Dossier 1 22/10/ / Quelle(s) étiologie(s) pouvez vous évoquer. Melle V., 24 ans

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier 1 22/10/2012. 1/ Quelle(s) étiologie(s) pouvez vous évoquer. Melle V., 24 ans"

Transcription

1 Melle V., 24 ans Douleurs des articulations des mains (métacarpophalangiennes et interphalangiennes) depuis 2 mois, plutôt le matin avec un dérouillage de 45 minutes. Dossier 1 Antalgiques de pallier I et anti inflammatoires non stéroïdiens efficaces mais les douleurs reprennent dès qu elle arrête ces traitements. Changement de couleur des extrémités des doigts avec une exacerbation des phénomènes douloureux lorsqu elle va à l extérieur depuis cet hiver. Elle est très fatiguée. Pas d antécédents particuliers. Tabagisme : 5 cigarettes/j. 1/ Quelle(s) étiologie(s) pouvez vous évoquer pour expliquer ce tbl tableau clinique i? A l examen clinique: œdème des mains tuméfaction des métacarpophalangiennes et interphalangiennes. TA: 10/8, température: 37,6. Auscultation cardio pulmonaire sans particularité. 1

2 Polyarthrite dans le cadre d un rhumatisme inflammatoire : polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique Polyarthrite dans le cadre d une connectivite : lupus, myosite, sclérodermie débutante, syndrome de chevauchement h Polyarthrite infectieuse : endocardite subaigüe d Osler, plus rarement mais à évoquer de principe, infections virales (hépatite chronique B ou C, HIV, parvo B19 ) 2/ Quel bilan biologique de première intention allez vous demander d devant ce tbl tableau clinique pour avancer dans le diagnostic? Justifier les examens demandés. Polyarthrite dans le cadre d une vascularite: Granulomatose de Wegener, Polyangéite microscopique Polyarthrite dans le cadre d une néoplasie: polyarthrite paranéoplasique (lymphome ) NFS/plaquettes, VS, CRP, Electrophorèse des protéines sériques : syndrome inflammatoire mais non spécifique, recherche d une gammapathie polyclonale ou monoclonale Calcémie, phosphorémie et albuminémie : paranéoplasie, chondrocalcinosesecondaire secondaire à une hyperparathyroïdie Uricémie: goutte (mais forme polyarticulaire rare sauf si prise de diurétiques, âge peu compatible) Bilan microbiologique : Hémocultures, ECBU. Sérologies virales : hépatites B et C, HIV, EBV, CMV, Parvovirus B19 Immunologie : Facteur Rhumatoïde, anti CCP, AAN, fractions C3 et C4 du complément, (ANCA, Cryo ) Ionogramme, créatinine sanguine, BU: recherche d une atteinte rénale Le bilan biologique que vous avez prescrit indique: GB: 4200/mm3, Hb: 13 g/dl, VGM: 85fL, plaquettes: /mm3, TP: 90%, TCA: 50 secondes, VS: 34mm 1 ère heure, CRP: 8mg/l (norme <3) EPS: augmentation des alpha globulines Ionogramme, urée, créatinine, uricémie, bilan phosphocalcique normal Bandelette urinaire : négative Sérologies HBV et HCV négatives Facteur rhumatoïde : 59 UI/l, anti CCP négatifs Anticorps antinucléaire positifs 1/1280 avec fluorescence homogène Fractions C3 et C4 du complément : C3 normale, C4 diminuée 2

3 3/ Interprétez le bilan biologique syndrome inflammatoire biologique Dissociation VS CRP caractéristique du Lupus allongement spontané du TCA présence de facteur rhumatoïde forte positivité des anticorps anti nucléaires Que demandez vous pour compléter l exploration lexploration desanticorpsantinucléaires: antinucléaires: Anticorps anti ADN double brin: 75 UI (norme <40 UI) Anticorps anti ENA: anti SSa+ (ENA = Extactible Nuclear Antigene = Ag Nucléaires Solubles) 4/ Interprétez ce bilan immunologique Que demandez vous pour explorer l allongement du TCA: Anticorps anti b2gp1: IgM : 20 UGPL (norme <5UI), IgG : 12 UGPL (norme <5UI) Anticorps anti cardiolipine: négatif lupus anticoagulant: positif Positivité des anticorps antinucléaires confirmée Positivité itédes anticorps anti ADN natif: en faveur d un lupus Positivité des anticorps anti SSa: LES / Sjogren Positivité des anticorps anti b2gp1 et présence d un lupus anticoagulant circulant: éléments biologiques pour un syndrome des anti phospholipides Positivité du FR mais non spécifique Diminution de la fraction C4 du complément peut être observé dans le lupus 3

4 Autoanticorps de classe IgM anti-igg (facteur rhumatoïde) Fréquence de positivité du FR SITUATIONS CLINIQUES Sujets normaux de moins de 65 ans Sujets normaux de plus de 65 ans Polyarthrite rhumatoïde Lupus érythémateux disséminé Sclérodermie Dermatomyosite Syndrome de Gougerot -Sjögren Rhumatisme psoriasique Spondylarthrite ankylosante Syndrome de Fiessinger -Leroy-Reiter Cryoglobulinémie Périartérite noueuse Arthroses Infections bactérienn es Infections virales Mononucléose infectieuse Endocardite d'osler Tuberculose Lèpre Leishmaniose Bronchite chronique Cirrhose hépatique Hépatite virale Sarcoïdose Myélome FREQUENCE (exprimée en %) Les autoanticorps dans le LED et les connectivites Anti-ADN Anti-SSa 1 Anticorps anti nucléaires (ANA) détection en IFI sur cellules Hep2 Aspect nucléolé Anti-JO1 positifs quand titre > 1/80 différents aspects selon l antigène cible : homogène, moucheté, nucléolaire, centromèrique... 4

5 3 anti ENA diagnostic différentiel connectivites 2 Anti ADN ADN natif dirigés contre ADN natif, bicaténaire de type IgG variation taux selon évolution intérêt dans le suivi pathogènes néphropathies * anti Sm spécificité 100% sensibilité 10 à 30% * anti RNP * anti SSa * anti SSb associés à néphropathies 30% LED mais non spécifiques ( de Sharp) associés au phénomène de Raynaud 30% GS II (LED) LED néonatal BAV et lupus cutané subaigu GS I (+/ associés aux anti SSa) syndrome des anti-phospholipides AAN anti-adn anti-ena anti-centromère Sm RNP SSb SSa JO1 SCL70 - primitif ou secondaire (à une MAI : LED) - manifestations cliniques: thromboemboliques (thromboses artérielles ou veineuses et/ou complications obstétricales (mort fœtale, prématurité< 34 semaines, > 3 avortements spontanés) - critères biologiques: => anti- phospholipides/cardiolipine IgG et/ou IgM => anti- beta2 glycoprotéine 2GP1 => anticoagulant circulant (ACC) / anticoagulant lupique (ACL) => persistants > 12 semaines LED LED Sharp LED GS GS LED PM sclérodermie CREST b) Maladies non autoimmunes sans accidents thromboemboliques: infections ( syphilis, VIH ), cancers, hémopathies malignes, Médicaments anti-cl+ IgM, 2GP1-, transitoires SAPL 5

6 SAPL Critères révisés de Sydney 2006 Au moins 1 critère clinique: i thrombotique ti ou gynéco-obstétrical et Au moins 1 critère biologique retrouvé à > 12 semaines d écart - ACC/ACL - Anti-Cardiolipine > 40 UGPL ou UMPL -Anti- 2 GP1 IgG ou IgM 5/ Quel(s) diagnostic(s) posez vous? Quel traitement lui proposez vous? Lupus érythémateux systémique avec atteinte cutanée et articulaire Traitement de fond par hydroxychloroquine (Plaquenil ) après consultation ophtalmo Corticothérapie faible dose (10 à 15mg/j) initialement pour les synovites, avec décroissance progressive dès que possible et objectif de sevrage. Poursuite du traitement symptomatique (Antalgiques, AINS) Arrêt du tabac Si besoin, contraception par microprogestatif Éducation thérapeutique Elle est satisfaite de son traitement. Deux ans après, elle se présente agitée aux urgences pour une douleur thoracique apparue le soir même alors qu elle regardait tranquillement la télé. Cette douleur l angoisse, elle est localisée en base gauche et se majore à l inspiration profonde. A lexamen: l examen T = 38,2 ; TA = 12/8 ; FC = 110/mn ; FR = 24/mn Auscultation cardiaque et pulmonaire normale Articulations non douloureuses 6/ Quels sont les diagnostics à évoquer chez cette patiente? Embolie pulmonaire Sérite (pleurésie, péricardite) Pneumopathie infectieuse IDM Hémorragie intra alvéolaire, pathologie interstitielle pulmonaire beaucoup plus rarement 6

7 7/ Quels examens para cliniques demandezvous en urgence? Biologie : NFP, VS, CRP Iono sanguin, urée, créatininémie TP, TCA, D Dimères Recherche d un anti coagulant lupique (à demander en urgence car sera ininterprétable après mise sous anticoagulants), anticorps anti cardiolipine et anti B2Gp1 Enzymes cardiaques : Troponine Ic, CPK, myoglobine Beta HCG (à visée pré thérapeutique) ECG (tachycardie sinusale, signes droits) Gaz du sang (hypoxie + hypocapnie) Bactériologie : hémocultures répétées, ECBU Radiographie thoracique F + P (émoussement du cul de sac droit, dilatation des cavités droites, ascension d une hémi coupole, atélectasie en bande) Echographie cardiaque trans thoracique (recherche d un épanchement péricardique, d une HTAP) Le bilan que vous avez prescrit retrouve: NFP normale, CRP 7 mg/l Présence d un lupus anti coagulant circulant, anti B2Gp1 positifs ECG: bloc de branche droit Gaz du sang: hypoxie + hypocapnie Radiographie thoracique et échographie cardiaque TT normale 8/ Quel diagnostic vous semble le plus probable? Sur quels arguments et comment allez vous le confirmer? Embolie pulmonaire dans le cadre d un syndrome des Anti Phospholipides secondaire au LES. Devant Terrain : femme jeune ATCD de Lupus, souvent associé au SAPL avec risque thrombogène Anamnèse : survenue au repos Clinique : caractéristique de la douleur, angoisse, tachycardie, polypnée, fébricule, auscultation cardiaque et pulmonaire normale GDS avec hypoxie + hypocapnie, ECG montrant des signes droits, Rx Thorax et ETT normale Confirmation d un syndrome des antiphospholipides Confirmation par Angioscanner thoracique Recherche de TVP par échodoppler 7

8 9/ Melle V. vous parle de son désir de grossesse. Quelles sont les informations que vous lui donnez? Risque d aggravation de sa maladie lupique PAS d arrêt du Plaquenil pendant la grossesse Grossesse programmée, pas de poussée de la maladie dans les 6 derniers mois Une grossesse bien suivie aboutit souvent à un enfant à terme en bonne santé Risque inhérent à la présence d Ac anti SSA Bloc auriculo ventriculaire congénital (avec risque de mort fœtale) Surveillance obstétricale et échographique à partir de 16 SA Risque inhérent à la présence d Ac anti PL Risque de fausse couche, Mort fœtale in utero, Retard de croissance fœtale, accouchement prématuré é Eclampsie, pré éclampsie Hématome rétro placentaire Risque thrombotique majoré en fin de grossesse et en post partum Relai AVK HBPM dès le début de la grossesse, à poursuivre avec l aspirine pendant toute la grossesse. 8

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE Kévin, né en 1991 Pas d antécédents familiaux ni personnels Vaccins à jour Début du suivi pour maladie inflammatoire

Plus en détail

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères MÉMENTO DEFINITION DU BIOLOGISTE Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères Les anticorps anti-nucléaires (AAN) sont des auto-anticorps réagissant avec divers constituants du noyau cellulaire

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Maladies systémiques et autoimmunes

Maladies systémiques et autoimmunes Maladies systémiques et autoimmunes Olivier Fain Médecine interne Hôpital Saint Antoine Université Paris 6 75012 Paris olivier.fain@aphp.fr 01 71 97 05 84 Maladies systémiques Atteinte de plusieurs systèmes

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur Dossier N 9 Mme L, âgée de 58 ans, consulte en raison de douleurs inflammatoires touchant principalement les mains, les poignets et les chevilles, évoluant depuis 8 mois et résistant aux traitements antalgiques

Plus en détail

Cas clinique en pathologies inflammatoires

Cas clinique en pathologies inflammatoires Cas clinique en pathologies inflammatoires Dr. Elisabeth ASLANGUL Médecine Interne Groupe Hospitalier Hôtel Dieu/Cochin Pr. Franck PAGES Immunologie Hôpital Européen Georges Pompidou Faculté de Médecine

Plus en détail

Les auto-anticorps pour les nuls. Eléa Blanchouin CCA médecine interne CHU NICE

Les auto-anticorps pour les nuls. Eléa Blanchouin CCA médecine interne CHU NICE Les auto-anticorps pour les nuls Eléa Blanchouin CCA médecine interne CHU NICE Les auto-anticorps Argument diagnostic MAI Marqueurs diagnostiques Marqueurs activité maladie Marqueurs pronostics Agents

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition. Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007

Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition. Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007 Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007 1 Introduction Pathologie mal connue et prise en charge

Plus en détail

Utilité clinique des tests immunologiques dans les maladies systémiques

Utilité clinique des tests immunologiques dans les maladies systémiques Utilité clinique des tests immunologiques dans les maladies systémiques Intérêts des tests immunologiques Immunophysiopathologie Classification des maladies présentant des signes cliniques identiques Critères

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 LUPUS et GROSSESSE Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 Lupus et grossesse : pathogénie Facteurs immunogénétiques Facteurs environnementaux Facteurs immunohormonaux Ovulations fluctuent avec les poussées

Plus en détail

Plaquettes, auto-immunité, antiphospholipides et grossesse. Françoise Boehlen Service d Angiologie et d Hémostase HUG

Plaquettes, auto-immunité, antiphospholipides et grossesse. Françoise Boehlen Service d Angiologie et d Hémostase HUG Plaquettes, auto-immunité, antiphospholipides et grossesse Françoise Boehlen Service d Angiologie et d Hémostase HUG Cours de perfectionnement Labmed Neuchâtel 18 février 2013 Cas cliniques 1 et 2 Mme

Plus en détail

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations)

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 8 Scénario : Vous voyez en consultation pour la première fois Madame H., âgée de cinquante

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CAS CLINIQUE

PRÉSENTATION DU CAS CLINIQUE MALADIE DE BEHÇET RÉVÉLÉE PENDANT LA GROSSESSE PAR UNE THROMBOPHLÉBITE CÉRÉBRALE M.Courjon*, T. de Lapparent**, AS Tholozan*, F. Duchene***, C.Gay**, JJ. Terzibachian**, M Rognon** * Gynéco Obstétrique,

Plus en détail

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne LES AUTO-ANTICORPS Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne Maladie auto-immune : définition Auto-agressivité du système immunitaire vis à vis de ses

Plus en détail

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille Virus et grossesse 5A Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2014 2.0 Table des matières I - Exercice : Dossier clinique

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Dr Eric Sevin, Biologiste Médical Groupe Biolyss 1 CDT et imprégnation alcoolique 2 Transferrine Transferrine, glycoprotéine présente dans le

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

SYNDROME INFLAMMATOIRE

SYNDROME INFLAMMATOIRE SYNDROME INFLAMMATOIRE 1. Définitions L inflammation est un mécanisme de réponse à une lésion tissulaire visant à la circonscrire et à la réparer. Cette lésion peut être exogène (agression physique, chimique,

Plus en détail

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Plan Qu est ce qu un anticorps anti-nucléaires (ACAN)? Comment rechercher les ACAN?

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE H. DINTINGER Cabinet de rhumatologie Paixhans/ Attaché service de médecine interne et rhumatologie hôpital Legouest METZ Un message

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps

Polyarthrite rhumatoïde : la place des autoanticorps : la place des autoanticorps EASI Core Group Italie Danemark Angleterre lgg Fc Fab lgg France Israël Allemagne Hollande lgg Espagne EASI (European Autoimmunity Standardization Initiative) Ce groupe de

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Définition de l éducation thérapeutique «L information laisse le patient passif,

Plus en détail

Thrombopénies et grossesse

Thrombopénies et grossesse Thrombopénies et grossesse Marie-Françoise Hurtaud-Roux Service d Hématologie Biologique Hôpital Robert Debré APHP, Paris Nouméa, le 22 octobre 2009 Plaquettes et grossesse Evolution des plaquettes durant

Plus en détail

Cas clinique 1. Que faites-vous?

Cas clinique 1. Que faites-vous? Cas clinique 1 Madame G., âgé de 32 ans, institutrice, et 3e pare. Actuellement au terme de 20 semaines d'aménorrhée, elle consulte pour une fièvre isolée dépassant 38 avec frissons depuis trois jours.

Plus en détail

IMMUNOINTERVENTION ET VACCINS

IMMUNOINTERVENTION ET VACCINS IMMUNOINTERVENTION ET VACCINS Maladie Clinique Biologie Immunologie Diagnostic Traitement POLYARTHRITE RHUMATOIDE = PAR LUPUS ERYTHEMATEUX DISSEMINE OU SYSTEMIQUE = LED SYNDROME DES ANTI PHOSPHOLIPIDES

Plus en détail

R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue»

R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue» CAS CLINIQUE R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue» J17 de vie : Fièvre aigue chiffrée à 38,5 c + vomissements évoluant 24 heures Notion de contage virale (

Plus en détail

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Principe et Historique Séparation des constituants d un mélange protéique sous l action d

Plus en détail

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL DÉFINITIONS: } Aménorrhée: Absence du flux menstruel chez une femme en âge d'être réglée. } Aménorrhée primaire e : Absence d'apparition des premières règles à partir de l'âge de 17 (16) ans. } Aménorrhée

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Surveillance de la Maladie de Gaucher

Surveillance de la Maladie de Gaucher Surveillance de la Maladie de Gaucher CETG 24 mars 2006 Christian LAVIGNE CHU Angers 1 Maladie de Gaucher Maladie rare traitement efficace, coûteux, astreignant prototype de thésaurismose curable incertitude

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

«Grossesse et lupus/sapl 1», Nathalie Costedoat-Chalumeau

«Grossesse et lupus/sapl 1», Nathalie Costedoat-Chalumeau «Grossesse et lupus/sapl 1», Nathalie Costedoat-Chalumeau Avant-propos 1. La contraception Je vois encore régulièrement des patientes qui arrivent en disant «je n ai pas droit à la pilule, je ne peux pas

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 :

Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 : Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 : 1) ABE C fx ils vont dans la médullaire D primaire 2) ADE B et C faux c est le contraire paracorticale Ly T et corticale Ly B 3) ADE 4) ACDE 5) Cf correction

Plus en détail

Hépatite B et Grossesse

Hépatite B et Grossesse Hépatite B et Grossesse Najet Bel Hadj CHU Mongi Slim La Marsa Tunis Chez la femme enceinte, l infection virale B est dominée par le risque de transmission mère enfant qui reste une cause majeure du maintien

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

Hypertension artérielle de la grossesse

Hypertension artérielle de la grossesse Hypertension artérielle de la grossesse Objectifs : Diagnostiquer et connaître les principes de prise en charge d'une HTA. Sommaire : Faq 1 - Diagnostic d'hta gravidique Faq 2 - Evolutions des différents

Plus en détail

Quel bilan pour le diagnostic de SEP?

Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Questions Quel bilan complémentaire doit-il être proposé devant un épisode démyélinisant inaugural? Quelles autres pathologies (que la SEP ou un épisode démyélinisant

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 10 Scénario : Monsieur J., âgé de quarante-neuf ans, se présente aux urgences pour une

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde

Polyarthrite rhumatoïde RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde Prise en charge en phase d état RECOMMANDATIONS Septembre 2007 1 L argumentaire scientifique de ces recommandations est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Le bilan des avancées thérapeutiques 2005

Le bilan des avancées thérapeutiques 2005 Le bilan des avancées thérapeutiques 2005 Dr Chrystel Jouan-Flahault Directeur Médical, Leem Un état des lieux à partir de données objectives Les médicaments retenus sont ceux qui ont justifié l attribution

Plus en détail

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent Énoncé D1-2007 Une femme de 68 ans, tabagique non sevrée, est hospitalisée pour altération de l état général. À l arrivée, la tension artérielle est à 140/80 mmhg, le pouls à 110/ min, elle a une polypnée

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

Chapitre 22 Item 196 UE 7 Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente

Chapitre 22 Item 196 UE 7 Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Chapitre 22 Item 196 UE 7 Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente I. Diagnostiquer un épanchement articulaire II. Démarche diagnostique devant un épanchement articulaire III. Méthodes

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1165635/surveillance-serologique-et-p Marqueurs cardiaques dans

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey Récit d une d situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q Présent senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey 1) Introduction Patient de 50 ans Vu en consultation avec son épouse Motif : Fièvre persistante

Plus en détail

Table des matières. Introduction 3. - La patiente 4. - Exercice 5. - Exercice 6. - Prélèvements biologiques 7. - Exercice 8. - Résultats biologiques 9

Table des matières. Introduction 3. - La patiente 4. - Exercice 5. - Exercice 6. - Prélèvements biologiques 7. - Exercice 8. - Résultats biologiques 9 Lupus systémique Table des matières Introduction 3 - La patiente 4 - Exercice 5 - Exercice 6 - Prélèvements biologiques 7 - Exercice 8 - Résultats biologiques 9 - Exercice : Le LES 10 - Examen complémentaire

Plus en détail

Prise en charge d un patient avant une chirurgie cardiaque. Dr Aude BOIGNARD Mr Eric BENZIANE Service de Chirurgie Cardiaque CHU GRENOBLE

Prise en charge d un patient avant une chirurgie cardiaque. Dr Aude BOIGNARD Mr Eric BENZIANE Service de Chirurgie Cardiaque CHU GRENOBLE Prise en charge d un patient avant une chirurgie cardiaque Dr Aude BOIGNARD Mr Eric BENZIANE Service de Chirurgie Cardiaque CHU GRENOBLE Types de chirurgie Pontage aorto-coronaire Chirurgie de valvulopathie

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris AUTO IMMUNITE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES COMPLEXES IMMUNS CIRCULANTS FACTEUR RHUMATOÏDE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES Les procédures communes aux prélèvements et particulières

Plus en détail

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

Le syndrome d activation macrophagique

Le syndrome d activation macrophagique DMCP Le syndrome d activation macrophagique J. Wassenberg Formation continue IAL CHUV - 9 octobre 2008 Fille de 11 ans Douleurs et tuméfactions articulaires intermittente (genoux, poignets, doigts) Methotrexate,

Plus en détail

Quizz en Infectiologie 1 er cas

Quizz en Infectiologie 1 er cas Quizz en Infectiologie 1 er cas Charles CAZANAVE, Noémie GENSOUS, Didier NEAU Service des Maladies Infectieuses et Tropicales du Pr. M. DUPON Histoire de la maladie Depuis été 2013 : patient de 74 ans

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Enoncé Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Madame A., 47 ans, vous consulte en raison de douleurs intéressant les mains et les poignets, évoluant depuis un peu moins de 2 mois,

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail

Accompagner la femme dans sa contraception. Novembre 2007

Accompagner la femme dans sa contraception. Novembre 2007 Accompagner la femme dans sa contraception Novembre 2007 Programme Après-midi 1 : séquence 1 : rappeler la législation séquence 2 : proposer la méthode contraceptive la mieux adaptée à chaque patiente

Plus en détail

Passage du noir au bleu au réveil d une anesthésie pour plastie mammaire Service de Médecine Interne Hôpital Avicenne

Passage du noir au bleu au réveil d une anesthésie pour plastie mammaire Service de Médecine Interne Hôpital Avicenne Passage du noir au bleu au réveil d une anesthésie pour plastie mammaire Service de Médecine Interne Hôpital Avicenne Avant plastie mammaire Femme 27 ans, origine Guadeloupe Grossesse à terme (1999) et

Plus en détail

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS La biologie des an-phospholipides Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS Quand rechercher un LA Indications de la recherche d un LA - Episode de TVP ou EP sans cause apparente,

Plus en détail

Lupus et grossesse : Etat des connaissances

Lupus et grossesse : Etat des connaissances Lupus et grossesse : Etat des connaissances Par Michel De Bandt (Service de Rhumatologie, Hôpital Bichat, Paris) Voir les références dans la deuxième partie de cet article (Lupus et grossesse 2 Quel bilan

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Dr A. BUONACCORSI Infirmière aux URGENCES DE NUIT FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Présentation d un cas clinique Risques Biologiques Travail de nuit Stress aux urgences FEMME ENCEINTE

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

I Les rencontres PRISME

I Les rencontres PRISME I Les rencontres PRISME Paris 27 mars 2010 Le programme PRISME est dédié à la formation médicale des rhumatologues libéraux et hospitaliers et à la prise en charge des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques

Plus en détail

Rappels sur les auto-anticorps Méthodes de mesure

Rappels sur les auto-anticorps Méthodes de mesure Tests immunologiques pour le praticien Que mesure-t-on? Quelle spécificité? 17 novembre 2011 Pascale Roux-Lombard Laboratoire d Immunologie et d Allergologie Clinique Tests immunologiques : les auto-anticorps

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

GROSSESSE et lupus/sapl

GROSSESSE et lupus/sapl GROSSESSE et lupus/sapl Nathalie Costedoat-Chalumeau Centre de référence maladies autoimmunes et systémiques rares Service Médecine Interne Hôpital Cochin Paris Rappels et définitions Critères cliniques

Plus en détail

Prévalence des principales maladies autoimmunes (pour habitants)

Prévalence des principales maladies autoimmunes (pour habitants) Editorial Newsletter #4 FEVRIER 2017 Rédaction : Dr G. JACOB/Dr V. WEBER Près d une centaine d auto-anticorps sont connus à ce jour en auto-immunité. La plus-value diagnostique des maladies auto-immunes

Plus en détail

HyperTension Artérielle de la Femme

HyperTension Artérielle de la Femme HyperTension Artérielle de la Femme Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Particularités physiologiques Femme protégée par les oestrogènes naturels

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie Formation Continue IAL 16.04.2015 Présentation de cas Dr. Borbala Pazar Maldonado Service d Immunologie et Allergie Mme C. L, patiente de 76 ans Antécédents: Dépression chronique récurrente Fracture déplacé

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008. Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic

Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008. Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008 Lausanne Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic Dr V. Aubert Service d immunologie et d allergie, CHUV, Lausanne Nombre d aspects identifiés sur Hep-2

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail