Monitor. Innovations vertes. L efficience énergétique comme avantage concurrentiel. Journal des sociétés Siemens en Suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monitor. Innovations vertes. L efficience énergétique comme avantage concurrentiel. Journal des sociétés Siemens en Suisse 4 2009"

Transcription

1 Monitor Journal des sociétés Siemens en Suisse Sciences de la vie Le Biopôle de Lausanne Pionnière L organisation hospitalière tessinoise Siemens Suisse SA Nouveau directeur pour la Suisse romande L efficience énergétique comme avantage concurrentiel Innovations vertes

2 Monitor 4/2009 Table des matières Industry Sector Energy Sector Dédié aux entreprises actives dans les sciences de la vie, le parc Biopôle, situé sur les hauteurs de Lausanne, va se développer considérablement au cours de ces prochaines années. Construit par Losinger, le premier bâtiment du Biopôle a accueilli ses locataires début 2009 et bénéfice d une gestion technique de pointe de Siemens. Pendant les «inondations du siècle» de l année 2005, une partie entière du village de Brienz avait été détruite par les torrents en crue, les voies de communication recouvertes par les décombres et le village coupé du monde extérieur. Aujourd hui, un système sophistiqué empêche le développement de situations à risque d inondation autour du lac de Brienz. 10 Les TPF (Transports Publics Fribourgeois) ont planifié d importantes modernisations de leurs infrastructures ferroviaires. Et pour la première fois auprès d une compagnie privée en Suisse romande, Siemens aura la possibilité d installer notamment sa solution de postes d aiguillages électroniques Simis W Arosa Energie approvisionne en énergie électrique la région de la vallée de Schanfigg depuis déjà plus de cent ans. Dix transformateurs de puissance de Siemens ont été installés afin de pouvoir répondre à l avenir aux besoins énergétiques de cette région. Pour la dixième fois consécutive, Siemens occupe les plus hauts rangs du classement du développement durable «Dow Jones Sustainability Index». Et même la première place dans la catégorie «Diversified Industrials». Une performance qui consacre la stratégie d efficacité énergétique conduite par Siemens depuis de nombreuses années. 2 Monitor 3/2009

3 Healthcare Sector Consumer /Cross Sectors Siemens News Un tiers des hôpitaux a été fermé dans le canton du Tessin depuis l entrée en vigueur de la Loi suisse sur l assurance-maladie (LAMal). Parmi les vingt institutions restantes, huit sont des établissements publics gérés par l EOC (Ente Ospedaliero Cantonale). Son directeur général, le Dr Carlo Maggini, fournit quelques explications sur une organisation hospitalière pionnière en Suisse. Découverts par hasard en 1895, les rayons X ont amélioré le diagnostic et les thérapies médicales comme peu d innovations dans le domaine de la santé. Une révolution à laquelle a grandement contribué Siemens. 18 Happy Birthday Polycom! Le réseau radio numérique sécurisé des administrations et organisations de sauvetage et de sécurité vient de célébrer son dixième anniversaire. Rétrospective, actualités et perspectives d un système de communication né en 1999 et qui devrait couvrir l ensemble de la Suisse d ici Interview 11 avec Frédéric Riva, nouveau directeur de Siemens Suisse romande Une collaboration couronnée de succès avec les fournisseurs est primordiale pour la compétitivité d une entreprise, particulièrement en temps de crise. C est la raison pour laquelle Siemens attribue chaque année un Award à ses meilleurs four - nisseurs. Le fabricant suisse de semiconducteurs STMicroelectronics fait désormais partie des heureux élus. Monitor 3/2009 3

4 Impressum «Monitor» est le journal d entreprise des sociétés Siemens en Suisse. Editeur: Siemens Suisse SA Freilagerstrasse Zurich Rédaction: Siemens Suisse SA Marc Maurer, direction Benno Estermann Urs Fankhauser Jörg Meyer Gerhild Müller Beatrice Müller Daniel Gilly Nadine Rymann Gérard Stouder François Huguenet BSH Hausgeräte AG Heidi Geiler Plusieurs articles: Siemens Suisse SA, Corporate Communications: Niklaus Baer Charles Breitenfellner Franziska Kohler Stephan Kurmann Collaborateurs des sociétés Siemens en Suisse Photos: Archives de photos de Siemens, Felix Wey, Nadja Tempest, Thoms Jantscher, Technorama, SBS, Bildagentur ImagePoint AG, auteurs Adresse de la rédaction: Siemens Suisse SA Corporate Communications PR Freilagerstrasse Zurich Tél Fax Graphisme et composition: Fernando Roso, Demian Vogler Siemens Suisse SA Impression: Stämpfli, Berne Tirage total : 2500 Distribution: 4 fois par an Imprimé sur papier sans chlore Monitor est aussi disponible sur Internet : Presse & Actualité 4 Monitor 4/2009

5 Editorial Une belle histoire à laquelle chacun contribue. Chère lectrice, cher lecteur, La vie d une entreprise est faite de différentes histoires : l histoire relative aux nombreux projets, des plus simples aux plus complexes, réalisés pour nos clients et que nous nous vous exposons régulièrement dans ce magazine ; l histoire des entreprises, sujets collectifs disposant de leur propre identité, donc de leur propre histoire qui se développe et se transforme au fil des ans grâce à la persévérance de leurs collaboratrices et collaborateurs ; l histoire des collaborateurs et collaboratrices qui, par leur sérieux, leurs compétences et leur esprit d innovation ont fait l entreprise, croient en elle et continuent à la nourrir au quotidien. A l aube de la troisième partie de ma vie, je souhaite exprimer ma gratitude à tous mes collègues et collaborateurs, sans oublier nos partenaires, qui ont permis à nos activités de se développer et qui, justement, écrivent chaque jour la belle histoire de Siemens en Suisse romande. Je tiens aussi à remercier tous les clients qui, depuis mes débuts chez Siemens en 1971, m ont accordé et renouvelé leur confiance. Quelle chance j ai eue de vous connaître et de partager un bout de chemin avec vous. A chacune et à chacun, je vous souhaite de trouver dans vos activités professionnelles et familiales les satisfactions et le bonheur qui vous permettront d apporter votre contribution au monde qui nous héberge, en n oubliant pas que si l on ne peut pas réécrire l histoire, on peut cependant s en inspirer pour écrire l avenir. Au 1 er novembre 2009, j ai officiellement transmis les clés de Siemens en Suisse romande à Frédéric Riva, auprès de qui je reste à disposition encore quelques semaines de transition. Je vous remercie par avance de lui reporter toute votre confiance et lui souhaite plein succès pour que notre entreprise poursuive son développement dans notre région. Très cordialement Raphaël Odoni Directeur Siemens Suisse romande Monitor 4/2009 5

6 Frédéric Riva, nouveau directeur Siemens Suisse romande Le 1 er novembre 2009, Frédéric Riva a succédé à Raphaël Odoni au poste de Directeur Siemens Suisse romande. Interview. Le 1 er novembre 2009, Frédéric Riva a officiellement repris la Direction de Siemens en Suisse romande. Il succède à Raphael Odoni qui occupait ce poste depuis 2003 (lire à ce sujet son édito en page 5). Pour que la transition s opère de manière idéale, Raphaël Odoni restera à disposition de Frédéric Riva quelques semaines avant de quitter Siemens Suisse pour une retraite bien méritée. Dans quel état d esprit reprenez-vous la direction de Siemens Suisse romande? Je suis convaincu qu une sensibilité romande soutient efficacement l offre de Siemens pour relever dans notre région les défis que sont l urbanisation, ainsi que les changements démographique et climatique. Pour cette raison, je suis très heureux que la direction générale continue d accorder une grande importance à l ancrage romand de notre société et confirme ainsi le très bon travail effectué par mes prédécesseurs. Vous accédez à ce poste en pleine crise économique, cela vous préoccupe-t-il? Bien sûr, certains secteurs comme l industrie des machines souffrent et le recul des commandes se ressent également chez nous. Toutefois, la diversité du portefeuille de Siemens permet un équilibrage. On constate ainsi que la demande en produits et solutions composant le portefeuille écologique de Siemens est relativement soutenue en Suisse. C est d ailleurs une tendance mondiale puisque en 2008, Siemens a déjà réalisé presque un quart de son chiffre d affaires global avec son portefeuille écologique, une proportion qui va clairement augmenter ces prochaines années. Quels sont vos objectifs en Suisse romande pour les années à venir? Un de mes objectifs principaux est de travailler sur le potentiel de croissance du volume d affaires qui existe encore dans certains secteurs d activités, compte tenu du poids économique ou démographique de la région romande par rapport à l ensemble de la Suisse. Par ailleurs, de grands projets énergétiques et urbains sont en train de voir le jour en Suisse romande. Comme différents secteurs d activités de Siemens couvrent ces besoins, un autre de mes objectifs sera de les apporter au marché de manière coordonnée. Parallèlement à votre nouvelle fonction, vous conservez aussi la responsabilité de l activité de gestion du trafic routier pour la Suisse romande? Aujourd hui, le maintien de la conduite d activités opérationnelles en parallèle d activités de représentation régionale s inscrit dans une logique appliquée à tout le groupe. Je suis d ailleurs convaincu que cette situation permettra de trouver des synergies intéressantes au sein de l entreprise, par exemple entre les divisions Mobilité et Energie en vue de l arrivée de véhicules électriques en remplacement de ceux à moteur thermique. Curriculum vitae Frédéric Riva Né le 24 juillet 1967, marié et père de 3 enfants Apprentissage de mécanicien de précision chez Kudelski SA Diplôme d ingénieur ETS en microtechnique de l Ecole d ingénieur d Yverdon-les Bains (1990) Technicien de service, puis ingénieur de vente chez GPM SA, PME active dans l électro-optique et les lasers de pointe. Responsable des activités de gestion du trafic routier chez Siemens depuis 2001, nommé cadre en 2003 et fondé de pouvoir en 2007 Formation MBA en cours (E-MBA de la HEIG-VD) Directeur Siemens Suisse romande depuis le 1 er novembre Texte François Huguenet C Photo Patricia Riva Monitor 4/2009

7 Biopôle : un écrin unique pour le développement des sciences de la vie Sis sur Lausanne et Epalinges (VD), le Biopôle a pour vocation de devenir l un des plus grands parcs dédiés aux sciences de la vie en Suisse et en Europe. Première réalisation à sortir de terre, le «bâtiment phare» du Biopôle a accueilli ses locataires début Construit par l entreprise générale Losinger, l édifice bénéfice d une gestion technique de pointe de Siemens. Destiné à accueillir des entreprises suisses et étrangères actives dans les domaines biotechnologique et médical, le Biopôle s étendra à terme sur près de m 2, ce qui en fera l un des plus grands parcs dédiés aux sciences de la vie en Suisse et en Europe. Au cœur d un bassin lémanique regorgeant de compétences, de ressources et de possibilités de synergies (CHUV, EPFL, UNIL, industries de pointe, startups, etc.), le Biopôle offre un emplacement stratégique pour y implanter des activités industrielles, R&D ou administratives. Sans parler des atouts que représentent la vue splendide sur le lac Léman et la proximité du métro m2. Le développement du parc est placé sous la responsabilité de la société d intérêt public Biopôle SA (Etat de Vaud : 97.5 %, Ville de Lausanne : 1,25 % et Commune d Epalinges : 1.25 %) qui attribue aux investisseurs les droits de superficie. L entreprise générale Losinger joue aussi un rôle clé dans le développement du Biopôle, puisqu elle est chargée de concevoir le financement des projets immobiliers, de rechercher des investisseurs, puis d assurer la construction et la commercialisation des bâtiments. D ici une dizaine d années, le parc devrait compter près de 1500 employés. La construction de deux nouveaux bâtiments, l un administratif, l autre de laboratoires, débutera en Le cœur du Biopôle construit en premier La première étape de réalisation du Biopôle a consisté en la construction du «bâtiment phare» de 5000 m 2 et d une annexe de 1500 m 2 en aval, reliés par un parking. Les deux édifices composent d une certaine manière le cœur du parc, puisqu ils hébergent plusieurs commerces et services centraux à disposition des sociétés qui viendront s y établir. Particularité de ce bâtiment-phare à vocation d abord administrative et commerciale, il accueille aussi sur un étage entier le Service Régional de Transfusion Sanguine vaudois (SRTS - VD). «Nous avons donc dû effectuer un certain nombre d aménagements techniques complémentaires pour que des activités bio-médicales puissent s y dérouler» explique Benoît Pierrecy de Losinger. «Comme par exemple en intégrant un réseau d azote dans le bâtiment, ou des unités de climatisation. Le reste du bâtiment est en effet uniquement rafraîchi.» Les surfaces mises à disposition des premiers locataires du Biopôle se caractérisent par leur modularité, grâce à l intégration du double système de chauffage et rafraîchissement dans le faux plafond et du système électrique dans le faux plancher. Confiée par Losinger à Siemens, l automatisation du bâtiment offre une grande efficience énergétique. Sur le toit, un mât météo muni de plusieurs capteurs permet par exemple d asservir les stores à l ensoleillement et d éviter des charges thermiques inutiles. Depuis un PC, le concierge dispose d une supervision de l ensemble des installations techniques du bâtiment (départs chaud/froid, ventilations, régulateurs de zones, stores, etc.). «Le SRTS dispose aussi d une supervision plus sophistiquée Desigo Insight pour son étage, avec par exemple la transmission des alarmes par SMS et via le réseau IP au centre de contrôle du CHUV» explique Stéphane Cachin, responsable du projet pour Siemens Building Technologies. Au total, Siemens a fourni pas moins de 36 contrôleurs de stores, 120 régulateurs de zones (IRC), 12 automates (PXC et PXR) pour un total de 1100 points connectés, nécessaires à l automatisation du bâtiment. Texte François Huguenet C Photo Thomas Jantscher Monitor 4/2009 7

8 Dormir sans souci au bord Pendant les «inondations du siècle» de l année 2005, une partie entière du village de Brienz avait été détruite par les torrents en crue, les voies de communication recouvertes par les décombres et le village coupé du monde extérieur. De nombreuses catastrophes environnementales peuvent être aujourd hui prévenues à temps grâce à la technique et au savoir-faire accumulé. Dans la région du lac de Brienz par exemple, un système sophistiqué comportant une commande intelligente empêche désormais toute situation d inondation. La commande ouvre l une des cinq portes de la grande écluse cantonale afin de libérer l eau du lac de Brienz, avec le gémissement du mécanisme de charpente suivi d un bruit sourd. L écoulement de cette eau s effectue à Interlaken par deux écluses et deux petites centrales électriques qui ont été pour la première fois réunies dans un projet d automatisation. Une commande Simatic assure l acquisition et l interprétation de toutes les données de mesure, gère les deux écluses et empêche ainsi les inondations. Maîtriser les situations critiques Rattaché au département de gestion des eaux (WWA) du Canton de Berne, Jean-Claude Bader est responsable pour la régulation du niveau des lacs bernois et a également supervisé ce dernier projet. «Le lac de Brienz fait office de réservoir tampon. Le débit de la rivière Lütschine peut atteindre jusqu à 150 m 3 /s en cas de fortes pluies ou lors de la fonte des neiges. Il est alors impératif de réagir très rapidement et d ouvrir les écluses correspondantes afin d empêcher des inondations causées par cette force hydraulique.» Jusqu à présent, seule la grande écluse était équipée d une commande automatique et ce n était plus suffisant en cas de situation critique. L objectif de ce projet était de concentrer toutes les données de mesure récoltées autour du lac, et d automatiser les deux écluses d évacuation. Ce projet a été mis sur pied en 2007 par le département d ingénierie des centrales électriques de BKW FMB Energie SA. Défi géographique Dieter Zehr a endossé la responsabilité du projet en tant que spécialiste en technique de télécontrôle auprès de BKW. L étendue géographique de la région concernée a été l un des principaux défis, en plus des tâches exigeantes de mesure et régulation. La commande principale et celle de secours sont installées sur la grande écluse cantonale. La commande principale de type Simatic S7-400 récolte toutes les données des emplacements de mesure : niveau d eau en amont des écluses, position des portes de la grande écluse L écoulement du lac de Brienz transite par deux écluses et deux petites centrales électriques. Le système de commande principal de Siemens récolte et interprète toutes les données de mesure, gère les deux écluses et empêche ainsi toute inondation. 8 Texte Nadine Rymann C Photos Felix Wey

9 du lac de Brienz La combinaison d une régulation du lac et des canaux est une tâche complexe. Jean-Claude Bader, la difficulté est que le niveau de l Aar doit être toujours suffisant pour la navigation publique, afin que les bateaux puissent accoster à tout moment. La combinaison d une régulation du lac et des canaux est une tâche complexe, et c est la raison pour laquelle le WWA a mandaté le géographe Jürg Petermann afin d assister l équipe du projet. cantonale ainsi que les données des rivières Lütschine et Aar, les niveaux d eau des deux côtés du lac et les données d exploitation des petites centrales électriques. La commande principale est réalisée avec WinCC, un système de visualisation de Siemens commandé par un panneau tactile et ciblé sur la surveillance et la gestion des processus techniques. Une station d exploitation et de serveur située à Interlaken permet en outre de télécommander l installation depuis la centrale de régulation à Berne ou à domicile. La transmission des données représentait un défi supplémentaire pour Dieter Zehr : «celle-ci devait fonctionner sur de grandes distances, 24 heures sur 24 et de manière absolument fiable.» C est la raison pour laquelle l Internet avec un VPN (Virtual Private Network) a été sélectionné pour la télécommande principale, avec une liaison directe par commutation RNIS / ISDN comme système de transmission de secours. Un laps de temps de 10 minutes Explications de Roland Kaderli, spécialiste en ressources hydrologiques auprès de la BKW, lorsque la situation devient critique : «sur certains emplacements, la dénivellation entre le bord de la rive supérieure et le niveau de l eau est inférieure à 20 centimètres. Si les petites centrales électriques tombaient par exemple en panne, le canal déborderait alors sur les rives en l espace de dix minutes si l on n intervenait pas immédiatement.» Selon «Maintenant, je dors sans souci» La commande de secours Simatic S7-300 surveille le niveau fluvial en plus de la commande principale. Elle dispose de son propre système de mesure du niveau d eau et peut fonctionner durant un certain temps sans réseau électrique grâce à l alimentation sur batterie. «La commande de secours est prioritaire par rapport à la commande principale. En cas de divergence constatée, elle ouvre alors les portes des écluses, dont les moteurs d entraînement sont alimentés par leur propre alimentation sans coupure (UPS) et indépendamment des directives de la commande principale.» explique Roland Kaderli. Le système fonctionne à la pleine satisfaction de Jean-Claude Bader : «Depuis que nous avons cette automatisation, je dors aussi beaucoup plus sereinement durant les nuits orageuses de l Oberland bernois.» BKW FMB Energie SA Le groupe BKW est l une des plus importantes entreprises d énergie en Suisse. Les racines de la «société anonyme centrale électrique Hagneck» remontent à 1898, alors que la raison sociale «Bernische Kraftwerke» (BKW) est utilisée depuis L entreprise occupe plus de 2700 collaborateurs et couvre toutes les étapes d approvisionnement en énergie : de la production jusqu à la distribution, en passant par le transport et la commercialisation. Plus d un million de personnes sont approvisionnées en électricité directement par BKW et indirectement par ses partenaires de distribution. Le parc de production comprend des centrales hydrauliques, une centrale nucléaire, une centrale combinée à gaz et des installations exploitant de nouvelles énergies renouvelables. Aujourd hui, BKW est le producteur suisse leader en électricité d origine photovoltaïque, éolienne, biomasse et faible force hydraulique. Monitor 4/2009 9

10 Réseau ferroviaire modernisé Les TPF (Transports Publics Fribourgeois) prévoient d importantes transformations de leur infrastructure ferroviaire. Les installations de sécurité seront entièrement rénovées sur la ligne à voie normale Givisiez Morat, autrefois dénommée FMA (Fribourg-Morat-Anet). La sécurité sur le réseau ferroviaire sera en outre améliorée par l installation des technologies les plus modernes. D importantes modifications de l infrastructure ferroviaire sont donc au programme des TPF. Les stations de Belfaux, Pensier, Courtepin et Cressier, ainsi que les installations techniques disposées sur les 13 kilomètres de voies seront équipées des dernières technologies. D importants travaux de construction seront également réalisés. Ceux-ci englobent par exemple l adaptation de l infrastructure des gares afin de répondre à la législation et aux normes pour les handicapés, l allongement des quais, la construction de passages souterrains sécurisés, ainsi que le déplacement de voies ferrées. Installations de sécurité modernes Des postes d aiguillages électroniques (Simis W), des passages à niveau intégrés (LCM 200) et de nouveaux compteurs d essieux font partie des nouveaux équipements de sécurité. Simis W fait partie de la nouvelle génération d aiguillages électroniques et se caractérise par sa sécurité extrême. Une partie des passages à niveau existants profitera également de la modernisation, car ils seront remplacés par de nouveaux passages à niveau intégrés. Sur cette ligne, Siemens aménage en outre des compteurs d essieux, qui sont des générateurs d impulsions électroniques ou électromagnétiques permettant de vérifier si la section de voie respective est libre ou occupée. Les nouvelles installations de sécurité seront désormais gérées par un nouveau système de télégestion depuis le centre des TPF localisé à Bulle. Un avenir sécurisé Avec cette commande, Siemens peut pour la première fois introduire l installation d aiguillages électroniques Simis W auprès d une compagnie ferroviaire privée en Suisse romande. Les TPF bénéficieront d une fiabilité extrême grâce à l emploi de nouvelles technologies d aiguillages éprouvées auprès de nombreuses compagnies de chemins de fer. La flexibilité du nouveau système de télégestion donne en outre la possibilité d adapter le réseau ferroviaire des TPF à d autres exigences d exploitation. Avec la commande des TPF, c'est la première fois que Siemens livrera des aiguillages électroniques «Simis W» auprès d'une compagnie ferroviaire privée en Suisse romande. L entreprise des TPF Les TPF (Transports Publics Fribourgeois) ont transporté quelque 23,7 millions de passagers l an dernier, ce qui correspond à une augmentation de 4,2 % par rapport à l année précédente. L offre en moyens de transports englobe chemins de fer, bus régionaux et urbains, trolleybus et même un téléphérique. Les TPF s efforcent de répondre aux besoins de mobilité croissants de la population par un développement continuel de leurs prestations. L offre a ainsi été étendue entre autres au niveau du trafic ferroviaire et le nombre des passagers transportés a augmenté à plus de 3,3 millions (+ 3,1 %). En plus des nouvelles installations, divers travaux d entretien ont été également réalisés sur les lignes à voie normale, et le tronçon entre Pensier et Courtepin a même été entièrement renouvelé. 10 Texte Stephan Kurmann C Photo TPF Monitor 4/2009

11 Des récompenses pour la qualité et l innovation Siemens a honoré ses meilleurs fournisseurs de l exercice 2009 lors d un forum spécial qui leur était dédié. Une manifestation où le producteur suisse de semiconducteurs STMicroelectronics s est vu remettre l Award du fournisseur le plus innovateur. Par ailleurs, la division de vente Supply Chain Management de Siemens devrait réduire le nombre de ses fournisseurs pour renforcer la collaboration avec les principaux d entre eux. Afin de développer des stratégies communes en vue d une collaboration encore plus efficace, Siemens a invité ses trente principaux sous-traitants à un «Forum des fournisseurs». Nouvellement créée, cette manifestation a honoré des fournisseurs sélectionnés dans neuf catégories, en raison de leurs prestations nettement supérieures à celles de leurs concurrents durant l exercice La qualité au lieu de la quantité Une collaboration performante avec les soustraitants est encore plus importante pour la compétitivité d une entreprise en temps de crise. Afin de pouvoir perpétuer ce succès, le nombre de fournisseurs devra diminuer et la relation être intensifiée avec les principaux d entre eux à l avenir. Le regroupement des achats vise aussi à obtenir des prix plus avantageux grâce aux quantités plus importantes. Directrice de la division Supply Chain Management et Chief Sustainability Officer de Siemens SA, Barbara Kux aspire à des innovations qui serviront l amélioration de l efficacité de l entreprise. Première femme à accéder au comité de direction suprême en 160 ans d histoire de Siemens SA, cette Suissesse de 54 ans est responsable pour le volume d achat mondial du groupe qui atteint quelque 42 milliards d euros. Award pour des fournisseurs suisses novateurs Afin de pouvoir exploiter le volume d achats de manière optimale, des partenaires fiables sont nécessaires, car ils contribuent de manière substantielle à la réalisation des objectifs d entreprise de Siemens grâce à leurs excellentes prestations. STMicroelectronics est un important partenaire de Siemens SA. Ce fabricant de semi-conducteurs helvétique a ainsi obtenu un Award dans la catégorie «force novatrice». Cette entreprise s est démarquée des quatre autres fournisseurs nominés en raison de son leadership tech- nologique dans le domaine des semi-conducteurs, et de son étroite collaboration avec Siemens durant le développement de composants destinés à l automatisation industrielle. Leader dans sa branche d activité, cette société suisse ayant son siège social à Genève est un important fournisseur du secteur Siemens Industry depuis plus de 30 ans. Occupant quelque collaborateurs, STMicroelectronics a réalisé un chiffre d affaires d environ 6,5 milliards d euros durant l exercice Le vainqueur de l évaluation globale est le sous-traitant BIS Gas Turbin Systems, qui assiste le secteur Siemens Energy depuis 2002 lors du déroulement de projets intégrant des turbines à gaz. En plus des critères de qualité, de fiabilité et de prix, cette société allemande a surtout convaincu par ses capacités à répondre de manière ciblée aux besoins spécifiques de ses clients. Texte Stephan Kurmann C Photo ImagePoint AG Monitor 4/

12 Plus de puissance pour les Grisons Depuis plus de cent ans déjà, Arosa Energie approvisionne en énergie électrique la Vallée du Schanfigg, qui relie Coire à Arosa. Siemens Energy Systems a fourni en septembre deux transformateurs de puissance qui remplacent les précédents et garantissent un approvisionnement sûr en énergie à cette région des Grisons. Longue d une vingtaine de kilomètres, la Vallée du Schanfigg relie Coire (598 mètres) à Arosa (1775 mètres). Pratiquement jusqu à Coire, Arosa Energie approvisionne la région de Schanfigg en énergie électrique. La production est assurée par les centrales électriques de Litzirüti avec une capacité annuelle d environ 22 millions de kilowattheures, et de Lüen, la plus ancienne des deux installations, avec 40 millions de kilowattheures. Les deux installations constituent les principaux piliers de la sécurité de l approvisionnement électrique de toute la région. Dans les sousstations de Tomeli, Neubach et Forsch, la tension de 60 kv est ensuite transformée en une tension de 10 kv afin d alimenter les stations de transformation. Un imposant convoi exceptionnel Afin de pouvoir également répondre à l avenir aux besoins énergétiques dans la vallée, Arosa Energie a fait entièrement rénover la sous-station de Tomeli afin d en doubler la puissance. Fin 2008, Energy Systems avait déjà fourni les appareils de protection de type Siprotec pour l installation à moyenne tension existante. En septembre 2009, Energy Systems a pu livrer une commande supplémentaire de deux transformateurs de puissance de 10 MVA pesant 24 tonnes chacun, au moyen d un semi-remorque abaissé et d une grue sur pneus. Cet imposant convoi exceptionnel doté d une escorte policière a démarré de Coire à 5 heures du matin pour finalement arriver à Arosa à 6 heures 30. Les deux transformateurs étaient déjà installés à 13 heures sur l emplacement prévu dans la sous-station Tomeli à Arosa. Les travaux se sont ensuite poursuivis avec le raccordement aux installations à haute tension, ainsi que le replacement de toutes les liaisons câblées entre l installation à haute tension, les transformateurs et l installation à moyenne tension. La démolition et le recyclage des transformateurs usagés faisaient également partie de l étendue des prestations. Remplacement complet L étape suivante consistait à effectuer le montage de la nouvelle bobine d extinction d arc avec résistance incorporée, ainsi que le raccordement des liaisons câblées à moyenne tension jusqu aux transformateurs. De nouveaux transducteurs de courant ont été posés et les connexions aux transformateurs ont Au moyen de remorques abaissées et de grues sur pneus, Siemens Energy Systems a pu livrer des transformateurs d une puissance de 10 MVA et d un poids de 24 tonnes chacun. Doté d une escorte policière, cet imposant convoi exceptionnel avait démarré de Coire à 5h00 du matin pour arriver à Arosa à 6h30, où les deux transformateurs ont finalement été installés à 13h00 sur l emplacement prévu dans la sous-station Tomeli. été renouvelées depuis deux cellules de l installation moyenne tension existante isolée à l air. Le cahier des charges englobait en outre le câblage basse tension pour la commande de l alimentation électrique de secours. L étendue des prestations dans le domaine de la technique secondaire comportait la mise en service des nouveaux composants pour l installation de télécontrôle existante, ainsi que la mise en service d une armoire de régulation supplémentaire avec deux régulateurs pour la commande des insérateurs des transformateurs et celle d un régulateur pour la bobine d extinction d arc. Durée de rénovation réduite Le délai de rénovation total, qui était limité à un mois pour ce projet, a été un défi particulier. La collaboration entre l usine, l entreprise de transport et les ingénieurs de mise en service a dû être en effet planifiée méticuleusement et synchronisée dans les moindres détails. Tout retard aurait anéanti l objectif ambitieux de remise au client pour le 30 octobre Texte Hildegard Koch C Photos Siemens Suisse, Energy Systems Monitor 4/2009

13 A la pointe du développement durable Siemens SA est à nouveau présente aux premiers rangs du prestigieux classement «Dow Jones Sustainability World Index» (DJSI). L entreprise occupe en effet la première place dans le secteur «Diversified Industrials» et est ainsi distinguée pour la dixième fois consécutive pour ses actions durables. Avec un score maximum obtenu dans les catégories «Compliance» et Gestion des risques, Siemens a même encore pu renforcer sa position de leader acquise l année précédente. L évaluation dans les domaines Environnement et Société s est aussi révélée sensiblement meilleure et au final, Siemens a obtenu la meilleure note globale jamais accordée à ce jour. Meilleure note pour les sous-traitants «La durabilité représente depuis toujours un aspect essentiel de notre politique d entreprise et fait aujourd hui partie intégrante de la stratégie du groupe», souligne pour expliquer ce succès la Suissesse Barbara Kux, Chief Sustainability Officer et membre du comité directeur de Siemens pour le Supply Chain Management. Les bons résultats obtenus au DJSI démontrent aussi que cette stratégie a rencontré une reconnaissance externe. En plus des dimensions économique et sociale, Siemens se focalise particulièrement sur le développement de son portefeuille écologique, ainsi que sur la réduction des émissions de CO 2 de ses produits. Cet engagement est également demandé aux sous-traitants, ce qui a valu à Siemens d obtenir aussi la meilleure note pour les standards destinés aux fournisseurs. Un indice différent Le DJSI est le plus important indice de durabilité et prend en compte les premiers dix pourcent des 2500 plus grandes entreprises représentées dans le Dow Jones Global Index. Il se distingue des autres indices purement économiques ou écologiques en intégrant pour un tiers dans son évaluation les aspects écologiques et sociaux. Depuis le lancement de l indice en 1999, Siemens a régulièrement occupé les premières places du classement. Pour Siemens, agir de façon durable signifie exploiter les ressources globales de manière à ce qu elles soient encore disponibles pour les générations futures. «Objectifs du millénaire» pour plus de durabilité En l an 2000, l ONU avait arrêté huit «Objectifs du millénaire» reposant sur la vision d une économie durable et plus équitable, qui devait apporter des améliorations perceptibles pour la population mondiale d ici Siemens est membre de l initiative de l ONU «Global Compact», une association volontaire d entreprises de l économie mondiale qui se sont engagées à soutenir activement les Objectifs du millénaire par des mesures concrètes et des actions communes. L ONU a établi un rapport intermédiaire mitigé en juillet dernier. La mortalité infantile a certes diminué dans de nombreuses parties du globe et l accès à l éducation scolaire a été amélioré dans les pays du tiers-monde, mais on reste toutefois encore loin du compte dans des domaines tels que l alimentation ou le chômage. Misant sur le développement durable depuis plusieurs décennies déjà, Siemens occupe régulièrement l une des premières places du DJSI, depuis son introduction en Succès du portefeuille écologique Durant l exercice 2008, Siemens a réalisé environ 19 milliards d euros avec des produits et solutions composant son portefeuille écologique, soit près d un quart du chiffre d affaires du groupe. Ce portefeuille englobe des solutions touchant pratiquement tous les principaux domaines de la production, du transport et de l exploitation de l énergie. Joint à cette édition de Monitor, vous trouverez le résumé du portefeuille écologique de Siemens Suisse SA, afin d avoir une vue d ensemble de l assortiment global des produits et solutions dans le domaine de l efficacité énergétique. Texte Franziska Kohler C Photos Siemens SA Monitor 4/

14 «On doit trouver un bon équilibre entre l efficacité et la qualité» Au Tessin, un tiers des hôpitaux a été fermé depuis l entrée en vigueur de la LAMal (Loi sur l Assurance-Maladie) au milieu des années nonante. Parmi les vingt établissements restants, le canton compte huit hôpitaux publics qui sont gérés par l EOC (Ente Ospedaliero Cantonale), une entité juridique indépendante. Pour Monitor, son directeur général, Carlo Maggini, livre quelques explications sur cette organisation hospitalière pionnière au niveau suisse. Monsieur Maggini, la structure de l EOC est devenue un modèle repris par d autres cantons. Quel est le secret de cette réussite? L EOC est quasiment devenu un hôpital autonome avec des services centralisés et divers établissements répartis sur le territoire cantonal. Les deux principaux hôpitaux dotés de départements médicaux spécialisés sont situés à Bellinzone et Lugano. Les établissements situés à Mendrisio et Locarno offrent eux une couverture étendue, alors que les petits hôpitaux des vallées assurent seulement la couverture de base, la réhabilitation et les cas d urgence légers. Pour les patients et les malades, chaque hôpital public fait donc office de sas d entrée permettant d accéder aux prestations médicales globales de l EOC. Vous avez plus de vingt ans d expérience avec ce modèle, qui a notamment inspiré les cantons du Valais, de Neuchâtel, du Jura et de Fribourg. En 1983, notre organisation était certainement une solution innovatrice. A cette époque, les hôpitaux étaient plongés dans de grandes difficultés. Il n y avait pas d argent, aucune planification ni de coordination, tout le monde voulait faire de tout et le canton n avait plus la situation sous contrôle. C est donc pour résoudre des difficultés que cette organisation a été créée? Oui, et non pas à la suite de réflexions idéologiques. La restructuration n a pas été une opération d étatisation de la gauche, mais a été lancée par les partis PDC et PRD. C était une 14 Texte Philippe Sablonier C Photos Nadja Tempest

15 nécessité, car il y n avait pas d autre solution. Les banques n étaient pas prêtes à poursuivre le financement des hôpitaux si les structures n étaient pas réformées en profondeur. En 2005, 220 hôpitaux pour soins aigus existaient encore en Suisse, mais 60 ont disparu ces quatre dernières années. Or certains considèrent la fermeture d autres hôpitaux comme inévitable. Une réduction supplémentaire est-elle raisonnable? Avec nos huit établissements, je suis convaincu que nous avons trouvé une répartition raisonnable. La poursuite de cette réduction structurelle aura pour conséquence de créer une concentration supplémentaire des missions. Cela signifie que le canton déterminera quels hôpitaux pourront offrir quelles prestations. Dans quelle mesure est-ce que vous pourrez influencer cette planification? Il existe une commission technique dans laquelle les principaux acteurs de la santé publique sont représentés : l EOC, les cliniques privées, les caisses-maladie et les représentants des patients. La commission analyse la situation et présente ses propositions au Conseil d Etat. Celui-ci soumet la planification au parlement qui finalement décide. Autrement dit, nous participons tous à la planification. Cela signifie que des privés peuvent influencer la santé publique? Dans le canton du Tessin, un tiers des lits d hôpitaux est en mains privées. C est une proportion très élevée, car la moyenne atteint seulement dix pourcent en Suisse. Les privés ont un lobby très puissant au parlement. Celui-ci assure un équilibre entre les hôpitaux privés et publics. Le canton ne peut donc pas faire ce qu il veut. Cela ne serait pas raisonnable. Les cas forfaitaires (DRG) seront introduits en Suisse en Quels sont pour vous les opportunités et les risques? Nous avons introduit les cas forfaitaires il y a dix ans, et nous avons fait de bonnes expériences avec ce concept. Nous n avons refusé aucun patient et le séjour moyen en milieu hospitalier n a pas changé énormément. A l avenir, tous les cantons seront soumis au système DRG. Un risque de lutte sur les prix existe bien entendu. En plus du DRG, il est donc très important d avoir un système de qualité fonctionnel. On doit trouver un bon équilibre entre l efficacité et la qualité. Si le DRG est appliqué de manière raisonnable, c est une bonne chose. La qualité de l offre médicale des hôpitaux publics est particulièrement mise en évidence dans la communication de l EOC. Nous investissons beaucoup dans le domaine de la qualité. Notre Ospedale di Locarno est par exemple le premier hôpital de Suisse à jouir de l accréditation du JCI (Joint Commission International). Ce sont des instruments similaires à la norme ISO 9000, à la différence près que le JCI est conçu pour les hôpitaux. Il y n a aucun autre hôpital en Suisse pouvant attester de 400 standards du JCI. Comment jugez-vous la présence locale de Siemens pour la préservation de la qualité? Elle est absolument indispensable et renforce la collaboration. Les équipes de maintenance de Siemens savent où se trouvent les appareils Nous investissons beaucoup dans le domaine de la qualité. et elles se rendent immédiatement sur le site en cas d urgence. La représentation locale connaît nos besoins et peut fournir des bons conseils. Nous ne voulons pas de simples vendeurs, et nous désirons atteindre un partenariat global avec nos principaux fournisseurs. Il en a toujours été ainsi. La technologie est trop importante dans les hôpitaux. Qu est-ce que vous pourriez encore améliorer dans le système de santé suisse? La prévention et l encouragement à une vie saine devraient être intégrés dans la qualité de la santé. Le financement du système devrait également devenir plus solidaire. L EOC (Ente Ospedaliero Cantonale) L EOC est une entreprise du canton du Tessin qui réunit tous les établissements hospitaliers publics du canton sous un même toit. Créée en 1983, cette organisation gère huit établissements hospitaliers interconnectés et offrant un millier de lits répartis sur le territoire cantonal. Elle forme une entité juridique propre, dont l unique «actionnaire» est le canton. Repères biographiques Dr. oec. Carlo Maggini (62) est directeur général de l EOC depuis 1983 et dirige les directions régionales. Il a effectué des études de sciences politiques et d économie publique à l Université de Genève, et a marqué le domaine de la santé publique du canton du Tessin. Il a en particulier élaboré l organisation de l EOC avec son assistante Mara Geninazzi. Il préside l ESO (European School of Oncology) et siège aux conseils de diverses fondations dans le domaine de la santé publique, dont entre autres la Ligue contre le cancer du Tessin, l Onko-Spitex et l Institut de recherche biomédical IRB à Bellinzone. Monitor 4/

16 La révolution de la découverte des rayons X A la fin du XIX e siècle, les gens ne pensaient pas qu il serait une fois possible de pouvoir explorer le corps humain sans scalpel Mais en 1895, le physicien Wilhelm Conrad Röntgen découvrait par hasard un rayonnement inconnu qui allait révolutionner les possibilités de la médecine. La production des premiers appareils de radiographie a débuté un an plus tard. La découverte des rayons X a influencé le diagnostic et la thérapie médicale comme jamais auparavant. Dans le monde entier, environ 70 pourcent des examens par imagerie sont réalisés aujourd hui encore avec des équipements de radiographie. Des millions de personnes doivent la vie à une technique qui a été découverte par hasard. A l origine, Wilhelm Conrad Röntgen étudiait le comportement des courants électriques dans des récipients en verre. Il observait des courants d électrons produits dans des tubes de verre à l aide d un écran fluorescent, qui s illuminait lorsque ce dernier captait un flux d électrons. Un beau jour, Röntgen a découvert que l écran fluorescent restait encore illuminé après l avoir éloigné du tube de verre. Un flux d électrons ayant une portée dans l air réduite à quelques centimètres seulement, Röntgen en avait alors déduit qu il devait s agir d un nouveau type de rayonnement : les rayons X étaient découverts. Cette découverte sensationnelle a été divulguée dans le monde entier en quelques jours, immortalisant ainsi la renommée internationale de l inventeur. Röntgen a toutefois renoncé à toute exploitation économique de sa découverte et a par conséquent libéré la voie qui a permis de poursuivre le développement et l exploitation de cette technique dans le monde entier. Contribuer à écrire l histoire En radiographie, l absorption variable des rayons X en fonction des tissus traversés permet de réaliser des prises de vues. Cette «lumière invisible» permettant d inspecter le corps humain sans effusion de sang l a ainsi rendue accessible pour la recherche et la science, et cette technique a donc rapidement trouvé des débouchés dans la médecine. Les entreprises Reiniger, Gebert & Schall (RGS) et Siemens & Halske (S&H) ont ainsi débuté avec la fabrication d appareils de radiographie en 1896 déjà, soit environ un an après la sensationnelle découverte de Röntgen. Les sociétés RGS SA et S&H SA ont fusionné en un seul groupe une trentaine d années plus tard, puis le groupe Siemens SA a finalement été fondé après d autres absorptions et changements de raison sociale. Siemens ayant participé au progrès de cette technologie dès le début, l histoire des techniques de radiographie est donc en bonne partie aussi l histoire de Siemens. Le premier appareil de radiographie développé par RGS nécessitait une durée d exposition de 11 à 12 minutes pour obtenir une prise de vue. Une quinzaine d années plus tard, les durées d exposition avaient déjà pu être réduites à un centième de seconde grâce à l appareil de radiographie flash «Uniplus», permettant ainsi d obtenir des radiographies d organes du corps humain en mouvements rapides, tels que le cœur. Les durées d exposition actuelles sont de l ordre du millième de seconde. Les installations de radiographie classiques comportaient un tube à rayons X, un générateur produisant la haute tension requise, le capteur convertissant le rayonnement X en image, et le dispositif de diascopie. Lancé sur le marché en 1934, le modèle «Explorator» a été le premier équipement en mesure d intégrer tous les dispositifs mécaniques et électriques de commutation et de commande dans une seule unité. Durant les années suivantes, les améliorations ont principalement porté sur la détection des détails de l image de radioscopie ainsi que sur une réduction de la durée d adaptation et d exposition, et par conséquent une diminution de la dose de rayonnement. La radiographie pour le «divertissement» Si les médecins actuels ainsi que les patients sont bien conscients des risques liés à une exposition aux rayons X, cette nouvelle technologie avait par contre été souvent utilisée imprudemment à ses débuts. Dans de nombreux magasins de chaussures, les clients pouvaient par exemple radiographier leurs pieds afin d être certains d avoir choisi une taille de soulier appropriée. Il y a même eu une époque durant laquelle des appareils de radiographie mobiles étaient à la mode, et permettaient de se «radiographier» soi-même et mutuellement en groupe. Inutile de mentionner que personne n avait alors entendu parler de tabliers de protection au plomb contre les rayons X. Jusqu à présent, il y a toutefois encore assez peu d articles dans la littérature scientifique sur les effets à long terme des doses de rayonnement. Le cœur cadencé au quart de seconde La tomographie assistée par ordinateur (CT) joue un rôle important dans le domaine du diagnostic des cancers. Il s agit là d exploiter de nombreuses radiographies d un objet exposé sous des angles différents afin d obtenir une image tridimensionnelle. Avec cette méthode, la dose de rayonnement peut être 16 Texte Franziska KohlerC Photos Siemens SA

17 Cette «lumière invisible» permettant d inspecter le corps humain sans effusion de sang jusqu à 1000 fois plus élevée qu avec une radiographie conventionnelle du thorax. C est la raison pour laquelle Siemens a travaillé durant ces dernières années à réduire les doses de rayonnement durant ces examens. L innovation la plus récente en matière de réduction de la dose de rayonnement est dénommée «Adaptive Dose Shield», et permet de supprimer tout rayonnement perturbateur qui ne serait pas exploité pour l élaboration de l image. La dose de rayonnement peut être ainsi réduite jusqu à 68 pourcent sans limitation de la qualité d image. Cette nouveauté a été présentée pour la première fois en 2007 dans le scanner CT «Somatom Definition AS». Une percée supplémentaire dans la technologie CT a été lancée en 2005 avec le «Dual Source CT». C était une entreprise risquée, car Siemens était alors la seule entreprise à avoir misé sur cette toute nouvelle technologie. Contrairement au CT traditionnel, le procédé Dual Source utilise simultanément deux sources de rayons X en rotation et décalées de 90 degrés. Jusqu à présent, deux tubes à rayons X ne pouvaient pas être logés dans un seul CT en raison de leurs dimensions. Début 2000, Siemens a cependant réussi à développer le tube à rayons X Straton sensiblement plus léger et d une taille réduite de moitié. La durée de radiographie peut être ainsi réduite de moitié, ce qui est particulièrement important pour l imagerie cardiaque. Ce nouveau système fournit également des images précises et détaillées de cœurs battant rapidement ou irrégulièrement, avec une dose de rayonnement réduite de moitié grâce à la vitesse de balayage améliorée. Siemens & Halske ont débuté avec la fabrication d appareils de radiographie un an environ après la découverte des rayons X. Depuis lors, la technologie a été continuellement développée et améliorée, en particulier en ce qui concerne la dose de rayonnement. Le modèle «Somatom Definition Flash» se contente ainsi d un quart de seconde pour générer une image cardiaque intégrale. Son successeur, le modèle «Somatom Definition Flash» a lui été présenté en novembre Il peut reproduire l image totale du cœur en un quart de seconde, ce qui est plus rapide qu un demi-battement cardiaque. Si les technologies de radiographie progressent aussi rapidement durant ces 100 prochaines années qu elles l ont fait durant le siècle dernier, alors cette valeur sera bientôt également surpassée. Monitor 4/

18 Joyeux anniversaire Polycom! Le réseau numérique de radiocommunication sécurisé Polycom a célébré son 10 e anniversaire le 7 septembre dernier à Berne, à l occasion des «Polycom Days». C est en 1999 que le contrat cadre entre la Confédération et Siemens a été signé et Polycom sera opérationnel dans tout le pays d ici Histoire d une réussite pour Siemens, tout comme pour l ensemble de la Suisse. Système national de radiocommunication des autorités et organisations chargées du sauvetage et de la sécurité (AOSS), Polycom se trouve actuellement en phase d installation progressive en Suisse. Il permet le contact radio au sein et entre les différentes organisations partenaires telles que les gardesfrontière, corps de police, sapeurs-pompiers, premiers secours et protection civile, ainsi que les formations d appui de l armée. L objectif du projet Polycom est de pouvoir transmettre toutes les communications et les données AOSS de la Confédération, des cantons et des communes par une infrastructure de radiocommunication homogène. Exploitation radio dès 1940 De nombreux obstacles ont dû être surmontés avant de pouvoir effectuer la mise en service de Polycom. Les AOSS en Suisse ont commencé à utiliser les radiocommunications dès 1940 et différents réseaux de radiocommunication Quelque 230 invités ont fêté les 10 ans d existence de Polycom au Kursaal de Berne. L occasion de rappeler que la décennie écoulée n a pas été de tout repos. Les responsables restent toutefois confiants dans le fait que tous les réseaux partiels cantonaux seront mis en service d ici ont progressivement été élaborés pour les besoins les plus divers, mais sans grande coordination. Autrefois assuré par l entreprise des PTT, l octroi des fréquences ne permettait par exemple pas toujours aux corps de police communaux et cantonaux de communiquer directement entre eux, les canaux respectifs de radiocommunication étant en effet attribués dans des bandes de fréquences différentes. Depuis une vingtaine d années, les conversations radio de la police ont aussi été partiellement chiffrées afin d assurer la protection contre les écoutes illicites. Au début, ce chiffrement a seulement été effectué auprès d une minorité de corps de police et non pas de manière coordonnée, ni sur la totalité du territoire. Une difficulté de communication supplémentaire a ainsi dû être surmontée, les méthodes de chiffrement reposant sur des 18 Texte Marc Maurer C Photos Siemens Suisse

19 tretien. La vitesse de réalisation sera donc également influencée fortement par les décisions politiques prises au sein des cantons respectifs. L avenir passe par Polyalert En plus de l achèvement et du regroupement de tous les réseaux partiels Polycom jusqu à fin 2012, quelque 700 sirènes d alarme-eau seront commandées en cette même année par Polycom dans 16 cantons. Un projet est également prévu pour la gestion éventuelle jusqu en 2015 des quelque 4700 sirènes d alarme générale dans toute la Suisse par le réseau Polycom. C est la raison pour laquelle la Confédération a lancé ce projet englobant la planification et la réalisation d un nouveau système d alarme qui devrait devenir opérationnel dans toute la Suisse dès Le principe veut que le système puisse alarmer et informer la population dans toutes les situations et il sera par conséquent développé en un système d information à grande échelle. algorithmes non publics et spécifiques aux différents fabricants de matériel. Après l échec de plusieurs tentatives d établir un standard commun, qui butaient invariablement sur l opposition de certains utilisateurs, la création d un réseau unique a finalement été acceptée en 1996, donnant naissance à l idée du réseau Polycom. Tetrapol en tant que standard technique La direction du projet Polycom a été confiée à un organe militaire, le groupe de l aide à la conduite du département de la Défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), alors que sa réalisation a été confiée à l entreprise Swisscom, qui avait entre-temps succédé aux PTT. La norme technique sélectionnée fut Tetrapol, un produit de l entreprise française EADS. En Suisse, Siemens IT Solutions and Services, Civil and National Security fut chargé de la planification, de l ingénierie et de la mise en service du produit, qui a été spécialement adapté aux besoins des organisations «utilisatrices de gyrophares». Démarrage effectif avec le Cgfr et le canton de Thurgovie La concession pour Polycom fut octroyée en avril 1999 par la Confédération et le premier contrat cadre pour un réseau de radiocommunication destiné au Corps des gardes-frontière (Cgfr) fut signé en septembre de la même année entre la Confédération et Siemens. Par ailleurs, Swisscom ayant retiré son offre en mars 1999, une nouvelle solution devait être trouvée pour la prise en charge de Polycom. Après un examen approfondi, le Conseil fédéral a proposé, début 2001, de réaliser Polycom en interconnectant progressivement les sous-réseaux mis en place au fur et à mesure par les cantons et les autres partenaires. Le véritable coup d envoi de Polycom fut en l occurrence donné par la décision du Corps des gardes-frontière et du canton frontalier de Thurgovie de répondre à leurs besoins communs de radiocommunication avec un réseau Tetrapol. Si Polycom est un réseau national sécurisé de radiocommunication, il n est toutefois pas un concept exclusivement fédéral. Le réseau sera ainsi développé de manière progressive jusqu en 2012 environ par la réalisation de réseaux partiels, des réseaux partiels aménagés par les cantons de manière autonome en tenant compte des directives de la Confédération. A ce jour, vingt-trois cantons ont déjà accepté la réalisation d un réseau partiel Polycom, des demandes de crédit étant encore en attente dans les cantons de Fribourg, Schwyz et Zoug. Et douze cantons disposent déjà de réseaux partiels Polycom en exploitation. La Confédération participe de façon déterminante aux investissements et à l en- «We are family» pour les 10 ans de Polycom Organisée par Siemens IT Solutions and Services, Civil and National Security, la journée Polycom de cette année était placée sous le signe du jubilé du 10 e anniversaire du réseau de radiocommunication numérique avec le slogan we are family. Quelque 230 invités se sont retrouvés le lundi 7 septembre dernier au Kursaal de Berne afin de fêter le réseau numérique de radiocommunication. La manifestation était animée par Max Uhlig, de Civil and National Security. Les orateurs ont souligné les débuts difficiles, puis le développement de Polycom durant ces dernières années. Dans son discours, Walter Kägi, Head of Civil and National Security, a rappelé que Polycom est devenu un projet couronné de succès grâce à l obstination et au bon sens des intervenants, et que la partie restante du réseau devrait pouvoir être mise en service d ici Quant au directeur de l OFPP (Office fédéral de la protection de la population), Willi Scholl, il s est dit confiant que les trois cantons restants n ayant pas encore introduit Polycom se prononceront en sa faveur. Le commandant de la police cantonale uranaise, Reto Habermacher, a lui souligné la bonne couverture du réseau dans les vallées reculées du canton d Uri. Monitor 4/

20

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance CUSTOMER SUCCESS STORY Août 2013 Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance PROFIL CLIENT Secteur: Société de services informatiques Société: Lexmark Effectifs: 12,000

Plus en détail

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée CUSTOMER SUCCESS STORY Mars 2014 AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée PROFIL CLIENT Secteur: Industrie manufacturière Société: AT&S Effectifs: 7 500 personnes

Plus en détail

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Customer success story Juillet 2015 Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Profil Client Secteur : Services informatiques Société : Lexmark Effectifs : 12 000 Chiffre

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³

Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³ SSI SCHAEFER LOCATION STORE MANAGEMENT (LSM) Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³ Nouvel entrepôt

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

Technique et gestion du bâtiment. Technique énergétique et technologie du trafic. Et tous les services s y rapportant.

Technique et gestion du bâtiment. Technique énergétique et technologie du trafic. Et tous les services s y rapportant. Technique et gestion du bâtiment. Technique énergétique et technologie du trafic. Et tous les services s y rapportant. Nous possédons l expérience et les compétences nécessaires pour offrir à nos clients

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Une solution globale sur mesure pour une centrale hydraulique

Une solution globale sur mesure pour une centrale hydraulique Une solution globale sur mesure pour une centrale hydraulique La centrale de Löntsch utilise depuis 1908 l eau du lac du Klöntal. Sa dernière révision remontait à 40 ans. Pour la rénover intégralement,

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

Engagement «Enduro 2014»

Engagement «Enduro 2014» Engagement «Enduro 2014» Le service de l aide à la conduite AIC a prêté main forte à l académie de police de Savatan du dimanche 28 septembre au vendredi 3 octobre 2014 pour animer la régie mise en place

Plus en détail

Bilan des Energies et des Fluides 2011

Bilan des Energies et des Fluides 2011 Bilan des Energies et des Fluides 2011 Rapport de synthèse Unibat, Service des Bâtiments et Travaux Georges Berweiler, Efficience, Energie & Habitat Lausanne, le 2 juillet 2012 Introduction Dans le cadre

Plus en détail

Devenez partenaire! Fondation fribourgeoise de réanimation

Devenez partenaire! Fondation fribourgeoise de réanimation Devenez partenaire! Fondation fribourgeoise de réanimation Sauver des vies Le projet de la Fondation fribourgeoise de réanimation est né grâce à l exemple de la Fondation Ticinocuore tessinoise. En effet,

Plus en détail

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Media Release Entreprises familiales avec avantages concurrentiels Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Freienbach, le 24 juin 2014 D après une étude de l entreprise

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Nouveaux horizons pour l industrie énergétique La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Industrie énergétique Les solutions logicielles SIG de Geocom : flexibles,

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

PubliBike: un système clés en main pour votre ville ou votre entreprise

PubliBike: un système clés en main pour votre ville ou votre entreprise PubliBike: un système clés en main pour votre ville ou votre entreprise Une prestation de «Le dernier kilomètre à vélo» Proposer et gérer un réseau national de vélos en libre-service relié aux transports

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois : Une vision de société pour 2012-2017 1 Centre Droite vaudois : une vision de société Grâce

Plus en détail

Traitement et gestion des espèces

Traitement et gestion des espèces Traitement et gestion des espèces Société spécialisée dans le traitement des espèces TRAIDIS est une société de haute technologie, spécialisée dans le traitement des espèces. Son expertise autour des caisses

Plus en détail

Communiqué de presse. 14 octobre 2014

Communiqué de presse. 14 octobre 2014 Communiqué de presse 14 octobre 2014 HANNOVER MESSE 2015 (du lundi 13 au vendredi 17 avril) : HANNOVER MESSE 2015 : l industrie du futur est connectée en réseau Thème-phare l an prochain : «Integrated

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Roche Diagnostics France Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

70'000. 1'000 collaborateurs. Des réseaux intelligents pour aujourd hui et demain

70'000. 1'000 collaborateurs. Des réseaux intelligents pour aujourd hui et demain Rubrik Titel Thema 1 2 Titel Thema Rubrik 70'000 mandats de service et de construction chaque année 1'000 collaborateurs 19 sites de service 1 entreprise cablex SA Tél. 0848 222 539 www.cablex.ch Des réseaux

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

Housing : le principe

Housing : le principe Housing : le principe Découvrez le principe de fonctionnement d un datacentre Housing Généralités Installation / Mise en place p 02 p 03 Gestion d un datacentre Housing p 04 Octobre 2009 Généralités Qu

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités?

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Relations avec des Ingénieries pour mise en œuvre d une partie du plan de développement

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Hytera Mobilfunk GmbH Solutions de radio mobile professionnelles sur mesure

Hytera Mobilfunk GmbH Solutions de radio mobile professionnelles sur mesure Hytera Mobilfunk GmbH Solutions de radio mobile professionnelles sur mesure www.hytera.de Éprouvé dans le monde entier Les systèmes de téléphonie mobile d Hytera Mobilfunk GmbH offrent une flexibilité

Plus en détail

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence 1 Sommaire Les avantages d une participation WIR Les avantages d une participation WIR page 1 Succès avec WIR page 2 Budget WIR et placement des

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Tous les paramètres d environnement sont-ils sous contrôle?

Tous les paramètres d environnement sont-ils sous contrôle? Tous les paramètres d environnement sont-ils sous contrôle? Avec Compact Monitoring Technology (CMT), vous avez le contrôle de tout. CMT surveille tous les paramètres des conditions ambiantes touchant

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Bienvenue chez Schindler Belgique Des solutions de premier ordre en Europe

Bienvenue chez Schindler Belgique Des solutions de premier ordre en Europe Bienvenue chez Schindler Belgique Des solutions de premier ordre en Europe S.A. Schindler N.V. Schindler Belgique Votre partenaire local Nos produits et services Des solutions de premier ordre pour les

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007 DOSSIER DE PRESSE ADITU, un outil de la compétitivité économique et numérique des territoires Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007

Plus en détail

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices Aide-mémoire 19 Réseaux d entreprises formatrices Qu est-ce qu un réseau d entreprises formatrices? Un réseau d entreprise formatrices est un groupement d entreprises qui, seules, ne pourraient pas assurer

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

David von Ow. Directeur. ElectroLAN SA

David von Ow. Directeur. ElectroLAN SA CLIENTS INDUSTRIELS David von Ow Directeur ElectroLAN SA La concurrence globale nous place chaque jour devant de nouveaux défis. Seul celui qui sait se concentrer sur son métier de base réussit à faire

Plus en détail

Classe aquatique mobile

Classe aquatique mobile Classe aquatique mobile Ecole de natation itinérante «La piscine itinérante n est pas seulement une «solution» pour résoudre le problème de l éducation aquatique dans les régions dépourvues d infrastructures

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz Prenez part au changement Opérateur d électricité et de gaz Edito Après 60 ans de monopole, vous êtes désormais libre de choisir votre opérateur d énergie. Accrédité par le Ministère de l Economie, des

Plus en détail

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité Concours ERDF de l innovation 2015 «Réseaux Electriques Intelligents» Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

NOUS VOUS OUVRONS LES PORTES DU NET MONDIAL. SÉCURITÉ ET RAPIDITÉ - ADSL À GIGABIT ETHERNET.

NOUS VOUS OUVRONS LES PORTES DU NET MONDIAL. SÉCURITÉ ET RAPIDITÉ - ADSL À GIGABIT ETHERNET. SERVICES INTERNET EASY ONLINE NOUS VOUS OUVRONS LES PORTES DU NET MONDIAL. SÉCURITÉ ET RAPIDITÉ - ADSL À GIGABIT ETHERNET. Utiliser à son avantage les nouveaux médias pour optimiser ainsi la communication

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

GREENETHE Entreprend et Innove. 16 Octobre 2012

GREENETHE Entreprend et Innove. 16 Octobre 2012 GREENETHE Entreprend et Innove 16 Octobre 2012 Greenethe SAS au capital de 80 k, née durant l été 2011 Basée près de Grenoble, avec sa production au sud de Lyon Conçoit, fabrique et commercialise des solutions

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Un communiqué de presse de Fribourg, le 26 août 2010 "Open Days Rénover selon MINERGIE " Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Bon nombre de propriétaires se contentent

Plus en détail

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques Aquis Gestion de réseaux hydrauliques 80% de votre capital est investi dans le réseau de distribution Aquis vous donne un contrôle total 2 Un avenir plein de défis Sans informations en temps réel relatives

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

MOYENS DE TESTS & ÉQUIPEMENTS MÉCATRONIQUES. Partenaire de l ingénierie

MOYENS DE TESTS & ÉQUIPEMENTS MÉCATRONIQUES. Partenaire de l ingénierie MOYENS DE TESTS & ÉQUIPEMENTS MÉCATRONIQUES Partenaire de l ingénierie Une entreprise à taille humaine pour une prestation sur-mesure Vous êtes à la recherche de solutions pour tester vos produits ou simuler

Plus en détail

Forum THNS 2012 Shanghai

Forum THNS 2012 Shanghai Forum THNS 2012 Shanghai Études sur les éléments et l aménagement d un hub de transports intégré Yang Lixin, Troisième Institut d inspection et de design du Groupe des chemins de fer Co., Ltd, Université

Plus en détail

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente 1 Le monde Würth est grand. Permettez-nous de nous présenter. Würth AG est une entreprise commerciale du secteur

Plus en détail

Swisscom centre de calcul Wankdorf

Swisscom centre de calcul Wankdorf Swisscom SA Centre de calcul Wankdorf Stauffacherstrasse 59 3015 Berne www.swisscom.ch Swisscom centre de calcul Wankdorf L avenir sous le signe de la réussite Le centre de calcul de Swisscom au Wankdorf

Plus en détail

SPECIALISTE EN COMMUNICATION

SPECIALISTE EN COMMUNICATION Spécial: «Meilleures pratiques digitales» SPECIALISTE EN COMMUNICATION Formation professionnelle de Spécialiste en communication, préparant au Brevet fédéral de Planificateur/trice en communication. 1

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050.

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. La production d électricité, aujourd hui et demain. Des défis pour ewz. Sortie du nucléaire, objectifs en matière de climat, libéralisation

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail