ORIENTER LES TRANSFERTS DE FONDS DE LA DIASPORA DANS LES SECTEURS PRODUCTIFS : L EXPERIENCE DU SENEGAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORIENTER LES TRANSFERTS DE FONDS DE LA DIASPORA DANS LES SECTEURS PRODUCTIFS : L EXPERIENCE DU SENEGAL"

Transcription

1 SINGLE YEAR EXPERT MEETING ON MAXIMIZING THE DEVELOPMENT IMPACT OF REMITTANCES Geneva, February 2011 ORIENTER LES TRANSFERTS DE FONDS DE LA DIASPORA DANS LES SECTEURS PRODUCTIFS : L EXPERIENCE DU SENEGAL By Samba Yomb THIAM Conseiller Technique N 1 Ministère des Sénégalais de l Extérieur

2

3 Orienter les transferts de fonds de la diaspora dans les secteurs productifs : l expérience du Sénégal Channeling diaspora funds into productive sectors: experience of Senegal (including through cooperation with and assistance from EU) Réunion d experts sur l optimisation de la contribution au développement des envois de fonds CNUCED Genève février 2011 Samba Yomb THIAM Conseiller Technique n 1 Ministère des Sénégalais de l Extérieur

4 SUMMARY As a source of foreign currency, remittances contribute to improving the living conditions and survival of Senegalese migrant s families. They contribute greatly to the reduction of poverty in rural areas and to the transformation of cities through investments. In Senegal, where remittances provide more than thirty five per cent of household budgets, financial transfers recorded from 2005 to 2009 totaled around FCFA billions (Euros 3,8 billions). The major countries of origin, which receive substantial transfers, show lower incidence rates of poverty than the countries not affect by migration issues. While the money transferred in our country contributes to strengthen families against poverty, the challenge consists in channeling remittances and invests them towards productive sectors in Senegal. 2

5 INTRODUCTION Politique migratoire: Promotion d une émigration orientée vers le développement des ressources humaines et de leur capacité d accumulation de capital àmême de favoriser l investissement productif par la création et le développement d entreprises, notamment dans les régions d origine des migrants Importance des transferts de 2005 à2009, une moyenne annuelle de 500 milliards de FCFA. (378,2 milliards en 2005 ; 444,7 en 2006 ; 530,4 en 2007 ; 617,2 en 2008 ; 566,6 en 2009). En 2005, les transferts de fonds représentaient 9,1 % du PIB, 10,3 % en 2006 et 12 % en

6 I. L impact des transferts de fonds sur la réduction de la pauvreté au Sénégal (1/2) En 2008, une étude de la Direction de la Prévision et des Etudes (DPEE) du Ministère de l Economie et des Finances a utilisé des données d enquête pour mesurer l impact des envois de fonds des émigrés sur la pauvreté Il découle de cette enquête les conclusions suivantes : les transferts accroissent de près de 60% en moyenne les dépenses par tête des ménages bénéficiaires, ce qui réduit de près d un tiers (30,7%) l incidence de la pauvreté au plan national l accroissement des dépenses par tête est de 95% pour les ménages résidant dans la capitale, Dakar, mais seulement 6% pour les ménages ruraux. Le paradoxe constaté est que l effet sur le niveau de pauvreté dans les deux zones est l inverse de celui sur les dépenses par tête : une réduction de la pauvreté dans les zones rurales et son accroissement à Dakar 4

7 I. L impact des transferts de fonds sur la réduction de la pauvreté au Sénégal (2/2) Effets des transferts sur les dépenses par tête et l incidence de la pauvreté Sans transferts Avec transferts Ecarts (en %) Dépenses par tête (en francs CFA) National ,9 Dakar ,0 Autres villes ,2 Zones rurales ,9 Incidence de la pauvreté (en %) National 52,4 36,3-30,7 Dakar 20,5 22,6 +10,0 Autres villes 64,0 25,6-60,0 Zones rurales 71,8 52,7-26,7 Source : DPEE

8 II. Les mesures concrètes prises par le Sénégal afin de canaliser l utilisation les transferts vers le développement économique et social du pays. Programme d Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement (PAISD). Projet Migration pour le Développement/Sénégal-Italie (MIDA). Plateforme d appui au secteur privé et à la valorisation de la Diaspora sénégalaise en Italie (PLASEPRI). Fonds d Appui à l Investissement des Sénégalais de l Extérieur (FAISE). Coopération Décentralisée (CD) 6

9 III. Les facteurs qui entravent les flux de transfert d argent et leur utilisation pour faire face aux besoins économiques et sociaux (1/2) la méconnaissance réelle des caractéristiques sociogéographiques, socioprofessionnelles, et socioéconomiques des migrants le manque d organisation aussi bien du côté des autorités que des migrants le manque d informations des Sénégalais de l extérieur sur les structures, les procédures ainsi que les opportunités d affaires l absence de fiabilité des données existantes la faible valorisation des capacités et compétences de la diaspora hautement qualifiée le manque d informations sur les possibilités d encadrement pour la réalisation et le développement de leurs activités le coût élevé du transfert de fonds (qui peut dépasser 20% des sommes transférées) la rareté des moyens financiers la perception erronée du migrant d un retour rapide sur investissement ou le manque de connaissance de la réalité économique du Sénégal 7

10 III. Les facteurs qui entravent les flux de transfert d argent et leur utilisation pour faire face aux besoins économiques et sociaux (2/2) S agissant de l intermédiation financière, les obstacles liés au système bancaire classique au Sénégal sont les suivants : une diversification encore insuffisante des actifs financiers existence d un système bancaire inadapté aux réalités des déposants des taux d intérêt élevés une faible mobilisation de l épargne une insuffisance de l offre de crédit Le grand défi pour les décideurs consiste àsavoir comment faciliter ces rapatriements de fonds et les rendre moins onéreux. Les frais imputés àces opérations à destination de pays en développement représentent en moyenne 13%, et dépassent fréquemment 20%, du montant envoyé. Un tel niveau de frais incite les migrants àconfier leur argent àdes réseaux informels et moins fiables 8

11 IV. Les mesures à prendre aux niveaux national, bilatéral, régional ou international pour supprimer les entraves et obstacles (1/2) Réduction des coûts de transaction sur les transferts La valorisation des fonds transférés La régulation des mouvements financiers Favoriser l éducation financière des migrants et de leur famille Canaliser les transferts de fonds de la diaspora sénégalaise vers des secteurs productifs Encourager les SFD àcollecter les revenus des migrants pour en faire bénéficier les micros et petits entrepreneurs 9

12 IV. Les mesures à prendre aux niveaux national, bilatéral, régional ou international pour supprimer les entraves et obstacles (2/2) Créer des fonds d investissement destinés aux migrants afin d orienter les transferts d argent vers le partenariat public privé Renforcer les structures relais d accompagnement et d aide àla création d entreprise pour les migrants Créer des Fonds de Garantie du crédit pour les migrants investisseurs La signature d accords de gestion des flux migratoires entre les Etats Augmenter les infrastructures physiques et financières dans les zones rurales 10

13 V. Quels sont les instruments mis en place par le secteur financier pour orienter les transferts de fonds dans les secteurs productifs (1/2) Les banques et les compagnies d assurance développent de nouveaux produits et services adaptés aux besoins des émigrés. La promotion et la vente de ces produits et services se font par des bureaux et des agences dédiées exclusivement àune clientèle composée d expatriés Les instruments mis en place par le secteur financier visent à identifier les besoins réels des migrants et à développer un «package» de produits et de services adaptés àces besoins (Cf. Tableau p. 12) Il a éténotéun assouplissement des conditions d octroi de crédit au Sénégal 11

14 V. Les instruments mis en place par le secteur financier pour orienter les transferts de fonds dans les secteurs productifs (2/2) Package bancaire à développer pour les migrants sénégalais Compte courant Compte épargne Compte crédit Compte investissement Produits d assurance - Carte de paiement - Virements bancaires - Gestion des comptes en ligne - Epargne logement - Epargne éducation - Plan Epargne Logement - Epargne automatique - Epargne salariale - Crédit dépenses familiales - Crédit immobilier - Crédit automobile - Crédit équipement - Crédits sociaux (santé, éducation) - Objectif d acquisition d un bien, d un matériel d exploitation -Alimentation d un fonds d investissement -Investissement à distance - Fonds de garantie crédit - assurance vie - assurance décès - assurance rapatriement de corps - assurance maladie - assurance habitat - assurance automobile - Epargne projet - assurance retraite - Plan Epargne Retour 12

15 VI. les institutions de coordination de la migration au Sénégal (1/2) Ces institutions assurent la cohérence et la coordination afin de faciliter les flux de migration et de transferts. Ce sont: l Etat, les agences nationales et internationales, le secteur privé national et international (comprenant les agences de recrutement et les institutions financières) et, les organisations non gouvernementales (ONG) Cf. p

16 VI. les institutions de coordination de la migration au Sénégal (2/2) L Etat : Présidence de le République, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de l Economie et des Finances, Ministère des Sénégalais de l Extérieur, Ministère du Travail, Ministère de l Emploi, Ministère de la Jeunesse, Ministère de l'intérieur, Ministère de la Microfinance, Ministère de la Famille Les agences nationales : La Poste, APIX, ADEPME Les agences internationales : OIM, BIT, BAD Le secteur privé : Banques, Institutions de Microfinance, Compagnies d assurance Les organisations non gouvernementales : USE CONGAD 16/02/

17 MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION Samba Yomb THIAM Conseiller Technique n 1 Ministère des Sénégalais de l Extérieur /02/

CHANNELING DIASPORA FUNDS INTO PRODUCTIVE SECTORS: EXPERIENCE OF SENEGAL (INCLUDING THROUGH COOPEATION WITH AND ASSISTANCE FROM EU)

CHANNELING DIASPORA FUNDS INTO PRODUCTIVE SECTORS: EXPERIENCE OF SENEGAL (INCLUDING THROUGH COOPEATION WITH AND ASSISTANCE FROM EU) SINGLE YEAR EXPERT MEETING ON MAXIMIZING THE DEVELOPMENT IMPACT OF REMITTANCES Geneva, 14 15 February 2011 CHANNELING DIASPORA FUNDS INTO PRODUCTIVE SECTORS: EXPERIENCE OF SENEGAL (INCLUDING THROUGH COOPEATION

Plus en détail

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par REUNION THEMATIQUE Genève, 11 septembre 2013 Migration du travail et diasporas Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par Seydou KEITA Conseiller Technique Ministère

Plus en détail

Présenté par SOILIHI Omar, Directeur des Etudes Economiques, Monétaires et Financières

Présenté par SOILIHI Omar, Directeur des Etudes Economiques, Monétaires et Financières Atelier sur les transferts des migrants Moroni, 23 Novembre 2015 LES TRANSFERTS DE FONDS DES MIGRANTS Présenté par SOILIHI Omar, Directeur des Etudes Economiques, Monétaires et Financières Plan de l exposé

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES ET COORDINATION

MOBILISATION DES RESSOURCES ET COORDINATION REPUBLIQUE DU SENEGAL --------------- Un Peuple, Un But, Une Foi --------------- MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN MOBILISATION DES RESSOURCES ET COORDINATION Besoins de financement global

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu Microfinance institutions linking remittances to development: les institutions de microfinance permettant aux transferts d être un levier de développement Présentation de l'umpamecas Date de création :

Plus en détail

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Mécanisme de financement pour l envoi de fonds (FFR) Marché des transferts de fonds au Sénégal Enseignements retirés

Plus en détail

Khardiata NDIAYE DIACK, Directrice des Opérations Forum Leed, Manchester 24-26 juin 2015

Khardiata NDIAYE DIACK, Directrice des Opérations Forum Leed, Manchester 24-26 juin 2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DU COMMERCE, DU SECTEUR INFORMEL, DE LA CONSOMMATION, DE LA PROMOTION DES PRODUITS LOCAUX ET DES PME Khardiata NDIAYE DIACK, Directrice des Opérations

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

By : Aichatou Sarr, President, Senegalese Migrants Association Stretta di Mano, Italy, partner of F4A Senegal

By : Aichatou Sarr, President, Senegalese Migrants Association Stretta di Mano, Italy, partner of F4A Senegal CONTRIBUTION AT THE SEMINAR : MIGRATION AND DEVELOPMENT: CAN DIASPORA CONTRIBUTE TO EFFECTIVE DEVELOPMENT OF THE COUNTRY OF ORIGIN?, ORGANISED BY FONDAZIONI4AFRICA, BRUSSELS, 31 MAY 2010 By : Aichatou

Plus en détail

Migration et développement : une synthèse des politiques euro-africaines

Migration et développement : une synthèse des politiques euro-africaines Migration et développement : une synthèse des politiques euro-africaines Lama Kabbanji Entre parcours de vie des migrants & attentes politiques, quel co-développement en Afrique subsaharienne? Cette table

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 4ème Conférence FEMIP : Micro finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 1 Le cadre juridique De la micro finance en TUNISIE

Plus en détail

Impact de la crise financière internationale sur les envois de fonds vers l Afrique. Subha Nagarajan

Impact de la crise financière internationale sur les envois de fonds vers l Afrique. Subha Nagarajan Numéro 4 Mai 2009 Impact de la crise financière internationale sur les envois de fonds vers l Afrique Par Subha Nagarajan Département de la recherche sur le développement Banque africaine de développement

Plus en détail

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Le financement de l agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution

Plus en détail

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Conférence de Coopération Régionale, décembre 2014 1. Situation : l héritage de plus de 40 ans de déclin

Plus en détail

Poste et Economie Numérique : les Stratégies pour l émergence Présenté par : Moustapha NDIAYE PDG de New Africa Consulting Group www.moustaphandiaye.com Rencontre sous-régionale des postes à Dakar 2408/2015

Plus en détail

Accord Cadre de Refinancement (ACRE)

Accord Cadre de Refinancement (ACRE) RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Accord Cadre de Refinancement (ACRE) pour la ligne «PME»de la Plateforme d Appui au Secteur Privé et à la Valorisation

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire

La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire La Caisse des Dépôts, un établissement spécial La Caisse des Dépôts est une institution financière publique, créée par la loi du 28 avril 1816 Avec

Plus en détail

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012 Atelier international Les cadres de réglementation et de régulation de la micro finance rurale: Les tendances actuelles et des analyses comparatives Microfinance pour la production agricole en Haïti :

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Rapport sur le codéveloppement. Rapport réalisé par Messieurs les députés Jacques GODFRAIN et Richard CAZENAVE

Rapport sur le codéveloppement. Rapport réalisé par Messieurs les députés Jacques GODFRAIN et Richard CAZENAVE Rapport sur le codéveloppement Rapport réalisé par Messieurs les députés Jacques GODFRAIN et Richard CAZENAVE Janvier 2007 2 3 4 5 SOMMAIRE DU RAPPORT INTRODUCTION... 7 1. LE CODEVELOPPEMENT: ENJEUX ET

Plus en détail

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI PRÉSENTÉ PAR: M.Abdoulaye PONA, Président de la Chambre des Mines du Mali PLAN INTRODUCTION 1-APPORT DU SECTEUR

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

Contrat d appui TPE/Artisanat

Contrat d appui TPE/Artisanat Contrat d appui TPE/Artisanat Soutenir les TPE et les entreprises artisanales de production, de services à l industrie, dans leurs projets d investissements, lors des phases de création, de transmission/reprise,

Plus en détail

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale»

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» 4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» Université Alioune DIOP de Bambey, 19 juin 2013 Mansa OUALY Economiste, Expert senior Microfinance,

Plus en détail

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un projet à construire. Coopération de défense. Agence

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM)

NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM) NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM) Siège: 17 route des Morillons C.P. 71 CH-1211 Genève 19 Suisse Téléphone: +41.22.717 91 11 Télécopie:

Plus en détail

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration.

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. COMMUNICATION DU NIGER. YAOUNDE DU 26-28 NOVEMBRE 2012. Situation de la formation professionnelle au Niger Plan de présentation. Contexte général I.

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique La mobilisation de l épargne Séssion B1- Les enjeux de l assurance : CONSTAT SUR L ÉTAT DU MARCHÉ DES ASSURANCES TUNISIEN Par Lamia

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

DISPOSITIFS D ASSISTANCE AUX TUNISIENS RESIDENTS A L ETRANGER

DISPOSITIFS D ASSISTANCE AUX TUNISIENS RESIDENTS A L ETRANGER DISPOSITIFS D ASSISTANCE AUX TUNISIENS RESIDENTS A L ETRANGER LE GUICHET UNIQUE COMME EXEMPLE Habib Louizi- DG Office des Tunisiens à l Etranger Madrid-19-12-2012 INTRODUCTION Le rôle économique de la

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

En partenariat avec. Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée?

En partenariat avec. Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour sécuriser votre Patrimoine Sécuriser votre Patrimoine

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: La Tunisie

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: La Tunisie Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: La Tunisie Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Aides publiques à la RDI ATEL / LSC. 10 juin 2013

Aides publiques à la RDI ATEL / LSC. 10 juin 2013 Aides publiques à la RDI ATEL / LSC 10 juin 2013 Structure 1. Présentation de Luxinnovation 2. Présentation des aides publiques à la recherchedéveloppement-innovation (RDI) -2- Luxinnovation en bref 1984

Plus en détail

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives?

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? AIE - Agence Internationale de l Energie Paris, 4 Juin 2009 Pascale Geslain Sommaire I. A propos de la microfinance 1. Au sujet de PlaNet FiNance:

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les femmes et les hommes ruraux pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

-----------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------- REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple-Un But-Une Foi DIRECTION DE LA MICROFINANCE ********************************* COOPERATION SENEGALO-ITALIENNE PLATEFORME D APPUI AU SECTEUR PRIVE ET A LA VALORISATION DE

Plus en détail

Inades-Formation Togo Servir le bien commun

Inades-Formation Togo Servir le bien commun Inades-Formation Togo Servir le bien commun Termes de référence. Consultant International pour l appui à la capitalisation d une expérience sur le crédit agricole au Togo. Le contexte L économie du Togo

Plus en détail

Dispositifs et Incitations pour la Création et le Développement d Entreprises Innovantes en Tunisie

Dispositifs et Incitations pour la Création et le Développement d Entreprises Innovantes en Tunisie Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Dispositifs et Incitations pour la Création et le Développement d Entreprises Innovantes en Tunisie Marseille 06 décembre 2012 Introduction

Plus en détail

THEME: FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL ENTRAVES, MESURES POUR LES LEVER ET ROLE MOTEUR DE L ETAT

THEME: FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL ENTRAVES, MESURES POUR LES LEVER ET ROLE MOTEUR DE L ETAT THEME: FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL ENTRAVES, MESURES POUR LES LEVER ET ROLE MOTEUR DE L ETAT Présenté par : DOGONI SOULEYMANE Vice-président du Réseau HF Président de l APBHFG/UMOA Abidjan, le 26/11/2015

Plus en détail

«Accompagnement des femmes migrantes»

«Accompagnement des femmes migrantes» Soutien du Processus Euro-africain sur la Migration et le Développement («Processus de Rabat») Réunion d experts sur les GroupesVulnérables (Rabat, 27-29 Juillet 2010) «Accompagnement des femmes migrantes»

Plus en détail

PRESENTATION DE L ASSOCIATION AGIRabcd 06

PRESENTATION DE L ASSOCIATION AGIRabcd 06 PRESENTATION DE L ASSOCIATION AGIRabcd 06 AGIRabcd est une organisation non gouvernementale (O.N.G.), apolitique et non confessionnelle. Elle a été reconnue d'utilité publique depuis août 1990 et agréée

Plus en détail

VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008

VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008 VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008 Source : http://www.carim.org/public/polsoctexts/po3sou1316_1125.pdf Relevé

Plus en détail

MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES

MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES Etat des lieux et mesures pour renforcer l'accès durable des jeunes à des services financiers adaptés Proposition d un modèle de financement adapté Absa KANE WANE,

Plus en détail

Capitalisation du PMIE

Capitalisation du PMIE Capitalisation du PMIE 14 décembre 2010 Conseil et Formation / Far Conseil Sommaire 1. Les enseignements tirés de l expérience 2. La chaîne d accompagnement du créateur et les conditions de son efficacité

Plus en détail

LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST

LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST APPUI AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE BEI Bureau Régional Afrique de l Ouest Cotonou, 16 décembre 2014 1 1 La BEI Instruments et Conditions 2 Activité et portefeuille 3 Stratégie

Plus en détail

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES Présenté par : Thierno Bocar TALL, President Directeur Général tbtall@faber-abref.org Tel. 00228 90 12 52 23 1 PRODERE

Plus en détail

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 «Le peuple tunisien a, en un temps très court, et par la seule force de ses convictions démocratiques, réalisé une révolution pacifique qui fera

Plus en détail

Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience

Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience Ms. Soumia Alami Ouali, Deputy Director of the SME Division of the Bank (Directrice générale adjointe du Pôle Banque

Plus en détail

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal ECOBANK Trade SOMMAIRE Le marché de l immobilier Modes de financement : financement bancaire, fonds propre L offre de crédit immobilier Financement et blanchiment d argent L offre LE MARCHE DE L IMMOBILIER

Plus en détail

FORUM REGIONAL DU CTCN Saly, 24-26 Juin 2015. Mécanisme de financement des usagers de technologies d atténuation Secou SARR ENDA- Energie

FORUM REGIONAL DU CTCN Saly, 24-26 Juin 2015. Mécanisme de financement des usagers de technologies d atténuation Secou SARR ENDA- Energie FORUM REGIONAL DU CTCN Saly, 24-26 Juin 2015 Mécanisme de financement des usagers de technologies d atténuation Secou SARR ENDA- Energie Sommaire Approche modèle centré sur le developpement de l entreprise

Plus en détail

BUDGET PROVINCIAL 2016

BUDGET PROVINCIAL 2016 BUDGET PROVINCIAL 2016 MESURES IMPACTANT L INDUSTRIE DE LA FABRICATION DE MEUBLES Le gouvernement du Québec a déposé le 17 mars dernier son budget 2016-2017. La lecture du Plan économique du Québec a permis

Plus en détail

Métropoles, disparités régionales et infrastructures de transport. Jacques-François Thisse

Métropoles, disparités régionales et infrastructures de transport. Jacques-François Thisse Métropoles, disparités régionales et infrastructures de transport Jacques-François Thisse PIB par habitant en PPS (NUTS3 regions in 2011) 2 L agglomération parisienne, avec 10,3 millions d habitants, produit

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger)

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Thème: Innovations en matière de financement des SPE Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Présentée par: Monsieur Chégou Kochi MAINA Directeur Général Dakar, Sénégal du 16 au 18 Septembre

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Dossier partenaires Professionnels

Dossier partenaires Professionnels L ingénierie financière, patrimoniale et sociale des PME La bourse européenne des PME à transmettre Dossier partenaires Professionnels 1 Le marché de la transmission Les PME atout de l Europe Plus de 99,8%

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE. Abidjan le 26 novembre 2015

PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE. Abidjan le 26 novembre 2015 PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE Abidjan le 26 novembre 2015 RHF ABidjan le 26 novembre 2015 1 PLAN I. LA CRRH-UEMOA : OPÉRATIONNELLES TRENTE NEUF MOIS D ACTIVITÉS II.

Plus en détail

EXPERT MEETING on. Geneva, 24-25 September 2007. Meilleures Pratiques dans le domaine de l investissement et du développement au Burundi.

EXPERT MEETING on. Geneva, 24-25 September 2007. Meilleures Pratiques dans le domaine de l investissement et du développement au Burundi. EXPERT MEETING on COMPARING BEST PRACTICES FOR CREATING AN ENVIRONMENT CONDUCIVE TO MAXIMIZING DEVELOPMENT BENEFITS, ECONOMIC GROWTH AND INVESTMENT IN DEVELOPING COUNTRIES AND COUNTRIES WITH ECONOMIES

Plus en détail

Tirer parti des transferts de fonds Résumé des discussions

Tirer parti des transferts de fonds Résumé des discussions DIALOGUE SUR LA MIGRATION DE TRANSIT EN MÉDITERRANNÉE (MTM) CARTE INTERACTIVE DES MIGRATIONS (I-MAP) Migration et développement Rome, 29 et 30 mars 2012 Tirer parti des transferts de fonds Résumé des discussions

Plus en détail

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes 24 juin 2011- Rennes PREBAT2 Plate-forme de recherche et d expérimentation sur l énergie dans le bâtiment "Vers des réhabilitations à très basse consommation Analyse des facteurs socioéconomiques en jeu

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP?

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? 24 octobre 2012 LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? Présentation Marc Ziegler / Institutions et Développement LES CONSTATS

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

FCPR. Idinvest Private Value Europe

FCPR. Idinvest Private Value Europe FCPR Idinvest Private Value Europe Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises de taille intermédiaire non cotées, assortie d un risque de perte en capital, destinée à des investisseurs

Plus en détail

MONDIALISATION SUR LESRH

MONDIALISATION SUR LESRH CONSÉQUENCES DE LA MONDIALISATION SUR LESRH Source: Mondialisation, compétitivité et développement des compétences, Bernard FOURCADE, Les notes du LIRHE, mai 2002 (http://lirhe.univ-tlse1.fr/publications/notes/368-02.pdf)

Plus en détail

Conférence internationale sur les politiques urbaines nationales

Conférence internationale sur les politiques urbaines nationales Conférence internationale sur les politiques urbaines nationales Incheon, République de Corée 14-18 décembre 2015 Vers l élaboration de nouveaux outils de gestion urbaine améliorée au Gabon : Cas de la

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Budget 2011 de l Union européenne

Budget 2011 de l Union européenne Fr Au-delà de la crise, vers de nouveaux objectifs Budget 2011 de l Union européenne Agriculture: aides directes et dépenses liées au marché Développement rural 30 % 11 % Citoyenneté, liberté, sécuritéetjustice

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR?

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR? Faculté de Droit et Sciences Economiques Master Economie Appliquée : 2ème année Diagnostic Social et Economie Solidaire 2010-2011 PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ

Plus en détail

Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques

Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques Rural Energy Access: A Nexus Approach to Sustainable development and Poverty ERADICATION Addis Ababa, Ethiopia 4-6 December 2013 Le mécanisme de financement des usagers finaux de services énergétiques

Plus en détail

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec :

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : RDV du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : FINANCER SA CROISSANCE PAR LE FINANCEMENT BANCAIRE Quelle est l information qui me sera demandée par une institution financière

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

INCLUSION FINANCIERE DES POPULATIONS LES PLUS VULNERABLES DANS LA REGION

INCLUSION FINANCIERE DES POPULATIONS LES PLUS VULNERABLES DANS LA REGION FORUM REGIONAL HUMANITAIRE (dakar, les 2 et 3 octobre 2013) INCLUSION FINANCIERE DES POPULATIONS LES PLUS VULNERABLES DANS LA REGION PLAN DE LA PRESENTATION INTRODUCTION I. ETAT DES LIEUX DE L'INCLUSION

Plus en détail

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Présentation : Banque Régionale de Marchés (BRM) Assemblée Générale Annuelle FANAF Février 2011, Dakar LA BRM EN QUELQUES MOTS Première banque

Plus en détail

PROJET DE CADRE D ACTION SUR LA GESTION DES SYSTEMES EDUCATIFS DE L ESPACE FRANCOPHONE. (Adiza Hima)

PROJET DE CADRE D ACTION SUR LA GESTION DES SYSTEMES EDUCATIFS DE L ESPACE FRANCOPHONE. (Adiza Hima) PROJET DE CADRE D ACTION SUR LA GESTION DES SYSTEMES EDUCATIFS DE L ESPACE FRANCOPHONE (Adiza Hima) 1 CONTEXTE Cadre d action du Forum Mondial sur l Education pour Tous (EPT) - «mettre en place des systèmes

Plus en détail

Conférence sur l économie coopérative

Conférence sur l économie coopérative Conférence sur l économie coopérative Bruxelles, Belgique 30 janvier 2013 Bernard Brun, Directeur Relations gouvernementales Mouvement Desjardins Plan de la présentation 1. Contexte 1.1 Contexte québécois

Plus en détail

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE Plan I. La CRRH-UEMOA : Quinze mois d activités opérationnelles II. Cadre institutionnel et organisation III. Règles d intervention : Critères

Plus en détail

ORPI POINT PRESSE 9 JANVIER 2013

ORPI POINT PRESSE 9 JANVIER 2013 ORPI POINT PRESSE 9 JANVIER 2013 CHIFFRES CLÉS DU RÉSEAU ORPI 1 er réseau immobilier en France 1 250 points de vente 6 000 collaborateurs 2 315 jours de formation & audit dispensés auprès de 11 250 stagiaires

Plus en détail

BIM : les expériences en crédit moyen terme

BIM : les expériences en crédit moyen terme BIM : les expériences en crédit moyen terme Mardi 16 Décembre 2003 Marc Roesch Le BIM d aujourd hui vous présente le résumé d une étude menée par la FAO (AGSF) sur l expérience de 11 institutions de microfinance

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Présentation de Microcred Mali

Présentation de Microcred Mali MicroCred Mali a démarré ses activités opérationnelles le 16 Septembre 2013 (après l obtention de l agrément n 2013 3438/ MF SF auprès du Ministère de l Economie et des Finances le 15 Août 2013) à Bamako.

Plus en détail

Stratégie Nationale d Inclusion Financière (SNIF)

Stratégie Nationale d Inclusion Financière (SNIF) Banque de la République d Haïti Stratégie Nationale d Inclusion Financière (SNIF) Présenté Par : Antoine Grand Pierre Stratégie Élaborée avec la Collaboration de la Sommet International sur la Finance

Plus en détail