Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA"

Transcription

1 Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA

2 Plan de la présentation Recommandations de recherche de l expertise INSERM Etat d avancement des projets de recherche Conclusions et perspectives

3 Recommandations de recherche de l expertise INSERM PÉRENNISER ET AMÉLIORER LE SYSTÈME DE SURVEILLANCE EXISTANT CONDUIRE DES TRAVAUX ÉPIDÉMIOLOGIQUES EN MILIEU PÉNITENTIAIRE MIEUX CONNAÎTRE PAR DES ÉTUDES DE TERRAIN LES BESOINS DES USAGERS DE DROGUES POUR ADAPTER LES OUTILS DE RÉDUCTION DES RISQUES ÉVALUER LES NOUVEAUX OUTILS DE RÉDUCTION DES RISQUES MENER DES ÉTUDES PERMETTANT D ÉVALUER DES DISPOSITIFS INCLUANT UN ENSEMBLE D OUTILS VALIDÉS EVALUER DES PROGRAMMES DE MÉDIATION DÉVELOPPER DES RECHERCHES CONCERNANT LES TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES DE LA DÉPENDANCE SÉVÈRE PROMOUVOIR UNE RECHERCHE COORDONNÉE EN SANTÉ PUBLIQUE DANS LE DOMAINE DES ADDICTIONS ET DE LA RÉDUCTION DES RISQUES

4 Salles de consommation Autres outils Prévention en prison AERLI Prévention combinée Coordination recherche Surveillance et besoins TSS (stimulants) TSO injectables Expertise RDR INSERM

5 Etat d avancement de la recherche Accès élargi aux TSO AERLI Salles de consommation à moindre risque Accès aux outils RdR en prison Traitements pour la dépendance aux stimulants Traitements injectables Autres outils Prévention combinée

6 L accès élargi aux TSO: l essai ANRS Méthaville Essai randomisé : induction par méthadone en médecine de ville vs. CSAPA Evaluation à M0, M3, M6, M12 Critères de jugement: abstinence aux opioïdes de rue, maintien en traitements, pratiques à risque, qualité de vie. Cadre: formation, recommandations, lien avec le CSAPA, supervision en pharmacie pendant l induction Patients randomisés: N=195 Résultats bientôt disponibles Passage de la recherche à l acte

7 Cibler les populations avec des pratiques à risque: Accompagnement et Education aux Risques Liés à l Injection (ANRS AERLI)

8 Accompagnement et Education aux Risques Liés à l Injection ANRS AERLI Recherche de type communautaire: collaboration entre MDM, Aides et l INSERM Etude d intervention: sites qui pratiquent plusieurs séances AERLI vs Caruud témoins Evaluation des personnes inclus à M0 et M6 Critères de jugement: pratiques à risque du VHC, complications liées à l injection Etat: en cours

9 Attirer des nouvelles populations vers le système de soin: le salles de consommation à moindre risque Recherche de type communautaire: collaboration entre MDM, Aides et l INSERM Etude d intervention: sites qui pratiquent plusieurs séances AERLI vs Caruud témoins Evaluation des personnes inclus à M0 et M6 Critères de jugement: pratiques à risque du VHC, complication liées à l injection Etat: en cours

10 Salles de consommation à moindre risque Plusieurs sites: Paris, Bordeaux, Marseille Différents acteurs de terrains, différentes spécificités Création d un groupe de recherche ANRS indépendant pour l évaluation Double concept d évaluation: évaluation du programme et évaluation sur la base des critères d efficacité Inventaire des outils de recueil et des infos dans les structures problèmes de standardisation Présentation d un projet unique à l appel d offre ANRS de mars.

11 Prison et milieu libre: égaliser l accès aux outils RdR

12 L accès aux outils RdR en prison Enquête ANRS PRI²DE : observance insuffisante aux recommandations OMS et nationales sur l accès à la prévention en prison Enquête PREVACAR Enquête Coquelicot en prison sur les pratiques Recherche sur l impact d un package d intervention RdR: non seulement les PES Nécessité d un réseau sentinelle de médecins pour conduire les recherches en milieu pénitentiaire Besoin de mieux connaître l état de santé générale et les besoins en prévention et prise en charge des détenus

13 Traiter les patients non répondants aux traitements standards: Les traitements injectables

14 Les traitements injectables Méthadone et buprénorphine insuffisantes en cas de dépendances sévères Persistance de l injection pendant le traitement de substitution (TSO) Plus de 2000 personnes avec une prescription de sulfate de morphine Evidence d efficacité et coût-efficacité de la diamorphine injectable (+ méthadone) Donner accès au traitement (diamorphine) le plus efficace et similaire au produit qui a créé la dépendance Contrat d initiation pour réfléchir à un projet de cohorte de patients traités par diamorphine déposé à l ANRS

15 Les oubliés par la RdR: les consommateurs de stimulants

16 Les oubliés par la RdR: les consommateurs des stimulants Rapport OFDT sur la cocaïne situation alarmante 75% de seringues à Paris contiennent de la cocaïne fréquence élevée de l injection Augmentation de la population des consommateurs de crack (Paris), cocaïne, ritaline (Marseille) Outils RDR comme les kits sniffing et la pipe à crack expérimentés avec succès Nécessité d une prise en charge pharmacologique de la dépendance à la cocaïne en particulier pour ceux qui l injectent. Projet de recherche pharmacologique (1 bras- avant après) afin d étudier la tolérance, la pharmacologie et l efficacité d un produit de substitution pour les consommateurs de stimulants;

17 Conclusion et perspectives PROMOUVOIR UNE RECHERCHE COORDONNÉE EN SANTÉ PUBLIQUE DANS LE DOMAINE DES ADDICTIONS ET DE LA RÉDUCTION DES RISQUES: Rôle de l ANRS Rôle du traitement pour le VHC comme outil de prévention Evaluer l efficacité des nouveau modèles de prévention / RDR combinés, en particulier en prison Recherches sur la prise en charge de l alcool Le SLAM chez les populations gays Déplacer les financements pour la répression à la recherche et l action Urgence des changements au niveau des politiques de drogues: la déclaration de Vienne est toujours actuelle

18 Conclusions et perspectives Merci pour votre attention

Marie Debrus (AFR MDM) Jean-Marie Le Gall (AIDES) 4èmes Journées nationales de la Fédération Addiction 13 juin 2014

Marie Debrus (AFR MDM) Jean-Marie Le Gall (AIDES) 4èmes Journées nationales de la Fédération Addiction 13 juin 2014 Marie Debrus (AFR MDM) Jean-Marie Le Gall (AIDES) 4èmes Journées nationales de la Fédération Addiction 13 juin 2014 2014 : big bang pour la RDR ou le début de l ère glaciaire? LES AVANCEES (innovations?)

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé 3 e conférence sur les traitements de la dépendance aux opioïdes Genève, 19 octobre 2012 Nicolas Bonnet, directeur du Respadd Anne

Plus en détail

Tableau de bord sur les addictions en Bretagne

Tableau de bord sur les addictions en Bretagne DU Addictologie 6 novembre 2014 Tableau de bord sur les addictions en Bretagne Les principaux chiffres clés Tableau de bord sur les addictions en Bretagne http://www.cirdd-bretagne.fr/ http://orsbretagne.typepad.fr/ors_bretagne/

Plus en détail

Réduction des risques

Réduction des risques Réduction des risques chez les usagers de drogues Synthèse et recommandations Expertise collective Expertise collective - 2-30/06/2010 Ce document présente la synthèse et les recommandations du groupe

Plus en détail

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins.

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins. L origine de l association remonte aux années 1990 avec la création du programme de réduction des risques de Médecins du monde (MDM) à Marseille : le bus échange de seringues de MDM s est posé pour la

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE PROJET ERLI EDUCATION AUX RISQUES LIES À L INJECTION 2011

RAPPORT D ACTIVITE PROJET ERLI EDUCATION AUX RISQUES LIES À L INJECTION 2011 RAPPORT D ACTIVITE PROJET ERLI EDUCATION AUX RISQUES LIES À L INJECTION 2011 Responsables de Mission : - Dr Elisabeth Avril - Valère Rogissart Equipe salariée : - Dr Marie Debrus, pharmacien de santé publique,

Plus en détail

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Dr Joëlle Micallef CEIP-Addictovigilance PACA-Corse Pharmacologie Clinique, CHU Timone http://www.observation-pharmacodependance.org

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Dépistage et prévention chez les usagers de drogues

Dépistage et prévention chez les usagers de drogues Dépistage et prévention chez les usagers de drogues 23/10/2014, Paris XVème congrès de la SFLS : VHC/VIH Atelier 1 : Dépistage et prévention : qui et quoi, pour quelle cible? Dr Jean-Michel Delile, psychiatre,

Plus en détail

Editorial : page 3 La rédaction du FLYER

Editorial : page 3 La rédaction du FLYER L E F L Y E R Bulletin de liaison des Centres de Soins Spécialisés pour Toxicomanes et médecins relais, réseaux de soins, pharmaciens d officine, ECIMUD et structures de soins auprès des usagers de drogue

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTE DE MEDECINE Année 2012 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR TARJUS Thomas Né le 4 juin 1980 à Paris (75) Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

11ème Colloque International

11ème Colloque International 11ème Colloque International 8-11 octobre 2013»»» Centre de Congrès Le Bellevue Biarritz - France www.ths-biarritz.com /// Séances plénières /// Débats /// Ateliers de travail /// Communications affichées

Plus en détail

LE CENTRE 92 (BOULOGNE/CLAMART)

LE CENTRE 92 (BOULOGNE/CLAMART) le trait d union L année 2010 a permis de stabiliser l intégration du Trait d Union et des services de prévention issus de la fusion de l AD2P au sein de l association Oppelia. Rappelons que le Trait d

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 F A C U L T É D E M É D E C I N E Année 20 13 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR CUSSAC Fanny Née le 24 février 1984 à Brou sur Chantereine Présentée

Plus en détail

http://addictologie.hug-ge.ch

http://addictologie.hug-ge.ch Jeudi 5 février 2015 Gerard Calzada http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES Wikipédia 2 http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES

Plus en détail

SALLES DE CONSOMMATION CONTRÔLÉE À MOINDRES RISQUES POUR USAGERS DE DROGUES

SALLES DE CONSOMMATION CONTRÔLÉE À MOINDRES RISQUES POUR USAGERS DE DROGUES Association nationale des villes pour le développement de la santé publique SALLES DE CONSOMMATION CONTRÔLÉE À MOINDRES RISQUES POUR USAGERS DE DROGUES Analyses et recommandations des élus locaux TOME

Plus en détail

RESEAU DE PROXIMITE ASUD/MDM/TIPI :

RESEAU DE PROXIMITE ASUD/MDM/TIPI : RESEAU DE PROXIMITE ASUD/MDM/TIPI : I. Dispositif «Aller vers» Objectifs communs : - Accéder à une population qui reste à l écart du système de soins et du droit commun ; - Engager une relation de confiance,

Plus en détail

Addictions : la continuité des soins des personnes détenues / L articulation entre les professionnels de santé de la prison et du milieu ouvert

Addictions : la continuité des soins des personnes détenues / L articulation entre les professionnels de santé de la prison et du milieu ouvert soins des personnes détenues Addictions : la continuité des soins des personnes détenues / L articulation entre les professionnels de santé de la prison et du milieu ouvert Pratique(s Addictions: les

Plus en détail

Compte-rendu de la séance du 20 mars 2014

Compte-rendu de la séance du 20 mars 2014 Séance n 6 Commission des stupéfiants et psychotropes mai 2014 Compte-rendu de la séance du 20 mars 2014 Approuvé par voie électronique le 29 mai 2014 Membres de la Commission présents : Nicolas AUTHIER

Plus en détail

PRÉVALENCE DE L USAGE PROBLÉMATIQUE DE DROGUES EN FRANCE - ESTIMATIONS 2006 -

PRÉVALENCE DE L USAGE PROBLÉMATIQUE DE DROGUES EN FRANCE - ESTIMATIONS 2006 - F O C U S Consommations et conséquences PRÉVALENCE DE L USAGE PROBLÉMATIQUE DE DROGUES EN FRANCE - ESTIMATIONS 2006 - Jean-Michel Costes Laure Vaissade Emanuella Colasante * Christophe Palle Stéphane Legleye

Plus en détail

Dépenses publiques 6

Dépenses publiques 6 Dépenses publiques 6 6.1 Estimation des dépenses publiques en matière de lutte contre les drogues Cristina Díaz Gómez 148 Estimer les dépenses publiques relatives aux drogues consiste à déterminer quels

Plus en détail

Quel statut? 12 Les dérives d usage 13. Prescription médicale 21 Dispensation pharmaceutique 21 La formation 22

Quel statut? 12 Les dérives d usage 13. Prescription médicale 21 Dispensation pharmaceutique 21 La formation 22 INTRODUCTION 3 MÉTHODES 4 BILAN GLOBAL 6 Réduction de la mortalité 6 Réduction de la consommation d héroïne 7 Réduction de la transmission des infections virales 8 Amélioration de l accès aux soins 9 Amélioration

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

Plan de l atelier. Addiction et vieillissement. Population générale. La réalité clinique actuelle?

Plan de l atelier. Addiction et vieillissement. Population générale. La réalité clinique actuelle? Plan de l atelier Addiction et vieillissement Barbara Broers Dpt de Médecine Communautaire Lugano, le 14 septembre 26 Introduction Usage de substances et changements Usage de substances et conséquences

Plus en détail

47 000 consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique

47 000 consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique L A L E T T R E D ' I N F O R M A T I O N D U S Y S T E M E D E S U R V E I L L A N C E D U V H C E N P R O V E N C E - A L P E S - C Ô T E D ' A Z U R S U R V E I L L A N C E V H C N 8 Surveillance continue

Plus en détail

Le programme de. Jellinek. Anh-Thu Vu-Khanh, M.D. Carole Malette, inf. Le dépendance et ses multiples facettes 04 novembre 2010

Le programme de. Jellinek. Anh-Thu Vu-Khanh, M.D. Carole Malette, inf. Le dépendance et ses multiples facettes 04 novembre 2010 Le programme de substitution du Centre Jellinek Anh-Thu Vu-Khanh, M.D. Carole Malette, inf. Céline Perras, M.Ps. Le dépendance et ses multiples facettes 04 novembre 2010 PLAN Définitions Quelques notions

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Introduction. Dr Jean-Michel Delile, psychiatre, directeur du CEID-Addictions, Bordeaux, vice-président de l ANITeA / F3A

Introduction. Dr Jean-Michel Delile, psychiatre, directeur du CEID-Addictions, Bordeaux, vice-président de l ANITeA / F3A 2 ème colloque international francophone sur le traitement de la dépendance aux opioïdes Paris 06/11/2010 Introduction 1 Dr Jean-Michel Delile, psychiatre, directeur du CEID-Addictions, Bordeaux, vice-président

Plus en détail

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005 1 Le partenariat des organismes communautaires du Nouveau-Brunswick liés au sida ÉNONCÉ DE POSITION Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position

Plus en détail

usagers de drogues par injection

usagers de drogues par injection Recherche-action sur les besoins et l offre de services à destination des usagers de drogues par injection en Région wallonne novembre 2010 Avec le soutien de la Région wallonne Recherche-action sur les

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NUMÉRO 152 : JUIN 2005 DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE Depuis quelques années, le Bureau des substances contrôlés (BSC)

Plus en détail

Réseau Addictions des Alpes Maritimes i GT.06 Président : Dr Pierre AIRAUDI Médecin-Coordinateur : Dr Jean-Marc COHEN Soirée Scientifique RSN & GT.06 Jeudi 02/12/2010 1 PLAN petit historique R.S.N. + GT.06

Plus en détail

Synthèse des réflexions

Synthèse des réflexions Synthèse des réflexions 5ème Journée de Rencontres Inter-Professionnelles ADDICTION ET PRÉCARITÉ Le 2 février 2008 À l Auberge de Jeunesse DU PORT DU RHIN ------------------------------------ Organisée

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

TREND. Tendances Récentes Emergentes. Site de Marseille 2010. et Nouvelles Drogues. TREND Marseille - rapport 2010 1

TREND. Tendances Récentes Emergentes. Site de Marseille 2010. et Nouvelles Drogues. TREND Marseille - rapport 2010 1 TREND Tendances Récentes Emergentes et Nouvelles Drogues Site de Marseille 2010 TREND Marseille - rapport 2010 1 Contributions à TREND Marseille - enquête 2010 Chargée de coordination TREND 2010 - Emmanuelle

Plus en détail

Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions?

Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions? Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions? Quelques pistes de réflexions à partir de l expérience du Respadd David Michels, chargé de projets, Respadd Introduction L engagement de

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

Initiation et suivi du traitement substitutif de la pharmacodépendance majeure aux. opiacés par buprénorphine haut dosage. Messages clés.

Initiation et suivi du traitement substitutif de la pharmacodépendance majeure aux. opiacés par buprénorphine haut dosage. Messages clés. MAP Initiation et suivi du traitement substitutif de la pharmacodépendance majeure aux Mise au point octobre 2011 opiacés par buprénorphine haut dosage Sommaire Introduction 3 Qu est-ce que la buprénorphine

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation Aide technique pour les propositions de la série 8 du Fonds mondial Zone élargie Zone de fourniture de services Prévention Communication pour la modification du comportement écoles et extension communautaire

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Comité permanent de lutte à la toxicomanie

Comité permanent de lutte à la toxicomanie COMITÉ PERMANENT DE LUTTE À LA TOXICOMANIE Novembre 2004 Portrait de la consommation de psychotropes à Montréal Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Les aspects législatifs

Les aspects législatifs Les aspects législatifs 9 pl. du Général Koenig, 35000 Rennes, 02.23.20.14.60 cirdd@cirdd-bretagne.fr Jeudi 12 mai 2011 DU Addictologie - Rennes DEFINITION DES DROGUES un historique international (1) Les

Plus en détail

ma n u e l d e s Dr o i t s d e s Us a g e r s

ma n u e l d e s Dr o i t s d e s Us a g e r s ma n u e l d e s Dr o i t s d e s Us a g e r s d e Tr a i t e m e n t s d e Su b s t i t u t i o n aux Opiacés Quels sont vos droits? ----------------------------------------- Quel est le cadre légal?

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Avis sur la pertinence des services d'injection supervisée ANALYSE CRITIQUE DE LA LITTÉRATURE INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Avis sur la pertinence des services d'injection supervisée ANALYSE CRITIQUE DE LA LITTÉRATURE INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Avis sur la pertinence des services d'injection supervisée ANALYSE CRITIQUE DE LA LITTÉRATURE INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Avis sur la pertinence des services d'injection supervisée ANALYSE

Plus en détail

UN ENGAGEMENT QUI RÉSISTE À TOUT

UN ENGAGEMENT QUI RÉSISTE À TOUT La réduction des risques à Médecins du monde UN ENGAGEMENT QUI RÉSISTE À TOUT Nathalie Simonnot des points marquants de la réduction des risques à Médecins du monde L un (MdM) est la similarité, dès le

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Simulation en aviation

Simulation en aviation Hôpitaux Universitaires de Genève Intérêt de la simulation en pharmacotechnie Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef JFSPH 23 avril 2015 Etre les premiers pour vous Simulation en aviation 2 1 Simulation en

Plus en détail

15ème anniversaire de l unité d addictologie Jean Schiffer e p ier d Portes Ouvertes Jeudi 24 mai 2012

15ème anniversaire de l unité d addictologie Jean Schiffer e p ier d Portes Ouvertes Jeudi 24 mai 2012 15 ème anniversaire de l unité d addictologie Jean Schiffer Dossier de presse Portes Ouvertes Jeudii 24 maii 2012 Le dossier Les addictions o Définition o Les grandes tendances en termes de conduites addictives

Plus en détail

15 e FORUM NATIONAL DE SOS HÉPATITES. Hépatites : des différences face à l'indifférence

15 e FORUM NATIONAL DE SOS HÉPATITES. Hépatites : des différences face à l'indifférence 15 e FORUM NATIONAL DE SOS HÉPATITES Hépatites : des différences face à l'indifférence Sommaire Ours DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Pascal Mélin COORDINATION Johann Volant ABONNEMENTS Véronique Deret, contact@soshepatites.org

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Tableau de bord Tableau de bord. Les addictions. à La Réunion

Tableau de bord Tableau de bord. Les addictions. à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Les addictions à La Réunion Décembre 2011 Tableau de bord sur les addictions à La Réunion Décembre 2011 Page 2 sur 52 SOMMAIRE INTRODUCTION...... 5 OFFRE ET PRODUCTION....

Plus en détail

d a n s l e t r a i t e m e n t d e

d a n s l e t r a i t e m e n t d e La buprénorphine d a n s l e t r a i t e m e n t d e la dépendance aux opioïdes Lignes directrices du Collège des médecins du Québec et de l Ordre des pharmaciens du Québec juin 2009 table des matières

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE DRUG MONDIAL SUR LES

RÉSUMÉ ANALYTIQUE DRUG MONDIAL SUR LES RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT WORLD DRUG MONDIAL SUR LES REPORT DROGUES 2014 Résumé analytique Chaque année, le Rapport mondial sur les drogues passe en revue les principales évolutions intervenues sur les

Plus en détail

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR Suivi de l emergence des résistances aux ARV et facteurs associés au Sénégal Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR HIV Drug Resistance Programme de TARV Résistance Transmise

Plus en détail

USAGES NON SUBSTITUTIFS

USAGES NON SUBSTITUTIFS USAGES NON SUBSTITUTIFS DE LA BUPRÉNORPHINE HAUT DOSAGE Investigation menée en France, en 2002-2003 T R E N D Tendances récentes et nouvelles drogues Serge ESCOTS Georges FAHET Juin 2004 USAGES NON SUBSTITUTIFS

Plus en détail

Radiographie de la situation européenne et regard critique sur la politique suisse en matière d addictions

Radiographie de la situation européenne et regard critique sur la politique suisse en matière d addictions Radiographie de la situation européenne et regard critique sur la politique suisse en matière d addictions Frank Zobel Responsable d unité Politique, évaluation et coordination Plan Deux ou trois choses

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 14 mai 2009 24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Prévention du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables Page 2/29 Documents complémentaires

Plus en détail

Drogues et dépendances, données essentielles

Drogues et dépendances, données essentielles Drogues et dépendances, données essentielles Sous la direction de : Jean-Michel Costes Coordination rédactionnelle : Dominique Lopez, Hélène Martineau Rédaction : Agnès Cadet-Taïrou, Dominique Lopez, Hélène

Plus en détail

Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage

Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l INSERM, dans le cadre de la procédure

Plus en détail

QUEL STATUT POUR LA BUPRÉNORPHINE?

QUEL STATUT POUR LA BUPRÉNORPHINE? QUEL STATUT POUR LA BUPRÉNORPHINE? Édito / 24 DOSSIER Personne ne peut prédire les effets d une telle mesure C est à nous de prendre nos responsabilités Santé, réduction des risques et usages de drogues

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE DROGUES ET LOI Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE contexte Drogue licite (tabac, alcool, jeu, internet, ) Organisation, ou prise en compte des effets Drogue illicite (héroïne, cannabis, cocaine,.) Production,

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

LES REPRÉSENTATIONS DE LA FEMME ET DE LA MÈRE TOXICOMANES

LES REPRÉSENTATIONS DE LA FEMME ET DE LA MÈRE TOXICOMANES LES REPRÉSENTATIONS DE LA FEMME ET DE LA MÈRE TOXICOMANES Libramont 12 mai 2014 L A U R E N C E S I M M A T - D U R A N D, P R O F E S S E U R E, U N I V E R S I T É P A R I S D E S C A R T E S QUELLES

Plus en détail

CEID Addictions. Présentation. Docteur Jean-Michel DELILE

CEID Addictions. Présentation. Docteur Jean-Michel DELILE Présentation CEID Addictions Docteur Jean-Michel DELILE Siège Social : 24, rue du Parlement Saint-Pierre, 33000 BORDEAUX Tél. : 05 56 44 84 86 Fax : 05 56 44 78 21 mail : ceid@ceid-addiction.com CEID-Addictions

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Propositions concernant les milieux festifs pour le prochain plan MILDT

Propositions concernant les milieux festifs pour le prochain plan MILDT s concernant les milieux festifs pour le prochain plan MILDT Les présentes propositions ont été élaborées par le Pôle Festif de l'association Française pour la Réduction des risques liés aux usages de

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

PHÉNOMÈNES ÉMERGENTS TENDANCES RÉCENTES LIÉS AUX DROGUES EN 2005 SUR LE SITE DE PARIS. Tendances récentes et nouvelles drogues

PHÉNOMÈNES ÉMERGENTS TENDANCES RÉCENTES LIÉS AUX DROGUES EN 2005 SUR LE SITE DE PARIS. Tendances récentes et nouvelles drogues PHÉNOMÈNES ÉMERGENTS LIÉS AUX DROGUES EN 2005 T R E N D Tendances récentes et nouvelles drogues TENDANCES RÉCENTES SUR LE SITE DE PARIS Janvier 2007 PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE REGION ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Politique de réduction des risques : quelle efficacité des programmes d échange de seringues? 2 ème partie : leçons d expériences internationales

Politique de réduction des risques : quelle efficacité des programmes d échange de seringues? 2 ème partie : leçons d expériences internationales Secteur des Sciences de la Santé UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Institut de Recherche Santé et Société Politique de réduction des risques : quelle efficacité des programmes d échange de seringues?

Plus en détail

L intérêt de l analyse des cheveux

L intérêt de l analyse des cheveux L intérêt de l analyse des cheveux ChemTox est un laboratoire pionnier des investigations toxicologiques et plus particulièrement des analyses de cheveux. Son expertise, basée sur près de 20 années d expérience,

Plus en détail

Conférence de consensus. Stratégies thérapeutiques pour les personnes dépendantes des opiacés : place des traitements de substitution

Conférence de consensus. Stratégies thérapeutiques pour les personnes dépendantes des opiacés : place des traitements de substitution Avec la participation de Conférence de consensus Stratégies thérapeutiques pour les personnes dépendantes des opiacés : 23 et 24 juin 2004 Lyon (École normale supérieure) TEXTES DES RECOMMANDATIONS (version

Plus en détail

PANORAMA DES ADDICTIONS

PANORAMA DES ADDICTIONS PANORAMA DES ADDICTIONS DEBAT SOCIAL ET PRISE EN CHARGE Bernard Rigaud 2015 1/20 Introduction Délit, vice, trouble ou maladie? La société a depuis longtemps du mal à savoir comment traiter les toxicomanies.

Plus en détail

Plan d'évaluation du. Programme Expérimental. d'echange de Kits en Officine. de l'agglomération lyonnaise

Plan d'évaluation du. Programme Expérimental. d'echange de Kits en Officine. de l'agglomération lyonnaise Plan d'évaluation du Programme Expérimental d'echange de Kits en Officine de l'agglomération lyonnaise Mars 2002 Dr Denis Fontaine, Directeur d'études 1 LA REDUCTION DES RISQUES ET LE PROGRAMME D'ECHANGE

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE RENE DESCARTES FACULTE DE MEDECINE COCHIN PORT ROYAL

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE RENE DESCARTES FACULTE DE MEDECINE COCHIN PORT ROYAL ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE RENE DESCARTES FACULTE DE MEDECINE COCHIN PORT ROYAL Année 2003 N THESE pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (Résident) PAR Sylvain BALESTER MOURET Né le 17 Août 1974

Plus en détail

DONNÉES RÉCENTES RELATIVES AUX TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION AUX OPIACÉS. Consommations et conséquences

DONNÉES RÉCENTES RELATIVES AUX TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION AUX OPIACÉS. Consommations et conséquences F O C U S Consommations et conséquences DONNÉES RÉCENTES RELATIVES AUX TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION AUX OPIACÉS ANALYSE DE DONNÉES DE REMBOURSEMENT CONCERNANT UN ÉCHANTILLON REPRÉSEN- TATIF DE PATIENTS

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Hépatite C chez les usagers de drogues

Hépatite C chez les usagers de drogues MISE AU POINT Dr Jean-Michel Delile*, Dr Brigitte Reiller*, Dr Juliette Foucher**, Pr Victor de Lédinghen**, Pr Jean-Pierre Gachie*, *** * CEID, 24, rue du Parlement Saint-Pierre, F-33000 Bordeaux. Courriel

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 180 000 Français dépendants à l héroïne, usagers ou patients

DOSSIER DE PRESSE. 180 000 Français dépendants à l héroïne, usagers ou patients DOSSIER DE PRESSE 180 000 Français dépendants à l héroïne, usagers ou patients Au-delà des préjugés, une ambition : Modifier la trajectoire addictive des patients Contact presse Publicis Care / Advocacy

Plus en détail

S Y L V I E W Y L E R

S Y L V I E W Y L E R La Méthode NADA S Y L V I E W Y L E R E L E A N O R E H I C K E Y M É L I N D A A K O N G O S I O N, 7 S E P T E M B R E 2 0 1 1 F O R U M D R O G U E S S U R L E S A P P R O C H E S A L T E R N A T I

Plus en détail

Conduites addictives et grossesse

Conduites addictives et grossesse Conduites addictives et grossesse Conduites addictives et grossesse 2 La grossesse considérée à risque pose un problème de santé publique en raison de mode de vie marquée par l exclusion, la marginalité

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail