Direct Légumes. La compétitivité c est maintenant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Direct Légumes. La compétitivité c est maintenant"

Transcription

1 Direct Légumes L hebdo des producteurs n Vendredi 17 janvier 2014 Sommaire La semaine syndicale Conférence PIClég Marchés et concurrence Flash Entreprises 4 Le fil de l actu 6 Indemnités journalières Economies d énergie Symposium international sur la carotte Harmonisation des réglementations * à partir de 2016, les entreprises devront décider si elles souhaitent poursuivre avec le CICE auquel s ajouterait un nouvel allègement de cotisations patronales ou mixer les deux en une baisse générale de charge équivalente à environ 30 milliards d euros. La compétitivité c est maintenant La conférence de presse de François Hollande est le point fort de cette semaine. Le président de la République a précisé les annonces faites à l occasion de ses vœux aux français. Et notamment le, désormais fameux, pacte de responsabilité des entreprises : «Je fixe un nouvel objectif : d ici 2017, pour les entreprises et les travailleurs indépendants, que ce soit la fin des cotisations familiales». Aujourd hui, la part payée par l employeur pour les cotisations familiales représente 30 milliards d euros. «C est la condition pour que les entreprises retrouvent de la marge» a ajouté François Hollande. Cette baisse des charges* est l élément central du pacte de responsabilité qui sera officiellement lancé le 21 janvier. Ce pacte doit reposer sur «un principe simple : moins de charge sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités et, en même temps, une contrepartie, plus d embauches et plus de dialogue social». A l occasion de cette conférence de presse, François Hollande s est également engagé à «réduire le nombre de normes, les procédures, parfois inutiles, trop coûteuses, et de faciliter la prise de décision». Baisses des charges, simplification, emploi : ce sont justement les thèmes des Etats généraux de l agriculture que le Conseil de l agriculture de France (Caf) va organiser, à l initiative de la FNSEA, le 21 février prochain à Paris, à la veille du Salon international de l agriculture. Ces Etats généraux seront conclus par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui aura ainsi l occasion de traduire le pacte de responsabilité pour les filières agricoles et agroalimentaires. La FNSEA ne s y est pas trompée en saluant le discours de François Hollande, «un discours qui va dans le bon sens». Ainsi, la suppression des cotisations familiales pour les entreprises est «une mesure proposée de longue date pour la FNSEA» rappelle la fédération. «C est une des conditions pour que notre pays, à travers ses forces vives, retrouve des marges de manœuvre en terme de création de richesses et d emplois». Parmi les pistes de travail, Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France, a souhaité, à l occasion d une conférence de presse qui s est tenue au Sival, que la piste de la flexibilité soit explorée. «La flexibilité, cela ne doit pas faire peur au Gouvernement, a-t-il déclaré. Ce n est pas pour cela que l on va débaucher à tour de bras. Au contraire, la flexibilité va entraîner la compétitivité de nos entreprises». O.M. «Ensemble, cultivons la France des légumes» Les membres du Club Partenaires des Producteurs de Légumes de France

2 La semaine syndicale Durée minimale du temps partiel : vers un report de l entrée en vigueur Le ministère du Travail a décidé de reporter l entrée en vigueur de la durée minimale du temps partiel, fixée à 24 heures hebdomadaire, au 1 er juillet 2014 afin de laisser le temps aux organisations syndicales de finaliser leurs accords. Une disposition législative, sera intégrée au projet de loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie sociale. Ce texte sera présenté en Conseil des ministres le 22 janvier prochain, pour être ensuite débattu au Parlement à compter du 5 février, en vue d être définitivement adopté avant le 28 février. En agriculture, un accord sur le temps partiel est actuellement en cours d extension et prévoit la possibilité de conclure des contrats à temps partiel inférieurs à 24 heures hebdomadaire ainsi qu une durée minimum du temps partiel. Nous reviendrons sur son contenu lorsque l extension sera promulguée. Systèmes de cultures et économie d intrants Une cinquantaine de personnes (agriculteurs, techniciens, étudiants) ont participé à la conférence organisée au Sival le 16 janvier par Légumes de France pour PIClég sur la conception et la mise en œuvre de systèmes légumiers économes en intrants. Marine Launais (Inra) a présenté pour la première fois en public le guide de conception de systèmes de cultures économes en produits phyto-pharmaceutiques. Ce guide qui s adresse au binôme agriculteur-conseiller sera diffusé dans les prochaines semaines à l ensemble des acteurs du développement. Il répond aux spécificités des cultures légumières, et est générique pour tenir compte de la diversité des espèces cultivées, et il prend en compte les différents modes de production. Il ne comporte pas de recettes ou de systèmes de cultures types, mais c est une aide à la réflexion pour permettre au binôme «agriculteur et conseiller» de concevoir leur propre système de cultures adapté aux caractéristiques de l exploitation. Laura Brondino, de la chambre d agriculture des Bouches-du- Rhône, a présenté une étude d impact économique de la mise en place de pratiques alternatives de lutte contre les bio agresseurs telluriques (nématodes), pratiques expérimentées dans le projet «Prabiotel» conduit dans le cadre de PIClég. L étude permet de renseigner les producteurs sur les coûts de mise en place de ces pratiques et de leurs impacts à l échelle du système de cultures. Autre enseignement, l absence de mesures de lutte contre les bio agresseurs condamne économiquement l exploitation. Gérard Roche, vice-président de Légumes de France, qui présidait la réunion s est félicité du fait que «les légumes, ça avance!» En effet, les réflexions et travaux ont été engagés depuis 2007 avec le Ctifl et l Inra, anticipant le Grenelle de l environnement et l agroécologie. Il a souligné l intérêt du guide, l absence de solution universelle et la nécessité d adapter les techniques au cas par cas, à chaque exploitation Sans perdre de vue la rentabilité de l exploitation. Plus d informations sur La pétition contre l écotaxe est disponible en ligne Les producteurs de légumes et acteurs de la filière se sont mobilisés nombreux à l occasion du SIVAL pour signer la pétition contre l écotaxe lancée par Légumes de France, en association avec la FNPF et la FNPHP. Cette pétition est désormais disponible en ligne. Pour la signer, et apporter ainsi votre soutien au travail mené par les trois fédérations, cliquez ici. CEE : évolutions du dispositif Le 16 janvier, Légumes de France participait avec le Ctifl au groupe de travail de l ATEE* pour la réalisation de nouvelles fiches standardisées pour l agriculture. Ces fiches standardisées vous permettent de bénéficier facilement de CEE pour de nouveaux équipements. En maraîchage, les projets de fiches sont : le déshumidificateur échangeur double flux, l éclairage LED, les matériaux de couverture des serres. Une fiche sur la pompe à chaleur à moteur gaz (air/eau) devrait sortir prochainement. Légumes de France a demandé des précisions sur le raccordement d un bâtiment agricole à un réseau de chaleur (fiche AGRI-TH-16) ainsi que sur le système de management de l énergie (certification iso 50001). Des réponses écrites seront prochainement apportées par l Ademe et l ATEE. Ces deux fiches feront l objet d un Flash Entreprises dans nos prochains numéros. Concernant les évolutions du dispositif après 2014, au-delà du rappel du doublement de l obligation pour la troisième période, la révision de l ensemble des fiches standardisées est demandée par le ministère de l écologie. Toutes les fiches qui n auront pas été révisées seront suspendues à partir du 1 er janvier 2015 jusqu à leur révision. Des groupes de travail vont être mis en place prochainement. * ATEE : Association Technique Energie Environnement (coordonne les groupes de travail sur les CEE via son club C2E) 2 Direct Légumes N 11 - vendredi 17 janvier 2014

3 Pour en savoir plus, n hésitez pas à contacter Légumes de France au ou par mail : Commission nationale emploi de la FNSEA Smic allemand : les saisonniers hors-jeu La commission emploi nationale en agriculture s est réunie le 16 janvier. Jean-Roger Garnier participait à cette commission au nom de Légumes de France. Un point sur les négociations en cours a été fait ainsi que sur la prévoyance. Les questions d actualité ont également été discutées. Club Partenaires : au SIVAL, l union fait la force Une fois de plus, Légumes de France et six de ses partenaires se sont rassemblés pour communiquer ensemble auprès des producteurs de légumes et autres visiteurs du SIVAL. Hagelunie, assurance serre, Frayssinet, fertilisation organique, KOPPERT, protection biologique des cultures, COF, fédération du carton ondulé, GDF-Suez, fournisseur de gaz naturel et ENERIA, moteurs pour cogénération ont pu recevoir ensemble, avec Légumes de France, les nombreux visiteurs du salon. Au programme, durant les trois jours : discussions de travail avec des experts, des responsables professionnels et décideurs, rencontres avec des producteurs de légumes autour des principaux combats menés par Légumes de France, mobilisation professionnelle contre l écotaxe, moments de convivialité aux rythmes d une flûte carotte et de castagnettes navet. L édition 2014 a été un succès! Rendez-vous en Marchés et concurrence, tenir compte des spécificités des légumes! L Autorité de la concurrence s apprête à publier ses conclusions suite à la demande d avis faite par Légumes de France en mai Il s agit pour Légumes de France de faire reconnaître les spécificités du fonctionnement des marchés des fruits et des légumes, les crises récurrentes des marchés et l absence d éléments d analyse satisfaisants permettant de proposer des réponses opérationnelles pour y remédier. L Autorité de la concurrence a donc été sollicitée pour donner un avis sur cette situation et, le cas échéant, faire des propositions prenant en compte les spécificités du secteur des fruits et des légumes dans la mise en œuvre du droit de la concurrence. Jean Sales, représentant Légumes de France, a pu participer le 16 janvier aux dernières auditions de l Autorité de la concurrence, qui devrait donc rendre prochainement son avis. COF Dans un communiqué de presse, les ministres Stéphane Le Foll et Guillaume Garot saluent l avancée obtenue en Allemagne vers la mise en place d un salaire minimum dans les abattoirs. «C est une bonne nouvelle pour les salariés allemands, qui vont voir leur travail mieux rémunéré, mais aussi pour les salariés français. Par cette avancée concrète, le secteur agroalimentaire allemand va retrouver un niveau de coût du travail qui permettra une concurrence plus équilibrée entre partenaires européens». Les Producteurs de Légumes de France se réjouissent aussi de cette bonne nouvelle pour les abattoirs français. Ils aimeraient juste que la mesure soit étendue aux travailleurs saisonniers des exploitations allemandes! Les saisonniers en Allemagne représentent 90 % de la main-d œuvre des producteurs de légumes allemands. Cotisation Interfel, hausse de la TVA La TVA de toutes les cotisations INTERFEL (aussi bien la cotisation INTERFEL AD VALOREM que SIPMM) passe à compter du 01/01/14 à 20% au lieu de 19,60%. En conséquence, la déclaration du 1er trimestre 2014 et la collecte auprès du commerce du détail (pour la cotisation INTERFEL AD VALOREM) devra être réalisée également à 20% à compter du 01/01/14. Direct Légumes L hebdo des producteurs N janvier 2014 Date de création : octobre 2013 Edité par Légumes de France (Fédération de syndicats agricoles, loi du 21 mars 1884) Président : Jacques Rouchaussé 11, rue de la Baume Paris - Tél : Abonnements : 180 EHT Directeur de la publication : Jacques Rouchaussé Rédacteur en chef : Olivier Masbou Publicité : Jean-Michel Lepetit (F&L Concept) Club Partenaires : Sophie Chevallier Abonnements : Martine Veret - Conception graphique : Jeanne Kalt - Photos : Eve Hilaire - Le studio des 2 prairies ; Légumes de France Ont participé à ce numéro : Hélène Boucherie, Stéphanie Guillochain, Audrey Papon, Bruno Scherrer, Martine Veret ISSN : Dépôt légal : à parution Direct Légumes N 11- vendredi 17 janvier

4 Flash entreprises Indemnités journalières pour les exploitants en cas de maladie ou accident de la vie privée Maladie A compter du 1 er janvier 2014, les exploitants bénéficient d une indemnisation lors de la survenance d un accident ou d une maladie liée à la vie privée. Voici quelques précisions sur les modalités d application et le financement de ce nouveau dispositif. Modalités d application Suite à la suppression du GAMEX, le dispositif permettant d indemniser les exploitants en cas d arrêt de travail lié à un accident ou une maladie de la vie privée sera géré intégralement par les caisses de la MSA. Le recours à un assureur privé est impossible. Depuis le 1 er janvier 2014, tout arrêt de travail prescrit suite à une maladie ou un accident de la vie privée entraînera le versement d indemnités journalières (IJ). Les bénéficiaires sont les chefs d exploitation ou d entreprise agricole à titre exclusif ou principal, les collaborateurs d exploitation ou d entreprise agricole, les aides familiaux et les associés d exploitations, qui sont affiliés au régime AMEXA depuis au moins 1 an (dans le cas contraire, prise en compte des durées d affiliation à un autre régime d assurance maladie). Un délai de carence de 7 jours (3 jours en cas d hospitalisation) est mis en place. Ce dernier ne s applique qu au premier des arrêts de travail dus à une même affection sur une période de 3 ans. Excepté en cas d hospitalisation, les arrêts de travail devront être adressés au service de contrôle médical de la MSA au plus tard 2 jours suivant la date de constatation médicale de l arrêt de travail. Une pénalité de 4 jours est mise en place en cas de retard dans la réception de l arrêt. Si l assuré souhaite reprendre le travail avant la fin de son arrêt, il devra adresser à la MSA une déclaration sur l honneur indiquant sa date de reprise dans un délai de 2 jours suivant sa date de reprise. Le montant de l indemnité est le même que celui versé en cas d accident du travail ou maladie professionnelle : - les 28 premiers jours : 20,91 par jour, - à compter du 29 ème jour d arrêt : 27,88 par jour. L indemnité journalière est due pour chaque jour, ouvrable ou non, avec un maximum de 360 IJ sur 3 ans de date à date au titre d une ou plusieurs maladies. Elle est payée par quinzaine. Financement Ce dispositif est financé par une cotisation de 200 euros par an et par exploitation. Pour bénéficier des IJ, l exploitant devra être à jour de la cotisation au 1 er janvier de l année civile au cours de laquelle est constatée l incapacité de travail. Point de vigilance Paye Le montant du net imposable déclaré sur le bulletin de salaire du mois de décembre est dans la majorité des cas erroné, compte tenu de la publication tardive au journal officiel d une nouvelle mesure qui n a pu être prise en compte par les services paie. En effet, la part patronale de la cotisation à la complémentaire santé est soumise dès le premier euro à l impôt sur le revenu 2013 et doit donc être intégrée pour la totalité du montant versé en 2013 au net imposable du salarié. Les employeurs ont donc jusqu au 12 février pour rectifier sur leur DADS le montant net imposable de leurs salariés et informer leurs salariés sur le montant de leur revenu net imposable en tenant compte de la modification afin que ces derniers bénéficient d une information exacte pour leur déclaration sur le revenu Direct Légumes N 11 - vendredi 17 janvier 2014

5 Mettez en place un déshumidificateur thermodynamique dans vos serres grâce aux CEE Economies d énergie Grâce au travail du Ctifl et de Légumes de France, la mise en place d un déshumidificateur thermodynamique est désormais éligible au dispositif Certificats d Economies d Energie (CEE). La déshumidification permet de gérer l hygrométrie dans les serres. La technique la plus utilisée combine le chauffage et l aération qui présentent les inconvénients d augmenter les pertes thermiques, de moins valoriser le CO2 et au final d augmenter les consommations d énergie. La mise en place de déshumidificateur thermodynamique est une méthode alternative à la pratique de déshumidification par chauffage-aération. Le principe est le suivant : l appareil aspire l air humide, le filtre, le dirige vers un évaporateur qui est à une température inférieure, ce qui a pour effet de transformer la vapeur d eau contenue dans l air en eau liquide. L air traité en ressort asséché et réchauffé par passage sur le condenseur. Cette technique présente l avantage de pouvoir récupérer l eau condensée, de ne pas causer de perte de CO2, et de conserver la chaleur latente et sensible. Il est possible d avoir plusieurs déshumidificateurs disposés dans la serre ou une seule machine centralisée qui peut se situer à l extérieur de la serre. L installation peut également comprendre des gaines de distribution de l air traité. La mise en œuvre du ou des déshumidificateur(s) thermodynamique(s) nécessite(nt) un pilotage automatique. Ce pilotage permet de faire démarrer les déshumidificateurs selon le déficit de saturation dans la serre et de gérer le fonctionnement des groupes selon l ouverture des ouvrants. Montant de certificats en kwh cumac Montant du gain (kwh cumac / m 2 ) Surface de serre équipée (m 2 ) Serres maraîchères 380 X S Comment valoriser au mieux vos CEE? Le prix des CEE est à négocier. Grâce à Légumes de France, les prix des CEE des producteurs ont été multipliés par 4. Depuis 2006, les prix négociés par Légumes de France varient entre 3 et 4 /MWh. Depuis 2006, 70 % des producteurs nous ont fait confiance pour valoriser leurs CEE. Comment bénéficier des prix négociés par Légumes de France? 1. Contactez Légumes de France avant la signature des devis pour mettre en place un partenariat Tél : , mail : 2. Réalisez vos travaux 3. Montez votre dossier avec l appui de Légumes de France 4. Recevez le paiement de vos CEE L hebdo des producteurs Bulletin d abonnement Oui je m abonne pour un an à Direct Légumes, lettre électronique disponible uniquement par mail o Je suis adhérent à Légumes de France : 50,00 EHT (60 TTC) o Je ne suis pas adhérent à Légumes de France : 180 EHT (216 TTC) Mes coordonnées Nom...Prénom... Société... Adresse... Code Postal...Ville... (obligatoire)... Tél...Port... Règlement Je règle par : chèque à l ordre de Légumes de France A retourner à : Légumes de France - 11 rue de la Baume Paris Tèl : «Conformément à la loi Informatique et Libertés du 06/01/78, vous disposez d un droit d accès et de rectification aux informations vous concernant auprès de notre service». «Tous droits de reproduction réservés. Nous contacter» Direct Légumes N 11 - vendredi 17 janvier

6 Le fil de l actu Les actus de la filière Sival d or : de belles récompenses pour le secteur du maraîchage Le jury des Sival d or, composé de professionnels (dont Gérard Roche, vice-président de Légumes de France), d experts et de journalistes (dont Olivier Masbou, rédacteur en chef de Direct Légumes) s est réuni le 13 janvier à la veille de l ouverture du salon. 11 récompenses ont été décernées, dont 6 qui concernent directement les maraîchers. Parmi celles-ci, deux entreprises ont obtenu un Sival d or : Stecomat pour IC Cultivator, une bineuse pneumatique autoguidée pour l inter-rang ou l interplant et l Apef pour l endive Barbucine, une chicorée à forcer feuille longue, étroite et dentelée, dérivée de la Barbe-de-capucin. Toujours dans le secteur du maraîchage, quatre Sival d argent ont été décernés à : Biobest pour Flyind Doctors, une solution de pollinisation par les bourdons ; Texinov pour Filbio, un filet anti-insectes compostable ; l Inra et Koppert (membre du Club Partenaires de Légumes de France) pour Diagnoplant Biocontrôle, une application Web et smartphone pour l identification des organismes acteurs du bio contrôle ; et le Ciref pour sa fraise Rubis des Jardins, une variété recommandée en agriculture biologique. L Apfelso et Idfel Val de Loire créent HexaValor L Association des producteurs de fruits et légumes du Sud-Ouest (Apfelso) et IDfel Val de Loire ont annoncé, le 14 janvier, dans le cadre du Sival, la création d HexaValor, une filiale commune aux deux AOP territoriales. Cette filiale de service aux entreprises des filières spécialisées reprendra les expertises développées par Apfelso et Idefl Val de Loire depuis de nombreuses années. Elle peut déjà intervenir dans de nombreux domaines : appui aux Organisations de producteurs dans le cadre de l OCM ; animation et soutien aux organismes de défense et de gestion (ODG) des signes officiels de qualité ; soutien aux entreprises pour la participation à des salons ; animation d AOP nationales ou d associations produits ; formation Idfel Val de Loire et l Apfelso accompagnent déjà 60 % des OP françaises. La vocation d HexaValor est d apporter son expertise à des entreprises, quelles que soit leur statut, d autres régions, et pourquoi pas d autres secteurs d activités. Angers va accueillir le deuxième Symposium international sur la carotte Après Arcachon en 2007, ce sera au tour d Angers d accueillir en septembre prochain le deuxième Symposium international de la carotte et autres apiacées. La manifestation sera co-organisée par Carottes de France, AgroCampus Ouest et le CTIFL. «Nous voulons proposer à l ensemble des équipes de recherches et à l ensemble des producteurs un point d étape sur un certain nombres de thématiques», explique Vincent Schieber, président de l AOP Carottes de France. De fait, le symposium abordera des thèmes tels que : marché et attentes des consommateurs ; génétique et génomique ; diversité génétique ; biologie et physiologie ; qualité des produits ; bioagresseurs ; semences ; «La France est très bien placée sur la recherche en carottes» souligne Mathilde Briard d AgroCampusOuest qui espère que la manifestation permettra «d aller plus loin dans la collaboration à l international». Le Symposium est également ouvert aux autres apiacées, ce qui permettra de «donner aux espèces orphelines (persil, fenouil, panais, ) l occasion de pouvoir venir et d entendre des informations sur les produits qui les concernent» ajoute François Villeneuve du CTIFL Le précédent Symposium avait reçu 500 participants en provenance de 32 pays. Le Symposium d Angers, qui se tiendra du 17 au 19 septembre 2014, espère faire mieux. Rens : symposium-carrot-apiaceae2014.fr Brèves Solaal reconnue d utilité publique Solaal (SOLidarité des producteurs Agricoles et des filières ALimentaires) vient d être reconnue d intérêt général par le ministère de l Economie et des Finances. Cette reconnaissance va permettre à Solaal de développer, dans un cadre juridique défini, ses activités pour faciliter les dons agricoles et alimentaires au profit des associations caritatives. «Désormais, les agriculteurs vont pouvoir bénéficier de la réduction d impôt prévue par la loi en cas de dons, quels que soient leurs dons de produits : fruits et légumes, lait, récemment, et maintenant tous les autres produits agricoles» indique l association dans un communiqué. Concrètement, Solaal va pouvoir proposer aux producteurs de pouvoir abandonner une partie de leurs recettes au moment de la livraison des produits, au profit de l association. Cette dernière émettra alors pour le donateur un reçu fiscal lui permettant de faire valoir une réduction d impôt. Le ministère de l Economie précise également que les activités de Solaal «revêtent un caractère social». «Ce point est particulièrement important, indique l association, car c est reconnaître que les agriculteurs et les acteurs agro-alimentaires assument, au-delà de leur rôle économique, une fonction sociale et sociétale». Créée par l ancien président de la FNSEA Jean-Michel Lemétayer, l association Solaal est aujourd hui présidée par Angélique Delahaye. 6 Direct Légumes N 11 - vendredi 17 janvier 2014

7 L harmonisation des réglementations ne résout pas tout La question épineuse des distorsions de concurrence n a pas été oubliée au Sival. Une conférence sur cette question a été organisée en présence de Philippe Binard, secrétaire général de Freshfel, l association européenne des fruits et légumes frais, et Guy Callebaut, agriculteur belge et président de GlobalGap. Ces 2 spécialistes des rouages européens ont ainsi brossé dans leur domaine respectif l évolution de la réglementation et les perspectives futures. Philippe Binard a bien souligné que l harmonisation des réglementations, l un des objectifs de l Europe depuis 1993, ne résout pas tout. «On pensait, donne-t-il en exemple, que l harmonisation des LMR (Limite maximale des résidus) allait fortement diminuer les distorsions de concurrence. Ce n est pas toujours le cas. Les ONG allemandes ont fait pression sur les distributeurs pour qu ils intègrent dans leurs cahiers des charges des valeurs bien inférieures aux normes harmonisées». Guy Callebaut a esquissé quelques évolutions dans la future version de GlobalGap. Les exigences sociales devraient être plus développées, ce qui serait un avantage pour les pays européens dont la législation est mieux organisée et contrôlée. Autre défi qui devrait limiter les distorsions de concurrence : GlobalGap espère que pour sa version 5, il y ait possibilité de réaliser un seul audit pour tous les systèmes de certification. Le consommateur de fruits et légumes de mieux en mieux cerné Les attentes du consommateur commencent à être de plus en plus finement perçues. C est en tout cas l une des conclusions que l on peut tirer après les exposés de plusieurs conférences au Sival 2014, notamment le symposium Végéconso. Les créateurs de nouveaux produits et les acteurs de la distribution éprouvent souvent des difficultés à connaître réellement les besoins du consommateur, complexes, multiples voire contradictoires. Le programme de recherche Cosiveg pluridisciplinaire coordonné par l Esa (Ecole Supérieure d Agriculture d Angers) et financé par la région Pays de Loire va permettre une plus grande vulgarisation de méthodes sensorielles et cognitives. En un temps record, quatre experts ont pu analyser par exemple 255 échantillons. Deux échelles de mesures ont été inventées. L une, d origine américaine, s appuie sur un classement des individus en fonction de leurs orientations comportementales face à l acceptation d un produit. Fin janvier, l expérience sera menée avec des individus présélectionnés en fonction de leur orientation et face à des produits à tester. La seconde correspond à une mesure de proximité des circuits de distribution qui contribue à mieux appréhender l aspect relationnel, identitaire, pratique et pédagogique. De cette étude par exemple, il ressort que le consommateur est prêt à payer plus cher un produit dont le prix a été défini à l unité et non au poids. Affichage environnemental : des délais supplémentaires. Le projet de loi Grenelle 2 prévoyait de rendre obligatoire l affichage environnemental dès le 1 er janvier Mais la complexité du dossier a transformé cette mesure, destinée à une meilleure information du consommateur, en une expérimentation nationale. Près de 170 entreprises y ont volontairement participé entre juillet 2011 et juillet 2012 appliquant l analyse du cycle de vie (Agrybalise ), méthode de référence pour l évaluation environnementale des produits et le référentiel AFNOR/ADEME (BP X ). Celui-ci admet d ailleurs un référentiel spécifique à l agroalimentaire. Suite à ce travail, le Commissariat général au développement durable a produit un rapport remis au Parlement. «L intérêt de la démarche est confirmé, explique Martin Bortzmeyer. Elle répond à la demande des consommateurs et de l écoconception. L affichage environnemental est démontré comme un atout de compétitivité et traduit une avance de la France en la matière. Des pistes doivent être approfondies comme les ACV (Analyse du cycle de vie), les référentiels multi-critères et il est souhaitable que le travail effectué en France puisse être modélisé au niveau européen.» Néanmoins, concernant les ACV, le rapport prône «un accompagnement avec un kit destiné aux entreprises», une maîtrise des coûts des analyses avec la création de bases de données» et enfin l obligation «d assurer la fiabilité des informations.» La mise en place de l affichage environnemental, dont les modalités ne sont pas encore définies, devrait dans un premier temps, être volontaire et proposé aux consommateurs vers le deuxième semestre L obligation, dans un cadre national, ne devrait pas intervenir avant 2020 selon le ministère de l Ecologie. Brèves Le Sénégal mise sur le maraîchage. Le maraîchage est le nouveau secteur émergent de l agriculture sénégalaise. En 2013, la production s est élevée à tonnes, sur la lancée d une dynamique initiée dans les années 80. Elle n atteignait alors que tonnes. En parallèle, les exportations ont été multipliées par 6 depuis 2000, un taux de croissance soutenu boosté par la diversification des productions. Selon le ministère de l Agriculture sénégalais, le maraîchage a rapporté 35MdFCFA au pays l an dernier soit 55,3M. Vegepolys : appel à projets sur les «végétaux actifs» Vegepolys, pôle de compétitivité du végétal lance un appel à idées de projets innovants sur le thème «Végétaux actifs». Cet appel s adresse à toute personne qui a une idée ou un projet innovant exploitant le potentiel des végétaux spécialisés et leurs molécules d intérêt pour développer des actifs. Le végétal est une source d innovation dans les secteurs de la cosmétique, de l agro-alimentaire, des compléments alimentaires, de l alimentation animale ou encore de la protection des cultures. L idée ou le projet pourra concerner toutes les étapes de la chaîne de valeur des actifs et ingrédients végétaux. Les dépôts, via le site vegepolys.eu, seront possibles du 15 janvier au 28 février Direct Légumes N 11 - vendredi 17 janvier

8 Des nouvelles de Frutti et Veggi Le site internet à destination des enfants de 6 à 12 ans lancé en 2013 par Interfel dans le cadre de son vaste programme européen «Tu crées, tu croques, tu craques!» en partenariat avec Alimos en Italie, dévoile en 2014 un tout nouvel univers dédié aux mascottes Frutti et Veggi intégrant des mini-jeux vidéo exclusifs! Les deux petits personnages découverts depuis un an à travers les campagnes publicitaires et actions événementielles du programme (la Tournée dans les écoles, Kid Expo et la Semaine Fraîch Attitude invitent les enfants à intégrer leur village des fruits et légumes frais! Ils pourront accéder à plusieurs mini-jeux vidéo avec une vocation pédagogique inspirés d application smartphone existantes. Le premier jeu vidéo «L Ecole Epluch tout» est déjà en ligne, petit quiz tout en images pour développer la reconnaissance des produits chez les enfants. En février, «Le Marché Super Coup coup» ouvrira ses portes avec un jeu au rythme endiablé inspiré de Ninja fruit! Du 11 janvier au 11 mars, des Nintendo 3DS XL sont à gagner par tirage au sort sur inscription à l Univers frutti-veggi. De quoi motiver les jeunes joueurs Le jeu-concours sera relayé pendant 3 semaines via la campagne TV en replay sur les sites internet MYTF1.FR, Tfou.fr et 6play.fr pour toucher plus de 2,5 millions de téléspectateurs de 4 à 10 ans. Rendez-vous sur pour le règlement du jeu et surtout, pour jouer!

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Rhône-Alpes) (6 juillet

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 125 Mai 2012 ECONOMIE ET EVALUATION DÉVELOPPEMENT DURABLE Expérimentation de l affichage environnemental sur les produits agro-alimentaires Premier retour

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées 1 Groupe de travail ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Rassemble, Informe et Propose des mesures et techniques pour faire progresser

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE CONSEIL GENERAL DE LA DORDOGNE

CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE CONSEIL GENERAL DE LA DORDOGNE UNION EUROPEENNE FEADER CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE CONSEIL GENERAL DE LA DORDOGNE CONSEIL GENERAL DU LOT ET GARONNE Mise à jour : V1 20 février 2015 Demande de subvention Investissements dans les exploitations

Plus en détail

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire!

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! Les Paniers Bio du Val de Loire, une filière bio et solidaire du producteur au consommateur Mars 2013 1 Présentation

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

«DROITS DU TRAVAIL» 1 : INFOS UTILES

«DROITS DU TRAVAIL» 1 : INFOS UTILES «DROITS DU TRAVAIL» 1 : INFOS UTILES Employeurs (ses), Salarié(e)s saisonnier(e)s Quelques infos pour bien démarrer votre saison... LE CONTRAT DE TRAVAIL : Indispensable et obligatoire, le contrat de travail

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE (10 juin 2008) (Etendu par arrêté du 16 mars 2009,

Plus en détail

FICHE ACTION n 03. Restoria

FICHE ACTION n 03. Restoria FICHE ACTION n 03 Restoria ACTION GLOBALE Mise en place d une offre de restauration collective ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Intégration du handicap, charte de la diversité, formation au développement

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

PACTE VERT. Une banque au cœur de Maroc Vert

PACTE VERT. Une banque au cœur de Maroc Vert PACTE VERT Une banque au cœur de Maroc Vert CULTIVONS VOTRE COMPÉTITIVITÉ UNE PRIORITÉ NATIONALE ACCOMPAGNÉE PAR LE GROUPE ATTIJARIWAFA BANK Le secteur agricole marocain s est vu assigner une place prioritaire

Plus en détail

2 - Les modalités d indemnisation

2 - Les modalités d indemnisation 2 - Les modalités d indemnisation A. Le montant de l indemnité L indemnité perçue par le salarié est égale, pour chaque heure de travail perdue, aux trois quarts du salaire horaire pris en considération,

Plus en détail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail INTRODUCTION : I Généralité 1 2 3 4 5 Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail Le traitement

Plus en détail

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION ANNEE 2012-2013 2 I. CONTEXTE ET ORIENTATIONS GENERALES... 3 II. RAPPROCHER LES GROUPES ET LE RESEAU DANS LA CONSTRUCTION D'UNE AGRICULTURE PAYSANNE... 4 DES INTERAMAP

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

Les Certificats d économie d énergie : que peut-on en attendre pour la réduction des intrants en agriculture? Mercredi 4 juin 2014

Les Certificats d économie d énergie : que peut-on en attendre pour la réduction des intrants en agriculture? Mercredi 4 juin 2014 Les Certificats d économie d énergie : que peut-on en attendre pour la réduction des intrants en agriculture? Mercredi 4 juin 2014 CEE : Les objectifs Objectif : Moyens : Diminuer les consommations d énergie

Plus en détail

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Le 9 décembre 2010 P.R.I. «Nov alim» Lycée agricole Laval (53) Visite en présence de Jacques Auxiette, Président du Conseil régional des

Plus en détail

Flash Abonnés ACTIF INFORMATION N 2014-10

Flash Abonnés ACTIF INFORMATION N 2014-10 Flash Abonnés N 2014-10 CHIFFRES ET DONNEES EMPLOYEURS PLAFOND DE SECURITE SOCIALE : REVALORISATION AU 1 ER JANVIER 2015 A compter du 1 er janvier 2015, le plafond mensuel de la Sécurité Sociale est fixé

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC AGRISUD

PARTENARIAT AVEC AGRISUD PARTENARIAT AVEC AGRISUD Depuis 2008, un partenariat cadre Constatant que, dans certains cas, l organisation de l offre locale ne permettait pas de répondre à la demande de ses Villages en produits frais,

Plus en détail

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 :

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 : 6 avril 2011 Contribution des Secrétariats du Conseil central de l'economie et du Conseil national du Travail a l'attention du Premier Ministre, en vue de l'élaboration du plan national de réformes de

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Dossier de presse Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Contact presse : Géraldine Vieuille vieuille.geraldine@ccmsa.msa.fr 01.41.63.72.41 SOMMAIRE

Plus en détail

Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014

Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014 Mercredi 18 juin 2014-1 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 3 Les dates clés du Pacte

Plus en détail

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES Elior Restauration Entreprises Responsable du suivi : Vincent Cossac Fonction : Responsable Développement Durable Adresse : 46/52 rue Albert 75013 Paris : 01

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

RAPPORT 2015 DU COMITÉ DE SUIVI DU CRÉDIT D'IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L'EMPLOI

RAPPORT 2015 DU COMITÉ DE SUIVI DU CRÉDIT D'IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L'EMPLOI Comité de suivi du CICE 22 sept. 2015 RAPPORT 2015 DU COMITÉ DE SUIVI DU CRÉDIT D'IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L'EMPLOI DOSSIER DE PRÉSENTATION LE CICE, C EST QUOI? Le CICE est un crédit d'impôt à destination

Plus en détail

LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015

LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015 Commission des comptes de l agriculture de la Nation Session du 15 décembre 2015 LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015 Le compte social prévisionnel des exploitants agricoles pour 2015

Plus en détail

Bulletin de paie commenté

Bulletin de paie commenté EXTRAIT GRATUIT DU GUIDE PRATIQUE RESPONSABLE & GESTIONNAIRE PAIE Bulletin de paie commenté Le bulletin de paie des salariés en arrêt pour maladie non professionnelle Situation 2 : Salarié en arrêt-maladie

Plus en détail

Infodoc. n 94. Octobre 2014. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle

Infodoc. n 94. Octobre 2014. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle Infodoc Législation/Réglementation Réforme de la Formation Professionnelle Octobre 2014 n 94 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Version actualisée au 18 janvier 2010 Depuis plusieurs années, France Nature Environnement construit des partenariats avec de nombreux acteurs socio-économiques

Plus en détail

Cahier des charges & Règlement

Cahier des charges & Règlement Concours Affiche Evènement «Le mois des Monts» Cahier des charges & Règlement A lire attentivement & à retourner signé Toute affiche ne respectant pas l un des points de ce règlement ne pourra être retenue.

Plus en détail

Direct Légumes. plus favorables à la consommation». Le rapport a suivi deux légumes en particulier : les tomates rondes en grappe et les

Direct Légumes. plus favorables à la consommation». Le rapport a suivi deux légumes en particulier : les tomates rondes en grappe et les Direct Légumes L hebdo des producteurs n 7 5 - Vendredi 6 décembre 2013 Sommaire La semaine syndicale 2 Flash Entreprises 4 Le fil de l actu 6 International Asparagus Days Melon, la nouvelle donne 6 8

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

Le GAMEX et/ou le groupement d'assureurs APRIA-RSA assuraient vos remboursements maladie et/ou accidents du travail CETTE INFORMATION VOUS CONCERNE

Le GAMEX et/ou le groupement d'assureurs APRIA-RSA assuraient vos remboursements maladie et/ou accidents du travail CETTE INFORMATION VOUS CONCERNE Le GAMEX et/ou le groupement d'assureurs APRIA-RSA assuraient vos remboursements maladie et/ou accidents du travail CETTE INFORMATION VOUS CONCERNE Vous exercez une activité de non salarié agricole (en

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Un acteur économique résolument ouvert vers l extérieur Reconnu comme acteur majeur du commerce de produits frais au niveau international, le Marché

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C)

REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) CONCEPTION, REALISATION, MONTAGE ET DEMONTAGE D UN STAND PAYS DE LA LOIRE AU SALON DU VEGETAL DU 18 AU 20 FEVRIER 2014 DANS LE HALL AMPHITEA - PARC DES EXPOSITIONS - ANGERS

Plus en détail

Relatif à la déclaration sociale nominative

Relatif à la déclaration sociale nominative RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie et des finances Décret n du Relatif à la déclaration sociale nominative NOR : [ ] Publics concernés : employeurs établis en métropole et dans les DOM de personnel

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

SYNTHÈSE. Soutiens financiers aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l énergie. Coûts et enjeux pour les collectivités

SYNTHÈSE. Soutiens financiers aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l énergie. Coûts et enjeux pour les collectivités SYNTHÈSE Soutiens financiers aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l énergie Coûts et enjeux pour les collectivités Série Politique ENP 34 Septembre 2014 Présentation de la méthode d analyse Si

Plus en détail

Fiche conseils. L incidence de la maladie sur le bulletin de salaire. *1 Calculer la retenue sur salaire pour maladie

Fiche conseils. L incidence de la maladie sur le bulletin de salaire. *1 Calculer la retenue sur salaire pour maladie EXTRAIT GRATUIT DU GUIDE PRATIQUE RESPONSABLE & GESTIONNAIRE PAIE Fiche conseils Maladie L incidence de la maladie sur le bulletin de salaire Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse POURQUOI? Favoriser la poursuite d études ou de formations dans le but d assurer l équilibre du sportif en activité

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

LABELLISATION DES STATISTIQUES MSA. Mutualité sociale agricole - MSA Direction des Etudes, des Répertoires et des Statistiques

LABELLISATION DES STATISTIQUES MSA. Mutualité sociale agricole - MSA Direction des Etudes, des Répertoires et des Statistiques Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole Direction des Etudes, des Répertoires et des Statistiques LABELLISATION DES STATISTIQUES MSA Mutualité sociale agricole - MSA Direction des Etudes, des Répertoires

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU [ Particulier employeur ] La Paje Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU 1 er janvier 2010 Vous bénéficiez, pour votre enfant né ou adopté à partir du 1 er janvier 2004 *, de la Prestation d accueil

Plus en détail

AVENANT N O 34 DU 19 MAI 2006 (1)

AVENANT N O 34 DU 19 MAI 2006 (1) MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 9102. EXPLOITATIONS MARAÎCHÈRES, HORTICOLES ET PÉPINIÈRES (AUBE) (26 janvier 1981) (Etendue par arrêté du

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale PROTECTION SOCIALE Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

Suivi de consommation et conseil énergétique aux collectivités de Rhône-Alpes

Suivi de consommation et conseil énergétique aux collectivités de Rhône-Alpes Réponse à l appel à projets pour la mise en place de programmes d information dans le cadre du dispositif des Certificats d Economies d Energie Suivi de consommation et conseil énergétique aux collectivités

Plus en détail

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail.

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail. bulletin de salaire Affichage obligatoire Congés Payés Médecine du Travail Déclaration REGISTREduPERSONNEL Préalable À élections l Embauche professionnelles TRAVAIL législation social employeur contrat

Plus en détail

L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective

L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective 01 JUILLET 2014 Par Jean-Luc Gérard, associé assurance et protection sociale, TnP consultants RÉSERVÉ AUX ABONNÉS Le 9 janvier dernier, le président

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ AVENANT N 16 DU 18 JANVIER 2012 RELATIF À LA PRÉVOYANCE NOR

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

E. Avantages alloués par le comité d entreprise

E. Avantages alloués par le comité d entreprise E. Avantages alloués par le comité d entreprise 1) Bons d achat et cadeaux Les bons d achat et cadeaux alloués par le comité d entreprise doivent en principe être assujettis aux cotisations de Sécurité

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL

DISCOURS de Sylvia PINEL Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le mardi 26 mai 2015 DISCOURS de Sylvia PINEL Lancement du nouveau cadre de référence

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services La CFTC s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 OUGANDA 40 Affilié de l IE UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 Ratifications C 87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical (1948), ratifiée en 2005 C 98

Plus en détail

INSTITUT DE L INTERNET ET DU MULTIMEDIA CONTACT VAE

INSTITUT DE L INTERNET ET DU MULTIMEDIA CONTACT VAE GUIDE DE LA VAE Validation des Acquis de l Expérience? Qu est-ce que la VAE, Validation des Acquis de l Expérience? Ce dispositif légal permet à toute personne de valoriser les compétences acquises au

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES Contexte Au 1 er janvier 2016, la nouvelle Région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes formera une seule et même entité

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille.. Petites et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Direct Légumes 1 PLACE. édito. n 18 5 - Vendredi 14 mars 2014. Sommaire. Banque à réseau la plus souvent recommandée en France *

Direct Légumes 1 PLACE. édito. n 18 5 - Vendredi 14 mars 2014. Sommaire. Banque à réseau la plus souvent recommandée en France * Direct Légumes L hebdo des producteurs édito Sommaire La semaine syndicale 2 rotection des cultures : P situation d urgence en tomate 2 xw Dernière minute : Le Foll reçoit Jacques Rouchaussé 3 xw Flash

Plus en détail

L ÉVOLUTION DES RÈGLES DE L ART. pour répondre aux enjeux de la transition énergétique dans la construction 17 E RENDEZ-VOUS QUALITÉ CONSTRUCTION

L ÉVOLUTION DES RÈGLES DE L ART. pour répondre aux enjeux de la transition énergétique dans la construction 17 E RENDEZ-VOUS QUALITÉ CONSTRUCTION REVUE DE L AGENCE QUALITÉ CONSTRUCTION HORS SÉRIE INTERNET OCTOBRE 2015 20 17 E RENDEZ-VOUS QUALITÉ CONSTRUCTION L ÉVOLUTION DES RÈGLES DE L ART pour répondre aux enjeux de la transition énergétique dans

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

d économie d énergie :

d économie d énergie : N 10-4 mars 2008 Stratégie & études Les Certificats d économie d énergie : un mécanisme innovant de promotion de l efficacité énergétique La loi de programmation et d orientation de la politique énergétique

Plus en détail

accompagner la nouvelle croissance et servir ses entreprises

accompagner la nouvelle croissance et servir ses entreprises accompagner la nouvelle croissance et servir ses entreprises Les acteurs de l'avenir énergétique Le Syndicat des énergies renouvelables accompagne les entreprises de toute taille et les représente auprès

Plus en détail

ACCOMPAGNER LA NOUVELLE CROISSANCE et servir ses entreprises

ACCOMPAGNER LA NOUVELLE CROISSANCE et servir ses entreprises ACCOMPAGNER LA NOUVELLE CROISSANCE et servir ses entreprises Les acteurs de l'avenir énergétique Le Syndicat des énergies renouvelables accompagne les entreprises de toute taille et les représente auprès

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION

LIVRET DE PRESENTATION LA GENÈSE DES JARDINS DE CONTRAT 1992, Château-Renault Trois passionnés ouvrent un chantier d'espaces verts et un atelier de menuiserie. Leur but : faire partager leur savoir-faire, l association Contrat

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

QUESTIONS SOCIALES DIVERSES

QUESTIONS SOCIALES DIVERSES SOCIAL N 24 SOCIAL N 10 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 25 février 2003 QUESTIONS SOCIALES DIVERSES Plusieurs lois, décrets et arrêtes viennent de modifier ponctuellement des dispositifs

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87

www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 1 www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 2 Pacte de responsabilité et de solidarité: Bilan et perspectives 3 SOMMAIRE Communiqué de synthèse page 4 Une mesure, un interlocuteur : Le pacte baisse le coût du

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 Association Loi 1901 - à but non lucratif Indépendante Créée en 1978 1600 adhérents 14 groupes régionaux

Plus en détail

L AUTORISATION EUROPEENNE ENFIN!!!

L AUTORISATION EUROPEENNE ENFIN!!! APEF NEWSLETTER N 1 18-12-2009 Association pour la Promotion des Extraits Foliaires en nutrition UNE NEWSLETTER APEF ENFIN!!! L APEF peut être légitimement satisfaite de l ouvrage accompli au cours de

Plus en détail