Dominique Tapsoba, Vincent Fortin, François Anctil et Mario Haché

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dominique Tapsoba, Vincent Fortin, François Anctil et Mario Haché"

Transcription

1 289 NOTE / NOTE Apport de la techique du krigeage avec dérive extere pour ue cartographie raisoée de l équivalet e eau de la eige : Applicatio aux bassis de la rivière Gatieau Domiique Tapsoba, Vicet Forti, Fraçois Actil et Mario Haché Résumé : L algorithme géostatistique du krigeage avec dérive extere (KDE) est appliqué à l estimatio spatiale de l équivalet e eau de la eige au sol (ÉEN). La dérive extere, le relief, est représetée par u modèle umérique d altitudes (MNA) de 0 km de résolutio. Sur le réseau dese de la période d itérêt (mi-mars 982) qui correspod au maximum de l accumulatio de la eige et aux débuts de la fote sur les bassis de la rivière Gatieau, la techique du KDE est comparée à celle du krigeage ordiaire (KO) moovariable. Les résultats idiquet ue amélioratio sesible de la précisio des estimatios faites par la techique du KDE, otammet das les zoes sous-échatilloées et e extrapolatios. U baromètre de quatificatio de la performace la racie de la moyee des erreurs quadratiques (RMEQ) de cette méthode face à différets iveaux de dégradatio des réseaux de mesures ivométriques est proposé. Mots clés : équivalet e eau de la eige, krigeage avec dérive extere, racie des erreurs moyees quadratique, modèle umérique d altitudes. Abstract: The geostatistical algorithm of krigig with exteral drift (KED) is applied to the spatial estimatio of sow water equivalet measured at sigle poits. A digital elevatio model with a 0-km resolutio is used as exteral drift. Over the dese etwork of the period of iterest (mid-march 982), which correspods to the maximum sow accumulatio ad the begiig of the sow melt i the Gatieau River basi, the KED techique is compared to the uivariate ordiary krigig (OK). The results idicate a sigificat estimatio precisio improvemet whe the KED techique is used, otably i the uder-sampled ad extrapolated zoes. A quatitative performace barometer the root-mea-square (RMS) error of this method with regards to the various degradatio levels of the sow depth measuremet etwork is proposed. Key words: sow water equivalet, krigig with exteral drift, root-mea-square errors, digital elevatio model. [Joural traslatio] Tapsoba et al. 297 Itroductio La fote du mateau eigeux e associatio ou o avec u évéemet pluvieux est le mécaisme resposable de la majorité des crues e régio ordique. C est pourquoi l évaluatio de l état du couvert ival e temps réel itéresse au plus haut poit les autorités resposables de la gestio des ressources hydriques. De faço opératioelle, ce sot les valeurs moyees de l équivalet e eau de la eige (ÉEN) qui itéresset au premier pla le prévisioiste. L évaluatio de ces valeurs moyees peut s effectuer soit par le calage d ue surface avec ue méthode destiée iitia- Reçu le 9 ovembre Révisio acceptée le 2 ovembre Publié sur le site Web des presses scietifiques du CNRC, à le 26 mars D. Tapsoba,2 et V. Forti. Istitut de Recherche d Hydro-Québec, 800, boul. Lioel-Boulet, Varees, QC J3X S, Caada. F. Actil. Départemet de géie civil, Uiversité Laval, Ste-Foy, QC GK 7P4, Caada. M. Haché. Istitut de la statistique du Québec, 200, chemi Saite-Foy, QC GR 5T4, Caada. Les commetaires sur le coteu de cette ote doivet être evoyés au directeur scietifique de la revue avat le 30 jui Auteur correspodat (courriel : 2. Adresse actuelle : Iovatio techologique et gestio des systèmes hydriques, Hydro-Québec, 75, boul. Reé-Lévesque ouest, 9 e étage, Motréal, QC H2Z A4, Caada. Ca. J. Civ. Eg. 32: (2005) doi: 0.39/L04-0

2 290 Ca. J. Civ. Eg. Vol. 32, 2005 lemet à l iterpolatio poctuelle, mais que l o peut itégrer umériquemet sur la surface, soit par l extesio directe d ue techique d estimatio poctuelle à l estimatio de valeurs moyees e itroduisat ue itégratio aalytique das la formulatio même de l iterpolateur. Que ce soit doc pour cartographier des variables hydrométéorologiques ou pour évaluer des lames d eau moyees sur les uités de base des modèles hydrologiques, l hydrologie opératioelle doit s appuyer sur des méthodes d iterpolatios efficaces dot l erreur soit e moyee ulle et de variace aussi faible que possible. Parmi les algorithmes d iterpolatio existats, l approche géostatistique (Mathero 963; Chilès et Delfier 999; Isaaks et Srivastava 989) peut répodre à cette exigece. Pour des réseaux de mesures au sol de très faibles desités, les méthodes géostatistiques otammet le krigeage, permettet ue meilleure estimatio spatiale des variables hydrométéorologiques que les méthodes classiques (Borga et Vizzaccaro 997; Dirks et al. 998). E plus de fourir l erreur associée aux estimatios, l itérêt des algorithmes géostatistiques est qu ils preet e compte le comportemet spatial spécifique des variables hydroclimatologiques aisi que des corrélatios évetuelles avec d autres variables ou co-facteurs, qui gouveret leurs maifestatios das l espace. L itégratio de ces co-facteurs peut se faire avec l algorithme du krigeage avec dérive extere (KDE) das le cadre de la géostatistique multivariable (Wackeragel et al. 2002; Wackeragel 2003). Pourtat, les cetres de prévisio hydrologique utiliset ecore trop souvet des méthodes simplistes comme les polygoes de Thiesse pour l évaluatio de l ÉEN. L objet du préset article est d illustrer sur u bassi versat caadie les avatages du KDE e cosidérat le relief comme co-facteur et de démotrer que cette techique est mûre pour ue utilisatio opératioelle par les ageces proviciales qui fot de la prévisio hydrologique. Ue méthode statistique permet esuite d évaluer la performace de cet algorithme selo l effectif des sites dispoibles sur u réseau de base. Approche méthodologique : le krigeage avec dérive extere. L équivalet e eau de la eige au sol est u paramètre hydrologique relativemet facile à mesurer mauellemet par carottage, mais très difficile à mesurer précisémet de faço automatique ou par télédétectio. E u poit, ce paramètre représete la coloe d eau résultat de la fote d ue carotte de eige prélevée sur toute l épaisseur du mateau eigeux. E raiso des coûts reliés aux campages de terrai, les poits de mesures sot souvet très distats les us des autres. De plus, les valeurs mesurées peuvet être très variables e raiso de la variabilité spatio-temporelle des coditios météorologiques, mais aussi e foctio de cofacteurs comme le couvert végétal, le relief, la vitesse et l orietatio des vets. Tout l itérêt de la prise e compte d u ou plusieurs co-facteurs sous réserve d ue corrélatio satisfaisate etre l ÉEN et le ou les co-facteurs cosidérés réside das le fait que celui-ci ou ceux-ci vot cotribuer à apporter ue iformatio supplémetaire das l estimatio de l ÉEN, surtout das les zoes où l o dispose de peu ou pas d observatios. U co-facteur cou sur l itégralité de la grille d iterpolatio est u cas idéal. Das le cadre de cette étude, le co-facteur qui était dispoible et qui répodait à cette coditio idéale est le relief. Il est représeté par u modèle umérique d altitudes (MNA) d ue résolutio de 0 km e logitude et e latitude extrait de la baque du fichier modial des altitudes produit par le US Geological Survey. Il est bie cou que, par ature même, la distributio des variables climatologiques est, pour certai ombre d etre elles et cosidérées à u pas de temps adéquat, très liée à la cofiguratio de la topographie eviroate. Ue étude idique par exemple que 8,9 % de la variace de l ÉEN das les rocheuses caadiees est expliquée par l altitude et la pete (Loijes 972). De ombreux travaux meés par Daly (Daly et al. 994) et par le Natioal Geophysical Data Ceter (989) cocluaiet que pour de ombreuses régios ue meilleure approximatio des effets orographiques sur u grad ombre de variables hydro-climatologiques pouvait être obteue avec ue grille de la résolutio adoptée das cette étude. La prise e compte d u ou plusieurs co-facteurs ou variables auxiliaires fait appel à la techique du krigeage multivariable (Wackeragel et al. 2002; Wackeragel 2003). Il e existe deux types : la techique du co-krigeage (Hevesi et al. 992a, 992b) et celle du krigeage avec dérive extere (Hudso et Wackeragel 994; Wackeragel 2003). Ces deux techiques reposet sur des hypothèses différetes. La techique du co-krigeage avec itégratio du relief a été appliquée avec succès par Carroll et Cressie (996, 997) pour l estimatio de l ÉEN sur des petits bassis alpis. Das le cas du krigeage avec dérive extere, cadre de cette étude, la variable auxiliaire, soit ici la topographie, est cosidérée comme ue deuxième variable aléatoire et est iterprétée comme la dérive ou la tedace géérale que peut suivre le comportemet de l ÉEN sur le bassi versat. Soit : [] Zx () = Rx () + a+ bvx () tel que E( Z( x)) = a + bv( x) où a et b sot costates, V(x) la variable auxiliaire, les altitudes, est coue à tous les œuds de la grille d iterpolatio mais variable, et R(x) est supposée être u résidu itrisèque de moyee E(R(x)) = 0. L ÉEN est alors modélisé comme ue variable o statioaire dot la moyee o costate est localemet égale à ue foctio liéaire de la topographie, la dite dérive extere. Ue fois la forme de la dérive défiie, o ajuste u modèle de variogramme au résidu R(x) sous-jacet icou. Cet ajustemet se fait de faço automatique avec le logiciel ISATIS (2002) selo la théorie des foctios aléatoires d ordre k (Wackeragel 2003). Cette approche reviet à choisir le modèle de variogramme du résidu. Aisi parmi ue liste a priori des modèles statistiquemet cohérets et possibles, o retiet le modèle le plus adapté à la forme de la dérive et à la statioarité sous-jacete des icrémets du résidu, selo des critères d ajustemets mathématiques. Les tests de validatio croisée permettet esuite d idetifier le modèle de variogramme qui doe les résultats les plus satisfaisats. Le pricipe de la validatio croisée est le suivat : ue doée de l ÉEN est retirée du jeu de

3 Tapsoba et al. 29 Fig.. Représetatio plae du modèle umérique des altitudes, des limites des ciq bassis versats qui composet le bassi de la rivière Gatieau e traits cotius.

4 292 Ca. J. Civ. Eg. Vol. 32, 2005 Fig. 2. Carte obteue par la méthode du krigeage avec dérive extere et le trait e poitillé matérialisat le trasect. doées iitial, et la valeur à l edroit où elle se trouvait est estimée à partir des doées restates et du modèle testé. La doée est remise das le jeu de doées, et cette procédure est répétée pour toutes les doées de l ÉEN. Cette procédure fourit des valeurs estimées aux poits de mesure pour comparaiso avec les valeurs réelles observées. O peut doc cotrôler statistiquemet la qualité de l estimatio résultat du modèle par le biais d u uage de corrélatio etre les doées réelles et les valeurs estimées ou par l aalyse des erreurs commises. Ue fois le modèle de variogramme du résidu défii, o estime l ÉEN Z*( x0) à partir des mesures voisies de l ÉEN Zx ( i ), tout e y itégrat la forme de la dérive : [2] Z* ( x0) E( Z( x0)) = λ i{ Z( xi) E( Z( xi))} i= Z*( x0) ( a + bvx ( 0)) = λ i{ Zx ( i) [ a+ bvx ( i)]} i= Le fait de formuler l estimateur e soustrayat la dérive reviet à travailler das le cadre de la géostatistique itrisèque. Sous les deux cotraites suivates : [3] EZx {( 0) Z*( x0)} = 0 [4] Var{ Zx ( 0) Z* ( x0)} est miimale O développe u système liéaire d équatios à résoudre e terme λ i : [5] j = j = λ γ ( x x ) µ µ V( x) = γ ( x x ) λ j j R = j j 0 j = i j 2 i R i 0 λ V(x ) = V( x ) i =,,

5 Tapsoba et al. 293 Fig. 3. Carte obteue par la méthode du krigeage ordiaire moovariable de l équivalet e eau de la eige de la période de mi-mars 982. où µ et µ 2 sot les paramètres de Lagrage, et γ R est le variogramme du résidu R. Le premier membre du système cotiet la corrélatio spatiale etre les poits de mesure, et le deuxième membre cotiet la corrélatio spatiale etre les poits de mesure et le poit à estimer. Les deux derières équatios, proveat de la cotraite de o-biais, permettet de filtrer la dérive das la forme de l estimateur : [6] Z*( x0) = λ iz( xi) i= Les coefficiets icous de la dérive, a et b, e figuret i das la forme de l estimateur i das le système à résoudre. Aisi les podérateurs obteus, qui respectet la forme de la dérive sas jamais l estimer explicitemet, sot directemet affectés aux doées de l ÉEN pour obteir la valeur estimée de l ÉEN au œud de la grille. Les doées de l étude Le bassi de la rivière Gatieau se compose de ciq sousbassis (fig. ). Les doées utilisées pour illustrer les méthodes d estimatios présetées plus haut sot celles de mimars 982. Cette date a été reteue pour tester l approche utilisée, car elle correspod à l aée où le réseau était le plus dese. Elle correspod aussi e réalité à ue période comprise etre le et le 7 mars 982. L extesio cosidérable du bassi et la difficulté d accès à de ombreux sites fot qu ue campage de relevés s étale sur plusieurs jours. Les relevés obteus das cet itervalle de temps peuvet être agglomérés, si, bie sûr, aucue chute ou fote importate e sot rapportées à l itérieur du dit itervalle. Cette approche est très courate das l applicatio des méthodes d estimatios de l ÉEN (Carroll et al. 999; Cowles et al. 200). Elle se justifie aussi par le fait que pour ue date uique, l effectif des sites observés sur l esemble du réseau est très faible. Sur u tel réseau d observatios, il est difficile d ajuster u semivariogramme empirique admissible (Jourel et Huijbregts 978). Résultats cartographiques Vu le ombre très limité de statios à l itérieur du bassi (0), la techique du KDE et du krigeage ordiaire est appliquée aussi aux 8 autres statios situées das u voisiage suffisammet proche du bassi. La carte obteue à l aide du krigeage multivariable avec dérive extere est présetée sur la figure 2. Comme o peut le voir aisémet, cette méthode d iterpolatio doe ue représetatio plus réa-

6 294 Ca. J. Civ. Eg. Vol. 32, 2005 Fig. 4. Carte des écarts types de krigeage fourie par le krigeage avec dérive extere et les sites de mesures de l équivalet e eau de la eige (ÉEN) e poits de la période de mi-mars 982. La taille des poits est proportioelle à la valeur de l ÉEN au site. liste de la distributio spatiale de l ÉEN que celle issue du krigeage ordiaire moovariable globalemet mois cotrastée (fig. 3). Sur la carte obteue par la techique du KDE, les valeurs faibles de l ÉEN sot distribuées suivat le tracé du cours d eau à l extrême sud du bassi, tadis que pour la même zoe, o observe sur la carte obteue par l iterpolatio moovariable u cercle cocetrique autour du site de mesure. Das les zoes peu ou pas échatilloées, l orgaisatio spatiale des valeurs de l ÉEN reflète à des degrés divers celle de la topographie (fig. ). Sur les cartes des figures 4 et 5, les écart-types de krigeage représetet les dispersios possibles des valeurs réelles et icoues autour des valeurs obteues par iterpolatio multivariable (fig. 4) et moovariable (fig. 5). Les localisatios des 28 sites correspodat à la période d étude y sot idiquées par des poits oirs. La taille des poits est proportioelle aux valeurs de l ÉEN observées aux sites. Plus ces dispersios, c est-à-dire les variaces de krigeage, sot faibles, plus les valeurs iterpolées sot e moyee près de la réalité, et doc plus les cartes sot précises. Aisi les fortes valeurs de la variace de krigeage permettet de localiser les zoes sous-échatilloées sur les cartes iterpolées. Les valeurs miimales sot aisi à proximité des sites de mesures. La cofiace que ous pouvos avoir e l estimatio état alors grade e ces poits. La carte d écart types est doc comme o peut le costater u idicateur qualitatif de la qualité de l estimatio. De ce fait même, l aalyse de ces différetes cartes motre clairemet que la méthode du KDE, à la différece de celle du krigeage ordiaire (KO), coduit à ue meilleure estimatio de l ÉEN sur l esemble du bassi versat et otammet das les zoes sous- où o échatilloées. Ue comparaiso des résultats par le test de validatio croisée (Tableau ) pour l estimatio avec et sas dérive extere motre que la prise e compte des iformatios idirectes améliore sesiblemet la précisio des valeurs de l ÉEN. Les estimatios sot d autat plus précises que la variace de l erreur stadardisée (équatio [7]) est proche de (Cressie 993). [7] N N Z Z* σ 2 N est la taille de l échatillo, Z et Z* représetet respectivemet les valeurs de ÉEN observées et estimées, et σ est la variace du krigeage. La techique du KDE idique ue valeur de 0,89 cotre 0,74 pour celle du KO moovariable,

7 Tapsoba et al. 295 Fig. 5. Carte des écarts types de krigeage fourie par le krigeage ordiaire moovariable et les sites de mesures de l équivalet e eau de la eige (ÉEN) e poits de la période de mi-mars 982. La taille des poits est proportioelle à la valeur de l ÉEN au site. Tableau. Résultats du test de validatio croisée pour la techique du krigeage avec dérive extere et la méthode du krigeage ordiaire moovariable. Validatio croisée Krigeage ordiaire moovariable Krigeage avec dérive extere Erreur moyee 0, ,00038 RMEQ 0,0267 0,0206 RMEQ-SDT 0,7445 0,8987 Nota : RMEQ, racie de la moyee des erreurs quadratiques; SDT, stadardisée. ce qui idique ue meilleure performace de la techique du KDE. Évaluatio de la performace de la méthode das ue situatio o optimale La mesure de l équivalet e eau de la eige, sur la zoe d étude, à la différece des autres variables comme la température, les débits et les précipitatios, écessite le déplacemet de persoes sur le terrai. Aussi la superficie des bassis versats, le relief et bie d autres facteurs ecore redet ces sites difficiles d accès, surtout e période hiverale. La voie aériee est très souvet le moye utilisé pour s y redre. Ces campages de mesures comme o peut le devier aisémet écessitet doc des ivestissemets importats tat sur le pla fiacier que humai. Pour ces différetes raisos, u ombre variable de sites est visité chaque aée e foctio des ressources dispoibles. Si o part du pricipe que la mesure de l ÉEN est fiable et que les ressources sot limitées, peut-o miimiser le ombre des sites de mesures et espérer éamois obteir ue estimatio acceptable de l ÉEN sur l esemble du bassi versat? Pour répodre à cette questio, il a été utile de costruire u baromètre de quatificatio de l icertitude des estimatios e foctio d u ombre variable de statios observées. La démarche que ous avos adoptée est la suivate. O retire u ombre de sites parmi les N sites qui composet u réseau de référece. Pour u ombre fixé, o réalise u ombre p de tirages aléatoires de statios. Chaque tirage géère doc u réseau résiduel de l = N statios ayat ue cofiguratio (desité et statios variables) particulière. O applique l algorithme d iterpolatio qui a été validé sur le réseau complet à chacue des p grilles. Chaque grille comporte m œuds. L icertitude est évaluée e calculat la racie de la moyee des erreurs quadratiques (RMEQ) par la formule suivate :

8 296 Ca. J. Civ. Eg. Vol. 32, 2005 Fig. 6. Erreurs sur les estimatios de l équivalet e eau de la eige (ÉEN) e foctio du ombre de sites elevés pour quelques oeuds de grilles suivat u trasect ord-sud à la logitude moyee de m. La légede idique pour chaque profil l ordoée (e mètres) du œud correspodat sur le trasect. [8] REMQ = 2 ( X x i ) p p i= Das cette équatio, x i est la valeur de l ÉEN estimée à u œud doé sur ue grille i, etx est la valeur de l ÉEN au œud correspodat sur la grille de référece. O cosidère X comme la cible ou la «vraie» valeur de l ÉEN au sol. Bie que cette cosidératio e soit pas tout à fait exacte, elle e demeure pas mois réaliste, car X est quad même la meilleure valeur dot o dispose. De plus so estimatio est faite à partir du réseau complet de référece. Cette faço de quatifier la performace de la méthode d iterpolatio das ue situatio de dégradatio du réseau est pas etièremet réaliste. Das la pratique, la dégradatio d u réseau est pas aléatoire, e tout cas das le cas des réseaux ivométriques. La probabilité qu ue statio soit coservée ou retirée au cours d ue campage est plus ou mois grade selo sa localisatio et ou selo sa plus ou mois grade accessibilité. E gééral les statios situées à proximité des routes ou près d ue zoe d itérêt, comme u barrage, ot plus de chace d être relevées que celles situées e altitude ou qui e sot accessibles que par voie aériee. Das cette étude ous avos supposé cette dégradatio aléatoire avec probabilité égale pour chacue des statios de maière à pouvoir géérer u échatillo de réseaux dégradés de tailles suffisates pour autoriser des aalyses statistiques acceptables. Das tous les cas, ous e disposos pas d iformatios pertietes ous permettat de predre e compte la plus ou mois grade accessibilité liée à tel ou à tel autre site. Cosidérat le réseau de mi-mars 982 comme réseau de référece, avec N = 28, p = 200, ot été simulés des réseaux dégradés comportat 3, 6, 9, 2, 5, 8, 2 statios (l), soit respectivemet des valeurs de de 25, 22, 9, 6, 3, 0, 7. Le choix de la valeur de p est basé sur les résultats de plusieurs essais qui ot idiqué ue stabilisatio des RMEQ après 200 tirages. Le choix des ombres de sites à elever est pas o plus subjectif mais repose sur les caractéristiques du réseau au cours des 3 derières aées. Pour avoir ue idée rapide et sythétique des résultats, les profils des RMEQ e foctio du degré de dégradatio du réseau de référece pour quelques œuds de grilles sot costruits selo u trasect (fig. 6). Ce trasect matérialisé par u trait discotiu sur la figure 2, traverse le bassi du sud au ord e passat à la logitude moyee m. Chaque profil décrit les variatios de l icertitude sur l estimatio pour u œud de grille doé. Il y a doc œuds de grille représetés par le trasect. Pour u ombre de sites elevés iférieur à 4, soit 50 % de l effectif du réseau de référece, les variatios de RMEQ sot quasi-liéaires, mais, au delà, elles s accroisset, ce qui idique ue augmetatio de la variace des champs. Coclusio Les résultats de cette étude motret que la prise e compte de la topographie du bassi versat permet d améliorer l estimatio de l ÉEN. La topographie est cepedat pas la seule variable qui peut expliquer la variabilité spatiale de l ÉEN. L idetificatio et l itégratio das l algorithme d iterpolatio d autres variables explicatives fortemet corrélées avec l ÉEN pourraiet mieux préciser les estimatios. La carte de la variace et la méthode de quatificatio de la performace de la méthode d iterpolatio présetée das cette ote aidet à défiir la maille de recoaissace e vue d ue précisio fixée, et à mettre e balace les icertitudes sur l écoomie d u projet et le surcoût d u échatilloage complémetaire. Cet aspect est d ue très grade utilité pour les gestioaires.

9 Tapsoba et al. 297 Remerciemets Les auteurs tieet à remercier Charles Mathieu et Marie-Claude Bouchard d Hydro-Québec Productio pour leur cotributio à la réalisatio de ce travail. Bibliographie Borga, M., et Vizzaccaro, A O the iterpolatio of hydrologic variables: formal equivalece of multiquadratic surface fittig ad krigig. Joural of Hydrology, 95( 4) : Carroll, S.S., et Cressie, N A compariso of geostatistical methodologies used to estimate sow-water equivalet. Water Resources Bulleti, 32 : Carroll, S.S., et Cressie, N Spatial modelig of sow-water equivalet usig covariaces estimated from spatial ad geomorphic attributes. Joural of Hydrology, 90 : Carroll, S.S., Carroll T.R., et Posto, R.W Spatial modelig ad predictio of sow-water equivalet usig groud-based, airbore, ad satellite sow data. Joural of Geophysical Research, 04(D6) : Chilès, J.-P., et Delfier, P Geostatistics, modelig spatial ucertaity. Das Wiley series o probability ad statistics. Wiley, New York. 695 p. Cowles, M.K., Zimmerma, D.L., Christ, A., et McGiis, D.L Combiig sow water equivalet data from multiple sources to estimate spatio-temporal treds ad compare measuremet systems. Joural of Agricultural, Biological, ad Evirometal Statistics, 7(4) : Cressie, N Statistics for spatial data, revised editio. Wiley, N.Y. 900 p. Daly, C., Neilso, R.P., et Phillips, D.L A statisticaltopographic model for mappig climatological precipitatio over moutaious terrai. Joural of Applied Meteorology, 33(2) : Dirks, K.N., Hay, J.E., Stow, C.D., et Harris, D Highresolutio studies of raifall o Norfolk Islad Part II: iterpolatio of raifall data. Joural of Hydrology, 208(3 4) : Hevesi, J.A., Istok, J.D., et Flit, A.L. 992a. Precipitatio estimatio i moutaious terrai usig multivariate geostatistics:. Structural aalysis. Joural of Applied Meteorology, 3(7) : Hevesi, J.A., Flit, A.L., et Istok, J.D. 992b. Precipitatio estimatio i moutaious terrai usig multivariate geostatistics: 2. Isohyetal maps. Joural of Applied Meteorology, 3(7) : Hudso, G., et Wackeragel, H Mappig temperature usig krigig with exteral drift: theory ad a example from Scotlad. Iteratioal Joural of Climatology, 4 : Isaaks, E.M., et Srivastava, R.M A itroductio to applied geostatistics. Oxford Uiversity Press, New York. ISATIS ISATIS software maual. 4 e éd. Géovariaces et École atioale supérieure des mies de Paris, Fotaiebleau. Jourel, A.G., et Huijbregts, C.J Miig geostatistics. Academic Press, Lodres. 595 p. Loijes, H.S Sow distributio i a alpie watershed of Rocky Moutais, Caada. Das Distributio of precipitatio i moutaious areas. Vol. I. Proceedigs of the World Meteorological Orgaisatio Symposium, Geilo. World Meteorological Orgaisatio, WMO No. 326, Geève. p Mathero, G Priciples of geostatistics. Ecoomic Geology, 58 : Natioal Geophysical Data Ceter Geophysics of North America: User s guide. Natioal Oceaic ad Atmospheric Admiistratio, US Departmet of Commerce, Washigto, D.C. 85 p. Wackeragel, H Multivariate geostatistics. A itroductio with applicatios, 3 e éd. Spriger-Verlag, Berli. 387 p. Wackeragel, H., Bertio, L., Sierra, J.P., ad Gozalez del Rio, J Multivariate krigig for iterpolatig data from differet sources. Das Quatitative methods for curret evirometal issues. Sous la directio de C.W. Aderso, V. Barett, P. Chatwi et A.H. El Shaarawi. Spriger-Verlag, Lodres.

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Principes et Méthodes Statistiques

Principes et Méthodes Statistiques Esimag - 2ème aée 0 1 2 3 4 5 6 7 0 5 10 15 x y Pricipes et Méthodes Statistiques Notes de cours Olivier Gaudoi 2 Table des matières 1 Itroductio 7 1.1 Défiitio et domaies d applicatio de la statistique............

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME Uiversité Victor Segale Bordeaux Istitut de Saté Publique, d Épidémiologie et de Développemet (ISPED) Campus Numérique SEME MODULE Pricipaux outils e statistique Versio du 8 août 008 Écrit par : Relu par

Plus en détail

Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE

Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE A- Gééralités B- Précisio d u estimateur C- Exhaustivité D- iformatio E-estimateur sas biais de variace miimale, estimateur efficace F- Quelques méthode s d estimatio A-

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 )

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) RAIRO Operatios Research RAIRO Oper. Res. 34 (2000) 99-129 TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) Commuiqué par Berard LEMAIRE Résumé. L étude

Plus en détail

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité Processus géométrique gééralisé et applicatios e fiabilité Lauret Bordes 1 & Sophie Mercier 2 1,2 Uiversité de Pau et des Pays de l Adour Laboratoire de Mathématiques et de leurs Applicatios - Pau UMR

Plus en détail

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état Approximatio de la solutio d ue équatio différetielle ordiaire avec impulsios qui dépedet de l état F. Dubeau A. Ouasafi A. Sakat CRM-276 Jauary 21 Départemet de mathématiques et d iformatique, Uiversité

Plus en détail

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire 13 Chapitre Chapitre 13 Statistiques et probabilités Les statistiques et les probabilités occupet ue place importate das l eseigemet de certaies classes préparatoires Les pricipales foctios écessaires

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec PROTOCOLE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN MICROBIOLOGIE

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec PROTOCOLE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN MICROBIOLOGIE Cetre d expertise e aalyse eviroemetale du Québec Programme d accréditatio des laboratoires d aalyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN MICROBIOLOGIE DR-12-VMM Éditio

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES NON-PAAMÉTIQUES Ecole Cetrale de Paris Arak S. DALALYAN Table des matières 1 Itroductio 5 2 Modèle de desité 7 2.1 Estimatio par istogrammes............................

Plus en détail

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR.

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. 55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. CHANTAL MENINI 1. U pla possible Les exemples qui vot suivre sot des pistes possibles et e aucu cas ue présetatio exhaustive. De même je ai pas fait ue étude systématique

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information Bio-Statistique 1 ère partie Disciplie : Bio-statistique, Bio-mathématique et Scieces de l Iformatio OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Réaliser l importace du problème de la variabilité ihérete au doées médicales,

Plus en détail

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras Maîtrise de Mathématiques TER Le badit machot à deux bras Deis Cousieau Sous la directio de Jea-Michel Loubes Septembre 2003 Table des matières 1 Présetatio du problème 2 1.1 Exemple de la machie à sous,

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr Doez de la liberté à vos doées BiBOARD www.biboard.fr Le décisioel pour tous Le décisioel évolue. L etreprise quelle que soit sa taille, a besoi de piloter so activité à l aide d outils simples, fiables,

Plus en détail

Université de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème année. Scoring. Marie Chavent http://www.math.u-bordeaux.fr/ machaven/ 2014-2015

Université de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème année. Scoring. Marie Chavent http://www.math.u-bordeaux.fr/ machaven/ 2014-2015 Uiversité de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème aée Scorig Marie Chavet http://www.math.u-bordeaux.fr/ machave/ 2014-2015 1 Itroductio L idée géérale est d affecter ue ote (u score) global à u idividu à partir

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9 Sommaire Chapitre 1 - L iterface de Widows 7 9 1.1. Utiliser le meu Démarrer et la barre des tâches de Widows 7...11 Démarrer et arrêter des programmes...15 Épigler u programme das la barre des tâches...18

Plus en détail

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2. Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES PLAN DU CHAPITRE 2 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.1 Pla de sodage 2.2.2 Probabilités d iclusio 2.3 SONDAGE

Plus en détail

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale Isolat thermique e matelas COMFORTBATT de Roxul Isolat thermique e matelas pour la costructio résidetielle et commerciale ComfortBatt de Roxul L isolat ROXUL cotribue à ue performace supérieure de l eveloppe

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local Appretissage: cours 3a Méthodes par moyeage local Guillaume Oboziski 1 er mars 2012 Réferece : chap. 6 of [Hastie et al., 2009] ad chap. 6 of [Devroye et al., 1996]. Algorithmes par moyeage local O cosidère

Plus en détail

Cours de Statistiques inférentielles

Cours de Statistiques inférentielles Licece 2-S4 SI-MASS Aée 2015 Cours de Statistiques iféretielles Pierre DUSART 2 Chapitre 1 Lois statistiques 1.1 Itroductio Nous allos voir que si ue variable aléatoire suit ue certaie loi, alors ses réalisatios

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

4 Approximation des fonctions

4 Approximation des fonctions 4 Approximatio des foctios Ue foctio f arbitraire défiie sur u itervalle I et à valeur das IR peut être représetée par so graphe, ou de maière équivalete par la doée de l esemble de ses valeurs f(t) pour

Plus en détail

Initiation à l analyse factorielle des correspondances

Initiation à l analyse factorielle des correspondances Fiche TD avec le logiciel : tdr620b Iitiatio à l aalyse factorielle des correspodaces A.B. Dufour & M. Royer & J.R. Lobry Das cette fiche, o étudie l Aalyse Factorielle des Correspodaces. Cette techique

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

Risque de longévité et détermination du besoin en capital : travaux en cours

Risque de longévité et détermination du besoin en capital : travaux en cours Risque de logévité et détermiatio du besoi e capital : travaux e cours Frédéric PLANCHET ISFA Laboratoire SAF Versio.6 / Septembre 2008 Sommaire La prise e compte de l expériece propre au groupe das l

Plus en détail

Statistique Numérique et Analyse des Données

Statistique Numérique et Analyse des Données Statistique Numérique et Aalyse des Doées Arak DALALYAN Septembre 2011 Table des matières 1 Élémets de statistique descriptive 9 1.1 Répartitio d ue série umérique uidimesioelle.............. 9 1.2 Statistiques

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 31 Javier 2011 TRANSPORT Études & documets Modèle écoométrique sur le choix de véhicules des méages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Service de l écoomie, de l évaluatio

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Réseaux d ondelettes et réseaux de neurones pour la modélisation statique et dynamique de processus

Réseaux d ondelettes et réseaux de neurones pour la modélisation statique et dynamique de processus Réseaux d odelettes et réseaux de euroes pour la modélisatio statique et dyamique de processus Yacie Oussar To cite this versio: Yacie Oussar. Réseaux d odelettes et réseaux de euroes pour la modélisatio

Plus en détail

La tarification hospitalière : de l enveloppe globale à la concurrence par comparaison

La tarification hospitalière : de l enveloppe globale à la concurrence par comparaison ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 58 2000 La tarificatio hospitalière : de l eveloppe globale à la cocurrece par comparaiso Michel MOUGEOT * RÉSUMÉ. Cet article cosidère différetes politiques de

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision KESTREL ELITE KESTREL ELITE Microscope de mesure sas cotact pour ispectio et mesures de précisio Microscope à deux axes sas cotact, idéal pour la mesure de caractéristiques 2-D de pièces techiques de petite

Plus en détail

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance Simulatios iteractives de covertisseurs e électroique de puissace Jea-Jacques HUSELSTEIN, Philippe ENII Laboratoire d'électrotechique de Motpellier (LEM) - Uiversité Motpellier II, 079, Place Eugèe Bataillo,

Plus en détail

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack Uique! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles e u seul pack Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar offre

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller Les solutios mi-hypothécaires, mi-bacaires de Mauvie Guide du coseiller 1 2 Table des matières Itroductio... 5 La Baque Mauvie...5 Le compte Mauvie U...5 Le compte Sélect Baque Mauvie...5 1. Les solutios

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT POLTQU ONOMQU T DVLOPPMNT TRUTUR DU MAR NATONAL DU AF-AAO T PR AU PRODUTUR MALAN Beïla Beoit osultat PD N 06/008 ellule d Aalyse de Politiques coomiques du R Aée de pulicatio : Avril 009 Résumé e papier

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche.

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche. NOUVEAU: optio de capture d image Systèmes d observatio stéréo Ue image Superbe pour ue large gamme de tâches d ispectio et de retouche. Ue techologie optique brevetée permettat ue visualisatio sas fatigue

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

Neolane Leads. Neolane v6.0

Neolane Leads. Neolane v6.0 Neolae Leads Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord. Cette publicatio

Plus en détail

Régulation analogique industrielle ESTF- G.Thermique

Régulation analogique industrielle ESTF- G.Thermique Chapitre 5 Stabilité, Rapidité, Précisio et Réglage Stabilité. Défiitio Coditio de stabilité. Critères de stabilité.. Critères algébriques.. Critère graphique ou de revers das le pla de Nyquist Rapidité

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

RÈGLES ORDINALES : UNE GÉNÉRALISATION DES RÈGLES D'ASSOCIATION

RÈGLES ORDINALES : UNE GÉNÉRALISATION DES RÈGLES D'ASSOCIATION RÈGLES ORDIALES : UE GÉÉRALISATIO DES RÈGLES D'ASSOCIATIO SYLVIE GUILLAUME ALI KHECHAF 2 RÉSUMÉ: La plupart des mesures des règles cocere les variables biaires et écessite pour les autres types de variables

Plus en détail

Mécanismes de protection contre les vers

Mécanismes de protection contre les vers Mécaismes de protectio cotre les vers Itroductio Au cours de so évolutio, l Iteret a grademet progressé. Il est passé du réseau reliat quelques cetres de recherche aux États-Uis au réseau actuel reliat

Plus en détail

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises C y c l e d e 7 c o f é r e c e s Les salaires équitables et la resposabilité sociale des etreprises 18 avril 20 jui 2012 Faculté des scieces écoomiques et sociales Départemets d écoomie de sociologie

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie et techique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2012 Sommaire 03 Pricipaux eseigemets 04 Sources mobilisées

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail