Position commune de l'ue en vue du quatrième forum sur l'efficacité de l'aide (Busan, du 29 novembre au 1er décembre 2011) Conclusions du Conseil

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Position commune de l'ue en vue du quatrième forum sur l'efficacité de l'aide (Busan, du 29 novembre au 1er décembre 2011) Conclusions du Conseil"

Transcription

1 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Position commune de l'ue en vue du quatrième forum sur l'efficacité de l'aide (Busan, du 29 novembre au 1er décembre 2011) Conclusions du Conseil 3124ème session du Conseil AFFAIRES ETRANGERES Développement Bruxelles, 14 novembre 2011 Le Conseil a adopté les conclusions suivantes: "Partie I: Messages clés pour Busan 1. Le forum de Busan devrait marquer un tournant pour le renforcement de l'aide en servant de catalyseur pour l'obtention de résultats tangibles en matière de développement; il devrait également chercher un nouveau consensus sur un partenariat ouvert dans le domaine du développement. Au-delà de l'aide, le forum devrait également étudier les moyens de développer la mobilisation des ressources nationales dans les pays partenaires afin de contribuer à l'objectif à long terme consistant à réduire la dépendance vis-à-vis de l'aide. 2. En évaluant les progrès réalisés par rapport aux engagements existants, en fixant les priorités du programme sur l'efficacité de l'aide et l'efficacité en termes de développement et en établissant des liens avec les nouveaux défis et partenariats mondiaux dans le domaine du développement, le forum de Busan contribuera à améliorer la qualité de l'aide et à augmenter l'impact du financement du développement quelles qu'en soient les sources. L'objectif global est d'accélérer la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et de contribuer à la mise en place de l'architecture pour le développement de l'après Compte tenu de l'évolution du contexte mondial, le Conseil approuve les priorités ci-après pour l'ue et ses États membres (ci-après dénommés "l'ue") lors des négociations du document final de Busan: 3.1 être ouvert à toutes les composantes et donc jeter des ponts entre les différents acteurs du développement, y compris les économies émergentes, qui s'efforcent de parvenir à des résultats et d'avoir un impact durable en matière de développement. Cet objectif consistant à étendre et élargir la coopération à tous les partenaires au développement P R E S S E R u e d e l a L o i B B R U X E L L E S T é l. : ( 0 ) F a x : ( 0 )

2 concernés devrait améliorer l'efficacité en termes de développement sans réduire l'ambition du programme sur l'efficacité de l'aide; P R E S S E R u e d e l a L o i B B R U X E L L E S T é l. : ( 0 ) F a x : ( 0 )

3 3.2 se mettre d'accord sur un document final unique qui réaffirme les principes de l'efficacité de l'aide en précisant et approfondissant les grands engagements de la déclaration de Rome sur l'harmonisation, de la déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide et du programme d'action d'accra; 3.3 préciser et approfondir les engagements concernant les résultats et la responsabilité, l'appropriation, la transparence et la réduction de la fragmentation. La prévisibilité, l'alignement et le renforcement des moyens constituent d'autres domaines prioritaires. En outre, le document final de Busan devrait traiter des risques et de leur gestion commune, y compris leur identification et leur atténuation communes; 3.4 renforcer la participation des parlements, des autorités locales, des organismes de supervision, de la société civile, des milieux universitaires et des médias indépendants, qui constituent tous des acteurs essentiels du développement et de l'action en faveur de la démocratie, des droits de l'homme et de l'état de droit; 3.5 faire participer le secteur privé à l'action en faveur de l'efficacité de l'aide et de l'efficacité en termes de développement afin de favoriser l'innovation, créer des revenus et des emplois, mobiliser les ressources nationales et développer les mécanismes financiers innovants; 3.6 adopter une nouvelle approche des situations de fragilité ou de conflit, fondée sur un soutien efficace en faveur des objectifs de consolidation de la paix et de l'état approuvés de commun accord au niveau des pays partenaires; 3.7 donner un caractère prioritaire à la mise en œuvre au niveau des pays et la renforcer sensiblement, sous la conduite des pays partenaires, et permettre une certaine souplesse en fonction des priorités des pays partenaires, des contextes locaux et de la participation d'un large éventail de partenaires au développement; 3.8 réduire et rationaliser la structure de gouvernance et la supervision au niveau mondial et utiliser les enceintes et les mécanismes existants pour assurer le suivi et la mise en œuvre du programme sur l'efficacité de l'aide et l'efficacité en termes de développement. 4. Il importe que tous les partenaires au développement concernés, y compris ceux qui contribuent à la coopération Sud-Sud, les économies émergentes, les organisations multilatérales, le secteur privé, la société civile et les fondations privées à but non lucratif, mettent en œuvre les engagements pris à Busan. Partie II: Contribution de l'union européenne 5. Le Conseil souligne que l'ue 1 obtient des résultats supérieurs à la moyenne dans la mise en œuvre des engagements de Paris et Accra. Ces progrès sont encourageants mais insuffisants. 6. Dans cet esprit, le Conseil souligne qu'il est nécessaire de préciser et approfondir les engagements afin d'obtenir des résultats concrets et durables, ce qui requiert un soutien 1 En ce qui concerne l'ue, les participants à l'enquête de suivi de la mise en œuvre des engagements de Paris sont l'autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, l'allemagne, l'irlande, l'italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal, l'espagne, la Suède, le Royaume-Uni et la Commission. 3

4 politique accru en faveur du programme sur l'efficacité de l'aide et l'efficacité en termes de développement et la recherche d'une approche globale. 7. Pour approfondir encore les engagements en faveur de l'efficacité de l'aide et renforcer l'efficacité en termes de développement, l'ue encouragera et soutiendra les initiatives spécifiques en vue: a. de mettre en place une garantie de transparence de l'ue pour accroître la responsabilité et la prévisibilité, renforcer l'appropriation démocratique et améliorer les résultats en matière de développement; b. de mettre en œuvre une programmation commune au niveau des pays pour réduire la fragmentation de l'aide et promouvoir l'harmonisation; c. renforcer la mise en œuvre, la responsabilité, l'évaluation et l'obtention de résultats durables; d. s'engager dans une nouvelle approche des situations de conflit et de fragilité; e. accroître la participation des secteurs public et privé pour améliorer l'impact en termes de développement. 8. L'action en faveur de l'efficacité de l'aide et de l'efficacité en termes de développement sera renforcée dans le cadre de la politique de développement et des futurs instruments financiers de l'ue. 2 Partie III: Eléments détaillés de la position commune de l'ue I. Résultats mitigés, progrès inégaux, succès et perspectives 9. L'UE a pris bonne note des conclusions de l'enquête indépendante d'évaluation et de suivi de la mise en œuvre des engagements de Paris, ainsi que de l'enquête de suivi de la mise en œuvre des principes pour l'engagement international dans les États fragiles. Ces conclusions devraient servir de base pour la détermination des priorités futures. 10. Les informations disponibles confirment que, parmi les cinq principes de l'efficacité de l'aide, c'est l'appropriation au niveau national qui a le plus progressé. L'alignement et l'harmonisation ont avancé de manière inégale, tandis que le recours aux systèmes des pays partenaires n'a pas augmenté, en dépit des améliorations apportées à ces systèmes. La gestion axée sur les résultats en matière de développement et la responsabilité mutuelle ont enregistré le moins de progrès. La prévisibilité de l'aide a même régressé par rapport à D'une manière générale, les progrès sont lents, puisque seul un objectif sur treize a été complètement atteint, à savoir la coopération technique coordonnée. 11. Selon l'enquête sur les engagements de Paris, les résultats obtenus par l'ue dans la mise en œuvre des engagements de Paris et Accra sont satisfaisants pour ce qui est des activités communes de coopération technique et du recours aux systèmes nationaux de gestion des finances publics et de passation des marchés publics. Ils sont moins bons en ce qui concerne l'alignement, la prévisibilité et le recours à des approches par programmes. La fragmentation 2 Il est fait référence à la politique de développement et aux instruments financiers prévus dans le budget de l'ue ou gérés par la Commission européenne. 4

5 et la prolifération de l'aide, qui se sont toutes deux accrues entre 2005 et 2009 tant au niveau de l'ue qu'au niveau mondial, ainsi que la transparence, continuent à poser problème. 12. Dans l'ensemble, l'ue obtient des résultats supérieurs à la moyenne des donateurs dans la réalisation des objectifs de Paris. Cependant, les données disponibles indiquent que les progrès au sein de l'ue sont inégaux et qu'il y a encore du travail à accomplir pour améliorer l'efficacité de l'aide et d'autres sources de financement du développement. À cet égard, le Conseil prend note avec satisfaction de la communication de la Commission concernant une proposition de position commune de l'ue à Busan 3. II. Améliorer l'efficacité de l'aide en termes de développement Appropriation 13. L'UE souligne que l'appropriation par les pays partenaires revêt une importance fondamentale si l'on veut que l'aide donne des résultats durables en matière de développement, et elle prend note des progrès réalisés par nombre de ces pays. Une référence systématique devrait être faite à l'appropriation démocratique, les pays partenaires étant chargés de promouvoir un environnement propice à une concertation avec la société civile et les différentes parties intéressées afin de créer un consensus en faveur du développement. Le renforcement du rôle des parlements, des autorités locales, des organisations de la société civile, des institutions de contrôle nationales et des médias est essentiel dans cette optique. 14. La participation des femmes et des organisations féminines ainsi que des mesures en faveur de l'égalité des sexes sont indispensables pour obtenir un développement équitable et réel. 15. L'appropriation démocratique devrait également passer par le renforcement des moyens et des systèmes nationaux, y compris les ressources institutionnelles et humaines, ainsi que par des institutions efficaces qui respectent les droits de l'homme, les principes de bonne gouvernance et l'état de droit. Les donateurs devraient apporter leur soutien au développement des moyens en fonction des priorités, de la demande et du contexte au niveau local. L'UE invite les pays partenaires et les partenaires au développement à mettre davantage l'accent sur une conditionnalité harmonisée et axée sur les résultats. 16. La lutte contre la corruption et la gestion des risques devraient être une responsabilité commune des pays partenaires et de l'ensemble des partenaires au développement. Résultats et responsabilité au regard des résultats 17. Obtenir des résultats durables en termes de développement constitue l'objectif global du programme sur l'efficacité de l'aide. L'UE souligne que si l'importance de la gestion de l'aide axée sur les résultats a été affirmée à Paris et à Accra, c'est la capacité à mettre en œuvre, à mesurer, à démontrer et à assumer la responsabilité d'apporter des résultats durables qui devrait être au centre de l'attention à Busan. En conséquence, les cadres de résultats présentés par les pays devraient comporter des engagements communs, opérationnels et explicites, à cet égard. Cependant, l'incitation appuyée à produire des résultats ne devrait pas compromettre le processus à plus long terme du renforcement des capacités des pays partenaires à planifier, 3 Proposition de position commune de l'ue en vue du 4 ème forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, à Busan. Communication de la Commission, Bruxelles, le 7 septembre 2011, COM(2011) 541 final (doc /11). 5

6 mettre en œuvre, mesurer, démontrer et assumer la responsabilité d'apporter des résultats durables en termes de développement. 18. Les pays partenaires et les partenaires au développement devraient s'engager à appliquer des cadres de résultats communs avec un nombre raisonnable d'indicateurs de résultats en termes de développement au niveau des pays, fondés sur les stratégies de développement et les plans sectoriels nationaux des pays partenaires. Les pays partenaires et les partenaires au développement devraient convenir de cadres d'évaluation commune et de gestion commune des risques comportant des indicateurs relatifs à l'efficacité de l'aide et du développement afin d'évaluer les résultats et d'identifier les risques. 19. Le programme sur l'efficacité de l'aide devrait également s'attacher à promouvoir la responsabilité au regard des résultats obtenus en matière de développement en renforçant et en exploitant pleinement les mécanismes de responsabilisation et de transparence gérés par les pays. Les actions prioritaires devraient viser à renforcer les institutions essentielles et les efforts engagés, notamment en ce qui concerne le renforcement des capacités statistiques des pays partenaires, y compris par l'intermédiaire de l'initiative Paris 21 4, et à renforcer, chez les pays partenaires, les capacités de suivi et d'évaluation des résultats en matière de développement ainsi que la capacité d'amener les gouvernements à assumer leur responsabilité. Il convient pour cela de veiller notamment à la prise en compte des questions d'égalité des sexes dans les mécanismes de gestion des finances publiques et les systèmes de suivi des dépenses et à la collecte et à l'utilisation des données ventilées par sexe. L'UE estime que les évaluations des résultats réalisées par les donateurs devraient être fondées, autant que possible, sur les rapports des résultats établis par les pays partenaires. 20. L'UE souligne que les pays partenaires devraient être responsables de l'établissement des cadres de résultats et de responsabilité mutuelle, qui sont utilisés de manière universelle pour assurer le suivi des progrès accomplis en vue de l'obtention de résultats en matière de développement ainsi que le suivi de la performance des donateurs, et que ces cadres devraient être adaptés aux contextes particuliers. Les pays partenaires et les donateurs devraient renforcer, en matière de développement, une prise de décision fondée sur les résultats. L'élaboration de ces cadres devrait être transparente et la société civile et les autres acteurs concernés devraient y être associés. Transparence et prévisibilité 21. Le document final qui sera établi à l'issue du forum de Busan devrait réaffirmer les engagements en matière de transparence pris à Accra par tous les partenaires du développement, y compris les donateurs ne faisant pas partie du CAD, à savoir de divulguer publiquement des informations régulières, détaillées et récentes sur les engagements, les dépenses, l'affectation, les conditions et les résultats. 4 Partenariat pour le développement de la statistique au XX I ème siècle (Paris21). 6

7 22. Le document final de Busan devrait comprendre l'engagement de rendre publiques toutes les informations indicatives spécifiques aux pays prises en compte dans les prévisions de dépenses de l'ocde/cad 5, et d'ajouter des informations plus détaillées au niveau des secteurs d'activité. 23. Les pays partenaires devraient clairement s'engager à faire preuve de transparence sur les ressources disponibles affectées au développement, notamment en ce qui concerne la publication de budgets nationaux, des dépenses et des rapports d'audit. 24. Le document final devrait également encourager les donateurs à lever les obstacles afin de permettre l'établissement de budgets pluriannuels en matière de coopération au développement, et à reconnaître l'importance du respect de normes mondiales complémentaires en matière d'établissement de rapports et de publications, basées sur la norme SNPC++ du CAD (c'est-à-dire le système de notification des pays créanciers étendu du CAD), comprenant ses concepts, ses définitions, ses classifications et ses procédures de vérification), ainsi que sur l'initiative internationale en faveur de la transparence de l'aide (IITA). L'objectif devrait être de respecter les engagements de participation ouverte à tous, de capacité de gestion et de mise en œuvre d'ici décembre Dans ce contexte, l'ue encourage le CAD à devenir une plateforme internationale en matière de transparence. 25. Il convient de favoriser, de manière prioritaire, une transparence accrue au sein des institutions multilatérales de développement, y compris le système des Nations unies et les banques de développement, ainsi que chez les autres partenaires financés par l'ue. 26. L'UE s'engagera à une "garantie de transparence de l'ue 6, fondée sur les engagements en matière de transparence qu'elle a adoptés dans son cadre opérationnel sur l'efficacité de l'aide 6. Réduction de la fragmentation 27. La fragmentation de l'aide reste problématique et la situation risque de se détériorer encore en raison du nombre croissant des acteurs et de leur diversité. En conséquence, le forum de Busan devrait examiner les possibilités de remédier à ces problèmes, étant entendu qu'une prise de décision politique est essentielle pour y parvenir. Tous les partenaires au développement, y compris les organisations multilatérales, doivent abandonner les stratégies par pays au profit de stratégies d'aide menées conjointement par les donateurs et les partenaires mus par une volonté politique de travailler ensemble et gérées par le pays partenaire. 28. Il convient de rationaliser l'architecture de l'aide multilatérale. L'UE confirme une nouvelle fois l'engagement pris à Accra de faire preuve d'autodiscipline pour éviter à l'avenir la prolifération des programmes mondiaux et thématiques ou des fonds verticaux. Les donateurs devraient utiliser les circuits existants et les renforcer Pour les États qui ne sont pas encore membres de l'ocde/cad, il sera tenu compte des mesures nécessaires pour permettre une telle communication, ainsi que la diffusion d'informations sur les prévisions relatives à l'affectation de l'aide. Lors de la communication et de la publication des informations sur le volume de leur aide et l'affectation de celle-ci, ces États s'efforceront de suivre les méthodologies établies par l'ocde/cad. Voir l'annexe 1. Cadre opérationnel de l'ue concernant l'efficacité de l'aide - Texte consolidé (doc /10). 7

8 29. L'UE est consciente que les capacités de gestion des pays partenaires sont déterminantes pour la coordination et la gestion de l'aide, notamment pour la répartition du travail au niveau national et qu'il est nécessaire de les renforcer en fonction des demandes. Le partage des expériences et des connaissances dans le cadre des plateformes régionales peut constituer l'une des voies à suivre à cet égard. 30. Le document qui sera établi à l'issue du forum de Busan peut également apporter une valeur ajoutée particulière pour ce qui est de promouvoir la répartition internationale des tâches et un débat mondial de haut niveau en tenant tout particulièrement compte des pays sous-financés, sur la base des travaux d'analyse effectués par le CAD en ce qui concerne la fragmentation et les perspectives en matière d'attribution des aides. 31. Le dialogue politique de haut niveau et à l'échelle mondiale sur ces questions, qui est inscrit dans le programme d'action d'accra, devrait s'engager à Busan sur la base des travaux d'analyse effectués par le CAD en ce qui concerne la fragmentation et les perspectives en matière d'attribution des aides. Pour ce qui est de la situation des pays sous-financés, ce dialogue devrait inclure une discussion sur la complémentarité du rôle des donateurs bilatéraux et de celui des donateurs multilatéraux. 32. L'UE est résolue à privilégier une coopération au développement très souple et de plus en plus décentralisée afin de permettre des approches communes et ouvertes à tous au niveau des pays. 33. Afin de montrer le chemin à suivre tant à Busan que par la suite, et en réponse à la fragmentation et à la prolifération croissantes, l'ue améliorera et renforcera la programmation commune 7 au niveau des pays sous l'égide des pays partenaires autant que possible. Alignement 34. Les éléments d'information disponibles confirment que l'alignement sur les priorités nationales des pays partenaires et le recours à leurs systèmes rendent l'aide plus efficace. En outre, l'alignement sur les priorités des pays partenaires, sur leur planification nationale et sur leurs cycles budgétaires, et le recours à leurs systèmes nationaux revêtent une importance certaine pour ce qui est de favoriser l'appropriation et l'encadrement des actions par ces pays partenaires. 35. L'UE souligne qu'il appartient principalement aux gouvernements des pays partenaires de renforcer leurs systèmes nationaux, tandis que l'identification et l'atténuation des risques devraient incomber conjointement aux pays partenaires et aux donateurs. 36. L'UE appelle tous les partenaires dans le domaine du développement, y compris les organisations, fonds et programmes multilatéraux ainsi que les fonds verticaux à réaffirmer leur engagement actuel à aligner leurs projets sur les plans nationaux de développement des pays partenaires et à s'engager à utiliser et à renforcer, de concert avec les pays partenaires, les systèmes nationaux pour toutes les modalités de l'aide, afin de rendre plus efficaces les institutions et les choix politiques. Le recours aux systèmes nationaux est important non seulement pour l'appui budgétaire, mais également pour d'autres formes d'aides, y compris le soutien des projets. 7 Voir l'annexe II. 8

9 Pays se trouvant dans des situations de fragilité ou de conflit 37. Le document qui sera établi à l'issue du forum de Busan devrait aborder les situations de conflit et de fragilité comme un enjeu mondial en termes de développement et de réduction de la pauvreté et tenir compte du fait que ce sont les pays en situation de fragilité qui ont le plus de retard dans la réalisation des OMD. 38. Le document qui sera établi à l'issue du forum de Busan devrait réaffirmer les principes figurant dans les résolutions 1325 et 1820 du Conseil de sécurité des Nations unies, les principes de l'aide humanitaire efficace, les principes pour l'engagement international dans les États fragiles et l'importance accordée par le Programme d'action d'accra à l'appropriation inclusive et souligner la nécessité d'établir, lorsque cela est possible, une relation plus étroite et plus efficace entre ces domaines d'action et les mesures y afférentes, tant au niveau politique qu'opérationnel. 39. Le suivi des principes pour l'engagement international dans les États fragiles montre que les principes en matière d'efficacité de l'aide restent pertinents pour les pays en situation de fragilité mais que leur mise en œuvre doit être progressive et adaptée aux problèmes spécifiques résultant notamment du faible niveau d'appropriation et de capacités limitées ainsi qu'aux besoins urgents en matière de services de base. 40. L'UE reconnaît l'importance des travaux menés dans le cadre du dialogue international sur la consolidation de l'état et de la paix et du rôle accru de chef de file du groupe de pays en situation de conflit ou de fragilité appelé g7+ qu'elle soutient. 41. L'UE estime que le document qui sera établi à l'issue du forum de Busan devrait comporter une référence au dialogue international sur la consolidation de l'état et de la paix. Il devrait également mentionner explicitement les cinq objectifs de la feuille de route de Monrovia sur la consolidation de la paix et de l'état, qui prônent une nouvelle approche dans les situations de conflit et de fragilité. La coopération et l'engagement international dans ces situations devraient produire des résultats qui soient conformes aux objectifs nationaux en matière de consolidation de la paix et de l'état, et qui soient transparents, rapides, prévisibles, souples et réactifs face aux enjeux spécifiques liés aux résultats en matière de développement et à la réduction de la pauvreté, assurer une gestion des risques commune et efficace, et renforcer les capacités nationales et l'utilisation des systèmes nationaux. 42. L'UE appelle les donateurs à adapter leurs procédures de prise de décisions, de financement et de mise en œuvre aux enjeux spécifiques à ces situations de fragilité. Elle demande également que soit approuvées les orientations du CAD sur le renforcement de l'état, le financement de la transition et la gestion des risques dans les situations de fragilité. 43. L'UE engage les partenaires se trouvant en situation de conflit ou de fragilité à donner l'impulsion politique nécessaire pour garantir un dialogue politique ouvert à toutes les parties, la transparence et le développement des capacités locales. III. Un partenariat axé sur les résultats - le programme sur l'efficacité au service du développement 44. Les informations disponibles révèlent que les principes en matière d'efficacité de l'aide sont pertinents au-delà de leur portée actuelle et qu'ils peuvent apporter une valeur ajoutée aux partenariats de grande ampleur ainsi qu'en termes de sources alternatives de financement du développement. 9

10 45. Il est important pour l'ensemble des acteurs participant au financement du développement de contribuer à des résultats durables. Lors du forum de Busan, les différents acteurs devraient avoir l'occasion de partager leurs expériences en matière d'obtention de résultats. Sur cette base, le document qui sera établi à l'issue du forum pourrait énoncer des principes communs et des engagements différenciés en partant des principes d'efficacité de l'aide. Rôle des économies émergentes et de la coopération Sud-Sud 46. Le document qui sera établi à l'issue du forum de Busan devrait confirmer l'importance croissante que revêtent la coopération Sud-Sud et la coopération triangulaire pour le développement. Il devrait également s'attacher à continuer de faire comprendre les avantages respectifs, les complémentarités et les synergies qui existent entre une coopération Sud-Sud et une coopération Nord-Sud fondées sur la transparence en ce qui concerne les flux financiers dans le domaine du développement. L'UE souligne qu'il importe que les pays partenaires et les économies émergentes définissent le lien entre le programme sur l'efficacité de l'aide et du développement et la coopération Sud-Sud et la manière dont les enseignements tirés dans le cadre de celle-ci peuvent être utiles au programme. 47. Le document établi à l'issue du forum devrait également prendre acte du fait que la coopération Sud-Sud, au même titre que la coopération Nord-Sud et que la coopération triangulaire, va au-delà de la coopération financière et qu'elle inclut également le renforcement des capacités et le partage des connaissances; il devrait également souligner le rôle des plates-formes régionales de partage des connaissances sur les expériences réussies en matière de développement, de renforcement des capacités et de pratiques de gestion de l'aide. L'UE invite ceux qui contribuent à la coopération Sud-Sud à prendre part aux processus gérés par les pays afin d'améliorer l'efficacité de l'aide et du développement. Organisations de la société civile, autorités locales et fondations privées 48. Sur la base des résultats du dialogue structuré, le document qui sera établi à l'issue du forum de Busan devrait réaffirmer la reconnaissance du rôle d'acteur indépendant à part entière des organisations de la société civile (OSC), la nécessité de renforcer l'environnement réglementaire et légal en faveur de la société civile, ainsi que le rôle des acteurs locaux dans le lancement d'interventions spécifiques pour répondre aux besoins locaux en matière de développement. 49. L'UE prend acte des efforts déployés par les organisations de la société civile et par les autorités locales des pays donateurs et des pays partenaires pour améliorer la responsabilité, la transparence et l'intégrité de leurs activités, et les engage à poursuivre dans cette voie sur la base de mécanismes d'autorégulation, tels que les Principes d'istanbul sur l'efficacité du développement des OSC. 50. Les fondations privées devraient également être invitées à adapter les principes d'istanbul à leurs activités et partenariats. Lorsqu'elles agissent en tant que donateurs, les OSC et les fondations privées internationales devraient promouvoir l'appropriation locale, en permettant à la société civile locale de prendre l'initiative du recensement des besoins locaux en matière de développement. 10

11 Secteur privé à but lucratif 51. Le document établi à l'issue du forum de Busan devrait mettre l'accent sur l'importance que revêtent une croissance économique ouverte à tous, le développement du secteur privé local et les partenariats entre les secteurs privé et public en vue de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Pour atteindre ces objectifs, il conviendra de favoriser un environnement propice au développement du secteur privé, au développement des capacités au sein du secteur privé et en coopération avec celui-ci, de soutenir la conclusion de partenariats entre les secteurs public et privé et d'encourager des solutions qui permettront de faire en sorte que l'aide joue un rôle de catalyseur afin d'accroître les investissements privés en faveur d'une croissance ouverte à tous et qui bénéficie aux pauvres. 52. Le document établi à l'issue du forum de Busan devrait notamment énoncer les principes communs du partenariat concernant la participation du secteur privé, définis avec les représentants du secteur privé. Cette coopération renforcée devrait s'appuyer sur les principes de l'efficacité de l'aide. À cet égard, l'ue invite le secteur privé à assumer un rôle actif dans la coopération au développement en favorisant l'innovation commune et les modèles commerciaux inclusifs, les partenariats entre les secteurs public et privé et les pratiques d'entreprise axées sur la responsabilité sociale. Elle invite également les partenaires au développement à renforcer et accroître le recours aux instruments financiers innovants et à une combinaison prêts-subventions qui conforte le rôle de catalyseur que joue l'aide en favorisant la coopération du secteur privé ainsi que son développement. L'UE souligne l'importance que revêt la coopération régulière du secteur privé, sur la base des initiatives existantes le cas échéant, dans le cadre du dialogue au niveau des pays sur la meilleure manière dont les secteurs public et privé peuvent contribuer à l'efficacité du développement. Financement international de la lutte contre le changement climatique 53. L'UE soutient l'application des principes d'efficacité de l'aide au financement de la lutte contre le changement climatique, et insiste sur l'importance de parvenir à un soutien similaire dans le cadre du processus de Copenhague-Cancún-Durban. Les enseignements tirés de l'application des principes de Paris et d'accra peuvent être d'une grande utilité pour améliorer l'efficacité, en termes de développement, des interventions effectuées en faveur du changement climatique et devraient contribuer à définir le cadre du financement en faveur du changement climatique au sein du processus de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). 54. L'UE préconise d'inclure les principes d'efficacité de l'aide dans les modalités d'élaboration et de fonctionnement du Fonds vert pour le climat, et engage les entités en charge du financement de la lutte contre le changement climatique à se mettre d'accord sur une approche commune en matière de rapports sur le financement climatique, ce qui est essentiel pour en assurer le suivi, la notification et la vérification. La bonne mise en œuvre du suivi, de la notification et de la vérification du financement de la lutte contre le changement climatique permettra de renforcer la transparence, la responsabilisation, l'exhaustivité, la comparabilité et l'exactitude des flux financiers intervenant dans ce domaine. IV. Gouvernance et suivi 55. L'UE insiste sur le fait qu'il est nécessaire qu'à Busan, les décisions en matière de gouvernance de l'efficacité de l'aide soient suffisamment détaillées pour éviter des discussions prolongées après le forum. 11

12 56. Les principes essentiels devraient consister à renforcer une mise en œuvre gérée par le partenaire, au niveau du pays, à améliorer le soutien politique apporté à la mise en œuvre et à rationaliser le suivi au niveau mondial et la structure de la gouvernance. 57. La gouvernance de l'efficacité de l'aide devrait inclure différents partenaires au développement et établir un lien entre la mise en œuvre au niveau du pays et les efforts déployés au niveau mondial. Toutefois, l'ue n'est pas favorable à la mise en place de nouvelles structures de gouvernance mondiales. Les structures existantes, notamment les Nations unies, la Banque mondiale/le FMI, les structures régionales, le G20 et le CAD devraient servir de forums de discussion sur l'efficacité de la mise en œuvre de l'aide et renforcer la création de partenariats au développement à grande échelle. Il conviendrait de veiller à assurer la participation de la société civile et du secteur privé. 58. L'UE souligne qu'il convient, en priorité, de veiller à ce que la mise en œuvre soit gérée par les partenaires, au niveau de leur pays, et de faire en sorte de renforcer cette prise en charge. La mise en œuvre au niveau national devrait être renforcée grâce à des "pactes nationaux" gérés par les pays partenaires, par lesquels ceux-ci se mettraient d'accord, dans le cadre d'une concertation multipartite avec leurs partenaires au développement - en ne se limitant pas aux donateurs qui font partie du CAD - sur les priorités et objectifs examinés à Busan et adaptés au niveau local, en recourant aux mécanismes locaux de responsabilité mutuelle existants. Ces "pactes nationaux" devraient rester simples et concis, l'objectif étant d'éviter de créer un échelon administratif supplémentaire. 59. Le rôle que jouera, après le forum de Busan, le groupe de travail sur l'efficacité de l'aide (GT-EFF) qui se réunit dans le cadre de l'ocde/le CAD, devrait être rationalisé, en le limitant aux fonctions essentielles et en mettant fin à ses sous-groupes actuellement en place. Les éléments constitutifs de Busan ne devraient pas servir de fondement à une nouvelle structure de sous-groupes. Le GT-EFF devrait être chargé de faciliter la mise en œuvre au niveau national et de gérer le suivi au niveau mondial, de concert avec le CAD. Le GT-EEF et le CAD devraient également faciliter l'échange d'informations entre chaque pays et les forums pertinents en matière de politique de développement au niveau mondial. 60. Le Forum des Nations unies pour la coopération en matière de développement devrait se concentrer sur le renforcement de la responsabilité mutuelle internationale au niveau mondial. 61. Il ne convient pas, au stade actuel des choses, d'élaborer de nouveaux indicateurs mondiaux. L'accent devrait être mis sur la mise en œuvre et le suivi au niveau du pays. Les indicateurs mondiaux devraient être mis au point en liaison avec les travaux relatifs à la politique de développement pour l'après-omd. 62. Le prochain exercice de suivi au niveau mondial devrait être effectué en gardant à l'esprit le délai de 2015 fixé pour les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Les indicateurs de Paris devraient tenir compte du ciblage du programme et de sa gestion par le pays, et l'accent devrait être mis sur la nécessité de continuer à mesurer les progrès à long terme en se basant sur des indicateurs appropriés. Il conviendrait d'exploiter aussi efficacement que possible d'autres sources d'informations probantes afin de mesurer les résultats et l'incidence de l'aide. Le suivi au niveau national, quant à lui, devrait se fonder sur les mécanismes locaux existants. Les enseignements d'ordre général à tirer devraient être diffusés au niveau mondial par l'intermédiaire du GT-EFF et du CAD. 12

13 Conclusions du Conseil sur la position commune de l'ue en vue du 4 ème forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide Garantie de transparence de l'union européenne ANNEXE I de l'annexe La transparence est une composante essentielle de l'efficacité de l'aide. Dans le programme d'action d'accra, les donateurs et les pays partenaires sont convenus de diffuser en temps utile des informations détaillées sur les flux d'aide actuels et futurs afin que les pays en développement puissent élaborer leur budget et tenir et vérifier leurs comptes de façon plus précise. Dans cette optique, l'union européenne et ses États membres (ci-après dénommés "l'ue") prennent actuellement des mesures afin d'améliorer la diffusion d'informations sur l'aide dans les systèmes et les processus nationaux, et ont fait de ce point une priorité essentielle. Pour améliorer la transparence de l'aide, l'ue: publiera des informations sur le volume de l'aide et l'affectation de celle-ci, afin que les données puissent être comparées à l'échelle internationale et soient facilement accessibles, partagées et publiées; mettra à la disposition de toutes les parties concernées des informations indicatives sur les prévisions concernant les dépenses consacrées au niveau national, sur une base annuelle; mettra à la disposition des pays partenaires des informations désagrégées sur tous les flux d'aide pertinents, afin qu'ils puissent les faire figurer dans leurs documents budgétaires nationaux et favoriser ainsi la transparence à l'égard des parlements, de la société civile et des citoyens. L'UE encouragera également une plus grande transparence de l'aide au niveau international et œuvrera en faveur d'un renforcement des moyens permettant à l'ocde/au Comité d'aide au développement (CAD) de produire des statistiques et des analyses concernant les flux d'aide à l'échelle planétaire, permettant ainsi au CAD de devenir une plateforme internationale en matière de transparence; encouragera, au moyen d'initiatives internationales en faveur de la transparence de l'aide, y compris l'initiative internationale en faveur de la transparence de l'aide (IITA), une coopération accrue avec l'ocde/le CAD, en œuvrant en faveur du respect de normes complémentaires au niveau mondial en matière de rapports et de publication, basées sur la norme SNPC++ du CAD (c'est-à-dire le système de notification des pays créanciers étendu du CAD, comprenant ses concepts, ses définitions, ses classifications et ses procédures de vérification), et sur l'initiative internationale en faveur de la transparence de l'aide, respectivement; favorisera, de manière prioritaire, une transparence accrue au sein des institutions multilatérales de développement, y compris le système des Nations unies et les banques de développement, ainsi que chez les autres partenaires que nous finançons. 13

14 ANNEXE II de l'annexe Conclusions du Conseil sur la position commune de l'ue en vue du quatrième forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide L'Union européenne renforce la programmation pluriannuelle commune Contexte L'UE et ses États membres (ci-après dénommés "l'ue") ont adopté un cadre pour une programmation commune et ont, à maintes reprises, fait part de leur volonté d'aller de l'avant en ce qui concerne la programmation commune de l'aide extérieure qu'ils accordent à des pays partenaires 8. La programmation commune a débuté (Haïti, Soudan du Sud) et sa mise en œuvre sera proposée dans d'autres pays partenaires à recenser, conformément au cadre opérationnel de l'ue sur l'efficacité de l'aide 9. La programmation pluriannuelle commune: améliore l'efficacité et la cohérence de l'aide accordée par l'ue et ses États membres, renforce l'incidence de l'aide et à parvenir à de meilleurs résultats, réduit la fragmentation, accroît la transparence, la prévisibilité et la responsabilisation, est ouverte à tous les acteurs du développement intéressés. Champ d'application La programmation commune est un processus par lequel l'ue prend des décisions stratégiques, sur la base d'une vision globale du soutien accordé par l'ue et d'autres donateurs à un pays partenaire donné. La programmation commune respecte les décisions souveraines des États membres, notamment en ce qui concerne le choix des pays partenaires et le niveau des enveloppes financières attribuées à ces pays. Les principales composantes de la programmation commune sont les suivantes: une analyse commune de la stratégie de développement nationale d'un pays partenaire et une réponse commune déterminant les secteurs d'intervention prioritaires, la division du travail au niveau du pays: qui travaille dans quels secteurs, une enveloppe financière indicative par secteur et par donateur. La programmation commune n'englobe donc pas les plans de mise en œuvre bilatéraux. Elle permet à l'ue et aux États membres de remplacer leurs stratégies par pays. Principes La programmation commune est, autant que possible, gérée par le pays partenaire, est basée sur une stratégie de développement nationale du pays partenaire et est alignée sur la stratégie et les cycles de programmation de ce pays. 8 9 Voir les conclusions du Conseil de 2006, 2007, 2009 et Cadre opérationnel de l'ue concernant l'efficacité de l'aide - Texte consolidé. Doc /10. 14

15 La programmation commune est une procédure qui reste simple et pragmatique, et est menée à bien au niveau du pays partenaire, afin de répondre à ses besoins spécifiques, en tenant compte de la situation sur le terrain. La participation de tous les États membres qui sont présents dans un pays partenaire donné renforce la cohérence de l'action de l'ue. Tous les autres États membres sont invités à apporter leur contribution afin de renforcer l'action extérieure commune de l'ue. La programmation commune devrait tirer parti des avantages comparatifs de l'ensemble des donateurs de l'ue. L'UE fera en sorte que la programmation commune reste souple et évitera les processus parallèles dans les cas où, par exemple, des stratégies englobant un grand nombre de donateurs existeraient déjà ou seraient en cours d'élaboration. Même si la programmation commune n'est pas destinée à être un processus exclusif de l'ue, l'ue jouera néanmoins un rôle moteur à cet égard." 15

UN NEW DEAL POUR L ENGAGEMENT DANS LES ÉTATS FRAGILES

UN NEW DEAL POUR L ENGAGEMENT DANS LES ÉTATS FRAGILES UN NEW DEAL POUR L ENGAGEMENT DANS LES ÉTATS FRAGILES LE CONSTAT 1,5 milliards de personnes vivent dans des États fragiles ou en conflit. Environ 70 % des États fragiles ont été affectés par un conflit

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4)

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

www.busanhlf4.org 1er décembre 2011

www.busanhlf4.org 1er décembre 2011 PARTENARIAT DE BUSAN POUR UNE COOPÉRATION EFFICACE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT QUATRIÈME FORUM À HAUT NIVEAU SUR L EFFICACITÉ DE L AIDE, BUSAN, RÉPUBLIQUE DE CORÉE, 29 NOVEMBRE 1 DÉCEMBRE 2011 1. Nous,

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Le Rapport de Suivi du New Deal 2014 Version finale

Le Rapport de Suivi du New Deal 2014 Version finale Le Rapport de Suivi du New Deal 2014 Version finale GROUPE DE TRAVAIL DU DIALOGUE INTERNATIONAL SUR LA MISE EN OEUVRE DU NEW DEAL 30 novembre 2014 Le Rapport de Suivi du New Deal 2014 Version finale 1

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Le développement des capacités pour la promotion de l égalité entre les sexes, dans l optique de l efficacité de l aide

Le développement des capacités pour la promotion de l égalité entre les sexes, dans l optique de l efficacité de l aide Le développement des capacités pour la promotion de l égalité entre les sexes, dans l optique de l efficacité de l aide Enseignements dégagés des consultations sous-régionales en Afrique Document de réflexion

Plus en détail

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 e-mail: ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 mai 2008 (20.05) (OR. en) 9056/1/08 REV 1 TRADUCTION NON RÉVISÉE EF 27 ECOFIN 158 NOTE du: aux: Objet: Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Date: 15 Février 2013 Pays Intitulé de la mission : République Démocratique du Congo RDC Sélection d un consultant Chef d équipe pour l élaboration

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012 E 7418 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT GUIDE PRATIQUE D INTEGRATION DES ASPECTS LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES DANS LA CONCEPTION, L ELABORATION, LA MISE EN ŒUVRE ET LE SUIVI DES PLANS DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Politique d'exécution des ordres (Politique de meilleure exécution) Best Execution Policy. CapitalatWork SA CapitalatWork Foyer Group SA

Politique d'exécution des ordres (Politique de meilleure exécution) Best Execution Policy. CapitalatWork SA CapitalatWork Foyer Group SA Politique d'exécution des ordres (Politique de meilleure exécution) Best Execution Policy CapitalatWork SA CapitalatWork Foyer Group SA Novembre 2014 Le présent document est rendu accessible aux clients

Plus en détail

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM)

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Cahier des charges du Groupe de Travail sur le Plaidoyer pour la lutte contre le paludisme (MAWG) Révision basée sur l examen du cadre de responsabilisation

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES 1. INTRODUCTION La directive 96/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 décembre 1996

Plus en détail

CONVENTION-CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA FONDATION PRINCE ALBERT II DE MONACO

CONVENTION-CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA FONDATION PRINCE ALBERT II DE MONACO CONVENTION-CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA FONDATION PRINCE ALBERT II DE MONACO ET L UICN, UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE ET DE SES RESSOURCES EN PRESENCE DE L INSTITUT OCEANOGRAPHIQUE,

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

La Commission européenne

La Commission européenne La Commission européenne Représentation en France Conférence - débat «Le Partenariat pour le Commerce et l Investissement entre les Etats-Unis et l'europe» Olivier Coppens, Attaché économique Représentation

Plus en détail

EUROPE-INTERNATIONAL. Isabelle Compagnie Chef du Service International Union des Villes et Communes de Wallonie

EUROPE-INTERNATIONAL. Isabelle Compagnie Chef du Service International Union des Villes et Communes de Wallonie Les communes sur la scène européenne Après vous avoir présenté le programme citoyen "L Europe pour les citoyens" dans le Mouvement communal de mai 2007, nous vous présentons, ci-dessous, l ensemble des

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Je suis honnorée de m' addresser à vous à l'occasion du Onzième Congrès des Nations Unis pour la Prevention du Crime et la Justice Penale.

Je suis honnorée de m' addresser à vous à l'occasion du Onzième Congrès des Nations Unis pour la Prevention du Crime et la Justice Penale. Intervention de la Roumanie à l'occasion de la session «Haut Niveau» de l' Onzieme Congrès des Nations Unis sur la prévention du crime et la justice pénale Madame KIBEDI Katalin Barbara, Sécretaire d'

Plus en détail

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS SYNTHESE INTRODUCTION La présente étude documentaire a été réalisée par le Programme Carbone forestier, Marchés et Communautés (FCMC). Ce programme

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

«S'évaluer ensemble pour progresser ensemble»

«S'évaluer ensemble pour progresser ensemble» Guide du Bilan Sociétal PME «S'évaluer ensemble pour progresser ensemble» Développement territorial durable Engagement citoyen Transparence. Participation des salariés Respect de l environnement Utilité

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE 1,._.1... _._~--~------ / Les Etats Africains Sahélo- sahariens soussignés, Burkina Faso; La République de Djibouti; L'Etat

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Quadro Paese Stream 2013-2015 TUNISIA

Quadro Paese Stream 2013-2015 TUNISIA DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio III Quadro Paese Stream 2013-2015 TUNISIA 1. Encadrement et raisons de la présence de la coopération italienne Les raisons qui font de la Tunisie

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8 Note explicative 1. Ce document est l avant-projet préliminaire du cadre de réduction des risques de catastrophe pour l après-2015. Il servira de base aux consultations informelles ouvertes à mener en

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

exécutif session Conseil h) Rapport CE/98/3 I) h) Original : anglais pour que 2. Les Membres publique du Groupe 3. La l OCDE, de travail II.

exécutif session Conseil h) Rapport CE/98/3 I) h) Original : anglais pour que 2. Les Membres publique du Groupe 3. La l OCDE, de travail II. Conseil exécutif Quatre-vingt-dix-huitième session Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne), 4-6 juin 2014 Point 3 l) h) de l ordre du jour provisoire CE/98/3 I) h) Madrid, 15 avril 2014 Original : anglais

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet:

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: 3290 e session du Conseil de l'union européenne (AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Initiative du Royaume du Danemark en vue de l'adoption d'un acte

Plus en détail

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

La succession d Etats en matière de biens et de dettes

La succession d Etats en matière de biens et de dettes JUSTITIA ET PACE INSTITUT DE DROIT INTERNATIONAL Session de Vancouver - 2001 La succession d Etats en matière de biens et de dettes (Septième Commission, Rapporteur : M. Georg Ress) (Le texte français

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Relations verticales au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire: Principes de bonnes pratiques

Relations verticales au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire: Principes de bonnes pratiques Relations verticales au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire: Principes de bonnes pratiques Proposés par les principaux membres de la plateforme interentreprises AIM CEJA CELCAA CLITRAVI Copa

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Tél : 02 53 46 79 00 Fax : 02 53 46 78 00 MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

Tél : 02 53 46 79 00 Fax : 02 53 46 78 00 MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Ministère des Finances et des Comptes Publics Ministère de l Economie, du Redressement Productif et du Numérique Ministère du Travail, de l Emploi et du Dialogue Social Direction Régionale des Entreprises,

Plus en détail

Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 -----------------------------------------------------------------------------

Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 ----------------------------------------------------------------------------- CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CONSEIL NATIONAL DU TRAVAIL CCE 2004-743 DEF AVIS N 1.488 Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27.2.2013 COM(2013) 92 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS UNE VIE

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015]

Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015] Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015] Septembre 2012 Table des Matières SYNOPSIS... 1 A : VISION ET OBJECTIFS DU MOUVEMENT SUN... 2 B : APPROCHES STRATÉGIQUES ET OBJECTIFS...

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail