Private equity - L exit vu au travers des yeux d un fonds de private equity

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Private equity - L exit vu au travers des yeux d un fonds de private equity"

Transcription

1 Tirage à part : Fusions et acquisitions : questions actuelles Pierre Marty (éd.) Frank Gerhard Private equity - L exit vu au travers des yeux d un fonds de private equity Publication 81 Lausanne 2009

2

3 Private equity - L exit vu au travers des yeux d un fonds de private equity Frank GERHARD Docteur en droit, LL.M, avocat «Any fool can buy a company. You should be congratulated when you sell.» Henry Kravis, Kohlberg Kravis Roberts I. Définition et éléments constitutifs du private equity A. Définition «Private equity» est une locution anglaise signifiant littéralement «fonds propres privés». Il s agit d une forme de financement et de prise de participation qui prend des formes multiples en pratique 1. Par «private equity», nous entendons : - une prise de participation dans le capital, - d une société généralement non-cotée en bourse (ci-après «société-cible»), - par un ou plusieurs investisseurs financiers (ci-après «le(s) fonds de private equity»), - le plus souvent aux côtés des fondateurs et/ou des cadres dirigeants (ciaprès, «le management»), 1 Pour les diverses définitions données par des juristes suisses, voir FRICK 1 N 12 ss ; GRO- NER, Private, p. 1 ; VON SALIS-LÜTOLF 1 N 40 ; WEBER, p. 23 ss. Sur la notion de private equity, voir aussi POVALY et GRAF/GRUBER/GRÜNBICHLER (édit.). Dans la pratique, la notion de private equity est largement influencée par les organismes qui défendent les intérêts de la branche, comme SECA en Suisse (www.seca.ch), BVCA à Londres (www.bvca.co.uk), NVCA aux États-Unis (www.nvca.org) et EVCA à Bruxelles (www.evca.com). Pour la littérature étrangère, voir notamment BARTLETT ; GLADSTONE/GLADSTONE ; GOMPERS/LERNER ; LERNER/HARDYMON/LEAMON ; PEARCE/BARNES. 83

4 Frank Gerhard - en phase de démarrage (ci-après «capital-risque» ou «venture capital») ou en phase de maturité (ci-après «capital-investissement» ou «private equity stricto sensu»), - limitée dans le temps (en général 3 à 5 ans), - marquée par une prise d influence sur la stratégie de la société-cible en vue du démarrage (seed), du développement initial (start-up/early stage) et de l expansion (expansion, later stage) de la société-cible, soit l activité de capitalrisque, ou en vue de la croissance, de la transmission ou du redressement de la société-cible, soit l activité de capital-investissement, - dans le but de réaliser un gain en capital lors de la réalisation de l investissement («exit»). B. Prise de participation dans le capital L investissement de private equity se fait sous la forme d une prise de participation dans les fonds propres de la société-cible. Il peut s agir de la souscription d actions nouvelles ou, plus rarement, de l acquisition d actions déjà émises. Dans certains cas particuliers, l investissement se fait sous la forme d un prêt à conversion obligatoire en fonds propres. Le private equity se distingue ainsi de la simple mise à disposition de fonds étrangers sous forme de crédit, garanti ou non. Le rang de l investisseur de private equity est donc subordonné à celui des créanciers ordinaires : le fonds de private equity devient actionnaire de la société-cible, soit immédiatement, soit ultérieurement dans le cas d un prêt à conversion obligatoire. Ceci ne signifie pas cependant que les investissements de private equity n ont pas recours à des fonds étrangers. Par exemple, la reprise complète d une société-cible (buy-out) est le plus souvent financée par une combinaison de fonds propres investis par le fonds de private equity et de fonds étrangers (crédit d acquisition) mis à disposition par une banque ou un syndicat de banques, ce qui permet aux investisseurs de profiter de l effet de levier et ainsi d augmenter le rendement des fonds propres investis. Il est en outre relativement fréquent qu aux côtés du crédit d acquisition, une partie du prix d achat soit financée par un crédit d actionnaire mis à disposition par le fonds de private equity lui-même (shareholder loan) lequel sera le plus souvent subordonné ou accompagné de droits de conversion ou d option. Il s agit de la forme typique de l acquisition avec effet de levier (leveraged buy-out) 2. Enfin, le private equity se distingue également des financements «mezzanines» ou hybrides, qui sont tous des formes de financement se situant entre la dette senior et les fonds propres 3. Il s agit le plus souvent de crédits subordonnés au sens de l art. 725 al. 2 CO assortis de droits de conversion ou de droits d option (equity kicker) permettant un accès différé aux fonds propres de la société-cible et ainsi à la plus-value réalisée. 2 3 GERHARD, LBO secondaire, p. 24 ; SCHENKER, p. 43 ss ; TSCHÄNI, p. 1 ss. BARTHOLD, p. 224 ss ; BEHR/WIRTH, p. 161 ss ; MÜLLER, p. 19 ; VOLKART, p. 567 s. 84

5 L'exit vu au travers des yeux d'un fonds de private equity C. D une société généralement non-cotée en bourse En principe, l investissement de private equity se fait dans des sociétés non-cotées en bourse. Les termes de l investissement sont négociés entre les différentes parties impliquées (société, actionnaires historiques, management et fonds de private equity) au contraire d un investissement dans une société cotée dont les termes ne peuvent en principe pas être négociés en détail par l investisseur. Une société noncotée est en général moins transparente qu une société cotée, qui est soumise à des obligations de publicité récurrente 4 et évènementielle «ad hoc» 5. Dès lors, en raison de ce manque d information, la mise en œuvre d un investissement dans une société non-cotée sera en principe plus onéreuse étant donné qu une bonne partie du processus d acquisition servira notamment à rétablir l inégalité d information entre les participants. Ceci sera précisément le but de la due diligence conduite par le fonds de private equity. Ces dernières années cependant, vu la grande quantité de liquidités disponibles, les fonds de private equity se sont également intéressés aux sociétés cotées en bourse, notamment dans le cadre de reprises complètes à l aide d offres publiques d achat (going private) 6 ou de simples prises de participation (private investments in public equity, PIPEs) en vue de financer la croissance de la société-cible ou de fournir une injection de capitaux frais en situation de crise 7. D. Par des investisseurs financiers Les investisseurs en private equity sont des investisseurs financiers qui se distinguent des investisseurs dits «stratégiques». L intérêt de ces derniers porte primordialement sur l activité opérative elle-même ou stratégique de la société-cible (par exemple l accès à une technologie, à un réseau de vente, à de nouveaux marchés, la réalisation de synergies, etc.), alors que l intérêt de l investisseur financier se concentre sur la rentabilité de l investissement lui-même et le potentiel de croissance de la société-cible afin d obtenir une plus-value lors de la réalisation de l investissement Art. 49 ss du Règlement de cotation de la SIX Swiss Exchange (RC). Art. 53 RC dans la version entrée en vigueur le 1 er juillet En Suisse, les premières acquisitions de sociétés cotées financées par effet de levier ont été exécutées en 2007 (reprise de SIG Holding par le groupe néo-zélandais Rank, reprise du groupe Unilabs par le groupe suédois Capio). Sur les offres publiques d achat financées par effet de levier, voir GERHARD, Private equity. Pour le financement de la croissance, voir récemment les levées de fonds opérées par les sociétés biotechs Santhera en novembre 2008 ou Arpida en mars 2008 et mars 2007 auprès d un petit cercle d investisseurs institutionnels (voir GERHARD, Après le capital-risque, p. 18). Pour l injection de capitaux frais en situation de crise, voir récemment les investissements faits par Berkshire Hathaway dans Swiss Re en mars 2009 ou Government of Singapore Investment Corporation (GIC) et la Confédération Suisse, tous les deux dans UBS en décembre 2007 et en octobre Sur la problématique des PIPEs en général, voir aussi GERHARD, Private (2008). 85

6 Frank Gerhard 1. Types d investisseurs financiers Les investisseurs financiers actifs dans le private equity sont en premier lieu des investisseurs institutionnels, tels que des fonds de placement, des assurances, des banques et, dans une proportion moindre, des fonds de pension. Ces dernières années des investisseurs individuels, notamment des high net worth individuals 8, se sont également profilés dans des investissements de private equity. En principe, les investisseurs financiers ne sont pas les investisseurs directs, mais seulement indirects, par le biais d un intermédiaire dont le rôle est de collecter les fonds de ces investisseurs et d opérer des investissements dans des sociétés du portefeuille 9. Cet intermédiaire le fonds de private equity est géré par des gestionnaires professionnels, dont l activité est réglée par un contrat ou un règlement définissant notamment la politique d investissement. Leur rémunération est fonction du succès du fonds. En outre, selon la plupart des règlements de fonds, les gestionnaires sont tenus d investir eux-mêmes dans le fonds qu ils gèrent afin d obtenir un alignement des intérêts en présence. Les fonds ont des orientations diverses. Ces fonds sont le plus souvent spécialisés dans certaines industries comme la biotechnologie 10 ou la technologie 11, ou dans certaines phases de financement, comme le venture capital 12 ou le buy-out 13. Enfin, on distingue aussi les fonds qui investissent dans certains pays ou régions exclusivement, des fonds qui agissent de manière globale. 2. Fonctionnement d un fonds de private equity expliqué à l aide de la société en commandite de placements collectifs Indépendamment de la forme juridique d un intermédiaire de private equity, le fonctionnement d un investissement de private equity suit le schéma suivant, expliqué à l aide de la société en commandite de placements collectifs (SCPC) 14. Cette La nouvelle loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (LPCC) définit les «particuliers fortunés» comme les personnes confirmant par écrit lors du placement qu ils disposent directement ou indirectement d investissements financiers d au moins 2 millions de francs (art. 10 al. 3 let. e LPCC, en lien avec l art. 6 al. 1 OPCC). Voir l art. 7 al. 1 LPCC, qui entend par «placements collectifs» les apports constitués par des investisseurs pour être administrés en commun pour le compte de ces derniers. P.ex. Ares Life Sciences AG, HBM Bioventures AG et Global Life Sciences Ventures AG, tous à Zug. P.ex. Draper Investment Company ou Emerald Technology Ventures AG, tous deux à Zurich. P.ex. Index Ventures, à Genève, Sofinnova, à Paris, ou Venture Incubator AG, à Zug. P.ex. Capvis, à Zurich, Alpha, à Francfort/Paris, Zurmont Madison, à Zurich ou les grands fonds étrangers tels que Blackstone, Carlyle, Kohlberg Kravis Roberts (KKR), Texas Pacific Group, CVC, Candover, Permira ou Cinven. Pour une introduction sur la SCPC en général, voir par exemple DU PASQUIER/OBERSON. p. 217 ss. 86

7 L'exit vu au travers des yeux d'un fonds de private equity société a été introduite par la nouvelle loi sur les placements collectifs de capitaux (LPCC), entrée en vigueur le 1 er janvier a) Introduction Le but avoué du législateur, en créant la SCPC 16, est de rétablir la compétitivité de la place financière suisse et d augmenter son attrait sur les scènes européenne et internationale en matière de private equity 17. La SCPC est une société dont le but est exclusivement le placement collectif 18. Avant tout destinée aux investissements dans le capital-risque 19, la SCPC peut également être utilisée pour des placements dans des projets immobiliers, de même que pour des fonds alternatifs (hedge Loi fédérale du 23 juin 2006 sur les placements collectifs de capitaux (RS ) ; ordonnance du 22 novembre 2006 sur les placements collectifs de capitaux (RS ). Voir aussi le message du Conseil fédéral du 23 septembre 2005 concernant la loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (Message LPCC), FF 2005, p ss. La SCPC est basée sur les dispositions existantes de la société en commandite (art. 594 ss CO), complétées par la LPCC (art. 98 ss LPCC) à titre de lex specialis. Voir Message LPCC, p Art. 98 LPCC. Sur la notion de placement collectif, voir AESCHLIMANN. Art. 103 al. 1 LPCC. 87

8 Frank Gerhard funds) 20. Équivalent suisse du limited partnership de droit anglo-saxon, la SCPC constitue un véhicule attractif pour tous les promoteurs de fonds fermés. La SCPC est une société dont au moins un associé indéfiniment responsable assure la gestion (l associé-gérant), les autres associés (commanditaires) n étant responsables qu à concurrence du montant de leur investissement (commandite) 21. Les commanditaires ne peuvent être que des investisseurs qualifiés, soit des banques, des négociants, des directions de fonds des compagnies d assurances, des fonds de pension, des institutionnels et des particuliers disposant de placements financiers d au moins 2 millions de francs suisses ou des investisseurs ayant conclu un contrat écrit de gestion de fortune avec un gestionnaire indépendant au sens de la loi 22. L associé-gérant doit être une société anonyme ayant son siège en Suisse et bénéficier d une autorisation de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) 23. Le cas échéant, il peut déléguer la gestion de la société en commandite à des tiers 24. Les personnes qui se trouvent à sa tête peuvent également participer à la SCPC en tant qu investisseurs (commanditaires) pour autant que le contrat de société le prévoie, que leur participation repose sur leur fortune privée et que leur participation soit souscrite au moment du lancement de la société 25. b) Les investisseurs en qualité de commanditaires selon un contrat de société La SCPC est gouvernée en premier lieu par le contrat de société selon lequel d une part les commanditaires 26 s engagent à mettre à disposition un certain montant en capital (montant total des commandites, committed capital) sur demande de l associé-gérant et selon lequel d autre part l associé-gérant s engage à investir les moyens mis à disposition dans les sociétés-cibles selon la politique de placement et à les redistribuer aux investisseurs lors de l exit dudit investissement selon les paramètres du contrat de société. L associé-gérant peut demander le paiement du committed capital durant une certain période (commitment period). Un tel appel de fonds (drawdown) doit se faire en principe durant une période d environ 4 à 6 ans. Si l on ajoute la durée de la commitment period à la durée de l investissement lui-même, de 3 à 5 ans, il en découle que les investisseurs doivent s engager pour une période de 7 à 11 ans approximativement, durée pendant laquelle ils ne peuvent pas demander le remboursement de leur investissement Art. 103 al. 2 LPCC en rapport avec l art. 121 OPCC. Art. 98 LPCC. Art. 98 al. 3, en rapport avec l art. 10 al. 3 LPCC et l art. 6 al. 1 OPCC. Art. 98 al. 2 LPCC. Art. 119 LPCC. Art. 119 OPCC. La SCPC doit compter au moins cinq commanditaires au plus tard un an après son lancement (cf. art. 5 al. 3 OPCC). 88

9 L'exit vu au travers des yeux d'un fonds de private equity La SCPC est dès lors constituée pour une durée limitée 27. À l issue de cette période, elle est dissoute et le capital à disposition est réparti entre les associés. Cette liquidation programmée du fonds de private equity démontre bien l un des éléments caractéristiques du private equity, à savoir un investissement limité dans le temps. c) Le contrat de gestion avec l associé-gérant indéfiniment responsable En principe, le fonds de private equity (ici sous la forme d une SCPC) conclura un contrat de gestion avec l associé-gérant indéfiniment responsable ou le gestionnaire. Le rôle principal de l associé-gérant consiste dans l examen, la sélection et la recommandation d opportunités d investissement, ainsi que leur exécution et supervision jusqu à l évaluation de scénarios d exit. En pratique, il est usuel que les gérants investissent également dans la société qu ils gèrent, prenant ainsi un risque personnel sur leur propre patrimoine. Les gérants doivent logiquement avoir droit à une rémunération pour leur responsabilité de gestion de la société. Ainsi, le gérant de fonds touchera généralement une commission de gestion, se situant aux alentours de 2 % de la valeur des actifs de la société gérée, voire des montants promis (committed funds) par les investisseurs. Mais il aura également droit à une participation privilégiée aux plus-values réalisées par le fonds. Il s agit de ce que l on nomme le «carried interest». Indépendant de la rémunération de gestion, le carried interest permet de responsabiliser les membres de l équipe de gestion en les faisant investir, d une part, dans la société de placements collectifs et en les associant, d autre part, à la réussite du fonds. Le gérant n a en principe droit au carried interest qu une fois les apports des investisseurs remboursés et, généralement, seulement au-delà d un rendement minimal du fonds pour les investisseurs (seuil, ou hurdle rate, de l ordre de 5 % à 7 %). Ainsi, lors de la liquidation d un de fonds private equity, le gérant a généralement droit une fois que les investisseurs ont récupéré leur mise de base et se sont vu gratifier d un rendement notionnel minimal à une fraction privilégiée ou carried interest, de l ordre de 20 %, sur les produits et plus-values réalisés par le fonds. d) Traitement fiscal Tant le Parlement que le Conseil fédéral reconnaissent que le traitement fiscal des placements collectifs est de première importance pour le développement du marché suisse. Le fonds de placement contractuel, sous l empire de l ancienne loi sur les fonds de placement, était exonéré d impôts directs. Dans le cadre de la LPCC, tant les SICAV que les SCPC sont placées sur un pied d égalité avec les fonds contractuels et, par conséquent, exonérées de tout impôt direct 28. L impôt anticipé, quant à lui, n est prélevé que sur les rendements de la fortune distribués ou, le Art. 102 al. 1 let. e LPCC. Sur le traitement fiscal de la SCPC, voir DU PASQUIER/OBERSON, p. 217 ss ; OESTER- HELT/WINZAP (2008), p. 268 ss. 89

10 Frank Gerhard cas échéant, thésaurisés, et non sur les gains en capital réalisés et distribués séparément. En matière d impôts directs, pour les investisseurs (personnes physiques) suisses, les gains en capital réalisés par le fonds qui leur sont distribués seront également exonérés aux conditions usuelles (fortune privée). Mais qu en est-il de l imposition du carried interest distribué directement par le fonds à l associé-gérant ou à l équipe dirigeante de ce dernier? À ce jour, la question n est pas tranchée. La qualification du carried interest comme la simple rémunération d une activité de gestion entraînant une imposition ordinaire au titre de l impôt sur le revenu annihilerait tous les efforts du Parlement et du Conseil fédéral pour rendre la place financière suisse attractive pour les gérants de fonds de private equity et de hedge funds. En effet, les pays traditionnellement favorables au développement de leur place financière moyennant l octroi de conditions fiscales favorables, tels les États-Unis ou le Royaume-Uni, mais également des juridictions au cadre fiscal généralement plus rigide, telles la France ou l Allemagne, ont tous admis que le carried interest doit bénéficier, de manière générale, du traitement plus favorable applicable aux plus-values. Le taux applicable s élève ainsi à 16 % en France, en règle générale à 18% au Royaume-Uni, tandis qu il n est que de 50 % du taux ordinaire en Allemagne. Il devrait être possible, en Suisse également, de traiter fiscalement le carried interest comme un gain en capital exonéré, à hauteur du gain en capital réalisé par la SCP elle-même car il s agit d une plus-value issue de l aliénation des avoirs du fonds, lors de sa liquidation, qui est versée à l équipe dirigeante (résidente en Suisse) de l associé-gérant. Du point de vue économique, il est raisonnable de considérer que le carried interest n a pas sa source dans la mise à disposition d un capital, contrairement aux intérêts ou aux dividendes, et qu il n est pas versé par le débiteur de l obligation ou par la société elle-même dans laquelle le fonds a investi, mais bien par un tiers (celui auquel est vendue la participation lors la vente de cette dernière par le fonds). Il faudrait par ailleurs considérer que ce gain en capital est réalisé lors de la simple gestion de la fortune privée du membre de l équipe dirigeante (dans le cadre de laquelle les gains en capital sont exonérés) et non de le traiter comme un gain résultant de l exercice d une activité indépendante accessoire (dans le cadre de laquelle les plus-values sont imposables). La Suisse offrirait ainsi un cadre attractif pour les gérants de fonds de private equity et de hedge funds. Selon la pratique (encore non-publiée) de l AFC, les distributions de la SCPC aux gestionnaires ne qualifient comme gain en capital exonérés d impôt que si les gestionnaires participent proportionnellement aux gains de la SCPC 29. Si les gestionnaires participent de manière sur-proportionnelle par rapport à leur investissement au gain du fonds (ce qui est usuel dans le cas du carried interest), l AFC traite le carried interest comme revenu. Le traitement du carried interst par les assurances sociales s oriente selon l art. 17 OAVS en principe au traitement fiscal. Dès lors, dans la mesure où le carried interest est propor- 29 OESTERHELT, N 243e, vor art. 1 LPCC. 90

11 L'exit vu au travers des yeux d'un fonds de private equity tionnel à l investissement il n est pas soumis à l AVS/AI/AC, alors que s il est sur-proportionnel, des cotisations seront dues. E. Aux côtés des fondateurs et/ou du management L investissement de private equity est aussi un investissement dans des personnes, à savoir les fondateurs et/ou le management de la société-cible. En effet, l investisseur financier ne peut pas accomplir toutes les activités de gestion luimême. Il s agit en réalité d une illustration de la théorie du principal et de l agent (principal-agent theory) développée dans les années 1930 par BERLE/MEANS 30, en ce sens que le principal (fonds de private equity) confie l exécution de certaines tâches à des agents (management). La théorie du principal-agent parvient à la conclusion que, dans l exécution des tâches respectives, des conflits sont programmés entre le principal et l agent, étant donné que chacun essaiera de manière opportuniste d optimiser sa position indépendamment, ou au détriment, de la position de l autre 31. En outre, dans le contexte d un investissement de private equity, l asymétrie de l information est particulièrement manifeste, de sorte que les conséquences de la théorie du principal-agent sont particulièrement prononcées 32. En pratique, les mesures suivantes sont mises en œuvre de manière contractuelle pour canaliser les conflits d intérêts potentiels entre principal et agent, ainsi que pour rétablir la symétrie de l information 33 : - garanties fournies par le management (y compris, par exemple, clauses antidilutives en cas d émission ultérieure d actions à un prix inférieur à celui payé par l investisseur) ; - règles de comportement à la charge du management (covenants) ; - mise à disposition du financement de manière échelonnée ou limitée (par exemple staged ou milestones financing) 34 ; - contrôle (monitoring) du management par la présence au conseil d administration de la société-cible de représentants du fonds de private equity, ainsi que l exercice de certains droits de veto concernant les décisions importantes ; - alignement des intérêts en présence par la participation du management au capital-actions de la société-cible BERLE/MEANS. FAMA/JENSEN, p. 311 ss ; JENSEN/MECKLING, p. 305 ss. Sur les effets en private equity, voir notamment FRICK 3 N 177 ss ; VON SALIS-LÜTOLF 1 N 55 ss. FRICK 3 N 194 ss. JACCARD/BARUH, p. 280 ss. 91

12 Frank Gerhard F. Société en phase de démarrage ou en phase de maturité Les investissements de private equity sont toujours adaptés aux besoins concrets des intéressés. Dès lors, en pratique, les variétés d investissements sont multiples. Les principales catégories de financement de private equity se définissent le plus facilement en distinguant les différentes phases dans lesquelles se trouvent la société-cible, de la création jusqu à un changement complet de propriétaire ou une entrée en bourse Venture Capital Par «venture capital», on entend le capital-risque, à savoir la prise de participation dans une société nouvellement constituée et non encore établie sur le marché (start-up). Il s agit en général d une société à fort potentiel de croissance avec des projets innovants. Souvent, il s agit de sociétés avec un développement scientifique ou technologique, le plus fréquemment dans la biotechnologie, l informatique, les télécommunications ou la technologie médicale. En général, les entreprises actives dans ces branches dont les activités sont couronnées de 35 Pour les différentes phases du capital-investissement, voir FRICK 2 N 79 ss et le Message LPCC, qui distingue six phases (seed, early stage, later stage/expansion, bridge-pre-ipo, buy-out, distressed/turnaround). 92

13 L'exit vu au travers des yeux d'un fonds de private equity succès atteignent rapidement d importantes parts de marché 36. En principe, il s agit de sociétés qui n ont pas d actifs réalisables et qui sont appelées à faire des pertes pendant plusieurs années avant d atteindre la zone de profit. La première phase d investissement s étend du développement de l idée commerciale et l établissement d un business plan avant même la constitution de la société (seed capital) en passant par la phase de constitution de la société (start-up capital) jusqu au commencement d une activité productive et commerciale proprement dite (first stage capital). Le venture capital ou capital-risque constitue donc une sous-catégorie du private equity, dont il n est que la première phase. 2. Expansion Dès que la société-cible a commencé son activité de production, dès qu elle a réalisé des ventes et un bénéfice (break-even), elle nécessitera en principe un financement supplémentaire pour assurer la prochaine étape de son expansion (middle, expansion ou development stage). Le besoin en capital sera déterminé par le type et le rythme de cette expansion qui pourra être soit endogène, soit exogène. Une croissance endogène aura lieu, par exemple, par l agrandissement des capacités de production ou par l expansion sur de nouveaux marchés ou de nouveaux produits. Une croissance exogène se concrétisera typiquement par la reprise de sociétés ou l établissement de coopérations ou de joint-ventures. 3. Turnaround Le financement d une restructuration ou d un assainissement d entreprises en situation de crise (turnaround) 37 sera souvent composé d une combinaison de fonds propres et de fonds étrangers. En plus, ce financement prévoira en principe un accès différé au capital-actions de la société (mezzanine) pour profiter d un éventuel potentiel d accroissement de valeur de la société-cible tout en maintenant la sécurité d un investissement en fonds étrangers. 4. Buy-out Le terme «buy-out» est générique et couvre plusieurs types de changements de propriétaires d une entreprise. En pratique, deux situations typiques mènent à un changement de propriétaire. Tout d abord, un buy-out intervient lorsqu un groupe se sépare d une division ou d une activité commerciale notamment parce qu elle ne s inscrit plus dans son faisceau principal d activité (spin-off). La reprise en 2003 de l activité «contrôle qualité textile» du groupe Zellweger Luwa par les fonds de private equity CapVis et Quadriga sous le nom d Uster Technologies ou la reprise La plupart des géants informatiques (Microsoft, Oracle, Hewlett-Packard, Google, ebay, etc.) ont été financés par du capital-risque. Voir KRAFT. 93

14 Frank Gerhard en 2004 de l activité «technique du bâtiment» du groupe ABB par CapVis sous le nom d Etavis en sont des exemples typiques. Une autre situation typique est le règlement de successions, notamment dans les entreprises à forte empreinte familiale. Comme exemples récents, on citera la reprise du manufacturier de meubles DeSede ou de l équipementier de bureaux Lista, tous deux par le fonds de private equity CapVis en Dans les deux cas, il s agit d entreprises matures en mesure de générer un cash-flow positif et stable. Le buy-out le plus répandu est la vente de la société à son management (management buy-out, MBO), à un management nouvellement entrant (management buyin, MBI) ou une forme mixte (BIMBO). Le plus souvent, le management ne reprend pas seul la société, mais investit aux côtés d un fonds de private equity, qui, selon la taille de la transaction, prendra une majorité dans le capital-actions de la nouvelle société. Cela a été le cas dans les quatre transactions mentionnées cidessus. Le plus souvent ces transactions sont financées au moyen d un crédit d acquisition mis à disposition par un consortium bancaire ce qui permet aux acheteurs de profiter d un effet de levier (leveraged buy-out). G. Prise de participation limitée dans le temps L investissement d un fonds de private equity est limité dans le temps 38. Les fonds mis à disposition des gérants du fonds de private equity le sont pour une durée déterminée. Cela signifie que le fonds de private equity lui-même doit s assurer de pouvoir réaliser son investissement dans un délai donné de manière à être en mesure de rembourser aux investisseurs le montant de leur investissement. Cela implique que la décision d investissement d un fonds de private equity dépendra non seulement de la qualité de la société-cible, mais également des possibilités d exit qui s offrent à lui. L horizon d investissement est typiquement de 3 à 5 ans. H. Prise d influence sur la stratégie de la société-cible En principe, le fonds de private equity ne se borne pas à mettre à disposition de la société-cible des fonds propres. Il s engagera aussi activement dans la sociétécible, notamment par une présence dans le conseil d administration. Cette prise d influence sera bien entendu variable et dépendra notamment de l état de développement de la société-cible : une start-up ou une société en phase d assainissement nécessitera sans doute une présence plus marquée qu une société mature en pleine phase d expansion. Cette prise d influence dans les organes de la sociétécible distingue aussi l investisseur de private equity d un hedge fund. Ce dernier se contentera en général d une participation réduite et tentera d exercer une pression 38 Ceci a aussi été reconnu par le Tribunal fédéral dans l arrêt 4C.214/2003 du 21 novembre

Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC)

Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC) Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC) Petit-déjeuner PME & start-up du 23 mars 2007 Me Marc-Etienne Pache Docteur en droit, Avocat,

Plus en détail

Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups»

Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups» Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups» Le capital-risque 15 novembre 2002 Pierre Delaly BCV Private Equity Table des matières Caractéristiques des fonds de VC Processus d investissement

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG)

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Directive Corporate Governance Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Du Fondement juridique 1 er septembre 2014 art. 1, 4, 5 et art.

Plus en détail

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Juillet 2007 Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Table des matières Préambule...

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Multi Defender VONCERT

Multi Defender VONCERT Multi Defender VONCERT sur le SMI, EuroStoxx 50 et le S&P 500 Vous souhaitez profiter de la hausse de cours potentielle de grands indices boursiers sans pour autant exclure des corrections de cours? Le

Plus en détail

Point de vue de l investisseur

Point de vue de l investisseur Financez votre entreprise avec des fonds propres Point de vue de l investisseur Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 septembre 2010 Corporate Finance Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Ordonnance sur les fonds de placement

Ordonnance sur les fonds de placement Ordonnance sur les fonds de placement (OFP) Modification du 25 octobre 2000 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 19 octobre 1994 sur les fonds de placement 1 est modifiée comme suit: Art.

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux (Appel

Plus en détail

Placements collectifs : les fondamentaux, les réflexes pour le praticien et quelques nouveautés

Placements collectifs : les fondamentaux, les réflexes pour le praticien et quelques nouveautés www.ochsnerassocies.ch Placements collectifs : les fondamentaux, les réflexes pour le praticien et quelques nouveautés Conférence du Jeune Barreau 20 janvier 2014 Alexandre de Boccard Plan I. Introduction

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Banque dépositaire

Plus en détail

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015.

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015. STREETBOX REAL ESTATE FUND Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

INTRODUCTION Loi AIFM SCSp Circulaire

INTRODUCTION Loi AIFM SCSp Circulaire INTRODUCTION La loi du 12 juillet 2013 concernant les gérants de fonds d investissement alternatifs (la Loi AIFM) a introduit le régime juridique d une nouvelle forme de société en commandite sans personnalité

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV Circ.-CFB 07/3 Délégation par la direction et la SICAV Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV (Délégation par la direction et la SICAV)

Plus en détail

du 28 mai 2003 (Dernière modification: 29 août 2007)

du 28 mai 2003 (Dernière modification: 29 août 2007) Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux (Appel

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis -

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis - Augmentation de capital VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et

Plus en détail

Le Pacte d associés. Le pacte d associés

Le Pacte d associés. Le pacte d associés L Le Pacte d associés Le pacte d associés Le pacte d associés Jean-Pierre GITENAY Avocat Associé 31 mars 2008 2 SOMMAIRE Définition contenu - validité Pourquoi un pacte? Limites du pacte Les principales

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Fonds de placement Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement (Appel au public / Fonds

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Communication FINMA 35 (2012), 20 février 2012 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Bern Tel. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Sommaire

Plus en détail

Investisseurs : Comment les intégrer sans perdre le contrôle? Présentation pour PhytoArk, Conthey, 24 avril 2015. Christophe de Kalbermatten

Investisseurs : Comment les intégrer sans perdre le contrôle? Présentation pour PhytoArk, Conthey, 24 avril 2015. Christophe de Kalbermatten Présentation pour PhytoArk, Conthey, 24 avril 2015 Investisseurs : Comment les intégrer sans perdre le contrôle? 1. Les investisseurs 2. Les contrats 3. Les stratégies Christophe de Kalbermatten 1 Sommaire

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse

Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse Note de l éditeur : Les chapitres 2 «Les règles communes aux divers marchés» et 3 «Les règles spécifiques aux divers marchés» du présent

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Introduction aux fonds de placement

Introduction aux fonds de placement Introduction aux fonds de placement Christian Carron CEO, Gérifonds S.A. 20.12.2013 Table des matières (1) Introduction aux fonds de placement suisses définition selon la loi (LPCC) conséquence de la définition

Plus en détail

MASSERAN INNOVATION VII

MASSERAN INNOVATION VII MASSERAN INNOVATION VII INVESTISSEZ DANS DES PME EUROPÉENNES INNOVANTES FONDS COMMUN DE PLACEMENT DANS L INNOVATION PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL POURQUOI INVESTIR DANS MASSERAN INNOVATION VII?

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance sur les bourses, OBVM) Modification du 10 avril 2013 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 2 décembre 1996 sur

Plus en détail

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S.

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Stock options et attribution gratuite d actions

Stock options et attribution gratuite d actions Stock options et attribution gratuite d actions 1 Christophe de Kalbermatten, Avocat Python & Peter 5 Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Stock options A. Définition B. Graphique C. Différentes stock options

Plus en détail

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007)

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) La Commission fédérale des banques (CFB) est chargée de veiller au respect des lois régissant les marchés financiers et prend

Plus en détail

123Venture annonce le lancement de 123Club PME 2014

123Venture annonce le lancement de 123Club PME 2014 Communiqué de presse Paris, le 30 avril 2014 Prospectus mis à la disposition du public à l occasion de l émission d actions par offre au public au profit des redevables de l impôt sur la fortune 2014 dont

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Zurich Invest Target Investment Fund

Zurich Invest Target Investment Fund Pour une constitution de patrimoine structurée et flexible Zurich Invest Target Investment Fund Le Target Investment Fund de Zurich Invest SA est une solution de placement flexible et intelligente vous

Plus en détail

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 STRATEGIE DE GESTION DU FONDS STRATEGIE DE GESTION DU FONDS Le fonds investira dans un portefeuille de PME, sélectionnées pour leurs perspectives de rentabilité et

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 13 février 2015 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 Laupenstrasse 27, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00,

Plus en détail

Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010

Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010 Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010 Le 10 août 2010, Logitech International S.A., Apples (la «Société» ou «Logitech»), a initié un programme

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

Placements collectifs : La CFB à l écoute du marché

Placements collectifs : La CFB à l écoute du marché Version originale Conférence de presse du 27 avril 2006 Prof Jean-Baptiste Zufferey Vice-président de la Commission fédérale des banques Placements collectifs : La CFB à l écoute du marché Durant l année

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

Sauf indication contraire, les informations relatives à la Corporate Governance doivent être publiées de la même manière par tous les émetteurs.

Sauf indication contraire, les informations relatives à la Corporate Governance doivent être publiées de la même manière par tous les émetteurs. Tableau des modifications de la DCG Directive concernant les Informations relatives à la Corporate Governance (DCG) Remarques générales: Le tableau ci-après indique uniquement les dispositions modifiées

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

SWX Swiss Exchange Directive 16: Taxes (art. 23 RM)

SWX Swiss Exchange Directive 16: Taxes (art. 23 RM) SWX Swiss Exchange, Ce document contient les dispositions relatives aux taxes imputées aux participants par la SWX. Les données figurant dans ce document sont sans effet contraignant et n'engagent en rien

Plus en détail

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF)

Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF) S informer sur Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF) Octobre 2009 Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune

Plus en détail

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Aperçu des avantages et des inconvénients nients du choix de la forme juridique (raison individuelle / SA ou Sàrl) Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Nicolas Cottier Avocat Sommaire 1.

Plus en détail

MECELEC Société anonyme au capital de 9 631 896 Siège social : Mauves, 07300 (Ardèche) 336 420 187 R.C.S. AUBENAS EXPOSE DES MOTIFS

MECELEC Société anonyme au capital de 9 631 896 Siège social : Mauves, 07300 (Ardèche) 336 420 187 R.C.S. AUBENAS EXPOSE DES MOTIFS MECELEC Société anonyme au capital de 9 631 896 Siège social : Mauves, 07300 (Ardèche) 336 420 187 R.C.S. AUBENAS EXPOSE DES MOTIFS TEXTE DES RESOLUTIONS SOUMISES A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Critères de qualité de la KGAST

Critères de qualité de la KGAST Critères de qualité de la KGAST I. Introduction Les fondations de placement ne sont autorisées à utiliser le label de qualité «Fondation KGAST» que si elles reconnaissent intégralement et sans réserve

Plus en détail

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC Ordonnance n 2009-80 du 22 janvier 2009 (JO du 23 janvier 2009) La notion d appel public à l épargne, issue de l article 72 de la loi de 1966, manifestait

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015 AFONE Société anonyme à Conseil d administration au capital de 589 001,60 euros Siège social : 11 place François Mitterrand 49100 ANGERS 411 068 737 RCS ANGERS ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE

Plus en détail

{PRIVATE MAIL MERGE DOCUMENT SEPARATOR}

{PRIVATE MAIL MERGE DOCUMENT SEPARATOR} {PRIVATE MAIL MERGE DOCUMENT SEPARATOR} Label1 08.05.2007 Oren-Olivier Puder Autorisations/Fonds de placement +41 31 322 07 76 Oren-Olivier.Puder@ebk.admin.ch 2007-05-04/263/PUO Aux destinataires selon

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

Pacte d actionnaires

Pacte d actionnaires Pacte d actionnaires Contrôler, organiser son actionnariat, intéresser ses collaborateurs au capital, comment faire ou ne pas faire? Ateliers Investsud Cedric Guyot - 20 mars 2015 - Introduction Objectif

Plus en détail

MASSERAN PATRIMOINE INNOVATION 2014

MASSERAN PATRIMOINE INNOVATION 2014 MASSERAN PATRIMOINE INNOVATION 2014 INVESTISSEZ DANS DES PME EUROPÉENNES INNOVANTES FONDS COMMUN DE PLACEMENT DANS L INNOVATION PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL POURQUOI INVESTIR DANS MASSERAN

Plus en détail

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 CONSEILS JURIDIQUES Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 Olivier Dunant Avocat, LL.M. Responsable du département juridique olivier.dunant@eycom.ch Tel. +41 58 286

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité Article L214-41-1 du Code monétaire et financier Agrément AMF du 24 août 2010 Le FIP

Plus en détail

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 19) PricewaterhouseCoopers Audit 63

Plus en détail

LEGAL UP-DATE 2007: RECENT DEVELOPMENTS IN SWISS BUSINESS LAW AND PRACTICE (Banking, Corporate, Taxation)

LEGAL UP-DATE 2007: RECENT DEVELOPMENTS IN SWISS BUSINESS LAW AND PRACTICE (Banking, Corporate, Taxation) LEGAL UP-DATE 2007: RECENT DEVELOPMENTS IN SWISS BUSINESS LAW AND PRACTICE (Banking, Corporate, Taxation) Association of International Business Lawyers (AIBL) 2 février 2007 Développements 2006-2007 en

Plus en détail

CONVOCATIONS MECELEC

CONVOCATIONS MECELEC CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS MECELEC Société anonyme au capital de 9 631 896 Siège social : Mauves, 07300 (Ardèche) 336 420 187 R.C.S. Aubenas. Les actionnaires de la

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Obligation de déclarer les transactions boursières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Obligation de déclarer les transactions boursières Circ.-CFB 04/3 Obligation de déclarer Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du 19 août 2004 (Dernière modification

Plus en détail

3. La restructuration de l entreprise

3. La restructuration de l entreprise . La restructuration de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1.1. La transformation Définition: Par une transformation, une société peut changer sa forme juridique. Ses rapports juridiques ne

Plus en détail

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2.375.584 SIEGE SOCIAL : 92/98 BOULEVARD VICTOR HUGO 92115 CLICHY CEDEX RCS NANTERRE : 403 570 781 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Produits et distribution. Marchés. Communication FINMA 49 (2013) 14 août 2013

Produits et distribution. Marchés. Communication FINMA 49 (2013) 14 août 2013 Communication FINMA 49 (2013) 14 août 2013 Produits et distribution Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch A58690 Sommaire Représentants de

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail