Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle"

Transcription

1 Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon rgoureuse, sans fare d approxmaton, mas assez rapdement nous serons amenés à restrendre les rayons ncdents à ceux possédant certanes caractérstques. Nous défnrons alors les condtons de Gauss et nous nous placerons dans le cadre de l optque paraxale (nous défnrons ces termes plus lon). Mrors spérques. Introducton : focalser la lumère Nous avons mentonné plus aut que dans les dspostfs focalsants, un ensemble de mrors plans peut être remplacé par un mror courbe. La forme optmale pour focalser des rayons parallèles en un pont est la parabole (c est la forme des antennes qu permettent de capter les sgnaux TV éms par les satelltes). Toutefos, l est beaucoup plus smple en pratque, et mons onéreux, de fabrquer des mrors spérques, qu permettent fnalement d arrver au même résultat, comme nous allons le vor dans ce captre. Un mror spérque est une surface réflécssante consttuée d une porton de spère. On en rencontre deux types, les mrors concaves pour lesquels la réflexon a leu sur l ntéreur de la spère, et les mrors convexes pour lesquels la réflexon a leu sur l extéreur de la spère. es mrors présentent un ntérêt partculer, car la spère est une surface relatvement facle à usner avec précson.. Mror concaves fasceau parallèle On consdère un mror spérque de centre et de rayon R, et on consdère pour commencer un ensemble de rayons ncdents parallèles. La fgure suvante ndque la marce d un de ces rayons. Par symétre, tous les rayons ncdents correspondant à la même dstance (ls sont réparts sur un cylndre) sont réflécs vers le même pont sur l axe. alculons la poston de ce pont. La normale au mror est confondue avec le rayon, c est une proprété des spères. D après la lo de la réflexon, les angles M et M sont égaux, s ben que On veut c parler du rayon de la spère. Pour évter toute confuson entre la noton de rayon lumneux et celle de rayon de la spère, nous utlserons plutôt le terme «normale» dans le second cas. 3

2 4 aptre. Mrors spérques Doptres spérques Fg..: Un exemple de réflexon sur un mror spérque. N M Fg..: Marce d un rayon ncdent, avant et après réflexon sur un mror spérque convexe. le trangle M est socèle en. Dans le trangle B, on vot mmédatement que = R cos La poston du pont dépend donc des rayons consdérés, de l angle, ou de façon équvalente de la auteur. Le système ne fat pas converger l ensemble de rayons parallèles vers un pont ben défn. Il n est pas stgmatque. ependant, lorsque l on consdère des rayons lumneux proces de l axe optque, l angle est fable et on a cos sot R De manère plus précse, on peut utlser les développements lmtés et écrre, lorsque est pett, On obtent alors, à l ordre en, cos x x! + x4 4!... R ( /) = R / R + R 4 Lorsque l on consdère des rayons lumneux proces de l axe optque, l angle est fable et les rayons parallèles convergent tous vers un unque pont F, qu consttue par défnton le foyer mage F = R

3 . Mrors spérques 5 F Fg..3: marce des rayons réflécs et leurs prolongements (à drote, zoom sur les rayons d nclnason relatvement fable). Mettre une poto de caustque vue dans une tasse de café ou une allance dorée + même fgure pour le mror convexe. On peut donc utlser un mror spérque pour concentrer la lumère d un fasceau parallèle en un pont, pourvu qu on ne l utlse qu au vosnage de l axe optque. On peut pour cela utlser des dapragmes, qu permettent de bloquer les rayons ndésrables. De la même façon, en utlsant la lo du retour nverse, on trouve que les rayons ssus du pont F sont réflécs en un fasceau parallèle par le mror. ette proprété défnt le foyer objet, qu on note généralement F. Dans le cas du mror spérque convexe, le foyer objet et le foyer mage sont confondus, F = F..3 Mror concave fasceau parallèle nclné onsdérons mantenant un fasceau consttué de rayons venant de deux drectons dfférentes (on étendra faclement les résultats à un cas encore plus général). On rajoute pour cela aux rayons précédents d autres rayons, nclnés d un angle α. En traçant un nouvel axe, nclné d un angle α par rapport au premer et passant par, on se retrouve exactement dans la stuaton précédente, et l on sat que ces rayons nclnés vont converger en un pont F stué au mleu du rayon correspondant, pourvu qu ls soent assez proces de l axe. F F! Les coordonnées de ce pont F s écrvent, dans un repère d orgne, x = R cos α et y = R sn α Lorsque les rayons sont peu nclnés par rapport à l axe optque, l angle α est pett et on peut remplacer les fonctons trgonométrques par leur développement lmté au premer ordre en α, c est-à-dre x R et y R α

4 6 aptre. Mrors spérques Doptres spérques Les rayons vont donc converger sur le plan d équaton x = R/. e plan, perpendculare à l axe optque et passant par le foyer mage, est appelé plan focal mage. On défnt de même le plan focal objet. es deux plans sont confondus dans le cas du mror spérque. La talle de l mage dans le plan focal est donnée par : B = f α = Rα Par exemple, la planète Jupter (α rad) vue à travers le mror du télescope Hubble (R 60 m) donne dans le plan focal une mage de 9 mm de aut. (.).4 Mror convexes M H Fg..4: Notatons utlsées dans le cas du mror convexe. On peut reprendre l ensemble de ce qu précède, dans le cas d un mror convexe. En se basant sur la fgure précédente, on trouve de nouveau que = R cos La dstance est la même, mas le pont se trouve mantenant à gauce de, alors qu l état à drote de dans le cas du mror concave. Grâce aux dstances algébrques, on peut dfférencer entre les deux types de mror d après le sgne de. Un mror est concave s > 0 et convexe s < 0. On peut syntétser les deux résultats précédents sous une forme unque = cos On a donc dans les deux cas, pour la poston du foyer mage, F = Dans le cas du mror convexe, l mage formée par des rayons ncdents parallèle est vrtuelle, et stuée derrère le mror..5 Les condtons de Gauss et l optque paraxale Les deux condtons que nous avons nvoquées, rayons proces d un même axe et peu nclnés par rapport à cet axe sont appelées condtons de Gauss, et cet axe est appelé axe optque. Les rayons vérfant les condtons de Gauss sont appelés rayons paraxaux.

5 . Mrors spérques 7 Une grande parte snon la totalté de l optque géométrque que vous étuderez cette année se place dans le cadre de ces condtons. On peut trouver agaçant de commencer un cours en se fasant des smplfcatons drastques, et douter que l on obtendra ans quo que ce sot d utle. tel est le cas, c est une grosse erreur! L optque paraxale est adaptée à un grand nombre de stuatons pratques, et permet de comprendre le fonctonnement et les proprétés de la plupart des nstruments d optque. De plus, nous connassons exactement les termes que nous avons néglgés, ls sont d ordre en et en α. Il est toujours possble de les prendre en compte pour calculer les dévatons qu ls donnent par rapport au cas paraxal. Dans le cadre de cette approxmaton, on peut auss consdérer que l ensemble du mror est contenu dans un plan contenant le sommet. On représente alors les mrors comme des plans aux bords arronds, ndquant s le mror est convexe ou concave. e n est qu une notaton, et l ne faut pas applquer les los de la réflexon sur un mror plan, mas les règles de constructon géométrques énoncées plus aut. Dans ce qu sut, on va s appuyer sur une proprété très mportante des systèmes optques : Dans les condtons de Gauss, les systèmes optques possédant la symétre de révoluton sont approxmatvement stgmatques. est le cas notamment des mrors spérques consdérés dans ce captre..6 Objet à dstance fne constructon géométrque des rayons En utlsant la proprété de stgmatsme approcé, on peut construre les rayons de façon purement géométrque. On peut se contenter pour cela d utlser deux des tros proprétés suvantes : Les rayons passant par le centre du mror ne sont pas dévés ; Les rayons arrvant parallèles à l axe optque convergent vers le foyer mage ; les rayons ssus du foyer objet repartent parallèles à l axe optque. Pour tout pont objet, on construt deux de ces rayons et on en dédut la poston de l mage. On en dédut B () (3) () F B B B F Fg..5: onstructon géométrque des rayons dans le cas d un mror concave et d un mror convexe. la plupart des proprétés qu suvent. Dans les cas représentés c, l mage est réelle et nversée pour le mror concave, mas vrtuelle et drote pour le mror convexe. e n est pas toujours le cas. Pour le mror concave, on peut dstnguer deux cas. Quand l objet est stué avant le foyer, son mage est réelle, l objet et l mage étant stués de part et d autre du centre. Quand l objet est stué après le foyer, son mage est vrtuelle et stuée derrère le mror. Pour le mror convexe, on dstngue auss deux cas. Quand l objet est stué avant le foyer, son mage est réelle, l objet et l mage étant stués de part et d autre du centre. Quand l objet est stué après le foyer, son

6 8 aptre. Mrors spérques Doptres spérques F F Fg..6: l objet est avant le foyer (fgure de gauce), l mage est réelle et nversée. l objet est entre le foyer et le sommet, l mage est vrtuelle, drote, et stuée derrère l mage. mage est vrtuelle et stuée derrère le mror. F F Fg..7: l objet est avant le sommet (fgure de gauce), l mage est vrtuelle et stuée entre le sommet et le foyer. l objet est vrtuel et stué entre le sommet et le foyer, (toujours fgure de gauce, où cette fos c est qu joue le rôle d objet), l mage est réelle, et stuée avant le sommet. l objet est vrtuel et derrère le foyer (fgure de drote) sommet, l mage est auss vrtuelle, nversée, et stuée derrère le foyer. ce stade, l est fortement recommandé de se munr d une cullère..7 Expérence smple Rep. 6 e regarder dans une cullère à soupe, du côté concave et du côté convexe, et commenter..8 Relaton de conjugason avec orgne au sommet onsdérons un ensemble de rayons lumneux ssus d un pont stué sur l axe optque, à une dstance fne. On se place drectement dans les condtons de Gauss. On a alors = tan(θ ) = tan(θ + ) = tan θ (.) Dans les condtons de Gauss, on peut assmler les tangentes à leurs arguments, et = (θ ) = (θ + ) = θ (.3)

7 . Mrors spérques 9 Fg..8: gauce, une cullère permet de former une mage d un objet lontan. drote, une grosse cullère, le mror du télescope spatal Hubble.!-!+ Fg..9: notatons utlsées dans le calcul de la relaton de conjugason En élmnant des deux premères équatons, on arrve à θ = θ + (.4) ce qu s écrt fnalement, en utlsant la dernère équaton de.3 sous la forme θ = /, + = On s aperçot, et l s agt là d une étape crucale dans le calcul, que l on peut smplfer par. ette remarque d ordre matématque exprme en fat la condton de stgmatsme : la varable qu décrt le rayon que l on a consdéré dsparaît du calcul, s ben que tous les rayons ssus de vont converger vers le même pont (dans les condtons de Gauss). On a donc + = (.6) Dans le cas que nous avons consdéré, les ponts, et sont tous les tros stués à gauce de, s ben que =, = et =. On obtent la relaton de conjugason avec orgne au sommet (.5) + = = f (.7) l on avat consdéré une stuaton géométrquement dfférente, dans laquelle le pont est à drote de, un calcul smlare montre que l on obtent la même relaton de conjugason. elle-c est donc valable de façon générale.

8 30 aptre. Mrors spérques Doptres spérques Remarques : pour =, on a =, le centre du mror est sa propre mage (l y a d alleurs stgmatsme rgoureux dans ce cas) ; cette relaton est nvarante par écange de et. est l mage de, alors est l mage de. l objet est renvoyé à l nfn, / 0 et = /=F s ben que l mage est stuée au foyer. On retrouve donc ben les résultats précédents (le contrare aurat été nquétant). La formule de conjugason permet de calculer la poston de l mage en foncton de celle de l objet. pplcaton bête : consdérons un objet stué à 30 cm avant le sommet d un mror de 0 cm de rayon de courbure. On a donc = 30 cm. alculons la poston de l mage pour caque type de mror. Pour un mror concave, on a = 0 cm et donc, en applquant la formule de conjugason, = = 0 cm + 30 cm = 6 cm (.8) on a donc = 6 cm, l mage se trouve à 6 cm devant le sommet. Pour un mror convexe, on a = +0 cm et un calcul smlare donne = (30/7) cm 4, 9 cm, l mage est stuée à envron 4,9 cm en arrère du sommet. La fgure?? représente la poston de l mage en foncton de celle de l objet. O ' F 3 F ' 3 3 F ' Fg..0: Relatons de conjugason d un mror concave avec orgne au sommet.

9 . Mrors spérques 3 ' F O 3 ' F 3 ' F 3 Fg..: Relatons de conjugason d un mror convexe avec orgne au sommet..9 Relaton de conjugason avec orgne au centre Il exste une relaton analogue, dans laquelle la poston des ponts est repérée par rapport au centre au leu du sommet. On pourrat la démontrer en remplaçant dans la précédente par +. On peut auss démontrer la relaton précédente en retardant le plus possble le moment de se placer dans les condtons de Gauss, en se basant sur des proprétés géométrques. On utlse pour cela la relaton fondamentale des trangles sn B = sn B = sn B (.9) où les quanttés Â, ˆB et Ĉ représentent les angles ayant pour sommet le pont correspondant. Nous allons utlser cette relaton pour retrouver la formule de conjugason. La prncpale dffculté vent du fat que la relaton.9 fat ntervenr des dstances, alors que la formule fnale fat ntervenr des dstances algébrques. Le passage de l un à l autre n est pas complqué, mas l fat ntervenr pluseurs cas, selon que le mror est convexe ou concave, et selon que le pont est à drote ou à gauce du centre. Nous allons nous concentrer sur un seul cas, celu d un mror convexe ( > 0) et du pont stué avant ( < 0).

10 3 aptre. Mrors spérques Doptres spérques B ^B ^ Â Fg..: Défnton des notatons Â, ˆB et Ĉ ntervenant dans la relaton fondamentale des trangles. Dans la fgure.9, les relatons.9 applquées au trangle M ndquent que sn(θ ) R = sn() Or, nous consdérons la stuaton où = et R =, s ben que De même, dans le trangle M, on a sn(θ ) = sn() (.0) sn(θ + ) R = sn() sot sn(θ + ) = sn() (.) pusque cette fos le pont se trouve nécessarement à drote de, s ben que =. En développant les snus selon sn(θ + ) =snθ cos + cos θ sn (.) les équatons.0 et. se réécrvent, après smplfcaton par sn, sn θ cotan En soustrayant ces deux équatons, on arrve fnalement à cos θ = et sn θ cotan + cos θ = + = cos θ Dans les condtons de Gauss, on peut consdérer que cos θ, ce qu donne la relaton de conjugason avec orgne au centre + = On peut reprendre la même démarce dans le cas où le pont est stué à drote de, et dans le cas du mror convexe. On retrouve alors la même relaton de conjugason. Retour sur l applcaton bête : On reprend le même cas que dans le paragrape précédent, l objet est stué à 30 cm devant le sommet d un mror de 0 cm de rayon de courbure. Pour un mror concave, = 0 cm et l objet est à = + = 0 cm. En applquant la formule de conjugason, = = 0 cm + 0 cm = 4 cm (.3)

11 . Mrors spérques 33 M!-!!+ on a donc = 4 cm, l mage se trouve à 4 cm derrère le centre. Pour un mror convexe, un calcul smlare donne pour = 0 cm et = + = 40 cm la valeur = (40/7) cm 5, 7 cm, l mage est stuée à envron 5,7 cm en avant du centre. es deux résultats correspondent ben à ceux que l on avat obtenus avec la formule de conjugason avec orgne au sommet..0 Relatons de conjugason avec orgne au foyer Des manpulatons géométrques dans les trangles dessnés dans la fgure.5 condusent à d autres relatons utles. On a B F B H B F B H Fg..3: Relaton de conjugason avec orgne au foyer. B H = = F F e qu donne la relaton de conjugason avec orgne au foyer et B H = = F F (.4) F F = f (.5) On l appelle auss formule de Newton. On remarque que F et F sont nécessarement de même sgne, ce qu sgnfe que l objet et l mage sont toujours du même côté de F (tous les deux à drote ou tous les deux à gauce). Retour sur l applcaton bête : On reprend le même cas que dans le paragrape précédent, l objet est stué à 30 cm devant le sommet d un mror de 0 cm de rayon de courbure. On a donc f = 5 cm. Pour le mror

12 34 aptre. Mrors spérques Doptres spérques F' f F -4 Fg..4: Relaton entre F et F. concave, on a F = F + = 5 cm. En applquant la formule de conjugason, F = f F (5 cm) = = cm (.6) 5 cm l mage se trouve à cm devant le foyer. Pour un mror convexe, un calcul smlare donne pour F = F+ = 35 cm la valeur F = (5/7) cm 0, 7 cm, l mage est stuée à envron 0,7 cm en avant du foyer. es deux résultats correspondent ben à ceux que l on avat obtenus avec la formule de conjugason avec orgne au sommet pus celle avec orgne au centre.. Grandssement transversal Le grandssement transversal est défn comme le rapport entre la talle de l mage et celle de l objet. D après les fgures, on a ce qu, en utlsant les formules de conjugason, donne γ t B B = (.7) γ t = / = / + (.8) Le grandssement est représenté en foncton de sur les fgures.0 et. pour les deux types de mrors spérques.. utres relatons D autre part, on a α H/ et α H/, s ben que α = α. En utlsant la relaton de conjugason, Invarant de Lagrange-Helmoltz α B = α B (.9)

13 . Doptres spérques 35 B H!! B Fg..5: Invarant de Lagrange-Helmoltz. Doptres spérques Nous allons reprendre rapdement l étude précédente dans le cas de la réfracton par un doptre spérque, séparant deux mleux d ndces dfférents. Nous n allons pas y passer trop de temps, en nous concentrant sur les aspects qu seront les plus utles dans la sute, quand nous étuderons les lentlles consttuées de l assocaton de deux doptres réfractants. Fg..6: gauce, mage d une composton florale vue à travers une boule de verre (ttp ://www.wlsonurst.com/blog/006/0/refracton.pp). drote, mage de syntèse (POV- Ray).. tgmatsme approcé. Formule de conjugason avec orgne au sommet Dans la fgure précédente, on a HM = Htan(θ ) =H tan(θ )=H tan θ (.0)

14 36 aptre. Mrors spérques Doptres spérques F Fg..7: marce des rayons réfractés et leurs prolongements, dans les dfférents cas de concavté et pour n >n et n >n. M!-!-! H Dans les condtons de Gauss, le pont H est confondu avec le pont et les angles sont petts. On a donc, en notant M comme dans le cas des mrors, ou encore = θ = et = θ = La lo de nell-descartes n = n se réécrt donc n = n = (θ ) = (θ )=θ (.) (.) (.3) On peut smplfer cette équaton par, ce qu tradut la proprété de stgmatsme approcé : le résultat ne dépend pas du rayon lumneux partculer que l on consdère, tant que l on est dans les condtons de Gauss. On arrve donc à n n = n n (.4) Dans la stuaton représentée sur la fgure précédente, on peut remplacer les dstances par des dstances algébrques, =, = et =, ce qu donne n n = n n (.5) Il se trouve que cette expresson est encore valable dans toutes les confguratons, quels que soent les sgnes de, et.

15 . Doptres spérques 37.3 Dscusson On en dédut pluseurs coses : Quand ou quand +, les rayons ncdents sont parallèles, et l mage se forme au foyer, F, F = n n (.6) n Quand +, ou quand, les rayons réflécs sont parallèles, ce qu sgnfe qu ls ont été éms par le foyer objet, sot F. F = n (.7) n n Les deux foyers ne sont plus confondus, contrarement au cas des mrors spérques. Quand, on retrouve la relaton du doptre plan, =(n /n)..4 Formule de conjugason avec orgne au centre On peut reprendre la démarce suve dans le cas des mrors, en se basant sur la fgure suvante. On trouve,!-!-! M en se basant sur le trangle M, que sn(θ ) R = sn( ) On trouve une relaton smlare dans le trangle M, sot sn(θ ) = sn( ) sn(θ ) = sn() Nous allons nous placer dès mantenant dans les condtons de Gauss, car les calculs exacts peuvent vte devenr lourds. On a alors θ = et θ = sot + = θ et + = θ

16 38 aptre. Mrors spérques Doptres spérques ce qu s écrt auss + = + Or les angles et sont relés par la lo de nell-descartes, et donc dans les condtons de Gauss, on peut remplacer par n/n, ce qu condut à n + = n + On peut smplfer par. omme dans le cas du mror, cette étape est crucale, elle tradut la proprété de stgmatsme, car la relaton obtenue ne dépend plus du rayon lumneux consdéré. On obtent alors, après réarrangement, la relaton de conjugason avec orgne au centre n n = n n Nous avons montré cette relaton dans un cas partculer, dans lequel les ponts et sont stués à gauce de et le doptre est concave. Une étude des autres stuatons montre qu elle est tout à fat générale..5 pplcatons Les doptres spérques jouent un rôle mportant en optque, car ls sont utlsés dans les lentlles, comme nous allons le vor dans le procan captre. On les rencontre auss dans d autres stuatons. Par exemple dans l œl, l nterface entre la cornée et l ar consttue un doptre spérque qu contrbue de façon mportante à la formaton des mages sur la rétne. La vergence de ce doptre est plus mportante que celle du crstalln, ce qu sgnfe que la dévaton des rayons lumneux dans l œl est prncpalement due à ce doptre spérque. Les tecnques crurgcales modernes de tratement de la myope altèrent la forme de ce doptre.

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente Termnale S Spécalté Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente bectfs : - Constructon graphque de l mage d un obet plan perpendculare

Plus en détail

IUT Lannion Optique instrumentale

IUT Lannion Optique instrumentale IUT Lannon Optque nstrumentale Plan du cours Notons de base et défntons Photométre / Sources de lumère Les bases de l optque géométrque Généraltés sur les systèmes optques Eléments à faces planes Doptres

Plus en détail

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique LP 46 Applatons des los de l'optque géométrque à l'apparel photographque Introduton: Nous allons termner les leçons d'optque géométrque en étudant un apparel qu utlse les résultats de e domane de la physque,

Plus en détail

Exercices sur la géométrie plane

Exercices sur la géométrie plane Eercces sur la géoétre plane Sot un trangle équlatéral et M un pont ntéreur au trangle n note H, K, L les projetés orthogonau respectfs de M sur les tros côtés éontrer que la soe MH + MK + ML est constante

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes Snthèse de cours PanaMaths (Termnale S) L ensemble des nombres complees Défntons n pose tel que = 1 { } L ensemble des nombres complees, noté, est l ensemble : z /(, ) = + Le réel est appelé «parte réelle

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ercces Électrocnétque alculs de tensons et de courants -21 éseau à deu malles Détermner, pour le crcut c-contre, l ntensté qu 1 2 traverse la résstance 2 et la tenson u au bornes de la résstance 3 : 3

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile La décomposton en valeurs sngulères: un outl fort utle Références utles: 1- Sonka et al.: sectons 3.2.9 et 3.2.1 2- Notes manuscrtes du cours 3- Press et al: Numercal recpes * Dernère révson: Patrck Hébert

Plus en détail

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L.

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L. se 2004 ÉTUD XPÉIMNTL D'UN BOBIN (6 ponts) 1.5. On néglge dans la sute le terme fasant ntervenr r dans l'expresson de u L ans que les arronds des crêtes de l'ntensté. 1 - Détermnaton expérmentale de l'nductance

Plus en détail

uur uur u ur Remarque : la superposition d'une lumière naturelle et d'une lumière totalement polarisée est une lumière partiellement polarisée.

uur uur u ur Remarque : la superposition d'une lumière naturelle et d'une lumière totalement polarisée est une lumière partiellement polarisée. T OLRITION RECTILIGNE DE L LUMIERE 1 - Descrpton de l'onde lumneuse naturelle : Une lumère naturelle résulte de la désectaton d'atomes qu émettent alors des vbratons (ou trans d'onde) de pérode de l'ordre

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDMENTUX DE L RDM 1 OJET DE L RDM PRINCIPES DE L STTIQUE.1 Défnton de l équlbre statque.1.1 Epresson du torseur des actons, moment d une force.1. Sstèmes de forces dvers 3. Les

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon Maquette ournesol olel, erre et rotatons La géométre et mathématques du sstème Maquette pour comprendre hm Observatore de Lon Les repères classques éclptque (longtudes et lattudes éclptques) et équatoral

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique:

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique: SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12 Phénomènes d nducton et converson électromécanque: 1/ Inductance propre et nductance mutuelle. 11/ Défntons et proprétés : 11a/ Défnr l'nductance propre L d un

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatque Chapte 1 CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIUE 1.1 Intoducton La chage est une popété de la matèe qu lu fat podue et sub des effets électques et magnétques. On dstngue : - l'électostatque qu est

Plus en détail

). La force de Coulomb qui s exerce sur la charge q placée en M s écrit f (M) = qe(m) OM

). La force de Coulomb qui s exerce sur la charge q placée en M s écrit f (M) = qe(m) OM Électrostatque Lo de Coulomb dans le vde charges ponctuelles q et q placées dans le vde en des ponts M et M fxes et dstants de r exercent l une sur l autre des forces opposées telles que la force exercée

Plus en détail

Corrigé de l épreuve d Optique / BTSOL 2008

Corrigé de l épreuve d Optique / BTSOL 2008 Corrgé de l épreuve d Optque / BTSOL 2008 J.Hormère (4 ma 2008) Important Ce corrgé n a pas de valeur offcelle et n est donné qu à ttre nformatf par Acuté, sous la responsablté de son auteur. Optque géométrque

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

PRISME. section principale

PRISME. section principale 1) Défntons. PRISME Un prsme est un mleu transparent, homogène et sotrope, lmté par deux doptres plans non parallèles. base arête secton prncpale La drote d'ntersecton des deux plans (qu n'exste pas toujours

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Exercices d optique géométrique - correction : N.B : Pour les constructions géométriques, se reporter au cours, où tous les cas ont été inventoriés.

Exercices d optique géométrique - correction : N.B : Pour les constructions géométriques, se reporter au cours, où tous les cas ont été inventoriés. Exercces d optque géométrque - correcton : N.B : Pour les constructons géométrques, se reporter au cours, où tous les cas ont été nventorés. Ex : bre optque. ) La bre va transmettre à condton d avor une

Plus en détail

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires Détecteur de fumée rado fumonc 3 rado net Informatons pour locatares et proprétares Félctatons! Des détecteurs de fumée ntellgents fumonc 3 rado net ont été nstallés dans votre appartement. Votre proprétare

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines).

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines). Chaptre II : Introducton hermodynamque des machnes de compresson (compresseurs) et de détente (turbnes). II. : Introducton. On s'ntéresse dans ce chaptre à l'ntroducton thermodynamque des compresseurs

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

Nombre dérivé d une fonction (2) Plan du chapitre

Nombre dérivé d une fonction (2) Plan du chapitre Nombre dérvé d une foncton (2) Plan du captre Introducton : Nous poursuvons l étude des tangentes en procédant par pettes touces. Dans le captre précédent, nous avons défn la noton de nombre dérvé d une

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Soutien : Modèle de Potts mars 2015

Soutien : Modèle de Potts mars 2015 Année 04 05 Physque Statstque hors équlbre et transtons de phase Souten : Modèle de Potts mars 05 On onsdère une varante du modèle d Isng, dte de Potts, dans laquelle les N degrés de lberté (qu on appellera

Plus en détail

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique 2 e BC 2 Energe potentelle électrque. Potentel électrque 12 Chaptre 2 : Energe potentelle électrque. Potentel électrque 1. Traval de la orce électrque a) Expresson mathématque dans le cas du déplacement

Plus en détail

Exemples de champs électrostatiques

Exemples de champs électrostatiques Exemples de champs électostatques A. Exemples smples A.. Chage ponctuelle unque Le champ électque et le potentel absolu en un pont M nduts pa une chage ponctuelle q placée en O sont : q E 4 π u et V q

Plus en détail

L environnement Windows 10 sur tablette

L environnement Windows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette Wndows 10 - Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Actver/désactver le mode Tablette Contnuum est une nouvelle fonctonnalté

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

ETUDE DU VIRAGE : LA BILLE!

ETUDE DU VIRAGE : LA BILLE! ETUDE DU VIAGE : LA BILLE! La blle donne la même ndcaton que celle d'un pendule accroché c par commodté à l'extrémté du vecteur "". Cet nstrument a pour but de rensegner le plote sur la symétre du vol

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Collecton Référence Bureautque Extrat Tableaux de données Tableaux de données Créer un tableau de données Un tableau de données, auss appelé lste de données (dans les ancennes versons d Excel),

Plus en détail

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Performance Energétque des âtments > pour archtectes et bureaux d études PE: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Annexes au VADE-MECUM PE Verson jun 2008 Plus d nfos : www.bruxellesenvronnement.be > professonnels

Plus en détail

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Vrga Tunes 4 et Pod sous Mac et Wndows Édtons OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Synchronser l Pod avec l ordnateur L Pod connaît deux types de synchronsaton. L a synchronsaton de la musque

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Lentilles épaisses. reconnaître la nature (convergente ou divergente) d'une lentille épaisse. connaître la loi de propagation rectiligne de la lumière

Lentilles épaisses. reconnaître la nature (convergente ou divergente) d'une lentille épaisse. connaître la loi de propagation rectiligne de la lumière Lentilles épaisses Le but du module est de décrire les propriétés fondamentales des lentilles épaisses et d'en déterminer quelques éléments caractéristiques appelés éléments cardinaux du système optique.

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr)

MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) 1 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 2 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 3 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 4 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 5

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

DM3 Prisme [Banque PT 2010 (A) http ://www.banquept.fr ]

DM3 Prisme [Banque PT 2010 (A) http ://www.banquept.fr ] DM3 Prsme [Banque PT 010 () http ://www.banquept.fr ] On consdère un prsme d angle = 60 consttué d un verre d ndce n. On appelle dévaton (notée D) l angle entre le rayon transms par le prsme et le rayon

Plus en détail

Tableau croisé dynamique

Tableau croisé dynamique Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser, d explorer et de présenter des données de synthèse. S la

Plus en détail

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave MPSI2, Louis le Grand ormation des images, instruments d optique Semaine du 8 au 15 octobre On prendra n = 1 pour l air dans tous les exercices. On produira une figure soignée pour chaque situation étudiée.

Plus en détail

I. INTRODUCTION II. BASES THEORIQUES. i = - r

I. INTRODUCTION II. BASES THEORIQUES. i = - r F4. Instruments d ptque I. INTRODUCTION Les nstruments d'ptque nt pur but d'amélrer l'bservatn des bjets en leur substtuant des mages. On classe ces apparels dans deux catégres prncpales : - ceux qu urnssent

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan Lcence ϕτεμ 26 27 THERMODYNAMIQUE Résumé de cours Jacques Delare ENS de Cachan 1 I INTRODUCTION I.1. Défntons Généraltés Système : ensemble de corps ou de substances qu appartennent à un domane de l espace.

Plus en détail

L'affichage des pages

L'affichage des pages L'affchage des pages des pages L'affchage des pages dans les navgateurs 51 Tester la page dans un navgateur Avec Dreamweaver vous travallez dans un envronnement graphque : vous voyez à l'écran ce que vous

Plus en détail

MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique

MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique Analyse fonctonnelle Chaptre S. Antone Tahan, ng. Ph.D. Département de géne mécanque Ma 009 Manuel : Métrologe MEC66 Auteur : Antone Tahan, ng., Ph.D. atahan@mec.etsmtl.ca ère édton : novembre 004 ème

Plus en détail

Lois de Descartes - Formation d'une image

Lois de Descartes - Formation d'une image Los de Descartes - Formaton d'une mage Exercce n 1 Dévaton par un prsme Un prsme ABC est rectangle socèle, d'ndce n= 1,5. Tracer sur la fgure c-dessous, le trajet du rayon lumneux jusqu'à son émergence

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

1 Les instruments d'optique

1 Les instruments d'optique Les instruments d'optique. LES ACCESSOIRES : LENTILLES ET MIROIRS.. Lentilles minces convergentes Qu'est-ce que c'est? Une lentille mince est caractérisée par trois points singuliers et deux grandeurs

Plus en détail

Schlüter -KERDI-BOARD. Support de pose, panneau d agencement, étanchéité composite (SPEC)

Schlüter -KERDI-BOARD. Support de pose, panneau d agencement, étanchéité composite (SPEC) Schlüter -KERDI-BOARD Support de pose, panneau d agencement, étanchété composte (SPEC) Schlüter -KERDI-BOARD Schlüter -KERDI-BOARD Le support de pose unversel pour carrelages Important! Qu l s agsse d

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Assistance à la saisie en milieu non structuré

Assistance à la saisie en milieu non structuré Assstance à la sase en mleu non structuré R. Gharb 1, N. Rezzoug 1, P. Gorce 1 P. Hoppenot 2, E. Colle 2 1 Laboratore ESP EA 3162 Unversté de Toulon et du Var BP 20132, 83957 La Garde gorce{rezzoug, gharb}@unv-tln.fr

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL 2004-023

DOCUMENT DE TRAVAIL 2004-023 Publé par : Publsed by : Publcacón de la : Édton électronque : Electronc publsng : Edcón electrónca : Dsponble sur Internet : Avalable on Internet Dsponble por Internet : Faculté des scences de l admnstraton

Plus en détail

CHAPITRE 5 : EFFET D'UN CHAMP ELECTRIQUE SUR LES IONS DU MILIEU ELECTROLYTIQUE

CHAPITRE 5 : EFFET D'UN CHAMP ELECTRIQUE SUR LES IONS DU MILIEU ELECTROLYTIQUE CHAPITRE 5 : EFFET D'UN CHAMP ELECTRIQUE SUR LES IONS DU MILIEU ELECTROLYTIQUE A. INTRODUCTION D'une manère générale, les substances qu réagssent aux électrodes peuvent être transportées de 3 façons dfférentes

Plus en détail

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance.

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance. Moblté des espèces en soluton I_ Les dfférents modes de transport En soluton, les molécules peuvent se déplacer selon tros modes dfférents : onvecton, la matère est déplacée par contrante mécanque (agtaton)

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ET PROPRIÉTÉS Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler To cte ths verson: Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler. ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF

Plus en détail

LYCEE PIERRE CORNEILLE BACCALAUREAT BLANC 2006 PHYSIQUE CHIMIE. Durée 3 h 30. L usage des calculatrices n est pas autorisé

LYCEE PIERRE CORNEILLE BACCALAUREAT BLANC 2006 PHYSIQUE CHIMIE. Durée 3 h 30. L usage des calculatrices n est pas autorisé LYCEE PIERRE CORNEILLE BACCALAUREAT BLANC 2006 PHYSIQUE CHIMIE Durée 3 h 30 L usage des calculatrices n est pas autorisé Ce sujet comporte quatre exercices, qui sont indépendants les uns des autres : I.

Plus en détail

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012 DS le er octobre 202 OPTIQUE ATOMISTIQUE NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Les copies illisibles ou mal présentées seront

Plus en détail

Chapitre 3: Stockage et distribution

Chapitre 3: Stockage et distribution I- Défntons Chaptre 3: Stockage et dstrbuton Réseau de desserte = Ensemble des équpements (canalsatons et ouvrages annexes) achemnant de manère gravtare ou sous presson l eau potable ssue des untés de

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise

Université de Cergy-Pontoise Unversté de Cergy-Pontose THESE Dscplne : Géne cvl Présentée par : Salma HASSANI-MANAI Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE CERGY-PONTOISE Sujet : ETUDE ET MODELISATION DE LA STABILITE DES

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2013 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableaux de données Tableaux de données Excel 2013 Créer un tableau de données Un tableau de données, auss appelé lste de données (dans les ancennes

Plus en détail

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX *

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * "W.J.M. LEVELT et R. PLOMP (Insttute for Percepton R.V.O.-T.N.O., SOESTERBERG, PAYS-BAS) Introducton Il est ntéressant de savor de quelle manère

Plus en détail