L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1"

Transcription

1 C est très tôt, dés le début du XX siècle, qu apparaissent les premières dispositions légales encadrant la consommation d alcool sur le lieu de travail. Gérer les problèmes liés à la consommation ou à l introduction de l alcool sur le lieu de travail reste au fil du temps un sujet épineux et délicat, notamment concernant le mode de preuve dont peut faire usage un employeur afin de faire respecter le principe d interdiction. Compte tenu de l évolution de la jurisprudence, faisant peser sur l employeur une obligation de sécurité de résultat, la question de la consommation d alcool durant le travail a été remise sur le devant de la scène. On se souviendra par exemple de cet employeur condamné pour faute inexcusable suite à un accident de la route mortel survenu à un salarié suite à un pot alcoolisé de départ dans l entreprise (C. cass. Chambre criminelle 5 juin 2007). Cette note a pour objet de récapituler les dispositions légales relatives à la consommation d alcool sur le lieu de travail et de faire état des différents moyens à la disposition de l employeur pour prévenir et sanctionner ces situations. Bien que non intégrées dans le code du travail, les questions liées à l utilisation ou à l introduction de drogues sur le lieu de travail pourront être traitées de façon relativement similaire. 1 CADRE LÉGAL 1.1 Interdiction de l alcool sur le lieu de travail Selon l article R du code du travail, «Aucune boisson alcoolisée autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n'est autorisée sur le lieu de travail.». L employeur est en outre tout à fait légitime à interdire, au sein du règlement intérieur, toute forme de boisson alcoolisée ; qu il s agisse de l introduction ou de la consommation. Il peut donc élargir l interdiction totalement l alcool, y compris donc le vin, la bière, le cidre et le poiré. Tout salarié ne veillant pas au respect de l interdiction ainsi formulée commettra une faute sanctionnable. Il en est de même pour l usage de drogue (Rép. Roubaud n 80516, journal Officiel 31/01/2006, AN quest. P. 1003). Selon l article L du code de santé publique, «la délivrance de boissons alcooliques au moyen de distributeurs automatiques est interdite». Enfin, selon l article R du code du travail, «il est interdit de laisser entrer ou séjourner dans les lieux de travail des personnes en état d'ivresse». Concernant la drogue Article L code de santé publique ; «L'usage illicite de l'une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est puni d'un an d'emprisonnement et de 3750 euros d'amende.» 1.2 Obligations pesant sur l employeur L'employeur est tenu, à l'égard de chaque salarié, à une obligation de sécurité de résultat qui lui impose de prendre les mesures nécessaires pour assurer sa sécurité et protéger sa santé (c. trav. art. L ). Cette obligation est tirée de la jurisprudence (C. soc. 28/02/2002). réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril

2 L employeur est donc tenu de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de préserver la santé et la sécurité des salariés sur leur lieu de travail. Il doit également en ce sens prendre toutes les mesures de prévention. Dans le cadre d une obligation de sécurité de résultat, le seul fait que le résultat escompté ne soit pas atteint engage la responsabilité du débiteur de l obligation. En outre, la cour de cassation reconnait l existence d une faute inexcusable imputable à l employeur lorsque celui-ci aurait du ou avait conscience du danger auquel le salarié était exposé et qu il n a pris aucune mesure de prévention ou de protection pour y remédier. Les juges n exigent pas que la connaissance par l employeur du danger soit une connaissance effective et fine ; les juges adoptent une appréciation in concreto. Le critère de connaissance du danger de l employeur sera donc apprécié en fonction de celle légitimement attendue de tout employeur. 2 MISE EN PRATIQUE La question de l alcool sur le lieu de travail est un sujet complexe à traiter ; cette question se situe en effet bien souvent au croisement des règles d hygiène et de sécurité et des règles protégeant la vie privée des salariés. Face à ce problème, l employeur dispose de certains outils, dont il est fait un exposé ci après. 2.1 Sanctionner «L homme ivre qui trouble l ordre de la Cité doit être châtié parce qu il trouble l ordre, non parce qu il est ivre» (Montesquieu) En matière disciplinaire toute sanction n est légitime que dans la mesure où elle présente un degré de proportionnalité avec la gravité des faits reprochés. Outre le choix de la sanction, l employeur devra également pouvoir prouver la véracité des faits reprochés Prouver la consommation d alcool : l éthylotest Le règlement intérieur est un acte par lequel l employeur fixe les règles applicables dans les domaines suivants : - hygiène et sécurité, - discipline, - droits de la défense des salariés. Le règlement intérieur devra donc utilement rappeler les principes d interdiction relatifs à l alcool et à la drogue applicables au sein de l établissement. Le règlement intérieur devra en conséquence préciser les mesures de contrôle auxquelles l employeur pourra avoir recours. Préalablement à l introduction d une mesure de contrôle, l employeur devra en informer les représentants du personnel, ainsi que le CHSCT si cette mesure concerne son domaine de compétence (art. L C. trav.). Il ressort de la circulaire DRT du 15/03/1983 et des décisions rendues par le Conseil d État, que soumettre un salarié à un alcootest prévu au règlement intérieur doit être diligenté afin de prévenir ou de faire cesser immédiatement une situation dangereuse. Le contrôle d alcoolémie n est donc pas un outil permettant uniquement à l employeur de faire constater une faute disciplinaire. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril

3 La haute juridiction en a tiré les conséquences suivantes, relatives aux conditions d'exercice du contrôle (C. Cass. 24/02/2001 n ). Ainsi, selon la cour de cassation, il est possible de prévoir au sein du règlement intérieur le recours à l éthylotest afin d établir l état d ébriété du salarié si les conditions cumulatives sont remplies ; - Les modalités de contrôle permettent la contestation par le salarié ; - En raison de la nature des fonctions du salarié, son état d ébriété est de nature à exposer les biens ou les personnes à un danger de sorte qu il puisse constituer une faute grave. Ainsi le recours à l alcootest est limité aux situations permettant de vérifier les taux d alcoolémie des salariés qui ; - Doivent manipuler des produits dangereux ; - Sont occupés à des machines dangereuses - Sont occupés à la conduite de véhicule et notamment transportent des personnes. Il convient donc de déduire que toute clause inscrite au règlement intérieur prévoyant le recours à l alcootest de façon systématique et générale sera illégal. Le non respect de ces dispositions rend le contrôle opéré irrégulier et prive de fondement la sanction adoptée Fouiller des vestiaires Concernant l interdiction d introduire ou de détenir de l alcool sur le lieu de travail, il peut être envisagé, dans le règlement intérieur de prévoit le recours au contrôle des armoires/vestiaires individuelles. L employeur ne peut procéder à l ouverture de l armoire individuelle d un salarié que : - dans les cas et aux conditions prévus par le règlement intérieur, la fouille devant être justifiée par un risque ou un événement particulier (ex. : nettoyage, impératif de sécurité), - et en présence de l intéressé ou si celui-ci a été préalablement prévenu. Le salarié peut exiger la présence d un témoin. Concernant la drogue Le comité consultatif national d éthique pour les sciences de la vie et de la santé a évoqué la possibilité d établir l usage de stupéfiants pour les postes comportant des exigences importantes en matière de sécurité. Selon ce comité, le dépistage pourrait intervenir lors des visites médicales d embauche et périodique. Pour ces contrôles, le comité préconise au médecin du travail d informer préalablement le salarié sur l objet du test et sur les éventuelles conséquences sur son emploi en cas de test positif. Le code du travail n ayant pas visé l usage et la détention de drogue sur le lieu de travail, le règlement intérieur ne peut imposer, quelle que soit les circonstances, ce dépistage Utiliser les témoignages L employeur peut également recourir à des témoignages pour prouver les faits qu il avance. Le témoignage est un mode de preuve recevable sous réserve qu il ait été donné librement. En outre, il devra répondre à certaines conditions de fond et de forme prévues par le nouveau code de procédure civile; - Être écrit à la main ; - Établit par le salarié seul réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril

4 - Être accompagné de la photocopie de la carte d identité du salarié témoin Choisir la sanction Exclusion faite du licenciement pour motif économique, il existe différents types de licenciement possible; - Le licenciement pour motif personnel non disciplinaire - Le licenciement pour motif personnel disciplinaire Quelle que soit la forme du licenciement pour lequel l employeur opte, il devra se conformer aux procédures applicables et veiller au respect des protections éventuellement prévues par le code du travail. En cas de consommation ou de détention d alcool (ou de drogue) sur le lieu de travail l employeur pourra, selon les circonstances de l espèce, envisager soit ; 1/ le licenciement pour motif non disciplinaire - Mauvaise exécution du contrat de travail (du à une consommation d alcool ou de drogue) - Inaptitude (décidée par le médecin du travail) 2/ le licenciement pour motif disciplinaire - Violation d une règle de discipline applicable dans l établissement En cas de licenciement pour motif disciplinaire constitutif d une faute grave, il peut être envisagé une mise à pied conservatoire. 2.2 Prévenir Le CHSCT Le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé physique et mentale et à la sécurité des travailleurs ainsi qu à l amélioration des conditions de travail, et de veiller à l observation des prescriptions législatives et réglementaires fixées en ces matières. Son rôle est donc de procéder régulièrement à des analyses des risques professionnels, à des inspections et enquêtes en matière d hygiène de sécurité de travail et d accidents de travail. De plus, le CHSCT contribue à la prévention des risques professionnels dans l établissement, notamment en suscitant toute initiative qu il juge utile dans cette perspective et en proposant des actions de prévention (art. L à L C. trav.). Cette institution est donc l interlocuteur désigné pour évoquer les problématiques relatives à la consommation d alcool ou de drogue. Rappelons qu à défaut de CHSCT, ce sont les délégués du personnel qui se verront attribuer le rôle du comité d hygiène Le règlement intérieur Le règlement intérieur ne peut comporter des dispositions apportant aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché. Compte tenu de la spécificité du secteur sanitaire, social et médico-social, une interdiction totale de consommation et de détention semble donc légitime. Le contact avec une population fragile ou d enfants semble pouvoir justifier une telle restriction Le médecin du travail Selon les dispositions du code du travail, le médecin a pour rôle ; - l amélioration des conditions de vie et de travail dans l entreprise ; réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril

5 - l hygiène générale de l établissement ; - l adaptation des postes, des techniques et des rythmes de travail à la physiologie humaine ; - la protection des salariés contre l ensemble des nuisances, et notamment contre les risques d accidents du travail ou d utilisation des produits dangereux ; - l hygiène dans les services de restauration ; - l éducation sanitaire dans le cadre de l établissement en rapport avec l activité professionnelle. Dans le cadre de ses missions, le médecin du travail est le seul à pouvoir faire pratiquer des examens complémentaires Les alertes professionnelles Il s agit d un dispositif consistant en l organisation des modalités selon lesquelles les salariés, ou toute autre personne exerçant une activité dans l entreprise, peuvent signaler au chef d entreprise ou, éventuellement, à d autres personnes désignées à cet effet, des problèmes pouvant sérieusement affecter l activité de l entreprise ou engager gravement la responsabilité de l employeur. L alerte professionnelle peut être mise en place par décision unilatérale de l employeur ou par voie négociée (au niveau de la branche, du groupe, de l entreprise ou de l établissement). Le mode de mise en place sera fonction des domaines dans lesquels ce dispositif interviendra. L utilisation du dispositif d alerte doit demeurer facultative. L anonymat doit pouvoir être conservé, particulièrement dans le cas de signalements particulièrement lourds ou sensibles (circ. DGT 2008/22 du 19 novembre 2008). réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril

Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences.

Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences. Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences. 1 Alcool et conduites addictives au travail La jurisprudence et les textes de loi encadrent strictement

Plus en détail

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G (1) L établissement d un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises ou établissements où sont employés habituellement au moins 20 salariés. Règlement intérieur Voir commentaire -1 Le règlement

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU

ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU SÉMINAIRE MSA SANTÉET SÉCURITÉ AU TRAVAIL ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU TRAVAIL MSA ARDÈCHE

Plus en détail

Les conduites addictives : cadre juridique

Les conduites addictives : cadre juridique Les conduites addictives : cadre juridique Cadre général législatif et réglementaire Le règlement intérieur et la détection d alcool/cas de contrôle de l état d alcoolémie La preuve de l état de l agent

Plus en détail

Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail

Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail 1 Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail Céline CZUBA Juriste droit social ; Doctorante en Droit/Santé/Travail, ISTNF / LILLE 2 Le 6 février 2013, Rencontres «Nucléaire & Santé»,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SECURITE

REGLEMENT INTERIEUR SECURITE REGLEMENT INTERIEUR DE SECURITE OBJET ET CHAMP D APPLICATION ARTICLE 1 Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser, sur certains points, l application de la réglementation hygiène et sécurité

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

Evaluation Prévention. Sanctions

Evaluation Prévention. Sanctions Evaluation Prévention Traitement Sanctions Introduction Définitions Prévention des risques psychosociaux -> identification et évaluation -> les acteurs -> les outils Sanctions des atteintes psychosociales

Plus en détail

Règlement intérieur Hygiène sécurité de la COMMUNE D AMBES

Règlement intérieur Hygiène sécurité de la COMMUNE D AMBES Règlement intérieur Hygiène sécurité de la COMMUNE D AMBES Objet et champ d application Article 1 Le présent règlement rappelle et précise certaines règles applicables en matière d'hygiène et de sécurité

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION GENERALITES L association a été crée par déclaration en date du 4 août 1988, à la Sous Préfecture de GRASSE, sous le titre EDIFORM (J.O. du 7 septembre

Plus en détail

Par un jugement n 1201512 du 27 mars 2014, le tribunal administratif de Nîmes a fait droit à cette demande.

Par un jugement n 1201512 du 27 mars 2014, le tribunal administratif de Nîmes a fait droit à cette demande. COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE MARSEILLE N 14MA02413 MINISTRE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL c/ SAS Sud Travaux Mme Jorda-Lecroq Rapporteur M. Deliancourt Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 De l obligation générale de sécurité de l élu-employeur vis-à-vis de ses agents "L'employeur prend les mesures nécessaires

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TYPE

REGLEMENT INTERIEUR TYPE REGLEMENT INTERIEUR TYPE I. Préambule Article 1 : OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1 Ce règlement : fixe les règles de discipline intérieure, rappelle les garanties qui sont attachées à l application de

Plus en détail

PLACE DU SST DANS LE CHAMP. Alcool et travail

PLACE DU SST DANS LE CHAMP. Alcool et travail PLACE DU SST DANS LE CHAMP Alcool et travail Dr M.C SOULA MIRTMO Dr A.GILLET DRTEFP IDF Décembre 2006 Plan 1. Quelques chiffres 2. Rappels chronologiques et juridiques 3. Méthodologie d intervention et

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

Le droit français confronté au risque de la souffrance au travail. STIVALA Aurélien 20 juin 2012

Le droit français confronté au risque de la souffrance au travail. STIVALA Aurélien 20 juin 2012 Le droit français confronté au risque de la souffrance au travail STIVALA Aurélien 20 juin 2012 Propos introductifs (1) La santé au travail est devenue une question de société La valeur travail est importante

Plus en détail

Les aspects juridiques de l inaptitude

Les aspects juridiques de l inaptitude Journée d étude du 09 octobre 2015 UD CGT du Puy de Dôme Les aspects juridiques de l inaptitude 1 Plan 1 ère partie : introduction 2 ème partie : la constatation de l inaptitude 3 ème partie : l obligation

Plus en détail

CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014

CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014 CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014 1 - CAS PRATIQUE Vous allez avoir la tâche aussi nécessaire que délicate de revoir votre P.-D.G. pour lui dire si son approche peut être retenue. Que lui dites-vous? Un accord

Plus en détail

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Intervention du 2 juin 2009 Vincent CARON, Avocat associé cabinet FIDAL Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Directeur du pôle Santé et sécurité au

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR Alcool et Travail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR Alcool et Travail DRH / Pôle Santé Sécurité au Travail et Actions Sociales RÈGLEMENT INTÉRIEUR Alcool et Travail Le présent règlement intérieur a pour objet d informer les agents, de les protéger et de prévenir les situations

Plus en détail

Par Maître Olivier PASSERA Avocat au Barreau de TOULOUSE Ancien responsable du Contentieux CPAM

Par Maître Olivier PASSERA Avocat au Barreau de TOULOUSE Ancien responsable du Contentieux CPAM Par Maître Olivier PASSERA Avocat au Barreau de TOULOUSE Ancien responsable du Contentieux CPAM L OBLIGATION GENERALE DE SECURITE DE L EMPLOYEUR Article L.4121-1 Code du Travail «L'employeur prend les

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS

CHARTE D ENGAGEMENTS CHARTE D ENGAGEMENTS (Règlement intérieur) Le présent règlement, établi conformément aux articles L 6352-3, L 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du Code du Travail, a pour objet de présenter : Les principales

Plus en détail

DESPISTAGE ALCOOL & CANNABIS

DESPISTAGE ALCOOL & CANNABIS RISQUE ROUTIER EN ENTREPRISE DESPISTAGE ALCOOL & CANNABIS DTENC -OrellySTRETER Chef de la section juridique CADRE JURIDIQUE Code de la santé publique : Interdiction de consommer des stupéfiants - Articles

Plus en détail

Le risque alcool au travail PRÉVENIR ET AGIR

Le risque alcool au travail PRÉVENIR ET AGIR CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le risque alcool au travail PRÉVENIR ET AGIR Octobre 2007 1 LES ENJEUX DE LA PRÉVENTION DU RISQUE ALCOOL De nombreuses collectivités sont confrontées

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L EMPLOYEUR

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L EMPLOYEUR LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L EMPLOYEUR Au niveau de l entreprise, l employeur dispose de 3 pouvoirs : * Le pouvoir de direction * Le pouvoir réglementaire * Le pouvoir disciplinaire C est au pouvoir disciplinaire

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Emploi- Emploi privé- Existence d un contrat de travail- Licenciement fondé sur l état de grossesse de la réclamante - Observations. La réclamante est embauchée

Plus en détail

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE Lors de l embauche 1. L employeur peut-il demander au candidat s il détient le permis

Plus en détail

Pouvoir de direction - Définition

Pouvoir de direction - Définition L'étude du pouvoir de direction conduit à s'interroger sur le fondement du rapport inégalitaire entre employeurs et salariés dans un contexte d'égalité civile. L'employeur dispose d'un pouvoir général

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

pratiques Sanctionner un salarié les erreurs à éviter

pratiques Sanctionner un salarié les erreurs à éviter pratiques [pouvoir disciplinaire de l employeur] Sanctionner un salarié les erreurs à éviter Qu il s agisse de prononcer un avertissement ou un licenciement pour faute lourde, l exercice du droit disciplinaire

Plus en détail

26. Le règlement intérieur

26. Le règlement intérieur 26. Le règlement intérieur 26 Le règlement intérieur 1 - Qu est-ce qu un règlement intérieur? 2 - Quand et comment établir un règlement intérieur? 3 - Quel doit être le contenudu règlement intérieur? 4

Plus en détail

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur.

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Sommaire : 1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Définition. Les fondements. Conditions de recours. Le déroulement de la procédure. 2. La contre-visite médicale, les intérêts pour

Plus en détail

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR 1. Qu est-ce qu un usage? 2. Quels sont les critères constitutifs de l usage? 3. Qu est-ce qu un engagement unilatéral de l employeur? 4. Quelle est la

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

Des motifs de recours presque identiques

Des motifs de recours presque identiques pratiques [travail temporaire] Qu est-ce qui distingue le contrat d intérim du CDD? La réglementation du contrat de travail temporaire est, pour une large part, le décalque de celle du contrat à durée

Plus en détail

4. Paiement des heures supplémentaires

4. Paiement des heures supplémentaires 4. Paiement des heures Calcul des heures Calcul à la semaine civile... 52 Exceptions... 53 Tableau des exceptions... p. 41 Accomplissement des heures Un travail commandé... 57 Pouvoir de direction de l

Plus en détail

2/5. 2) Quant à la légalité des contrôles de sûreté effectués à l aéroport

2/5. 2) Quant à la légalité des contrôles de sûreté effectués à l aéroport 2/5 1) Quant à l intensité des contrôles de sûreté effectués de façon répétée et à l improviste, tant au niveau des postes de contrôle (PIF) que dans les zones de sûreté de l aéroport à l égard des salariés

Plus en détail

Le règlement intérieur de l entreprise

Le règlement intérieur de l entreprise Le règlement intérieur de l entreprise Philippe DI MAGGIO Direction du travail et de l emploi Le règlement intérieur est un document qui précise un certain nombre d'obligations, notamment en matière d'hygiène,

Plus en détail

Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010

Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010 Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010 Religion - Emploi secteur privé absence de discrimination. Délibération relative au licenciement pour faute grave d un agent hôtelier d une maison de retraite

Plus en détail

MISE A DISPOSITION TEMPORAIRE DE PERSONNEL A BUT NON LUCRATIF

MISE A DISPOSITION TEMPORAIRE DE PERSONNEL A BUT NON LUCRATIF MISE A DISPOSITION TEMPORAIRE DE PERSONNEL A BUT NON LUCRATIF La mise à disposition constitue un prêt de main d œuvre, lequel est strictement encadré par les articles L. 8231-1 et L. 8241-1 du Code du

Plus en détail

LA DESIGNATION DES DELEGUES SYNDICAUX

LA DESIGNATION DES DELEGUES SYNDICAUX LA DESIGNATION DES DELEGUES SYNDICAUX De nouvelles conditions de désignation des délégués syndicaux ont été posées par la loi du 20 août 2008 relative à la démocratie sociale et au temps de travail. Ainsi,

Plus en détail

Journée d étude : Elus CHSCT France Télécom du 12 janvier 2006

Journée d étude : Elus CHSCT France Télécom du 12 janvier 2006 Les missions et les droits du CHSCT Journée d étude : Elus CHSCT France Télécom du 12 janvier 2006 1 Le CHSCT est consulté Avant les décisions d aménagements importants modifiant les conditions d hygiène

Plus en détail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail Introduction La santé et la sécurité au travail sont, aujourd hui, l objet d enjeux très importants en termes d accidents du travail et de maladies professionnelles dont nous rappellerons les définitions.

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

NUMERO SPECIAL ALCOOL ET DISCIPLINE. 7 avril 2015

NUMERO SPECIAL ALCOOL ET DISCIPLINE. 7 avril 2015 N 14 La rubrique Info du Pôle Conseil et Accompagnement statutaire du Centre Départemental de Gestion de Loir-et-Cher NUMERO SPECIAL ALCOOL ET DISCIPLINE 7 avril 2015 Le Pôle Conseil et accompagnement

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE DELEGUE DU PERSONNEL

FICHE PRATIQUE LE DELEGUE DU PERSONNEL FICHE PRATIQUE LE DELEGUE DU PERSONNEL Consternant mais réel constat dans le secteur associatif : la représentation du personnel dans nos structures reste anecdotique, en dépit des obligations légales

Plus en détail

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012.

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012. Introduction La loi n 2005-102 du 11 février 2005, sur l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a marqué un tournant dans la prise en charge de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR INSTITUT FRANCOPHONE POUR LE DEVELOPPEMENT DU SELF LEADERSHIP IFS FRANCOPHONIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

REGLEMENT INTERIEUR INSTITUT FRANCOPHONE POUR LE DEVELOPPEMENT DU SELF LEADERSHIP IFS FRANCOPHONIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES REGLEMENT INTERIEUR INSTITUT FRANCOPHONE POUR LE DEVELOPPEMENT DU SELF LEADERSHIP IFS FRANCOPHONIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Conformément aux dispositions des articles L.6352-3 et suivants du

Plus en détail

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique CONFEDERATION FRANÇAISE DU COMMERCE DE GROS ET DU COMMERCE I NTERNATION AL Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique Licenciement économique p.1 Harcèlement

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. SARL AIMI Agence Internationale de Management Intégré

LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. SARL AIMI Agence Internationale de Management Intégré LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SARL AIMI Agence Internationale de Management Intégré INTRODUCTION Gérant, Directeur d'établissement, Maires, Profession indépendante, Responsable

Plus en détail

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-15384 11-21994 Non publié au bulletin Rejet M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

- La stabilisation des relations professionnelles entre employeurs et employés

- La stabilisation des relations professionnelles entre employeurs et employés La réglementation du travail en Tunisie Le nouveau code du travail (tel que modifié par les lois 94-29 du 21 Février 1994 et 96-62 du 15 Juillet 1996) a apporté des modifications significatives permettant

Plus en détail

Risque routier Contexte réglementaire

Risque routier Contexte réglementaire Risque routier Contexte réglementaire C. Gayet INRS La prévention du risque routier au travail 14 octobre 2008 Le contexte réglementaire Employeur : obligation de sécurité et responsabilités Salarié :

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE

REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE REGLEMENT INTERIEUR I - PREAMBULE ARTICLE PREMIER - Objet et champ d'application 1.1 Conformément à la loi (C. trav., art. L. 122-33), ce règlement fixe les règles de discipline intérieure en rappelant

Plus en détail

Outils pour l action syndicale N 6

Outils pour l action syndicale N 6 Santé au Travail Outils pour l action syndicale N 6 De nombreuses équipes syndicales de l Union syndicale Solidaires se trouvent confrontées à des situations où les salariés sont en péril grave ou imminent.

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 jeudi 5 septembre 2013 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 Mme X. / Vacances Carrefour DISCUSSION Sur le moyen unique Attendu, selon l arrêt attaqué (Versailles, 8 septembre 2011),

Plus en détail

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise L habilitation est la reconnaissance par l employeur, de la capacité d une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

Le CDD à objet défi ni

Le CDD à objet défi ni Le CDD à objet défi ni Le syndicat au service des cadres, ingénieurs, techniciens, agents de maîtrise et forces de vente Octobre 2010 CDD à objet défini : le miroir aux alouettes! Le CDD à objet défini

Plus en détail

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL Logo de l entreprise L entreprise XYZ Inc. «EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL de L ENTREPRISE XYZ INC. Avril 2008 BUT DE LA POLITIQUE...2 DÉFINITIONS...2 CHAMP D

Plus en détail

du 1 er juillet au 31 août 2014

du 1 er juillet au 31 août 2014 du Secteur Juridique FO du 1 er juillet au 31 août 2014 Textes législatifs et réglementaires La consommation d alcool sur le lieu de travail Le décret n 2014-754 du 1 er juillet 2014 est venu modifier

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3245 Convention collective nationale IDCC : 1501. RESTAURATION RAPIDE AVENANT DU 20 AVRIL 2006 RELATIF

Plus en détail

RESTRICTIONS D APTITUDE MODE D EMPLOI. François GUILLON

RESTRICTIONS D APTITUDE MODE D EMPLOI. François GUILLON RESTRICTIONS D APTITUDE MODE D EMPLOI François GUILLON MOTIVATIONS Qu en est-il de cet outils essentiel à la prévention des risques professionnels? Que modifie le loi du 20 juillet 2011 sur la santé au

Plus en détail

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche?

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? 1 SOMMAIRE p. 3 > Les différentes formes de discrimination p. 4 > La protection contre les discriminations p. 9 > Les preuves de discriminations

Plus en détail

Délibération n 2011-35 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations.

Délibération n 2011-35 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. Délibération n 2011-35 du 21 mars 2011 Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. La réclamante, qui porte le foulard, s est vue refuser l accès

Plus en détail

LE TELETRAVAIL. Pour bénéficier du télétravail, les salariés concernés doivent répondre à cette définition.

LE TELETRAVAIL. Pour bénéficier du télétravail, les salariés concernés doivent répondre à cette définition. LE TELETRAVAIL Textes de référence : ANI du 19 juillet 2005 / Article L. 1222-9 du code du travail / Article L. 1222-10 du code du travail / Article L. 1222-11 du code du travail QU EST-CE QUE LE TELETRAVAIL?

Plus en détail

Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique

Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique De très ancienne tradition, le secret médical reste un des piliers de l'exercice de la médecine contemporaine. En effet, «il n y a pas de soins

Plus en détail

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL La santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses constituent un enjeu majeur sur les lieux de travail. À titre de dirigeants et dirigeantes de sections locales, il

Plus en détail

reclassement 10 12 2013

reclassement 10 12 2013 Le reclassement 10 12 2013 Contrat et inaptitude? Fin de la suspension du contrat de travail : - l employeur doit entamer une procédure de recherche active de reclassement, - le salarié doit se tenir à

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité

Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité Chapitre 1 : liberté et droit du travail Jean Emmanuel Ray : on passe du salarié citoyen, au citoyen salarié I. Reconnaissance

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

S.A.S VM 28000. Rue du Médecin Général Beyne. 28000 Chartres REGLEMENT INTERIEUR

S.A.S VM 28000. Rue du Médecin Général Beyne. 28000 Chartres REGLEMENT INTERIEUR S.A.S 28000 Chartres REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 - DISPOSITIONS GENERALES Le présent règlement, établi conformément aux textes en vigueur, précise pour le bon fonctionnement de l entreprise et ce, y

Plus en détail

LA JOURNEE DE SOLIDARITE

LA JOURNEE DE SOLIDARITE N 76 - SOCIAL n 36 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 6 mai 2009 ISSN 1769-4000 LA JOURNEE DE SOLIDARITE L essentiel La journée de solidarité a été mise en place par la loi du 30 juin 2004

Plus en détail

Congés payés : comment gérer les imprévus?

Congés payés : comment gérer les imprévus? Congés payés : comment gérer les imprévus? La période des congés payés a d ores et déjà débuté. Les dates de chacun sont arrêtées depuis plusieurs semaines et certains sont déjà partis. Restent les imprévus

Plus en détail

Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3 le risque d absentéisme.

Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3 le risque d absentéisme. 1 Près de 2/3des entreprises de plus de 50 salariés ont été confrontées à des problèmes liés à l alcool. Dans 20 %des accidents du travail, l alcool est présent: 50 %sont mortels. Elle multiplie par 3

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 février 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba.

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba. Pour obtenir plus de renseignements sur ces lignes directrices basées sur le Code des droits de la personne, veuillez communiquer avec le bureau de la Commission des droits de la personne du Manitoba de

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail - Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail Le renforcement de l interdiction de fumer répond à une problématique de santé publique, mais concerne aussi les questions de santé

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Cgt Force Ouvrière 28 rue des petits Hôtels 75010 Paris

Fédération des Employés et Cadres Cgt Force Ouvrière 28 rue des petits Hôtels 75010 Paris 27 mai 2014 EDITORIAL Maladie et licenciement, congés payés après un congé maternité et licenciement, salarié protégé et licenciement, trois arrêts concernant ces types de situation à lire dans le présent

Plus en détail

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés Rôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés Qu est-ce que OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche 2011-2015 relatif à l Obligation

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015 Conformément à l article 51 du décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l hygiène et la sécurité au travail ainsi qu à la prévention médicale de la fonction publique, le CHSCT de l Université d Aix

Plus en détail

Exécution et rupture du contrat de travail d un travailleur sans papiers http://www.chronique-ouvriere.fr/spip.php?article33

Exécution et rupture du contrat de travail d un travailleur sans papiers http://www.chronique-ouvriere.fr/spip.php?article33 Exécution et rupture du contrat de travail d un travailleur sans papiers http://www.chronique-ouvriere.fr/spip.php?article33 I. Exécution du contrat de travail Le socle des droits au travail des «sans

Plus en détail

Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi

Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi Par le Docteur Nicolas SANDRET D.R.T.E.EP. 66, rue de Mouzaia - 75931 PARIS Tél : Ol 44 84 25 17 - Fax : O1 42 41 22 77 Le législateur, par la loi sur la non-discrimination,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Paris, le 14 juin 2013 Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 et son Préambule ; Vu la loi organique n 2011-333

Plus en détail

L imprégnation alcoolique est à l origine de 20 à 30% des accidents du travail et de 40% des accidents graves ou mortels de la route.

L imprégnation alcoolique est à l origine de 20 à 30% des accidents du travail et de 40% des accidents graves ou mortels de la route. L imprégnation alcoolique est à l origine de 20 à 30% des accidents du travail et de 40% des accidents graves ou mortels de la route. Lors de ses actions de prévention du risque routier, l entreprise est

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail