Briefing 6 (deuxième révision)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Briefing 6 (deuxième révision)"

Transcription

1 TASK FORCE Union Economique et Monétaire Briefing 6 (deuxième révision) Briefing préparé par la Direction Générale des Etudes Division Affaires économiques Les avis exprimés ici sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position du Parlement européen Constatant que la Belgique satisfaisait à l'ensemble des critères de convergence, la Commission et l'institut monétaire européen ont recommandé son entrée dans la monnaie unique dès le 1er janvier 1999, tout en soulignant l'ampleur de l'effort à accomplir pour résorber une dette publique massive. Luxembourg, 22 avril 1998

2 Sommaire Introduction... 3 I. La Belgique et les critères de convergence... 4 a) L inflation... 4 b) Le déficit budgétaire... 5 c) La dette publique... 6 d) Les taux d'intérêts à long terme... 9 e) La participation au mécanisme de change f) La croissance économique g) Le chômage h) La balance des paiements courants i) L'indépendance de la Banque de Belgique II. La situation politique de la Belgique a) Le gouvernement b) Partis politiques d) Patronat et Syndicats e) L'Opinion publique Tableaux et Graphiques Tableau 1: Les quatre indicateurs de convergence pour la Belgique (en %) 4 Tableau 2: Dette brute des administrations publiques - caractéristiques structurelles 7 Tableau 3: Caractère soutenable de l'évolution de la dette 8 Tableau 4: Prévisions concernant le ratio de dépendance des personnes âgées 9 Tableau 5: Evolution des taux d'intérêts à long terme 10 Tableau 6: Chômage en Belgique et dans l'ue (en % de la population active) 11 Tableau 7: La balance des paiements courants de la Belgique et de l'ue 12 Graphique 1: L'inflation en Belgique (en %) 5 Graphique 2: Déficit budgétaire (% du PIB) 6 Graphique 3: La dette publique belge (% PIB), Graphique 4: Croissance du PIB et Chômage (%) 10 Auteurs: François-Xavier Camenen et Ben Patterson Editeur: Ben Patterson 2

3 Introduction Le 25 mars, la Commission et l'institut monétaire européen ont chacun publié leur rapport sur les progrès accomplis dans la voie de la réalisation des critères de convergence de l'union économique et monétaire. Par ailleurs, la Commission a publié sa recommandation relative aux États membres pouvant er prétendre à participer à la monnaie unique le 1 janvier Elle estime que onze pays remplissent les critères, à savoir l'allemagne, l'autriche, la Belgique, l'espagne, la Finlande, la France, l'irlande, l'italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Portugal. Le Danemark et le Royaume-Uni satisfont aux critères, mais ont exercé leur droit de ne pas participer pour le moment. La recommandation doit à présent être entérinée par le Conseil des ministres de l'économie et des finances (ECOFIN), par le Parlement européen et, en dernière instance, par le Conseil des chefs d'état ou de gouvernement, le 2 mai. * La Belgique a depuis toujours manifesté la volonté la plus ferme d'entrer dans l'union monétaire dès l'entrée en vigueur de celle-ci. Cet objectif a eu le soutien des gouvernements successifs, de l'ensemble des forces politiques, des medias et de l'opinion publique dans un pays où le sentiment pro-européen est quasi unanime. La qualité de membre fondateur de la Communauté européenne, le lien du franc belge avec le mark et l'union monétaire avec le Luxembourg rendaient d'ailleurs difficilement envisageable l'exclusion de la Belgique du premier cercle de la monnaie unique. Mais toutes ces bonnes raisons se heurtaient à un obstacle: l'état préoccupant des finances publiques belges, en l'occurrence non pas tant le déficit budgétaire, qui tendait à diminuer rapidement, que la dette qui se maintenait à des sommets par rapport au critère fixée par le traité. Il était donc essentiel que ce critère ne soit pas conçu comme une limite absolue mais comme une valeur de référence: c'est-à-dire qu'un pays n'était pas tenu de respecter ce chiffre à la lettre, mais qu'on exigeait seulement de lui qu'il s'en rapproche à un rythme suffisamment rapide pour qu'on puisse penser qu'il le rejoindrait dans un avenir assez rapproché. La Belgique satisfaisant à tous les autres critères, c'est cette lecture en tendance du critère de la dette publique qui a permis à la Commission européenne aussi bien qu'à l'institut monétaire européen de conclure que le pays se qualifiait pour l'entrée dans la monnaie unique dès sa création. 3

4 I. La Belgique et les critères de convergence Les rapports de la Commission et de l'institut monétaire européen (25 mars 1998) constatent tous les deux que la Belgique respecte à la lettre quatre critères de convergence sur cinq: trois indicateurs chiffrés plus la participation au mécanisme de change du Système monétaire européen. Pour le dernier critère, le ratio dette publique/pib, qui est loin de la valeur de référence, ils estiment malgré tout que la tendance est suffisamment orientée vers la baisse. Tableau 1: Les quatre indicateurs de convergence pour la Belgique (en %) Inflation Déficit Dette Taux d'intérêt budgétaire/ publique/pib à long terme PIB ,7 3,9 131,3 7, ,3 3,2 126,9 6, ,4* 2,1 122,2 5,7* Prévisions ,3 1,7 118,1 5,7 * Exactement de février 1997 à janvier 1998 (les 12 mois précédant l'évaluation: période de référence du traité). a) L inflation Le traité fixait comme limite d'inflation à ne pas dépasser: 1,5 point de pourcentage de plus que la moyenne des trois pays les plus performants durant la période de référence constituée par les douze mois précédant l'examen. Cette limite étant de 2,7 % (période de référence: début février fin janvier 1998), la Belgique avec 1,4 % remplit très largement l'exigence du traité. Ce très bon résultat consacre un mouvement de réduction d'ensemble depuis le début des années 90, largement imputable au maintien d'un lien étroit avec le mark allemand dans le cadre du Système monétaire européen et aux limitations des hausses de salaires. 4

5 Graphique 1: L inflation en Belgique (en %) L'Union monétaire et la Belgique * février janvier 1998 prévision Source: Rapport de l'ime sur la convergence et Commission européenne Les prévisions pour les deux prochaines années sont au maintien de ce niveau très bas, 1,3 % pour 1998, 1,5 pour b) Le déficit budgétaire Le traité prévoit une limite de déficit de 3 % du PIB, qui peut toutefois être dépassée légèrement soit à titre exceptionnel soit à l'issue d'une diminution substantielle et constante. Avec 2,1 %, la Belgique remplit très amplement cette condition. Mais ce très bon résultat est tout récent. Les premières années de la décennie 90 ont connu une montée très forte du déficit qui tournait autour de 7 % en Cette montée découle évidemment des difficultés économiques de ces années qui ont fait jouer les "stabilisateurs automatiques" que sont les transferts sociaux. Pour l'enrayer, les autorités publiques ont entrepris un vigoureux effort d'assainissement motivé justement par le souci de la convergence européenne. Un premier "programme de convergence" lancé pour la période a visé à contenir les dépenses primaires (dépenses des administrations publiques autres que la charge de la dette), surtout sociales, et à stabiliser les recettes, y compris par l'augmentation des impôts. Le budget 93 et les suivants ont porté la marque de ces objectifs à tel point que la diminution du déficit a été continue depuis 1994 jusqu'à atteindre le très bas niveau constaté pour 1997 par l'évaluation européenne. 5

6 Le progrès devrait d'ailleurs se poursuivre à la suite d'un deuxième plan de convergence lancé pour les années Dans le cadre de ce programme, qui comporte de nouveaux efforts en matière tant de dépenses que de recettes, il est prévu de ramener le déficit à 1,7 % en 1998 et 1,4 % en l'an Graphique 2: Déficit budgétaire (% du PIB) * prévision Source: Commission européenne et Institut monétaire européen c) La dette publique Dans le cadre de la procédure relative aux déficits excessifs, le traité prévoit un ratio de 60 % entre la dette publique et le PIB comme limite à ne pas dépasser ou tout au moins à rejoindre à un rythme satisfaisant. Avec le plus fort ratio de tous les Etats membres, la dette publique est depuis plusieurs années la pierre d'achoppement de la Belgique dans ses efforts de qualification pour la monnaie unique. Le mouvement de la dette est évidemment parallèle à celui du déficit budgétaire. Son niveau connaît une hausse très marquée dans les premières années de la décennie 90 qui traduit l'accroissement des engagements nécessaires pour faire face aux dépenses requises par les difficultés économiques. On aboutit ainsi au record de 1993: 135,2 %. 6

7 Graphique 3: La dette publique belge (% PIB), L'Union monétaire et la Belgique * prévision Sources: EUROSTAT, Institut monétaire européen et Commission européenne Tableau 2: Dette brute des administrations publiques - caractéristiques structurelles Dette totale (en % du PIB) 125,7 122,2 Composition par monnaie (en % du total) En monnaie nationale 86,2 92,7 En monnaie étrangère 13,8 7,3 Détention par les résidents (% du total) 80,3 78,2 Echéance moyenne* (années) 3,4 4,3 Composition par échéance (% du total) Courte terme** (moins qu'un an) 39,3 24,6 Moyen terme (1 à 5 ans) 31,8 35,7 Long terme (plus que 5 ans) 28,9 39,7 * Echéance résiduelle. Uniquement dette du Trésor. ** Y compris la dette à court terme et la dette liée à des taux d'intérêt à court terme Source: Rapport sur la Convergence, Institut Monétaire Européen, mars

8 L'effort d'assainissement budgétaire entrepris à partir de 1993 a par la suite contribué à réduire la dette. Les recettes des privatisations d'entreprises publiques (DEXIA I et II; CGER II; GIM V) ont joué leur rôle. On ajoutera que les pouvoirs publics ont agi aussi sur la structure de la dette: transformation de la dette en devises en dette en monnaie nationale, accent mis sur la réduction de la dette à court terme. Le taux d épargne en Belgique se monte à plus de 20% du PIB. Des milliards de FB qui constituent la dette publique belge, 92,7% sont libellés en francs belges. Les résidents belges en détiennent 78,2% et les non résidents le reste. Enfin, les emprunts et les obligations à moyen ou à long terme représentent plus de 85% de la dette, le reste consistant en des devises et des dépôts, des effets et des obligations à court terme et autres emprunts à court terme. Tableau 3: Caractère soutenable de l'évolution de la dette Ratio de Variation Solde Solde Écart à Nombre Année où la dette du ratio primaire primaire combler d'années le ratio de publique de la dette effectif en nécessaire pour nécessaire la dette en (en à la stabiliser pour tombera (en % du (en % du % du stabilisa- la dette* ramener au- PIB) PIB) PIB) tion de la en 1997 le ratio de dessous dette en (en % du la dette de 60% 1997 (en PIB) au- du PIB** % du dessous PIB) de 60% du PIB** (1) (2) (3)=(2)-(1) BEL 122, ,8 2,7-3, EUR 72,1-0,9 2,6 1,3-1, * Un signe négatif indique que le solde primaire effectif est suffisant pour faire baisser le ratio de la dette en L'ajustement stocks-flux n'est pas pris en compte pour ces calculs. ** Les calculs ont été effectués comme suit: budgets économiques du printemps 1998 pour le ratio de la dette jusqu'en 1999, et projections pour les années ultérieures, les taux d'intérêt sur la dette publique étant fixés à un niveau commun de 6%, les taux d'inflation à 2%, les ajustements stocks-flux à zéro, et les taux de croissance réelle du PIB tendanciel et les soldes primaire étant supposés constants aux niveaux prévus pour chaque État membre en Source: "EURO 1999" (Rapport de la Commission Européenne du 25 mars 1998), Tableau 4.8, p

9 Ces efforts se sont traduits par une chute sensible de l'endettement après 1993: de 135,2 % on est passé à 122,2 % en 1997, soit une baisse de 13 points en 4 ans. Le gouvernement belge a manifesté sa volonté de poursuivre dans la même ligne. C'est ainsi que le "programme de convergence" pour prévoit une nouvelle diminution de 6 à 10 points. L'objectif à long terme reste la valeur de référence de 60 % retenue par le traité. C'est cette volonté de redressement et les résultats déjà obtenus que la Commission et l'institut monétaire européen ont pris en considération dans leurs avis de mars Malgré le chiffre toujours très élevé de la dette, ils ont estimé que la situation de "déficit excessif" avait été corrigée. L'IME ne manque pas toutefois de relever l'ampleur de la tâche qui reste à accomplir pour rejoindre la valeur de référence du traité. Le maintien des efforts actuels, soit un déficit budgétaire global de 1,7 % en 1997, ne permettrait d'y parvenir qu'en 2031 (en 2007, la dette serait encore de 93,4 %). Pour y arriver en 10 ans, il faudrait dès 1999 obtenir un surplus budgétaire global de 2,7 % par an et un surplus primaire de 8 %. Cela suppose que le gouvernement en fasse l'une de ses priorités fondamentales, y applique une énergie sans faille, et obtienne le soutien des forces politiques et de l'opinion publique sur les sacrifices à consentir. Si l'on s'attarde sur le ratio de dépendance des personnes âgées (population âgée de 65 ans et plus par rapport à celle âgée entre 15 et 64 ans), on peut s'apercevoir que ce ratio tend à croître de manière importante; il est prévu qu' entre 1990 et 2030, il passe du simple au double. Tableau 4: Prévisions concernant le ratio de dépendance des personnes âgées Ratio de dépendance des personnes âgées 22,4 25,1 25,6 31,9 41,1 Source: Institut monétaire européen, Rapport de convergence, mars d) Les taux d'intérêt à long terme La limite fixée par le traité est de ne pas dépasser de plus de 2 points le taux moyen des trois Etats présentant les meilleurs résultats en matière de stabilité des prix pendant les douze mois précédant l'examen. Au cours de la période de référence (février janvier 1998), cette limite a été de 7,8 %. Avec 5,7 %, la Belgique est donc très nettement en deçà, résultat d'un recul d'ensemble substantiel depuis le début des années 90. 9

10 Tableau 5: Evolution des taux d'intérêts à long terme L'Union monétaire et la Belgique Février 97 - Janvier Janvier Taux belge 7,2 7,8 7,5 6,5 5,8 5,7 5,2 Valeur de 9,1 8 7,8 référence Source: IME, Eurostat e) La participation au mécanisme de change Le traité prévoit comme critère de stabilité des changes le maintien de la monnaie nationale dans les marges normales de fluctuation définies par le mécanisme du change de Système monétaire européen sans tensions graves, pendant au moins les deux années précédant l'examen. Le franc belge satisfait plus que largement à ce critère. Participant au mécanisme de change depuis sa création en 1979, il a maintenu au cours de la période de référence (mars février 1998) un rapport étroit avec son taux central vis-à-vis des autres monnaies du SME, avec seulement quelques écarts momentanés, et n'a pas connu de dévaluation. Graphique 4: Croissance du PIB et Chômage (%) Source: Commission européenne 10

11 f) La croissance La Belgique a connu depuis le début des années 90 une évolution économique irrégulière. Le ralentissement de l'activité en 1991 et 1992 a même abouti en 1993 à une sévère récession: - 1,4 % de baisse du PIB. Après la nette reprise de 1994, la croissance a de nouveau fléchi en 1995 et 1996 avant de reprendre en Tirée par les exportations et par l'investissement des entreprises, elle devrait maintenant s'accélérer avec un taux dépassant 2,5 % en 1998 et avoisinant 3 % en g) Le chômage La montée du chômage au cours de la décennie tient évidemment à la médiocrité d'ensemble de l'activité économique. On notera toutefois que cette montée est continue d'année en année, alors que la croissance a connu des hauts et des bas. C'est que le chômage a un caractère largement structurel avec une part élevée pour le chômage de longue durée et celui des jeunes. On relèvera toutefois que son niveau se maintient sensiblement au-dessous de la moyenne de l'union. Tableau 6: Chômage en Belgique et dans l'ue (en % de la population active) Prévisions 1998 Belgique 6,7 6,6 7,3 8,9 10 9,9 9,8 9,5 8,8 Union 7,7 8,3 9,3 10,9 11,3 10, ,6 10,3 européenne Source: Commission européenne h) La balance des paiements Sans en faire une exigence comparable aux cinq critères de convergence, le traité prévoit que la Commission européenne et l'institut monétaire européen tiendront compte de l'évolution de la balance des paiements courants dans leur jugement sur l'éligibilité des Etats à l'entrée dans la monnaie unique. Il s'agit en effet d'un indicateur essentiel de la capacité d'un Etat à faire face à son endettement. A cet égard, la Belgique fait partie des Etats les mieux lotis avec un excédent très substantiel et croissant depuis plusieurs années. Cette situation favorable est évidemment particulièrement bienvenue au regard du poids de la dette nationale. 11

12 Tableau 7: La balance des paiements courants de la Belgique et de l UE (en % du PIB) Prévisions 1998 Belgique 3,3 3,9 4,5 4,5 4,9 5,2 Union -0,1 0 0,4 0,8 1,2 1,1 européenne Source: Commission européenne i) L'indépendance de la Banque de Belgique Le traité sur l'union européenne (article 108) enjoint aux Etats membres de mettre leur législation en conformité avec ses dispositions et avec les statuts du Système européen des banques centrales. Il s'agit essentiellement d'assurer l'indépendance des banque centrales nationales et d'adapter leurs missions au transfert de compétences résultant de l'union monétaire. Le Parlement belge a définitivement adopté en février 1998 une loi modifiant la loi organique qui régissait la Banque de Belgique: cette dernière devient partie intégrante du Système européen des banques centrales et son indépendance est assurée pour les missions qu'elle assure au titre de ce système. La Commission européenne comme l'institut monétaire européen ont jugé cette modification législative suffisante au regard des exigences du traité. 12

13 II. La situation politique L'Union monétaire et la Belgique a) Gouvernement Suivant en cela le soutien total et constant manifesté par la Belgique au mouvement d'intégration européenne depuis son origine, le gouvernement belge n'a cesser d'appuyer le projet d'union monétaire et d'oeuvrer pour que le pays en fasse partie dès sa création. Pour atteindre ce dernier objectif, ce qui n'était pas tout à fait gagné d'avance étant donné l'état des finances publiques, il a consenti les efforts budgétaires très importants qui ont été recensés ci-dessus. Il a attaché en outre une grande importance à ce que le pays soit le mieux préparé possible à la monnaie unique pour en bénéficier pleinement. C'est ainsi qu'il a pris en 1996 des mesures pour permettre l'utilisation maximale de l'euro pendant la période transitoire, sans toutefois la rendre obligatoire. Dès le début de 1999, les particuliers et les entreprises pourront convertir gratuitement leurs comptes bancaires en francs belges en comptes en euros et effectuer des paiements en euros sur ces comptes par carte de crédit. Ils pourront aussi régler leurs impôts en euros. Les entreprises pourront établir leur comptabilité en euros. Pour assurer ces possibilités, le secteur financier et l'administration devront tout de suite travailler dans les deux monnaies. Les terminaux de paiement des commerçants et les distributeurs de billets seront adaptés pour permettre le double affichage. Il est même prévu de mettre quasi gratuitement à la disposition du public une calculette de conversion automatique. La mise en oeuvre de ces dispositions et, de manière générale, le pilotage de l'introduction de la nouvelle monnaie, ont été confiés à une instance spéciale, le Commissariat général à l'euro créé par décision du Conseil des Ministres en b) Partis politiques Qu'ils soient au gouvernement ou dans l'opposition, les partis politiques belges représentés au Parlement sont favorables à l'union monétaire. On notera seulement que les libéraux, principal parti de l'opposition, et les écologistes contestent la rapidité des efforts budgétaires consentis par le gouvernement pour respecter les critères de convergence. c) Patronat et syndicats Les organisations patronales, en particulier la plus importante d'entre elles, la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB), se sont toujours déclarées favorables à l'union monétaire. La FEB a en outre marqué sa satisfaction à l'égard du plan gouvernemental de basculement vers l'euro en raison de la souplesse qu'il laisse aux entreprises. Les syndicats de salariés, Confédération des Syndicats Chrétiens (CSC) aussi bien que Fédération Générale des Travailleurs Belges (FGTB), cette dernière de tendance socialiste, soutiennent 13

14 également l'union monétaire tout en regrettant qu'elle se fasse sur une base trop monétariste, en négligeant les impératifs de croissance et d'emploi qui nécessitent à leurs yeux une relance de la consommation. La FGTB y ajoute deux exigences qui lui paraissent d'indispensables corollaires de la monnaie unique: un pouvoir politique européen et un projet politique "qui renoue avec le préambule du traité qui faisait du bien-être de chacun la raison d'être de l'europe", ce qui suppose des politiques fiscale et sociale européennes. d) L Opinion publique Traditionnellement très favorable à l'idée européenne, l'opinion publique belge soutient l'union monétaire. Si l'on en croit le dernier sondage d'eurobaromètre (mars 1998), elle y est favorable à 57 %, ce qui est supérieur à la moyenne européenne (51 %). Les belges s'estiment toutefois en majorité insuffisamment informés - il ressort du Eurobaromètre que 26% d'entre eux s'estiment "très bien" ou "bien" informés, et 71% "pas très bien" ou "pas bien" informés - ce qui a amené les autorités à lancer une grande campagne d'information à la télévision et sous forme d'un dépliant disponible dans divers lieux ouvert au public. 14

NOTE D'INFORMATION 1 CONSEIL réuni au niveau des CHEFS D'ÉTAT/DE GOUVERNEMENT Jeudi 19 juin à Bruxelles

NOTE D'INFORMATION 1 CONSEIL réuni au niveau des CHEFS D'ÉTAT/DE GOUVERNEMENT Jeudi 19 juin à Bruxelles Bruxelles, le 18 juin 2008 NOTE D'INFORMATION 1 CONSEIL réuni au niveau des CHEFS D'ÉTAT/DE GOUVERNEMENT Jeudi 19 juin à Bruxelles Le Conseil 2 se réunira le jeudi à 17 h 00, avant le Conseil européen,

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.5.2016 COM(2016) 347 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015-

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) Analyse risque-pays -5 Janvier 2015- Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la France pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la France pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 260 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de la France pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt personnel des Nations Unies CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt Le Comité mixte de la Caisse commune des pensions s'est réuni du

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT AUX PROPOSITIONS DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT LES CONTRIBUTIONS D ASSURANCE À L INTENTION DES MEMBRES DU CONSEIL D'EXPERTS

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 La compétitivité française hypothéquée par la fiscalité Dans le transport, on a coutume de dire que la fiscalité spécifique se situe dans la moyenne européenne

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

0DUFKp LQWpULHXU OH WDEOHDX GDIILFKDJH UpYqOH GHV SHUIRUPDQFHV YDULDEOHV GH OD SDUW GHV ewdwv PHPEUHV

0DUFKp LQWpULHXU OH WDEOHDX GDIILFKDJH UpYqOH GHV SHUIRUPDQFHV YDULDEOHV GH OD SDUW GHV ewdwv PHPEUHV ,3 Bruxelles, le 28 mai 2001 0DUFKp LQWpULHXU OH WDEOHDX GDIILFKDJH UpYqOH GHV SHUIRUPDQFHV YDULDEOHV GH OD SDUW GHV ewdwv PHPEUHV /D GHUQLqUH pglwlrq GX WDEOHDX GDIILFKDJH GX PDUFKp LQWpULHXU SXEOLp DXMRXUGKXL

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15

WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15 July 2013 WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15 Le Portugal menacé d insolvabilité Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG School of Management Lille Catholic University 3, rue de la Digue F-59000

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

L'entreprise et la conjoncture économique générale

L'entreprise et la conjoncture économique générale L'entreprise et la conjoncture économique générale PF Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - La conjoncture économique 9 A. Définir la conjoncture économique...9 II - Les incidences de la politique

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Actualités Fonction Publique - Mardi 19 avril 2011-

Actualités Fonction Publique - Mardi 19 avril 2011- SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGÉ DE LA FONCTION PUBLIQUE Actualités Fonction Publique - Mardi 19 avril 2011- La politique salariale dans la Fonction publique Le calendrier des négociations salariales a été défini

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Contribution à l'audit de la dette grecque

Contribution à l'audit de la dette grecque Grèce : les vraies causes de la dette publique Contribution à l'audit de la dette grecque Michel Husson, 11 Février 2015 1 Il est très largement admis que l'explosion de la dette publique grecque entre

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget Les finances publiques québécoises 1 Germain Belzile 2 Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget prévoyant, pour l année financière 1998-1999, un déficit de $2,2 G 3.

Plus en détail

Les lois-cadre de programmation auraient une dimension pluriannuelle, pour laquelle plusieurs options étaient offertes.

Les lois-cadre de programmation auraient une dimension pluriannuelle, pour laquelle plusieurs options étaient offertes. MICHEL CAMDESSUS Paris, le 23 juin 2010 Gouverneur Honoraire de la Banque de France MC/lh 2010-103 Monsieur le Premier Ministre, J ai l honneur de vous remettre ci-joint le rapport du groupe de travail

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans Réforme des retraites «2010» Les principales règles de «droit commun» qui changent pour les fonctionnaires Ce dossier n a pas pour ambition de reprendre l intégralité des différentes réformes passées,

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

6 février 2014 AVIS II/03/2014

6 février 2014 AVIS II/03/2014 6 février 2014 AVIS II/03/2014 relatif au projet de loi - portant transposition de l article 5 de la directive 2008/8/CE du Conseil du 12 février 2008 modifiant la directive 2006/112/CE en ce qui concerne

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle Nations Unies Conseil économique et social Commission économique pour l Afrique Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique Quarante-neuvième session

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

E 4875 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 28 octobre 2009 le 28 octobre 2009

E 4875 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 28 octobre 2009 le 28 octobre 2009 E 4875 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 octobre 2009 le 28 octobre

Plus en détail

Sauvez l'europe plus que l'euro!

Sauvez l'europe plus que l'euro! Sauvez l'europe plus que l'euro! OPINIONS Jean-Jacques Rosa, Jean-Pierre Vesperini...et un groupe d'économistes européens La tribune,14/02/2014, 11:04-1830 mots Le maintien dans l'euro de la France et

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Résumé Les coûts

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 Niveau : 1 ère ES. Proposé par Thomas Blanchet, Ecole des Pupilles de l Air, 38332 SAINT ISMIER. Juillet 2005 Blanchet.Thomas@wanadoo.fr INDICATIONS. Objectifs.

Plus en détail

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998 Remarques introductives de Bruno Gehrig A l'approche du passage à l'euro Le 1er janvier 1999, onze des quinze Etats de l'union européenne introduiront

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

L'évaluation des programmes d'informatique UNE FORMATION COLLÉGIALE DE QUALITÉ QUI RÉPOND AUX EXIGENCES ACTUELLES DU MILIEU DU TRAVAIL

L'évaluation des programmes d'informatique UNE FORMATION COLLÉGIALE DE QUALITÉ QUI RÉPOND AUX EXIGENCES ACTUELLES DU MILIEU DU TRAVAIL L'évaluation des programmes d'informatique UNE FORMATION COLLÉGIALE DE QUALITÉ QUI RÉPOND AUX EXIGENCES ACTUELLES DU MILIEU DU TRAVAIL Montréal, le 20 juin 1996. Le président de la Commission d'évaluation

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

Les avantages non récurrents liés aux résultats

Les avantages non récurrents liés aux résultats Les avantages non récurrents liés aux résultats Les avantages non récurrents liés aux résultats Contexte L AIP 2007-2008 a mis l accent sur une économie innovatrice et l emploi, ce qui était un choix justifié.

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

RÉPARTITION DES SIFIM

RÉPARTITION DES SIFIM Distr. GÉNÉRALE CES/AC.68/2000/9 8 février 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS ORGANISATION DE COOPÉRATION

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

Europe et Asie centrale

Europe et Asie centrale Europe et Asie centrale Tendances récentes Le taux de croissance du PIB a légèrement diminué dans la région Europe et Asie centrale puisqu'il est tombé de 6,9 % en 2006 à 6,7 % en 2007, par suite d'un

Plus en détail

Pensions: idées pour une réforme réussie

Pensions: idées pour une réforme réussie Pensions: idées pour une réforme réussie Jean Hindriks Les constats Un système sous haute tension Notre système de pension subit une triple pression : démographique, sociale et budgétaire. Entre 1967 et

Plus en détail

Théorie keynésienne : le reste du monde

Théorie keynésienne : le reste du monde Théorie keynésienne : le reste du monde Le modèle keynésien en économie ouverte Le modèle keynésien est valide uniquement dans le cadre d'une économie fermée, c'est-à-dire sans échanges extérieurs. Dans

Plus en détail

Bulletin du FMI. Le FMI engage la zone euro à prendre des mesures fermes face à la crise

Bulletin du FMI. Le FMI engage la zone euro à prendre des mesures fermes face à la crise Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE Le FMI engage la zone euro à prendre des mesures fermes face à la crise Bulletin du FMI en ligne 18 juillet 2012 La crise dans la zone euro a atteint un stade

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE La cinquième édition du Manuel de la Balance des paiements, publiée par le Fonds monétaire international

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS

STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS Pour en savoir davantage, consultez le site www.manitoba.ca C o m m u n i c a t i o n d e s r é s u l t a t s / 1 COMMUNICATION DES

Plus en détail

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts)

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts) ÉPREUVE ÉCRITE Ministère de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle EXAMEN DE FIN D ÉTUDES SECONDAIRES TECHNIQUES Division administrative et commerciale Section : CG / CC BRANCHE : ECONOMIE

Plus en détail

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent De manière générale, on cherche toujours à se protéger au mieux et à prêter une attention particulière à ce qui nous est cher.

Plus en détail

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Perspectives de l'économie mondiale, octobre 2009 Par Antonio Fatas, Prakash

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 Etude effectuée pour le compte de l'observatoire de l'epargne Européenne SEPTEMBRE 2000 André Babeau Mathilde Lainé Niamh Mc Cabe - 2 - LES

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2011 Présentation

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Un DESIGN, mode d'emploi

Un DESIGN, mode d'emploi "Dessin & Modèle" ou "Design"? Un DESIGN, mode d'emploi Selon la loi qui s'applique, on parlera soit de dessins & modèles, soit de designs. Le choix des termes "Dessins & modèles" permet de distinguer

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Luxembourg Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme N 158 3 novembre 2010 Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme Nous avons mis à jour nos prévisions de comptes publics en zone euro sur la base des dernières révisions

Plus en détail

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion?

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion? RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 1 - N 74 Inna MUFTEEVA, +33 1 5 55 52 4, inna.mufteeva@natixis.com Ilya LAZAREV, +33 1 5 55 2 2, ilya.lazarev@natixis.com Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes)

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE: Une calculette non-programmable et non graphique. REMARQUE IMPORTANTE :

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

C 2015/3 Plan à moyen terme 2014-2017 (révisé) et Programme de travail et budget 2016-2017. Note d'information n 1 mars 2015

C 2015/3 Plan à moyen terme 2014-2017 (révisé) et Programme de travail et budget 2016-2017. Note d'information n 1 mars 2015 C 2015/3 Plan à moyen terme 2014-2017 (révisé) et Programme de travail et budget Note d'information n 1 mars 2015 Hypothèses et estimations sur l'augmentation des coûts informations supplémentaires et

Plus en détail