Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2"

Transcription

1 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes et géométre Exercces Nombres complexes Préambule L équaton x + 5 = a ses coeffcents dans N mas pourtant sa soluton x = 3 n est pas un enter naturel. Il faut c consdérer l ensemble plus grand Z des enters relatfs. N x+5= Z x= 3 Q x = R x = C De même l équaton x = 3 a ses coeffcents dans Z mas sa soluton x = 3 est dans l ensemble plus grand des ratonnels Q. Contnuons ans, l équaton x = à coeffcents dans Q, a ses solutons x = +/ et x = / dans l ensemble des réels R. Ensute l équaton x = à ses coeffcents dans R et ses solutons x = + et x = dans l ensemble des nombres complexes C. Ce processus est-l sans fn? Non! Les nombres complexes sont en quelque sorte le bout de la chaîne car nous avons le théorème de d Alembert-Gauss suvant : «Pour n mporte quelle équaton polynomale a n x n + a n x n + + a x + a x + a 0 = 0 où les coeffcents a sont des complexes (ou ben des réels), alors les solutons x,..., x n sont dans l ensemble des nombres complexes». Outre la résoluton d équatons, les nombres complexes s applquent à la trgonométre, à la géométre (comme nous le verrons dans ce chaptre) mas auss à l électronque, à la mécanque quantque, etc.. Les nombres complexes.. Défnton

2 Défnton Un nombre complexe est un couple (a, b) R que l on notera a + b R b a + b 0 a R Cela revent à dentfer avec le vecteur (,0) de R, et avec le vecteur (0,). On note C l ensemble des nombres complexes. S b = 0, alors z = a est stué sur l axe des abscsses, que l on dentfe à R. Dans ce cas on dra que z est réel, et R apparaît comme un sous-ensemble de C, appelé axe réel. S b 0, z est dt magnare et s b 0 et a = 0, z est dt magnare pur... Opératons S z = a + b et z = a + b sont deux nombres complexes, alors on défnt les opératons suvantes : addton : (a + b) + (a + b ) = (a + a ) + (b + b ) R z + z z z 0 R multplcaton : (a + b) (a + b ) = (aa bb ) + (ab + ba ). C est la multplcaton usuelle avec la conventon suvante : =.3. Parte réelle et magnare Sot z = a + b un nombre complexe, sa parte réelle est le réel a et on la note Re(z) ; sa parte magnare est le réel b et on la note Im(z). R Im(z) z 0 Re(z) R

3 3 Par dentfcaton de C à R, l écrture z = Re(z) + Im(z) est unque : z = z Re(z) = Re(z ) et Im(z) = Im(z ) En partculer un nombre complexe est réel s et seulement s sa parte magnare est nulle. Un nombre complexe est nul s et et seulement s sa parte réelle et sa parte magnare sont nuls..4. Calculs Quelques défntons et calculs sur les nombres complexes. λz z 0 z L opposé de z = a + b est z = ( a) + ( b) = a b. La multplcaton par un scalare λ R : λ z = (λa) + (λb). L nverse : s z 0, l exste un unque z C tel que zz = (où = + 0). Pour la preuve et le calcul on écrt z = a + b pus on cherche z = a + b tel que zz =. Autrement dt (a + b)(a + b ) =. En développant et dentfant les partes réelles et magnares on obtent les équatons { aa bb = (L ) ab + ba = 0 (L ) En écrvant al + bl (on multple la lgne (L ) par a, la lgne (L ) par b et on addtonne) et bl + al on en dédut L nverse de z est donc { a ( a + b ) = a b ( a + b ) = b donc { a = b = a a +b b a +b z = z = a a + b + b a + b = a b a + b. La dvson : z z est le nombre complexe z z. Proprété d ntégrté : s zz = 0 alors z = 0 ou z = 0. Pussances : z = z z, z n = z z (n fos, n N). Par conventon z 0 = et z n = ( ) n z = z. n

4 4 Proposton Pour tout z C dfférent de + z + z + + z n = zn+ z. La preuve est smple : notons S = + z + z + + z n, alors en développant S ( z) presque tous les termes se télescopent et l on trouve S ( z) = z n+. Remarque Il n y pas d ordre naturel sur C, l ne faut donc jamas écrre z 0 ou z z..5. Conjugué, module Le conjugué de z = a + b est z = a b, autrement dt Re( z) = Re(z) et Im( z) = Im(z). Le pont z est le symétrque du pont z par rapport à l axe réel. Le module de z = a + b est le réel postf z = a + b. Comme z z = (a + b)(a b) = a + b alors le module vaut auss z = z z. z z = a + b 0 z b z 0 a Quelques formules : z + z = z + z, z = z, zz = zz z = z z R z = z z, z = z, zz = z z z = 0 z = 0 L négalté trangulare : z + z z + z

5 5 Exemple Dans un parallélogramme, la somme des carrés des dagonales égale la somme des carrés des côtés. S les longueurs des côtés sont notées L et l et les longueurs des dagonales sont D et d alors l s agt de montrer l égalté D + d = l + L. z + z z z L z + z l d z l D z z z z L 0 z Démonstraton Cela devent smple s l on consdère que notre parallélogramme a pour sommets 0, z, z et le derner sommet est donc z + z. La longueur du grand côté est c z, celle du pett côté est z. La longueur de la grande dagonale est z + z. Enfn l faut se convancre que la longueur de la pette dagonale est z z. D + d = z + z + z z = ( z + z ) (z + z ) + ( z z ) (z z ) = z z + zz + z z + z z + z z zz z z + z z = z z + z z = z + z = l + L Mn-exercces. Calculer +.. Écrre sous la forme a + b les nombres complexes ( + ), ( + ) 3, ( + ) 4, ( + ) En dédure + ( + ) + ( + ) + + ( + ) Sot z C tel que + z = z, montrer que z R. 5. Montrer que s Re z Re z et Im z Im z alors z z, mas que la récproque est fausse. 6. Montrer que / z = z/ z (pour z 0).. Racnes carrées, équaton du second degré.. Racnes carrées d un nombre complexe Pour z C, une racne carrée est un nombre complexe ω tel que ω = z. Par exemple s x R +, on connaît deux racnes carrées : x, x. Autre exemple : les racnes carrées de sont et.

6 6 Proposton Sot z un nombre complexe, alors z admet deux racnes carrées, ω et ω. Attenton! Contrarement au cas réel, l n y a pas de façon prvlégée de chosr une racne plutôt que l autre, donc pas de foncton racne. On ne dra donc jamas «sot ω la racne de z». S z 0 ces deux racnes carrées sont dstnctes. S z = 0 alors ω = 0 est une racne double. Pour z = a + b nous allons calculer ω et ω en foncton de a et b. Démonstraton Nous écrvons ω = x + y, nous cherchons x, y tels que ω = z. ω = z (x + y) = a + b { x y = a xy = b en dentfant partes réelles et partes magnares. Pette astuce c : nous rajoutons l équaton ω = z (qu se dédut ben sûr de ω = z) qu s écrt auss x + y = a + b. Nous obtenons des systèmes équvalents aux précédents : x y = a xy = b x + y = a + b x = a + b + a y = a + b a xy = b x = ± a + b + a y = ± a + b a xy = b Dscutons suvant le sgne du réel b. S b 0, x et y sont de même sgne ou nuls (car xy = b 0) donc ω = ± ( ) a + b + a + a + b a, et s b 0 ω = ± ( ) a + b + a a + b a. En partculer s b = 0 le résultat dépend du sgne de a, s a 0, a = a et par conséquent ω = ± a, tands que s a < 0, a = a et donc ω = ± a = ± a. Il n est pas nécessare d apprendre ces formules mas l est ndspensable de savor refare les calculs. Exemple Les racnes carrées de sont + ( + ) et ( + ). En effet : ω = (x + y) = { x y = 0 xy = Rajoutons la condtons ω = pour obtenr le système équvalent au précédent : x y = 0 xy = x + y = x = y = xy = x = ± y = ± xy =

7 7 Les réels x et y sont donc de même sgne, nous trouvons ben deux solutons : x + y = + ou x + y =.. Équaton du second degré Proposton 3 L équaton du second degré az + bz + c = 0, où a, b, c C et a 0, possède deux solutons z, z C éventuellement confondues. Sot = b 4ac le dscrmnant et δ C une racne carrée de. Alors les solutons sont z = b + δ a et z = b δ a. Et s = 0 alors la soluton z = z = z = b/a est unque (elle est dte double). S on s autorsat à écrre δ = pour le nombre complexe, on obtendrat la même formule que celle que vous connassez lorsque a, b, c sont réels. Exemple 3 z + z + = 0, = 3, δ = 3, les solutons sont z = ± 3. z + z + 4 = 0, =, δ = ± ( + ), les solutons sont z = ( + ) = ± 4 ( + ). On retrouve auss le résultat ben connu pour le cas des équatons à coeffcents réels : Corollare S les coeffcents a, b, c sont réels alors R et les solutons sont de tros types : s = 0, la racne double est réelle et vaut b a, s > 0, on a deux solutons réelles b ±, a s < 0, on a deux solutons complexes, mas non réelles, b ±. a Démonstraton On écrt la factorsaton ( az + bz + c = a z + b a z + c ) (( = a z + b ) b a a 4a + c ) a (( = a z + b ) ) (( a 4a = a z + b ) ) δ a 4a (( = a z + b ) δ )(( z + b ) + δ ) a a a a ( = a z b + δ )( z b δ ) = a(z z )(z z ) a a Donc le bnôme s annule s et seulement s z = z ou z = z.

8 8.3. Théorème fondamental de l algèbre Théorème. d Alembert Gauss Sot P(z) = a n z n + a n z n + + a z + a 0 un polynôme à coeffcents complexes et de degré n. Alors l équaton P(z) = 0 admet exactement n solutons complexes comptées avec leur multplcté. En d autres termes l exste des nombres complexes z,..., z n (dont certans sont éventuellement confondus) tels que P(z) = a n (z z )(z z ) (z z n ). Nous admettons ce théorème. Mn-exercces. Calculer les racnes carrées de, Résoudre les équatons : z + z = 0, z + ( 0 0)z = Résoudre l équaton z + ( )z, pus l équaton Z 4 + ( )Z. 4. Montrer que s P(z) = z + bz + c possède pour racnes z, z C alors z + z = b et z z = c. 5. Trouver les pares de nombres dont la somme vaut et le produt. 6. Sot P(z) = a n z n + a n z n + + a 0 avec a R pour tout. Montrer que s z est racne de P alors z auss. 3. Argument et trgonométre 3.. Argument S z = x + y est de module, alors x + y = z =. Par conséquent le pont (x, y) est sur le cercle unté du plan, et son abscsse x est notée cosθ, son ordonnée y est snθ, où θ est (une mesure de) l angle entre l axe réel et z. Plus généralement, s z 0, z/ z est de module, et cela amène à : Défnton Pour tout z C = C {0}, un nombre θ R tel que z = z (cosθ + snθ) est appelé un argument de z et noté θ = arg(z). R z z arg(z) 0 R Cet argument est défn modulo π. On peut mposer à cet argument d être unque s on rajoute la condton θ ] π,+π].

9 9 Remarque θ θ (mod π) k Z, θ = θ + kπ { cosθ = cosθ snθ = snθ Proposton 4 L argument satsfat les proprétés suvantes : arg ( zz ) arg(z) + arg ( z ) (mod π) arg(z n ) narg(z) (mod π) arg(/z) arg(z) (mod π) arg( z) arg z (mod π) Démonstraton zz = z (cosθ + snθ) z ( cosθ + snθ ) = zz ( cosθ cosθ snθ snθ + ( cosθ snθ + snθ cosθ )) = zz ( cos ( θ + θ ) + sn ( θ + θ )) donc arg ( zz ) arg(z) + arg ( z ) (mod π). On en dédut les deux autres proprétés, dont la deuxème par récurrence. 3.. Formule de Movre, notaton exponentelle La formule de Movre est : (cosθ + snθ) n = cos(nθ) + sn(nθ) Démonstraton Par récurrence, on montre que (cosθ + snθ) n = (cosθ + snθ) n (cosθ + snθ) = (cos((n )θ) + sn((n )θ)) (cosθ + snθ) = (cos((n )θ)cosθ sn((n )θ)snθ) +(cos((n )θ)snθ + sn((n )θ)cosθ) = cos nθ + sn nθ Nous défnssons la notaton exponentelle par e θ = cosθ + snθ et donc tout nombre complexe s écrt z = ρe θ où ρ = z est le module et θ = arg(z) est un argument.

10 0 Avec la notaton exponentelle, on peut écrre pour z = ρe θ et z = ρ e θ zz = ρρ e θ e θ = ρρ e (θ+θ ) z n = ( ρe θ) n = ρ n ( e θ) n = ρ n e nθ /z = / ( ρe θ) = ρ e θ z = ρe θ La formule de Movre se rédut à l égalté : ( e θ) n = e nθ. Et nous avons auss : ρe θ = ρ e θ (avec ρ,ρ > 0) s et seulement s ρ = ρ et θ θ (mod π) Racnes n-ème Défnton 3 Pour z C et n N, une racne n-ème est un nombre ω C tel que ω n = z. Proposton 5 Il y a n racnes n-èmes ω 0,ω,...,ω n de z = ρe θ, ce sont : ω k = ρ /n e θ+kπ n, k = 0,,..., n Démonstraton Écrvons z = ρe θ et cherchons ω sous la forme ω = re t tel que z = ω n. Nous obtenons donc ρe θ = ω n = ( re t ) n = r n e nt. Prenons tout d abord le module : ρ = ρe θ = r n e nt = r n et donc r = ρ /n (l s agt c de nombres réels). Pour les arguments nous avons e nt = e θ et donc nt θ (mod π) (n oublez surtout pas le modulo π!). Ans on résout nt = θ + kπ (pour k Z) et donc t = θ n + kπ n. Les solutons de l équaton ω n = z sont donc les ω k = ρ /n e θ+kπ n. Mas en fat l n y a que n solutons dstnctes car ω n = ω 0, ω n+ = ω,... Ans les n solutons sont ω 0,ω,...,ω n. Par exemple pour z =, on obtent les n racnes n-èmes de l unté e kπ/n, k = 0,..., n qu forment un groupe multplcatf. j = e π/3 e π/3 0 = e 0 = e π 0 j = e 4π/3 e π/3 Racne 3-ème de l unté (z =, n = 3) Racne 3-ème de (z =, n = 3) Les racnes 5-ème de l unté (z =, n = 5) forment un pentagone réguler :

11 e π/5 e 4π/5 0 e 6π/5 e 8π/ Applcatons à la trgonométre Voc les formules d Euler, pour θ R : cosθ = eθ + e θ, snθ = eθ e θ Ces formules s obtennent faclement en utlsant la défnton de la notaton exponentelle. Nous les applquons dans la sute à deux problèmes : le développement et la lnéarsaton. Développement. On exprme sn nθ ou cos nθ en foncton des pussances de cosθ et snθ. Méthode : on utlse la formule de Movre pour écrre cos(nθ) + sn(nθ) = (cosθ + snθ) n que l on développe avec la formule du bnôme de Newton. Exemple 4 cos3θ + sn3θ = (cosθ + snθ) 3 = cos 3 θ + 3cos θ snθ 3cosθ sn θ sn 3 θ = ( cos 3 θ 3cosθ sn θ ) + ( 3cos θ snθ sn 3 θ ) En dentfant les partes réelles et magnares, on dédut que cos3θ = cos 3 θ 3cosθ sn θ et sn3θ = 3cos θ snθ sn 3 θ. Lnéarsaton. On exprme cos n θ ou sn n θ en foncton des cos kθ et sn kθ pour k allant de 0 à n. ( ) Méthode : avec la formule d Euler on écrt sn n θ = e θ e n. θ On développe à l ade du bnôme de Newton pus on regroupe les termes par pares conjuguées. Exemple 5

12 ( e sn 3 θ e θ )3 θ = = ((e θ ) 3 3(e θ ) e θ + 3e θ (e θ ) (e θ ) 3) 8 = (e 3θ 3e θ + 3e θ e 3θ) 8 = ( e 3θ e 3θ 3 eθ e θ ) 4 = sn3θ + 3snθ Mn-exercces Mn-exercces. Mettre les nombres suvants sont la forme module-argument (avec la notaton exponentelle) :,,,, 3, +, 3, 3,, ( 3 ) 0xx où 0xx est l année en 3 cours.. Calculer les racnes 5-ème de. 3. Calculer les racnes carrées de 3 + de deux façons dfférentes. En dédure les valeurs de cos π et sn π. 4. Donner sans calcul la valeur de ω 0 + ω + + ω n, où les ω sont les racnes n-ème de. 5. Développer cos(4θ) ; lnéarser cos 4 θ ; calculer une prmtve de θ cos 4 θ. 4. Nombres complexes et géométre On assoce bjectvement à tout pont M du plan affne R de coordonnées (x, y), le nombre complexe z = x + y appelé son affxe. 4.. Équaton complexe d une drote Sot ax + by = c l équaton réelle d une drote D : a, b, c sont des nombres réels (a et b n étant pas tous les deux nuls) d nconnues (x, y) R. Écrvons z = x + y C, alors x = z + z, y = z z, donc D a auss pour équaton a(z + z) b(z z) = c ou encore (a b)z + (a + b) z = c. Posons ω = a + b C et k = c R alors l équaton complexe d une drote est : ωz + ω z = k où ω C et k R.

13 3 D C ω r Équaton complexe d un cercle Sot C (Ω, r) le cercle de centre Ω et de rayon r. C est l ensemble des ponts M tel que dst(ω, M) = r. S l on note ω l affxe de Ω et z l affxe de M. Nous obtenons : dst(ω, M) = r z ω = r z ω = r (z ω)(z ω) = r et en développant nous trouvons que l équaton complexe du cercle centré en un pont d affxe ω et de rayon r est : z z ωz ω z = r ω où ω C et r R Équaton z a z b = k Proposton 6 Sot A,B deux ponts du plan et k R +. L ensemble des ponts M tel que M A MB = k est une drote qu est la médatrce de [AB], s k =, un cercle, snon. Exemple 6 Prenons A le pont d affxe +,B le pont d affxe. Voc les fgures pour pluseurs valeurs de k. Par exemple pour k = le pont M dessné vérfe ben M A = MB.

14 4 M B A k = 3 k = 3 k = k = k = 4 3 k = k = 3 4 Démonstraton S les affxes de A,B, M sont respectvement a, b, z, cela revent à résoudre l équaton z a z b = k. z a z b = k z a = k z b (z a)(z a) = k (z b)(z b) ( k )z z z(ā k b) z(a k b) + a k b = 0 Donc s k =, on pose ω = a k b et l équaton obtenue z ω+ zω = a k b est ben celle d une drote. Et ben sûr l ensemble des ponts qu vérfent M A = MB est la médatrce de [AB]. S k on pose ω = a k b alors l équaton obtenue est z z z k ω zω = a +k b. C est l équaton d un cercle de centre k ω et de rayon r satsfasant r ω = a +k b, sot r = a k b + a +k b. k ( k ) k Ces calculs se refont au cas par cas, l n est pas nécessare d apprendre les formules. Mn-exercces. Calculer l équaton complexe de la drote passant par et.. Calculer l équaton complexe du cercle de centre + passant par. z 3. Calculer l équaton complexe des solutons de =, pus dessner les solutons. z z 4. Même queston avec z =. Auteurs Arnaud Bodn Benjamn Boutn Pascal Romon

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0.

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0. Corrgé du problème de Mathématques générales 2010 - Parte I - 1(a. Sot X S A. La matrce A est un polynôme en X donc commute avec X. 1(b. On a : 0 = m A (A = m A (X n ; le polynôme m A (x n est annulateur

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Cours de mathématiques Première année. Exo7

Cours de mathématiques Première année. Exo7 Cours de mathématiques Première année Eo7 2 Eo7 Sommaire Logique et raisonnements 9 Logique 9 2 Raisonnements 4 2 Ensembles et applications 9 Ensembles 20 2 Applications 23 3 Injection, surjection, bijection

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS N o Lieu et date Q.C.M. Algébrique Géométrie 1 Asie juin 2012 2 Métropole juin

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Nombres complexes. cours, exercices corrigés, programmation

Nombres complexes. cours, exercices corrigés, programmation 1 Nombres complexes cours, exercices corrigés, programmation Nous allons partir des nombres réels pour définir les nombres complexes. Au cours de cette construction, les nombres complexes vont être munis

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 1 Introduction. 1. 1 Justication historique. La résolution de l'équation du degré (par la méthode de Cardan) amena les mathématiciens italiens du seizième 3ème siècle

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s)

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s) BTS S ÉPONSS À UN ÉHON. éponse à n échelon d n système d premer ordre xemple : almentaton d n condensater de capacté par ne sorce de tenson e(t) à travers résstance a tenson varable e(t) est n échelon

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Une bien jolie curiosité

Une bien jolie curiosité Une bien jolie curiosité Roland Dassonval et Catherine Combelles Tracez un polygone régulier à n sommets inscrit dans un cercle de rayon 1, puis les cordes qui joignent un sommet donné aux n-1 autres.

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite Claver et sours vrtuels pour personnes handcapées à moblté rédute Naoures Belhabb et Ans Rojb Unversté Pars8, THIM, EA 4004 CHART 2, rue de la Lberté 93526 Sant-Dens nawres_habb@yahoo.fr ; ans.rojb@unv-pars8.fr

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables.

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables. EXAMEN CORRIGE ANALYSE IV 9-6-9 informations: http://cag.epfl.ch sections IN + SC Prénom : Nom : Sciper : Section : Informations () L épreuve a une durée de 3 heures et 45 minutes. () Les feuilles jaunes

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Raphaël Danchin, Rejeb Hadiji, Stéphane Jaffard, Eva Löcherbach, Jacques Printems, Stéphane Seuret Année 2006-2007 2 Table des matières

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules hapte.5a Le chap électque généé pa pluseus patcules Le chap électque généé pa pluseus chages fxes Le odule de chap électque d une chage ponctuelle est adal, popotonnel à la chage électque et neseent popotonnel

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS ONSEVAOIE NAIONAL DES AS E MEIES ELEONIQUE ANALOGIQUE PH / ELE 4 / DU GEII ere année ------------------------- ------------------------- Dder LE UYE / Perre POVEN Janer ABLE DES MAIEES APPELS D ELEOINEIQUE...5.

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel Sur la étermnaton es sortes plates par calcul formel Felx Antrtter, Jean Lévne 2 Automatserungs- un Regelungstechnk, Unverstät er Buneswehr München Werner-Hesenberg-Weg 37, D-85579 Neubberg, Germany 2

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Semestre : 4 Module : Méthodes Quantitatives III Elément : Mathématiques Financières Enseignant : Mme BENOMAR

Semestre : 4 Module : Méthodes Quantitatives III Elément : Mathématiques Financières Enseignant : Mme BENOMAR Semestre : 4 Module : Méthodes Quattatves III Elémet : Mathématques Facères Esegat : Mme BENOMAR Elémets du cours Itérêts smples, précompte, escompte et compte courat Itérêts composés Autés Amortssemets

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE. Exemple troductf (Les élèves qu coasset déà be le prcpe peuvet sauter ce paragraphe) Cosdéros la sute (u ), défe pour tout, par : u u u 0 0 Cette sute est défe

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail