LISTE VERTE : standards techniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LISTE VERTE : standards techniques"

Transcription

1 LISTE VERTE : standards techniques STANDARDS INTERNATIONAUX PARTIE 1 : VALEUR, OBJECTIFS FIXES ET ATTEINTS ENJEU 1-1 : Valeur et importance Définition : les valeurs du site ont clairement été identifiées STANDARD : valeurs naturelles : la biodiversité caractéristique du site est suffisamment référencée STANDARD : définition du site : sont recensés des habitats remarquables et le site est suffisamment grand et bien connecté à d autres habitats propices à la conservation des valeurs identifiées STANDARD : valeurs culturelles : valeurs culturelles, historiques, sociales, récréatives et économiques COMMENTAIRES/CONTEXTE FRANCE Ce premier jeu d indicateurs devrait correspondre plutôt à un premier filtre utilisé pour apprécier l éligibilité du site au processus Liste Verte Pour déterminer la représentativité écologique du site, il faut privilégier les outils de connaissance existants à l échelle internationale, notamment ceux développés par l UICN (key biodiversity areas) et le secrétariat de la convention sur la diversité biologique (EBSA) Il faut définir la biodiversité patrimoniale et ordinaire. Indicateurs proposés pour mesurer ce standard: oiseaux, Liste des directives Oiseaux et Habitats Indicateurs proposés pour mesurer ce standard: liste des directives Oiseaux et Habitats, réseau Trame verte et bleue Selon les catégories d aires protégées UICN éligibles, ce standard est plus ou moins opérant. Pour les aires protégées COMMENTAIRES/CONTEXTE KENYA Indicateurs proposés : - le plan de gestion (identifie les valeurs) - contrôle des données (si liées aux valeurs) - autres documents décrivant les valeurs du site - bases de données, cartographies, liste d espèces, recensement si documentation sauvegardée L indicateur doit-être basé sur une cartographie et un document écrit expliquant les forces et faiblesses de l aire protégée et les solutions mises en place pour assurer la durabilité des valeurs Ces valeurs devraient être divisées en sous-ensemble : - culturelles et historiques COMMENTAIRES/CONTEXTE CHINE - des valeurs cibles sont nécessaires - critères de sélection à adapter si le choix des sites pilotes est réalisé sur cette base Valeur récréative devrait apparaitre dans une autre section 1

2 sont suffisamment référencées pour appuyer la planification et la gestion ENJEU 1-2 : Planification de la gestion Définition : la planification et les objectifs sont clairs afin d orienter les mesures de gestion à mettre en œuvre STANDARD : le site doit avoir un plan de gestion mis à jour STANDARD : le plan de gestion doit identifier clairement les valeurs et les objectifs de gestion du site. Il fournit également un cadre de prise de décision et une politique environnementale appropriés au site (ex : spécifier clairement les résultats de gestion voulus). Le plan de gestion doit aborder les questions relatives aux menaces impactant les valeurs du site et la réalisation des objectifs. STANDARD : Il existe un processus de suivi, d examen et d ajustement durant la période prises en charge par une structure de gestion, l enjeu est difficile à comprendre Les critères relatifs à la gestion doivent être adaptés en fonction de la catégorie de gestion correspondante à l aire protégée Cycle (au moins) quinquennaux suffisant. Indicateur proposé : plan de gestion en cours Un des éléments importants est l équilibre entre un plan de gestion appuyé sur une expertise, en même temps que sur l implication directe des gestionnaires qui auront à le mettre en œuvre - économiques et de services - récréatives et touristiques - géologiques, paysagères Si nécessaire, le niveau et la fréquence de transmission d information aux parties prenantes est pris en charge par le gestionnaire Le plan de gestion ou autres documents de gestion et orientations devraient être soumis pour avis à un groupe de référence, qui examinerait le plan de gestion selon les standards listés Le plan de gestion est examiné par un groupe de référence Le plan de gestion est examiné par un groupe de référence qui vérifie les examens effectués, l ajustement du plan - planification de gestion compliquée en Chine - avoir un plan de gestion est une condition pour être membre de la commission aires protégées nationale donc tous les sites concernés seraient retenus pour ce critère - système de gestion et d évaluation sont plus généraux en Chine et il n y a pas de rapportage réalisé sous forme de plan de gestion (basé sur les orientations/législation sur le long terme) 2

3 effective du plan de gestion STANDARD : Le plan de gestion est bien utilisé pour orienter la gestion du site STANDARD : le processus de planification fournit des éléments appropriés et suffisants pour les parties prenantes concernées ENJEU 1-3 : Conservation des valeurs définissant l aire protégée Définition : L état des valeurs définissant l aire protégée sont évaluées bonnes à très bonnes et avec une tendance stable ou en progression STANDARD : les conditions clés qui définissent la valeur du site sont à la fois bonnes à très bonnes et stable ou en progression Difficile de construire des indicateurs. Les indicateurs devraient être pensés en fonction du contenu du plan de gestion Idem Prendre en compte la résilience des écosystèmes lié aux fonctions écosystémiques, à la biodiversité ordinaire de gestion Un programme annuel de travail existe, rapports d avancement, entretien avec le gestionnaire. Il existe un besoin pour assurer le suivi de la mise en œuvre ou des progrès réalisés dans la mise en œuvre du plan de gestion Il faut la liste des parties prenantes - Une analyse par la WCPA des données issues de la gestion et de la recherche est nécessaire. Il faut utiliser «Conservation Outlook Assessment» ou EoH (Enhancing Our Heritage) si rien d autre. Cela nécessite probablement une visite de site. - Difficultés pour obtenir de l information sur les statuts et les tendances de valeurs. Analyse des menaces pas complète. L objectif principal des sites concerne la mise en place de la réglementation et de la politique (pas flexible pour traiter les différentes menaces) - pour répondre à ces standards : nécessité d un cadrage et de lignes directrices très clairs - de nombreux rapports annuels sont disponibles sur les résultats concernant l investissement et les statistiques des activités effectuées dans l aire protégée PARTIE 2 : AIRE PROTEGEE DESIGNEE LEGALEMENT, PERIMETRE CLAIREMENT DEFINI ET SECURISE Ce deuxième jeu d indicateurs (comme le premier) devrait correspondre plutôt à un premier filtre utilisé pour apprécier l éligibilité du site au processus Liste Standards à préciser (difficiles à traduire en l état pour la Chine) 3

4 ENJEU 2-1 : Désignation de l aire protégée Définition : une sécurité juridique de l aire protégée est mise en place et les problèmes d ordre foncier qui peuvent exister sont résolus STANDARD : la sécurité juridique à travers la réglementation, des accords contraignants ou d autres moyens semble être efficace sur le long terme dans le contexte local STANDARD : la résolution des problèmes fonciers et les limites juridiques ne sont pas un obstacle pour une bonne gestion du site STANDARD : il n y a pas d exploitation qui nuirait de manière significative aux valeurs du site ou qui seraient incompatibles avec le statut (et la catégorie) de l aire protégée STANDARD : le site a été assigné de la bonne catégorie de gestion. Il est référencé dans la base de données mondiale des aires protégées ENJEU 2-2 : Application de la réglementation et périmètre Définition : Le régime des autorisations est approprié. Toute transgression sur la délimitation du périmètre du site doit avoir un faible impact STANDARD : Le règlement est appliqué de manière appropriée. Il Verte Il est possible de mettre en place des indices en fonction du statut de l aire protégée : arrêté ministériel, régime plutôt contractuel Très pertinent - Il faut regrouper les aires protégées par catégorie de gestion dans un premier temps avant de les évaluer. - Ce standard est procédural, il ne garantit pas vraiment la qualité du site. On peut cependant comprendre l enjeu de l UICN à une harmonie dans ses listes. Il ne faut pas mettre dans la grille d analyse que les facteurs sur lesquels le gestionnaire peut agir Pertinent, mais les gestionnaires ont rarement ce type de moyens. Ceci est Si le site est exploité, il faut des preuves des impacts causés (surveillance, rapports, images satellite, visite du site) Ce n est pas un indicateur mais il devrait être inclus dans la description du site et si la catégorie de gestion n a pas été attribuée, le groupe de référence doit s en charger. Facteur externe controversé, difficile à contrôler. Cet enjeu devrait être intégré avec le précédent dans une partie générale «application de la loi» - S assurer qu un identifiant WDPA existe pour le site. Y remédier si ce n est La question de l exploitation du site devrait être traitée ailleurs (dans les menaces ou les valeurs) Les catégories de gestion ne sont pas encore appliquées en Chine. La Chine a son propre système de classification. La Liste Verte est une opportunité afin d harmoniser les catégories de gestion dans un premier temps Une problématique : des superpositions de périmètre de sites existent à différents niveaux de gouvernance mais sont souvent peu compris par les entreprises, autorités et services locaux 4

5 existe des moyens adaptés afin de détecter les infractions comme des patrouilles de surveillance ou autres dispositifs mis en place. STANDARD : des poursuites sont mises en place pour toute effraction au sein de l aire protégée STANDARD : des permis sont délivrés équitablement. Ils sont contrôlés et doivent-être mis en application STANDARD : le périmètre est clairement défini ou clôturé si nécessaire pour conserver les valeurs du site STANDARD : toute transgression sur la délimitation du site doit-être minimum. Il ne doit pas y en avoir de nouvelle ou d empiètement du site accéléré possible lorsque l aire protégée a la chance d être dans un secteur de l ONCFS par exemple idem. Les gestionnaires ont rarement ce type de moyens pas le cas. - description du système mis en place pour la surveillance, l application de la loi Pas pertinent ici car c est un facteur externe Quand les permis existent, les décrire, expliquer l application des règles et démontrer les preuves de prise de responsabilité (plan de gestion) Description par le gestionnaire en relation avec le plan de gestion et les cartographies. Dans certains cas, envisager la visite de terrain Google earth/images satellite pour montrer les transgressions majeures (WCPA examen) PARTIE 3 : CAPACITE DE GESTION, REGLEMENTATION ET ACTIONS MENEES POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS - Certains critères de la grille d analyse portent sur la planification de la gestion. Or, tous les statuts de protection français ne prévoient pas de plans de gestion : il faudrait considérer un gradient plus large de mesures, depuis les dispositions de police administrative jusqu à des activités de gestion active, et évaluer la réalité de leur mise en œuvre - Certains membres du groupe de référence estiment que la mesure des efforts n est pas nécessaire pour rendre compte de l efficacité d une gestion et Un standard à ajouter : le processus de budgétisation est en accord avec les priorités de gestion : vérifier la planification du budget et vérifier l utilisation. Est-ce utiliser de façon adéquate pour les besoins? - Les critères ne sont pas tous compris : ils ne correspondent pas toujours au contexte local - Une question qui devrait être posée concernant l organisme institutionnel du site : est-ce l Etat ou non? - Pour mesurer la capacité institutionnelle, les facteurs suivants devraient être considérés : Le grade du gestionnaire, système financier indépendant, équipe, règlementation, autorité légale 5

6 ENJEU 3-1 : Gestion des ressources et des opérations Définition : L équipement utilisé, les infrastructures mises à disposition et les pratiques de gestion appliquées sont appropriés et suffisants STANDARD : pour que la gestion du site soit effectuée dans des conditions idéales : - l équipement utilisé pour la gestion du site est adéquat - les infrastructures sont disponibles, accessibles au personnel et appropriées pour mener bien la gestion de l aire protégée STANDARD : l équipement et les infrastructures sont bien entretenus et régulièrement remplacés (autant que nécessaire). Ainsi, le fonctionnement et la sécurité liés aux moyens de gestion restent élevés STANDARD : les mesures de risque d accentuer les inégalités entre les pays. Quant aux résultats, le groupe de travail estime préférable de mesurer des tendances que des états de conservation (augmentation, stable, diminution). - Pour la prise en compte des spécificités nationales, la liste verte pourrait s inspirer de la norme Fsc qui définit des critères communs à l échelle mondiale et chaque pays apprécie selon les cas s ils sont applicables et détermine le niveau de référence (seuils). Vérifier la base de données de l aire protégée et comparer avec les standards nationaux/internationaux Idem Description par le gestionnaire et les 6

7 gestion et les activités sont planifiées afin de minimiser les impacts environnementaux et sociaux qui pourraient affecter les valeurs naturelles et culturelles de l aire protégée. Elles favorisent également la durabilité. ENJEU 3-2 : L équipe gestionnaire Définition : Le personnel composant l équipe gestionnaire est suffisant, en mesure de mener une gestion efficace du site STANDARD : personnel approprié / un nombre suffisant travaille pour gérer l aire protégée de manière efficace STANDARD : le personnel est apte et suit régulièrement des formations pour mener les activités de gestion essentielles incluant les relations à avoir vis-à-vis des locaux et concernant la conservation de la biodiversité STANDARD : le personnel est respecté, bien formé, en sécurité, en bonne santé et bien considéré par la hiérarchie ENJEU 3-3 : Disponibilité de l information Définition : Les informations disponibles pour la gestion du site sont pertinentes, accessibles et prennent en compte les facteurs de menace, les recherches en cours et le suivi Ce jeu d indicateurs pourrait être renommé «gestion efficiente» et non pas «gestion efficace» L évaluation des moyens n est pertinente que si elle est mise en relation avec les résultats (efficience) - Le groupe de référence a souligné le besoin de renforcer la cohérence en matière de gestion de l information. En effet, les gestionnaires d aires protégées développent des systèmes de suivi et élus sur place (à propos des énergies, véhicules, routes construites, utilisation des pesticides ) Profil du personnel, équipe suffisante pour mener à bien les programmes. Comparer le nombre par hectare aux standards africains et mesurer la correspondance Analyser le profil du personnel et évaluer leur formation Preuves, rapport sur les agressions subies par le personnel, programmes d intéressement - critères qui doivent-être adaptés au contexte chinois - l objectif de cette partie doit être focalisée sur le bon niveau du personnel et ne pas s attarder sur les faiblesses Evaluer la qualité du personnel est plus importante que le nombre Il faut prendre en compte les nouveaux systèmes numériques (GIS, GPS, ) 7

8 STANDARD : information pertinente, mise à jour et accessible pour les gestionnaires. Elle concerne : - les valeurs naturelles, culturelles - les menaces - les questions communautaires STANDARD : la recherche ciblée et les programmes de surveillance sont mis en œuvre et utilisés pour une gestion adaptée ENJEU 3-4 : Gestion des ressources naturelles et culturelles Définition : les valeurs et les menaces qui pèsent sur l aire protégée sont gérées activement STANDARD : Les activités de gestion des ressources naturelles sont menées en accord avec le plan du programme de travail afin de minimiser les menaces. Les actions qui sont par exemple menées : d évaluation complets et adaptés aux besoins de leurs territoires mais qui ne permettent pas d établir des comparaisons avec d autres sites. Il faudrait inscrire dans les standards de la liste verte l obligation de restitution dans un système de rapportage commun à l ensemble des aires protégées afin de faciliter les comparaisons. - Requiert un suivi scientifique du site. Cela ne dépend donc pas que de la structure de gestion du site Description par le gestionnaire et liste de contrôle sur ce qui est disponible et le moyen d y accéder Preuve et explication du lien avec le plan de gestion et le processus Documenter les plus grandes menaces. Lister les programmes en place pour protégée et restaurer. Les détails peuvent être listés dans le plan de gestion, propositions de projet, rapport, surveillance, Un critère devrait être ajouté : évaluer si oui ou non les mesures recommandées dans le plan de gestion de l'aire protégée ont en effet été mises en œuvre La liste des actions ne reflète pas celles menées en Chine. Ce point est à adapter au contexte local à savoir : construction/urbanisation, développement des infrastructures (routes, hydro-électricité) et tourisme 8

9 - Gestion des feux - Gestion de la pêche - Contrôle de la flore et faune invasives - Contrôle des maladies et de l hygiène - Restauration et re-végétalisation - Gestion des espèces, réintroduction ou réhabilitation - Réhabilitation des habitats - Surveillance pour une utilisation durable des ressources STANDARD : les activités de gestion des ressources culturelles sont menées selon un programme de travail établi STANDARD : protection des sites culturels et historiques, des bâtiments et des objets STANDARD : mise en avant de la culture, des mœurs, des traditions, du langage et des pratiques de vie STANDARD : les pratiques de gestion traditionnelles et la participation des communautés locales dans la gestion des ressources naturelles et culturelles sont encouragées quand elles sont nécessaires Ne pas négliger d évaluer les impacts, même lorsqu il s agit de gestion traditionnelle Non pertinent Non pertinent Non pertinent Rapport sur les projets, processus de transmission, plan de gestion PARTIE 4 : LA GOUVERNANCE, LA PARTICIPATION, L EQUITE ET LES BENEFICES - L équitabilité est difficile à mesurer - De manière générale, les indicateurs relatifs à la gouvernance équitable posent - Section qui ne s applique pas dans le contexte chinois. Les critères doivent être adaptés au contexte local 9

10 REPONDENT AUX STANDARDS ENJEU 4-1 : Gouvernance Définition : Les rôles et les responsabilités en matière de gouvernance sont clairement définis et efficaces STANDARD : Légitimité : - autorité mandatée légale - règles, rôles et responsabilité clairement définis - les parties prenantes acceptent l autorité de l organe décisionnel STANDARD : Transparence et responsabilité : la gouvernance et la prise de décision sont soumises à examen par les parties prenantes (informations présentées dans le format approprié et raisonnement pour les décisions évidentes). Des rapports ou évaluations régulières sur l efficacité de gestion sont disponibles (pour chaque site ou à l échelle du réseau) un problème de subjectivité dans la mesure où ils dépendent du point de vue des acteurs du territoire (par exemple, l évaluation des impacts d une activité sur la biodiversité peut être appréciée différemment par les agriculteurs, les chasseurs et les gestionnaires). - les critères de gouvernance équitable doivent être modulés en fonction de la structure foncière et des modalités de protection qui sont appliquées sur le territoire (réglementaire, contractuel, foncier). Cela ne peut couvrir tous les aspects d une bonne gouvernance, mais les aspects clés doivent être mesurés aussi bien que possible. Les preuves doivent être décrites par le gestionnaire - Preuves : publicité dans les médias, le nombre de réunions organisées - il faut des éléments de preuve d interactions régulières (tableau de bord de gestion, réunion avec un comité consultatif, changements majeurs de l aire protégée ) 10

11 STANDARD : les communautés locales et les droits de l homme sont respectés ENJEU 4-2 : Relation avec les parties prenantes et communication Définition : La communication implique les parties prenantes mais inclut aussi les communautés locales STANDARD : implication / participation : toutes les parties prenantes, mêmes les plus marginales et les plus désavantagées, ont l opportunité de participer à la planification de la gestion, au processus et aux actions STANDARD : Il existe un programme de sensibilisation, de communication et d échanges information avec les populations locales et les autres parties prenantes clés utilisant des mécanismes appropriés ENJEU 4-3 : Impact sur les communautés locales Définition : les impacts résultant de l aire protégée sur les communautés locales sont à la fois positifs ou au moins neutres et stables ou en progression STANDARD : le bien-être des populations locales et des autres parties prenantes clés sont pris en compte dans la planification de l aire protégée et de la gestion. Les impacts Non pertinent Difficile à définir Les critères doivent-être adaptés au contexte local - Nécessaire de prendre en compte spécifiquement les possibilités socioéconomiques des plus pauvres? - Cet enjeu peut être contradictoire avec une gestion efficace du site pour ses objectifs écologiques Notion de communauté locale n est pas adaptée au contexte français. Elle doitêtre étendue à l ensemble des acteurs socioéconomiques susceptibles d avoir un impact positif ou négatif sur la gestion du site Définir les possibilités socio-économiques des habitants Les documents publiés doivent lister les principales parties prenantes et le plan des engagements - ou dans le plan de gestion Portfolio des activités, publications ( ) des années précédentes - Pour répondre à la question : plan de gestion avec l analyse des parties prenantes - pour les impacts négatifs : rapports des conflits, programmes, compensations, (vérifier le plan de gestion avec les - Les impacts sont importants à mesurer mais en Chine le responsable n est pas le gestionnaire mais plutôt les nombreuses agences et services impliqués dans la gestion du site - La liste verte peut être un outil utile pour aider l aire protégée à résoudre certains problèmes issus de l impact des politiques sur les moyens de subsistance locaux. Cela pourrait être une motivation pour les parties prenantes 11

12 négatifs sont minimisés à travers des programmes de gestions efficaces ou des mesures compensatoires sont prévues pour les impacts inévitables STANDARD : quand cela est nécessaire, le recrutement local est favorisé et des programmes de bienêtre de la collectivité sont mis en œuvre PARTIE 5 : LA GESTION DU PUBLIC ET LA COMMUNICATION SONT CONFORMES AUX STANDARDS parties prenantes pour répondre à la question) Une évaluation économique ou similaire doit être mesurée de supporter l existence de l aire protégée et de participer à la gestion - la gestion des visiteurs est une question clé dans le contexte chinois - les critères doivent-être adaptés au contexte chinois (une gestion du public différente par rapport aux autres pays : population importante). Il faut plutôt mesurer la qualité de l expérience vécue par le visiteur - certains sites peuvent ne pas répondre à ce standard car ils accueillent un grand nombre de visiteurs qui leur génèrent du revenu. Le seul moyen dans ce cas de contrôler le nombre de visiteur serait d augmenter le droit d entrée mais cela provoquerait des plaintes. - la Chine a sa propre méthodologie pour calculer la capacité d accueil des sites - Seuls les sites qui permettent un très bon accueil du public devraient être retenus sur la Liste Verte? - Si ce standard est retenu, d autres questions doivent-être posées : existe-til un plan de gestion touristique durable? une stratégie de faibles 12

13 ENJEU 5-1 : Gestion du public et tourisme Définition : L accueil du public ainsi que les impacts qui en découlent sont contrôlés STANDARD : les services et les installations pour le public respectent les normes de conception, de développement durable et de sécurité et sont appropriés à la nature, aux valeurs et utilisations de l aire protégée STANDARD : des services de vulgarisation, d éducation et d information pour le public répondent à des besoins et soutiennent la gestion STANDARD : l industrie du tourisme dans la zone protégée est gérée pour soutenir les objectifs de l aire protégée STANDARD : les impacts du public sont gérés afin de minimiser les dommages sur les valeurs naturelles et culturelles de l aire protégée (par exemple à travers les permis délivrés, le contrôle des accès, les installations, l éducation et mise en vigueur) Indicateur proposé : matériel éducatif (panneaux, etc.) Indicateur proposé : capacité de charge du site Des standards existent : ISO, écotouristiques (spécifiques au Kenya). Cela doit-être conforme avec le plan de gestion pour les installations qui sont permises. Inspection visuelle Matériel, photos, rapports ou enquêtes disponibles. Une visite de site semble nécessaire Recettes, respect des normes de gestion du parc Régulation et mise en application Plan de gestion Inspection du site, photos de l année émissions de CO2 est-elle mise en place? Le tourisme vert est-il encouragé? les critères qui découleront de ce standard doivent mettre aussi l accent sur le rôle des aires protégées dans l éducation et l apprentissage 13

14 Avis général concernant la France : - En ce qui concerne les indicateurs de définition de cohérence (parties 1 et 2) : le groupe de référence propose de considérer ce jeu d indicateurs comme un premier filtre destiné à apprécier l éligibilité d un site au processus de la liste verte. Ces critères préalables permettront également de décliner les standards en fonction des objectifs de gestion, de la taille de l aire protégée et du contexte écologique dans lequel elle s inscrit (région biogéographique, proximité aux milieux urbains, ). Il s agira en particulier de vérifier si l aire protégée répond à la définition de l UICN, de préciser sa catégorie de gestion, de caractériser les valeurs écologiques (écosystème marin/forêt/paysage, ) et les menaces. - Les critères doivent-être limités en nombre et être les plus originaux et les plus discriminants possibles pour permettre d identifier les sites exemplaires - Toutes les aires protégées ne répondent pas aux critères listés - Il faut considérer différents niveaux de critères (ex. chaque pays n est pas exposé aux mêmes menaces) mais il est nécessaire d avoir des critères communs pour ne pas changer le fond - La notion de gestion rentable peut être mesurée objectivement par les critères d optimisation des coûts, d équilibre des comptes - La notion de rentabilité doit être maniée avec prudence dans le contexte français, où prévaut le principe de la gratuité d accès aux espaces naturels. Avis général concernant le Kenya : - Critères à décliner au niveau national - Les catégories de gestion ne devraient pas définir un standard - Les caractères culturels, historiques du site ne sont pas pertinents - Les critères pour mesurer le standard concernant les communautés locales et droits de l homme sont difficiles à définir Avis général concernant la Chine : - les critères doivent être déclinés au niveau national. Ils risquent autrement d être mal compris et peu appropriés au contexte local. - la Chine a déjà ses propres méthodes et systèmes de catégorisation et d assignation. Cela devra être intégré dans le processus Liste Verte chinois - une version chinoise des standards est nécessaire afin d être bien interprétés à l échelle locale (traduction en anglais viendra dans un second temps) 14

15 - la Chine a l habitude de travailler sur des évaluations avec des valeurs seuils. Il serait opportun que la Liste Verte intègre également des objectifs chiffrés à atteindre. - Les critères devraient être plus ambitieux pour répondre aux questions suivantes : tourisme durable et vert, développement à faibles émission de carbone, emplois verts. La mise en place de standards Liste Verte ambitieux pourrait être utilisée pour améliorer les performances de gestion dans les aires protégées concernées. 15

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA CTOI, 27 MARS 2013 OBJECTIF Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1 Plan d action ITIEBF en conformité avec la Norme ITIE 1 Chaîne des valeurs Contrats et licences Objectifs Contexte Contraintes de capacité 1. Faire connaître les conventions minières et les licences aux

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes A sa création, en 2005, la FORCE 06, rattachée à l ONF, constituait une unité de forestiers-sapeurs dédiée aux travaux d entretien des infrastructures de Défense des Forêts Contre l Incendie (DFCI) et

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012 REGION POITOU-CHARENTES GESTION DE LA FUTURE RESERVE NATURELLE REGIONALE DU BOCAGE DES ANTONINS APPEL A MANIFESTATION D'INTERET CAHIER DES CHARGES REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Maurice TSALEFAC Professeur des Universités Vice Doyen FLSH Université de Dschang 1 Historique Standards sociaux et environnementaux

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC Lieu de travail :

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail