JOURNÉE DE FORMATION DE LA TABLE INTERDIOCÉSAINE DES COMMUNICATIONS (AÉCQ)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNÉE DE FORMATION DE LA TABLE INTERDIOCÉSAINE DES COMMUNICATIONS (AÉCQ)"

Transcription

1 «Quand tu parles, tu répètes ce que tu sais déjà; mais si tu écoutes, tu peux peut être apprendre quelque chose de nouveau.» (Dalaï Lama) JOURNÉE DE FORMATION DE LA TABLE INTERDIOCÉSAINE DES COMMUNICATIONS (AÉCQ) Présentation de Marco Veilleux (panel sur les médias sociaux: 20 min.) Montréal, 5 mai 2015, Institut de pastorale des Dominicains Je suis délégué à l apostolat social pour la Province jésuite du Canada français; Je suis aussi adjoint aux communications depuis 2 ans: page FB (315 amis), site Internet, bulletin électronique d information hebdomadaire, rédaction de prises de position; Responsable (mais en fin de mandat) de la page FB du Centre justice et foi (CJF) depuis 3 ans (1570 amis); Responsable de la page FB des Journées sociales du Québec (JSQ) depuis 1 an ½ (265 amis). 1) SURVOL DE MA PRATIQUE ET QUELQUES CONSTATS Pour les pages FB dont je m occupe, les objectifs qui nous ont poussés à les développer sont assez simples. Je les résume à trois: 1. rejoindre un plus large réseau, un plus large «public»; 2. rejoindre les plus jeunes générations; 3. diffuser nos propositions, notre vision, dans ce nouvel univers médiatique. Je consacre, à chaque jour (week-end inclus), des moments de «veille médiatique» pour alimenter les pages FB dont je m occupe. 1

2 En semaine, en général, c est 10 minutes le matin, en arrivant au bureau. 10 minutes avant ou après le dîner. 10 minutes en fin de journée. C est donc minimalement 30 minutes par jour que j investis pour gérer et alimenter ces trois pages. Cela implique de parcourir le mur de ma page FB personnelle et de choisir quelles sont les nouvelles ou publications qui peuvent être d intérêt pour nos «publics» et de décider sur laquelle ou lesquelles des trois pages je les répercute. Il faut aussi parcourir les sites Internet de quelques médias (dans mon cas, surtout Le Devoir et La Presse), et publier des liens vers certains bons articles. Les pages FB que je gère «aime» aussi les pages d autres groupes, institutions ou organismes. J essaie donc de répercuter régulièrement les publications de ces «pages amies». Par exemple, la page de la Province jésuite «aime» la page de la Curie générale de la Compagnie de Jésus, à Rome; ou encore celle du Service jésuite pour les réfugiés; ou celle de la Province jésuite du Canada anglais. Je répercute presque systématiquement ce qui vient de ces pages «amies» sur la page de la Province. Une page FB devient ainsi un «agrégateur de nouvelles» pour un «public cible». En outre, chaque gestionnaire de pages doit avoir un certain nombre de critères ou de balises pour discriminer ce qu il diffuse ou pas. Par exemple, pour ma part, je ne diffuse pas de prises de position de partis politiques sur aucune des pages institutionnelles dont je m occupe. La page du CJF est une page très «politisée» (i.e. qui ne se gêne pas pour critiquer les gouvernements en place). Mais nous ne sommes pas «partisans»: la nuance est importante! Sur la page de la Province jésuite, j évite aussi les sujets trop controversés en Église et dans la société. 2

3 C est une page qui offre un visage de la Compagnie de Jésus au Canada français. J essaie de respecter la diversité des tendances ou des sensibilités dans la Province. Pour ce faire, j évite de publier des choses trop polarisantes. J essaie toujours de me rappeler qu il ne s agit pas de ma page personnelle: c est la page officielle de la Province jésuite! Je dois être garant d une certaine image institutionnelle. La mission de la Compagnie de Jésus se définit comme «le service de la foi dont la promotion de la justice est une exigence absolue». Cela est mon repère ultime pour décider de ce que je publie: est-ce que cela est au service de la foi? Est-ce que cela fait la promotion de la justice? Depuis l élection du pape François, je ne manque pas de matière en ce domaine! Pour le CJF, c est une autre posture. Les amis de la page du CJF le sont parce qu ils apprécient ses options et ses analyses très campées. Ils s attendent donc à ce que les publications du CJF, sur FB, soient plus «militantes», plus positionnées sur le plan socio-politique. Le CJF est un centre d analyse sociale de gauche. Parmi ses axes de travail, il y a : 1. un projet de société inclusif et pluraliste pour le Québec; 2. un christianisme critique; 3. la lutte au néolibéralisme, au nom d un parti pris pour les plus démunis; 4. une analyse féministe assumée, autant à l égard des structures sociales que des structures ecclésiales. Ces axes me servent de balises pour mes publications. Quant à la page FB des JSQ, j y vais plus «mollo» dans le rythme de publication. 3

4 Cette page fait la promotion non pas d un organisme, mais plutôt d un événement qui se tient aux deux ans. Les prochaines JSQ, à Sherbrooke, en juin, porteront sur l alimentation. Plus nous approchons de la rencontre, plus j essaie de publier des choses en lien avec ce thème. Par ailleurs, pour garder une certaine activité sur la page entre les rassemblements, au deux ans, mes balises de publications me viennent des thèmes des JSQ antérieures. Avec le temps, je réalise un certain nombre de choses Ce qui «marche fort» en termes de clic et de partage, sur FB, c est moins les textes et articles, mais plutôt ce que l on appelle les «vignettes» (une photo, une image, avec une phrase, une pensée, une citation ). Ou encore les brèves capsules vidéos (2, 3 ou 4 minutes sur un thème, un sujet d actualité, un témoin). Cela génère beaucoup d activité, d interaction (ce qui est bien l objectif du Web 2.0). Dans mes débuts, je me souviens que j avais très peur des «commentaires» Or, avec l expérience et les années, je réalise que la gestion des commentaires n est pas un grand problème. Pourquoi? Parce que, dans les pages dont je m occupe, les gens ne semblent pas très portés à faire des commentaires. Ou, s ils en font, c est rarement problématique. J ai quand même eu quelques cas plus difficiles à gérer. Par exemple, à la création de la page FB du CJF, je me souviens que j avais publié des choses sur la Palestine, au moment où il y avait une opération militaire israélienne contre Gaza. Une personne s était mise à systématiquement argumenter pour défendre la position du gouvernement israélien, en publiant des commentaires à n en plus finir sur notre page. Après avoir essayé de le modérer un peu, j ai décidé tout simplement de le «bloquer» (option blocage dans FB). Une autre fois, c est un homme qui faisait des commentaires machistes à répétition C était totalement inapproprié. Je l ai bloqué lui aussi. J en ai 3 ou 4 comme ça... 4

5 Bien sûr, on peut avoir une page FB sur laquelle les commentaires ne sont pas possibles. Mais c est un peu contradictoire avec l esprit du Web 2.0. Ce qui nous motive, en allant sur FB, c est de rejoindre des gens, de les nourrir de contenus qui nous semblent pertinents, et de voir nos publications partagées par eux (ce qui nous amène de nouveaux «amis» et nous positionne dans l univers des médias sociaux). FB n est pas un blogue qui cherche à susciter les réactions, les échanges, les discussions. C est davantage une plate-forme de partage et de communauté d intérêts. Mon expérience me fait donc dire que nos pages suscitent beaucoup plus de clic «j aime», et de partages, que de commentaires. Il peut arriver qu un commentaire soit impertinent, mal écrit, confus Ma stratégie, c est souvent de le laisser-là quelques heures, pour ne pas vexer inutilement la personne qui vient de le publier Et puis, discrètement, à la fin de la journée ou le lendemain matin, je le supprime. Il peut y avoir, à l occasion, des commentaires d opposition à ce que l on vient de publier... Que faire? J ai un bel exemple à vous partager. Lors du débat sur la Charte des valeurs, l an passé, le CJF a pris une position extrêmement critique à l égard de ce projet. Je me souviens d un commentaire d un homme qui, à la suite de la publication d un texte qui critiquait cette Charte, a écrit sur notre page quelque chose du genre: «Vous faites vraiment fausse route, et êtes en train de perdre toute votre crédibilité» Eh bien, j ai décidé de laisser ce commentaire, sans y réagir. Ce n était pas des injures, c était écrit dans un langage correct et, de toute façon, je savais que cela représentait bien la polarisation du débat que nous vivions. J ai senti, ce jour-là, que mon niveau de confort, face à la réalité du Web 2.0, était devenu plus grand. Comme organisation présente sur le Web 2.0, je crois qu il nous faut apprendre à vivre avec une légitime manifestation de «dissensus» à l égard de nos positions ou propositions. 5

6 En contraste, sur la page de la Province jésuite et sur celle des JSQ, je n ai pratiquement jamais de commentaire à gérer ni d utilisateur bloqué. C est probablement parce que ces deux pages sont plus «consensuelles». C est un choix. Une page FB doit trouver sa «ligne éditoriale» qui correspondra à l identité et à la mission de l institution ou de l organisation dont elle se veut la fenêtre. Chacun avance à son rythme, développe ses habitudes et découvre ses zones de confort Enfin, une dernière remarque, avant d entrer dans la 2 e partie de mon exposé. J ai dit, au début de ma présentation, que je faisais une «veille médiatique» de 10 minutes, environ, 3 fois par jour C est un minimum. Mais, dans la réalité, c est souvent bien plus que cela. Mon expérience m a apprise que la gestion d une page FB, en fait, c est davantage du 24/7! Vous pouvez bien décider d alimenter votre compte FB une fois par deux ou trois jours, dans le cadre des heures ouvrables Mais je crois que l esprit, ou plutôt la «logique» des médias sociaux, ce n est pas ça. La logique des médias sociaux, c est celle de «l information en continu». C est le règne de l instantanéité et de la réactivité. À cause de cela, votre gestionnaire de page, il doit être «un peu accro»! Pour ma part, je suis mon fil de nouvelles avec assiduité. C est mon fil de presse. C est ma revue de presse pour suivre mes dossiers d apostolat social, pour suivre l actualité politique et religieuse qui alimente mon travail et ma réflexion. Et, lorsque je ne suis pas au bureau, je le fais à partir de mon téléphone intelligent personnel. C est donc facile, pour moi, au fur et à mesure du jour (et de la nuit!), d alimenter les trois pages que je gère, peu importe où je suis, 24/7. Mes patrons ne me demandent pas ça. Mais je crois que c est ça qu il faut faire, si vous voulez vraiment avoir une page FB pertinente. 6

7 Ça vous prend donc quelqu un qui a son téléphone intelligent toujours au bout des doigts Je caricature à peine! Combien de fois, à minuit, un samedi soir, j ai vu passer une nouvelle et me suis dit: «Voilà, il faut publier cela sur la page du CJF» Et clic! C est fait! C est cela les médias sociaux, pour le meilleur et pour le pire: instantanéité et réactivité. Un exemple très simple. M gr Pierre-André Fournier, qui est décédé récemment, est mort un samedi (10 janvier). J étais au gym, en train de finir mon cardio. Je regarde mon fil de nouvelles. On annonce la mort de M gr Fournier. Choc et tristesse Mais, tout de suite, je me dis: «Il faut annoncer cette malheureuse nouvelle sur la page des JSQ.» M gr Fournier était un évêque très identifié aux causes sociales, et les dernières JSQ avaient eu lieu dans son diocèse Donc, à l instant même, je répercute la nouvelle. Et plusieurs de nos «amis» FB l on apprit ainsi. Ça n aurait pas eu de sens de me dire: «Bon! Je ne suis pas au travail. Je publierai la nouvelle lundi prochain, en arrivant au bureau.» Dans la logique des médias sociaux, le lundi matin suivant, ça aurait été trop tard. L idée, pour les gens qui sont «amis» avec notre page, c est qu ils puissent se dire: «J ai appris quelque chose immédiatement grâce à la page FB des Jésuites, ou celle des JSQ, ou celle du CJF. Ils veillent au grain pour moi. Grâce à eux j ai le sentiment d être à jour...» Pour les gens, aujourd hui, surtout les jeunes, les médias sociaux sont leur «fil de presse», leur source d information. Ils sont «amis» avec nos pages parce que nous choisissons, pour eux, un certains nombres de contenus, nous faisons un tri. Nous exerçons une fonction «de veille», de discernement, et nous leur proposons ainsi une «valeur ajoutée» en termes d information. C est pour cela qu ils vont nous suivre et s intéresser à nous. Et c est comme cela aussi que nous allons les «attirer» sur notre site Web. Notre page FB est une interface directe avec notre site et permet de faire connaître ce que nous y publions. Donc, chaque fois que je mets quelque chose de nouveau sur notre site, je fais immédiatement un lien sur notre page FB pour le faire savoir à notre réseau. 7

8 2) RETOUR RÉFLEXIF SUR MA PRATIQUE ET «CRITIQUE THÉOLOGIQUE» DE CELLE-CI Au début de ma présentation, j ai dit que nous sommes allés sur FB pour: 1. rejoindre un plus large réseau; 2. rejoindre les plus jeunes générations; 3. y diffuser nos propositions, notre vision. Or, avec l expérience, je réalise que la gestion d une page FB, c est d abord et avant tout l animation d une communauté virtuelle, une communauté qui partage un «esprit commun». Du point de vue des pages dont je suis responsable, cet «esprit», c est celui de l option préférentielle pour les pauvres et les exclus. Celui d un engagement pour la justice, selon l Évangile et l enseignement social de l Église et, plus largement, en faveur d un humanisme solidaire. Ainsi, peu à peu, j ai réalisé que les publications que je faisais, sur ces pages, étaient beaucoup moins pour faire de la «publicité» pour les activités des organismes que je représente, que plutôt pour essayer continuellement de mettre les «tiers» (i.e. les oubliés, les exclus) au cœur de nos préoccupations et de nos institutions (sociales, politiques et religieuses). Bien sûr, sur FB, on peut et on doit parler de «nos affaires» (nos activités, nos prises de positions, nos événements ). Mais, à mon avis, cela ne doit pas être l objectif prioritaire. Comme organisme social, comme institution ecclésiale, on ne doit pas aller sur les médias sociaux d abord et avant tout pour exploiter un nouvel outil de «marketing corporatif». On doit donc y aller pour autre chose. Pour alimenter une communauté d intérêts, de conscientisation et de mobilisation. Une communauté «spirituelle», i.e. une communauté d esprit qui s ouvre «aux joies et aux espoirs, 8

9 aux tristesses et aux angoisses du monde de ce temps, aux pauvres surtout et à tous ceux et celles qui souffrent» (Vatican II). Dans la tradition chrétienne, dans la tradition de l Évangile, nous ne sommes pas là pour ramener les autres à nous, mais plutôt pour participer à la vie du monde, de manière solidaire et prophétique. Comme le répète sans cesse le pape François, une Église centrée sur elle-même «tombe malade». Notre défi, sur FB comme ailleurs, c est d éviter cette maladie. Dans son homélie du 13 avril dernier à la résidence Sainte-Marthe, François disait: «Nous ne faisons aucune publicité pour avoir plus de membres dans notre société spirituelle, non? Cela ne sert à rien, ce n est pas chrétien. Ce que fait le chrétien, c est annoncer avec courage; et l annonce de Jésus Christ provoque, grâce à l Esprit-Saint, cette crainte qui nous fait aller de l avant... Le véritable protagoniste, répète le Pape, c est l Esprit-Saint...» Je pense que l Esprit est à l œuvre dans les médias sociaux (comme en toute chose). Mais le «virtuel» ressemble au «spirituel». Il est comme le vent: on ne sait pas d où il vient ni où il va Il est difficilement saisissable et quantifiable Qu est-ce que «ça donne», alors, d être présent et actif sur FB? Je ne le sais pas précisément Mais nous sommes tous et toutes, dans cette salle, des croyant(e)s et des gens d Église. Nous croyons donc que nous devons «aller de l avant», sur ce nouveau continent des médias sociaux. Non pas pour «recruter» des membres, non pas pour nous mettre nous-mêmes en valeur, mais pour participer à l action de l Esprit qui nous décentre de nous-mêmes, qui décentre nos organisations d elles-mêmes, qui décentre notre Église d elle-même. 9

10 CONCLUSION Tout cela étant dit, je voudrais quand même conclure en soulignant que, s il faut être «un peu accro» pour être un bon gestionnaire de pages FB, il ne faut pas non plus être complètement dupe! D un point de vue autant sociologique que théologique, la grande limite des médias sociaux est facile à reconnaître: l annonce de l Évangile, tout autant que la promotion de la démocratie, la construction du corps ecclésial, tout autant que celle du corps social, passera toujours d abord et avant tout par des liens sociaux réels, des relations incarnées (et non pas simplement virtuelles). Le virtuel peut transmettre des idées, des contenus, attirer l attention, développer des sensibilités et conscientiser Mais, comme le disait le regretté Cardinal Jean-Claude Turcotte, dans sa Lettre pastorale Avance en eau profonde..., en 2008: L évangélisation doit être «moins axée sur une transmission de savoir que sur une volonté de vivre une expérience de foi forte, une rencontre personnelle du Christ. Elle verra à rejoindre les gens là où ils sont, à vibrer à leurs joies et à leurs espoirs, leurs souffrances et leurs malheurs, et à y faire résonner la Parole comme le Seigneur l a fait sur la route d Emmaüs. Ce cheminement sera fait d accueil, d écoute, de dialogue, de rencontre, de partage, de ressourcement, de discernement C est toute l Église qui est invitée à s avancer vers les gens, à s intéresser d abord à ce qui les intéresse. Elle n a donc pas à se faire juge du degré de leur foi et de leur connaissance. Il lui revient de se mettre à l écoute de la moindre manifestation de foi, de la conforter, la stimuler, la provoquer, en faisant résonner la Parole du Seigneur au cœur de leur expérience humaine et de leur recherche de bonheur et de vie.» Ça, les médias sociaux ne peuvent pas véritablement le faire or c est d abord ça, la mission de l Église et l annonce de l Évangile. Emmaüs, Matthieu 25, les Béatitudes, le lavement des pieds, le geste du Bon Samaritain on ne réalisera jamais cela concrètement sur FB! Or, c est là-dessus que nous serons jugés! Pas sur le nombre de nos «amis» ou de «clics j aime» que nous aurons récoltés à la fin d une journée Merci de votre attention. 10

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Jubilé de la Miséricorde

Jubilé de la Miséricorde Pardonne Partage Aime Jubilé de la Miséricorde Découvre l année de la miséricorde en t amusant C est quoi un Jubilé? Qu est-ce que la miséricorde? 1 A tes crayons! 2 Qu est-ce qu un jubilé? Un jubilé est

Plus en détail

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77. Service diocésain de la Catéchèse 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.fr A tes crayons! 7 Allez dans la Mission du Christ Porte la Paix

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

Le bon berger une figure de Dieu que Jésus veut nous révéler et que Jean nous rapporte dans son Evangile

Le bon berger une figure de Dieu que Jésus veut nous révéler et que Jean nous rapporte dans son Evangile 1 Le bon berger une figure de Dieu que Jésus veut nous révéler et que Jean nous rapporte dans son Evangile Je suis le bon Berger dit Jésus mais quel Berger? Du temps de Jésus, les rois étaient, assimilés

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE EVALUATION PARTICIPATIVE DU PROJET DE SERVICE QUESTIONNAIRE A DESTINATION DES USAGERS Nous vous proposons de participer à l évaluation du projet de service. Votre participation

Plus en détail

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga Conférence de Swami Sai Shivananda Colloque FFY 2013 De L ingénieur au maître spirituel Comme vous le savez je suis docteur

Plus en détail

Curriculum. Boris LAVAL,Sophie FUR, Nicolas CARO. 13 juin 2014. Irem

Curriculum. Boris LAVAL,Sophie FUR, Nicolas CARO. 13 juin 2014. Irem Irem 13 juin 2014 Problématique : comment gérer efficacement l évaluation par compétence? Exemple de grille en Bts Sio Il faut distribuer aux élèves les grilles et aussi les conserver. C est lourd! Une

Plus en détail

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet 1. Généralités : Les activités, Les profils, Les motivations 2. Vous 3. L idée, la vision, la mission de l entreprise, la stratégie 4. Le business plan 5. Un outil

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Les Systèmes P.E.A.T. & E.F.T. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Frédéric Piton - www.eft-energie.be Frédéric Piton - www.eft-energie.be Témoignage d un praticien EFT sur

Plus en détail

Le coin naturo. Lice onzales

Le coin naturo. Lice onzales Le coin naturo bioattitude.nc! A G Lice onzales «! ne plus subir mais vivre pleinement sa vie d a n s l e p o s i t i f e t l expérimentation de tout ce qui nous arrive et de tout ce que l on ressent!»

Plus en détail

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4 Texte 1 Quand tu regarderas les étoiles la nuit, puisque j habiterai dans l une d elles, puisque je rirai dans l une d elles, alors ce sera pour toi, comme si riaient toutes les étoiles A. de Saint Exupéry

Plus en détail

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse 1 de Genre : Personnages : Costumes : Décors : Synopsis : comédie pour tout public, huit minutes environ contemporains salle de réunion, tables et chaises Une maison de retraite va s ouvrir et une consultante

Plus en détail

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme Réussir son approche commerciale avec un prospect 61 Réussir son approche commerciale avec un prospect Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 20 Réussir un premier RDV avec un prospect (les 2

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

MAGASINIERE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Nathalie, magasinière à Arles. Nathalie

MAGASINIERE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Nathalie, magasinière à Arles. Nathalie Dossier n 8 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» MAGASINIERE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Nathalie, magasinière à Arles J étais assistante vétérinaire et pour

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Commercialisation. Relation-client. Multimédia. E-visibilité

Commercialisation. Relation-client. Multimédia. E-visibilité Commercialisation Relation-client Multimédia E-visibilité Programme Numérique Internet et vous Comment rester «connecté»? Aujourd hui, la majorité des touristes préparent leurs vacances sur Internet. Suivre

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

C est pour ça qu une lecture priante de la Bible fait partie intégrale de toute spiritualité Chrétienne.

C est pour ça qu une lecture priante de la Bible fait partie intégrale de toute spiritualité Chrétienne. Partage Biblique sur L Unité Pour la Semaine de Prière pour l Unité des Chrétiens 20/01/2012 à Sombernon Introduction Pour les Chrétiens de toutes confessions la Bible n est pas simplement un livre un

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire

Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire Le verbe anglais_new principes 140x200 lundi11/02/13 13:28 Page357 9. Activités à gogo! Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire Pourquoi est-ce important? C est assez simple : aucune base de vocabulaire

Plus en détail

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier».

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier». Bienvenue dans ce module de formation destiné aux personnes qui œuvrent en milieu hospitalier, que ce soit à des fonctions cliniques, techniques, administratives, de gestion ou de soutien. Ce module de

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

ANNA ET ALEX CONTRE LES FAUX-MONNAYEURS

ANNA ET ALEX CONTRE LES FAUX-MONNAYEURS LE JEU «EURO RUN» www.nouveaux-billets-euro.eu ANNA ET ALEX CONTRE LES FAUX-MONNAYEURS - 2 - Anna et Alex sont camarades de classe et les meilleurs amis du monde. Il leur arrive toujours des aventures

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

Libérez-vous d une relation toxique au travail!

Libérez-vous d une relation toxique au travail! Libérez-vous d une relation toxique au travail! Permettez-moi de vous poser ces trois questions : Travaillez-vous avec une personne qui vous fait souvent sortir de vos gonds et qui siphonne votre enthousiasme,

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Tome 1 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. J ai commencé à vous partager des techniques légales pour réduire vos coûts de crédits immobiliers.

Plus en détail

Pourquoi apprendre? Danny Patry Montérégie (2002)

Pourquoi apprendre? Danny Patry Montérégie (2002) Pourquoi apprendre? C'est la première question que vous devez vous poser. Peu importe l'école que vous choisirez et le professeur que vous aurez, cela n'a pas vraiment d'importance si vous ne savez pas

Plus en détail

Accueillir, faire connaissance

Accueillir, faire connaissance Formation/action de l Institut Catholique de Paris Recension de méthodes et techniques d animation Accueillir, faire connaissance 1. Constitution du groupe 1.1 Jeu «Aveugle et son guide» Des binômes constitués

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite AVANT LA LECTURE 1- SURVOLER LA PAGE COUVERTURE Lire le titre, puis amener l enfant à observer la page couverture tout en l invitant à faire des

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Cibler son recrutement pour coller à la réalité des emplois

Cibler son recrutement pour coller à la réalité des emplois Comment recruter autrement? Cibler son recrutement pour coller à la réalité des emplois Quels postes peuvent convenir aux retraités? Il y a probablement autant de réponses à cette question qu il y a de

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

TIENS-TOI DROITE! Françoise LECLERC DU SABLON. Recherches n 39, 2003

TIENS-TOI DROITE! Françoise LECLERC DU SABLON. Recherches n 39, 2003 Recherches n 39, 2003 TIENS-TOI DROITE! Françoise LECLERC DU SABLON Samedi matin à la Maison d Arrêt, une matinée avec 8 élèves. Il y a là Emi et Y., 2 jeunes femmes polonaises, parlant maintenant «assez

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014 17 eme : Dimanche 27 juillet 2014 Au service du Royaume déjà là! Comme un négociant qui recherche des perles fines. Réf. Biblique : 1 ère lecture : Rois (1 R 3,5.7-12) 5 A Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

Etre jeune retraité( e) et devenir bénévole d accompagnement de personnes malades

Etre jeune retraité( e) et devenir bénévole d accompagnement de personnes malades Etre jeune retraité( e) et devenir bénévole d accompagnement de personnes malades 1/5 Une étude de l IFOP, Le bénévolat en France, en 2013, menée en partenariat avec l Association France Bénévolat, montre

Plus en détail

Qui sommes-nous? Le sel de la terre, la lumière du monde!

Qui sommes-nous? Le sel de la terre, la lumière du monde! Qui sommes-nous? Le sel de la terre, la lumière du monde! Lettre pastorale pour le 9 février 2014 + Felix Gmür Evêque de Bâle Lectures du 5e dimanche du temps ordinaire, année A 1 ère lecture : Is 58,7-10

Plus en détail

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet.

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet. Pourquoi un stage sur la relation à l argent? Nous sommes confrontés à l argent au quotidien et tellement peu de personnes se posent la question de son rapport l argent. Nous utilisons donc cette porte

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005.

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005. UN MOT DEUX PASSES Mireille Scemama Toulouse, décembre 2005. Freud et Lacan sont morts. La psychanalyse, elle, reste. La psychanalyse se transmet. Mais seule la pratique ne suffit pas à justifier son existence.

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail

Ils participent à leurs premières rencontres

Ils participent à leurs premières rencontres Ils participent à leurs premières rencontres Après avoir voyagé pendant 10 ans à travers le monde et avoir pratiqué des métiers comme ébéniste ou photographe, le fait d avoir des enfants m a donné l envie

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

I. COMPRÉHENSION ORALE: TEXTE N 1

I. COMPRÉHENSION ORALE: TEXTE N 1 I. COMPRÉHENSION ORALE: TEXTE N 1 Vous allez entendre le texte deux fois. Avant la première écoute, lisez attentivement les questions. ( 6 min ) Pendant la première écoute ne prenez pas de notes, vous

Plus en détail

Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle

Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle Exercice et méthode de recherche sur Internet Dans le cadre du thème Histoire des arts retenu pour la classe de 4 ( Mouvement et vitesse

Plus en détail

Damas. effet oui. M.N- En. la peur de blanche. M.N- ça sais pas. quoi écrire. chose. .com

Damas. effet oui. M.N- En. la peur de blanche. M.N- ça sais pas. quoi écrire. chose. .com Retranscription de la vidéo 1 M- Bonjour, Mikael Messa, aujourd hui j ai le plaisir d accueillir chez moi, Marie-Noël Damas. M.N- Bonjour Mikael. M- Suite au sondage que l on vous a envoyé il y a quelques

Plus en détail

Chapitre un. J aimerais résilier mon abonnement. Puis-je m y prendre ainsi? Cordialement, E. Rothner.

Chapitre un. J aimerais résilier mon abonnement. Puis-je m y prendre ainsi? Cordialement, E. Rothner. Chapitre un 15 janvier Objet :Résiliation J aimerais résilier mon abonnement. Puis-je m y prendre ainsi? Cordialement, E. Rothner. 18 jours plus tard Objet :Résiliation Je veux résilier mon abonnement.

Plus en détail

Rapport de stage Echange IFMSA

Rapport de stage Echange IFMSA Rapport de stage Echange IFMSA La Pologne La Pologne est un pays chargé d histoire, c est principalement pour cette raison que j ai postulé pour y partir. Je voulais connaître l histoire de l Europe de

Plus en détail

Comment rencontrer l âme sœur

Comment rencontrer l âme sœur Pabloemma Comment rencontrer l âme sœur 25 façons et trouvez l amour Essai 1 Du même auteur : 2013 paroles intimes (poésie) 2013 En finir avec le passé (poésie) 2013 La vie sépare ceux qui s aiment (poésie)

Plus en détail

PART 3: ÊTRE FIN PRÊT POUR LE DEPART

PART 3: ÊTRE FIN PRÊT POUR LE DEPART PART 3: ÊTRE FIN PRÊT POUR LE DEPART Annemarie Cross : De retour pour notre série spéciale où chaque semaine nous partageons le moyen de vous promouvoir ainsi que vos produits à l aide de Twitter et bien

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION FRENCH 2/3 UNIT (COMMON) LISTENING SKILLS TRANSCRIPT

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION FRENCH 2/3 UNIT (COMMON) LISTENING SKILLS TRANSCRIPT N E W S O U T W A L E S IGER SCOOL CERTIICATE EXAMINATION 1998 RENC 2/3 UNIT (COMMON) LISTENING SKILLS TRANSCRIPT 2 ITEM 1 Oh, élix, tu es toujours en retard! Le film a sûrement commencé. J ai tourné une

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Pascal Nowacki BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

Utilisez «Le Léger Avantage» (The Slight Edge) à votre avantage, pas à votre désavantage.

Utilisez «Le Léger Avantage» (The Slight Edge) à votre avantage, pas à votre désavantage. Stratégie de Marketing Internet Facebook Mentoring For Free ETAPE 1 - Les Scripts Modifiez les scripts - mettez vos coordonnées à l intérieur. ÉTAPE 2 - Introduction Trouvez une page de fan de marketing

Plus en détail

Découvrez l univers des piles avec nous!

Découvrez l univers des piles avec nous! Découvrez l univers des piles avec nous! Bonjour, c est moi Recharge! Aujourd hui, toi et moi allons en apprendre plus sur la vie des piles. Voici mon père! Des usines, des compagnies Voici, le chemin

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Une année à l UQTR. 1. Pourriez- vous vous présenter rapidement?

Une année à l UQTR. 1. Pourriez- vous vous présenter rapidement? Une année à l UQTR 1. Pourriezvous vous présenter rapidement? Allo J Je m appelle Emilie et j ai 23 an. Après un bac ES option allemand renforcé (oui, oui), je décide de débuter une licence en Langues

Plus en détail

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI)

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Initiative A2 : École La Relève de Saint-Elzéar Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Intervenante : Édith Arsenault, conseillère pédagogique

Plus en détail

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014.

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014. Chloé B. 3 ème 2 Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre Collège Colette BESSON Année 2013-2014 Page 1 Sommaire du Rapport de stage : Introduction : Page 3 1 ere

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

être compris de notre entourage.

être compris de notre entourage. La Nature des Mots Puisque nous communiquons avec nos semblables à l aide du langage, nous utilisons des mots. Ceux-ci servent à exprimer nos idées de façon à être compris de notre entourage. Cependant,

Plus en détail

TROUBLE LIT DOUBLE Comédie en un acte de Anne-Sophie Nédélec

TROUBLE LIT DOUBLE Comédie en un acte de Anne-Sophie Nédélec TROUBLE LIT DOUBLE Comédie en un acte de Anne-Sophie Nédélec 1 Résumé : En déplacement professionnel, Madame et sa secrétaire Amélia se retrouvent coincées dans une chambre d hôtel qui n a qu un seul grand

Plus en détail

«Secret Story» Saison 3, ça commence dans cinq, quatre, trois, deux AUTRE PRESENTATRICE «Bachelor», le gentleman célibataire, bientôt sur NT1

«Secret Story» Saison 3, ça commence dans cinq, quatre, trois, deux AUTRE PRESENTATRICE «Bachelor», le gentleman célibataire, bientôt sur NT1 FRANCE INFO INFO MEDIAS Le 05/12/2013 18:52:16 Invité : Patrice GELINET, en charge de la Défense de la langue française au sein du CSA Thème : Organisation par le CSA d un colloque le 9 décembre 2013 sur

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Mboté na bino (Bonjour à vous)

Mboté na bino (Bonjour à vous) Mboté na bino (Bonjour à vous) Enfin je vous écris, après mes deux premiers mois dans mon nouveau Pays qu est la République Démocratique du Congo. Tout d abord je voudrais vous remercier pour votre soutien

Plus en détail

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART Ressources au service du représentant Primerica Table des matières Pour les clients qui n ont pas bénéficié d une analyse des besoins

Plus en détail

L animation des petits groupes dans le parcours Alpha

L animation des petits groupes dans le parcours Alpha L animation des petits groupes dans le parcours Alpha Le but de cette intervention est d introduire les principes de fonctionnement des petits groupes dans le parcours Alpha Planche 1: Animer des petits

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu.

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu. Partir : Recherche «lemmatisée». Le logiciel ne permttant pas de séparer le verbe «part», de «à part»... ou «le parti» de «parti» on a procédé manuellement au choix. 2 page 937 / 1ère partie, PARIS Je

Plus en détail

Comment suis-je protégé(e)?

Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Plusieurs choses nous passent par la tête lorsqu on se demande si l on doit faire une divulgation protégée d un acte répréhensible. Bien souvent,

Plus en détail

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 39 14 1. Professeur : Je vais le faire au tableau. Moi je n ai placé

Plus en détail