Instructions standard pour les pays souhaitant adopter l initiative «Unis dans l action»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Instructions standard pour les pays souhaitant adopter l initiative «Unis dans l action»"

Transcription

1 Instructions standard pour les pays souhaitant adopter l initiative «Unis dans l action» Élaboré par le Groupe de haut niveau du GNUD 20 août 2013 Page 1 of 48

2 Table des matières Page 1. Introduction 3 2. Programme unique Cadre budgétaire commun et Fonds du Programme 19 «Unis dans l action» 4. Responsable unique Unité dans l action Unité dans la communication 43 Page 2 of 48

3 1. Introduction 1.1 Contexte A la suite du Sommet mondial de 2005, à l occasion duquel la nécessité de réformer le système des Nations Unies a été réaffirmée, le Secrétaire général des Nations Unies a mis en place, en 2006, le Groupe de haut niveau sur la cohérence de l'action du système des Nations Unies. Dans son Rapport intitulé «Unis dans l action», le Groupe a présenté une série de recommandations visant, entre autres choses, à renforcer les activités du système des Nations Unies en partenariat avec les gouvernements hôtes, et à les axer sur les résultats. Le Groupe a également recommandé d accélérer et d approfondir les réformes du système des Nations Unies, de manière à mettre en place des équipes de pays des Nations Unies unifiées (constituées de représentants des organismes spécialisés, des fonds et des programmes des Nations Unies et autres entités des Nations Unies accréditées dans un pays donné), ayant la capacité d aborder les questions transversales avec cohérence. En 2007, huit pays se sont portés volontaires pour expérimenter l initiative «Unis dans l action» et pour appliquer des approches novatrices de la cohérence dans les pays. Les pays participant au programme pilote étaient les suivants : Albanie, Cap-Vert, Mozambique, Pakistan, Rwanda, République- Unie de Tanzanie, Uruguay et Viet Nam. En 2010 et 2011, une évaluation a été conduite dans ces pays, sous la direction de leur gouvernement respectif. Une évaluation indépendante des enseignements tirés de la phase pilote de l initiative «Unis dans l action» a été réalisée en Parallèlement, ces approches novatrices ont été régulièrement examinées lors de conférences annuelles intergouvernementales de haut niveau sur l initiative «Unis dans l action», et l Assemblée générale les a ensuite accueillies favorablement dans ses résolutions 63/311 et 64/289 sur la cohérence du système des Nations Unies. Un nombre croissant de pays a ensuite rejoint les huit pays pilotes, en adoptant volontairement cette initiative. En outre, des représentants de 48 gouvernements ont participé à la dernière Conférence intergouvernementale de haut niveau qui s est tenue à Tirana en Albanie en Dans son programme d action sur cinq ans pour son second mandat, le Secrétaire général a appelé à lancer une initiative «Unis dans l action» de deuxième génération, mettant l accent sur la gestion et le suivi axés sur les résultats, de manière à renforcer la responsabilisation et à obtenir de meilleurs résultats. Dans sa résolution 67/226, à la section concernant l initiative «Unis dans l action» de l examen quadriennal complet, l Assemblée générale a «prié le système Nations Unies de faire fond sur les Page 3 of 48

4 bonnes pratiques et les enseignements tirés de la mise en œuvre de l initiative «Unis dans l action» dans plusieurs pays, et de consolider le processus en mettant clairement en évidence les éléments fondamentaux de chaque aspect de l initiative, sur la base des enseignements tirés, y compris en formulant des instructions standard pour permettre aux équipes de pays des Nations Unies de mener leurs travaux à bonne fin, dans les pays mettant en œuvre l initiative et dans ceux qui envisagent de le faire, et de rendre compte de ce processus et de l application des instructions standard au Conseil économique et social à l occasion de son débat consacré aux activités opérationnelles lors de ces sessions de fond». 1.2 Objectifs des présentes instructions standard Les objectifs des présentes instructions standard sont de : fournir aux équipes de pays des Nations Unies, aux gouvernements et autres parties prenantes et partenaires au niveau national, dans les pays qui demandent à adopter l initiative «Unis dans l action» un ensemble intégré de directives claires, simples et cohérentes à l échelle interne concernant la programmation, le rôle de chef de file, les activités opérationnelles, le financement et la communication des activités de développement menées dans les pays, en tenant compte du mandat et des règles et procédures des organismes des Nations Unies ; fournir des informations aux pays de programme qui envisagent d adopter l initiative «Unis dans l action», présentant simplement et clairement cette initiative ; et le cas échéant, définir et recommander les changements majeurs que devraient apporter les sièges des organismes aux politiques et procédures, en vue de réduire les coûts de transaction pour les gouvernements, les autres parties prenantes nationales, les partenaires de développement et les équipes de pays des Nations Unies, et d axer conjointement les efforts sur les résultats au niveau du pays. Les instructions standard offrent un juste équilibre entre flexibilité et normalisation, de sorte qu elles sont applicables et utiles à tous les organismes des Nations Unies opérant dans des contextes nationaux très différents, comme les pays à revenu inférieur ou les pays les moins développés et les pays à revenu intermédiaire, chaque pays ayant ses propres problèmes de développement, cadres réglementaires, capacités institutionnelles, et organismes des Nations Unies. Ces instructions font suite à l examen quadriennal complet qui «Constate que chaque fonds, programme ou organisme des Nations Unies Page 4 of 48

5 possède une expérience et des compétences propres, découlant de ses mandats et plans stratégiques, et souligne à ce sujet que les activités menées pour renforcer la coordination et la cohésion à l échelon national devraient tenir compte des mandats et rôles de chacun et permettre de mieux exploiter les ressources et les compétences uniques de tous les fonds, programmes et institutions spécialisées des Nations Unies»(paragraphe 18 de la Résolution sur l examen quadriennal complet A/Res/67/226). Nonobstant le contenu de ces instructions, le dispositif de responsabilisation qui existe entre les membres de l équipe de pays des Nations Unies et les institutions qu elle représente est pleinement maintenu. Les instructions standard font valoir que les équipes de pays des Nations Unies et les homologues nationaux devront adapter la mise en œuvre de l initiative «Unis dans l action» à leur propre contexte. Cette adaptation est importante aussi dans les pays en transition après un conflit, en particulier lorsque les principes d intégration s appliquent 1. Dans de telles situations, des activités coordonnées entre les secteurs du développement, humanitaire, sécuritaire et politique permettront d optimiser l impact de l action des Nations Unies. Et cela envoie aussi un message aux homologues nationaux et internationaux qui œuvrent de manière cohérente et solidaire pour le relèvement et la transition. Lorsqu un gouvernement demande à adopter l initiative «Unis dans l action» dans le pays, le Coordonnateur résident informe l équipe régionale du GNUD du souhait de l équipe de pays des Nations Unies, en consultant pleinement le gouvernement à propos des détails, de recourir aux instructions standard. L engagement du pays hôte dès la phase initiale de l initiative«unis dans l action», consistant par exemple en la désignation d une institution centrale de coordination au nom du gouvernement ou en des échanges d expériences/enseignements tirés avec des pays mettant en œuvre l initiative «Unis dans l action», sera appuyé par le système des Nations Unies. 1.3 Cadre/principes d élaboration des instructions standard Le cadre d élaboration des instructions standard repose sur un examen approfondi de toutes les analyses existantes de l initiative «Unis dans l action». Cela recouvre les résolutions pertinentes de 1 Conformément à la décision du Secrétaire général, le principe d'intégration s'applique lorsque le système des Nations Unies dispose d'une équipe de pays et d une mission multidimensionnelle de maintien de la paix/bureau politique, que la structure des institutions présentes soit ou non structurellement intégrée. La forme que prend l'intégration dans un pays donné est déterminée pour chaque contexte et tient compte de la nécessité de créer un espace humanitaire. Page 5 of 48

6 l Assemblée générale, notamment la résolution 67/226 relative à l examen quadriennal complet de 2012, et les rapports du Secrétaire général, ainsi que les documents finaux des Conférences intergouvernementales de haut niveau sur l initiative «Unis dans l action». Les conclusions et les recommandations d une évaluation indépendante et des évaluations menées par les pays participant au programmes pilote «Unis dans l action» ont été prises en considération, ainsi que d autres résultats et enseignements tirés des Coordonnateurs résidents et des équipes de pays des Nations Unies participant à la phase pilote, y compris les pays qui ont volontairement adopté cette initiative. Enfin, les mécanismes fonctionnels du GNUD et les réseaux du Comité de haut niveau sur la gestion (HLCM), les équipes régionales du GNUD et le personnel des Nations Unies ayant une expérience opérationnelle dans les pays, ont apporté leurs compétences et leurs connaissances. A l aide de ces directives, évaluations et consultations, six principes clés ont orienté l élaboration de ces instructions standard : 1. forte appropriation par les gouvernements et autres parties prenantes nationales 2 et direction des activités par les gouvernements nationaux ; 2. simplification et réduction importantes des coûts liés aux programmes, aux coûts de transactions liés aux activités opérationnelles et aux services pour les gouvernements, les autres parties prenantes nationales, les partenaires de développement et le système des Nations Unies, notamment en intégrant et en harmonisant davantage les processus opérationnels communs et ceux spécifiques aux organismes ; 3. habilitation des équipes de pays des Nations Unies, sous la direction du Coordinateur résident des Nations Unies, à répondre aux besoins nationaux, sur la base des bonnes pratiques et des expériences des pays mettant en œuvre l initiative «Unis dans l action», tant des pays participant au programme pilote que ceux ayant adopté volontairement l initiative ; 4. flexibilité permettant aux équipes de pays des Nations Unies d apporter des innovations ; 5. mouvement allant dans le sens de la réalisation commune de résultats et d une plus forte responsabilisation, notamment concernant des questions transversales comme les droits de l homme, l égalité des sexes et la viabilité environnementale ; 6. accent mis sur les valeurs et les normes communes du système Nations Unies. 2 Le Coordonnateur résident/l'équipe de pays des Nations Unies, et tous les organismes des Nations Unies concernés, doivent déterminer les moyens et le niveau d'engagement des parties prenantes nationales. Page 6 of 48

7 1.4 Permettre les actions et les décisions au niveau des sièges Au cours du processus d élaboration de ces instructions, plusieurs problèmes non résolus à propos des sièges se sont posés pour tous les piliers du soutien du système des Nations Unies aux pays mettant en œuvre l initiative «Unis dans l action». Ces problèmes sont exposés en détail à l annexe du présent document et nécessiteront un engagement et une action de la part des sièges, comme il conviendra. La rapidité avec laquelle les organismes procèderont au suivi et à l allocation de ressources en découlant sera déterminante pour le succès de la deuxième phase de l initiative «Unis dans l action». 3 En outre, si l on veut que ces instructions aient pour effet d accélérer les changements, il faut renforcer la gestion des changements et parvenir à une unité d action véritable dans toutes les structures et tous les lieux d intervention, et renforcer la vision commune et la culture de la collaboration axées sur les résultats. Les modalités de responsabilité mutuelle énoncées dans le cadre de gestion et de responsabilisation du système des Nations Unies pour le développement et des coordonnateurs résidents devront être pleinement mises en œuvre afin que tout le personnel adhère pleinement à une identité commune des Nations Unies. Les normes les plus élevées de capacités à diriger et une formation en gestion doivent être garanties. Il faut aussi investir davantage dans le perfectionnement du personnel, l échange d informations, les enseignements tirés et les meilleures pratiques dans tout le système, la formation et les opportunités communes d apprentissage continu. 1.5 Mise en œuvre, suivi et évaluation des instructions standard et rapport les concernant Le Président du GNUD peut charger le Groupe consultatif du Sous-Secrétaire général de diriger la mise en œuvre des instructions standard. Il est essentiel de fournir des directives et des ressources visant spécifiquement le soutien des pays mettant en œuvre l initiative «Unis dans l action», des coordonnateurs résidents, des membres de l équipe de pays des Nations Unies, des hauts responsables des organismes dans des pays clés, et des positions régionales et des sièges pour garantir le succès de la prochaine phase de l initiative «Unis dans l action». Le perfectionnement des instructions standard en 2013 sera orienté par l expérience du terrain et une rétroaction permanente des coordonnateurs résidents, des équipes de pays des Nations Unies, du 3 Le terme «organisme» fait référence aux organismes spécialisés ainsi qu'aux fonds et programmes des Nations Unies. Page 7 of 48

8 personnel dans les pays, des équipes régionales du GNUD, du Groupe du GNUD pour le Sous-Secrétaire général, les mécanismes fonctionnels du GNUD, les réseaux du Comité de haut niveau sur la gestion et autres parties prenantes pertinentes des Nations Unies. Dans sa résolution 67/226 sur l examen quadriennal complet, l Assemblée générale a invité le système des Nations Unies «à aider les pays de programme qui ont adopté l initiative «Unis dans l action» en proposant un ensemble de mesures d appui» et à faire rapport concernant les instructions standard au Conseil économique et social lors de sa session de fond consacré aux activités opérationnelles. Page 8 of 48

9 Unis dans l action : Interrelations entre les piliers de soutien de l'onu aux pays mettant en œuvre l'initiative «Unis dans l'action» Gouvernement du pays de programme Responsable unique* Coordonnateur résident et équipes de pays des Nations Unies Results Group Groupe axé sur les résultats Équipe de gestion des opérations Groupe de la communication dans les pays Comité directeur conjoint pays/nations Unies Cadre budgétaire commun Cadre budgétaire commun à moyen terme Programme unique PNUAD Unité dans l'action perating as One Stratégie relative aux modalités de fonctionnement Finance et audit Locaux communs Unité dans la communication Stratégie commune de communication Stratégie commune de mobilisation des ressources Fonds du programme «Unis dans l action» et mécanisme d'allocation de fonds Plans de travail annuels ou semestriels communs des groupes axés sur les résultats Suivi Ressources humaines Transport et logistique Achats Pol. harmonisée transferts fonds TCI Outils communs Messages et plaidoyer communs Rapport unique des Nations Unies sur les résultats dans les pays * Les principaux éléments sont : cadre de gestion et de responsabilisation, Code de conduite de l'équipe de pays des Nations Unies et cadre de responsabilité mutuelle des présidents et membres des groupes axés sur les résultats, des équipes de gestion des opérations et des groupes de la communication dans les pays. Page 9 of 48

10 2. Programme unique 2.1 Buts Le Programme unique rassemble tous les membres de l équipe de pays des Nations Unies, à la lumière d une stratégie unique élaborée au niveau national ; celle-ci tire parti de toutes les compétences des Nations Unies et garantit l application d une approche pleinement intégrée de l équipe de pays des Nations Unies vers la réalisation de résultats de développement avec cohérence. Les résultats découlant du Programme unique sont mesurables et chiffrés. Le Programme unique apporte des bénéfices importants, dans la mesure où il garantit le regroupement de toutes les compétences et expériences du système des Nations Unies, des partenaires nationaux et internationaux au sein des programmes de pays des Nations Unies ; facilite l application systématique de principes normatifs de programmation dans la formulation, la mise en œuvre, le suivi et l évaluation du programme ; et assure un alignement étroit sur les priorités nationales de développement. Il permet aussi aux pays de programme d accéder plus facilement aux mandats et aux ressources des organismes non-résidents. Dans les pays en transition, c est aussi un instrument qui assure une meilleure cohérence entre les missions des Nations Unies (lorsqu elles existent). Le Programme unique contribue à une plus forte appropriation nationale et direction des activités par le gouvernement, à une meilleure transparence, à la réduction des doublons, à une meilleure cohérence dans la planification, et à renforcer la réalisation des résultats et l établissement des rapports connexes, notamment concernant des problèmes de développement transversaux. Il conviendrait, lorsque c est faisable, d harmoniser et d aligner les documents programmatiques propres aux institutions sur le PNUAD. 2.2 Principaux éléments Le Programme unique requiert les éléments mentionnés ci-après. D autres éléments peuvent être ajoutés pour l adapter au contexte particulier des pays. Dans certains cas, des suggestions sont proposées. Page 10 of 48

11 1. Le Plan-cadre des Nations Unies pour l'aide au développement (PNUAD) 4, sur lequel se fonde le Programme unique, est un cadre de résultats stratégique à moyen terme qui décrit la vision et la réponse communes du système des Nations Unies en ce qui concerne les priorités et les résultats à l échelle nationale, sur la base des principes normatifs de programmation, et définit la façon dont l équipe de pays des Nations Unies contribuera aux résultats de développement, à partir d une analyse/évaluation des besoins du pays et des avantages comparatifs du système des Nations Unies. Lorsque les principes d intégration s appliquent, le PNUAD peut être combiné avec un cadre stratégique intégré, et devrait bien mettre en évidence les objectifs stratégiques de l ensemble des organismes des Nations Unies présents 5, en tenant compte des objectifs et des interventions humanitaires, 6 et en s attachant particulièrement à la protection de l espace humanitaire, tel que garanti et reconnu. 2. Le PNUAD définit les effets que le système des Nations Unies et ses partenaires doivent produire dans un délai de trois à cinq ans, en tenant dûment compte de l importance d harmoniser autant que possible le calendrier et la durée du cycle de planification au niveau national. Le PNUAD comprend une matrice de résultats au niveau effet et une annexe juridique contenant les éléments déjà prescrits dans le plan d action pour la mise en œuvre des programmes de pays des fonds et programmes, et dans le plan d action relatif au PNUAD. Le gouvernement, les parties prenantes nationales, l équipe de pays des Nations Unies peuvent décider d ajouter des extrants à la matrice de résultats, à condition que les extrants proposés ajoutent de la valeur. D une manière générale, il est préférable de maintenir les résultats du PNUAD à un haut niveau, afin que le PNUAD reste un document stratégique et inclusif. 3. Le PNUAD s aligne pleinement sur les priorités nationales et le cycle national de développement, ou sur les principales initiatives nationales pour le développement, lorsqu il n y a pas de programme national unifié. Le PNUAD contribue à une meilleure appropriation 4 Directives les plus récentes relatives au PNUAD : Processus d'élaboration du PNUAD (2010). 5 L expression «organismes des Nations Unies présents» recouvre les organismes présents dans un pays et les organismes non-résidents ayant des activités dans le pays, comme les organismes régionaux. 6 Dans les situations humanitaires, les organismes du système des Nations Unies devraient se regrouper et s organiser eux-mêmes conformément à l'approche par secteur du Comité permanent inter-institutions (IASC), sauf dans le cas des situations de réfugiés où c est le HCR qui est chargé d'assurer la fonction principale coordination. Page 11 of 48

12 nationale grâce au processus participatif d élaboration de la matrice de résultats, aux processus participatifs cohérents de coordination des pays et du système des Nations Unies, et à l alignement du PNUAD sur les cycles nationaux de planification. 4. Dans les phases initiales de transition, où les cycles de programmation sont généralement moins longs, le PNUAD devrait s aligner sur un cycle plus court, sans couvrir nécessairement une période de trois à cinq ans. 5. Le PNUAD fait un partage clair des activités entre les gouvernements et les partenaires de développement, ainsi qu au sein du système des Nations Unies. La matrice de résultats du PNUAD fait office de cadre de responsabilité mutuelle, et indique les organismes qui contribueront à chaque effet, (et à chaque extrant, le cas échéant). Dans les pays en transition, les priorités nationales de développement peuvent comprendre des priorités liées à la paix et à l édification de l État, celles-ci devant être bien mises en évidence dans le PNUAD, même si elles sont mises en œuvre par d autres acteurs des Nations Unies. 6. Des directives stratégiques et une surveillance sont assurées par l intermédiaire d un Comité permanent conjoint pays/nations Unies avec la participation de toutes les parties prenantes nationales, comme prévu dans les lignes directrices relatives au PNUAD du GNUD. 7 Dans les pays en transition, et selon la configuration de la présence des Nations Unies, il faudra s attacher à établir des liens entre les processus de développement, humanitaires, sécuritaires et politiques. Lorsqu il existe un Fonds pour la consolidation de la paix, les organismes des Nations Unies, le gouvernement et les partenaires internationaux devraient examiner la faisabilité d établir un organe commun pour superviser les ressources allouées à ce Fonds et son utilisation. 7. Le PNUAD guide la planification conjointe et complète des activités du système des Nations Unies et le suivi des résultats. Sauf exceptions 8, le PNUAD met en évidence les activités 7 Dans les lignes directrices relatifs au PNUAD du GNUD, «les parties prenantes» désignent les gouvernements, dont les ministères d'exécution ; les partenaires sociaux, dont les organisations de travailleurs et d'employeurs ; les autres partenaires de développement pertinents dans le contexte du pays ; la société civile ; et les organisations non-gouvernementales (ONG). 8 Les exceptions sont généralement les activités spécifiques (par exemple, appui à des biens publics mondiaux comme les campagnes de vaccination ; initiatives de normalisation dans des secteurs donnés, etc.). Selon la vision commune de l'équipe de pays des Nations Unies, les organismes des Nations Unies sont susceptibles de mener les activités dans les pays qui ne sont pas couvertes par le cycle programmatique complet du PNUAD. Page 12 of 48

13 programmatiques, opérationnelles et de communication de tous les organismes, fonds et programmes des Nations Unies œuvrant dans les pays. Les effets du PNUAD sont opérationnalisés et traduits en des extrants concrets, mesurables et assortis de délais, et en des plans d action annuels/semestriels par l intermédiaire du groupe axé sur les résultats (voir plan(s) de travail conjoint(s) ci-dessous). Les groupes axés sur les résultats font office de dispositifs de coordination. Chaque groupe est présidé par un chef de secrétariat des organismes au nom de l équipe de pays des Nations Unies. Les groupes axés sur les résultats ont pour objet de contribuer à la réalisation d effets spécifiques du PNUAD, par le bais d un processus coordonné et commun de planification, mise en œuvre, suivi et évaluation. Chaque groupe établit un plan de travail conjoint permanent, en définissant des extrants à court terme (d une période d un à deux ans), qui contribuera à la réalisation des effets, des indicateurs de performance, du partage des activités et du cadre budgétaire prévus dans le PNUAD. Tous les groupes axés sur les résultats appliquent les mêmes outils et normes de gestion axée sur les résultats approuvés par le GNUD (et mis au point à partir d évaluations pertinentes réalisées dans le cadre des indicateurs de performance approuvés). Pour réduire au maximum les coûts de transaction pour tous les partenaires concernés, les plans de travail conjoints des groupes axés sur les résultats devront en principe faire office d instrument unique de planification des activités, et remplacer les plans des organismes, sauf lorsque les gouvernements exigent un plan de travail de l organisme et/ou du ministère (d exécution) et/ou si le plan de travail conjoint ne peut pas être signé par tous les organismes au cours de la période approuvée. Il se peut que la structure de gouvernance de certains organismes spécialisés ne leur permette pas de remplacer leurs programmes de pays et leurs plans de travail dans certains secteurs et domaines thématiques. 8. Le rapport annuel des Nations Unies des résultats dans les pays, qui couvre les résultats programmatiques, opérationnels, de communication et financiers, sur la base des domaines de résultats et des extrants établis par le groupe axé sur les résultats, présente toutes les informations sur les activités communes du système des Nations Unies pour le développement dans un pays, ainsi que la contribution du système des Nations Unies à l agenda national pour le développement. En principe, le rapport annuel des Nations Unies Page 13 of 48

14 sur les résultats dans les pays devrait remplacer les rapports exigés de chaque fonds et programmes. Ce rapport devrait inclure les activités réalisées par tous les fonds, programmes et organismes spécialisés. Toutefois, cela ne doit pas empêcher les organismes spécialisés d établir leur propre rapport, selon ce que prévoit leur structure de gouvernance. 9. L équipe de pays des Nations Unies et les partenaires doivent réaliser au moins une évaluation au cours du cycle du PNUAD, en principe l avant-dernière année du cycle. Au titre de l apprentissage et de la responsabilisation, l évaluation a pour objectif d améliorer la qualité des programmes actuels et futurs des Nations Unies, la coordination et de renforcer les partenariats. 2.3 Mises en œuvre Le Coordonnateur résident des Nations Unies oriente l équipe de pays des Nations Unies tout au long du processus de programmation, en vue de définir un ensemble de résultats stratégiques se fondant sur les priorités nationales, les objectifs de développement convenus au niveau international, ainsi que sur la capacité et les avantages comparatifs du système Nations Unies. Analyse par pays et avantages comparatifs du des Nations Unies L analyse par pays doit éclairer la phase de planification stratégique du PNUAD. L équipe de pays des Nations Unies examine les analyses existantes, notamment l évaluation des cycles précédents, et détermine s il y a lieu de faire une analyse complémentaire. L équipe de pays des Nations Unies détermine ses avantages comparatifs, de préférence par une évaluation indépendante couvrant une analyse de l adéquation et des capacités de l équipe à la lumière des activités normatives et opérationnelles liés aux priorités des besoins de développement, ainsi que des activités des autres acteurs de développement. Dans les pays en transition, faisant face à des circonstances particulières ou dans lesquels les principes d intégration s appliquent (et/ou dans des contextes humanitaires), cet exercice devrait faire partie intégrante de l analyse conjointe prescrite de la présence globale des Nations Unies. 9 9 Voir décision 2008/24 du Secrétaire général sur l'intégration et sa décision 2012/1 sur les circonstances particulières, demandant une évaluation, une analyse et un processus de planification conjoints de la présence globale des Nations Unies dans ces pays. Page 14 of 48

15 PNUAD Planification stratégique à moyen terme Sur la base du plan national pour le développement, l analyse de pays et les avantages comparatifs des organismes des Nations Unies, l équipe de pays des Nations Unies fixe les priorités stratégiques et fait un partage des activités relativement à la programmation et à la mise en œuvre, en tenant compte du principe d inclusion. Dans les pays en transition, les priorités nationales pour le développement peuvent inclure des priorités visant à la paix et à l édification de l État. Tous les organismes des Nations Unies présents devraient participer au processus de planification et, en particulier dans les pays en transition, il conviendrait de créer des liens entre le PNUAD et les cadres stratégiques intégrés, s ils existent, et d examiner les possibilités d établir un processus et un document uniques. 10 Le PNUAD peut être approuvé et signé par le gouvernement entre janvier et mai de l année précédant la mise en œuvre. Il est soumis aux organes directeurs des organismes des Nations Unies, lorsqu il faut obtenir l approbation en juin/juillet pour permettre d approuver le PNUAD au mois de septembre précédant sa mise en œuvre en janvier de l année qui suit. Si le PNUAD s aligne sur le cycle budgétaire allant de juillet à juin, le PNUAD sera présenté au Conseil d administration pour approbation en janvier de l année de mise en œuvre. Mise en place du Comité permanent conjoint pays/nations Unies Les principaux éléments sont les suivants : participation inclusive (ministères d exécution, équipe de pays des Nations Unies, mission des Nations Unies le cas échéant et telle que jugé nécessaire, en consultation avec les membres de l équipe de pays des Nations Unies, autres parties prenantes prévues dans les lignes directrices relatives au PNUAD du GNUD (2010); le Comité est coprésidé par le Coordonnateur résident et le ministère national de coordination du gouvernement ; Le mandat du Comité permanent est élaboré et approuvé conjointement par le gouvernement du pays hôte et le système des Nations Unies, et définit les rôles et 10 Voir les exemples d'haïti, du Libéria et d autres pays dans lesquels le PNUAD et le cadre stratégique intégré constituent un processus unique regroupé dans un document unique. Page 15 of 48

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 Mise à jour sur les indicateurs, le suivi et l évaluation du Cadre unifié

Plus en détail

Objet : Délégation d autorité améliorée vers les bureaux hors Siège de l UNESCO et liens hiérarchiques révisés

Objet : Délégation d autorité améliorée vers les bureaux hors Siège de l UNESCO et liens hiérarchiques révisés La Directrice générale DG/Note/14/3 3 janvier 2014 Original : anglais Directeur général adjoint Sous-Directeurs généraux Directeurs des bureaux, offices et divisions du Siège Directeurs et chefs des unités

Plus en détail

Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures

Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures 7/1/2011 Le 1 juillet 2011 - Pour Gouvernement

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM)

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Cahier des charges du Groupe de Travail sur le Plaidoyer pour la lutte contre le paludisme (MAWG) Révision basée sur l examen du cadre de responsabilisation

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Examen des activités de coopération technique de la CNUCED et de leur financement

Examen des activités de coopération technique de la CNUCED et de leur financement Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 24 juin 2013 Français Original: anglais TD/B/WP/253 Conseil du commerce et du développement Groupe de travail

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez,

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Traduction de la lettre d introduction 23 janvier 2015 Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Au nom de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU ),

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT CBD CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/COP/3/4 Le 18 septembre 1996 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Troisième

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

Indicateurs de performance de l UNCT relatifs à l égalité des sexes. Guide de l utilisateur

Indicateurs de performance de l UNCT relatifs à l égalité des sexes. Guide de l utilisateur Indicateurs de performance de l UNCT relatifs à l égalité des sexes Guide de l utilisateur Élaboré par l'équipe spéciale du GNUD pour l égalité des sexes Contact : Astrid Marschatz, DOCO (astrid.marschatz@undg.org)

Plus en détail

Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés

Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés Groupes de travail I, II et III du CoC-EEI 23 juillet 2009 Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés 1. La présente note rend compte des travaux en cours concernant la décentralisation,

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS)

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.298/PFA/ICTS/2 298 e session Conseil d administration Genève, mars 2007 Sous-comité des technologies de l information et de la communication PFA/ICTS POUR INFORMATION

Plus en détail

FORMAT OPERATIONNEL STANDARD & ORIENTATIONS

FORMAT OPERATIONNEL STANDARD & ORIENTATIONS FORMAT OPERATIONNEL STANDARD & ORIENTATIONS POUR L ETABLISSEMENT DES RAPPORTS RELATIFS AU PNUAD Janvier 2010 1 FORMAT OPERATIONNEL STANDARD & ORIENTATIONS POUR L ETABLISSEMENT DES RAPPORTS RELATIFS AU

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines

Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines NMAM 01.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines Inclus les amendements Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines Coordinateur Programme National de Déminage

Plus en détail

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Office DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Nations Unies 1998 FCCC/INFORMAL/83 GE.05-61647 (F) 070605 090605 PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Guide pratique www.iaea.org/technicalcooperation Table des matières 1. INTRODUCTION... 1 2. PROGRAMME

Plus en détail

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1)

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) Campagne de publicité - Activité 2.2: Encourager davantage d'ong et le secteur

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.5/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 novembre 2011 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève CONSEIL EXÉCUTIF EB136/39 Cent trente-sixième session 12 décembre 2014 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/50/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER AOÛT 2012 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquantième série de réunions Genève, 1 er 9 octobre 2012 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2014/CRP.2 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes Première session ordinaire de 2014 20 janvier 2014 Point de l

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4)

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007 F OMPI SCT/17/5 ORIGINAL : anglais DATE : 23 mars 2007 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

(traduit de l anglais) Bruxelles, le

(traduit de l anglais) Bruxelles, le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Protocole Sous-Direction de la Logistique et de l'interprétation-traduction Département de la Traduction 57, boulevard des Invalides 75700 Paris : (33-1)

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Charte Janvier 2013 La présente publication est disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque des Règlements Internationaux 2013. Tous droits réservés.

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf : HRSS/15/09/1366 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE P-3 Assistant spécial du Directeur de la Division de l administration Classe du poste Titre fonctionnel Commission

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique Cadre et Plan d action pour la création des capacités nécessaires à l application effective du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques Secrétariat de la Convention sur la

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit Avril 2014 FC 153/6 F COMITE FINANCIER Cent cinquante-troisième Session Rome, 12-14 mai 2014 Rapport annuel du Comité d'audit Pour toute question relative au contenu du présent document, prière de s'adresser

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

1. Administration et exécution des opérations financières du programme

1. Administration et exécution des opérations financières du programme UNITED NATIONS ENTITY FOR GENDER EQUALITY AND THE EMPOWERMENT OF WOMEN DESCRIPTION DE POSTE I. Information sur le poste Titre du poste: Assistant(e) aux Opérations Type de Contrat : Contrat de Service

Plus en détail