régie. Les données reçoivent un prétraitement géométrique et attributaire au sein du Grand Lyon, les cartes sont calculées chez Acoucité. La cartographie est réalisée sous forme 2D avec l ensemble des données géoréférencées. Le fichier en sortie du calculateur correspond à une représentation géoréférencée avec un maillage à 10m [Figure 3]. Ces données sont donc exploitables via SIG afin de subir un certain nombre de post-traitements [chiffres clefs, tableaux récapitulatifs, mise en forme des représentations cartographiques etc.]. Figure 3 : Exemple de carte de bruit 2D Une cartographie doit être réalisée pour chaque source d émission sonore [ferroviaire, routier, aérien, industriel]. Cependant, les émissions aériennes et industrielles ne seront pas révisées pour cette échéance. Ces données doivent être présentées en fonction d indicateurs de période notés Ld, Le, Ln et Lden. «d» correspond au jour [day, 6h-18h], «e» correspond à la soirée [evening, 18h-22h], «n» correspond à la nuit [night, 22h-6h]. Enfin, l indicateur «den» représente le niveau sonore moyen journalier, moyennes de jour, soir, nuit. Les valeurs qui devront être présentées dans les documents représentent le cumul de l énergie acoustique, par source, calculé à 4m de hauteur par rapport au sol. Ceci permet de cibler les habitations et de mieux prendre en compte les premières réverbérations. Le bruit est exprimé en db(a). Il s agit du décibel A. «A» est un filtre de pondération fréquentiel permettant de prendre en compte la gêne occasionnée par des bruits de fréquences diverses [graves ou aigus]. Enfin, des mises en forme différentes doivent être réalisées pour être fournies à l État, à la Commission Européenne, pour la diffusion des données au public ainsi que pour toute autre utilisation en interne. 5

13 Mon stage avait pour objet d apporter un appui au service Ecologie en : Conduite de projet Une première phase d approche et d appropriation du projet consiste à : - Identifier le contexte et les objectifs du projet. - Identifier les acteurs, leur rôle et leurs compétences, en interne et parmi les partenaires extérieurs. - Identifier les tâches de pilotage, les techniques et les délais dans lesquels elles doivent être réalisées. Il s agit principalement d une phase d appropriation de projet, les méthodes de gestion et intervenants ayant déjà été définis avant mon arrivée [reconduite des méthodes de 2007]. Une autonomie doit être développée pour l organisation de réunions, d interventions auprès des intervenants internes et externes et concernant la conduite générale du projet Expertise technique Des études préalables doivent être réalisées. Elles permettront d identifier les données précédemment utilisées, les mises à jour possibles et les nouvelles sources de données internes ou externes utilisables. L utilisation de nouvelles sources de données doit s accompagner de méthodologies propres permettant de les exploiter. La phase de prétraitements regroupe les opérations géométriques, attributaires ainsi que les corrections topologiques à apporter aux données. Ces derniers peuvent se faire en utilisant les anciennes méthodologies, en les révisant ou en en développant de nouvelles si elles s avèrent être plus robustes. Une réflexion sur la possibilité d automatiser et pérenniser certains traitements doit être menée. Elle s accompagne du développement de scripts si besoin est. Les calculs sont réalisés avec le concours d Acoucité. Les sorties doivent faire l objet d étude afin d identifier les améliorations qui pourront être apportées. Enfin, la réception des cartographies sont accompagnées de post-traitements consistant à la mise en forme des calculs acoustiques sous forme d images TIFF géoréférencées pour le portail web et la diffusion au public. Des mises en formes diverses [tableaux de synthèses, détail d une seule source etc.] sont réalisées pour les services et acteurs susceptibles d être intéressés par ces données. La totalité des données utilisées pour le projet doivent être fédéralisées. Ces dernières seront accompagnées d une note sur la possibilité d amélioration de certains référentiels Grand Lyon Communication et valorisation des données Les informations sont diffusées sous formes de cartes, notes explicatives, propositions et présentations. Les cartes serviront aussi à identifier les situations critiques [trop de bruit] ainsi que les Zones de calme. La cartographie stratégique doit amener à une réflexion sur les zones calmes et zones de régulation environnementales. Elle servira de base de travail pour des préconisations [SCOT] ou pour la règlementation [PLU]. 6

14 1.5. Acteurs du projet «Cartographie du bruit 2012» L équipe de la Mission «Air, Bruit, Santé Environnement» du Service Ecologie est l acteur pilote de cette nouvelle échéance de la cartographie du bruit. L équipe est composée de Julie Vallet et moi-même. Les acteurs avec lesquels nous travaillons sont classés en trois grandes catégories [Figure 4. Notez que ces acteurs sont uniquement ceux rencontrés pendant la période du stage.] : - Acteurs récurrents - Acteurs réguliers - Acteurs occasionnels L acteur le plus récurrent est évidemment le Grand Lyon. Le service Ecologie y est certes intégré, cependant, de nombreux échanges sont à prévoir avec les différents services par le biais de protocoles ne permettant pas un accès rapide à l information. En effet, comme expliqué précédemment, le service Ecologie est positionné relativement bas dans la hiérarchie et les accès transversaux sont relativement pénibles [le contact dépend de la bonne volonté des personnes et de leurs disponibilités]. De plus, l ensemble des services du Grand Lyon ne se trouvent pas dans l Hôtel de Communauté ceci oblige parfois les interlocuteurs à prévoir le temps de déplacement en plus du temps de réunion. Les acteurs réguliers regroupent principalement les acteurs techniques : Acoucité et le CETE. Acoucité est le pôle de gestion de l Observatoire de l Environnement Sonore de la Communauté Urbaine de Lyon. L équipe est constituée d une dizaine de personnes et les interlocuteurs diffèrent en fonction de la couche sur laquelle nous travaillons [ferroviaire, routier et bâti principalement]. Les acteurs ponctuels regroupent principalement les fournisseurs de données [gestionnaires de réseaux]. Les principaux sont Réseau Ferré de France [RFF], le Sytral propriétaire du réseau de Transport en Commun Lyonnais servant d intermédiaire avec le gestionnaire Keolis, etc. Le CETE s est aussi placé en tant que fournisseur de données avec le réseau routier de plus de 5000 véhicules par jours, les écrans sonores routiers, les zones d appareillages ferroviaires bruyantes et le bâti. Figure 4 : Organisation des acteurs 7

15 1.6. Données nécessaires De nombreuses données sont nécessaires au calcul de la cartographie du bruit [Figure 5]. Il faut prioritairement des données d émissions sonores sous formes de couches SIG et/ou de mesures in situ. La communauté urbaine de Lyon est concernée par les structures bruyantes suivantes : - Le réseau ferré : Il concerne toutes les infrastructures ferroviaires [passagers et fret]. - Le réseau de tramway : Il concerne les quatre lignes circulant dans la Communauté Urbaine et la navette Rhônexpress. - Le réseau routier : Il concerne l ensemble des voies circulées. Tous les véhicules empruntant ses axes sont comptabilisés, les véhicules légers et poids lourds. Les axes routiers ayant un trafic supérieur à 5000 véhicules/jour sont traités par les services de l État. Ces données nous seront transmises afin d alléger les traitements en régie [elles représentent environ 20% du réseau total]. Les sources de nuisances concernant les zones aéroportuaires et les ICPE ne seront pas inclues dans les traitements : l évolution des émissions mesurées s est révélée trop peu significative pour que ces sources soient intégralement révisées. La cartographie nécessite également des géométries permettant de calculer la propagation acoustique : - La topographie : Isolignes et points cotés. - Les écrans routiers : Uniquement les constructions [murs]. - Les bâtiments. Enfin, des couches cibles et d informations diverses sont également nécessaires : - Le bâti : Une typologie des structures doit être réalisée [habitation, santé, scolaire]. - La population : Affectée aux bâtiments de type habitation. - L absorption du sol : Nature ou occupation du sol permettant de calculer l indice d absorption. - L usage du sol : Zones résidentielles, industrielles, etc. - La zone de calcul : Généralement une commune. Figure 5 : Données nécessaires à la cartographie du bruit 8

16 1.7. Technologies déployées Pour l étape préalable du traitement et de la mise en forme des donnés à destination du calculateur nous pourrons utiliser les technologies suivantes : - ArcGIS Desktop 9.2 : ArcGIS desktop est un logiciel de SIG permettant les manipulations les plus simples comme la création et la mise à jour de couches mais aussi des traitements plus complexes comme des analyses spatiales, des analyses raster ou encore des calculs de réseaux. Il permet la gestion de données attributaires via un système relationnel et facilite la création et la mise en page de cartes. Note : La version 9.2 oblige l installation de dll afin d avoir certaines fonctionnalités natives de la version 9.3 ou ArcObjet : Il est possible d accéder au modèle objet d ArcGIS et de créer ses propres modules de traitement. Ceci permet d automatiser un certain nombre de tâches et de combler les lacunes de Model Builder de la version 9.2. La programmation se fait en VBA. - FME 2011 : FME est un ETL [Extract Transform and Load]. Il s agit d un logiciel qui permet de convertir de nombreux formats et d effectuer un certain nombre d analyses spatiales. Ce logiciel est uniquement destiné au traitement, ne permettant pas la mise en page de données. Il s avère cependant redoutable pour les opérations sur un grand nombre de fichiers ou d entités. - Excel 2003 : Excel est un tableur développé par Microsoft issu de la suite bureautique Office. Il permet le traitement de nombreuses informations et le développement de macros en VBA. Cependant la version 2003 ne permet l affichage que de lignes, ceci pouvant être problématique lors de traitement de données très nombreuses. Le calcul de la cartographie s effectue dans les locaux d Acoucité avec les technologies suivantes : - ArcGIS Desktop 9.3 : Permet de charger les données géoréférencées. - CadnaA : Il s agit du logiciel de calcul acoustique. Ce dernier va effectuer les calculs de propagation acoustique en prenant en compte les données SIG fournies, les conditions météorologiques, le nombre de réflexions définies pour chaque source d émission etc. - GIpSynoise : Il s agit d une surcouche logicielle ArcGIS développée à l initiative du Grand Lyon permettant de faire communiquer ArcGIS et CadnaA [Figure 6]. Figure 6 : Architecture Logicielle 9

17 1.8. Méthode de gestion Phase de lancement Il faut, afin d établir des méthodes de gestion et des objectifs cohérents, effectuer une prise en main du projet. Cette phase regroupe : - Un état des lieux des ressources [Données, Technologies, Personnel, Temps, Budget]. - Un état de l art concernant le domaine du bruit. Ceci doit être effectué en interne sur les méthodologies appliquées et technologies déployées pour la précédente échéance mais aussi de façon plus large de manière à identifier d éventuelles avancées externes. - Rencontre des acteurs et identification de leurs besoins. Il faut identifier en priorité les besoins concernant la cartographie du bruit et les formats d entrée du calculateur. Viennent ensuite les besoins concernant les autres acteurs, la fédéralisation des données etc Choix de la méthode de gestion Suite aux informations capitalisées lors de la phase de lancement nous nous sommes orientés vers une méthode de gestion dite «Agile». Cette méthode s applique particulièrement bien aux projets de développement informatiques. Il s agit d une gestion reposant sur plusieurs cycles de développements pouvant être itérative, incrémentale et adaptative [Figure 7]. Figure 7 : Schéma simplifié de la "Méthode Agile" Cette méthode a été privilégiée car les besoins du projet n étaient pas intégralement définis, notamment les besoins du calculateur. Cette méthode favorise aussi la communication et la concertation qui aideront à définir des objectifs intermédiaires et à en remanier certains sans que cela n influe de façon significative sur le déroulement général. Il est à noter que ce projet n a pas fait l objet d une prise en charge par la Direction des Systèmes d Information et des Télécommunications [DSIT]. Enfin, le service Écologie à son propre mode de fonctionnement consistant en une réunion de service hebdomadaire. Chaque employé doit présenter son travail concernant la semaine passée et ses objectifs pour la semaine à venir. C est aussi l occasion d avoir des échanges sur les nouvelles orientations politiques et législatives impactant certains projets du service. 10

18 Phase de déroulement Une fois les besoins initiaux identifiés, diverses tâches ont été définies. Le détail des tâches et de leurs délais sont disponibles en partie Conduite de projet. Un schéma de la gestion de ce projet a été modélisé [Figure 8], pour le document complet se référer à l Annexe I : Schéma de déroulement du projet. Ce dernier identifie un certain nombre de «phases» n étant pas nécessairement composées de tâches ou de jalons : - Études préalables : Les études préalables sont effectuées dès que possible. Elles doivent se montrer le plus exhaustif possible et influencent donc l acquisition de données et la phase de pré-traitements, notamment les méthodologies employées. - Acquisition des données : Cette phase s effectue en interne, mais aussi auprès des gestionnaires d infrastructures [ex : RFF], auprès d organismes de diffusion de données libres, gratuites ou conventionnées. - Pré-traitements : Il s agit de la phase de traitements géométriques, attributaires et topologiques des données. Cette phase est conditionnée directement par l acquisition des données et les études préalables. Elle est influencée par la reformulation des besoins issue des tests effectués par Acoucité ainsi que le recensement effectué auprès des utilisateurs finaux. - Caculs : Les calculs sont effectués par Acoucité. - Tests et vérifications : Si des problèmes sont rencontrés lors des calculs ils doivent être remontés auprès du Grand Lyon afin de modifier les couches d entrée et de prendre en compte les spécifications pour la prochaine échéance. Post-traitements : Si les calculs sont corrects la phase de post-traitement peut être lancée. Diffusion des données : Les données brutes issues des prétraitements et les données mises en forme par les post-traitements sont diffusées aux divers acteurs concernés. Une méthodologie détaillée sera rédigée afin d être fédéralisée et jointe aux données. Recensement : Cette phase n est effectuée qu en fin de projet et n affecte que la phase de pré-traitement du projet suivant. Là encore, peu d acteurs sont capables de formaliser leurs besoins ou envies. Un recensement avait été effectué en 2007, un nouveau sera effectué pour l échéance Figure 8 : Macro-schéma de gestion 11

19 2. Construction des méthodologies et traitements 2.1. Sources ferroviaires Train L ensemble des données permettant de constituer la couche de bruit ferroviaire est distribué par RFF. Ceci comprend les géométries des arcs, avec des sommets pour chacun, des points remarquables et des points kilométriques [tous les kilomètres] ainsi qu un jeu de données attributaires au format Excel [trafic, structure de la voie, emplacement des appareils, etc.] Choix du référentiel Les géométries fournies sont cependant relativement peu précises [Figure 9] : - Ecart maximal à l orthophotographie de l ordre de la centaine de mètres. - Filaire grossier [digitalisation sur Scan 25]. - Topologie fausse. Figure 9 : Référentiel RFF L utilisation de cette couche a été rejetée, elle est trop grossière, intersecte le bâti et le réseau routier. Nous avons besoin d un référentiel s apparentant le plus aux données RFF : - Lignes continues - Une polyligne par ligne de chemin de fer [Voie 1 et Voie 2]. Les données du Grand Lyon sont extrêmement précises, chaque voie est représentée et, ne voulant inclure aucun biais lors de la digitalisation, les parties souterraines et masquées par un pont ne sont pas représentées [Figure 10]. Le travail de squelettisation de chaque ligne et de re-digitalisation des voies franchies n était pas envisageable d un point de vue temps, l utilisation de la couche a donc été abandonnée à cause de sa trop grande précision [inadaptée à nos besoins]. Figure 10 : Référentiel Grand Lyon 12

20 Le choix final s est donc effectué par élimination. Nous nous sommes orientés vers une utilisation du référentiel BDTOPO 2011 [Figure 11]. La construction géométrique correspond à nos besoins, la précision métrique est suffisante et des informations attributaires peuvent se révéler intéressantes [ponts, tunnels etc.]. Figure 11 : Référentiel BDTOPO [IGN] Il faut, dès lors, établir une méthodologie qui permettra de faire correspondre au mieux le découpage des géométries avec le référentiel RFF et transférer la totalité des données attributaires sur le référentiel IGN. L appariement des données doit être le plus exact possible. Il se fera, autant que faire se peut, par jointure attributaire. Nous comptons 70 arcs sur le territoire d étude et cherchons à travailler sur le plus grand des plus petits ensembles afin de minimiser les erreurs et le nombre de manipulations. Nous travaillerons donc par lignes [21 sur le territoire]. Les arcs représentent un tronçon homogène de trafic, une ligne représente plusieurs de ces tronçons sans embranchement [les échangeurs étant donc des lignes à eux seul]. Les arcs sont définis par un point kilométrique de début et un de fin. Un arc aura donc un identifiant spatial unique utilisant ces deux valeurs. Le référentiel BDTOPO permet de générer un réseau typologiquement juste aux prix de certains choix : - Déplacer le sommet au niveau de l extrémité du brin RFF au risque d avoir une portion de réseau ferré sans valeur de structure et de trafic [Figure 12]. - Déplacer le sommet au niveau de l extrémité du brin BDTOPO au risque de créer une discontinuité dans les valeurs kilométriques, ne permettant pas un appariement attributaire [Figure 13]. Figure 12 : Accrochage aux données RFF Figure 13 : Accrochage aux données BDTOPO Nous avons choisi de positionner le point à l extrémité du brin BDTOPO, un protocole de vérification a été établi afin de recenser les problèmes de continuités kilométriques. 13

Guide méthodologique pour affiner la cartographie du bruit

Guide méthodologique pour affiner la cartographie du bruit Guide méthodologique pour affiner la cartographie du bruit Valérie JANILLON, Technicienne Yann HALBWACHS, Technicien Bruno VINCENT, directeur Avec le soutien de CONTEXTE Une étude comparative entre les

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS D URBANISME L objet de cette fiche est d apporter des éléments méthodologiques afin d aider à la prise en compte du thème considéré dans la planification

Plus en détail

Département de l ARIEGE

Département de l ARIEGE LES RAPPORTS BUREAU VERITAS Bureau Veritas 12 rue Michel Labrousse Bât 15 BP 64797 31047 TOULOUSE CEDEX 1 Dardilly, le 12 juillet 2012 Département de l ARIEGE Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Plus en détail

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques Rapport Sommaire 1. TEXTES DE REFERENCES... 3 2. OBJET DE L ETUDE... 3 3. CONTENU DES CARTES DE BRUIT STRATEGIQUES... 4 1.1. Documents graphiques... 4 4. METHODE DE CALCUL ET PARAMETRES RETENUS... 4 1.2.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 23 juillet 2013 modifiant l arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement des infrastructures

Plus en détail

Département de l ARIEGE

Département de l ARIEGE LES RAPPORTS BUREAU VERITAS Bureau Veritas 12 rue Michel Labrousse Bât 15 BP 64797 31047 TOULOUSE CEDEX 1 Dardilly, le 12 juillet 2012 Département de l ARIEGE Eboration des cartes de bruit stratégiques

Plus en détail

Modélisation dans l environnement

Modélisation dans l environnement Modélisation dans l environnement Le parcours pédagogique Modélisation dans l environnement s adresse à un public qui souhaite comprendre et utiliser les logiciels de simulation et de propagation du bruit

Plus en détail

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A MANAGEMENT DE L SONORE WWW.ACOUPHEN-.COM CONTACT@ACOUPHEN-.COM SIEGE SOCIAL LYON CAMPUS DE LA DOUA 66, BD NIELS BOHR B.P. 52132 69603 VILLEURBANNE CEDEX TEL / 33 (0)4 72 69 01 22 FAX / 33 (0)4 72 44 04

Plus en détail

Projet de Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement de la Ville d Uchaud

Projet de Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement de la Ville d Uchaud Projet de Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement de la Ville d Uchaud Etude réalisée pour le compte de : VILLE D UCHAUD SOLDATA ACOUSTIC Campus de la Doua 66, bd Niels Bohr - CS 52132-69603 VILLEURBANNE

Plus en détail

Prévenir les nuisances futures

Prévenir les nuisances futures 4877 Prévenir les nuisances futures BILAN D ACTIVITÉ 2000 q 2005 50 51 52 53 54 Sensibiliser les professionnels aux nuisances sonores Réviser les Plans d Exposition au Bruit (PEB) Créer une zone D Réfléchir

Plus en détail

Projet de Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement (P.P.B.E) des infrastructures de transports terrestres nationales

Projet de Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement (P.P.B.E) des infrastructures de transports terrestres nationales PREFET DE LA LOZERE Direction Départementale des Territoires de la Lozère DEPARTEMENT DE LA LOZERE Projet de Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement (P.P.B.E) des infrastructures de transports

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Commune du Département de l'oise P.L.U Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Document Établi le 20 septembre 2013 Le

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004 Education à l Environnement Actions pédagogiques Sous convention avec le Grand Lyon Acoucité, le 29 Octobre 2004 I -Présentation de l association Les nuisances sonores représentent une préoccupation de

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne point de vue sur l importance attributaire d un référentiel 1 Plan de la présentation

Plus en détail

2. Rappel des méthodes à utiliser et des données à transmettre

2. Rappel des méthodes à utiliser et des données à transmettre Table des matières 1. Objet de l'étude...3 2. Rappel des méthodes à utiliser et des données à transmettre...4 3. Identification des routes à cartographier...5 4. Principe de calcul et modélisation des

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

Rapport de Stage: Master 2 pro Géomatique, géomarketing et Multimédia, Vincent Napolitano 29/06/2006

Rapport de Stage: Master 2 pro Géomatique, géomarketing et Multimédia, Vincent Napolitano 29/06/2006 Rapport de Stage: Master 2 pro Géomatique, géomarketing et Multimédia, Vincent Napolitano 29/06/2006 Introduction: Dans le cadre de ma formation du Master 2 pro d analyse spatiale option Géomarketing,

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail

Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique

Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique CA. Les Lacs de l'essonne - CSB - Résumé non technique 03 11 2014-1/19 Sommaire I. Contexte réglementaire autour de l élaboration des cartes de bruit stratégiques...3

Plus en détail

Service des Systèmes d Informations

Service des Systèmes d Informations S.I.G Service des Systèmes d Informations Les systèmes d informations représentent les moyens logiciels, matériels, et humains pour permettre aux utilisateurs d'utiliser les ressources informatiques dans

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Cartographie POURQUOI RÉALISER UNE CARTOGRAPHIE DU BRUIT? RESUME NON TECHNIQUE

Cartographie POURQUOI RÉALISER UNE CARTOGRAPHIE DU BRUIT? RESUME NON TECHNIQUE Cartographie du Bruit 2013 RESUME NON TECHNIQUE POURQUOI RÉALISER UNE CARTOGRAPHIE DU BRUIT? L environnement sonore compose la vie urbaine et sa qualité est une des préoccupations principales des habitants.

Plus en détail

Chef de projet informatique CHEF DE PROJET INFORMATIQUE

Chef de projet informatique CHEF DE PROJET INFORMATIQUE Direction des Ressources humaines Chef de projet informatique J CHEF DE PROJET INFORMATIQUE Direction : Systèmes d Information Service : Études et développement Pôle : Projet et gestion applicative POSITIONNEMENT

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Les études. Cartes de bruit des grands axes routiers. Département de Corse du Sud Réseau routier de la Collectivité Territoriale de Corse

Les études. Cartes de bruit des grands axes routiers. Département de Corse du Sud Réseau routier de la Collectivité Territoriale de Corse Les études Cartes de bruit des grands axes routiers Réseau routier de la Collectivité Territoriale de Corse Résumé non technique 12 décembre 2008 SOMMAIRE 1 OBJET DE L'ÉTUDE... 3 2 LA RÉGLEMENTATION...

Plus en détail

La Banque de données routières (BDR) et le PICC

La Banque de données routières (BDR) et le PICC La Banque de données routières (BDR) et le PICC Ir Fr. Plumier Namur, le 27 février 2015 1 3 Le réseau routier régional wallon Le réseau routier régional wallon Coup d œil général Au 01.01.2015 : 8 321

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

1 OBJET DE L'ÉTUDE...3

1 OBJET DE L'ÉTUDE...3 SOMMAIRE 1 OBJET DE L'ÉTUDE...3 2 LA RÉGLEMENTATION...3 2.1 Les textes réglementaires...3 2.2 Les objectifs... 4 2.3 Les échéances...4 3 CONTENU DES CARTES DE BRUIT... 5 3.1 Les documents graphiques...5

Plus en détail

Autoroutes du Sud de la France

Autoroutes du Sud de la France Autoroutes du Sud de la France Direction de l Infrastructure Direction Technique Autoroute A20 Cartes de bruit stratégiques Département du Lot Septembre 2008 synesthésie Acoustique Référence Affaire Référence

Plus en détail

Offre de services spéciale bureaux d études

Offre de services spéciale bureaux d études Offre de services spéciale bureaux d études Analyses et diagnostics multirisques Gestion de crise Cartographie SIG Outils de communication Information préventive Réseau de spécialistes pluridisciplinaires

Plus en détail

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage 1. Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage Bordeaux, le 8 juin 2010 OBJET La réalisation d une ligne nouvelle entraine l interception ou le voisinage avec des réseaux

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

référentiel routier est le socle du système d information routier. De sa qualité dépend la qualité de l exploitation du patrimoine routier.

référentiel routier est le socle du système d information routier. De sa qualité dépend la qualité de l exploitation du patrimoine routier. SYSTEME D INFORMATION ROUTIER L offre logicielle ROUTE d IMAGIS Méditerranée constitue la solution idéale pour la gestion du domaine routier, basée sur une cartographie en environnement web. Elle permet

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

La politique de prévention et de lutte contre le Bruit en Région de Bruxelles-Capitale

La politique de prévention et de lutte contre le Bruit en Région de Bruxelles-Capitale La politique de prévention et de lutte contre le Bruit en Région de Bruxelles-Capitale 29 novembre 2012 Marie POUPÉ DIVISION AUTORISATIONS ET PARTENARIATS DEPARTEMENT BRUIT Plan de l exposé Etat des lieux

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Exemples de réseaux de mesure du bruit en Europe

Exemples de réseaux de mesure du bruit en Europe Exemples de réseaux de mesure du bruit en Europe Questionnaire technique Harmonica Action 1 Sommaire Classification Harmonica /positionnement des balises Exemples de réseaux à l échelle d une agglomération

Plus en détail

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AGENT DE VOIRIE DANS UN CENTRE D EXPLOITATION DÉPARTEMENTAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Routes Service : Centre Technique Départemental

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

L air un capital commun

L air un capital commun L air un capital commun devenez partenaire page 3 Édito Édito page 4 Nos missions, nos moyens page 5 Nos champs d action page 6 Concertation et partenariat surveillance dispositifs et protocoles page 7

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques Département d'ille-et-vilaine (hors territoire de Rennes Métropole) Cartes de bruit stratégiques Grandes infrastructures de transports Voies routières Résumé non technique Approuvé par arrêté préfectoral

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques Département de la Sarthe Cartes de bruit stratégiques Grandes infrastructures de transports Réseau autoroutier COFIROUTE Résumé non technique Article R 572-5 du code de l environnement Vu pour être annexé

Plus en détail

Informations supplémentaires à obtenir du groupe CIMA+ concernant la circulation et le stationnement (22-23) 6 mars

Informations supplémentaires à obtenir du groupe CIMA+ concernant la circulation et le stationnement (22-23) 6 mars Informations supplémentaires à obtenir du groupe CIMA+ concernant la circulation et le stationnement (22-23) 6 mars Le Comité de travail sur l évaluation des études de circulation et de stationnement a

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

Architecte d infrastructures informatiques

Architecte d infrastructures informatiques Architecte d infrastructures informatiques E1C23 Infrastructures informatiques - IR L architecte d infrastructures informatiques pilote la conception, le déploiement et la mise en oeuvre d'architectures

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

3-Résumé non technique

3-Résumé non technique PRÉFET DES BOUCHES-DU-RHÔNE DÉPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement des infrastructures de transports terrestres nationales (réseaux routier et ferroviaire) (1ère

Plus en détail

LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT ( PEB )

LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT ( PEB ) LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT ( PEB ) A QUOI CA SERT? : Le PEB est un document d urbanisme ( annexé au PLU ) visant à limiter l urbanisation aux environs des aéroports. Il permet d interdire ou de limiter

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préfecture de la région Rhône-Alpes Mai 2009 DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préambule Le parc locatif public ne peut répondre seul

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE Intervenant: Dominique LUIS1 SOMMAIRE Introduction Les étapes du projet L étude d opportunité L étude de faisabilité

Plus en détail

«Le Guichet unique pour la sécurité des réseaux (transport/distribution)» Les mardis de la DGPR - 15/11/2011

«Le Guichet unique pour la sécurité des réseaux (transport/distribution)» Les mardis de la DGPR - 15/11/2011 «Le Guichet unique pour la sécurité des réseaux (transport/distribution)» Les mardis de la DGPR - 15/11/2011 L un des trois axes de la réforme de la réglementation de 1991 Instauré au sein de l INERIS

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Rapporteur : M. Jean-Pierre TAILLARD, Vice-Président Commission n 5 séance des 26/05/04, favorable 23/03/05 et 20/05/05 Bureau séance

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Délimiter la limite haute du rivage le plus précisément possible

Délimiter la limite haute du rivage le plus précisément possible Délimiter la limite haute du rivage le plus précisément possible Intersection entre le modèle de marée et le MNT Le SHOM et ses principales missions EPA depuis 2007 sous tutelle du ministère de la Défense

Plus en détail

Le Scanner 3D Dynamique

Le Scanner 3D Dynamique Le Scanner 3D Dynamique Présentation & Références 2015 Page 1 / 9 1. Présentation Techniques Topo, est une société de Géomètres Experts créée en 1964 comptant aujourd hui près de 120 collaborateurs répartis

Plus en détail

ANNEXE II Fonction publique territoriale

ANNEXE II Fonction publique territoriale ANNEXE II Fonction publique territoriale Support d entretien annuel d évaluation du personnel départemental pour l année 2011 ENTRETIEN PROFESSIONNEL Bilan de l année 2010 Objectifs de l année 2011 INFORMATIONS

Plus en détail

DRIT/SEGSR 28/03/2013 Contexte: Le département des Alpes Maritimes : une géographie particulière. -2/3 de l espace départemental: zones rurales de faible densité, -1/3 du territoire 97% de la population

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DU BRUIT DANS L ENVIRONNEMENT AGGLOMERATION DE REIMS NOTICE NON TECHNIQUE

PLAN DE PREVENTION DU BRUIT DANS L ENVIRONNEMENT AGGLOMERATION DE REIMS NOTICE NON TECHNIQUE PLAN DE PREVENTION DU BRUIT DANS L ENVIRONNEMENT AGGLOMERATION DE REIMS NOTICE NON TECHNIQUE PERIODE 2013-2018 UN PLAN POUR QUE CHACUN AIT DROIT AU CALME 1 REIMS METROPOLE : après l élaboration des cartes

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet INTRODUCTION Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Le lancement du projet; L organisation du projet. Dossier de fin d'étude Lancement projet Organisation

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, et de l Energie Direction Générale de la Prévention des Risques Service de la Prévention des Nuisances et de la Qualité de l Environnement

Plus en détail

Cadastre du bruit routier - Notice explicative

Cadastre du bruit routier - Notice explicative Direction générale de l environnement (DGE) Direction de l environnement, Chemin des Boveresses 155 1066 Epalinges Cadastre du bruit routier - Notice explicative 1. Introduction Les nuisances sonores dues

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Application EvRP. Fonctionnalités 2013

Application EvRP. Fonctionnalités 2013 Application EvRP Fonctionnalités 2013 Sommaire : Page d accueil et profils... 2 Saisie de risques... 3 Élimination d un risque (priorité 0)... 4 Mise à jour d une action déclarée... 6 Risques en anomalie...

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Mise en place d'une chaîne de production raster multi-échelles

Mise en place d'une chaîne de production raster multi-échelles 25 Février 2014 Thierry Boch tboch@esrifrance.fr Mise en place d'une chaîne de production raster multi-échelles FranceRaster Programme FranceRaster v4 Le produit "France Raster", coédition Esri France

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

CQPI Technicien qualité industriel

CQPI Technicien qualité industriel CQPI Technicien qualité industriel Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou

Plus en détail