CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10."

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE

2 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Ce document de travail présente un ensemble de principes que la Commission pourrait proposer dans le cadre d une future initiative législative sur l accès à un compte de paiement de base dans toute l UE. Les informations qu il contient ont une visée purement consultative; elles ne représentent pas, ni ne préjugent de la position que la Commission adoptera en définitive sur la base des conclusions de l analyse d impact en cours de finalisation qui devrait accompagner sa proposition formelle. Les parties concernées sont invitées à adresser leurs observations sur les mesures envisagées pour le 17 novembre 2010 au plus tard, à l adresse Les réponses reçues seront publiées sur le site web de la Commission, sauf souhait contraire expressément indiqué par les parties concernées dans leur réponse. 2

3 Introduction Alors que l accès aux services de paiement est devenu une condition sine qua non de la participation pleine et entière à la vie socioéconomique d une société moderne et qu un marché des paiements intégré (l espace unique de paiements en euros) se met en place dans l Union européenne, l accès à un compte de paiement, avec la facilité que celui-ci procure pour la réalisation d opérations de base, n est pas garanti à tout un chacun dans l UE: selon des données récentes, l UE compte environ 30 millions de personnes âgées de 18 ans et plus qui n y ont pas accès. Au cours des trois dernières années, la Commission a procédé à une analyse approfondie et à des consultations sur la question de l inclusion financière 1. Les informations recueillies ont confirmé que le non-accès, ou la difficulté d accès, à un compte de paiement s expliquait notamment par la diversité socioéconomique de la population européenne en termes d âge, de niveau de vie et de niveau d éducation et par l absence d une offre de services adaptée pour toutes les couches de la société. Pour les personnes concernées, le fait de ne pas avoir accès aux services de paiement et donc de ne pas pouvoir effectuer ni recevoir de paiements électroniques a un certain nombre de conséquences: choix limité de biens et de services, impossibilité de profiter des marchés en ligne, et notamment de services en ligne peu onéreux ou de remises en ligne, surcoût facturé pour les opérations effectuées en espèces ou lors de l utilisation occasionnelle d autres moyens de paiement, difficultés pour prendre un emploi, louer un bien, toucher un salaire et des prestations sociales et payer ses factures et ses impôts. Les consommateurs qui n ont pas accès aux services de paiement ou qui éprouvent des difficultés à les utiliser peuvent donc se trouver empêchés de participer pleinement au marché intérieur et de bénéficier de ses avantages, ce qui peut créer des inégalités persistantes ainsi qu un risque d exclusion sociale et financière. En novembre 2007, la Commission a invité toutes les parties intéressées à réfléchir à la possibilité de faire en sorte qu à une date donnée, aucun citoyen ou résident de l UE ne puisse être privé d un accès à un compte bancaire de base 2. Cet objectif a été confirmé dans l agenda social renouvelé 3 adopté en juillet Voir l étude documentaire publiée en mai 2008 sous le titre Financial services provision and prevention of financial exclusion (http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catid=751&langid=fr), ainsi que les résultats de la consultation publique lancée en février 2009 sous le titre «Inclusion financière: garantir l accès à un compte bancaire de base» (http://ec.europa.eu/internal_market/consultations/2009/financial_inclusion_en.htm). Sur la base des résultats de cette consultation, la Commission a chargé un consultant indépendant de réaliser une étude sur le rapport coûts-avantages de l application de diverses mesures dans ce domaine. Cette étude comprenait deux volets: un travail de recherche documentaire et un programme d entretiens avec des associations bancaires, des groupes de consommateurs et d autres parties intéressées dans les États membres sélectionnés. Voir la communication de la Commission intitulée «Un marché unique pour l Europe du 21 e siècle» (http://eur-lex.europa.eu/lexuriserv/site/fr/com/2007/com2007_0724fr01.pdf). Cette communication était accompagnée d un document de travail des services de la Commission (disponible en anglais uniquement) intitulé «Initiatives in the area of retail financial services».. 3

4 Dans sa résolution du 5 juin 2008 sur le Livre vert sur les services financiers de détail dans le marché unique 4, le Parlement européen a, lui aussi, souligné «la nécessité d assurer l accès de toutes les personnes intéressées aux services financiers». Plus récemment, le rapport de M. Mario Monti, Une nouvelle stratégie pour le marché unique 5, a reconnu l importance de garantir l accès aux services bancaires de base: faute de jouir d un tel accès, un nombre important de particuliers se trouve empêché d accéder effectivement au marché unique. M. Monti invitait en outre la Commission à présenter, éventuellement sur la base de l article 14 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne, une proposition de règlement visant à garantir le droit de tous à un certain nombre de services bancaires de base. Dans sa communication Europe , la Commission a appelé à des efforts majeurs pour combattre l exclusion sociale, renforcer la capacité d action et la confiance des consommateurs et leur donner les moyens de participer pleinement au marché intérieur. La consultation publique organisée en 2009 a montré qu une action de l UE de nature à promouvoir l accès à un compte bancaire de base dans l ensemble des États membres bénéficierait d un large soutien. En dépit des efforts d autodiscipline que le secteur bancaire a consentis dans certains États membres, le marché lui-même n offre actuellement pas aux consommateurs perçus comme non rentables ou risqués un accès suffisant à des services de paiement modernes. Ces personnes se trouvent, en conséquence, empêchées de participer pleinement au marché intérieur. Étant donné que, dans la plupart des États membres, il n existe pas de dispositif pour établir le droit d accès aux services de paiement, les services de la Commission envisagent une initiative visant à garantir l accès à un compte de paiement à tout un chacun dans l UE, comme la Commission l avait annoncé dans sa communication du 2 juin 2010 intitulée La réglementation des services financiers au service d une croissance durable. Les mesures présentées dans le présent document pourraient améliorer l accès aux comptes de paiement et aux moyens de paiement électroniques et promouvoir ainsi la pleine participation de tous les consommateurs européens au marché intérieur, ainsi que l inclusion sociale et financière. Les grands principes suivants pourraient être envisagés: des principes généraux visant à garantir l accès des consommateurs de l UE à un compte de paiement de base, à un coût raisonnable. La conception de ces principes généraux tiendrait compte, dans la mesure du possible, de la spécificité du contexte, des habitudes et des marchés nationaux; un objectif de disponibilité de l offre destiné à garantir que les prestataires de tous les États membres proposent des comptes de paiement de base. Ces comptes de paiement de base pourraient différer des comptes classiques, dans la mesure où ils seraient définis par référence à une liste de services de paiement de base. L accès au crédit, à l épargne, à l assurance et aux pensions serait exclu du champ d application de l initiative; %20FR%20version.pdf 4

5 un objectif de large accessibilité des comptes de paiement de base: aucune discrimination fondée sur la nationalité ou le lieu de résidence du consommateur ne serait autorisée dans les conditions d ouverture du compte; certains aspects, tels que les caractéristiques du compte de paiement de base et les éléments à prendre en considération au moment d établir son coût pour le consommateur, devront peut-être faire l objet d orientations techniques plus détaillées ou être précisés à un stade ultérieur; afin de garantir une cohérence d approche dans la mise en œuvre, au niveau national, des règles prévues dans le cadre de l initiative envisagée, certains principes généraux pourraient être définis en ce qui concerne, notamment, les autorités nationales compétentes, la possibilité d appliquer des sanctions et la possibilité, pour les consommateurs, de recourir à des modes alternatifs de règlement des conflits. 5

6 Principe L accès à un compte de paiement est un préalable nécessaire pour bénéficier pleinement du marché intérieur et il contribue à l inclusion sociale. Afin qu aucune demande d ouverture d un compte de paiement ne reste insatisfaite dans l UE, il est envisagé d établir un droit d accès à un compte de paiement de base dans l ensemble de l UE. Principe Un cadre harmonisé pourrait être mis en place pour garantir le droit de tout consommateur d avoir accès à un compte de paiement de base. Ce cadre serait sans préjudice des règles de l UE concernant, en particulier, la prévention de l utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. 6

7 Caractéristiques du compte de paiement de base Si la notion de «compte de paiement» est définie au niveau de l UE 7, il n existe pas de telle définition européenne d un «compte de paiement de base». En établissant une liste des fonctionnalités attachées aux comptes de paiement de base, on garantirait que le même ensemble de services de paiement de base est offert dans l ensemble de l UE et que les consommateurs sont en mesure d effectuer les opérations de paiement essentielles dont ils ont besoin dans notre société, ce qui leur faciliterait le quotidien et améliorerait leur participation au marché intérieur. Une initiative au niveau de l UE ne devrait pas entrer dans les détails pratiques ou réglementer la manière dont les comptes de paiement de base sont conçus, mais elle pourrait donc dresser la liste des fonctionnalités essentielles que devrait offrir tout compte de paiement de base. De ce point de vue, il serait souhaitable qu un tel compte permette à son titulaire de déposer des espèces et d en retirer, ainsi que d effectuer les opérations de paiement essentielles (toucher un salaire ou des prestations sociales, payer ses factures et ses impôts et acheter des biens et des services). Il devrait également lui permettre d utiliser des moyens de paiement physiques ou électroniques, tels que les virements effectués dans une agence du prestataire, les retraits à un distributeur automatique de billets, etc. Listes des fonctionnalités et services offerts Un compte de paiement de base pourrait offrir les fonctionnalités suivantes: ouverture et fermeture du compte; possibilité de recevoir, de déposer, de virer et de retirer des fonds, tant physiquement qu électroniquement; et fourniture d une carte de débit permettant le retrait d espèces et les paiements électroniques. Le compte de paiement de base n offrirait cependant pas de facilité de découvert ni de possibilité de dépassement. Il n est pas non plus envisagé de faire de l accès au crédit, quelle que soit la finalité ou la forme du crédit, une composante du compte de paiement de base ou un droit qui lui serait attaché. Adaptabilité Cette liste, dont l objectif serait de garantir une base commune dans l ensemble de l UE, n empêcherait pas en soi les États membres ou les prestataires de services de paiement selon les systèmes nationaux d étendre la gamme des fonctionnalités ou des services offerts avec le compte de paiement de base, sous réserve que ce dernier soit également proposé tel quel. En tout état de cause, l accès à un compte de paiement de base ne pourrait être subordonné à l achat de services supplémentaires. Il sera peut-être nécessaire d élaborer des orientations techniques plus détaillées ou d apporter des précisions à un stade ultérieur quant aux caractéristiques que devrait présenter tout compte de paiement de base. 7 Article 4, point 14), de la directive 2007/64/CE. 7

8 Accès à un compte de paiement de base Afin de faciliter l accès à un compte de paiement des personnes qui n ont pas droit à un compte de paiement classique et de promouvoir ainsi l inclusion financière tout en évitant la stigmatisation, le droit des consommateurs de l UE d avoir accès à un compte de paiement au moins pourrait être établi en imposant aux États membres l obligation de donner accès à un compte de paiement de base. Aucune clause discriminatoire ne serait autorisée dans les conditions d ouverture d un compte de paiement de base. Accessibilité Tout consommateur de l UE, quels que soient sa nationalité et son lieu de résidence dans l UE, devrait avoir droit à un compte de paiement de base. Des critères tels que le niveau ou la régularité des revenus, l emploi, l historique de crédit, le niveau d endettement, la situation personnelle en matière de faillite ou l activité future sur le compte ne pourraient pas être pris en considération pour l ouverture du compte. Possibles restrictions d accès L accès à un compte de paiement de base pourrait être restreint lorsque le consommateur qui souhaite l ouvrir possède déjà un compte de paiement dans le même État membre. Cet accès serait fourni pour autant qu il n aille pas à l encontre de l ordre public ou à la sécurité publique. Le principe d accès serait sans préjudice de la législation de l UE relative à la prévention de l utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, et notamment des obligations de vigilance en ce qui concerne l identité du client. Coût Si l on veut garantir un accès effectif aux comptes de paiement de base, il faut que ces comptes soient proposés à un coût raisonnable, qui permette aux consommateurs de suivre et de contrôler leurs dépenses, compte tenu des spécificités du secteur bancaire national. Coût pour le consommateur Les comptes de paiement de base devraient être proposés à un coût raisonnable. Il sera peut-être nécessaire d élaborer des orientations techniques plus détaillées ou d apporter des précisions à un stade ultérieur sur la notion de «coût raisonnable». 8

9 Information générale sur les comptes de paiement de base Du côté de la demande, il existe toute une série de raisons psychologiques, culturelles ou liées à l éducation pouvant dissuader certains consommateurs de demander l accès aux services de paiement ou de les utiliser (par exemple, une mauvaise compréhension des produits bancaires et le fait de ne pas savoir quel type de produit répondrait le mieux à la situation et à aux besoins personnels de l individu). Mesures de sensibilisation Des mesures de sensibilisation du public sur la possibilité de disposer d un compte de paiement de base et sur les caractéristiques d un tel compte, qui contribueraient ainsi à rendre l accès aux comptes de paiement de base plus effectif, pourraient se révéler nécessaires. Information générale sur les comptes de paiement de base Les consommateurs qui souhaitent ouvrir un compte de paiement devraient recevoir des informations compréhensibles de la part du prestataire de services de paiement en ce qui concerne, au minimum: la possibilité d ouvrir un compte de paiement de base et les caractéristiques d un tel compte; son contenu et ses conditions d utilisation, et notamment le fait qu il n est pas nécessaire d acheter de service supplémentaire pour obtenir son ouverture; le coût des opérations de paiement. Ces mesures d information générale devraient être sans préjudice des obligations prévues dans la directive 2007/64/CE en ce qui concerne la fourniture d informations aux consommateurs. 9

10 Contrôle et règlement extrajudiciaire des litiges Pour que les règles prévues dans le cadre de l initiative visant à garantir l accès de tous à un compte de paiement de base soient respectées, il conviendrait de prévoir également des règles en matière de contrôle et de règlement extrajudiciaire des litiges. Contrôle Des autorités compétentes seraient désignées, et des règles prévoyant la possibilité d appliquer des sanctions devraient être prévues au niveau national. Résolution extrajudiciaire des litiges Des procédures extrajudiciaires à la fois transparentes, non discriminatoires, simples et peu onéreuses devraient être mises en place aux fins d un traitement impartial des litiges non résolus opposant des consommateurs à leur prestataire, sans préjudice de toute protection juridique prévue en droit national. Ces procédures n entraveraient pas la mise en place de bureaux des plaintes, visant à faciliter l accès des consommateurs à des voies de recours. En cas de litige impliquant des parties établies dans différents États membres, ces États membres devraient coordonner leurs efforts. 10

11 Annexe 1: glossaire Consommateur: toute personne physique qui agit à des fins qui n entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale ou professionnelle. Prestataire de services de paiement: un prestataire de services de paiement tel que défini par la directive 2007/64/CE. Compte de paiement: un compte détenu au nom d un consommateur et qui est utilisé aux fins de l exécution d opérations de paiement. Opération de paiement: une opération de paiement telle que définie par la directive 2007/64/CE. Fonds: des fonds tels que définis par la directive 2007/64/CE. Carte de débit: une carte de paiement ne permettant pas au consommateur d effectuer des opérations de paiement qui dépassent le solde courant de son compte de paiement. Facilité de découvert: un contrat de crédit explicite en vertu duquel le prestataire de services de paiement permet au consommateur de disposer de fonds qui dépassent le solde courant de son compte, quel que soit le montant concerné. Dépassement: un découvert tacitement accepté en vertu duquel le prestataire de services de paiement autorise le consommateur à disposer de fonds qui dépassent le solde courant de son compte ou la facilité de découvert convenue. 11

(2006/294/CE) (JO L 107 du 20.4.2006, p. 54)

(2006/294/CE) (JO L 107 du 20.4.2006, p. 54) 2006O0004 FR 01.07.2009 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B ORIENTATION DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 7 avril 2006 relative

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Institut de Préparation aux Mémoires

Institut de Préparation aux Mémoires Institut de Préparation aux Mémoires Conditions générales de services Option Suivi Intégral Préambule Compte tenu de l expertise développée par son équipe pédagogique en la matière, l Institut de Préparation

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Arrêté du 9 juin 2016 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE Mise en garde À jour au 21 janvier 2013, cette foire aux questions a été préparée uniquement à des fins d information. Son contenu est toutefois sujet à modification d ici l implantation du régime le 1

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Qu est-ce que MiFID? Objectifs?

Qu est-ce que MiFID? Objectifs? 2 Oeuvrer à une meilleure protection des clients Qu est-ce que MiFID? Objectifs? L Agenda de Lisbonne, élaboré par la Commission européenne en 2000, s est fixé pour ambitieux objectif de faire de l Union

Plus en détail

Séjour «SKI» (découverte et apprentissage du milieu de la montagne) Du mardi 09 février 2016 au vendredi 12 février 2016

Séjour «SKI» (découverte et apprentissage du milieu de la montagne) Du mardi 09 février 2016 au vendredi 12 février 2016 Objet du marché : Séjour «SKI» (découverte et apprentissage du milieu de la montagne) Du mardi 09 février 2016 au vendredi 12 février 2016 REGLEMENT PARTICULIER DE LA CONSULTATION Procédure de consultation

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation

Conditions générales d'utilisation Conditions générales d'utilisation Article 1 : Présentation Le site besoinde.fr est la propriété de la société DBB design, dont le siège est situé au : 75011 Paris France. En cours d immatriculation au

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX FOR02 v. 4 d u 15.05.2012 DG2/DPR/CRE 2007-2013 Proj. XXXX-XX-XXX CO XX-2012 (Gestionnaires du projet) C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX «Compétitivité régionale et emploi» 2007-2013 Relative à la

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011 021 Vivre sans chéquier L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire 2 4 6 8 12 14 18 22 24 Introduction La délivrance d un chéquier est-elle obligatoire? Comment

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

Article 2 Conditions d'adhésion au programme

Article 2 Conditions d'adhésion au programme Le programme Happy Card devient à compter du 1 juillet 2012 le programme Les Points Fidélité Cetelem. Les présentes conditions générales du Programme de fidélité Les Points Fidélité Cetelem précisent les

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS)

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) Lorsque vous faites une demande d admission au Programme d aide sociale ou au Programme de solidarité

Plus en détail

Agrément des experts en prévoyance professionnelle

Agrément des experts en prévoyance professionnelle français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) D 01/2012 Agrément des experts

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION Le comité constate que les statuts des fonds de dotation sont d une grande diversité. Certains recopient dans le détail le statut type des fondations ou des associations reconnues d utilité publique. D

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur et services

COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur et services COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur et services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement Bruxelles, 6 février 2009 MARKT/H3/MI

Plus en détail

LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ

LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ LES CONSEQUENCES DE L APPLICATION DES REGLES DE Claire PEREZ Mai 2011 Depuis la loi du 8 avril 1946, la société EDF, société nationalisée, détenait le monopole ou

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2015/L.1/Add.4 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. limitée 5 novembre 2015 Français Original: anglais Sixième session Saint-Pétersbourg

Plus en détail

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 Aide à la réécriture et au développement Objectifs L'aide à la réécriture et au développement est mise en place : - pour permettre la professionnalisation du secteur du cinéma

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation DOSSIER DE PRESSE Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation Mars 2014 1 TEXTE DE LA CHARTE DE GÉOLOCALISATION Charte sur les bonnes pratiques relatives

Plus en détail

Dossier de Consultation

Dossier de Consultation Avril 2015 Dossier de Consultation FOURNITURE DE GAZ PROPANE EN CITERNE ET MISE EN OEUVRE Règlement de consultation Marché de Gaz Propane Règlement de Consultation 1/5 1/ Identification de la personne

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr ARTICLE 1 er DEFINITIONS Candidat : Donnée(s) Utilisateur : Compte Utilisateur : Données personnelles : Entreprise Utilisatrice : Espace

Plus en détail

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Préambule SICAE-OISE, dont le siège est situé à Compiègne, est fournisseur historique d électricité auprès

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT»

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT» DELIBERATION N 2012-133 DU 24 SEPTEMBRE 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR CITI GLOBAL WEALTH MANAGEMENT SAM RELATIVE A LA

Plus en détail

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40 1/8 DESCRIPTION Le fonds d investissement interne happy life AB Global (voir l annexe 1) est géré par AXA Belgium, appelée ci-après la compagnie d assurance, dans l intérêt exclusif des souscripteurs et

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S.

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. CGV Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. 1 Domaine d application et objet 2 Parties contractantes 3 Conclusion du Contrat 4 Informations relatives aux produits, prix, disponibilité

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. DESIGNATION DES PARTIES Les conditions générales de vente ci-après (que l on dénommera ensuite CGV) régissent l ensemble des relations contractuelles entre d une part Marianne

Plus en détail

C est quoi? Pour un revenu garanti à vie. C est pour qui? La série ÀVIE

C est quoi? Pour un revenu garanti à vie. C est pour qui? La série ÀVIE La série ÀVIE C est quoi? Pour un revenu garanti à vie La série ÀVIE fait partie intégrante du Programme Épargne et Retraite IAG et elle comprend deux étapes : l étape Épargne, qui permet à vos clients

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

Italie : Facteurs clés de succès pour la modernisation des services financiers postaux (mobile-banking)

Italie : Facteurs clés de succès pour la modernisation des services financiers postaux (mobile-banking) UPU UNION POS TALE UNIVERSELLE Etude de cas No. 4 Italie : Facteurs clés de succès pour la modernisation des services financiers postaux (mobile-banking) Alexandre Berthaud Décembre 2014 2 Table des matières

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. sur les contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. sur les contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 31.3.2011 COM(2011) 142 final 2011/0062 (COD) C7-0085/11 Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur les contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers

Plus en détail

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants En quoi consiste ce service? Le gouvernement du Yukon envisage d offrir un service administratif qui se chargerait de rajuster

Plus en détail

CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION

CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION INTRODUCTION Le premier Code de bonnes pratiques en matière d études de marché et d opinion a été publié par ESOMAR en 1948. Depuis, il a

Plus en détail

En marge de la directive sur les services dite directive Bolkestein

En marge de la directive sur les services dite directive Bolkestein En marge de la directive sur les services dite directive Bolkestein La libre circulation des personnes physiques et morales, la libre circulation des services, la liberté d établissement, la libre prestation

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

Mention complémentaire services financiers RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Mention complémentaire services financiers RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 7 UNITÉ 1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE RELATION CLIENTÈLE Définition : Cette unité vise l acquisition de techniques de communication orale et écrite permettant d accueillir

Plus en détail

Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3

Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3 Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3 Régie de l énergie R-3439-2000 17 avril 2001 La demande d abonnement Proposition 1 : Les renseignements personnels

Plus en détail

Outil d évaluation des risques professionnels

Outil d évaluation des risques professionnels 147, rue de l Université 75338 PARIS CEDEX 07 REGLEMENT DE CONSULTATION Outil d évaluation des risques professionnels Administration contractante (pouvoir adjudicateur): INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2009/6 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 15 septembre 2009 Français Original: anglais Troisième session Doha, 9-13

Plus en détail

INSTRUCTION. N 04-019-M9 du 23 février 2004 NOR : BUD R 04 00019 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 04-019-M9 du 23 février 2004 NOR : BUD R 04 00019 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 04-019-M9 du 23 février 2004 NOR : BUD R 04 00019 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION RELATIVE À LA CARTE AFFAIRES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente La participation des employeurs à la protection sociale complémentaire des agents 1 Les risques concernés Les collectivités peuvent participer aux garanties en matière de : Santé -> garanties en matière

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Conditions Générales de Vente et d Utilisation Offre Grand Public Cap-Cohérence

Conditions Générales de Vente et d Utilisation Offre Grand Public Cap-Cohérence Conditions Générales de Vente et d Utilisation Offre Grand Public Cap-Cohérence Préambule et Champ d Application: Charly Jucquin a développé le site Web (www.cap-coherence.fr) destiné à fournir un vaste

Plus en détail

Chronique Télécommunications

Chronique Télécommunications INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES EN DROIT DE L 'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Chronique Télécommunications 14 novembre 2006 Le processus legislatif ayant permis l arrivée des MVNO en France Par Gilles

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 244 24 décembre 2015. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 244 24 décembre 2015. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 5967 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 244 24 décembre 2015 S o m m a i r e Loi du 18 décembre 2015

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Algérie. Opérations, instruments et procédures de politique monétaire

Algérie. Opérations, instruments et procédures de politique monétaire Opérations, instruments et procédures de politique monétaire Règlement de la Banque d n 09-02 du 26 mai 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-02 du 26 mai 2009 relatif

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP)

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Feuille d information du 1 er janvier 2006 1. Base juridique et but

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

PROCEDURE ADAPTEE MAINTENANCE ACHATS DES EXTINCTEURS ET SIGNALETIQUES INCENDIE

PROCEDURE ADAPTEE MAINTENANCE ACHATS DES EXTINCTEURS ET SIGNALETIQUES INCENDIE MARCHE DE SERVICES PROCEDURE ADAPTEE MAINTENANCE ACHATS DES EXTINCTEURS ET SIGNALETIQUES INCENDIE REGLEMENT DE LA CONSULTATION R.C. DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Lundi 23 Juillet 2012 à 11 H 00 RC

Plus en détail

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Partie 1: Convention de base Les Parties 1. Le(s) soussigné(s) du «Formulaire d ouverture de compte LYNX»; ci-après

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens

Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens Pour vous procurer le programme des formations l Accueil-Information

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Article 1 Généralités Les présentes conditions générales de vente («CGV») s'appliquent aux relations contractuelles entre HEXATIVE - GOTOMONTBLANC et son Client. HEXATIVE

Plus en détail

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES MALI - SÉNÉGAL GUIDE PRATIQUE SUR LES MÉCANISMES DE FINANCEMENT D UN PROJET DE CONSTRUCTION PLAN 1 Objectifs et programme de la rencontre 2 Planifier mon

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 21.9.2007 COM(2007) 546 final 2002/0222 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Au service de la réussite de chacun 200, boulevard Maloney Est, Gatineau, Québec J8P 1K3 Téléphone 819

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Les notions suivantes sont utilisées pour l'application du Règlement des services de paiement:

Les notions suivantes sont utilisées pour l'application du Règlement des services de paiement: Société anonyme Prêteur Numéro d agrément: 937 Courtier en assurances n Fsma: 011671A Burgstraat 170-9000 Gent Tél.:09 224 73 11 Fax: 09 223 34 72 TVA BE 0400.028.394 RPM Gent www.europabank.be Règlement

Plus en détail

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé.

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé. ROYAUME-UNI Les grandes caractéristiques du système des pensions Le premier pilier du régime de pensions britannique comprend une pension forfaitaire de base et une pension complémentaire liée aux salaires

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Elles précisent notamment les conditions de passation et de paiement des annonces.

Elles précisent notamment les conditions de passation et de paiement des annonces. CONDITIONS GENERALES DE VENTE Expedicar est une plateforme web, accessible à l adresse www.expedicar.fr (le «Site») exploitée par la société Freecars, société par actions simplifiée au capital de 43 013

Plus en détail

Fiche de projet. Programme AGORA fiche HANDILAB 1 de 7

Fiche de projet. Programme AGORA fiche HANDILAB 1 de 7 Fiche de projet Cette fiche AGORA expose un projet de développement de base de données déposé par une institution publique fédérale (ou un ensemble d institutions publiques fédérales). Le projet requiert

Plus en détail

L encadrement juridique d un site de commerce électronique

L encadrement juridique d un site de commerce électronique L encadrement juridique d un site de commerce électronique Avant s intéresser précisément au cadre juridique de la vente en ligne, nous devons nous interroger sur la capacité juridique des OT et CDT à

Plus en détail