Ménopause et cancer. Nadine Laguë Gynéco-oncologue Hôtel dieu de St-Jérôme / CSSS des sommets

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ménopause et cancer. Nadine Laguë Gynéco-oncologue Hôtel dieu de St-Jérôme / CSSS des sommets"

Transcription

1 Ménopause et cancer Nadine Laguë Gynéco-oncologue Hôtel dieu de St-Jérôme / CSSS des sommets

2 Introduction Le cancer atteint plusieurs canadiennes préménopausées et ménopausées 25 % des cancers du sein sont diagnostiqués avant la ménopause Les traitements, comme la chimiothérapie, la radiothérapie pelvienne et la chirurgie peuvent induire une ménopause précoce ou augmenter des symptômes préexistants Les pourvoyeurs de soins de la santé sont inconfortables avec l utilisation de l hormonothérapie

3 Ménopause Symptômes fréquents Bouffées de chaleur Trouble de l humeur Trouble du sommeil Trouble de la mémoire Dysfonction sexuelle Ostéoporose Coronaropathie

4 Docteur, j ai chaud!!! % des femmes en ménopause 60 % moins 7 ans 15 % plus de 15 ans Facteurs de risques Obésité Tabac Déclencheurs Alcool Breuvage chaud Environnement chaud

5 Durée des bouffées de chaleur Nombre de sujets Années après la ménopause Kronenberg F. Ann NY Acad Sci 1990; 592:52-86

6 Bouffées de chaleur Prévalence 10 % à 45 ans 75 % à 52 ans 3 % à 72 ans 90 % si ovariectomie Au début de la ménopause 87 % tous les jours 33 % 10/jour Durée variant entre 1 à 5 minutes Durée médiane : 7 à 8 ans Feldman BM,Voda A, Gronseth F. Res Nurs Hlth 1985;8:

7 Prévalence des bouffées de chaleur Prévalence (%) Jusqu'à 88 % des femmes présentent des symptômes vasomoteurs sous une forme ou une autre au cours du processus de la ménopause % 67% 74% 80% 88% Études Rödström K et coll. Menopause. 2002; 9: Staropoli CA et coll. J Women Health 1998;7: Kritz-Silverstein D et coll. J Womens Health Gend Based Med. 2000;9: McKinlay SM, Jeffreys M. Br J Prev Soc Med. 1974;28: Feldman BM et coll. Res Nurs Health. 1985;8: Rödström Staropoli Kritz McKinley Feldman

8 Options thérapeutiques HORMONOTHÉRAPIE Produits naturels Actée en grappe Soya Mélanges produits naturels Bellergal Clonidine ISRS neurontin

9 Options thérapeutiques: changement habitudes de vie Contrôle du poids exercise Stress Éviter tabac, alcool et caféine Techniques de respiration

10 Traitements à base de plantes médicinales Soja Igname velue Cimicaire Millepertuis

11 Phytoestrogènes et autres Meilleures données Symptômes vasomoteurs par jour * Valeurs de base * * * Placebo Actée en grappes Plantes médicinales multiples Plantes médicinales multiples + soja 3 mois 6 mois 12 mois Nombre moyen corrigé de symptômes vasomoteurs par jour, par groupe d étude HT * Newton KM et coll. Ann Intern Med, vol. 145, 2006, p Reproduit avec permission.

12 Bouffées de chaleur Traitement aux ISRS BC Placebo N bre Paroxétine 12,5 mg 62 % 38 % mg 65 % 38 % Fluoxétine 20 mg 60 % 40 % 81 Venlafaxine 37,5 mg 37 % 27 % mg 60 % 27 % 150 mg 60 % 27 % Gabapentin 1800 mg 45 % 29 % 59 Stearns V, Beebe KL, Iyengar M. JAMA 2003;289: Loprinzi CL, Sloan JA, Perez EA. J Clin Oncol 2002;20: Loprinzi CL,Kugler JW, Sloan JA. Lancet 2000;356:

13 Hormonothérapie Contre-indications relatives Cancer hormonodépendant Sein Endomètre Ovaire Porphyrie Maladie hépatique active Hypertriglycéridémie Maladie thromboembolique Saignement vaginal non diagnostiqué

14 Hormonothérapie Contre indications quant à l HT Saignement vaginal inexpliqué ou non diagnostiqué avant l exploration Présence confirmée ou soupçonnée d un carcinome mammaire Maladie hépatique aiguë Maladie thromboembolique active Maladie cardiovasculaire aiguë Accident vasculaire cérébral récent Grossesse Facteurs ne contreindiquant pas l HT Tabagisme Diabète Hypertension Migraine 14

15 Hormonothérapie Avantages Soulagement des symptômes vasomoteurs Diminution atrophie vaginale Diminution des arthralgies Amélioration de la masse osseuse et réduction des fractures ostéoporotiques Diminution du risque du cancer du colon Stabilisation de l humeur

16 POURQUOI SOMMES NOUS CRAINTIFS FACE A L HORMONOTHÉRAPIE 16 Risque maladie cardiovasculaire- AVC Risque de thromboembolie veineuse Risque cancer du sein

17 Hormonothérapie Risques Risque cancer du sein Risque thromboembolie veineuse Risque maladie cardiovasculaire et accident cérébrovasculaire

18 Densité de l incidence pour trois essais portant sur l hormonothérapie Événement clinique HERS (E et P) WHI (E et P) WHI (œstrogènes seul.) Coronaropathie 0,99 1,29* 0,91 AVC 1,23 1,41* 1,39* EP 2,79 2,13* 1,34 Cancer du sein 1,30 1,26* 0,77 Cancer du côlon 0,69 0,63* 1,08 Fracture de la hanche 1,10 0,66* 0,61* Décès 1,08 0,98 1,01 Ind. global 1,15 1,01 * Significatif sur le plan statistique 18

19 Effet de l âge sur le risque que présente l HT sur le plan CV Données provenant de multiples ECR Femmes plus jeunes (< 60 ans) Femmes plus âgées (> 60 ans) TOTAL (IC à 95 %) 0,68 (0,48, 0,96) TOTAL (IC à 95 %) 1,03 (0,91, 1,16) 0,001 0,01 0, ,01 0, Favorise l HT Favorise le contrôle Favorise l HT Favorise le contrôle Salpeter et coll. J Gen Intern Med, vol. 21, 2006, p

20 20

21 Hormonothérapie Risques Cancer du sein RR = 1,3 après 5 ans HTR 8 cas cancer du sein par femmes qui utilisent HTR par année Autres facteurs qui donnent un RR de 1,3 Ménarche précoce Ménopause tardive Obésité Manque exercice Alcool ( 2 consommations die ) 1 ère grossesse après 30 ans Pas d allaitement Si ETR, aucune augmentation Voici d autres RR Tamoxifène et néo endomètre = 6-8 Estrogène non opposée et néo endomètre = 2-10

22 Assessing the Results of the WHI Estrogen- Plus-Progestin Study 60 Events per 10,000 women Placebo Estrogen-plus-progestin therapy 8 more events/10,000 women Associated with estrogen-plusprogestin therapy Heart attack Breast cancer Stroke Blood clots Hip fracture Colorectal cancer Writing Group for the Women`s Health Initiative Investigators. JAMA, 288 (3), , 2002

23 Étude WHI et cancer du sein Risque relatif Cancer du sein CI Indice global AVC TEV Cancer du côlon Fractures de la hanche «La crainte du cancer du sein est au cœur du débat sur l'hormonothérapie substitutive» Writing Group for the Women's Health Initiative Investigators JAMA, 288 (3), , 2002 Scientific American, sept Étude WHI : œstroprogestatif

24 Hormonothérapie cancer Facteur de risque du sein Ca sein Dx sur une période de 20 ans ( ans ) Ca sein supplémentaires Pas HTR 45 / HTR 5 ans 47 / / 1000 HTR 10 ans 51 / / 1000 HTR 15 ans 57 / / 1000 Ménopause tardive 59 / / 1000 ROH 72 / / 1000 sédentarité 72 / / 1000 Obésité ( 20 kg ) 90 / / 1000

25 25

26 Durée de l HT et TEV Première année 4,01 Deuxième année1,97 Troisième année 1,74 Quatrième année 1,70 Cinquième année 2,90 Sixième année 1,04 «WHI EPT Arm», JAMA, vol. 292, n 13, 2004, p

27 Risque de TEV et administration d œstrogènes par voie orale c. voie transdermique : L étude ESTHER RC = 4,0 (1,9 8,3) Rapport de cotes rajusté (IC à 95 %) ( ) 0.9 ( ) Nonusers Oralestrogenusers Transdermal estrogenusers Aucune utilisation Œstrogènes par voie orale Œstrogènes par voie transdermique Scarabin P Y et coll. Lancet, vol. 362, 2003, p

28 28

29 Nouvelle analyse de la WHI : Le recours à l HT chez les femmes âgées de 50 à 59 ans n augmente pas le risque de maladie cardiovasculaire ans Hormonothérapie Nombre de cas DI (IC à 95 %) Coronaropathie AVC Taux total de mortalité Indice global «On n a constaté aucune augmentation importante du risque suivant le recours à l hormonothérapie, toutes issues confondues, chez les femmes âgées de 50 à 59 ans. Par contre, on a constaté une baisse du taux total de mortalité chez les femmes de ce groupe d âge.» Rossouw J et coll. JAMA, vol. 297, n 13, 2007, p

30 30

31 31 FACTEURS DE RISQUE AGE OBÉSITÉ HYPERTENSION TABAGISME HORMONOTHÉRAPIE ORALE (POSSIBLE AVANTAGE VOIE TRANSDERMIQUE) RISQUE ADDITIONNEL AVEC HORMONOTHÉRAPIE EST DE 8 POUR FEMMES ANNÉES

32 Œstrogènes oraux c. œstrogènes transdermiques : Risque d accident vasculaire cérébral Type d HTS Cas (n=15 710) Contrôles (n=59 958) Ratio des taux (IC à 95 %) Rajusté Aucun ,00 Voie transdermique ,95 (0,75 à 1,20) Faible dose ( 50 μg) ,81 (0,62 à 1,05) Œstrogènes seulement ,02 (0,78 à 1,34) Œstrogènes progestogènes ,76 (0,47 à 1,22) Voie orale ,28 (1,15 à 1,42) Faible dose ( 0,625 mg d œstrogènes équins ou 2 mg d estradiol) ,25 (1,12 à 1,40) Œstrogènes seulement ,35 (1,16 à 1,58) Œstrogènes progestogènes ,24 (1,08 à 1,41) Renoux et coll. BMJ, vol. 340, 2010, p. C

33 Hormonothérapie survivante cancer du sein Différentes études en cours Étude HABITS Étude randomisée 1300 patientes Fermée prématurément en 2004 en raison d une augmentation des récidives Étude de stockholm randomised trial Randomisée, 10 ans, progestérone plus faible Pas plus de récidives Données rétrospectives HTR après un cancer du sein n influence pas défavorablement la récurrence du cancer du sein et la mortalité

34 UTILISATION DE L HTS PAR LES FEMMES ATTEINTES D UN CANCER DU SEIN* #/ traitement récidive décès Eden 90 HTR + 6/90 (7) 0/ HTR - 31/180 (19) 11/180(6) Vassilopoulou 38 HTR + 1/38(2,4) HTR- 20/280(7) 0 Ursic 21 HTR + 4/21(19) 0 42 HTR - 5/42(12) 1/42(2,4) Disaia 155 HTR HTR - 8 Col 214 HTR + 17/214(7,9) 623 HTR - 66/623(10,6) O meara 916 HTR + 16/916(1,7) 3356 HTR - 101/3356(3) Backman 64 HTR + 6/64(9) 4/64(6) 121 HTR - 17/121(14) 15/121(13)

35 Hormonothérapie Survivante cancer endomètre Aucune évidence d augmentation des récidives, mais pas de bonnes études, donc à utiliser avec prudence Possibilité d utilisation chez les stades précoces, à faible risque Hormonothérapie combinée vs estrogénothérapie seule vs progestérone seule

36 Hormonothérapie Survivante cancer ovaire Littérature très contradictoire

37 Sécheresse vaginale Prévalence Sécheresse vaginale ( prurit et irritation vaginale ) % Dyspareunie % Infections urinaires récidivantes 4 15 % 40 % des femmes sous HTR Indice de maturation vaginale plus élevé avec tamoxifène

38 Sécheresse vaginale diagnostic Examen pelvien Perte tissu conjonctif de la vulve Rétrécissement des grandes lèvres Disparition des petites lèvres rétrécissement ostium vaginal et du canal vaginal Amincissement de l épithélium et disparition des crètes Ph supérieur à 5

39 Sécheresse vaginale Traitement Modification du style de vie Cesser tabac Activité sexuelle régulière masturbation Pas amélioration avec estrogènes alimentaires Jus de canneberge pur et d airelles de montagne REPLENS Lubrifiant

40 Sécheresse vaginale traitement HORMONOTHÉRAPIE Systémique Locale Crème estrogènes conjugués PRÉMARINE 1g = 0,625 mg 0,5 à 1 g 2X sem Anneau vaginal estradiol à libération prolongée ESTRING 5 10 ug estradiol die Comprimé d estradiol à faible dose VAGIFEM 10 ug 2X sem

41 Sécheresse vaginale Traitement Traitement hormonal local TRÈS SÉCURITAIRE Petite absorption systémique ( surtout avec prémarine ) MAIS aucune donnée suffisante recommandant une surveillance endométriale annuelle 1 essai prospectif chez 20 patientes 0,3 mg 3x sem 6 mois 1 patiente avec tissu prolifératif à la biopsie, aucun carcinome endométrial

42 Sécheresse vaginale traitement Plusieurs petites études chez femmes avec cancer du sein Semble très sécuritaire

43 Conclusion HTR est le meilleur traitement des symptômes vasomoteurs les traitements anticancéreux induisent des ménopauses précoces et augmentent le risque d ostéoporose et de coronaropathie HTR demeure une option chez les survivantes d un cancer du sein MAIS il faut attendre les résultats d essais cliniques prospectifs et randomisées Si HTR contre-indiquée, il faut utiliser les traitements reconnus efficace comme les ISRS, le bellergal, la clonidine, le neurontin, le lyrica et le replens

44 Qui traiter Patiente symptomatique Postménopausée tôt Pas vraiment de limite de temps sauf cancer du sein = 5 ans? Plus petite dose d estrogène Le moins de progestatif possible (sein) Traitement local si symptôme urogénital seulement

45 Lignes directrices sur la ménopause de la SOGC Première indication : traitement des symptômes de la ménopause Durée suffisante pour atteindre les objectifs thérapeutiques Doses plus faibles Profil de risque individuel Évaluation périodique des avantages et des risques Rowe Conférence canadienne de consensus sur la ménopause, JOGC 28, S7-S108, 2006 Rowe Conférence canadienne de consensus sur la ménopause, JOGC 31, S7-S48, 2009

46 Menopause SOGC Guidelines 2009 Update HT is the most effective therapy for the medical management of menopausal symptoms. (IA) Progestins alone or low-dose oral contraceptives can be offered as alternatives for the relief of menopausal symptoms during the menopausal transition. (IA) If prescribing HT to older postmenopausal women, health care providers should address cardiovascular risk factors; low- or ultralow-dose estrogen therapy is preferred. (IB) Health care providers may prescribe HT for menopausal symptoms in women at increased risk of breast cancer with appropriate counseling and surveillance. (IA) Rowe, Canadian Consensus Conference on Menopause, JOGC 31, S7-S48, 2009

47 Estrogènes oraux Composition Product Name Available Dosages (mg) conjugated estrogens Premarin 0.3, 0.625, 0.9, 1.25 synthetic conjugated estrogens Congest 0.3, 0.625, 0.9, 1.25, 2.5 C.E.S 0.3, 0.625, 0.9, 1.25 PMS-Conjugated 0.3, 0.625, 0.9, 1.25 esterified estrogens Neo-Estrone 0.3, 0.625, β-estradiol Estrace 0.5, 1.0, 2.0 various generics 0.5, 1.0, 2.0 estropipate Ogen (0.75)*, 1.25 (1.5)*, 2.5 (3.0)* *0.75 estropipate, calculated as sodium estrone sulfate various generics (0.75)*, 1.25 (3.0)*

48 Estrogène/progestatif oraux Composition Product Name Available Dosages (mg/day) conjugated estrogens (E) + medroxyprogesterone acetate (P) Premplus femhrt mg E or 5.0 mg P (2 tablets: E and P) 5 μg E + 1 mg P (1 tablet) 17β-estradiol (E) + drospirenone (P) Angeliq 1 mg E mg P (1 tablet) 17β-estradiol (E) + norethindrone acetate (P) Activelle LD Activelle 0.5 mg E mg P (1 tablet) 1 mg E mg P (1 tablet)

49 Produits transdermiques Composition Product Name Available Dosages (mg/day) Dosing Climara 0.025, *, 0.05, 0.075, 0.1 once weekly 17β-estradiol matrix patch Estradot 0.025, , 0.05, 0.075, 0.1 twice weekly Oesclim 0.05, 0.1 twice weekly Vivelle 0.05 twice weekly 17β-estradiol (E) + levonorgestrel (P) 17β-estradiol (E) + norethindrone acetate (P) Continuous 17β-estradiol (E) + norethindrone acetate (P) Sequential Regimen 17β-estradiol gel Climara Pro mg E mg P once weekly Estalis 0.05 mg E mg P twice weekly CombiPatch 0.05 mg E mg P twice weekly Estalis Sequi Estracomb Estrogel 0.06% 0.05 mg E twice/wk for 2 wks, then 9 or 16 cm2 Estalis patch twice/wk for 2 wks 0.05 mg E twice/wk for 2 wks, then 0.05 mg E mg P for 2 wks 1 metered pump delivers 0.75 mg 17β-estradiol twice weekly twice weekly daily application

CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF

CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF Les contraceptifs estroprogestatifs et les dispositifs intra-utérins sont les moyens contraceptifs réversibles les plus efficaces. Lorsqu une contraception hormonale

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité Pascale This 1. Surveillance Surveillance après cancer de l'endomètre Impact de la surveillance sur l'histoire

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause N 311, septembre 2014 (remplace n 222, janvier 2009) Prise en charge de la ménopause La présente directive clinique a été rédigée par le groupe de travail sur la ménopause et l ostéoporose, analysée par

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 octobre 2007 Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération 1. Introduction Suite à une saisine du Ministre de la santé et des solidarités, la Commission

Plus en détail

Le traitement hormonal

Le traitement hormonal Cahier 3.5.4 Le traitement hormonal Saviez-vous que... «Il est important de savoir qu il n y a pas de raison à la médicalisation de la ménopause. La ménopause est une étape normale et naturelle de nos

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

L utilisation des contraceptifs depuis 1 an et les actions mises en place 2013-2014

L utilisation des contraceptifs depuis 1 an et les actions mises en place 2013-2014 L utilisation des contraceptifs depuis 1 an et les actions mises en place 2013-2014 Le sur-risque thromboembolique lié aux pilules Les effets thromboemboliques des COC 1G/2G sont connus depuis les années

Plus en détail

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux L A C O N T R A C E P T I O N E N É V O L U T I O N Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux par Chantal Marquis «J ai 48 ans, j ai des chaleurs, je dors peu et j ai des saignements

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr Conflit d intérêt : Journées de formation à la pose d Essure sans anesthésie parrainées

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Le risédronate est-il plus efficace que l alendronate pour le traitement de l ostéoporose?

Le risédronate est-il plus efficace que l alendronate pour le traitement de l ostéoporose? Les réponses de vos confrères à vos questions 1. L ostéoporose, La docteure Monique que prescrire Camerlain a répondu : Les sujets ce mois-ci : Le risédronate est-il plus efficace que l alendronate pour

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada The official voice of reproductive health care in Canada Le porte-parole officiel des soins génésiques au Canada Journal d obstétrique et gynécologie du Canada

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

CONTRACEPTION HORMONALE

CONTRACEPTION HORMONALE CONTRACEPTION HORMONALE 22/02/10 Dr Ausias Pharma I. Généralités II. Les associations oestroprogestatives combinées 1. Pilule normodosée 2. Pilule minidosée : microdosée B. Voie cutanée C. Voie vaginale

Plus en détail

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013 AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE Docteur SAUTAI MAILLE Le 12 Septembre 2013 IMPLANT : Nextplanon - Dispositif sous cutané d Etonorgestrel pour 3 ans : progestatif 2 e génération qui

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause

Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause Caractéristiques de l utilisation en France Effets sur la survenue de cancers du sein et d évènements cardiovasculaires en France Propositions d

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME Objectifs pédagogiques terminaux : «prescrire et expliquer une contraception». N.B : ce texte ne traite pas l aspect «discuter les diverses

Plus en détail

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale S. Ripart-Neveu, P. Marès CHU Nîmes Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets néfastes Effets bénéfiques

Plus en détail

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Geneviève Plu-Bureau Gynécologie Endocrinologie, Hôpitaux universitaires Paris Centre, Port-Royal Unité d hémostase, Hôpital Cochin

