Feuille d'exercices : Diusion thermique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Feuille d'exercices : Diusion thermique"

Transcription

1 Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/ Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité thermique λ uniforme. On se place en régime stationnaire. L axe de la barre est l axe Ox des coordonnées cartésiennes. 1. La surface latérale est calorifugée et on impose les températures T 1 et T 2 des extrémités. (a) Déterminer l équation différentielle sur T (x) traduisant le premier principe de la thermodynamique sur une tranche élémentaire de la barre. (b) En déduire la répartition de température T (x). 2. La surface latérale n est plus calorifugée et cède à l extérieur une puissance thermique par unité de longueur : p l = α [T (x) T 0 ], où T 0 est la température extérieure et T (x) la température locale de la barre et α un coefficient positif. (a) Déterminer la nouvelle équation différentielle sur T (x) traduisant le premier principe de la thermodynamique sur une tranche élémentaire de la barre. (b) Quelle est la distance caractéristique l c de variation de T (x)? (c) On suppose que l l c. Déterminer T (x). 2 Conduction thermique entre deux sphères * On considère la conduction thermique entre deux sphères (S 1 ) et (S 2 ) concentriques de rayons R 1 et R 2 (R 1 < R 2 ). Entre les sphères, l espace (I) est occupé par un matériau homogène de conductivité thermique λ. Les sphères sont portées aux températures initiales T 1,0 et T 2,0. 1. On suppose que le régime est stationnaire. Calculer en fonction de R 1, R 2 et λ la résistance thermique R th de l espace (I) entre les deux sphères. 2. Les deux sphères ont même capacité calorifique Γ et ont une grande conductivité thermique de sorte qu à chaque instant on puisse considérer les températures T 1 (t) et T 2 (t) comme uniformes. La capacité thermique du matériau entre les sphères est négligeable. On la prendra comme nulle. On utilise les coordonnées sphériques et on note T (r, t) le champ de température dans l espace (I) entre les deux sphères (R 1 < r < R 2 ). 1

2 (a) Montrer que l équation différentielle sur T (r, t) est la même que celle que l on aurait en régime stationnaire. (b) En déduire qu à tout moment, la puissance thermique échangée entre (S 1 ) et (I) (dans le sens S 1 I) est la même que celle échangée entre (I) et (S 2 ) (dans le sens I S 2 ). (c) En déduire les équations différentielles qui déterminent l évolution temporelle de T 1 (t) et T 2 (t). (d) Exprimer les fonctions T 1 (t) et T 2 (t). (e) Quel est le temps caractéristique τ de variation de T 1 (t) et T 2 (t)? 3 Étude de la sensation de froid et de chaud - modèle statique * On étudie dans cet exercice un modèle destiné à interpréter l observation suivante : un observateur posant sa main sur une table en bois et une table en acier à la même température a l impression que le bois est plus chaud que l acier. On adopte le modèle suivant : deux cylindres, isolés latéralement, de même section S, de même axe (Ox), de conductivités λ 1 et λ 2, de masses volumiques µ 1 et µ 2, de capacités thermiques massiques c 1 et c 2 et de longueurs L 1 et L 2, sont mis bout à bout ; le contact s établissant en x = 0. On maintient les extrémités x = L 1 et x = +L 2 des deux cylindres aux températures respectives T 1 et T 2. On étudie un régime stationnaire. 1. Quelles sont les conditions aux limites imposées en x = L 1, en x = L 2 et en x = 0? 2. Quelle est la résistance thermique de l ensemble des deux cylindres? 3. Établir l expression de T (x) dans les deux cylindres en fonction de T 1,T 2, x, L 1, L 2. En déduire celle de la température T i en x = En déduire que la température T i à l interface est un barycentre de T 1 et T 2 La température T 1 correspond à 37 C (main) et T2 à 20 C (acier ou bois), et on suppose L 1 = L 2. On donne les conductivités thermiques : Main : λ 1 = 10 W.m 1.K 1 Bois : λ 2 = 10 W.m 1.K 1 Acier : λ 2 = 100 W.m 1.K 1 5. Calculer T i pour un contact main-bois, puis pour un contact main-acier. Commenter. 4 Homéothermie ** Une sphère de rayon R est maintenu en permanence à la température T 1, dans un milieu fluide qui, à très grande distance de la sphère, est à la température T 0 < T 1. La conductivité thermique du fluide est notée λ. Le problème est étudié en régime permanent. On suppose que le seul mode de transfert thermique au sein du fluide est le mode conductif (pas de convection, pas de rayonnement). 2

3 1. Déterminer la résistance thermique du milieu fluide entourant la sphère. 2. Expliciter la puissance P thermique cédée par la sphère au milieu fluide. 3. On donne T 1 = 310 K, T 0 = 280 K et R = 25 cm (modélisation grossière d un animal homéotherme, c est à dire maintenant une température corporelle constante, avec un rapport surface/volume comparable à celui d un être humain). Calculer P si le fluide est de l air (λ = 2, W m 1 K 1 ). 4. En admettant que la capacité d un organisme vivant à produire de l énergie thermique est proportionnelle à son volume, l homéothermie est-elle plus aisée pour un petit animal ou pour un gros? Commenter. 5 Ailettes de refroidissement ** Pour éviter l échauffement d un appareil, on munit son boîtier d ailettes de refroidissement métalliques. Chaque ailette est parallélépipédique, d épaisseur a = 2, 0 mm, de largeur b = 10 cm et de longueur c = 20 cm ; on remarquera que a b. En fonctionnement, le boîtier de l appareil sera maintenu à la température T M = 60 C. L air extérieur, qui circule par convection naturelle autour de l ailerre, est de température constante et uniforme T A = 20 C, sauf au voisinage immédiat de l ailette, entourée d une couche limite d air thermiquement peu conductrice dont la température reste localement voisine de celle de la surface de l ailette. Dans l ailette, on admettra que le transfert thermique, de type conductif, est monodimensionnel dans la direction de l axe (Ox), le long de la plus grande dimension c de l ailette. Il obéit à la loi de Fourier, la conductivité thermique étant λ = 16 W m 1 K 1. On note T (x) la température de l ailette à l abscisse x. Il existe aussi un transfert thermique de l ailette vers l air ambiant, à travers la couche limite. Le flux thermique correspondant est caractérisé par la loi de Newton avec pour coefficient de transfert thermique pariétal h = 150 SI. 1. Écrire le bilan des transferts d énergie pour la tranche d ailette comprise λa 2h entre les abscisses x et x+dx, en régime permanent. On posera : L = et on donnera la valeur numérique de L ainsi que son unité. En déduire l équation différentielle dont T (x) est la solution. 2. Résoudre cette équation différentielle. On vérifiera que L c. Pourquoi l approximation correspondante porte-elle le nom de modèle d ailette infinie? 3. Déterminer, par deux méthodes, la puissance totale P évacuée par l ailette. Faire l application numérique. 4. Combien faudrait-il fixer d ailettes sur le boîtier pour évacuer un flux thermique total de 0,9 kw? La taille de chaque ailette peut-elle être réduite sans changer notablement l ensemble des résultats précédents? 3

4 6 Écart entre température réelle et température mesurée ** Un thermomètre est assimilé à un cylindre de diamètre 1 mm et de hauteur 15 mm contenant du mercure de masse volumique µ = 13, kg.m 3 et de capacité calorifique massique c = 140 J.K 1.kg 1. La température initiale du mercure est T 0. On plonge à t = 0 ce thermomètre dans un fluide de température T f. On néglige la quantité de mercure dans la colonne hors du réservoir qui pourrait éventuellement se trouver non immergée, et on admet que tout le mercure est à chaque instant à la même température. Les échanges thermiques entre le fluide et le thermomètre sont de type conducto-convectif, avec un coefficient h = 28, 4 W.m 2.K Établir l équation différentielle satisfaite par la température du mercure. 2. Déterminer la loi T (t) pour T f = T 1 constante. 3. Déterminer la loi T (t) pour T f = T 1 + T 2 cos ωt de période 10 mn. 7 Variation d'entropie lors d'une uniformisation de température ** Un barreau de longueur L et de section S à sa surface latérale calorifugée ; Ses extrémités sont en contact avec des sources de chaleur de températures T 1 et T 2 (T 2 > T 1 ). Une fois le régime permanent établi, on supprime les sources de chaleur et on calorifuge les extrémités. 1. Déterminer la température du barreau lorsque l état d équilibre final est atteint. 2. Calculer la variation d entropie associée à cette transformation. 8 Temps d'uniformisation d'un champ de température ** Un matériau homogène et isotrope de conductivité thermique λ et de diffusivité thermique K a la forme d un cylindre de section A, d axe Ox, limité par deux faces planes P 0 et P 1. La masse volumique de l échantillon est µ et sa chaleur massique c. La longueur de l échantillon est l et on considère uniquement les transferts thermiques unidimensionnels dans la direction x. On impose aux faces P 0 et P 1 une température identique et constante T 0. A l instant initial, la température du milieu est : T (x, t = 0) = T 0 + θ sin πx l avec θ > Tracer la fonction T (x, t = 0), et vérifier qu elle satisfait les conditions aux limites. 2. On cherche une solution sous la forme : T (x, t) = T 0 + f(x)g(t). Déterminer complètement cette solution 3. En déduire l expression de la densité de flux thermique j th (x, t). En donner une représentation graphique. 4

5 4. Calculer par deux méthodes différentes la chaleur reçue par le matériau entre les instants t = 0 et t = +. 9 Température dans un l électrique *** Un fil électrique est constitué d un conducteur cylindrique de rayon r 1, de hauteur H, de résistance électrique R elec, de conductivité thermique λ 1. Il est entouré par une gaine isolante de rayon extérieur r 2 et de conductivité thermique λ 2. En régime permanent, la température dans le fil (ensemble du conducteur et de la gaine) est une fonction T (r) (coordonnées cylindriques). Les échanges thermiques entre la gaine et l air extérieur de température T 0 sont caractérisés par une puissance surfacique α (T (r 2 ) T 0 ). Le conducteur est parcouru par un courant électrique permanent d intensité I. On admet que la puissance thermique volumique produite par effet Joule dans le conducteur électrique est uniforme. 1. Déterminer, pour une hauteur H de fil, la puissance thermique produite par effet Joule dans un cylindre de rayon r < r 1. En déduire la densité de flux thermique dans le conducteur. 2. En déduire la loi T (r) dans le conducteur, en notant T (r 1 ) la température pour r = r Déterminer la densité de courant de conduction dans la gaine, puis la loi T (r) pour toute valeur de r, en fonction de T 0, I, λ 1, λ 2, r 1, r 2, H, α et R elec. 10 Prise en glace d'un lac *** On considère un lac où l eau liquide est en permanence à la température de congélation T i = 273 K. L air au dessus du lac (x < 0) est à la température constante T a = 263 K. Libre de glace à l instant initial, le lac se couvre progressivement d une couche de glace dont l épaisseur à l instant t est notée l(t). La glace à une masse volumique ρ, une conductivité thermique λ, sa chaleur latente massique de fusion est L f ; on désignera sa capacité calorifique massique par c. On suppose que la température est continue à la surface air-glace. L origine des x sera prise à la surface libre de la glace (contact galce - air). 1. En supposant que l on se trouve en régime quasi-permanent (notion à préciser par analogie avec l électrocinétique), déterminer la distribution de température T (x, t) dans la glace en fonction de T a, T i, l(t) et x la profondeur sous la surface libre de la glace. 2. Déterminer l(t). 3. A quelle condition l approximation du régime quasi-permanent est-elle justifiée? 5

6 11 Éstimation de l'âge de la Terre par Lord Kelvin *** Au milieu du XIX ème siècle, Lord Kelvin a imaginé que la Terre avait été formée à une température élevée T 1 uniforme à la date t = 0. Il a proposé d autre part qu à cette même date, sa surface avait été soumise instantanément à une température T S constante. Depuis ce temps-là, la planète se refroidirait. Lord Kelvin a modélisé le refroidissement pour en déduire l âge de la Terre. On suppose que La densité de flux thermique est une fonction de la profondeur et du temps j(z, t). On néglige la sphéricité et les sources radioactives de la planète, mais on ne se place pas en régime permanent. On admet que la température dépend de t et de la profondeur z comptée positivement vers le bas. Elle vérifie l équation de diffusion : µc T t = T λ 2 z 2 où µ est la masse volumique, c la capacité thermique massique et λ la conductivité thermique. 1. Montrer que l équation différentielle vérifiée par la densité de flux thermique j(z, t) transmise le long de l axe (0, z) s écrit : j t = D 2 j z 2 Exprimer D en fonction de λ, ρ et c. 2. Dans l hypothèse de Lord Kelvin, quelle doit être la valeur de la densité de flux thermique en z = 0 lorsque t tend vers zéro et lorsqu il tend vers l infini? Quelle doit être la valeur de la densité de flux thermique à une profondeur z non nulle lorsque t tend vers zéro et lorsqu il tend vers l infini? 3. Vérifier que la solution proposée par Lord Kelvin, j(z, t) = A Dt exp z2 4Dt où t est le temps écoulé depuis la formation de la Terre est bien la bonne. Dessiner schématiquement la valeur absolue de la densité de flux thermique en fonction de la profondeur pour deux époques différentes. 4. Les paramètres du problème sont T 1 T S, λ, µ et c. On suppose que A = 1 π (T 1 T S ) α λ β µ γ c δ. Déterminer les exposants α, β, γ et δ. 5. Exprimer la valeur du gradient thermique en surface j 0 = T z z=0. 6. Lord Kelvin a admis que T 1 T S était de l ordre de à K et que D est proche de 10 6 m 2 s 1. Sachant que l augmentation de température mesurée dans les mines indiquait un gradient proche de 30 K km 1, quel âge de la Terre Lord Kelvin a-t-il déduit de son modèle? 7. Que pensez-vous de cette estimation? 6

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 Contrôle Continu du 03/11/2010. Durée: 2h00mn Exercice 1 : On suppose que l atmosphère est un gaz réel en équilibre dans le champ de pesanteur. L équation d état de

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 Les solutions de ces exercices sont reprises sur le site web de FSAB1203. Ne consultez les solutions qu après avoir tenté sérieusement de résoudre l exercice.

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a)

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a) Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Si l existence des atomes a été imaginée dès l Antiquité par les grecs Leucippe, Empédocle et Démocrite

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures ***

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures *** SESSION 003 PCP1006 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures L'utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants Une feuille de papier millimétré devra

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Un modèle simple de formation d étoiles

Un modèle simple de formation d étoiles Un modèle simple de formation d étoiles [Exercice classique] Un modèle simple d étoile consiste à supposer que celle-ci est constituée d une masse M d atomes d hydrogène, adoptant une configuration sphérique

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

Epreuve de physique. sept pages numérotées de 1 à 7, y compris celle-ci. L usage d une calculatrice PROGRAMMABLE EST autorisé.

Epreuve de physique. sept pages numérotées de 1 à 7, y compris celle-ci. L usage d une calculatrice PROGRAMMABLE EST autorisé. Epreuve de physique Nom : N o : Date : E2 Classes : TSM et TSV Durée : 110 min L usage d une calculatrice PROGRAMMABLE EST autorisé. Ce document comporte trois exercices présentés sur sept pages numérotées

Plus en détail

PHYSIQUE Durée : 3 heures

PHYSIQUE Durée : 3 heures SESSION 2010 CONCOUS G2E PHYSIQUE Durée : 3 heures Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées. L usage de tout ouvrage de référence et de tout document est strictement interdit.

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

ETUDE DES PHENOMENES THERMOELECTRIQUES PREMIERE PARTIE

ETUDE DES PHENOMENES THERMOELECTRIQUES PREMIERE PARTIE ETUDE DES PHENOMENES THERMOELECTRIQUES Note au candidat. A lire attentivement. Le candidat veillera à respecter impérativement les conventions générales de la thermodynamique : un échange, quelque soit

Plus en détail

PHYSIQUE II. Partie I - Formation des bulles. une solution aqueuse diluée de dioxyde de carbone, contenant n l

PHYSIQUE II. Partie I - Formation des bulles. une solution aqueuse diluée de dioxyde de carbone, contenant n l PHYSIQUE II Les bulles du champagne sont constituées de dioxyde de carbone. Elles naissent à la surface du verre (partie I). Après une phase de croissance sur place, elles se détachent et montent dans

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit. 135 Epreuve de Physique B - Thermodynamique Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il

Plus en détail

Les calculatrices sont autoris ees I.1 Traitement classique de la rotation d une mol ecule d eau Figure I.1 1/10

Les calculatrices sont autoris ees I.1 Traitement classique de la rotation d une mol ecule d eau Figure I.1 1/10 Les calculatrices sont autorisées Les deux problèmes sont indépendants. On fera l application numérique chaque fois que cela est possible, en veillant à préciser l unité et à ne donner que les chiffres

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

ETUDE D UN THERMOELEMENT

ETUDE D UN THERMOELEMENT TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble ETUDE D UN THERMOELEMENT BUT DU T.P. Mettre en évidence et comprendre les effets thermoélectriques. On cherchera

Plus en détail

Epreuve de Physique I-B Durée 4 h

Epreuve de Physique I-B Durée 4 h * Banque filière PT * BANQUE PT - EPREUVE I-B. Epreuve de Physique I-B Durée 4 h Etude d'une micropompe électrostatique Indications générales : On donnera tous les résultats avec leur unité. Les candidats

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%)

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Les trois parties A, B et C de cette épreuve sont indépendantes. Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Aucune connaissance préalable du moteur asynchrone n est nécessaire pour l étude de cette

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON

Plus en détail

La pompe à chaleur. Quelle source froide?

La pompe à chaleur. Quelle source froide? La pompe à chaleur. Quelle source froide? Préambule (politique). Certaines conséquences «négatives» du «Grenelle de l environnement» commencent à apparaître. Elles sont évidemment dues aux appétits (compréhensibles?)

Plus en détail

La pompe à chaleur. Quelle source froide?

La pompe à chaleur. Quelle source froide? La pompe à chaleur. Quelle source froide? Préambule (politique). Certaines conséquences «négatives» du «Grenelle de l environnement» commencent à apparaître. Elles sont évidemment dues aux appétits (compréhensibles?)

Plus en détail

comportement thermique d'un plancher chauffant

comportement thermique d'un plancher chauffant comportement thermique d'un plancher chauffant Dans le plancher d'un local de surface S= 16 m² on a incorporé un système de chauffage maintenant la température ambiante à T a =20 C. Le système de chauffage

Plus en détail

La course du piston est donc 10 4 soit 6 cm. 3 ) lorsque la position du point M est telle que α = 60. : a) calculer OH ; Session

La course du piston est donc 10 4 soit 6 cm. 3 ) lorsque la position du point M est telle que α = 60. : a) calculer OH ; Session MATHEMATIQUES (10 points) Exercice 1. Trigonométrie : (BEP : 4 points / CAP : 6 points) Dans cet exercice nous étudierons le déplacement d un piston actionné par une roue. La roue a un mouvement circulaire

Plus en détail

Exercices : THERMODYNAMIQUE

Exercices : THERMODYNAMIQUE Révision de ère année Exercices : THERMODYNAMIQUE Les deux principes de la thermodynamique TH08: détente d' un gaz parfait a) Donner l'expression de l'énergie interne U pour une mole de gaz parfait en

Plus en détail

Thermodynamique et gaz parfaits

Thermodynamique et gaz parfaits Université Paris 7 PCEM 1 Cours de Physique Thermodynamique et gaz parfaits Étienne Parizot (APC Université Paris 7) É. Parizot Physique PCEM 1 ère année page 1 Résumé du cours précédent : travail énergie

Plus en détail

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag En voiture! Ce problème propose d étudier plusieurs phénomènes physiques mis en oeuvre dans un véhicule automobile. La première partie étudie la détection de chocs frontaux pour déclencher l ouverture

Plus en détail

Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien»

Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien» Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien» David Amitrano Université J. Fourier, Grenoble Introduction L utilisation d un échangeur air/sol, système appelé communément «puits

Plus en détail

Principe de fonctionnement d un véhicule à roues

Principe de fonctionnement d un véhicule à roues Mécanique «Chapitre» 4 Principe de fonctionnement d un véhicule à roues Parties du programme de PCSI à revoir Notions et contenus Lois de Coulomb du frottement de glissement dans le seul cas d un solide

Plus en détail

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie?

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? I) Énergie et puissance : rappels : L énergie E est la capacité d un système à produire du, de la ou de la. L unité légale d énergie est le joule (J), on mesure

Plus en détail

Chapitre 5.2 La pression d un gaz

Chapitre 5.2 La pression d un gaz Chapitre 5.2 La pression d un La pression d un Lorsqu on emprisonne un dans un ballon, le applique une force sur la du ballon, car celle-ci se déforme à mesure que le entre dans le ballon. Ainsi, un comprimé

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE CHIMIE. Série S. Durée de l épreuve : 3 heures 30. Coefficient : 6. L usage de la calculatrice électronique est autorisé

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE CHIMIE. Série S. Durée de l épreuve : 3 heures 30. Coefficient : 6. L usage de la calculatrice électronique est autorisé Session 2014 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE CHIMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 Coefficient : 6 L usage de la calculatrice électronique est autorisé Ce sujet comporte 3 exercices présentés sur

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES NOM :. PRENOM : NUMERO DE CANDIDAT :... EPREUVE DE PHYSIQUE DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES Lire attentivement les consignes afin de vous placer dans les meilleures conditions de réussite

Plus en détail

(Durée de l épreuve: 3 heures) L usage de la calculatrice est autorisé

(Durée de l épreuve: 3 heures) L usage de la calculatrice est autorisé ÉCOLE DES PONTS PARISTECH SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIÈRE MP) ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE PHYSIQUE

FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE PHYSIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 214 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE PHYSIQUE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique PARTIE COMPRENDRE CH20 TRANSFERTS THERMIQUES FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique.

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES A 2005 PHYS. I ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014

Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014 Master Modélisation et Simulation M2S M6 Simulation et méthodes numériques Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014 Travaux pratiques, feuille 6. Méthode de volumes finis Résolution de l équation de convection

Plus en détail

Superposition de signaux sinusoïdaux

Superposition de signaux sinusoïdaux Superposition de signaux sinusoïdaux I TP interférences obtenues par la superposition de deux ondes ultrasonores...3 1 Modélisation d une courbe sous Regressi...3 2 Mesure de l amplitude de l onde résultant

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE SUP. Sommaire. G.P. Thermodynamique Sup 2013

THERMODYNAMIQUE SUP. Sommaire. G.P. Thermodynamique Sup 2013 THERMODYNAMIQUE SUP Sommaire I.Fonctions d'état...3 A.Calcul direct du travail de compression W pour un système gazeux...3 B.Calcul de l'énergie thermique échangée en partant de W...3 C.Utilisation des

Plus en détail

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L usage des calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement,

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

Physique. chassis aimant. Figure 1

Physique. chassis aimant. Figure 1 Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2013 Les résultats numériques seront donnés avec un nombre de chiffres significatifs compatible avec celui utilisé pour les données. On s intéresse ici à

Plus en détail

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S ETUDE DES VIBRATIONS 1 Chapitre I - Présentation et définitions 2 Les objectifs à atteindre: 1) Savoir décrire le modèle de l'oscillateur harmonique et savoir l'appliquer à l'étude des systèmes physiques

Plus en détail

Conduction. On se donnera toutes les conductivités, dimensions, dont on estime avoir besoin...

Conduction. On se donnera toutes les conductivités, dimensions, dont on estime avoir besoin... Conduction On se donnera toutes les conductivités, dimensions, dont on estime avoir besoin... 1 Échauffement Déterminer le champ de température dans un mur semi-infini dans les cas suivants : 1) T 1 connu,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR SOUS ÉPREUVE : MATHÉMATIQUES. Le GROUPEMENT Agencement de l environnement architectural de 2001 à 2011

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR SOUS ÉPREUVE : MATHÉMATIQUES. Le GROUPEMENT Agencement de l environnement architectural de 2001 à 2011 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR A. P. M. E. P. SOUS ÉPREUVE : MATHÉMATIQUES Le GROUPEMENT Agencement de l environnement architectural de 2001 à 2011 Métropole 2001..........................................

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

Physique TSI. 4 heures Calculatrices autorisées. I Chauffage par énergie solaire

Physique TSI. 4 heures Calculatrices autorisées. I Chauffage par énergie solaire Phsique TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2014 Le sujet est composé de trois problèmes totalement indépendants. Le premier problème étudie un sstème de production d eau chaude exploitant l énergie

Plus en détail

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012 DS le er octobre 202 OPTIQUE ATOMISTIQUE NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Les copies illisibles ou mal présentées seront

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

Phénomènes vibratoires et optique

Phénomènes vibratoires et optique Travaux dirigés Phénomènes vibratoires et optique K. F. Ren L3 IUP ME 2015 1 Oscillations 1.1 Etude d un oscillateur harmonique Un oscillateur harmonique est décrit par l équation : u(t) = 0, 4 cos(5πt

Plus en détail

2 Ascension d une bulle de gaz dans un liquide.

2 Ascension d une bulle de gaz dans un liquide. Examen de mécanique des fluides 125ème promotion 18 février 2008 : 9h15-12h Traiter les trois parties. Ces trois parties sont complètement indépendantes. Lire attentivement l intégralité des énoncés. Les

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

PHYSIQUE. n + 1. 1 z = = ---------------------

PHYSIQUE. n + 1. 1 z = = --------------------- PHYSIQUE j est le nombre complexe de module 1 et d argument + π 2 et donc j 2 = 1 Rappel mathématique : z étant un nombre complexe et n un entier naturel, on a pour z 1 l égalité : 1 z z 2 z n n + + +

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures

Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures 1 DS2 Sciences Physiques MP 2015-2016 Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures Problème n o 1 Propagation de signaux électriques X PC 2006 On considère une ligne électrique

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail