2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les"

Transcription

1 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle prépondérant dans les économies des P.D.E.M qualifiées à juste titre d économies monétaires. La monnaie est définie comme un actif liquide stricto sensu permettant l échange et au sens large, elle désigne par là-même un ensemble de moyens de paiement plus ou moins liquides dont disposent les agents économiques pour régler leurs transactions. On se demandera en quoi les échanges s effectuent par l intermédiaire d une monnaie qui peut prendre plusieurs formes, remplir plusieurs fonctions et reposer sur un système de confiance et de stabilité. I- FORMES ET FONCTIONS DE LA MONNAIE A- LES FORMES DE LA MONNAIE - divisionnaire ou métallique - fiduciaire, ce sont les billets de banque qui ont un cours légal et forcé. - scripturale qui désigne au sens large les sommes inscrites et jeux d écriture sur les comptes bancaires qui circulent grâce aux chèques, cartes de crédit et virements bancaires. Remarques : - Dans l ancien régime, le roi faisait frapper monnaie, acte symbolique de la puissance nationale. Lorsque l Allemagne a dû renoncer au Deutschmark, véritable monnaie internationale, on peut alors imaginer la réelle volonté d intégration européenne qui animait l Allemagne - Depuis plus d un siècle, et plus récemment sous l effet de la mondialisation et de la diffusion des N.T.I.C, la monnaie se dématérialise à l instar de la monnaie dite «électronique» ou encore avec la dématérialisation récente des livrets d épargne. B- LES FONCTIONS DE LA MONNAIE - Instrument d échange c est à dire un intermédiaire dans les échanges qui facilite les transactions multilatérales portant sur des biens hétérogènes. Mais, il existe aussi des opérations de troc international (pétrole contre denrées alimentaires, pétrole contre centrale nucléaire clés en main). - Etalon de mesure ou unité de compte car, la monnaie va permettre des comparaisons de prix. Toutefois, la présence d impôts indirects dans le prix (TVA- TIPP) ou tout simplement l effet de l inflation provoquent une «distorsion» du prix qui n est pas un prix absolu (issu de la confrontation de l offre et de la demande). Le prix réel ou constant est le prix nominal corrigé de l inflation. Le prix relatif est le prix d un bien correspondant à sa valeur d échange par rapport à un autre bien. - Réserve de valeur car, la monnaie peut être conservée pour des transactions ultérieures et va permettre un transfert de pouvoir d achat dans le temps. En effet, elle autorise l utilisation différée dans le temps de la valeur d échange qu elle représente afin d épargner, c est-à-dire renoncer à une consommation immédiate et opter pour une consommation future. Comme l a écrit Keynes, elle est un «lien entre le présent et l avenir» à condition qu elle ne perde pas de valeur du fait de l inflation, ce qui n est pas le cas de la thésaurisation qui reste toujours forte en France d où l intérêt de placer l épargne. Remarque : L E.C.U, monnaie du S.M.E en 1979 n a jamais été une véritable monnaie parce qu il ne remplissait pas une des fonctions traditionnelles de la monnaie (instrument d échange ou réserve de valeur) puisque les agents

2 économiques n en détenaient pas. L E.C.U était réservé aux échanges interbancaires et aux transactions entre grandes entreprises. C était une «monnaie panier» c est à dire pour simplifier constituée par la valeur ou le poids en pourcentage de chaque monnaie européenne. Au contraire l Euro, monnaie de l U.E.M, remplit toutes les fonctions traditionnelles de la monnaie et est considéré comme une monnaie internationale jouant un rôle déterminant face au Dollar. II- LES QUALITES DE LA MONNAIE A- LA CONFIANCE DANS LA MONNAIE Une des premières qualités de la monnaie est la confiance («fiducia») que lui accordent ses utilisateurs dans sa valeur, sa durée et sa capacité à servir d instrument d échange. D autres facteurs viennent renforcer cette confiance tels que la solidité de l économie, le rôle historique de la monnaie, l importance de la masse monétaire, la fiabilité des produits libellés dans cette monnaie. Dans le cas contraire, il y a défiance vis-à-vis de la monnaie qui n est finalement que du «support papier», on parle de «fuite devant la monnaie». La monnaie est alors «attaquée» parce que ses détenteurs s en débarrassent en la convertissant dans d autres devises ou monnaies étrangères (souvent le dollar US) ce qui provoque sa dépréciation sauf intervention de la banque centrale qui rachètent la monnaie attaquée avec ses stocks de devises, ou acquièrent des biens (souvent des métaux précieux ou rares comme l or) appelés valeurs refuge. Tout le problème des agents économiques est de conserver la valeur de leur monnaie notamment dans les périodes d inflation voire d hyperinflation (inflation à 2 chiffres) afin de conserver un pouvoir d achat conséquent. Et si on analyse de plus près, la défiance vis-à-vis de la monnaie traduit une perte de confiance dans l Etat lui-même à l exemple des crises en Amérique du Sud (1994 crise du peso mexicain, 1999 crise du réal brésilien, etc.), de la crise asiatique en 1997 (dévaluation compétitive du bath thaïlandais), de la crise des subprime en 2007 et de la crise grecque en B- LA STABILITE DE LA MONNAIE La stabilité interne d une monnaie correspond à celle des prix et du pouvoir d achat des ménages lors de l achat de biens et services nationaux. On appelle pouvoir d achat, la quantité de biens et services qu un revenu nominal permet de se procurer compte tenu du niveau général des prix ou de l inflation. Le pouvoir d achat est donc le revenu réel. La stabilité interne de la monnaie dépend de l inflation qui est un déséquilibre économique qui se caractérise par la hausse durable et autoentretenue (spirale inflationniste) du niveau général des prix (indice des prix à la consommation IPC). Elle a pour conséquence d entraîner une perte de pouvoir d achat pour tous les détenteurs de revenus non indexés sur la hausse des prix ou dont le taux d intérêt rémunérateur est inférieur au taux d inflation. La stabilité externe d une monnaie correspond à sa convertibilité sur le marché des changes qui est le lieu réel ou fictif de confrontation des offres et demandes en monnaie nationale et devises (monnaies étrangères) en fonction du prix, ici, le taux de change qui exprime par conséquent, le prix d une monnaie nationale en unités monétaires étrangères. Dans la réalité, ce marché n est pas localisé, c est en fait, un ensemble de flux permanents d offres et de demandes de devises transitant par le biais de salles de marché interconnectées. Ce marché est influencé par les agents suivants : Les banques centrales (BCE et FED) qui conduisent les politiques monétaires et appliquent les politiques de change Les intermédiaires financiers Les FMN (agents à besoin ou à déficit de financement) qui recherchent des sources de financement au meilleur taux pour leurs transactions internationales.

3 2-2 LA QUANTITE DE MONNAIE DANS L ECHANGE La monnaie est émise par le système bancaire. Dans les pays européens, la création de monnaie s effectue au travers d une opération de crédit c'est-à-dire par une augmentation de la quantité de monnaie scripturale. La monnaie scripturale désigne au sens large les sommes inscrites et jeux d écriture sur les comptes bancaires qui circulent grâce aux chèques, cartes de crédit et virements bancaires. La monnaie scripturale fait partie de la masse monétaire et, c est à l aide d instruments tels que le taux d intérêt que la B.C.E va agir sur la masse monétaire dont on comprend toute l importance de sa mesure et ses variations vont affecter l activité économique et exercer une influence sur les décisions des agents économiques. I- LA MESURE DE LA MASSE MONETAIRE A- LA COMPOSITION DE LA MASSE MONETAIRE La masse monétaire est la quantité totale de monnaie en circulation dans une économie à un moment donné. Sa mesure est d autant plus importante qu elle permet d avoir une idée du niveau de l inflation. Par exemple, une inflation plus élevée dans un pays pénalise ses exportations car les prix de ces dernières deviennent plus élevés que ceux des produits locaux. La compétitivité-prix du pays à plus forte inflation se détériore par rapport à celle des autres pays. Inversement, la stabilité externe de la monnaie d un pays permet de maintenir le pouvoir d achat des ménages de ce pays lorsqu ils achètent des produits importés. La compétitivité-prix des entreprises nationales ne se détériore pas, toutes choses égales par ailleurs, sur les marchés interne et externe. La monnaie étant plus ou moins liquide se compose ainsi : - Les actifs monétaires qui sont «liquides»au sens large puisque ce sont des moyens de paiement qui peuvent être utilisés directement pour régler une dette. Ce sont principalement les pièces et les billets c est à dire la monnaie métallique et la monnaie fiduciaire mais aussi les dépôts à vue. Un dépôt "à vue" est un dépôt, rémunéré ou non, tel qu un compte courant ou compte chèque dont les fonds peuvent être retirés partiellement ou totalement à tout instant. - Les actifs non monétaires peuvent être plus ou moins rapidement transformés en moyens de paiement : il s agit des comptes d épargne, des livrets, des titres d OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, est une entité qui gère un portefeuille dont les fonds investis sont placés en valeurs mobilières) ou de SICAV monétaires. B- LES AGREGATS MONETAIRES DANS LA ZONE EURO Au sens premier, le mot agrégat signifier «agréger» c est totaliser, cumuler, signifie donc sur le plan macroéconomique et monétaire, il désigne une grandeur globale synthétique et représentative d'un ensemble de grandeurs particulières. Les agrégats monétaires constituent une mesure statistique de la masse monétaire en circulation en Europe. Ils sont classés par ordre décroissant de leur degré décroissant de liquidité : - M 1, agrégat étroit, comprend la monnaie fiduciaire (billets et pièces) ainsi que les dépôts à vue qui peuvent être utilisés pour les paiements (monnaie scripturale). - M 2, agrégat intermédiaire, formé de M 1 auquel s ajoutent les placements à vue rémunérés, précisément, ce sont les dépôts à terme d une durée inférieure ou égale à 2 ans et les dépôts assortis d un préavis inférieur ou égal à 3 mois c est à dire qui peuvent être transformés en moyens de paiement mais qui n ont pas de pouvoir libératoire immédiat c est-à-dire qu ils ne peuvent pas servir directement au règlement d une prestation..

4 - M 3, agrégat large, regroupe M 2 et les instruments négociables émis par les IFM (Institutions Financières et Monétaires) telles que les OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières). C est l agrégat M 3 qui est utilisé par la BCE pour mesurer la masse monétaire. Remarque : Du point de vue comptable, la masse monétaire est placée au passif du bilan des IFM. Donc à l actif, on va donc trouver contreparties de la masse monétaire ou les sources de la création monétaire (les créances ou les droits) classés également en fonction de leur degré décroissant de liquidité : - Les créances sur l économie : les crédits accordés aux agents économiques (entreprises, ménages, administrations). - Les créances sur l extérieur ou sur le reste du monde. - Les créances dites non monétaires parce qu il s agit de ressources longues et par conséquent peu liquides (fonds propres des IFM, épargne des IFM ). II- LES EFFETS DE L EVOLUTION DE LA MASSE MONETAIRE A- EVOLUTION DE LA MASSE MONETAIRE ET NIVEAU GENERAL DES PRIX La hausse du niveau général des prix lorsqu elle est durable et autoentretenue est appelée «inflation» et parmi les causes de l inflation on trouve justement l excès de monnaie en circulation dans l économie. En effet, l inflation serait causée par une offre de monnaie en circulation supérieure à la demande de monnaie. Autrement dit, cela signifie que la création monétaire (cf. baisse des taux directeurs et effet «planche à billets» ) excessive par rapport aux besoins en monnaie de l économie est source d inflation. Cette conception de l inflation est héritée de l école monétariste dont le chef de file («leader») était Milton Friedman. A cette analyse, il faut rajouter l enseignement de l équation de Fisher qui démontre que la vitesse de circulation de la monnaie est aussi source d inflation : M.V = P.T M : masse monétaire en circulation V : vitesse de circulation de la monnaie P : prix ou inflation T : volume des transactions Si V et T sont présumés stables, c est l augmentation de la masse monétaire qui est responsable de l augmentation des prix. En effet, lorsque la progression de la masse monétaire est plus rapide que celle de la création de richesse de l économie, on parle de surchauffe qui peut conduire à de l inflation. Le salaire va lui aussi s élève trop vite. Les agents économiques vont augmenter leurs achats, la demande globale va s accroître. Cette demande globale amplifiée va se trouver face à une offre globale, à court terme inchangée va provoquer une hausse des prix. L inflation par la demande de biens et services prend ici le relai de l inflation causée par une hausse de la masse monétaire et la cause de l inflation est ici réelle (c'est-à-dire non monétaire) et endogène (par opposition une cause exogène est par exemple une hausse du coût des matières premières). C est pourquoi, les monétaristes ont condamné les politiques keynésiennes de relance de l économie par la demande, les qualifiant de politiques «inflationnistes». De plus, l injection des deniers publics dans le circuit économique conduit à un endettement de l Etat (aujourd hui le déficit budgétaire n est pas financé par de l emprunt mais par de l impôt) auprès des banques pour financer le déficit budgétaire et d autre part, produit une «éviction» des entreprises du privées par l Etat des flux de financement qui auraient dû leur être adressés. Enfin, toute relance est mise en échec par l anticipation des agents économiques (Ecole des anticipations rationnelles) de la relance comme une future augmentation des impôts ce qui va les amener à

5 diminuer leur consommation et donc à mettre en échec la relance elle-même, comportements difficilement réversibles par des effets d annonce. Le remède préconisé par les monétaristes consiste pour les autorités monétaires à mener des politiques économiques monétaires restrictives (contraction de la masse monétaire en circulation) contraire aux politiques d expansion de la masse monétaire des politiques keynésiennes ou politiques accommodantes. Toutefois, pour les opposants au concept qui crée une inflation par la demande, le remède à flexibiliser l offre de biens et services. B- EVOLUTION DE LA MASSE MONETAIRE ET CROISSANCE ECONOMIQUE D une manière générale, et en économie fermée, autant chez les néoclassiques que les keynésiens, l épargne est une condition nécessaire à la croissance économique. D abord au travers de la conception néoclassique, c'est-àdire en économie fermée (sans échanges extérieurs), si E = I, ceteris paribus, un taux d épargne important permettra un investissement important donc une croissance conséquente. Mais, au travers de la conception keynésienne, un taux d épargne important est une consommation moindre donc une croissance faible. Les ménages sont d ailleurs appelés agents à capacité ou à excédent de financement alors que les entreprises sont appelées agents à besoin ou à déficit de financement parce que leur épargne, par le jeu de l intermédiation bancaire va constituer un préalable à l investissement des entreprises. Donc, on comprend mieux au travers de la relance demande générale (consommation, investissement (demande de biens d équipement) et dépenses de l Etat), le point de vue keynésien, selon lequel seul l Etat, agent économique à pouvoir agir au niveau macroéconomique et se substituer aux entrepreneurs «pessimistes» (qui ont anticipé une demande en deçà de son niveau réel et qui ont préféré opter pour des placements plutôt que pour des investissements au regard du taux d intérêt) pour stimuler la demande générale par des mesures de relance financées par le déficit budgétaire et par une politique monétaire accommodante. Il existe donc bien une relation entre quantité de monnaie en circulation dans l économie et niveau de croissance économique. Grace à l effet du multiplicateur (multiple de la dépense budgétaire) et à condition qu il existe un équilibre de sous emploi des capacités de production, la demande supplémentaire va engendrer des flux de revenus qui devraient être consacrés à la consommation et à l investissement donc ce qui suppose que les ménages vont moins épargner. Une insuffisance de l offre de monnaie peut se traduire par une diminution de la croissance et notamment par l affectation de deux des principales sources de la croissance que sont la demande de biens de consommation et la demande de biens d équipement. En effet, une offre insuffisante de monnaie qui se trouve face à une demande soutenue va entraîner une hausse des taux d intérêt donc va renchérir le coût des emprunts. Ce coût majoré fait baisser la demande de crédits des entreprises et donc de leurs investissements. Il affecte également la consommation des ménages. Une stimulation monétaire, qui correspond à une hausse de la quantité de monnaie en circulation dans l économie, a l effet inverse. Elle permet de faire baisser les taux d intérêt, d où une distribution plus abondante de crédits et donc une croissance économique plus soutenue.

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE 2. Inflation Concepts abordés Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE Effets de l inflation Sources de l inflation

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

La monnaie et les prix

La monnaie et les prix La monnaie et les prix Le long terme et les variables nominales ECO 2400 Université du Québec à Montréal Germain Belzile et Département des sciences économiques 2 Qu est-ce que la monnaie? La monnaie a

Plus en détail

Monnaie et financement de l économie

Monnaie et financement de l économie Monnaie et financement de l économie I. Monnaie, masse monétaire création monétaire, devises A. Les différents aspects de la monnaie Monnaie = Instrument d échanges qui permet ds une éco donnée l achat

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Support de cours Economie monétaire et financière

Support de cours Economie monétaire et financière UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger Filière des sciences économiques Semestre 3 Support de cours Economie monétaire et financière Professeur

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie scripturale (deposit money) est la monnaie qui a une existence totalement immatérielle, c est-à-dire qu elle n a pas de

Plus en détail

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME 2 PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME SOMMAIRE DU LIVRET 3 Ce film est conçu pour être visionné dans son ensemble, mais aussi pour être utilisé sous forme de chapitres permettant une utilisation pédagogique

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers Les Banques Cours N 2 B - Les titres financiers Vocabulaire : action, obligation, Bons du Trésor. Titres financiers et de manière plus générale «les créances». Un titre financier c'est une créance non

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Travail d économie 2CPm 20 mars 2015

Travail d économie 2CPm 20 mars 2015 Collège et école de commerce André-Chavanne Travail d économie 2CPm 20 mars 2015 Remarques importantes : I. Le présent énoncé comporte 13 pages (y compris cette page). II. Matériel autorisé : Calculatrice

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Marché de la monnaie et marché des capitaux

Marché de la monnaie et marché des capitaux Chapitre 3 Marché de la monnaie et marché des capitaux 3.1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude du rôle de la monnaie dans l économie et à la description le fonctionnement du marché de la monnaie.

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS

UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS Examen final de la session principale en Economie Monétaire Enseignants responsables: Mr. Mustapha Benhareth & Mr. Kaies SAMET Année universitaire : 2009-2010 Durée : 2 heures

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

2 - Le financement de l'économie

2 - Le financement de l'économie 1 2 - Le financement de l'économie Cette fiche explique le fonctionnement de la monnaie, des institutions financières et des marchés financiers. Elle montre en quoi les innovations des années 80, soutenues

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Cours d économie générale

Cours d économie générale Cours d économie générale Aurélien Méré Deuxième année de cycle ingénieur Table des matières Répartition et consommation... 3 La répartition... 3 La répartition du produit... 3 La répartition des revenus...

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Nikolay Gertchev Deuxième Université d automne de l économie autrichienne 5-7 Octobre 212, Troyes Eléments essentiels des systèmes bancaires contemporains

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

Balance des paiements (rappel)

Balance des paiements (rappel) et simpli ée la des et Balance des paiements (rappel) Td n 1 Tovonony Raza ndrabe EconomiX 01 octobre 2012 et simpli ée la des et Plan 1 et simpli ée la 2 des 3 et Les autres soldes et simpli ée la des

Plus en détail