--- Compte-rendu de la réunion du 10 décembre 2004 D.T.M.P.L. - PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "--- Compte-rendu de la réunion du 10 décembre 2004 D.T.M.P.L. - PARIS"

Transcription

1 Ministère de l'equipement, des Transport, de l'aménagement du territoire, du Tourisme et de la Mer. Club OUVRAGES MARITIMES Toutes sections --- Compte-rendu de la réunion du 10 décembre 2004 D.T.M.P.L. - PARIS Centre d'etudes Techniques Maritimes Et Fluviales

2 Introduction Le club Ouvrages Maritimes est un club technique d'échanges entre services et personnes volontaires sur les thèmes de la conception, la surveillance, l'entretien, l'auscultation et la réparation des ouvrages maritimes et des infrastructures portuaires. Afin d'appréhender au mieux les spécificités communes à chaque service et pour des raisons également géographiques, le club est divisé en 5 sections basées sur les départements côtiers : - la Manche... (du Nord à la Manche) - la Bretagne... (de l'ille-et-vilaine à la Loire-Atlantique) - l'aquitaine... (de la Vendée aux Pyrénées-Atlantiques) - la Méditerranée... (des Pyrénées-Orientales aux Alpes-Maritimes, et la Corse) - l'outre-mer... (les territoires et départements d'outre-mer) Les objectifs du club sont les suivants :! développer des liens entre acteurs ayant des préoccupations du même ordre,! faciliter les échanges d'idées et de méthodes de travail entre les services,! rassembler et diffuser tous les renseignements relatifs aux techniques et méthodes de travail mises en œuvre dans la réalisation et le suivi des ouvrages maritimes,! valoriser les initiatives locales,! servir de relais pour véhiculer les orientations de l'administration centrale et les besoins de ces services. Pour participer à ces journées, accueillir une réunion, ou présenter un sujet technique particulier, adressez-vous au secrétariat du club : Secrétariat C.E.T.M.E.F. Département Ports Maritimes et Voies Navigables Division Ouvrages Portuaires maritimes 2 boulevard Gambetta COMPIEGNE ou " # : Pilote Arnaud BANA " # : 1

3 Liste des participants Nb Noms Service Tél. 1 ABDALLAH Abasse CETMEF Compiègne BANA Arnaud CETMEF Compiègne BARREDA Hervé CETMEF Aix BEDROS Pascal PA Marseille / ICRD - CEIM BRISSET Patrick CEA CACCAVELLI Pierre L. CG Corse du Sud DEBARE Yves CG Corse du Sud DOMINICI Charles CG Corse du Sud GRIMALDI Gilbert CETMEF Aix GUERZIZ Youssef TUNIS P&B HARDEL Didier DDE HAUCHECORNE Aldéric CETMEF Compiègne LATREUILLE Elodie CG Calvados LEBRETON Pascal CETMEF Brest LEPERS Denis SMBC L'HERMITE Sébastien CETE de l'ouest L'HOMME David ATM3D MANSEL Eric Subdivision de Dieppe NORBERT Marie laure CETMEF Compiègne OLIVIER Georges Subdivision de Dieppe PERSON Jean-luc PA Marseille / ICRD - CEIM RENAUDIN Philippe CETMEF Brest RICHARD Florence Subdivision de Dieppe SEHIER Didier DDE SOULAT Olivier CETMEF Compiègne TANT Stéphane PA Guadeloupe TRICHET Jean-Jacques CETMEF Compiègne TRMAL Céline CETMEF Compiègne VANZO Pierre Yves DDE Martinique VETRO Pierre Marine nationale Site d'accueil de la réunion Amphithéâtre Stoudzé DTMPL 22, rue Monges Paris 2

4 Programme de la réunion Cette réunion s'est inscrite dans le cadre des journées Scientifiques et techniques du CETMEF qui se sont déroulées du 7 au 10 décembre :00 Accueil et présentation de la journée. Jean-Jacques TRICHET - CETMEF 9:15 Retour d'expériences de ROSA 2000 et l'évolution des Eurocodes. Olivier SOULAT - CETMEF 10:00 Le guide technique "spécificités du béton précontraint en site aquatique". Abasse ABDALLAH - CETMEF 10:15 Le guide technique "utilisation du bois en milieu maritime". Arnaud BANA - CETMEF 10:30 Pause 10:45 L'Equipe de Recherche Associée (ERA) Maritime : objectifs et champs d'étude. Aldéric HAUCHECORNE - CETMEF 11:00 Panorama de l'application de la méthode VSC aux ouvrages portuaires, aux phares et tourelles et aux ouvrages de protection contre la mer Sébastien L'HERMITE & Benoît THAUVIN - CETE Ouest 11:30 La politique de diffusion technique du CETMEF. Discussion sur le fonctionnement du club (attentes, évolutions, ) Arnaud BANA 12:00 Pause déjeuner 14:00 L'instrumentation et la métrologie des rayonnements ionisants. Patrick BRISSET - CEA 14:30 Les missions d'assistance à Maîtrise d'ouvrage du CETMEF : - le projet FARATEA - Céline TRMAL - le port pétrolier d'antifer - Abasse ABDALLAH 15:20 Qualification de la méthode d'évaluation de l'efficacité anticorrosive de revêtements époxy applicable en immersion. Hervé BARREDA - CETMEF 15:40 La digue Nord du port de Bayonne Arnaud BANA - CETMEF La topographie laser : acquisition, traitement et modélisation 3D Bertrand CHAZALY & David LHOMME - société ATM3D 16:20 Synthèse de la journée. Jean-Jacques TRICHET - CETMEF 3

5 Retour d'expériences de ROSA 2000 & Evolution des Eurocodes.. Intervenant : Olivier SOULAT C.E.T.M.E.F. Département Ports Maritimes et Voies Navigables Division Ouvrages Portuaires Maritimes 4

6 ROSA 2000, retour d expérience Quelques rappels : - Recommandations pour le calcul aux états-limites des Ouvrages en Site Aquatique - Utilisation des méthodes semi-probabilistes qui doivent être mise en application dans les Eurocodes - Basé sur les textes existants utilisants déjà les méthodes semi-probabilistes - Support CD-ROM - Paru en septembre 2001 Les mises en application de ROSA 2000 : - Quai en Seine à Honfleur n 3 (QSH 3), Port Autonome de Rouen - Extension du quai de Flandre à Dunkerque - Stabilité des digues et fondation des caissons de musoir de Port 2000 au Havre - Pieux guides de pontons dans le département du Morbihan - Poutres supports de rail de grues et portiques (Lorient) - Extension de quai (Bayonne) 1 - Le quai de Honfleur : - Quai à marchandises diverses - Essentiellement destiné au trafic de bois et croisière (navires de tpl) m de long, terre-plein à +10 CM, dragué à 7.5 CM - Quai sur pieux (2 files et rideau de soutènement mixte) - Dimensionnement et vérification avec ROSA

7 Mise en œuvre de ROSA 2000 : Caractéristiques du projet Grue mobile, surcharge sur l ouvrage, accostage Calcul élasto-plastique des rideaux de soutènement États-limites vérifiés Résistance structurale (pieux, rideaux, contre-rideau, tirant, parties en béton ) Butée devant le rideau et le contre rideau Stabilité du massif d ancrage Portance des pieux Grand glissement Résultats : Détection d un cas de charge dimensionnant pour le voile bas de la poutre de quai, Augmentation de la fiche des pieux (conditions de sol et nouvelle combinaison non envisagée), Meilleure prise en compte de l effet de la corrosion sur l ouvrage, Sur-longueur des tirants d ancrage. Conclusions sur le quai de Honfleur : Dimensionnement obtenu très proche de celui des ouvrages voisins réalisé avec les méthodes classiques, Plus grande rigueur dans la détermination des paramètres du projet, Homogénéisation de la sécurité de l ouvrage, Rallongement de deux semaines (par rapport aux standards PAR) de la durée des études suffisant, Manque d adaptation des logiciels existant actuellement sur le marché, Stabilité du massif d ancrage. 6

8 2 - Extension du quai de Flandre : Terminal à conteneurs Attraction des navires Post-over panamax 410 m de long, terre-plein à +8.5 CM, dragué à 16.5 CM navire de projet 350 m*45 m Rideau mixte pieux et palplanches, 2 niveaux d ancrage sur contre-rideau de pieux Ouvrage dimensionné avec des méthodes classiques Comparaison avec les résultats de ROSA

9 Mise en œuvre de ROSA 2000 : Caractéristiques du projet Grue mobile, portiques, surcharge sur terre-plein, amarrage et accostage Calcul élasto-plastique du rideau et du contre rideau 3 situations durables 1 situation transitoire 4 situations accidentelles États-limites vérifiés Résistances structurale (rideau, contre rideau, tirants) Instabilités hydrauliques Butée devant le rideau et le contre rideau Grand glissement Portance des pieux Stabilité du massif d ancrage Résultats : Conclusion sur quai de Flandre : Dans l ensemble les résultats de ROSA 2000 sont très proches de ceux obtenus par les méthodes classiques Nécessité d une réflexion sur le fonctionnement de l ouvrage pour réaliser les simplifications Logiciels actuels ne permettant pas de réaliser facilement les combinaisons Différences intra-européennes sur certains points du calcul Stabilité du massif d ancrage 3 Conclusion sur les applications de ROSA 2000 : Ni sous-dimensionnement ni sur-dimensionnement mais procédure stricte et nécessité de réflexion sur l utilisation et le fonctionnement de l ouvrage à construire Détection de situations non prises en compte par les méthodes classiques Préparation à la mise en application des Eurocodes Paramètres n existant pas pour le moment dans les Eurocodes Manque de logiciels de calcul facilitant l utilisation des méthodes semi-probabilistes 8

10 Organigramme des vérifications : 9

11 Les Eurocodes, un peu d'histoire : Evolution des Eurocodes Depuis 1975 volonté d éliminer les obstacles aux échanges de produits et de service et d harmoniser les règles techniques. Travail pendant les années 1980 sous la tutelle de la commission. Première série d Eurocode publiée en En 1989 la rédaction des Eurocodes est confiée au CEN (Comité Européen de Normalisation) pour leur donner le statut de norme européenne (EN). Établissement d un lien entre Eurocodes et directives du conseil avec notamment la directive produits de la construction (89/106/EEC). De 1992 à 1998 parution des ENV et de leur documents d application nationale. Entre 1996 et aujourd hui, poursuite du travail sur les Eurocodes grâce au retour d expérience de ENV. Actuellement en cours d achèvement. Les différents Eurocodes : EN 1990 : bases de calcul des structures. EN 1991 : actions sur les structures. EN 1992 : calcul des structures en béton. EN 1993 : calcul des structures en acier. EN 1994 : calcul des structures mixtes acier-béton. EN 1995 : calcul des structures en bois. EN 1996 : calcul des structures en maçonnerie. EN 1997 : calcul géotechnique. EN 1998 : calcul des structures pour leur résistance aux séismes. EN 1999 : calcule des structures en aluminium. Etat d'avancement actuel des Eurocodes : Sur les 56 textes constituant les Eurocodes. 6 publiés sous forme de Normes Françaises par l AFNOR, de nombreuses annexes nationales en cours de finalisation. 19 votés positivement au vote formel. 28 stabilisés techniquement (en instance de vote formel). 6 encore en cours de rédaction. Actuellement forte volonté d accélérer la procédure d achèvement des Eurocodes de la part de la commission. Les Eurocodes parus dans la normalisation française à ce jour : NF EN 1990 : base de calcul des structures (mars 2003). NF P annexe nationale de la NF EN 1990 (juin 2004). NF EN : actions générales poids volumique, poids propre, charges d exploitation sur les bâtiment (mars 2003). NF P : annexe nationale de la NF EN (juin 2004). NF EN : actions sur les structures exposées au feu (juillet 2003). NF EN : charges de neige (avril 2004). NF EN : actions thermiques (mai 2004). NF EN : actions de trafic sur les ponts (mars 2004). 10

12 Prévisions d'évolution dans le futur : Evolutions futures : Réécriture des CCTG en vue de leur adaptation aux Eurocodes. Remplacement progressif des NF ENV par les NF EN. Rédaction des Annexes Nationales dans un délai de 2 ans après publication de la NF EN. Harmonisation des valeurs Paramètres Déterminés au niveau National (NDP) des Annexes Nationales dans les 3 à 4 années qui suivent. Groupe de maintenance et d évolution des Eurocodes. Conclusions : Les Eurocodes devraient devenir d application obligatoire vers Ils devraient constituer une «langue technique commune à travers toute l Europe». Pour le moment on manque de logiciels adaptés à leur utilisation. Il est urgent de se préparer à leur utilisation. Pour plus d'informations : ROSA 2000 Sur le site Internet du CETMEF, section «les projets», rubrique ouvrages et équipements (prochainement mis à jour) o Eurocodes o o 11

13 Présentations du CETMEF. - les guides techniques, - l'era Maritime, - la politique de diffusion technique du CETMEF Intervenant : C.E.T.M.E.F. Département Ports Maritimes et Voies Navigables Division Ouvrages Portuaires Maritimes 12

14 - Guide technique - "Spécificités du béton précontraint en site aquatique". par Abasse ABDALLAH 1. Généralités. Historique du BP Typologie des ouvrages en BP en site aquatique Problèmes posés par la maintenance 2. Fonctionnement des ouvrages en BP. Fonctionnement d une section en BP Recalcul des ouvrages anciens Pathologies potentielles du BP Cas particulier: les tirants d ancrage précontraints 3. Spécificités du milieu aquatique. Le milieu : les agressions sur le béton Le choix du matériau béton Les efforts agissant sur les ouvrages 4. Stratégie d emploi du BP en site aquatique. Intérêt du BP en site aquatique Éléments de conception spécifique aux ouvrages en site aquatique Rédaction du DCE et suivi des travaux La précontrainte utilisée en réparation 5. Gestion et maintenance des ouvrages en site aquatique. Modalités de gestion des ouvrages en BP Inspection des structures en BP Viaduc d accès aux postes pétroliers (port d Antifer Le Havre). Appontement au Port de plaisance Pointe Rouge (PA Marseille). 13

15 - Guide technique - "Utilisation du bois en milieu maritime". par Arnaud BANA $ Un consultant expert bois M. SCHERRER, en collaboration avec o CIRAD Forêt (M. FOUQUET), o Cabinet ECSB (M. GENES), o Cabinet Quemper Structures Bois (M. QUEMPER) $ Un groupe de relecture (SM, PA, subdi., CG) $ Sommaire : 1. Note liminaire.. 2. La typologie des ouvrages concernés. 3. Le matériau bois. 4. La conception et la réalisation des ouvrages. 5. Exemples d ouvrages maritimes à structure bois. 6. Les pathologies en milieu maritime. 7. Annexes. $ LES EXEMPLES D OUVRAGES MARITIMES A STRUCTURE BOIS. 3 à 4 exemples parmi les ouvrages suivant : 1 - L estacade de Saint-Adresse (Le Havre) 2 - Le quai des pêcheurs à Trouville 3 - Les balises de Gravelines 4 - Les portes d écluses St Thomas et St Sorlin de Conac (Mirambau) 5 - Les portes d écluses du Pont du Vey sur la Vire (Isigny/Mer) 6 - La réplique du phare du Bout du Monde (Port des Minimes) 7 - L estacade sur la plage des Dames (Noirmoutier) 8 - Les épis de St Brévin l Océan (Paimboeuf) $ LES ANNEXES. 1 - Référentiel réglementaire et normatif général 2 - Abaques de prédimensionnement 3 - Fiches par essences de bois sélectionnées 4 - Glossaire 5 - Bibliographie 14

16 L'Equipe de Recherches Associées "ERA Maritime". par Aldéric HAUCHECORNE $ ERA = Équipe de Recherches Associées. $ Convention entre CETMEF et LRPC de Saint-Brieuc. $ Principes : Équipe constituée d un "noyau dur" : Recherche & activité opérationnelle, Contrat pluriannuel, Évaluation scientifique annuelle. $ 4 thématiques abordées : A.Auscultation, suivi, diagnostic. A1 - Suivi du comportement des ouvrages réparés. A2 - Digues mixtes et digues à talus. A3 - Quais en maçonnerie. A4 - Réactions de gonflement interne. A5 - Techniques d auscultation. B.Réparation. B1 - Techniques de rejointoiement. B2 - Travaux subaquatiques. C.Matériaux. C1 Béton. C2 - Matériaux nouveaux. C3 - Techniques de protection. D.Gestion du patrimoine. D1 - Développement de la méthode VSC appliquée aux ouvrages portuaires. $ Liste des 16 équipes d ERA entre LCPC et LRPC : 15

17 - La politique de diffusion technique du CETMEF - par Arnaud BANA $ A ce jour : o Liste des publications 1999 / 2003 du Cetmef (cf. fin du rapport d activité 2003) o Publications antérieures (cf. catalogue STCPMVN de juillet 1999) mais totalement remanié actuellement. $ Projets : % un catalogue papier à diffusion générale (prévision 2005 avec actualisation annuelle) % + téléchargement possible sur le site Internet du Cetmef (prévision 2005 avec mise à jour plus régulière) % + un catalogue plus complet pour nos donneurs d ordre en téléchargement sur un Extranet (projet à plus long terme) $ Typologie des publications reprises dans le catalogue : % Notices = Ouvrages traitant d un point technique. % Guides = Ouvrages de référence à vocation méthodologique. % Documentation non intégrée au catalogue général : o les actes des Journées Techniques, la revue technique du Cetmef, o les notes techniques de référence, les catalogues de matériels ou d équipements. $ Obtention des documents : $ Précisions d ordre technique : Téléchargement gratuit sur le site Internet du Cetmef, ou auprès de DRHG / BMG (Bureau des Moyens Généraux) mél : voire directement Sophie NOVINCE (mél : et Joël DUROCHER (mél : Mission Diffusion Technique et Communication (mél : Poste actuellement vacant 16

18 Panorama de l'application de la méthode VSC aux ouvrages --- Intervenant : CETE Ouest Division Ouvrages d'art Gsébastien L'HERMITE Mél : 17

19 I. PROBLEMATIQUE DE LA GESTION Identifier les ouvrages et les risques Établir une stratégie de maintenance du patrimoine Définir les méthodes et outils adaptés au gestionnaire Mettre en œuvre efficacement: o Le maintien de la sécurité des usagers o Les actions curatives o Les actions préventives & Nécessité d'une politique de maintenance - optimisation des moyens financiers - sécurité des usagers II. PRINCIPE DE LA METHODE Vision technique - Avoir une vue globale de l'état du patrimoine (1 ère visite VSC). - Suivre l'évolution de l'état du patrimoine dans le temps (mises à jour). Vision d'usage - Evaluer et traiter les risques. Vision stratégique - Prévoir, programmer et prioriser les travaux d'entretien et de réparation. 18

20 SIMPLIFIEES COMPAREES Visites de courte durée (environ 2h), Sans moyen d accès Aller à l essentiel en matière d expertise technique. => Observation des points essentiels de l ouvrage pour évaluer son état (visites ciblées). Établir une hiérarchisation des ouvrages. => Programmation pluriannuelle des travaux à effectuer. Indice d'etat : 19

21 Projection de tous les ouvrages (de nature différente) sur un même référentiel & comparaison et classement par priorité Caractéristique du parc Distribution des ouvrages Parc des Ponts Voirie Ensemble du parc d'ouvrages Légende III. APPLICATIONS PERSPECTIVES VSC & Méthode générique pouvant s'appliquer sur des parcs d'ouvrages de natures différentes Applications aux ouvrages d'art (M. FAUCHOUX, LRPC Angers) $ Villes : Cholet, Niort, Dijon, La Flèche, Besançon, Lille, Nantes, Le Mans, Angers $ Collectivités : Département d Indre et Loire (800 ouvrages) 20

22 Application au Port de Calais (M. LABOURIE & M. MICHEL, LRPC Lille) $ Définition de la consistance, l'organisation et les moyens humains ainsi que techniques nécessaires pour la surveillance des ouvrages portuaires. $ Définition de la consistance des actions à mener pour assurer la surveillance et la gestion des ouvrages du port de Calais. Application aux voies navigables - VNF (M. BENAISSA, CETMEF - M. FAUCHOUX, LRPC Angers) $ Objectifs : Définir et mettre en œuvre la modernisation des VN par itinéraire, à l horizon de 15 ans. Définir et mettre en œuvre une politique d exploitation et d entretien des itinéraires. $ Ouvrages concernés : Ouvrages linéaires : berges Ouvrages ponctuels : Écluses, barrages, Application aux ouvrages de protection contre la mer (Division Hydraulique et Sédimentologie, CETMEF M. ROUXEL & M. THAUVIN, LRPC Saint-Brieuc). $ Objectifs : Définir une méthodologie de suivi, d entretien et de gestion des OPCM. Écriture d un guide à l attention des gestionnaires. $ Ouvrages concernés : Digues, Épis, Perrés, Dunes, Brise-lames, Application aux sentiers littoraux (DDE29) (M me LE MAITRE, LRPC Saint-Brieuc). $ Problématique : Erosion Mouvements de terrain $ Commanditaire : Service aménagement DDE 29 $ Objectifs : Définir une méthodologie d expertise et de gestion des sentiers littoraux du Finistère 21

23 Application aux établissements de signalisation maritime fixes en mer. (Groupe Phares et Balises, CETMEF G. FAUCHOUX, LRPC Angers M. MICHEL, LRPC Lille S. L'HERMITE, CETE Ouest B. THAUVIN, LRPC Saint-Brieuc) $ Définition et mise en place d une méthodologie de suivi et de gestion des ESM Fixes en Mer (phares, tourelles, espars, ) $ Outil d aide à la programmation financière (DAMGM) $ Outil d aide à la programmation des interventions d entretien (Subdis Phares & Balises) IV. CONCLUSIONS $ Outil d aide à la gestion de patrimoine ; $ Méthode «générique» applicable sur des parcs diversifiés ; $ Répond aux préoccupations des gestionnaires et maîtres d ouvrages face à leurs responsabilités en permettant d écarter le risque pénal par la détection des symptômes immédiats de ruines de l ouvrage et/ou de danger pour l usager ; $ Obtention rapide d une image représentative de l état d un parc important d ouvrages et d une préparation rationnelle d un programme pluriannuel d entretiens et de réparations. La méthode et le logiciel ont été qualifiés par le RLPC en 1999 avec la validation technique conjointe du LCPC et du SETRA. 22

24 L'instrumentation et la métrologie des rayonnements ionisants. --- Intervenant : C.E.A. Commissariat à l'energie Atomique Patrick BRISSET Mél : 23

25 1 - Application des traceurs dans l'industrie et l'environnement : Qu'est-ce qu'un traceur? Substance qui peut s'identifier à un produit, dont on veut connaître le comportement dans un écoulement (concentration, répartition, temps de vol, ). Le traceur doit avoir un comportement identique au produit, tout en pouvant être décelé et mesuré par une technique appropriée. Domaines d'application des traceurs en milieu marin : Hydrologie Etude et modélisation de mouvements de masse d'eau, Etude et modélisation de la dispersion de polluant en milieu ouvert (mer, estuaire, rivière, ), Optimisation de la position de rejet, optimisation de réseaux de surveillance. Sédimentologie dynamique Etude et modélisation de transfert de sédiment par charriage ou suspension, Etude d'envasement et d'ensablement, Etude d'érosion, protection du littoral, Devenir de produits de dragage. 24

26 Typologie des traceurs radioactifs : Isotope Période radioactivité Energie (KeV) Traceurs de sable. Lanthane 140 (140 La) Or 198 (198 Au) Manganèse 52 (52 Mn) Néodyme 147 Spectre 11 j (147 Nd) complexe Iridium 192 (192 Ir) Traceurs de particules fines (boue, vase). Indium (113m In) Technetium (99m Tc) Or 198 (198 Au) Chrome 51 (51 Cr) Hafnium Spectre 45 j ( Hf) Terbium 160 (160 Tb) Scandium 46 (46 Sc) Traceurs de l'eau. Baryum (137m Ba) Indium (113m In) Technetium (99m Tc) Brome 82 (82 Br) Or 198 (198 Au) Activité radioactive en curie en becquerel (Ci) (Bq) 1,7 j 330 à 1600 < 0,5 Ci < 18 GBq 2,7 j 410 < 9 Ci < 333 GBq 5,7 j 730 à 1460 < 0,5 Ci < 18 GBq < 3 Ci < 111 GBq 74 j 296 à 468 < 1 Ci < 37 GBq 100 min 390 < 200 mci < 7,4 GBq 6,02 h 140 < 10 Ci < 370 GBq 2,7 j 410 < 9 Ci < 333 GBq 27 j 320 < 20 Ci < 740 GBq 73 j complexe Spectre complexe < 1 Ci < 37 GBq < 1 Ci < 37 GBq 84 j 900 à 1100 < 9 Ci < 333 GBq 2,6 min à 200 mci 37 à 7400 MBq 100 min à 200 mci 37 à 7400 MBq 6,02 h mci à 10 Ci 37 MBq à 370 GBq Origine Activation d'un réacteur Générateur 113 Sn 113m in Générateur 99 Mo 99m Tc Activation d'un réacteur Générateur 137 Cs 137m Ba Générateur 113 Sn 113m In Générateur 99 Mo 99m Tc Préparation Poudre de verre non Solution de chlorure HAuC14- Non Complexe EDTA 1,5 j # à 200 mci 37 à 7400 MBq Activation d'un Non réacteur 2,7 j mci à 9 Ci 37 MBq à 333 GBq Non Particules colloïdales Le becquerel (Bq) Un échantillon radioactif se caractérise par son activité qui est le nombre de désintégrations de noyaux radioactifs par seconde qui se produisent en son sein. L unité d activité est le becquerel, de symbole Bq (1 Bq = 1 désintégration par seconde). Cette unité est très petite. L activité de sources radioactives s exprimera donc le plus souvent en multiples du becquerel : le kilobecquerel (kbq) = Bq le mégabecquerel (MBq) = 1 million de Bq le gigabecquerel (GBq) = 1 milliard de Bq le térabecquerel (TBq) = milliards de Bq. Le curie (Ci) L ancienne unité de mesure de la radioactivité est le curie (Ci). Le curie avait été défini comme l activité de 1 gramme de radium, élément naturel que l on trouve dans les sols avec l uranium. Cette unité est beaucoup plus grande que le becquerel car, dans un gramme de radium, il se produit 37 milliards de désintégrations par seconde, donc 1 Ci = 3, Becquerel. 25

27 Travaux préliminaires : Caractérisation Site. Particules du site : - Nature : sables - Granulométrie : µm ' Matrice traceur Éléments présents de façon naturelle : - Toutes les terres rares - Traces ferrique ' Élément traceur possible Dilution estimée (10-9 g/g) et masse prélevée : ' Masse à injecter & & Choix & de l élément traceur. Intérêt du double marquage : pilotage expérimentation Traceurs disponibles : - Fluorescents (10-9 g/g) - Radioactifs (10-12 g/g) Traceurs en développement : - Magnétiques (10-6 g/g) - Chimiques (10-6 g/g) - Radioactivables (10-9 g/g) Choix : ' Fluorescents : sables peints ' Radioactivables : verre à l Ir & Définition des mesures complémentaires. Section en travers et niveau d eau : R H et L Pente de la ligne d eau : J Vitesse d écoulement et débit (moulinet) : V et Q Échantillons de sédiments en suspension (échantillon intégré sur plusieurs verticales de la section en travers) : C fine, C sable, d 50 susp, σ susp Échantillons de sédiments du lit (6 localisations différentes) : d 50 lit, σ lit Mise en œuvre Injection : masse 300 kg, fluorescents Prélèvement : masse 1 kg, 2 types de préleveurs (carottier à main, saumon bateau) Analyse - Masse : 50 g - Imagerie (fluorescents) o Acquisition images o Traitement informatique o Résultats - Activation neutronique (radioactivables) o Irradiation sous flux neutrons thermiques (réacteur nucléaire) o Décroissance des impuretés o Spectrométrie γ : 192 Ir o Résultats 26

28 Interprétation. - Mesures analytiques (radioactivables) - analyse par activation neutronique - Difficulté de la mesure : procédure de correction des résultats sur étalons Dépôt - Mesure : C dep (traceurs) - Approximation de dépôt homogène - Calcul dépôt équivalent - Validation o Dépôt équivalent total / apports traceur = 50 % o Moitié du système observée Calage d'une loi de dépôt. 27

29 2 Les capteurs radiométriques ou jauges nucléaires: Un capteur radiométrique ou jauge nucléaire est l'association convenable d'une source radioactive scellée et d'un détecteur de rayonnement adapté. SAPRA JTT4 Cs 137 (222 MBq) JTD3 Cs 137 (18,5 MBq) Domaines d'application en milieu marin : Mesures de densité en milieu ouvert Mesure in-situ de fortes concentrations sédimentaires (ouvrages portuaires, chenaux de navigation), Mesure in-situ et en continu des variations de hauteur des formes sédimentaires, Suivi d'envasement, optimisation de travaux de dragage. Offshore Mesure de débit en conduite Discrimination de phase en conduite Exemple de contrôle de travaux de dragage : Vue du barrage en aval. Méthode At this time In-situ, continuously (24h/24), during 10 days Immerged and sampling (pumping) NCS Laboratory calibration for one typical sediment R&D Radioactive sources to X ray generator On line measurement of the sediment components (mud, sand) 28

30 Schéma de principe de l'appareil d'immersion. Le charriage de sédiment : Informations. Direction du transport Vitesses horizontales (moyenne et maximum) Epaisseur de la couche de sédiment Quantité de sédiments transportés (cf. débit) Nature du mouvement (charriage pur, avec saltation, suspension, or recovery of the tracer cloud by natural material ) 29

31 Le transport en suspension : Informations. Trajectoire du nuage libéré : direction, vitesse horizontale Coefficients de dispersion ( longitudinal et transversal) Taux de dilution fonction du temps et de la distance Vitesse moyenne de décantation Quantification des particules déposées fonction du temps et de l'espace Détection de particules en suspension. Optimisation des travaux de dragage : Modélisation de la vidange. 30

32 La vidange. Zeebrugge harbour - 40 Mm 3 per year - Dumping tests - Recycling test - CFD Modelling - Matérialisation de 80 % du recyclage dans les 120 jours. 31

33 Le transfert de sédiment : Irrigation : problématique. Problématique Ensablement : concerne de nombreux périmètres irrigués au Pakistan o limite la capacité de transport en eau, o empêche équité distribution, ( solution appliquée : curage manuel Besoin d inclure le comportement sédimentaire aux pratiques. Domaines d étude : hydraulique et transport solide. Contexte simple : canal d irrigation. Objectifs du programme de recherche Observer des phénomènes de dépôt. Mettre en œuvre une méthode de mesures originale : Traceurs radioactivables. Construire un jeu de données complet pour explication des phénomènes de dépôt. Proposer une approche de modélisation globale basée sur mesures traceurs. Méthodologie des travaux Choix d un site d étude. Détermination des station de mesures. Choix des traceurs. Mesures terrain. Interprétation des mesures traceurs. Calage d une loi de dépôt. 32

34 Descripteurs des phénomènes : Choix : fond théorique transport solide Capacité de transport solide η = q s * / q L Fonction piégeage en matières solides Φ = D / A Loi linéaire entre paramètres Φ = Ψη + ξ ' Mise en œuvre (local global) 3 indicateurs découpage : % P U (Yang, 1972) % L min (Hazen, 1904) % L max (Daubert-Lebreton, 1967) Détermination de : % x (biefs homogènes) % Points Résultat du découpage. x = 5-15 km 21 points canaux : Principal, Branches 13 points canaux : Distributeurs, Mineurs Validation dépôt ' Conclusions : Mesures traceurs Technique traceurs radioactivables : pas radioactif Observations courtes o Mois (traceurs) contre décennies (topo.) o Résultats comparables Jeu de données minimum Perspectives o Utilisables sur d autres problématiques o Attention au protocole analyse par activation Modèle global Mise en œuvre o Paramètres simples (Φ,η) et lois simples o Possible avec campagne traceurs Utilisations o Diagnostic o Simulation ensablement Perspectives o Loi plus fiable avec mesures plus fiables o Approche utilisable sur d autres problématiques 33

35 Les missions d'assistance à Maîtrise d'ouvrage du Cetmef. Intervenants : C.E.T.M.E.F. Département Ports Maritimes et Voies Navigables Division Ouvrages Portuaires Maritimes 34

36 Étude de l accueil des navires de taille réduite au Port pétrolier d Antifer. par Abasse ABDALLAH 1 - Introduction. Le port pétrolier d Antifer a été construit dans les années 70 pour accueillir des grands pétroliers de 500 à tpl. L évolution du trafic et de la flotte mondiale au cours de ces dernières années a incité le PAH et la CIM à envisager une reconfiguration de l appontement pour accueillir les pétroliers de taille réduite (70 à tpl). 2 - Mission du CETMEF. Rédaction du cahier de charges Examen des candidatures, rédaction d un rapport Rédaction des pièces du DCE Analyse des offres, rédaction d un rapport Mise au point du marché Suivi de l étude Conduite des réunions de pilotage 3 - Phasage de l'étude. Phase 1 Étude de l agitation à l intérieur du port et des taux d indisponibilité à l évitage et aux postes. Phase 2 Définition de 3 navires de projet et étude des conditions d amarrage et d accostage de ces navires. Phase 3 Étude de la tenue à poste pour ces navires et les solutions techniques éventuelles. 4 - Délai. Remise du cahier des charges : 2 mois Remise du rapport de dépouillement des candidatures : 1 mois Remise du rapport des offres : 1 mois Suivi des études : le délai est en fonction du délai d exécution des phases de l étude 35

37 Le projet FARATEA. par Céline TRMAL 1 - Situation de Faratea. 2 - Les motivations pour la construction du nouveau port. Besoin d'un nouveau port de commerce : Problème du port de Papeete o Saturation progressive des infrastructures o Profondeur limitée de la passe d accès Vocations: o Pêche o Réparations navales o Activité "conteneurs" 36

38 3 - Études hydrauliques. But : Obtenir les données nécessaires aux dimensionnements des ouvrages Connaître les conditions de navigabilité Estimer les cas extrêmes Phénomène : Cyclones (fortes houles + surcote) Tsunamis Barrière récifale (influence courant et propagation de la houle) Courantologie dans le lagon : Étude réalisée par DHI But de l étude courantologique : Étude de l impact du projet : - sur la courantologie dans le lagon - sur la qualité des eaux Utilisation de modèles numériques + mesures in situ Interaction entre le vent, les niveaux d eau (marée), la houle et les courants complexe Effet du déferlement sur le récif : ensachage - Élévation du niveau d eau dans la baie - Apparition de courants de retour dans les passes 37

39 Animation de courantologie (cliquer sur l'image pour lancer l'animation) Animation d'un rejet continu (cliquer sur l'image pour lancer l'animation) 38

40 Modélisation des houles cycloniques : Risque cyclonique moyen en Polynésie Française : o Activités cycloniques très variables d une année à l autre. o Risque de 37 % qu une saison soit perturbée par un cyclone. Production de fortes houles et de surcôte. Modèle Méteo France. o prévision à partir de données de vent et de trajectoire. Cyclone de projet retenu : o Basé sur Zoé : - Le plus creux jamais observé. - Développement rapide. o Symétrie de trajectoire (trajectoire moyenne orientée NO - SE). o Plusieurs positions d advections modélisées. Transmission de la houle du large au lagon : Étude réalisée par Océanide Propagation à l aide de modèle numérique du large à la barrière de récifs Modélisation physique de 8 sections du récif en canal à houle pour étudier les coefficients de transmission de la houle Modélisation numérique 3D de toute la zone d étude en tenant compte des modélisations précédentes 39

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

Utilisation des bétons fibrés à ultrahautes performances en site portuaire

Utilisation des bétons fibrés à ultrahautes performances en site portuaire XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.079-K Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Utilisation

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Logiciel PEACH 1 LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Sommaire I. Présentation d'ensemble du logiciel... 1 I.1. Les objectifs... 1 I.2. La démarche d'étude par PEACH... 2 II. PEACH Programme

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

au moyen de matériaux composites application port de dunkerque Mardy Long, Chafika Djelal-Dantec, & Stephan Kesteloot

au moyen de matériaux composites application port de dunkerque Mardy Long, Chafika Djelal-Dantec, & Stephan Kesteloot Durabilité des ouvrages fluviaux et maritimes renforcés au moyen de matériaux composites application port de dunkerque Mardy Long, Chafika Djelal-Dantec, & Stephan Kesteloot Partenaires de projets Partenairesdu

Plus en détail

Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen

Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen PROGRAMME D AMELIORATION DES ACCES MARITIMES Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen GPMR/SCAN 2010 1 TABLE DES MATIERES 1 CADRE ET OBJET DE L ETUDE...

Plus en détail

Expertise des Structures immergées

Expertise des Structures immergées Expertise des Structures immergées Structures impliquées Quais Barrages et turbines Ponts Batardeaux Prises d eau et émissaires Navires Matériaux impliqués Bois Acier Béton Pierres de maçonnerie Objectifs

Plus en détail

Guirec PREVOT Centre d'etudes Techniques Maritmes et Fluviales Division Ouvrages Portuaires Maritimes Guirec.Prevot@developpement-durable.gouv.

Guirec PREVOT Centre d'etudes Techniques Maritmes et Fluviales Division Ouvrages Portuaires Maritimes Guirec.Prevot@developpement-durable.gouv. Projet SAO POLO Stratégies d Adaptation des Ouvrages de Protection marine ou des modes d Occupation du Littoral vis-à-vis de la montée du niveau des mers et des Océans Guirec PREVOT Centre d'etudes Techniques

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010 Fire Safety Day 2010 28 octobre 2010 - Leuven Note d information technique NIT 238 L application de systèmes de peinture intumescente sur structures en acier Source: Leighs Paints ir. Y. Martin CSTC/WTCB

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17)

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17) Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Jérôme REVEL Laboratoire de Bordeaux Page 1/22 sommaire Introduction Analyse historique du trait de côte Analyse naturaliste

Plus en détail

projet National TUBA Battage des pieux

projet National TUBA Battage des pieux objectifs Port du Havre - ASCO TP/Daniel VANDROS le projet national TUBa, lancé en Juin 1993, a résulté des réflexions des principaux intervenants dans le domaine des travaux à la mer se retrouvant, depuis

Plus en détail

Dragage, expérience de la Charente Maritime : Plan de gestion opérationnel, Mutualisation et Politique environnementale. charente-maritime.

Dragage, expérience de la Charente Maritime : Plan de gestion opérationnel, Mutualisation et Politique environnementale. charente-maritime. Dragage, expérience de la Charente Maritime : Plan de gestion opérationnel, Mutualisation et Politique environnementale Quelques chiffres du dragage en Charente Maritime Culture importante du dragage

Plus en détail

BAROMÈTRE DE SATISFACTION DES USAGERS. Voies du Nord. Baromètre de satisfaction des usagers du réseau de Voies Navigables de France 2014

BAROMÈTRE DE SATISFACTION DES USAGERS. Voies du Nord. Baromètre de satisfaction des usagers du réseau de Voies Navigables de France 2014 1 BAROMÈTRE DE SATISFACTION DES USAGERS Plan 1 Rappel : Méthodologie et échantillon 2 Qui sont les navigants ayant répondu à l enquête? 3 Satisfaction globale des navigants 4 Satisfaction par thématique

Plus en détail

VSC - LITTORAL. Il s'agit d'une méthode globale qui associe des avis de spécialistes et des choix stratégiques du gestionnaire de l'ouvrage.

VSC - LITTORAL. Il s'agit d'une méthode globale qui associe des avis de spécialistes et des choix stratégiques du gestionnaire de l'ouvrage. VSC - LITTORAL 1 - Objectifs : La méthode VSC (Visites Simplifiées Comparées) est un outil d'aide à la gestion d'un patrimoine «d'ouvrages», qui répond à 3 objectifs : accéder à une vue d'ensemble de l'état

Plus en détail

Les chiffres clés du dragage en France.

Les chiffres clés du dragage en France. 08/06/2011 LILLE - Journées nationales sur la gestion terrestre des sédiments de dragage portuaires et fluviaux DRAGAGE, TRAITEMENT & VALORISATION DES SEDIMENTS ETAT DES LIEUX Nicolas PROULHAC / nicolas.proulhac@idra-environnement.com

Plus en détail

Le polyéthylène : un matériau de choix pour les réseaux d adduction d eau

Le polyéthylène : un matériau de choix pour les réseaux d adduction d eau Le polyéthylène : un matériau de choix pour les réseaux d adduction d eau L eau : source de vie L eau est au centre des préoccupations de notre nouveau millénaire. La raréfaction des sources d eau potable

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Assistance et conseil technique et administratif aux collectivités en urbanisme réglementaire Toute collectivité maître d ouvrage de

Plus en détail

Énergies marines renouvelables : enjeux, techniques et contraintes

Énergies marines renouvelables : enjeux, techniques et contraintes Énergies marines renouvelables : Page 1/34 PLAN DE L EXPOSÉ Le contexte français Les éoliennes Les hydroliennes Énergie des vagues Conclusions Page 2/34 PLAN DE L EXPOSÉ Le contexte français Les éoliennes

Plus en détail

Matériaux et Structures Matériaux en Environnement Nucléaire Matériaux en Environnement Aéronautique

Matériaux et Structures Matériaux en Environnement Nucléaire Matériaux en Environnement Aéronautique INGENIEUR MATERIAUX & DESIGN DE STRUCTURE par apprentissage Matériaux et Structures Matériaux en Environnement Nucléaire Matériaux en Environnement Aéronautique 1 diplôme, 3 parcours différenciés OBJECTIFS

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

La Région inaugure le terminal croisières du Port de Sète Sud de France

La Région inaugure le terminal croisières du Port de Sète Sud de France Julie Sanchez 04 67 22 80 35 /// 06 20 96 14 70 sanchez.julie@cr-languedocroussillon.fr Vendredi 1 er Octobre 2010 La Région inaugure le terminal croisières du Port de Sète Sud de France 2 «Avec un programme

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Le GIS-DON (Groupe d Intérêt Scientifique sur les Disques Optiques Numériques)

Le GIS-DON (Groupe d Intérêt Scientifique sur les Disques Optiques Numériques) Le GIS-DON (Groupe d Intérêt Scientifique sur les Disques Optiques Numériques) Par Franck Laloë, LKB (Ecole Normale Supérieure) Président du Conseil Scientifique du GIS-DON 1 Membres du GIS-DON LAM, Université

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE L ENTREPRISE D ACCUEIL

BILAN DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE L ENTREPRISE D ACCUEIL B.T.S. ENVELOPPE DU BATIMENT BILAN DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE L ENTREPRISE D ACCUEIL Coordonnées l entreprise Nom l apprenti LES PRODUITS VERRIERS. Les produits verriers Connaître pour chaque produit

Plus en détail

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques Descriptif du Parcours Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques 12/03/2014 Sommaire Sommaire... p. 2 Présentation... p. 3 Contact

Plus en détail

Ponts, Tunnels, Aéroports et Grandes Infrastructures

Ponts, Tunnels, Aéroports et Grandes Infrastructures Ponts, Tunnels, Aéroports et Grandes Infrastructures Gestion de la Maintenance et Optimisation des Coûts Evaluation Non Destructive des Propriétés Résiduelles des Matériaux Surveillance des Intrusions

Plus en détail

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33)

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) Tempête XYNTHIA du 28 février 2010 Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) CETE du Sud-Ouest Page 1/23 PLAN de l EXPOSE 1 - La localisation des dégâts à l aide

Plus en détail

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-056821 Nantes, le 22 décembre 2014 Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX Objet Contrôle des installations

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

Au service de vos projets maritimes et fluviaux

Au service de vos projets maritimes et fluviaux INGÉNIERIE CONSEIL MESURES ENVIRONNEMENTALES Au service de vos projets maritimes et fluviaux Energies Marines Renouvelables Types de missions : Études d impacts Études réglementaires Mesures environnementales

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Offre de services spéciale bureaux d études

Offre de services spéciale bureaux d études Offre de services spéciale bureaux d études Analyses et diagnostics multirisques Gestion de crise Cartographie SIG Outils de communication Information préventive Réseau de spécialistes pluridisciplinaires

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR

Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR Projet PieuxBois Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR Transparent-1 Groupement de 5 partenaires Coordinateur du projet Scierie CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES BatiPlus Contrôle

Plus en détail

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière L état d avancement des travaux au 20 juin 2011 Le véhicule électrique, une des priorités de la politique de

Plus en détail

EXUGROOM Dispositif d Evacuation Naturelle des Fumées et de Chaleur monté en façade Alimenté par énergie électrique

EXUGROOM Dispositif d Evacuation Naturelle des Fumées et de Chaleur monté en façade Alimenté par énergie électrique 0333 NF- DISPOSITIF D EVACUATION NATURELLE DES FUMEES ET DE CHALEUR FERMETURES GROOM Z.I. de l'aumaillerie BP 80256 35302 FOUGERES Tel : 02 99 94 87 00 Fax : 02 99 94 87 01 EXUGROOM Dispositif d Evacuation

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Projet de système d information géographique partagé pour la gestion intégrée de l Estuaire de Seine (partie aval)

Projet de système d information géographique partagé pour la gestion intégrée de l Estuaire de Seine (partie aval) Valor IG IFREMER Nantes 21.03.2006 Ensemble, comprendre l estuaire Appel à projets pour un développement équilibré des territoires littoraux par une gestion intégrée des zones côtières GIZC Projet de système

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE TRONC COMMUN - Sujet TC-05 Page de garde Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET TRONC COMMUN Le dossier-sujet est constitué : De documents destinés à l

Plus en détail

MARQUE NATIONALE. de CONFORMITÉ aux RÉFÉRENTIELS MARQUE ACQPA. «Système anticorrosion par peinture» Régime financier : PRO-LI 11 V3

MARQUE NATIONALE. de CONFORMITÉ aux RÉFÉRENTIELS MARQUE ACQPA. «Système anticorrosion par peinture» Régime financier : PRO-LI 11 V3 Association pour la Certification et la Qualification en Peinture Anticorrosion MARQUE NATIONALE de CONFORMITÉ aux RÉFÉRENTIELS MARQUE ACQPA «Système anticorrosion par peinture» Régime financier : PRO-LI

Plus en détail

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006.

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. Ce bilan succinct tient compte des évaluations faites par les maîtres de stage sur les étudiants et leurs formations. Ce bilan a été dressé sur 12 élèves ingénieurs (les

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

CRITERES DE JUGEMENT DU BON ENTRETIEN DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT

CRITERES DE JUGEMENT DU BON ENTRETIEN DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT CRITERES DE JUGEMENT DU BON ENTRETIEN DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT Le point au 6 septembre 2010 Le contrat de délégation du service public de l assainissement indique un taux de colmatage, ou une débitance,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES POUR LA REALISATION

Plus en détail

Catalogue Murs Antibruit

Catalogue Murs Antibruit Catalogue Murs Antibruit E.C.I.B. 18, rue François Jacob 62800 LIÉVIN Tel. 03 21 13 49 13 Fax. 03 21 42 22 55 Mail: contact@ecib-bruit.com Note d introduction Depuis plus de vingt ans, E.C.I.B met son

Plus en détail

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES PROJECTION DU BETON CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES Colloque ASQUAPRO de 2011 exposé de Claude Resse PARTICULARITES DUES A LA MISE EN ŒUVRE PAR PROJECTION POUR LES CONTRÔLES SUR SITE ET EN LABORATOIRE préambule

Plus en détail

Expert en Acoustique et en Vibration

Expert en Acoustique et en Vibration Expert en Acoustique et en Vibration L entreprise , filiale AREVA Energie nucléaire Energies renouvelables Des solutions pour produire de l électricité sans CO2 47,817 personnes 20 pays Présence industrielle

Plus en détail

Le Port de Tanger Méditerranée

Le Port de Tanger Méditerranée Le Port de Tanger Méditerranée Présentation synthétique du projet Voyage de presse à Tanger 27 et 28 septembre 2005 Sommaire Le port de Tanger Méditerranée : «Doter le Maroc d un nouveau pôle économique»

Plus en détail

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives L IRSN et la surveillance de l environnement Etat des lieux et perspectives Didier CHAMPION et Jean-Marc PERES Journées SFRP Paris 23-24 septembre 2009 Objectifs de la surveillance de l environnement 2

Plus en détail

Pérennité des systèmes de fondations par pieux en bois

Pérennité des systèmes de fondations par pieux en bois Pérennité des systèmes de fondations par pieux en bois Mécanique Jean-François BOCQUET (MdC) Laurent BLERON (Prof) Transfert de masse Romain Rémond (MdC) Chimie, Anatomie Arnaud BESSERER (MdC) Marie Christine

Plus en détail

Spécifications Techniques Sprayfiber-Thermique Département de Protection Anti-Incendie (PAI)

Spécifications Techniques Sprayfiber-Thermique Département de Protection Anti-Incendie (PAI) INABENSA INABENSA Spécifications Techniques Sprayfiber-Thermique Département de Protection Anti-Incendie (PAI) Registro Mercantil de Sevilla, Hoja SE-20724, Folio 51, Tomo 2056 de Sociedades CIF.: A-41-694266

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Tableaux des Pressions de vent W50 applicables aux façades légères et déterminées selon l Annexe Nationale NF EN 1991-1-4/NA

FICHE TECHNIQUE. Tableaux des Pressions de vent W50 applicables aux façades légères et déterminées selon l Annexe Nationale NF EN 1991-1-4/NA FICHE TECHNIQUE CSTB CEBTP Bureau VERITAS CETEN APAVE Int. DEKRA SOCOTEC SNFA du COPREC N 45 - Indice : B Date : Octobre 2010 Nombre de pages : 8 Tableaux des Pressions de vent W50 applicables aux façades

Plus en détail

Certifi cation des systèmes de peinture utilisés pour la Défense Terrestre et Navale

Certifi cation des systèmes de peinture utilisés pour la Défense Terrestre et Navale Certifi cation des systèmes de peinture utilisés pour la Défense Terrestre et Navale Organisation de l ACQPA Association pour la Certification et la Qualifi cation en Peinture Anticorrosion Association

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Notre expérience. Le groupe Weiss est un des plus. d appareils standards et de systèmes surmesure dans le domaine de la simulation. environnementale.

Notre expérience. Le groupe Weiss est un des plus. d appareils standards et de systèmes surmesure dans le domaine de la simulation. environnementale. Notre expérience Le groupe Weiss est un des plus importants producteurs mondiaux d appareils standards et de systèmes surmesure dans le domaine de la simulation environnementale. Notre offre produits couvre

Plus en détail

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012 Bordeaux, le 13 fevrier 2012 DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX INDEX DATE MODIFICATIONS Resposable 0 10/11/2010 1 er document Oscar BAUZA A 13/02/2012

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur à est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d écoulement de l air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse et débit d écoulement

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

Résistance au feu: comportement des

Résistance au feu: comportement des 88 S. Hameury 1 Résistance au feu: comportement des Feu 88 Dr. Stéphane HAMEURY Chef de projet «Bois & Construction Durable» Chef de Division Adjoint Valorisation des Technologies Innovantes Département

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention réseaux électriques monteur souterrain Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Rappel sur le stage professionnel... Il se déroule en deux temps et recouvre deux réalités différentes : le stage ouvrier en juin

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Choix des instruments de mesure

Choix des instruments de mesure Amélioration des processus grâce à une gestion des techniques de mesure L'évaluation des valeurs d un processus est plus qu uniquement l'intégration du capteur et la lecture des indications. Afin de faire

Plus en détail

FERMACELL Firepanel A1. La nouvelle dimension en matière de protection incendie

FERMACELL Firepanel A1. La nouvelle dimension en matière de protection incendie La nouvelle dimension en matière de protection incendie La nouvelle plaque Protection incendie de La plaque représente la nouvelle dimension en matière de protection incendie pour la construction sèche.

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Les nouvelles règles parasismiques (2/4)

Les nouvelles règles parasismiques (2/4) Les nouvelles règles parasismiques (2/4) 1 1. Une nouvelle réglementation 2. Le nouveau zonage 3. Conséquence de l introduction de l EC8 4. La classification des bâtiments t 5. Les données introduites

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques D onnées topographiques L identifier, voire quantifier les processus d incision ou d exhaussement. Malheureusement, les données topographiques anciennes sont moins fréquentes, moins homogènes à l échelle

Plus en détail

a. Annexe 1 : Bassin versant du Rhône, localisation du site d'étude

a. Annexe 1 : Bassin versant du Rhône, localisation du site d'étude a. Annexe 1 : Bassin versant du Rhône, localisation du site d'étude Cette étude est effectuée sur l ensemble du linéaire du Rhône, de l aval du lac Léman à la mer Méditerranée (Annexe 1). Afin d assurer

Plus en détail

Construction Bois Programme collectif Actualité Normative

Construction Bois Programme collectif Actualité Normative Construction Bois Programme collectif Actualité Normative Les Etats Généraux 19 septembre 2013 Serge Le Nevé Etudes «Plan Bois 2010-2013» DHUP / CODIFAB / FBF Sujets Résistance au feu des parois à ossature

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées.

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. Brochure produit Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. 2 Traitement innovant des eaux usées Optimisation des performances de traitement grâce aux technologies innovantes Wilo. Les exploitants

Plus en détail

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : Codep-Lyo-2013-064102 Lyon, le 26/11/2013 Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Choix, dimensionnement, installation et équipement des ouvrages de franchissement hydrauliques (OH) : prescriptions règlementaires, méthodes préconisées

Plus en détail

SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique

SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique Cet article présente les premiers résultats obtenus sur les panneaux à base de bois en termes de ductilité

Plus en détail

BUREAU D ETUDES DU GENIE CIVIL

BUREAU D ETUDES DU GENIE CIVIL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BUREAU

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

LITS MEDICAUX NORMES et REGLEMENTATIONS. Marketing/Affaires Réglementaires et médicale MAJ 25 04 13

LITS MEDICAUX NORMES et REGLEMENTATIONS. Marketing/Affaires Réglementaires et médicale MAJ 25 04 13 LITS MEDICAUX NORMES et REGLEMENTATIONS Marketing/Affaires Réglementaires et médicale MAJ 25 04 13 PLAN Evolutions réglementaires et normatives Norme CEI 60601-2-52:déc.2009 : Impacts Conclusion Annexe

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES Emmanuel DELAVAL CETE Nord-Picardie Département CGI / AS PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

Plus en détail