ENQUÊTE SUR LES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE EN OPTIQUE/PHOTONIQUE AU QUÉBEC MAI 2001

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUÊTE SUR LES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE EN OPTIQUE/PHOTONIQUE AU QUÉBEC MAI 2001"

Transcription

1 ENQUÊTE SUR LES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE EN OPTIQUE/PHOTONIQUE AU QUÉBEC MAI 2001 Sondage réalisé en mars 2001 et intégrant des données mises à jour en mai 2001

2 Responsabilité et coordination de l étude Sylvie Gagnon, directrice générale - TECHNOCompétences Marie Daigneault, conseillère en intervention sectorielle Direction générale adjointe de l intervention sectorielle, Emploi-Québec Élaboration et réalisation Hervé Pilon, Chargé de projet Sondage : Écho Sondage Remerciements TECHNOCompétences et ses partenaires désirent souligner l implication constante de l industrie ainsi que toutes les entreprises qui ont accepté de participer à cette étude. Aussi les nombreux collaborateurs de l étude, les représentants des associations régionales, des maisons d enseignement et des gouvernements qui favorisent une concertation pour la mise en place d un secteur d activité économique pour le Québec reçoivent notre reconnaissance. TECHNOCompétences 550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100 Montréal (Québec) H3A 1B9 Téléphone : (514) Télécopieur : (514) TECHNOCompétences est financé par Emploi-Québec et ses partenaires L emploi du masculin a été privilégié uniquement à titre épicène. TECHNOCompétences ISBN Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2001 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Canada, 2001

3 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 1 Table des matières 1 CONTEXTE INDUSTRIE MAIN-D OEUVRE CONSIDÉRATIONS MÉTHODOLOGIQUES RÉSULTATS DE L ENQUÊTE ENTREPRISES EMPLOIS PRÉVISIONS D EMBAUCHE CONCLUSION...10 Liste des tableaux Tableau 1 : Répartition des entreprises par région... 4 Tableau 2 : Entreprises dédiées exclusivement à l optique/photonique... 5 Tableau 3 : Répartition des emplois par région (67 entreprises)... 6 Liste des figures Figure 1 : Répartition des entreprises par région... 4 Figure 2 : Années de création des entreprises... 5 Figure 3 : Répartition des emplois par région (67 entreprises)... 6 Figure 4 : Part des emplois en photonique par région... 7 Figure 5 : Importance relative de la principale firme par région... 7 Figure 6 : Évolution des prévisions d embauche... 8 Figure 7 : Prévisions d embauche ( ) par région, données de mars

4 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 1 1 CONTEXTE L industrie mondiale de l optique/photonique est en pleine effervescence et le Québec joue un rôle de premier plan dans ces marchés prometteurs. Par optique et photonique, on entend la science et la technologie de la génération, de la manipulation (modulation, amplification ou conversion), de la transmission et de la détection de la lumière. La photonique comprend: l optique, la micro-optique, l optique quantique, les lasers, l optoélectronique, l imagerie, le traitement optique de l information, les sciences des matériaux optiques ainsi que leurs applications. 1.1 INDUSTRIE Plusieurs secteurs industriels utilisent cette technologie de «base» qui voit des applications se développer notamment dans le secteur des télécommunications, de la santé, de l aérospatiale, de la sécurité personnelle, industrielle et militaire, du contrôle des procédés industriels, du divertissement, etc. Au Québec, près de 80% des activités industrielles en optique-photonique sont concentrées dans le secteur des télécommunications. Au plan mondial, ce secteur d activité est appelé à connaître une importance croissante. Marché mondial du secteur optique-photonique milliards $US Télécommunications 29% ou 61 MM $US milliards $US Télécommunications 51% ou 383 MM $US Source de l information : OIDA. Graphique préparé par le Groupe SECOR.

5 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page MAIN-D OEUVRE Au cours de la dernière année, TECHNOCompétences a réalisé deux études 1 afin bien cerner les besoins de main-d œuvre de l industrie de l optique/photonique et d identifier les réponses actuellement disponibles en terme de formation initiale et continue. Rappelons les principales conclusions de l étude Urgence main-d œuvre pour l'optique/photonique au Québec : «Les effectifs des entreprises interrogées ont connu au cours des dernières années une croissance fulgurante puisque, pour vingt-sept d entre elles, le taux de croissance a été de 100 % depuis 1998 et que plusieurs d entre elles sont passées en quelques mois du stade de «start-up» à celui de grande entreprise. Certains procédés de fabrication sont manuels et requièrent une main-d œuvre importante dès que l entreprise passe du prototypage à la production en série. Les entreprises ont actuellement à l emploi des diplômés universitaires de génie électrique, de génie physique et de physique principalement (mais on retrouve une grande variété de profils complémentaires) ainsi que des diplômés de DEC en technologie physique et en technologie électronique. En recherche et développement, les diplômés universitaires sont plus nombreux (on retrouve un grand nombre de doctorats et de maîtrises en plus des ingénieurs) qu en production où un certain nombre de personnes ne possèdent pas de diplôme d études supérieures. Les prévisions d embauche déclarées pour les deux prochaines années s élèvent à plus de personnes pour trente-trois entreprises répondantes. Projetées sur l ensemble des entreprises répertoriées, ces prévisions atteignent à personnes requises dans l industrie de l optique/photonique au Québec pour les deux prochaines années. Les prévisions d embauche déclarées se répartissent de manière à peu près égales dans la région de Montréal et dans celle de Québec. Les embauches prévues sont en moyenne à 40 % en lien avec la R&D et à 60 % en lien avec la production. ( ) Les entreprises interrogées rencontrent énormément de difficultés à recruter à cause du nombre insuffisant de diplômés et de la pénurie de personnel expérimenté dans le domaine de l optique/photonique. Cette pénurie a plusieurs conséquences, dont la première est une pression importante sur les salaires et les autres conditions de travail (au moins la moitié des répondants offrent des incitatifs financiers tels que des primes ou des options sur l achat d actions). Une autre conséquence est que deux tiers au moins des employeurs cherchent à recruter et recrutent à l extérieur du Québec et principalement à l extérieur du continent nord-américain.» 1 Ces deux études sont disponibles sur le site de TECHNOCompétences : Urgence main-d œuvre pour l'optique/photonique au Québec Offre de formation en optique/photonique au Québec.

6 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 3 Au tournant de l année 2001, l industrie nord américaine des télécommunications a été touchée par un important ralentissement qui s est traduit par d importantes mises à pied. Au Canada, Nortel Networks a subi les conséquences de cette situation et a entraîné avec elle un nombre important de fournisseurs d équipements. L impact sur la main-d œuvre s est fait sentir dans plusieurs secteurs d activités économiques, notamment dans le domaine des nouvelles technologies. Dans ce contexte, TECHNOCompétences a jugé essentiel de faire le point sur l évolution des besoins de main-d œuvre dans le secteur de la photonique. 2 CONSIDÉRATIONS MÉTHODOLOGIQUES Le sondage réalisé en mars et les données complémentaires recueillies depuis sont venues compléter et ont permis une importante mise à jour des données recueillies en octobre Les travaux réalisés depuis octobre 2000 ont aussi contribué à mieux connaître les entreprises et l industrie. De plus, TECHNOCompétences a profité du travail de mise à jour de la liste des entreprises réalisée par la Cité de l optique dans la région de Québec, de l information recueillie lors de la création du Réseau photonique de Montréal et de la collaboration des entreprises et organismes de la région de l Outaouais. Malgré tous les efforts concertés des partenaires de TECHNOCompétences, quelques ambiguïtés demeurent quant à la définition des contours de l industrie de l optique/photonique. Ces frontières, difficiles à tracer, concernent principalement les entreprises qui utilisent des composantes optiques ou de la fibre optique dans leur production ou dans leurs réseaux. De plus, plusieurs entreprises réalisent des activités reliées à l optique/photonique dans une ou des divisions de l entreprise. Ce phénomène est particulièrement important dans la région de Montréal. Ainsi, la main-d œuvre reliée à la l optique/photonique représente une portion plus ou moins grande de la maind œuvre totale de l entreprise. Le présent sondage contribue à dégager un portrait plus juste de l ensemble de cette situation qui évolue sans cesse. Les données reflètent de façon plus précise la réalité de la main-d œuvre du secteur et permet d ajouter des nuances aux données précédentes. Les données recueillies ne concernent que le domaine de la production et les laboratoires de recherche (ex. INO, CRDV). Plusieurs entreprises de services installent, utilisent et entretiennent des équipements optiques (fibres et composantes). Le personnel de ces entreprises n est pas visé par la présente étude.

7 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 4 3 RÉSULTATS DE L ENQUÊTE Les résultats de l enquête indiquent que les besoins de main-d œuvre sont croissants et les entrepreneurs insistent encore actuellement sur les difficultés d embauche pour le personnel spécialisé. Les besoins additionnels de main-d œuvre spécialisée dans ce secteur demeurent importants pour les prochaines années, et ce, malgré le ralentissement actuel dans l industrie. Cette main-d œuvre spécialisée sera requise principalement dans les régions métropolitaines de Montréal et de Québec. 3.1 ENTREPRISES Le Québec compte 67 entreprises oeuvrant dans le domaine de l optique/photonique. Le tableau 1 présente le portrait global qui se dégage à la suite du sondage et des travaux complémentaires réaliser afin de valider et de compléter des données touchant certaines entreprises 2. Tableau 1 : Répartition des entreprises par région Montréal Québec Autres Total Entreprises % 31 % 7 % 100 % Entreprises rejointes % 71 % 100 % 79 % Figure 1 : Répartition des entreprises par région Répartition des entreprises par région Montréal Québec Autres Nous avons réalisés des entrevues additionnelles avec certaines entreprises suite au sondage (entrevues téléphoniques et en face à face). Voir le site de TECHNOCompétences pour la liste à jour des entreprises :

8 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 5 Les autres régions sont l Outaouais et l Estrie avec chacune deux entreprises. La cinquième entreprise de cette catégorie est située à Rimouski. Les entreprises peuvent être regroupées en deux catégories : celles entièrement dédiées à l optique/photonique et celles pour lesquelles ce secteur d activité s est développé, souvent récemment. Tableau 2 : Entreprises dédiées exclusivement à l optique/photonique Montréal Québec Autres Total Entreprises % optique/photonique Pourcentage 37 % 62 % 60 % 46 % Les entreprises de cette industrie sont relativement jeunes. Voici les données concernant 48 des 67 entreprises. Plus de 60 % des entreprises ont moins de 10 ans d existence. Figure 2 : Années de création des entreprises 30% 25% 20% 15% 10% 5% Années de création des entreprises 29% 23% 21% 10% 17% 0% Avant Voir le site de TECHNOCompétences pour la liste à jour des entreprises : Certaines entreprises ne nous ont pas données une réponse à ce sujet. Nous avons complété à partir d autres informations disponibles qui permettent une bonne approximation de la situation.

9 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page EMPLOIS Comme indiqué au tableau 2, une majorité d entreprises exercent des activités dans d autres domaines que celui de la photonique. Nous avons donc questionné les entreprises sur la répartition de leur main-d œuvre et tenté de cerner avec un maximum de précision le nombre d employés ayant des activités reliées à la l optique/photonique (recherche et développement, production, vente et administration). Tableau 3 : Répartition des emplois par région (67 entreprises) Montréal Québec Autres Total Total des emplois % 21 % 4 % 100 % Emplois reliés à l optique/photonique % 30 % 7 % 100 % Figure 3 : Répartition des emplois par région (67 entreprises) Répartition des emplois par région Montréal Québec Autres Nombre total d'emplois Emplois en photonique

10 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 7 Figure 4 : Part des emplois en photonique par région Autres 7% Québec 30% Montréal 63% Les emplois en photonique se concentrent dans les très grandes entreprises. La figure ci-dessous indique l importance relative de la plus grande entreprise dans les emplois totaux de la région. Les entreprises concernées sont EXFO pour la région de Québec, Nortel Networks pour la région de Montréal et Alcatel, Fibres innovation pour les autres région. La situation serait comparable dans la région d Ottawa ou Nortel Networks et JDS représenteraient localement environ 75 % des emplois de l industrie. Figure 5 : Importance relative de la principale firme par région (part des emplois en photonique) 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 70% 59% 40% Québec Montréal Autres

11 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page PRÉVISIONS D EMBAUCHE La réalisation du sondage de mars 2001 devait permettre de préciser l impact du ralentissement économique sur les prévisions d embauche des entreprises. De fait, les prévisions globales d embauche ont sensiblement diminuées entre novembre 2000 et mars Figure 6 : Évolution des prévisions d embauche ENSEMBLE DU QUÉBEC Nombre d employés Avril Prévision d embauche Emploi total entreprises photoniques Emploi total en photonique Sondage novembre 2000 Sondage mars Graphique préparé par le Groupe SECOR Figure 7 : Prévisions d embauche ( ) par région Données de mars 2001 Québec 47% Autres régions 1% Montréal 52%

12 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 9 L analyse détaillée des données recueillies lors du sondage et l information issue des entrevues réalisées par la suite permettent de dégager les aspects suivants :! PRODUCTION : La forte demande de main-d œuvre semi-spécialisée nécessaire à la production s est estompée. Les entreprises les plus actives en production ont légèrement réduit leurs activités et leur personnel de production au cours des derniers mois. Cependant, il importe d insister sur le fait qu il y a actuellement plus de personnes qui travaillent en photonique qu il y en avait à pareille date l an dernier et ce malgré les quelques mises à pied récentes. En optique/photonique, le Québec a vécu de façon très limitée les effets des mises à pied annoncées par les grands de l industrie. # La demande de personnel spécialisé (ingénieurs et techniciens) demeure importante : plus de 150 personnes au cours de la prochaine année. # La région de Montréal a été plus touchée par ce ralentissement car elle compte plus d entreprises actives en production. # Les entreprises ont des projets en attente et suivent l évolution des marchés et les signes de reprise économique avant de procéder à de nouvelles embauches en production. # Les entreprises qui produisent pour les secteurs d activités autres que les télécommunications (instruments industriels, santé, aérospatiale et militaire) ne sont pas touchées par le ralentissement actuel du secteur des télécommunications. # Plusieurs entreprises travaillent activement à développer de nouveaux marchés, notamment en Asie et en Europe.! RECHERCHE : Le secteur de la recherche n a pas subi les effets du ralentissement actuel. Il n y a pas eu de mises à pied en recherche et développement et l embauche se poursuit même dans le contexte actuel. # Plus du tiers des entreprises québécoises ont trois ans et moins. La majorité des ressources de ces entreprises sont habituellement orientées vers la recherche ou la production de prototypes. # La demande de main-d œuvre très spécialisée (détenteurs de doctorats, ingénieurs et techniciens) est très forte. Plus de 300 personnes additionnelles seront requises en R & D dont 50 % d ingénieurs et une quarantaine de détenteurs de doctorats. # Les rares techniciens et ingénieurs mis à pied ont été réembauchés immédiatement par d autres entreprises.! VENTE : Le personnel en vente a pratiquement triplé depuis un an. Les entreprises annoncent encore des demandes pour du personnel additionnel. # Environ un quart des personnes impliquées en vente possèdent une formation en photonique.

13 Enquête sur les besoins de main-d œuvre en optique/photonique au Québec page 10 4 CONCLUSION Ces informations indiquent que l industrie de la photonique traverse plutôt bien le ralentissement actuel et déjà des signes encourageants se manifestent, comme par exemple un financement additionnel de 10 millions pour Alfalight et de 23 millions pour Teraxion. Le portrait actuel de l industrie doit toujours être considéré comme prometteur à moyen terme. Les activités de recherche jettent les bases de nouveaux produits ou à un meilleur positionnement dans le marché. Tout indique que l embauche de maind œuvre spécialisée en production se concrétisera au cours des deux prochaines années. Les prévisions des entreprises sur deux ans avoisinent encore les 2000 personnes additionnelles. Il s agit surtout d ingénieurs et de techniciens. Ces prévisions d embauche illustrent le ralentissement de l industrie qui prévoyait l embauche de plus de 4000 personnes l automne dernier. Ces personnes viendront s ajouter aux quelque 6000 oeuvrant présentement dans les entreprises ou centres de recherche voués à la recherche et en fabrication d équipements pour l optique/photonique.

L EMPLOI DANS L INDUSTRIE DU JEU ÉLECTRONIQUE AU QUÉBEC ÉVOLUTION RÉCENTE ET PERSPECTIVES

L EMPLOI DANS L INDUSTRIE DU JEU ÉLECTRONIQUE AU QUÉBEC ÉVOLUTION RÉCENTE ET PERSPECTIVES L EMPLOI DANS L INDUSTRIE DU JEU ÉLECTRONIQUE AU QUÉBEC ÉVOLUTION RÉCENTE ET PERSPECTIVES Avril 2007 ÉDITEUR TECHNOCompétences, le Comité sectoriel de main-d œuvre en technologies de l information et des

Plus en détail

RECENSEMENT DES BESOINS DE

RECENSEMENT DES BESOINS DE RECENSEMENT DES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE INDUSTRIES DU TRANSPORT AÉRIEN ET DE L ENTRETIEN D AÉRONEFS AU QUÉBEC 2010 2012 AVRIL 2010 Table des matières Introduction... 3 Méthodologie... 3 Résultats... 4

Plus en détail

Résultats Enquête de main-d œuvre 2009. Joanne Cocco Analyste Montréal International

Résultats Enquête de main-d œuvre 2009. Joanne Cocco Analyste Montréal International Résultats Enquête de main-d œuvre 2009 Joanne Cocco Analyste Montréal International Profil des répondants par secteur Profil des répondants par taille d entreprises 1. 61 % des entreprises en biotech sont

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

PORTRAIT DES PAIRS AIDANTS FORMÉS PAR LE PROGRAMME QUÉBÉCOIS PAIRS AIDANTS RÉSEAU Septembre 2012 (Résultats finaux)

PORTRAIT DES PAIRS AIDANTS FORMÉS PAR LE PROGRAMME QUÉBÉCOIS PAIRS AIDANTS RÉSEAU Septembre 2012 (Résultats finaux) PORTRAIT DES PAIRS AIDANTS FORMÉS PAR LE PROGRAMME QUÉBÉCOIS PAIRS AIDANTS RÉSEAU Septembre 2012 (Résultats finaux) Sondage réalisé par le Programme québécois Pairs Aidants Réseau Nathalie Lagueux, travailleuse

Plus en détail

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Rapport présenté à Industrie Canada Avril 2001 Compas Inc. Multi-Audience Research Ottawa et

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique. Synthèse

C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique. Synthèse C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique Synthèse En forte baisse jusqu au milieu des années 1990, le nombre d ouvriers non qualifiés de l électricité et de l électronique s est

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie Document sur les conditions de travail applicables aux ressources humaines alternatives 29 mars 2006 Direction générale du personnel réseau et ministériel PANDÉMIE RESSOURCES HUMAINES ALTERNATIVES Conditions

Plus en détail

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Informations presse - 22 mai 2014 CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Signature le 22 mai à Paris pour le prolongement en 2014 de la campagne de mobilisation

Plus en détail

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES 9 octobre 2014 ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES Présentation des résultats Préambule Depuis 2010, le pôle de compétitivité Systematic-Paris-Region commandite chaque année une enquête téléphonique

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Dixième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 27 juin 2013 Plan de la présentation

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 :

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 : LE TRÉSORIER D ENTREPRISE EN 2011 2 AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du

Plus en détail

www.conseils.org Des marchés du travail en bonne santé pour garantir le succès économique

www.conseils.org Des marchés du travail en bonne santé pour garantir le succès économique Des marchés du travail en bonne santé pour garantir le succès économique Forum des politiques publiques, Ottawa Le 10 mars 2011 Persistance des pénuries de main-d œuvre qualifiée malgré le ralentissement

Plus en détail

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Imagine Canada Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2012 Question 1 Compte tenu du climat d'austérité budgétaire actuel

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay - 1 - Association COMPRENDRE 15 E Avenue Saint Jean de Beauregard 91400 Orsay Tél. : 06 88 18 09 05 courriel: michel.mosse@wanadoo.fr Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay " Les Sociétés

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Profil du camionnage desservant le Port de Montréal

Profil du camionnage desservant le Port de Montréal Profil du camionnage desservant le Port de Montréal Profil de la main-d œuvre et étude sur les communications RÉSUMÉ La Table sur les compétences de la Porte d'entrée de l'asie-pacifique reçoit le soutien

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

Le financement fédéral de la recherche fondamentale

Le financement fédéral de la recherche fondamentale OCTOBRE 2013 VOL 13 NO 1 Introduction et principales constatations Tendences générales : Financement des conseils subventionnaires Financement de la recherche libre Ciblage du financement de la recherche

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19 Introduction L État québécois s est doté, depuis la «Révolution tranquille», d une multitude d outils pour appuyer le développement de la société québécoise. Il est si bien outillé pour se développer qu

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Campagne «Se faire tester. Pourquoi pas?» Évaluation Rapport semestriel (Période du 21 mars 2011 au 20 septembre 2011)

Campagne «Se faire tester. Pourquoi pas?» Évaluation Rapport semestriel (Période du 21 mars 2011 au 20 septembre 2011) Campagne «Se faire tester. Pourquoi pas?» Évaluation Rapport semestriel (Période du 21 mars 2011 au 20 septembre 2011) Unité de santé-sexualité et de réduction des risques Santé publique Ottawa Ville d

Plus en détail

Association : être ou devenir employeur? Telle est la question! Relations salariés bénévoles : de quoi parle t-on?

Association : être ou devenir employeur? Telle est la question! Relations salariés bénévoles : de quoi parle t-on? Association : être ou devenir employeur? Telle est la question! Relations salariés bénévoles : de quoi parle t-on? Session de sensibilisation réalisée à la demande du CDOS de GIRONDE, dans le cadre du

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2016-01 Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi Enquête en ligne réalisée en mai 2015. L INSERTION

Plus en détail

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR Par Alan Davis Solutions de dotation en personnel pour le nouveau millénaire QU EST-CE QUE LE RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR? Le recrutement fondé sur le savoir donne lieu

Plus en détail

Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole

Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole Observatoire des Formations et de l Insertion Professionnelle Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion de la région des Territoires du Nord-Ouest. Rapport final Juillet 2009

Examen des pratiques de gestion de la région des Territoires du Nord-Ouest. Rapport final Juillet 2009 Examen des pratiques de gestion de la région des Territoires du Nord-Ouest Rapport final Juillet 2009 1 Objectifs de l examen L examen vise à évaluer si les contrôles et les pratiques de gestion de la

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ)

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ) Consultation du milieu des arts interdisciplinaires sur les besoins en création, diffusion, résidences, documentation et formation ainsi que sur la vision d un lieu identitaire destiné aux pratiques interdisciplinaires

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

Chiffre du mois. La population des ingénieurs diplômés : chiffres-clés. N 59 Octobre 2015. Introduction

Chiffre du mois. La population des ingénieurs diplômés : chiffres-clés. N 59 Octobre 2015. Introduction N 59 Octobre 2015 Chiffre du mois La population des ingénieurs diplômés : chiffres-clés Introduction La 26 e édition de l enquête nationale sur les ingénieurs publiée en juin dernier par Ingénieurs et

Plus en détail

Ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs et concepteurs en logiciel) (CNP 2147)

Ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs et concepteurs en logiciel) (CNP 2147) Ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs et concepteurs en logiciel) (CNP 2147) Description de la profession Les ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs et concepteurs en logiciel) sont regroupés

Plus en détail

Aménagement forestier

Aménagement forestier Le secteur de l aménagement forestier L industrie de l aménagement forestier recouvre une grande diversité d activités, notamment la récolte du bois, la voirie forestière, l exécution de travaux sylvicoles

Plus en détail

Bilan 2013-2014 et plan d action 2014-2015 à l égard des personnes handicapées. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2014-2015 1

Bilan 2013-2014 et plan d action 2014-2015 à l égard des personnes handicapées. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2014-2015 1 Bilan 2013-2014 et plan d action 2014-2015 à l égard des personnes handicapées de Loto-Québec Plan d action à l égard des personnes handicapées 2014-2015 1 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Introduction 3

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ ET LA PARTICIPATION AUX ÉTUDES SUPÉRIEURES. Rencontre thématique

L ACCESSIBILITÉ ET LA PARTICIPATION AUX ÉTUDES SUPÉRIEURES. Rencontre thématique L ACCESSIBILITÉ ET LA PARTICIPATION AUX ÉTUDES SUPÉRIEURES Rencontre thématique Fédération des cégeps Le 14 décembre 2012 MISE EN CONTEXTE Porte d entrée à l enseignement supérieur, le réseau collégial

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Les cadres ingénieurs du secteur privé

Les cadres ingénieurs du secteur privé Les cadres ingénieurs du secteur privé Colloque ingénieurs FO-Cadres Paris, le 17 juin 2014 Pierre LAMBLIN Directeur du Département Études & Recherche 1 Modifiez pied de page dans > Affichage > Masque

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC Jacques Roy, Ph.D. et Pierre Filiatrault, Ph.D. 1/8

Plus en détail

Yannick Bastien Alain Bélanger

Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait comparatif de la situation de l emploi chez les immigrants et les minorités visibles dans les RMR de Montréal, Ottawa-Gatineau, Toronto et Vancouver Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 Les Emplois d'avenir en Languedoc-Roussillon en quelques chiffres

Plus en détail

Les créateurs d entreprise & la création d emplois

Les créateurs d entreprise & la création d emplois Les créateurs d entreprise & la création d emplois Un sondage exclusif mené par OpinionWay pour Sondage réalisé à l occasion du 18 ème Salon des Entrepreneurs de Paris - 2 & 3 février 2011 au Palais des

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

Machiniste (CNP 7231)

Machiniste (CNP 7231) Machiniste (CNP 7231) Description de la profession Les machinistes sont regroupés sous le code 7231 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond au niveau de compétence

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION En raison notamment des prochains départs massifs à la retraite et de la disponibilité restreinte d une main-d œuvre qualifiée, il devient essentiel pour les entreprises du secteur du caoutchouc

Plus en détail

Transformation alimentaire

Transformation alimentaire Le secteur de la transformation alimentaire Selon les données du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ), le secteur de la transformation alimentaire compte quelque 2 100

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION ET ADÉQUATION FORMATION-EMPLOI SECTEUR DES SCIENCES DE LA VIE

OFFRE DE FORMATION ET ADÉQUATION FORMATION-EMPLOI SECTEUR DES SCIENCES DE LA VIE OFFRE DE FORMATION ET ADÉQUATION FORMATION-EMPLOI SECTEUR DES SCIENCES DE LA VIE COORDINATION Marie-France Martin Économiste métropolitain, Emploi-Québec RÉDACTION Marie-France Martin Économiste métropolitain,

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

DiversitÉ et technologie

DiversitÉ et technologie DiversitÉ et technologie REMERCIEMENTS Malcolm Scoble, B. Sc., M. Sc., Ph. D., titulaire de la chaire en génie minier de l Université de la Colombie-Britannique et membre du Conseil canadien de l innovation

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ)

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) EMPLOI-QUÉBEC ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) RAPPORT ANALYTIQUE VOLUME 12 ENQUÊTE 2012 SUR LES DONNÉES DE 2011 Ce document a été préparé par la Direction de l analyse et de l information

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

Déroulement... 3 Caractéristiques, forces et faiblesses de l industrie... 4 Élaboration des enjeux... 5. Enjeux prioritaires... 8

Déroulement... 3 Caractéristiques, forces et faiblesses de l industrie... 4 Élaboration des enjeux... 5. Enjeux prioritaires... 8 COMITÉ SECTORIEL DE LA MAIN-D ŒUVRE DE L INDUSTRIE ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE RAPPORT DE LA CONSULTATION STRATÉGIQUE NOVEMBRE 2013 TABLE DES MATIÈRES Déroulement... 3 Caractéristiques, forces et faiblesses

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

hôtellerie avec ou sans restauration (3 124 salariés), cantines et traiteurs (1 489 salariés), cafés (768 salariés),

hôtellerie avec ou sans restauration (3 124 salariés), cantines et traiteurs (1 489 salariés), cafés (768 salariés), LES METIERS DE L L HOTELLERIE- RESTAURATION EN CHAMPAGNE-A RDENNE Le Conseil Régional et l Etat ont confié à l Observatoire Permanent de l Evolution des Qualifications (OPEQ) la réalisation d une étude

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233)

Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233) Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233) Description de la profession Les technologues et les techniciens en génie industriel et en génie de fabrication sont

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

Mémoire de L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LA PRODUCTION MÉDIATIQUE (AQPM)

Mémoire de L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LA PRODUCTION MÉDIATIQUE (AQPM) Mémoire de L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LA PRODUCTION MÉDIATIQUE (AQPM) Présenté au Ministre des Finances du gouvernement du Canada et au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Dans le

Plus en détail

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué.

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Points de vue Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Afin d accélérer leur croissance tout en continuant d opérer dans un contexte

Plus en détail

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés n 58 novembre 2010 ISSN 1967-6158 Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi Données 2008 emploi formation insertion Franche-Comté La loi du 10 juillet 1987 relative à l obligation

Plus en détail

L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC

L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC Note préalable : Ce rapport a été réalisé à partir du questionnaire élaboré par le Ministère de l Education Nationale. 1 1. La population

Plus en détail

L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary

L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary Les réfugiés ont de la difficulté à trouver des logements abordables. Ce problème est d autant plus sérieux qu ils ne savent pas comment ni où se procurer des renseignements sur le logement. Ils n ont

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

8Dy 75. Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires. Christian RAGUSICH Georges AKHRAS

8Dy 75. Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires. Christian RAGUSICH Georges AKHRAS Actes du 20 e colloque de l AQPC RÉUSSIR AU COLLÉGIAL 8Dy 75 Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires Christian RAGUSICH Georges AKHRAS Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires

Plus en détail

BUDGET PROVINCIAL 2016

BUDGET PROVINCIAL 2016 BUDGET PROVINCIAL 2016 MESURES IMPACTANT L INDUSTRIE DE LA FABRICATION DE MEUBLES Le gouvernement du Québec a déposé le 17 mars dernier son budget 2016-2017. La lecture du Plan économique du Québec a permis

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Administration et sécurité des réseaux de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

Ne pas copier ou reproduire sans permission.

Ne pas copier ou reproduire sans permission. APERÇU DU MARCHÉ QUÉBÉCOIS DU CAPITAL DE RISQUE AU DEUXIÈME TRIMESTRE 2008 L activité du marché du capital de risque (C-R) a baissé au Québec au deuxième trimestre de 2008. La somme totale de 68 millions

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Octobre 2015 n 57 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing Présentation de l étude : L université

Plus en détail

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA)

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Bruxelles, le 15 mars 2012. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Résultat net avant activités abandonnées d EUR 585 millions (*), après dépréciation des

Plus en détail

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Graham S. Lowe Résumé Le rapport de synthèse est accessible à partir du site http://www.rcrpp.org On peut aussi obtenir des

Plus en détail

Mémoire. Consultation sur le projet immobilier LES ATELIERS CASTELNAU

Mémoire. Consultation sur le projet immobilier LES ATELIERS CASTELNAU Mémoire Consultation sur le projet immobilier LES ATELIERS CASTELNAU Déposé par le Groupe de ressources techniques Bâtir son quartier à l Office de consultation publique de Montréal 12 MARS 2014 Groupe

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail