No: COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) LA SOUVERAINE, COMPAGNIE D ASSURANCE GÉNÉRALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "No: 34699 COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) LA SOUVERAINE, COMPAGNIE D ASSURANCE GÉNÉRALE"

Transcription

1 No: COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) ENTRE : LA SOUVERAINE, COMPAGNIE D ASSURANCE GÉNÉRALE c. APPELANTE (Intimée) AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS INTIMÉE (Appelante) MÉMOIRE DE L APPELANTE (LA SOUVERAINE, COMPAGNIE D ASSURANCE GÉNÉRALE, APPELANTE) (En vertu de la règle 42 des Règles de la Cour suprême du Canada) PATRICK HENRY MARIE-FRANCE MAJOR ROBINSON SHEPPARD SHAPIRO SUPREME ADVOCACY LLP 800 place Victoria # av Gladstone Montéal QC H4Z 1H6 Ottawa, ON K2P 0Y9 Tel: (514) Tel: (613) Fax: (514) Fax: (613) Courriel: Courriel: CORRESPONDANTE À OTTAWA JEAN-CLAUDE HÉBERT PLACE DU CANADA 1010, de la Gauchetière oust #1020 Montréal QC H3B 2N2 Tel: (514) Fax: (514) Courriel: PROCUREURS DE L APPELANTE

2 GIRARD ET AL Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage Montréal QC H4Z 1G3 Me Éric Blais Téléphone : (418) poste 2486 Télécopieur : (418) et- HEENAN BLAIKIE, s.e.n.c.r.l. 55, rue Metcalfe, bureau 300 Ottawa ON K1P 6L5 Me Jean-Pierre Hachey Téléphone : (613) Télécopieur : (613) Courriel: Correspondant de l intimée DOWNS LEPAGE, S.N.A. 500 Place d Armes, bureau 2830 Montréal QC H2Y 2W2 Me Tristan Desjardins Téléphone : (514) Télécopieur : (514) Courriel : Procureurs de l intimée

3 TABLE DES MATIÈRES PAGE PARTIE I POSITION DE L APPELANTE ET EXPOSÉ FACTUEL...1 A. Position de l Appelante...1 B. Exposé des Faits...2 PARTIE II EXPOSÉ DES QUESTIONS EN LITIGE...4 Première question : le contenu de l actus reus...4 Deuxième question : la responsabilité secondaire...4 Troisième question : la norme de diligence raisonnable...5 Quatrième question : l ignorance de la loi...5 PARTIE III ARGUMENTS DE L APPELANTE...6 ACTUS REUS...6 Jugement de première instance...8 Jugement de la Cour supérieure...8 Jugement de la Cour d appel...9 Conclusion provisoire...10 MENS REA...11 Conclusion provisoire...14 DILIGENCE RAISONNABLE...14 Conclusion provisoire...17 IGNORANCE DE LA LOI...17 [ERREUR MIXTE : FAIT ET DROIT]...17 [CONNAISSANCE DE LA LOI]...19 [SOLUTION DE RECHANGE]...22 Conclusions provisoires...23 CONCLUSIONS FINALES...23 PARTIE IV ARGUMENT SUR LES DÉPENS...24 PARTIE V EXPOSÉ DES ORDONNANCES DEMANDÉES...24 PART VI TABLE DES SOURCES...25 PART VII EXTRAITS DES LOIS...27

4 PARTIE I POSITION DE L APPELANTE ET EXPOSÉ FACTUEL A. Position de l Appelante 1. Dans la catégorie des infractions réglementaires, le problème complexe de gouvernance des nombreux organismes de régulation et de tous les intervenants du commerce des produits et services financiers au Canada exige qua la sécurité juridique soit mieux comprise. À cette fin, les fondements de la responsabilité pénale requièrent une mise à jour. 2. S agissant du régime de responsabilité stricte, dans le présent dossier, le débat porte notamment sur : le contenu de l actus reus; la norme de responsabilité secondaire (la participation à une infraction) ; la configuration de la norme de diligence raisonnable dans un contexte de partenariat entre un organisme de régulation et les intervenants licenciés ; dans le même contexte, la portée juridique d une erreur de droit commise par un intervenant licencié erreur connue par un organisme de régulation qui choisit d agir en embuscade répressive. 3. Concernant le contenu de l actus reus, l appelante considère qu une action positive (par opposition à l acquiescement passif) est requise. De plus, La Souveraine fut acquittée par la Cour supérieure au motif que l actus reus n était pas établi. L AMF n ayant pas été autorisée à contester cette question, il y a chose jugée en faveur de l appelante. L acquittement devrait être rétabli par la Cour suprême. 4. Concernant la norme de responsabilité secondaire (participation à une infraction), l appelante considère que la common law s applique, auquel cas la mens rea doit être établie. 5. Concernant la norme de diligence raisonnable, l appelante considère que cette défense devrait être modulée en fonction des obligations de partenariat incombant à l AMF en vertu de l article 7 de la Loi sur l autorité des marchés financiers (L.R.Q., chapitre A-33.2). 6. Concernant la portée d une erreur de droit commise par un organisme licencié, l appelante considère que la Cour suprême devrait moduler ce moyen de défense de façon à évaluer sa responsabilité pénale.

5 2 B. Exposé des Faits 7. La Souveraine est une compagnie d assurance d Alberta exerçant le commerce de l assurance à travers le Canada. Elle a son siège social à Calgary et est inscrite au Québec. La Souveraine émet des polices d assurance par l intermédiaire de courtiers. Elle détient un permis émis par l AMF en vertu de la Loi sur les assurances (L.R.Q., ch.a-32) En 2004, GE Financement commercial aux détaillants Canada (GE) mettait sur pied un programme pancanadien d assurance collective de biens applicable dans plusieurs des provinces canadiennes afin d assurer les inventaires de biens qu elle finançait auprès de différents concessionnaires de produits récréatifs Ces concessionnaires, dont l inventaire était financé par GE («floor plan financing»), avaient l obligation en vertu de leur contrat de prêt d assurer l inventaire qui demeurait la propriété de GE jusqu au moment de la vente. Ils avaient le choix d assurer eux-mêmes cet inventaire et d en fournir la preuve à GE ou encore de bénéficier du programme d assurance collective mis sur pied par GE Ce programme était assuré par La Souveraine. En sa qualité de preneur principal, GE négocia avec La Souveraine l émission d une police d assurance maîtresse émise, en faveur de GE en Ontario, par l entremise du courtier Flanders Insurance Management and Administrative Services Ltd. (Flanders) Bien que les concessionnaires aient souscrit à une police maitresse émise à GE en Ontario, ils étaient des adhérents à une police d assurance collective de biens au sens de l article 2401 du Code civil du Québec À l automne 2004, GE informa son ancien courtier que Flanders prenait la relève. Le 1 er novembre 2004, le courtier déchu porta plainte auprès de l AMF à l effet que Flanders exerçait la fonction de courtier en assurance au Québec, sans y être licencié 6. 1 Jugement de la Cour d appel, para. 10 [Dossier «D», Vol. I, Onglet 4] 2 Jugement de la Cour du Québec, para. 5 et 7 [D., Vol. I, Onglet 2] 3 Jugement de la Cour du Québec, para. 8 [D., Vol. I, Onglet 2] 4 Jugement de la Cour du Québec, para. 8 et 9 [D., Vol. I, Onglet 2] 5 Art. 2401, Code civil du Québec [Recueil de Sources «R.S.», Onglet 58]

6 3 13. Le 28 avril 2005, le directeur adjoint de l inspection et des enquêtes de l AMF écrivait une lettre au directeur général de la succursale de La Souveraine à Montréal. Sans jamais mentionner l objet de l enquête, l agent de l AMF disait être informé que Flanders et GE offraient certains services dont l assureur était La Souveraine. L AMF demanda à recevoir tous les détails et documents pertinents à ce programme Le 10 juin 2005, un vice-président adjoint de La Souveraine fournissait par écrit à un enquêteur de l AMF toutes les réponses requises. Dans sa lettre, sur la foi des avis juridiques obtenus par Flanders, La Souveraine fit part à l AMF de sa compréhension de l affaire : ce n était pas un cas de délivrance d une police d assurance au Québec; c était plutôt un cas d émission au Québec de certificats d adhésion à une police collective émise en Ontario. Par conséquent, croyait-on en toute bonne foi, il n était pas nécessaire que le courtier intermédiaire soit licencié au Québec En fin de lettre, le représentant de La Souveraine invita son interlocuteur à le joindre «should you have any other questions or require further detail.» Bien qu elle ait pleinement collaboré avec l AMF, La Souveraine ne fut jamais informée qu elle était visée par l enquête. En aucun temps, l AMF a-t-elle manifesté son interprétation de la loi Qui plus est, après réception de la lettre explicative de La Souveraine, plutôt que d exercer ses fonctions et pouvoirs de manière à renseigner correctement un partenaire - comme la loi l y oblige -, l AMF resta muette Par conséquent, le 25 août 2005, Flanders procéda aux renouvellements des certificats des adhérents à la police maîtresse pour la date effective du 1 er septembre La prochaine communication reçue par La Souveraine de la part de l AMF fut la signification, le 11 janvier 2006, de 56 constats d infraction Jugement de la Cour du Québec, para. 10 [D., Vol. I, Onglet 2] 7 Jugement de la Cour du Québec, para. 12 [D., Vol. I, Onglet 2] et Pièce P-64 [D., Vol. X, Onglet 89] 8 Jugement de la Cour du Québec, para. 12 [D., Vol. I, Onglet 2] et Pièce P-64[D., Vol. X, Onglet 89] 9 Jugement de la Cour supérieure, para. 6 [D., Vol. I, Onglet 3] et Pièce P-65 [D., Vol. X, Onglet 90] 10 Voir no. 9 [D., Vol. X, Onglet 90] 11 Jugement de la Cour d appel (Dalphond), para. 18 [D., Vol. I, Onglet 4]

7 4 19. Le juge du procès, dans un jugement relativement laconique 13, trouva La Souveraine coupable sous tous les chefs, réduisant toutefois les frais à un seul dossier puisque les infractions reprochées étaient identiques. 20. En appel, devant la Cour supérieure, le juge Fraser Martin dans un jugement de près de 40 pages infirma la décision 14 de la Cour du Québec et acquitta La Souveraine. 21. La Cour d appel, saisie du dossier par l AMF, dans un arrêt partagé à deux contre un, fut d avis d infirmer la décision de la Cour supérieure et de rétablir la culpabilité sur tous les chefs. 15 Notons la très forte dissidence du juge Dalphond. PARTIE II EXPOSÉ DES QUESTIONS EN LITIGE Première question : le contenu de l actus reus 22. En général, le contenu de l actus reus se définit non seulement à l aide du texte d incrimination, mais aussi par les éléments ou circonstances propres à chaque infraction. 23. À propos de l infraction prévue à l art. 482 LDPSF, le juge du procès et les juges de l opinion majoritaire de la Cour d appel ont interprété l actus reus de façon matérielle et minimaliste. Au contraire, tenant compte des éléments et circonstances propres à cette infraction de participation, le juge de la Cour supérieure et le juge dissident de la Cour d appel ont appliqué une interprétation téléologique. 24. L appelante renvoie le lecteur au par.3 du présent mémoire quant à sa posture sur cette première question en litige. Deuxième question : la responsabilité secondaire 25. Les trois juges de la Cour d appel furent d avis que le texte d incrimination (art.482. LDPSF) ne requiert pas la preuve d une mens rea. Selon eux, l infraction est de responsabilité 12 Jugement de la Cour d appel (Dalphond), para. 18 [D., Vol. I, Onglet 4] 13 [D., Vol. I, Onglet 2] 14 [D., Vol. I, Onglet 3] 15 [D., Vol. I, Onglet 4]

8 5 stricte puisque, selon l économie générale de la Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., chapitre D-9.2), cette législation fut adoptée pour la protection de la collectivité. 26. Dans sa plaidoirie lors du procès, citant l arrêt Strasser c. Roberge, 16 le procureur de l AMF avait admis que le texte d incrimination prévu à l art.482 LDPSF comporte un élément de faute intentionnelle. 17 Dans son mémoire devant la Cour supérieure, il s est exprimé comme suit : [112] Tel que reconnu et plaidé par l AMF, lors de ses plaidoiries en première instance, l article 482 LDPSF est une infraction de responsabilité stricte, ayant tout au plus, un élément de faute intentionnelle, soit la connaissance des actes posés par Flanders dans le présent dossier Dans le vaste domaine des lois de responsabilité stricte, l analyse des jugements (Cour du Québec, Cour supérieure et Cour d appel) fait voir une certaine confusion quant à l état actuel du droit sur la responsabilité pénale d un participant à l infraction commise par autrui. 28. L appelante réfère le lecteur au par.4 quant à sa posture sur la seconde question en litige. Troisième question : la norme de diligence raisonnable 29. Le concept de responsabilité stricte - façonné en 1978 par la Cour suprême 19 - est toujours d actualité et d application fréquente. Cette création jurisprudentielle a pris de l âge. La notion de diligence raisonnable manque parfois de flexibilité. Une mise à jour s impose. 30. L appelante réfère le lecteur au par.5 du présent mémoire quant à sa posture sur cette troisième question en litige. Quatrième question : l ignorance de la loi 31. Le juge Lamer, dans l arrêt R. c. Jorgensen 20, fut d avis que les exceptions à la règle ignorantia juris reconnues en droit prétorien indiquent que ladite règle «ne doit pas être 16 Strasser c. Roberge, [1979] 2 R.C.S [R.S., Onglet 39] 17 Argumentation de Me Éric Blais au procès le 10 juin 2008, p. 176 à 178 et le 11 juin 2008, pages 2 à 8 [D., Vol. IV, Onglet 21] 18 Mémoire, Cour supérieure [D., Vol. II, Onglet 9] 19 R. c. Ville de Sault Ste-Marie, [1978] 2 R.C.S [R.S., Onglet 33].

9 6 appliquée lorsqu elle rendrait une déclaration de culpabilité manifestement injuste». En l espèce, les juges Martin de la Cour supérieure ainsi que les juges Cournoyer et Dalphond de la Cour d appel sont d avis que La Souveraine n a pas été traitée équitablement par l AMF. Une injustice manifeste fut commise. 32. En droit réglementaire, l ignorance raisonnable de la loi (ou la confusion honnête à propos de la loi) de la part d un intervenant licencié liée au comportement abusif d un organisme de régulation - devrait pouvoir donner ouverture à une ordonnance judiciaire d arrêt de procédure 21 ou, à tout le moins, à un moyen de défense. 33. La multiplication vertigineuse des infractions réglementaires en droit pénal canadien affecte l aménagement de la règle ignorantia juris. S agissant de poursuites pénales intentées contre des personnes morales, certaines garanties juridiques constitutionnelles (droit contre l auto-incrimination et droit à la vie privée) sont pratiquement stériles. 34. S agissant des personnes physiques accusées de contravention aux normes réglementaires, la montée en puissance de l emprisonnement exige que l égalité des armes entre les organismes de régulation et les sujets de droit soit renforcée. 35. L appelante réfère le lecteur au par.6 du présent mémoire quant à sa posture sur cette quatrième question en litige. PARTIE III ARGUMENTS DE L APPELANTE ACTUS REUS 36. En droit pénal, l actus reus est un concept à géométrie variable. Il varie selon les éléments ou circonstances propres à chaque infraction 22. S agissant d énoncer les éléments d une infraction, il est préférable d adopter une formulation qui exprime fidèlement l esprit de la loi R. c. Jorgensen, [1995] 4 R.C.S. 55, par.6 [R.S., Onglet 21]. 21 Andrew Ashworth, Ignorance of the Criminal Law, and Duties to Avoid it, (2011) 74 Modern Law Review 1, p. 6 [R.S., Onglet 42]. 22 R. c. Lemay, 1999 CanLII (QC CA), par [R.S., Onglet 25]

10 7 37. L infraction prévue à l article 482 de la Loi sur la distribution de produits et services financiers 24 (LDPSF) appartient à la catégorie des infractions inchoatives prenant la forme d une incitation 25 à violer la loi. 38. L actus reus consiste dans le fait de conseiller, inciter ou amener quelqu un à la perpétration d une infraction. Pour établir cet élément matériel, la preuve doit démontrer que le défendeur a, de quelque manière, recommandé ou suggéré à quelqu un de commettre une infraction. 39. Cela suppose une conduite positive de la part du défendeur et non simplement un acquiescement passif ou une attitude de laisser-faire de sa part. C est l élément de persuasion propre à l incitation qui permet de distinguer celle-ci de la complicité par aide «Amener» ou «inciter» une personne à commettre une infraction signifie plus que le fait de simplement recommander. En droit pénal, il convient de donner au mot «inciter» le sens plus fort d «encourager activement». Les gestes ou les paroles du défendeur doivent avoir pour objet de convaincre ou doivent dénoter une volonté d influencer autrui Autrement dit, «inciter» veut dire : exhorter, exciter ou provoquer. Considéré objectivement, le comportement du défendeur doit délibérément encourager autrui ou l inciter à commettre l infraction en cause R. c. Légaré, [2009] 3 R.C.S. 551, par. 40 [R.S., Onglet 24]; R. c. Levigne, [2010] 2 R.C.S. 3, par.34 [R.S., Onglet 26] 24 Art. 482 de la Loi sur la distribution de produits et services financiers, L.R.Q., ch. D-9.2 [R.S., Onglet 65] 25 R. c. Légaré, [2009] 3 R.C.S. 551, par. 34 [R.S., Onglet 24] 26 Jacques Fortin et Louise Viau, Traité de droit pénal général, Les Éditions Thémis Inc., 1982, p [R.S., Onglet 45]; R. c. Dionne, (1987) 38 C.C.C. (3d) 171 (CA N-B) [R.S., Onglet 14]; Rhynes c. R., 2004 PESCTD 30, par.14 à 17 [R.S., Onglet 37]; R. c. Janeteas, 2003 CanLII (CAO), par.19 [le juge Moldaver affirmait que «the law is correctly set out in R. v. Dionne (actus reus)] [R.S., Onglet 20] 27 R. c. Sharpe, [2001] 1 R.C.S. 45, p.83 [R.S., Onglet 32]; R. c. Lacoursière, 2002 CanLII (CAQ), par.34 à 38 [R.S., Onglet 22] 28 R. c. Déry, [2006] 2 R.C.S. 669, par.31 [R.S., Onglet 13]; Mugesera c. Canada Ministre de la Citoyenneté et de l Immigration, [2005] 2 R.C.S. 100, par [R.S., Onglet 8]; R. c. Hamilton, [2005] 2 R.C.S. 432, par.29 [R.S., Onglet 18]

11 8 Jugement de première instance 42. L extrait suivant du jugement de première instance 29 illustre bien l erreur de droit commise par le juge Boisvert de la Cour du Québec. Son interprétation du concept d actus reus ne respecte pas l enseignement des tribunaux supérieurs canadiens : [36] Les admissions 2.6, 2.7 et 2.8 de P-69 établissent que Flanders et son vice-président Gordon Roberts, n étaient pas inscrits au Québec et ne pouvaient y agir à titre de courtiers. [37] La preuve documentaire établit clairement que tous les concessionnaires visés à la dénonciation ont été sollicités au Québec pour acquérir une protection d assurance offerte par la défenderesse par le représentant de Flanders. [38] La Cour n a aucune hésitation à conclure que les gestes posés par Flanders constituent des gestes de courtier et que l actus reus de l infraction a été commis. [CHOSE JUGÉE] Jugement de la Cour supérieure 43. Le juge Martin de la Cour supérieure a décelé l erreur commise par le juge du procès : [136] What is important to note however is that the judge used neither "aider" nor "amener" in his judgment. Just as the respondent [AMF] studiously ignored these words in the drafting of the counts so too did the first judge in the crafting of his decision. [140] The operative words of "aiding" and "inducing" are however of prime importance in the resolution of the matter. The role that they play in relation to the culpability of the appellant [La Souveraine] is pivotal. In my view, these words indicate the requirement for some sort of voluntary action on the part of the accused as an essential element of the offence and secondly they invest the offence with a mens rea component. [144]The wording of the statute clearly requires evidence of "helping" or "inducing". There is nothing in the evidence to support the conclusion that the appellant did any such thing. True it did not decline to participate in the program in Quebec. It did not decline to do so because it did not believe that Flanders required to be licensed in Quebec with regard to the "floor plan" coverage. The fact that the appellant did not refuse to participate is however a long way from engaging the operative words of the statute. On this basis alone an acquittal should have been entered with regard to all of the counts. (Notre soulignement) [D., Vol. I, Onglet 2] 30 [D., Vol. I, Onglet 3]

12 9 Jugement de la Cour d appel 44. En reconnaissant que la poursuite n'avait pas fait la preuve d'un élément essentiel (l actus reus), le juge de la Cour supérieure se devait de prononcer l'acquittement 31. Pour sa part, en obiter dictum, le juge Dalphond fut d opinion qu «un accusé ne peut perdre le bénéfice d un acquittement pour défaut de preuve de l actus reus par une conclusion de notre Cour qui se contenterait de conclure que la mens rea n avait pas à être démontrée» 32. Il a raison : ce sont deux concepts différents. 45. L intimée (AMF) fut autorisée à se pourvoir en appel (en vertu de l al du Code de procédure pénale) uniquement sur la question de droit suivante : 1. Le juge de la Cour supérieure a-t-il erré en droit en concluant que l infraction prévue à l article 482 de la LDPSF requiert d établir la preuve d une intention coupable (mens rea)? Le juge Cournoyer a reconnu (pour l opinion majoritaire de la Cour d appel) que le pourvoi «ne porte pas sur l actus reus de l infraction» 34. Par conséquent, la conclusion du juge de la Cour supérieure - selon laquelle l analyse correcte de l actus reus justifie l acquittement de l appelante - a force de chose jugée. 47. Le Code de procédure pénale confère un large pouvoir d intervention au juge de la Cour supérieure lorsqu il est convaincu que le jugement de première instance «est déraisonnable eu égard à la preuve, qu une erreur de droit a été commise ou que justice n a pas été rendue» Certes, le droit d interjeter appel comporte l obligation d énoncer des motifs avec précision et clarté 36. Cependant, lors de l audition du pourvoi, un tribunal d appel peut considérer des moyens non précisés dans l avis d appel 37. Le pouvoir de redressement conféré à la Cour supérieure ne saurait être neutralisé par des formalités procédurales. 31 R. c. Beaudoin, 1989 CanLII 1053 (QC CA) [R.S., Onglet 11] 32 par.18 [D., Vol. I, Onglet 4] 33 [D., Vol. II, Onglet 12] 34 par.154 [D., Vol. I, Onglet 4] 35 L.R.Q., c.c-25.1, art. 286 [R.S., Onglet 60] 36 Article 272 Cpp [R.S., Onglet 60]; article 19 des Règles de pratique de la Cour supérieure du Québec en matière pénale, c. C-25.l.r. 5 [R.S., Onglet 73] 37 Tremblay c. R., [1987] R.J.Q (CAQ) [R.S., Onglet 41]

13 Règle générale, une partie intimée en appel (La Souveraine) peut soumettre tout argument tendant à soutenir la décision frappée d appel. À cet égard, à l audition d un pourvoi, il n est pas permis d invoquer un argument entièrement nouveau qui, au procès, aurait nécessité la production d éléments de preuve additionnels 38. Dans le présent dossier, toute la preuve pertinente fut produite lors du procès. 50. Devant la Cour du Québec - contrairement à ce qu affirme le juge Cournoyer 39 - la question de l actus reus fut évoquée. Dans un document intitulé ARGUMENTAIRE DE LA DÉFENSE, on peut lire le passage suivant : Au final, dans le présent dossier, il y a absence totale de preuve quant à la connaissance par la défenderesse d une importante circonstance, soit l absence d inscription par Flanders auprès de l AMF. De plus, la preuve révèle que Flanders a commis des infractions à l insu de la défenderesse et sans son consentement La Cour supérieure n a pas agi ultra petita en statuant sur la question du contenu de l actus reus. Dans un document intitulé PLAN D ARGUMENTATION DE L APPELANTE, la question de l actus reus fut évoquée comme suit par les procureurs de La Souveraine: 18. En matière de responsabilité secondaire (aider ou amener un tiers à violer la loi), la Cour suprême a statué, dans l arrêt R. c. Hamilton, [2005] 2 R.C.S. 432, aux par.27 et 29, qu il doit exister «un élément de faute qui réunit une conduite délibérée» et que «l actus reus de l infraction consistant à conseiller un crime réside dans le fait d encourager ou d inciter activement la perpétration d une infraction» (Notre soulignement) Pour tous ces motifs, la Cour d appel a erré en droit en infirmant le jugement d acquittement rendu par la Cour supérieure. Il y avait chose jugée. En effet, l AMF ne fut pas autorisée par la Cour d appel à se pourvoir sur la question de l actus reus. Conclusion provisoire 53. Le jugement de la Cour supérieure portant sur la preuve de l actus reus a force de chose jugée. La Cour d appel n avait pas compétence pour annuler le jugement d acquittement puisque 38 Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, [2002] 2 R.C.S. 559, par.58 [R.S., Onglet 3]; Perka c. La Reine, [1982] 2 R.C.S. 232, p. 240 [R.S., Onglet 10] 39 par [D., Vol. I, Onglet 4] 40 Para. 36 [D., Vol. IV, Onglet 24] 41 [D., Vol. I, Onglet 8]

14 11 l AMF ne fut pas autorisée à se pourvoir sur cette question. De plus, l analyse du contenu de l actus reus justifie également l acquittement de l appelante. MENS REA 54. Le juge Cournoyer affirme que «l article 482 LDPSF est une infraction de droit réglementaire qui n exige pas la preuve d une intention spécifique selon laquelle l aide apportée par l assureur l a été en vue d aider [quelqu un] à enfreindre la LDPSF». 42 Il conclut que la preuve de l actus reus suffit pour établir la culpabilité : «l assureur qui pose un geste qui a pour effet d aider [quelqu un] à enfreindre la LDPSF engage sa responsabilité pénale.» Il précise son raisonnement: «En l espèce, le consentement ou l autorisation à la délivrance de polices d assurance par Flanders était suffisant pour établir l actus reus de l infraction prévue à l article 482 LDPSF, sous réserve de la preuve de diligence raisonnable.» Puisque, d opiner le juge Cournoyer, l article 482 est une infraction de responsabilité stricte, «il n était pas nécessaire d établir que l assureur avait l intention d aider Flanders à enfreindre la LDPSF, mais simplement que les gestes posés ont aidé Flanders à commettre l infraction. C est-à-dire d agir comme cabinet sans être inscrit auprès de l AMF.» Une infraction de complicité qui pénalise l effet d un acte ou d une omission, indépendamment de l intention de son auteur, requiert néanmoins que le complice ait une mens rea de connaissance, c est-à-dire qu il sache qu une infraction est en cours ou va se commettre et qu il sache que son geste aide à la perpétration de cette infraction par.185 [D., Vol. I, Onglet 4] 43 par.186 [D., Vol. I, Onglet 4] 44 par.202 [D., Vol. I, Onglet 4] 45 par.187 [D., Vol. I, Onglet 4] 46 Létourneau, Robert, Code de procédure pénale du Québec annoté, Wilson & Lafleur Ltée, 2007, 7 e édition, p.114 [R.S., Onglet 47]

15 La Cour d appel du Québec a déjà statué 47 que l utilisation des mots «consent ou acquiesce» dans un texte d infraction révèle «l intention du législateur de créer une infraction à l égard de laquelle l élément intentionnel est requis». 59. De plus, le juge Cournoyer fait fi d un volet important du concept de mens rea : en matière de responsabilité secondaire, l incitation suppose l intention d amener autrui à commettre une infraction 48. Il a même reconnu que «[s]i l infraction créée par l art.482 exige la preuve d une mens rea, il est évident que l intimée [La Souveraine] doit être acquittée.» Le juge Cournoyer affirme que le «texte de l article 482 LDPSF ne révèle aucun indice de la volonté du législateur de créer une infraction exigeant la preuve de la mens rea» 50. Son analyse porte à faux. 61. La terminologie employée au texte d incrimination contredit cette proposition. Selon la nature de l acte prohibé, plusieurs infractions requièrent implicitement la mens rea 51. De plus, lorsqu un régime de responsabilité stricte prévoit de lourdes peines, les tribunaux devraient y déceler une exigence implicite de mens rea Très souvent, un texte d incrimination ne comporte aucune indication quant à l exigence d une mens rea. Néanmoins, il existe toujours une forte présomption en faveur d une interprétation large exigeant la mens rea 53. Le critère n est pas de déterminer si le texte d incrimination écarte l exigence de mens rea par implication raisonnable (reasonable 47 Desloges c. Sous-ministre du Revenu du Québec, 2000 CanLII (QC CA) [R.S., Onglet 5] 48 Commission de réforme du droit du Canada, La responsabilité secondaire : complicité et infractions inchoatives, Ottawa : La Commission, 1985, p. 35 [R.S., Onglet 43] 49 par.132 [D., Vol. I, Onglet 4] 50 par. 172 [D., Vol. I, Onglet 4] 51 Strasser c. Roberge, [1979] 2 R.C.S. 953, p (Juge Dickson, dissident) [R.S., Onglet 39] 52 R. c. Wigglesworth, [1987] 2 R.C.S. 541, par.24 [R.S., Onglet 35]; R. c. Docherty, [1989] 2 R.C.S. 941 [R.S., Onglet 15]; R. c. Wholesale Travel Group Inc., [1991] 3 R.C.S. 154, p.189 [R.S., Onglet 34] 53 Sweet c. Parsley, [1970] A.C. 132 (H.L.), p.148 [R.S., Onglet 40]; cette approche fait l objet d approbation par la Cour suprême du Canada dans l arrêt R. c. Lucas, [1998] 1 R.C.S. 439, par.64 [R.S., Onglet 27]

16 13 implication); le critère consiste plutôt à déterminer si c est par implication nécessaire (necessary implication) qu il doit en être ainsi En Grande-Bretagne 55, en Australie 56, aux États-Unis 57 et au Canada 58, la common law enseigne que la mens rea est toujours requise pour obtenir la condamnation d un participant à une infraction de responsabilité stricte commise par autrui. 64. À moins d être expressément écartées par le législateur 59, les règles établies par la common law doivent être appliquées 60. Elles sont présumées toujours exister, à moins d une disposition de la loi à l effet contraire. Celle-ci doit être manifeste, soit par sa phraséologie, soit par implication nécessaire 61. Le Code de procédure pénale est une loi cadre qui régit les poursuites pénales intentées par l AMF en vertu de la Loi sur la distribution de produits et services financiers. 65. S agissant d interpréter la substance d une règle de droit pénal (ici le texte d incrimination prévu à l art.482 LDPSF), un tribunal doit impérativement tenir compte de l art. 54 B(A minor) v. DPP, [2000] 1 All ER 833, p.855 ( the test is not whether it is a reasonable implication that the statute rules out mens rea as a constituent part of the crime the test is whether it is a necessary implication ) [R.S., Onglet 2] 55 David Ormerod, Smith and Hogan Criminal Law, 12 th ed. p. 201; The Law Commission, Inchoate Liability for Assisting and Encouraging Crime, 2006, par.5.112: [R.S., Onglet 50] 56 Giorgianni v. R, [1985] HCA 29, p. 21 [R.S., Onglet 6]; R.G. Singer et J. Q. LaFond, Criminal Law: examples and explanations, 2007, Aspen Publishers, p. 379 [R.S., Onglet 54]. Il existe neuf régimes juridiques en droit criminel australien. Les règles de complicité sont codifiées dans certaines juridictions, tandis que la common law continue de s appliquer dans d autres juridictions. La Nouvelle Galles du Sud (New South Wales) a conservé les règles de la common law. Le document de consultation (Consultation Paper 2 Complicity), publié en 2008 par le NSW Law Reform Commission, comporte l observation suivante: «3.33 An accessory must have knowledge of the essential facts and circumstances of the principal offence, and with this knowledge provide intentional assistance or encouragement. The essential facts and circumstances of the principal crime include the accessory s knowledge of the type of offence committed by the principal offender and the relevant intention of the principal offender. 56 (Notre soulignement) [R.S., Onglet 57] 57 Le Model Penal Code, article 2.06(3), ne fait aucune distinction quant à la nature de l infraction principale, celle-ci étant de responsabilité stricte ou d intention. Concernant la responsabilité du complice, la mens rea est toujours exigée [R.S., Onglet 49]. 58 R. c. Woolworth, (1975) 18 C.C.C. (2d) 23 [R.S., Onglet 36]; R. c. Fell, (1981) 64 C.C.C. (2d) 456 [R.S., Onglet 16]; R. c. Hamilton, [2005] 2 R.C.S. 432, op. cit. [R.S., Onglet 18] 59 L art.60 du Code de procédure pénale intègre au corpus du droit pénal québécois les moyens de défense et excuses reconnus en droit criminel [R.S., Onglet 61]. Force est de conclure que les règles de common law en matière de complicité font partie des moyens de défense. 60 Bisaillon c. Keable, [1983] 2 R.C.S. 60, p.98 [R.S., Onglet 4] 61 R. c. Riddle, [1980] 1 R.C.S. 380, p.390 [R.S., Onglet 31]

17 14 60 C.p.p. Répétons-le : cette disposition reconnaît explicitement l application des principes de common law établis par la jurisprudence, sous réserve d une dérogation expresse faite par le législateur dans la formulation du texte d incrimination. 66. En l espèce, le législateur québécois n a formulé aucune dérogation à l art. 482 LDPSF, si bien que la common law doit s appliquer en matière de responsabilité secondaire. Conclusion provisoire 67. De l aveu même de l opinion majoritaire de la Cour d appel, l exigence de mens rea à propos de l art.482 LDPSF entraine nécessairement l acquittement de l appelante. Or, en matière de responsabilité secondaire (complicité), la common law applicable en droit québécois soutient la thèse de l appelante à l effet que la poursuite devait prouver la mens rea. DILIGENCE RAISONNABLE 68. Organisme de régulation, l Autorité des marchés financiers (AMF) a vocation d agir en partenariat avec tous les intervenants œuvrant dans la distribution de produits et services financiers. L article 7 de la Loi sur l autorité des marchés financiers (L.R.Q., chapitre A-33.2) 62 fait obligation à l AMF d agir «à titre de centre de renseignements et de référence dans tous les domaines du secteur financier.» 69. L art.8, alinéa 4 fait également obligation à l AMF de «donner aux personnes et aux entreprises un accès à une information fiable, exacte et complète sur les institutions financières et autres intervenants du secteur financier et sur les produits et services financiers offerts;» Suite à la correspondance intervenue entre La Souveraine et les enquêteurs de l AMF, la conclusion suivante formulée dans le rapport d enquête explique leur silence : «Par ailleurs, rien dans la preuve ne peut révéler une infraction commise par La Souveraine, Compagnie d Assurance générale» Art. 7, Loi sur l autorité des marchés financiers (L.R.Q., chapitre A-33.2). [R.S., Onglet 64] 63 Art. 8, Loi sur l autorité des marchés financiers (L.R.Q., chapitre A-33.2). [R.S., Onglet 64]; Le juge Kasirer (opinion majoritaire) interprète de façon indument restrictive l obligation de partenariat qui incombe à l AMF, par [D., Vol. I, Onglet 4] 64 Tétmoignage de Stéphane Turgeon, p. 117 [D., Vol. II, Onglet 14]

18 La décision tardive prise par l AMF d accuser La Souveraine correspond, en fait, à une situation de piège sévèrement dénoncée par tous les juges d appel : Juge Martin de la Cour supérieure [12] The Respondent in its position as Regulator owes a duty to the public at large on one hand and to those whom it has the power to regulate on the other. It ought not to be seen to be lurking in wait in the bushes ready to pounce, so to speak, once it is satisfied that offenses have been committed. The Regulator is not, after all, a rainmaker for the Ministère des finances. (notre soulignement) [21] The respondent in its capacity as Regulator is deemed to know the law. Either there was a licensing issue or there was not. The appellant took the position in its letter of June the 10 th, 2005 that there was not. That letter case went unacknowledged and unanswered. Whether there were valid reasons for the failure to reply or not it is disingenuous for the respondent to claim that it only came to the realization in December 2005 that the appellant had committed the infractions for which it was subsequently charged. 65 Juge Cournoyer - opinion majoritaire de la Cour d appel [249] J'estime néanmoins nécessaire de formuler un dernier commentaire. Je partage entièrement les préoccupations de la Cour supérieure quant à la conduite de l'amf. Il va sans dire que l'impression générale quant au comportement de l'amf est exacerbée par le fait qu'un constat d'infraction a été déposé à l'égard de chaque police d'assurance délivrée avec la conséquence qu'une amende minimale de $ devait être imposée dans chaque cas. Je rappelle que l'amf agit à titre de centre de renseignements et de référence dans tous les domaines du secteur financier au sens de sa loi constitutive. Il n'est pas surprenant que les dirigeants de l'intimée aient cru que l'amf répondrait à leurs questions. On peut même penser que cela aurait pu éviter la commission des infractions en l'espèce. (Notre soulignement) 66 Juge Dalphond opinion dissidente de la Cour d appel [73] Si pour les inspecteurs de l'amf il avait été manifeste que le modèle d'affaires de La Souveraine à l'égard du produit particulier offert aux clients commerciaux de GE était illégal, ils auraient, de bonne foi, réagi rapidement et signalé leur questionnement ou position à l'assureur qui aurait pu facilement ajuster son modèle de distribution du produit au Québec et éviter les infractions qu'on lui reproche ensuite. En réalité, l'affaire était complexe aussi pour les inspecteurs de l'organisme spécialisé et il faudra l'intervention du contentieux de l'amf, à la fin de l'année 2005, pour que le régulateur conclue à l'absence de conformité du mode de distribution de ce produit très particulier. (Notre soulignement) [D., Vol. I, Onglet 3] 66 [D., Vol. I, Onglet 4] 67 [D., Vol. I, Onglet 4]

19 Outre le comportement inéquitable de l AMF, la confusion règne concernant l incidence d une erreur raisonnable de droit commise par une personne proactive dans le cadre d une défense de diligence raisonnable. Le juge Dalphond, au par.79, a proposé une interprétation équitable et fonctionnelle de la loi : [79] Une erreur raisonnable de droit par un citoyen proactif (par opposition à l'ignorance du droit) peut être un des éléments du contexte donnant lieu à une défense de diligence raisonnable. Cette approche m'apparaît particulièrement nécessaire lorsque l'état du droit sur une question est complexe et que l'organisme de régulation spécialisé est lui-même incapable de conclure rapidement en la présence d'un modèle d'affaires contraire à la loi. En pareil contexte, tenir l'assureur à l'obligation de mieux connaître la loi que l'amf, et ce, sans marge d'erreur, équivaut à dire que la LDPSF crée des infractions de responsabilité absolue. [80] Contrairement au juge Cournoyer, je partage l'analyse de l'arrêt Lévis (Ville) faite par les professeurs Christine Boyle et Sam de Groot, dans un commentaire intitulé «The Responsible Citizen in the City of Lévis: Due Diligence and Officially Induced Error» publié dans (2006), 36 C.R. (6th) 249, lorsqu'ils affirment à la p. 255: On the other hand, the Court does not assert an absolute duty to know the law, just one of due diligence. The "civic duty" aspect of the case appears to conjure an unrealistic image of the citizen competent to navigate the complex regulatory state. However, conceptualizing knowledge of the law in terms of diligent effort may provide support for defence arguments that accused persons had exercised due diligence with respect to knowing the law and thus should be acquitted. [Nos soulignements] À propos du par. 30 de l arrêt Lévis (Ville) c. Tétreault 69, les auteurs Manning, Mewett et Sankoff 70 ont écrit : «The excerpt is horribly confused.» 74. Le juge Cournoyer admet que «[s]i l interprétation des auteurs Boyle et de Groot devait être adoptée, elle devrait conduire à l acquittement de La Souveraine.» 71 Cependant, il conclut que «l extension de la diligence raisonnable à des circonstances comme celle de l espèce, ne reflète pas l état du droit au Canada et soulève des questions sérieuses de politique pénale.» [D., Vol. I, Onglet 4] 69 [2006] 1 R.C.S. 420 [R.S., Onglet 7] 70 Manning, Mewett & Sankoff, Morris Manning, Q.C. and Peter Sankoff, Criminal Law, 4th, p. 224 [R.S., Onglet 48] 71 par.217 [D., Vol. I, Onglet 4] 72 par.219 [D., Vol. I, Onglet 4]

20 La défense de diligence raisonnable devrait être modulée pour tenir compte des éléments suivants : o Un examen de l agir de l inculpé à l aune du comportement d une personne raisonnable; o Un examen des circonstances matérielles entourant l exercice du pouvoir discrétionnaire d un organisme de régulation 73 ; o Une erreur raisonnable de droit par un citoyen proactif devrait être intégrée et appréciée dans le cadre d une défense de diligence raisonnable. Conclusion provisoire 76. Dans un contexte particulier de partenariat entre un organisme de régulation d une part et des titulaires de permis ou de licence d autre part, l appelante conclut à la nécessité de moduler la défense de diligence raisonnable, de sorte que les accusations portées à son encontre puissent être repoussées. IGNORANCE DE LA LOI [ERREUR MIXTE : FAIT ET DROIT] 77. Une erreur mixte de fait et de droit équivaut à une erreur de fait pour les fins d une défense de diligence raisonnable. Par conséquent, l erreur mixte de fait et de droit échappe à la règle de common law faisant barrage au comportement fondé sur l ignorance de la loi Au fil d une analyse poussive et confondante, le juge Cournoyer (opinion majoritaire) confond la portée d une erreur mixte de fait et de droit avec l erreur de droit provoquée par une personne en autorité 75. Quoiqu il en soit, il se méprend lourdement en affirmant que «la question n a pas été soulevée par La Souveraine» Dans l arrêt R. c. Beaudry, [2007] 1 R.C.S. 190, par.39, la juge Charron (opinion majoritaire) fit l observation suivante : «au moment de décider de la légitimité d une décision discrétionnaire, il importe de s attacher aux circonstances matérielles qui ont donné lieu à l exercice du pouvoir discrétionnaire.» [R.S, Onglet 12] 74 R. c. Manuel, 2008 BCCA 143; 293 D.L.R. (4th) 713; 231 C.C.C. (3d) 468, par [R.S., Onglet 28] 75 par [D., Vol. I, Onglet 4] 76 par.234 [D., Vol. I, Onglet 4]

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. ENTRE : La Souveraine, Compagnie d assurance générale Appelante et Autorité des marchés financiers Intimée

COUR SUPRÊME DU CANADA. ENTRE : La Souveraine, Compagnie d assurance générale Appelante et Autorité des marchés financiers Intimée COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : La Souveraine, Compagnie d assurance générale c. Autorité des marchés financiers, 2013 CSC 63 DATE : 20131121 DOSSIER : 34699 ENTRE : La Souveraine, Compagnie d assurance

Plus en détail

Rappel sur certains principes encadrant le droit pénal réglementaire

Rappel sur certains principes encadrant le droit pénal réglementaire Rappel sur certains principes encadrant le droit pénal réglementaire Alain Marcotte* 1) Introduction.......................... 495 2) Les régimes de responsabilité pénale applicables...... 496 A) La responsabilité

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 779-904-366 et al DATE: Leu FÉVRIER2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE RICHARD STARCK,j.c.m. LA VILLE DE MONTRÉAL

Plus en détail

MOTIFS DE LA DÉCISION

MOTIFS DE LA DÉCISION VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES L.N.-B. 2004, ch. S-5.5 ET DANS L AFFAIRE DE SERVICES FINANCIERS GROUPE INVESTORS INC. / INVESTORS GROUP FINANCIAL SERVICES INC. MOTIFS DE LA DÉCISION DATE DE L AUDIENCE

Plus en détail

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Hugues Parent On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ. Centre-Ville Montréal

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel [TRADUCTION] Citation : E. K. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 360 N o d appel : AD-13-1061 ENTRE : E. K. Appelante et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : R. c. Beaulieu, 2010 CSC 7 DATE : 20100225 DOSSIER : 33181 ENTRE : Sa Majesté la Reine Appelante et Georges Beaulieu Intimé TRADUCTION FRANÇAISE OFFICIELLE CORAM : La

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : D. B. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 603 N o d appel : AD-15-210 ENTRE : D. B. Demandeur et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (SDRCC)

originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (SDRCC) NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (SDRCC) N o

Plus en détail

Cour du Québec (Chambre criminelle et pénale) C A N A D A JUGEMENT SUR REQUÊTE. Province de Québec District de Montmagny

Cour du Québec (Chambre criminelle et pénale) C A N A D A JUGEMENT SUR REQUÊTE. Province de Québec District de Montmagny C A N A D A Province de Québec District de Montmagny No. 300-27-000146-891 Cour du Québec (Chambre criminelle et pénale) Québec, ce vingt-septième jour du mois de juin de l an mil neuf cent quatre-vingt-quatorze

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Le rôle du Service des poursuites pénales du Canada

Le rôle du Service des poursuites pénales du Canada Le rôle du pénales du Canada Me Luc Boucher, Avocat-Général Bureau de Ottawa / Gatineau APERÇU Présentation du SPPC. Mandat,Rôle et Fonction du SPPC Section du droit de la concurrence du SPPC Portrait

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel COUR D APPEL AIDE-MÉMOIRE EN MATIÈRE CRIMINELLE ET PÉNALE Mise à jour : mars 2014 Note : Ce guide, conçu pour notre clientèle qui en est à ses premières expériences en appel, n engage ni la Cour ni ses

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

GREY CASGRAIN, s.e.n.c. 1155, boulevard René-Lévesque Ouest bureau 1715 Montréal, Québec H3B 2K8 Tél. : 514-288-6180 ; Téléc.

GREY CASGRAIN, s.e.n.c. 1155, boulevard René-Lévesque Ouest bureau 1715 Montréal, Québec H3B 2K8 Tél. : 514-288-6180 ; Téléc. AVIS DE DEMANDE DE CONTRÔLE JUDICIAIRE No T-110-12 COUR FÉDÉRALE SECTION DE PREMIÈRE INSTANCE Entre : Et : DANIEL TURP Ministre de l Environnement du Canada Ministre de la Justice et Procureur général

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

La notion d opération de courtage

La notion d opération de courtage La notion d opération de courtage Mémoire du Réseau des Courtiers Immobiliers Indépendants du Québec en réponse au Rapport sur l application de la Loi sur le courtage immobilier du ministère des Finances

Plus en détail

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS (QUÉBEC, CANADA) LA SECURITIES AND COMMODITIES AUTHORITY (ÉMIRATS ARABES UNIS) Le 8 juin 2010 TABLE

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire 1 LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire I. INTRODUCTION Le jugement sommaire est conçu pour que soient

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : P. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 2 ENTRE : P. S. N o d appel : GE-13-290 Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association,

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL FORMATION D INSTRUCTION ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, -ET- PHILIP JOHN

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

HABIBA FAZIA MADOUI LE MINISTRE DE LA CITOYENNETÉ ET DE L'IMMIGRATION MOTIFS DE L ORDONNANCE ET ORDONNANCE

HABIBA FAZIA MADOUI LE MINISTRE DE LA CITOYENNETÉ ET DE L'IMMIGRATION MOTIFS DE L ORDONNANCE ET ORDONNANCE Federal Court Cour fédérale Date : 20100129 Dossier : IMM-2928-09 Référence : 2010 CF 106 Ottawa (Ontario), le 29 janvier 2010 En présence de monsieur le juge Harrington ENTRE : HABIBA FAZIA MADOUI partie

Plus en détail

COU R DU QUÉ BEC. 200-01-066866-017 page: CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7

COU R DU QUÉ BEC. 200-01-066866-017 page: CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7 COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7 QUÉBEC DATE : L e 9 m a i 2 0 0 3 SOUS LA PRÉSI DENCE DE : L HONORABLE JEAN-PIERRE

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

INTRODUCTION. Application de la réglementation provinciale à l égard des activités relevant de la compétence du gouvernement fédéral

INTRODUCTION. Application de la réglementation provinciale à l égard des activités relevant de la compétence du gouvernement fédéral INTRODUCTION Application de la réglementation provinciale à l égard des activités relevant de la compétence du gouvernement fédéral Mathieu Quenneville, avocat, Lavery, de Billy, S.E.N.C.R.L. Colloque

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE COMITÉ DE DISCIPLINE Chambre de la sécurité financière CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N : CD00-0609 DATE : 16 juillet 2008 LE COMITÉ : M e Janine Kean Présidente M. Shirtaz Dhanji, A.V.A., Pl. fin Membre M.

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

BLOC 1 Révision BLOC 2 Révision BLOC 3 Révision v

BLOC 1  Révision BLOC 2  Révision BLOC 3  Révision v Table des matières Bloc 1 Les sources du droit pénal au Canada 1.1 Les origines et les sources du droit pénal au Canada........................... 1 1.2 Les sources constitutionnelles............................................

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

DISTRICT DE MONTRÉAL. -et- DÉCISION

DISTRICT DE MONTRÉAL. -et- DÉCISION C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL COMITÉ DE DISCIPLINE DE LA BOURSE DE MONTRÉAL DOSSIER NO : 02-ENQ-590-DISC BOURSE DE MONTRÉAL Requérante -et- DENISE DUBREUIL Intimée DÉCISION I. LES

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-214 QPC du 27 janvier 2012. Société COVED SA. (Droit de communication de l administration des douanes)

Commentaire. Décision n 2011-214 QPC du 27 janvier 2012. Société COVED SA. (Droit de communication de l administration des douanes) Commentaire Décision n 2011-214 QPC du 27 janvier 2012 Société COVED SA (Droit de communication de l administration des douanes) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 15 novembre 2011 par la Cour de

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

Le droit du travail et de l emploi au Canada

Le droit du travail et de l emploi au Canada Le droit du travail et de l emploi au Canada Les changements fréquents qui touchent le droit du travail et de l emploi au Canada posent un défi de taille aux employeurs qui font des affaires ici. À cela

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736 Page 1 Intitulé de la cause : Vakilian c. Directeur des poursuites criminelles et pénales SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant [2012]

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

RÈGLEMENT À L AMIABLE (avec les intimés James A. MacCallum et Andrew Mitchell Holdings, LLC)

RÈGLEMENT À L AMIABLE (avec les intimés James A. MacCallum et Andrew Mitchell Holdings, LLC) VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.N.-B. 2004, ch. S-5.5, AVEC SES MODIFICATIONS ET DANS L AFFAIRE DE James A. MacCallum, Andrew Mitchell Holdings, LLC et Andrew J. Trites (Intimés) RÈGLEMENT À L

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

COUR MUNICIPALE D ALMA

COUR MUNICIPALE D ALMA COUR MUNICIPALE D ALMA CANADA PROVINCE DE QUÉBEC LOCALITÉ d ALMA CAUSE NO : 10-01759 DATE : 9 JUIN 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE JEAN-M. MORENCY, J.C.M. VILLE D ALMA, Ci-après désignée la «Poursuivante»

Plus en détail

Si vous êtes accusé d un crime If You re Charged with a Crime

Si vous êtes accusé d un crime If You re Charged with a Crime 1 Si vous êtes accusé d un crime mars 2015 Si vous êtes accusé d un crime If You re Charged with a Crime Ce document présente de l information de base sur les démarches que vous pouvez entreprendre si

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) Dossier n o 35892 ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA AGENCE DU REVENU DU CANADA - et - CHAMBRE DES NOTAIRES DU QUÉBEC - et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 2006 QCCQ 16923 COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC T DE [ ] «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062 DATE : 8 d é c e m b r e 2 0 0

Plus en détail

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Le 25 novembre 2011 [TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Monsieur Paul Collins Sous-commissaire principal de la concurrence Bureau de la concurrence Direction des fusions Industrie Canada

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels

Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels 1 Affaire Lubanga Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels I. QUELLES SONT LES CHARGES RETENUES CONTRE LUBANGA? Lubanga a été inculpé des trois crimes suivants

Plus en détail

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer.

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. On distingue toujours, en droit, entre les règles qui traitent du fond d un litige, autrement dit

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

Demandeur. Défenderesse. REQUÊTE INTRODUCTIVE D INSTANCE (Art. 110 C.p.c.)

Demandeur. Défenderesse. REQUÊTE INTRODUCTIVE D INSTANCE (Art. 110 C.p.c.) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL COUR SUPÉRIEURE (Chambre Civile) No : JEAN PIERRE DESMARAIS, domicilié au 625, avenue du Président Kennedy, bureau 310 district de Montréal, province

Plus en détail

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT BULLETIN NO. 2933 EN MATIÈRE DE DISCIPLINE EN VERTU DU STATUT 20 DE L'ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES DANS L'AFFAIRE DE MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT I. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

... Droits linguistiques des accusés : Partie XVII du Code criminel. Centre canadien de français juridique. Le 21 février 2013

... Droits linguistiques des accusés : Partie XVII du Code criminel. Centre canadien de français juridique. Le 21 février 2013 Centre canadien de français juridique Droits linguistiques des accusés : Partie XVII du Code criminel Le 21 février 2013................... Guy Jourdain Directeur du Service de traduction juridique Justice

Plus en détail