BRGM LINTItPIISI AU SIIVICI DI LA TIIBI

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BRGM LINTItPIISI AU SIIVICI DI LA TIIBI"

Transcription

1 BRGM LINTItPIISI AU SIIVICI DI LA TIIBI DOCUMENT NON PUBLIC SYNDICAT D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE MARCILLY LA CAMPAGNE (27) Rénovation du forage "Aux Buissons" , Pompages d'essai, et définition de la capacité de production Par V. BELLIARD SENS & Ph. DE LA QUERIERE R349 HNO 4S 91 DECEMBRE 1991 Ce rapport comprend : 31 pages dont 11 figures et 1 annexe THEME : EAU MOTS-CLES : Alimentation en eau potable, pompages BRGM - HAUTE NORMANDIE LA VAT1NE - 14 rue Raymond Aron Mont-Saint-Aignan, Francs Tél.: ( Télécopieur: 33)

2 - 2 - RESUME Cette opération concerne la rénovation d'un forage réalisé en 1940, qui nous a été commandée par le SIAEP de Marcilly-la-Campagne (27). Elle a été entreprise pour plusieurs raisons ; la première concerne la teneur en nitrates de la nappe qui dans l'ensemble du plateau de Saint André est encore excessive, ce qui empêche la réalisation d'un forage de secours, ou le raccordement à un forage d'essai dans la vallée Pépin ; la seconde concerne l'éloignement de ce dernier forage d'essai qui rend les travaux de raccordement très coûteux. Cette opération a nécessité deux acidifications successives, un pompage de nettoyage ; d'autre part, un pompage par paliers (essai de puits) et un pompage longue durée (essai de nappe) ont permis de déterminer la capacité de production du forage et de l'aquifère. Celle ci est réduite à un débit continu de 8 m 3 /h parce que l'épaisseur de la couche productive se trouvant au sommet de la craie est réduite à une valeur de l'ordre de 5 m sous le niveau statique actuel, et la valeur des paramètres hydrodynamiques est faible (transmissivité 1 x 10-3 m 3 /s et coefficient d'emmagasinement 1 x 10~ 3 ). On peut moduler cette production en ne dépassant pas 12 m 3 /h - 12 h sur 24 - (dans les conditions d'hydraulicité de l'essai). Mais il ne faut pas exploiter cet ouvrage comme il l'a été fait jusqu'à maintenant, en rabattant le niveau à une forte profondeur, avec alimentation du forage par la nappe fonctionnant comme une source de déversement dans une bâche de captage. Les caractéristiques de l'aquifère sont faibles et ne nous étonnent pas. Le forage ne fournira jamais beaucoup d'eau, le syndicat devra informer ses adhérents de ne pas gaspiller l'eau en période estivale.

3 - 3 - Bien que le souhait du Syndicat, à savoir l'obtention d'un débit de 15 m 3 /h, n'ait pas été atteint, cette opération permet cependant de répondre aux besoins pendant un certain nombres d'années, ce qui donne le temps d'étudier et de réaliser une solution d'alimentation définitive, fiable tant du point de vue qualité que quantité.

4 - 4 - TABLE DES MATIERES RESUME 1 - INTRODUCTION 2 - PROGRAMME PRESENTE PAR LE BRGM 2.1. Phasage des opérations 2.2. Examen du forage 3 - INTERPRETATION DES POMPAGES D'ESSAI 3.1. Développement 3.2. Pompage par palier - essais de puits 3.3. Interprétation des pompages par palie et longue durée 4 - CAPACITE DE PRODUCTION DU FORAGE 5 - QUALITE DE LA NAPPE - PROBLEME DE FER CONCLUSION ANNEXE : Fichier de pompages

5 INTRODUCTION Le forage a été réalisé vers les années 1940, par les armées françaises et allemandes jusqu'à la profondeur de 92 m. Il alimente le Syndicat en eau potable depuis 1968 environ. En novembre 1954, la Direction Départementale de l'agriculture s'est aperçue qu'il était bouché à la profondeur de 27 m. Elle a fait procéder à 2 pompages d'essai qui ont donné lieu aux résultats suivants : 02/11/1954 : profondeur nappe au repos 10 m débit 10 m 3 /h rabattement 15,34 m durée 3h48 minutes débit spécifique 0,65 m 3 /h/m 03/11/1954 : profondeur nappe au repos 10,08 m débit 9,564 m 3 /h rabattement 14,78 m durée 8h40 minutes débit spécifique 0,65 m 3 /h/m En août 1965, un pompage d'essai est réalisé par l'entreprise AUBRY durant 3 jours consécutifs (3 fois 10 heures environ). Les résultats de la dernière journée sont les suivants : profondeur nappe au repos 8,60 m débit # 17 m 3 /h profondeur du niveau dynamique 69 m rabattement 60,4 m durée 8h40 minutes débit spécifique 0,28 m 3 /h/m Ces résultats d'après nous, semblent faussés par une réalimentation due au rejet trop proche des eaux d'exhaure, car la stabilisation des niveaux en pompage est trop apparente.

6 - 6 - Dans le cadre de la campagne départementale, un examen vidéo couleur est réalisé par l'entreprise DIÂSOL sur le forage en juillet Il montre : des desquamations du tubage à 4,50 m ; une fuite d'un joint à 23 m ; des colmatages de crépine entre 30 et 40 m, vers 41 m ; des encroûtements à 46 m, suivis de grosses concrétions entre 55 et 63 m qui se généralisent sur le reste du forage. DIASOL conclut son rapport en disant qu'un décapage du tubage et une acidification devrait permettre de restaurer le forage. En effet, le débit d'exploitation avait chuté. En fin juillet 1991 devant ces résultats, la Direction Départementale de l'agriculture demande au BRGM d'intervenir et de chiffrer le coût d'un forage provisoire. En effet, un forage d'essai réalisé dans la vallée Pépin sous la direction du Cabinet G. PIERSON (voir figure 1) lors de la campagne départementale en 1990 n'était pas utilisable malgré sa productivité en raison de son éloignement (3 km) et de sa teneur en nitrates (supérieure à 50 mg/1). Finalement, la Direction Départementale de l'agriculture s'oriente vers une opération de rénovation du forage actuel, en alimentant les populations provisoirement à l'aide d'un forage agricole ; ce choix est motivé par 2 raisons ; la rénovation peut dépanner le syndicat dont les besoins sont assez faibles (moins de 2 m 3 /j), le forage fournit une eau dont la teneur en nitrates est légèrement inférieure à 50 mg/1 ; la teneur déterminée dans le forage de secours implanté 5 m en amont du forage agricole pouvait dépasser la norme, et demandait l'utilisation d'une station de dénitrification.

7 Pi«rr *»,Bi2ai ^ / / / i- \ 1««Lead d'en haut \ \ \ «la Butt«Blanch» / O e \ \,» / V V / \r\ ' lit Touffe >< ^46 T«*, 1 / ^ ^ \ ' ^ - - / Beaulieu I Tout-Venta / l I I \l4a / : \ / U Vallée* Bouchée A i - X v..v'íes Champs «Gras ïe«long'«champ»\ / ^ ^ ) *\""tn yi^^" S ^ «/ ^"«J. /' uz, w7< le«maiurei^br Maiurei/Brûléei» «;;*, \?>r ' / Ï rf-a.ii«-.?"- --!üsx--t«y;'' \ / + i! ï + le Tê, "<* x \ / + i i ß ^-J- r 149 s. \, / ^^Francheville _.- *I42 \ \ L \toft*lm de Geraey <Ale Haut Bout - ^ -* v 41Ä&\.\ J.. v Î- > / r><7 "!PWÍ>- - '>-.\ /Trou de^^rancheville ;Kλ >X />. ^/r*t" _/* 1«Champàrt 0'W ' lin i Vent Cm? 2 '" Tir 7 Mart du Suiuon. uol 14a\r I../' Forage»»*-»i e * Vigne ** "" S """*"HI^ actuel Ans 1153 IKraly *J*i lea Fonceeuz la Grande-fPie^ce j la Grande I >x ' lea Verrai*, U * FORAGE D'ESSAI H de la campagne a.qu.-p*», départementale vi Aua - s i /.lea Bourbiera 5K 136> / > ' ~ ~ / \{ >- / u '/ f.f'\s le Bon,' Boia da^pineon ^^ / ^^l^^îde la Bnqûetene /^-^^v^ / //}. / /i? Ty 4." Í

8 PROGRAMME PRESENTE PAR LE BRGM 2.1. Phasage des opérations Le programme présenté par le BRGM comportent les phases suivantes : - acidification par 5 tonnes d'acide ; - nettoyage air lift, 4 heures ; - examen vidéo ; - pompage de nettoyage, 8 heures ; - pompage par palier (4 paliers) ; - pompage longue durée, 22 heures. L'examen vidéo a montré le 14 novembre : - un tube plein de 0 à 27 m, très corrosé (voir troué à certains endroits) ; - les crépines (trous arrondis 0 1 cm) bien dégagées jusqu'à 69 m, concrétions peu épaisses ; - de grosses concrétions entre 69 et 84 m colmatant les crépines ; - une eau très chargée avec une visibilité quasi nulle à partir de 69 m, et une eau de couleur rouge de 80 à 88 m. Suite à l'acceptation par la Direction Départementale de l'agriculture et le Syndicat, on refait les opérations suivante : - brossage du tubage ; - seconde acidification par 5 tonnes d'acide ; - nettoyage air lift ; - puis pompage de nettoyage ; pompage par palier ; pompage longue durée 72 heures ; - examen vidéo par DIASOL qui n'avait pas contrôlé le diamètre.

9 Examen du forage en fin de pompage L'opération vidéo a montré les phénomènes suivants : 1/ Des traces de concrétion encore existantes qui diminuent vers 57 m de profondeur, mais dont l'importance a diminué par suite du brossage. 2/ Les ouvertures de la crépine sont débouchées, elles sont bien visibles à partir de 27 m de profondeur. Ceci permet de constater une faible densité du crépinage. 3/ La visibilité diminue vers 68 m de profondeur et à partir de 68 m le tubage ne reste plus visible à cause de la stagnation dans le fond du forage du précipité d'hydroxyde de fer qui a été évacué par la suite. 4/ Le forage est bouché à 84,10 m de profondeur. 5/ Le diamétreur montre une réduction du diamètre de 350 à 250 mm à 70 m de profondeur. Entre 70 et 86 m, la paroi du tubage est tapissée d'irrégularités issues de concrétions résiduelles. On peut déduire de cette investigation que le décolmatage a été efficace, le faible pourcentage de vide de la crépine induit des pertes de charge importantes, que les venues d'eau proviennent de la surface de l'aquifère, et sont riches en fer.

10 INTERPRETATION DES POMPAGES D'ESSAI 3.1. Développement Lors de la première acidification, l'injection d'acide avait été réalisée à la base du forage. Lors de la seconde, on a injecté 1 tonne à 30 m de profondeur, et 4 tonnes en 2 passes à 60 m de profondeur. La réaction a été forte puisque 1'emulsion a surgi au sommet du forage. L'eau à l'air lift était devenue claire. Le pompage de nettoyage a été réalisé de la façon suivante : - 5, heures au débit de 11 m 3 /h - rabattement 7,64 m ; - 0,75 heures au débit de 15 m 3 /h - rabattement 13,68 m ; - 1, heure au débit de 24 m 3 /h - rabattement 23,15 m ; - 1, heure au débit de 36 m 3 /h - rabattement 38,25 m. Le niveau a chuté rapidement à partir du débit de 24 m 3 /h. L'eau était claire à la sortie de l'exhaure Pompage par palier - essais de puits figure 2. 4 paliers ont été réalisés et les résultats sont donnés dans la On voit que le troisième palier (par ordre croissant), à 14 m 3 /h donne un résultat moins bon que le quatrième (rabattement spécifique trop fort). Le coefficient des pertes de charge quadratiques est extrêmement élevé et parait peu vraisemblable.

11 - Figure 2 -, -.. -r- - f, -M- "n«i3,, 'Z r.».-1- ± w h -* w U **. ~ * O w- Departement: EURE Commune : MARCILLY LA CAMPAGNE ate du pompage : 25/11/91 classement : Niveau initial: 12.il m/sol PALIER DUREE DU! POMPAGE (minutes) DESCRIPTION DU POMPAGE DEBIT MOYEN (m3/h) RABATTEMENT FINAL (m) "î ' RABATTEMENT SPECIFIQUE L. n n n n n n B.O L.. CALCUL DES PERTES DE CHARGE Courue caractéristique s - bq + cq perte de charge line'aires : b ~ *-* h / * pertes de charge quadratiques : c " 8 h 2 /m s /m S a 2 /m 8 I o.oo GRAPHIQUE 8-f (Q) [Q) Ö- M 10 DEBIT (m3/h) 20 o o - o J GRAPHIQUE a/g - t (Q) 0 10 O.OOJ. - L. DEBIT (m3/h) 20 - i , 20.- Í ,...-»S a.oojl_ PERTES DE CHARGE TOTALES (*) LINEAIRES (0) j,._. a se w 2 3 j f Bureau de Recherches Ge'ologiques et Minie Ves Logiciel BRGM

12 Interprétation des pompages par palier et longue durée On a identifié les paramètres hydrodynamiques sur les remontées des paliers et du pompage longue durée (figures 3, 4 & 5). La transmissivité T est de l'ordre de 1 à 1,5 x 10-3 m 2 /s ; elle est faible. Le coefficient d'emmagasinement S égal à 1 x 10-3 est faible. On a calculé le coefficient des pertes de charge quadratiques C en ajustant la courbe calculée sur la courbe mesurée au palier de 8 m 3 /h (voir figures 3 & 4). Ce coefficient atteint 2.0 s 2 /m 5 ; il est très élevé, et le rabattement du aux pertes de charge (s = CQ 2 ) atteint 3,13 m, soit 80 % du rabattement total mesuré (3,91 m). La valeur du coefficient C de 6350 s 2 /m 5 est due au dénoyage et est donc faussée par celui-ci. L'examen des rabattements calculés et mesurés sur le pompage par palier et longue durée montre un dénoyage du forage à partir d'un rabattement de l'ordre de 5 m. En effet, les points mesurés décrochent de la courbe calculée sur les 2 paliers à 12,8 et 14,6 m 3 /h, à peu près à ce niveau (voir figures 3 & 4). Ce dénoyage a atteint 30 m lors du pompage de longue durée. Le système a fonctionné comme si une source se déversait dans le forage. On voit sur la figure 5 (pompage longue durée) que durant ce déversement de 12 m 3 /h, le niveau de la nappe dans le forage s'est tenu entre 30 et 36 m de rabattement (soit entre 42 et 48 m de profondeur) pendant 2940 minutes, soit 49 heures. Mais le fonctionnement du forage est un fonctionnement anormal qui détériore le tubage (concrétions ferrugineuses, calcaires...), et en accélérant exagérément les vitesses de circulations de l'eau, peut entraîner des éléments sableux ou argileux de la formation résiduelle à silex par exemple. On rappelle que l'on a pas de coupe géologique précise sur cet ouvrage.

13 débit rabattement mesuré rabattement calculé d : dénoyage 20 MHRCILLY LA CAMPAGNE (27) POMPAGE PAR PALIERS Programme I S fl P E IH.H ie.e Numero du pompage PUITS marc THEIS LoglcUl BRGH Temps 360 (mnl 180 T= 1.E-03 m2/s S= 1.E-03 H- 1 a u

14 débit rabattement mesuré rabattement calculé d : dénoyage MARCILLY LR CAMPAGNE (27) POMPAGE PAR PALIERS PERTES OE CHARGE : 2088 «2/»5 20 * H-,, Programme I S fl P E H.18.6 Numero du pompage PUITS marc THEIS LOQIOUI BRGM 360 Temps (mn) T= 1.50E-03 m2/s S= 1.E-03

15 débit rabattement mesuré rabattement calculé d : dénoyage MARCILLY Lfl CAMPAGNE (27) POMPAGE DE LONGUE DUREE PERTES DE CHARGE : e2/»s + XIV A -t ^ V * ^ J ~^ --* «L IU.U..îa.e Programme I SflP E Numero du pompage PUITS marc i i h.7.2 THEIS 1149 LOQIOUI BRGH Temps (mn) f 4, Ki T= 1.50E-03 m2/s S= 1.E-03 H- a m i

16 On peut noter que ce type de fonctionnement a été réalisé jusqu'à maintenant en ne vannant pas la pompe, ce qui a entraîné les détériorations du tubage constatées par DIASOL ; on rappelle d'autre part que cet ouvrage a été réalisé par les armées françaises et allemandes, et on en ignore la qualité du tubage. 4 - CAPACITE DE PRODUCTION Dû FORAGE La capacité de production du couple forage/aquifère est définie par les rabattements admissibles. Sur les figures 6 à 11, on a simulé des productions continues et alternées avec des périodes d'arrêt, pendant un an, dans les mêmes conditions du régime hydraulique que celles du pompage d'essai. Les simulations ont été faites avec le coefficient de pertes de charge quadratiques égal à 20 s 2 /m s. On a obtenu les résultats suivants : Régime débit rabattement au bout d'1 an observations n de figure pompage continu 8 4,80 m possible 6 pompage continu 10 6,20 m trop fort 7 pompage alterné 12 h ,60 m possible 8 & 9 pompage alterné 12 h/ ,20 m trop fort 10 & 11

17 MRRCILLY LR CAMPAGNE (27) SIMULATION SUR 1 RN DEBIT 8 H3/H EN CONTINU Programme I S fl P E e m *. - Numero du pompage o az PUITS marc THEIS fçqjts K (MMÇk : oo ooo S /to LoeioUl BRGH 1 1 « Temps (j.). 378 T= 1.E-03 m2/s S= 1.E-03 M- 0)

18 MflRCILLY LR CAMPAGNE (27) SIMULATION SUR 1 AN DEBIT: 10 M3/H EN CONTINU Programme ISflPE Numero du pompage i.o o ce PUITS marc 5.0»1.0. THEIS LogioUl BRGH Temps (j.) 370 fc3tt S itë CMfl^G 2/ - : Zoo ooo 5 7rr>* i T= 1.E-03 m2/s 3 S= 1.E-03 1

19 MRRCILLY Lfl CRMPRGNE (27) SIHULRTION SUR 1 RN DEBIT 12 M3/H 12 H PRR JOUfl 6.8 j, ~ _Q O CC Programme I S R P E Numero du pompage PUITS marc 3.0 THEIS 2.0 i / Loflicl.l BRGH 714 1U Temps (j.) 370 T= 1.E-03 m2/s S= 1.E-03 H- a I

20 MRRCILLY Lfl CRMPRGNE (27) SIMULATION SUR 1 RN DEBIT 12 M3/H 12 H. PAR JOUR 6.8,,,,_ 5.8..~ O Programme I S fi P E Numero du pompage PUITS marc THEIS PÖCT&S J> G\h% : loo ooo /Wr LoglcLl BRGM 35H Temps ( j.) 366 T= 1.E-03 m2/s S= 1.E-03 H«es i

21 10 MBRCILLY LH CRMPflGNE (27J SIMULATION SUR 1 AN DEBIT IS M3/H 12 H. PRR JOUR Programme I S fi P E JO a CC Numero du pompage PUITS marc «i.0.. THEIS / 3.0.' J LoglcUl BR6H Temps (j.) 370 fëftjbs t>q Onf\&c,Ç : 2co T= 1.E-03 m2/s S= 1.E-03 œo^/rr\* h» O I

22 10 MRRCILLY LR CAMPAGNE (27) SIMULATION SUR 1 AN DEBIT 15 M3/H 12 H. PAR JOUR 1 1 ^ Programme I S fi P E o oc Numero du pompage PUITS marc U.0.1 THEIS pertbs té (HQQCjb : Âoo OOo A LogioUl BflGM Temps (j.) 365 T= 1.E-03 m2/s S= 1.E-03 h"

23 Les observations ainsi que les précédentes montrent que l'on a intérêt à obtenir des rabattements les plus faibles possibles avec un régime de pompage le plus régulier possible donc un débit faible. En accord avec la Direction Départementale de l'agriculture, on propose au syndicat de : - placer la pompe comme précédemment à 70 m de profondeur ; - utiliser la pompe à 8 m 3 /h ; - placer la bougie d'arrêt vers 24 m pour tenir compte des variations de profondeur du niveau statique, et la bougie de reprise du niveau au repos de la nappe. 5 - QUALITE DE LA NAPPE - PROBLEME DE FER L'eau du forage s'est trouvée claire à l'exhaure de la pompe. Par contre, on a pu observer lors des pompages de nettoyage et par paliers un précipité d'hydroxydes de fer se produisant au bout d'un certain temps de séjour dans les bouteilles. Ce phénomène ne s'est plus produit après 48 heures de pompage. Deux origines peuvent être attribuées à ce phénomène. L'acidification intense a mis solution le fer sous la forme de chlorure ferrique qui s'est précipité ensuite sous forme d'hydroxyde. Ceci expliquerait l'élimination du précipité après 48 heures de pompage. D'autre part, la Direction Départementale de l'action Sanitaire et Sociale nous a fourni les teneurs en fer suivantes : 30/09/87 16/11/87 14/03/88 14/09/88 22/02/89 18/10/89 26/02/90 19/02/90 0,08 0,05 0,01 0,05 0,04 0,01 0,01 0,01

24 Les teneurs en nitrates ont baissé depuis 2 ans alors qu'en 1985, 1986 & 1987, elles étaient supérieures à 50 mg/1. Enfin, la Direction Départementale de l'action Sanitaire et Sociale nous a confirmé que dans les années 1980, la nappe était affleurante ou subaffleurante. Les teneurs en nitrates et en fer sont liées à la profondeur de la surface de la nappe par rapport au sol. Plus la profondeur est faible, plus la nappe est riche en nitrates d'origine cultúrale et en fer provenant de l'argile à silex. Enfin, lors du dernier examen par vidéo, l'eau était assez opaque dans le forage. La Direction Départementale de l'agriculture a fait poursuivre le nettoyage par pompage ce qui ne peut qu'améliorer les performances.

25 CONCLUSION Si cette opération de rénovation n'a pas permis d'obtenir le débit d'exploitation souhaité de 15 m 3 /h, cela est dû à la faible capacité de production de l'aquifère c'est à dire faible transmissivité et faible épaisseur productive dans les conditions d'hydraulicité de novembre Cependant, on peut en fonctionnement normal exploiter ce forage à 8 m 3 /h, pour un rabattement de 4,80 m ( m 3 /j) ; le débit spécifique (débit/rabattement) qui est l'indice de productivité atteint 1,67 m 3 /h/m ; cette valeur est 5,5 fois supérieure à celle observée lors du pompage de 1965 par l'entreprise Aubry. La craie dans le site est un aquifère qui dans les conditions d'étiage ne fournira jamais beaucoup d'eau et est d'autre part vulnérable ; il faudra donc un jour que le syndicat se retourne vers une autre ressource. Cette opération peut cependant être considérée comme un succès parce qu'elle permet de répondre aux besoins normaux de la population (160-2 m 3 /j) ; elle permet au syndicat de constituer une trésorerie pour trouver dans l'avenir la meilleure solution (coût/production/ qualité) de substitution à cette ressource. Il faut en période estivale limiter les consommations aux besoins nécessaires ; en effet, si l'alimentation de la nappe a été très abondante de 1965 à 1988, il semble que les conditions hydrauliques actuelles se rapprochent de la période , beaucoup plus pauvre en eau.

26 ANNEXE FICHIER DE POMPAGES MARCILLY LA CAMPAGNE

27 J ( Morn cu TI cm er y ' a m a & a s n u m a r o : : * _:=.,;uit3 liare TESTE L ' AQL IRE: erais DIAMETRE DU puits mara : 350. mm A YON D ' OBSERVAT I ON ; O.17 m NIVEAU HYDROSTATIQUE INITIAL U.I 1 CZURBE N ( MM. JM. DEBIT Ci3/ri 1 13 J..b. "7 4. D T" O. no 60 :"!("; '. t.* í">r o o Ou. Ü J " / uu Oí'; 3. w a O a i 1 a P V er J. w a 20. ^-ker *1_^. 3 O 4 _J J V ;" (") Oü <->. uoo OOO 12.ono : i 2.ono 2. ñ ;-)!") 13.0 i 3.0 O. OO , O >..' i J :i_i;"."c FEM' TEMPS ÍMN. ) (MIM rihtr l í i. i N i > SI. 7 /.. i. 7-Vila a. 7. ~. 0 0 :^;Ü. uu o u as?0 05 Í '; i '; Í ;c; 420,* i o S 10 '"* '""' r ''\ C. OOC. O CC. OOC u. u o u 0. 0 o o

28 PALIER NO: 2 COURSE DE DESCENTE N TEMPS TEMPS CLM. RABAT. DEBIT 1+TP/TR ii1n. ) (MN. ) ' (M. ) (M3/H) 34 is 36 - Í G. 1. Ou 2. OO _). U U ;o. oo OO i "7 f* n^i'i _5. tju S OOO PALIER NG: 2 COURBE DE REMONTEE N TEMPS TEMPS CUM. RABAT. DEBIT 1+TP/TR <MN.) (MN.) (M.) (M3/H) t_» i i se O O OO lo. oo OO OO OO o. o oo Jl b PALIER NO: 3 COURBE DE DESCENTE N TEMPS TEMPS CUM. RABAT. DEBIT 1+TP/TR ÍMN.) (MN.) (M.) (M3/H) \ -_ Í i *3, 4. oo OU 25. OO OO 60. OU OO OO 260. * / ET" OC) 270. *: o _; t, i0 1. ( = C _» m _» -U O a. 1 S ICO O PALIER NO: 3 COURBE DE REMONTEE S 5.26 SS 39 VO ' Ci UO 5. u u 6. OO V. OU lo. Ou 15. UO 20. OÙ G O O o?. or;o i S OOO o ooo x -}. *->U

29 PALIER NO: - COURBE DE DESCENTE N TEMPS (MN. ) TEMPS CUM. (MN. ) RABAT. (M. ) DEBIT (M3/H) 1+TP/TR HO Où 'D o S S US PALIER NO: 4 COURBE DE REMONTEE M TEMPS (MN. ) TEMPS CUM. (MN. ) RABAT. (M. ) DEBIT (M3/H) 1+TP/TR I '-kj S S OU lï.7 10.SoO V ' C' o " » O PALIER,M NO : 5 TEMPS < MN. / COURBE DE DESCENTE TEMPS CUM. (MN. ) SABAT. (M. ) DEBIT (M3/h) 1+TP/TR i-_i S wlo 154 i err S CT / CO CO CO böo. 720.tu U4S.0C OO 1560.CÖ CO 13. I S E o O fit O !! *_ i i í.i 22.SOO 15.3 x i_j O l -'» J 1 *J m G'vU U *. ÎÔÔ OOO bOO C PALIER N NO: 3 TEMPS (MN. ) COURBE DE REMONTEE TEMPS CUM. (MN. ) RABAT. (M. ) DEBIT (M3/H) 1+TP/TR 16S O

30 PALIER Nu: 6 COURBE CE DESCENTE M TEMPS TEMPS CUM. RABAT. DEBIT 1+TP/TR (MN.) (MN. ) (M.) (M3/H) r i i O OÙ a <bco oOO OOO "> O PAL Ici?; NG: b COURBE DE REMONTEE TEMPS TEMPS CUM. RABAT. DEBIT 1+TP/TP <MN.) <MN.) (M.) (M3/H) T'O 1 ' t ^i t i, i-j-w ^ -' _> ö. 7. S O = OO 5360! S TO i' J "

31 BILAN PAR PALIER Num. Pal. Temos Cumulé CMN. ) Durée Descente (MN. ) Durée remontée ;MN. ) Rabat. Mini. (M. > Rabat. Ma:: i. (M. ) Débit Moyen (M3/H) Débit Max i. (M3/H; Nb re Mes Lires 1 o i S r-, L i. 7 O r cr sombre total de mesures pour- les 6 palier 233

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE ENTREPRISE CHAPELLE S.A. ROUTE DE RIOTTER - LIMAS 69400 - VILLEFRANCHE SUR SAONE /DOCUMENT NON PUBLIC/ PROJET D'IfPLAmTION D'UE GRAVIERE A CRECHES SUR SAOE (71) EXA^EN DE L INCIDENCE SUR DES OUVRAGES DE

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr RUS Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée www.magnumgs.fr Producteurs d'eau chaude instantanés RUS Le système intégré de production d'eau chaude sanitaire instantané permet, à

Plus en détail

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Philippe de DONATO Université de Lorraine/CNRS Co-auteurs: C. PRINET, B. GARCIA, H. LUCAS, Z. POKRYSZKA, S. LAFORTUNE, P. FLAMANT, F. GIBERT, D. EDOUART,

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP Département du Finistère Commune de Saint-Thois Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP CAHIER DES CHARGES 1 CONTEXTE La commune de Saint Thois exploite son service d eau potable en régie. Le

Plus en détail

Collimateur universel de réglage laser

Collimateur universel de réglage laser Collimateur universel de réglage laser Manuel de l utilisateur Réf. WG-840 Mise à jour 27.08.2013 En projetant un rayon laser dans l axe du canon de votre arme à feu, ce collimateur universel de réglage

Plus en détail

K 4 Compact. K 4 Compact, 1.637-310.0, 2015-05-03

K 4 Compact. K 4 Compact, 1.637-310.0, 2015-05-03 K 4 Compact Un concentré de technologie dans un espace réduit. Le K4 Compact est idéal pour une utilisation régulière et pour venir à bout de salissures importantes. Il est facile à utiliser et à transporter.

Plus en détail

M. PATROUIX Robert M. TRYMBULAK Michael. M. RIGOLI Alain Les copropriétaires.

M. PATROUIX Robert M. TRYMBULAK Michael. M. RIGOLI Alain Les copropriétaires. Sigean le, mercredi 2 novembre 2012 Note Rédaction Jean Claude GOUZÈNE M. FIAMAZZO Bruno, Président du conseil syndical À Copie M. PATROUIX Robert M. TRYMBULAK Michael M. RIGOLI Alain Les copropriétaires.

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

FILTERS. SYSTEM CARE - Filtres en derivation INFORMATIONS TECHNIQUES CODIFICATION POUR COMMANDE INDICATEUR DE COLMATAGE

FILTERS. SYSTEM CARE - Filtres en derivation INFORMATIONS TECHNIQUES CODIFICATION POUR COMMANDE INDICATEUR DE COLMATAGE ILTERS HYDRAULIC DIVISION - iltres en derivation O INORMATIONS TECHNIQUES CODIICATION POUR COMMANDE COURBES DE PERTE DE CHARGE ( p) SCHEMA ONCTIONNEL INORMATIONS POUR LA COMMANDE DE PIECES DETACHEES DINSIONS

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN.

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. TD 6 corrigé - PFS Résolution analytique (Loi entrée-sortie statique) Page 1/1 Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. Question : Réaliser le graphe de structure, puis compléter

Plus en détail

Présentation : A. A. TOSSA

Présentation : A. A. TOSSA LA BANQUE DE DONNEES INTEGREE (BDI) DE LA DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE Un Outil pour la Gestion des ressources en eau Présentation : A. A. TOSSA 1- Le Service de la Banque de Données Intégrée (SBDI)

Plus en détail

Sommaire buses. Buses

Sommaire buses. Buses Sommaire buses Buses Pour tous types de machines hautes pression Pour des canalisations jusqu au Ø 600 mm Efficacité maximale Pour toutes sortes d obstruction Radiales ou rotatives Avec ou sans jet avant

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6)

Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6) Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6) ler semestre 2002 Renault O. Juiilei ZOO2 Ri-51786 Rapport de suivi du système de

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

COMMUNE DE GORGIER. Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, 1. Préambule

COMMUNE DE GORGIER. Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, 1. Préambule COMMUNE DE GORGIER RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT LA DEMANDE DE CREDIT DE Fr. 32'700.- POUR LE REMPLACEMENT D'UN COLLECTEUR D'EAUX USEES AU CHEMIN DE LA PAYAZ Madame la Présidente,

Plus en détail

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1 Régie Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

BRGM. Commune de VILLE-sur-ILLON (Vosges) Avril 1993 R 37123 NAC 4S 93. Lieu-dit "Varachamp" M. ALLEMMOZ J. CHEVALIER B. POLLET. Document non public

BRGM. Commune de VILLE-sur-ILLON (Vosges) Avril 1993 R 37123 NAC 4S 93. Lieu-dit Varachamp M. ALLEMMOZ J. CHEVALIER B. POLLET. Document non public BRGM Commune de VILLE-sur-ILLON (Vosges) Etude d'aptitude des sols pour la réalisation d'un lagunage Lieu-dit "Varachamp" M. ALLEMMOZ J. CHEVALIER B. POLLET Avril 1993 R 37123 NAC 4S 93 Document non public

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT NOMENCLTURE ES OPERTIONS SOUMISES UTORISTION OU ECLRTION EN PPLICTION ES RTICLES L. 214-1 L. 214-3 U COE E L ENVIRONNEMENT TBLEU E L RTICLE R. 214-1 U COE E L ENVIRONNEMENT (PRTIE REGLEMENTIRE) Consolidée

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½

Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½ Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½ Patrick Ciarlet et Vivette Girault ciarlet@ensta.fr & girault@ann.jussieu.fr ENSTA & Laboratoire Jacques-Louis Lions, Paris 6 Condition

Plus en détail

Journée «Eau et Assainissement

Journée «Eau et Assainissement Journée «Eau et Assainissement Enjeux et qualité de l eau sur le territoire du SAGE ATG Véronique GONZALEZ 23/01/2014 2 Agence Régionale de Santé Bretagne Origine des ARS : créées par l article 118 de

Plus en détail

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR Avis hydrogéologique sur des dossiers de demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle liée à une remontée de nappe phréatique - Communes de Marcoussis et du Val-Sain t-germain (Essonne)

Plus en détail

Diamètres 3" 4" 6" 8" Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD

Diamètres 3 4 6 8 Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD Description En général, un poste d'alarme à eau est composé de:. Un clapet d'alarme relié à un gong hydraulique.. Un ensemble de vannes et by-pass permettant l'essai du système.. Une vanne de vidange..

Plus en détail

La Télégestion au service de la performance des infrastructures d eau

La Télégestion au service de la performance des infrastructures d eau La Télégestion au service de la performance des infrastructures d eau Carrefour des Gestions Locales de l Eau Nancy -19 Juin2012 Georges Saccani- Chargé de Clientèle georges.saccani@schneider-electric.com

Plus en détail

Synthèse sur les réglementations et permis relatifs à l installation et à l exploitation de pompes à chaleur en Région wallonne

Synthèse sur les réglementations et permis relatifs à l installation et à l exploitation de pompes à chaleur en Région wallonne Synthèse sur les réglementations et permis relatifs à l installation et à l exploitation de pompes à chaleur en Région wallonne Version 1 28 mai 2009 Synthèse sur les réglementations et permis relatifs

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES SÉRIES ES et L Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. L'usage de la calculatrice est autorisé. Le candidat

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr i & V : SA E b i i 1 3 2 0 1 Ai 0800 9 h P i iè P i i i i S j C i Si E ) i Ti (i ib i Q,. bq i, FA V k, Pi b h iè i Si b, D Z, P E q Si-i SAV ET RÉPARATION S hiq : E q SSII VAR, i hiq Jh i h 0800 910 231.

Plus en détail

Le K5 Premium Eco!ogic Home offre un fonctionnement eco-responsable et une palette d accessoires complète, incluant un kit d aspiration par exemple.

Le K5 Premium Eco!ogic Home offre un fonctionnement eco-responsable et une palette d accessoires complète, incluant un kit d aspiration par exemple. Produits K 5 Premium eco!ogic Home Le K5 Premium Eco!ogic Home offre un fonctionnement eco-responsable et une palette d accessoires complète, incluant un kit d aspiration par exemple. Equipement: Filtre

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave 500 W sur 13cm avec les modules PowerWave Philippe Borghini / F5jwf f5jwf@wanadoo.fr Janvier 2012 Introduction Tout le monde a déjà vu au moins une fois, sur les puces, ces fameuses platines PowerWave

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Présentation de l entreprise. Des entreprises d ici. Une offre de services sur mesure. .com

Présentation de l entreprise. Des entreprises d ici. Une offre de services sur mesure. .com 1 Présentation de l entreprise Des entreprises d ici Depuis 1979, l entreprise Les Puits Deux-Montagnes s est bâti une réputation enviable qui s étend bien au-delà de la région des Basses-Laurentides.

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar Dans le hangar VISITE EXTERIEURE CHECK-LIST F150 M F-GAQC 2 purges essence... Niveau huile... Verrière, fenêtres... Sur le parking Essence... Barre de manœuvre... Effectuées Entre FULL et 2 cm en dessous

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Fiche technique 2011 / 01 Nouvelles dispositions prévues par le règlement de sécurité pour l évacuation des personnes en situation

Plus en détail

Organisme certificateur : 10 rue Galilée 77420 Champs sur Marne Tél : +33 (0)1 72.84.97.84 Fax : +33 (0)1 43 30 85 65 www.fcba.fr. www.marque-nf.

Organisme certificateur : 10 rue Galilée 77420 Champs sur Marne Tél : +33 (0)1 72.84.97.84 Fax : +33 (0)1 43 30 85 65 www.fcba.fr. www.marque-nf. N d identification AFNOR Certification : NF 061 MQDQ-CERT 15-306 du 18/01/2015 N de Révision : 16 Date de mise en application : 04/03/2015 Annule et remplace le MQDQ-CERT /14-324 du 15/05/2014 REGLES GENERALES

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

«Tous les sons sont-ils audibles»

«Tous les sons sont-ils audibles» Chapitre 6 - ACOUSTIQUE 1 «Tous les sons sont-ils audibles» I. Activités 1. Différents sons et leur visualisation sur un oscilloscope : Un son a besoin d'un milieu matériel pour se propager. Ce milieu

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale 68 NOMBREUSES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR AMP 1 69 INFORMATION PRODUIT AMP 1 Avec un Airmaster vous ne choisissez pas seulement une solution d'avenir durable - mais PLEINS FEUX SUR LA FONCTIONNALITÉ ET LE

Plus en détail

- Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant)

- Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - Réalisation de Cuisines (meubles, carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - VMC (Ventilation

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit pour l assainissement de la station de pompage des eaux usées du Port

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit pour l assainissement de la station de pompage des eaux usées du Port TRAVAUX PUBLICS 01-021 Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit pour l assainissement de la station de pompage des eaux usées du Port (Du 20 août 2001) Monsieur le

Plus en détail

Amortisseurs de fin de course

Amortisseurs de fin de course Les amortisseurs linéaires de fin de course DICTATOR amortissent doucement des portes coulissantes coupe-feu justement avant qu'elles atteignent la position finale. Les amortisseurs DICTATOR ont été testés

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES. Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES. Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01 MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE CEOLOCIQUE NATIONAL Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01 A.S.A. DES PRODUCTEURS DE SEMENCES DE MAIS

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation SIEGE D EVACUATION Manuel d'utilisation REHA-TRANS Siège d évacuation Evacuation d'urgence Armoire de rangement Introduction Vous avez choisi d acheter un SIEGE D EVACUATION D'URGENCE. Veuillez lire attentivement

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Annals of the University of Craiova, Electrical Engineering series, No. 30, 006 MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Daniela POPESCU,

Plus en détail

Pompes électriques immergées Pleuger avec moteurs immergés remplis d'eau

Pompes électriques immergées Pleuger avec moteurs immergés remplis d'eau Pompes électriques immergées Pleuger avec moteurs immergés remplis d'eau Experience In Motion Experience In Motion Fournisseur de référence pour le pompage d'eau Depuis plus d'un siècle et demi, Flowserve

Plus en détail

Notice d'exploitation

Notice d'exploitation Notice d'exploitation Equipement de Contrôle et de Signalisation incendie ECS 80-4 ECS 80-4 C ECS 80-8 ECS 80-8 C Sommaire Introduction...3 Maintenance...4 Commandes et signalisations utilisateur...6 Commandes...7

Plus en détail

Instructions d'utilisation

Instructions d'utilisation U22 K 7208 5500 0/2003 FR (FR) Pour l'opérateur Instructions d'utilisation Chaudière à condensation à gaz Logamax plus GB22-24/24K Prière de lire ces instructions avec soin avant l'utilisation Avant-propos

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation...

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation... Exercice 2012 Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service Public de l Eau potable Eau du robinet : source de minéraux Des contrôles pour une eau sûre L exigence de qualité Syndicat des Eaux de

Plus en détail

Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006

Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006 Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006 Modane, 15 décembre 2006 François VICTOR 1 Les points à traiter Quel bilan pour l activité touristique en Maurienne pour l hiver 2005/2006?

Plus en détail

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Groupement prévention du SDIS 85 PREAMBULE La loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu.

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Auteur : Dr. Wulfran FORTIN Professeur Agrégé de Sciences Physiques TZR -

Plus en détail

Construction et mise en œuvre d un simulateur hydrologique et chimique du bassin ferrifère lorrain BRGM/RP-62998-FR

Construction et mise en œuvre d un simulateur hydrologique et chimique du bassin ferrifère lorrain BRGM/RP-62998-FR Construction et mise en œuvre d unn simulateur hydrologique et chimique du bassin ferrifère lorrain Rapport final BRGM/RP-62998-FR Décembre 2013 Mots clés : modèle hydrologique, modèle géochimique, modèle

Plus en détail

Une solution parfaitement adaptée

Une solution parfaitement adaptée INFORMATIONS ANALYSE EN CONTINU DES NITRATES NISE SC / NITRATAX SC NOUVEAU! ME SU RE DES N I T R AT ES EN LIGNE Une solution parfaitement adaptée Sondes de nitrate utilisant les technologies UV et électrodes

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

Les avancées techniques en matière de performances des réseaux

Les avancées techniques en matière de performances des réseaux Les avancées techniques en matière de performances des réseaux Les Rencontres Techniques d IDEAL 19 Juin2012 -Nancy Distribution de l eau Challenges : Augmentation de la demande en eau Changements climatiques

Plus en détail

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS!

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! Type d'activité ECE Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles du programme de Terminale S TYPE ECE Evaluation

Plus en détail