Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008"

Transcription

1 25/03/ Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008 La compensation volontaire implique le financement de réductions d émissions de dioxyde de carbone équivalentes aux émissions qu un individu ou une organisation a produites, malgré l absence d obligation légale à le faire. Les agences de l environnement britannique (Defra) et française (ADEME) ont récemment publié leurs Codes de bonnes pratiques de la compensation des émissions de CO2 afin de garantir la qualité des services de compensation proposés, de protéger les consommateurs et de promouvoir le rôle important de la compensation dans la lutte contre le réchauffement climatique. En Belgique, aucun code n a été proposé à ce jour. suggère dès lors ce projet de code belge afin de contribuer à informer les sociétés et consommateurs sur les meilleures pratiques dans le domaine. Au travers des critères établis dans leur code, les autorités britannique et française ont mis en avant les crédits générés par le mécanisme pour un développement propre des Nations-Unies, connu sous le nom d unités de réduction d émission certifiée (URCE, CER en anglais). Ceci permet à des sociétés ou particuliers dans les pays développés de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre en achetant des crédits issus de projets d énergies propres ou d autres projets de réduction et participe ainsi au soutien du développement durable dans les pays émergents ou en développement. Les crédits issus des projets de mise en œuvre conjointe, les unités de réduction d émission (URE, ERU en anglais) sont une alternative valable. Cette reconnaissance des crédits issus du Protocole de Kyoto augmente la pression sur les projets développés en dehors du cadre des Nations- Unies afin qu ils améliorent la transparence et le contrôle de critères essentiels tels que l additionnalité, la traçabilité et la permanence des réductions avant de vendre des réductions d émissions volontaires/vérifiées (VER pour Voluntary/Verified Emission Reductions) pense que les autorités belges devraient mettre en œuvre le plus rapidement possible un code de bonnes pratiques afin de protéger les consommateurs et sociétés notamment en les aidant à reconnaître les programmes de compensation de qualité. est convaincu que si la compensation est utilisée de façon professionnelle et responsable elle peut aider à informer et éduquer les individus et les entreprises sur le niveau de leurs émissions et ainsi contribuer significativement aux efforts de réduction. Depuis le jour où a démarré ses activités et est devenu précurseur du concept de la compensation en Belgique, la problématique des changements climatiques s est hissée à l avant-plan des préoccupations internationales et la compensation a été mise en évidence comme un élément modeste mais néanmoins important des mesures à prendre. Possédant la plus longue expérience dans le secteur, considère qu il est de sa responsabilité de partager ses connaissances et son expertise pour mettre en avant des propositions pouvant conduire à l élaboration d un code belge de bonnes pratiques. compte envoyer ce «Code de la compensation CO2» aux experts, hommes politiques et

2 25/03/ journalistes spécialisés afin d encourager une saine discussion et d ouvrir le débat sur le sujet. Un tel code promouvra également la compensation, encourageant ainsi les entreprises et individus à agir en mesurant, réduisant et internalisant le coût de leurs émissions. Cette reconnaissance des autorités pourra aussi soutenir la croissance de ce nouveau secteur d activités, encourageant de la sorte l entrepreneuriat environnemental, la création d emploi, la réduction des émissions et attirant des fonds et des opportunités de l étranger. Code de la compensation CO 2 propose les principes suivants : 1) Promouvoir les réductions des émissions de CO2 et informer les individus et entreprises quant à leur influence sur le climat. La compensation CO2 a un rôle important à jouer dans le cadre des solutions devant permettre la transition du monde des entreprises et du public belge en général vers une économie pauvre en carbone. La compensation CO2 aide à l action. C est un moyen innovant et interactif qui promeut la prise de conscience et la compréhension de ses émissions de CO2 et élève ainsi le degré de connaissance de la comptabilité carbone. La compensation encourage les individus et les entreprises à mettre un prix sur leurs émissions de gaz à effet de serre et contribue ainsi à l internalisation du coût réel des nuisances environnementales. De la sorte, la compensation encourage les individus et entreprises à réduire leurs émissions. La compensation fournit également des capitaux pour le développement de technologies propres dans les régions du monde où elles font le plus défaut, tels que les pays émergents et en développement. La compensation carbone a montré dans d autres pays qu elle agissait comme un élément déclencheur d une meilleure prise de conscience de l impact climatique de chacun. encourage les services de maîtrise des émissions de gaz à effet de serre. Nous pensons que tout code doit encourager les entreprises ou individus à mener un audit de leur empreinte carbone, à chercher des actions réduisant les émissions et à compenser la partie résiduelle lorsque c est possible. Il est important que la compensation ne soit pas utilisée comme alternative aux autres actions que les individus et entreprises peuvent entreprendre pour réduire leurs émissions mais qu elle soit utilisée de façon complémentaire pour compenser les émissions résiduelles. est favorable à l utilisation de la compensation de manière responsable c est à dire lorsqu elle encourage les réductions à la source. Lors de la prestation de services de compensation, un rôle éducatif doit être joué par le prestataire de services, notamment en informant les participants sur le risque climatique.

3 25/03/ ) Calculer les émissions avec précision et informer les clients quant à leur empreinte carbone. De nombreux débats existent quant à l emploi des facteurs d émissions et à l exactitude de certains calculs. encourage l utilisation de facteurs d émission reconnus tels que ceux présentés dans la méthode Bilan Carbone TM ou dans les Company Reporting Guidelines de Defra. A la fois les facteurs d émissions issus du Bilan Carbone TM et ceux des directives de Defra sont mis à jour annuellement et conformes avec la norme ISO et le GHG Protocol (Protocole Gaz à effet de serre) du World Resources Institute. 3) Garantir le caractère additionnel des projets de compensation utilisés L additionnalité est le critère qui garanti que les réductions d émissions sont bien réalisées par rapport à ce qui serait arrivé en l absence du projet, connu comme le scénario au fil de l eau («business as usual» ou statu quo). Ce critère d additionnalité garantit que les réductions d émission sont bien le résultat du support apporté au projet. Evaluer le caractère additionnel est l élément le plus critique d un projet de réduction d émissions. Les personnes qui investissent dans un projet de réduction d émission veulent légitimement que leur argent ait servi à faire la différence et n ait pas simplement contribué à augmenter la rentabilité d un projet qui aurait de toute façon été réalisé. Différents outils, tels que les analyses d investissement ou des barrières à l entrée, sont disponibles pour vérifier le rôle d une contribution à un projet. A ce jour, l outil le plus développé sont les lignes directrices développées dans le cadre du mécanisme pour un développement propre (MDP) du Protocole de Kyoto. encourage l utilisation de ces outils crédibles pour déterminer le caractère additionnel d un projet de compensation. est actuellement le seul fournisseur de compensation belge à proposer des projets qui sont certifiés par le Secrétariat de la Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques. Un projet qui est encore en cours de validation ou qui a échoué le test de l additionnalité soit lors des phases de validation soit lors de l enregistrement par les Nations-Unies (Conseil exécutif du MDP) ne devrait pas pouvoir être proposé à des clients. En refusant ces pratiques nous espérons protéger les consommateurs de crédits de compensation des conséquences d un refus de validation. Dès lors nous proposons, à l instar du Code britannique que les projets ne soient proposés

4 25/03/ sur le marché qu après leur enregistrement comme projet MDP. Face à la non application (pour le moment) de la mise en œuvre conjointe sur le territoire belge, les projets de compensation développés en Belgique ne peuvent être utilisés en raison d un problème de double-comptage et de non additionnalité. Si ces problèmes pouvaient être surmontés par un des nouveaux standards ou si un système de mise en œuvre conjointe local était établi cela permettrait de réaliser des projets domestiques. 4) Encourager le développement et la définition de nouvelles normes Le secteur de la compensation CO2 volontaire est actuellement non réglementé. Par conséquent il est difficile pour les clients de comparer la qualité et les risques des programmes de compensation proposés en Belgique. Le résultat est qu il est aujourd hui aisé pour des fournisseurs de compensation de faire des déclarations non justifiées, par exemple en vendant des crédits issus de projets qui ne contribuent pas réellement à des réductions d émission ou en vendant comme étant des crédits certifiés par les Nations-Unies des projets qui sont en réalité seulement dans le processus de certification et font face aux risques d échec lors du test d additionnalité au niveau des Nations-Unies (CCNUCC). Nous sommes heureux de voir l arrivée de nouveaux acteurs en Belgique dans un secteur où nous avons été les précurseurs. Ceci aidera à développer le marché et assurera des actions à plus grande échelle dans la lutte contre le réchauffement. Cependant nous voulons nous assurer que les individus et entreprises gardent la confiance dans le système et reçoivent les garanties nécessaires quant au fait que leurs contributions soient utilisées à bon escient. Nous voulons aussi que les participants soient capables de faire la différence entre les programmes de compensation de qualité supérieure et ceux de qualité inférieure, parfois moins chers mais offrant moins de garanties voire aucune garantie de résultat. Nous croyons fermement que les prestataires de services de compensation en Belgique devraient être encouragés à être clairs sur le statut des projets qu ils proposent. En particulier si un projet n est pas encore certifié par les Nations-unies (UNFCCC) il ne devrait pas être mis en évidence comme étant certifié dans certaines communications comme l ont fait certains opérateurs de par le passé. Le code britannique insiste que «le matériel promotionnel doit refléter précisément la nature des crédits de compensation vendu». Nous pensons qu il s agit d une requête importante. Au travers de leurs codes de bonnes pratiques, les autorités britannique et française ont montré une préférence pour les crédits issus des projets qui sont certifiés par le Secrétariat de la CCNUCC dans le cadre du mécanisme pour un développement propre (URCE / CER). En tant que seule entité en Belgique à proposer des projets qui sont actuellement certifiés par le Secrétariat de la CCNUCC nous ne pouvons qu adhérer à une telle proposition. Néanmoins les crédits volontaires vérifiés (VER) ne devraient pas être totalement exclus puisque les règles en la matière sont en train

5 25/03/ de s améliorer. Une porte devrait rester ouverte pour la reconnaissance de ces nouveaux «standards». Ceci est particulièrement important car ces projets volontaires sont souvent de petite taille et peuvent fournir des bénéfices socioéconomiques élevés aux pays en développement. Les autorités britanniques et françaises n ont d ailleurs pas complètement exclus ces projets. Si un «standard VER» permet de garantir les critères d additionnalité, gérer le risque de fuites, éviter les doubles-comptages, assurer la permanence des réductions, organiser la vérification indépendante, être transparent et fournir une certification professionnelle (avec registre et certification ex-post) alors les projets volontaires validés selon ce standard devraient pouvoir être considérés. 5) Promouvoir la transparence Quand les gens achètent des crédits de compensation ils achètent une garantie de réduction d émissions de CO2. Leur fournir une garantie du service de façon transparente est essentielle. Nous suggérons que le code encourage les acteurs du domaine à être aussi transparent que possible. Néanmoins cette transparence ne doit pas se faire au détriment du travail analytique, du rôle dans la sélection des projets, de la propriété intellectuelle et de la valeur ajoutée des fournisseurs de services. 6) Promouvoir le développement durable Les indicateurs du développement durable sont généralement classés dans trois catégories : le domaine économique, environnemental et social. Grâce aux transferts de technologies propres et efficaces, à la création d emploi et à la réduction ou à l évitement d émissions de gaz à effet de serre, les projets de compensation remplissent les deux premières dimensions du développement durable. Cependant ces bénéfices peuvent toujours être renforcés et la dimension sociale est souvent peu prise en considération. La méthodologie de certification des projets de mécanisme pour un développement propre (MDP) intègre le critère de développement durable parmi les conditions à remplir pour obtenir l approbation du projet. Ayant choisi de proposer exclusivement des projets CDM certifiés, adhère à ce critère de développement durable. Nous encourageons les autres acteurs à utiliser le cadre du MDP jusqu à ce que d autres standards soient suffisamment développés. Par conséquent nous demandons aux autres acteurs d adhérer à ce critère du développement durable. Cependant il est possible de faire mieux encore que ces exigences minimales et

6 25/03/ nous encourageons les prestataires de services de compensation à le faire. La promotion de projets avec des bénéfices socio-économiques élevés est recommandée. Les projets d énergies renouvelables à partir de déchets de l agriculture sont un exemple de tels projets puisque la valorisation des déchets fournit une source de revenus complémentaires pour les fermiers locaux et la population rurale. Des éoliennes ou des stations de traitement des eaux usées fournissent moins de bénéfices socio-économiques mais sont néanmoins de bons exemples. Des projets hydroélectriques de grande envergure, des centrales supercritiques au charbon, des projets d énergie nucléaire ou de destruction de gaz fluorés ne sont pas à considérer. 7) Assurer la traçabilité et l annulation des crédits vendus Dans le but d éviter des doubles-comptages, les crédits de compensation doivent être traçables et annulables et ce pour garantir qu ils ne puissent servir plusieurs fois ou être revendus. Nous encourageons les acteurs du secteur à utiliser des crédits qui peuvent être tracés et annulés dans un registre reconnu administré par une tierce partie indépendante. Actuellement, seul le registre MDP (Nations-Unies) rempli ces critères, ce qui est la raison principale pour laquelle propose uniquement des crédits issus de projets MDP certifiés. Lorsque de nouveaux standards seront introduits, testés et vérifiés ils pourront peut-être fournir une assurance suffisante sur ces questions. Des fournisseurs de crédits de compensation peuvent choisir de développer et opérer leur propre registre ou autoriser une tierce partie à acheter et annuler des crédits en leur nom. Une tierce partie indépendante peut être utilisée pour garantir qu un nombre de crédits correspondants aux volumes de compensation vendus aient bien été conservés et éventuellement annulés dans un registre par ou pour le fournisseur de services de compensation. 8) Communiquer clairement sur le périmètre de la «neutralité CO2» du client La communication est essentielle pour informer, éduquer et partager des expériences. Communiquer au sujet de la neutralité CO2 devrait respecter certaines règles afin que le message ne soit ni erroné ni trompeur. Dans notre communication nous nous engageons à communiquer clairement le périmètre de la neutralité CO2 de nos clients et encourageons les autres à faire de même. Si un client compense pour les émissions de CO2 engendrées par ses bureaux, il faut préciser que sa neutralité CO2 ne concerne que les bureaux et pas le

7 25/03/ reste. Ceci afin d assurer la crédibilité d une démarche de neutralité CO2. Références ADEME, Charte de la compensation volontaire des émissions de gaz à effet de serre Defra, Code of Best Practice for Carbon Offset Providers tm UNFCCC, Tool for the demonstration and assessment of additionality _tool.pdf

La Chine et le marché international des crédits carbone

La Chine et le marché international des crédits carbone La Chine et le marché international des crédits carbone Xuan Wang Économie Avril 2010 Le China Institute est un groupe de réflexion français qui se consacre aux questions de civilisation, d économie, de

Plus en détail

Informations fournies par CLIMACT au titre de l Annexe 1 de la Charte dela compensation volontaire de CO2 d IEW

Informations fournies par CLIMACT au titre de l Annexe 1 de la Charte dela compensation volontaire de CO2 d IEW Informations fournies par CLIMACT au titre de l Annexe 1 de la Charte dela compensation volontaire de CO2 d IEW Nom de l opérateur : CLIMACT Statut (association, entreprise, ) : entreprise Description

Plus en détail

Les changements climatiques : les outils

Les changements climatiques : les outils Les changements climatiques : les outils Structure de l exposl exposé Les réponses au niveau international : Protocole de Kyoto Politique européenne Les réponses en Belgique Mise en œuvre en Région Wallonne:

Plus en détail

La Via Campesina invite tous les mouvements sociaux à se mobiliser à travers le monde

La Via Campesina invite tous les mouvements sociaux à se mobiliser à travers le monde Mille Cancuns pour une justice climatique! La Via Campesina invite tous les mouvements sociaux à se mobiliser à travers le monde Les mouvements sociaux du monde entier se mobilisent en vue de la 16 ème

Plus en détail

Le pilotage et les outils du développement durable

Le pilotage et les outils du développement durable Le pilotage et les outils du développement durable ANCI Création mars 2010 PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements Présentation du Groupe PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements 4 engagements prioritaires

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

Les normes de la durabilité

Les normes de la durabilité & Les normes de la durabilité Intervenants : Et la participation de : Sommaire Les enjeux/marchés Définitions Les référentiels La mise en place Les exigences réglementaires Les aides La position de l ICC

Plus en détail

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises PLAN DE COURS FORMATION SUR LE MARCHÉ DU CARBONE POSSIBILITES DE CRÉATION DE CRÉDITS DE GAZ À EFFET DE SERRE Mise en contexte Depuis quelques années, les activités de réduction de gaz à effet de serre

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

Accent: ATTENUATION concepts clés et la recherche de qualité des projets carbones. Louis Perroy, EcoSecurities Kigali, 18 January 2011

Accent: ATTENUATION concepts clés et la recherche de qualité des projets carbones. Louis Perroy, EcoSecurities Kigali, 18 January 2011 Accent: ATTENUATION concepts clés et la recherche de qualité des projets carbones Louis Perroy, EcoSecurities Kigali, 18 January 2011 Contenu Standards des crédits carbones Types de projets éligibles pour

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Dexia devient la première banque à engager une politique de neutralité carbone grâce à l acquisition d un parc éolien

Dexia devient la première banque à engager une politique de neutralité carbone grâce à l acquisition d un parc éolien C O M M U N I Q U E D E P R E S S E Dexia devient la première banque à engager une politique de neutralité carbone grâce à l acquisition d un parc éolien Le plan stratégique de développement durable de

Plus en détail

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Rapport de certification indépendant Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Nous avons planifié et effectué notre mission de certification

Plus en détail

Nuru Light Cameroon. Investissez dans l éclairage propre! Vous gagnez. Le bénéficiaire final aussi.

Nuru Light Cameroon. Investissez dans l éclairage propre! Vous gagnez. Le bénéficiaire final aussi. Nuru Light Cameroon Investissez dans l éclairage propre! Vous gagnez. Le bénéficiaire final aussi. Hervé AZEMTSA S2 Services Sarl +237 79 52 55 03 h.azemtsa@s2-gmbh.com LE SYSTEME UN PRODUIT + UN SERVICE

Plus en détail

Engagement par approche.

Engagement par approche. Engagement par approche. Notre Approche... SYSTEMIQ PROCESSING adopte "l approche systémique" comme levier de l excellence durable des organisations. Au-delà du formalisme et de la conformité aux standards

Plus en détail

Le 30 mai dernier, le Marché climatique de

Le 30 mai dernier, le Marché climatique de Le marché du carbone : état de la situation en Amérique du Nord Jean Nolet Président, ÉcoRessources consultants Frédéric Gagnon-Lebrun Directeur Changements climatiques, ÉcoRessources consultants Le 30

Plus en détail

1. Données générales

1. Données générales 1. Données générales 1a. Donnez le nom de la société de gestion en charge du ou des fonds auxquels s applique ce Code. BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) 1b. Décrivez de façon générale la philosophie

Plus en détail

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie M. Simone Targetti Ferri PHD University of Basilicata Consultant FAO Maroc Prof. Severino Romano School of Agricultural,

Plus en détail

Commission Développement Durable

Commission Développement Durable Commission Développement Durable Obligation d audit énergétique 1 Origine : Transposition de la directive 2012/27 Article 8 : obligation d audits énergétiques ou de systèmes de management de l énergie

Plus en détail

Les mécanismes de projet

Les mécanismes de projet Les mécanismes de projet Changement climatique du protocole de Kyoto Franck Jésus Conseiller Environment du Directeur des Relations Internationales DGTPE MINEFI 04 juillet 2005 Le protocole de Kyoto: limiter

Plus en détail

Séminaire Empreinte Carbone et étiquetage des produits Jones Day ERM AFJE 17 May 2011 ERM présentation -Robert Vergnes

Séminaire Empreinte Carbone et étiquetage des produits Jones Day ERM AFJE 17 May 2011 ERM présentation -Robert Vergnes Séminaire Empreinte Carbone et étiquetage des produits Jones Day ERM AFJE 17 May 2011 ERM présentation -Robert Vergnes 1 Robert Vergnes Energie & Changement Climatique Practice Leader, Energies & Changement

Plus en détail

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001 management de l énergie L ISO en bref * En juin 2011 L ISO, Organisation internationale de normalisation, est composée de 160* membres qui sont les

Plus en détail

Allocation de Quotas pour les entreprises wallonnes et relance du HF6

Allocation de Quotas pour les entreprises wallonnes et relance du HF6 Bruxelles, le 2 juin 2008. NOTE D INFORMATION AUX MEMBRES DU BUREAU DE L IW CEP/08/NB.I.04 TB/SI/DDe/CS Allocation de Quotas pour les entreprises wallonnes et relance du HF6 1. Contexte Pour rappel, le

Plus en détail

La COOP carbone. (en formation) Une initiative de l AQME

La COOP carbone. (en formation) Une initiative de l AQME La COOP carbone (en formation) Une initiative de l AQME 1 Introduction Le nouveau cadre règlementaire va favoriser les projets de réduction de GES au Québec; Malgré l absence d un cadre structuré, le marché

Plus en détail

DÉCLARATION DE PARIS DES LEADERS PROGRESSISTES POUR LA COP21 21 PROPOSITION PROGRESSISTES POUR LA COP21

DÉCLARATION DE PARIS DES LEADERS PROGRESSISTES POUR LA COP21 21 PROPOSITION PROGRESSISTES POUR LA COP21 DÉCLARATION DE PARIS DES LEADERS PROGRESSISTES POUR LA COP21 21 PROPOSITION PROGRESSISTES POUR LA COP21 Approuvée par la Présidence du PSE le 9 octobre Pour adoption par les Leaders du PSE le 21 octobre

Plus en détail

Commentaire de l article unique

Commentaire de l article unique Avant-projet de loi portant exécution du règlement (CE) N 443/2009 du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009 établissant des normes de performance en matière d émissions pour les voitures particulières

Plus en détail

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

Takt-etik Bilan annuel

Takt-etik Bilan annuel 1 Takt-etik Bilan annuel Nov 2009 - Oct 2010 Généré le juin 9, 2011 par Takt Etik 2 Détails sur le rapport Approche de consolidation Contrôle opérationnel Évaluateur, assurance de la qualité Matthieu Beauchemin

Plus en détail

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Les cadres émergents de mesure, de rapport et de vérification du carbone forestier

Plus en détail

Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl

Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl LES OBJECTIFS D ELTYS La dimension d éthique sociétale, économique et écologique est intégrée dans la coopérative d investissement ELTYS.

Plus en détail

PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES COMMUNICATION SUR LE PROGRES

PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES COMMUNICATION SUR LE PROGRES +33 (0)1 74 64 06 07 PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES COMMUNICATION SUR LE PROGRES Période 1/1/2014-31/10/2015 1 COP 2014 +33 (0)1 74 64 06 07 TABLE DES MATIERES 1 INTRODUCTION 3 1.1 Présentation 3 1.2

Plus en détail

Association Québécoise de Vérification Environnementale

Association Québécoise de Vérification Environnementale Le Marché Climatique de Montréal (MCeX) La Bourse du Carbone AQVE Association Québécoise de Vérification Environnementale Le 22 novembre 2007 Pé t ti d Lé Bitt Présentation de Léon Bitton Vice-président,

Plus en détail

Sommet de Paris sur le changement climatique: Les communes et régions comme catalyseurs de succès. Septembre 2015

Sommet de Paris sur le changement climatique: Les communes et régions comme catalyseurs de succès. Septembre 2015 Sommet de Paris sur le changement climatique: Les communes et régions comme catalyseurs de succès Septembre 2015 Conseil des Communes et Régions d'europe. Inscrit au registre des représentants d'intérêt

Plus en détail

Bilan 2011 d'émission de gaz à effet de serre de BNP Paribas SA en France et plan d'action de réduction associé

Bilan 2011 d'émission de gaz à effet de serre de BNP Paribas SA en France et plan d'action de réduction associé Bilan 2011 d'émission de gaz à effet de serre de BNP Paribas SA en France et plan d'action de réduction associé Conformément à l'article 75 de la loi du 12 juillet 2010 portant "engagement national pour

Plus en détail

GUIDE SIMPLIFIE DE DÉVELOPPEMENT DE PROJET MDP DANS LE SECTEUR AFOLU

GUIDE SIMPLIFIE DE DÉVELOPPEMENT DE PROJET MDP DANS LE SECTEUR AFOLU Projet financé par l Union Européenne Alliance Mondiale contre le Changement Climatique (AMCC / GCCA) GUIDE SIMPLIFIE DE DÉVELOPPEMENT DE PROJET MDP DANS LE SECTEUR AFOLU AOÛT 2013 Dr Maguette KAIRE, Expert

Plus en détail

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche 1 1 1 Contexte et enjeux Un engagement territorial pour le climat Objectifs du plan climat d ici 2020 : les 3x20-20% des émissions de gaz à effet

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

Rapport Développement Durable 2012 En Bref

Rapport Développement Durable 2012 En Bref Rapport Développement Durable 2012 En Bref En septembre 2012, CWT est devenu signataire du Pacte Mondial des Nations Unies et s est engagé par la même à soutenir et appliquer les Dix Principes relatifs

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com GUIDE ISO 26000 1 ECOCERT, organisme de contrôle et de certification au service du développement durable, opère à travers un réseau international dans plus de 90 pays. Certification des produits biologique

Plus en détail

Introduction au droit international sur les changements climatiques

Introduction au droit international sur les changements climatiques Introduction au droit international sur les changements climatiques Montréal, juin 2009 Dr. Nicola Notaro, Chef d éd équipe, Négociations N Internationales Climat Commission européenne, enne, DG Environnement

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre SOGECAP

Bilan d émissions de gaz à effet de serre SOGECAP Bilan d émissions de gaz à effet de serre SOGECAP A Description de la personne morale concernée : Raison sociale : SOGECAP Sigle : Code NAF/APE : 6511Z Code SIREN : 086380730 Code SIRET : 08638073000084

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

ISO, normes de management et ISO 50001

ISO, normes de management et ISO 50001 ISO, normes de management et ISO 50001 Nicolas Fleury Directeur, Marketing, Communication et Information twitter.com/nicolasfleury linkedin.com/in/nfleury Rencontres de l'ocen Genève, 29 novembre 2013

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Crédit du Nord

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Crédit du Nord A Description de la personne morale concernée : Raison sociale : Crédit du Nord Sigle : Bilan d émissions de gaz à effet de serre Crédit du Nord Code NAF/APE : 6419Z Code SIREN : 456 504 851 Code SIRET

Plus en détail

Charte des Achats Responsables

Charte des Achats Responsables Charte des Achats Responsables Norske Skog Golbey Avant-propos Depuis plus de 10 ans, Ouverture, Honnêteté et Coopération sont les trois valeurs fondamentales qui guident nos comportements et nos décisions

Plus en détail

ADHESION AU PACTE MONDIAL

ADHESION AU PACTE MONDIAL mars 2015 ADHESION AU PACTE MONDIAL COMMUNICATION SUR LE PROGRES 2014/2015 Le Groupe Burlat Création en 1985 45 collaborateurs Gestion de l information : Dématérialisation et mise en page de tous support.

Plus en détail

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO)

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) MECANISMES DE DEVELOPPEMENT PROPRE (MDP) ETAT ACTUEL TUTELLE INTERNATIONALE

Plus en détail

Bilan d émissions de GES Banque Courtois 21/11/12 1

Bilan d émissions de GES Banque Courtois 21/11/12 1 Bilan d émissions de GES Banque Courtois 21/11/12 1 Bilan d émissions de gaz à effet de serre Banque Courtois A Description de la personne morale concernée : Raison sociale : BANQUE COURTOIS Sigle : BANQUE

Plus en détail

LES SYSTEMES DE QUOTAS AU SERVICE DE LA REDUCTION

LES SYSTEMES DE QUOTAS AU SERVICE DE LA REDUCTION LES SYSTEMES DE QUOTAS AU SERVICE DE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RESUME POUR DECIDEURS Au delà de l enjeu climatique, la réduction des émissions de carbone peut être un levier puissant

Plus en détail

COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ.

COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ. COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ. LE CO 2 AU CŒUR DE L ENVIRONNEMENT EDF est très impliqué dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. EDF s engage à une communication

Plus en détail

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Document soumis au gouvernement du Québec à propos de son projet de règlement

Plus en détail

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger 2 ENV 1110 CHANGEMENTS CLIMATIQUES SOMMAIRE 1. Le Plan vert de 1990........................................

Plus en détail

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 Un certain nombre de contradictions importantes dans la politique menée actuellement influencent significativement les marchés de l électricité et du gaz.

Plus en détail

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 COLLECTIVITÉS Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 *Avançons en confiance Move Forward with Confidence* Faire de la maîtrise

Plus en détail

Label CO2 Climate Services DIRECTIVES. Règles et critères. Version 1.0

Label CO2 Climate Services DIRECTIVES. Règles et critères. Version 1.0 Label CO2 Climate Services DIRECTIVES Règles et critères Version 1.0 Juillet 2013 Impressum Auteurs Version Date Werner Halter, Climate Services 1.0 Juillet 2013 Table des matières 1. Règles de certification...

Plus en détail

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Schneider Electric Energy France Publication Décembre 2012 Emissions de l année fiscale 2011

Plus en détail

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Rappel des enjeux du changement climatique, résultats du Bilan Carbone et pistes d action de réduction Quels enjeux en termes de climat et d énergie? Un

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 INDUSTRIE TERTIAIRE Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 *Avançons en confiance Move Forward with Confidence* Faire de la maîtrise

Plus en détail

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir.

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. ISO 14001 de BSI. Nos chiffres vont de paire avec la croissance durable. Nos connaissances, notre expertise

Plus en détail

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Gestion durable des forêts et programme d investissement dans l initiative REDD+

Plus en détail

L électricité verte, un produit comme les autres?

L électricité verte, un produit comme les autres? La traçabilité de l électricité verte : enjeux et opportunités du dispositif de certificats verts Jérôme Simon Dirigeant Fondateur Watt Value, France Conférence EFE «Energie solaire photovoltaïque» 24

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

Le développement durable 2010

Le développement durable 2010 Le développement durable 2010 Fédération internationale de laiterie (FIL-IDF Canada) mars 2010 Danone Inc. Canada Danone Plan Danone Danone au Canada Le développement durable Danone et le double-projet

Plus en détail

Bilan Carbone. Réalisation d un Bilan Carbone : Les principales étapes

Bilan Carbone. Réalisation d un Bilan Carbone : Les principales étapes Bilan Carbone Réalisation d un Bilan Carbone : Les principales étapes Démarche Bilan Carbone ENTREPRISES Démarche «autonome» COLLECTIVITES «patrimoine & services» : démarche «autonome» «territoire» : démarche

Plus en détail

ADP France. Pacte Mondial Communication on Progress 2010. Adresse : 31 rue Jules Quentin 92000 Nanterre Date d adhésion : Février 2010

ADP France. Pacte Mondial Communication on Progress 2010. Adresse : 31 rue Jules Quentin 92000 Nanterre Date d adhésion : Février 2010 Pacte Mondial Communication on Progress 2010 Entreprise : ADP France Date : Janvier 2011 Adresse : 31 rue Jules Quentin 92000 Nanterre Date d adhésion : Février 2010 Pays : France Nombre de collaborateurs

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX 1. OBJET DE LA POLITIQUE Les sociétés canadiennes exercent avec succès leurs activités dans presque tous les secteurs de l industrie et sont

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Le marché du carbone État de le situation et Projets concrets

Le marché du carbone État de le situation et Projets concrets Le marché du carbone État de le situation et Projets concrets Guy Drouin ing., Président Biothermica Carbone Inc Sommet national 2010 en droit de l environnement, de l énergie et des ressources Château

Plus en détail

ARF Association des Régions R

ARF Association des Régions R ARF Association des Régions R de France L opinion publique face au changement climatique et à ses effets sur les modes de transports -Enquête CECOP/CSA réalisée pour l ARF -Présentation dans le cadre du

Plus en détail

L Or Noir! Vérités et opportunités reliées au marché du carbone. Par : Monsieur Yves Legault Chef de l exploitation L2i-Solutions financières

L Or Noir! Vérités et opportunités reliées au marché du carbone. Par : Monsieur Yves Legault Chef de l exploitation L2i-Solutions financières L Or Noir! Vérités et opportunités reliées au marché du carbone Par : Monsieur Yves Legault Chef de l exploitation L2i-Solutions financières 31 janvier 2008 - BOMA Partie 1 : Les changements climatiques

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

MDP. Bamako, Octobre 2008 faouzi senhaji Risø. faouzi.senhaji@risoe.dk

MDP. Bamako, Octobre 2008 faouzi senhaji Risø. faouzi.senhaji@risoe.dk Rappel sur l architecture du MDP Bamako, Octobre 2008 faouzi senhaji Risø faouzi.senhaji@risoe.dk Architecture du MDP 1. Bref historique des négociations 2. Le Protocole de Kyoto et ses mécanismes 3. Accords

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Raison sociale : MAAF ASSURANCES SA Code NAF

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA RESPONSABILITE SOCIETALE

PRESENTATION GENERALE DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA RESPONSABILITE SOCIETALE PRESENTATION GENERALE DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA RESPONSABILITE SOCIETALE Décembre 2014 Michel CARRIERE michel.carriere.tsi@orange.fr Préambule Cet enseignement s inscrit dans l engagement du CFA

Plus en détail

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Le mécanisme de Changement climatique développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Quelles opportunités offrent le MDP? Quels instruments français d appui? Franck Jésus, Conseiller Environnement, DGTPE

Plus en détail

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG Dans le cadre de notre engagement pour l environnement et de l accompagnement de nos clients dans ce sens, nous sommes fiers de pouvoir traiter dans cette nouvelle newsletter trimestrielle de la pratique

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France GAMBRO Industries ZI de 7, Avenue Lionel Terray 69 883 Cedex Bilan de gaz à effet de serre de GAMBRO en France Installations Classées pour la Protection de l'environnement Bilan Année 2011 (année de référence)

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

Ensemble pour un Développement Durable. Notre stratégie Développement Durable «ECO FUTURE» eco.lyreco.ca. Pour nous, le N 1 c est Vous!

Ensemble pour un Développement Durable. Notre stratégie Développement Durable «ECO FUTURE» eco.lyreco.ca. Pour nous, le N 1 c est Vous! Ensemble pour un Développement Durable Environnement Social Économie Notre stratégie Développement Durable «ECO FUTURE» eco.lyreco.ca Pour nous, le N 1 c est Vous! NOTRE VISION «Être La référence pour

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER

RAPPORT DE L ATELIER République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail ---------------- AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT AUTORITE NATIONALE DU MDP CÔTE D IVOIRE En partenariat avec : UNEP RISOE CENTER UNION EUROPEENNE

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRADE/WP.6/2001/15 1 er août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE, DE

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Expérimentation d un Véhicule Electrique en. Le projet EVE.

Expérimentation d un Véhicule Electrique en. Le projet EVE. Expérimentation d un Véhicule Electrique en Nouvelle-Calédonie Le projet EVE. Comment se comporte le véhicule électrique sous le climat chaud et humide de la Nouvelle-Calédonie? Comment le système électrique

Plus en détail

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN INTRODUCTION Dès 2006, les parties au protocole de Kyoto ont reconnu l'importance d'une répartition équilibrée des projets

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Boursorama

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Boursorama Bilan d émissions de gaz à effet de serre Boursorama A Description de la personne morale concernée : Raison sociale : BOURSORAMA Sigle : Code NAF/APE : 6419Z / Autres intermédiations monétaires Code SIREN

Plus en détail