MÉDECINS DU MONDE R A P P O R T M O R A L

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MÉDECINS DU MONDE R A P P O R T M O R A L"

Transcription

1 04 MÉDECINS DU MONDE R A P P O R T M O R A L

2 02/03,,... l étranger demande moins à être aidé au nom d un principe d universalité qu à être rencontré au nom du principe d altérité. Serge BACQUE, volontaire terrain «Eloge de la frontière», in revue Sud/Nord Folies et cultures n 17 : Humanitaire, humanitaireries

3 >Composition du Conseil d administration et du bureau de Médecins du Monde Assemblée générale et Conseil d administration des 8 et 9 mai 2004 Présidente > Dr Françoise JEANSON, médecin généraliste, Bordeaux Vice-présidents > Dr Olivier BERNARD, médecin pédiatre, Marseille > Dr Patrick DAVID, médecin anesthésiste-réanimateur, Reims Secrétaire général > Dr Bernard JUAN, chef d entreprise, Montpellier Secrétaire générale adjointe > Dr Frédérique DROGOUL, médecin psychiatre, Paris Trésorier > Pierre KEMPF, directeur adjoint de centre hospitalier, Vichy Trésorier adjoint > Dr Pierre MICHELETTI, médecin santé publique, Grenoble Délégué aux missions internationales auprès du président > Joseph DATO, infirmier, Grenoble Membres titulaires du Conseil d administration > Dr Thierry BRIGAUD, médecin généraliste, Paris > Dr Didier CANNET, médecin généraliste, Beaune > Dr Pascale ESTECAHANDY, médecin hospitalier, Toulouse > Dr Régis GARRIGUE, médecin urgentiste, Lille Membres suppléants du Conseil d administration > Dr Arnaud BOURDÉ, médecin anesthésiste-réanimateur, Saint-Denis de la Réunion > Dr Laurence BOURGEOIS-GENET, médecin hospitalier, Château-Thierry > Dr Fabrice GIRAUX, médecin généraliste, Paris Anciens présidents > Dr Bernard GRANJON, médecin gastro-entérologue, Marseille > Dr Jacky MAMOU, médecin pédiatre, Paris > Dr Claude MONCORGÉ, médecin anesthésiste-réanimateur, Paris

4 04/05 > Sommaire MOT D ACCUEIL MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION REMERCIEMENTS LE POSITIONNEMENT POLITIQUE NOTRE PROJET 2004 EN CHIFFRES LE TÉMOIGNAGE MÉDECINS DU MONDE EN IMAGES LES MISSIONS ATLAS DES MISSIONS INTERNATIONALES Planisphère des missions internationales Fiches pays ATLAS DES MISSIONS FRANCE Carte des actions en France Introduction aux missions France Fiches actions Annuaire L APPUI AUX MISSIONS NOTRE MOBILISATION LE RÉSEAU DE REPRÉSENTATION LES DÉLÉGATIONS RÉGIONALES LES BUREAUX INTERNATIONAUX LE FONCTIONNEMENT L ORGANISATION La vie associative L actualité des services Le réseau international de Médecins du Monde Les associations sœurs et les partenaires locaux Médecins du Monde et la société civile en France Médecins du Monde et les institutions internationales

5 > Nous remercions : Nos partenaires privés : A 13, A2P et associés, AIDS Fund, Aiguillon, Aladin, Alerion, Antin Résidence, APJC, Assurances Medic Alès, Arche Promotion groupe Arcade, Architecte Xavier Bonnet, Au coin du feu, Aventis Pharma France, Avoda, Axalto Internationale SAS, Beat SA, Beaulieu Sports, Begon Bonneau, Herbert Bouchard SCP, Beninvest, BHV, Bois Energie, Bretagne Enchères, Bristol Myers Squill, Busquets France, CA Winds & Hope, Capa Télévision, Carrefour DMG, Cars Berthelet, Carte et services, Centre hospitalier de Châteauroux, CGMI, Charpentiers travaux publics, Club Avantages, Cofiroute, Colombo New Scal, Compte correspondant société, Comptoir des voyages, Computa Center, Concert Kantaldia, Consort Netcom, Construction mécanique de l Isère, Crédit coopératif (ainsi que ses salariés), DaimlerChrysler, Decobat, De la rue Cash System, Desmarez SA, DHL, Diager SA, Distri Club Medical, Divers et Imprévus, Eberle SA, Editions Calmann-Lévy, Editions du Seuil, Editions Ivoires, Editions SAEP, Elton John AIDS Foundation, Eric Bompard, Euler Hermes SFAC, Euro Information Service, Eurofeu SA, Factum Finance, Favona SA, Finaler Finance, Fondation Accenture, Fondation Bois Brillou, Fondation Club Méditerranée, Fondation de France, Fondation de Lille, Fondation du roi Baudouin, Fondation Florindon, Fondation Glaxo Smith Klein, Fondation Marc, Fondation Masse, Fondation Mantegna Stiftung, Fondation Materra, Fondation Niarchos, Fondation Rissho Koseikai Ichijiki Heiwa Kikin, Fondation Roux, Fondation Sancta Devota, Fondation Seviajer, Fondation Tzu chi, Forhum, Forum Central Lille, Fracaro France, France abonnement Entreprise, Friedrich Heilbronn Fiszer, Gérard Rondeau, Geste, Go Voyages, Goelland Production, Grands Moulins de Strasbourg, Groupe Arcade, Groupe Impact Immo, Groupe Mornay, Groupe SNPE, Hammerson France, Hilti, HLM France Loire, Hospices de Beaune, Hostellerie du Moulin Fouret, Hydrosystem, IFCIC, Intermed Exportation, Isica, J.P. Chaussures, Jean-Pierre Gillard, JM Bruneau, J Tkindt, JY Exploitation, Kahn et associés, Keyrus, La boutik, L acoustic, Laboratoire Lilly France, Laboratoires Boehringer France, Le Coin du Feu, Leo Pharma, L esprit de sel, Le Pin Parasol, Liliane Laurence Aubry Artiste Peintre, Lions Club, Logicacmg SAS, Lowendal Group, Macif, Magelfo Management, Marsh, Matmut, Marc Orian, Mecaplus, Mes éclairages, Michel Baudvin, Microsoft, Mondial assistance, Morriss, Myriad, New Deal HCB, New Deal Trade International, Oddo, Olives Arnaud, Opéra de Paris, Optimege, Ouest affiche, Pac list, PC Soft, Pierson Meunier Export, Prima Solutions, Procter & Gamble, Production La Prade, Reuters, Rotary Club, RS COM SA, SACD, SAFI, Sagone SA, Salustro, Samurge, Saveurs de France Brossard, Sebac, See Velado, Sélection du Reader s Digest, SFR, Smith and Nephew SAS, Société Centrale de Crédit Immobilier, Société Fermod, Sodang SA Centre Edouard Leclerc, Sonia Rykiel, Sopag Maine Parking, Suzuki France, Talent, Taxis de Sorel Moussel, TBWA, TBWA France, Techni alarm, Tele2 France, Techno System SAS, TF1, Théâtre de la Michodière, Théâtre de la tête noire, T-Online France, les anciens salariés expatriés en Indonésie de Total, TV5 Monde, UBS, UFG, Ujraf, ULIF, UNIM, Vinci, Vivendi Universal, Voyageurs du Monde, Wargny Katz, Wegner DM, Weinman Technologies, Western Union, Yann Arthus-Bertrand. Les comités d entreprise : Caisse d épargne Haute-Normandie et Ile-de-France, CPAM de Sélestat et du Cantal, Crédit Agricole Centre, Crédit coopératif, Crédit foncier de France, Euler Hermes, Galeries Lafayette, Fresenius Kabi France, Interdis Groupe Carrefour, Natexis Banques Populaires, Prolabo, PTC Nestlé, Temsys, SCOR, SFAC, UES CCF, Vivendi Universal. Les partenaires publics : De nos missions internationales : académie de Lille, Administration des biens et des majeurs protégés, Agence canadienne de développement international (ACDI), Banque mondiale, Center for Disease Control and Prevention, Chaîne du bonheur (Suisse), chambre de commerce et d industrie de Rouen, Columbia University, conseil général de la Gironde, conseil général de la Charente-Maritime, conseil général des Vosges, conseil général du Doubs, Cordaid, communauté d agglomération du bassin d Aurillac, Department for International Development, Direction du développement et de la coopération, ECHO, EuropeAid, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Joint United Nations Programme on HIV/AIDS, ministères des Affaires étrangères allemand, français et japonais, ministère néerlandais de la Coopération au développement, OIM, PACT, PNUD, Population Services International, région PACA, région Rhône-Alpes, Safer de l Ile-de-France, UNFPA, Unicef, Unocha, United Nations Office on Drugs and Crime, USAID, Villes unies contre la pauvreté. Les mairies : Aigremont, Behren-lès-Forbach, Bonnelles, Bourg-lès-Valence, Drancy, Goussainville, Le Croisty, Paray-Vieille-Poste, Petrosella, Ville de Paris, Paris 17 e, Saint- Jean-de-Gonville, Saint-Estève, Sucy-en-Brie, Val-d Isère. De nos missions internationales régionales : Conseils généraux : Bouches-du-Rhône, Alpes-de-Haute-Provence, Gironde, PACA. Les collectivités territoriales de PACA, mairie de Toulouse, présidence des régions, préfecture de la région Guadeloupe. De nos missions France : armée de terre, Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés (CNAM), caisses d allocations familiales (CAF), caisses maladie régionales (CMR), caisses primaires d assurance maladie (CPAM), caisses régionales d assurance maladie (CRAM), centres communaux d action sociale (CCAS), conseils généraux, conseils régionaux, d éducation et d information en santé (FNPEIS), délégation interministérielle à la Ville (DIV), Direction générale de la santé (DGS), Direction générale de l action sociale (DGAS), directions départementales du travail, de l emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP), directions régionales et départementales des affaires sociales et sanitaires (Drass et Ddass), Fonds national de prévention, mairies, ministères, Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), préfectures, Unions régionales des caisses d assurance maladie (Urcam). Nos partenaires associatifs : abbaye de Pradines, Admical, Amnesty International, Association des régions de France, Association française pour la réduction des risques, Association d auto-support et réduction des risques des usagers de drogues, ATD Quart-Monde, collectif Alerte, Collectif de soutien aux victimes de Bam, Comité des amis d Emmaüs, CSF, Congrégation des sœurs augustines, Coordination française pour le droit d asile, Coordination nationale des réseaux (CNR), Association de communication et d action pour l accès aux traitements, DAL, DHL Liens, Emmaüs, Entraide Majolane, Fédération des associations pour la promotion et l insertion par le logement (Fapil), FIDH, Fédération nationale des associations d accueil et de réinsertion sociale (Fnars), Gisti, International Harm Reduction Association (IHRA), Le foyer, Les mondes solidaires, le Stade rennais FC, Ligue de Bretagne de football (et les clubs de Bretagne), LDH, Max Havelaar, Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE), Observatoire international des prisons (OIP), passerelle La santé sans frontières, Sanatatea, SOS drogue internationale (SOS DI), Rasko, Uniopss, Vialtis. Et tous nos autres partenaires qui nous ont soutenus dans nos actions en France et à l étranger au cours de l année 2004, ainsi que nos donateurs particuliers.

6 07/16 > Notre projet

7 >Un nouvel élan au service du terrain La dernière Assemblée générale a accordé sa confiance à cette équipe, dans un Conseil d administration totalement renouvelé. Nous avons mis toute notre énergie au service du mandat que vous nous aviez confié. Ce rapport passe en revue les chantiers en cours, l actualité et les temps forts de l année passée, ainsi que nos objectifs pour l association. Je souhaite qu il vous permette de mesurer le chemin parcouru depuis un an. > Des objectifs atteints Modèle associatif Les axes de la relance Décentralisation et responsabilisation dans les groupes continentaux et thématiques, augmentation du nombre de missions internationales régionales (MIR), participation systématique des délégués régionaux aux CA, réforme du Comité de direction, décentralisation dans les délégations, mise à plat des statuts, redynamisation du réseau international. D autres aspects doivent encore être renforcés : l autonomisation des groupes, la fidélisation des cadres associatifs, notamment. Concernant nos actions internationales, tout d abord. De 31 missions prévues début 2004, nous voilà aujourd hui à 90. Après une crise financière, surmontée en 2001, Médecins du Monde prouve sa capacité à surmonter une crise de l action en stoppant la chute du nombre de ses missions et en relançant le rythme des ouvertures. L engagement des associatifs au secteur international, soutenu au quotidien par un siège au service du terrain et des expatriés immergés dans la réalité même de ce terrain, a permis de retrouver la dynamique d une action qui est la raison d être de Médecins du Monde. En relevant le pari de l engagement associatif, Médecins du Monde prouve à nouveau que la solidarité internationale ne doit pas devenir l affaire des seuls «professionnels de l humanitaire», mais rester aussi celles de professionnels de santé et d autres secteurs qui y apportent leurs compétences et leur engagement citoyen et bénévole. Il y a un an, l analyse que nous faisions de la chute du nombre et du volume des projets internationaux mettait en avant, entre autres raisons, l appauvrissement d une vie associative, constituante fondamentale de Médecins du Monde. Sa relance est un chantier que nous avons décliné durant l année autour de plusieurs axes. Si ces travaux sont encore en cours, les effets en sont déjà visibles : réussite des universités

8 08/09 d automne ; participation accrue aux réunions de tous les groupes et des CCN ; dynamique participative lors des journées migrants de décembre 2004 ; multiplication des candidats pour l élection des responsables de groupes. Donner du souffle implique aussi une réflexion de fond sur certains pans de l association et de son organisation. Ce sont nos «chantiers de l ombre». Parce que l humain est au cœur de notre métier, Médecins du Monde doit viser l excellence en termes de gestion des ressources humaines, pour devenir dans ce domaine, comme sur les missions, moteur d innovation et de progrès. De la recherche de fonds à la planification et aux épidémies, la formation est essentielle pour la qualité de nos actions. Dans l année à venir, nous mettrons l accent sur un des axes fondamentaux définis : la formation au témoignage. Enfin, pour éviter les secousses financières toujours redoutables pour nos missions et pour consolider notre indépendance financière, nous avons mis en œuvre la sécurisation des ressources de l association. C est le moyen indispensable pour conserver la maîtrise de nos lieux et de nos modes d action, le garant de notre liberté d intervention. Mener à bien ces chantiers conditionne la force de notre action, la réalité de notre poids politique, et donc l effectivité du service rendu aux personnes que nous soignons. Gestion Ressources humaines Une ligne politique claire était indispensable ; elle existe maintenant, privilégiant la connaissance du terrain, la valorisation de l expérience, l acquisition de compétences, la mobilité des acteurs dans les postes et les statuts, la transversalité des formations et des actions. Sécurisation Ressources privées Il s agit de diversifier nos sources de financement en renforçant les relations avec les fondations privées et le partenariat d entreprise, dans des règles éthiques validées. En renforçant ainsi l ouverture de l association aux initiatives et à la variété de ses acteurs bénévoles, nous souhaitons renforcer l originalité de Médecins du Monde dans son rôle de médiateur, de société civile à société civile. Cette approche consolide notre capacité à être un véritable contre-pouvoir politique à l égard des Etats, qu ils soient défaillants vis-à-vis des populations les plus pauvres ou les plus «différentes», répressifs ou prédateurs Ce choix de l indépendance nous conduit à prendre des décisions éthiques, y compris et surtout en matière de financement de nos actions. Ainsi refusons-nous de participer au programme de reconstruction sanitaire de l Afghanistan, tel qu il a été établi par la Banque mondiale,

9 Afghanistan Le système de santé* La reconstruction du système de santé afghan prévoit de sous-traiter aux ONG médicales toute l offre de soins de santé primaire. MdM, attentif à la construction de systèmes de santé solides qui offrent un accès aux soins pour tous, décide de ne pas participer à cette forme de privatisation mais de rester présent par d autres programmes, afin de venir en aide aux laissés-pourcompte du nouveau système de santé. Tchétchénie La violence La violence ne cesse pas en Tchétchénie. L élimination du leader de la résistance, Maskhadov, confirme la fermeture de la Russie à toute forme de négociation avec la résistance tchétchène. RDC L espoir de paix Depuis le milieu des années 1990, la RDC est au centre d un conflit international. Ce n est que depuis 2004 qu un fragile espoir de paix voit le jour, discrètement soutenu par l ONU. La région oscille entre paix et guerre, dans une transition interminable, maintenant le pays dans un état d urgence humanitaire. * «La reconstruction du système de santé afghan ; sous-traitance aux ONG», août pour ne pas cautionner ce qui nous apparaît être, après analyse, les prémices d un système d accès aux soins privatisé. Ce choix nous oblige à modifier l approche de santé primaire que nous avions dans ce pays depuis plus de vingt ans, pour ne pas être les opérateurs d une stratégie élaborée sans participation des Afghans. L articulation entre nos principes, nos modalités d action et l origine de nos ressources relève d un équilibre et d une vigilance que nous devons maintenir et renforcer, au regard de la complexité des terrains sur lesquels nous intervenons. > D une catastrophe à l autre Du tremblement de terre qui a détruit la ville iranienne de Bam, le 26 décembre 2003, au tsunami qui a emporté près de personnes un an après jour pour jour, l année 2004 aura été marquée par des catastrophes humanitaires, plus souvent dues aux hommes qu à la nature. Que les conflits soient fortement médiatisés : Palestine, Irak ; traités dans l indifférence : Tchétchénie, Darfour ; ou totalement oubliés : RDC, Ouganda, Népal, Colombie, ils ont pour caractéristique de toucher systématiquement des civils, dans le mépris total des conventions de Genève. L assistance dans les catastrophes naturelles A Bam comme en Indonésie, nous avons su répondre dans les 48 heures, en apportant un secours rapide, pertinent et suivi aux victimes, dans des conditions rendues particulièrement difficiles par les effets directs des catastrophes mais aussi par la méfiance de gouvernements peu enclins à ouvrir leurs frontières. Dans les ruines de Bam comme dans les villages les plus délaissés d Aceh, nous exerçons notre devoir d assistance, conduisant des missions de soins de santé primaire à la qualité médicale indéniable et au volume adapté à notre savoir-faire, portées par une mobilisation associative forte. Il faut cependant continuer à faire évoluer nos outils et nos modes de

10 10/11 travail, en prenant davantage en compte les populations plus vulnérables que sont les enfants ou les malades chroniques, tout comme il nous faut réfléchir à la place du témoignage et à la nature de notre communication lors d interventions aussi exceptionnelles. C est au prix de cette exigence que nous améliorerons encore nos interventions d urgence. Le tsunami, par l ampleur de son impact, géographique et humain, et par le volume d aide qui a suivi, constitue un événement sans précédent. Le monde entier, toutes nationalités confondues, s est rendu au chevet des survivants. A l action des ONG et des Nations unies, aux aides des Etats, se sont ajoutées de multiples initiatives individuelles ou collectives, aux objectifs parfois discutables. Dans cet afflux, Médecins du Monde a une place spécifique et indépendante, immédiatement efficace et partenariale, dans l urgence, comme dans la réhabilitation. L activité des délégations internationales de Médecins du Monde y prend toute sa place en amplifiant notre capacité d intervention et notre communication. Près de six millions d euros ont été versés à l association, par des particuliers mais aussi de nombreuses entreprises, quelques collectivités locales et l Association des régions de France. Saisir cette occasion pour créer un lien entre les conseils régionaux et les délégations régionales de MdM a été un choix immédiat dans une logique de décentralisation. Le surinvestissement dans cette crise, quels qu en soient les motifs (calendrier, nombre de pays touchés, médiatisation), nous renvoie, hélas, au désintérêt manifeste vis-à-vis d autres crises, comme celles qui touchent l Ouganda ou la RDC.,, Merci à ceux qui ont su partir, dès les premiers jours, porter secours, évaluer les conditions d intervention et définir ainsi la nature d une action véritablement efficace de plus long terme. Délégations internationales Asie du Sud-Est MdM Chypre, Grèce et Espagne sont présents au Sri Lanka et en Indonésie, MdM Portugal au Sri Lanka, et MdM Canada en Indonésie. Tant d autres drames ont mobilisé notre attention en Dans ces crises provoquées par les hommes, nous avons pratiqué des soins, soutenu des partenariats, exercé notre vigilance, dénoncé des violations de droits humains. Le Darfour représente la crise humanitaire la plus importante de ces dernières années. Mais il s agit, à l ouest du Soudan, de la responsabilité d individus. Alors que des résolutions de l ONU en faveur de la protection des populations civiles et de la poursuite en justice des responsables des crimes ont finalement été adoptées, nous craignons

11 Rafah Arc-en-ciel Ce rapport* fait suite à la mission d enquête menée conjointement en mai par MdM et la FIDH dans la ville de Rafah, pour mesurer les conséquences de l opération militaire Arc-en-ciel, en termes médicaux, d accès aux soins de la population et de santé physique et mentale, sur la base de témoignages et de constats médicaux. MdM dénonce aussi les conséquences des destructions de maisons, qui ont laissé près de personnes sans abri ainsi que la destruction des infrastructures, qui aggravent une situation économique et sociale déjà extrêmement précaire. MdM renouvelle sa demande auprès de l ensemble des protagonistes du conflit israélo-palestinien, de respecter le droit international humanitaire. * Publication du rapport «Opération Arc-en-ciel, impacts sur la santé de la population de Rafah», octobre la lenteur de leur mise en application. Pendant ce temps, les villages sont brûlés, les troupeaux volés, les récoltes saccagées, les civils attaqués, les femmes violées. Présents dans le camp de Kalma depuis près d un an, nous soignons et nous témoignons chaque jour, devant les agences chargées du respect des droits de l homme, des exactions commises à l encontre des «déplacés». En vue de combattre l impunité, nous communiquons publiquement, afin que toutes les formes de protection des civils présentées dans les résolutions des Nations unies soient effectivement appliquées, le plus rapidement possible. Dans un contexte profondément modifié par la mort de Yasser Arafat, nous avons continué en Palestine notre mission de soin, de témoignage et de médiation entre les communautés médicales israélienne et palestinienne. Intervenant tiers et impartial dans un conflit d une extrême sensibilité, MdM poursuit son travail de dénonciation des violations des droits de l homme et du DIH. La médiation se veut dialogue et rapprochement des communautés. Le remarquable travail de communication sur le thème du Mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie, mené conjointement avec des partenaires israéliens et palestiniens en février 2005, et relayé par des artistes des deux nationalités, incarne parfaitement notre vocation : au-delà du soin, le partenariat de société civile à société civile porté par des médecins engagés. L année 2004 a été particulièrement éprouvante pour les Haïtiens : violents affrontements politiques, tempêtes tropicales qui ont provoqué des inondations d une gravité exceptionnelle en juin puis en septembre. Dans cette île, les catastrophes naturelles, aggravées par la déforestation, alternent et amplifient les conséquences d errements politiques sans fin. Quel investissement permettra aux populations de remonter la pente? L aide internationale passant par les ONG, comment le nouveau gouvernement peut-il démarrer une reconstruction? Nous soutenons les populations dans des dynamiques communautaires et à travers des programmes de médecine légale.

12 12/13 > Des thématiques transversales L accès aux soins dans un contexte de mondialisation L analyse de la reconstruction du système de santé afghan montre combien les ONG sont menacées d une dépendance non pas aux Etats, mais aux bailleurs, qui peuvent imposer des choix politiques et économiques à des gouvernements et donc aux populations, avec l aide d ONG qui deviennent de plus en plus des prestataires de services. Notre expertise sur ce dossier nous conduit à aider les acteurs de terrain à se positionner sur les réformes des services de santé et sur le rôle des bailleurs ; mais aussi à faire du témoignage et du lobbying afin de lever les obstacles à l accès aux soins en faisant pression sur les décideurs. MdM est ainsi engagé dans des campagnes internationales comme l Action mondiale contre la pauvreté, qui vise à rappeler aux politiques leurs engagements pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement, ou l Assemblée des peuples pour la santé, qui se tiendra en Equateur en juillet La santé des migrants en Europe L ouverture de l Europe à dix nouveaux pays met en évidence la nécessaire mobilisation citoyenne pour veiller à la protection des plus précaires. La plupart des pays membres de l Union engagent sur leur territoire des mesures conduisant à la restriction de l accès aux soins des plus vulnérables : migrants, pauvres, sans-abri. L Europe se ferme, externalisant l examen des demandes d asile et refusant aux ONG l accès aux centres de rétention. C est dans ce contexte que les onze délégations et bureaux européens de MdM ont décidé de créer l Observatoire européen de l accès aux soins des migrants demandeurs d asile ou en situation irrégulière, et d interpeller les politiques sur la protection et l égal accès aux soins de toute personne en Europe, quelle que soit sa situation administrative. L enfance A l issue du colloque «Enfants et Guerre» organisé en février 2005, dix propositions résultant de la confrontation de pratiques terrain ont été formulées, dont la nécessité de protéger les,, L origine des crises sur lesquelles nous intervenons est souvent le résultat de la mise en tension d éléments naturels et du comportement cynique des hommes. Il nous faut tenir compte de ces paramètres multiples et variables en enrichissant nos acquis terrain d une réflexion sur les thématiques qui traversent nos actions.,, Nous fêtons en 2005 les quinze ans des premières Rencontres européennes Est-Ouest, où 300 médecins ont adopté la charte de Cracovie, base de notre engagement individuel.

13 enfants des violences sexuelles et du sida et de prendre en charge les victimes de ceux-ci, ou l exigence d intégrer les besoins psychologiques et sociaux, au même titre que les besoins physiques, dans les programmes d aide en temps de guerre. La protection de l enfance est une priorité pour MdM qui doit davantage la prendre en compte dans ses missions. Santé Populations autochtones Cette capitalisation a mis en évidence cinq points dans l approche santé des populations autochtones : l engagement de long terme ; l implication directe de la population concernée ; la collaboration avec les autorités locales pour assurer la pérennisation du programme ; la démonstration de la faisabilité par l action et l indispensable transfert de compétence. L accès aux soins des populations autochtones 2004 est la dernière année de la décennie consacrée par les Nations unies à la promotion des droits des populations autochtones. A cette occasion, MdM a entrepris un travail de capitalisation des missions conduites depuis vingt-cinq ans auprès de ces populations ainsi qu une réflexion sur la santé des minorités ethniques. La participation à la 22 e session du groupe de travail sur les peuples autochtones, à Genève, marque notre intérêt pour la thématique et l occasion de se rapprocher de ce qui constitue un véritable Parlement mondial des populations autochtones. Dans le cadre de cette réflexion, et en lien étroit avec le travail sur l accès aux soins, MdM a participé au deuxième Sommet continental des peuples indigènes indo-afro-latinos, en juillet à Quito. Adoption Une demande croissante A ce jour, familles sont dans une démarche d adoption, mais seuls enfants sont adoptés chaque année, dont 40% par le biais d une OAA. D où l engouement suscité au moment du tsunami lorsqu il a été question d accueillir des enfants orphelins. L Agence française d adoption instituée par la loi sur l adoption devrait permettre d améliorer cette réponse. Adoption internationale, des parents pour des enfants D année en année, le dispositif d adoption internationale français se révèle dans l incapacité de répondre aux demandes croissantes des familles. 294 d entre elles ont accueilli 322 enfants en 2004 par l intermédiaire de MdM, plus importante organisation française d adoption internationale. Sur les demandes reçues nous n avons donc pu en satisfaire qu une partie. Cependant, certains enfants, dits «à besoins spécifiques» sur le plan médical ou chirurgical, ou des fratries, ne trouvent pas de familles adoptantes. En tant qu ONG médicale, MdM choisit d aider ces enfants en priorité, privilégiant la qualité du suivi au nombre d adoptions. Reste à trouver des familles pour ces enfants Questionner l altérité, sur les terrains complexes Prendre du recul par rapport à notre action terrain et relire les contextes dans lesquels nous intervenons est nécessaire. Le CICR nous redonne, en 2005, l occasion de

14 14/15 préparer les états généraux de l action et du droit international humanitaire, qui mettront la question de l acceptation au cœur des débats. Alors que la mort et l enlèvement d humanitaires, en Afghanistan, en Irak, en Tchétchénie, ont marqué l année 2004, nous ne pouvons plus esquiver la question du regard que portent sur nous ceux que nous souhaitons aider. Sans complaisance, mais sans a priori, nous devons les interroger afin de continuer à agir dans des conditions de sécurité acceptables. > Les missions France Les bénéficiaires des 120 missions que mène MdM en France sont touchés de plein fouet par les reculs successifs de l accès aux soins. Depuis deux ans, l aide médicale d Etat est la cible d attaques répétées, réduisant peu à peu l accès aux soins de ceux qui vivent sans papiers. Nous nous sommes élevés tout au long de l année contre cette erreur fondamentale. Les chiffres de l observatoire de la Mission France montrent combien nous avions raison d alerter sur les dangers d un recul de ces droits. Même si la signature de la circulaire permettant enfin l accès aux soins dans l urgence va résoudre quelques problèmes dramatiques, nous attendons un vrai pas, médical, humain et réaliste de la part des politiques : il faut fondre l AME dans la CMU, sans attendre qu il n en reste que les lambeaux que des attaques nauséabondes auront jugé bon d épargner. La loi Sarkozy ne traite pas de la pauvreté et de la misère, elle les chasse loin de tout regard, mais aussi de toute prévention. C est dans des squats, au fond de caves et furtivement dans la rue que les équipes de MdM poursuivent de plus en plus difficilement leur travail. Par ailleurs, en repoussant de deux ans l obligation de créer des aires de vie pour les gens du voyage, comme en chassant de leurs terrains précaires les Roms réfugiés en France, on porte atteinte à la santé. Droit international Etats généraux Une première édition des états généraux avait eu lieu en novembre 2001, portant sur le «principe de responsabilité». MdM était déjà alors membre du comité de pilotage de ces rencontres qui firent date. France L aide médicale d Etat Nous avons été suivis : personnes et 175 associations, représentant en tout près d un million de personnes, ont signé la pétition lancée conjointement par MdM et MSF. La conférence de presse du 8 juin, tenue par MSF, MdM, le Comede et le Samu social, a été suivie mais surtout reprise dans la presse nationale durant les mois qui ont suivi est aussi l année de la loi de santé publique et de la réforme de l assurance maladie. La première, en abordant la personne par le biais des pathologies, rompt avec

15 ,, Quand, à Lyon, dans le bidonville de Surville, où les caravanes en ruine suintent la pauvreté, les enfants n ont accès ni à l école ni aux soins, est-il imaginable que la seule solution soit de chasser les habitants sans leur proposer un espace de vie acceptable? Réforme de l assurance maladie Les risques Complication des démarches, retour à un «reste à charge» financier pour tous, alors que nous savons qu il est en luimême excluant de l accès aux soins pour les plus pauvres, parcours de soins grevés par l impossibilité de payer plus, obligation de stabilité dans le choix de son médecin, voilà un certain nombre de conséquences de cette réforme, qui a fait le choix d un équilibre financier plutôt que d une politique de santé publique qui prenne en compte les inégalités face à la santé. le principe de prise en charge globale qui nous tient à cœur. Les risques sont grands de voir disparaître des actions de santé globales, de proximité. Quant à la réforme de l assurance maladie, elle nous concerne autant que nos patients les plus précaires. Après avoir participé aux ateliers de travail, qui ont montré un semblant de concertation, nous en avons, dès juillet, dénoncé les principaux risques. A l heure où certains centres missions France voient revenir ces personnes, trop «riches» pour obtenir la CMU, trop pauvres pour bénéficier d assurances complémentaires, notre action de proximité reste plus que jamais légitime. Une avancée cependant est la concertation menée depuis un an avec le gouvernement sur les lits halte santé. Havres de soins sans pour autant nécessiter une hospitalisation, ce sont des lieux d accueil et de réconfort pour les personnes malades vivant dans la rue. Le comité de pilotage des missions France, en s attelant à un travail sur les pratiques, marque une volonté de renforcer notre efficience et ainsi favoriser l émergence de compétences nouvelles, et d engagements forts, pour inventer des réponses aux défis qui, continuellement, se dressent. Toute l année, bénévoles, volontaires et salariés se sont mobilisés pour permettre l accès aux soins des plus vulnérables, dans les guerres, les catastrophes et les crises, ici et là-bas. Tout au long de l année donateurs et bailleurs nous ont soutenus. Au nom de l ensemble du Conseil d administration, pour tous ceux à qui nous apportons un espoir, merci de votre engagement et de votre confiance. Dr Françoise Jeanson Présidente de Médecins du Monde Le 13 avril 2005

16 2004 en chiffres 16/17 La structure de MdM : 283 départs de volontaires (au 31 décembre 2004) 104 expatriés (équivalent temps plein) sur le terrain 1146 bénévoles au siège et en province et dans les missions France 16 délégations régionales 4 bureaux de représentation internationale 1611 adhérents 153 salariés (équivalent temps plein) au siège et 10 salariés terrain 13 salariés dans les délégations régionales 73 salariés sur les missions France et réduction des risques Le réseau international de MdM : 67 Soit 249 salariés au total millions d euros de budget en délégations internationales Argentine, Belgique, Canada, Chypre, Espagne, Etats- Unis, France, Grèce, Italie, Portugal, Suède, Suisse Le réalisé de MdM : 41,6 Répartition des dépenses par services (hors éléments exceptionnels) : 0,8% Frais de communication et d information 9,5% Frais de gestion/siège 21% Frais d appel à générosité 67,8% Missions internationales et domestiques 0,3% Frais de recherche mécénat 0,5% Frais liés aux autres formes d appel Origine des ressources (hors éléments exceptionnels) : millions d euros en % Générosité publique 30% Subventions publiques 2% Subventions privées 3% Autres

17 2004 en chiffres International : France : 90 missions internationales, dans 50 pays (hors bases et missions d implantation, et hors adoption) Répartition géographique des programmes de MdM : Afrique Amérique latine Asie Europe de l Est Moyen-Orient Asie centrale Répartition géographique des dépenses des missions internationales : Afrique Asie Europe de l Est Amérique latine Asie centrale Moyen-Orient consultations médicales dans les CASO pour patients consultations dentaires réalisées dans 7 cabinets dentaires pour patients soit consultations au total missions mobiles de proximité dans 23 villes menées 80par 626 bénévoles 12 programmes réduction des risques Plus de contacts de RdR contacts auprès de personnes se prostituant, à travers 8 missions Répartition des dépenses des missions France en 2004 : 41% Réduction des risques 39% CASO 12% Hors centre 7% Coordination missions France 1% Parrainage hôpitaux

18 > MdM en images 19/34 DAVID DELAPORTE

19 Bolivie Les enfants de Potosí Minero, cireur de chaussures, rabatteur de bus, vendeur de minerais, de glaces, de bonbons, les enfants de Potosí travaillent dès leur plus jeune âge. Interdits en Bolivie, ces travaux permettent aux plus jeunes de survivre. Prenant en compte cette douloureuse nécessité, MdM les sensibilise sur les risques qu ils encourent et leur propose un espace d écoute et d expression. Pour qu ils retrouvent, le temps d une séance, leur statut d enfant Russie Deux bus contre le VIH A Saint-Pétersbourg, l épidémie de sida est galopante, et les moyens pour y faire face sont quasi inexistants. MdM tente de pallier au mieux ces carences en allant à la rencontre des toxicomanes et des prostituées, populations déjà en marge. ELISABETH RULL/ITEM Balkans RdR en milieu festif De juillet à septembre, durant trois mois, MdM est intervenu dans une région d Europe où peu de données sont disponibles sur l usage de drogues et les rapports sexuels non protégés des jeunes fréquentant le milieu festif. «Il n était pas question de plaquer le modèle d intervention pratiqué dans les raves en France depuis 1997», précise Karen Segas, psychologue et coordinatrice de la mission. Il s agissait de travailler en fonction des réalités du terrain et de fédérer un nouveau réseau d intervenants locaux. ISABELLE ESHRAGHI DAVID SEBAN

20 20/21 DAVID DELAPORTE Chine/Qinghai Soutenir les agents de santé «Cette médecine fait partie de notre culture, la perpétuer est essentiel», confie Meiji, médecin nomade tibétain dans le comté de Gande. Perché à plus de mètres d altitude, ce comté fait partie de la grande mosaïque chinoise. A l ouest du pays, des montagnes arides à perte de vue abritent une population majoritairement tibétaine, qui vit de l élevage des yacks et parcourt les vallées avec les troupeaux au gré des saisons. Meiji sillonne lui-même souvent ce décor atypique pour prodiguer des soins médicaux : proches de la population géographiquement et culturellement, les médecins nomades tibétains sont souvent les premiers à être consultés. «Les formations médicales organisées par Médecins du Monde et leur aide matérielle rendent nos pratiques plus performantes, souligne Meiji. Nous pouvons ainsi combler nos lacunes, discuter de nos pratiques et nous approprier pleinement notre médecine.» DAVID DELAPORTE DAVID DELAPORTE

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS?

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? 3 SOMMAIRE Le mot du Président p. 3 Communiqué de presse Création de Médecins du Monde Luxembourg

Plus en détail

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA L ACCORD DE LA MANCHA Le processus de La Mancha est né de la nécessité de relever les défis internes et externes auxquels se heurte l'action de MSF. Après plus d une année de discussions et de débats,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Dossier de presse 09 mai 2011 La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Communiqué de Presse La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres. 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00

Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres. 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00 Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres 5132 EXPIRE FIN 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00 vec le Livret d Épargne pour les Autres

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES Les Groupes d'entraide mutuelle trouvent leur base légale dans la loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Compte Rendu du CLARTE 18 septembre 2012. Etaient excusés : Patrick HENRY MDM, Anne BIRBIS CAIO, Laurent TOMASELLA LEYDET, Katia DUCLOS SSVP.

Compte Rendu du CLARTE 18 septembre 2012. Etaient excusés : Patrick HENRY MDM, Anne BIRBIS CAIO, Laurent TOMASELLA LEYDET, Katia DUCLOS SSVP. 1 Compte Rendu du CLARTE 18 septembre 2012 Etaient excusés : Patrick HENRY MDM, Anne BIRBIS CAIO, Laurent TOMASELLA LEYDET, Katia DUCLOS SSVP. Etaient présents : Françoise LAMARQUE restos du cœur, Pierre

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41 Legs & Donations Mot de la Présidente Madame, Monsieur, Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l intérêt que vous portez à notre association. Consentir un legs à Médecins Sans Frontières est un

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de :

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : Programme National de médiation sanitaire FORMATION DES MEDIATRICES/EURS SANITAIRES Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : 1. Etre capable de s'appuyer

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN Centre européen de sensibilisation et d éducation aux risques Le contexte français Toujours trop de victimes Chaque année en France, 11 millions d accidents de la vie courante

Plus en détail

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Le constat Des études de plus en plus nombreuses (1) (2) montrent que les déterminants socioéconomiques ont

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne 1 1 Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne Dr Christian Hubert Médecins du Monde - Mission France Guyane CASO de Cayenne Réunion COREVIH Guadeloupe 26/11/2010 MDM : Soigner

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida AgiSSONS ensemble Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida Le mot de la présidente Chère donatrice, Cher donateur, Tout d abord, merci d avoir choisi de soutenir Coalition PLUS.

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie.

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie. En Turquie, plus de 9 200 personnes ont pris contact avec le HCR pour demander l asile, soit une augmentation de 18 pour cent par rapport à l année précédente. Près de 45 pour cent des demandeurs étaient

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

Un réseau international

Un réseau international Un réseau international > Depuis plus de 30 ans > Un réseau de 14 organisations France, Belgique, Suisse, Espagne, Italie, Portugal, Suède, Grèce, Canada, Argentine, Allemagne, Grande Bretagne, Pays-Bas,

Plus en détail

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 Accès aux soins, CMU et AME Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 1. L accès aux soins : Possibilité à chacun de se faire soigner comme il convient. La Constitution garantit le droit à la protection

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

Informations générales

Informations générales PHARMACEUTICAL INSPECTION CONVENTION PHARMACEUTICAL INSPECTION CO-OPERATION SCHEME Informations générales PS/INF 71/2012 26 septembre 2012 Le schéma de coopération dans le domaine de l inspection pharmaceutique

Plus en détail

NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE

NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE VÉRITÉ OU MENSONGE? Le Canada et le Québec ont le meilleur système de santé au monde POURTANT PERSONNE N A COPIÉ NOTRE SYSTÈME! Nous avons un bon système

Plus en détail

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Oncologie (2005) 7: 78-83 78 Springer 2005 DOI 10.1007/s10269-005-0158-4 Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Comité du

Plus en détail

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais)

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) MEDECINS DU MONDE FRANCE recherche Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) Médecins du Monde, association médicale militante

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

Centre d Appel «Tukinge Watoto»

Centre d Appel «Tukinge Watoto» RAPPORT ANNUEL 2014 INTRODUCTION Les violations des droits de l enfant continuent à être régulières dans l ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC). L impact des conflits armés sur les enfants

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Le sport est un jeu...

Le sport est un jeu... Le sport est un jeu... Gagner le sourire des enfants malades, le plus grand des enjeux Association Loi 1901 RENCONTRE AMICALE Sam Essediri Fondateur - Président Directeur d 1 Maillot pour la Vie Un Maillot

Plus en détail

Assemblée Générale. Enfance & Familles d Adoption Samedi 23 Mars 2013

Assemblée Générale. Enfance & Familles d Adoption Samedi 23 Mars 2013 Assemblée Générale Enfance & Familles d Adoption Samedi 23 Mars 2013 10h30 Accueil, 11h00 Assemblée Générale Statutaire rapport d activité bilan financier de 2012 et prévisionnel pour 2013 12h30 Apéritif

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est SOIXANTE-HUITIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A68/INF./4 Point 20 de l ordre du jour provisoire 15 mai 2015 Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est Le Directeur

Plus en détail

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2 ATELIER 2 21 OCTOBRE 2000 La couverture maladie universelle Instaurée depuis le 1 er janvier 2000, la couverture maladie universelle (Cmu) concerne 6 millions de personnes en France (soit 10 % de la population).

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

NATIONS UNIES J O U R N A L. Commission des stupéfiants Cinquante-septième session Vienne, 17-21 mars 2014 N 5

NATIONS UNIES J O U R N A L. Commission des stupéfiants Cinquante-septième session Vienne, 17-21 mars 2014 N 5 NATIONS UNIES J O U R N A L Commission des stupéfiants Cinquante-septième session Vienne, 17-21 mars 2014 N 5 PROGRAMME DES SÉANCES MERCREDI 19 MARS 2014 10 heures 9 e séance plénière Salle du Conseil

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Mise en contexte Au SPVM Environ 18 000 appels de service au 911

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail