Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance"

Transcription

1 Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en puissance spectaculaire. Jusqu'à transformer le rôle des banques dans l'économie et la nature de la monnaie qu'elles créent. Placements financiers des ménages français (en milliards d'euros) et évolution (en %) 1

2 La monnaie, pour tout un chacun, c'est d'abord un moyen de paiement. Mais c'est aussi un instrument de réserve de valeur, une des formes que peut prendre la détention de richesse. Elle offre l'avantage par rapport à d'autres éléments du patrimoine - tels que les valeurs mobilières, par exemple (actions, obligations et autres titres financiers) - d'être l'actif le plus liquide. Un actif liquide a deux caractéristiques principales, que la monnaie possède au plus haut point. Tout d'abord, sa valeur nominale est stable, à la différence des autres actifs - réels et financiers - dont les prix fluctuent au gré des variations de l'offre et de la demande. Ensuite, il est immédiatement disponible pour le règlement des transactions, sans délai et sans coût important. Transformation de la structure du bilan consolidé des banques françaises Ces propriétés de la monnaie, qui en font l'actif le plus liquide, expliquent pourquoi les agents économiques (les ménages, les entreprises ) souhaitent en détenir. Le premier économiste à avoir compris l'importance de la liquidité est John Maynard Keynes : dans sa Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), il explique la détention de monnaie comme un comportement de "préférence pour la liquidité". Selon lui, les agents économiques recherchent la monnaie pour faire face à l'incertitude, car l'économie de marché évolue d'une manière imprévisible. La monnaie inspire confiance du fait de sa qualité d'actif sans risque, garantie par le système bancaire et par l'etat. Les nouveaux comportements des ménages Dans une économie moderne, la liquidité d'un agent économique ne peut plus être définie par la seule détention de monnaie (billets et dépôts bancaires), dans la mesure où il existe des actifs liquides aisément transformables en moyens de paiement (voir encadré). Conséquence de ces innovations financières, le patrimoine financier des ménages s'est profondément modifié (voir graphique). 2

3 Tout d'abord, la taille de ce patrimoine a fortement augmenté (+ 70 %), malgré la crise financière, passant de à milliards de 2000 à 2014, alors que le revenu disponible des ménages n'augmentait que de 46 %. En second lieu, la composition du patrimoine s'est transformée : la part des actifs financiers s'est accrue et celle des actifs monétaires a chuté (de 31,3 % à 30 %). Les dépôts bancaires (monnaie scripturale) étaient la composante la plus importante du patrimoine des ménages en Quatorze ans plus tard, les contrats d'assurance-vie - le placement financier préféré des ménages - supplantent leurs avoirs monétaires avec une part de 38 %. Des agrégats monétaires de plus en plus larges Ces transformations reflètent les nouveaux comportements financiers des ménages. Ils cherchent à réduire la part de leur richesse détenue sous forme d'encaisses monétaires non ou faiblement rémunérées, pour se porter vers des actifs financiers liquides et rémunérés, telles les parts d'organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM, fonds commun de placement et sicav) ou d'assurance-vie. Ces nouveaux comportements de placement constituent un défi pour les banques centrales. Leur préoccupation principale est de guider au mieux les évolutions monétaires en fonction de leurs objectifs, dont le principal est la stabilité des prix. Dans ce but, les banques centrales construisent des agrégats monétaires qui sont des indicateurs statistiques censés mesurer le pouvoir d'achat des agents économiques. La définition de ces agrégats suppose que soit tracée une frontière entre les différents actifs monétaires et financiers, afin de déterminer ceux qui représentent une capacité de dépense à court terme des agents économiques. Or, en atténuant les différences entre les catégories d'actifs liquides, la multiplication des innovations financières tend à rendre plus floues ces frontières (voir encadré ci-dessous). Les banques au coeur de la finance moderne Les banques jouent un rôle majeur dans ces transformations qui se caractérisent par une montée en puissance de la finance de marché. Les banques françaises et européennes, qualifiées de "banques universelles", sont présentes à la fois sur l'activité bancaire traditionnelle, qui consiste à faire des crédits et à gérer des dépôts, et sur les opérations de marché. A côté de l'intermédiation bancaire traditionnelle, s'est en effet développée une "intermédiation de marché", qui domine aujourd'hui l'activité des banques universelles. Ainsi, le poids relatif des crédits et des dépôts dans le bilan consolidé des banques a fortement baissé : de 1980 à 2010, la part des crédits à la clientèle est passée de 84 % à 38 %, tandis que la part des dépôts a chuté de 73 % à 34 % (voir graphique page 27). Mais, dans le même temps, les banques ont élargi la gamme de leurs opérations sur les marchés de titres. En effet, celles-ci participent de plus en plus au financement de l'économie par l'achat de titres, qu'il s'agisse de titres à court terme inclus dans l'agrégat monétaire m 3 (voir encadré page 26), ou de valeurs mobilières. Ainsi, à l'actif des banques, la part des titres a été multipliée par plus de sept, passant de 5 % à 37 % de 1980 à Parallèlement, les banques ont émis une proportion croissante des dettes sous forme de titres, de sorte que, au passif, la part des dépôts bancaires, qui constitue la monnaie scripturale, était devenue en 2010 moins importante que la dette sous forme de titres (42 %), dont une partie - les certificats de dépôts - figure dans l'agrégat monétaire M3. Les nouvelles modalités de la création monétaire Les modalités de la création monétaire se sont donc diversifiées : désormais, les banques créent de la monnaie non seulement à l'occasion de leurs opérations de crédit (intermédiation traditionnelle), mais également en contrepartie de leurs opérations de financement par achats des titres émis par l'etat et les entreprises (intermédiation de marché). Le crédit bancaire n'est plus qu'une des 3

4 modalités de la création monétaire, qui pèse de moins en moins face à la création monétaire d'origine financière. Les contours de plus en plus flous de la monnaie Pour tenir compte de la multiplication des innovations financières, les autorités européennes ont défini trois agrégats monétaires, du plus étroit (M1) au plus large (M3), construits par intégration successive des actifs à caractère monétaire figurant au passif consolidé des institutions financières monétaires. Celles-ci comprennent trois catégories d'institutions émettrices d'actifs monétaires : les banques centrales, qui émettent la monnaie fiduciaire (billets), les établissements de crédit (banques), émettrices de monnaie scripturale (dépôts à vue) et les institutions financières émettrices d'actifs financiers liquides, tels que les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) monétaires. Dans le contexte institutionnel français, ces trois agrégats correspondent aux actifs liquides suivants : L'agrégat monétaire étroit (M1), qui représente la monnaie au sens strict, ne comprend que les actifs ayant le caractère de moyens de paiement, c'est-à-dire la monnaie fiduciaire, et la monnaie scripturale, qui représente plus de 90 % des moyens de paiement. L'agrégat intermédiaire (M2) comprend, en plus de M1, les placements à vue effectués sur des comptes à taux réglementés, tels que les livrets A, les livrets de développement durable, les comptes d'épargne logement. Ces placements - parfois qualifiés de quasi-monnaie - ont la caractéristique d'être disponibles à tout moment et leur valeur nominale est stable. Mais, contrairement aux actifs qui constituent M1, ils ne peuvent servir directement à effectuer des paiements. La masse monétaire au sens large (M3) recouvre m 2 et les actifs financiers liquides émis par les institutions financières monétaires. Ce sont des titres à court et moyen termes dont la valeur fluctue sur les marchés. Il y a, d'une part, les titres émis par les OPCVM, qui gèrent des portefeuilles d'actifs financiers pour le compte des épargnants. Et, d'autre part, les titres de créances négociables (TCN) créés lors de la réforme financière de 1985, dont la durée peut aller de quelques mois à cinq ou sept ans : ce sont les bons du Trésor négociables qui constituent la dette à court terme de l'etat, les billets de trésorerie émis par les entreprises, et les certificats de dépôts émis par les banques. Agrégats monétaires en France en janvier 2015, en milliards d'euros A côté des actifs financiers liquides, les agents économiques ont cependant la possibilité de détenir des actifs financiers risqués qui, quant à eux, ne sont pas comptabilisés dans la masse monétaire. Ceux-ci correspondent aux valeurs mobilières négociables sur les marchés financiers. D'une part, les actions, qui sont un titre de propriété sur les actifs sociaux de la société émettrice, avec une rémunération variable (les dividendes) liée en principe aux résultats de la société. D'autre part, les obligations, qui sont des titres de créance sur la société ou l'institution émettrice dont la rémunération est fixe et déterminée lors de l'émission. Il s'agit d'actifs financiers risqués car, contrairement à la monnaie et à la plupart des actifs financiers liquides mentionnés précédemment, leur valeur est variable, donc incertaine, car déterminée par les conditions du marché. Enfin, il ne faut pas oublier les placements d'assurance-vie, dont le caractère risqué dépend du support dans lequel ils sont investis. De plus, les crédits créent moins de dépôts, dans la mesure où la part des dépôts diminue dans le bilan des banques et dans le patrimoine détenu par les ménages et les entreprises. Le fait que ces derniers se portent de plus en plus vers les actifs autres que les dépôts bancaires, tels que les OPCVM monétaires, constitue une " " dans le système bancaire stricto sensu, dont le pouvoir de création monétaire tend à diminuer. 4

5 Les risques du modèle de banque universelle Le poids croissant de la finance de marché constitue une menace pour la stabilité du système bancaire. Ces opérations ont été au coeur de l'instabilité financière, lors du krach boursier de 1987, au moment du krach des valeurs technologiques en 2000, et plus encore lors de la crise financière qui a débuté en Cette crise a montré que les opérations de marché, à l'origine de pertes bancaires importantes, sont une menace pour les banques universelles et pour le système bancaire dans son ensemble, d'où le qualificatif d'" " donné à ces banques " ". Un débat s'est instauré sur la question de la séparation entre, d'une part, des banques de détail, tournées vers la distribution des crédits et la collecte des dépôts, et, d'autre part, des banques d'investissement spécialisées dans les opérations de marché. Des réformes ont été réalisées dans ce sens, mais qui apparaissent largement insuffisantes. C'est le cas de la loi française dite de " " du 23 juillet Les banques centrales face à la finance De leur côté, les banques centrales - gardiennes de la stabilité du système bancaire et financier - ont dû s'adapter à ces mutations. Jusqu'au début des années 2000, sous l'influence de la doxa monétariste, elles surveillaient la progression de la masse monétaire, supposée être étroitement liée au rythme de l'inflation. Mais la pertinence des agrégats monétaires comme objectif intermédiaire de la politique monétaire au service de l'objectif final qu'est la stabilité des prix a été remise en cause par le caractère flou et instable de ces agrégats. C'est ainsi que la plupart des pays ont abandonné l'objectif de masse monétaire et se sont ralliés à un ciblage direct de la politique monétaire sur l'inflation. Le deuxième changement important de la doctrine des banques centrales s'est imposé à la suite de la crise financière. Il a consisté à abandonner un autre pilier de l'orthodoxie monétaire : le principe de séparation entre stabilité monétaire et stabilité financière. Dans le passé, les banques centrales se concentraient principalement sur la stabilité monétaire (la lutte contre l'inflation) et ont largement ignoré la stabilité financière, notamment des prix des actifs financiers et immobiliers. Cette négligence est l'une des raisons pour lesquelles les banquiers centraux n'ont pas vu venir la crise financière internationale qui a débuté en Rompant avec l'orthodoxie antérieure à la crise, les banques centrales ont mis en oeuvre des politiques dites "non conventionnelles" pour aller au secours des banques et éviter l'effondrement des systèmes bancaires menacés par la crise des subprime. Jouant leur rôle de prêteurs en dernier ressort, elles ont prêté en urgence aux banques des montants considérables à des taux d'intérêt proches de zéro. Ce qui a donné lieu à un gonflement de la base monétaire (la monnaie créée par la banque centrale) et à un doublement de la taille du bilan de la Banque centrale européenne (BCE) depuis le début de la crise. Un pas de plus a été franchi dans la volonté de mieux surveiller les banques avec la décision de confier à la BCE le rôle de superviseur unique des grandes banques de la zone euro dans le cadre de l'union bancaire européenne créée en Une preuve supplémentaire, s'il en était besoin, des liaisons dangereuses entre la finance moderne et les banques, émettrices de la monnaie. Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n avril

6 En savoir plus Quelles leçons de la crise pour les banques centrales? Débat autour d'une refondation de leurs missions, par Jean-Paul Betbèze et alii, La Documentation française, La monnaie et ses mécanismes, par Dominique Plihon, coll. Repères, La Découverte, 5e édition,

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable :

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable : CHAPITRE 2 LA MONNAIE DANS L ECHANGE SYNTHESE SCHEMATIQUE DEFINITIONS Un actif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique positive. Des biens aussi variés qu une maison, une voiture, une

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Les institutions financières : Première partie : La monnaie Les institutions financières : Première partie : La monnaie 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

NC 16 Norme comptable relative à la présentation des états financier des OPCVM

NC 16 Norme comptable relative à la présentation des états financier des OPCVM NC 16 Norme comptable relative à la présentation des états financier des OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 - «Norme comptable Générale» définit les règles relatives à la présentation des états

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

OPCVM EN BREF EN DETAIL

OPCVM EN BREF EN DETAIL OPCVM Les OPCVM sont des Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières. C'est un terme générique qui désigne une Sicav ou un FCP. EN BREF L OPCVM est un produit financier permettant de diversifier

Plus en détail

LE MARCHE DE LA MONNAIE

LE MARCHE DE LA MONNAIE LE MARCHE DE LA MONNAIE 1 Monnaie : Formes et Fonctions 2 La Création de Monnaie 3 La Banque Centrale 4 Théories Economiques et Monnaie 5 L Inflation 1 1 La monnaie : formes et fonctions Monnaie = ensemble

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Octobre 2000 Où va finalement l épargne des ménages européens? Détention directe et indirecte de produits financiers en France, en Italie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas Le patrimoine financier des particuliers

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Economie monétaire internationale

Economie monétaire internationale Economie monétaire internationale Olivier Lamotte ESG2 Octobre-Décembre 2007 Pourquoi étudier la monnaie? La monnaie joue un rôle important dans la production des fluctuations économiques. Ex.: relation

Plus en détail

Monnaies Fonctionnement et dysfonctionnements Le cas de l euro. Dominique Plihon Université d automne d Attac 63 Clermont-Ferrand, 30 novembre 2013

Monnaies Fonctionnement et dysfonctionnements Le cas de l euro. Dominique Plihon Université d automne d Attac 63 Clermont-Ferrand, 30 novembre 2013 Monnaies Fonctionnement et dysfonctionnements Le cas de l euro Dominique Plihon Université d automne d Attac 63 Clermont-Ferrand, 30 novembre 2013 I/ Monnaie : les principaux rouages d après l analyse

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2015 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Systèmes financiers et financement de l économie

Systèmes financiers et financement de l économie Systèmes financiers et financement de l économie Plan du cours I. Généralités sur les systèmes financiers. II. Les besoins et les capacités de financement. III. Le financement bancaire et le développement

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 22 juin 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO - AVRIL 2015 En avril 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Le patrimoine des Français

Le patrimoine des Français Le patrimoine des Français Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que pour estimer le revenu. Mais même avec leurs imperfections, les évaluations fournies par l Institut

Plus en détail

I. Le choix d un mode de placement

I. Le choix d un mode de placement P6C05 La gestion des exce dents de tre sorerie Analyse des placements offerts aux entreprises. La comptabilisation détaillée des placements sera étudiée dans le chapitre 5. I. Le choix d un mode de placement

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

Le patrimoine financier net des ménages est pour moitié dans le deuxième pilier

Le patrimoine financier net des ménages est pour moitié dans le deuxième pilier Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 21 novembre 2006 Comptes financiers de la Suisse 2004 Le patrimoine financier net des ménages est pour

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012

Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012 Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012 Introduction Pourquoi a-t-on besoin de la monnaie? Quelles sont les grandes questions que pose l'économie

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2372] Références du document 4A2372 Date du document 09/03/01

Plus en détail

La Commission bancaire, Vu le Code monétaire et financier ;

La Commission bancaire, Vu le Code monétaire et financier ; COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2003-02 modifiant l'instruction n 93-01 du 29 janvier 1993 relative à la transmission à la Commission bancaire de comptes annuels, de documents prudentiels ainsi

Plus en détail

Les fonctions de la monnaie. Moyen de paiement

Les fonctions de la monnaie. Moyen de paiement Les fonctions de la monnaie Moyen de paiement La monnaie facilite les échanges. Son usage, sous forme de pièces, de billets de banque ou de dépôts bancaires, s'est développé parce qu'elle est facilement

Plus en détail

Études. Les PEA bancaires huit ans après

Études. Les PEA bancaires huit ans après Institué pour susciter, grâce à des incitations fiscales, le développement d une épargne des ménages durablement investie en actions, le plan d épargne en actions (PEA) bancaire a trouvé sa place face

Plus en détail

2. Répartition des fonds selon les catégories du SEBC

2. Répartition des fonds selon les catégories du SEBC Statistiques de souscriptions nettes de titres d OPC et de placements des OPC 1 9 décembre 014 La Banque de France établit pour les différentes catégories de la classification des OPC utilisée par le Système

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Colloque LEFI-GREDEG «Les relations entre la finance et l industrie : entre nécessité et antagonisme»

Colloque LEFI-GREDEG «Les relations entre la finance et l industrie : entre nécessité et antagonisme» Colloque LEFI-GREDEG «Les relations entre la finance et l industrie : entre nécessité et antagonisme» 17 et 18 décembre 2009 - Lyon Gestion Collective en France : L utopie d une finance démocratisée Yamina

Plus en détail

CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE

CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE I. Comment l'activité économique est-elle financée? A. Rôle et évolution du système financier 1. Il permet la circulation du capital financier entre

Plus en détail

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION Du RÈGLEMENT N 2016-02 du 11 MARS 2016 Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation I - Eléments de contexte Le

Plus en détail

Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers. Payer des dettes suites à des transactions commerciales

Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers. Payer des dettes suites à des transactions commerciales Monnaie et Création monétaire (Mai 2009) Définition Fonctions Formes Quoi? : Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers Pourquoi? : Payer des dettes suites à des transactions commerciales

Plus en détail

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998 Remarques introductives de Bruno Gehrig A l'approche du passage à l'euro Le 1er janvier 1999, onze des quinze Etats de l'union européenne introduiront

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux

Plus en détail

CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO

CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO Séminaire Continental ABCA, mai 2015 xx 1 PLAN 1 Evolution du cadre de politique monétaire

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE D UN SYSTEME DE FINANCEMENT DE L AMENAGEMENT FONCIER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE USAID/RHUDO

ETUDE DE FAISABILITE D UN SYSTEME DE FINANCEMENT DE L AMENAGEMENT FONCIER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE USAID/RHUDO ETUDE DE FAISABILITE D UN SYSTEME DE FINANCEMENT DE L AMENAGEMENT FONCIER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE USAID/RHUDO Programme de Participation du Secteur Privé aux Services Environnementaux (PPES)

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 275/39 DIRECTIVE 2000/46/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 18 septembre 2000 concernant l'accès à l'activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance

Plus en détail

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada.

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada. Éric Pineault Sociologue, département de sociologie, UQÀM, Directeur de recherche à la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie. (2011) Une baisse d impôt pour des milliards

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2013

LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2013 LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2013 ENTRE REBOND DU MARCHE ACTIONS ET COLLECTE DECEVANTE 1 En France, les encours totaux sous gestion (mandats et OPC) ont augmenté en 2013 (+3,1%) franchissant le

Plus en détail

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts)

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts) ÉPREUVE ÉCRITE Ministère de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle EXAMEN DE FIN D ÉTUDES SECONDAIRES TECHNIQUES Division administrative et commerciale Section : CG / CC BRANCHE : ECONOMIE

Plus en détail

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION 1 / 12 Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION Édition du 01/01/2016 SOMMAIRE I. DESCRIPTION... 2 II. GESTIONNAIRE DES FONDS DE PLACEMENT INTERNES... 2 III. CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Série : BTS Tertiaires Épreuve : Economie et droit Session 2014 Durée de l épreuve : 4h PROPOSITION DE CORRIGÉ 1 PARTIE ECONOMIQUE : Afin de répondre à cette première partie

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

Renseignements additionnels

Renseignements additionnels Gérer pour l avenir Renseignements additionnels au Rapport annuel 2005 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2005 I. Tableau des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Contribution à l'audit de la dette grecque

Contribution à l'audit de la dette grecque Grèce : les vraies causes de la dette publique Contribution à l'audit de la dette grecque Michel Husson, 11 Février 2015 1 Il est très largement admis que l'explosion de la dette publique grecque entre

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines 2010/2011. I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines 2010/2011. I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse CHAPITRE 6 : LES NON BANQUES, NOUVEAUX ACTEURS DE LA FINANCE MONDIALE I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse A. La Comptabilité Nationale française : Au sein des institutions financières

Plus en détail

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003.

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003. Pauline GIRARDOT Responsable de l enquête à l INSEE Attachée de l INSEE Diplômée de l ENSAI Denis MARIONNET Adjoint de direction à la Banque de France Magistère d Economie et Finance Internationales (Université

Plus en détail

La politique monétaire

La politique monétaire Conclusion : Le problème de la neutralité monétaire La politique monétaire Introduction : qui conduit la politique monétaire? I) La dynamique de la création monétaire 1 La notion de masse monétaire 2 Comment

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-81 du 2 juillet 2013 relative à la création de la Banque Publique d Investissement, entreprise commune de l État français et à la Caisse des Dépôts et Consignations

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2006-02 DU 31 MARS 2006 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

Plus en détail

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France La monnaie Offre et demande de monnaie Financement de l économie La monnaie 1. La masse monétaire: mesure 2. La création monétaire o le multiplicateur monétaire 3. Le rôle de la monnaie sur l économie

Plus en détail

L année 1986, peut être considérée comme le début d une césure avec un mode de gestion, monétaire et financier, qualifié d administré.

L année 1986, peut être considérée comme le début d une césure avec un mode de gestion, monétaire et financier, qualifié d administré. Principales réformes du système financier tunisien 1. Réformes du secteur bancaire Le secteur bancaire tunisien a fait l'objet d'une succession de réformes depuis le milieu des années 80. La réforme de

Plus en détail

Le site lafinancepourtous.com. Espace Enseignants

Le site lafinancepourtous.com. Espace Enseignants Le site lafinancepourtous.com Espace Enseignants Présentation des modules d économie de l Institut pour l Education Financière du Public Les Rencontres de l IEFP 14 janvier 2009 Auditorium de la Fédération

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

FONDS COMMUN DE PLACEMENT FRANCE TRESOR REVENUS TRIMESTRIELS SITUATION TRIMESTRIELLE au 30 septembre 2014 Instruction AMF 2011-19 1 Code ISIN : FR0000400566 Création : 1er décembre 1989 Classification

Plus en détail

Guide sur les valeurs mobilières

Guide sur les valeurs mobilières Guide sur les valeurs mobilières 1. Qu'est-ce qu'une valeur mobilière? 2. Qui peut émettre des valeurs mobilières? 3. Quelle est la forme des valeurs mobilières? 4. Existe-t-il différents types de valeurs

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des fonds d investissements non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des fonds d investissements non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des fonds d investissements non monétaires Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3

Plus en détail

Le Conseil de l UFF n 4

Le Conseil de l UFF n 4 GESTION DU PATRIMOINE DES ENTREPRENEURS Le Conseil de l UFF n 4 PARIS, LE 22 JANVIER 2015 LA GESTION DU RISQUE POUR LES ACTIFS FINANCIERS DU CHEF D ENTREPRISE Par Vincent Dupin, Responsable du Département

Plus en détail

États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE

États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE Au 31 mars 2014 États financiers Au 31 mars 2014 PAGE Rapport de l'auditeur indépendant 1-2 Résultats 3 Évolution de l'actif net 4 Bilan 5 Flux de trésorerie 6 Notes

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES ET LEUR MISE EN ŒUVRE COMPTABILITE DES ENTREPRISES

LES PRINCIPES COMPTABLES ET LEUR MISE EN ŒUVRE COMPTABILITE DES ENTREPRISES LES PRINCIPES COMPTABLES ET LEUR MISE EN ŒUVRE COMPTABILITE DES ENTREPRISES Présentation des principes qui fondent le Plan Comptable Général. La permanence des méthodes Art. 123-17 Code de commerce : "A

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Licence Professionnelle Chargé de Clientèle Assurances

Licence Professionnelle Chargé de Clientèle Assurances Licence Professionnelle Chargé de Clientèle Assurances Mardi 25 février 2014 Aucun document autorisé Durée 2h30 Module 2A/2C Assurance des particuliers Protection des personnes Obligation d information

Plus en détail

La monnaie et le financement

La monnaie et le financement La monnaie et le financement Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Enquête change-produits dérivés de gré à gré d avril 2001 Analyse des chiffres pour la France

Enquête change-produits dérivés de gré à gré d avril 2001 Analyse des chiffres pour la France Enquête change-produits dérivés de gré à gré d avril 2001 Analyse des chiffres pour la France L enquête internationale sur les transactions de change et de produits dérivés de gré à gré est effectuée tous

Plus en détail