Plus en détail

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Un (tout petit) peu de méthodologie Un comité d organisation

Plus en détail

«Affaire des pilules» : regard et conseils du Dr Jacqueline Conard

«Affaire des pilules» : regard et conseils du Dr Jacqueline Conard «Affaire des pilules» : regard et conseils du Dr Jacqueline Conard Paris, France - Le risque thrombotique des pilules estroprogestatives agite la pharmacovigilance et les médias français depuis le début

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX INSERM U 1153 - Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN + (Surpoids) Tamoxifène - Cancer Ovariectomie Chimiothérapie

Plus en détail

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

Migraines, céphalées et statut hormonal

Migraines, céphalées et statut hormonal Migraines, céphalées et statut hormonal Vincent Cahagne, service de neurologie et équipe mobile d accompagnement et de soins palliatifs, Chu Rennes Migraine et puberté Le début de la migraine Le début

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

Androgenothérapie chez l homme

Androgenothérapie chez l homme Androgenothérapie chez l homme Hervé Lejeune Département de Médecine de la Reproduction Hôpital E. Herriot, Lyon Androgènes utilisables en thérapeutique Esters de testostérone, formes "retard", voie intramusculaire

Plus en détail

Controverse en Contraception. Stéphanie Palerme, MD, FRCSC Département d Obstétrique et Gynécologie Journées Montfort Jeudi le 10 Avril, 2014

Controverse en Contraception. Stéphanie Palerme, MD, FRCSC Département d Obstétrique et Gynécologie Journées Montfort Jeudi le 10 Avril, 2014 Controverse en Contraception Stéphanie Palerme, MD, FRCSC Département d Obstétrique et Gynécologie Journées Montfort Jeudi le 10 Avril, 2014 Divulgation: Aucune relation avec des intérêts commerciaux Aucun

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

Information consommateur. Vous et les phyto-estrogènes. Juillet 2005

Information consommateur. Vous et les phyto-estrogènes. Juillet 2005 Juillet 2005 Information consommateur Vous et les phyto-estrogènes En mars 2005, l Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et l Agence française de sécurité sanitaire des produits de

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

DOSSIER SPECIAL : La contraception orale

DOSSIER SPECIAL : La contraception orale 31 La lettre de l Union Janvier 2014 Semestriel Union Régionale des Professionnels de Santé Franche-Comté, Médecins Libéraux Le supplément DOSSIER SPECIAL : La contraception orale La polémique > p. 2 Les

Plus en détail

Par Janet Andriano B.Sc. Phm.

Par Janet Andriano B.Sc. Phm. FC OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de la présente leçon de formation continue, les pharmaciens seront en mesure de : 1. comprendre la complexité du cancer du sein; 2. comprendre le rôle de l endocrinothérapie

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

Pour l OMS (http://www.who.int/reproductive-health/hrp/progress/46/news46_1.en.html )

Pour l OMS (http://www.who.int/reproductive-health/hrp/progress/46/news46_1.en.html ) Quelques messages issues de la soirée CO du 08/03/04 organisée par Hervé YVOIS. Intervenante Isabelle DESPLANCHES gynécologue. Recherche complémentaire sur La Revue Prescrire, le VIDAL, les sites de l

Plus en détail

Hormonothérapie adjuvante du cancer du sein chez les femmes ménopausées par antiaromatases

Hormonothérapie adjuvante du cancer du sein chez les femmes ménopausées par antiaromatases Hormonothérapie adjuvante du cancer du sein chez les femmes ménopausées par antiaromatases A d j u vant thera py of breast cancer in postmenopausal women by antiaro m a t a s e Mots clés : Cancer du sein,

Plus en détail

Conférence canadienne de consensus sur la ménopause et l ostéoporose 2000/2001

Conférence canadienne de consensus sur la ménopause et l ostéoporose 2000/2001 Conférence canadienne de consensus sur la ménopause et l ostéoporose 2000/2001 Tiré à part du JOGC septembre 2001, volume 23, numéro 9 octobre 2001, volume 23, numéro 10 novembre 2001, volume 23, numéro

Plus en détail

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION.

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME. I DESCRIPTION ET MODE D ACTION DES DIFFERENTES CLASSES DE CONTRACEPTION HORMONALE. A LES ESTROPROGESTATIFS 1

Plus en détail

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 HTA & Diabète Type 2 Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 Adipokines: Adverse Cardiometabolic Effects Lipoprotein lipase HTA IL-6 Angiotensinogen

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Description et mode d'action des différentes classes de contraception hormonale...1 1. 1 Les

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

La femme ménopausée. Les étapes de la ménopause

La femme ménopausée. Les étapes de la ménopause La femme ménopausée La ménopause est l arrêt définitif des règles. Une femme peut estimer qu elle est ménopausée, si elle reste un an sans avoir ses règles. Le phénomène se produit avec l épuisement du

Plus en détail

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, AP-HP, Paris Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, Université Paris 6 1 I) La ménopause : mécanisme (1) épuisement

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

T. Chevallier*, J.-P. Daurès*, M.-C. Micheletti**, J.-Y. Reginster*** et le groupe MISSION****

T. Chevallier*, J.-P. Daurès*, M.-C. Micheletti**, J.-Y. Reginster*** et le groupe MISSION**** J Gynecol Obstet Biol Reprod 2005 ; 34 (cahier 1) : 658-665. Travail original Méthodologie de l enquête MISSION (Ménopause, risque de cancer du SeIn, morbidité et prévalence) T. Chevallier*, J.-P. Daurès*,

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 ACTONEL 5 mg, comprimé pelliculé B/14 (CIP: 354 362-3) ACTONEL 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 354 366-9) ACTONEL 35 mg, comprimé pelliculé B/4

Plus en détail

EBM : critères de jugement

EBM : critères de jugement EBM : critères de jugement -«End point» pertinent? (biologique CT, paraclinique HTA, clinique IDM) -«End point» intermédiaire ou de substitution (TVP et EP) Essai CAST (N.Engl.J.Med.1989; 321-406) N=1727

Plus en détail

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Sommaire Avant-propos...

Plus en détail

CONSENSUS CANADIEN SUR LA CONTRACEPTION

CONSENSUS CANADIEN SUR LA CONTRACEPTION DIRECTIVES CLINIQUES DE LA SOGC N o 143, deuxième partie de trois, mars 2004 CONSENSUS CANADIEN SUR LA CONTRACEPTION AUTEURS PRINCIPAUX Amanda Black, MD, FRCSC, Ottawa (Ont.) Diane Francoeur, MD, FRCSC,

Plus en détail

CEPO 2012-03 Traitement pharmacologique et non hormonal des bouffées de chaleur chez les femmes atteintes d un cancer du sein

CEPO 2012-03 Traitement pharmacologique et non hormonal des bouffées de chaleur chez les femmes atteintes d un cancer du sein Traitement pharmacologique et non hormonal des bouffées de chaleur chez les femmes atteintes d un cancer du sein Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juin 2012 1 Le présent rapport ne

Plus en détail

Les soins gynécologiques chez les femmes âgées

Les soins gynécologiques chez les femmes âgées Les soins au féminin Les soins gynécologiques chez les femmes âgées La rubrique Les soins au féminin est coordonnée par le Dr Pierre Fugère. Il est professeur titulaire, Université de Montréal, et obstétricien-gynécologue,

Plus en détail

Une version du présent guide destinée aux patientes figure à l annexe 1.

Une version du présent guide destinée aux patientes figure à l annexe 1. Guide de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein : 14. Le rôle de l hormonothérapie de remplacement pour les femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer

Plus en détail

Notice : information de l utilisateur. ESMYA 5 mg, comprimés Ulipristal acétate

Notice : information de l utilisateur. ESMYA 5 mg, comprimés Ulipristal acétate B. NOTICE 22 Notice : information de l utilisateur ESMYA 5 mg, comprimés Ulipristal acétate Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida.

TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida. TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida. Malgré une prescription qui date maintenant de quelques dizaines d années, le traitement hormonal substitutif de la ménopause

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

RECOURS À L HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE APRÈS UN

RECOURS À L HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE APRÈS UN DIRECTIVES CLINIQUES DE LA SOGC N o 142, janvier 2004 RECOURS À L HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE APRÈS UN TRAITEMENT CONTRE LE CANCER DU SEIN Cette directive a été revue par le Comité sur les maladies du

Plus en détail

questions et réponses

questions et réponses 6 questions et réponses au sujet de la chimiothérapie Jean Dufresne, MD Présenté à l Université de Sherbrooke, dans le cadre d une téléconférence, 2003 1. Peut-on vacciner un patient sous chimiothérapie?

Plus en détail

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place?

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Thomas Bachelot Centre Léon Bérard, Lyon Génomique, criblage à haut débit Définition dans le cadre de cette présentation => Génomique:

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Traiter la vessie hyperactive :

Traiter la vessie hyperactive : Traiter la vessie hyperactive : une question de médicaments et de comportement Béchir Hage, MD et Le Mai Tu, MD, MSc Mise à Présenté dans le cadre de la conférence : Journée de gériatrie : problèmes courants

Plus en détail

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Sexualité au cours du cycle spontané : influence

Plus en détail

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan Anne-Sophie MAES Directeur de thèse : Dr HUGE INTRODUCTION Stratégies

Plus en détail

L hormonothérapie a-t-elle une place en prévention et/ou dans les carcinomes canalaires in situ (CCIS)?

L hormonothérapie a-t-elle une place en prévention et/ou dans les carcinomes canalaires in situ (CCIS)? L hormonothérapie a-t-elle une place en prévention et/ou dans les carcinomes canalaires in situ (CCIS)? Is there a place for hormonal therapy and prevention in ductal cancer in situ (DCIS)? Mots clés :

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN MECANISMES ET TRAITEMENTS. Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris

OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN MECANISMES ET TRAITEMENTS. Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN MECANISMES ET TRAITEMENTS Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris T! -1 : ostéopénie T! -2,5 : ostéoporose OMS, 1997 + Surpoids Tamoxifène - Cancer Ovariectomie

Plus en détail

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR PROMETRIUM Progestérone en capsules Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la «monographie

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

TEST D ÉQUILIBRE HORMONAL POUR LES FEMMES

TEST D ÉQUILIBRE HORMONAL POUR LES FEMMES TEST D ÉQUILIBRE HORMONAL Basé sur un test élaboré par le D r John R. Lee, M.D. Ce bilan peut vous aider à découvrir si vos symptômes sont causés par un déséquilibre hormonal. Instructions 1. Lisez attentivement

Plus en détail

MEDIA RELEASE COMMUNIQUE AUX MEDIAS MEDIENMITTEILUNG

MEDIA RELEASE COMMUNIQUE AUX MEDIAS MEDIENMITTEILUNG Novartis International AG Novartis Global Communications CH-4002 Bâle Suisse http://www.novartis.com MEDIA RELEASE COMMUNIQUE AUX MEDIAS MEDIENMITTEILUNG Le médicament Afinitor de Novartis contribue à

Plus en détail

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents?

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 1 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Prenez des décisions adaptées à votre situation, en toute connaissance de cause. Découvrez

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RIVAROXABAN (Xarelto Bayer Inc.) Nouvelle indication : l embolie pulmonaire Note : Le Comité canadien d expertise sur les médicaments (CCEM) a déjà examiné le rivaroxaban

Plus en détail

MONOGRAPHIE NORLUTATE. (Comprimés d acétate de noréthindrone, USP) 5 mg. Agent progestatif

MONOGRAPHIE NORLUTATE. (Comprimés d acétate de noréthindrone, USP) 5 mg. Agent progestatif MONOGRAPHIE NORLUTATE (Comprimés d acétate de noréthindrone, USP) 5 mg Agent progestatif DATE DE PRÉPARATION 16 février 2000 8250 Décarie Blvd, suite 110 Montréal, QC Canada, H4P 2P5 DATE DE RÉVISION 15

Plus en détail

Quoi de neuf en. hormonothérapie? Le cancer du sein. Le cas de madame Sansrépit Inquiète. Dans cet article : Par Ginette Martin, M.D.

Quoi de neuf en. hormonothérapie? Le cancer du sein. Le cas de madame Sansrépit Inquiète. Dans cet article : Par Ginette Martin, M.D. Le cancer du sein Quoi de neuf en hormonothérapie? Dans cet article : 1. Les facteurs de risque du cancer du sein 2. Le tamoxifène 3. Les inhibiteurs de l aromatase Par Ginette Martin, M.D., FRCSC Le cas

Plus en détail

Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris

Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris PERTE OSSEUSE LIEE AUX TRAITEMENTS DES CANCERS Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris DEFINITION DE L OSTEOPOROSE Maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la masse osseuse

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail