CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10."

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE

2 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Ce document de travail présente un ensemble de principes que la Commission pourrait proposer dans le cadre d une future initiative législative sur l accès à un compte de paiement de base dans toute l UE. Les informations qu il contient ont une visée purement consultative; elles ne représentent pas, ni ne préjugent de la position que la Commission adoptera en définitive sur la base des conclusions de l analyse d impact en cours de finalisation qui devrait accompagner sa proposition formelle. Les parties concernées sont invitées à adresser leurs observations sur les mesures envisagées pour le 17 novembre 2010 au plus tard, à l adresse Les réponses reçues seront publiées sur le site web de la Commission, sauf souhait contraire expressément indiqué par les parties concernées dans leur réponse. 2

3 Introduction Alors que l accès aux services de paiement est devenu une condition sine qua non de la participation pleine et entière à la vie socioéconomique d une société moderne et qu un marché des paiements intégré (l espace unique de paiements en euros) se met en place dans l Union européenne, l accès à un compte de paiement, avec la facilité que celui-ci procure pour la réalisation d opérations de base, n est pas garanti à tout un chacun dans l UE: selon des données récentes, l UE compte environ 30 millions de personnes âgées de 18 ans et plus qui n y ont pas accès. Au cours des trois dernières années, la Commission a procédé à une analyse approfondie et à des consultations sur la question de l inclusion financière 1. Les informations recueillies ont confirmé que le non-accès, ou la difficulté d accès, à un compte de paiement s expliquait notamment par la diversité socioéconomique de la population européenne en termes d âge, de niveau de vie et de niveau d éducation et par l absence d une offre de services adaptée pour toutes les couches de la société. Pour les personnes concernées, le fait de ne pas avoir accès aux services de paiement et donc de ne pas pouvoir effectuer ni recevoir de paiements électroniques a un certain nombre de conséquences: choix limité de biens et de services, impossibilité de profiter des marchés en ligne, et notamment de services en ligne peu onéreux ou de remises en ligne, surcoût facturé pour les opérations effectuées en espèces ou lors de l utilisation occasionnelle d autres moyens de paiement, difficultés pour prendre un emploi, louer un bien, toucher un salaire et des prestations sociales et payer ses factures et ses impôts. Les consommateurs qui n ont pas accès aux services de paiement ou qui éprouvent des difficultés à les utiliser peuvent donc se trouver empêchés de participer pleinement au marché intérieur et de bénéficier de ses avantages, ce qui peut créer des inégalités persistantes ainsi qu un risque d exclusion sociale et financière. En novembre 2007, la Commission a invité toutes les parties intéressées à réfléchir à la possibilité de faire en sorte qu à une date donnée, aucun citoyen ou résident de l UE ne puisse être privé d un accès à un compte bancaire de base 2. Cet objectif a été confirmé dans l agenda social renouvelé 3 adopté en juillet Voir l étude documentaire publiée en mai 2008 sous le titre Financial services provision and prevention of financial exclusion (http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catid=751&langid=fr), ainsi que les résultats de la consultation publique lancée en février 2009 sous le titre «Inclusion financière: garantir l accès à un compte bancaire de base» (http://ec.europa.eu/internal_market/consultations/2009/financial_inclusion_en.htm). Sur la base des résultats de cette consultation, la Commission a chargé un consultant indépendant de réaliser une étude sur le rapport coûts-avantages de l application de diverses mesures dans ce domaine. Cette étude comprenait deux volets: un travail de recherche documentaire et un programme d entretiens avec des associations bancaires, des groupes de consommateurs et d autres parties intéressées dans les États membres sélectionnés. Voir la communication de la Commission intitulée «Un marché unique pour l Europe du 21 e siècle» (http://eur-lex.europa.eu/lexuriserv/site/fr/com/2007/com2007_0724fr01.pdf). Cette communication était accompagnée d un document de travail des services de la Commission (disponible en anglais uniquement) intitulé «Initiatives in the area of retail financial services».. 3

4 Dans sa résolution du 5 juin 2008 sur le Livre vert sur les services financiers de détail dans le marché unique 4, le Parlement européen a, lui aussi, souligné «la nécessité d assurer l accès de toutes les personnes intéressées aux services financiers». Plus récemment, le rapport de M. Mario Monti, Une nouvelle stratégie pour le marché unique 5, a reconnu l importance de garantir l accès aux services bancaires de base: faute de jouir d un tel accès, un nombre important de particuliers se trouve empêché d accéder effectivement au marché unique. M. Monti invitait en outre la Commission à présenter, éventuellement sur la base de l article 14 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne, une proposition de règlement visant à garantir le droit de tous à un certain nombre de services bancaires de base. Dans sa communication Europe , la Commission a appelé à des efforts majeurs pour combattre l exclusion sociale, renforcer la capacité d action et la confiance des consommateurs et leur donner les moyens de participer pleinement au marché intérieur. La consultation publique organisée en 2009 a montré qu une action de l UE de nature à promouvoir l accès à un compte bancaire de base dans l ensemble des États membres bénéficierait d un large soutien. En dépit des efforts d autodiscipline que le secteur bancaire a consentis dans certains États membres, le marché lui-même n offre actuellement pas aux consommateurs perçus comme non rentables ou risqués un accès suffisant à des services de paiement modernes. Ces personnes se trouvent, en conséquence, empêchées de participer pleinement au marché intérieur. Étant donné que, dans la plupart des États membres, il n existe pas de dispositif pour établir le droit d accès aux services de paiement, les services de la Commission envisagent une initiative visant à garantir l accès à un compte de paiement à tout un chacun dans l UE, comme la Commission l avait annoncé dans sa communication du 2 juin 2010 intitulée La réglementation des services financiers au service d une croissance durable. Les mesures présentées dans le présent document pourraient améliorer l accès aux comptes de paiement et aux moyens de paiement électroniques et promouvoir ainsi la pleine participation de tous les consommateurs européens au marché intérieur, ainsi que l inclusion sociale et financière. Les grands principes suivants pourraient être envisagés: des principes généraux visant à garantir l accès des consommateurs de l UE à un compte de paiement de base, à un coût raisonnable. La conception de ces principes généraux tiendrait compte, dans la mesure du possible, de la spécificité du contexte, des habitudes et des marchés nationaux; un objectif de disponibilité de l offre destiné à garantir que les prestataires de tous les États membres proposent des comptes de paiement de base. Ces comptes de paiement de base pourraient différer des comptes classiques, dans la mesure où ils seraient définis par référence à une liste de services de paiement de base. L accès au crédit, à l épargne, à l assurance et aux pensions serait exclu du champ d application de l initiative; %20FR%20version.pdf 4

5 un objectif de large accessibilité des comptes de paiement de base: aucune discrimination fondée sur la nationalité ou le lieu de résidence du consommateur ne serait autorisée dans les conditions d ouverture du compte; certains aspects, tels que les caractéristiques du compte de paiement de base et les éléments à prendre en considération au moment d établir son coût pour le consommateur, devront peut-être faire l objet d orientations techniques plus détaillées ou être précisés à un stade ultérieur; afin de garantir une cohérence d approche dans la mise en œuvre, au niveau national, des règles prévues dans le cadre de l initiative envisagée, certains principes généraux pourraient être définis en ce qui concerne, notamment, les autorités nationales compétentes, la possibilité d appliquer des sanctions et la possibilité, pour les consommateurs, de recourir à des modes alternatifs de règlement des conflits. 5

6 Principe L accès à un compte de paiement est un préalable nécessaire pour bénéficier pleinement du marché intérieur et il contribue à l inclusion sociale. Afin qu aucune demande d ouverture d un compte de paiement ne reste insatisfaite dans l UE, il est envisagé d établir un droit d accès à un compte de paiement de base dans l ensemble de l UE. Principe Un cadre harmonisé pourrait être mis en place pour garantir le droit de tout consommateur d avoir accès à un compte de paiement de base. Ce cadre serait sans préjudice des règles de l UE concernant, en particulier, la prévention de l utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. 6

7 Caractéristiques du compte de paiement de base Si la notion de «compte de paiement» est définie au niveau de l UE 7, il n existe pas de telle définition européenne d un «compte de paiement de base». En établissant une liste des fonctionnalités attachées aux comptes de paiement de base, on garantirait que le même ensemble de services de paiement de base est offert dans l ensemble de l UE et que les consommateurs sont en mesure d effectuer les opérations de paiement essentielles dont ils ont besoin dans notre société, ce qui leur faciliterait le quotidien et améliorerait leur participation au marché intérieur. Une initiative au niveau de l UE ne devrait pas entrer dans les détails pratiques ou réglementer la manière dont les comptes de paiement de base sont conçus, mais elle pourrait donc dresser la liste des fonctionnalités essentielles que devrait offrir tout compte de paiement de base. De ce point de vue, il serait souhaitable qu un tel compte permette à son titulaire de déposer des espèces et d en retirer, ainsi que d effectuer les opérations de paiement essentielles (toucher un salaire ou des prestations sociales, payer ses factures et ses impôts et acheter des biens et des services). Il devrait également lui permettre d utiliser des moyens de paiement physiques ou électroniques, tels que les virements effectués dans une agence du prestataire, les retraits à un distributeur automatique de billets, etc. Listes des fonctionnalités et services offerts Un compte de paiement de base pourrait offrir les fonctionnalités suivantes: ouverture et fermeture du compte; possibilité de recevoir, de déposer, de virer et de retirer des fonds, tant physiquement qu électroniquement; et fourniture d une carte de débit permettant le retrait d espèces et les paiements électroniques. Le compte de paiement de base n offrirait cependant pas de facilité de découvert ni de possibilité de dépassement. Il n est pas non plus envisagé de faire de l accès au crédit, quelle que soit la finalité ou la forme du crédit, une composante du compte de paiement de base ou un droit qui lui serait attaché. Adaptabilité Cette liste, dont l objectif serait de garantir une base commune dans l ensemble de l UE, n empêcherait pas en soi les États membres ou les prestataires de services de paiement selon les systèmes nationaux d étendre la gamme des fonctionnalités ou des services offerts avec le compte de paiement de base, sous réserve que ce dernier soit également proposé tel quel. En tout état de cause, l accès à un compte de paiement de base ne pourrait être subordonné à l achat de services supplémentaires. Il sera peut-être nécessaire d élaborer des orientations techniques plus détaillées ou d apporter des précisions à un stade ultérieur quant aux caractéristiques que devrait présenter tout compte de paiement de base. 7 Article 4, point 14), de la directive 2007/64/CE. 7

8 Accès à un compte de paiement de base Afin de faciliter l accès à un compte de paiement des personnes qui n ont pas droit à un compte de paiement classique et de promouvoir ainsi l inclusion financière tout en évitant la stigmatisation, le droit des consommateurs de l UE d avoir accès à un compte de paiement au moins pourrait être établi en imposant aux États membres l obligation de donner accès à un compte de paiement de base. Aucune clause discriminatoire ne serait autorisée dans les conditions d ouverture d un compte de paiement de base. Accessibilité Tout consommateur de l UE, quels que soient sa nationalité et son lieu de résidence dans l UE, devrait avoir droit à un compte de paiement de base. Des critères tels que le niveau ou la régularité des revenus, l emploi, l historique de crédit, le niveau d endettement, la situation personnelle en matière de faillite ou l activité future sur le compte ne pourraient pas être pris en considération pour l ouverture du compte. Possibles restrictions d accès L accès à un compte de paiement de base pourrait être restreint lorsque le consommateur qui souhaite l ouvrir possède déjà un compte de paiement dans le même État membre. Cet accès serait fourni pour autant qu il n aille pas à l encontre de l ordre public ou à la sécurité publique. Le principe d accès serait sans préjudice de la législation de l UE relative à la prévention de l utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, et notamment des obligations de vigilance en ce qui concerne l identité du client. Coût Si l on veut garantir un accès effectif aux comptes de paiement de base, il faut que ces comptes soient proposés à un coût raisonnable, qui permette aux consommateurs de suivre et de contrôler leurs dépenses, compte tenu des spécificités du secteur bancaire national. Coût pour le consommateur Les comptes de paiement de base devraient être proposés à un coût raisonnable. Il sera peut-être nécessaire d élaborer des orientations techniques plus détaillées ou d apporter des précisions à un stade ultérieur sur la notion de «coût raisonnable». 8

9 Information générale sur les comptes de paiement de base Du côté de la demande, il existe toute une série de raisons psychologiques, culturelles ou liées à l éducation pouvant dissuader certains consommateurs de demander l accès aux services de paiement ou de les utiliser (par exemple, une mauvaise compréhension des produits bancaires et le fait de ne pas savoir quel type de produit répondrait le mieux à la situation et à aux besoins personnels de l individu). Mesures de sensibilisation Des mesures de sensibilisation du public sur la possibilité de disposer d un compte de paiement de base et sur les caractéristiques d un tel compte, qui contribueraient ainsi à rendre l accès aux comptes de paiement de base plus effectif, pourraient se révéler nécessaires. Information générale sur les comptes de paiement de base Les consommateurs qui souhaitent ouvrir un compte de paiement devraient recevoir des informations compréhensibles de la part du prestataire de services de paiement en ce qui concerne, au minimum: la possibilité d ouvrir un compte de paiement de base et les caractéristiques d un tel compte; son contenu et ses conditions d utilisation, et notamment le fait qu il n est pas nécessaire d acheter de service supplémentaire pour obtenir son ouverture; le coût des opérations de paiement. Ces mesures d information générale devraient être sans préjudice des obligations prévues dans la directive 2007/64/CE en ce qui concerne la fourniture d informations aux consommateurs. 9

10 Contrôle et règlement extrajudiciaire des litiges Pour que les règles prévues dans le cadre de l initiative visant à garantir l accès de tous à un compte de paiement de base soient respectées, il conviendrait de prévoir également des règles en matière de contrôle et de règlement extrajudiciaire des litiges. Contrôle Des autorités compétentes seraient désignées, et des règles prévoyant la possibilité d appliquer des sanctions devraient être prévues au niveau national. Résolution extrajudiciaire des litiges Des procédures extrajudiciaires à la fois transparentes, non discriminatoires, simples et peu onéreuses devraient être mises en place aux fins d un traitement impartial des litiges non résolus opposant des consommateurs à leur prestataire, sans préjudice de toute protection juridique prévue en droit national. Ces procédures n entraveraient pas la mise en place de bureaux des plaintes, visant à faciliter l accès des consommateurs à des voies de recours. En cas de litige impliquant des parties établies dans différents États membres, ces États membres devraient coordonner leurs efforts. 10

11 Annexe 1: glossaire Consommateur: toute personne physique qui agit à des fins qui n entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale ou professionnelle. Prestataire de services de paiement: un prestataire de services de paiement tel que défini par la directive 2007/64/CE. Compte de paiement: un compte détenu au nom d un consommateur et qui est utilisé aux fins de l exécution d opérations de paiement. Opération de paiement: une opération de paiement telle que définie par la directive 2007/64/CE. Fonds: des fonds tels que définis par la directive 2007/64/CE. Carte de débit: une carte de paiement ne permettant pas au consommateur d effectuer des opérations de paiement qui dépassent le solde courant de son compte de paiement. Facilité de découvert: un contrat de crédit explicite en vertu duquel le prestataire de services de paiement permet au consommateur de disposer de fonds qui dépassent le solde courant de son compte, quel que soit le montant concerné. Dépassement: un découvert tacitement accepté en vertu duquel le prestataire de services de paiement autorise le consommateur à disposer de fonds qui dépassent le solde courant de son compte ou la facilité de découvert convenue. 11

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services Direction générale de la santé et des consommateurs 20.3.2012 Document de travail des services de la Commission Consultation

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

PROTECTION DES CONSOMMATEURS DE SERVICES FINANCIERS. - Cas du Maroc -

PROTECTION DES CONSOMMATEURS DE SERVICES FINANCIERS. - Cas du Maroc - PROTECTION DES CONSOMMATEURS DE SERVICES FINANCIERS - Cas du Maroc - BEYROUTH Octobre 2010 Le Royaume du Maroc Superficie 710 850 km² Environ 31 Millions d habitants (55% de taux d urbanisation) PIB par

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable 01 SOMMAIRE 100% UTILE p 4 Le 1 er compte sans banque 0% TOXIQUE p 6 Ce que Compte-Nickel vous épargne MAÎTRISEZ À 100% p 8 Les tarifs des

Plus en détail

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Bon usage Novembre 2004 LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Rétablir dans la loi l obligation de contractualiser L obligation pour

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT. FR Unie dans la diversité FR 2012/0000(INI) 23.2.2012

PROJET DE RAPPORT. FR Unie dans la diversité FR 2012/0000(INI) 23.2.2012 PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des affaires économiques et monétaires 23.2.2012 2012/0000(INI) PROJET DE RAPPORT contenant des recommandations à la Commission sur l'accès aux services bancaires

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

La convention de compte

La convention de compte LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 5 La convention de compte Ces mini-guides

Plus en détail

Une copie du rapport complet (en anglais) peut-être téléchargée a http://www.consumersinternational.org/media/669348/cifinancialreport2011.

Une copie du rapport complet (en anglais) peut-être téléchargée a http://www.consumersinternational.org/media/669348/cifinancialreport2011. Des marchés sécurisés, équitables et compétitifs en matière de services financiers : recommandations au G20 pour améliorer la protection des consommateurs de services financiers Synthèse Mars 2011 Consumers

Plus en détail

Pour éviter le surendettement

Pour éviter le surendettement Pour éviter le surendettement Lister et classer ses dépenses dépenses fixes ou préengagées Dépenses réalisées dans le cadre d un contrat difficilement renégociable à court terme. Ces dépenses doivent être

Plus en détail

Juillet 2008 1. Compte d épargne libre d impôt (CELI), le nouveau régime en ville!

Juillet 2008 1. Compte d épargne libre d impôt (CELI), le nouveau régime en ville! Régimes d épargne et de retraite collectifs Propos législatifs Bulletin de la Standard Life sur la législation et la gouvernance Juillet 2008 1 Compte d épargne libre d impôt (CELI), le nouveau régime

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision 011 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent N émettez pas de chèque sans provision L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF -

Plus en détail

BELGIUM TERMS AND CONDITIONS CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON SAMSUNG ELECTRONICS BENELUX B.V.

BELGIUM TERMS AND CONDITIONS CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON SAMSUNG ELECTRONICS BENELUX B.V. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON SAMSUNG ELECTRONICS BENELUX B.V. Article 1 er Définitions 1. Les définitions suivantes sont d application dans les présentes conditions générales de vente

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

La protection des données chez Viseca Card Services SA («Déclaration relative à la protection des données»)

La protection des données chez Viseca Card Services SA («Déclaration relative à la protection des données») La protection des données chez Viseca Card Services SA («Déclaration relative à la protection des données») Généralités Viseca Card Services SA (ci-après dénommée «Viseca») reçoit, de la part des titulaires

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

Payer sans chéquier : c est possible!

Payer sans chéquier : c est possible! Payer sans chéquier : c est possible! C NUM é. 5.03. p e e a e e, a Wa e au Payer sans chéquier : c est possible! Suite à un rejet de chèque sans provision ou parce que votre compte bancaire est à découvert,

Plus en détail

Louer sans discriminer

Louer sans discriminer 1 Louer sans discriminer Guide pratique pour les propriétaires Novembre 2010 2 La présente publication est financée par le programme communautaire pour l emploi et la solidarité sociale (2007-2013). Ce

Plus en détail

Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec

Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 8 ÉLARGISSANT LA VENTE D ASSURANCES FUNÉRAIRES AU QUÉBEC Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec Septembre 2007 15 avril

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

Une nouvelle génération de calculatrices avec des fonctions spécifiques, pour le grand public

Une nouvelle génération de calculatrices avec des fonctions spécifiques, pour le grand public Une nouvelle génération de calculatrices avec des fonctions spécifiques, pour le grand public Des outils utiles, astucieux, simple d utilisation pour vous faciliter la vie DUO INVEST Le premier simulateur

Plus en détail

Nous contacter : Documentation disponible au BIJ :

Nous contacter : Documentation disponible au BIJ : UE Q I T A R P E D I U G IER 2013 VERSION JANV Ce document a été réalisé à partir des sources documentaires suivantes : Huet Marion, L abécédaire du baby-sitting, Paris, Mutandis, 2004. Le petit guide

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

L éduca onfinancière. Manuelduparticipant Servicesbancairesetfinanciers. Unedivisionde

L éduca onfinancière. Manuelduparticipant Servicesbancairesetfinanciers. Unedivisionde L éduca onfinancière Manuelduparticipant Servicesbancairesetfinanciers Unedivisionde Document 4-1 Banques et caisses populaires ou coopératives de crédit 1 Les banques et caisses populaires ou coopératives

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Choisir le bon compte d épargne

Choisir le bon compte d épargne OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte d épargne Un compte d épargne est un bon moyen de mettre de l argent de côté pour atteindre des objectifs à court terme ou constituer un fonds d urgence pour

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

DIRECTIVES RELATIVES À LA PROCÉDURE D OPPOSITION PARTIE 3

DIRECTIVES RELATIVES À LA PROCÉDURE D OPPOSITION PARTIE 3 DIRECTIVES RELATIVES À LA PROCÉDURE D OPPOSITION PARTIE 3 Dépôt non autorisé par les agents du titulaire de la marque (article 8, paragraphe 3, du RMC) Directives d opposition partie 3 (article 8, paragraphe

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE APPLICABLE AUX ACTEURS DES MARCHÉS PUBLICS ET DES CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC PRÉAMBULE

CHARTE D ÉTHIQUE APPLICABLE AUX ACTEURS DES MARCHÉS PUBLICS ET DES CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC PRÉAMBULE CHARTE D ÉTHIQUE APPLICABLE AUX ACTEURS DES MARCHÉS PUBLICS ET DES CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC La présente Charte d Ethique est établie : PRÉAMBULE Pour moraliser le processus

Plus en détail

MAINTENANCE D UN AUTOMATE POUR LES ELECTROPHORESES

MAINTENANCE D UN AUTOMATE POUR LES ELECTROPHORESES 77100 MEAUX CEDEX. MAINTENANCE D UN AUTOMATE POUR LES ELECTROPHORESES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Version N 1 d Avril 2011 Page : 1 Service Biomédical SOMMAIRE --------- ARTICLE 1 - OBJET

Plus en détail

Berne, 1 er juillet 2014. Conditions générales pour la fourniture d énergie électrique Consommateurs avec accès libre au réseau

Berne, 1 er juillet 2014. Conditions générales pour la fourniture d énergie électrique Consommateurs avec accès libre au réseau Berne, 1 er juillet 2014 Conditions générales pour la fourniture d énergie électrique Consommateurs avec accès libre au réseau CG pour la fourniture d énergie électrique I Consommateurs avec accès libre

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE)

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Dans le but de vous faciliter la lecture de ses barèmes tarifaires, la

Plus en détail

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte )

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) À l offensive pour des comités d entreprise européens plus nombreux et plus puissants La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) Pourquoi une nouvelle directive sur les comités

Plus en détail

DROITS DES CONSOMMATEURS. d énergie européens. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie

DROITS DES CONSOMMATEURS. d énergie européens. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie DROITS DES CONSOMMATEURS d énergie européens Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie Énergie 1 Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux

Plus en détail

Formulaire de consultation publique du projet PARL OMPI Experts

Formulaire de consultation publique du projet PARL OMPI Experts CONSULTATION PUBLIQUE DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 11 mars 2013 1 Formulaire de consultation publique du projet PARL OMPI Experts Nom Prénom Organisme Adresse Profession Adresse email J accepte que mes

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Politique de gestion financière et d approvisionnement

Politique de gestion financière et d approvisionnement Politique de gestion financière et d approvisionnement Modifiée lors du C.A. du 13 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 1 Dispositions générales... 2 1. Objet... 2 Règles de gestion financière...

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE

RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE 8 septembre 2011 RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE Vérification du respect des engagements pris par les établissements membres de la Fédération bancaire française dans le cadre des mesures proposées par

Plus en détail

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT DANS L ACCORD ECONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ENTRE L UE ET LE CANADA (AECG) L Accord économique et commercial global entre l UE et le (AECG) marque un tournant

Plus en détail

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie DROITS DES CONSOMMATEURS européens d énergie Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie Énergie Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique A COMPLETER ET A SIGNER PAR LE CONSEILLER ET LE CLIENT DES LE 1 ER EURO INFORMATIONS SUR LE PRODUIT Nom de l assureur

Plus en détail

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Sous section 1 Le chèque bancaire Fonctions Retrait Crédit Preuve Garantie Avantages et inconvénients Bénéficiaire Créancier

Plus en détail

Les consommateurs et le marché intérieur

Les consommateurs et le marché intérieur Euro-Info-Consommateurs Les consommateurs et le marché intérieur CUS 17 février 2011 Présentation de Martine Mérigeau, Directrice générale de EIC La consommation Un thème résolument européen (90% de législation

Plus en détail

Your Trusted Wealth Manager

Your Trusted Wealth Manager Your Trusted Wealth Manager QUI NOUS SOMMES TURQUOISE CAPITAL MANAGEMENT LTD ( TURQUOISE ) agit dans le cadre d un agrément octroyé par la FSC en tant que Conseiller en Placements (Sans Restriction) plus

Plus en détail

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004)

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) adoptés par le CDCJ lors de sa 79 e plénière (11-14 mai 2004) INTRODUCTION Les comités du Conseil

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

PROPOSITION DE COMMERCIALISATION DES SOINS DE SANTÉ DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ACS IMPACT SUR LA SANTÉ PUBLIQUE

PROPOSITION DE COMMERCIALISATION DES SOINS DE SANTÉ DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ACS IMPACT SUR LA SANTÉ PUBLIQUE 28 janvier 2015 PROPOSITION DE COMMERCIALISATION DES SOINS DE SANTÉ DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ACS IMPACT SUR LA SANTÉ PUBLIQUE L impact du «Document de réflexion sur les services de soins de

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile Code de conduite des prestataires de services d argent mobile SOLIDITÉ DES SERVICES TRAITEMENT ÉQUITABLE DES CLIENTS SÉCURITÉ DES RÉSEAUX ET CANAUX MOBILES VERSION 1 - NOVEMBRE 2014 Introduction Le présent

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

ING DIRECT TARIFS. Tarifs TTC applicables au 1 er août 2011 SOMMAIRE

ING DIRECT TARIFS. Tarifs TTC applicables au 1 er août 2011 SOMMAIRE ING DIRECT TARIFS Tarifs TTC applicables au 1 er août 2011 SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS... 1 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE... 2 Ouverture, transformation, clôture... 2 Relevés

Plus en détail

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Compte à Terme Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE A TERME (CAT) Le Compte à Terme Solidarité du est un compte

Plus en détail

NOUVEAU DEVOIR D INFORMATION POUR LES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES NOTE EXPLICATIVE

NOUVEAU DEVOIR D INFORMATION POUR LES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES NOTE EXPLICATIVE NOUVEAU DEVOIR D INFORMATION POUR LES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES NOTE EXPLICATIVE FICHE POUR L EPARGNE OU L INVESTISSEMENT PAR LE BIAIS D UNE ASSURANCE VIE FICHE POUR UNE ASSURANCE VIE FICHE POUR UNE

Plus en détail

Lisez ce premier. Droit d'auteur

Lisez ce premier. Droit d'auteur Next Generation Banking system Cloud Banking Service Provider Mobile Banking Service Provider Lisez ce premier Nous vous remercions de votre intérêt pour MBSP (Prestataire de services de Mobile Banking)

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

monabanq. invente le 1 er Compte courant tout compris et en illimité pour 6 /mois (1)

monabanq. invente le 1 er Compte courant tout compris et en illimité pour 6 /mois (1) - 1 - Envie d essayer une banque différente et innovante? monabanq. invente le 1 er Compte courant tout compris et en illimité pour 6 /mois (1) Découvrez notre offre dans son intégralité : 0810 002 001

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE HMG FINANCE I) Présentation générale de notre politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts HMG FINANCE a identifié, sélectionné

Plus en détail

Marché public LIGNE DIRECTRICE SUR LA FIXATION DES FRAIS DANS UNE PROCÉDURE DE PLAINTE TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR

Marché public LIGNE DIRECTRICE SUR LA FIXATION DES FRAIS DANS UNE PROCÉDURE DE PLAINTE TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Canadian International Trade Tribunal Tribunal canadien du commerce extérieur TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Marché public LIGNE DIRECTRICE SUR LA FIXATION DES FRAIS DANS UNE PROCÉDURE DE PLAINTE

Plus en détail

COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014

COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014 COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014 COMPTE NICKEL 8 mois après le lancement Distribution 1.000 buralistes déjà agréés par l ACPR 470 installés 1.500 dossiers en cours d instruction

Plus en détail

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale SPTF Normes Universelles de Gestion de la Performance Sociale 1 2 3 DÉFINIR ET SUIVRE LES OBJECTIFS SOCIAUX S ASSURER DE L ENGAGEMENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION, DE LA DIRECTION, ET DU PERSONNEL EN FAVEUR

Plus en détail

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES Article 1 OUVERTURE ET DETENTION Le Livret Grand Prix est un compte d épargne qui peut être ouvert par toute personne physique Il ne peut

Plus en détail

Tableaux de bord du suivi des plans d action relatifs aux relations banques-clients Plan d action du 9 novembre 2004

Tableaux de bord du suivi des plans d action relatifs aux relations banques-clients Plan d action du 9 novembre 2004 Tableaux de bord du suivi des plans d action relatifs aux relations banques-clients Plan d action du 9 novembre 2004 La banque plus facile pour tous Mesures arrêtées lors de la réunion du 9 novembre 2004

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE 1 ER AOÛT 2014 1 ER AOÛT 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion

Plus en détail

CONDITIONS GENERALE DE VENTE DE LA CENTRALE DE COMMERCIALISATION Biarritz Tourisme : Biarritz Tourisme, Square d Ixelles 64200 Biarritz, France

CONDITIONS GENERALE DE VENTE DE LA CENTRALE DE COMMERCIALISATION Biarritz Tourisme : Biarritz Tourisme, Square d Ixelles 64200 Biarritz, France CONDITIONS GENERALE DE VENTE DE LA CENTRALE DE COMMERCIALISATION Biarritz Tourisme : Biarritz Tourisme, Square d Ixelles 64200 Biarritz, France Tél. 05 59 22 37 10 Fax : 05 59 24 97 80 http://tourisme.biarritzfr

Plus en détail

Ile. à L ile maurice. Tout savoir sur l Ile avant d acheter. investir. maurice. Optimisation fiscale

Ile. à L ile maurice. Tout savoir sur l Ile avant d acheter. investir. maurice. Optimisation fiscale investir Ile maurice Optimisation fiscale OPPORTUNITÉ UNIQUE POUR LES CONTRIBUABLES FRANÇAIS s IMMO S I M P L I S S I M M O GUIDE INVESTISSEMENT IMMOBILIER à L ile maurice PLUS DE 450 VILLAS ET APPARTEMENTS

Plus en détail

Conditions de fonctionnement de la Carte PROVISIO MASTERCARD

Conditions de fonctionnement de la Carte PROVISIO MASTERCARD Conditions de fonctionnement de la Carte PROVISIO MASTERCARD Édition : septembre 2013 Article 1 - Objet de la carte PROVISIO MASTERCARD 1.1 La Carte PROVISIO MASTERCARD est un instrument de paiement à

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits de construction non munis du marquage CE

Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits de construction non munis du marquage CE FR COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES ET DE L INDUSTRIE Document d orientation 1 Bruxelles, le 13 octobre 2011 - Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits

Plus en détail

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER AGENCE Nº CLIENT/COMPTE TITULARITÉ Personnel: Indivis: Joint: Mixte: CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT ENTITE TYPE DE PIECE D IDENTITÉ Nº PIÉCE D IDENTITÉ DATE DE NAISSANCE

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Au régistrateur de la circonscription d enregistrement des Territoires du Nord- Ouest

Au régistrateur de la circonscription d enregistrement des Territoires du Nord- Ouest REVENDICATION DE PRIVILÈGE[Note1] (Loi sur le privilège des constructeurs et des fournisseurs de matériaux) Au régistrateur de la circonscription d enregistrement des Territoires du Nord- Ouest Je (Nous),[Note2]

Plus en détail

Clients de SOCIÉTÉ GÉNÉRALE Particuliers

Clients de SOCIÉTÉ GÉNÉRALE Particuliers Clients de SOCIÉTÉ GÉNÉRALE Particuliers Date d impression: 11/06/2007 Le financement Hypothèque rechargeable Euribor (Hipoteca Abierta) Financement de l acquisition d un logement, qui vous permet de :

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Projet Retenue à la source libératoire

Projet Retenue à la source libératoire Décembre 2009 Projet Retenue à la source libératoire Retenue à la source libératoire sur les avoirs déposés auprès de banques dans le cadre de relations transfrontalières SOMMAIRE Résumé... 3 1. Situation

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail