LISTE VERTE : standards techniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LISTE VERTE : standards techniques"

Transcription

1 LISTE VERTE : standards techniques STANDARDS INTERNATIONAUX PARTIE 1 : VALEUR, OBJECTIFS FIXES ET ATTEINTS ENJEU 1-1 : Valeur et importance Définition : les valeurs du site ont clairement été identifiées STANDARD : valeurs naturelles : la biodiversité caractéristique du site est suffisamment référencée STANDARD : définition du site : sont recensés des habitats remarquables et le site est suffisamment grand et bien connecté à d autres habitats propices à la conservation des valeurs identifiées STANDARD : valeurs culturelles : valeurs culturelles, historiques, sociales, récréatives et économiques COMMENTAIRES/CONTEXTE FRANCE Ce premier jeu d indicateurs devrait correspondre plutôt à un premier filtre utilisé pour apprécier l éligibilité du site au processus Liste Verte Pour déterminer la représentativité écologique du site, il faut privilégier les outils de connaissance existants à l échelle internationale, notamment ceux développés par l UICN (key biodiversity areas) et le secrétariat de la convention sur la diversité biologique (EBSA) Il faut définir la biodiversité patrimoniale et ordinaire. Indicateurs proposés pour mesurer ce standard: oiseaux, Liste des directives Oiseaux et Habitats Indicateurs proposés pour mesurer ce standard: liste des directives Oiseaux et Habitats, réseau Trame verte et bleue Selon les catégories d aires protégées UICN éligibles, ce standard est plus ou moins opérant. Pour les aires protégées COMMENTAIRES/CONTEXTE KENYA Indicateurs proposés : - le plan de gestion (identifie les valeurs) - contrôle des données (si liées aux valeurs) - autres documents décrivant les valeurs du site - bases de données, cartographies, liste d espèces, recensement si documentation sauvegardée L indicateur doit-être basé sur une cartographie et un document écrit expliquant les forces et faiblesses de l aire protégée et les solutions mises en place pour assurer la durabilité des valeurs Ces valeurs devraient être divisées en sous-ensemble : - culturelles et historiques COMMENTAIRES/CONTEXTE CHINE - des valeurs cibles sont nécessaires - critères de sélection à adapter si le choix des sites pilotes est réalisé sur cette base Valeur récréative devrait apparaitre dans une autre section 1

2 sont suffisamment référencées pour appuyer la planification et la gestion ENJEU 1-2 : Planification de la gestion Définition : la planification et les objectifs sont clairs afin d orienter les mesures de gestion à mettre en œuvre STANDARD : le site doit avoir un plan de gestion mis à jour STANDARD : le plan de gestion doit identifier clairement les valeurs et les objectifs de gestion du site. Il fournit également un cadre de prise de décision et une politique environnementale appropriés au site (ex : spécifier clairement les résultats de gestion voulus). Le plan de gestion doit aborder les questions relatives aux menaces impactant les valeurs du site et la réalisation des objectifs. STANDARD : Il existe un processus de suivi, d examen et d ajustement durant la période prises en charge par une structure de gestion, l enjeu est difficile à comprendre Les critères relatifs à la gestion doivent être adaptés en fonction de la catégorie de gestion correspondante à l aire protégée Cycle (au moins) quinquennaux suffisant. Indicateur proposé : plan de gestion en cours Un des éléments importants est l équilibre entre un plan de gestion appuyé sur une expertise, en même temps que sur l implication directe des gestionnaires qui auront à le mettre en œuvre - économiques et de services - récréatives et touristiques - géologiques, paysagères Si nécessaire, le niveau et la fréquence de transmission d information aux parties prenantes est pris en charge par le gestionnaire Le plan de gestion ou autres documents de gestion et orientations devraient être soumis pour avis à un groupe de référence, qui examinerait le plan de gestion selon les standards listés Le plan de gestion est examiné par un groupe de référence Le plan de gestion est examiné par un groupe de référence qui vérifie les examens effectués, l ajustement du plan - planification de gestion compliquée en Chine - avoir un plan de gestion est une condition pour être membre de la commission aires protégées nationale donc tous les sites concernés seraient retenus pour ce critère - système de gestion et d évaluation sont plus généraux en Chine et il n y a pas de rapportage réalisé sous forme de plan de gestion (basé sur les orientations/législation sur le long terme) 2

3 effective du plan de gestion STANDARD : Le plan de gestion est bien utilisé pour orienter la gestion du site STANDARD : le processus de planification fournit des éléments appropriés et suffisants pour les parties prenantes concernées ENJEU 1-3 : Conservation des valeurs définissant l aire protégée Définition : L état des valeurs définissant l aire protégée sont évaluées bonnes à très bonnes et avec une tendance stable ou en progression STANDARD : les conditions clés qui définissent la valeur du site sont à la fois bonnes à très bonnes et stable ou en progression Difficile de construire des indicateurs. Les indicateurs devraient être pensés en fonction du contenu du plan de gestion Idem Prendre en compte la résilience des écosystèmes lié aux fonctions écosystémiques, à la biodiversité ordinaire de gestion Un programme annuel de travail existe, rapports d avancement, entretien avec le gestionnaire. Il existe un besoin pour assurer le suivi de la mise en œuvre ou des progrès réalisés dans la mise en œuvre du plan de gestion Il faut la liste des parties prenantes - Une analyse par la WCPA des données issues de la gestion et de la recherche est nécessaire. Il faut utiliser «Conservation Outlook Assessment» ou EoH (Enhancing Our Heritage) si rien d autre. Cela nécessite probablement une visite de site. - Difficultés pour obtenir de l information sur les statuts et les tendances de valeurs. Analyse des menaces pas complète. L objectif principal des sites concerne la mise en place de la réglementation et de la politique (pas flexible pour traiter les différentes menaces) - pour répondre à ces standards : nécessité d un cadrage et de lignes directrices très clairs - de nombreux rapports annuels sont disponibles sur les résultats concernant l investissement et les statistiques des activités effectuées dans l aire protégée PARTIE 2 : AIRE PROTEGEE DESIGNEE LEGALEMENT, PERIMETRE CLAIREMENT DEFINI ET SECURISE Ce deuxième jeu d indicateurs (comme le premier) devrait correspondre plutôt à un premier filtre utilisé pour apprécier l éligibilité du site au processus Liste Standards à préciser (difficiles à traduire en l état pour la Chine) 3

4 ENJEU 2-1 : Désignation de l aire protégée Définition : une sécurité juridique de l aire protégée est mise en place et les problèmes d ordre foncier qui peuvent exister sont résolus STANDARD : la sécurité juridique à travers la réglementation, des accords contraignants ou d autres moyens semble être efficace sur le long terme dans le contexte local STANDARD : la résolution des problèmes fonciers et les limites juridiques ne sont pas un obstacle pour une bonne gestion du site STANDARD : il n y a pas d exploitation qui nuirait de manière significative aux valeurs du site ou qui seraient incompatibles avec le statut (et la catégorie) de l aire protégée STANDARD : le site a été assigné de la bonne catégorie de gestion. Il est référencé dans la base de données mondiale des aires protégées ENJEU 2-2 : Application de la réglementation et périmètre Définition : Le régime des autorisations est approprié. Toute transgression sur la délimitation du périmètre du site doit avoir un faible impact STANDARD : Le règlement est appliqué de manière appropriée. Il Verte Il est possible de mettre en place des indices en fonction du statut de l aire protégée : arrêté ministériel, régime plutôt contractuel Très pertinent - Il faut regrouper les aires protégées par catégorie de gestion dans un premier temps avant de les évaluer. - Ce standard est procédural, il ne garantit pas vraiment la qualité du site. On peut cependant comprendre l enjeu de l UICN à une harmonie dans ses listes. Il ne faut pas mettre dans la grille d analyse que les facteurs sur lesquels le gestionnaire peut agir Pertinent, mais les gestionnaires ont rarement ce type de moyens. Ceci est Si le site est exploité, il faut des preuves des impacts causés (surveillance, rapports, images satellite, visite du site) Ce n est pas un indicateur mais il devrait être inclus dans la description du site et si la catégorie de gestion n a pas été attribuée, le groupe de référence doit s en charger. Facteur externe controversé, difficile à contrôler. Cet enjeu devrait être intégré avec le précédent dans une partie générale «application de la loi» - S assurer qu un identifiant WDPA existe pour le site. Y remédier si ce n est La question de l exploitation du site devrait être traitée ailleurs (dans les menaces ou les valeurs) Les catégories de gestion ne sont pas encore appliquées en Chine. La Chine a son propre système de classification. La Liste Verte est une opportunité afin d harmoniser les catégories de gestion dans un premier temps Une problématique : des superpositions de périmètre de sites existent à différents niveaux de gouvernance mais sont souvent peu compris par les entreprises, autorités et services locaux 4

5 existe des moyens adaptés afin de détecter les infractions comme des patrouilles de surveillance ou autres dispositifs mis en place. STANDARD : des poursuites sont mises en place pour toute effraction au sein de l aire protégée STANDARD : des permis sont délivrés équitablement. Ils sont contrôlés et doivent-être mis en application STANDARD : le périmètre est clairement défini ou clôturé si nécessaire pour conserver les valeurs du site STANDARD : toute transgression sur la délimitation du site doit-être minimum. Il ne doit pas y en avoir de nouvelle ou d empiètement du site accéléré possible lorsque l aire protégée a la chance d être dans un secteur de l ONCFS par exemple idem. Les gestionnaires ont rarement ce type de moyens pas le cas. - description du système mis en place pour la surveillance, l application de la loi Pas pertinent ici car c est un facteur externe Quand les permis existent, les décrire, expliquer l application des règles et démontrer les preuves de prise de responsabilité (plan de gestion) Description par le gestionnaire en relation avec le plan de gestion et les cartographies. Dans certains cas, envisager la visite de terrain Google earth/images satellite pour montrer les transgressions majeures (WCPA examen) PARTIE 3 : CAPACITE DE GESTION, REGLEMENTATION ET ACTIONS MENEES POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS - Certains critères de la grille d analyse portent sur la planification de la gestion. Or, tous les statuts de protection français ne prévoient pas de plans de gestion : il faudrait considérer un gradient plus large de mesures, depuis les dispositions de police administrative jusqu à des activités de gestion active, et évaluer la réalité de leur mise en œuvre - Certains membres du groupe de référence estiment que la mesure des efforts n est pas nécessaire pour rendre compte de l efficacité d une gestion et Un standard à ajouter : le processus de budgétisation est en accord avec les priorités de gestion : vérifier la planification du budget et vérifier l utilisation. Est-ce utiliser de façon adéquate pour les besoins? - Les critères ne sont pas tous compris : ils ne correspondent pas toujours au contexte local - Une question qui devrait être posée concernant l organisme institutionnel du site : est-ce l Etat ou non? - Pour mesurer la capacité institutionnelle, les facteurs suivants devraient être considérés : Le grade du gestionnaire, système financier indépendant, équipe, règlementation, autorité légale 5

6 ENJEU 3-1 : Gestion des ressources et des opérations Définition : L équipement utilisé, les infrastructures mises à disposition et les pratiques de gestion appliquées sont appropriés et suffisants STANDARD : pour que la gestion du site soit effectuée dans des conditions idéales : - l équipement utilisé pour la gestion du site est adéquat - les infrastructures sont disponibles, accessibles au personnel et appropriées pour mener bien la gestion de l aire protégée STANDARD : l équipement et les infrastructures sont bien entretenus et régulièrement remplacés (autant que nécessaire). Ainsi, le fonctionnement et la sécurité liés aux moyens de gestion restent élevés STANDARD : les mesures de risque d accentuer les inégalités entre les pays. Quant aux résultats, le groupe de travail estime préférable de mesurer des tendances que des états de conservation (augmentation, stable, diminution). - Pour la prise en compte des spécificités nationales, la liste verte pourrait s inspirer de la norme Fsc qui définit des critères communs à l échelle mondiale et chaque pays apprécie selon les cas s ils sont applicables et détermine le niveau de référence (seuils). Vérifier la base de données de l aire protégée et comparer avec les standards nationaux/internationaux Idem Description par le gestionnaire et les 6

7 gestion et les activités sont planifiées afin de minimiser les impacts environnementaux et sociaux qui pourraient affecter les valeurs naturelles et culturelles de l aire protégée. Elles favorisent également la durabilité. ENJEU 3-2 : L équipe gestionnaire Définition : Le personnel composant l équipe gestionnaire est suffisant, en mesure de mener une gestion efficace du site STANDARD : personnel approprié / un nombre suffisant travaille pour gérer l aire protégée de manière efficace STANDARD : le personnel est apte et suit régulièrement des formations pour mener les activités de gestion essentielles incluant les relations à avoir vis-à-vis des locaux et concernant la conservation de la biodiversité STANDARD : le personnel est respecté, bien formé, en sécurité, en bonne santé et bien considéré par la hiérarchie ENJEU 3-3 : Disponibilité de l information Définition : Les informations disponibles pour la gestion du site sont pertinentes, accessibles et prennent en compte les facteurs de menace, les recherches en cours et le suivi Ce jeu d indicateurs pourrait être renommé «gestion efficiente» et non pas «gestion efficace» L évaluation des moyens n est pertinente que si elle est mise en relation avec les résultats (efficience) - Le groupe de référence a souligné le besoin de renforcer la cohérence en matière de gestion de l information. En effet, les gestionnaires d aires protégées développent des systèmes de suivi et élus sur place (à propos des énergies, véhicules, routes construites, utilisation des pesticides ) Profil du personnel, équipe suffisante pour mener à bien les programmes. Comparer le nombre par hectare aux standards africains et mesurer la correspondance Analyser le profil du personnel et évaluer leur formation Preuves, rapport sur les agressions subies par le personnel, programmes d intéressement - critères qui doivent-être adaptés au contexte chinois - l objectif de cette partie doit être focalisée sur le bon niveau du personnel et ne pas s attarder sur les faiblesses Evaluer la qualité du personnel est plus importante que le nombre Il faut prendre en compte les nouveaux systèmes numériques (GIS, GPS, ) 7

8 STANDARD : information pertinente, mise à jour et accessible pour les gestionnaires. Elle concerne : - les valeurs naturelles, culturelles - les menaces - les questions communautaires STANDARD : la recherche ciblée et les programmes de surveillance sont mis en œuvre et utilisés pour une gestion adaptée ENJEU 3-4 : Gestion des ressources naturelles et culturelles Définition : les valeurs et les menaces qui pèsent sur l aire protégée sont gérées activement STANDARD : Les activités de gestion des ressources naturelles sont menées en accord avec le plan du programme de travail afin de minimiser les menaces. Les actions qui sont par exemple menées : d évaluation complets et adaptés aux besoins de leurs territoires mais qui ne permettent pas d établir des comparaisons avec d autres sites. Il faudrait inscrire dans les standards de la liste verte l obligation de restitution dans un système de rapportage commun à l ensemble des aires protégées afin de faciliter les comparaisons. - Requiert un suivi scientifique du site. Cela ne dépend donc pas que de la structure de gestion du site Description par le gestionnaire et liste de contrôle sur ce qui est disponible et le moyen d y accéder Preuve et explication du lien avec le plan de gestion et le processus Documenter les plus grandes menaces. Lister les programmes en place pour protégée et restaurer. Les détails peuvent être listés dans le plan de gestion, propositions de projet, rapport, surveillance, Un critère devrait être ajouté : évaluer si oui ou non les mesures recommandées dans le plan de gestion de l'aire protégée ont en effet été mises en œuvre La liste des actions ne reflète pas celles menées en Chine. Ce point est à adapter au contexte local à savoir : construction/urbanisation, développement des infrastructures (routes, hydro-électricité) et tourisme 8

9 - Gestion des feux - Gestion de la pêche - Contrôle de la flore et faune invasives - Contrôle des maladies et de l hygiène - Restauration et re-végétalisation - Gestion des espèces, réintroduction ou réhabilitation - Réhabilitation des habitats - Surveillance pour une utilisation durable des ressources STANDARD : les activités de gestion des ressources culturelles sont menées selon un programme de travail établi STANDARD : protection des sites culturels et historiques, des bâtiments et des objets STANDARD : mise en avant de la culture, des mœurs, des traditions, du langage et des pratiques de vie STANDARD : les pratiques de gestion traditionnelles et la participation des communautés locales dans la gestion des ressources naturelles et culturelles sont encouragées quand elles sont nécessaires Ne pas négliger d évaluer les impacts, même lorsqu il s agit de gestion traditionnelle Non pertinent Non pertinent Non pertinent Rapport sur les projets, processus de transmission, plan de gestion PARTIE 4 : LA GOUVERNANCE, LA PARTICIPATION, L EQUITE ET LES BENEFICES - L équitabilité est difficile à mesurer - De manière générale, les indicateurs relatifs à la gouvernance équitable posent - Section qui ne s applique pas dans le contexte chinois. Les critères doivent être adaptés au contexte local 9

10 REPONDENT AUX STANDARDS ENJEU 4-1 : Gouvernance Définition : Les rôles et les responsabilités en matière de gouvernance sont clairement définis et efficaces STANDARD : Légitimité : - autorité mandatée légale - règles, rôles et responsabilité clairement définis - les parties prenantes acceptent l autorité de l organe décisionnel STANDARD : Transparence et responsabilité : la gouvernance et la prise de décision sont soumises à examen par les parties prenantes (informations présentées dans le format approprié et raisonnement pour les décisions évidentes). Des rapports ou évaluations régulières sur l efficacité de gestion sont disponibles (pour chaque site ou à l échelle du réseau) un problème de subjectivité dans la mesure où ils dépendent du point de vue des acteurs du territoire (par exemple, l évaluation des impacts d une activité sur la biodiversité peut être appréciée différemment par les agriculteurs, les chasseurs et les gestionnaires). - les critères de gouvernance équitable doivent être modulés en fonction de la structure foncière et des modalités de protection qui sont appliquées sur le territoire (réglementaire, contractuel, foncier). Cela ne peut couvrir tous les aspects d une bonne gouvernance, mais les aspects clés doivent être mesurés aussi bien que possible. Les preuves doivent être décrites par le gestionnaire - Preuves : publicité dans les médias, le nombre de réunions organisées - il faut des éléments de preuve d interactions régulières (tableau de bord de gestion, réunion avec un comité consultatif, changements majeurs de l aire protégée ) 10

11 STANDARD : les communautés locales et les droits de l homme sont respectés ENJEU 4-2 : Relation avec les parties prenantes et communication Définition : La communication implique les parties prenantes mais inclut aussi les communautés locales STANDARD : implication / participation : toutes les parties prenantes, mêmes les plus marginales et les plus désavantagées, ont l opportunité de participer à la planification de la gestion, au processus et aux actions STANDARD : Il existe un programme de sensibilisation, de communication et d échanges information avec les populations locales et les autres parties prenantes clés utilisant des mécanismes appropriés ENJEU 4-3 : Impact sur les communautés locales Définition : les impacts résultant de l aire protégée sur les communautés locales sont à la fois positifs ou au moins neutres et stables ou en progression STANDARD : le bien-être des populations locales et des autres parties prenantes clés sont pris en compte dans la planification de l aire protégée et de la gestion. Les impacts Non pertinent Difficile à définir Les critères doivent-être adaptés au contexte local - Nécessaire de prendre en compte spécifiquement les possibilités socioéconomiques des plus pauvres? - Cet enjeu peut être contradictoire avec une gestion efficace du site pour ses objectifs écologiques Notion de communauté locale n est pas adaptée au contexte français. Elle doitêtre étendue à l ensemble des acteurs socioéconomiques susceptibles d avoir un impact positif ou négatif sur la gestion du site Définir les possibilités socio-économiques des habitants Les documents publiés doivent lister les principales parties prenantes et le plan des engagements - ou dans le plan de gestion Portfolio des activités, publications ( ) des années précédentes - Pour répondre à la question : plan de gestion avec l analyse des parties prenantes - pour les impacts négatifs : rapports des conflits, programmes, compensations, (vérifier le plan de gestion avec les - Les impacts sont importants à mesurer mais en Chine le responsable n est pas le gestionnaire mais plutôt les nombreuses agences et services impliqués dans la gestion du site - La liste verte peut être un outil utile pour aider l aire protégée à résoudre certains problèmes issus de l impact des politiques sur les moyens de subsistance locaux. Cela pourrait être une motivation pour les parties prenantes 11

12 négatifs sont minimisés à travers des programmes de gestions efficaces ou des mesures compensatoires sont prévues pour les impacts inévitables STANDARD : quand cela est nécessaire, le recrutement local est favorisé et des programmes de bienêtre de la collectivité sont mis en œuvre PARTIE 5 : LA GESTION DU PUBLIC ET LA COMMUNICATION SONT CONFORMES AUX STANDARDS parties prenantes pour répondre à la question) Une évaluation économique ou similaire doit être mesurée de supporter l existence de l aire protégée et de participer à la gestion - la gestion des visiteurs est une question clé dans le contexte chinois - les critères doivent-être adaptés au contexte chinois (une gestion du public différente par rapport aux autres pays : population importante). Il faut plutôt mesurer la qualité de l expérience vécue par le visiteur - certains sites peuvent ne pas répondre à ce standard car ils accueillent un grand nombre de visiteurs qui leur génèrent du revenu. Le seul moyen dans ce cas de contrôler le nombre de visiteur serait d augmenter le droit d entrée mais cela provoquerait des plaintes. - la Chine a sa propre méthodologie pour calculer la capacité d accueil des sites - Seuls les sites qui permettent un très bon accueil du public devraient être retenus sur la Liste Verte? - Si ce standard est retenu, d autres questions doivent-être posées : existe-til un plan de gestion touristique durable? une stratégie de faibles 12

13 ENJEU 5-1 : Gestion du public et tourisme Définition : L accueil du public ainsi que les impacts qui en découlent sont contrôlés STANDARD : les services et les installations pour le public respectent les normes de conception, de développement durable et de sécurité et sont appropriés à la nature, aux valeurs et utilisations de l aire protégée STANDARD : des services de vulgarisation, d éducation et d information pour le public répondent à des besoins et soutiennent la gestion STANDARD : l industrie du tourisme dans la zone protégée est gérée pour soutenir les objectifs de l aire protégée STANDARD : les impacts du public sont gérés afin de minimiser les dommages sur les valeurs naturelles et culturelles de l aire protégée (par exemple à travers les permis délivrés, le contrôle des accès, les installations, l éducation et mise en vigueur) Indicateur proposé : matériel éducatif (panneaux, etc.) Indicateur proposé : capacité de charge du site Des standards existent : ISO, écotouristiques (spécifiques au Kenya). Cela doit-être conforme avec le plan de gestion pour les installations qui sont permises. Inspection visuelle Matériel, photos, rapports ou enquêtes disponibles. Une visite de site semble nécessaire Recettes, respect des normes de gestion du parc Régulation et mise en application Plan de gestion Inspection du site, photos de l année émissions de CO2 est-elle mise en place? Le tourisme vert est-il encouragé? les critères qui découleront de ce standard doivent mettre aussi l accent sur le rôle des aires protégées dans l éducation et l apprentissage 13

14 Avis général concernant la France : - En ce qui concerne les indicateurs de définition de cohérence (parties 1 et 2) : le groupe de référence propose de considérer ce jeu d indicateurs comme un premier filtre destiné à apprécier l éligibilité d un site au processus de la liste verte. Ces critères préalables permettront également de décliner les standards en fonction des objectifs de gestion, de la taille de l aire protégée et du contexte écologique dans lequel elle s inscrit (région biogéographique, proximité aux milieux urbains, ). Il s agira en particulier de vérifier si l aire protégée répond à la définition de l UICN, de préciser sa catégorie de gestion, de caractériser les valeurs écologiques (écosystème marin/forêt/paysage, ) et les menaces. - Les critères doivent-être limités en nombre et être les plus originaux et les plus discriminants possibles pour permettre d identifier les sites exemplaires - Toutes les aires protégées ne répondent pas aux critères listés - Il faut considérer différents niveaux de critères (ex. chaque pays n est pas exposé aux mêmes menaces) mais il est nécessaire d avoir des critères communs pour ne pas changer le fond - La notion de gestion rentable peut être mesurée objectivement par les critères d optimisation des coûts, d équilibre des comptes - La notion de rentabilité doit être maniée avec prudence dans le contexte français, où prévaut le principe de la gratuité d accès aux espaces naturels. Avis général concernant le Kenya : - Critères à décliner au niveau national - Les catégories de gestion ne devraient pas définir un standard - Les caractères culturels, historiques du site ne sont pas pertinents - Les critères pour mesurer le standard concernant les communautés locales et droits de l homme sont difficiles à définir Avis général concernant la Chine : - les critères doivent être déclinés au niveau national. Ils risquent autrement d être mal compris et peu appropriés au contexte local. - la Chine a déjà ses propres méthodes et systèmes de catégorisation et d assignation. Cela devra être intégré dans le processus Liste Verte chinois - une version chinoise des standards est nécessaire afin d être bien interprétés à l échelle locale (traduction en anglais viendra dans un second temps) 14

15 - la Chine a l habitude de travailler sur des évaluations avec des valeurs seuils. Il serait opportun que la Liste Verte intègre également des objectifs chiffrés à atteindre. - Les critères devraient être plus ambitieux pour répondre aux questions suivantes : tourisme durable et vert, développement à faibles émission de carbone, emplois verts. La mise en place de standards Liste Verte ambitieux pourrait être utilisée pour améliorer les performances de gestion dans les aires protégées concernées. 15

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

La gestion des Technologies de l information. Tirez le maximum de vos systèmes d informations

La gestion des Technologies de l information. Tirez le maximum de vos systèmes d informations La gestion des Technologies de l information Tirez le maximum de vos systèmes d informations Objectifs de la formation Se familiariser avec: La gouvernance des TI Les cadres de référence en gestion des

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Développement durable au Bas-Saint-Laurent

Développement durable au Bas-Saint-Laurent Développement durable au Bas-Saint-Laurent Mai 2008 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE...3 2. GRILLE D ANALYSE DES PROJETS AVANT LEUR MISE EN ŒUVRE...5 Comment utiliser la grille?...6 Objectif 1 Viser

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projets: Guide de sélection PPM Software Selection Guide ETAPE 1: Faiblesses Organisationnelles identifier clairement vos besoins

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Sentier du Rhône. Présentation générale. Appel à projet 2013. Circuit d art contemporain. En Ardèche. Drôme

Sentier du Rhône. Présentation générale. Appel à projet 2013. Circuit d art contemporain. En Ardèche. Drôme Appel à projet 2013 Sentier du Rhône Circuit d art contemporain En Ardèche Présentation générale De tout temps, l Ardèche a été une source d inspiration pour la création artistique. Depuis la première

Plus en détail

Investissements d avenir. Initiative PME - Biodiversité

Investissements d avenir. Initiative PME - Biodiversité Investissements d avenir Initiative PME - Biodiversité Calendrier de l Initiative L Initiative est ouverte le 9 juillet 2015. Les relevés des projets sont effectués : 1 re clôture 2 nde clôture 5 octobre

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE

CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE 1 INTRODUCTION Le présent document a été rédigé par le groupe de travail «Certification» du Réseau

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Collecte de données de Gestion des Aires Protégées Introduction des phases tests en RDC et au Gabon

Collecte de données de Gestion des Aires Protégées Introduction des phases tests en RDC et au Gabon Biodiversity and Protected Areas Management Programme Collecte de données de Gestion des Aires Protégées Introduction des phases tests en RDC et au Gabon en collaboration avec ICCN, ANPN, UICN, WWF, WCS,

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Fiche entreprise : E12

Fiche entreprise : E12 Fiche entreprise : E12 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée a une formation en génie mécanique et agit à titre de directrice de la production, ce qui inclut la responsabilité

Plus en détail

LES AIRES PROTÉGÉES MULTICLASSES ET LA CATÉGORIE VI DE L UICN. De nouvelles perspectives de conservation à l échelle régionale

LES AIRES PROTÉGÉES MULTICLASSES ET LA CATÉGORIE VI DE L UICN. De nouvelles perspectives de conservation à l échelle régionale LES AIRES PROTÉGÉES MULTICLASSES ET LA CATÉGORIE VI DE L UICN De nouvelles perspectives de conservation à l échelle régionale INTRODUCTION: Une petite perspective internationale CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET 1 ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET Introduction L Internet a révolutionné notre façon d échanger des idées, des informations et des marchandises. Tout naturellement, cette technique

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

AUDITS INTERNES ET EXTERNES

AUDITS INTERNES ET EXTERNES AUDITS INTERNES ET EXTERNES Ingénieur-formateur Chargé de cours Université Nancy 1 et Université Strasbourg 1 SOMMAIRE Introduction et contexte 3 1. Généralités 4 1.1 Définitions 4 1.2 Audits qualité internes

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE POUR LA POLITIQUE NATIONALE DES GRANDS SITES

DOCUMENT DE REFERENCE POUR LA POLITIQUE NATIONALE DES GRANDS SITES MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT DOCUMENT DE REFERENCE POUR LA POLITIQUE NATIONALE DES GRANDS SITES Annexe à la circulaire ministérielle du 21 janvier 2011

Plus en détail

Adoptez la solution SMART pour votre aire protégée

Adoptez la solution SMART pour votre aire protégée Adoptez la solution SMART pour votre aire protégée Puissant, Flexible, Gratuit. ?Qu est-ce que SMART? SMART (Spatial Monitoring and Reporting Tool Outil de suivi spatial et de rapportage) est bien plus

Plus en détail

AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Office de la culture Office de l environnement Service de l aménagement du territoire, Section des permis de construire

AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Office de la culture Office de l environnement Service de l aménagement du territoire, Section des permis de construire RÉSEAU DE TÉLÉPHONIE MOBILE INSTANCE RESPONSABLE Service de l aménagement du territoire INSTANCE DE COORDINATION Service de l aménagement du territoire AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Office de la culture

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

INVESTISSEMENT RESPONSABLE : QUESTIONS AUX GESTIONNAIRES DE FONDS Guide pour les fondations

INVESTISSEMENT RESPONSABLE : QUESTIONS AUX GESTIONNAIRES DE FONDS Guide pour les fondations Objet du guide INVESTISSEMENT RESPONSABLE : QUESTIONS AUX GESTIONNAIRES DE FONDS Guide pour les fondations Ce guide vise à : 1) Suggérer aux fondations des questions à poser à leur gestionnaire de fonds

Plus en détail

SMART: GUIDE DE LA MISE EN ROUTE DU SMART

SMART: GUIDE DE LA MISE EN ROUTE DU SMART SMART: GUIDE DE LA MISE EN ROUTE DU SMART QU EST CE QUE SMART? L outil de suivi spatial et de rapportage (Spatial Monitoring and Reporting Tool = SMART) est conçu pour améliorer les efforts anti-braconnages

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines

Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines NMAM 01.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines Inclus les amendements Guide d application des Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines Coordinateur Programme National de Déminage

Plus en détail

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2 Food Notes de Doctrine IFS, Version 2 Mars 2013 PrÉAMBULE Les notes de doctrine sont constituées de toutes les clarifications à caractère normatif apportées par l IFS depuis la publication de l IFS Food

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

L ENTRETIEN INDIVIDUEL

L ENTRETIEN INDIVIDUEL L ENTRETIEN INDIVIDUEL 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L entretien individuel est une technique de recueil de l information qui se déroule dans une relation de face-à-face entre l évaluateur

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE

STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE BILAN GENERAL 2004-2010 et RECOMMANDATIONS POUR UNE NOUVELLE STRATEGIE I. CONTEXTE La Stratégie Nationale pour la Biodiversité a été adoptée en 2004 par le gouvernement

Plus en détail

Qu est-ce qu un système d Information? 1

Qu est-ce qu un système d Information? 1 Qu est-ce qu un système d Information? 1 Une définition du système d information «Tout moyen dont le fonctionnement fait appel à l électricité et qui est destiné à élaborer, traiter, stocker, acheminer,

Plus en détail

MOBILITÉ 2014. Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu

MOBILITÉ 2014. Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu MOBILITÉ 2014 Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu ASSURER LA MOBILITÉ DE DEMAIN L ACA ET LA FIA DEMANDENT AUX DÉCIDEURS EUROPÉENS : d assurer le développement cohérents de la «voiture connectée»,

Plus en détail

SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Présentation des Guides méthodologiques m prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi

SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Présentation des Guides méthodologiques m prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Pyrénées. Présentation des Guides méthodologiques m de prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi 1ère JOURNEE TECHNIQUE «SCoT ET BIODIVERSITE»

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies?

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? gil.delille@forum-des-competences.org Agenda Les enjeux liés aux systèmes d information

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Le tourisme français point d'appui de l'image et du rayonnement de la France De l ordre de 80 millions de visiteurs étrangers se

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION INSTITUTIONNELLE

REFERENTIEL D EVALUATION INSTITUTIONNELLE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE -------------------------- AUTORITE NATIONALE D ASSURANCE QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ()

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail