ASSOCIATION TUNISIENNE DU CAPITAL INVESTISSEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSOCIATION TUNISIENNE DU CAPITAL INVESTISSEMENT"

Transcription

1 ASSOCIATION TUNISIENNE DU CAPITAL INVESTISSEMENT Juin 2011

2 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 2

3 Pé Préambule La présente enquête sur les statistiques d'activité des années 2007, 2008, 2009 et 2010 a été conduite par l'atic qui a recueilli et traité les données transmises par les sociétés de Capital Investissement ayant répondu de manière strictement confidentielle fd aux questionnaires d enquête. Le taux de réponse était de 72% (28 réponses /42 membres dont 39 actifs) représentant plus de 94% des ressources des opérateurs membres de l association, permettant ainsi de cerner d une façon précise l activité du capital investissement. Aucune vérification spécifique n a été effectuée en matière d exhaustivité ou d exactitude des informations et données communiquées par les membres. Dans ces conditions, l'atic ne pourra être tenue responsable de l'usage qui pourrait être fait par un tiers des données du rapport ci après. Plusieurs axes d analyse ont été retenus, à savoir: Les approbations et les investissements par année et en cumulé; Une analyse par type d opérateur et par stade d investissement; Un focus sur les zones de développement régionales; Une analyse des ressources cumulées par type d opérateur; L évolution des désinvestissements; Une analyse du ticket moyen aussi bien en termes d évolution dévolution que par type d opérateur. 3

4 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 4

5 Une légère régression des approbations malgré une évolution positive des indicateurs économiques Nombre de de projets approuvés* Montants Approbations des projets en montant approuvés (Mn DT)* en M.D % 4% 3% 5% ,6 189,2 179,5 Cumul Cumul Une légère régression du nombre de projets approuvés, en nombre et en montant, sur les trois dernières années. Ceci contraste avec le taux de croissance du PIB à prix constant (+4.6% en 2008; +3.1% en 2009 et +3.7% en 2010) et la croissance des investissement en volume dans le pays (+14.8% en 2008; +9.3% en 2009 et +8.3% en 2010). * Cumul au 31/12/2007 versus des additions brutes pour les années ultérieures. 5

6 Prépondérance des SICAR, surtout bancaires, dans le financement des projets de capital risque et de développement Analyse des approbations cumulées à fin 2010 Cumul % 2% 49% Répartition 6% 9% 6% 79% En termes d approbations, jusqu au 31/12/2010, le capital risque et le capital Développement (extensions) ont représenté 91% de l activité des opérateurs du capital investissement. SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Les SICAR Bancaires ont représenté, en cumulé, 56% de l activité capital risque et 79% de l activité capital développement. 42% Répartition 56% 6% 7% 31% LesSICAR régionales ont représenté31% de l activité capital risque et 6% de l activité capital développement. Les FCPR et Fonds d amorçage ont représenté7% de l activitécapital capital risque et 9% de l activité développement. Capital Risque (Création/Amorçage) Capital Transmission (LBO) Capital Développement (Extension) Capital Retournement SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Autres 6

7 Perte de terrain du capital risque à la faveur du capital développement Analyse des approbations brutes par année (Mn DT) 101,6 92,8 90, ,3 81,1 0,15 0,7 0,4 0 0, Capital Risque (Création/Amorçage) Capital Développement (Extension) Capital Retournement Autres Quasiment aucune opération de retournement et de transmission approuvée en 2009 et 2010, malgré un amendement de la législation (loi de finances pour l exercice 2009). Accroissement relatif entre 2008 et 2010 des approbations du capital développement en montant versus un décroissement en termes de capital risque. 52,5% Répartition des approbations brutes en 2009 et ,5% 55% 45% Malgré les efforts du gouvernement pour la création des entreprises, les approbations en termes de capital risque perdent 2.5 pts en 2010 au profit des approbation des opération de capital développement. Capital Risque Capital Développement Capital Risque Capital Développement 7

8 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 8

9 Une régression du montant des investissements en 2010 malgré une légère augmentation du nombre de projets financés. Nombre de projets en M.D Investissements en nombre de lignes de participation* Investissements Montants en investis montant en (Mn M.D DT)* ,1 +36% +2% +71% 208,6 18% Cumul Cumul Une croissance du nombre des investissements réalisés en 2009 et Une importante évolution des investissements en montant en 2009 suivie d une régression observée en Le ticket moyen passe ainsi de 0.831mn DT en 2009 à 0.665mn DT en La régression des investissements réalisés par les opérateurs de Capital Investissement contraste avec le taux de croissance du PIB à prix constant (+4.6% en 2008; +3.1% en 2009 et +3.7% en 2010) et la croissance des investissement dans le pays en volume (+14.8% en 2008; +9.3% en 2009 et +8.3% en 2010). 9 * Cumul au 31/12/2007 versus des additions brutes pour les années ultérieures.

10 Les SICAR bancaires comptent pour environ 2/3 des investissements réalisés Structure des investissements par opérateur entre 2008 et % 6% 10% 58% 14% 9% 6% 71% 16% 5% 12% 67% 5% 12% 16% 67% SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS A partir de 2009, les SICAR Bancaires représentent, en brut, plus de 2/3 de l activité du capital investissement. Les SICAR de groupe ont perdu environ 10 points de part de marché durant les deux dernières années. Les SICAR Régionales ont regagné 6 points en 2010 pour atteindre une part de marché de 12%. Une part de marché en baisse des FCPR et Fonds d amorçage qui s établit à 5% en

11 A fin 2010 en cumulé, les SICAR bancaires ont financé plus de 60% des projets de Capital Risque et Capital Développement Analyse des investissements cumulés par cadre juridique à fin % 6% 8% 4% 2% 7% Répartition Capital Développ. 49% 81% Autres Capital Retournement SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Capital Transmission (LBO) 5% 16% Capital Développement (Extension) Capital Risque (Création/Amorçage) 42% Répartition Capital Risque 29% 50% SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS En termes d investissements cumulés à fin 2010, le capital risque et le capital Développement ont représenté 91% de l activité des opérateurs du CI. Les SICAR Bancaires ont investi davantage en Développement qu en création: Elles ont représenté, en cumulé, 50% de l activité capital risque et 81% de l activité capital développement. La focalisation des SICARRé Régionales sur le capital risque en termes d investissement: t Elles ont représenté té16% de l activité ité capital risque versus 4% seulement de l activité capital développement. Les FCPR et Fonds d amorçage ont représenté 5% de l activité capital risque et 8% de l activité développement. Les SICAR de groupe ont financé 29% des investissements en capital risque versus 7% en termes de développement. 11

12 89% des investissements dans les ZDR en 2010 sont réalisés par les SICAR bancaires Investissements annuels en ZDR entre 2008 et 2010 Investissements annuels en NTIC entre 2008 et ,8 48,3 +23% 59,5 +53% 91,2 7,4 +113% 64% 5, Structure des montants investis en ZDR par opérateur en Structure des montants investis en NTIC par opérateur en % 1% 8% 14% 1% 3% 82% 89% SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS SICAR de Groupes FONDS Une nette évolution des montants investis en ZDR entre 2008 et 2010 (23% en 2009 et 53% en 2010). Une évolution des montants investis en NTIC de 114% en 2009 puis une régression de 64% en Les participations des SICAR bancaires sont prépondérantes avec 89% dans les ZDR et 82% dans les NTIC 12

13 Plus de 80% des investissements cumulés au 31/12/2010 réalisés dans les ZDR ont été financés par les SICAR Bancaires Analyse des investissements cumulés par cadre de financement à fin 2010 Cumul % 2% 4% Autres (Libres) 10% Difficulté 18% NTIC Mise à Niveau PME FOPRODI ZDR 7% 35% Répartition des Participations dans les ZDR 3%1% 83% SICAR Régionales SICAR de Groupes 13% SICAR Bancaires FONDS Les investissements dans les ZDR, affichant une allure ascendante entre 2008 et 2010, ont représenté 35% du total investissement cumulé à fin Une faible participation dans les NTIC avec seulement 4% du total investi. Les investissements dans les PME et FOPRODI représentent ensemble 25% du total investi. La répartition des investissements cumulés au 31/12/2010, affiche une nette prépondérance des SICAR bancaires avec 83%. 13

14 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 14

15 58% d évolution des ressources entre 2008 et 2010, avec un cumul de MD Évolution des Ressources des opérateurs (MD) Analyse du cumul des Ressources brutes par opérateur % 9% 704 6% 66% Cumul l Cumul l2010 SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Ressources des opérateurs (Capital+Fonds) en MD Dotation nette en MD Une progression nette du total des ressources des opérateurs du CI, avec un total cumulé qui dépasse les 1.1 MD en Les SICAR bancaires détiennent 66% du total des fonds cumulés à fin 2010, suivies des FONDS/FCPR avec 19% du total des fonds. 15

16 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 16

17 Malgré une amélioration en 2010, la part des désinvestissements en % des investissements bruts reste limitée à 25% Évolution annuelle des désinvestissements (MD) Évolution des Investissements bruts (MD) ,6 58,4 32% +91% +12% 39 43, Désinvestissements/Investissements bruts cumulés Cumul Cumul 2010 Investissements (MD) Dotation nette (MD) ) lais de récupération (an ,40 11,74 23,25 24,30 Dé Le TCMA des désinvestissements t sur les 3 dernières années est de 11% largement tinférieur i à celui ides investissements t qui est de 20%. Le délais de récupération (désinvestissements/investissements bruts cumulés) a été ramené à ans (soit une amélioration de 7 ans) en 2008, il a augmenté ensuite à 24.7 en

18 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 18

19 Un ticket moyen sur les trois dernières années avoisinant les 700md Évolution du nombre des investissements par opérateur entre 2008 et Total: Total:257 Total: Analyse des Tickets moyens par opérateur (en MD) Ticket moyen 2009: 831 m.d Ticket moyen 2010: 665 m.d Ticket moyen 2008: 660 m.d , , , ,3 995,6 1052, , ,5 157,2 578,2 SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS 0 SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS Les SICAR Régionales représentent de loin les tickets moyens les moins élevés. Le ticket moyen passe ainsi de 0.831mn DT en 2009 à 0.665mn DT en 2010, soit à peu près le même niveau que de

20 Pi Principaux i enseignements Les ressources mobilisées (fonds et capital) continuent de progresser selon un taux soutenu (TCMA sur les trois dernières années de 15%) pour atteindre 1, milliards TND environ en 2010; les SICAR bancaires comptent pour environ 66% des ressources cumulées à fin Le Capital Investissement en Tunisie a financé jusqu à fin 2010 plus de 1700 entreprises pour un volume cumulé de participations brutes de plus de 1 Milliard de dinars. Si le nombre d entreprises soutenues est en progression, les montants investis sont en recul en 2010; Ceci contraste avec le taux de croissance du PIB et la croissance des investissement dans le pays. Un recul dans le volume des investissements en 2010 lié à la rigidité de la réglementation entourant le capital investissement et à la détérioration du climat des affaires. L effort d investissement t se concentre toujours sur la création éti et le développement des entreprises (91% des investissements). A l inverse, les opérations de transmission et de retournement sont quasi absentes. Les SICAR bancaires comptent pour environ 67% des investissements réalisés en 2010 pour atteindre un niveau d investissements cumulés d environ 60% à la même date. 20

21 Pi Principaux i enseignements La part des investissements en capital risque en montant a perdu du terrain en 2010 à la faveur du capital développement ( 2.5%): 55% pour le capital développement en 2010 versus 45% pour le capital risque. Les investissements dans les ZDR représentent environ 35% des investissements cumulés à fin 2010; Les SICAR bancaires comptent pour plus de 80% de ce montant. Les investissements dans les nouvelles technologies ne représentent que 4% des investissements cumulés à fin Les opérations de désinvestissements, en termes relatifs (par rapport au cumul des participations) après une amélioration en 2008, sont en repli de près de 4.3 points jusqu à Ainsi, le délai de récupération des investissements est passé de 18.4 ans en 2007 à 23.3 ans en 2010 (très supérieur à la moyenne théorique qui est de 8 ans); Ceci implique que les conditions de sortie demeurent très difficiles. Le ticket moyen sur les trois dernières années tourne autour de 700mD; les SICAR régionales présentent les tickets les plus faibles (environ 220mD). 21

22 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 22

23 Liste des répondants Membres ayant répondu à l étude: SICAR Régionales: SIDCO SICAR SODINO SICAR FRDCM SODIS SICAR SICAR Bancaires: ATD SICAR STB SICAR SICAR AVENIR SICAR INVEST INTERNATIONAL SICAR ATTIJARI SICAR SIM SICAR SIP SICAR UNIVERS INVEST SICAR SICAR Amen SICAR de Groupes: TUNINVEST SICAR TUNISIE SICAR TUNINVEST INTERNATIONAL SICAR TUNINVEST INNOVATION SICAR SPPI DIVA SICAR SODICAB SICAR COTIF SICAR HERMES CONSEIL FONDS/FCPR: UGFS NORTH AFRICA ACP SAGES CAPITAL TUNINVEST INTERNATIONAL LIMITED MPEF I, MPEF II & AFRICINVEST L ATIC remercie vivement l ensemble lensemble des membres ayant participé à l enquête pour le temps consacré et les efforts fournis pour la communication des informations constituant la base des analyses développées é dans le cadre de ce rapport 23

L Essaimage : Nouvel Outil d Aide d

L Essaimage : Nouvel Outil d Aide d L Essaimage : Nouvel Outil d Aide d à la Création d Entreprisesd Présenté Par : Alaya BETTAIEB PDG de SAGES-Capital s.a. Lors du Salon de la Création d Entreprises Le Kram, 18 Octobre 2008 Qu est ce que

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis Secteur : Leasing Nombre de titres offerts : 1 000 000 titres Prix : 8,500D Jouissance des actions : 1 er janvier 2010 Capitalisation boursière après OPF : 34MD Notation par Fitch Rating: LT : A- (tun)

Plus en détail

Le Financement tde la PME. L expérience du Groupe TLG en Tunisie

Le Financement tde la PME. L expérience du Groupe TLG en Tunisie Le Financement tde la PME L expérience du Groupe TLG en Tunisie 1 La PME constitue un opérateur économique important dans l Economie tunisienne, et par conséquent un vecteur principal de la croissance

Plus en détail

Les difficultés de financement des PME s Mohamed DERBEL Expert Comptable Partner-BDO Tunisie

Les difficultés de financement des PME s Mohamed DERBEL Expert Comptable Partner-BDO Tunisie Les difficultés de financement des PME s Mohamed DERBEL Expert Comptable Partner-BDO Tunisie Page 1 Une PME c est Quoi? APII: Effectif entre 10 et 200 salariés. CMF (bulletin N 2588 du 03/05/2006) : Actif

Plus en détail

Le financement de la PME dans le contexte actuel et futur de l économie

Le financement de la PME dans le contexte actuel et futur de l économie République Tunisienne Ministère de l industrie, de l énergie et des PME Le financement de la PME dans le contexte actuel et futur de l économie Mr Sadok BEJJA Direction Générale de la Promotion des PME

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris 1 Introduction 2 Risque et financement 3 Efficacité des sûretés

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises (Articles 44 à46 bis) I. Nouveaux promoteurs : 1. Définition (art 44) : Sont considérés nouveaux promoteurs (N.P), les personnes physiques de nationalité

Plus en détail

LES AVANTAGES COMMUNS

LES AVANTAGES COMMUNS 1 LES AVANTAGES COMMUNS Accordés Sur simple déclaration, aux projets d investissements dans tous les secteurs d activités, à l exception du secteur des mines, de l énergie, le commerce intérieur et le

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L INNOVATION

LE FINANCEMENT DE L INNOVATION LE FINANCEMENT DE L INNOVATION DEFINITION L innovation se définit comme l ensemble des démarches scientifiques, technologiques, organisationnelles, financières et commerciales qui aboutissent ou sont censé

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 DU 1/04/2014 AU 30/06/2014 DU 1/04/2013 AU 30/06/2013 AU 30/06/2014 AU 30/06/2013

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Weekly Report. Du 24/12/2012 au 28/12/2012. Département Analyse et Recherche

Weekly Report. Du 24/12/2012 au 28/12/2012. Département Analyse et Recherche Weekly Report Du 24/12/2012 au 28/12/2012 Département Analyse et Recherche 4600,00 4590,00 4580,00 4570,00 4560,00 4550,00 4540,00 4530,00 4520,00 4510,00 1795,00 1790,00 1785,00 1780,00 1775,00 1770,00

Plus en détail

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME.

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME. Ordre des Experts Comptables de Tunisie Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME Mr Nabil ABDELLATIF Président Ordre des Experts Comptables de Tunisie I- DEFINITIONS ET CONTEXTE

Plus en détail

ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT

ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT 1 er semestre 2015 Le 15 octobre 2015 AFIC Études 2015 www.afic.asso.fr PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L ACTIVITÉ DU S1 2015 Un volume d ac@vité soutenu

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement Cellcom en Bourse Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement Membre du syndicat de Placement Evaluateur 06 Janvier 2014 Plan de la présentation I- Présentation de la société

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

THE ARAB FORUM OF THE ICT SECTOR

THE ARAB FORUM OF THE ICT SECTOR THE ARAB FORUM OF THE ICT SECTOR Workshop2: Banking, Financig And Investment Sectors Hammamet, le 08-05-2013 Le capital risque/capital investissement Comment se définit-il? Prise de participation minoritaire

Plus en détail

Le financement des PME en Tunisie

Le financement des PME en Tunisie République Tunisienne Ministère de l industrie, de l énergie et des PME Le financement des PME en Tunisie Mohamed AGREBI Directeur Général de la Promotion des PME 1 Introduction 1. Objectifs qualitatifs

Plus en détail

L expérience tunisienne en matière de financement des petites et moyennes entreprises

L expérience tunisienne en matière de financement des petites et moyennes entreprises L expérience tunisienne en matière de financement des petites et moyennes entreprises Monsieur Salah Essayel Président du Conseil du Marché Financier (Tunisie) Introduction Il n existe pas de définition

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Introduction en Bourse - Modern Leasing. Points Forts / Opportunités: Points Faibles / Menaces : Caractéristiques de l opération : Catégorie

Introduction en Bourse - Modern Leasing. Points Forts / Opportunités: Points Faibles / Menaces : Caractéristiques de l opération : Catégorie Sc Souscrire De nouvelles ambitions de croissance Prix : 8.500Dt Recommandation boursière Actionnariat après OPS: Groupe BH : 55.5% BH: 35.35% Epargne Invest SICAF: 8,9% Assurances Salim: 6% SIM SICAR:

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 Chiffres clés 2014 comparés à 2013 La Production CA Global Progression de (+2%) Progression de(+ 2%) CA Local CA Export Diminution (-1%) Progression de(+ 8%) Résultat

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 1 SOMMAIRE 00. CONJONCTURE ÉCONOMIQUE 2012 : RAPPEL DES FAITS MARQUANTS 01. LE MARCHÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT L organisation du marché : les principaux acteurs Les grands

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Regards croisés sur l entreprise

Regards croisés sur l entreprise Regards croisés sur l entreprise Quelles perspectives de financement pour les PME depuis la crise? 10 juin 2014 Fiche mémo Eléments de contexte Situation des PME françaises L accès au financement des PME

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2012/07/29 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 O B J E T : Commentaire : - des dispositions

Plus en détail

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Le capital-investissement et son développement en France Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Paul THOLLY Paul THOLLY SIGEFI P.E. (Groupe Siparex) Managing Partner Agenda 1/

Plus en détail

Cette mise à jour fait ressortir une progression positive de 9% par rapport au premier trimestre 2014.

Cette mise à jour fait ressortir une progression positive de 9% par rapport au premier trimestre 2014. NOTE DE CONJONCTURE DU MARCHE DES ASSURANCES Deuxième trimestre 2015 Avant de présenter les chiffres au titre du second trimestre 2015, il est à noter que l actualisation des données du premier trimestre

Plus en détail

Souscrire à l'augmentation de capital de la STB -Investir l'avenir

Souscrire à l'augmentation de capital de la STB -Investir l'avenir Souscrire à l'augmentation de capital de la STB -Investir l'avenir Présentation de la STB : La Société Tunisienne de Banque, née au lendemain de l indépendance, la première banque du pays, a ouvert ses

Plus en détail

SOMMAIRE. Assurances Salim

SOMMAIRE. Assurances Salim SOMMAIRE 1- Le secteur des assurances en Tunisie 2- Présentation de la socièté «ASSURANCES SALIM» 3- Stratégie de développement et perspectives d avenir 4- Evaluation 5 -Caractéristiques de l offre Assurances

Plus en détail

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Département Recherches Etude du secteur des assurances Analyse Sectorielle Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Les sociétés opérant dans le marché des assurances en Tunisie s élèvent à 22

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 AU 31/03/2015 AU 31/03/2014 VAR % AU 31/12/2014 Provisoire 1- Produits d'exploitation

Plus en détail

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n.

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Présentation de Tunisie Leasing Nos métiers: 1/ Crédit Bail : Tunisie : Tunisie Leasing (TL) (1984) Algérie

Plus en détail

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008 Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007 1 Le 1 septembre 2008 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI) Le TRI est le taux d actualisation qui annule

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Présentation Bpifrance Octobre 2014

Présentation Bpifrance Octobre 2014 Présentation Bpifrance Octobre 2014 01. Qui sommes-nous? 02. Nos métiers 03. Au cœur des régions 04. Bpifrance à date 05. Focus sur 2 01. Qui sommes-nous? Bpifrance, banque publique d investissement, est

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Les assurances de personnes en 2013

Les assurances de personnes en 2013 Club Est-France 18 octobre 2013 1 Situation fin août 2013 Une collecte nette vie de 9,7 Mds (cotisations en hausse de 8 %, prestations en baisse de 13 %) Un encours de 1 436 Mds (+ 4 % sur un an) Des prestations

Plus en détail

DEMANDE D EXTENSION DE L ACCORD DE CONFIRMATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET RAPPORT DES SERVICES DU FMI

DEMANDE D EXTENSION DE L ACCORD DE CONFIRMATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET RAPPORT DES SERVICES DU FMI Mai 2015 TUNISIE Rapport du FMI n 15/135 DEMANDE D EXTENSION DE L ACCORD DE CONFIRMATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET RAPPORT DES SERVICES DU FMI Dans le cadre de la demande d'une extension de l'accord de confirmation,

Plus en détail

Présentation de l Observatoire des Fonds d Investissements en Méditerranée (MIFO)

Présentation de l Observatoire des Fonds d Investissements en Méditerranée (MIFO) Présentation de l Observatoire des Fonds d Investissements en Méditerranée (MIFO) Marseille, 20 novembre 2007 Raphaël Botiveau De MIPO à MIFO MIFO = Mediterranean Investment Funds Observatory (Observatoire

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

AeTECH Le 03 Octobre 2013 B.V.M.T

AeTECH Le 03 Octobre 2013 B.V.M.T AeTECH Le 03 Octobre 2013 Communication Financière B.V.M.T 1 Ordre du jour 1. L activité et le réseau d agences 2. Les faits marquants de 2013 3. Les réalisations du premier semestre 4. Les investissements

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2014 Page 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA SITUATION

Plus en détail

Création de Fonds Communs de Placement à Risque

Création de Fonds Communs de Placement à Risque LA RÉGION SOUTIENT LES ENTREPRISES LOCALES Création de Fonds Communs de Placement à Risque Pour mieux accompagner la création d entreprise, pour soutenir sa croissance et faciliter sa reprise DOSSIER DE

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014.

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014. Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014 22 mai 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par le Gouvernement

Plus en détail

ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS APTBEF

ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS umk WÒOu«WÒOMN*«WÒOFL'«WÒOU*«UÒR*«Ë APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Bilan des actions 2005-2012 Région Bretagne Fonds Régional de Garantie, Fonds Régional d Innovation & Prêts Participatifs de Développement mai 2014

Bilan des actions 2005-2012 Région Bretagne Fonds Régional de Garantie, Fonds Régional d Innovation & Prêts Participatifs de Développement mai 2014 Bilan des actions 2005-2012 Région Bretagne Fonds Régional de Garantie, Fonds Régional d Innovation & Prêts Participatifs de Développement mai 2014 Titre de la présentation 2 Synthèse Dès 2001, la Région

Plus en détail

Journée régionale de l optique photonique 18 octobre 2011

Journée régionale de l optique photonique 18 octobre 2011 Journée régionale de l optique photonique 18 octobre 2011 Entreprises innovantes et en croissance Les outils d OSEO Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Une

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

L accès au financement des PME en Tunisie

L accès au financement des PME en Tunisie L accès au financement des PME en Tunisie SIGMA Angle 43, Rue Alain Savary 1002 Tunis Belvédère Tunisie. Tél: + 216 71 286 927 - + 216 71 785 164 Fax: + 216 71 286 534 Email: direction@sigma.tn Site Web:

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Management des Ressources Humaines

DOSSIER DE CANDIDATURE Management des Ressources Humaines DOSSIER DE CANDIDATURE Management des Ressources Humaines Si vous êtes : une entreprise française, PME ou ETI filiale d aucun grand groupe Conditions de participation Alors vous pouvez concourir dans une

Plus en détail

MODERN LEASING. Offre Publique à Prix Ferme. Un fort potentiel de rattrapage SOUSCRIRE. Recommandation. Actionnariat. Ratio de valorisation

MODERN LEASING. Offre Publique à Prix Ferme. Un fort potentiel de rattrapage SOUSCRIRE. Recommandation. Actionnariat. Ratio de valorisation MODERN LEASING Mercredi 27 Octobre 2010 Prix d introduction : 8,500DT Période d ouverture de l offre : du 25 Octobre au 8 Novembre 2010. Recommandation SOUSCRIRE Actionnariat Actionnaires Avant opération

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

7 ème Rencontre des Entrepreneurs de la Communauté de Communes. Vendredi 20 février 2015

7 ème Rencontre des Entrepreneurs de la Communauté de Communes. Vendredi 20 février 2015 7 ème Rencontre des Entrepreneurs de la Communauté de Communes Vendredi 20 février 2015 Présentation de Monsieur Mathieu DEFRESNE Directeur Régional BPI Bourgogne 01. Qui sommes-nous? 02. Au cœur des régions

Plus en détail

Financer en capital les entreprises innovantes

Financer en capital les entreprises innovantes Financer en capital les entreprises innovantes CDC Entreprises, acteur majeur du capital investissement pour les PME de croissance 18 Janvier 2011 Présentation au CAS Véronique JACQ CDC Entreprises dédiée

Plus en détail

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre JUILLET RÉSUMÉ DES RÉSULTATS C O M M E A N T I C I P É E PA R L E S C O M M E R Ç A N T S, L A C T I V I T É D E C E P R I

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013. 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél.

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013. 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 Le périmètre de cette étude comprend : tous les fonds

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Direction des Études Économiques Trimestriel N 11 Janvier 2007 Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Après un premier semestre exceptionnel,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D'EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX S O N E D E GOUVERNANCE DE L EAU ECHANGE D EXPERIENCE ENTRE L OCDE ET LES PAYS ARABES

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015

ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015 ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015 L activité monétique durant le 1 er trimestre 2015 est marquée par la progression de l usage des cartes bancaires marocaines et une quasistagnation dans l acceptation

Plus en détail

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement Tunisie Marie-Alexandra Veilleux Chef du Bureau de la BERD en Tunisie Sommaire 1. à la BERD 2. Les opérations de la BERD 3. 25 avril 2014 Banque

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Présentation d Helix international

Présentation d Helix international 31 ème Congrès international de l Ordre des Experts Comptable de Tunisie En partenariat avec «Développement économique : modèle et gouvernance de la décentralisation» Sfax, les 17 et 18 septembre 2014

Plus en détail

DEcas. Positionnement et attentes des artisans du bâtiment travaillant seuls. Destinataire : M. Stéphane RIMLINGER

DEcas. Positionnement et attentes des artisans du bâtiment travaillant seuls. Destinataire : M. Stéphane RIMLINGER Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Destinataire : M. Stéphane RIMLINGER DEcas

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Le marché ISR français en 2009

Le marché ISR français en 2009 Le marché ISR français en 2009 Anne-Catherine Husson-Traore Directrice Générale Dominique Blanc Responsable de la recherche ISR 19 mai 2010 Panel et méthodologie Travail d enquête réalisé auprès de chacun

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3-1. SYSTEMES ET MOYENS DE PAIEMENT 1/6/213 Les systèmes de paiement en Tunisie s articulent autour de 2 types : - systèmes de paiement net ou de compensation

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

En collaboration avec :

En collaboration avec : 2 ème Edition des Journées Comment Entreprendre au Cameroun? Organisée par : & Strategie de financement des PME par le Capital Investissement Aurore Bahounoui Vice president - ECP Bureau de Douala En collaboration

Plus en détail

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 Département Carrières Conférence du 25 janvier 2013 Eclairer les risques, tracer l avenir 1 OBJECTIF INITIAL : Apporter des éléments de rémunération aux membres

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

http://www.sage.fr/documents/bdc/fiches/05/8/kb16772.html

http://www.sage.fr/documents/bdc/fiches/05/8/kb16772.html Page 1 of 6 Gestion de la Prévoyance pour la DADS-U La gestion de la prévoyance pour la DADS-U Introduction En DADS-U, la notion de prévoyance regroupe les institutions de prévoyance, les mutuelles affiliés

Plus en détail

Lancerment de nouvelles activités :

Lancerment de nouvelles activités : Note d Information MAC SA- Intermédiaire en Bourse Ae TECH Février 2013 RECOMMANDATION : SOUSCRIRE APERÇU SUR LA SOCIÉTÉ Opérant dans le secteur des technologies de l information et de la communication,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général (a) Base juridique: veuillez indiquer la base juridique applicable aux mesures mises en œuvre conformément au cadre temporaire. L aide sous forme de garanties

Plus en détail